Navigation – Plan du site

Production de l’espace urbain et mise en scène du pouvoir dans deux capitales « présidentielles » d’Asie Centrale

Astana and Ashgabat, Two “Presidential” Central Asian Capital-Cities: Producing Urban Space and Making of it a Showcase for Political Power
Adrien Fauve et Cécile Gintrac

Résumés

Cet article s’intéresse à Achgabat et Astana, respectivement capitales du Turkménistan et du Kazakhstan. Ces deux études de cas permettent de recenser les instruments à disposition pour analyser les rapports entre espace (objet de la géographie) et pouvoir (objet de la science politique). Dans chacune des deux villes, le chef d’Etat se fait architecte et urbaniste ; son influence sur les projets d’aménagement est considérable. Dans le même temps, l’espace urbain y sert d’outil pour mettre en scène le pouvoir présidentiel : la figure du souverain est glorifiée par nombre de monuments et le discours venant légitimer le régime s’appuie sur une architecture identitaire. Etudiant l’urbanisme autoritaire centrasiatique dans sa double dimension – production de l’espace et mise en scène du pouvoir – les auteurs proposent une grille de lecture pour analyser le pouvoir dans la ville. En incitant science politique et géographie à adopter une démarche commune et à envisager d’autres cas et échelles d’analyse, cet article plaide pour une étroite collaboration entre les deux disciplines. Par cet enrichissement mutuel, la science politique pourrait investir l’espace des sociétés, tandis que la géographie se doterait d’outils pour examiner les acteurs qui font la ville et les représentations qu’ils produisent.

Haut de page

Texte intégral

1Si le rôle que les capitales exercent dans l’espace national a largement été pensé par les géographes1, les études concernant la manière dont le pouvoir s’inscrit à l’échelle locale semblent moins nombreuses. C’est pourquoi notre projet est ici de nous interroger sur le pouvoir dans les capitales de deux anciennes Républiques soviétiques socialistes d’Asie centrale : Achgabat et Astana. Achgabat est la capitale du Turkménistan, pays grand comme la France mais peuplé d’environ cinq millions d’habitants. Depuis l’indépendance, le 27 octobre 1991, son président à vie et autoproclamé prophète, Saparmourat Niazov, avait instauré un régime autoritaire, répressif et isolationniste, ainsi qu’un culte de la personnalité porté à un degré que seule la Corée du Nord connaît actuellement. Niazov est décédé le 21 décembre 2006. Quant à Astana, la récente capitale du Kazakhstan, elle a fêté l’année dernière un premier jubilé de dix ans, en grande pompe, mais avec un léger retard. Plutôt que de maintenir les festivités le 10 juin, date faisant référence à son inauguration internationale de 1998, les dirigeants ont en effet préféré attendre le 6 juillet 2008 – journée symbolique puisqu’il s’agit de l’anniversaire du chef de l'Etat Noursoultan Nazarbaïev – pour célébrer la décision de transférer le pouvoir central d’Almaty à Astana, quelque 1 300 kilomètres plus au nord. Contrôlant désormais un Etat immense2 peuplé de 16 millions d’habitants, la ville d’Astana3 est depuis lors un chantier perpétuel.

2Outre leur proximité géographique4, les deux villes présentent bien des points communs. De taille similaire (environ 600 000 habitants), elles sont marquées avant tout par des milieux naturels difficiles : le désert turkmène du Karakoum (sables noirs) est un des plus durs de la planète (températures négatives en hiver, dépassant les 50° C l’été) tandis que les steppes et marais qui entourent Astana connaissent un climat continental sévère notamment en hiver quand il gèle près de cinq mois par an. Elles ont surtout connu la conquête, la colonisation et la russification mises en œuvre par la Russie tsariste, ce que poursuivit le pouvoir soviétique. Achgabat et Astana se distinguent enfin par l’exubérance de leur urbanisme et de leur architecture : palais présidentiels fastueux, ministères à l’architecture futuriste, centres commerciaux luxueux et très vastes, chacune des deux capitales ayant parfois été qualifiée de « Dubaï de l’Asie centrale »5, et ce pour deux raisons. D’une part ces villes drainent une partie des pétrodollars vers les deux pays, et d’autre part leur paysage n’est pas sans rappeler celui de la cité-Etat du Golfe 6

3Ces deux cas comparables pourraient sembler a priori spécifiques à la région, voire quelque peu extrêmes, compte tenu de la nature des régimes politiques en place et du caractère parfois caricatural des édifices qui s’y construisent. Ils offrent pourtant l’occasion d’interroger les théories qui lient l’espace et le pouvoir et de recenser les outils dont disposent le géographe et le politologue pour analyser ce qu’est le pouvoir dans la ville. Une question émerge alors : dans quelle mesure ces deux villes sont-elles le produit d’un contexte autoritaire ? Examinons aussi ce qui, dans ce processus, relève de l’idéologie. Pour ce faire, nous proposons ici une approche destinée à étudier la double dimension de cet urbanisme autoritaire (Haeringer, 2002) centrasiatique : la production de l’espace et la mise en scène du pouvoir. Nous n’entendons pas développer dans les moindres détails deux études de cas7, ni construire un système de comparaison terme à terme ou bien encore dresser un état de la littérature sur la composante urbaine de l’espace politique. Notre objectif est ici de souligner combien l’articulation de ces deux dimensions offre une grille de lecture stimulante pour analyser le pouvoir dans la ville.

4A cet effet nous nous référons à des travaux de géographie et de science politique, aux desseins souvent proches mais demandant à être combinés. Cette grille de lecture pourrait inciter les deux sciences sociales à adopter la même démarche pour d’autres cas et à envisager ainsi d’autres échelles d’analyse.

1. Pouvoir(s) et production de la ville

5Pour analyser la production de l’espace urbain, on doit théoriquement se référer à trois acteurs différents : le planificateur, l’aménageur et le constructeur. Mais à certains égards, dans les régimes autoritaires, cette distinction semble moins pertinente. M. Grésillon l’avait déjà noté pour le cas berlinois (Grésillon, 1990, p. 109) : « Qui produit la ville ? Qui en a ou en partage la propriété, qui détient le pouvoir de sa croissance et de ses formes ? A ces questions qui peuvent paraître naïves concernant un pays socialiste, les réponses prennent le plus souvent la forme de truismes : l’Etat, le plan… » L’étude comparée de la situation sur place, dans les deux villes choisies, invite à nuancer le propos.

Le pouvoir présidentiel au cœur de la ville

6Le Turkménistan et le Kazakhstan sont indiscutablement des pays autoritaires même si l’on peut établir une gradation entre les deux pays, le Turkménistan ayant connu jusqu’en 2006 une dérive autocratique voire dictatoriale sans commune mesure avec la situation kazakhstanaise.

7L’ancien président du soviet suprême de la République socialiste soviétique du Turkménistan, Saparmourat Niazov, avait pris les rênes du pays dès son accession à l’indépendance en 1991. Fondateur du Parti démocratique turkmène, il s’était vu décerner par le Parlement la palme de l’Ordre du Héros du Peuple l’année suivante. Promu au rang de Turkmenbachy, ce qui signifie le chef des Turkmènes, puis Turkmenbachy le Grand (Beyik Türkmenbashy), il fut élu président à vie par l’Assemblée du Peuple en 1999 et publia en 2001 la Mukhedes Ruhnama ou Livre de l’Esprit. Erigé en code moral, ce recueil de sentences présidentielles est alors devenu la base de l’enseignement, des écoles primaires jusqu’aux universités. Saparmourat Niazov est décédé en décembre 2006. Il a été rapidement remplacé à la tête de l’Etat turkmène par le vice-Premier ministre chargé de l’Education, des Sciences et de la Santé, Gourbangouly Berdymoukhamedov. Cet ancien dentiste de 49 ans avait occupé différents postes au ministère de la Santé de l’ancienne République soviétique jusqu’en 1997, date à laquelle S. Niazov l’a nommé à la tête du ministère. Il a été élu le 14 février 2007 avec 90 % des voix.

8L’ascension politique de Noursoultan Nazarbaïev, actuel président du Kazakhstan, est par certains aspects comparable à la précédente. Mais notons que ce pays, au régime fortement présidentiel et centralisé, n’a pas fait la même expérience radicale de durcissement du pouvoir et que son décollage économique le distingue du Turkménistan. Né en 1940 dans une famille paysanne vivant dans un village de la région d’Almaty (l’ancienne capitale), N. Nazarbaïev poursuit des études d’ingénieur métallurgiste et obtient un doctorat en sciences économiques. Membre du Parti à 22 ans, il commence une ascension qui l’amène au tournant des années 1970 et 1980 à la fonction de secrétaire du Comité central du parti communiste (PC) du Kazakhstan. Dès lors, il dirige le conseil des ministres de la république soviétique. En juillet 1989, parvenu au sommet du pouvoir, il bénéficie d’une grande popularité et devient un des principaux soutiens de Mikhaïl Gorbatchev. En avril 1990, il est élu président de la République par le Soviet Suprême du Kazakhstan, puis est confirmé à ce poste le 1er décembre 1991 par la première élection au suffrage universel que le Kazakhstan ait connue, avec 98,8 % des voix, fonction qu’il assure depuis, puisqu’il a été réélu en 1999 (après avoir prolongé un mandat prenant fin en 1995) puis en 2005. Audace, courage politique, détermination, fermeté, génie visionnaire, compétence sont parmi les « grandes » qualités prêtées à un chef d’Etat qui va même jusqu’à composer les paroles de l’hymne national : on trouve sa signature au bas du texte ! Plus que polyvalent, le chef de l’Etat est pour ainsi dire « omnipotent ».

9Dans ce cadre politique, il n’est pas étonnant que les présidents aient la mainmise sur l’urbanisme. Dès 1991, les chefs des deux Etats ont conçu l’aménagement urbain comme un outil politique. La prééminence décisionnelle des présidents est évidente dans les deux pays. Domaines réservés, l’architecture et l’urbanisme sont ici, peut-être plus qu’ailleurs, le fait du prince. C’est ce qui nous conduit à employer le terme de capitales « présidentielles ». La production de l’espace urbain est non seulement une prérogative régalienne du souverain8, mais elle est également conçue comme un moyen de magnifier son règne. Au Turkménistan, il est d’usage que le président signe directement les contrats avec les entreprises de BTP. Pendant la période S. Niazov, il suffisait que ce dernier dessine une ébauche pour qu’un appel d’offre informel soit lancé. Aujourd’hui encore, son successeur Berdymoukhamedov conserve une latitude considérable quand il s’agit de signer des contrats. Ces pratiques autoritaires ne sont d’ailleurs pas exemptes de soupçons de corruption. Une partie du coût des contrats concernant Achgabat serait ainsi revenue indirectement à Niazov par le biais de sociétés écrans, ce qui expliquerait en partie la frénésie de projets.

10La mainmise présidentielle s’est illustrée de manière plus explicite encore au Kazakhstan par le changement de capitale. Le président Nazarbaev apparaît d’ailleurs comme la tête pensante de ce projet : il est souvent présenté comme l’instigateur de la réforme, un homme providentiel, le « grand architecte » de l’indépendance mais aussi du vaste chantier qu’est devenue la ville d’Astana. C’est ce qu’illustre cette phrase, que l’on peut lire dans un musée de la capitale kazakhstanaise : « Astana, la jeune capitale du Kazakhstan souverain, est devenue l’incarnation concrète de la conception eurasiatique du Président de la République du Kazakhstan Noursoultan Nazarbaïev ». La décision unilatérale de déplacer la capitale vers Astana est symptomatique d’une structure pyramidale de l’appareil d’Etat. Le président se trouve au sommet, il règne en maître sur la « destinée » du pays et de la nation. L’impossible remise en question du projet et l’absence de concertation au sein de la classe politique témoignent d’un processus de « présidentialisation » du pouvoir. Dans un tel contexte, on comprend mieux pourquoi opposition au projet de transfert du centre administratif était synonyme d’opposition au pouvoir en place et donc au président. Sans aller jusqu’à qualifier le projet de caprice présidentiel ou de pulsion mégalomane, le transfert de la capitale apparaît malgré tout comme le projet « fétiche » de Noursoultan Nazarbaïev.

11Il n’est donc pas étonnant de voir apparaître les figures présidentielles au cœur des capitales. Si le culte « urbain » de la personnalité n’était pas une nouveauté en Asie centrale puisque les dignitaires soviétiques (Lénine ou Staline en particulier) en étaient l’objet, l’omniprésence de la figure présidentielle confirme la démesure et la caricature des formes traditionnelles de propagande urbaine dans les deux villes. Pendant la période Niazov, le visage du Turkmenbachy s’affichait partout, à travers les portraits géants ornant les bâtiments officiels et à travers la statuaire (figure 1). Plus originale encore est l’extension de ce culte à l’ensemble de la famille Niazov, en partie décimée par le terrible tremblement de terre de 1948 : des monuments spécifiques leur sont dédiés et regroupés dans un parc à leur hommage. Les grandes avenues ont été rebaptisées en leur honneur : avenue Gourbansoltan Eje ou Atarmourat Niazov, du nom de ses parents. Enfin, l’ouvrage du président, cité plus haut, était lui aussi représenté dans la ville par un ensemble monumental.

Figure 1 : Statue de S. Niazov à proximité du centre-ville d’Achgabat (source : carte postale, 2003)

Figure 1 : Statue de S. Niazov à proximité du centre-ville d’Achgabat (source : carte postale, 2003)

12Dans Astana, la volonté de cultiver le rôle « historique » et fondateur du « premier président de la République du Kazakhstan » se traduit par exemple dans l’édification du monument central Baïterek (figure 2). On y trouve un moulage de la main du président, une empreinte prise dans un bloc d’or triangulaire orienté vers le palais présidentiel. Lorsque l’on y appose sa propre main, l’hymne national se met à retentir. La présence symbolique du président au cœur de la sphère dorée qui domine les nouveaux quartiers du pouvoir, avec vue sur la résidence de Noursoultan Nazarbaïev, apparaît comme une affirmation de son rôle dans la conduite des affaires du pays et dans la construction de cette nouvelle capitale.

Figure 2 : A Astana, le Baïterek, entouré d’édifices en chantier, cache le palais présidentiel (A. Fauve, cliché personnel, mars 2007)

Figure 2 : A Astana, le Baïterek, entouré d’édifices en chantier, cache le palais présidentiel (A. Fauve, cliché personnel, mars 2007)

13Enfin, Astana et Achgabat ont été conçues comme des villes de pouvoir. La superficie démesurée des espaces publics et politiques est à ce titre révélatrice. Bâtiments officiels neufs, confinant parfois au gigantisme, mise en scène d’une idéologie nationale, plan caractéristique d’une symbolique politique, tout concorde pour faire d’Astana la vitrine d’un nouveau Kazakhstan. Les institutions républicaines ont été déplacées sur le site de la « nouvelle ville », la rive gauche de l’Ichim, un vaste chantier dont l’avancée est frappante d’une année sur l’autre. Priorité fut ainsi donnée aux grands complexes architecturaux dont la particularité est de traduire une inclination des décideurs pour le gigantisme et l’ostentation : la hauteur ainsi que le verre et les métaux – des matériaux qui réfléchissent la lumière – rendent les édifices visibles de loin. Sur l’axe majeur autour duquel s’organise ce nouveau quartier se trouvent les édifices monumentaux qui sont censés faire la renommée de la ville : une pyramide ainsi qu’une tente de verre géante construites par Norman Foster9, le palais du président et d’autres bâtiments officiels à l’allure futuriste. Au centre de ce vaste boulevard, qu’on peut qualifier de « perspective du pouvoir », se dresse le Baïterek, déjà évoqué plus haut. Tour haute d’une centaine de mètres, ressemblant à un cylindre métallique blanc évasé à son extrémité supérieure pour recueillir à son sommet une sphère dorée, il est considéré, selon les panneaux explicatifs ornant l’escalier par lequel entrent les visiteurs, comme le « symbole d’Astana ».

14Les espaces publics d’Achgabat sont encore plus atypiques, si bien que la ville a souvent été décrite comme un « Disneyland stalinien ». La succession des ensembles monumentaux évoque en effet les attractions d’un parc à thème à la gloire du président. La place présidentielle conçue par S. Niazov comporte le monument emblématique de la capitale turkmène, l’Arche de la Neutralité, surplombée par une statue dorée du président, bras tendus vers le soleil, dont il suit la course grâce à un mécanisme pivotant (figure 3). Ainsi l’urbanisme ludique au sens strict du terme est également apparu dans la ville. Le dernier ensemble inauguré pour la fête de l’Indépendance est un véritable parc d’attractions, baptisé « les contes de fée turkmènes ». Le communiqué officiel du régime datant du 20 octobre 2006 le décrit comme « un parc d’attractions situé au cœur de la ville et occupant 33 hectares ».

Figure 3 : l’Arche de la Neutralité (source : carte postale, 2003)

Figure 3 : l’Arche de la Neutralité (source : carte postale, 2003)

15En définitive, comme le rappelle J. Monnet, « l´action des autorités se donne presque toujours à voir, dans l´espace, comme une magnification symbolique de l´autorité elle-même ». Ce constat n’empêche pas de se demander « en quoi d’autres instances ont-elles un pouvoir d’intervention par rapport à cette instance politique » (Grésillon, 1990).

Les relais du pouvoir présidentiel

16Comme l’a bien souligné P. Claval, « Pouvoir, ce n’est pas seulement être en mesure de faire soi-même les choses, c’est aussi être capable de les faire faire par autrui » (Claval, 1978)10. Si les présidents imposent leur choix, leur goût, s’ils ont un poids décisif dans la planification, ils s’appuient sur d’autres acteurs, relais indispensables à la mise en œuvre des projets urbains, les aménageurs et les constructeurs.

17Dans les deux villes, les prestataires de la construction sont le plus souvent des entreprises turques, russes, kazakhstanaises ou turkmènes. A titre d’exemple, les chantiers des zones résidentielles ont été confiés à Achgabat à des compagnies de BTP turques telles Gap Insaat. Mais la conception des ouvrages de prestige est différente dans les deux capitales.

18Dans le cas turkmène, le pouvoir présidentiel a établi un lien direct et privilégié avec les constructeurs. Certains grands groupes de BTP sont devenus les interlocuteurs privilégiés. Pour les chantiers de luxe, Bouygues Turkmen, filiale de Bouygues, occupe cette place, décrite précisément dans l’ouvrage de D. Garcia intitulé Le pays où Bouygues est roi (Garcia, 2006). Le site Internet du groupe présente ainsi la collaboration : «  La première opération a été traitée en octobre 1992, c'était la Mosquée de Guek Dépé, sur un site historique. Quinze ans plus tard, l'entreprise est toujours présente au Turkménistan, où elle a réalisé 35 chantiers de qualité irréprochable, dans l'enseignement, la culture, les loisirs, les bâtiments civils, les palais nationaux et l'industrie. » Après la mort de S. Niazov, les autorités turkmènes continuent à signer d’importants contrats comme ce chantier de 85 millions de dollars pour la construction de trois bâtiments du ministère turkmène de la Sécurité Nationale. Les autorités municipales de la capitale turkmène ont donc un rôle réduit.

19Le cas kazakhstanais diffère sur ce point. Le président est certes très attentif à l’ensemble des questions touchant à la capitale, mais il faut souligner l’intervention de différents acteurs. Ainsi, le premier schéma directeur fut en partie confié au premier maire (ou gouverneur) de la ville qui, d’après la publication très récente de son expérience aux affaires (Dzhaksybekov, 2008), semble avoir joué un rôle dans le suivi des travaux et surtout l’organisation d’événements censés vanter les nouvelles constructions, sans oublier les efforts de rénovation immobilière. L’activisme des autorités municipales en ce domaine se lit dans la participation des représentants de la ville à de nombreux forums tel celui de l’UNESCO récompensant « les villes pour la paix ». Il semble même que l’expérience accumulée à ce poste par le jeune dirigeant local de l’époque fut formatrice puisqu’il poursuivit sa carrière dans l’appareil présidentiel. De fait, la fonction de premier magistrat de la capitale semble revêtir un prestige grandissant si l’on songe que des hommes politiques chevronnés comme Imangali Tasmagambetov (ancien premier ministre, puis maire d’Almaty et enfin d’Astana) sont susceptibles de l’occuper.

20Dans le même temps, l’implication croissante d’acteurs étrangers divers à Astana vient contraster avec le monopole que l’entreprise Bouygues pouvait exercer au Turkménistan. En effet, alors que le premier concours international pour la conception des plans d’urbanisme, dès l’annonce en 1995 du transfert d’Almaty à Astana, n’avait été ouvert en somme qu’à des participants venus de l’ancienne Union soviétique ou du bloc communiste (Bulgarie), et que le vainqueur fut un architecte du Kazakhstan, l’extension à l’autre rive, lieu d’implantation de la « perspective du pouvoir » évoquée plus haut, fut l’objet d’un second appel international. L’architecte japonais Kishio Kurokawa remporta ainsi le prix du meilleur schéma directeur pour la deuxième phase des travaux, plus longue, dont la mise en œuvre fut confiée à une agence (le GENPLAN), aux mains de l’architecte kazakhstanais qui avait gagné le premier concours. C’est sur cette base que des cabinets de renommée internationale comme celui de Norman Foster furent conviés à proposer des projets toujours plus ambitieux11 comme la Pyramide de la Paix et de la Réconciliation, bâtie pour accueillir le congrès international et triennal des religions du monde organisé par la présidence.

21Logiquement, plus le pouvoir est autoritaire, plus les acteurs de la ville apparaissent comme de simples exécutants. A l’inverse, le pouvoir présidentiel est d’autant plus limité dans les capitales que la structure politique est plus équilibrée. Nous pouvons retenir que les processus de production de la ville sont toujours complexes et intègrent de nombreux acteurs, même dans les régimes autoritaires. L’examen précis des conditions de productions urbaines ne doit pas pour autant s’en tenir à ses modalités concrètes. Géographie politique et sociologie politique, pour mettre au jour les liens entre ville et pouvoir, doivent également étudier les enjeux idéologiques qu’ils recouvrent.

2. L’espace urbain comme support de l’idéologie : quand la ville se fait spectacle12

22Qu’est-ce que la ville spectacle ? C’est la ville qui se voit, dont l’urbanisme devient ostentatoire ; c’est donc la ville qui est faite pour être regardée. Dans les cas qui nous intéressent ici, la ville spectacle se lit dans les monuments et édifices qu’elle offre à la vue du citadin spectateur ou de toute personne s’y trouvant. Et la monumentalité qui s’y manifeste est pour une large part l’apanage du centre, lieu du pouvoir comme de la cristallisation du sentiment national, lieu de leur mise en scène. Cette grille de lecture des transformations ou de la production de l’espace urbain considère ces dernières comme l’objet d’un spectacle dont il faudrait saisir les ressorts (acteurs, intrigue, interprétation).

Une problématique que se partagent science politique et géographie

23Pour ce qui est de la science politique, les études sur la ville se concentrent souvent sur des aspects qui relève de l’action publique ou de la gouvernance (Le Gales, 2003), mais elles n’abordent pas de front la question de la communication politique par le biais de supports matériels dont la dimension spatiale est notoire (bâtiments, places, statues etc.). Or c’est ce qui nous occupe ici. Pour autant, la notion de territoire a intéressé les études politiques, et ce depuis Aristote qui classait les différentes constitutions et cités selon divers critères (dont le territoire). Plus proche de nous, la figure tutélaire d’André Siegfried se doit d’être invoquée. Par son ouvrage majeur, le fameux Tableau politique de la France de l’Ouest (1913), trop souvent caricaturé par la formule déterministe réductrice selon laquelle « le calcaire vote à gauche et le granit, à droite », il démontra avec finesse les relations entre structures agraires, religion, urbanisation d’un côté, et de l’autre attitudes politiques, fondant l’approche sociologique d’une géographie électorale qui fit florès. Citons aussi les travaux en sociologie historique de l’Etat menés par Stein Rokkan (Rokkan, 1987) qui dessine une « carte conceptuelle de l’Europe » à trois variables (économie, culture et territoire) et montre comment, à l’époque moderne, les Etats-nations et différentes puissances ont pu prendre forme grâce la capacité de leurs élites à faire émerger un centre urbain fort et incontestable. Il faudrait aussi mentionner les travaux de Max Weber (Weber, 1982) sur la ville, dans lesquels ce « père fondateur » de la sociologie cherche l’enchaînement causal qui pourrait expliquer l’apparition des villes dans l’histoire, et prend en considération la situation des villes par rapport aux voies de communication (routes, navigation) qui sillonnaient l’Europe médiévale pour éclairer l’avènement du capitalisme autrement que par la fameuse « éthique protestante » dont traite un de ces ouvrages majeurs. Sans oublier Clifford Geertz (Geertz, 1980) dont l’analyse sur l’Etat-théâtre à Bali au XIXe siècle insiste sur la façon dont la mise en scène des cérémonies sacrées est une formulation des principes qui organisent la société (les places occupées par différentes personnes dans l’arène politique).

24Mais bien souvent, ces auteurs ne cherchent pas à examiner la dimension spatiale des objets symboliques (monuments, fresques) et ne s’intéressent pas aux acteurs chargés de les mettre en place. Et si Maurice Halbwachs (Halbwachs, 1970) considère qu’il y aurait un lien entre la démocratie et les lieux qui la virent naître, « baignés par la mer, autour des ports, partout où une circulation plus intense et plus étendue des hommes de nations et de conditions sociales très différents en rapports et en contacts fréquents [la rendait possible]», on pourrait renverser la perspective en attribuant « aux formes esthétiques une sorte de fonction expressive des systèmes politiques » (Colas, 2006). Ainsi, on peut approcher un régime politique par le biais de ses productions spatiales et architecturales, de ses formes urbaines spécifiques, en postulant qu’il tente d’exercer un pouvoir sur ses sujets par l’image et par l’emprise urbanistique. Il convient dès lors de s’intéresser aux travaux de « visualisation du pouvoir » qui s’attachent à montrer comment les éléments visuels – monuments et festivités officielles en particulier – se déployant dans les espaces centraux (notamment des villes de pouvoir que sont les capitales) « concourent à la légitimation de régimes en place » (Sgibnev, 2007). L’attention devrait en conséquence être portée aux processus de « création et de gestion [de l’espace] par les autorités, afin de présenter les stratégies, idéologies et mécanismes sous-jacents ».

25Les études proprement géographiques menées sur le rôle de l’espace urbain comme support idéologique semblent aussi assez peu fréquentes. Les géographes se sont certes récemment emparés de la question des espaces publics, à l’origine soulevée par Habermas (Habermas, 1986), mais il faut noter que la plupart des travaux concernent davantage le mouvement de privatisation de ces espaces que l’analyse des signes qui y seraient inscrits.

26La linguistique avait pourtant permis de s’interroger sur les liens entre la ville et sa sémiologie, comme le rappelle F. Choay : « dans les années 1960, tandis que la linguistique s’affirmait comme paradigme des sciences sociales et même des sciences de la vie, l’hypothèse, posée par Saussure, d’une sémiologie générale suscitait de nombreuses tentatives en vue d’établir une sémiologie de la ville comme système du bâti » (Choay, 1972).

27Les géographes ont tardivement essayé de donner corps à ces principes. Ainsi, M. Grésillon développa une analyse sémio-géographique des espaces politiques urbains berlinois, rappelant que « certes, l’espace géographique est d’abord un espace fonctionnel mais il est tout autant chargé de sens si l’on admet que sa structuration ne résulte pas d’une combinatoire d’éléments quelconques » (Grésillon, 1990, p. 357). Avec le même type d’approche, Y. Richard (Richard, 2002) a analysé la symbolique de l’espace urbain de la capitale de la Biélorussie et a montré que « le centre de Minsk est une sorte de cours d’histoire grandeur nature ». J. Monnet a également adopté cette façon de voir dans son étude sur Mexico. Plus récemment, il a tenté de formaliser une « analyse de la symbolique des lieux (…), une sémiologie des formes spatiales suivant une grille d´interprétation de catégories culturellement fondées (autorité, identité, centralité, légitimité, monument, public et privé, etc.). Il s´agit de comprendre comment une organisation de l´espace et un système de valeurs s´imprègnent l´un de l´autre » (Monnet, 1998/2007). Si l’intérêt pour ces questions semble faire converger les deux disciplines, comment donner corps aux différents éléments ainsi présentés ? Attardons-nous encore un instant sur les deux cas d’études pour souligner l’intérêt d’une telle approche.

Le message idéologique à l’œuvre dans les capitales d’Asie centrale : nationalisation et modernisation

28Au Turkménistan et au Kazakhstan, l’urbanisme se traduit par l’affirmation de l’identité nationale et la volonté de modernisation. Ces deux objectifs idéologiques s’incarnent concrètement dans les espaces publics des deux capitales et les monuments, nous rappelant ainsi que «  la capitale, en tant que centralité, concrétise matériellement à bien des égards les grandes tendances de la stratégie nationale » (Raffestin, 1980).

29Il est d’abord essentiel d’examiner le lien qui se noue « entre identité nationale et fabrication d’une capitale » (Ter Minassian, 2007). Dans une monographie urbaine consacrée à Erevan, Taline Ter Minassian insiste sur le rôle politique des villes et décrit ce qui s’apparente à une « ‘territorialisation’ urbaine du sentiment national », pour souligner combien « l’émergence et l’affirmation du mouvement national (…) ont certes suscité de nombreuses études historiques », mais que les études du rapport entre territoire et discours national « n’ont que trop rarement abordé cette question sous l’angle de la géographie ».

30Dans les deux capitales étudiées, cette dimension ne se limite pas à de simples représentations du folklore (chevaux Akhal-Teke au Turkménistan par exemple, tapis, etc…). Le processus de nationalisation et la consolidation du régime présidentiel se lisent à travers l’exaltation d’un passé kazakh ou turkmène, ainsi que dans le discours officiel qui promeut une rupture historique et l’avènement d’un Etat stable, le tout centré autour de la figure du chef de l’Etat. Les autorités des deux pays souhaitaient par ailleurs renouer avec un style architectural national, ce qui explique le processus de « coupolisation » répondant à la même logique (figures 4 et 5). L’utilisation de la coupole bleu azur renvoie certes aux mausolées et aux madrasas que l’on peut admirer en Ouzbékistan ou en Iran, mais elle apparaît aussi comme l’expression d’un syncrétisme mêlant héritage turco-musulman et filiation nomade. L’arrondi de la coupole représenterait ainsi la forme de l’habitat traditionnel des populations nomades d’Asie centrale : la yourte. Cette dynamique architecturale semble être commune à l’ensemble des pays ex-soviétiques. En témoigne le cas moscovite, analysé par Denis Eckert : « paradoxalement, alors que la ville s'internationalise, Moscou, Cœur de la Russie, se doit de marquer son paysage de signes typiquement russes, de réaffirmer des traditions nationales. » (Eckert, 2004).

Figure 4 : vue panoramique de la partie méridionale du centre ville d’Achgabat (Anne Fénot, 2003)

Figure 4 : vue panoramique de la partie méridionale du centre ville d’Achgabat (Anne Fénot, 2003)

Figure 5 : maison blanche « coupolisée » (palais présidentiel) et « chandelles dorées » à Astana, (A. Fauve, cliché personnel, mars 2007)

Figure 5 : maison blanche « coupolisée » (palais présidentiel) et « chandelles dorées » à Astana, (A. Fauve, cliché personnel, mars 2007)

31A cette nationalisation du style architectural s’ajoute une volonté de modernisation qu’incarne l’émergence de monuments à l’architecture futuriste dans les deux capitales. Au Kazakhstan, la symbolique du plan d’urbanisme et la disposition des différents organes du pouvoir aux quatre points cardinaux semblent traduire une récente stratégie intitulée « Voie vers l’Europe »13 (figure 6) : le ministère de l’Energie, l’entreprise pétrolière nationale KazMunaïgaz et, à une centaine de mètres de là, le ministère des Transports – bâtis à l’ouest de la « perspective du pouvoir » décrite plus haut – représenteraient ainsi l’aspiration à des relations économiques privilégiées avec les pays occidentaux, notamment dans le domaine des hydrocarbures (voir à ce sujet Maniatis et Alimzhanov, 2005).

Figure 6 : perspective du pouvoir à Astana : « briquet » du Ministère des Transports et fer à cheval de KazMunaiGaz (A. Fauve, cliché personnel, juin 2005)

Figure 6 : perspective du pouvoir à Astana : « briquet » du Ministère des Transports et fer à cheval de KazMunaiGaz (A. Fauve, cliché personnel, juin 2005)

32Ces quelques exemples confirment que « l’intérêt de l’étude des monuments ou des places est de montrer que la signification de l’espace peut donner prise à une manipulation volontaire destinée à intégrer un message dans l’expérience quotidienne de la ville » (Monnet, 1993).

Des pistes de réflexion pour une analyse interdisciplinaire des relations entre ville et pouvoir

33Partant de la nécessité « d’insérer les individus, leurs actions, idées et structures dans des lieux » (ibidem) et considérant l’espace comme une « construction sociale », les travaux de visualisation du pouvoir ne sauraient trouver meilleur écho qu’auprès de géographes du politique. L’intérêt des analyses en termes de visualisation du pouvoir réside en effet dans leur proximité étonnante avec une géographie conçue comme science de carrefour, s’attachant à la dimension spatiale des sociétés. Sociologie politique et géographie font dès lors preuve d’une complémentarité féconde pour saisir les enjeux de la production et de la réception des formes urbaines. En suivant Wladimir Sgibnev – qui se réclame de Herfried Münkler (Münckler, 1995) –, adopter une telle démarche demande de formuler les interrogations suivantes : pourquoi un espace est-il aménagé de telle façon ? Pourquoi celui-ci et non un autre ? Comment est-ce fait ? Cet espace remplit-il les fonctions qui y sont investies ?

34Pour répondre à ces questions et envisager une démarche comparative, une réflexion sur les outils méthodologiques semble utile. Les trois études géographiques précédemment citées sur Mexico, Minsk et Berlin ont la particularité de traiter de cas précis. Le travail que nous menons se donne pour objectif d’ébaucher une grille d’analyse qui doit permettre d’appréhender la production de la ville en examinant les acteurs de cette production, en considérant à la fois les espaces publics et monuments comme supports de l’idéologie, sans négliger la réception de ce message politique par les « spectateurs de la ville ».

35En s’appuyant sur la définition des objets symboliques présents dans le champ politique établie par Philippe Braud (Braud, 1996), on peut distinguer plusieurs catégories d’analyse : les « faits de langage » (formant et exprimant une conception de l’espace en l’occurrence), puis les « symboles matériels » qui leur servent d’ornement et/ou de cadre, et enfin les « pratiques rituelles et cérémonielles » qui sont alors des éléments de base mettant en œuvre une géographie politique des espaces publics. On se donne ainsi les moyens de comprendre dans quelle mesure des objets symboliques matériels (bâtiments, monuments, plans), instruments d’aménagement urbain, cherchent à asseoir la légitimité politique.

36Dans une démarche comparative, le travail de terrain pourrait permettre une étude précise de la morphologie de ces espaces publics : estimation des surfaces destinées à la communication politique, étude de la symbolique du plan d’ensemble, localisation des espaces de pouvoir (nouvelle capitale / nouveaux quartiers), spécificité et signification des formes architecturales, identification des acteurs, analyse des pratiques et usages de ces espaces publics.

37Si la comparaison semble s’imposer pour deux capitales d’Asie centrale postsoviétique, tant les régimes et l’urbanisme sont similaires et tributaires d’une même matrice historique, il paraît utile de dépasser cette échelle régionale. Car, une fois les grilles d’analyse à l’échelle micro-locale établies, il serait envisageable d’élargir ce cadre d’étude à d’autres capitales. En effet, ce changement d’échelle dans un contexte de mondialisation permettrait de répondre à de nouvelles problématiques. A titre d’exemple, la comparaison des acteurs intervenant dans la conception et la réalisation des grands projets urbains à Achgabat et Astana permet de souligner l’intervention de grands groupes internationaux et signale une tendance saisissante à l’uniformisation architecturale. Les architectes proposent en réalité un style clés en main que les employés de l’entreprise Bouygues Turkmen ont eux-mêmes qualifié de « persico-palladien », recyclage d’une architecture classique combinée aux coupoles et aux riches décors, en particulier du monde musulman et iranien. La référence à Dubaï si souvent exploitée confirme que les influences existent et sont forcément médiatisées par les acteurs qui interviennent dans les différentes capitales mondiales, comme Bouygues Turkmen ou le cabinet d’architecte de Norman Foster. A tout le moins, la ressemblance entre Astana et Achgabat ouvre un champ de réflexion sur l’émergence d’un modèle postsoviétique, voire postcommuniste, des espaces publics en particulier et de l’espace urbain en général. Songer aux modalités de l’action publique territoriale ici décrites, aux modèles urbanistiques et architecturaux mis en avant, aux matériaux utilisés, aux acteurs du BTP impliqués, ou bien au rôle de vitrine conféré à ces villes semble ainsi nécessaire.

38Enfin, un des aspects les moins envisagés et les plus difficiles à traiter est la perception et la réception du message idéologique par tous ceux qui « pratiquent » la ville. La complexité tient à la fois à des aspects méthodologiques mais aussi au caractère autoritaire des deux régimes étudiés. Il faut rappeler que la communication politique qui s’exerce à travers les espaces urbains s’adresse à divers destinataires qu’il convient de distinguer. Il s’agit d’abord des citadins eux-mêmes, spectateurs quasi quotidiens de la « ville idéologique ». Mais, en tant que capitale, la symbolique de ces espaces du pouvoir s’adresse à l’ensemble des citoyens, qui sont susceptibles de les découvrir à travers les images diffusées (cartes postales, images télévisuelles) ou sur place, notamment dans le cadre d’un tourisme urbain. C’est ainsi qu’à Achgabat, dans le Parc de l’Indépendance, où un nouveau monument est inauguré chaque année à la date anniversaire du 27 octobre, des cars sont affrétés pour faire visiter ce lieu désormais incontournable de la nation turkmène. Le Baïterek à Astana connaît la même affluence. Enfin, n’oublions pas que cet urbanisme ostentatoire a des visées internationales auprès des délégations diplomatiques, mais aussi du public étranger. L’objectif est de se faire connaître sur la scène internationale ce qui explique en partie les projets architecturaux pharaoniques entrepris. Dans ce contexte, Dubaï fait figure de modèle revendiqué pour les deux villes.

39Dans tous les cas, les enquêtes apparaissent comme l’outil le plus approprié pour évaluer la perception de ces espaces publics comme le fait remarquer J. P. Frey à propos de l’héritage architectural des régimes totalitaires.

« S’enquérir des conditions d’appropriation des monuments hérités des régimes totalitaires suppose donc de recourir à des enquêtes auprès des simples citoyens, qui sont sans doute les mieux placés pour être détenteurs du sens le plus commun, sens le plus large et sans doute le plus pertinent de ces édifices et réalisations dont nous pouvons disposer. Ces enquêtes gagnent évidemment à être le moins directives possibles. Cette façon d’interroger la réalité pratico-symbolique serait somme toute dans l’ordre banal des démarches sociologiques s’il ne convenait pas de veiller à ce que les points de vue qui s’expriment soient décodés en fonction des grands traits de la morphologie sociale » (Frey, 2008, p. 95).

40Les entretiens, des questionnaires, mais aussi les cartes mentales sont autant d’outils à notre disposition pour faire émerger une géographie de la représentation des espaces du pouvoir. L’intérêt est d’évaluer l’efficacité idéologique de cette communication urbaine. Mais aussi d’interroger son rôle spécifique dans les régimes autoritaires. « L’espace ainsi constitué a-t-il valeur d’espace public, d’espace politique ou non ? C’est-à-dire, permet-il à la pluralité des hommes, conditions de la politique, de se manifester, de se mettre en scène, d’apparaître, ou bien cet espace architectural se constitue-t-il comme négation de la politique ? » (Abensour, p. 30). Cette réflexion, lorsqu’elle est partagée par le politologue et le géographe, ouvre de nombreuses pistes de recherche que seul un travail de terrain intégrant cette approche permettrait d’explorer pleinement.

Conclusion

41Production de l’espace urbain et mise en scène idéologisée du pouvoir sont donc intimement liées dans les deux cas centrasiatiques ici présentés dont l’autoritarisme présidentiel demeure le trait saillant. Mais il serait sans doute fructueux d’élargir la comparaison aux autres villes-capitales de la région (Bichkek, Tachkent, Douchanbe) voire à l’aire post-soviétique plus largement (Moscou, Kiev, Minsk, Tbilissi, Bakou, etc.) et même peut-être encore plus loin, comme nous le suggérons en évoquant la problématique de la circulation des acteurs et des normes d’un urbanisme mondialisé à l’œuvre dans maintes villes de pouvoir (fût-il économique ou politique). Mais au-delà de ces terrains d’investigation, retenons l’idée que la sociologie politique peut, à la lumière de ces cas précis, investir l’espace des sociétés – et donc adopter le regard du géographe – pour renouveler son approche du pouvoir urbain tout comme son analyse des types de régime, en particulier dans l’aire post-soviétique. De la même façon que la géographie (parfois dite politique) peut trouver dans la science politique de quoi alimenter une réflexion sur le pouvoir (donc par exemple sur les institutions et acteurs qui font la ville) en déconstruisant les représentations (comme celles de la nation ou du souverain) qu’il produit. Cet enrichissement réciproque doit être envisagé à toutes les échelles d’analyse, du quartier jusqu’à la dimension globale du phénomène, en passant par la ville, les réseaux urbains, le territoire national et les ensembles macro-régionaux. La démarche comparatiste et la prise en compte de la réception constituent de nouvelles pistes de réflexion sur le pouvoir dans la ville, mises en évidence par un travail nécessairement interdisciplinaire. La géographie et la sociologie politiques peuvent les explorer et s’en emparer à condition de repenser les outils méthodologiques susceptibles de les mettre en valeur.

Haut de page

Bibliographie

ABENSOUR, M., 1997, De la compacité. Architectures et régimes totalitaires, Paris, Sens & Tonka

BRAUD, P., 1996, L’émotion en politique, Paris, Presses de Sciences Po

CHOAY, F., 1972, « Sémiologie et urbanisme », dans Le sens de la ville, p. 11-30, Paris, Seuil

CHOAY, F., 2006, Pour une anthropologie de l’espace, Paris, Seuil

CLAVAL, P., 1978, Espace et pouvoir, Paris, P.U.F.

COLAS, D., 2006, Sociologie politique, Paris, PUF-Quadrige

DZHAKSYBEKOV, A., 2008, Tak nachinalas’ Astana. Zapiski pervogo akima stolicy [Ainsi commençait Astana. Carnets du premier maire de la capitale], Astana, Valeri-Art. 303 p.

ECKERT, D., 2004, « Moscou, la ville mutante », Regard sur l’Est, dossier d’avril 2004: "Capitales de l'Est, sous le feu des lumières !" Document consultable à l’adresse http://www.regard-est.com/home/breve_contenu.php?id=471.

FAUVE, A., 2005, D’Almaty à Astana, les enjeux territoriaux et politiques d’un transfert de capitale au Kazakhstan, mémoire de Maîtrise en Etudes Slaves, Université Paris-IV Sorbonne, 107 p.

FAUVE, A., 2007, Clientélisme et territoire, l’exemple d’Astana, récente capitale d’un Etat post-soviétique, mémoire de Master en Politique Comparée, IEP de Paris, 125 p.

FAUVE, A., 2007, « Astana, nouvelle capitale du Kazakhstan : entre mythe et réalités », Regard sur l’Est, dossier de novembre 2007 : « Les Villes nouvelles à l’Est ». Document consultable à l’adresse http://www.regard-est.com/home/breve_contenu.php?id=783

FENOT, A., GINTRAC, C., 2005, Achgabat, une capitale ostentatoire : autocratie et urbanisme au Turkménistan, Paris, L’Harmattan

FENOT, A., GINTRAC, C., 2007, « Achgabat : de la ville nouvelle à la ville renouvelée », Regard sur l’Est, dossier de novembre 2007 : « Les Villes nouvelles à l’Est ». Document consultable à l’adresse http://www.regard-est.com/home/breve_contenu.php?id=788

FREY, J.-P., 2008, « Du bon usage de la monumentalité dictatoriale », in L'architecture des régimes totalitaires face à la démocratisation, Iosa (dir.), Paris, p. 92-104

GARCIA CANCLINI, N., 2005, « Villes-spectacles et villes paranoïaques », Sociologie et sociétés, 2005, vol. 37, no 1

GARCIA, D., 2006, Le pays où Bouygues est roi, Paris, Danger Public

GEERTZ, C., 1980, Negara. The Theatre State in nineteenth-century Bali, Princeton University Press

GHORRA-GOBIN, C., 2001, « Réinvestir la dimension symbolique des espaces publics », in Réinventer le sens de la ville : les espaces publics à l’heure globale, Paris, p. 5-13

GINTRAC, C., 2007, « Achgabat (1991-2006) : quinze années de chantier au service du Père des Turkmènes », Urbanisme, n° 357, Paris

GRESILLON, M., 1990, Le Pouvoir et l’État en RDA. L’échec d’un système, Université d’Aix-Marseille-II, 641 p.

Habermas, J., 1986, L’espace public – Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot

HAERINGER, P. (dir.), 2002, La refondation mégapolitaine, nouvelle phase de l’histoire urbaine ? Tome 1 : l’Eurasie post-communiste, Paris, CPVS, Techniques, Territoires et Sociétés

HALBWACHS, M., 1970, Morphologie sociale (1938), Paris, Armand Colin

LARUELLE, M., PEYROUSE, S., 2005, La dérive autoritaire : cinq républiques entre héritage soviétique, dictature et islam, Paris, Autrement

LE GALES, P., 2003, Le retour des villes européennes ? Sociétés urbaines, mondialisation, gouvernement et gouvernance, Paris, Presses de Sciences Po

MANIATIS, G. A., ALIMZHANOV, A., (dir.), 2005, Kazakhstan building bridges to the West, Almaty, Perspektiva foundation

MONNET, J., 1993, La ville et son double. La parabole de Mexico, Paris, Nathan

MONNET, J., 2007 « La symbolique des lieux : pour une géographie des relations entre espace, pouvoir et identité », Cybergeo, Politique, Culture, Représentations, article 56, mis en ligne le 07 avril 1998, modifié le 03 mai 2007. URL : http://www.cybergeo.eu/index5316.html Consulté le 22 mars 2009.

MÜNKLER, H., 1995, « Visibilität der Macht und Strategien der Machtvisualisierung [Visibilité du pouvoir et stratégies de visualisation du pouvoir] », in GÖHLER, Gerhard (ed.), Macht der Öffentlichkeit, Öffentlichkeit der Macht [Pouvoir du public, publicité du pouvoir], Nomos Verla, Baden-Baden

POUJOL, C., 2000, Le Kazakhstan, Que sais-je ?, Paris, PUF

RAFFESTIN, C., 1980, Pour une géographie du pouvoir, Paris, Litec

REYNAUD, A., 1981, Société, espace et justice : inégalités régionales et justice socio-spatiale, Paris, PUF

RICHARD, Y., 2002, La Biélorussie, une géographie historique, l'Harmattan, Paris

ROKKAN, S., 1987, " Le modèle géoéconomique et géopolitique ", Communications, n° 45

ROSIERE, S., 2003, Géographie politique et géopolitique. Une grammaire de l’espace politique, Paris, Ellipses

SGIBNEV, W., 2007, La visualisation du pouvoir dans les Etats post-soviétiques à l’exemple de Douchanbe et Bichkek, Mémoire de Master en Politique Comparée, IEP de Paris, 129 p.

SIEGFRIED, A., 1913, Tableau politique de la France de l’Ouest sous la troisième République, Paris, Armand Colin

TER MINASSIAN, T., 2007, Erevan, La construction d’une capitale à l’époque soviétique, Presses universitaires de Rennes

WEBER, M., 1982, La ville, Paris, Aubier Montaigne. Il s’agit d’une portion de ce que constitue la somme Economie et Société.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Statue de S. Niazov à proximité du centre-ville d’Achgabat (source : carte postale, 2003)
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1376/img-1.png
Fichier image/png, 454k
Titre Figure 2 : A Astana, le Baïterek, entouré d’édifices en chantier, cache le palais présidentiel (A. Fauve, cliché personnel, mars 2007)
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1376/img-2.png
Fichier image/png, 864k
Titre Figure 3 : l’Arche de la Neutralité (source : carte postale, 2003)
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1376/img-3.png
Fichier image/png, 452k
Titre Figure 4 : vue panoramique de la partie méridionale du centre ville d’Achgabat (Anne Fénot, 2003)
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1376/img-4.png
Fichier image/png, 536k
Titre Figure 5 : maison blanche « coupolisée » (palais présidentiel) et « chandelles dorées » à Astana, (A. Fauve, cliché personnel, mars 2007)
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1376/img-5.png
Fichier image/png, 268k
Titre Figure 6 : perspective du pouvoir à Astana : « briquet » du Ministère des Transports et fer à cheval de KazMunaiGaz (A. Fauve, cliché personnel, juin 2005)
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1376/img-6.png
Fichier image/png, 279k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Adrien Fauve et Cécile Gintrac, « Production de l’espace urbain et mise en scène du pouvoir dans deux capitales « présidentielles » d’Asie Centrale », L’Espace Politique [En ligne], 8 | 2009-2, mis en ligne le 15 novembre 2009, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/1376 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.1376

Haut de page

Auteurs

Adrien Fauve

Doctorant
Sciences Po (CERI - CNRS)
adrien.fauve@sciences-po.org

Cécile Gintrac

agrégée de géographie
cecile.gintrac@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org