Navigation – Plan du site

Les fronts écologiques - Une clef de lecture socio-territoriale des enjeux environnementaux ?

Sylvain Guyot et Frédéric Richard

Texte intégral

1.Les fronts écologiques : une notion en mouvement

1Le « front écologique » est une notion récente qui s’est construite par étapes au sein d’un parcours de recherche individuel puis collectif. Ce numéro spécial de l’Espace Politique sur les fronts écologiques a été élaboré en parallèle d’un numéro spécial en préparation pour la revue Geopolitics sur les « eco-frontiers ». Ces deux recueils, totalisant douze articles, constituent la valorisation collective d’un colloque international qui s’est tenu sur ce thème du 27 au 30 mai 2009 à l’Université de Limoges et dont le principe reposait sur la lecture et la discussion croisées de l’ensemble des contributions.

2Initialement, la notion de front écologique se structure à partir du cas sud-africain représentatif de processus « d’éco-colonisation » largement influencés par les héritages de l’apartheid (Guyot, 2009). Le cas de la Wild Coast, « dernière frontière de conservation » pour les ONG environnementales montre comment la notion de front écologique peut être définie, structurée et appropriée sur le terrain par des acteurs aux motivations variées (Guyot et Dellier, 2009). Ce cas singulier a permis de structurer le front écologique autour de trois acceptions : une définition émanant d’acteurs écologistes, une représentation européo-centrée de la nature et un processus spatial de front pionnier plutôt adapté aux anciens pays colonisés (Guyot, 2009). C’est en revanche une acception plus ouverte du front écologique, dépassant et élargissant le contexte des premiers textes publiés sur la question, qui est à l’origine de ce numéro spécial de l’Espace Politique intitulé, « Les fronts écologiques, une clef de lecture socio-territoriale des enjeux environnementaux ? ».

3La notion de « front écologique » ou d’éco-front (traduction française d’eco-frontier), autour de laquelle l’appel à contribution du présent numéro de l’espace politique a été bâti, renvoie à l'appropriation "écologisante" d’espaces, réels ou imaginaires, dont la valeur écologique et esthétique est très forte. Il peut s’agir indifféremment de paysages grandioses (haute chaîne de montagnes, étendue désertique, campagnes « ancestrales » etc.) ou d’une biodiversité en péril quels que soient l’échelle et/ou le contexte géographiques. Les fronts écologiques répondent néanmoins à quelques critères géographiques bien précis :

  • - une idée générale de zone floue liée à des dimensions et des limites mal connues et mouvantes,

  • - l'appropriation "écologisante" réalisée par des "éco-conquérants" renvoie à un processus de conquête physique et/ou idéologique,

  • - l’existence d’une tête de pont, d’où est initiée la conquête (métropole, station balnéaire, camp touristique, résidence secondaire etc.),

  • - parfois une limite ultime, physique ou mentale, difficilement atteignable comme le ciel, les fonds océaniques, le sous-sol, etc.

4Les fronts écologiques créent des situations complexes où différents types d’acteurs mobilisent de multiples registres de légitimité reliés à des utilisations variées des écosystèmes, de la terre et des territoires. Ces appropriations écologiques tendent à façonner de nouveaux espaces : enclaves de nature pour la conservation, étalement urbain touristique et/ou périurbain, hauts-lieux patrimonialisés, etc. Ces nouvelles productions spatiales sont fragiles et souvent contestées par des populations locales aux réactions contrastées (Collinson, 1996 ; Honey, 1999 ; Dovers, Edgecombe, Guest, 2002 ; Hilson, 2002 ; Ramutsindela, 2004).

5Instables, fortement convoités et instrumentalisés, les fronts écologiques sont des espaces-temps transitoires et temporaires caractérisés par des conflits fonciers, d’usage et autres formes de territorialités divergentes ou concurrentes. Par conséquent, le front écologique résulte de représentations mentales discordantes et contradictoires de la « nature », elles-mêmes produites par les acteurs. Les fronts écologiques sont donc éphémères et nomadisent à travers le monde jusqu’à atteindre…» l’ultime frontière ».

2. Une notion réinvestie et nourrie par les contributions

6Ce numéro se compose de deux types d’articles : des études de cas et un texte de synthèse à visée plus théorique. Ainsi la plupart des articles du présent recueil, issus d’allers-retours entre le terrain et le débat théorique, contribuent à enrichir l’application et la compréhension de la notion de front écologique et de ses différentes composantes. Quant à la proposition théorique, présentée en troisième position dans ce numéro, elle s’appuie sur une discussion et une mise en perspective des contributions de ses quatre auteurs aux deux numéros spéciaux (Héritier et Laslaz pour l’Espace Politique et Xavier Arnaud de Sartre et Guyot pour Geopolitics) en référence aux textes initiaux publiés sur les fronts écologiques (Guyot, 2009 ; Guyot et Dellier, 2009).

7Après une brève mise en perspective de chaque article, nous nous attacherons à mettre en parallèle plusieurs variables structurantes des fronts écologiques au travers d’une grille de lecture croisée à toutes les contributions proposées (cf. tableau 1).

8L’article de Stéphane Héritier, intitulé « Réflexions autour des « Fronts écologiques » dans le nord de l’Alberta (Canada) », définit le front écologique albertain comme un espace de confrontation à la fois horizontal et vertical entre différentes logiques et divers acteurs. La dimension horizontale implique des logiques écologiques contradictoires (extraction, protection) alors que la dimension verticale montre un agencement des logiques de domination et de régulation relatives aux questions foncières ou aux questions d’usages, impliquant notamment les populations autochtones. En effet, cet espace albertain est moins un front de contact qu’un front de conquête qui progresse vers le nord. Il est vivement contesté par des acteurs qui refusent de devenir des victimes de formes d’occupation « affectant » fortement leur environnement que ce soit par exploitation ou protection.

9L’article de Lionel Laslaz, intitulé « La collaboration environnementale transfrontalière, constituante d’un front écologique ? Limites et perspectives des mises en réseau des espaces protégés alpins », définit le front écologique alpin comme l’émergence d’un corridor de biodiversité résultant d'une mise en réseau des espaces protégés et point d’appui pour une diffusion des politiques de protection à l’échelle alpine. Les fondements des processus alpins sont fortement inspirés par des discours environnementaux tenus à des fins politiques et militantes dont l’objectif est de conforter des entités de protection souvent contestées. En réalité, le front écologique résulte plus d’une instrumentalisation politique et d’une construction artificielle de la coopération transfrontalière qui finalement, est mise au service d’une valorisation paysagère essentiellement pensée dans la perspective d’une exploitation ludique et touristique.

10L’article collectif de Xavier Arnaud de Sartre, Stéphane Héritier, Lionel Laslaz et Sylvain Guyot intitulé « Fronts écologiques : dynamiques spatio-temporelles et dominations multi-scalaires – proposition d’une grille de lecture des processus de colonisation écologique », avance des propositions concrètes pour expliciter et stabiliser une notion, principalement selon deux dimensions. La première dimension est celle de la temporalité des fronts écologiques : ceux-ci apparaissent particulièrement instables, c’est-à-dire en transformation permanente, et ne peuvent de ce fait être appréhendés que dans une perspective de temps long ; la seconde dimension est celle des échelles spatiales auxquelles se décident et prennent sens les phénomènes de colonisation écologique. Ces deux dimensions se déclinent alors selon une grille de lecture des processus de colonisation écologique. Les auteurs vont plus loin en proposant un modèle graphique de description et d’analyse susceptible de s’appliquer à la grande diversité des fronts écologiques, dont ceux présentés dans les articles qui composent ce dossier thématique.

11

Tableau 1 : Structuration des différents fronts écologiques explicités dans les différents articles du recueil

Tableau 1 : Structuration des différents fronts écologiques explicités dans les différents articles du recueil

Source : auteurs

12Quant aux trois derniers articles de ce numéro spécial de l’Espace Politique, ils ont en commun de reposer sur une acception plus large de la notion de front écologique. Ainsi, en le mobilisant dans un contexte urbain singulier, à savoir celui d’une métropole tentaculaire en forte croissance démographique et selon des modalités relativement anarchiques, L’article de Lydia Blasquez a proposé une contribution intitulée « Des fronts écologiques dans la ville : enjeux fonciers et arrangements territoriaux autour de la conservation des terres rurales comme valeurs écologiques à Mexico ». Reposant essentiellement sur une approche narrative de l’intégration progressive de deux périphéries rurales de Mexico, la municipalité du lac Xochimilco et les terres rurales de la Vallée du Chalco, l’article analyse en quoi et comment celles-ci sont devenues des « fronts écologiques ». La profondeur historique des processus décrits permet de prendre conscience des relations complexes et ambiguës qui lient la pression urbaine d’un côté, et les acteurs du front écologique de l’autre, qu’il s’agisse des résidents locaux, des habitants du reste de la métropole, et des acteurs institutionnels (Etat central, municipalité et ONG).

13Reposant également pour partie sur une approche historique, l’article de F. Richard met néanmoins l’accent sur la période la plus récente d’un front écologique né lui aussi plus ou moins indirectement de la pression urbaine, en l’occurrence en Angleterre. Comme l’indique son intitulé « la gentrification des « espaces naturels » en Angleterre : après le front écologique, l’occupation ? L’exemple du Lake District » l’article propose une articulation entre la notion de gentrification et celle de front écologique. La gentrification rurale décrit l’implantation de ménages relativement aisés dans les campagnes britanniques, conduisant, entre autres mutations, à l’éviction progressive des populations locales les plus modestes. Le capital environnemental des espaces concernés, à travers la « nature », les paysages ou le patrimoine bâti joue un rôle fondamental dans les stratégies d’installation et d’appropriation des territoires concernées. Par conséquent, l’auteur considère ces derniers comme tout à fait symptomatiques des fronts écologiques tels qu’ils peuvent émerger et perdurer dans un pays dont la densité de peuplement et l’intensité de l’urbanisation le distingue de ceux à partir desquels la notion de front écologique avait été initialement forgée.

  • 1  Les auteurs sont et appartiennent à un cabinet d’audit et de conseil environnemental.

14Du fait de leur profil disciplinaire et professionnel1, Poux et al., proposent encore une autre vision de ce que peut-être un front écologique par l’intermédiaire d’un article qui s’intitule « de l’effacement à la surgestion du tiers espace agro-écologique : réinvestir le saltus dans la pensée agronomique moderne pour incarner un nouveau front politique ». Les auteurs reviennent sur l’évolution de la place du saltus à la fois dans les systèmes de production agricoles et dans les politiques environnementales conduites en France et portées par la PAC. Appréhendé au regard de sa contribution à la biodiversité, le saltus est présenté comme une forme de corridor écologique. La contraction, la pérennisation, le développement ou la valorisation du saltus par les différents acteurs, notamment publics, le définiraient comme une forme de front écologique très original. Il l’est en particulier au regard de son caractère fragmenté et multiscalaire. Le fait qu’il relève partiellement d’une catégorisation juridique ou technocratique lui confère une dimension insaisissable, voire quasi virtuelle.

15A la lecture globale de ce dossier thématique de l’Espace Politique, il est possible d’identifier plusieurs idées récurrentes et transversales. Si certaines d’entre elles étaient implicitement envisagées lors de la rédaction de l’appel à contribution, d’autres ont été plus inattendues.

16Les idées envisagées comme terrain de rencontres entre les différents articles gravitent autour de trois éléments structurants du processus de front écologique : la transition, la durabilité et le contrôle. Les auteurs envisagent d’abord le front écologique comme un espace en transition. La transition peut être écologique (notion d’écotone) et paysagère (perspective esthétisante du point de vue) ; démographique (gradient forte-faible densité de population, indigénisation des discours et/ou des habitants, éco-migration spatialement structurante) ; économiques (amplification du secteur touristique et des services par rapport aux activités productives, sauf dans le cas du « ressourcisme ») et politiques (gradient électoral, maillages et démarcations spécifiques). Les contributions adhèrent toutes au caractère mouvant du front écologique. Ce dernier est donc éphémère par nature car le front de régulation de valeurs et de pratiques écologiques par les acteurs est très mobile. En effet, la persistance et le renouvellement du front écologique dans le temps est liée à des logiques politiques qui aboutissent à la mise en place d’équilibres dynamiques et instables. Enfin les arguments développés dans les différents articles présentent tous à leur manière les fronts écologiques comme des espaces nés de la rencontre et de la combinaison entre des espaces « vides » et d’autres surchargés, les premiers faisant l’objet d’une velléité de prise de contrôle (à diverses fins) par les acteurs localisés dans les seconds. Ces prises de contrôle (esquissées, en cours, effectives) sont rendues possibles par la mise en œuvre de flux (de populations, d’informations, de capitaux, d’activités, etc.) qui concourent parfois à une forme de rééquilibrage ou de compensation des déséquilibres initiaux.

17Parmi les éléments moins attendus mais finalement récurrents à la lecture du dossier, la dimension administrative et plus encore juridique des fronts écologiques est apparue comme particulièrement importante. Certains des fronts écologiques explicités sont inscrits au sein d’agencements politiques et administratifs singuliers qui témoignent à la fois d’empilements de structures de pouvoirs héritées et actuelles. Dans ces contextes variés, les stratégies et les interventions éco-conquérantes, parfois prédatrices, s’appuient systématiquement sur un matériau juridique, qu’à défaut ils contribuent à générer. Parfois, les structures et dispositifs administratifs, juridiques et réglementaires qui sont à l’origine de l’intervention des éco-conquérants. Ils sont alors à l’origine même de l’apparition du front écologique : en garantissent la pérennité du capital environnemental, ils accroissent ainsi sa valeur (économique, sociale, culturelle) et, mécaniquement les convoitises qu’il suscite. Parfois encore, l’implication des éco-conquérants est facilitée soit par la multiplication des dispositifs juridiques (multiplication qui les rend concrètement inopérants), soit par leur absence totale : ils créent dans tous les cas des situations de vide institutionnel très favorables à l’émergence et à l’activation du front écologique. Dans ces dernières, situations, c’est au final l’intervention des "envahisseurs" elle-même et/ou la réaction qu’elle suscite de la part des populations locales ou des pouvoirs publics qui se traduit par la négociation et la production de nouvelles entités juridiques, souvent justifiées par la protection de la ressource environnementale. Enfin, l’exemple du saltus en tant que produit de politiques nationales et européennes démontre que le front écologique peut même être de nature plus juridique ou statutaire que territoriale.Parallèlement à cette dimension juridique, la variété des terrains et des objets géographiques à l’origine des fronts écologiques a permis de mettre en évidence un autre élément inattendu, à savoir qu’ils peuvent être interprétés comme la manifestation locale d’enjeux sociétaux et environnementaux beaucoup plus vastes, parfois globaux. C’est vrai dès lors que la question de la conservation de la biodiversité ou des paysages est au cœur d’apparition et de développement du front. Les tensions locales ne sont dès lors rien d’autre que la cristallisation d’enjeux dont l’ampleur est en fait relative à l’intérêt écologique (local, régional, national, mondial) ou de la valeur patrimoniale (du petit patrimoine vernaculaire ou patrimoine de l’humanité labellisé Unesco) du territoire à l’origine du front. Dans un certain nombre de cas, au-delà de la dimension environnementale du front écologique, les modalités et conséquences de son existence posent indirectement des questions sociétales fondamentales, relative aux inégalités sociales, aux relations interethniques, à la représentation politique des populations autochtones, au fonctionnement démocratique de nos sociétés ou encore à l’efficacité du système économique en vigueur dans les pays développés. Enfin, last but not least, en se réappropriant une notion à l’origine construite dans un cadre géographique et politique particulier (l’Afrique du Sud), les auteurs l’ont efficacement appliqué à des terrains, des configurations sociales, politiques, environnementales diverses et variées ; ils s’en sont saisis comme d’une grille d’analyse pour interpréter ou réinterpréter des processus sociaux et géographiques très différents les uns des autres. De fait, ils ont ainsi démontré le caractère véritablement opératoire de la notion de front écologique mobilisée en tant que clef de lecture socio-territoriale des enjeux environnementaux.

Haut de page

Bibliographie

COLLINSON, H., 1996, Green Guerillas: environmental conflicts and initiatives in Latin America and the Caribbean, London, Latin America Bureau.

DOVERS, S., EDGECOMBE R., GUEST, B., 2002, South Africa’s environmental history: cases and comparisons, Athens and Cape Town, Ohio university Press and David Philip Publishers.

GUYOT, S., DELLIER, J. (eds.), 2009, Rethinking the Wild Coast (South Africa): eco-frontiers versus livelihoods in Pondoland, Saarbrücken, VDM Verlag.

Guyot, S., 2009, « Fronts écologiques et éco-conquérants : définitions et typologies. L’exemple des « ONG environnementales en quête de Côte Sauvage (Afrique du Sud) » », Cybergeo, article 471, mis en ligne le 05 octobre 2009. URL: http://www.cybergeo.eu/index22651.html.

HILSON, G., 2002, “An overview of land use conflicts in mining communities”, Land use policy, 19, p. 65-73.

HONEY, M., 1999, Ecotourism and sustainable development: who owns paradise?, Washington, Island Press.

RAMUTSINDELA, M., 2004, Parks and people in postcolonial societies: experiences in Southern Africa, Dordrecht, Kluwer Academic Publishers.

Haut de page

Notes

1  Les auteurs sont et appartiennent à un cabinet d’audit et de conseil environnemental.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Structuration des différents fronts écologiques explicités dans les différents articles du recueil
Crédits Source : auteurs
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1422/img-1.png
Fichier image/png, 306k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Guyot et Frédéric Richard, « Les fronts écologiques - Une clef de lecture socio-territoriale des enjeux environnementaux ? », L’Espace Politique [En ligne], 9 | 2009-3, mis en ligne le 20 janvier 2010, consulté le 24 mars 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/1422 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.1422

Haut de page

Auteurs

Sylvain Guyot

Maître de Conférences en géographie
Université de Limoges, UMR 6042 CNRS GEOLAB
Sylvain.guyot@unilim.fr

Articles du même auteur

Frédéric Richard

Maître de Conférences en géographie
Université de Limoges, UMR 6042 CNRS GEOLAB
frederic.richard@unilim.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org