Navigation – Plan du site

Géopolitique de Francfort-Sur-l’Oder/Słubice, ville-doublon sur une frontière en déconstruction

Geopolitics of Frankfurt-Upon-Oder/Słubice, Twin Cities on a Deconstructing Border
Quentin Mackré

Résumés

Quelques mois après l’élargissement de l’espace Schengen à la Pologne en décembre 2007, cet article analyse l’effet de l’ouverture de la frontière germano-polonaise sur les relations transfrontalières au sein de la ville-doublon de Francfort-sur-l’Oder/Słubice. Les dernières barrières politiques tombées, il montre que d’autres obstacles entravent encore une coopération plus approfondie entre les deux rives. Notre analyse géopolitique s’appuie sur une enquête de terrain menée dans la ville-doublon, portant notamment sur les barrières culturelles et le vécu des habitants en relation avec la frontière.

Haut de page

Texte intégral

1Le 21 décembre 2007, l’intégration de la Pologne à l’espace Schengen1 a marqué l’une des dernières étapes de la « déconstruction » politique de la frontière germano-polonaise. Cette dyade2, établie en 1945 sur la ligne Oder-Neisse, traverse depuis cette date les trois « villes-doublon » de Francfort-sur-l’Oder/Słubice, Guben/Gubin et Görlitz/Zgorzelec. Pour la première fois de leur jeune histoire, ces trois doublons urbains ont aujourd’hui la possibilité de mettre en place des projets d’aménagements communs sans l’obstacle d’une frontière internationale restreignant la circulation des personnes et des biens.

2Cet article est consacré à l’évolution de l’aménagement de l’espace de la ville-doublon de Francfort-sur-l’Oder/Słubice à travers tous les aspects du rôle de la frontière, telle qu’est est définie par Michel Foucher, « discontinuité géopolitique, à fonction de marquage réel, symbolique et imaginaire » (Foucher, 1991). À ce titre, nous reviendrons d’abord sur les circonstances de la partition de cet espace urbain, scindé depuis 1945 par une frontière étatique qui est restée peu perméable jusqu’en 1990. La chute du Rideau de fer, la réunification allemande et enfin le processus d’adhésion de la Pologne à l’Union européenne (UE) ont ensuite favorisé l’ouverture progressive de la frontière entre les deux États. Nous verrons que cette ouverture a permis de recréer des liens économiques, sociaux, politiques et culturels entre les deux parties de la ville-doublon. En prenant l’exemple de projets transfrontaliers, nous analyserons ensuite les liens politiques établis entre les deux composantes de l’agglomération. Si certains de ces projets sont d’incontestables réussites, comme dans le domaine universitaire, d’autres, par exemple en ce qui concerne les transports en commun, voient leur réalisation retardée ou minorée en raison de barrières politiques, économiques, culturelles ou mentales qui séparent encore les deux rives. En nous appuyant notamment sur une enquête menée en juillet 2008 à Francfort-sur-l’Oder et Słubice3, nous tenterons de déterminer la nature de ces barrières et leurs implications dans la perspective de la mise en place d’une gouvernance transfrontalière plus approfondie au sein de cette ville-doublon.

3En appréhendant « l’espace comme enjeu », cette étude procède à une analyse géopolitique, selon la définition qu’en donne Stéphane Rosière (Rosière, 2007). Dans ce cadre, elle permet de mettre en exergue les jeux d’échelles relatifs à la frontière et de dépasser le rôle traditionnellement central des acteurs étatiques, en envisageant d’autres acteurs supra-étatiques ou infra-étatiques (institutionnels ou non). Ce travail permet de compléter et d’actualiser les nombreuses études précédemment menées au sujet de la coopération territoriale au sein des villes-doublons européennes. Concernant celles de l’Oder-Neisse, nous pouvons citer les travaux de Gilles Lepesant (1998), Marie-France Gaunard-Anderson (2002), Tadeusz Stryjakiewicz (2002) et plus récemment Alexander Tölle (2007). Dans le cadre de l’espace choisi, ce dernier s’est notamment intéressé à la nature des structures mises en place lors des projets de coopération transfrontalière (acteurs à l’origine de l’impulsion, base légale, durabilité...) et constitue à ce titre une référence importante. L’apport des résultats de l’enquête menée quelques mois après l’intégration de la Pologne à l’espace Schengen nous permet de bien apprécier, dans cette période charnière, la perception et les pratiques des habitants en rapport avec l’ouverture de la frontière.

4Au cours de notre analyse, nos interrogations porteront notamment sur l’existence d’un territoire transfrontalier dans la ville-doublon. Nous verrons quels sont les acteurs (politiques de niveau européen, national ou local, citoyens de la ville, associations, lobbys) qui tentent de se l’approprier (ou de le remettre en cause) et comment ils envisagent sa gouvernance, dans une articulation complexe entre les niveaux de pouvoirs. Dans notre étude, un premier obstacle évident est la dissymétrie démographique et administrative des deux villes où résident aujourd’hui 79 000 habitants4. Słubice, 19 000 habitants pour 19 km², a le statut de gmina miejsko-wiejska5, correspondant à la collectivité territoriale de niveau local en Pologne, et pour l’UE, au LAU-16. Francfort-sur-l’Oder, qui compte 60 000 habitants pour 148 km², possède le statut de Kreisfreie Stadt7. Elle cumule à ce titre les fonctions de Gemeinde8, collectivité territoriale de niveau local et de Kreis9, qui est à la fois une collectivité territoriale de niveau supra-local et une circonscription d’action du Land de Brandebourg. Dans la nomenclature de l’Union européenne, la commune de Francfort correspond à l’échelle NUTS-310. Elle possède de ce fait des compétences beaucoup plus étendues que Słubice en matière d’aménagement.

1. Une partition urbaine exogène

L’Oder, axe de développement urbain

5L’apparition d’une agglomération sur la rive occidentale du site de Francfort-sur-l’Oder remonte aux environs de 1226 lorsqu’un marché est créé sous l’impulsion de commerçants « Francs » (Kilian, Knefelkamp, 2003). Le site, à l’endroit d’un gué, en aval de la confluence de la Neisse et de l’Oder, est choisi pour sa situation commerciale stratégique, sur les confins de la marche de Brandebourg avec le royaume de Pologne. En 1253, le Margrave Jean 1er de Brandebourg octroie à Francfort les droits urbains. Une colonie établie sur la rive orientale de l’Oder est alors mentionnée sous le nom d’origine slave de Zliwitz. Le premier pont reliant les deux rives est construit aux alentours de l’an 1300 (Kilian et Knefelkamp, 2003), alors que la frontière se déplace progressivement vers l’est sous la pression du Drang nach Osten. Francfort tire ensuite rapidement parti de sa situation sur le fleuve, qui devient un axe majeur de son essor. La ville est un carrefour commercial important entre la mer Baltique et les pays germaniques et slaves. À partir de 1430, Francfort entre officiellement dans la Ligue hanséatique et son port de pêche et de commerce devient le point central de son développement. Le rayonnement de la ville se traduit par l’ouverture en 1506 d’une université, baptisée Viadrina en référence à sa situation sur l’Oder11. Dès la première année, la ville qui compte alors environ 5 000 habitants, attire plus de 800 étudiants venus de tous les États germaniques, mais également de Pologne ou de Scandinavie. La période prussienne marque ensuite la fin de l’âge d’or de Francfort avec l’essor de Berlin, la création du canal Oder-Spree en 1668, ainsi que le déplacement de l’université à Breslau (Wrocław) en 1811, un an après la création de l’université de Berlin. La ville se développe ensuite dans l’orbite de la capitale prussienne : en 1842 est ouverte la ligne de chemin de fer Berlin-Francfort qui permet aux foires organisées à Francfort de prospérer. En 1895, un nouveau pont en pierre est construit entre les quartiers de la rive gauche et celui de la rive droite, qui est désormais nommé Dammvorstadt. L’ouvrage permet aux deux parties de la ville de ne plus être séparées lors des inondations ou des dégâts causés par la glace et surtout d’être reliées par une ligne de tramway à partir de 1898. La ville compte alors près de 60 000 habitants. À la suite de la Première Guerre mondiale, Francfort retrouve sa position de ville-frontière, à moins de cent kilomètres de la Pologne et devient une importante ville-garnison.

L’Oder, ligne de partage

6Le problème du tracé de la frontière germano-polonaise est une question délicate du règlement de la Seconde Guerre mondiale. Il est abordé par Churchill, Roosevelt et Staline lors des conférences de Téhéran (1943) et Yalta (1945). Staline, qui se trouve en position de force pendant ces négociations, réussit à imposer sa vision d’une Pologne décalée vers l’ouest, « recouvrant » ses territoires millénaires. Pour appuyer ses visées géopolitiques, il parvient à faire accepter la ligne Oder-Neisse comme dyade germano-polonaise, en avançant des raisons aussi bien stratégiques12 que diplomatiques13. Ce tracé fut finalement confirmé lors de la conférence de Potsdam en juillet-août 1945, dans l’attente d’un traité de paix entre les deux États riverains qui ne vit finalement jamais le jour14. Dès son occupation par l’Armée rouge (mai 1945), Dammvorstadt est placé sous une administration polonaise, qui la renomme « Słubice » et ordonne l’expulsion des quelques milliers d’Allemands encore présents. L’Oder devient une ligne de partage, frontière internationale dont la stabilité dépend plus de l’URSS que des deux pays riverains. Les déplacements de populations consécutifs à la Deuxième Guerre mondiale font que la population de la ville-doublon est presque entièrement renouvelée après 1945. Des Allemands chassés des territoires gagnés par la Pologne viennent s’installer à Francfort, alors qu’à Słubice arrivent des Polonais transférés des territoires orientaux perdus par la Pologne au profit de L’URSS. Les liens entre les deux parties de la ville sont brutalement coupés et les habitants des deux rives n’ont donc plus aucun vécu en commun, si ce n’est le déracinement de leur région d’origine. L’Oder et la Neisse marquent désormais une frontière culturelle très nette entre monde germanique et monde slave. Le pont reliant les deux rives, détruit après la retraite allemande de 1945 et remplacé par un pont provisoire par l’Armée rouge, n’est définitivement reconstruit qu’en 1952.

7Malgré la reconstruction du pont, la frontière est verrouillée par le pouvoir soviétique et les contacts entre les deux villes sont minimes. L’absence de traité de paix et l’incertitude concernant la pérennité du tracé frontalier restent pendant toute la période de domination soviétique un obstacle à l’établissement de bonnes relations de voisinage dans la ville-doublon. Cette « frontière de l’amitié15 » devient une des frontières assoupies et imperméables du bloc de l’Est. En conséquence, les deux municipalités se développent dos à dos et se tournent vers la République démocratique allemande (RDA) et la République populaire de Pologne (RPP), États fortement centralisés dont elles dépendent directement pour leur évolution. À Francfort comme à Słubice, deux imposants boulevards de style socialiste (Karl-Marx et Wojska polskiego) sont aménagés parallèlement à l’Oder et éloignent les deux nouveaux centres-villes des berges. Celles-ci et les abords du pont deviennent des angles morts du développement urbain et sont le plus souvent laissés à l’abandon ou militarisés.

8À la faveur d’un rapprochement diplomatique entre la RDA et la RPP, la frontière s’ouvre à partir de novembre 1971, date à laquelle les visas sont supprimés. Une simple pièce d’identité suffit alors pour franchir la frontière. Cette décision est prise avant tout pour palier le déficit de main-d’œuvre de la RDA grâce au surplus disponible en RPP. Les premiers contacts sont tendus entre les habitants des deux villes, mais ils se poursuivent et se développent dans la décennie 1970 à la faveur d’un pragmatisme économique. Les écarts de prix et d’approvisionnement permettent aux habitants de la ville-doublon, en ayant accès aux deux marchés, d’avoir plus de produits à leur disposition et à de meilleurs prix. L’ouverture permet également à un flux de travailleurs frontaliers de se développer de Słubice vers Francfort. En 1980, la RDA met brutalement un terme à la politique d’ouverture en sécurisant la frontière, craignant la propagation du mouvement de grève se développant en Pologne. Cette expérience de presque dix ans a toutefois permis à une partie de la population des deux villes d’instaurer des liens durables entre les deux rives, qu’ils soient purement professionnels, commerciaux ou même affectifs (plusieurs mariages mixtes ont été célébrés durant la période).

2. De l’anadyade à la mésodyade : vingt ans de transition politique

9Après l’effondrement du bloc de l’Est, la transition vers l’Union européenne s’est effectuée à des vitesses différentes pour les deux États bordiers. À la faveur de la réunification allemande, la RDA et Francfort-sur-l’Oder sont en l’espace de quelques mois intégrés à la République fédérale d’Allemagne (RFA) et donc à l’UE. Pour Słubice et la Pologne, le chemin de l’adhésion est plus long et prit finalement près de quinze ans marqués par des étapes successives d’intégration politique et économique. En 1990, la ville-doublon se retrouve à cheval sur la discontinuité géopolitique majeure du continent européen : à la fois frontière étatique, frontière externe de l’UE, frontière de l’OTAN, et bientôt frontière de l’espace Schengen, il s’agit là d’une supra-frontière, ou anadyade16.

Une frontière politique en déconstruction

10Préalable sine qua non à la réunification allemande, la reconnaissance de la dyade germano-polonaise par les deux Allemagne est validée par le Traité de Moscou17 signé le 12 septembre 1990. Consécutivement, les deux États riverains signent, le 14 novembre 1990, le traité de paix concernant leur dyade. Celui-ci clôt avec 45 années de retard le règlement de la Seconde Guerre mondiale. Cette normalisation des relations bilatérales et le caractère désormais intangible de la frontière permettent l’ouverture de celle-ci dès 1990. Dans la première moitié de la décennie, les échanges entre les deux parties de la ville, notamment commerciaux, s’intensifient et se traduisent par plus de 45 000 passages quotidiens par l’unique poste-frontière de la ville (fig. 1). En 1995, l’entrée en vigueur de la convention de Schengen rend rapidement à la dyade sa fonction de filtre des flux de personnes. Un passeport redevient alors nécessaire pour traverser le pont sur l’Oder entre Francfort et Słubice. Le renforcement des contrôles frontaliers entraîne d’importantes files d’attentes et une diminution significative des traversées entre les deux parties de la ville-doublon (fig. 118).

Figure 1 : Traversées au poste-frontière de Francfort-sur-l’Oder/Słubice

Date

1994

1995

1996

1997

1998

1999

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

Passages*

15,1

16,5

12,5

11

10,9

9,9

9,5

7,1

5,7

5,9

6,1

6,5

7,1

8

*en millions de personnes

Source : Police polonaise des frontières

11La candidature rapide de la Pologne à l’UE (officialisée en 1994), puis l’incorporation de la convention de Schengen dans l’acquis communautaire avec le Traité d’Amsterdam (1999), entraîne le transfert progressif des compétences de ce pays en matière de politique frontalière vers l’échelle communautaire. Ceci donne à la ville-doublon la perspective d’une ouverture complète de la frontière. Lors du référendum sur l’adhésion de la Pologne à l’UE, la question de l’ouverture de la frontière prend à Słubice le pas sur toutes les autres. Il est alors intéressant de noter que le score obtenu par le « oui » à Słubice (83 %) est significativement supérieur à la moyenne nationale (77 %). À partir du 1er mai 2004, l’adhésion de la Pologne à l’UE entraîne la levée des barrières douanières et la simplification des formalités administratives lors des contrôles frontaliers. À partir de cette date, les habitants des deux villes peuvent se rendre « de l’autre côté » sur simple présentation d’une pièce d’identité et le plus souvent sans aucun délai d’attente, ce qui permet une nouvelle augmentation des traversées recensées au poste-frontière de la ville (fig. 1). Le jour de l’adhésion, l’ouverture temporaire des barrières entre les deux villes entraîne une foule immense sur le pont, redevenu lieu de rencontre. Le paysage urbain se modifie immédiatement : les files de voitures qui s’étendaient quotidiennement sur des kilomètres disparaissent du jour au lendemain (photos 1 et 2).

Photographie 1 : Le pont sur l’Oder en mai 2003.

Photographie 1 : Le pont sur l’Oder en mai 2003.

Le paysage urbain est marqué en permanence par des files de véhicules s’étirant sur plusieurs kilomètres.

Source : Mackré, 2003.

Photographie 2 : Le pont sur l’Oder le 1er mai 2004

Photographie 2 : Le pont sur l’Oder le 1er mai 2004

Le jour de l’adhésion de la Pologne à l’UE, les barrières frontalières sont temporairement levées et la foule se masse sur le pont de l’Oder.

Source : Mackré, 2004.

Figure 2 : Comparaison de quelques prix à Francfort-sur-l’Oder et Słubice.

Produit

Description

/

Quantité

Francfort-sur-l’Oder

Słubice*

Indice du prix à Słubice (100 = Francfort)

Lait**

1 litre

0,69 €

0,45 €

65,2

Farine

1 kilo.

0,55 €

0,24 €

43,6

Sucre

1 kilo.

0,89 €

0,46 €

51,7

Chocolat**

100 g.

0,71 €

0,40 €

56,3

Bière (en magasin)

½ litre

0,51 €

0,49 €

96,1

Bière (dans un bar)

½ litre

2,80 €

1,20 €

42,9

Cigarettes**

Une cartouche de marque

32,00 €

13,80 €

43,13

Carburant (Essence)

1 litre

1,05 €

0,79 €

75,2

Carburant (Gazole)

1 litre

0,93 €

0,69 €

74,2

Place de parking

1 heure

0,95 €

0,48 €

50,5

Coupe chez le coiffeur

Coupe simple

11,00 €

2,48 €

22,5

* Prix à Słubice exprimés en euro, au taux de change en vigueur au moment de l’enquête (1 euro = 4,3 złotys)

** Marques identiques.

Auteur : Mackré. Source : relevés de l’auteur (mai 2003)

12L’intégration de la Pologne à l’espace Schengen le 21 décembre 2007 est la dernière étape du déplacement de cette anadyade de l’Union européenne sur les frontières orientales de la Pologne. La dyade germano-polonaise devient alors une frontière interne de l’UE, ou une mésodyade19. La dernière barrière physique entre les deux villes définitivement levée, le pont est traversé par environ 12 millions de personnes en 2008, soit une moyenne quotidienne de plus de 32 000 passages (Märkisches Oderzeitung, 2009). D’après notre enquête, en juin 2008, plus de la moitié de la population de Francfort ou de Słubice se rendait « de l’autre côté » au moins une fois par semaine (fig. 3). L’ouverture de la frontière et l’augmentation des contacts permettent l’évolution plus rapide des mentalités à propos des relations transfrontalières au sein de la ville-doublon. Les résultats concernant l’évolution de la vision des relations polono-allemandes entre le début des années 1990 et la fin des années 2000, bien que difficilement comparables entre les deux enquêtes (fig. 4 et 5), nous semblent être suffisamment significatifs pour pouvoir parler d’évolution profonde. En 1991 et 1993, 32,5 % des habitants de Słubice et de Gubin et 57,9 % de ceux de Francfort et de Guben jugeaient les relations polono-allemandes « bonnes » ou « assez bonnes ». Ils étaient 80,3 % à Słubice et 65,3 % à Francfort en 2008. L’écart est encore plus fort si l’on ne considère que la réponse « bonne » (fig. 4 et 5).

Figure 3 : Fréquence des traversées de la frontière à Francfort-sur-l’Oder et Słubice en 2008

Figure 3 : Fréquence des traversées de la frontière à Francfort-sur-l’Oder et Słubice en 2008

Source : Mackré, Męczyński et Stachowiak, 2008

Figure 4 : Appréciation des relations bilatérales à Francfort-sur l’Oder, Guben, Słubice et Gubin en 1993

Figure 4 : Appréciation des relations bilatérales à Francfort-sur l’Oder, Guben, Słubice et Gubin en 1993

Source : Lepesant, 199820

Figure 5 : Appréciation des relations bilatérales à Francfort-sur l’Oder et Słubice en 2008

Figure 5 : Appréciation des relations bilatérales à Francfort-sur l’Oder et Słubice en 2008

Source : Mackré, Męczyński et Stachowiak, 2008

Un « talus économique »

13Lorsque la frontière s’ouvre en 1990 à la faveur de l’effondrement du bloc socialiste, elle marque encore l’une des discontinuités politiques les plus prononcées d’Europe. Avec la réunification allemande, elle devient également rapidement une frontière de niveau de vie. À ce titre, elle donne lieu à l’existence de ce que Jean-Christophe Gay appelle un « talus économique » : cette « disjonction frontalière est à l’origine de zones économiquement très dynamiques où se sont agglomérés ponctuellement hommes et activités, [...] Activités et échanges seront proportionnels à celui-ci, à condition que la limite internationale soit perméable » (Gay, 1995). L’ouverture progressive de la frontière depuis les années 1990 permet donc la multiplication des échanges entre les deux parties de la ville-doublon. Ces échanges restent avant tout fondés sur des relations commerciales mettant à profit les différences de niveau de vie entre Allemagne et Pologne (tab. 2), celles-ci variant sensiblement selon le taux de change entre le złoty et le mark (puis l’euro). Les berges de l’Oder et les abords du pont passent en quelques mois du statut d’espaces économiquement répulsifs à celui d’espaces extrêmement attractifs, surtout pour le côté polonais, où ils sont « mis en valeur » par le jeu des intérêts économiques individuels (photos 3 et 4). En effet, les écarts de niveau de vie observés de part et d’autre de l’Oder donnent lieu à Słubice à l’essor du côté polonais d’un commerce caractéristique de la frontière (bazars, « tourisme de shopping »). Cette activité, loin d’être secondaire, procure des revenus importants à la ville de Słubice : en 1995, les revenus liés aux bazars constituaient presque 50 % du revenu total de la municipalité de Słubice. Les deux bazars situés dans la commune avaient alors un chiffre d’affaires estimé de 240 millions de złotys et comptaient 3 000 vendeurs, dont 800 originaires de Słubice (Parysek et Stryjakiewicz, 2000). Dans le milieu des années 1990, la présence de la frontière attire à Słubice toutes sortes d’activités illégales ou « grises » en rapport avec l’entrée de clandestins dans l’UE, au trafic de drogue, au commerce du sexe ou aux jeux d’argent. La présence de ces activités et la montée de la criminalité font craindre, pour un temps, un scénario étatsuno-mexicain, qui ne se produisit finalement pas, en grande partie grâce au processus d’élargissement de l’UE enclenché pendant cette période (Gaunard, 2003).

Photographie 3 : Słubice, la rue Jedności robotniczej en 1992.

Photographie 3 : Słubice, la rue Jedności robotniczej en 1992.

Cette rue, située dans le prolongement du pont, présente un caractère monofonctionnel résidentiel

Source : B.K., www.grenzen.150m.com, 1992

Photographie 4 : Słubice, la rue Jedności robotniczej en 2002

Photographie 4 : Słubice, la rue Jedności robotniczej en 2002

Les rez-de-chaussée de la “Zigarettenstrasse", devenue entre-temps piétonne, sont tous occupés par des commerces.

Source : Mackré, 2002

14L’âge d’or des activités commerciales dans le courant des années 1990 est aujourd’hui révolu, mais Słubice reste aujourd’hui résolument tournée vers Francfort. De nombreux commerces y disposent d’informations en allemand, de personnel germanophone et acceptent les paiements en euro, alors que l’inverse est rarement vrai (Tölle, 2007). En plus de produits manufacturés, les Allemands peuvent trouver à Słubice de nombreux services qui leurs sont destinés (restauration, coiffure, santé...). Słubice a par exemple la particularité d’être une des villes polonaises comptant le plus de salons de coiffure par habitant (1 salon pour 386 habitants), alors que Francfort est largement en dessous de la moyenne nationale allemande (1 salon pour 1 364 habitants)21. Depuis 2004, les relations commerciales sont devenues moins asymétriques, à la faveur du rattrapage économique réalisé par la Pologne depuis 1990 et de la hausse relative de la valeur du złoty par rapport à celle de l’euro. De nombreux produits sont aujourd’hui vendus à un prix plus avantageux à Francfort (cycles, électroménager, habillement de marque, certains produits alimentaires), attirant de plus en plus de clients venus de Słubice. En 2008, 72,4 % des habitants de Francfort et 68 % de ceux de Słubice interrogés dans notre enquête ont déclaré avoir, entre autres buts, celui « d’effectuer des achats » lorsqu’ils traversent la frontière. Avec respectivement 68 % et 57 % du total des réponses, cette raison arrive loin devant les suivantes (travailler, étudier...) (fig. 6). De fait, la plupart des contacts entre les deux rives se résument encore à de simples échanges commerciaux. De plus, la plupart de ces incursions « de l’autre côté » se limitent souvent dans l’espace au même circuit. Les Allemands se rendent dans la première rue de Słubice faisant face au pont, rebaptisée « Zigarettenstrasse22 », ou dans les bazars distants de quelques centaines de mètres de la frontière (photos 4 et 5). En 2004, deux constructions attenantes au pont ont même été érigées sur pilotis pour être en première ligne après « la frontière des prix » (photo 6).

Figure 6 : Buts des traversées de la frontière à Francfort-sur-l’Oder et Słubice en 2008*

Figure 6 : Buts des traversées de la frontière à Francfort-sur-l’Oder et Słubice en 2008*

* Plusieurs réponses possibles, résultats exprimés en % du total

Source : Mackré, Męczyński et Stachowiak, 2008

Photographie 5 : Signalisation commerciale mise en place à Słubice en avril 2004.

Photographie 5 : Signalisation commerciale mise en place à Słubice en avril 2004.

Source : Mackré, 2004

Photographie 6 : Bâtiment à usage touristique et commercial construit à Słubice en 2004, sur la base du pont de l’Oder.

Photographie 6 : Bâtiment à usage touristique et commercial construit à Słubice en 2004, sur la base du pont de l’Oder.

Les panneaux publicitaires en allemand vantent « la frontière des prix ».

Source : Mackré, 2009

15Ces relations commerciales qui justifient pour l’essentiel les contacts entre les habitants des deux villes représentent un point de départ à de meilleures relations de voisinage, mais ne participent pas pour autant à l’appropriation d’un nouvel espace transfrontalier commun. Ainsi, ce « mur de l’argent » représente autant un encouragement aux relations commerciales et donc aux contacts entre les populations des deux villes qu’une barrière invisible alimentant les préjugés négatifs et freinant un rapprochement plus profond entre elles. Les habitants de Słubice interrogés au sujet des différences de niveau de vie en tant « qu’obstacle à de meilleures relations avec leurs voisins Allemands » les jugent majoritairement « très importantes » ou « importantes » (60,3%), loin devant les différences de systèmes politiques (24,6 %) ou le manque de moyens de communication et de transport (25,4 %). La barrière culturelle et linguistique apparaît relativement forte des deux côtés (fig. 7), alors que pour les habitants de Francfort, celle concernant les transports est plus significative qu’à Słubice (56,1 %). Pour autant, l’ouverture de la frontière et la multiplication des échanges commerciaux rendent nécessaire, pour les deux villes, la mise en place de projets d’aménagements concertés à l’échelle de la ville-doublon, pour répondre à l’augmentation de la fréquentation du pont et réaménager les abords de l’Oder, longtemps laissés à l’abandon.

Figure 7 : Perception de l’importance des obstacles entravant les relations bilatérales à Francfort-sur-l’Oder et Słubice en 2008

Figure 7 : Perception de l’importance des obstacles entravant les relations bilatérales à Francfort-sur-l’Oder et Słubice en 2008

Source : Mackré, Męczyński et Stachowiak, 2008

3. Vers une gouvernance transfrontalière ?

« European Garden 2003 »

16Dès les premières années de l’ouverture de la dyade, les deux municipalités signent des accords de coopération dans des domaines variés et mettent en place des sessions communes et régulières de leurs conseils municipaux (onze depuis 1993). Un des effets les plus visibles de cette coopération au tournant des années 1990-2000 est le projet « European Garden 2003 », destiné à embellir les deux villes en vue des festivités du 750ème anniversaire de Francfort23, et à « ramener les deux villes vers leurs berges, en y construisant un espace commun » (Tölle, 2007). Ce projet fut un succès en raison de ses résultats visibles des deux côtés de l’Oder : entretien des berges, aménagement de promenades et d’espaces verts (photos 7 et 8). Son montage financier, réalisé en commun, lui permit en outre d’être en grande partie subventionné par des fonds européens (INTERREG et PHARE). Cependant, les populations locales furent peu consultées au cours du projet, qui fut mené en parallèle de chaque côté de l’Oder, sans concertation ni réflexion globale (Tölle, 2007). Sur le même modèle, les municipalités parvinrent à s’entendre pour réaliser en 2002 la construction d’un nouveau pont plus adapté au trafic croissant, construction également financée par les programmes européens cités précédemment. Cependant, comme dans l’exemple précédent, les structures communes ne concernent que le montage financier du projet en vue de la demande de financements européens et sont démantelées aussitôt leur tâche accomplie.

Photographie 7 : Berge de l’Oder à Francfort en 1990.

Photographie 7 : Berge de l’Oder à Francfort en 1990.

La berge de l’Oder, ici aux abords du pont, est à l’état de friche urbaine.

Source : Kelm, 2000.

Photographie 8 : Berge de l’Oder à Francfort en 2000

Photographie 8 : Berge de l’Oder à Francfort en 2000

L’ancien entrepôt a été transformé en restaurant « l’Oderspeicher ». Des promenades et des terrasses ont été aménagées.

Source : Kelm, 2000.

La collaboration universitaire transfrontalière : Viadrina

17Lors de notre enquête, il est apparu que les habitants qui participent le plus au rapprochement des deux rives (traversées fréquentes, à buts variés et qualifiant de « bonnes ou assez bonnes » les relations polono-allemandes) sont issus le plus souvent de la communauté étudiante. Celle-ci est en effet un des moteurs du rapprochement entre les deux rives, depuis la création de l’Université européenne Viadrina, en 1991, à Francfort-sur-l’Oder. Depuis 1998, une antenne, le Collegium Polonicum, a été ouverte sur la rive polonaise, partenaire à la fois de la Viadrina et de l’Université Adam Mickiewicz de Poznań. Cette institution binationale, unique en son genre, a pu voir le jour grâce à des accords passés au plus haut niveau (accord entre les ministres de l’éducation des deux pays signé en 1991) mais surtout grâce à l’implication des acteurs universitaires locaux qui ont su développer des structures de fonctionnement qui n’avaient alors pas d’équivalent. Comme le décrit Alexander Tölle (2007), cette « border line research » a permis à l’institution de fonctionner trois ans avant que l’accord définitif ne soit signé entre toutes les parties, permettant de gagner un peu de temps et d’acquérir beaucoup d’expérience. L’université accueille tous les ans plus de 5 000 étudiants, dont la moitié sont des Allemands et plus d’un cinquième des Polonais. Le projet transfrontalier mis en place dans certains cursus (étudiants de nationalités mêlées, cours en allemand, polonais et anglais, dispensés à la fois sur les campus de la Viadrina et du Collegium Polonicum) a permis d’accélérer le rapprochement, les échanges culturels et le bilinguisme entre étudiants polonais et allemands. Il était également pionnier, car les structures étatiques (frontière contrôlée) n’étaient à son lancement pas compatibles avec sa structure transfrontalière, les étudiants devant traverser la frontière plusieurs fois par jour dans le cadre de leurs études. Ceci leur causait de fréquents problèmes de retard aux cours, en cas de queue au poste-frontière, et les obligeait à renouveler leurs passeports fréquemment, ces derniers étant remplis bien avant leur date d’expiration. Malgré ces inconvénients, ces formations ont pu fonctionner et anticiper autant que légitimer l’ouverture plus complète de la frontière.

« Słubfurt »

18D’autres exemples de mise en place de projets « par le bas » par des acteurs locaux existent dans la ville-doublon. Nous pouvons citer l’initiative de l’artiste Michael Kurzwelly qui a, depuis 1999, fusionné symboliquement les deux villes pour créer « Słubfurt », projet qu’il définit comme un « espace de communication commun émanant des deux parties "Słub" et "Furt" de la ville ». Le projet, porté principalement par le milieu universitaire, repose sur la participation des habitants à des activités communes permettant de développer ou de créer des liens entre les deux parties de la ville. L’association propose des rencontres thématiques, des ateliers créatifs et son soutien (logistique, humain, recherche de financements) pour tout projet participant au développement des contacts entre les deux rives. La ville virtuelle de Słubfurt, pour mieux marquer son territoire, s’est dotée de « murs d’enceinte » qui le délimitent, en prenant la forme de bancs publics pour inciter les populations au dialogue. La « ville » a également son emblème, le coq (présent sur les drapeaux communaux de Francfort et Słubice), dont des reproductions artistiques envahissent son espace. Enfin, elle a son propre centre-ville, le pont, où est installée la mairie, dans les locaux de l’ancien poste-frontière. Cette initiative symbolique portée par des citoyens a permis, plus que les autres projets institutionnels, de créer chez une partie de la population de la ville-doublon un sentiment d’appartenance à un territoire transfrontalier commun. Plus de 600 personnes sont déjà détentrices d’une carte d’identité de Słubfurt, qui possède même son bulletin d’information bilingue (Profil), son office du tourisme et ses cartes postales. Toujours dans le registre du symbolique, le 11 juillet 2009 se sont tenues les premières élections du parlement de Słubfurt, auxquelles huit listes se sont présentées. Pour certains observateurs (Prochazkova, 2009), les municipalités sont dépassées par cette initiative et craignent désormais d’être concurrencées dans certaines de leurs compétences par ce type de structures de gouvernance transfrontalière indépendantes. Au sein des populations, la méfiance est également de rigueur puisqu’en 2003, seule une minorité des habitants (33 % à Francfort et 18 % à Słubice) était favorable au développement d’une structure politique commune aux deux villes (Tölle, 2007).

Transports urbains : une disjonction frontalière

19Les projets de transports en commun transfrontaliers sont l’un des thèmes fréquemment abordés lors des rencontres des deux équipes municipales depuis le début des années 1990. En décembre 2001, une ligne de bus est réclamée par l’association Słubfurt pour la période de Noël, prenant exemple sur celle existant dans la ville-doublon de Görlitz/Zgorzelec. Dès son annonce, le projet de faire franchir le pont par le bus rencontre l’opposition du lobby des chauffeurs de taxi de Słubice. Ceux-ci forment une corporation importante dans la ville (leur nombre est estimé à 300 environ) et vivent principalement du transport des Allemands venus faire leurs courses à Słubice, du pont vers les principaux points commerciaux (supermarché et bazars), distants de quelques centaines de mètres. Une pétition contre le bus – qui a recueilli 500 signatures – a été déposée à la mairie de Słubice et certains chauffeurs de taxi ont même menacé « d’accueillir le premier bus avec des jets de pierres » (Tölle, 2007). À la suite de cette opposition, le projet a quelque peu perdu le soutien de la municipalité de Słubice et a été finalement abandonné.

20Malgré ce premier échec, un projet de ligne de tramway (Francfort possède toujours son réseau) circulant sur le pont de l’Oder est aussi régulièrement envisagé et reçoit un soutien fort des deux municipalités. En 2005, celles-ci, qui détiennent les compétences politiques en termes de transports publics locaux, parviennent à un accord de principe. Tous les détails techniques (tracé de 3,5 km, calendrier) et financiers (aides européennes, répartition des dépenses restantes) sont en voie de règlement. Le projet retient le démantèlement d’un tronçon de ligne non rentable de Francfort (après un de ses arrêts à proximité du pont, où la plupart des usagers descendent pour traverser le pont à pied) et son redéploiement vers Słubice. Compte tenu des aides européennes, le coût du redéploiement est inférieur à celui du seul démantèlement de cette ligne non rentable (qui implique la création d’un terminus au niveau du pont). Il doit être pris en charge par Francfort, tandis que Słubice en assurera l’entretien (Tölle, 2007). Dans un contexte favorable, où les procédures pour franchir la frontière viennent d’être simplifiées (carte d’identité uniquement) et où le trafic sur le pont est en constante augmentation, la réouverture de cette ligne qui existait jusqu’en 1945 semble bénéfique aux deux parties. Les commerces de Francfort (et son réseau de transport) ont la possibilité de s’ouvrir à 19 000 nouveaux clients potentiels et ceux de Słubice de devenir plus accessibles à leur clientèle allemande. Malgré cela, plusieurs milieux locaux (lobby des chauffeurs de taxis à Słubice, opposition municipale et d’une partie de la population à Francfort) s’opposent activement au projet. À Francfort, ils parviennent en 2006 à contraindre la municipalité en place à organiser un référendum sur le sujet. Le score de 83 % en faveur du « non » (avec une participation de 30 %, relativement forte pour un tel type de scrutin), marque l’abandon immédiat du projet et porte un coup très dur à la coopération transfrontalière en général. Le principal argument avancé par les partisans du « non » fut le risque de voir le budget mal maîtrisé par la municipalité de Francfort, ou l’éventualité que la partie polonaise ne parvienne pas à assurer l’entretien des rails. D’autres explications plus politiques mettent également en avant un vote sanction contre la municipalité en place.

21En attendant le tramway, les étudiants de l’agglomération font pression, depuis l’ouverture de la frontière Schengen, en faveur de l’ouverture d’une ligne de bus entre Francfort et Słubice. Le 21 décembre 2007, a ainsi été affiché sur le poste-frontière « Ici devrait passer un bus » (Märkisches Oderzeitung, 29/01/2008). Ce souhait a rapidement été exaucé par la compagnie gérant le réseau de transports urbains de Francfort, avec l’accord de Słubice. Une nouvelle ligne, qui relie le réseau de Francfort aux lieux de la vie étudiante de Słubice (Collegium Polonicum, cités universitaires et centre-ville), a été créée début 2008. Cependant, elle a dû être supprimée quelques mois plus tard faute de rentabilité. Non intégrée au réseau existant, elle a été délaissée par ses usagers qui devaient s’acquitter d’un titre de transport en sus de leur abonnement classique pour le reste du réseau de Francfort. Malgré ces échecs successifs, un projet de tramway pourrait bien être à nouveau d’actualité dans les prochaines années, à la faveur de la récente intégration de la Pologne dans l’espace Schengen. Les mentalités évoluent en effet très rapidement grâce à l’ouverture des frontières. L’absence de contrôles et l’augmentation des flux entre les deux villes donnent ainsi tout leur sens à une nouvelle tentative en faveur de la ligne de tramway franchissant le pont (Berliner Zeitung, 14 mai 2009). À vrai dire, l’unification de l’espace urbain, sur un plan pratique autant qu’institutionnel, passe par une mise en cohérence préalable des politiques publiques et des conventions tarifaires.

Conclusion

22La date du 21 décembre 2007 représente au même titre que le 1er mai 2004 un évènement symbolique très important pour le rapprochement des deux parties de l’agglomération. Cependant, l’élargissement de l’espace Schengen marque pour les populations locales l’évènement tangible le plus important de l’intégration européenne, avec la fin des contrôles frontaliers. L’ouverture complète de la dyade a permis la multiplication des contacts, qui sont dans un premier temps souvent motivés par des activités commerciales. Nous l’avons vu, cette multiplication des contacts contribue lentement à une meilleure connaissance du voisin et à de meilleures relations entre les deux populations. Cependant, elle ne garantit pas la création d’une identité transfrontalière ni l’intérêt des habitants pour des projets de coopération transfrontalière. Malgré sa déconstruction politique progressive depuis 1990, la frontière entre les deux villes possède encore une fonction de marquage symbolique et imaginaire forte, conséquence de son tracé resté longtemps conflictuel et tardivement reconnu.

23Les résultats de notre enquête montrent que les barrières relatives à l’histoire, à la langue, aux cultures et aux mentalités représentent aujourd’hui les obstacles les plus importants (fig. 7). Cet état de fait est avant tout la conséquence du retard pris lors des quarante-cinq années de socialisme dans le processus de réconciliation entre les peuples, à la suite du règlement de la Seconde Guerre mondiale. En 1994, alors que la réconciliation franco-allemande est depuis longtemps achevée, seulement 35 % des habitants de Słubice et 40 % de ceux de Francfort parlaient d’une « réconciliation effective » entre la Pologne et l’Allemagne (Lepesant, 1998). À la faveur de la normalisation des relations étatiques, de l’intégration européenne et de l’ouverture de la frontière, la déconstruction de ces barrières symboliques et imaginaires est aujourd’hui en train de s’accélérer. Nous n’en sommes qu’aux prémisses de l’idée d’une identité transfrontalière et d’un territoire transfrontalier dont les concepts ne sont aujourd’hui portés que par une minorité pionnière de la population. Un décalage important existe entre cette minorité et le reste de la population, dont les mentalités évoluent plus lentement. Même si d’importantes barrières subsistent entre Francfort et Słubice, des projets ambitieux portés par des acteurs, souvent non-institutionnels à l’origine, ont pu réussir. Pour la quasi-totalité de ces projets, le caractère incitatif des aides financières de l’UE a encouragé la mise en place de structures de gestion transfrontalières, qui n’ont cependant pas été pérennisées. De ce point de vue, une structure de gouvernance transfrontalière fait aujourd’hui toujours défaut en vue d’un développement concerté de la ville-doublon.

24L’espace transfrontalier, parce qu’il appartient à deux États, reste avant tout tributaire de l’échelle supra-nationale, c’est à dire ici européenne (UE) pour son développement (Wackermann, 2003). La pyramide des pouvoirs et les découpages administratifs, tels qu’ils sont pensés dans l’Union européenne, ne laissent actuellement pas de place au développement des espaces transfrontaliers autrement qu’à l’échelle supra-nationale. La seule structure transfrontalière existant à ce jour dans l’UE, l’Eurorégion, ne possède pas de pouvoir politique propre et sa taille n’est de toute façon pas adaptée à l’échelle d’un doublon urbain. Il apparaît donc aujourd’hui nécessaire d’envisager, à l’échelle de gouvernance de l’UE, la création d’une nouvelle entité politique pour répondre aux problématiques des doublons urbains situés sur les mésodyades européennes. C’est dans ce sens qu’a été lancée en 2008 la première phase du projet « Groupement européen de coopération territoriale » (GECT), intervenant dans le cadre du programme URBACT II. Destinée aux régions frontalières des États membres, cette nouvelle structure sera dotée d’une personnalité juridique et d’un budget propre, financé en partie par le Fonds européen de Développement régional (FEDER). Elle peut être constituée par les États membres, leurs collectivités, des associations ou tout autre organisme de droit public, sans qu’il soit nécessaire de signer un accord international entre les États membres concernés. Depuis novembre 2008, Francfort-sur-l’Oder/Słubice fait partie des six agglomérations partenaires de ce projet. Ce GECT permettra à l’agglomération de se doter d’une autorité de gestion unique, par exemple pour répondre plus efficacement aux appels de projets lancés au titre des programmes territoriaux de l’UE. Pour pouvoir répondre à la nécessité de gouvernance transfrontalière de l’agglomération, ce GETC devra également se doter d’un pouvoir politique, qui est fixé dans chaque convention de GETC. Cela ne sera possible qu’avec le transfert complet de certaines compétences des collectivités locales qui le composent (KreisfreieStadt de Francfort-sur-l’Oder, Gmina de Słubice) et demandera certainement une forte implication de l’UE et des États pour y parvenir. La réussite de cette structure sur le long terme dépendra également du succès des autres GECT en Europe.

Haut de page

Bibliographie

BISCHOFF, K., 2009, « Nächster Halt Słubice », In : Berliner Zeitung, 28 mai, Berlin.

FOUCHER, M., 1991, Fronts et frontières, un tour du monde géopolitique, Paris, Fayard, 691 p.

FOUCHER, M., 2007, L’obsession des frontières, Paris, Perrin, 249 p.

GAUNARD-ANDERSON M.-F., 2002, « Les villes jumelles de la frontière Oder-Neisse », Mosella, n° 27/1-2, Sarreguemines, pp. 19-26.

GAUNARD-ANDERSON, M.-F., 2003, « Flux illicites à la frontière Oder-Neisse », Mosella, n° 27/3-4 , Sarreguemines, pp. 331-339.

GAY, J.-C., 1995, Les discontinuités spatiales, Paris, Economica (coll. Poche Géographie), 112 p.

KELM, H., 2000, Frankfurt (Oder), Ein Stadtbild im Umbruch (Chronik der Ereignisse 1989 bis 2000), Gudensberg-Gleichen, Wartberg, 63 p.

LEPESANT, G., 1998, Géopolitique des frontières orientales de l’Allemagne. Les implications de l’élargissement de l’Union européenne, Paris, L’Harmattan (coll. Pays de l’est), 265 p.

KILIAN, M., KNEFELKAMP, U., 2003, Frankfurt Oder Słubice, Sieben Spaziergänge durch die Stadtgeschichte, Berlin, Scrîpvaz, 126 p.

KNEFELKAMP, U., 2001, « Blütentraume » und « Wolkenkuckucksheim » in „ Timbuktu », 10 Jahre Europa-Universität Viadrina, Berlin, Scrîpvaz, 285 p.

MACKRÉ, Q., 2003, Francfort-sur-l’Oder/Słubice, ville-doublon sur la frontière germano-polonaise (mémoire de maîtrise), Montpellier, Université Paul Valéry, 118 p.

PARYSEK, J., STRYJAKIEWICZ, T., 2000, Polish economy in transition : spatial perspectives, Poznań, Bogucki wydawnictwo naukowe, 99 p.

PROCHÁZKOVÁ, B., 2009, « Schattenstadt Słubfurt », Presseurop, 6 août 2009, Paris

SCHIECK, M., 1999, Alt-Frankfurt, Stadt an der Oder, Gudensberg-Gleichen, Wartberg, 71 p.

ROSIÈRE, S., 2002, « L’Europe, laboratoire d’une nouvelle hiérarchie des frontières », Mosella, n°27/3-4, p. 47-52

ROSIÈRE, S., 2007, Géographie politique et géopolitique, une grammaire de l’espace politique, Paris, Ellipses, 426 p.

ROSIÈRE, S., 2008, Dictionnaire de l’espace politique, Paris, Armand Colin, 320 p.

SCHERPAG, D., NIPPER, J., 2002, Co-operation across the German-Polish border. A case study of Frankfurt (Oder)-Słubice, Département de géographie de l’université de Cologne, 14 p.

STRYJAKIEWICZ, T., 2002, « Das polnisch-deutsche Grenzgebiet - eine Herausforderung für den europäischen Integrationsprozess », In : Polen, Deutschland und die Osterweiterung der EU aus geographischen Perspektiven, Hannover, Verlag Hahnsche Buchhandlung, 135 p.

TÖLLE, A., 2007, « Cross-border governance in the twin cities of Frankfurt-upon-Oder and Słubice », Quaestiones Geographicae, n°26/B, Poznań, p. 59-67

WACKERMANN, G., 2003, Les frontières dans un monde en mouvement, Paris, Ellipses (coll. Carrefours), 188 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photographie 1 : Le pont sur l’Oder en mai 2003.
Légende Le paysage urbain est marqué en permanence par des files de véhicules s’étirant sur plusieurs kilomètres.
Crédits Source : Mackré, 2003.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1348/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Photographie 2 : Le pont sur l’Oder le 1er mai 2004
Légende Le jour de l’adhésion de la Pologne à l’UE, les barrières frontalières sont temporairement levées et la foule se masse sur le pont de l’Oder.
Crédits Source : Mackré, 2004.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1348/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Figure 3 : Fréquence des traversées de la frontière à Francfort-sur-l’Oder et Słubice en 2008
Crédits Source : Mackré, Męczyński et Stachowiak, 2008
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1348/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 4 : Appréciation des relations bilatérales à Francfort-sur l’Oder, Guben, Słubice et Gubin en 1993
Crédits Source : Lepesant, 199820
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1348/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Figure 5 : Appréciation des relations bilatérales à Francfort-sur l’Oder et Słubice en 2008
Crédits Source : Mackré, Męczyński et Stachowiak, 2008
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1348/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Photographie 3 : Słubice, la rue Jedności robotniczej en 1992.
Légende Cette rue, située dans le prolongement du pont, présente un caractère monofonctionnel résidentiel
Crédits Source : B.K., www.grenzen.150m.com, 1992
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1348/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Photographie 4 : Słubice, la rue Jedności robotniczej en 2002
Légende Les rez-de-chaussée de la “Zigarettenstrasse", devenue entre-temps piétonne, sont tous occupés par des commerces.
Crédits Source : Mackré, 2002
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1348/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 384k
Titre Figure 6 : Buts des traversées de la frontière à Francfort-sur-l’Oder et Słubice en 2008*
Légende * Plusieurs réponses possibles, résultats exprimés en % du total
Crédits Source : Mackré, Męczyński et Stachowiak, 2008
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1348/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Photographie 5 : Signalisation commerciale mise en place à Słubice en avril 2004.
Crédits Source : Mackré, 2004
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1348/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Photographie 6 : Bâtiment à usage touristique et commercial construit à Słubice en 2004, sur la base du pont de l’Oder.
Légende Les panneaux publicitaires en allemand vantent « la frontière des prix ».
Crédits Source : Mackré, 2009
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1348/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Figure 7 : Perception de l’importance des obstacles entravant les relations bilatérales à Francfort-sur-l’Oder et Słubice en 2008
Crédits Source : Mackré, Męczyński et Stachowiak, 2008
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1348/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Titre Photographie 7 : Berge de l’Oder à Francfort en 1990.
Légende La berge de l’Oder, ici aux abords du pont, est à l’état de friche urbaine.
Crédits Source : Kelm, 2000.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1348/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre Photographie 8 : Berge de l’Oder à Francfort en 2000
Légende L’ancien entrepôt a été transformé en restaurant « l’Oderspeicher ». Des promenades et des terrasses ont été aménagées.
Crédits Source : Kelm, 2000.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1348/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 365k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Quentin Mackré, « Géopolitique de Francfort-Sur-l’Oder/Słubice, ville-doublon sur une frontière en déconstruction », L’Espace Politique [En ligne], 8 | 2009-2, mis en ligne le 15 novembre 2009, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/1348 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.1348

Haut de page

Auteur

Quentin Mackré

Doctorant, ATER
ART-Dev, FRE 3027
Université Montpellier 3
quentin_mackre@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org