Navigation – Plan du site

Marquages territoriaux et catégories sociales dans l’espace ultramarin français

Territorial Markings and Social Categories in the French Overseas Areas
Frédéric Piantoni

Résumés

Les crises actuelles dans les départements d’outre-mer s’enracinent dans l’échec de stratégies de développement dont les paramètres sont multiples : démographique, identitaires, géopolitique et géoéconomique. Ces crises, tantôt latentes, tantôt paroxystiques, sont toujours multiformes. Elles se perçoivent dans les discontinuités territoriales, dans l’émergence de communautarismes et dans la croissance d’une économie informelle, soit en marge du droit national et du modèle républicain. Comprendre les processus à l’œuvre implique de dépasser les effets conjoncturels (crise mondiale) pour convoquer les logiques de peuplement, les formes statutaires de décolonisations et leurs effets induits : fermeture et dépendances (financières, sociales).

Haut de page

Texte intégral

  • 1 En réponse aux revendications des organisations syndicales de salariés CGTG, CFDT, CTU, FO, UGTG, U (...)
  • 2 Nom donné à l’accord en hommage au syndicaliste, membre de la CGTG, tué le 18 février 2009 à Pointe (...)
  • 3 Les états généraux de l'outre-mer ont débuté officiellement à partir du 15 avril et devraient s'ach (...)

1La sortie de ce numéro thématique coïncide avec une actualité révélatrice de mutations profondes dans l’espace ultramarin français. Alors que Mayotte s’est prononcée le 29 mars pour devenir un département d’outre-mer en 2001, la signature de l’accord régional interprofessionnel sur les salaires en Guadeloupe1 (dit Accord Jacques Bino2), le 26 février dernier, a permis à la Guadeloupe de retrouver un calme précaire. Euphorie d’un côté, mobilisations violentes et causes plurielles de l’autre ; la pauvreté, absolue ou relative, reste, pourtant, le moteur de ces actions ; elle pousse à l’intégration ou à la dénonciation de systèmes d’organisations politiques peu représentatifs au sein d’économies dépendantes. Tel est un des points centraux des états généraux de l’outremer3 actuellement.

2Dans tous les cas, les cloisonnements territoriaux et leurs emboîtements scalaires (de l’agglomération urbaine au quartier) en restent des marqueurs. Rechercher des récurrences systématiques dans l’ensemble de l’outre-mer n’est pas aisé et un éclairage synthétique permettra, d’abord, de comprendre la problématique fine de ce numéro orientée vers le cloisonnement social et les fragmentations spatiales, révélateurs d’une crise profonde de développement.

Des statuts et des logiques de peuplement pluriels : les DROM et les COM

3Les statuts de l’outre-mer français sont des reflets de l’histoire coloniale (à l’exception du cas de Mayotte). Les quatre départements (Guadeloupe, Guyane, Martinique, Réunion), également région d’outre-mer (DROM), sont associés à une présence coloniale ancienne (XVIIe siècle) fondée sur l’esclavagisme.

  • 4 Connues sous le nom de TAAF (incluant les Iles Eparses de l’océan Indien).

4Les autres statuts, associés à une colonisation tardive (XVIIIe et XIXe siècles), ont fait l’objet de modifications, dont la plus récente est celle de la révision constitutionnelle du 28 mars 2003. Celle-ci supprime le statut de Territoires d’Outre-Mer (TOM) datant de 1946 et y substitue celui Collectivités d’Outre-mer (COM), intégrant, dans cette désignation, les anciennes collectivités territoriales d’outre-mer (Saint-Pierre et Miquelon, Wallis et Futuna, Mayotte, Saint-Martin et Saint-Barthelemy depuis le 15 juillet 2007). Parmi cette catégorie, la Polynésie française est désignée comme Pays d’Outre-Mer (POM) en raison de ses compétences élargies. La Nouvelle-Calédonie n’entre que partiellement dans ce cadre dans la mesure où, selon son statut transitoire adopté à la suite des accords de Nouméa du 5 mai 1998, elle est une collectivité sui generis (« unique en son genre »). Enfin, les autres espaces ultramarins (Clipperton, Terres australes et antarctiques françaises4) disposent de statuts spécifiques (dont celui de territoire d’outre-mer à statut particulier) du fait des revendications territoriales dont elles font l’objet.

  • 5 Dans d’autres cas – Indochine, Maghreb, Afrique Noire (AOF et AEF) à partir de 1830 – d’inconciliab (...)
  • 6 Conséquence des troubles sociaux violents que connurent les colonies « à sucre » après la première (...)

5Les processus de décolonisation, aboutissant à ces statuts, se sont déroulés dans des contextes internationaux de décolonisation, générant localement des mouvements de lutte pour l’indépendance plus ou moins violents (Condon, 2004, p.192). Dans le cas des DOM en particulier, l’intégration complète à la nation fut un plébiscite alors que ces espaces avaient souffert de la tragédie de l’esclavage. Ce paradoxe s’explique par la mise en œuvre, après l’abolition de 1848, de politiques éducatives, de modes de socialisation et d’une administration prônant un alignement sur les régimes sociaux métropolitains. En effet, l’origine servile et exogène de la composante majoritaire de la population, ainsi que la faible occupation humaine indigène initiale (ou sa réduction rapide), ont joué un rôle majeur dans la forme du processus de décolonisation orienté vers l’intégration à la nation. Ces deux facteurs se conjuguent avec l’instauration de zones de juridiction coloniales assimilationnistes5 à partir de 18306. Les lois de 1839 et, surtout, de 1848 (abolition définitive de l’esclavage) constituent des bifurcations fondamentales, par rapport aux colonies britanniques et hollandaises, préfigurant une intégration à la nation un siècle plus tard.

  • 7 La racine du terme créole est l’espagnol « criollo », désignant la descendance locale d’une espèce (...)
  • 8 Lire à ce propos : Monnerville Gaston, 1975, Témoignage. De la France Equinoxale au palais de Luxem (...)

6Ce corpus législatif, connu sous le nom de « politique de francisation » (1848-1945) en Guyane, jette les bases d’une société, noué au processus d’assimilation aux valeurs occidentales, sur le principe, égalitaire en droits : octroi de la nationalité française aux esclaves libérés, droit de vote (1887), instauration de la gratuité et de l’obligation de l’école diffusant l’idée de progrès social, de promotion sociale par l’accession à la fonction publique tertiaire en réaction à un passé de servitude dans le secteur productif. Dans les « îles à sucre » (DOM actuels) ou la population servile est majoritaire, l’acculturation socioculturelle, née des générations asservies au joug colonial, et la possibilité, à partir de 1848, de s’approprier les modèles sociaux dominants furent des facteurs essentiels dans l’émergence des élites créoles7 qui devinrent les actrices principales du processus de rattachement de la colonie à la métropole. « Les affranchis des villes et les libérés qui les rejoignent sont en contact permanent avec les Blancs, lesquels n’étant plus les maîtres, peuvent devenir les modèles de ceux qui désirent monter dans l’échelle sociale et qui, pour se faire, s’appliquent à assimiler leurs valeurs » (Jolivet, 1982, p.96). Des personnalités comme Aimé Césaire, Félix Eboué et Gaston Monnerville, constituèrent des modèles archétypaux d’une élite8, constituées sur des référents culturels puisés dans l’assimilation aux valeurs nationales. A partir de 1880, la politique scolaire de la Troisième République applique dans toutes les colonies (comme dans les campagnes métropolitaines), une idéologie unitaire et patriotique, fondée sur une uniformisation linguistique et culturelle.

7Pourtant, les DOM ne sont pas représentatifs de l’ensemble ultramarin. En opposition, depuis l’attribution du statut de TOM (1946) aux autres colonies (dans un contexte où nombre de pays africains et océaniens ont accédé à l’indépendance politique dans les années 1960), ces territoires n’ont cessé de revendiquer plus d’autonomie en matière de gestion interne et de relations internationales. Les COM de 2003 semblent répondre aux préoccupations, mais les impératifs géopolitiques et géoéconomique restent essentiels.

  • 9 La taxe d’Octroi de Mer touche les produits importés et les productions locales. Elle est régie par (...)

8L’espace ultramarin se situe, aujourd’hui, au sein d’environnements régionaux (Afrique, Caraïbe, Pacifique) fortement concurrentiels et dans les lesquels les contrastes de niveau de vie sont fortement marqués. L’alignement économique et social sur la métropole, généré par les transferts et des mesures protectionnistes, l’octroi de mer9 notamment, obère les perspectives de coopération économique. Par ailleurs, l’absence de maîtrise des droits régaliens (défense, administration, relations internationales, association à des marchés commerciaux supranationaux) constitue un frein au développement, accentuant l’effet de serre. Ces ressources constantes, tributaires des transferts, génèrent inévitablement des marchés captifs fondés sur une redistribution des masses financières injectées. Aussi, cette situation est-elle propice aux concurrences intercommunautaires, accentuées par la structure sociale du peuplement et la croissance démographique actuelle.

9En effet, à l’hétérogénéité des formes statutaires est associée une diversité communautaire. Sur la base d’un peuplement originel décimé (Amérindiens aux Antilles et en Guyanes par exemple), s’est construite une relation strictement bivalente métropole-colonie structurée par les modes de développement imposés par l’empire puis la république (développement d’une économie agro-exportatrice le plus souvent). Cette stratégie s’est, par conséquent, construite par l’apport de peuplement dès les primes installations coloniales, modifiant la structure ethno-démographique.

  • 10 Le commerce négrier, l’Asiento, apparaît au début du XVIe siècle et devient, pour des raisons relig (...)
  • 11 A l’échelle du continent américain, le nombre d’Africains déporté est estimé à 9,5 millions.
  • 12 Cet espace inclus la Caraïbe insulaire et les Etats ayant une façade maritime (y compris la frange (...)
  • 13 CURTIN P., 1969, The Atlantic slave trade, University of Wisconsin Press, Madison.
  • 14 Ainsi, par opposition aux Antilles, le développement de la Guyane française reste très limité. La r (...)
  • 15 L’instauration du monopole du pavillon, d’obligation d’achat et de vente à des compagnies commercia (...)

10C’est d’abord l’apport de peuplement colonial, souvent des effectifs indésirables d’un point de vue confessionnel ou politiques, que l’on envoya fonder la « Nouvelle France », comme le fût la « Nouvelle Angleterre » à proximité. Ces migrations planifiées furent plus ou moins préparées et réussies, sur des espaces déjà colonisés par d’autres au XVIe siècle (Espagne dans le cas des Antilles) ou non. Puis, de la fin du XVIe siècle jusqu’à l’abolition de 1848, la déportation d’esclaves africains10 est attachée à de la généralisation d’une économie agro-exportatrice lucrative, sucrière notamment. La traite atlantique a entraîné, en deux siècles, la déportation de 500 000 personnes aux Antilles françaises (Dubost, 2008, p.5)11. A l’échelle américaine, 9,5 millions d’Africains furent déplacés sur le continent dont la moitié dans le bassin Caraïbe12 (Curtin13, 1969, cité par Domenach et Picouet, 1992, p.23). Soulignons que cette migration forcée a différemment concerné les colonies. En effet, si les Antilles et la Réunion sont au cœur du commerce triangulaire, les autres possessions sont relativement loin du triangle commercial parcouru par les navires14, alors que le régime de l’Exclusif ferme les échanges entre les colonies15.

  • 16 Nous ne nous attachons pas au petit marronnage (marronnage d’individus isolés) qui constitue une ré (...)
  • 17 Le mot français « marron » dérive de l’espagnol « cimarrón » (terme dont la racine est serait d’ori (...)
  • 18 Lire à ce propos : Stedman J.–G., 1799, (rééd. 1989), Capitaine au Surinam. Une campagne de cinq an (...)

11Néanmoins, à partir de la seconde partie du XVIIe siècle se développe, dans la suite de la déportation massive d’esclaves africains, des mouvements d’évasion et de fuite. Le terme de grand marronnage désignait le processus de rupture avec la société esclavagiste du littoral, c’est-à-dire la fuite définitive16 de la plantation. Les Marrons17, souvent, des esclaves bossales ayant réussi à fuir, ont reconstruit des sociétés dans des espaces de refuge (Hauts des îles, ou plaine des Cafres à la Réunion par exemple), intérieur amazonien (en Guyane et au Surinam). D’importantes guerres de harcèlements eurent lieu, notamment au Surinam, contraignant cette colonie à traiter avec eux dès le milieu du XVIIe siècle18 ; la Guyane française, bien que pauvre, servit de refuge à ces communautés dont la descendance actuelle constitue une part importante de son peuplement.

  • 19 L’engagisme qualifie le mode de recrutement d’immigrés, sous contrat de travail. Durant la période (...)
  • 20 Au moment de l’engagisme, de 1860 à 1946, la Martinique et la Guadeloupe enregistrèrent une progres (...)
  • 21 La transportation, débute en 1852 et s’achève à partir de 1939, sous l’impulsion de Gaston Monnervi (...)

12Après l’émancipation, le maintien de l’économie agro-exportatrice nécessite le recours à l’immigration de substitution sous contrat, connut sous le terme d’engagisme19. Là encore, de façon logique, le nombre des « engagés » — souvent issus des colonies britanniques (Indiens, Chinois, Indonésiens) —, a été plus important aux Antilles et à la Réunion que dans les autres colonies20. Ajoutons que les esclaves libérés ont aussi quitté les îles, trop exiguës en ressources foncières (cas des Ste-Luciens et des ruées aurifères en Guyane de 1860 à l’entre-deux guerres). Cependant, dans les colonies où la vocation agro-exportatrice ne relève pas d’une stratégie unique, mais où l’occupation territoriale reste un impératif géostratégique, le Second Empire à recours aux migrations forcées des détenus politiques et des détenus de droit commun en Guyane21 et en Nouvelle Calédonie (bagnes). Ainsi, les immigrés sous contrat comme les bagnards vont s’insérer dans des sociétés structurées par des rapports de domination et de servitude durant 200 ans, et ne faisant aucun cas d’une population autochtone décimée.

13On peut penser, très schématiquement, que jusqu’aux années 1970, le modèle de développement restant similaire à celui mené durant la période coloniale, le cloisonnement et la hiérarchie socioculturelle ont été peu bouleversés. De fait, les sociétés ultramarines apparaissent fortement cloisonnées aux seins de microcosmes aussi captifs que durant la période coloniale : au régime de l’Exclusif, s’est substituée une absence d’autonomie notamment en matière d’insertion économique et politique dans leurs environnements régionaux.

14Cependant, à partir des années 1970, alors que s’instaure le primat d’une économie de rentes fondée sur des transferts financiers au détriment d’une économie productive, les migrations économiques spontanées (Haïtiens, Comoriens, Mauriciens, Brésiliens, Surinamais, etc.) contribuent à une croissance démographique, catalysant les processus de catégorisation identitaire dans un contexte de crise de développement. En effet, l’accès à l’emploi (marqué par l’hypertrophie du secteur tertiaire non-marchand), comme aux prestations sociales, reste restrictif et non évolutif. Cette ressource, constante, reste non ajustée à une population en forte croissance.

  • 22 A l’origine mouvement littéraire impulsé par les Martiniquais Jean Bernabé, Patrick Chamoiseau et R (...)
  • 23 Dont la créolité représentait une sorte d’achèvement du processus de construction identitaire, lequ (...)
  • 24 Se reporter notamment aux travaux de Robert Chaudenson (1992, 1995).
  • 25 Se reporter aux travaux de Francis Affergan (1983) et de Christine Ghilhem-Chivallon, 1992, Traditi (...)

15Ainsi, les dynamiques migratoires, constitutives du peuplement des territoires ultramarins, se sont insérées au sein de sociétés coloniales complexes et hiérarchisées, fondées sur des relations tutélaires monovalentes entre la métropole et les colonies. En conséquence, la crise de développement exacerbe le cloisonnement des groupes socioculturels et la recomposition des sociétés domiennes. Le cas des Créoles est symptomatique et constitue un cas extrême d’affirmation identitaire, s’autonomisant par rapport à l’Etat et au modèle d’intégration républicain et à ses propres élites ayant suivi cette idéologie. En effet, l’identification « par défaut » du groupe créole qui prévalait jusqu’au milieu des années 1970 s’est métamorphosée aujourd’hui en une affirmation « ethnique » (Jolivet, 1997, p.817) bâtie sur le discours réifiant de la période servile et, par extension, du rapport emblématique à l’Afrique jusqu’alors refoulé au profit de la logique assimilationniste. L’ethnicisation de ce groupe s’est progressivement dessinée à partir à la remise en cause de l’action étatique de développement fondée sur l’apport d’un peuplement exogène (Piantoni, 2002, p.101, p.346). Aujourd’hui, la tentative d’une construction identitaire figée s’élabore sur la base d’un processus exclusif. Par opposition, aux Antilles, ce sont les métissages et la diversité culturelle que semblent produire les débats sur les notions de créolité22 et de créolisation23 en tant que processus de créations socioculturelles et identitaires. Ils monopolisent depuis longtemps la littérature antillaise et les disciplines directement attachées à ces thèmes (linguistique24, anthropologie25) mais s’élargissent de façon croissante à l’ensemble des sciences humaines.

16Enfin, la crise actuelle balaye, aussi, la légitimité d’une représentation politique sur la base des principes d’assimilation et de la reconnaissance de la société servile, puisque les créoles ne sont plus majoritaires d’une part, et que leurs responsabilités politiques locales (conquises avec la décentralisation) n’ont pas généré de stratégies de développement différentes de celle de l’État.

La situation actuelle : crise de représentation politique, crise de développement, crise identitaire

  • 26 Pour ne citer que trois évènements récents : grèves et manifestations de Guadeloupe (jan-fev2009), (...)
  • 27 « Tous les salariés dont le salaire horaire de base (hors primes et accessoires de salaire) est éga (...)
  • 28 « Considérant que la situation économique et sociale actuelle existant en Guadeloupe résulte de la (...)

17Si l’histoire récente des départements d’outre-mer est ponctuée de crises26, la complexité de l’analyse à dégager provient d’un mélange des genres qui touche ces territoires à toutes les échelles : crise de développement, crise politique, crise sociale. En parcourant les articles relatifs à l’augmentation salariale de deux cent euros nets pour les salariés au SMIC27, il est frappant de constater que les revendications portées par le collectif Liyannaj Kont Pwofitasyon (LKP) restent, dans le fond, multiformes et, parfois indicibles tant elles peuvent, implicitement, hiérarchiser les catégories sociales, socioculturelles (voire épidermiques) en référence au passé colonial honni. Les deux premiers points du préambule de l’accord28 illustrent la fragmentation sociale de la société guadeloupéenne.

  • 29 A la Réunion, s’est formé le Collectif des organisations syndicales, associatives et politiques de (...)

18Au-delà de la Guadeloupe, les trois autres départements d’outre-mer s’inscrivent dans un débat similaire, interrogeant la continuité économique et sociale républicaine, la représentativité politique, les enjeux géopolitiques et les relations internationales. Toutefois, depuis la départementalisation, les mouvements appelaient à une légitimité renouvelée du lien tutélaire par la remise en cause de l’incorporation à la nation (mouvements indépendantistes et autonomistes des décennies 1960 et 1990). Or, dans les cas présents, l’Etat joue le rôle d’arbitre entre des catégories sociales ou, plus précisément, des groupes hiérarchisés au sein de ces microcosmes sociaux ultramarins ; la représentation politique classique est dotée d’une faible légitimité par la population. Cette dernière s’exprime par des canaux sans légitimité démocratique élective29 (LKP, Collectif du 5 février, COSPAR), mais fortement investis d’un pouvoir citoyen qu’aucun élu (communal ou régional) n’a porté. L’action citoyenne est donc dissociée de la représentativité électorale, révélant une crise politique à toutes les échelles démocratiques.

19On peut en dégager deux réflexions, l’une sur le développement et l’autre sur les structures identitaires des sociétés, qui incitent à penser que ces territoires sont en mutation. Ce processus est catalysé par la crise mondiale actuelle.

Les déséquilibres introduits par l’inégal accès à la ressource

  • 30 Les quatre départements d’outre-mer (Guadeloupe, Martinique, Guyane, La Réunion) ont été institués (...)

20L’accord Bino du 26 février 2009 porte sur la hausse des bas salaires, soit sur la redistribution des ressources ; il interroge la notion de développement, essentielle dans l’espace ultramarin. En effet, ces territoires sont issus de l’empire colonial. Aussi, la légitimité de l’intégration de ces territoires à la nation, repose-t-elle sur l’alignement économique et social métropolitain (la république est une et indivisible). De fait, les stratégies de développement endogène pour y parvenir, sont nouées aux statuts ultramarins, notamment à partir de 1946 pour les DOM30.

  • 31 En prenant le cas de la Guyane, les transferts atteignent 2,5 milliards d’euros/ an en 2007.

21Or, malgré la faillite de l’économie de plantation, les plans nationaux de développement ont été associés à la mise en place de système agro-exportateur (Bock, 1998, p.22-23), à la structuration du secteur tertiaire, en particulier touristique aux Antilles et à la Réunion, ou, enfin, à l’appui des secteurs miniers (en Nouvelle Calédonie et en Guyane essentiellement). Ces économies de cycles, fragiles donc protégées, n’ont pu concurrencer des secteurs analogues dans la zone Afrique-Caraïbe-Pacifique. L’État a donc du accroître les transferts sociaux, à partir des années 1970, afin de garantir un relatif alignement économique et social calqué sur la métropole31. Ce phénomène a été particulièrement marqué dans les DOM, alors que, parallèlement, la décentralisation a aussi participé à la croissance de l’emploi public, aujourd’hui surreprésenté (en raison de la faiblesse du secteur privé). Déjà « vers 1970, les traitements des fonctionnaires qui forment à peu près 15% de la population active des DOM, équivalent à 50% de la masse salariale et à plus de 25% des ressources totales des ménages. En 1977, les rémunérations du secteur public représentent environ 25% du PIB des DOM contre 7% en France » (Blérald, 1986, p. 244).

22Cette stratégie d’alignement, légitimant l’intégration de ces espaces à la nation, a favorisé l’accès au progrès sans pour autant créer une économie productive locale vecteur d’un véritable développement endogène. A partir des années 1960, et surtout à partir de la décentralisation en 1981, la revendication de « progrès » s’est traduite par des crédits d’investissements orientés vers la construction d’infrastructure de routière, portuaire, aéroportuaire.

  • 32 L’objectif, précisé dans le rapport annuel de l’union européenne est de « renforcer la cohésion éco (...)

23L’Union européenne (UE) joue aussi un rôle dans ce processus. Les programmes d’équipement et les fonds destinés à l’intégration des Régions Ultrapériphériques de l’UE (depuis 1999), s’inscrivent dans une logique identique de rattrapage en développant l’investissement (infrastructures particulièrement). Parallèlement, l’Union reste peu encline à tolérer marchés protégés et situations particulières, susceptibles d’ouvrir ces territoires à leurs environnements économiques régionaux. Aussi, cette intégration a participé à la fermeture de ces espaces en favorisant leur extraversion. La politique communautaire vise l’alignement économique et social de l’ensemble des régions européennes32. Cet alignement justifie la participation accrue des fonds communautaires dans les économies domiennes. Pourtant, à la différence de la métropole prise dans un rapport de dette morale à l’égard de ses anciennes colonies, l’Union ne s’inscrit pas dans un rapport idéologique du principe d’assimilation-colonialisme. Elle conduit, néanmoins, une stratégie économique similaire, reproduisant et accroissant les contrastes avec l’environnement régional.

  • 33 Le PIB par habitant s’élève à 13 800 euros, soit 49 % du PIB moyen français, contre 62% en 1993 [AF (...)

24Par ailleurs, depuis les années 1960 et de façon plus ou moins importante jusqu’à aujourd’hui, l’image du progrès dans l’outre-mer et, parallèlement, les crises politique et économique dans son environnement régional, ont généré un appel migratoire sans précédent. Celui-ci est essentiellement issu des pays voisins (Haïti, Surinam, Comores, Maurice, Madagascar). Ainsi, la population immigrée atteint 29% de la population en Guyane en 2005 (INSEE, 2008). Dans ce département, la croissance démographique, par immigration nette et accroissement naturel, constitue un miroir des déséquilibres économiques et sociaux. En effet, depuis 1993, le taux de croissance annuel moyen de l’ensemble des transferts nationaux est stable, traduisant une diminution globale du revenu par habitant et, de fait une redistribution plus éclatée de la ressource33. Cette situation s’observe, plus ou moins, dans tous les départements d’outre-mer. Elle signifie qu’une part non négligeable de la population n’a pas accès à la ressource unique, et non évolutive, que constituent les transferts et leur redistribution dans les économies locales. Ainsi, observe-t-on la croissance d’un secteur informel (alimentation essentiellement), fortement associée aux processus clientélistes et paternalistes, aux réseaux relationnels et à la poly-activité. L’informel, souvent structuré sur une base communautaire et constituant une garantie confiance, est largement intégré à la stratégie des ménages.

25Cette situation de dépendance et ses incidences cristallisent une part non négligeable de la crise actuelle, et rendent intolérables les monopoles commerciaux dans le contexte de stratégie de développement lacunaire.

26D’abord, la revendication de pouvoir d’achat (hausse des bas salaires et baisse des prix) constitue une exigence forte pour ceux qui y ont accès (fonctionnariat et prestations sociales essentiellement). Le chômage et sous-emploi participent directement au processus d’exclusion sociale en s’associant aux logiques communautaristes (spécificité communautaire par branche d’activité, oppression paternaliste, liens de dépendance personnelle). Les fractures sociales mettent en avant ces exclusions qui tranchent avec la sur-rémunération des titulaires de la fonction publique et des cadres du secteur privé. Le système des primes, hérité de l’administration coloniale, affiche une variabilité selon les Dom et leur histoire (Piantoni, 2009, p.339-342). La sur-rémunération des fonctionnaires de l’administration d’Etat a influé sur la diffusion locale d’une majoration salariale étendue à l’ensemble des branches de la fonction publique (territoriale, hospitalière, sécurité sociale) mais aussi à l’ensemble des cadres du secteur privé. De fait, le niveau des rémunérations des titulaires ou des cadres du secteur public est démesurément détaché de la réalité locale. La stratification sociale est évidente, et apparaît d’autant plus injustifiée qu’elle n’a aucune légitimité économique locale.

27Par ailleurs, elle alimente une situation de sous-emploi par le simple fait – ceci est particulièrement vrai pour la fonction publique territoriale – que le coût d’un fonctionnaire titularisé est double. Dès lors, pour échapper à un régime salarial coûteux, les collectivités territoriales ne titularisent pas les agents contractuels qui restent en situation précaire (Piantoni, 2009, p.339-342). Cette situation devrait rester exceptionnelle au regard de la loi du 26 janvier 1984, mais selon le député de la Réunion Jean-Paul Virapoullé (cité par Grard, 1998, p.16), elle s’est généralisée dans les Dom.

  • 34 On entend par cette expression, une économie régionale caractérisée par l’absence d’échanges, et un (...)
  • 35 On entend par « paternalisme » les formes de domination qui entrent dans la catégorie des liens de (...)

28Les effets de ces économies « sous serre »34 se manifestent, de façon plus ténue, par la structuration de réseaux préservant une domination de branches d’activités légales ou informelles : communautaires socioculturels ou issus des solidarités des groupes immigrés, ou, enfin, par des formes de paternalismes35.

  • 36 Cette rupture entre la population et ses édiles n’est pas nouvelle mais date des années suivant la (...)

29De fait, la crise de développement est aussi attachée à de profondes mutations identitaires qui forcent ces territoires à se projeter dans leurs environnements et qui les contraindront à de nécessaires évolutions statutaires (notamment en matière commerciale et géopolitique), que préfigure la loi d’orientation pour l’outre-mer de décembre 2000, donnant plus d’autonomie de gestion interne. Cependant, en l’absence de stratégie réelle, on observe une radicalisation des discours xénophobes (par l’argumentaire sécuritaire notamment), mais aussi une représentation élective sans rapport avec la diversité sociale et culturelle des sociétés domiennes. Ceci explique que les élus domiens (municipaux, nationaux) aient été peu investis dans les crises de la Guadeloupe, de la Martinique et de la Guyane au détriment d’un collectif associatif et syndical représentatif de la société36.

30Finalement, les mouvements actuels interrogent la cohésion sociale et les incertitudes quant à l’orientation économique de ces territoires. Ils ont aussi pour cause une instrumentalisation locale de cadres législatifs nationaux peu adaptés (juridiques, économiques, fonciers notamment). De fait, les catégorisations sociales à l’œuvre, les gradients et ruptures résidentielles, les fragmentations et les discriminations socio-spatiales sont lisibles dans les paysages urbains et ruraux, et forment des éléments caractéristiques des sociétés ultramarines : quartiers immigrés ou communautaires, espaces gérés par des autorités coutumières tacitement reconnues, occupations foncières légitimes au regard des conditions socio-économiques mais illégales au regard du droit.

Catégorisation sociale et fragmentation territoriale : des formes différentes dans les villes et dans les zones rurales

  • 37 Jean-Christophe Gay (2003, p.163-173) détaille largement cette caractéristique de l’outre-mer.

31Ce numéro est centré sur les marquages territoriaux, considérant tout à la fois les espaces urbains et ruraux. Dans l’espace ultramarin, les ports coloniaux, combinant les fonctions économiques, administratives et militaires, ont formé les premières villes. Elles traduisent l’extraversion de l’outre-mer, mais aussi l’importance du lien avec la métropole37. De fait, la ville-port fortifiée est d’abord le lieu des colons, porteur des valeurs métropolitaines, notamment celle du « progrès ». Ainsi, Cayenne, capitale administrative et commerciale de la Guyane, représente le lieu où s’ancrent l’idéologie de l’assimilation et le rapport aux valeurs occidentales — modernité et progrès social (Chérubini, 1988, p.79-96). A partir de ce point central, ces valeurs se sont diffusées graduellement vers les marges : communes rurales du littoral, puis par les fleuves vers l’intérieur. Avec la départementalisation, la ville devient le creuset du progrès et de l’économie de service marchand et non-marchand (administration), soit, schématiquement, des valeurs emblématiques de l’assimilation et de l’alignement économique et social sur le modèle métropolitain.

  • 38 Voir les pages superbes, sur l’En-ville, écrites par Patrick Chamoiseau dans Texaco.
  • 39 Navez-Bouchanine (2002, p.45-103) définit un faisceau de définitions relatif aux types de fragmenta (...)

32Ainsi, après les mouvements de diffusion loin des plantations (1848-1945), les mouvements d’exode ruraux se sont développés à partir des années 1950 faisant émerger, peu à peu, une identité socioculturelle attachée à l’espace urbain. Cette dimension iconographique et identitaire de la ville38, corrélée à l’échec des stratégies de développement et à la croissance de la population, a généré des agglomérations urbaines macrocéphales, marquées par un étalement et une fragmentation de l’habitat autour du chef-lieu littoral. C’est donc d’abord à l’échelle intra-urbaine que se structurent les fragmentations socio-spatiales39. Là, les inégalités sociales et les caractéristiques socioéconomiques, culturelles, historiques des habitants révèlent et impriment les discontinuités morphologiques des espaces de peuplement (Navez-Bouchanine, 2002, p.65).

  • 40 Ils sont caractérisés classiquement par des indicateurs issus du Recensement Général de Population (...)

33En revanche, l’espace rural reste une marge. Il est, toutefois mobilisé — à partir de l’échec de la décentralisation et de la croissance démographique posant la question identitaire — dans les définitions ethniques par toutes les catégories (à l’exception des immigrés contemporains). La terre est liée aux racines et aux recréations sociétales pour des groupes marginalisés : celles des espaces-refuges pour les Marrons, celle, pour des esclaves libérés, des zones non convoitées par l’administration coloniale : haut des îles ou côtes au vent non exploitées, ensembles micro-insulaires, intérieur de la forêt guyanaise. Ces espaces, écologiquement plus contraignants au regard des stratégies de développement retenues sont appropriés par des groupes sociaux dont la gestion des patrimoines culturels et fonciers est souvent associée à un cadre coutumier et dont l’antériorité de la présence confine à l’autochtonie : Polynésiens (Wallis-et-Futuna, Polynésie française), Mahorais (Mayotte), Mélanésiens (Nouvelle-Calédonie), Amérindiens (Guyane française). Il paraît donc pertinent de noter le lien entre les marquages territoriaux40 et les processus de revendications sociales et territoriales. Cette problématique avait été définie, soulignons-le, avant les évènements récents touchant les espaces ultramarins.

34Ainsi s’agit-il d’interroger les processus politiques internes implicites et explicites (relevant des jeux coutumiers ou intra-communautaires ou des formes de paternalismes, par exemple), le cadre d’adaptation local des politiques nationales et européennes et, enfin, les formes d’instrumentalisations réciproques Europe-État-DOM, aboutissant à de nouvelles formes de partitions territoriales. Des réflexions sont assurément à tirer des cas ultramarins en positif et négatif. Ainsi, le débat national sur la discrimination positive trouve un écho particulier dans l’outre-mer en raison des origines diverses et revendiquées des groupes sociaux, alors que la question du développement n’est, néanmoins, pas abordée.

Les thèmes de ce numéro

35Le contenu de ce numéro ne se veut pas « représentatif » de l’ensemble des DOM. Il permet néanmoins de d’esquisser des tendances à l’œuvre, au regard des thématiques et des statuts ultramarins couverts : trois articles sur la Guyane française (départements d’outre-mer depuis 1946), un sur Mayotte (collectivité départementale depuis 2000, futur département), un sur la Polynésie française (Territoire d’Outre-mer depuis 1946).

36Ce qui se dessine va dans le sens d’une ethnicisation des groupes ne relevant plus seulement de la revendication de l’autochtonie, mais aussi des courants migratoires des années 1960-1990. Ce phénomène est tributaire de la dépendance économique résultant du fait qu’à l’échelle nationale, les espaces ultramarins ont été considérés sur la base de leurs rapports économiques et géopolitiques, et, de fait, dans le cadre de stratégies de développement centralisées, souvent inadaptées à un environnement concurrentiel. Partant, les économies domiennes n’ont fonctionné que sous la forme de marchés protégés économiquement (taxe d’octroi de mer par exemple) fortement associé à l’influence des relations internationales.

37Cette dépendance n’a évidemment pas permis la croissance et la redistribution de la ressource. Localement, des situations de monopoles se sont constituées dans le tertiaire marchand (commerces en particulier) et non marchand (administration publique et collectivités territoriales), alors que la production de biens et de services et le secteur agricole ont périclité en raison de leurs coûts non concurrentiels. Ainsi, certaines catégories sociales ont investi des branches d’activité spécifiques, par la structuration de réseaux relationnels institutionnalisés. Cet équilibre interne dans la répartition des ressources institue, tacitement, une fragile paix sociale. Les fragmentations observées s’épanouissent dans les jeux d’instrumentalisation réciproques des espaces ultramarins et de l’Etat. Ils trouvent, probablement aujourd’hui, leurs limites dans le sens ou la bipolarité singulière (métropoles-anciennes colonies) qui caractérisait les rapports entre ces sociétés et l’Etat français, se trouvent pris dans la pluralité des régions ultrapériphériques l’union européenne, mais aussi dans les rapports nécessaires avec leurs environnements régionaux.

38Isabelle Hidair, anthropologue, analyse les modes d’appropriation du groupe socioculturel Créole dans l’agglomération de Cayenne. Ils constituent un noyau important, en raison de l’histoire, même s’ils sont aujourd’hui une minorité. Repliés sur Cayenne, ils tentent de maintenir leurs dominations politiques et culturelles car ils connaissent une diminution du fait des apports migratoires du dernier tiers du XXe siècle. Cette diminution est masquée par le fait que ce groupe est largement représenté par les élites politiques locales. Afin de conserver le pouvoir, ils ont recours à deux idéologies : celle des racines et celle de l’assimilation à la culture française. Ainsi, l’espace urbain reflète-t-il l’identité du groupe, mais il est aussi constitutif de cette identité par le pouvoir qu’il concède. La ville est le lieu où les Créoles guyanais expriment leur existence et leur volonté de domination. Ce champ d’investissement identitaire intègre le territoire par la toponymie, les monuments symboliques et les comportements.

39Le propos de Stanislas Ayangma, géographe, porte sur le processus qui conduit à la revendication patrimoniale et foncière des espaces coutumiers amérindiens en Guyane française. Longtemps ignorées, les communautés amérindiennes ont profondément évolué sous les effets des mutations socioculturelles engagées par l’État français aux fins d’achever l’intégration politique, administrative et sociale des marges départementales. Le retournement opéré par les nouvelles normes autour de la problématique de préservation écologique, est, désormais, inscrit au cœur de l’appareil d’État et au sein des populations et notamment chez les jeunes leaders désormais détenteurs de l’appareil politico-administratif local. Ce dispositif permet l’évolution des représentations territoriales et foncières d’un espace communautaire local jusque là caractérisé par l’absence de l’appropriation du sol et un usage tempéré des ressources.

40Romanovski Zéphirin, aménageur, et Frédéric Piantoni, géographe, en choisissant la première nationalité étrangère de Guyane, montrent les stratégies des groupes immigrés dans la société domienne. L’accès au logement et au foncier est associé au processus d’intégration sociale. Les mobilités résidentielles dans l’agglomération de Cayenne sont étroitement liées à l’évolution du projet migratoire et au statut administratif. Ces deux paramètres conditionnent les trajectoires urbaines générant des recompositions et des dynamiques de fragmentations socio-spatiales par des implantations urbaines illégales. La régularisation des occupations illégales relève d’un processus négocié et des systèmes d’acteurs, impliquant les organisations politiques et syndicales, les institutions publiques, les propriétaires privés. Ici, l’investissement des immigrés correspond à la volonté de légaliser des constructions antérieures réalisées illégalement dans le contexte d’une législation foncière discriminatoire. En d’autres termes, les choix des immigrés haïtiens affectant les pratiques foncières se diluent dans les revendications multiethniques de coalitions. Cette poussée de la société civile pluriethnique sur les pouvoirs locaux donne aux immigrés de nouveaux droits socio-économiques dans le logement décent. Toutefois, ce mouvement social local ne s’affranchit pas du cloisonnement communautaire de la société guyanaise. En revendiquant la reconnaissance des droits du citoyen, il promeut, en fait, par ses réseaux socioculturels et informels, sa propre dynamique et sa propre fragmentation.

41L’article de Nicolas Tourland, géopoliticien, nous permet de changer de statut et de contexte, mais pas de fond, comparable à l’article de Zéphirin et Piantoni. A travers l’analyse des résultats électoraux, depuis 2004, le principal parti indépendantiste polynésien, le Tavini Huira’atira, semble s’être imposé comme une force politique d’envergure en Polynésie française. Développant une idéologie nationaliste, dont le but ultime est une évolution politique du territoire en dehors de la République, son leader Oscar M. Temaru a été plusieurs fois élu à la présidence du territoire. En réalité, ces différents succès électoraux sont davantage basés sur l’exploitation des discontinuités spatiales que sur une adhésion idéologique de la population au concept d’indépendance. L’analyse menée autour de Papeete (capitale administrative), les facteurs du vote indépendantiste sont tributaires des difficultés économique, d’une société hiérarchisée et fortement ethnicisée.

42Le dernier article, celui de d’Antoine Wickel, géographe, expose une société mahoraise aujourd’hui en pleine mutation, prise entre la culture comorienne régionale et l’occidentalisation rapide des modes de vie. Comme en Guyane et en Polynésie française, on retrouve là un territoire marqué par les discontinuités socio-spatiales et poussé à l’extraversion. L’exemple du secteur de la pêche artisanale et du projet de mise en place d’un Parc naturel marin illustre l’intérêt et les difficultés prévisibles d’un projet de gestion intégrée participative en territoire ultramarin. A l’image de la Guyane et de la mise en place du parc naturel, le processus de concertation et de co-construction de ressources territoriales révèlent des systèmes d’acteurs dont les stratégies sont dépendantes d’un contexte sociopolitique instable, mais aussi des perceptions et des enjeux relatifs aux ressources et aux risques, mobilisés dans les relations de pouvoir.

Haut de page

Bibliographie

ABONNENC E., 1948, Aspects démographiques de la Guyane française. Historique, Publication de l'Institut Pasteur de la Guyane et du Territoire de l'Inini, n° 180.

Accord Régional Interprofessionnel sur les salaires en Guadeloupe (accords Jacques Bino), 26 février 2009.

AFFERGAN F., 1983, Anthropologie à la Martinique, Paris, Presses de la fondation nationale des sciences politiques.

BELORGEY G. et BERTRAND G., 1994, Les DOM-TOM, coll. Repères, n°151, Paris, La Découverte.

BLÉRALD A., 1986, Histoire économique de la Guadeloupe et de la Martinique, Paris, Karthala.

BOCK M. S., 1998, « Les outres-mers : de la traite aux transferts », in Les Outre-mers, Paris, Reclus-La Documentation française, coll. « Atlas de France ».

DOMENACH H., PICOUET M., 1992, La dimension migratoire des Antilles, Collection Caraïbe-Amérique Latine, Paris, Economica.

DUBOST I. (coord.), 2008, Histoire et mémoire des immigrations en régions Martinique et Guadeloupe, L’Acsé, Université des Antilles et de la Guyane, rapport inédit.

CHAUDENSON R., 1992, Des îles, des hommes, des langues : essai sur la créolisation linguistique et culturelle, Paris, L’Harmattan.

CHAUDENSON R., 1995, Les Créoles, Paris, PUF, coll. « Que sais-je », n°2970.

CHÉRUBINI B., Cayenne. Ville créole et polyethnique, Paris, Karthala-CENADOM.

CONDON S., 2004, « éditorial », Espace, populations, sociétés, numéro spécial, Regards vers l’outre-mer français, vol. 2004-2, p.191-198.

DESTOUCHES D., 2008, « L’institution de l’engagement aux Antilles françaises. Contribution à l’étude des débuts de l’immigration coloniale », Hommes et migrations, n°1274, p.22-34.

GAY J.-C., 2003, L’outre-mer français. Un espace singulier, Paris, Belin, coll. « Belin Sup / Géographie ».

GRARD L., 1998, « La situation des départements d’outre-mer dans la République française », in Grard L., de Raulin A. (Dir.), Le développement des DOM et la COMMUNAUTÉ EUROPÉENNE, coll. Les études de la documentation française, Paris, La documentation française.

JOLIVET M.-J., 1982, La question créole. Essai de sociologie sur la Guyane française, Paris, ORSTOM éditions, Mémoire ORSTOM n° 96.

JOLIVET M.-J., 1997, « La créolisation en Guyane. Un paradigme pour une anthropologie de la modernité », Cahiers d’Etudes Africaines, vol. XXXVII (4), n° 148, p.813-837.

LÉON P., 1969, Economies et sociétés de l’Amérique Latine. Essai sur les problèmes du développement à l’époque contemporaine 1815-1967, Paris, SEDES, Coll. « Regards sur l’Histoire ».

LENA P., GEFFRAY C., ARAÚJO R. (coords), 1996, « L’oppression paternaliste au Brésil », Lusotopie, Centre d’étude d’Afrique noire (CEAN)-Maison des Pays Ibériques (MPI)-Karthala, p.105-353.

NAVEZ-BOUCHANINE F. (dir), 2003, La fragmentation en question. Des villes entre fragmentation spatiale et fragmentation sociale?, Paris, L'Harmattan, coll. « Villes et Entreprises ».

PIANTONI F., 2009, L’enjeu migratoire en Guyane française. Une géographie politique, Matoury, Ibis Rouge Editions, Coll. « Espace Outre-mer ».

PRICE R., 1994, Les Premiers Temps. La conception de l'histoire des Marrons Saramaka, Paris, Seuil.

RAULIN (De) A., 1998, « La réforme de l’octroi de mer : réglementation communautaire et législation nationale », in Grard L., Raulin (de) A. (Dirs.), Le développement des DOM et la Communauté européenne, coll. Les études de la documentation française, Paris, La Documentation Française, p.69-91.

SINGARAVELOU P., 1994, “ Indians in the Caribbean ”, in Toumson R. (dir.), Les Indes Antillaises. Présence et situation des communautés indiennes en milieu caribéen, Paris, L’Harmattan, p.27-37.

Haut de page

Notes

1 En réponse aux revendications des organisations syndicales de salariés CGTG, CFDT, CTU, FO, UGTG, UNSA regroupées au sein du mouvement Liyannaj Kont Pwofitasyon (trad. litt. : collectif contre l’exploitation), cet accord fut signé avec les organisations professionnelles d’employeurs UMPEG, UCEG, CRTG, OPGSS, UNAPL, en présence du Préfet de Guadeloupe et sous la médiation des Directeurs du Travail.

2 Nom donné à l’accord en hommage au syndicaliste, membre de la CGTG, tué le 18 février 2009 à Pointe-à-Pitre.

3 Les états généraux de l'outre-mer ont débuté officiellement à partir du 15 avril et devraient s'achever vers le 15 mai dans les quatre départements d’outre-mer (Guyane, Guadeloupe, Martinique et La Réunion). Si l'Assemblée nationale a adopté, jeudi 9 avril, la loi de développement de l'outre-mer (Lodem), les tensions ne sont pas apaisées en Guadeloupe. Les principaux acteurs locaux ont décidé de ne pas participer aux consultations en raison de programmes préétablis concernant les huit thèmes : « rénovation du dialogue social, formation des prix, dépendance à l'égard des importations de l'Hexagone, projets de développement, évolution institutionnelle, insertion des DOM dans leur environnement régional, égalité des chances et promotion de la diversité et de l'identité, culture et mémoire » (Le Monde, 15.04.09) .

4 Connues sous le nom de TAAF (incluant les Iles Eparses de l’océan Indien).

5 Dans d’autres cas – Indochine, Maghreb, Afrique Noire (AOF et AEF) à partir de 1830 – d’inconciliables rivalités d’intérêts économiques entre des peuplements autochtones et les colons ont conduit la puissance coloniale à bloquer les revendications internes d’égalité juridique. Les raisons essentielles reposent sur l’impossibilité d’introduire une politique assimilationniste globale au regard du fort développement démographique de la population autochtone et de conserver pour ses propres immigrés le bénéfice d’une exploitation du territoire colonisé. Cette contradiction déboucha sur les guerres d’indépendance menées par les générations dont les ascendants militèrent, paradoxalement, pour une équation juridique entre les colonies et la métropole. Si ce phénomène n’a pas touché les Dom et les Tom, c’est précisément que cette d’égalité a été tôt (pour les Dom au niveau des principes) ou tard (Nouvelle Calédonie) affichée et promue (Belorgey et Bertrand, 1994, p.3-14).

6 Conséquence des troubles sociaux violents que connurent les colonies « à sucre » après la première abolition de l’esclavage par la Convention en 1794 (il est rétabli en 1802 par Napoléon Ier).

7 La racine du terme créole est l’espagnol « criollo », désignant la descendance locale d’une espèce importée (le terme est dérive du portugais crioulo, « serviteur nourri [criar] dans la maison »). Ce qualificatif fut appliqué non seulement aux descendants des colons blancs qui firent souche dans la colonie (les Békés, les Caldoches par exemple), mais aussi aux esclaves nés sur place, ainsi distingués des esclaves nés en Afrique et qualifiés de bossales (de bozal, terme espagnol, désignant une personne sotte, niaise et, par extension qualifiant les esclaves nés et socialisés en Afrique). Les bossales sont opposés aux esclaves créoles, nés dans les colonies, d’origine africaine, « mais socialisés dans un contexte où les règles sont imposées par les Blancs. » (Jolivet, 1985, p.100).

8 Lire à ce propos : Monnerville Gaston, 1975, Témoignage. De la France Equinoxale au palais de Luxembourg, Paris, Plon. Lire à ce propos Ulrich Sophie, 1950, Le gouverneur général Félix Eboué, Paris, imprimerie Larose.

9 La taxe d’Octroi de Mer touche les produits importés et les productions locales. Elle est régie par la loi du n°92-676 du 17 juillet 1992. Son ancêtre, l’Octroi de Poids institué en 1670 et aboli en 1789, frappait d’une redevance due au représentant de l’autorité royale locale tous les produits importés par la colonie. Au regard des revenus qu’il représentait (surtout aux Antilles car l’effet fut inverse en Guyane), une ordonnance coloniale l’instaura de nouveau le 01/05/1819 sous le nom d’« octroi aux portes de mer ». Selon Raulin (De) (1998, p.69), l’expression « octroi de mer » apparaît pour la première fois dans le senatus consulte du 04/07/1866. Dans sa configuration actuelle, l’octroi de mer est régi sur la base de plusieurs textes juridiques. En premier lieu, les décrets n°48359 et n°48540 de la loi du 30 mars 1946 fixèrent les grandes lignes du statut de cette taxe locale reversée aux collectivités territoriales. Puis, dans la suite des lois de décentralisation (1983), la gestion de l’octroi de mer revint aux régions, auxquelles la loi n°84-747 du 02/08/1984 accorde le droit de voter les taux (antérieurement ce droit était dévolu au conseil général). La manne financière que représente cette taxe est considérable pour les collectivités territoriales confrontées à la faiblesse du tissu productif et donc des revenus afférents (taxe professionnelle par exemple). Or, le statut de 1984 n’était pas conforme aux dispositions du Traité de Rome et amena le législateur à en modifier le régime par la loi n°92-676 du 17/01/1992 qui, par obligation d’harmonisation, étendit l’octroi de mer aux biens produits sur place. Toutefois, la possibilité d’exonération favorise les productions locales et renforce le caractère protégé des économies domiennes. Aussi, cette taxe est constamment pointée par les juridictions européennes, de moins en moins enclines à la tolérer puisque elle est contraire au principe de libre-échange communautaire du marché unique. L’octroi de mer apparaît aujourd’hui en sursis.

10 Le commerce négrier, l’Asiento, apparaît au début du XVIe siècle et devient, pour des raisons religieuses, un monopole espagnol dès 1630 (d’où une terminologie hispanophone ‑ criollo, bossales, cimarrón ‑ que l’on retrouve dans les différentes typologies désignant les esclaves). L’Asiento revient ensuite aux Portugais avant d’être octroyé aux Hollandais à la fin du XVIIe siècle. Les Français l’obtiennent en 1701 (Piantoni, 2009, p.163).

11 A l’échelle du continent américain, le nombre d’Africains déporté est estimé à 9,5 millions.

12 Cet espace inclus la Caraïbe insulaire et les Etats ayant une façade maritime (y compris la frange Étasunienne constituée par la Floride) sur la mer des Antilles et les îles du golfe du Mexique. La Guyane française, le Surinam et le Guyana sont compris dans cet ensemble, en constituant la frange méridionale.

13 CURTIN P., 1969, The Atlantic slave trade, University of Wisconsin Press, Madison.

14 Ainsi, par opposition aux Antilles, le développement de la Guyane française reste très limité. La réorganisation du système des compagnies de commerce par Colbert en 1664 conduit à la création de la Compagnie des Indes Occidentales, qui détient le monopole du négoce et du commerce de traite avec l’Amérique et l’Afrique Occidentale. Les Antilles et les Caraïbes en sont des relais essentiels, alors que la Guyane reste à l’écart des routes d’échanges. Dès lors, les armateurs français négligent la Guyane dès la fin du XVIIe siècle. Les habitants sont, en effet, trop pauvres pour acheter les esclaves dans la perspective d’une colonie de plantation prospère (Piantoni, 2009, p.37-38).

15 L’instauration du monopole du pavillon, d’obligation d’achat et de vente à des compagnies commerciales françaises, est officialisée en 1670. Décidé par le ministre de Louis XIV, il s’avère profondément néfaste pour les colonies à l’écart des routes maritimes. Ce système entre dans le cadre d’une mesure commerciale visant à protéger les intérêts français des autres compagnies (hollandaises particulièrement). Il est aussi l’instrument d’une politique coloniale instaurant le primat métropolitain sur le développement des colonies.

16 Nous ne nous attachons pas au petit marronnage (marronnage d’individus isolés) qui constitue une réponse temporaire (n’excédant juridiquement pas un mois) à la privation des droits élémentaires, au déchaînement de la violence des maîtres et des commandeurs ou à la satisfaction d’une relation affective ou familiale.

17 Le mot français « marron » dérive de l’espagnol « cimarrón » (terme dont la racine est serait d’origine amérindienne arawak). Il est d’abord utilisé à Hispaniola (actuelle île d’Haïti/Saint-Domingue) pour désigner un animal domestique échappé vers les hauteurs de l’île. Selon Price (1994, p. 10), le terme fut généralisé, vers 1540, à toutes les colonies esclavagistes des Amériques pour qualifier les esclaves ayant réussi à fuir.

18 Lire à ce propos : Stedman J.–G., 1799, (rééd. 1989), Capitaine au Surinam. Une campagne de cinq ans contre les esclaves révoltés, Paris, Les Pas de Mercure-Sylvie Messinger Editrice.

19 L’engagisme qualifie le mode de recrutement d’immigrés, sous contrat de travail. Durant la période servile, la main-d’œuvre dans les îles était constituée aussi d’engagés (sous contrat). Sous l’ancien régime, les engagés venaient principalement de France métropolitaine. Après l’abolition de 1848, ils sont dès lors originaires du Portugal, de Chine et, surtout, d’Inde (Destouches, 2008, p.22-34). L’île de la Réunion est la plus concernée par cette dernière spécifique alors que la population d’origine indienne représente environ le quart de la population de l’île. Aux Antilles, l’appel aux travailleurs Indiens (hindous et musulmans) est plutôt spécifique des colonies britanniques et hollandaises (Surinam, Guyana, Petites Antilles).

20 Au moment de l’engagisme, de 1860 à 1946, la Martinique et la Guadeloupe enregistrèrent une progression respective de 121 % et de 100 % (Piantoni, 2009, p.89). Faiblement associée aux mouvements migratoires des Indiens et des Chinois destinés à la substitution de la main-d’œuvre servile durant la période post-esclavagiste, la Guyane reçut moins de 9 000 migrants (Singaravelou, 1994, p.35) soit une progression de 42 % durant cette période, qui, de surcroît, furent utilisés à des fins non agricoles (Piantoni, 2009, p. 89).

21 La transportation, débute en 1852 et s’achève à partir de 1939, sous l’impulsion de Gaston Monnerville, des campagnes de presse et des reportages de journalistes (Albert Londres). Les détenus furent rapatriés progressivement vers la métropole jusqu’en 1954. Au total, la Guyane reçut 72 000 transportés de 1852 à 1939. Les décès répertoriés par l’administration pénitentiaire sont de près de 25 000 (Abonnenc, 1948, p.22). Suivant l’avis de plusieurs auteurs, ce chiffre devrait être doublé.

22 A l’origine mouvement littéraire impulsé par les Martiniquais Jean Bernabé, Patrick Chamoiseau et Raphaël Confiant dont l’ouvrage commun Eloge de la créolité publié en 1989 (Gallimard) constitue une sorte de manifeste.

23 Dont la créolité représentait une sorte d’achèvement du processus de construction identitaire, lequel est « créolisation » (terme qu’utilise l’écrivain anthropologue Glissant Edouard, 1990, Poétique de la relation, Gallimard, Paris).

24 Se reporter notamment aux travaux de Robert Chaudenson (1992, 1995).

25 Se reporter aux travaux de Francis Affergan (1983) et de Christine Ghilhem-Chivallon, 1992, Tradition et modernité dans le monde paysan martiniquais : approche ethno-géographique, thèse de doctorat, Université de Bordeaux 3.

26 Pour ne citer que trois évènements récents : grèves et manifestations de Guadeloupe (jan-fev2009), grève et manifestations en Guyane contre la hausse du prix de l’essence et du monopole de Total (novembre 2008), marche contre les immigrés en Nouvelle Calédonie arrivant par la mise en place de la ligne aérienne entre la Réunion et la Nouvelle Calédonie (mars 2009). On peut aussi rappeler les émeutes de 1967 pour la Guadeloupe, celles de 1991 à la réunion, celles de 1996 pour la Guyane.

27 « Tous les salariés dont le salaire horaire de base (hors primes et accessoires de salaire) est égal au SMIC et jusqu’à 1,4 SMIC inclus voient leur revenu mensuel augmenter de 200 euros nets » (article II, premier alinéa).

28 « Considérant que la situation économique et sociale actuelle existant en Guadeloupe résulte de la pérennisation du modèle de l’économie de plantation » (Préambule, Alinéa 1, p.1).

« Considérant que cette économie s’appuie sur des rentes de situation de monopole, des abus de positions dominantes qui génèrent des injustices » (Préambule, Alinéa 2, p.1).

29 A la Réunion, s’est formé le Collectif des organisations syndicales, associatives et politiques de la Réunion (COSPAR). En Martinique s’est constitué le Collectif du 5 février, reprenant des modes d’actions politiques du LKP.

30 Les quatre départements d’outre-mer (Guadeloupe, Martinique, Guyane, La Réunion) ont été institués par la loi du 19 mars 1946. Leur statut est identique à celui des départements métropolitains, mais l’article 73 de la Constitution prévoit la possibilité d’adapter les textes législatifs et leur organisation administrative à leur situation particulière.

31 En prenant le cas de la Guyane, les transferts atteignent 2,5 milliards d’euros/ an en 2007.

32 L’objectif, précisé dans le rapport annuel de l’union européenne est de « renforcer la cohésion économique et sociale de la Communauté » [Agenda 2000, 2000].

33 Le PIB par habitant s’élève à 13 800 euros, soit 49 % du PIB moyen français, contre 62% en 1993 [AFD, CEROM, IEDOM, INSEE, 2008, p.10) Le revenu des ménages, reflétant le mieux le niveau de vie, s’établit à 47% du niveau des régions françaises (ibid. p.11, contre 61% en 1993. Cette situation s’accompagne d’une disparité importante de revenu au point qu’un ménage sur quatre s’inscrit en deçà du seuil de pauvreté (ibid. p.12), soit le taux de pauvreté le plus fort des Dom. En matière d’emploi, si le volume de postes s’est accru, le sous-emploi aussi. Les trois fonctions publiques (d’Etat, Territoriale et hospitalière) emploient 44 % des salariés et sont responsables de plus de 50 % de la masse salariale (ibid. p.5-6).

34 On entend par cette expression, une économie régionale caractérisée par l’absence d’échanges, et une ressource prédominante te constante maintenue par des transferts exogène, donc sous forte dépendance.

35 On entend par « paternalisme » les formes de domination qui entrent dans la catégorie des liens de dépendance personnelle. Il exprime à la fois le rôle de protecteur, pourvoyeur et redistributeur. Plus que les autres désignations (patronage, clientélisme par exemple), le mot « paternalisme » évoque une stratégie active de légitimation de la domination (Léna et alii, 1996 p.105).

36 Cette rupture entre la population et ses édiles n’est pas nouvelle mais date des années suivant la décentralisation. L’accès à la gestion des régions d’outre-mer peut-être considéré comme la fin d’un processus d’assimilation du groupe créole, commencé après l’abolition de 1848 (se reporter à Jolivet, 1982).

37 Jean-Christophe Gay (2003, p.163-173) détaille largement cette caractéristique de l’outre-mer.

38 Voir les pages superbes, sur l’En-ville, écrites par Patrick Chamoiseau dans Texaco.

39 Navez-Bouchanine (2002, p.45-103) définit un faisceau de définitions relatif aux types de fragmentations : sociale, forme urbaine, socio-spatiale, administrative et politique du territoire. La définition que nous retenons traite directement des interactions entre le corps social et son territoire. La fragmentation socio-spatiale est vue comme « un processus de fermeture de territoires spatialement délimités et habités par des populations socialement homogènes » (Ibid, p.62). Il s’agit d’une partition territoriale de la ville, fondée sur une fragmentation sociale spatialisée.

40 Ils sont caractérisés classiquement par des indicateurs issus du Recensement Général de Population (nationalité, population de moins de 15 ans, nombre d’individus par foyers), des enquêtes emploi (taux de chômage, CSP), des enquêtes logement (salubrité, état du bâti ou de l’habitat), des enquêtes sur la scolarisation, les modifications des maillages

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Piantoni, « Marquages territoriaux et catégories sociales dans l’espace ultramarin français », L’Espace Politique [En ligne], 6 | 2008-3, mis en ligne le 11 mai 2009, consulté le 01 mai 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/1090

Haut de page

Auteur

Frédéric Piantoni

Maître de conférences
Département de géographie, Université de Reims-Champagne-Ardenne - UMR 196 Centre Population Développement UMR 196 Paris Descartes-INED-IRD
frederic.piantoni@univ-reims.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org