Navigation – Plan du site

L’espace politique de la ville : plaidoyer pour une géopolitique urbaine

Political Space in the City: a Plea for an Urban Political Geography
François Hulbert

Résumés

En fonction de leur poids démographique et économique, les villes jouent un rôle politique plus ou moins important, de l’échelle locale et régionale à l’échelle nationale et internationale.  Cette compétition des villes n’est évidemment qu’un aspect de la géopolitique urbaine qui se développe sous de multiples formes au sein des agglomérations, en particulier dans cette dialectique des territoires et des pouvoirs entre les municipalités qui les composent.

Jeu des acteurs, rapports de force et luttes de pouvoir, enjeux et conflits de localisation et d’aménagement sont les termes de l’analyse géopolitique de l’espace urbain. Celle-ci peut se définir par quatre images : celle du théâtre et de la mise en scène, celle du champ de bataille où les acteurs déploient leurs stratégies, celle de l’entreprise de construction dans laquelle l’agglomération apparaît comme un édifice géopolitique et celle du chantier de rénovation qu’est la réforme territoriale.

En plus d’être une géographie des acteurs, des enjeux et des conflits de territoires, la géopolitique urbaine est une géographie de la représentation, c’est-à-dire de la perception et de l’image de la ville, tout comme une géographie des modes de désignation et de répartition des représentants des citoyens dans la cité.

Si la géopolitique urbaine ne dit pas toujours son nom, elle est bien présente en ordre dispersé  dans les publications géographiques. D’essence éminemment critique, elle ne peut rester indifférente aux réalités vécues par les citoyens et aux luttes urbaines dans lesquelles ils sont engagés. De plus, les lieux de la contestation constituent des sources fécondes de connaissance du terrain et du rôle des acteurs. Force de remise en cause du système politique qui gère et aménage le cadre de vie dans les villes et les agglomérations, la géopolitique urbaine est aussi une force de proposition.

Haut de page

Texte intégral

1Ce texte vise à définir les contours d’une géopolitique appliquée à l’échelle des villes et agglomérations urbaines. Après avoir montré l’importance croissante des villes et de leur extension périphérique dans le monde, il s’agit de présenter les enjeux politiques en cause à travers le jeu des acteurs et des territoires, des rapports de force et des luttes de pouvoir sur des questions de localisation, d’aménagement et de gouvernance. Les multiples lieux de conflits et de luttes citoyennes que constitue l’espace urbain ne peuvent échapper à une analyse géographique nécessairement géopolitique puisqu’elle met en cause les nombreux décideurs. Ne pouvant rester indifférente aux réalités vécues par les citoyens, la géopolitique urbaine devient appliquée, conduit à l’action et à l’engagement en devenant force de proposition. Il faut donc tenter d’en dégager les caractères généraux lui permettant de prendre sa place aux côtés d’autres disciplines dans le champ des études urbaines.

2A cette fin,  le texte va montrer l’intérêt de rassembler les forces dispersées de cette géopolitique urbaine aux pratiques souvent fort diverses et qui ne dit pas toujours son nom. Pourquoi ne pas chercher à fédérer les énergies qu’elle mobilise afin de construire un corpus spécifique lui permettant de se développer et d’apporter sa contribution aux connaissances sur la ville ? Mais la géopolitique urbaine doit s’engager au-delà en montrant son utilité sociale. C’est le sens de la défense et illustration proposée ici.

  • 1  Villes du Nord, villes du Sud, géopolitique urbaine, acteurs et enjeux, Hulbert, F., (dir.), 2006, (...)

3A partir de pratiques diverses, les géographes de la ville ont été amenés à la géopolitique par des voies différentes. L’analyse de ces cheminements sur des terrains variés contribue à définir la géopolitique urbaine et son contenu tout en apportant sa pleine dimension aux applications de la géographie. L’ouvrage collectif Villes du Nord, villes du Sud, Géopolitique urbaine, acteurs et enjeux, publié sous ma direction en 2006, aboutissement de travaux débutés à l’occasion du colloque international de géopolitique urbaine tenue à Libreville (Gabon) en 2003, en est une belle illustration1.

1) Les enjeux politiques de la ville

  • 2  Le Monde, 20 décembre 2007. Pas moins de huit villes françaises sont entrées en lice pour être en (...)

4Il existe une géopolitique des villes à l’échelle de la planète où celles-ci, au sein de vastes agglomérations, cherchent à occuper une place au niveau international. Les métropoles apparaissent alors comme des acteurs de la mondialisation (Cavallier, 2002). Elles se mettent en scène et se donnent une image, assurent leur visibilité et font leur promotion, valorisent leur site et leur histoire et construisent leur positionnement. Elles développent des stratégies pour se hisser au niveau de leurs concurrentes (Antier, 2005). Elles sont en compétition pour être le lieu de grandes manifestations internationales, les unes pour organiser les Jeux olympiques, les autres l’Exposition universelle ou devenir pour un an la capitale européenne de la culture2.

5Si cette géopolitique urbaine s’observe à l’échelle mondiale, elle se manifeste également à l’échelle des Etats, des régions et au sein même des agglomérations entre les différentes composantes territoriales qui les constituent. L’agglomération urbaine apparaît alors comme une construction géopolitique. On peut ainsi parler de l’invention politique de l’agglomération (Baraize et Négrier, 2001) qui ne se limite pas aux exemples franco-français de communautés urbaines et d’agglomérations analysées dans cet ouvrage. L’analyse géopolitique des agglomérations concerne alors autant les rivalités de pouvoir entre elles qu’au sein de chacune d’elles (Hérodote, 2001). L’échelle des terrains conflictuels en jeu peut varier à l’extrême et porter parfois sur des espaces très restreints (Encel, 1998).

6Du seul fait que désormais la majorité des habitants de la planète vit dans les villes, et que cette proportion va aller en s’amplifiant en particulier dans les pays du Sud, l’espace urbanisé qu’elles constituent avec leur périphérie en extension devient un chantier géopolitique dont les enjeux sont considérables (Hulbert, 2006). Les problèmes environnementaux amènent de plus en plus à considérer que c’est à partir des agglomérations urbaines que va se jouer l’avenir de la planète : « il faut gérer la planète par et dans les villes » (Agha, 2001). Les masses démographiques en cause sont telles que c’est là que se concentrent « les enjeux de société et de pouvoir politique » (Badariotti et al., 1995). La ville prend une importance croissante au sein des territoires : « tandis que l’Etat devient modeste, la ville prend du poids dans le territoire et les institutions » (Wachter, 1995). Prendre le pouvoir dans les villes constitue donc un objectif important pour toutes les formations politiques. Aux Etats-Unis, les villes en viennent à agir par elles-mêmes à l’encontre des politiques nationales en matière d’environnement et de développement durable ; au Canada les métropoles ont déjà réclamé d’avoir des pouvoirs accrus du même type que ceux d’une province. En tant que telles, elles veulent devenir des acteurs à part entière, ce qui nous amène à distinguer l’acteur ville (ou agglomération) dont on parle ici et les acteurs de la ville évoqués plus loin.  

  • 3  Propos tenus sur le dos du livre d’André Cazetien, Des villes pour changer le monde, au sujet de c (...)

7En développant ses propres stratégies et en demandant plus de pouvoirs, la ville devient le moyen de changer le cours des choses et en quelque sorte un outil (Stratégie environnementale des villes, Chap. 6, Villes du Nord, villes du Sud). La formule « changer la vie, changer la ville » ne date pas d’hier (Philipponneau, 1976). « Pour changer le monde il faudrait s’emparer du pouvoir le plus proche, celui des communes, plus précisément celui des villes » (Cazetien, 2005)3. Cette conception a prévalu à Curitiba à partir des années 70, comme le montre Yvette Jaggi, en rappelant les propos de celui qui en a été le maire entre 1971 et 1992 : « les villes offrent les moyens de transformer la vie, elles ne sont pas des problèmes, elles sont des solutions » (Jaggi, 2006).  

8Dans la poursuite de cette perspective tout autant géopolitique, la ville peut devenir le lieu de l’instrumentalisation à des fins politiques, qui du fait religieux (Encel, 1998), qui des risques dits « naturels » (Hardy, 2006 ; Sierra, 2006), à tel point que la géographie des risques conduit à la géopolitique urbaine comme le démontre bien Patrick Pigeon (2005 et 2006). On retrouve cette instrumentalisation à Bruxelles, capitale multiple invoquée par les uns et les autres en réponse à leurs exigences de construction et de représentation politiques (Lepot, 2006).

9En devenant l’instrument de contrôle d’un espace plus vaste, la ville peut devenir une menace pour le pouvoir central. Dans les pays du Sud, la ville apparaît souvent comme le premier espace de liberté politique et c’est là que peut naître la première forme d’opposition au pouvoir central ; l’enjeu est tel qu’une reprise en main des villes par le pouvoir central n’est pas exclue par la suite (Simeu-Kamden, 2006). « Qui contrôle Garoua, contrôle le Grand Nord du Cameroun » (p.113) ; « les pouvoirs se font et se défont dans les villes et les batailles pour en prendre le contrôle sont âpres » (p. 115).  

10Même dans les pays démocratiques du Nord, on peut retrouver ce concept de ville « refuge » de l’opposition. C’est le cas dans le système français où l’articulation entre le pouvoir local et le pouvoir central est toujours présente, à tel point que conquérir politiquement de grandes villes c’est comme mettre en place des contre-pouvoirs nationaux. Après des victoires de la gauche aux élections municipales et cantonales en France un journal peut titrer : « La gauche devient un contre-pouvoir local » (Aujourd’hui en France, 11 mars 2008), tandis qu’un autre (Le Figaro, 18 mars 2008) parle de « la tentation du contre-pouvoir ». La dialectique pouvoir local/pouvoir central  est à l’évidence un point fort de la géopolitique des villes qu’on ne retrouve pas dans les mêmes termes dans des pays comme le Canada ou les Etats-Unis.

2) Une géographie des acteurs et des conflits

11L’approche géopolitique traite des rapports de force, des enjeux et des stratégies aux mains d’acteurs dans des territoires qui leur servent de cadre d’action et de représentation. Cette dimension conflictuelle des politiques urbaines est notée depuis longtemps (Cox, 1973 et 1982) ; elle est évidemment essentielle, même si les géographes comme les urbanistes ont encore tendance à en occulter l’importance et l’intérêt (Subra, 2007, p. 305) ; ils ignorent du même coup la place des acteurs et les luttes urbaines dans lesquelles ils s’engagent et qui marquent l’action de l’homme sur un territoire. Si l’aménagement du territoire en général est devenu l’objet de luttes géopolitiques (Subra, 2007), laissant entendre que ce n’était pas le cas précédemment, celles-ci sont largement présentes en milieu urbain et depuis fort longtemps. Il suffit d’évoquer par exemple les incessantes luttes menées par les citoyens pour défendre l’aménagement et l’accès aux rives des villes portuaires : dans le cas de Chicago, « c’est un siècle et demi de luttes incessantes » (Naud, 2003). Cet auteur rappelle qu’au Québec « l’aménagement des rives en milieu urbain n’est pas le produit d’un effet bénéfique de lois d’intérêt général, mais résulte plutôt d’un rapport de forces entre associations citoyennes d’une part et intérêts privés et corporatifs d’autre part ».

12Les tensions liées aux différentes ressources souvent fort inégales entre les communes d’une même agglomération (Subra, op. cit., chap. 5) constituent un des enjeux géopolitiques du développement urbain , tout comme les rivalités de pouvoir et les nouveaux rapports de force créés par les recompositions territoriales que sont les annexions territoriales des municipalités aux Etats-Unis, les fusions municipales au Canada, la construction de cadres territoriaux dans les espaces urbains en forte croissance des pays du Sud et la mise en place des structures intercommunales en France.

13L’aménagement est une question géopolitique, mais cela ne semble pas encore suffisamment évident pour devoir le répéter aujourd’hui : « Pour en finir avec une conception exclusivement technicienne de l’aménagement du territoire » (Subra, op. cit., p. 303) ; cela ne voulant pas dire la mise à l’écart de l’acteur administratif et technique qui pèse souvent lourd face à l’élu et aux citoyens. Les uns et les autres peuvent prendre des visages nouveaux avec la montée en puissance des actuelles collectivités territoriales d’agglomérations devenant autant d’acteurs institutionnels.

14Les acteurs sont donc en première ligne, même si pour certains géographes ils seraient toujours « ces oubliés du territoire » dont il faudrait encore aujourd’hui rappeler le rôle et l’importance (Gumuchian et al. 2003), alors qu’ils commençaient à prendre le devant de la scène vers le milieu des années 70 avec la revue Hérodote (Lacoste, 1976 ; Hulbert 1995).

15La géographie commence à reconstruire sa définition comme un savoir stratégique permettant aux citoyens de « mieux s’organiser et se défendre » (Lacoste, op. cit., p. 144) ; géographie que je pratique à Québec sur le terrain des luttes urbaines et qui va me permettre de concevoir l’approche géopolitique des problématiques urbaines (Hulbert, 2006, 1987, 1989 et 1994).

16C’est aussi à la même époque que des géographes engagés en politique municipale démontrent à leur manière le rôle majeur des décideurs locaux sur le façonnement de la ville et de ses banlieues, et le fonctionnement de l’agglomération dans une région, donnant à la géographie sa dimension politique et appliquée (Reynaud, 1977 ; Philipponneau, 1977 ; Guglielmo, 1990 et 1995)

17Dans les années 70, Alain Reynaud souligne le fait que des géographes prennent position sur l’aménagement des villes et qu’en France les élections municipales de 1977 ont vu d’assez nombreux géographes pénétrer dans les conseils municipaux. Ce phénomène n’est pas entièrement nouveau puisque le géographe André Meynier fait remarquer que, dès la fin du XIXe siècle, « certains n’hésitent pas à tirer les conclusions de leurs études et à descendre dans l’arène politique pour faire admettre leurs conclusions » (Meynier, 1969).  

18Le terme géopolitique fait généralement référence aux conflits et tensions entre Etats sur des questions de frontières et de souveraineté, mais aussi à la création de grands ensembles économiques et politiques ou leur démantèlement, au niveau des régions, des villes et agglomérations. Ces conflits à une autre échelle sont plus pacifiques, mais il s’agit tout autant de rivalités de pouvoir, alors que les acteurs sont les élus locaux, les citoyens et leurs associations, les institutions diverses, les entreprises...(Rosière, 2007).

19Les rivalités de pouvoir portent sur des territoires dont chaque acteur cherche à obtenir l’usage ou l’appropriation en fonction de ses ambitions ou ses intérêts, ses objectifs et ses projets. Or cette utilisation du sol par les choix qu’elle implique est de nature politique : « L’utilisation du sol est un problème politique, mais le mot politique est étrangement absent » (Deprest, 1997).

20Observant le cas nord-américain, l’économiste Saskia Sassen considère que « l’espace de la ville est un espace beaucoup plus concret pour la politique que celui du système politique national » (Paquot, 2006). Cet espace de proximité pour les citadins est source de nombreux enjeux pour leur cadre de vie ; ceux-ci peuvent être qualifiés de géopolitiques (Chevalier, 2000, p. 139).

21Le concept de développement durable appliqué aux villes, et qu’on ne peut ignorer, nécessite la remise en cause des formes d’occupation de l’espace en économisant l’énergie, les ressources, le sol ; c’est-à-dire  un retournement de situation mobilisateur pour tous les acteurs, mais qui ne peut s’amorcer que si une direction est donnée pour ce faire par un pouvoir d’agglomération « contraint d’évoluer vers un modèle plus proche du chef d’orchestre que du gouverneur » (Antier, op. cit., p. 226 ; Camagni et Gibelli, 1997).  

3) Les chemins appliqués d’une géopolitique urbaine engagée     

22Spécialiste de la localisation des hommes et des activités et de l’aménagement du territoire à différentes échelles, le géographe engagé en politique traduit ce passage « d’une géographie du savoir à une géographie du pouvoir » et celui « de la géographie à la géopolitique » (Philipponneau, 2006). C’est de la géographie appliquée dans sa pleine dimension et son aboutissement.

23Quand Yves Lacoste, par exemple, à propos des recompositions territoriales autour de l’ex-Yougoslavie, écrit que « c’est au géographe d’expliquer l’enchevêtrement territorial et de proposer des solutions raisonnables», il s’inscrit dans la même perspective (Duroy, 1998) ; mais cette géopolitique peut très bien s’appliquer à l’échelle d’une agglomération où les exemples ne manquent pas de multiplication des structures territoriales et de balkanisation du paysage politique.

24L’enchevêtrement territorial va de la mosaïque ou de puzzle communal ou intercommunal en France, aux territoires municipalisés découpés dans celui du comté créant enclaves et discontinuités territoriales aux Etats-Unis, et aux îlots municipaux isolés au sein d’une municipalité comme Montréal. Il concerne également le découpage en districts électoraux en particulier dans les villes américaines (Bussi, Badariotti, 2004, chap. IV, Le découpage électoral ; Hulbert, 2007). Il conduit à des situations extrêmes avec les villes fermées, enclaves urbaines que sont ces « Sun City » et autres « Paradise Valley » qui refusent les services publics de police et de pompiers, imposent des zonages très restrictifs allant jusqu’à exclure les activités commerciales ou réserver l’accès à la propriété aux seules personnes âgées de plus de cinquante-cinq ans (Billard et al., 2005). Dans la région de Los Angeles, douze « gated communities » sont devenues au fil des années des municipalités, multipliant les discontinuités et fragmentations urbaines (Le Goix, 2001).

25Au-delà du constat et des solutions, la prise de position et le faire-savoir relèvent aussi de la géopolitique. Il s’agit « d’amener les géographes universitaires à reconquérir le terrain du politique » (Duroy citant Lacoste, 1998, op. cit., p.26 ). C‘est « le devoir de publier, de dénoncer, de dire un certain nombre de choses » (Lacoste, 1995, op. cit., p. 214). Il faut aussi savoir se dissocier de cette géographie active qui s’active trop souvent à aider les aménageurs à ménager le pouvoir sous toutes ses formes (Guglielmo, 1995, op. cit.). Il faut bien constater « la timidité des géographes engagés vis-à-vis du politique » qui préfèrent travailler sur l’aménagement en collaboration avec l’Etat, à travers une démarche généralement descendante sur des périmètres politiques admis comme tels » ; il leur est peu habituel de « bousculer les espaces institutionnels, de revendiquer la primauté du local et de la proximité, de donner davantage de considérations aux revendications informelles de la rue qu’aux commandes rémunérées des organismes chargés de la planification » (Bussi, Badariotti, 2004, op. cit., p.5).

26Un point important est justement de remettre en cause les périmètres politiques et les espaces institutionnels, car ils forment dans la plupart des agglomérations urbaines des constructions territoriales inappropriées et constituent par le fait même un vaste champ d’investigation de l’analyse géopolitique (Hulbert, 2000, 2001, 2002 , 2006a, 2006b,  2007).

27C’est le terrain des contre-pouvoirs dont j’ai montré maintes fois l’intérêt et les perspectives (Hulbert, 1999). Parce qu’elle est critique, parce qu’elle confronte aux réalités du terrain le discours et la pratique des décideurs, parce qu’elle remet en cause les structures territoriales en place et les choix d’aménagement qui s’y inscrivent, la géopolitique est souvent une géographie du contre-pouvoir. Les mouvements d’opposition aux projets d’aménagement et de développement sont des « phénomènes géopolitiques à part entière » (Lacoste, 1993).

28Comme le montre l’ouvrage Villes du Nord, Villes du Sud, par la variété des constats et analyses qu’il présente, la géopolitique urbaine interpelle les pouvoirs publics et les décideurs, dénonce ici le désordre institutionnel des territoires, là l’incapacité du système foncier à répondre aux besoins les plus criants, ailleurs la mainmise des promoteurs immobiliers sur l’urbanisation avec la complicité des acteurs politiques ou la grossière ingérence de l’Etat central dans le gouvernement local ; elle pointe du doigt autant l’iniquité de la représentation électorale que la manipulation des découpages et des zonages ; elle en appelle au désenchevêtrement des compétences et sonne l’alarme face aux dysfonctionnements urbains et aux risques divers liés à certaines formes, pratiques et choix d’urbanisation (« Les pouvoirs publics et les acteurs interpellés », Villes du Nord, villes du Sud, op. cit., p.19-21).

  • 4  Dans les années 60, Michel Philipponneau par exemple associant son statut de géographe universitai (...)

29Si la géopolitique a pu retrouver sa place en disant son nom à partir des années 70, quelques géographes la pratiquaient avant cette période chacun à leur manière et de manière isolée4. D’autres l’ont découverte ensuite dans un cheminement intellectuel tenant à la fois de la discipline géographique et d’une prise de conscience citoyenne. A partir de l’aménagement du territoire pour les uns, de la géographie des risques pour les autres, de l’étude de la localisation des activités et des équipements pour certains, des formes prises par l’urbanisation pour plusieurs et de l’environnement pour d’autres encore, une réflexion et une démarche géopolitiques se sont progressivement imposées à un plus grand nombre de géographes.

30Les chemins conduisant les géographes à la géopolitique urbaine sont divers et variés. (Villes du Nord, villes du Sud, op. cit., chap. VII, p. 551-585). Ces cheminements nous en disent beaucoup sur la nature de la géopolitique et les éléments de contenu d’une géopolitique urbaine.

31La géopolitique urbaine apparait comme l’étude des rapports de force entre des acteurs et des territoires. C’est aussi la prise en compte des représentations, des rivalités de pouvoir et des luttes urbaines au sein des agglomérations qui, faisant apparaitre les enjeux et réalités occultés sans cela, peut permettre de travailler à l’élaboration de « solutions démocratiques adaptées aux évolutions urbaines afin d’éviter que les conflits prennent des proportions ingérables » (Douzet, 2001, p. 75). La géopolitique urbaine est une géographie appliquée.

4) La géopolitique urbaine par l’image

32Quatre images peuvent servir à définir la géopolitique urbaine :

  • celle du théâtre (la mise en scène et le jeu d’acteurs),

  • celle du champ de bataille (les manœuvres, les stratégies et luttes urbaines),

  • celle d’une construction (l’édifice territorial),

  • celle du chantier de rénovation (la réforme territoriale).

L’image du théâtre : la mise en scène du pouvoir et le jeu des acteurs

33La ville est actrice de son développement et se met en scène de l’échelle locale et régionale à l’échelle nationale et internationale. Elle est en relation parfois conflictuelle avec ses voisines et avec le cadre institutionnel plus large dans lequel elle s’inscrit. Elle est aussi une scène où les acteurs jouent souvent plusieurs rôles au sein d’une même agglomération urbaine ; ils se remplacent à l’occasion d’élections selon des scénarios complexes où ils s’associent sur des projets communs et  se séparent sur d’autres. Pour ce faire ils respectent un certain nombre de règles (systèmes de représentation, procédures de débats publics, institutions diverses de participation citoyenne, de consultation et de concertation …), et réalisent plus ou moins leur programme. Parfois le décor est bien en place, mais l’action se joue ailleurs, car les vrais acteurs sont dans les coulisses. Les luttes urbaines sont des temps forts de la pièce ; elles permettent souvent d’amener sur le devant de la scène ceux qui généralement n’y viennent pas.

34Ils donnent de la ville une image qu’ils construisent à partir de réalisations diverses et en assurent la promotion dans un contexte général de compétition (Rosemberg, 2000). Toute leur action est soumise à l’appréciation du public citoyen qui lui aussi veut participer et sortir de son rôle de simple figurant ; il entre alors en scène: c’est « le théâtre de la cité » (Garnier et Goldschmidt, 1978), c’est « the Urban Scene » (Cox, 1982), c’est « la comédie urbaine » (Hulbert, 1989 et 1994).

L’image du champ de bataille : manœuvres et stratégies

35Petits et grands, les équipements, les infrastructures, les événements, tout comme les activités industrielles et commerciales sont des enjeux importants de localisation qui entrainent la mobilisation des acteurs à différentes échelles : c’est « la bataille des territoires » (Subra, op. cit., chap. 3).

36Le vocabulaire de type militaire et stratégique s’impose (« La ville, champ de bataille », dns Villes du nord, villes du Sud, Hulbert, introduction, op. cit., p. 22-25). Il est question de « bastion » et de « places fortes » pour qualifier les enclaves municipales qui résistent aux fusions comme à Montréal (Beaudet, texte V) ; les mêmes termes s’appliquent aux puzzles territoriaux qui résultent des annexions dans les agglomérations urbaines du sud-ouest américain, mais aussi dans les agglomérations françaises à propos des intercommunalités mises en place (Hulbert, texte IV). Celles-ci entrainent la multiplication de stratégies d’acteurs visant pour les uns à s’associer à une agglomération ou au contraire pour les autres à s’en dissocier et construire des intercommunalités concurrentes. La bataille se déplace alors sur le terrain des chiffres en fonction des seuils démographiques requis pour avoir tel ou tel statut ou devoir répondre à telle ou telle exigence en matière d’aménagement ou d’environnement ou accéder à certaines subventions. Les villes et les agglomérations se livrent aussi à des batailles d’images et des batailles de mots pour se positionner sur l’échiquier territorial comme on le verra plus loin.

37Bien au-delà des simples joutes électorales, il s’agit de combats, de luttes, de manœuvres et « la bataille fait rage » aussi bien pour attribuer de nouvelles fonctions à des villes chefs-lieux comme en Afrique du Sud (Guyot et Giraut, texte XXIX) que pour une ville qui veut rester capitale comme Tokyo (Pelletier, texte XIII). Ceux qui font l’analyse géopolitique des SCOT parlent des acteurs qu’il faut mettre « en ordre de bataille » (Belmessous et Helluin, texte XXXIII) et même d’évaluer « les effets collatéraux » de l’opération. De la « bataille des fusions », comme celle menée dans les municipalités du Québec au tournant des années 2000 (Hulbert, 2006), à « la bataille du rail » que se livrent les villes pour obtenir le TGV en France et en Allemagne (Ried, texte XIX ; Auphan, texte XVII), nous sommes bien sur le terrain de la géopolitique. Nous le sommes aussi quand il s’agit pour les divers acteurs de livrer bataille contre l’étalement urbain comme on peut le voir depuis plusieurs années dans certaines villes nord-américaines (Gade, texte XXXI ; Murphy, texte XXI).  

L’image d’une construction : l’édifice territorial

38La ville peut parfois être d’abord une « production urbaine purement politique » qui vise à assurer un maillage de contrôle du territoire et son « quadrillage politique » (Loungou, texte VIII). Dans chaque pays on peut parler d’un « mode de construction des territoires urbains » comme le précise Simeu-Kamden pour le Cameroun (Simeu-Kamden, texte XLII). La ville est toujours une construction politique dans sa constitution même, faite de morceaux assemblés les uns aux autres (quartiers, districts, communes ou municipalités, arrondissements) plus ou moins bien cimentés entre eux par des communautés diverses (communautés urbaines, communautés métropolitaines, communautés d’agglomération, communautés de communes …).

39L’architecture de l’édifice par la taille, le nombre, la forme diverse de ses composantes et la localisation de celles-ci est plus ou moins bien conçue en réponse aux fonctions qu’il doit assurer et aux besoins auxquels il doit répondre. D’autres édifices peuvent entourer le premier ; ils peuvent même s’imbriquer les uns dans les autres.

  • 5  C’est le maire Jean Drapeau qui le premier a lancé dans les années 60 le concept d’ « une île, une (...)

40Les éléments physiques, comme le relief et plus souvent l’hydrographie, peuvent influencer les constructions territoriales en les compartimentant, comme le montre par exemple Laurent Chalard dans « la balkanisation de l’aire métropolitaine marseillaise » (Chalard, 2005). Ils servent parfois de cadre à un projet politique d’agglomération. C’est le cas à Montréal où le slogan « une île, une ville » remonte aux années 60 : l’île de Montréal est devenue le territoire de la communauté urbaine de Montréal (CUM) à partir de 1970 et a servi à définir la nouvelle ville de Montréal après la fusion des 28 municipalités qui la composaient au début des années 2000 (plusieurs municipalités ont « défusionné » par la suite (Hulbert, 2006). Parallèlement, à Québec, le slogan « une rive, une ville » a été utilisé pour fusionner les municipalités de l’agglomération située à cheval sur le fleuve et bâtir une nouvelle ville sur chaque rive. C’est ensuite la même idée qui a conduit au concept « une ville, une montagne » pour réunir en une seule les trois municipalités qui se partageaient le mont Saint-Hilaire dans la plaine de Montréal5.

41Quand le  cloisonnement (mosaïque territoriale et fragmentation politique) devient un obstacle au bon fonctionnement de l’ensemble de l’édifice, il est possible de procéder à des transformations.

L’image du chantier de rénovation : la réforme territoriale

42L’édifice territorial peut parfois être totalement démoli de l’intérieur ou presque ; les cloisons tombent dans le cas des fusions municipales. Celles-ci peuvent être d’une grande ampleur comme à Toronto en 1998 où l’opération fait passer la ville-centre de 650 000 à 2,5 millions d’habitants (Keil, 2000).  De nouvelles constructions apparaissent (principe de « l’incorporation ») qui créent des municipalités aux dépens du comté aux Etats-Unis (Ghorra-Gobin, 2000, p. 23); parfois les nouveaux territoires incorporés se rattachent aux anciens par des corridors (« strip annexations »). D’autres cherchent à faire sécession, comme la tentative qui a prévalu pour deux secteurs de Los Angeles en 2002 (San Fernando Valley et Hollywood); c’est sous une autre forme le cas de la partition du municipe de Managua (Hardy, texte XLVIII).

43Si l’édifice peut être démantelé, il peut aussi être consolidé : la « consolidation » ville-comté dans certaines agglomérations américaines est un exemple de reconstruction territoriale (Chevalier, op. cit. p. 138). Selon les pays, les régions métropolitaines sont des constructions territoriales plus ou moins institutionnalisées (Antier, op. cit., chap. 2, Les pouvoirs métropolitains). Pour gérer services et équipements on peut être conduit à bâtir de multiples districts spéciaux, élargis parfois comme aux Etats-Unis en « autorités » métropolitaines (Body-Gendrot, 1997, p. 99).  

44Au Québec, au tournant des années 2000, une réforme municipale d’envergure a reconfiguré la plupart des agglomérations urbaines grandes et petites. La mosaïque municipale qui les composait s’est effacée pour laisser la place à la ville unique, réduisant du même coup considérablement le nombre de municipalités et le nombre d’élus locaux (Hulbert, 2006a).

45Le problème posé par la fragmentation géopolitique des agglomérations (Chevalier, pp. 130-138; Antier, op. cit., p. 47) conduit les géographes à des propositions de reconstruction (Djeki, 2006 ; Hulbert, 2000, 2001 et 2002). Cette géopolitique appliquée doit les amener en effet à s’impliquer en devenant acteur dans une entreprise qui les concerne au premier chef. Un tel chantier de rénovation est une nouvelle fois encore ouvert en France actuellement et mobilise les acteurs politiques à tous les étages de l’édifice territorial.

5) L’image et les mots : la recherche d’un positionnement

46Se nommer, c’est se définir et se donner une image et sur ce terrain les municipalités sont très actives : c’est la bataille des mots et des images.

47A Caen comme à Montpellier, les constructions intercommunales cherchent à positionner l’agglomération sur la mer : la désignation de la communauté d’agglomération de Caen (Caen-la-Mer) est significative de cette recherche de positionnement et d’image. Brest devient « métropole océane », Royan « Royan-Atlantique » et Dunkerque associe son nom à « Grand Littoral ». Nice et Grenoble jugent nécessaire d’adjoindre « Côte d’Azur » et « Alpes » à leur nom pour désigner leur agglomération. La communauté d’agglomération d’Agde s’appelle « Hérault-Méditerranée », tout comme il existe « Béziers-Méditerranée » et le mot Provence se retrouve dans plusieurs désignations.

48Dans cette bataille les mots en viennent à perdre leur sens véritable ; c’est le cas de « métropole » utilisé pour des agglomérations de taille aussi différente que Chambéry, Metz, Nantes ou Marseille.

49Une ville aux limites de deux régions peut valoriser une position de charnière et développer sa représentation en ce sens. Une frontière qui s’ouvre, une infrastructure qui s’implante créent une nouvelle situation, un nouveau carrefour. Une ville se positionne sur l’Arc atlantique ou l’Arc méditerranéen et les carrefours de l’Europe se multiplient. Des images de références s’imposent : Québec veut devenir la Miami du Nord pour les croisières maritimes et Seattle est la porte de l’Alaska. Ce concept de ville porte d’entrée se retrouve aux limites des régions, des parcs nationaux ou régionaux, dans les villes portuaires et aéroportuaires. Dans de très grandes agglomérations des villes de banlieue peuvent jouer ce rôle et se définir comme une porte d’entrée complémentaire de la ville principale. Fondée sur le développement d’un aéroport international, cette stratégie géopolitique est particulièrement observable à New York avec Newark et à San Francisco avec Oakland et San Jose. A une tout autre échelle et loin des banlieues de la ville principale, Charleroi pour Bruxelles, Beauvais pour Paris ou Hahn pour Francfort entrent dans une logique comparable.

50Du positionnement réel au positionnement désiré il n’y a qu’un pas. Nantes devient « Your gateway to Western Europe » (Rosemberg, op. cit., p. 92-93), comme si la ville était réellement cette porte d’entrée aéroportuaire vers les grandes villes européennes.

51La ville de Denver a déjà publicisé le fait qu’elle se situait presqu’à égale distance de l’Allemagne et du Japon ; elle se compare à Miami et San Diego pour l’ensoleillement, se définit comme la ville des Grandes Plaines (« the City of the Plains »), tout en précisant qu’elle est à 1 600 mètres d’altitude (« Mile High City ») et en assurant la promotion des Rocheuses qui lui servent d’amphithéâtre et de décor de cartes postales.

52On légitime un site et une situation par l’image qu’on en donne et la promotion qu’on en fait. Tout cela relève d’une construction géopolitique.

Conclusion

53Ce texte avec ses nombreuses références cherche à montrer où se trouve la géopolitique urbaine et sous quelles formes elle se présente. On découvre sa nature, les principes qui l’animent et les applications qu’elle permet. Il faut la chercher dans quelques livres et souvent dans des parties de livres, des revues et des articles disséminés ici ou là. Elle ne dit pas toujours son nom et ses pratiques sont diverses, mais son existence est incontestable.

54A ce stade-ci de la réflexion et en guise de conclusion provisoire nous retiendrons les éléments clés du traitement géopolitique de la problématique urbaine. Celle-ci apparaît comme :

  1. une géographie des acteurs qu’il faut amener sur le devant de la scène et dont il faut décoder le discours et analyser les décisions ;

  2. une géographie des rapports de force et des luttes de pouvoir entre ces acteurs, mais aussi entre les territoires où ils agissent ;

  3. une géographie des conflits et des luttes urbaines, sources fécondes de connaissance du terrain et de ses enjeux ;

  4.  une géographie des constructions territoriales dont il faut connaître les composantes et les stratégies de mise en place et d’appropriation ;

  5. une géographie de la représentation qui est celle de la perception, de l’image et d’une recherche de positionnement de la ville et de son agglomération, mais aussi celle des systèmes de représentation et des divers modes d’élection et de désignation des représentants des populations urbaines.

55Cette approche géopolitique, d’essence éminemment critique, ne peut faire l’économie de la contestation et des choix alternatifs. Elle ne peut rester indifférente aux réalités vécues par les citoyens ; elle remet en cause les formes d’occupation de l’espace, les constructions territoriales, les localisations, les schémas d’aménagement, les formes de représentation... Si elle peut dénoncer, c’est parce qu’elle peut aussi proposer et prendre en compte les besoins qui s’expriment de multiples façons dans la cité.

Haut de page

Bibliographie

AGHA, 2001, Du développement durable à la ville durable, bulletin n° 37, CPAU, Conférence permanente sur l’aménagement et l’urbanisme, Bordeaux, pp. 27-32 ; citation reprise par J. M. Holz dans La ville durable, une nouvelle utopie ? Historiens et géographes, juillet 2004.

ANTIER, G., 2005, Les stratégies des grandes métropoles, enjeux, pouvoirs et aménagement, Paris, Armand Colin, 253 p.

BADARIOTTI, D., KLEINSCHMAGER, R., STRAUSS, L., 1995, Géopolitique de Strasbourg, Editions La Nuée Bleue, 261 p.

BARAIZE, F. et NEGRIER, E., 2001, L’invention politique de l’agglomération, Paris, L’Harmattan, 310 p.

BILLARD, G., CHEVALIER, J., MADORE, F., 2005, Ville fermée, ville surveillée : la sécurisation des espaces résidentiels en France et en Amérique du Nord, PUR, 235 p.

BODY-GENDROT, S., 1997, Les villes  américaines, les politiques urbaines, Paris, Hachette, 160 p.

BUSSI, M. et BADARIOTTI, D., 2004, Pour une nouvelle géographie du politique, Anthropos, 301 p.

CAMAGNI, R. et GIBELLI, M. C., 1997, Développement urbain durable, quatre métropoles européennes, Datar/éditions de l’Aube, 176 p.

CAVALLIER, G., 2002, Les villes acteurs de la mondialisation, Paris, rapport RAMSES

CAZETIEN, A., 2005, Des villes pour changer le monde, Atlantica, 104 p.

CHALARD, L., 2005, « Les logiques du découpage intercommunal dans l’aire métropolitaine marseillaise », La géographie, n° 1518, p. 63-81

CHEVALIER, J., 2000, Grandes et très grandes villes en Amérique du Nord, Paris, Ellipses, 160 p.

COX, K., 1973, Conflict, Power and Politics in the City: a Geographical view, New York, McGrawHill

COX, K., 1982, Conflict, Politics and the Urban Scene, New York, St-Martin’s Press, 265 p.

DEPREST, F., 1997, Enquêtes sur le tourisme de masse, l’écologie face au territoire, Paris, Belin, 208 p.

DOUZET, F., 2001, « Pour une démarche nouvelle de géopolitique urbaine », Hérodote, n° 101, Géopolitique des grandes villes, p. 57-74

DUROY, L., 1998, « Yves Lacoste combattant de la géographie », La Recherche, n° 306, p. 26-28

ENCEL, F., 1998, Géopolitique de Jérusalem, Paris, Flammarion, 285 p.

GARNIER, J.-P., et GOLDSCHMIDT, D., 1978, Le socialisme à visage urbain, essai sur la local-démocratie, éditions rupture, 446 p.

Géopolitique des grandes villes, Hérodote, n° 101, 2ème trimestre 2001

GHORRA-GOBIN, C., 2000 , La ville américaine, espace et société, Paris, Nathan, 128 p.

GUGLIELMO, R., 1991, Géographie et contestations, Université de Paris VIII, Colloque autour de R. Guglielmo, 10 mars 1990, Centre de recherche sur les espaces de vie (CREV), 214 p.

GUGLIELMO, R., 1995, « Les ratés de l’aménagement », Autrement, n°152, p. 80-94, Penser la terre, stratèges et citoyens : le réveil des géographes.

GUMUCHIAN, H., GRASSET, E., LAJARGE, R., ROUX, E., 2003, Les acteurs, ces oubliés du territoire, Paris, Anthropos, 186 p.

HULBERT, F., 1987, « CUQ, MRC, municipalités : aménagement et géopolitique des rapports de force dans la zone métropolitaine de Québec », Les Cahiers du CRAD, Université Laval, Québec, vol. 10, n° 4, 125 p.

HULBERT, F., 1994, Essai de géopolitique urbaine et régionale, la comédie urbaine de Québec, 1ère édition 1989, Montréal, Méridien, 654 p.

HULBERT, F., 1995, « Le réveil des géographes ? » Cahiers de géographie du Québec, vol. 39, n°108, p. 497-508

HULBERT, F., 1999, « Les géographes et les contre-pouvoirs », Actes du colloque de la commission de géographie appliquée, Sénat, 9 janvier 1998, Acta geographica, n° hors série, p. 37-42

HULBERT, F., 2000, « Une ville et 18 arrondissements », Le Soleil, Québec, 16 septembre 2000

HULBERT, F., 2001, « L’agglomération de Québec : quel cadre géopolitique pour un développement durable ? » Vers des collectivités viables, éditions du septentrion, p. 300-304

HULBERT, F., 2002, « La recomposition politique des espaces urbains en France et le cas de l’agglomération de Metz », Mosella, tome XXVI, n° 3-4, p. 373-391

HULBERT, F., 2006a, « Réforme municipale au Canada et au Québec : la recomposition géopolitique des agglomérations urbaines », Norois, n°199, spécial Canada, 2006/2, p. 23-43

HULBERT, F., 2006b, « Après la bataille des fusions, un goût d’inachevé », Le Soleil, Québec, 27 février 2007

HULBERT, F., 2006c, (en collaboration avec Djeki J. et Lagarec D.), Villes du Nord, villes du Sud, géopolitique urbaine, acteurs et enjeux, Paris, L’Harmattan, 601 p.

HULBERT, F., 2007, « Un aspect de la représentation politique municipale : le nombre d’élus et leur mode de répartition dans les villes nord-américaines (Canada, Etats-Unis) », L'Espace Politique [En ligne], 3 | 2007-3, mis en ligne le 22 décembre 2007, Consulté le 12 novembre 2009. URL : http://espacepolitique.revues.org/index435.html

KEIL, R., 2000, “Governance Restructuring in Los Angeles and Toronto : Amalgamation or Secession ?” International Journal of Urban and Regional Research, vol. 24, Issue 4, p. 758-781

LACOSTE, Y., 1976, La géographie, ça sert d’abord à faire la guerre, 2ème édition, 1982, Paris, Maspero, 238 p.

LACOSTE, Y.,(dir.),1993, Dictionnaire de géopolitique, Paris, Flammarion, 1680 p.

LACOSTE, Y., 1995, Autrement, Penser la terre, n° 152, 214 p.

LE GOIX, R., 2001, « Les communautés fermées dans les villes des Etats-Unis. Aspects géographiques d’une sécession urbaine », L’Espace géographique, tome 30, n° 1, p. 81-93

MEYNIER, A., 1969, Histoire de la pensée géographique, Paris, PUF, 224 p.

NAUD, L., 2003, Visions contrastées : les rivages de Montréal et de Québec au Canada, Associations internationales Villes et Ports, Forum de l’an 2000 : L’avenir des villes est-il sur leurs rivages ? Nice, octobre 2000, p. 3-26

PAQUOT, T., 2006, Terre urbaine, Paris, La Découverte, 222 p.

PHILIPPONNEAU, M., 1976, Changer la vie, changer la ville, Rennes 1977, éditions Breiz, 376 p.

PHILIPPONNEAU, M., 1977, « Pouvoir municipal et géographie urbaine », Travaux de l’institut de géographie de l’université de Reims, n° 29-30, p. 31-38

PIGEON, P., 2005, Géographie critique des risques, Paris, Economica, 217 p.

REYNAUD, A., 1977, « Géographie et théorie politique », Travaux de l’institut de géographie de l’université de Reims, n° 29-30, p. 5-10

ROSEMBERG, M., 2000, Le marketing urbain en question, production d’espace et de discours dans quatre projets de villes, Paris, Anthropos, collection villes, 186 p.

ROSIERE, S., 2007, Géographie politique et géopolitique, une grammaire de l’espace politique, 2ème édition, Paris, Ellipses, 426 p.

SUBRA, P., 2007, Géopolitique de l’aménagement du territoire, Paris, Armand Colin, 328 p.

WACHTER, S., 1995, La ville contre l’Etat, Montpellier, GIP Reclus, 95 p.

Haut de page

Notes

1  Villes du Nord, villes du Sud, géopolitique urbaine, acteurs et enjeux, Hulbert, F., (dir.), 2006, (en collaboration avec Djeki J. et Lagarec D.), L’Harmattan, Paris, 601 pages ;
Chapitre 1 : Recomposition et dynamique territoriale des agglomérations
Chapitre 2 : Centralisme géopolitique et organisation du territoire
Chapitre 3 : Gouvernance locale et luttes urbaines
Chapitre 4 : Perception et maitrise de l’espace urbain
Chapitre 5 : Enjeux fonciers et habitat
Chapitre 6 : Stratégie environnementale des villes
Chapitre 7 : Le géographe dans la cité

2  Le Monde, 20 décembre 2007. Pas moins de huit villes françaises sont entrées en lice pour être en 2013 la capitale européenne de la culture. Pour les Jeux Olympiques, voir le texte de Jean-Pierre Augustin : « Villes olympiques et mutations urbaines : Barcelone, Atlanta et les autres », dans Villes du Nord, villes du Sud, chapitre 1, texte 11.

3  Propos tenus sur le dos du livre d’André Cazetien, Des villes pour changer le monde, au sujet de cette première ville nouvelle créée autour de Lacq à la fin des années 50 et qualifiée alors de ville laboratoire par Henri Lefebvre

4  Dans les années 60, Michel Philipponneau par exemple associant son statut de géographe universitaire à celui de géographe citoyen, utilise les connaissances et les méthodes du géographe contre le pouvoir en place (Villes du Nord, villes du Sud, op. cit., p. 564). Des livres analysent son cheminement et expliquent son combat : La gauche et les régions, 1967, Debout Bretagne, 1970, Changer la vie, changer la ville, 1976, Géopolitique de la Bretagne, 1986. A partir de 1977 il devient 1er adjoint au maire de Rennes, président du district de l’agglomération ; il occupa aussi les fonctions de conseiller général et de conseiller régional.

5  C’est le maire Jean Drapeau qui le premier a lancé dans les années 60 le concept d’ « une île, une ville » pour Montréal, slogan repris par les maires qui lui ont succédé. Le projet du mont Saint-Hilaire regroupe trois municipalités et crée une ville de 25 000 habitants. Des projets « une ville, une MRC » sont  nés par la suite ; les MRC (municipalités régionales de comtés) correspondent aux communautés de communes françaises.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Hulbert, « L’espace politique de la ville : plaidoyer pour une géopolitique urbaine », L’Espace Politique [En ligne], 8 | 2009-2, mis en ligne le 15 novembre 2009, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/1330 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.1330

Haut de page

Auteur

François Hulbert

Professeur de géographie
Groupe d’études en géopolitique urbaine (GEOPOL)
Centre d’études géographiques de l’Université Paul Verlaine de Metz (CEGUM)
hulbert@univ-metz.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org