Navigation – Plan du site

Maxence et Jacques Fontanel (Ed.), Géoéconomie des Jeux Olympiques, Le sport, au coeur de la politique et de l'économie internationales

Paris, L'Harmattan, 2009, 150p
Loïc Trégourès
Référence(s) :

Maxence et Jacques Fontanel (Ed.), Géoéconomie des Jeux Olympiques, Le sport, au coeur de la politique et de l'économie internationales, Paris, L'Harmattan, 2009, 150p

Texte intégral

1Existe-t-il un langage plus universel que celui du Mondial de football ou des cinq anneaux olympiques qui réunissent tous les 4 ans plusieurs milliards de téléspectateurs? Partant de ce constat, Maxence et Jacques Fontanel ont construit ce petit ouvrage à contributions multiples, qui s'attache à mettre en lumière la place toujours plus importante, au-delà de la sphère symbolique, que le sport occupe au coeur du processus de mondialisation économique. En effet, le sport est une activité économique en très forte croissance puisqu'elle génère aujourd'hui environ 3% du commerce mondial pour un montant total de 400 milliards d'euros par an.

2Dès lors, quels sont les nouveaux acteurs clés de ce marché? En quoi le sport est-il transformé par sa nouvelle dimension économique? Le poids toujours plus important des impératifs économiques et financiers dans le sport s'ordonne-t-il au détriment de la dimension politique de celui-ci? Telles sont les questions auxquelles les auteurs ambitionnent de répondre.

3L'ouvrage se compose de trois parties. La première partie rassemble des contributions mettant en avant les aspects politiques, géopolitiques, identitaires puis économiques du sport. La deuxième partie met l'accent en particulier sur les Jeux Olympiques et met à jour les véritables enjeux politiques et économiques de la quinzaine olympique ainsi que le rôle du CIO dans ce contexte. Enfin, la troisième partie s'intéresse aux questions institutionnelles et juridiques posées par le sport professionnel en revenant notamment sur le rôle de l'Union Européenne dans le sport.

  • 1  HOBSBAWM, Eric, RANGER, Terence (dir.), L'invention de la tradition, Paris, Editions Amsterdam, 20 (...)

4Comme les chapitres 1 et 3 le montrent, l'histoire du sport regorge de situations où le sport s'est trouvé intimement mêlé à des considérations politiques, géopolitiques ou identitaires. Ces illustrations démontrent que le sport est, depuis l'invention des JO par les Grecs, un outil politique et diplomatique aux mains des gouvernants. En outre, de par sa portée symbolique, le sport est un vecteur identitaire extrêmement puissant car comme le souligne l'historien Éric Hobsbawm « la collectivité imaginaire de millions d'êtres semble plus réelle sous l'apparence d'une équipe de onze individus aux noms connus »1. Cela peut donner lieu à des scènes de liesse et de fraternité, comme provoquer des débordements nationalistes et violents nauséabonds.

  • 2  A ce titre, les JO de 1996, ceux du centenaire, n'ont pas été organisés à Athènes comme l'esprit o (...)
  • 3  Rappelons par exemple que c'est à la demande du diffuseur américain NBC que les finales de natatio (...)
  • 4  L'allusion des auteurs à une inévitable réforme de l'arbitrage dans le football, supposé trop aléa (...)

5Dans le chapitre 2, les auteurs, Liliane Bensahel, Gautier et Jacques Fontanel, défendent l'idée d'une « économisation » du sport depuis les années 70-80. Celle-ci a été provoquée par les médias de masse qui ont donné aux grandes compétitions de sport comme les JO une portée universelle, une cible inespérée pour toutes les grandes marques qui se sont alors empressées de parrainer de tels évènements, tels Coca Cola, partenaire permanent du CIO et des JO2. Dès lors, les auteurs estiment que les JO et le sport de haut niveau en général sont devenus otages des intérêts économiques de ces firmes multinationales et des médias diffuseurs. Les valeurs d'amitié et de tolérance véhiculées par le sport sont battues en brèche par les intérêts des financiers et des médias qui exigent du spectacle, des records et des résultats3, considérant le sport comme n'importe quelle autre activité économique où l'on minimise les risques et maximise les profits. Ainsi, le pouvoir économique a forcé le sport à imaginer comment réduire les risques économiques liés au caractère aléatoire des résultats. Les réponses n'ont pas tardé à venir et à se systématiser, que ce soit en matière de dopage, de corruption ou de recherche technologique et biomécanique4.

6Par conséquent, les auteurs estiment que le sport a perdu une part de sa portée politique compte tenu des enjeux économiques désormais prépondérants qu'il implique.

7Le chapitre 4 est une chronologie complète et facile de lecture qui répertorie tous les faits pertinents du point de vue politique, géopolitique et économique des Jeux Olympiques modernes. Ce faisant, Maxence et Jacques Fontanel s'opposent à la conclusion précédente sur la perte de poids du politique dans le sport. En effet, si la désignation de Pékin pour les JO 2008 représente sans doute un pari économique pour le CIO et ses partenaires, elle n'en reste pas moins un geste politique d'envergure, signifiant la reconnaissance par le monde de la puissance chinoise.

  • 5  La fédération internationale de rugby, l'IRB, a attendu 1984 pour exclure l'Afrique du Sud de tout (...)

8Pour sa part, Pierre Chaix montre dans le chapitre 6 en quoi le rugby était un instrument de domination symbolique des Blancs, en quoi les sanctions sportives contre le rugby5 ont été au moins aussi durement ressenties que les sanctions économiques, et en quoi le rugby peut représenter un indicateur précieux d'une nouvelle construction de l'identité nationale en Afrique du Sud.

9Enfin, dans sa contribution, Gautier Fontanel reproche à l'Union Européenne d'avoir considéré le sport comme n'importe quel autre domaine économique, en lui appliquant indistinctement le droit communautaire. Cela a débouché en 1995 sur le fameux arrêt Bosman qui a bouleversé l'équilibre du football professionnel. Certains éléments des règlements spécifiques du football édictés par la FIFA et L'UEFA ne sont pas en adéquation avec le droit européen, chaos juridique dont profitent les acteurs économiques du sport. Cela montre que le milieu économique a su très vite s'engouffrer dans la brèche créée par l'arrêt Bosman et qu'il a beaucoup d'avance sur le droit. L'auteur souligne toutefois que des concertations régulières sont mises en oeuvre entre l'UE et l'UEFA afin de parvenir à la signature d'un accord formel clarifiant les relations entre les deux institutions, une sorte de traité bilatéral d'un nouveau genre.

  • 6  BONIFACE, Pascal, Football et mondialisation, Paris, Armand Colin, 2006, p.112

10A plusieurs reprises au long du livre, les auteurs penchent pour la thèse du sport comme l'opium du peuple (p.37, 46, p.149), mettant en avant l'exemple du mondial 1978 en Argentine. Or, Pascal Boniface, par ailleurs souvent cité par les auteurs, explique qu'il s'agit d'un mauvais exemple: « Durant les mois qui précédèrent la compétition et pendant, la presse internationale fut remplie de reportages sur les tortures et assassinats de la junte. Le régime argentin fut mis en pleine lumière, et la publicité s'est transformée en contre-publicité. Dans les tribunes, les spectateurs scandaient se va a acabar, se va a acabar, la dictatura militar (elle va se terminer, elle va se terminer, la dictature militaire) »6.

11En outre, si l'on reprend le cas du sport en Afrique du Sud, l'ANC a créé dès 1956 la South African Sports Association, organe fédérateur du mouvement contestataire dont l'objectif était de sensibiliser les fédérations internationales de sport et les peuples. Comment concilier cela avec l'affirmation des auteurs, scientifiquement irrecevable, selon laquelle « la passion du sport n'est pas toujours incompatible avec une conscience politique, mais elle l'adoucit sur bien des points »? Quels sont ces points?

  • 7  L'argent et le dopage existaient déjà du temps des jeux antiques. Voir sur les jeux antiques Les c (...)

12Les auteurs estiment par ailleurs que l'obligation de gagner, issue des pressions du monde économique « est l'ennemi du plaisir de jouer, du sens de l'honneur et de la santé ». D'abord, la victoire est l'objectif de tout sportif, professionnel ou amateur quel que soit le poids de la pression économique et quelle que soit l'époque7. Ensuite, peut-on douter que les joueurs du FC Barcelone prennent plaisir à jouer ensemble et que c'est au contraire lorsque ce plaisir n'était plus au rendez-vous que l'équipe avait de mauvais résultats en 2007-2008? N'est-il pas évident que la nageuse Laure Manaudou a cessé d'avoir de bons résultats lorsqu'elle n'a plus pris aucun plaisir à nager? Enfin, par quelle contrainte supérieure irréductible la victoire devrait-elle faire perdre son honneur? S'il est vrai qu'au pays de Poulidor, l'on se complaît volontiers dans la défaite avec panache, on ne voit vraiment pas en quoi les Bleus vainqueurs en 1998 sont moins honorables que les Bleus vaincus en 1982.

13Si l'on accepte de passer sur les erreurs factuelles (finale du mondial 1954 à Berne et non à Berlin, Athletic Bilbao et non Athletico, banderole sur les Ch'tis déployée au Stade de France et non au Parc des Princes etc.), on peut s'interroger cependant sur le « nostalgisme » anachronique qui accompagne la thèse centrale des auteurs selon laquelle les enjeux économiques et politiques ont dévoyé le sport. « Aujourd'hui, le sport est devenu un instrument politique et économique ouvertement utilisé par les Etats dans leurs relations internationales » (p.143) Il a donc existé, d'après eux, une sorte d'âge d'or, où le sport était vierge de toute considération politique, où il se pratiquait pour le simple plaisir de participer, sans arrière-pensée politique, économique ou identitaire. Or, s'il est vrai que les bouleversements économiques autour du monde du sport sont relativement récents comme l'a montré le livre, il suffit de se replonger dans les Jeux Olympiques antiques pour constater que cette manifestation a toujours été éminemment politique et a toujours constitué (et n'est pas devenu « aujourd'hui ») un instrument de politique aux mains des gouvernants.

14Enfin, la question essentielle, celle de savoir si les enjeux économiques colossaux autour du sport ont amoindri sa fonction et sa portée politique, n'est finalement pas tranchée et fait même l'objet de nombreuses contradictions chez les mêmes auteurs d'une contribution à l'autre.

Haut de page

Notes

1  HOBSBAWM, Eric, RANGER, Terence (dir.), L'invention de la tradition, Paris, Editions Amsterdam, 2006

2  A ce titre, les JO de 1996, ceux du centenaire, n'ont pas été organisés à Athènes comme l'esprit olympique l'aurait voulu, mais à Atlanta, la ville de Coca Cola. Cela symbolise pour les auteurs le « bradage » de l'esprit olympique par le CIO, sur l'autel de l'intérêt financier.

3  Rappelons par exemple que c'est à la demande du diffuseur américain NBC que les finales de natation des JO de Pékin ont été programmées à une heure très matinale, au détriment de la préparation des athlètes, afin que l'audience aux États-Unis soit maximale.

4  L'allusion des auteurs à une inévitable réforme de l'arbitrage dans le football, supposé trop aléatoire au regard des enjeux financiers, est en revanche tout à fait hors de propos dans la mesure où la FIFA s'oppose à l'arbitrage vidéo, envisageant au contraire la possibilité d'un arbitrage à 5, donc privilégiant le jeu et l'humain sur de froids calculs économiques.

5  La fédération internationale de rugby, l'IRB, a attendu 1984 pour exclure l'Afrique du Sud de toute compétition internationale quand la FIFA, par exemple, avait exclu l'Afrique du Sud dès 1961.

6  BONIFACE, Pascal, Football et mondialisation, Paris, Armand Colin, 2006, p.112

7  L'argent et le dopage existaient déjà du temps des jeux antiques. Voir sur les jeux antiques Les collections de l'histoire, Les Jeux Olympiques d'Athènes à Pékin, n°40, Juillet 2008, p. 34-41

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Loïc Trégourès, « Maxence et Jacques Fontanel (Ed.), Géoéconomie des Jeux Olympiques, Le sport, au coeur de la politique et de l'économie internationales », L’Espace Politique [En ligne], Comptes rendus d'ouvrages, mis en ligne le 15 juillet 2009, consulté le 30 mars 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/1282

Haut de page

Auteur

Loïc Trégourès

Doctorant en sciences politiques
Université Libre de Bruxelles

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org