Navigation – Plan du site

L’émergence d’une toponymie plurielle au Mali

The Emergence of a Plural Place-Name in Mali
Stéphanie Lima

Résumés

L’émergence des territoires communaux au Mali, dans le cadre de la mise en œuvre d’une réforme de décentralisation, s’accompagne d’une renaissance toponymique des espaces locaux. Entre 1994 et 1996, l’ensemble des attributs des nouvelles communes ont été discutés puis négociés : gabarit, limites, centre, nom. L’enjeu toponymique se situe à l’intersection des logiques de découpage et des représentations spatiales convoquées lors des différentes étapes de la réorganisation territoriale. Au sortir de deux années de transaction territoriale, la toponymie communale s’inscrit dans une tension, entre l’adhésion au centre (chef-lieu) et une volonté de neutralité. Signes apparemment faibles, les noms de chefs-lieux, attribués aux territoires communaux, sont le point d’orgue du cheminement contrasté de la réorganisation territoriale.

Haut de page

Texte intégral

De la nomenclature à la complexité territoriale

1L’appropriation de l’espace passe par sa dénomination. Il n’existe pas de lieu qui ne soit nommé, un même lieu pouvant avoir plusieurs noms, simultanément ou successivement dans le temps. La toponymie est au cœur de la relation de la société avec l’espace et elle exprime une des facettes de la dimension politique de ce rapport (Claval, 2003). La toponymie est porteuse de sens, de valeurs, dans un espace construit et pour un temps donné, en rapport avec les groupes sociaux en présence. Elle participe au découpage de l’espace, un territoire identifié et nommé étant un territoire défini et délimité (Paul-Lévy, Ségaud, 1983). En cela, les recompositions territoriales qui se déploient à différentes échelles entraînent des mutations toponymiques. Le renouvellement des pouvoirs associé aux constructions territoriales influence la nature des toponymes, entre refoulement et révélation. En effet, la toponymie relève d’une intentionnalité : quel est le sens des lieux et des territoires ? Pour qui la toponymie est-elle porteuse de sens ?

2Entre le premier objectif d’identification des lieux et celui de leur appropriation globale, la toponymie a opéré une mutation fonctionnelle. À l’origine, la toponymie participe à « l’écriture de la terre ». Repérer les lieux, écrire leurs noms sur la carte procède d’une nomenclature, achevée depuis longtemps. A ce stade, la toponymie est déjà un acte politique, qui témoigne de rapports de force. Désormais, à l’heure de la mondialisation, la toponymie s’inscrit dans un contexte de transformations politiques et territoriales qui lui confèrent une autre portée. Au-delà de « l’état des lieux » auquel elle renvoie toujours, elle est passée dans le registre de la complexité territoriale (Gerbaux, 1999).

3La production toponymique est active à toutes les échelles et sur tous les continents. Désormais, il ne s’agit plus d’établir une nomenclature des lieux (le monde est nommé en tout lieu), mais de refonder des rapports de pouvoir qui, se déployant dans l’espace, créent de nouveaux territoires et donc de nouveaux toponymes. Sur les deux hémisphères de la planète, des villes, des régions, des États changent de noms. De nouveaux territoires apparaissent (collectivités territoriales, territoires de projet, réseaux) et ajoutent leurs noms sur la carte. La toponymie est en mouvement à toutes les échelles selon des logiques plurielles (Debarbieux, Vanier, 2002).

4Au Mali, le découpage des territoires communaux, dans le cadre de la mise en œuvre d’une réforme de décentralisation, s’accompagne d’une recomposition toponymique des espaces locaux. Entre 1994 et 1996, l’ensemble des attributs des nouvelles communes a été discuté et négocié : gabarit, limites, chef-lieu, nom. L’enjeu toponymique se situe à l’intersection des logiques de découpage et des représentations spatiales convoquées lors des différentes étapes de la réorganisation territoriale. La trajectoire toponymique des entités locales au Mali s’inscrit dans une temporalité marquée par les périodes coloniale et post-indépendance. Le poids des mailles subies et l’héritage d’un modèle toponymique exogène entraînent des positionnements contrastés à l’heure du renouvellement toponymique (première partie). La philosophie du découpage communal, marquée par la participation des habitants au processus de recomposition territoriale, confère à la dénomination des communes un statut inédit, puisque l’exercice se réalise au niveau local (deuxième partie). Enfin, à l’échelle d’une région marquée par des mobilités pluriscalaires, la question de la négociation toponymique s’inscrit dans une tension entre l’adhésion au centre, une volonté de neutralité et le désir d’un retour aux « terroirs » (troisième partie).

5Dans un processus ascendant de recomposition territoriale, l’enjeu de la légitimité territoriale et politique passe notamment par la reconnaissance d’une toponymie partagée. Derrière le nom, les rapports de force se révèlent, les anciennes références se confrontent aux nouvelles, dans un mouvement de recomposition à la fois ancré dans les espaces locaux et dans les réseaux. La question des modalités de l’émergence d’une toponymie négociée et partagée se pose au regard de l’enjeu de l’appropriation de ces entités locales qui renvoie à la fois à la problématique de la construction de l’État-nation africain (logique territoriale) qu’à celle de l’inscription de ces territoires locaux dans la mondialisation (logique réticulaire).

La toponymie entre continuité et rupture territoriale

6La quête toponymique démarre à l’échelle nationale. Sous « les soleils des indépendances » (Kourouma, 1970), naissent en Afrique de l’ouest des toponymes hétérogènes dont l’ambition est d’ancrer les nouveaux espaces nationaux dans une trajectoire historique endogène. Le Bénin, le Ghana, le Mali, notamment, ont puisé dans le registre du passé, celui des empires pré-coloniaux, pour asseoir leur légitimité. En effet, dans un contexte de décolonisation et de construction de l’État-nation, la référence à une histoire prestigieuse a suscité l’intérêt d’une classe politique désireuse de trouver une reconnaissance dans un territoire au découpage construit dans une logique exogène.

7À l’Indépendance (1960), le Mali, comme la plupart des pays anciennement colonisés, conserve l’organisation administrative mise en place pendant l’occupation française. Face à cet héritage territorial spécifique, les nouvelles autorités ont eu un comportement ambivalent. La conception du territoire national, source de légitimité pour le pouvoir, a été récupérée par les gouvernants, dans la mesure où, pour ces États naissants, le problème était de régler la question de l’identité nationale. Roland Pourtier pose en ces termes la nécessité pour les nouvelles élites politiques de pérenniser les découpages coloniaux : « Née du territoire, la légitimité n’attendait plus qu’à être confirmée et confortée par la durée ». Et ce, tant à l’échelle nationale qu’à l’échelle locale.

8À l’intérieur des frontières nationales, le processus de construction territoriale a donné lieu à une production toponymique à différentes échelles. En même temps que de nouvelles entités administratives sont découpées, des toponymes émergent à l’échelle régionale et locale. Pour le Mali, l’entreprise démarre aux niveaux locaux. D’une part, les cercles, créés pendant la colonisation sont maintenus et multipliés (ils passent de seize à quarante et un). Ils sont composés de plusieurs arrondissements (qui sont eux-mêmes des regroupements de villages). Leur nom est celui de la ville qui en est le chef-lieu. Le centre désigne l’ensemble du territoire, dans une logique « d’encerclement ». L’identification d’un territoire administratif à un centre témoigne du rapport de force présent dans ces entités. Le pouvoir est centralisé, détenu par les commandants de cercle, réputés pour administrer le territoire avec une main de fer depuis le chef-lieu, sans compter les tournées de terrain au cours desquelles ils ont l’occasion de réaffirmer auprès de la population leur autorité sans limites. Dans cet espace subi (Raffestin, 1980), les toponymes des cercles expriment une centralité incontestée : le centre est le territoire.

  • 1 Union Soudanaise – Rassemblement Démocratique Africain. Ce parti a été créé le 22 octobre 1946, à l (...)
  • 2 Ce parti, dont le leader est le député Fily Dabo Sissoko, a été reconnu officiellement le 13 févrie (...)
  • 3 Désormais les responsables administratifs sont des fonctionnaires nommés par l’État, selon deux pri (...)

9Dans le même esprit, au niveau local, les arrondissements complètent cette logique de la « circonscription » des entités villageoises. À la différence des cercles, instaurés pendant la colonisation, les arrondissements sont le produit de l’indépendance. Formés de plusieurs villages, ils remplacent les cantons coloniaux. À cette échelle, plus resserrée, la nécessité de modifier les contenus, les limites et l’intitulé de la maille est plus forte. Si les cercles, mailles larges, se maintiennent et se multiplient, les cantons, en prise avec les réalités sociales et politiques locales durant la colonisation, doivent disparaître au regard du projet de société que le parti au pouvoir veut conduire. Dès 1958, la Fédération du Mali supprime les chefferies traditionnelles au niveau des villages et des cantons. Il s’agissait, pour le parti émergeant de l’US-RDA1, d’asseoir son pouvoir et d’éliminer les chefs traditionnels à la tête des cantons et regroupés au sein du Parti Soudanais Progressiste (PSP)2, allié à l’administration coloniale. Le renouvellement des cadres territoriaux s’accompagne du renouvellement de l’élite politico-administrative, avec la mise à l’écart des leaders traditionnels3.

10Les cantons sont donc supprimés et leurs noms disparaissent aussi du paysage politique local. La toponymie cantonale relevait de la période pré-coloniale, en références aux diamana (anciens « pays » pré-coloniaux regroupant plusieurs villages). Cependant, la continuité établie par la toponymie entre diamana et cantons ne doit pas cacher une rupture en termes de configuration spatiale et de pouvoir. Les cantons ont été institués pour « cantonner », au sens propre, l’espace politique pré-colonial composé de diamana et caractérisé par la fluidité et l’ouverture (Cissoko, 1988). Entité politique réticulaire aux marges floues, le diamana est un espace plus ou moins continu topographiquement, dont la centralité est mobile. Face à cette incertitude spatiale, l’administration coloniale a imposé un cadre rigide : un centre fixe et des regroupements villageois continus. Cependant, les noms sont restés. La chefferie de canton conçue par l’administration coloniale a beaucoup marqué les esprits. Les villageois ont conservé une certaine rancœur pour les centres où sévissait un chef de canton qui usait de son pouvoir pour faire accomplir à leurs aïeux les tâches les plus dures dans le cadre des travaux forcés. Ces animosités ont pu perdurer, avec des conséquences directes sur le découpage communal réalisé récemment, notamment la multiplication des micro-communes, due à l’hostilité des villages face à un regroupement commun, sur la base des anciens cantons. D’où la question des modalités de la réminiscence des noms de cantons dans la toponymie communale actuelle.

  • 4 « Plusieurs éléments ont été pris en compte dans la création des arrondissements. Il fallait rempla (...)

11Les arrondissements ont donc eu pour objectif de défaire les cantons4. Sur le plan toponymique, le principe appliqué est le même qu’au niveau des cercles : le nom du chef-lieu d’arrondissement est celui du territoire dans son ensemble. La logique du contenant est la même : circonscrire et créer de l’ordre en construisant des territoires homogènes. Le vocable « arrondissement » traduit cette idée de production d’un maillage aux formes « arrondies », c’est-à-dire sans aspérités, sans « coins » où s’accrocher (à la différence des cantons, dont l’étymologie signifie « portion d’étendue en forme de coin »). Les arrondissements, bien qu’ils aient été fabriqués à partir des cantons, ne reconnaissent en aucun cas les chefferies locales. À l’inverse de l’administration coloniale qui n’avait comme seul recours, pour asseoir son autorité sur un territoire inconnu qu’elle ne maîtrisait pas, que celui de s’appuyer sur les pouvoirs en place (elle a aussi contribué à les remanier plusieurs fois indirectement), les nouvelles autorités indépendantes, dotées d’un territoire hérité, poursuivent ce processus de standardisation basé sur une rupture fondamentale, en installant un administrateur et une cellule politique, dès le niveau local. Si la logique du contenant est la même, la logique du contenu diffère.

  • 5 Les régions regroupent plusieurs cercles. Elles sont au nombre de huit.

12Le tandem composé par les cercles et les arrondissements, au-delà de leur forme territoriale respective, correspond à un projet politique centré sur la construction de l’État. Pour ce faire, le remodelage des cadres territoriaux hérités de la période coloniale se révèle insuffisant. Plus que le contenant c’est le contenu qu’il s’agit de redéfinir. La rupture se produit donc davantage avec la création de nouveaux centres (chefs-lieux de cercle et d’arrondissement), plutôt que dans le remaniement complet des limites (la conception centre/périphérie du territoire est maintenue). Ces nouveaux pôles de la vie administrative et politique sont des lieux de pouvoir, qui s’appuient sur l’interpénétration des fonctions administrative et politique. L’orientation socialiste du Parti Unique condamne les ressorts traditionnels du pouvoir, ce qui se traduit par la suppression des cantons, dont leurs noms, des chefs-lieux de canton et le glissement des chefs-lieux d’arrondissement vers des localités militantes. Les arrondissements sont créés pour rééquilibrer le maillage au niveau local, c’est-à-dire rapprocher l’administration des populations et, en même temps, ancrer les structures du Parti. La redéfinition des cercles permet seulement de créer un réseau homogène de chefs-lieux de cercle, mais ne propose pas une véritable rupture avec le régime colonial, ce qu’indique le maintien de l’appellation « cercle », et du statut de « commandant de cercle », héritages directs du temps colonial. Enfin, dès l’indépendance, la création des régions5 complète l’architecture avec la mise en place d’un dernier niveau territorial. Comme pour les arrondissements et les cercles, les régions prennent le nom de leur chef-lieu, tout simplement. Ainsi se répète à toutes les échelles la reproduction d’un modèle axé exclusivement sur la centralité. L’État se construit à travers ce projet territorial simple, avec d’une part l’optimisation du découpage territorial qui passe par la multiplication des mailles et la création d’un emboîtement et, d’autre part, le développement des centralités, accompagné d’une logique toponymique homogène. L’exemple de la région de Kayes illustre ce modèle. (carte n 1).

13Le passage du régime colonial à la Ire République indépendante du Mali s’accompagne d’une multiplication des mailles et de leur requalification. La construction de l’État-Nation nécessite une appropriation des espaces locaux par le biais de la fabrication de territoires politiques. En fait, ce processus se révèle être un quadrillage politique, avec pour corollaire l’asservissement des fonctions économiques et administratives aux structures du Parti Unique. À cela s’ajoute une confusion originelle entre décentralisation et déconcentration, qui apparaît désormais comme structurelle et non plus comme transitoire. À propos du cas du Niger, Frédéric Giraut (1999) parle d’une étape de « parthénogenèse et emboîtement », propre à l’émergence des territoires de l’État-Nation.

14L’héritage de ces années de centralisme administratif et politique n’est pas sans effets sur l’application actuelle de la réforme de décentralisation. La conception du territoire, aussi bien que du pouvoir, élaborée durant cette période a supprimé du cadre administratif et politique les repères de la population relatifs à leurs anciens espaces de vie (les diamana). Les centres et les limites des arrondissements ont forgé une trame territoriale définie selon les codes d’un pouvoir soucieux de préserver l’unité du territoire national et de construire un État fort. La dictature militaire au pouvoir entre 1968 et 1991 n’a pas renié les cadres territoriaux instaurés par l’US-RDA, même si elle en a transformé les contenus. Depuis l’indépendance jusqu’en 1991, les territoires et les toponymes locaux ont été imposés par le haut. C’est dans cette histoire récente que se trouvent les ressorts de la transition territoriale et toponymique en cours au niveau local. L’instauration d’un modèle toponymique basé sur la primauté du centre pose la question des modalités de dénomination des nouvelles communes dont le découpage relève en partie de la participation de la population. Face à plusieurs choix possibles, quels sont les déterminants à l’œuvre dans l’appellation de ces nouveaux territoires politiques ?

Carte n° 1 : Découpage et toponymie des arrondissements dans la Région de Kayes

Carte n° 1 : Découpage et toponymie des arrondissements dans la Région de Kayes

Décentralisation et communalisation : vers une transition toponymique ?

15Avec l’indépendance, toute une toponymie locale s’est effacée, celle des diamana, remplacée par la nomenclature des chefs-lieux d’arrondissements. Si cette disparition a eu lieu sur les cartes et les documents administratifs, elle a été moins définitive pour les populations. La référence à tel ou tel « pays » est courante dans la bouche des chefs de village évoquant les relations de leur village avec d’autres localités issues du même diamana. C’est cette mémoire qui a été réactivée au moment des concertations intervillageoises aboutissant au découpage communal.

16En 1991, le régime du Général Président Moussa Traoré est renversé par la population, au terme de plusieurs semaines de grèves et de manifestations. Après plusieurs années de dictature, le Mali s’ouvre au monde et entre dans une nouvelle ère, celle de la démocratie. Dans toute l’Afrique de l’Ouest, les années 1990 sont synonymes de démocratisation et de décentralisation, sous la tutelle des instances internationales (Banque Mondiale, Fond Monétaire International). Le Mali est pris dans cette vague à la suite des élections législatives et présidentielles de 1992. Le gouvernement d’Alpha Oumar Konaré place en tête de ses priorités le chantier de la décentralisation, réforme inscrite dans la constitution du pays depuis l’indépendance (Le Démocrate, 1995). Dans un contexte de liberté retrouvée et d’élan populaire, décentralisation rime avec responsabilisation aux yeux de la « société civile ». Du côté du gouvernement et de ses partenaires internationaux, l’enjeu est de dessiner une réforme aux contours inédits de manière à articuler la force de cette dynamique ascendante avec les impératifs administratifs et politiques du transfert de compétences et de moyens au niveau local (Félix, 1996). En effet, si la décentralisation reste une opération administrative, elle prend une toute autre dimension dans un des pays les plus pauvres du monde (Igue, 1995).

  • 6 Il a reçu à ce titre le prix international « Roi Baudouin pour le développement » 2004-2005.
  • 7 La Mission de Décentralisation a d’abord été placée sous la tutelle de l’Administration territorial (...)

17En 1993, une structure est créée, la Mission de Décentralisation (MDD), dont le responsable Ousmane Sy fait désormais figure de référence à l’échelle internationale pour son expérience dans la décentralisation malienne6. Lui et son équipe, placés sous la tutelle du Premier Ministre, réalisent le canevas d’une réforme originale, notamment dans sa dimension territoriale. Si le schéma des compétences des collectivités territoriales est largement inspiré du modèle français, la réorganisation territoriale initiée en amont est inédite (Coulibaly, 1994). Au lieu d’opérer la transformation des arrondissements en collectivités territoriales (les communes), comme beaucoup de représentants de l’administration territoriale le souhaitaient7, la MDD propose de les supprimer définitivement et de créer de nouvelles entités, totalement démarquées des héritages coloniaux et post-coloniaux. À travers cette refonte complète du maillage local, l’enjeu est à la fois de marquer une rupture avec les régimes politiques précédents et de construire une légitimité politique locale en associant l’émergence d’un pouvoir élu à de nouveaux territoires (Kassibo, 1997). Malgré de multiples résistances, la MDD remporte l’adhésion du gouvernement et de ses partenaires (Coopérations allemande, française et canadienne, notamment) et son projet de découpage communal est validé. Une fois la décision prise de constituer de toutes pièces de nouvelles communes, l’idée de faire participer la population à cette entreprise prend forme au niveau de la cellule « Réorganisation territoriale » de la MDD. Il ne s’agit donc pas d’imposer un nouveau découpage par le haut, mais de rendre la population actrice de ce processus. Là encore, les partenaires internationaux suivent et toute une stratégie est réfléchie pour définir les modalités de la participation villageoise au découpage communal.

  • 8 Les communes rurales sont formées de plusieurs villages dont un est le chef-lieu, tandis que les co (...)

18Plusieurs outils sont produits dans les locaux de la MDD, dont le « Guide du découpage territorial », qui précise la philosophie et les critères de la recomposition territoriale. L’objectif est donc de créer des communes, rurales et urbaines, en remplacement des arrondissements, avec un centre, des limites et un nom8. Le champ des possibles est donc ouvert, entre inquiétude et enthousiasme, et les opérations de découpage se déroulent sur deux années, de juin 1995 à novembre 1996. Sur le terrain, les commissions locales de découpage (CLD), composées à la fois de personnes issues de la société civile et de personnels de l’administration, sont chargées d’expliquer et de faire appliquer les critères du découpage, élaborés par la MDD. Sur cette base, la création de 610 communes était envisagée (dont 572 communes rurales et 38 communes urbaines). Les critères, au nombre de cinq, sont d’ordre relationnel et fonctionnel :

  1. Le critère socioculturel, c’est-à-dire le respect des solidarités communautaires ;

  2. Le critère démographique (de 10 000 à 25 000 habitants par commune) ;

  3. Le critère de distance et d’accessibilité, pour un chef-lieu de commune rurale accessible par tous ;

  4. Le critère de viabilité économique, à savoir la capacité à fournir les services économiques, sociaux et culturels nécessaires et à financer le développement communal ;

  5. Le critère géographique, pour créer une commune sur un territoire cohérent et unitaire.

  • 9 Tous les textes officiels ont été rédigés en français, langue officielle. Peu de documents ont été (...)

19À cela s’ajoute le choix du nom de la commune, pour lequel aucune consigne n’a été donnée. Les noms des communes formeront une toponymie choisie, et ce pour la première fois depuis l’indépendance. Face aux villageois, les membres des commissions de découpage ont eu recours à des expressions en langues locales9 pour expliciter le contenu de la décentralisation et les objectifs du découpage communal. Parmi celles-ci, la plus fréquemment employée est « le retour du pouvoir au terroir », qui fait directement référence aux formes de pouvoir pré-coloniales. En effet, le « terroir » évoque les diamana, à la fois dans leur configuration politique et spatiale. Le recours à ce schéma ancien dans la mise en œuvre d’un découpage local a produit des effets multiples. Dans les villages, la palette des critères proposés a été interprétée au regard d’une compréhension partielle de la décentralisation, basée sur une articulation ambiguë entre un retour en arrière et une projection dans l’avenir.

20« Aller vers » un village, « se lier » avec lui et avec d’autres dans une même entité, choisir une dénomination commune, telle est la démarche suivie par chaque localité du Mali pendant les concertations intervillageoises orchestrées par les commissions de découpage. C’est à partir de ces positionnements relationnels que les critères fonctionnels édictés par la Mission de Décentralisation ont été réinterprétés et plus ou moins respectés Au nombre de cinq initialement, deux consignes ont été privilégiées tout au long du processus de découpage : le respect des liens de solidarité communautaire et la continuité géographique. Les trois autres n’ont pas résisté aux revendications sociales : le poids démographique n’a pas tenu son rang prioritaire, pas plus que la viabilité économique (critère flou) ; en ce qui concerne l’accessibilité du chef-lieu de commune, étant donné la tendance générale à la multiplication du nombre de communes, peu de villages se retrouvent éloignés du centre, en termes de distance absolue.

21Il ressort que les représentations et les pratiques spatiales des habitants sont en décalage avec le « modèle territorial » que l’État leur a proposé. Le projet territorial venu d’en haut n’a pas été repris par le bas, malgré le panel des consignes retenues. À l’inverse, il a été accaparé et trituré par les acteurs locaux, qui sont intervenus à plusieurs échelles pour aboutir à leurs fins. De ce fait, le processus de découpage a été entraîné sur un terrain différent que celui réservé à un projet administratif d’envergure nationale, et ce dans le cadre d’une politique de décentralisation. La communalisation a été transportée dans les sphères locales où se sont rejoués les conflits d’antan, où se sont reconstruites les alliances passées, et autant de liens tenus sous silence dans l’armature des découpages antérieurs (arrondissements, cercles).

« Bien des conflits tels que les choix de rattachement, de délimitation et de chefs-lieux communaux ont en réalité des fondements plus sociaux que spatiaux. Allégeances lignagères, hiérarchies ethniques, concurrences des plus anciens occupants et de nouveaux venus dans une histoire à rebondissements, chefferies consacrées ou cassées par la colonisation, initiatives d’émigrés de retour : les arguments s’enchevêtrent au-delà des grilles territoriales par trop univoques autour des critères de taille ou d’accessibilité. » (Bertrand, 1999).

22Cependant, le découpage communal n’est pas uniquement le fruit d’une métempsycose des espaces anciens dans une nouvelle enveloppe territoriale. Il se présente comme une composition complexe, en tant qu’aboutissement d’une confrontation entre des logiques qui tiennent leurs références dans les modèles des temps anciens et celles qui prennent appui dans le renouvellement des relations sociales et spatiales, du fait de l’ouverture des espaces villageois, notamment dans le cadre des migrations internationales (c’est le cas dans la Région de Kayes). Entre ces deux tendances se dessinent les territoires communaux avec, pour les uns, la réactivation des codes de l’ordre ancien (notamment les rapports entre villages-mères et villages-descendants), et pour les autres, la possibilité de s’en détacher, en instaurant de nouvelles relations (de type fonctionnel).

23Au terme des concertations intervillageoises, la loi n° 96-059 du 4 novembre 1996 portant création de communes au Mali a permis la création de 684 nouvelles communes, dont 666 communes rurales et 18 communes urbaines (auxquelles s’ajoutent 19 anciennes communes urbaines, pour un total de 703 communes), en remplacement des 283 arrondissements créées à l’indépendance. À l’échelle nationale, les régions ont connu des trajectoires différentes dans le découpage communal. Pour les régions du Nord (Tombouctou, Kidal, Gao), le découpage communal n’a pas entraîné une forte recomposition territoriale, dans la mesure où 40 à 50 % des arrondissements ont été transformés en communes. Dans les régions centrales (Koulikoro, Ségou, Mopti), le découpage s’inscrit dans les normes prescrites par la MDD. Les régions périphériques (Kayes à l’ouest et Sikasso au sud) présentent, quant à elles, un positionnement « extrême » dans les résultats du découpage, avec des taux élevés de micro-communes (Koné, 1997) et une faible proportion d’arrondissements maintenus en communes.

  • 10 Région d’étude de la thèse dont est inspiré cet article (Lima, 2003).

24Cette tendance s’illustre particulièrement dans la Région de Kayes10 (située à l’ouest du pays, à la frontière du Sénégal et de la Mauritanie). Territoire périphérique, voire de confins, touché par une forte émigration, cette région se présente comme un laboratoire d’expérimentation sociale et spatiale (Gonin, 1997). L’importance des réseaux migratoires, notamment, a contribué à produire des entités communales inédites, entre réseau et territoire (Lima, 2003). Avec 126 nouvelles communes, cette région permet d’illustrer la transition toponymique qui s’est opérée en parallèle du découpage communal. Au-delà des enveloppes territoriales, le renouvellement toponymique révèle une double tension, entre l’adhésion au chef-lieu et la volonté de neutralité.

La négociation toponymique : adhésion au centre et désir de neutralité

  • 11 Certaines communes seront d’ailleurs directement créées lors de ce débat, des députés se faisant le (...)

25Nommer un territoire n’est pas un acte neutre, ni sans conséquence. Dans la région de Kayes, l’émergence de 126 nouvelles communes en remplacement de 49 arrondissements est une opportunité pour le renouvellement de la toponymie locale. La dénomination de ces territoires institutionnels, fabriqués selon une logique ascendante, est une étape inédite dans la trajectoire des espaces locaux au Mali. Sortis du carcan spatial des arrondissements, les villageois sont en mesure de revendiquer leur identité dans la trame des communes rurales, avec des positionnements forts à trois niveaux : les limites, le centre, le nom. En effet, comme pour les contours et les centres de ces territoires, la nomenclature communale est directement déterminée par les habitants. Concrètement, chaque village complète une fiche de regroupement à l’issue des concertations intervillageoises, laquelle sera validée au niveau régional, puis au niveau national par les députés11 lors du vote de la loi de création des communes. Cette toponymie choisie « par le bas » est donc l’œuvre de la population, dans ses différentes composantes, sur laquelle ni l’administration, ni les députés ne sont revenus lors de la finalisation du processus de communalisation.

  • 12 Par exemple, dans le cercle de Kayes, les noms des communes « Djelebou » ou « Karakoro » sont des h (...)
  • 13 Par exemple, dans le cercle de Kita, le nom de la commune « Benkadi Founia » fait référence à une a (...)

26D’après la liste officielle des communes et les entretiens effectuées dans les chefs-lieux de cercle (la région de Kayes en compte sept), les noms de commune sont de cinq ordres (cartes n° 2 et n° 3). En tête de la nomenclature communale se trouvent les noms de chefs-lieux (71 %), c’est-à-dire que le nom du territoire est identique à celui du village qui en compose le centre administratif. Cette primauté est valable dans tous les cercles, sauf celui de Yélimané. En deuxième position (17 %), viennent les noms de « pays » (c’est-à-dire des anciens cantons ou diamana), excepté dans le cercle de Yélimané où les toponymes relatifs à ces anciennes entités sont les plus représentés. À l’inverse, les habitants n’ont pas eu recours à ces néo-toponymes dans les cercles de Nioro et Kéniéba. Derrière ces deux catégories qui représentent la majorité des noms de commune (88 %), viennent trois autres registres très peu utilisés : les noms géographiques, c’est-à-dire faisant référence à des caractéristiques géographiques12 (cercles de Kayes, Kita et Yélimané) ; les noms d’associations intervillageoises (cercles de Kayes et Yélimané) et des noms divers, dont les origines sont multiples13 (cercles de Kayes, Kita, Yélimané).

27La désignation d’un territoire politique est un acte fondateur. Le nom scelle un consensus, quelle que soit la nature de celui-ci. Il s’avère que les noms retenus dans les cercles de la région de Kayes ne reflètent pas l’entremêlement des logiques à l’œuvre pendant le découpage. Signes apparemment faibles, les noms de chefs-lieux sont le point d’orgue du cheminement contrasté de la réorganisation territoriale. Après le temps de la discussion, des batailles de chefs-lieux, des désistements et des adhésions de dernière minute, l’appartenance à un territoire commun et le ralliement à un chef-lieu sont symboliquement signifiés par l’élargissement du nom du chef-lieu au nom communal. Privilégier ce type de toponyme s’inscrit en continuité des choix effectués à l’Indépendance par l’administration quand les noms des chefs-lieux d’arrondissements ont été imposés par-dessus ceux des cantons, eux-mêmes reprenant ceux des anciens « pays ». Derrière la neutralité apparente de ces désignations, c’est aussi un non-choix qui se révèle, celui de ne pas marquer les entités communales par des références explicites au passé, même si certaines reprennent en intégralité les contours de diamana. Dans le cercle de Kéniéba, par exemple, où les trois communes de l’ancien arrondissement de Faraba (Sagalo, Faraba et Kouroukoto) sont les sœurs jumelles des anciens cantons du Worodougou, du Mérintambaya et du Malontambaya, les habitants n’ont pas souhaité reprendre ces dénominations pour les appliquer à leur commune.

  • 14 Groupe Local d’Etude et de Mobilisation : groupe informel composé de représentants de la société ci (...)

28Selon un membre du GLEM14 : « les chefs de canton ont traumatisé les populations. Ils les ont exploitées pendant la colonisation. Les populations ne veulent plus parler des cantons. Le colonisateur a imposé un chef commun dans les cantons » (Kéniéba, 2001). Dans ce contexte, le renouvellement de l’enveloppe spatiale du canton à travers le découpage communal ne s’accompagne pas d’une toponymie de même origine. Si les habitants reconnaissent cette entité comme un espace social dans lequel ils envisagent un avenir commun, il ne saurait être question de lui attribuer les signes d’un ancien pouvoir jugé illégitime : « Il est difficile de revenir aux noms de canton, car cela reviendrait à donner une soif d'hégémonie à une famille qui a géré le canton » (membre de la commission locale de découpage, Kéniéba, 2001).

Carte n° 2 : Découpage et toponymie des communes dans la Région de Kayes

Carte n° 2 : Découpage et toponymie des communes dans la Région de Kayes

Carte n° 3 : Typologie des toponymes communaux dans la Région de Kayes

Carte n° 3 : Typologie des toponymes communaux dans la Région de Kayes

29Ainsi, les représentations spatiales sont plus fortes que la matérialité de l’espace. Ce sont les représentations qui guident les usages de l’espace, dont sa dénomination. La toponymie n’est pas tout, c’est une construction complexe qui ne peut être dissociée de la vie sociale. En effet, comme l’affirme Denis Retaillé : « c’est la vie sociale qui anime les lieux et les discours construits sur et pour eux en ajoutant aux simples toponymes la grammaire qui leur manque. Les références, les inventions, les intentions sont autant de signes qui renseignent sur la société : signes faibles lorsque les noms proviennent d’un lointain passé et n’ont été conservés que par habitude (mais cela signifie qu’ils sont satisfaisants), forts lorsque les noms résultent d’un arbitrage spontané ou autoritaire, très actuel. » (in Lévy et Lussault, 2003).

30Ainsi, sur 126 communes, seules 22 (17 %), ont opté pour un nom de pays, et ce dans cinq cercles (sauf Kéniéba et Nioro). Là, il y a adéquation entre le contenu du territoire et sa désignation extérieure. Cette tendance est plus affirmée dans le cercle de Yélimané où la moitié des noms de commune fait directement référence aux quatre anciens cantons : le Kaniaga ; le Guidimé ; le Diafounou ; le Tringa. Ce qui n’est pas étonnant dans la mesure où des chefs de canton sont encore élus, symboliquement, par les populations dans cette zone (par exemple dans le Guidimé), où ces références spatiales sont encore très présentes dans les représentations des populations. Par exemple, la commune du Tringa illustre une dynamique de continuité depuis la colonisation. Ce pays a été transformé en canton par l’administration française, puis en arrondissement par le gouvernement indépendant, et aujourd’hui en commune rurale dans le cadre de la décentralisation. Ce parcours territorial à travers les époques et les pouvoirs, marqué par la stabilité, explique la résurgence de cette toponymie, assumée sans complexe ni frustration par les populations, à tout le moins par la fraction de celle-ci qui obtient le consensus final. Dans les autres cercles (Kayes, Bafoulabé, Diéma, Kita) les toponymes liés à un ancien pays sont beaucoup moins nombreux, ce qui confirme l’idée selon laquelle la réappropriation des entités du passé s’effectue plus facilement dans le domaine spatial que dans le registre des représentations.

31En ce qui concerne les noms géographiques, ils correspondent en majorité à des noms de cours d’eau : Djelebou, Karakoro, Falémé, Kolimbiné, Toya (noms de rivières et de mares). Pourquoi choisir le nom d’un élément naturel pour un nouveau territoire ? Dans la plupart des cas, il s’avère que l’adhésion au chef-lieu de commune a été source de tension. Il semblait alors difficile d’apposer sur le territoire le nom d’une localité ne faisant pas l’unanimité au sein du regroupement villageois. D’où le recours aux éléments physiques, qui ne manque jamais de créer le consensus. La commune de Sahel se situe à l’extrémité Nord du cercle de Kayes, à la frontière de la Mauritanie. Les trois autres cas sont situés dans le cercle de Kita : Kita Ouest, Kita Nord et Séféto Nord. Pour ces derniers, l’explication relève de la même logique. Etant donné que le choix du chef-lieu a été l’objet de tensions, il était nécessaire de trouver un nom le plus neutre possible. Pour ces communes, ce raisonnement est poussé à l’extrême car le toponyme ne fait pas référence à un élément physique situé sur le territoire de la commune, mais utilise le nom de la commune voisine auquel a été ajouté un point cardinal. La Commission régionale de découpage avait exprimé son désaccord sur ces choix toponymiques qui concernaient alors cinq communes : « la Commission locale de découpage est invitée à rapprocher les communes de Kita Central et Séféto pour proposer des dénominations authentiques pour les communes. ». Il en reste toujours trois aujourd’hui, qui n’ont pas trouvé de « noms authentiques ». Il est toutefois surprenant que des nouveaux territoires fassent appel à des localités voisines pour s’identifier. Le découpage n’est pas la fin d’un processus, ni la toponymie, et les communes font figure de territoires fragiles, en construction.

  • 15 Il s’agit d’associations intervillageoises de développement créées par des migrants maliens résidan (...)
  • 16 L’ADD, Association Diama-Djigui (ce qui signifie « l’espoir d’un peuple »), et l’ORDIK, Organisatio (...)

32Enfin, pour ce qui est des noms d’associations15, ils se distinguent par leur rareté étant au nombre de deux : Guidimakha Xeri Kaffo (cercle de Kayes) et Soumpou (cercle de Yélimané). Comme pour les anciens cantons, on sait que des communes dans les zones d’émigration ont été construites à partir de noyaux d’associations intervillageoises. Malgré ces fondements territoriaux spécifiques, la démarche n’est pas poursuivie jusqu’au bout, puisque le territoire n’est pas signifié par le nom de l’association qui en explique l’origine (par exemple pour l’ADD ou l’ORDIK16, associations du cercle de Kayes). Dans ces cas, cela s’explique par le fait que le territoire communal ne se juxtapose pas complètement avec l’espace associatif (c’est la même situation pour l’association Guidimakha Djikké scindée sur trois communes, dans l’ex-arrondissement d’Aourou). À cela s’ajoute le fait que les acteurs associatifs (ici et là-bas) n’ont pas forcément tenu à ce que les deux entités soient confondues, car leur genèse ne repose pas sur les mêmes dynamiques. L’espace associatif est issu d’une logique réticulaire et ascendante. Le territoire communal est une entité politique initiée par l’État et fabriquée « par le bas ». Aujourd’hui, ces territoires cherchent à s’identifier. Les nouveaux locaux des mairies participent à ce processus d’ancrage de la centralité et de l’identité communales (planche photographique).

33Il reste à voir si ces noms tiendront dans le temps. Un seul nom est aujourd’hui contesté, celui de « Diafounou Gory » dans le cercle de Yélimané, commune dans laquelle le chef-lieu se nomme Tambacara, Gory étant une localité voisine, avec laquelle, qui plus est, les liens sont distendus. Cette erreur sera rectifiée dans la prochaine révision de la loi portant création de communes, révision qui ne s’arrêtera pas à ce seul cas, puisqu’en 2001 étaient recensés quinze cas de contestation sur le découpage dans la région de Kayes.

Les profils toponymiques des cercles de la Région de Kayes

34Dans la région de Kayes, trois profils toponymiques coexistent (graphique n° 1), révélant la difficulté de voir s’affirmer un modèle différent du précédent, c’est-à-dire celui de la centralité. Dans chaque cercle, les noms de chefs-lieux sont les plus représentés. Des variations se dessinent selon deux logiques, celle du retour au « terroir » et celle de la pluralité. Les cercles de Kéniéba et Nioro présentent un premier profil, celui où l’adhésion au chef-lieu de commune est totale. Leurs communes sont toutes dénommées d’après le nom du chef-lieu communal. Le deuxième profil introduit une variation avec des toponymes issus des anciens diamana. Les cercle de Bafoulabé et de Diéma illustrent ce type, avec une majorité de noms de chefs-lieux et une minorité de noms d’anciens diamana. Le troisième type, représenté par les cercles de Kayes, Kita et Yélimané, est celui de la pluralité. Si les noms de chefs-lieux s’imposent toujours, des toponymes nouveaux apparaissent : noms d’associations, éléments du milieu naturel. Le cercle de Yélimané se détache avec la particularité d’inverser ce rapport de force puisque les noms d’anciens diamana sont les plus nombreux.

35C’est donc une nouvelle géographie des toponymes locaux qui se dessine. Les cercles de Kéniéba et Nioro maintiennent une logique de centralité qui ne doit pas cacher une pluralité de logiques en termes de réorganisation territoriale. Si les noms de chefs-lieux se sont imposés, les territoires communaux, dans leur organisation spatiale, présentent des profils variés : anciens arrondissements, anciens diamana, nouvelles communes urbaines, micro-communes. L’homogénéité toponymique exprime un décalage entre les représentations des populations et les fondements de leurs territoires. La logique d’identification n’a pas fonctionné jusqu’au bout et l’étape de la dénomination reste marquée par de l’hésitation. Le recours aux noms de chefs-lieux, signes faibles, traduit une volonté de neutralité face aux rapports de force qui ont joué dans la détermination spatiale des communes. Le recours à des noms issus d’éléments naturels relève de la même logique. Dans les cercles de Diéma et Bafoulabé, l’hésitation toponymique entre noms de chefs-lieux et noms d’anciens pays, traduit une trajectoire intermédiaire. Quelques communes ont joué la carte du retour aux « terroirs » à la fois en termes de limites et de toponymes. Entre affirmation et révélation, cette toponymie identitaire renvoie à un registre habituellement écarté dans ces espaces auparavant gérés par une administration centralisée, porteuse de l’uniformisation des références spatiales. En cela, la décentralisation a ouvert un champ des possibles en termes de recomposition territoriale et de transition toponymique. L’introduction de toponymes de natures différentes révèle des positionnements ancrés dans des dynamiques locales spécifiques. Les cercles de Kayes et de Yélimané, marqués par la migration internationale, présentent un panorama de toponymes hétérogènes.

36Territoires d’innovation spatiale et sociale, présentant des interactions fortes entre réseaux et territoires, l’invention toponymique qui les caractérise pose la question de l’appropriation différenciée de ces nouveaux territoires politiques. Le cercle de Kita, qui gravite dans l’aire d’attraction de la capitale nationale, présente lui aussi une toponymie plurielle, marquée par l’influence du chef-lieu de cercle sur sa périphérie. En effet, les communes rurales qui gravitent dans l’aire d’influence de la ville de Kita, se sont démarquées de ce pôle lors de la réorganisation territoriale. En effet, une « bataille » territoriale a eu lieu entre la ville et ses communes limitrophes, l’enjeu pour ces dernières étant de contrer leur intégration au tissu urbain kitois. De son côté, la ville de Kita souhaitait élargir son territoire par le biais de la réorganisation communale, en intégrant ces villages comme des quartiers. Sur le plan toponymique, deux communes rurales périphériques ont aujourd’hui des noms qui font référence à la ville, Kita ouest et Kita nord. Étonnant paradoxe de voir deux communes en lutte contre la diffusion urbaine faire le choix de prendre le nom de cette ville. En fait, dans chacune de ces communes, le choix du chef-lieu est contesté et ces noms traduisent surtout une absence d’identification à une identité interne. Espaces de marges urbaines, ces communes, par leurs noms, témoignent de la difficulté de se créer une identité. Cette toponymie négociée se détache de l’ancien modèle toponymique. Cependant, elle reste une toponymie par défaut, dont il est attendu qu’elle évolue.

37Dans la Région de Kayes, les nouvelles entités communales (126) présentent des gabarits territoriaux variés. Les micro-communes sont nombreuses (60 % des communes ont moins de 10 000 habitants) et les communes urbaines se sont multipliées (5 communes urbaines n’étaient pas programmées). La réorganisation territoriale a été très importante, en témoigne la faible proportion d’arrondissements maintenus en communes rurales (11 sur 49, soit 22 %). Face à l’hétérogénéité des territoires communaux, l’homogénéité toponymique pose question.

La mairie de Sébékoro, dans un ancien local de l’arrondissement (cercle de Bafoulabé)

La mairie de Sébékoro, dans un ancien local de l’arrondissement (cercle de Bafoulabé)

Clichés : S. Lima, 1997-2001

Des conseillers communaux devant la nouvelle mairie de Guénégoré (cercle de Kéniéba)

Des conseillers communaux devant la nouvelle mairie de Guénégoré (cercle de Kéniéba)

Clichés : S. Lima, 1997-2001

La mairie de Maréna Diombougou, dans un local de l’Association Diama Djigui (cercle de Kayes)

La mairie de Maréna Diombougou, dans un local de l’Association Diama Djigui (cercle de Kayes)

Clichés : S. Lima, 1997-2001

La mairie de Dialafara dans une ancienne coopérative agricole (cercle de Kéniéba)

La mairie de Dialafara dans une ancienne coopérative agricole (cercle de Kéniéba)

Clichés : S. Lima, 1997-2001

38Face à la force de la recomposition territoriale, la faiblesse de ces toponymes choisis interroge. Le modèle de la centralité et de l’adhésion au chef-lieu s’impose, ce qui pourrait laisser supposer une anémie identitaire territoriale. Là, la toponymie atteint ses limites en termes de révélation. Derrière la diffusion de l’effet « chef-lieu », le paysage territorial issu du découpage communal traduit des rapports de force, des tiraillements, inédits depuis l’indépendance du pays, mais dont la toponymie ne rend pas compte directement. À la recherche d’une légitimité et d’une identité territoriales, les villageois ont joué la carte de la neutralité toponymique. Ici, la toponymie apparaît moins comme une fin mais comme le moyen de construire cette unité dans le temps. L’adhésion au chef-lieu se présente comme un hypothèse de fondation et de construction territoriale, processus dans lesquels les rapports de pouvoir s’expriment avec force entre les différentes composantes de la société locale (notables, associations, migrants, etc.).

Dépasser la toponymie

39Au-delà d’un résultat unitaire apparent, le renouvellement toponymique local au Mali intègre des trajectoires territoriales différenciées. Des logiques plurielles ont été à l’œuvre lors du découpage communal. Des territoires se sont affirmés, certains ont été durement négociés et d’autres restent marqués par l’incertitude. Dans ce nouveau paysage territorial, toutes les communes ne remportent pas l’adhésion de leurs habitants. Les toponymes retenus ne suffisent pas à rendre compte de cette diversité de situation. Le recours majoritaire aux noms de chefs-lieux pour dénommer les communes procède de motivations différentes, depuis l’adhésion réelle jusqu’au désir de neutralité, en passant par une relative indifférence. En cela, la toponymie est un indicateur parmi d’autres du sens des lieux. Elle ne suffit pas à exprimer toute la complexité territoriale contenue dans la construction de territoires politiques locaux issus d’une double logique ascendante et descendante. La toponymie résulte d’une tension entre société et espace, dans une double dimension politique et temporelle. La dénomination des territoires est un acte social qui s’attache à l’espace, au pouvoir et au temps.

40Au Mali, des trajectoires toponymiques différentes coexistent à un même niveau territorial. Plusieurs registres ont été convoqués, même si le résultat est celui de la prépondérance des noms de chefs-lieux : pour quelle cohérence ? L’appropriation différenciée des territoires est-elle un problème ou une nécessité ? L’État malien a entrepris une démarche originale, unique en Afrique de l’Ouest. Les territoires locaux et leurs noms ont été redéfinis par la population, selon une logique ascendante. Même si un modèle toponymique différent (par rapport au modèle hérité de la colonisation et de la période post-indépendance) n’a pas émergé jusqu’à présent, il reste que les communes forment des laboratoires de renouvellement politique sans précédent. Le choix de taire les logiques à l’œuvre dans la recomposition territoriale à travers la toponymie n’est-il pas le signe d’une distanciation nécessaire face à la difficulté d’asseoir les territoires dans leur forme et leur organisation, notamment avec la reconnaissance du chef-lieu ? L’enjeu pour ces territoires étant de prendre leur place dans l’arène nationale (subsidiarité) et dans la sphère internationale (jumelage, coopération décentralisée, co-développement). En cela, la transition toponymique au Mali renvoie au questionnement général sur l’appropriation des territoires politiques locaux (Le Bris, 1999), placés en première place face aux enjeux du désengagement de l’État et de la mondialisation. Les États d’Afrique subsaharienne explorent plusieurs voies pour consolider l’unité nationale qui leur fait plus ou moins défaut (Retaillé, 1991). Aujourd’hui, plusieurs d’entre eux (Mali, Niger, Burkina Faso, Sénégal, Tchad, Togo) cherchent à refonder une cohérence spatiale interne qui passe par l’ouverture des collectivités territoriales locales aux pratiques et aux représentations spatiales des populations (Leclerc-Olive, 1997). Dans ce mouvement, la toponymie reste un signe à interroger dans le temps, car elle s’inscrit dans des combinaisons complexes entre espace, pouvoir et identité.

Haut de page

Bibliographie

BERTRAND M., 1999, Transition malienne, décentralisation, gestion communale bamakoise, Paris, Grafigéo, Mémoires et documents de l'UMR PRODIG.

BOPDA A., 2001, « De l'usage de fonds mythiques dans les remaniements territoriaux en Afrique et au Cameroun », Cahiers de Géographie du Québec, vol. 45, n°126, p.451-478.

CISSOKO S. M., 1988, Le Khasso face à l’Empire Toucouleur et à la France dans le Haut-Sénégal, 1854-1890, Paris, L’Harmattan.

CLAVAL P., 1995, La géographie culturelle, Paris, Nathan.

COULIBALY C., 1994, Spécial Décentralisation, Cauris, dossier n° 1, décembre, Bamako.

DEBARBIEUX B. et VANIER M., 2003, Ces territorialités qui se dessinent, La Tour d’Aigues, Edition de l'Aube.

FÉLIX J., 1996, « L'élaboration de la politique de décentralisation au Mali : des logiques plurielles », Bulletin de l'APAD, n° 11, p.148-163.

GERBAUX F., 1999, Utopie pour le territoire : cohérence ou complexité ? La Tour d'Aigues, Editions de l'Aube.

GIRAUT F., 1999, Retour du refoulé et effet chef-lieu. Analyse d'une refonte politico-administrative virtuelle au Niger, Paris, Grafigéo, Coll. « Mémoires et documents de l'UMR PRODIG ».

GONIN P., 1997, D'entre-deux territoires, circulations migratoires et développement entre le bassin du fleuve Sénégal et la France, HDR, Villeneuve d'Ascq, Université des sciences et technologies de Lille, Laboratoire de géographie humaine.

IGUE J. O., 1995, Le territoire et l'État en Afrique. Les dimensions spatiales du développement, Paris, Karthala.

KASSIBO B., (ed.), 1997, La décentralisation au Mali : état des lieux (Bulletin de l'APAD).

KEITA R. N., 1972, Kayes et le Haut-Sénégal. Kayes et sa région, Bamako, Editions populaires.

KONÉ Y. F., 1997, « Les micro-communes : expressions de logiques locales », Bulletin de l'APAD, n° 14, p.59-65.

KOUROUMA A., 1970, Les soleils des indépendances, Paris, Editions du Seuil.

LE BRIS E., 1999, « La construction municipale en Afrique », Politique africaine, n° 74, p.6-12.

LECLERC-OLIVE M., 1997, Espaces "métisses" et légitimité de l'État : l'expérience malienne, in GEMDEV (ed.), Les avatars de l'État en Afrique, Paris, Karthala, p.177-192.

LE DEMOCRATE, 1995, La décentralisation ? Rendre son âme au Mali profond, Bamako, Edition spéciale.

LÉVY J. et MICHEL L., 2003, Dictionnaire de la géographie et de l'espace des sociétés, Paris, Belin.

LIMA S., 2003, Découpage entre espace et territoire : la fin des limites ? La fabrique des territoires communaux dans la Région de Kayes, Mali, Thèse soutenue à l’Université de Poitiers.

PAUL-LÉVY F. et SÉGAUD M., 1983, Anthropologie de l'espace, Paris, Alors : Centre de création industrielle - Centre Georges Pompidou.

POURTIER R., 1994, Territoire et identité nationale en Afrique Centrale. La fonction de la géographie dans le mouvement colonisation/décolonisation, in BRUNEAU M. et DORY D. (eds.), Géographies des colonisations, XVè-XXè siècles, Paris, L'Harmattan.

POURTIER R., 1991, « Imagerie, imaginaire et stratégies territoriales » in H. Théry, L’État et les stratégies du territoire, Paris, éditions du CNRS.

RAFFESTIN C., 1980, Pour une géographie du pouvoir, Paris, LITEC.

RETAILLÉ D., 1991, Le contrôle de l'espace : entre territorialité et géographicité. Les problèmes d'intégration des États sahélo-sahariens, in THÉRY, HERVÉ (ed.), L'État et les stratégies du territoire, Paris, Editions du CNRS, p.89-100.

SY O., 1993, L'expérience malienne en matière de décentralisation et les perspectives, Bamako, Mission de Décentralisation.

Haut de page

Notes

1 Union Soudanaise – Rassemblement Démocratique Africain. Ce parti a été créé le 22 octobre 1946, à la suite du congrès constitutif du RDA à Bamako le 18 août 1946.

2 Ce parti, dont le leader est le député Fily Dabo Sissoko, a été reconnu officiellement le 13 février 1946.

3 Désormais les responsables administratifs sont des fonctionnaires nommés par l’État, selon deux principaux critères : les compétences professionnelles et l’engagement politique. La révocation du cantonat, système dans lequel l’exercice de l’autorité administrative était basé sur la naissance, l’héritage ou la collaboration avec le pouvoir colonial, confine les chefs de village dans des rôles d’auxiliaires de l’administration.

4 « Plusieurs éléments ont été pris en compte dans la création des arrondissements. Il fallait remplacer le chef de canton, autorité féodale, par une nouvelle autorité administrative permettant de rapprocher le plus possible l’Administration des administrés. Il fallait donc que l’arrondissement ne soit pas trop grand et que son chef-lieu soit choisi de telle sorte que, de n’importe quel village de la circonscription, un paysan puisse en une journée aller régler ses affaires auprès du chef d’arrondissement et retourner chez lui. (…) Les arrondissements coïncident soit avec un ou plusieurs anciens cantons, soit avec un groupe ethnique homogène, mais découpent rarement ceux-ci. (…) Le chef-lieu de l’arrondissement est en principe le village le plus important, le plus accessible. Mais il y a eu des raisons politiques qui très souvent l’emportent. » (Keita, 1972 : 9-13).

5 Les régions regroupent plusieurs cercles. Elles sont au nombre de huit.

6 Il a reçu à ce titre le prix international « Roi Baudouin pour le développement » 2004-2005.

7 La Mission de Décentralisation a d’abord été placée sous la tutelle de l’Administration territoriale à sa création. Suite aux tensions liées au projet de réorganisation territoriale, elle a été rattachée au Premier Ministre. Dès lors, elle a eu le champ libre pour mener à terme le nouveau découpage communal.

8 Les communes rurales sont formées de plusieurs villages dont un est le chef-lieu, tandis que les communes urbaines sont composées d’une seule localité (dont les quartiers peuvent être des villages qui choisissent d’intégrer le tissu urbain)

9 Tous les textes officiels ont été rédigés en français, langue officielle. Peu de documents ont été traduits en langues locales. Un lexique des termes administratifs utilisés dans le cadre de la décentralisation français/bambara a été réalisé en juin 1997, avec une diffusion restreinte.

10 Région d’étude de la thèse dont est inspiré cet article (Lima, 2003).

11 Certaines communes seront d’ailleurs directement créées lors de ce débat, des députés se faisant le relais de demandes locales de création de communes non validées par les instances régionales.

12 Par exemple, dans le cercle de Kayes, les noms des communes « Djelebou » ou « Karakoro » sont des hydronymes.

13 Par exemple, dans le cercle de Kita, le nom de la commune « Benkadi Founia » fait référence à une association locale.

14 Groupe Local d’Etude et de Mobilisation : groupe informel composé de représentants de la société civile, créé sous l’impulsion de la Mission de Décentralisation, dont la mission principale a été d’informer la population du contenu de la réforme de décentralisation et du processus de réorganisation territoriale.

15 Il s’agit d’associations intervillageoises de développement créées par des migrants maliens résidant en France.

16 L’ADD, Association Diama-Djigui (ce qui signifie « l’espoir d’un peuple »), et l’ORDIK, Organisation Rurale pour le Développement Intégré de la Kolimbiné (la Kolimbiné est un cours d’eau), sont des associations intervillageoises de développement. La première regroupe quatre villages et la seconde neuf. Elles ont formé chacune le noyau de création d’une commune rurale.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte n° 1 : Découpage et toponymie des arrondissements dans la Région de Kayes
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1115/img-1.png
Fichier image/png, 64k
Titre Carte n° 2 : Découpage et toponymie des communes dans la Région de Kayes
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1115/img-2.png
Fichier image/png, 68k
Titre Carte n° 3 : Typologie des toponymes communaux dans la Région de Kayes
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1115/img-3.png
Fichier image/png, 71k
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1115/img-4.png
Fichier image/png, 15k
Titre La mairie de Sébékoro, dans un ancien local de l’arrondissement (cercle de Bafoulabé)
Crédits Clichés : S. Lima, 1997-2001
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1115/img-5.png
Fichier image/png, 138k
Titre Des conseillers communaux devant la nouvelle mairie de Guénégoré (cercle de Kéniéba)
Crédits Clichés : S. Lima, 1997-2001
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1115/img-6.png
Fichier image/png, 142k
Titre La mairie de Maréna Diombougou, dans un local de l’Association Diama Djigui (cercle de Kayes)
Crédits Clichés : S. Lima, 1997-2001
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1115/img-7.png
Fichier image/png, 217k
Titre La mairie de Dialafara dans une ancienne coopérative agricole (cercle de Kéniéba)
Crédits Clichés : S. Lima, 1997-2001
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1115/img-8.png
Fichier image/png, 199k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphanie Lima, « L’émergence d’une toponymie plurielle au Mali », L’Espace Politique [En ligne], 5 | 2008-2, mis en ligne le 17 décembre 2008, consulté le 21 août 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/1115 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.1115

Haut de page

Auteur

Stéphanie Lima

Maître de Conférence
Centre Universitaire de formation et de recherche J.-F. Champollion, Albi
stephanie.lima@univ-jfc.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org