Navigation – Plan du site

Une terre de risques et de violence ? Retour sur le FIG 2008

Arnaud Brennetot

Texte intégral

1Inauguré en 1990 dans un contexte de profonds bouleversements géopolitiques, le FIG s'est toujours efforcé de placer la géographie au service d'une compréhension actualisée du monde, portant un regard rigoureux, nuancé mais aussi critique sur les mutations mises en évidence et commentées au cours des différentes éditions. Si les questions abordées jusqu'ici recouvraient des enjeux importants, jamais le thème du festival n'avait été empreint d'une telle gravité. Intitulée « Entre guerres et conflits, la planète sous tension », cette 19e édition semble sonner le glas des espérances d'hier pour mieux nous plonger dans la réalité sombre et inquiétante d'un retour de la violence politique. Même le dessin de Plantu illustrant l'affiche du festival exprime un pessimisme désabusé. Les événements survenus au cours des mois précédents paraissent d'ailleurs accréditer l'hypothèse d'une dégradation du contexte mondial : le patriotisme conquérant du gouvernement chinois et le retour offensif de la Russie sur la scène géopolitique internationale rappellent que l'équilibre du monde ne tient pas seulement à l'action plus ou moins responsable et volontaire des démocraties libérales. Les visions paranoïaques du monde, à l'origine des guerres injustes déclenchées dans la première moitié de la décennie, sont aujourd'hui rattrapées par les représentations classiques du renouveau impérial.

2Si la guerre totale entre grandes puissances n'est plus, ou pas encore, à l'ordre du jour, la multiplication des théâtres de conflits et la transformation des modes d'affrontement rendent plus que jamais utile, sinon nécessaire, le recours à la géographie, à la fois celle des militaires, présents dans plusieurs conférences pour rendre compte des nouveaux enjeux de géostratégie et de défense, mais aussi à celle des spécialistes de géopolitique, soucieux de rappeler que les processus d'appropriation territoriale portent souvent les germes de la conflictualité. Cette approche polémologique des problèmes géographiques a d'ailleurs été fidèlement respectée, traitant de cas variés à des échelles multiples. Plusieurs tendances pouvaient néanmoins être distinguées.

L'aire des États à l'ère des réseaux

3La mondialisation se présente, tout d'abord, comme une source d'accentuation des tensions. Avec l'essor des échanges et le brouillage des distances, la géographie ordonnée des États subit les effets déstabilisants d'acteurs qui s'immiscent à l'intérieur des cadres institutionnels pour promouvoir leurs intérêts, quitte à perturber la conduite locale des politiques publiques. Cette logique résulte de l'action des réseaux officiels de la société civile (entreprises – notamment celles qui gravitent dans l'orbite du complexe militaro-industriel –, syndicats, mouvements religieux, confréries, diasporas, ONG, partis politiques, associations militantes, etc.) mais aussi les réseaux informels par lesquels transitent les différents trafics illicites (argent sale, armes, drogues, esclaves, informations stratégiques). Par leur agencement flou et changeant, ces organisations, éventuellement connectées à des États étrangers ou à des réseaux supranationaux, échappent en partie à l'emprise des gouvernements et permettent à des groupes restreints de proliférer en marge ou à côté du système légal, d'imposer des règles alternatives et de diffuser des normes parallèles à celles imposées par les États. Il n'est d'ailleurs pas rare qu'elles soient mises à profit dans le cadre de luttes asymétriques pour harceler et déstabiliser un ennemi plus puissant. À la croisée de tous ces circuits, se trouvent des villes dont l'image est de plus en plus souvent associée au chaos, à la catastrophe et à la guerre : points de cristallisation de toutes les angoisses contemporaines, elles doivent faire face à la tentation de la privatisation, de la sécession sociale et de la sécurisation à outrance. Dans bien des cas, les États semblent en passe de perdre le monopole de la violence interne, notamment là où ils sont les plus fragiles, laissant à ces nouveaux intervenants la possibilité de se glisser dans les espaces mal contrôlés pour défendre leurs avantages et imposer des formes alternatives de pouvoir. Le modèle d'un État exerçant une souveraineté incontestée sur un territoire borné paraît plus que jamais remis en question.

4Parallèlement, la circulation globale des images et des messages, répliqués à l'infini par les médias et les réseaux d'information, donne à voir un monde contrasté, à l'intérieur duquel chacun peut mesurer les spécificités de sa propre situation. Si cette généralisation de la communication permet la rencontre et la confrontation des opinions, elle donne également la possibilité de juger collectivement de l'évolution du monde, de prendre conscience des principaux dysfonctionnements mais aussi de nourrir des espérances nouvelles. L'exposition flagrante des injustices et des inégalités oblige les gouvernements à réagir, à proposer des réponses adaptées, faute de quoi l'accumulation des frustrations peut déboucher sur des tensions sociales et politiques accrues, comme l'illustre la hausse de la pression migratoire en de nombreux points du globe. Ce constat, effectué en plein effondrement des places financières, a été complété par une réflexion portant sur la stabilité et l'efficacité du modèle économique néolibéral. Les festivaliers ont pu profiter d'une véritable analyse « sur le vif » de la crise : les mécanismes géographiques à l'origine de sa diffusion ont été démontés afin d'en retracer les principales étapes, depuis l'effondrement du système immobilier suburbain aux États-Unis, en passant par les grandes faillites bancaires jusqu'à l'intervention providentielle des banques centrales et des gouvernements. Si l'analyse géopolitique peut utilement éclairer les tensions et les rapports de force inhérents à l'économie de marché, cette approche ne saurait toutefois résumer les enjeux politiques liés à la mondialisation. On peut en outre s'interroger sur l'opportunité d'employer le terme de « guerre » pour caractériser des situations de simple concurrence entre firmes, entre universités ou entre économies nationales : cet usage métaphorique tend en effet à édulcorer la portée du concept et à opacifier l'originalité des phénomènes propres à la violence politique. L'idée de « guerre économique » mériterait peut-être, à l’intérieur du vaste ensemble que constituent les conflits, d’être réservée aux affrontements politiques liés au contrôle des ressources. La teneur et la signification des tensions sociales, voire des crises, provoquées à l’échelle locale par la généralisation de la compétition économique différent grandement selon qu’elles adviennent dans un contexte de respect de l’état de droit ou non.

« L'arc des conflits »

5Dans l'ensemble, malgré tout, la variété des sujets traités permettait de prendre la mesure des différents degrés d'affrontement existants sur la planète, depuis les régimes de rivalités limitées que connaissent les démocraties libérales jusqu'aux actes les plus extrêmes commis à l'occasion des opérations de nettoyage ethnique. Ces distinctions permettaient de rappeler que les « poudrières » ne sont pas réparties de façon homogène sur la planète et qu'un « arc des conflits » (ou « arc de crise » pour reprendre l’expression développée dès 1978 par Zbygniew Brzezinski) se dessine autour du Proche-Orient (Israël, Liban), du Moyen-Orient (Irak, Iran), de l'Asie Centrale (Mer Caspienne, Afghanistan, Cachemire) et de l'Afrique (Corne de l'Afrique, Darfour, Congo et région des Grands Lacs). Les affrontements qui s'y déroulent se caractérisent par leur brutalité et la forte mobilisation des populations impliquées. Dans cet « arc » aux contours fluctuants, la transposition du modèle de l'État-nation se heurte à l’exacerbation du communautarisme consécutif au manque de démocratie, de transparence politique, d'égalité juridique et d'équité sociale. Sous l'effet des frustrations, la revendication du droit à la différence se transforme souvent en crispations identitaires. Le maillage des frontières résulte alors d'équilibres instables que le principe d'intangibilité peine à fixer. C'est le cas en Afrique mais aussi en Europe. Il n'est pas rare que des factions instrumentalisent les divisions de la société, les sentiments ethnique et religieux par exemple, pour prendre le pouvoir. Les groupes qui ne parviennent pas à s'emparer des positions centrales jouent sur les tentations séparatistes de minorités mal intégrées et sur l'existence de fractures internes pour prendre le contrôle de secteurs périphériques et s'en servir comme bases arrière. Les guerres civiles et les violences qui les accompagnent (massacres, nettoyages ethniques, génocides) résultent moins de pulsions incontrôlables que de stratégies réfléchies mises en œuvre par des clans - les seigneurs de guerre – qui, pour protéger leurs intérêts, développent des discours où sont dénoncés des boucs émissaires et légitiment les agressions. La faillite de l'État-nation serait moins imputable à l'imperfection d'un modèle, au demeurant fort malléable, qu'à des circonstances particulières empêchant, dans ces régions, toute stabilisation politique durable.

Géopolitique des puissances ou géoéthique des démocraties

6Plusieurs interventions ont insisté sur la manière dont se font les guerres aujourd'hui, l'affrontement direct entre États restant exceptionnel. Si les menaces globales liées à l'émergence des réseaux affaiblissent l'organisation interne des gouvernements les plus fragiles, elles peuvent aussi convaincre les principales puissances de déployer leur influence hors du territoire national. Le contrôle des approvisionnements en ressources (matières premières, énergies fossiles, eau, productions agricoles) et des zones qui les contiennent devient un enjeu central de la compétition entre les principaux acteurs géopolitiques, de même que la sécurisation des voies de passage permettant leur acheminement vers les bassins de consommation. Aujourd'hui, les régions polaires et le cyberespace apparaissent comme de nouveaux territoires âprement convoités. Cette logique de protection des intérêts passe par la mise au point de stratégies globales permettant de faire de l'espace mondial un horizon à maîtriser, voire un front à conquérir. Alors que les États-Unis peinent à s'imposer comme d'éventuels « gendarmes du monde », l'affirmation de puissances émergentes comme la Chine rend crédible l'hypothèse d'une évolution vers un système multipolaire, structurellement déséquilibré par le choc des ambitions et la recomposition des tentations impériales.

7À cette fin, plusieurs modes d'action sont aujourd'hui utilisés de façon combinée par les différentes puissances en présence, qu'elles soient grandes ou moyennes, anciennes ou nouvelles : dans le XXIe siècle qui se dessine, la dissuasion militaire, l'alliance diplomatique et la propagande idéologique semblent avoir conservé toute leur importance. La course aux armements et la prolifération nucléaire sont apparues comme des questions plus que jamais incontournables, la prépondérance quantitative et l'avancée technologique des États-Unis n'empêchant nullement la multiplication des tensions locales et régionales, incitant nombre de puissances émergentes à se doter d'un arsenal destiné à assurer une protection que leur intégration dans l'appareil diplomatique international ne leur garantit pas. L'élargissement des alliances (OTAN) et l'adhésion à des organisations intergouvernementales (ONU, FMI) donnent par ailleurs la possibilité aux États qui pèsent le plus dans les décisions collectives de faire entendre leur voix et d'imposer des normes de gouvernance favorables à leurs intérêts. Dans cette lutte pour l'influence, le contrôle des réseaux joue là encore un rôle de premier plan. Les tentatives pour diffuser des idéologies ou des valeurs juridiques et culturelles (le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes, le respect des cultures, la démocratie ou l'American Way Of Life) sont utilisées par les États pour accroître leur influence et faire prévaloir leurs visions stratégiques au niveau international. Il en est ainsi du combat pour la reconnaissance toponymique, conçu comme une préfiguration de la légitimation de projets politiques sous-jacents. Dans cette mondialisation de la lutte pour l'influence, les gouvernements ne peuvent négliger le rôle de la communication en direction de leur propre population : parce qu'il facilite la confiance des opinions publiques en leurs dirigeants, l'attachement au sentiment national, qu'il s'exprime sous une forme religieuse ou sportive par exemple, demeure un enjeu de premier plan pour les États.

8Cette vision d'un monde en proie aux rivalités entre puissances donne parfois le sentiment que les relations interétatiques restent dominées par la défiance et l'impossibilité de dépasser les égoïsmes nationaux. Un contre-exemple spécifique, concernant l'Union européenne ou les opérations de maintien de la paix, par exemple, aurait sans doute permis d'atténuer cette impression d'ensemble.

9Le festival a toutefois su éviter l'écueil du catastrophisme, rappelant que « la géographie, ça sert aussi à faire la paix ». Dépassant les simples incantations, plusieurs intervenants se sont interrogés sur les modalités de contournement de la violence, attribuant un rôle éminemment déontologique à la géographie. La recherche des conditions d'un renforcement de la paix et de la démocratie passe, pour eux, par une réflexion approfondie autour du concept de « coopération territoriale ». Les modèles d'économie politique aujourd'hui disponibles fournissent une base utile pour comprendre les blocages observés dans nombre de situations actuelles, en Afrique ou en Europe par exemple : il apparaît ainsi que l'État de droit et le suffrage universel, aussi indispensables soient-ils, ne peuvent avoir de sens que si des efforts parallèles sont menés pour instaurer une véritable démocratie sociale. Enfin, la réflexion prospective développée à propos d'un possible gouvernement mondial a permis de démontrer qu'une telle éventualité ne saurait advenir sans reconnaître une place fondamentale à la société-Monde en voie d'émergence, la question du rôle des États n'ayant par ailleurs pas été tranchée.

10Ces dernières considérations ont pu surprendre certains spectateurs du FIG habitués à des discours souvent plus réalistes. Elles soulignent néanmoins les complémentarités entre géographie politique et géopolitique, confirmant, dans le même temps, la nécessité de sortir la pensée critique d'un discours fataliste sur la violence pour l'associer à la possibilité d'une transformation éthique des territoires. La présence d'élèves de Saint-Dié, venus au festival pour comprendre ce monde dans lequel ils peuvent espérer mener une existence épanouissante et respectable, fournissait une occasion supplémentaire de s'en convaincre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud Brennetot, « Une terre de risques et de violence ? Retour sur le FIG 2008 », L’Espace Politique [En ligne], Comptes rendus d'ouvrages, mis en ligne le 17 novembre 2008, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/109

Haut de page

Auteur

Arnaud Brennetot

Université de Rouen, UMR CNRS IDEES-Laboratoire MTG

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org