Navigation – Plan du site

L’Etat en Afrique. Géographie politique de la maîtrise des territoires

The State in Africa. Political Geography of Territorial Control
Christian Bouquet

Résumés

Article introductif du numéro 7 (2009-1) de la revue L’Espace politique intitulé « L’Etat en Afrique. Géographie politique de la maîtrise des territoires »

Haut de page

Texte intégral

1En reprenant le thème de « l’Etat en Afrique », ce numéro de L’Espace Politique n’entend pas revenir sur les travaux des politistes car ceux-ci ont déjà largement défriché ce sujet et proposé des pistes de réflexion pertinentes. En effet, on s’accorde généralement – mais cette certitude peut être ébranlée – pour considérer que la construction coloniale et postcoloniale de l’Etat en Afrique relève d’un processus de greffe qui a mal pris, produisant des avatars qualifiés par les politologues anglo-saxons de failed States, Etats défaillants. Effectivement accolés à des exemples africains (Somalie, Liberia, Rwanda, RD Congo, …), les adjectifs n’ont pas manqué pour pointer les Etats mous (soft States de Gunnar Myrdal, 1971), les Etats-rhizomes (Jean-François Bayart, 1989) ou les Etats faillis (collapsed States de William Zartman, 1995).

2Cette situation est peut-être liée au fait qu’on a plaqué le modèle occidental sur des « techniques d’encadrement » (Gourou, 1982) sans avoir pris la peine de les analyser, avant de les étouffer. Nombre de géographes africanistes ont ainsi eu l’occasion d’observer ce qui restait encore récemment des structures de pouvoir traditionnelles, que ce soit à l’échelle du village, du campement ou du quartier, ou à l’échelle des vestiges des anciens royaumes et empires africains. Le mode de gouvernement des hommes ne correspondait probablement pas aux exigences d’un Etat « moderne », notamment dans sa déclinaison démocratique, mais il structurait positivement – pensait-on – les sociétés.

3Le malentendu a surtout porté sur le principe de territorialité (Darbon, 1998). A quelques rares exceptions près, les Etats mis en place étaient appelés à contrôler des espaces qu’ils n’avaient guère de légitimité à administrer, à la fois parce que la notion de frontière dûment bornée était culturellement étrangère, et parce que les limites territoriales qui leur ont été assignées par les colonisateurs ne correspondaient – la plupart du temps – à aucun critère d’unité ou d’identité des populations ainsi circonscrites.

4A peine ces frontières « à l’européenne » étaient-elles intégrées dans les esprits – à défaut d’être partout bornées et acceptées – que l’hégémonie du libre-échange les abolissait. Pire : le vaste mouvement de recouvrement du monde par le libéralisme économique ayant donné de plus en plus de poids aux institutions de Bretton Woods et aux entreprises multinationales, le rôle de ces nouveaux Etats fondait rapidement jusqu’à leur déliquescence presque complète. D’une part, ils ne pilotaient plus leur économie puisque le FMI et la Banque mondiale en avaient pris les commandes et, d’autre part, ils ne parvenaient plus à s’imposer comme des Etats de droit à cause de la corruption galopante, liée à l’abandon des politiques sociales et donc à la paupérisation des populations.

5Dans ce contexte agité, des recompositions territoriales sont venues troubler le cadre considéré comme idéal de l’Etat-nation. Nouveau modèle importé et plus ou moins imposé par les bailleurs de fonds, la décentralisation a conduit à des redécoupages intérieurs dont les tracés sont rarement pertinents, et à la création d’un nouvel échelon de pouvoir qui, pour l’instant, ne grignote guère ce qui reste de compétences à l’Etat central, mais ne le renforce en rien. En revanche, l’incapacité de celui-ci à faire respecter la loi et à maintenir l’ordre sur l’ensemble de son territoire a permis à quelques seigneurs de guerre de se tailler des petits empires dans des zones grises généralement riches en matières premières à forte valeur ajoutée.

6C’est dans cet esprit que le présent numéro de L’Espace Politique tente d’apporter une contribution complémentaire au débat, en portant l’accent sur ce qui fait la spécificité de la géographie politique, et que l’on peut – non sans précautions – appeler « l’espace territorialisé ». L’appel à contributions, diffusé en décembre 2008, visait à susciter des réflexions allant dans le sens d’une clarification de la thématique, au prisme de l’héritage historique de la « greffe » de l’Etat, et de l’évolution des nouveaux rapports de force nés de la mondialisation. Il se trouve que les textes qui ont été retenus pour le présent numéro répondent aux questions posées de manière contrastée.

7En ouverture de cette livraison, le texte de Kevin Cox et Rohit Negi tente une relecture marxisante des travaux de Jean-François Bayart, Patrick Chabal, Jean-Pascal Daloz et Mahmood Mamdani pour essayer de démontrer que c’est le « non-développement » socio-économique des pays africains qui est responsable de la faiblesse de l’Etat, et non l’inverse. En se plaçant, peut-être involontairement, dans la logique rostowienne du « parcours obligé », nos collègues de l’Ohio State University développent des audaces rhétoriques qui ne manqueront pas d’alimenter des débats. L’Espace Politique pourrait éventuellement devenir interactif sur le sujet – en tout cas, la rédaction est prête à accueillir des réponses à leur contribution.

8Les trois articles suivants ont plus spécifiquement répondu à la question de la réalité et de la nature de l’Etat précolonial. Alain Gascon nous rappelle, fort à propos, qu’il existe en Afrique un pays où l’Etat se maintient « depuis 2 000 ans » : l’Ethiopie. Cela réactive les travaux passés inaperçus dans les années 1980 du géographe Jean Gallais, qui avait bien souligné la force de cette organisation étatique et sa singularité (Gallais, 1989), marquée notamment par l’étagement du pouvoir calqué sur le relief montagneux. De fait, le mythe fondateur salomonien qui avait traversé les siècles n’a guère été ébranlé par les turbulences du XXe siècle, même lorsque la solution de type ethno-fédéraliste s’est substituée à l’Etat unitaire des origines. Cette contribution répond clairement aux interrogations des anthropologues du siècle dernier qui avaient cru identifier, dans certaines régions reculées du continent africain, des « sociétés sans Etat » dites « acéphales ». Pouvions-nous y croire ?

9De la même manière, le nord du continent a développé avant la colonisation des modes de gouvernement qui sont restés solides sur des territoires appropriés déjà bien identifiés. A propos du Maroc, Sabine Planel montre avec minutie comment le royaume chérifien a su puiser dans ses racines et dans sa culture pour s’adapter aux défis de l’époque : la globalisation économique qui ôte du pouvoir à l’Etat central, la décentralisation qui – théoriquement – lui en en grignote autant, dans un contexte de démocratisation qui rend délicat le processus évolutif.

10Le problème des frontières extérieures ne se pose évidemment pas à Madagascar, ce qui permet à Catherine Fournet-Guérin de se focaliser sur d’autres éléments du sujet qui lui était proposé. Rappelant que la monarchie merina avait à la fois inventé, avant la colonisation, une solide construction étatique et unifié militairement la Grande Ile, l’auteur n’hésite pas à dire que nous sommes en présence d’un véritable Etat-nation, garant de la stabilité politique du pays. L’actualité s’est malheureusement chargée d’atténuer ce bel optimisme et, comme indiqué plus haut à propos de l’article de Kevin Cox et Rohit Negi, il pourrait être intéressant que L’Espace Politique se fasse l’écho des débats que pourrait susciter cet article.

11Plutôt que de rechercher les fondements précoloniaux des constructions étatiques – probablement parce que les traces son moins nettes dans les pays étudiés – les deux textes suivants s’intéressent plus précisément à l’un des axes suggérés dans l’appel à contributions : la maîtrise de l’espace. Au Mali, Michel Bussi, Stéphanie Lima et David Vigneron reviennent sur la nécessité, pour les Etats africains, de disposer de repères spatiaux à la fois clairs et légitimes. Ils évoquent l’application d’un modèle lui aussi transféré, celui de la décentralisation, auquel on a pu croire pour que l’administration se rapproche des populations, au risque de priver le pouvoir central d’une partie de ses prérogatives. A nouveau, on parle de limites territoriales, on en revient aux frontières, et on se souvient des difficultés rencontrées précisément au Mali pour dessiner, non seulement sur une carte mais plus encore sur le terrain, les nouvelles communes (Lima, 2007). Ils ajoutent à cette difficile équation le processus de démocratisation, conduit depuis les années 1990 en Afrique, diversement appliqué et inégalement efficace pour consolider l’Etat.

12Bien qu’il ait été recommandé d’éviter, dans ce numéro de L’Espace Politique, le genre monographique, la plupart des auteurs ont adossé leurs textes à des exemples situés. En cela, ils illustrent l’une des ambiguïtés de la recherche portant sur le continent africain. En effet, sa connaissance scientifique en est imparfaite, et il manque trop de données pour entreprendre un véritable travail de modélisation ou de conceptualisation ; la description n’est donc pas toujours superflue. A propos de l’un des plus grands pays d’Afrique, la République Démocratique du Congo, Jean-Claude Bruneau n’a pas tort de rappeler les étapes du casse-tête territorial légué par le roi Léopold de Belgique. Comment asseoir l’autorité d’un Etat sur une telle superficie, à l’intérieur de frontières ici encore contestables ? Eternel plan B dans les pays minés par des tensions internes (ethniques ?), les solutions de type fédéral ont été revisitées par les tenants de la décentralisation, et les « provincettes » dessinent un ensemble qui peut tout aussi bien devenir un moule unificateur qu’un puzzle sensible à la dispersion. Et si l’on ne craignait pas la répétition, on évoquerait de nouveau le fameux processus de démocratisation…

13Comme Kevin Cox et Rohit Negi ou Catherine Fournet-Guérin, Jean-Claude Bruneau avance des hypothèses qui susciteront sans doute des remous, de la même manière qu’elles ont parfois troublé, voire irrité, les évaluateurs (protégés, il est vrai, par un anonymat confortable). Le débat d’idées s’est ainsi trouvé lancé dès la préparation du numéro. Peut-être faudrait-il ouvrir cet espace de débats ce qui conforterait encore L’Espace Politique en tant que lieu où la fermentation des points de vue débouche sur un toilettage salutaire des idées reçues.

14L’exemple de l’un des plus petits pays d’Afrique (Djibouti) m’a permis de repartir des fondamentaux en posant la question : comment un espace caillouteux, aride, surchauffé et inhospitalier, à peine vivable même pour des sociétés nomades, est-il devenu un territoire circonscrit par des frontières, progressivement contrôlé par un Etat organisé à l’occidentale, et actuellement un pays jouant le rôle de plaque tournante commerciale dans la Corne de l’Afrique ? Pour répondre, il a fallu effectuer une relecture des concepts de lieu, territoire, espace, pays, région, et finalement aboutir à la conclusion – provisoire – que la géographie politique se démarque de la géopolitique par son attachement aux réalités spatiales.

15En ne répondant pas complètement à toutes les questions posées dans l’appel à contributions, mais en introduisant d’autres interrogations, les auteurs qui ont collaboré à ce numéro ont généré de nouvelles attentes. Parmi celles-ci, on est tenté de distinguer l’étude des mouvements de flux et de reflux qui, en Afrique, affectent le « rattrapage territorial », c’est-à-dire l’impact de l’Etat sur l’espace qu’il est censé contrôler. A cet égard, l’observation d’un cas à partir d’une forme « d’espace indifférencié » est intéressante.

16C’est ainsi qu’à Ilakaka, minuscule village malgache d’une quinzaine d’habitants, ont afflué à la fin des années 1990 des dizaines de milliers de personnes attirées par la découverte de saphir (Canavésio, 2009). En quelques mois est apparue non pas une ville mais l’agglomération de centaines de paillottes et de cabanes en carton, en bois ou parfois en tôle. Là où l’Etat, porteur des services publics de base, aurait dû s’implanter, on a vu au contraire s’installer des fournisseurs privés d’eau, d’électricité, et de soins puis, dans un second temps, quelques écoles privées. De la même manière, des milices privées – au service des plus riches, c’est-à-dire les acheteurs de pierres – ont plus ou moins assuré, sinon l’ordre, du moins la sécurité. Il est vrai que, dans l’autre sens, aucune retombée économique ne remontait jusqu’au budget de l’Etat, car les acheteurs de saphir, pour la plupart thaïlandais, contournaient soigneusement les services d’impôts et de douane en corrompant les différents échelons placés sur le chemin de leurs exportations.

17On est ici en présence d’un territoire où le pouvoir de l’Etat ne s’exerce pas. C’est presque l’une de ces « zones grises » où quelques potentats locaux se sont approprié les richesses du lieu et gouvernent la région en marge des lois, en totale transgression avec les règles du pouvoir central. L’extension de ces zones grises, que ce soit en Somalie, au Soudan, au Tchad, en RD Congo et, dans une moindre mesure, en Côte d’Ivoire (à la suite des tristes épisodes libériens et sierra-léonais) méritera sans doute qu’on y consacre des travaux plus approfondis. L’Etat en Afrique est une thématique riche dont on n’a pas fini de dénouer tous les fils…

Haut de page

Bibliographie

BAYART, Jean-François, 1989, L’Etat en Afrique. La politique du ventre, Fayard, rééd. 2006, 440 p.

DARBON, Dominique, 1998, « Crise du territoire étatique et communautarisme : les nouveaux enjeux idéologiques de l’intégration en Afrique noire », Régionalisation, mondialisation et fragmentation en Afrique subsaharienne, Karthala, 319 p., pp. 61-75.

CANAVESIO, Rémy, 2009, Territoires et réseaux des pierres précieuses. Dynamiques spatiales de l’exploitation informelle des gemmes à Madagascar, thèse de doctorat, à paraître.

GALLAIS, Jean, 1989, Une géographie politique de l’Ethiopie. Le poids de l’Etat, Economica, 213 p.

GOUROU, Pierre, 1982, Terres de bonne espérance, Plon, 456 p.

JACKSON, Robert H., 1990, Quasi-States : Sovereignty, international Relations and the Third World, Cambridge Univrsity Press, 255 p.

LIMA, Stéphanie, 2007, “Quand la frontière devient interface : le cas des frontières communales au Mali », Regards géopolitiques sur les frontières, L’Harmattan, pp. 129-143.

MYRDAL, Gunnar, 1971, Le Défi du monde pauvre, Gallimard,

ROTBERG, Robert I., 2003, When States Fail, Princeton University Press, 336 p.

ZARTMAN, William, 1995, Collapsed States, the Disintegration and Restoration of Legitimate Authorithy, Boulder, Lyne Rienner, 303 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Bouquet, « L’Etat en Afrique. Géographie politique de la maîtrise des territoires », L’Espace Politique [En ligne], 7 | 2009-1, mis en ligne le 20 août 2009, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/1224

Haut de page

Auteur

Christian Bouquet

Professeur de géographie politique
Université de Bordeaux 3
UMR ADES
bouquet@u-bordeaux3.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org