Navigation – Plan du site

L’espace urbain cayennais : un champ de construction identitaire

The Urban Space of Cayenne: a Field of Identity Construction
Isabelle Hidair

Résumés

Parmi les nombreuses et diverses populations qui vivent en Guyane, les Créoles guyanais constituent un noyau important, en raison de l’histoire, même s’ils sont aujourd’hui une minorité. Repliés sur Cayenne, le groupe socioculturel créole guyanais tente de maintenir sa domination politique et culturelle car il connait une diminution proportionnelle du fait des flux migratoires. De plus, cette diminution est masquée par le fait que ce groupe est largement représenté par les élites politiques locales. Afin de conserver le pouvoir, ils ont recours à deux idéologies : l’idéologie des racines et l’idéologie de l’assimilation de la culture française. Ainsi, l’espace urbain reflète l’identité du groupe mais il est aussi constitutif de cette identité par le pouvoir qu’il concède. Il est le lieu où les Créoles guyanais expriment leur existence et leur volonté de domination. Dans ce champ d’investissement identitaire se dévoile aussi l’appartenance territoriale.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Il faut préciser « Créoles guyanais » car il existe d’autres populations créoles en Guyane. Dans so (...)
  • 2 Cette étude est issue de mon travail de terrain mené de 1999 à 2003 dans le cadre d’une thèse (Hida (...)

1Cinq « champs » gravitent autour de la famille créole guyanaise1 : l’espace urbain, les pratiques religieuses, les fêtes, l’École et la politique (Hidair, 2003)2. La notion de champ est évidemment empruntée à Pierre Bourdieu qui introduit l’idée, qu’à l’intérieur de ces sous-ensembles, s’exercent des processus de compétition pour l’appropriation des profits spécifiques à ces champs. Rappelons que P. Bourdieu décrit ces derniers comme :

« Des espaces de jeu historiquement constitués avec leurs institutions spécifiques et leurs lois de fonctionnement propres. L’existence d’un champ spécialisé et relativement autonome est corrélative à l’existence d’enjeux et d’intérêts spécifiques : au travers des investissements inséparablement économiques et psychologiques qu’ils suscitent chez les agents dotés d’un certain habitus, le champ et ses enjeux (eux-mêmes produits comme tels par les rapports de force qui sont constitutifs du champ) produisent des investissements (de temps, d’argent, de travail etc.) » (Bourdieu, 1987, p.124).

2Nous verrons que ces champs se sont imposés car leur investissement correspond, à une double stratégie de contrôle de la part des Créoles : accéder à plus de pouvoir et dominer ainsi les autres groupes socioculturels. Dans la situation guyanaise, l’investissement familial opère des liens entre ces espaces de stratégies et l’étude ici proposée concerne uniquement l’occupation de l’espace urbain cayennais par les Créoles guyanais qui dominent, pour l’instant, culturellement à Cayenne et politiquement en Guyane.

  • 3 De l’espagnol « bozal » qui au sens propre veut dire «  nouveau », mais qui connote aussi l’idée de (...)

3Par ailleurs, j’ai identifié deux principales idéologies sur lesquelles se fonde la construction identitaire des Créoles de Guyane. La première, que j’appelle l’idéologie « métro-affirmée », maintien l’assimilation de la culture française chrétienne ; la seconde, l’idéologie « afro-militante » a pour objectif la quête de l’origine africaine. Ainsi, les Créoles manient l’une et l’autre stratégiquement afin d’en assurer la stabilité (Hidair, 2003). Pour la première, l’analyse de Jolivet permet de saisir que l’assimilation à la culture française « a été très tôt le pivot de la construction identitaire » dans les colonies françaises d’Amérique. En mettant l’accent sur l’apprentissage des valeurs occidentales, les colons devaient faire passer les esclaves de l’état bossale3, récemment débarqué, à celui d’esclave « civilisé » (1997, p.820-21). Pour la seconde, trois facteurs vont favoriser l’émergence de l’idéologie des racines à partir des années 1970 : tout d’abord, l’intensification des vagues de migrations – amorcées à partir du milieu des années 1960 fait perdre aux Créoles leur place de groupe majoritaire. Le deuxième facteur est la remise en question, par les Créoles, de la politique d’assimilation de la culture française chrétienne alors que, jusque-là, ils s’y fondaient en rejetant l’ancêtre noir. La modification du rapport aux autres groupes, Amérindiens et Noirs marrons en particulier, est le troisième facteur déclencheur d’un renouveau identitaire (1997, p. 817). Ces derniers deviennent les groupes de référence de l’idéologie des racines et sont présentés comme les « authentiques Guyanais ».

  • 4 Zéphir, situé à trois kilomètres du centre ville de Cayenne, a été choisi pour le brassage sociocul (...)

4La méthodologie utilisée pour formaliser la question de l’occupation de l’espace urbain repose, tout d’abord, sur des entretiens semi-directifs, sur la reproduction de mémoire du plan de la ville et sur l’indication de la toponymie sur des plans vierges. Puis, les analyses du discours et de la signification symbolique des monuments historiques viennent compléter la démarche. Cette enquête débutée en 1996 (Hidair, 1997) a permis d’évaluer le niveau de connaissance toponymique des lycéens appartenant à différents groupes socioculturels. Le choix des lycées cayennais a été déterminé par leur spécificité d’enseignement : polyvalent, professionnel, agricole et privé. Au total, 84 élèves ont été interrogés. En 1999, cette étude a été complétée par les entretiens semi-directifs menés auprès des adultes habitant du quartier de Zéphir4 (Hidair, 2003). Depuis 2006, ce travail a été étendu à l’ensemble de l’île de Cayenne où les Créoles guyanais dominent culturellement et politiquement. Nous verrons que l’espace urbain reflète l’identité du groupe mais il est aussi constitutif de cette identité par le pouvoir qu’il concède. Il est le lieu où les Créoles expriment leur existence et leur volonté de domination en alternant les deux principales idéologies en fonction des intérêts du moment.

  • 5 Les mots ou les phrases rédigés en italique et entre guillemets font référence aux propos récurrent (...)
  • 6 Dans son acception émique, ce terme sert à faire la différence entre la Guyane et la France. Puisqu (...)

5L’analyse des données de l’enquête nous montre que Cayenne est présentée comme le centre de la Guyane, c’est la « capitale »5, la référence. C’est la plus ancienne ville de la Guyane et aussi la plus importante. Le recensement de 2006 révèle que la Guyane compte 205 954 habitants et la ville de Cayenne 58 004 (Insee, 2006). En additionnant les populations des communes limitrophes, l’INSEE dénombre 100 323 habitants. Ainsi, 48,7% de la population totale habite l’agglomération urbaine de l’île de Cayenne qui s’étend sur une superficie de 207 km2. Dans leurs discours, les politiciens proposent souvent que « l’est et l’ouest de la Guyane arrivent au même niveau que Cayenne ». Le degré de « civilisation » est comparé à celui des Antilles françaises et il est mesuré en fonction des étendues de goudron, béton et ciment qui sont présentes dans la ville, auxquelles il faut ajouter les boutiques dont les enseignes proviennent de la Métropole6. Les espaces verts entretenus sont rares, l’herbe gagne du terrain de manière désordonnée et nombreux sont les habitants qui préféreraient un espace bétonné. L’urbanisation est un signe de développement, donc de puissance économique et d’attractivité. Tout élément rappelant la vie dans la nature serait de l’ordre du sous-développement sans règles de droit et de l’infériorité intellectuelle, donc il est écarté. À ce propos, un interviewé est révolté de voir autant d’arbres dans son quartier car « ils cachent la vue ». Une dame affirme lors d’une émission de radio portant sur l’aménagement urbain : « Nou gen asé zerb, nou pa serpan ! » (Il y a assez d’herbes, nous ne sommes pas des serpents !).

6Afin d’analyser les manifestations de cette volonté de domination, nous nous intéresserons à la toponymie, aux idéologies véhiculées par les monuments historiques pour finir par l’analyse d’un cas paradoxal. En effet, les Créoles sont omniprésents par le biais des anthroponymes ou par l’occupation symbolique de l’espace, mais rencontrent des difficultés à devenir propriétaires.

Le pouvoir de nommer les lieux : la toponymie

  • 7 Désigne les Blancs nés en France métropolitaine.

7Tout d’abord, on constate que deux choix coexistent dans l’attribution de nom aux rues : d’une part, les personnages historiques métropolitains7 et, d’autre part, les Créoles guyanais. Ainsi, de nombreux quartiers, lotissements ou lieux-dits portent le nom d’une famille créole, souvent ancienne propriétaire du terrain. Par ailleurs, l’individu a une représentation particulière de la ville en fonction de son insertion. En d’autres termes, la connaissance toponymique serait une sorte d’indice d’intégration. On peut remarquer qu’à un même niveau d’insertion dans la société créole, les groupes socioculturels possèdent une même zone de référence. Nous verrons que la toponymie permet, à la fois, de s’insérer, mais aussi de mesurer l’insertion des habitants dans le groupe créole.

  • 8 Depuis janvier 2007, le comité des festivals et carnavals de Guyane et la Mairie de Cayenne ont pro (...)

8Les personnes rencontrées apprennent à connaître la toponymie en fonction de divers éléments : le lieu d’habitation, le temps passé dans la ville, les activités professionnelles ou ludiques. De plus, la notoriété des commerces a une importance considérable dans la connaissance des noms de lieux. Par exemple, l’avenue du Général de Gaulle et la Place des Palmistes bénéficient d’un rang particulier dans la vie des Cayennais car elles rassemblent les commerces et sont le théâtre des manifestations populaires les plus marquantes. L’avenue De Gaulle, avec toute la signification qu’elle implique pour les Cayennais et l’importance des lieux bâtis qui s’y trouvent, particulièrement la Place des Palmistes, montre que le cœur de la ville est le centre d’intérêt des Créoles. C’est sur cette avenue et cette place que sont célébrés les événements importants de la vie cayennaise comme les défilés carnavalesques8, les cortèges de grévistes, la fête patronale et les meetings des candidats aux différentes élections. Ainsi, nous sommes au cœur de la ville reconnu et apprécié des Créoles qui s’y promènent quotidiennement. La valeur accordée aux lieux de ressources identitaires et symboliques est corrélée à l’insertion d’un individu ou d’un groupe socioculturel dans la société créole.

9Lors de l’enquête sur la maîtrise toponymique de la ville, la méconnaissance la plus marquée, tous âges confondus, affecte le quartier populaire appelé « village chinois ». Là, les murs des maisons sont le plus souvent faits de tôles ondulées et de planches. Certaines rues sont en terre, boueuses et défoncées. De nombreuses poubelles jonchent sur le sol. Contrairement aux autres rues de Cayenne, c’est un quartier où il n’y a pas de trottoirs. La population du « village chinois » est en grande partie issue de l’immigration, parfois clandestine, mais comprend aussi des Créoles guyanais. Les commerces les plus représentés sont les bars et les épiceries. Cependant, l’enquête démontre que les non-résidents du village chinois ne délimitent pas le quartier de la même façon que les résidents. Les non-résidents ont tendance à enfermer les habitants dans leur quartier présupposé autonome et homogène, alors que le « village chinois » est hétérogène socialement et culturellement. Les non-résidents établissent des clichés généralisateurs envers les différentes parties de la ville. Les reportages proposés par la télévision locale tendent à renforcer les stéréotypes (Hidair, 2008).

10Bien qu’il soit proche d’une école primaire, d’un collège et d’un lycée privé, les lycéens interrogés fréquentent peu le quartier de la pointe Saint-Joseph et de la place Auguste Horth. D’une façon générale, le nord de la ville qui est méconnu des lycéens. Ceci s’explique par le fait qu’il est surtout fréquenté par des familles et des personnes âgées de 50 ans et plus car la place a l’avantage de se trouver en bordure de mer. Ainsi, les promeneurs affluent vers 17 heures, lorsque les rayons du soleil sont moins violents. Durant l’année scolaire, quelques enseignants y pratiquent leurs leçons de gymnastique. C’est à cet endroit que l’association chinoise a établi son siège, on retrouve également une église et une école adventiste du septième jour et quelques commerces.

11De même aux environs du marché, les toponymes sont connus par une minorité de lycéens interrogés (10,7%). Déjà, au XIXème siècle, l’espace urbain est aussi un lieu favorisant l’apprentissage des relations interculturelles et économique. Le marché est décrit comme un espace de sociabilité privilégié. On y parle politique, les plus riches viennent en personne lorsqu’ils ont une réception importante, des « négresses » pour être servies plus rapidement crient le nom de leur maître, on y croise aussi des Chinois, des Indiens et des forçats (Chérubini, 1988 : 76). À cette époque, les Créoles guyanais dévalorisent la réussite des bergers arabes et des Annamites reconvertis dans la pêche, mais elle n’accepte pas non plus que les rues soient peuplées de mendiants étrangers. Les Martiniquais venus faire fortune sur les placers n’échappent pas à la moquerie. Aujourd’hui, d’autres groupes socioculturels occupent la fonction de commerçants, pêcheurs et agriculteurs, mais les réactions de rejet sont toujours d’actualité. On retrouve dans ce quartier les bazars et épiceries tenus par des Chinois, les magasins de textile tenus par des Libanais, les bars tenus par des Brésiliens, des étals de fruits et légumes tenus par des Créoles haïtiens et des Hmong. D’une part, le marché est une occasion de montrer son appartenance au groupe en critiquant vivement les exposants d’origine étrangère et particulièrement les Créoles haïtiens accusés d’usurpation du fait qu’ils revendraient des produits qu’ils ne cultiveraient pas. D’autre part, les Créoles pensent que « tout le monde connaît tout le monde ». Y croire crée l’illusion d’une homogénéité socioculturelle alors que ces connaissances sont circonscrites.

12Comme les groupes dominants, les Créoles réduisent « le monde » à leur groupe. Ils pensent représenter la majorité de la population. Le fait d’habiter à Cayenne et d’y passer la plupart de son temps en accentue l’illusion. Cet ethnocentrisme conforte l’idée de prédominance et les étrangers qui gravitent autour du groupe sont perçus comme étant minoritaires et négligeables. Le marché est un lieu d’expression privilégiée de cette illusion. Pour les Créoles, « aller faire son marché » c’est aussi « dire bonjour », « serrer des mains », « faire des bises » et entamer une conversation. Ils se regardent et se saluent. De ce fait, passer sans dire bonjour à quelqu’un que l’on connaît est une offense. Ces rencontres leur permettent de constater qu’ils sont encore connus et qu’ils connaissent encore de nombreuses personnes.

13L’analyse qui résulte de cette enquête est que la connaissance toponymique est liée à la participation à la vie de la communauté. Un habitant du centre a plus de chances d’avoir une meilleure connaissance toponymique, mais cela est aussi lié à son insertion sociale. Ainsi, un résident de la périphérie peut avoir la même connaissance de la toponymie de la ville en fonction du temps qu’il y passe et de sa participation à la vie de la communauté. La toponymie est un moyen de mesurer l’insertion mais aussi de s’insérer dans le groupe. Les habitants, en prenant l’agglomération principale comme point de référence de leur carte, participent de plus en plus à la vie de la communauté. Le centre de Cayenne, comme le centre de Puget-Ville ou des villages Corses (Ravis-Giordani 1981, p.178-189 cité par Arnold, 1995, p.35), est une sorte de miroir des pratiques. Il atteste de l’insertion dans le groupe. Lorsque l’individu participe à la vie économique, sociale, culturelle de la ville, on peut dire qu’il conquiert concrètement son espace. Ceux qui connaissent le mieux la toponymie participent le plus à la vie de la communauté, ils sont mieux insérés dans le groupe. À un certain stade de connaissance toponymique correspond un certain niveau d’insertion dans la communauté. Cette démarche est souvent individuelle, un habitant appartenant à un groupe socioculturel marginalisé peut avoir une surconnaissance toponymique. Ainsi, les jeunes récemment arrivés et voulant s’intégrer à la communauté cayennaise « déploient tous les moyens possibles pour intégrer leur nouvel environnement et utilisent entre autres la toponymie » (Arnold, 1995, p.46). C’est ce que Magali Arnold appelle « l’envie de savoir, de partager une même connaissance, afin de s’approprier l’identité de la communauté ». Mais ce n’est que plus tard, avec l’utilisation des savoirs populaires, que l’insertion sera démontrée (Arnold, 1995, p. 44-46).

14À Cayenne, comme ailleurs, il existe pour certains lieux une toponymie parallèle qui ne figure pas sur les cartes officielles. Bien souvent les noms de boutiques remplacent les noms publics, cette toponymie informelle est connue des personnes intégrées dans la communauté. Ainsi, la maîtrise de ces toponymes montre la démarche d’insertion. Par ailleurs, l’enquête met en évidence que la plupart des habitants méconnaissent les anthroponymes. Le personnage le plus connu, et peut-être doit-il sa notoriété aux boutiques qui bordent l’artère, est le Général de Gaulle. Quant aux rues portant des noms de Guyanais célèbres, les personnes rencontrées savent rarement faire la distinction avec les autres personnages de l’histoire.

  • 9 Gaston Monnerville : né en 1897 à Cayenne, il poursuit ses études de droit à Toulouse. Docteur en d (...)
  • 10 Félix Éboué : il entre à l’École Coloniale de Paris en 1906. Deux ans plus tard il est nommé élève (...)

15Au moment de la première enquête menée dans les lycées, le sénateur créole Gaston Monnerville9 est reconnu grâce aux diverses célébrations du centenaire de sa naissance qui ont eu lieu la même année. À cette occasion, une statue à son effigie a été inaugurée au Jardin botanique. Ainsi, certains personnages sont connus parce qu’ils ont fait l’actualité récemment ou bien parce que leur souvenir est fréquemment rappelé à la mémoire des Cayennais. C’est le cas du Gouverneur Félix Eboué10, une rue porte son nom, une statue le représentant se trouve au centre de la place des Palmistes, le premier lycée de Cayenne porte également son nom et sa maison natale fait office de musée. Cependant, rares sont les personnes interrogées qui connaissent les fonctions qu’il a occupé. Au sujet des toponymes, l’anthropologue Vincke met en évidence que « le pouvoir de nommer signifie, au moins indirectement, le pouvoir » (1995, p.254). C’est une territorialisation de l’espace, révélatrice de sa maîtrise, dans le but de lui ôter sa neutralité pour l’affecter de valeurs symboliques ou fonctionnelles. Pourtant, les personnages historiques, particulièrement les figures guyanaises, sont méconnues de la majorité de la population. Le plus souvent, pour justifier leur méconnaissance toponymique, les personnes interrogées rejettent la responsabilité sur le maire qui « n’indiquerait pas le nom des rues » et pour expliquer leurs lacunes historiques, ils rejettent la responsabilité sur l’Éducation Nationale.

16Comment expliquer cette méconnaissance ? Les cours d’histoire sur la ville de Cayenne et l’histoire de la Guyane en général sont-ils insuffisants ? Existerait-il des différences entre la population et les choix du Conseil Municipal à propos de la valeur accordée aux personnages historiques ? Les Cayennais sont-ils peu curieux d’en savoir plus sur ce sujet ? Ou bien cette méconnaissance s’expliquerait-elle simplement par le fait que, lorsqu’on est inséré dans le groupe, la connaissance des noms de rues deviendrait superflue ? Sur ce point, il est important de souligner que le plus souvent, pour indiquer une direction ou une adresse, les Créoles utilisent le nom des commerces importants qui s’y trouvent. Malgré cette méconnaissance, on constate que, paradoxalement, les propositions de changements toponymiques sont très mal interprétées par la population cayennaise. À ce propos, il est intéressant de rapporter un événement qui mobilise celle-ci depuis une décennie.

17En février 1999, la députée de la première circonscription, Christiane Taubira, propose que le nom de l’unique aéroport international de Guyane baptisé « Rochambeau » soit modifié, en argumentant que ce personnage de l’histoire est un esclavagiste tortionnaire. Pour en savoir plus, il faut se pencher sur les écrits de l’avocate colombienne Rosa Amélia Plumelle-Uribe qui a étudié le sujet des colonisations européennes. Elle présente le général Rochambeau comme :

« un de ces Français qui [traversent] l’Atlantique pour défendre les idéaux de liberté et transmettre l’esprit et le message des Lumières en Amérique du Nord. Il [va] aussi à Saint-Domingue (Haïti), mais là sa mission, beaucoup moins glorieuse, [est] de briser la moindre tentative de liberté chez les Noirs, fût-ce par le biais de l’extermination » (2001, p.92). L’auteur poursuit le portrait de Rochambeau en rapportant une décision prise par ce général face à la résistance haïtienne : « il [décide] l’achat de six cents chiens bouledogues, élevés et nourris dans le carnage, et grâce auxquels il [compte] mettre fin à la résistance des Noirs. Les Espagnols avaient réussi l’élevage à grande échelle de ces chiens dressés à manger du Noir. Au lieu d’eau, ils [boivent] leur sang et on les [nourrit] de leur chair. (…) Une fois démontrée leur efficacité, le général Rochambeau distribue les animaux entre les différents détachements » (2001, p.93).

  • 11 Pagra est avant tout le nom donné à un panier fabriqué en feuille d’arouman (variété de palmier).
  • 12 Se reporter à La Martinique pendant la révolution de 1789, Édition de textes par le service éducati (...)

18De nombreux Créoles de l’élite, dont le premier adjoint au Maire et le Consul honoraire de l’Équateur, se sont dressés contre la proposition de la députée, en affirmant qu’ « il existe deux Rochambeau et que celui de l’aéroport n’est pas un tortionnaire » ; tandis que la majorité de la population n’a pas manifesté d’intérêt ni de curiosité particulière face à cette incertitude. L’affaire est donc écartée mais en septembre 2002, la députée relance sa proposition en écrivant au Ministre des Transports. En janvier 2003, elle organise un concours afin que les écoliers rebaptisent l’aéroport. Ce concours, soutenu par le Rectorat, est appelé PAGRA11 (Pétrir l’Avenir, Grandir, Réfléchir, Agir). En réaction à cette initiative, l’historien Rodolphe Alexandre, premier adjoint au maire de la ville de Cayenne, appartenant à un parti politique différent de celui de la députée affirme publiquement que « le Rochambeau qui concerne la Guyane est celui qui s’est battu aux côtés de Lafayette face aux Britanniques ». Il s’agirait donc de Jean-Baptiste Donatien de Vimeur, comte de Rochambeau est le père de Donatien Marie-Joseph de Vimeur, vicomte de Rochambeau. Celui-ci suit son père en 1780 lors du débarquement en Amérique. Envoyé en Martinique en 1792, il est repoussé à Saint-Domingue. En 1793, il est de retour en Martinique où il devient gouverneur de l’île12.

19Le 24 mars 2003, le Recteur de l’académie de la Guyane annonce son retrait du concours prétextant « qu’une partie de la population et des élus est contre cette initiative ». Cependant, la Députée poursuit ses objectifs et, le 10 juin 2003, le groupe d’élève qui a proposé le nom de « Cépérou » remporte le concours. Il est intéressant de constater que l’heureux gagnant est un personnage imaginaire d’un conte kali’na. L’affaire passionne toujours en 2008. En mai, les propos d’écrivains haïtiens, invités au salon de livre en Guyane, qui se disaient très choqués d’avoir atterri à l’aéroport de « Rochambeau » sont repris dans la presse locale. En octobre, une émission de la radio nationale, radio-Guyane, invitant des conseillers municipaux, a été consacrée aux choix toponymiques afin d’inviter la population à débattre sur le sujet. Dans le même temps, les journalistes de la chaîne de télévision privée, Antenne Créole Guyane, ont délibérément choisi de renommer l’aéroport « Cayenne-Matoury » dans chacun des reportages diffusés.

20Sur le même sujet, en septembre 2000, les indépendantistes du parti politique Mouvement de Décolonisation et d’Émancipation Sociale (MDES) proposent de rebaptiser le boulevard Jubelin par celui du boulevard du chef marron Gabriel. Conformément à l’idéologie des racines, ils valorisent les origines du chef Gabriel « cet esclave marron d’origine amérindienne » et mettent en avant ses actes de bravoure. Gouverneur du 1er juin 1829 au 11 avril 1836, Jean-Guillaume Jubelin est accusé d’avoir ordonné « les châtiments corporels contre les résistants guyanais ».

21Ce qui nous intéresse ici, c’est de mettre en évidence que la majorité de la population n’a pas manifesté d’intérêt ni de curiosité particulière face à ces incertitudes et méconnaissances. Les discussions ont surtout été initiées par les partis politiques de gauche concurrents lors des différents suffrages et les journalistes. Soulignons que depuis ces débats, aucune modification n’a été faite. Ainsi, la toponymie est un lieu de luttes internes où les Créoles s’affrontent afin d’imposer leurs représentations de l’identité « convenable » du groupe. Dans ce cas précis, les idéologies « métro-affirmée » et « afro-militante » se sont affrontées. La première a convaincu car l’opposition à la colonisation française n’était pas envisageable. Dans d’autres cas, en fonction des intérêts du moment, l’idéologie des racines est activée afin d’imposer une représentation plus afro-centrée de la Guyane. Force est de constater que c’est avant tout le pouvoir politique qui détermine ces choix culturels. Sur le sujet, les monuments sont des exemples concrets.

Les monuments : reflets des idéologies

22Les monuments sont des représentations dont l’objectif principal est de fédérer le groupe culturel. Ils cristallisent les identités individuelles en une identité collective. La présentation chronologique et exhaustive des monuments de la ville met en évidence la permanence des idéologies métro-affirmée et afro-militante.

23Conçue par Louis-Ernest Barrias, la statue érigée en 1896 en l’honneur de Victor Schœlcher (photo 1), le représente entourant un esclave d’un bras et, de l’autre, lui montrant le chemin de la liberté. Schœlcher bénéficie d’une image positive, il est présenté comme l’unique libérateur des Noirs. Courageux et humain, il aurait - seul contre tous - exigé l’abolition de l’esclavage. Cette image est véhiculée dans de nombreux reportages télévisés mais aussi dans les salles de classe (Hidair, 2007). Cette présentation de Schœlcher en héros solitaire semble plutôt paternaliste et l’exposé des événements ignore les luttes menées par les esclaves.

Photo 1 : Statue de Victor Schœlcher

Photo 1 : Statue de Victor Schœlcher

Auteur : Isabelle Hidair, novembre 2007

  • 13 Justin Catayée : né à Cayenne en 1916, il passe son enfance à Sinnamary et à Mana. Ses parents rega (...)

24En 1946, la statue du gouverneur créole guyanais Félix Eboué est dressée au centre de la place des palmistes. Deux ans plus tôt, une rue et le premier lycée public de Cayenne sont baptisés à son nom. En 1985, un monument symbolise les « races » Amérindienne, Noire et Blanche portant la représentation du député de la Guyane et fondateur du Parti Socialiste Guyanais, le Créole Justin Catayée13 (photo 2). Les politiciens créoles ont fait appel à un artiste brésilien afin de réaliser une sculpture conforme à la « fable des trois races » qui est centrale dans l’idéologie de la démocratie raciale au Brésil (Mendoça, 1994, p.46). Érigée à l’initiative de la Mairie de Cayenne, elle rend hommage aux « trois grandes races fondatrices de la Guyane ».

Photo 2 : Les trois races

Photo 2 : Les trois races

Auteur : Isabelle Hidair, novembre 2007

  • 14 Kalenbé : nom amérindien donné au cache-sexe.

25D’abord, on peut être interpellé par le fait que le Blanc porte des vêtements contemporains, contrairement à l’Amérindien et au Noir marron qui restent figés dans le temps par un « Kalenbé »14. À ce sujet, on peut se demander pourquoi le Blanc est vêtu d’un short et d’un débardeur plutôt que d’un habit du XVIe siècle ? En découvrant cette sculpture monumentale, aussi appelée « Rond-point des trois races », de nombreux observateurs du moment y ont vu, à l’instar de Chalifoux, le symbole de « cette conscience pluraliste naissante » (1989, p.24). Cependant, cette représentation a aussi un fort pouvoir d’exclusion car reconnaître que les trois groupes socioculturels fondateurs de la Guyane se limitent aux Amérindiens, aux Africains et aux Européens exclut tous les autres et on sait que les monuments, comme les toponymes, sont des révélateurs idéologiques pertinents.

26Aussi, il est intéressant de constater que, suivant les idéologies, les convictions de quelques observateurs diffèrent de l’existant : des Créoles, sous l’influence de l’idéologie « métro-affirmée », ou bien des Métropolitains voient dans cette représentation « un Amérindien, un Créole, un Noir ». Ainsi, il apparaît que ces Créoles se confondent avec le personnage blanc (au nez pourtant pointu et aux cheveux plats) et ne conçoivent pas d’être représentés par le Noir. Des Métropolitains sont convaincus d’avoir été oubliés ou bien, – à l’instar de Jolivet– voulant expliquer la présence d’un Amérindien et d’un Noir aux côtés d’un Créole, ils voient « chez certains Créoles, une véritable tentative de renversement du regard plaçant l’ex-« sauvage » ou « primitif », jusqu’alors considéré comme extérieurs à leurs valeurs cardinales, au rang plus honorable de membre d’un groupe fondateur de la société guyanaise » (2002 :120). Pourtant, les Créoles sont bel et bien représentés par la « race noire » et quelques-uns en sont fiers. Il faut surtout préciser que la majorité d’entre eux voient dans cette représentation le métissage dont ils sont issus : ils sont nés du « mélange de ces trois races ».

  • 15 Les activités journalistiques de Jean Galmot (né en 1879) le font connaître et remarquer dans la vi (...)

27D’autres monuments représentent des politiciens créoles guyanais et métropolitains, il s’agit du buste de Gaston Monnerville inauguré en 1998 au jardin botanique et de la statue de Jean Galmot inaugurée en 200415. Ces politiciens ont marqué leur époque par le prestige de leurs fonctions.

  • 16 Discours de Lobie Cognac prononcé à l’inauguration.

28Il faut attendre le 10 juin 2008 pour découvrir le monument évoquant l’esclavage sans la présence d’un personnage blanc (Photo 3). La sculpture représente un couple d’esclaves aux chaînes brisées. Selon l’auteur de l’œuvre, « ce couple porte sa tenue de travail pour montrer qu’une fois libre, le travail est la valeur première de la construction de notre pays »16. Cependant, une fois de plus, le sujet est abordé à travers le prisme de l’abolition sans mentionner les 200 ans d’asservissement. De plus, soulignons que l’artiste peintre retenu, Lobie Cognac, est Ndjuka. C’est donc un sculpteur noir marron qui a été engagé par le Conseil Régional de la Guyane à la suite d’un appel à projets. Le jour de l’inauguration, Lobie Cognac a précisé que l’œuvre s’intitule « Fiiman », ce qui signifie « homme libre », en nenge-tongo. Par ailleurs, le socle de la statue est habillé de plaques de granit décorées de motifs inspirés des arts noir-marron (tembé) et amérindien. Cette inauguration fut aussi le jour où apparurent de nouvelles revendications concernant les modifications toponymiques. Sur une banderole, on pouvait lire « débaptisons les rues des noms des négriers ». Ainsi, l’idéologie « afro-militante » a largement dominé les discours prononcés par les élus locaux lors de l’inauguration. Nous l’avons vu, l’identité n’est pas univoque. Dans d’autres circonstances, les mêmes élus peuvent avoir recours à l’idéologie « métro-affirmée » et faire l’éloge de la France en fonction des enjeux.

Photo 3 : Les marrons de la liberté

Photo 3 : Les marrons de la liberté

Auteur : Isabelle Hidair, novembre 2007

29Ainsi, seuls les Créoles et les Métropolitains, et dans une moindre mesure, les Amérindiens sont représentés dans l’espace urbain. Soulignons, qu’aucun monument rappelle la période précolombienne et l’esclavage en tant que tel. Sa forte représentation démontre la place de choix que s’attribue l’élite créole face aux autres groupes socioculturels. Ils sont les représentants de la Guyane tant au niveau national (les foires, salons, expositions, élection de Miss France, etc.) qu’international par le biais des sportifs ou politiciens et sélectionnent les faits historiques qui correspondent le mieux à l’identité qu’ils construisent. Par ailleurs, même si l’espace limité des loisirs dans une ville moyenne comme Cayenne contribue à homogénéiser les comportements sociaux, les groupes socioculturels marquent leurs différences.

La ségrégation socio-spatiale

30Dans la quotidienneté cayennaise, les différences socioculturelles sont mises en scène dans les bars, les restaurants ou les boutiques. Les groupes socioculturels sont en contact fréquent mais pas permanent et, dans certains lieux non privés, la différence est marquée. Le géographe Marcel Roncayolo formule l’idée que : « la ville ou l’agglomération urbaine présente deux aspects complémentaires : elle est à la fois lieu de différences », séparation des groupes sociaux, des fonctions, des usages du sol ; « elle est aussi lieu de regroupement » (1990, p.105). À ce propos, on peut évoquer la ségrégation socio-spatiale qui anime la vie quotidienne à travers l’exemple de l’utilisation du terrain de sport dans le quartier de Zéphir.

31Le stade Raymond Cresson est la propriété de la ville de Cayenne. Situé au bord de la route de Montabo, en face de la cité Zéphir, il a été construit en 1988. Il propose un terrain de football, volley-ball et basket-ball en plein air. Le matin, en raison de l’ensoleillement, il est peu utilisé mais, dès le coucher du soleil, ce stade ne désemplit pas. Il est utilisé par les clubs de football pour l’entraînement et par les jeunes du quartier pour le basket. Il sert aussi de lieu de répétition aux musiciens du groupe carnavalesque du quartier. Il existe aussi une utilisation officielle du stade qui est gérée par la Mairie et qui concerne le planning des entraînements de différents clubs. En dehors de cet emploi, l’accès aux infrastructures est libre.

32On constate que le stade est utilisé différemment en fonction de l’appartenance culturelle. Il est ouvert à tous en théorie mais pas dans la pratique. Les jeunes Créoles du quartier de Zéphir sont les maîtres des lieux et par leur omniprésence ils délivrent, d’une certaine manière, les « autorisations d’accès ». Ainsi, certains, comme le raconte Ken, se font refouler et d’autres entrent à condition de rester discrets :

« Il y a des gens que je n’aime pas dans le quartier. Ils passent ils disent des gros mots. Ils frappent la porte surtout à Noël, ils lancent des pétards au fond là. Ce sont des gamins de mon âge. Avec mes copains ont les a attendus… Hier, on était en train de jouer au football des gars nous embêtaient, on est partis, ils jouaient au basket. Il y a des Guyanais [Il désigne ainsi les Créoles guyanais] qui viennent m’embêter, des [Amer]indiens aussi, des Brésiliens. L’autre jour on jouait au football il y a un Guyanais qui voulait nous prendre [nous battre] on est partis » (janvier 2000).

  • 17 Zouk : nom donné au style musical et la danse originaires des Antilles. Désigne aussi une soirée da (...)

33En conséquence, en fonction des disponibilités des terrains de jeux, les groupes socioculturels d’amis se succèdent. On croise ainsi des équipes de volleyeurs chinois ou de basketteurs métropolitains. De plus, les jeunes créoles guyanais montrent leur propriété de l’espace en garant leurs automobiles à l’intérieur du stade. Ils sont les seuls à dépasser les limites du portail pour garer leurs véhicules juste devant les aires de jeux. Là, ils ouvrent les portières qui laissent s’échapper les airs des chansons de reggae, zouk17 ou Rythm and Blues à la mode.

34D’une façon générale, la témérité est valorisée chez les Créoles. L’espace urbain est occupé souvent anarchiquement : Jeter ses ordures ou se garer en dehors des aires prévues à cet effet, voler les plantes des espaces verts et conduire sans casque sont autant de pratiques quotidiennes qui participent à cette appropriation symbolique du sol. L’arrogance et le défi des autorités sont des manières de revendiquer son appartenance. D’un côté, ils montrent leur courage face au danger que ces attitudes illégales représentent, et de l’autre, ils exposent à tous de façon ostentatoire leurs capacités financières en circulant dans ville au volant d’une voiture neuve ou chère.

La difficile appropriation du sol

35Un paradoxe réside dans le fait que les Créoles s’approprient l’espace, mais n’aspirent pas à devenir propriétaires de leur lieu d’habitation. Ainsi, le système locatif peut parfois devenir un habitat qui se vit dans la durée, et peut même devenir définitif. D’après l’INSEE, trois quarts des habitants aux Antilles occupent leur logement depuis quatre ans, contre moins de la moitié en Guyane. En moyenne, les Antillais occupent leur logement depuis 15 ans, les Guyanais 7 ans. On constate donc que la rotation du logement est plus forte en Guyane. Selon l’INSEE, trois principaux facteurs expliquent ce désintérêt :

36Tout d’abord, le fait que la moitié des résidents en Guyane soient nés hors du département peut expliquer que les ménages soient moins fixes. Les immigrants sont récemment arrivés et pour des périodes assez courtes. 13% des chefs de famille guyanais étaient installés hors du département quatre ans auparavant, seulement 6% aux Antilles. L’immigration ne permet pas l’accession à la propriété. Certains de ces immigrés n’ont pas le temps de s’installer définitivement ou ne souhaitent pas le faire car ils envisagent un retour à terme dans leur pays d’origine. Par exemple, il apparaît que, malgré un très fort pouvoir d’achat, les Métropolitains sont peu nombreux à être propriétaires.

Tableau 1 : Lieu de naissance des personnes propriétaires en Guyane

Tableau 1 : Lieu de naissance des personnes propriétaires en Guyane

Source : Tartinville, 1998, p.19

37Cependant, pour corriger les effets de l’immigration, l’INSEE ne s’intéresse qu’aux natifs de Guyane : seuls 7% des locataires guyanais désirent devenir propriétaires contre 13% aux Antilles. Les natifs de Guyane sont beaucoup moins nombreux à être propriétaires (44%) que leurs homologues antillais (64%).

38Le deuxième facteur touche à l’instabilité des ménages de jeunes. Or, la population guyanaise est plus jeune que la population antillaise. Le chef de famille a en moyenne 42 ans en Guyane contre 50 ans aux Antilles.

39Enfin, le troisième et dernier facteur concerne le frein financier. En 1986, la loi de défiscalisation des investissements dans les DOM-TOM, dite « Loi Pons », permet aux contribuables, qui investissent dans un logement, de bénéficier pendant cinq ans de déductions fiscales (à hauteur d’une fraction de leur investissement).

40Cette loi est applicable à des logements habités par le propriétaire ou loués par celui-ci. Mais « la faible proportion de contribuables dans les Départements Français d’Amérique (DFA) a réduit l’impact de cette loi. En Guyane, environ 1/3 des contribuables est imposé ». Ainsi, en Guyane, le système locatif peut perdurer toute la vie de l’individu. On peut ajouter le fait que bon nombre des Créoles rencontrés n’envisagent pas leur avenir en Guyane parce qu’ils considèrent qu’un meilleur destin se dessine pour eux en France (Hidair, 2003). De ce fait, quelques-uns préfèrent acheter dans les grandes villes métropolitaines plutôt que d’investir dans leur département de naissance.

Conclusion 

41Les Créoles guyanais, on observe une appropriation symbolique du sol à travers les conflits, les défis, l’arrogance, la surenchère de la représentation extérieure. Elle s’accompagne d’une appropriation réelle observée dans les médias et la ségrégation spatiale. L’espace de la ville est divisé à l’image de la société cayennaise. Les Créoles y sont les plus visibles à travers la toponymie, les monuments, les publicités et les graffitis. Ils cherchent à se faire remarquer et défient en permanence les autorités donc l’État français. La témérité est valorisée. Ainsi, l’appropriation symbolique de l’espace peut être considérée comme une réponse, une sorte de compensation, à la difficile accession à la propriété.

Haut de page

Bibliographie

ARNOLD M., 1995, Pratiques et représentation de l'espace communal au travers de la toponymie, Le cas de Puget-Ville dans le Var, mémoire de maîtrise, Université Aix-Marseille I.

BOURDIEU P., 1987, Choses dites, Paris, Éditions de Minuit.

CHALIFOUX J-J., 1989, « Créolité transculturelle en Guyane », La créolité, la guyanité, Exposés – débats du CRESTIG, Cayenne.

CHERUBINI, B., 1988, Cayenne ville créole et polyethnique, Paris, Karthala, CENADDOM.

HIDAIR I., 2008, « L’immigration étrangère en Guyane : Entre stigmatisation et stratégie de récupération », L’observatoire de l’institutionnalisation de la xénophobie, Observ.i.x. Revue Asylon(s). [En ligne] http://observix.lautre.net

HIDAIR I., 2007, « Images fantasmatiques de l’immigration métropolitaine : Regards sur la dialectique des représentations stéréotypées », MAM-LAM-FOUCK S. (dir.), L’institution d’un département français dans la région des Guyanes, Ibis Rouge Editions, p.617-642.

HIDAIR I., 2003, La construction identitaire des Créoles de Guyane. De la gestion d’un héritage pluriel à l’insertion dans un contexte multiculturel, thèse de doctorat d’anthropologie, EHESS-CEAF, Paris.

HIDAIR I., 1997, Sang-Mêlés : La dynamique des relations interculturelles à Cayenne vue à travers le vécu des jeunes Créoles guyanais, mémoire de DEA, Université Aix-Marseille I.

JOLIVET M-J., 1997, « La créolisation en Guyane. Un paradigme pour une anthropologie de la modernité créole », Cahiers d’études africaines, Tome XXXVII, n°148, p.813-837.

JOLIVET M-J., 2002, « Images de Guyane, Entre réduction et cloisonnement », Autrepart, n° 24, Éditions de l’Aube, IRD, p.107-124.

MAM-LAM-FOUCK S., 1992, Histoire de la Guyane contemporaine, 1940-1982. Les mutations économiques, sociales et politiques, Paris, Éditions Caribéennes.

MENDOÇA C. P., 1994, « Pluriculturalisme, société et état. Blancs et Noirs au Brésil », GOSSELIN G., et OSSEBI H. (eds), Les sociétés pluriculturelles, Paris, L’harmattan, p.43-53.

PLUMELLE-URIBE R.-A., 2001, La férocité blanche. Des non-blancs aux non-aryens, génocides occultés de 1492 à nos jours, Paris, Albin Michel.

RONCAYOLO M., 1990, La ville et ses territoires, Paris, Gallimard.

TARTINVILLE S., 1998, « Mobilité résidentielle aux Antilles-Guyane, déménager-emménager », Antiane Eco, n°39, p.19.

VINCKE E., 1995, « L’image du noir dans les espaces publics », BLANCHARD P., BLANCHOIN S., BANCEL N., BOËTSCH G., GERBEAU H., L'Autre et Nous, Scènes et Types, Paris : ACHAC, Syros, p. 253-259

Haut de page

Notes

1 Il faut préciser « Créoles guyanais » car il existe d’autres populations créoles en Guyane. Dans son acception émique, le terme « Créole » désigne les descendants d’esclaves ayant assimilé la culture française chrétienne. Soulignons que la Guyane a le statut de département français depuis 1946 et, de ce fait, la nationalité française distingue les Créoles guyanais des immigrants étrangers provenant en majorité des pays voisins.

2 Cette étude est issue de mon travail de terrain mené de 1999 à 2003 dans le cadre d’une thèse (Hidair, 2003). Étudiant la construction de l’identité des Créoles de Cayenne, j’ai distingué cinq « champs »-que j’appelle aussi espaces de stratégie - autour desquels gravitent la famille élargie et grâce auxquels l’identité est construite et reconstruite. De plus, la famille créole est largement influencée dans ces choix par deux idéologies complémentaires : la première, l’assimilation de la culture française chrétienne car la religion catholique rythme leur vie quotidienne ; et, la seconde, concerne la valorisation des origines africaines et amérindiennes afin de rééquilibrer les pouvoirs (culturels, politiques, économiques…) entre la France métropolitaine et de la Guyane.

3 De l’espagnol « bozal » qui au sens propre veut dire «  nouveau », mais qui connote aussi l’idée de simple, de fruste, voire de presque sauvage.

4 Zéphir, situé à trois kilomètres du centre ville de Cayenne, a été choisi pour le brassage socioculturel qu’il propose. En effet, l’habitat à loyer modéré géré par la Société Immobilière de Guyane (SIGUY) côtoie de luxueuses villas privées situées au bord de mer.

5 Les mots ou les phrases rédigés en italique et entre guillemets font référence aux propos récurrents recueillis auprès des personnes rencontrées.

6 Dans son acception émique, ce terme sert à faire la différence entre la Guyane et la France. Puisque la Guyane est française, les Créoles guyanais manifestent leur appartenance à la France en disant « métropole », mais soulignons que ce terme a une forte connotation « métro-affirmée ». Pour ma part, j’utiliserai cette désignation conformément à la définition donnée par le dictionnaire Larousse : « État considéré par rapport à ses colonies, ses territoires extérieurs. Capitale politique ou économique d’une région, d’un État » (1997, p.654).

7 Désigne les Blancs nés en France métropolitaine.

8 Depuis janvier 2007, le comité des festivals et carnavals de Guyane et la Mairie de Cayenne ont proposé un nouvel itinéraire ne passant pas l’avenue du Général de Gaulle. Quelques habitants ont désapprouvé ce changement en mentionnant le caractère « froid » et « impersonnel » des autres rues.

9 Gaston Monnerville : né en 1897 à Cayenne, il poursuit ses études de droit à Toulouse. Docteur en droit en 1918, il embrasse la carrière d’avocat au barreau de Toulouse puis à celui de Paris. En 1922, il adhère au Parti Républicain Radical et Radical Socialiste. En 1932, il est élu député de la Guyane, maire de Cayenne en 1935 et réélu à la chambre des députés en 1936. Il exerce par deux fois les fonctions de secrétaire d’État aux Colonies en 1937 et 1938. Durant la Seconde Guerre Mondiale, il s’engage dans la marine. Démobilisé en 1940, il entre dans la Résistance au mouvement « Combat ». Chevalier de la Légion d’honneur à titre militaire ; croix de guerre 1939-1945 ; médaille de la Résistance avec rosette. Il est élu député de la Guyane aux deux assemblées constituantes. En 1946 il est élu au Conseil de la République comme sénateur de la Guyane. En 1948 il devient sénateur du Lot, puis conseiller général et président du Conseil Général de ce département. En 1947 il est porté à la présidence du Conseil de la République (actuel Sénat). En 1974, il devient membre du Conseil constitutionnel. Il meurt le 7 novembre 1991 (Mam-Lam-Fouck, 1992, p.414 -15).

10 Félix Éboué : il entre à l’École Coloniale de Paris en 1906. Deux ans plus tard il est nommé élève administrateur des colonies et désigné à sa demande pour servir en Afrique Equatoriale Française. En 1909, il arrive à Brazzaville, il insiste pour être affecté en Oubangui-Chari. En 1930, il est promu au grade d’administrateur en chef. En 1932, il est nommé secrétaire général auprès du gouvernement de la Martinique. En 1934, il devient gouverneur intérimaire au Soudan français. En 1936, il est gouverneur intérimaire en Guadeloupe. En 1938, il est rappelé en France et devient gouverneur de 2ème classe au Tchad. En 1941, il est décoré de la Croix de la Libération et nommé membre du Conseil de l’Ordre de la Libération. Il meurt en 1944 et est inhumé au Panthéon en 1949 (voir le site http://www.ordredelaliberation.fr/fr_compagnon/318.html).

11 Pagra est avant tout le nom donné à un panier fabriqué en feuille d’arouman (variété de palmier).

12 Se reporter à La Martinique pendant la révolution de 1789, Édition de textes par le service éducatif des archives départementales de la Martinique, CRDP, Antilles Guyane, réédition 1989.

13 Justin Catayée : né à Cayenne en 1916, il passe son enfance à Sinnamary et à Mana. Ses parents regagnent la Martinique dont ils sont originaires. Il fait ses études primaires et secondaires au lycée Schœlcher de Fort-de-France. Il s’engage comme volontaire dans les Forces Françaises Libres durant la Seconde Guerre Mondiale. La guerre finie, il reprend ses études à Bordeaux et obtient une licence de mathématiques. Il devient professeur de mathématiques au lycée Félix Eboué de Cayenne. Il fonde en 1956 le Parti Socialiste Guyanais. Il a été élu conseiller municipal de la commune de Cayenne en 1953 et devient député de la Guyane en 1958. Il meurt le 22 juin 1962 dans un accident d’avion en Guadeloupe (Mam-Lam-Fouck, 1992, p.412-13).

14 Kalenbé : nom amérindien donné au cache-sexe.

15 Les activités journalistiques de Jean Galmot (né en 1879) le font connaître et remarquer dans la vie mondaine et au monde politique. En 1906, il quitte la France à destination de la Guyane où son beau-père possède le Placer (mine d’or) Élysée, sur la rivière Mana. Rapidement, la vie économique est dominée par Jean Galmot qui se présente aux élections législatives de 1919. Il emporte largement la victoire dès le premier tour. Député, Jean Galmot fait partie des non-inscrits au Parlement, conséquence logique de sa préparation sans étiquette aux élections et de la spécificité de l'action qu'il entend développer. Les concurrents de Jean Galmot l’attaquent aussi bien à la Chambre des députés que dans la presse. Il résiste à plusieurs accusations ; mais à la suite d'une plainte émanant de la « Société des Banques de Provinces », il est procédé à son arrestation. Son procès a lieu le 17 décembre 1923. Il est condamné à un an de prison avec sursis, 10 000 F d’amende et 5 ans de privation d'exercice de ses droits civils. Ces nouvelles sont, bien entendu, connues en Guyane, mais ses partisans le croient victimes d’un complot. À partir de ce moment, on multiplie les fraudes à chaque élection afin d'enlever toute influence de Jean Galmot dans le pays. Le 6 août 1928, Jean Galmot meurt dans des conditions mystérieuses (voir le site http://perso.orange.fr/redris/HTML/Galmot.htm).

16 Discours de Lobie Cognac prononcé à l’inauguration.

17 Zouk : nom donné au style musical et la danse originaires des Antilles. Désigne aussi une soirée dansante.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 : Statue de Victor Schœlcher
Crédits Auteur : Isabelle Hidair, novembre 2007
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1039/img-1.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Photo 2 : Les trois races
Crédits Auteur : Isabelle Hidair, novembre 2007
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1039/img-2.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Photo 3 : Les marrons de la liberté
Crédits Auteur : Isabelle Hidair, novembre 2007
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1039/img-3.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre Tableau 1 : Lieu de naissance des personnes propriétaires en Guyane
Crédits Source : Tartinville, 1998, p.19
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1039/img-4.png
Fichier image/png, 14k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Hidair, « L’espace urbain cayennais : un champ de construction identitaire », L’Espace Politique [En ligne], 6 | 2008-3, mis en ligne le 03 avril 2009, consulté le 21 août 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/1039 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.1039

Haut de page

Auteur

Isabelle Hidair

Anthropologue
Équipe de Recherche en Technologie de l’Éducation
ERTé 32-IUFM Guyane
ishidair@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org