Navigation – Plan du site

Réflexions autour des « Fronts écologiques » dans le nord de l’Alberta (Canada)

Some Reflections on Eco-Frontiers in the North of Alberta, Canada
Stéphane Héritier

Résumés

La notion de « front écologique » est traitée, dans ces paragraphes, comme une notion exploratoire. L’article tente d’appliquer la notion à un espace éloigné et inscrit dans une temporalité et spatialité totalement différente de celle à partir de laquelle il a été conceptualisé. L’objectif consiste à tenter de sortir la notion du territoire géographique et du contexte dans lequel elle a été pensée afin de montrer son aspect opératoire et applicable à d’autres espaces, dans une perspective démonstrative. Le front écologique albertain est un espace de confrontation horizontal, présentant des logiques écologiques contradictoires (extraction, protection) et vertical, où s’agencent des logiques de domination et de régulation relatives aux questions foncières ou aux questions d’usages impliquant notamment les Autochtones. Le cas albertain fait émerger, à travers la complexité de ce processus écologique, les composantes d’un cycle adaptatif qui n’est pas sans faire écho à la notion de « panarchie ».

Haut de page

Texte intégral

1Le Canada occupe une situation peu commune dans les pays dits développés : un territoire immense, doté de ressources considérables, un peuplement caractérisé par de très faibles densités et un déséquilibre spatial qui amène une concentration de 95 % des activités et des hommes sur 20 % du territoire. Doté d’une nature généreuse et immense (Biays, 1987 ; Robinson, 1989 ; Pelletier 1995), le Canada a connu une organisation politique et une économie coloniales (au moins jusqu’à sa « création » en 1867).

2Depuis quelques années, ce pays a fait l’objet de critiques soutenues en matière environnementale suite au recul du gouvernement de Stephen Harper face à l’engagement canadien relatif au protocole de Kyoto (concernant l’émission des gaz à effets de serre notamment). Cette position tranche pourtant avec des années de volontarisme, caractérisées par une véritable prise en charge politique des questions environnementales, à l’échelle internationale et plus encore à l’échelle nationale avec le Plan Vert du Canada pour l’environnement (Environnement Canada, 1990).

3Situé dans l’ouest du Canada, le territoire albertain couvre un espace modeste à l’échelle du pays (661 185 km², soit 6,7 % environ des 9,9 millions de km² - cf. figure 1). Classiquement désigné comme la plus occidentale des provinces des Prairies, les limites couvrent trois ensembles principaux : les Rocheuses au sud-ouest, le Bouclier à l’extrême nord-ouest et, dans son immense partie centrale, des terrains formés principalement de roches sédimentaires primaires et secondaires (90 % du territoire) couvertes de sédiments glaciaires et postglaciaires (Pelletier, 1978 et 1995 ; Biays, 1987 ; Robinson, 1989 ; Bone, 1992). Le sous-sol des Prairies dispose des potentiels considérables en hydrocarbures (pétrole et gaz naturel) et en minerais divers (charbon, houille, minerais ferreux et non ferreux) exploités depuis la fin du XIXe siècle, période marquant la colonisation de la future Province, fondée effectivement en 1905. L’exploitation du pétrole commença modestement en 1897 au Sud Ouest de l’Alberta, dans une vallée des Rocheuses, qui sera ultérieurement intégrée dans le parc national des Lacs Waterton (Parks Canada, non daté ; Dormar & Watt, 2007). Cette découverte lança l’exploitation sans pour autant provoquer de ruée vers l’or noir. Les contreforts de ces massifs disposent également d’importants gisements de gaz et de charbon (McCann, 1987 ; Robinson, 1989 ; Harker, 1995). Les ressources du sous-sol sont complétées par le fort potentiel hydrologique des puissants cours d’eau (Peace River, Athabasca) alimentés par un haut bassin versant situé principalement dans les Rocheuses. Ces rivières s’écoulent vers le Nord en direction de la Mer de Beaufort via un système complexe de lacs (Athabasca, Grand Lac des Esclaves) et d’émissaires (Slave River), tandis que les rivières du bassin de Saskatchewan, au sud, se dirigent vers l’Est (en direction du lac Winnipeg et de la Baie d’Hudson) (figure 1). Historiquement, les territoires des Prairies et de l’Alberta ont été intégrés dans la Confédération dans le dernier quart du XIXe siècle et la colonisation s’est opérée progressivement, notamment grâce à la construction de la ligne de chemin de fer du Pacifique Canadien reliant Montréal à Vancouver (Brown, 1990). En quelques décennies, les territoires, principalement habités jusqu’alors par les groupes et nations amérindiennes furent colonisés, aménagés et organisés. Dans sa volonté de distinction par rapport à l’histoire des Etats-Unis, et en raison d’une histoire différente, la colonisation n’y a pas développé la même mythologie de la frontière (Nugent, 1994).

Figure 1 – Nord de l’Alberta – L’intégration progressive des marges à l’espace productif canadien ?

Figure 1 – Nord de l’Alberta – L’intégration progressive des marges à l’espace productif canadien ?
  • 1 La traduction, ou plus exactement l’adaptation du concept de Frontier par le mot français frontière (...)
  • 2 Selon la Loi constitutionnelle canadienne de 1982, le terme Autochtone (en anglais Aboriginal), emp (...)
  • 3 L’hypothèse d’une coïncidence de cette forme de prise de possession territoriale au Canada, à l’ide (...)

4Dans un ouvrage consacré à l’histoire des Amériques, l’historien P. Chaunu – il s’inscrivait ainsi dans la continuité des travaux de F.J Turner (1996 ; première publication en 1893) – analysait l’importance de la frontière (dans le sens nord-américain de Frontier1) : « la frontière concrètement révolue est restée longtemps en esprit une manière de comprendre et d’agir dans un monde perpétuellement en expansion, sans cesse jeté en avant » (Chaunu, 1964 : 38). Il distinguait diverses formes de frontières correspondant à des formes distinctes d’occupation de l’espace : la forêt des mineurs, la frontière des fermiers, la frontière des éleveurs qui détermineraient selon lui, « une frontière simple en forêt, multiple sur la Prairie (…) » (Chaunu, 1964 : 38), précisant que « dans l’ouest canadien, ce n’est pas la frontière des éleveurs de bétail qui court en avant, mais la frontière étrange de la pelleterie (…) » (Chaunu, 1964 : 37). Cet espace, consacré à la traite de la fourrure (Innis, 1999), a été progressivement repoussé vers le nord des Praires (moitié nord de l’Alberta environ) à partir des années 1920. En raison de la diminution de la demande européenne et de l’apparition de matières de substitution, la pratique de la trappe est devenue aujourd’hui marginale et les territoires concernés sont devenus des lieux de prélèvement et de production des ressources dites naturelles : bois, minerais, pétrole à partir de bitumes notamment. Les modes d’exploitation sont parfois vivement critiqués en raison de leurs incidences écologiques (comprises ici comme l’ensemble des effets sur les écosystèmes et la santé publique – Woynollowicz et al., 2005) et à cause des tensions foncières qui y sont associées (opposition forestiers - pétroliers, tensions entre des Premières Nations et les compagnies d’exploitation, tensions entre les parcs nationaux et des groupes autochtones2). Les historiens canadiens Harold Innis, Donal Creighton et plus encore Arthur Lower, estimaient que celle-ci s’avérait intimement lié à la forêt (Cros, 2000). Cette dernière, présente sur la totalité du territoire, permet d’identifier ce que Nugent (1994) appela des « frontiers of exploitation ». Celles-ci seraient caractérisées, d’après les travaux des historiens canadiens qui débattirent de la pertinence3 de l’application de la notion turnérienne de Frontier (Cross, 1970), par une violence moindre par rapport à celle observée aux Etats-Unis, en raison d’une volonté de contrôle politique du territoire, assuré par les représentants de l’Etat (Claval, 1989).

  • 4 Nota bene : dans les paragraphes suivants, ces variables seront mobilisées sans pour autant que êtr (...)

5L’objectif de cet article est de revenir sur une partie du territoire canadien – il couvre globalement le nord de l’Alberta et le sud-est des Territoires du Nord-Ouest – dominé par la présence d’un vaste parc national de la dimension de la Suisse, afin de proposer une analyse qui prennent en considération les variables qui, selon Sylvain Guyot (2009a et 2009-b), permettent d’identifier un front écologique. Cette approche s’appuie sur l’utilisation de six variables « dont l’agencement sur le terrain permet de mesurer la complexité des conflits d’intérêts en jeu » (Guyot, 2009b) sur un espace donné, quelle qu’en soit l’échelle. Ces six variables sont les suivantes : la conquête écologique, les enjeux fonciers, les éléments de valorisation paysagère, les enjeux autochtones, les ententes territoriales et politiques et enfin la mise en réseau4.

6L’Alberta, notamment dans les régions du nord, a développé un système de production énergétique complexe fondé sur l’utilisation de ces ressources. Mais en quoi serait-il envisageable de parler de front écologique dans une province et un Etat où les pouvoirs publics exercent le contrôle des activités par différentes formes de régulation (économique ou sociale) ? Quelles formes ces fronts écologiques prennent-ils dans un pays où la loi et le droit ne permettent pas, a priori, l’apparition de fronts pionniers dans les formes qui servent généralement à les définir ? Cette contribution s’intéressera au lent développent de l’espace autrefois marginal du nord albertain afin de confronter cet espace à la notion de front écologique (1) et d’analyser les dynamiques à l’œuvre dans cet espace géographique (2).

1. Des Fronts écologiques dans un pays développé ?

7Les recherches s’intéressant aux fronts pionniers en Amazonie (Arnaud de Sartre, 2006) ou dans les Etats nés de la colonisation britannique (Hohl, Tisdell, 1994; Griffiths, Robin, 1997 ; Beinart & Hughes, 2007) – c'est-à-dire des géoanthroposystèmes en situation d’expansion – tendent à démontrer que ces derniers s’inscrivent dans une triple dimension : spatiale, socio-économique et politique. En termes spatiaux, ils correspondent le plus souvent à des espaces de marges, isolés de l’œcoumène principal, aux densités de peuplement généralement faibles. En termes socio-économiques, domine l’appropriation des ressources du sol et du sous-sol, la manifestation d’intérêts contradictoires entre des factions aux intérêts divergents. En termes politiques, les limites demeurent mouvantes et floues, les territoires et les populations étant souvent mal contrôlés par les pouvoirs publics qui prennent parfois leurs décisions sous l’influence de groupes de pressions industriels très puissants, disposant d’entregent auprès des décideurs publiques.

Un espace dominé par les activités extractrices ?

8L’économie nationale – tout autant que les économies provinciales – est encore fortement marquée par cet héritage de l’exploitation des ressources dites naturelles (16,1% du PIB du pays en 20055 ; figure 2). La cartographie actuelle du pays révèle l’histoire du peuplement et sa concentration au Sud. La partition géographique entre le heartland (lieu de concentration démographique et des pouvoirs économiques et décisionnels) et l’hinterland (le vaste espace pourvoyeur de matières premières) (McCann, 1987) autorise, dans un premier temps, de reprendre l’expression de resource frontier6 pour désigner le territoire d’étude. Il associe, sur un même espace, un front énergétique, constitué de zones d’exploitation, aménagées spécialement pour la production d’énergie (qu’il s’agisse de l’hydro-électricité et des aménagements qu’elle suggère - détournement de cours d’eaux, recomposition des bassins-versants, etc. - ou du pétrole albertain, front pionnier devenu une sorte de front économico-écologique), mais aussi de zones de forte protection.

  • 7 L’utilisation de l’expression ‘marges de l’œcoumène subarctique’ fait suite aux travaux de L.E. Ham (...)
  • 8 La nordicité s’exprime par un indice de valeurs polaires (vapo), obtenu à partir de la combinaison (...)
  • 9 Certaines villes ou communautés septentrionales sont d’ailleurs considérées comme « dénordifiées » (...)

9Au regard de la notion de front écologique, comment considérer et désigner cet espace, encore aux marges de l’œcoumène subarctique7 mais qui se trouve marqué par une progression significative des activités (en termes spatiaux, économiques, démographiques notamment) ? Selon les travaux de L.H. Hamelin (1980), le concept géographique de nordicité s’appuie sur l’identification d’un certain nombre de critères8 permettant de comprendre la manière subtile dont les régions situées au nord de l’œcoumène principal (appelé aussi « Canada de base ») s’organisent et sont reliées à celui-ci. Cet espace présente des caractéristiques pionnières en termes économiques (prélèvement des ressources sans transformation locales ; abandon des sites et des communautés-champignons après exploitations, etc.) et socio-démographiques (dynamiques démographiques, diffusion du peuplement, niveau d’activité et de chômage des actifs, notamment). L’accès aux régions nordiques du territoire demeure coûteux (en temps ou en argent selon le mode de transport employé) ; les modes de transports modernes et l’amélioration de certains aménagements ont eu pour effet de renforcer l’accessibilité et de réduire l’isolement dans les trente dernières années9.

10Les régions, concernées par la présente étude (figure 2), présentent de vastes dimensions et des limites volontairement indistinctes. Les dimensions sont en partie déterminées par les valeurs polaires appliquées par L.-E. Hamelin : le sud de la zone est défini par l’indice des 200 VAPO (cf. note 4 supra), qui marque la limite entre le « Canada de base » et le « moyen nord » en posant la limite au niveau de Fort McMurray (qui recueillait 192 VAPO dans le classement d’Hamelin). Vers le nord de l’Alberta et le Sud des Territoires du Nord Ouest, ainsi que vers la frontière Nord Ouest de la province de la Saskatchewan, s’étend un vaste territoire caractérisé par une faible densité de population (inférieure à 1 hab/km² selon le recensement de Statistique Canada de 2006). Ces territoires situés entre 50 et 65 ° de latitude nord sont également marqués par des influences climatiques subarctiques et une faible accessibilité. S’il existait, au XIXe siècle, des comptoirs très dispersés des compagnies de fourrures, ils ont été inégalement rattrapés par la colonisation (entre 1967 et les années 1920) et ils ont connu le sort de la plupart des espaces situés aux marges nord du « canada utile » : l’exploitation agricole demeura relativement modeste et dominée par l’élevage, la colonisation agricole demeura faible et d’anciens comptoirs furent déplacés (les bâtiments de Fort Fitzgerald, sur la Slave River, furent réinstallés à Fort Smith, une cinquantaine de kilomètres à l’aval, plus au nord-ouest). Autant de caractéristiques qui présentaient, et présentent encore aujourd’hui, un intérêt non négligeable pour des compagnies publiques ou privées ayant besoin de bois, d’énergie hydroélectrique, d’hydrocarbures et de minerais, voire pour les acteurs qui cherchent à établir des réserves d’espaces destinés à la protection d’espèces, d’écosystèmes ou de paysages.

Front pionnier ou front écologique ? Aperçu de la situation albertaine

  • 10 En vertu du partage des compétences et des ressources au sein de la fédération canadienne, les ress (...)

11L’Alberta est considérée comme la grande province pétrolière du pays (McCann, 1987 ; Robinson, 1989 ; Pelletier, 1995) et les modalités de l’utilisation des ressources du sol et du sous-sol (figure 2) s’inscrit en partie dans le processus de marchandisation des ressources désigné dans le monde académique anglo-saxon par la notion de « commodification of nature » (Beinart & Hughes, 2007). A partir de 2002 (effet post 9/11), les Etats-Unis ont souhaité diversifier leur approvisionnement en pétrole à partir de pays « amis ». L’apparition de débouchés régionaux contribuèrent à l’augmentation fulgurante de la production de pétrole à partir des sables bitumineux (Grant & Myers, 2004 ; Héritier, 2007). Les demandes de concessions d’exploitations se multiplièrent auprès du gouvernement de l’Alberta10 et elles permirent ainsi de renforcer la production (Ministère de l’Industrie, 2006 ; Héritier, 2007 ; Manzagol, 2007), stimulée par la demande mondiale et régionale (Etats-Unis). Les secteurs d’exploitation potentiels couvrent de très vastes territoires (plus de 143 000 km² - données d’Alberta Energy, dans Grant & Myers, 2004) situés au cœur du Bassin de Cold Lake (figure 2 gauche) et des bassins versants des rivières de l’Athabasca (pour les plus importants) et de la Paix (Peace River). Ces rivières convergent vers le parc national Wood Buffalo.

Figure 2 – Espaces protégés et secteurs d’exploitation du nord albertain : une proximité problématique.

Figure 2 – Espaces protégés et secteurs d’exploitation du nord albertain : une proximité problématique.
  • 11 Au Canada, les principaux traités signés (présentés sous la forme de « traités numérotés » de 1 à 1 (...)
  • 12 Celui-ci affirme même : “We’ve studied a hundred per cent of the mortalities in that region and dis (...)

12La création de ce parc, en 1922, a conduit à l’expulsion progressive des familles et des groupes autochtones (Cree et Dene – notamment les Chipewyan et les Slavey) qui occupaient ces territoires et qui, pour certaines d’entre elles, pratiquaient la trappe pour les compagnies à fourrure (Potyondi, 1980 ; Fumoleau, 2004 ; Sandlos, 2007). Les pratiques de l’administration fédérale en ayant la charge et l’application des réglementations (restrictions des usages autochtones traditionnels) entre 1922 et les années 1960 eurent pour effet de créer et de nourrir des contentieux entre groupes autochtones (certains disposant de droits d’accès inégaux aux ressources du parc) et avec les représentants de l’administration fédérale (successivement, les Agents des Affaires Indiennes puis les gardes du parc national), (Potyondi, 1980 ; McCormack 1992 ; Sandlos, 2007). A ces contentieux d’usages – ils sont souvent associés à des litiges fonciers hérités des Traités11 signés entre les Premières nations et l’Etat fédéral en 1899 (Traité n° 8), dont l’application des clauses est contestée – s’ajoutent des contentieux environnementaux très importants liés aux hypothèques existant sur la ressource en eau : à l’amont du parc, un grand barrage (Bennett Dam) réduit le débit de la Peace River, tandis que dans la vallée de l’Athabasca, l’exploitation forestière, les pulperies et l’exploitation des sables bitumineux (figure 2) altère l’hydrosystème, vital pour les communautés autochtones situées à l’aval (Novek, 1995 ; Northern River Basins Study, 1996 ; Schneider & Dyer, 2006 ; Timoney, 2007). A titre d’illustration, dans la communauté de Fort Chipewyan (Alberta, rives nord ouest du lac Athabasca), les habitants ont cessé d’utiliser l’eau du robinet, puisée dans les cours d’eau et les lacs (en raison des craintes sanitaires qu’elle suscite). Les pêcheurs traditionnels des secteurs du delta de l’Athabasca et de la Slave River observent un nombre croissant de poissons atteints de malformations, dotés organes sexuels mixtes ou remplis de pus (Slave River Journal, 2009a ; Slave River Journal, 2009b ; Klaszus, 2007). Des études réalisées au milieu des années 1990 confirmaient déjà l’existence de niveaux élevés de pollution (Northern River Basins Study, 1996). Les recherches plus récentes et les observations épidémiologiques réalisées et rendues publiques par le médecin de Fort Chipewyan (le Docteur O’Connor), valident l’hypothèse d’une augmentation significative des pollutions dans la région. Celles-ci auraient déjà des incidences particulièrement graves sur la santé des populations autochtones (Schneider & Dyer, 2006 ; Timoney, 2007), ce qui n’empêche pas le Ministre de la Santé et du Bien Etre de l’Alberta, Dave Hancock, de nier toute réalité aux résultats de ces études12.

13Au total, le nord albertain, appartenant autrefois à la frontière de la pelleterie a rejoint, en partie le modèle de « frontière d’exploitation », au sens canadien du terme et des conditions d’activité. Les ressources disponibles, leur valeur économique et stratégique, de même que les dimensions de la propriété publique établissent les contours d’un système spatial qui pourrait rappeler les fronts pionniers. Toutefois, cet espace est aussi lieu de confrontation entre les valeurs économiques, esthétiques ou écologiques qui sont attribuées à la forêt boréale et aux écosystèmes subarctiques et arctiques en général, justifiant d’être confrontée avec la notion de front écologique.

Le nord albertain, un front écologique ?

14Entre enclaves de biodiversité revendiquée, de wilderness protégé et de zones d’exploitation des ressources, qui favorisent le développement rapide de territoires peu exploités jusque dans les années 1980, l’Alberta condense, à l’échelle d’une province, les options qui animent certains débats mondiaux. Ces deux formes généralement considérées comme contradictoires de l’approche de la nature/de l’environnement cohabitent pourtant avec une étonnante compatibilité géographique et parfois politique.

  • 13 Nous nous intéressons ici au nord albertain et à la limite entre l’Alberta et les Territoires du No (...)

15Il serait certainement excessif de considérer que le nord de l’Alberta13 constitue un front pionnier (au même titre que les fronts pionniers amazoniens par exemple) même si certains éléments de la définition peuvent s’y retrouver (cf. infra, figure 3). Un front écologique (ecological frontier) ne constituerait-il pas l’une des formes contemporaines possibles de front pionnier, notamment dans des Etats réglementés et organisés (et sous-entendu, développés) ? Considérons les trois dimensions proposées au début de cet article. Spatialement, le nord de l’Alberta constitue un espace où la population est concentrée dans quelques villes principales, regroupant les activités administratives et de services, ainsi que des centres d’exploitations miniers, forestiers, agricoles et pétroliers (Fort McMurray). Pour autant, cet espace ne constitue pas véritablement un front pionnier stricto sensu : tout d’abord parce qu’il ne réunit pas toutes les conditions observées dans d’autres fronts pionniers (quelles que soient les périodes ou les régions géographiques ; cf. figure 3) ; ensuite parce qu’il n’est pas soumis à une forme de conquête territoriale débridée. Cette dernière demeure déterminée par l’attribution de permis d’exploitation des ressources dans le cadre de mégaprojets forestiers, ou pétroliers (Bone, 1992 ; Novek, 1995).

  • 14 Il s’agit de pays dotés de vastes territoires tels que le Canada, mais la remarque pourrait égaleme (...)
  • 15 Dans l’ouvrage consacré aux discontinuités spatiales, J.-C. Gay le formule de la manière suivante « (...)

16En dépit des structures de contrôle de l’espace et de la présence d’autorités publiques, les Etats peu peuplés et caractérisés par des densités très inégales14 sont marqués par de profonds déséquilibres d’organisation du territoire. Certaines régions sont caractérisés par de fortes discontinuités spatiales révélées par le maillage du territoire : généralement cohérent et dense dans les zones de colonisation ancienne et d’agrégation des populations et des activités (au Canada, il s’agit de la partie sud du territoire), le maillage s’avère plus lâche dans les régions aux marges de l’écoumène principal. Sans être directement intégré au système spatial national – sinon global – il s’avère, par un jeu d’échelles bien identifié par les géographes15, assez bien articulé avec celui-ci. Les modalités de contrôle de la société et des activités disqualifient l’application de la notion de front pionnier comme le montre la figure 3.

Figure 3 – Identification d’un front écologique induit par la mise en valeur du nord-est albertain.

Figure 3 – Identification d’un front écologique induit par la mise en valeur du nord-est albertain.

* : Les critères retenus s’appuient sur ceux proposés par Guyot (2009a).

** : Les pressions sont exercées dans le cadre de la défense des intérêts de l’économie albertaine, selon les principes légaux en vigueur au Canada

  • 16 Cet aspect est précisé dans Héritier 2007, figure 7.
  • 17 Il est ici utile de rappeler le triptyque, inscrit au début de l’Acte constitutionnel de 1982 : Pea (...)

17Les conditions d’exploitation, de mise en valeur, voire de mise en protection des territoires n’excluent nullement des dérèglements voisins de ceux identifiés pour les espaces-frontières : formes de violence ou de criminalité, caractéristiques démographiques16 et mobilités des populations, conditions de la prise de possession territoriale. Ces formes d’organisation – ou plutôt de désorganisation – constituent, en quelque sorte, et de manière temporaire, une situation d’équilibre particulier des forces au sein de ces espaces. Les modalités de contrôle du territoire et de ses habitants connues au Canada pourraient ainsi être considérées comme autant de garanties contre les dérèglements organisationnels qui pourraient être identifiés dans ces espaces et qui serviraient en quelque sorte à qualifier les fronts pionniers. Dans un Etat réglementé tel quel le Canada – où le recours à la loi est possible pour tout citoyen17 – si les conditions d’apparition d’un front pionnier semble difficile à réunir, il en va tout autrement d’un front écologique, au regard des valeurs attribuées aux ressources, à la Nature, à l’environnement et à la biodiversité. Aux enjeux relatifs aux ressources, s’ajoutent en effet les tensions induites par l’hypervalorisation, pendant la seconde moitié du XXe siècle, des composantes et des processus écologiques, et depuis quelques décennies, des droits autochtones. Elles contribuent à stimuler les tensions (ou les oppositions) environnementales (environmental conflicts).

18L’organisation du territoire, partagé entre espaces d’exploitation (forestiers, agricoles, d’hydrocarbures, etc.), espaces de protection et espaces urbanisés, présente en apparence toutes les qualités d’une espace contrôlé et organisé. Toutefois, la notion de « front écologique » fournit un cadre opératoire – ou pour le moins opérationnel – permettant de penser l’organisation spécifique de ces espaces. La figure 3 ayant permis d’identifier les composantes justifiant l’utilisation de cette notion, la partie suivante sera l’occasion de montrer la manière dont s’articule le système spatial produit par un front écologique dans le nord de l’Alberta, province développée d’un pays développé.

2. Dynamique horizontales et verticales d’un front écologique

19Comment se présentent les dynamiques spatiales identifiées dans les régions situées à la limite entre le nord albertain et le sud des Territoires du Nord Ouest ? Quelles sont les modalités permettant d’articuler différentes dynamiques qui animent cet espace géographique en cours de constitution/de recomposition ? La figure 3, qui sert de support à cette troisième partie, tente de formaliser de manière synthétique les principales composantes du système spatial en cours d’élaboration. Il révèle des dynamiques, verticales et horizontales, qui permettent de saisir les logiques de concurrences et de réorganisation de ces territoires à la marge de l’œcoumène principal.

Dynamiques horizontales : des concurrences spatiales

  • 18 A l’exception de quelques « villes » dénordifiées au-delà de cette limite (Canobbio, 2007), réactiv (...)

20Les dynamiques identifiées comme horizontales, combinent certaines des dimensions d’identification d’un front (pionnier ou écologique) et le comportement des sociétés humaines sur l’espace. La première dimension est spatiale (tableau 1). Elle permet de « délimiter » assez largement la portion de l’espace géographique concernée par les phénomènes observés. Ces derniers étant associés à une donnée démographique : le faible voire le très faible peuplement sur l’espace concerné. La densité moyenne est estimée par les services du ministère Statistique Canada en 2001 à 3,3 hab./km² mais l’œcoumène principal, également appelé le « Canada utile » ne s’étend que rarement au-delà de 55° de latitude Nord18. En Alberta, l’essentiel des effectifs démographiques est concentré dans les espaces métropolitains d’Edmonton et de Calgary (respectivement 1,08 et 1,162 million d’habitants soit 61,5 % de la population de la province) et dans les villes secondaires. Au nord d’Edmonton, les densités chutent rapidement (toujours inférieure à 1 hab./km² en 2006 selon Statistique Canada) et sont le plus souvent liées à des villes à l’activité fortement dominée par un secteur d’activité (mine, forêt et pulperie, pétrole et gaz, sables bitumineux par exemple). Un espace aussi vaste que la moitié du territoire français dispose donc de réserves considérables placées principalement sous la tutelle des autorités publiques fédérales. L’exploitation s’est engagée depuis les années 1970, mais la production a vraiment bondi pendant les années 1990-2000, lorsque le prix du baril de pétrole a dépassé 60 $, pour atteindre 140 $ (été 2008). L’activité extractrice, et le fonctionnement d’installations permettant de transformer le bitume en pétrole pouvant être transporté par conduites vers le Sud, a eu pour effet de stimuler une mobilité de travail particulièrement importante vers la ville de Fort McMurray mais également vers la plupart des villes de la région susceptibles d’offrir des services divers (hébergement, transport, loisirs, résidence, etc.). Au regard de la dichotomie désormais classique, ces régions périphériques sont fortement reliées à des centres lointains, qui concentrent les pouvoirs de décision, de financement, d’investissement, de redistribution ou d’exportation des biens produits. Cet espace n’est pas spécifiquement intégré au Centre même s’il l’alimente ou même s’il lui est relié par des réseaux terrestres (routes, conduites) ou aériens. Plus au nord, un espace plus en marge encore, incomplètement connecté au centre, où le maillage routier cède la place à des pénétrantes et où l’accessibilité autre que par voie aérienne – elle-même devenue très coûteuse – demeure marginale. Cette région est également caractérisée par la présence d’espaces disposant de niveaux de protection élevés (parcs nationaux et sites Unesco). Enfin, le fait que les secteurs d’exploitation des sables bitumineux soient traversés par de grands organismes fluviaux et qu’ils s’écoulent vers le nord, c'est-à-dire vers des espaces naturels protégés, renforce l’intérêt de la région… et la probabilité de conflits environnementaux.

  • 19 Dialogique et non dialectique en la matière car c’est bien du « dialogue » et des échanges portant (...)

21La seconde dimension est socio-économique. Elle se traduit par des formes d’appropriation de l’espace caractérisées par la dialogique19 protection-exploitation. Celle-ci est assez classique en Alberta, surnommé parfois le « Texas canadien » en raison de l’importance de l’industrie des hydrocarbures dans le développement économique de la province au XXe siècle. Les terrains d’exploitation s’inscrivent dans une partie de la forêt boréale qui a longtemps fait partie de grands projets de mise en valeur forestière (McCann, 1987 ; Bone, 1992 ; Pelletier, 1995), déterminant les fonctions productives de certaines villes. Les espaces protégés, dans cette région, et notamment le parc national Wood Buffalo furent longtemps caractérisés par l’exploitation de concessions forestières, dans la partie sud du parc, le long de la Peace River, principalement. La dynamique de protection, engagée en 1922 n’a que modestement affecté les activités humaines des Euro-Canadiens…peu présents localement à l’exception des comptoirs de traite de la Compagnie de la Baie d’Hudson (Potyondi, 1980). Il n’en fut pas de même des Amérindiens et des Métis, partiellement exclus par les stratégies de protection d’espèces telles que le bison des bois (bison athabascae) et le bison des plaines (bison bison), créant des situations tendues autour des activités de survie (pêche, chasse) ou des activités économiques telles que la trappe (McCormack, 1992).

  • 20 Si leurs intérêts peuvent être les mêmes ponctuellement, ils participent d’une géopolitique locale (...)

22La troisième dimension est sociopolitique. Elle s’inscrit dans un jeu complexe de relations entre peuples et entités disposant de l’autorité administrative et judiciaire. Du côté des peuples, distinguons les euro-canadiens (il est nécessaire de distinguer là encore les « nordistes », résidents permanents des régions situés au dessus de 55° de latitude nord et les « sudistes » qui viennent s’installer temporairement dans les communautés, les villes ou les municipalités du Nord pour des raisons professionnelles), les Premières Nations appartenant aux groupes Cree ou Dene et les Métis20. Enfin, en termes politiques, la question des lois et règlements occupe une place considérable en raison de la particularité du partage des pouvoirs entre Ottawa et les provinces, mais aussi en raison des possibilités de recours de nombreuses populations (Premières Nations et Métis) supposées trouver une solution acceptable aux contentieux historiques encore en suspens quant à la question des traités.

Dynamiques verticales : tensions et concurrences structurelles

  • 21 Les acteurs sont variés et ils ne répondent pas forcément au syntagme classique « d’acteurs locaux  (...)

23La question de fond qui sous tend les dynamiques verticales demeure celle de l’autorité régulatrice de ces espaces, de sa reconnaissance par les acteurs (agissant sur l’espace concerné21) et de sa légitimité historique ainsi que sa légitimité réglementaire présente. Et l’idée même de l’action d’une autorité régulatrice peut-elle être compatible avec l’existence d’un front écologique ? Voilà qui pose la question de la nature, de la dimension, de l’action et de la prise en compte de la régulation par une autorité de tutelle, dans un contexte où les enjeux écologiques – et parfois écologistes – dominent les débats.

  • 22 Les prérogatives des deux nivaux administratifs sont disponibles sur le site http://canadiana.org/c (...)

24En la matière, la question de répartition des compétences entre les différents territoires s’avère fondamentale. Au Canada, l’Acte de l’Amérique du Nord Britannique, créant en 1867 le Dominion, a établi une structure fédérale conduisant à un partage des compétences législatives entre le fédéral et le provincial22. Aujourd’hui, en matière d’environnement, l’Etat fédéral fait voter et appliquer les lois générales au Parlement du Canada. La LCEE – Loi Canadienne sur l’évaluation environnementale, votée en 1992 et modifiée en 2001, a pour intention de faire respecter les objectifs de développement durable par le respect de certaines procédures telles que l’évaluation environnementale (Environmental Assessment) des projets d’aménagements prenant en compte les populations autochtones et respectant le principe de la participation du public. Cette loi suppose, au prime abord, que les entreprises proposent des projets disposant d’une évaluation environnementale montrant, soit l’absence d’incidence des activités sur l’environnement, soit des incidences susceptibles d’être réparées (dans le cadre d’opérations d’atténuation ou de restauration) par une réhabilitation de l’écosystème « endommagé ». En dépit des impératifs réglementaires en matière d’évaluation environnementale, l’exploitation s’est accentuée depuis vingt ans. Sans contrevenir aux impératifs légaux supposés assurer la protection de l’environnement – et en les suivant même scrupuleusement – le gouvernement provincial soutient activement l’exploitation des secteurs de sables bitumineux. Cette situation est à l’origine de protestations croissantes, notamment chez les environnementalistes et les chercheurs en environnement (biologie, hydrologie, géographie) dont les études, relayées par les associations écologistes, montrent que le processus d’examen et les mesure d’atténuation proposées n’honorent pas du tout l’esprit de la loi… quand bien même ils en respectent la lettre (Woynollowicz et al., 2005 ; Schneider & Dyer, 2006).

  • 23 En 2008, Sunycrude, l’une des grande société d’exploitation des sables bitumineux albertains fit un (...)

25A ces questions s’ajoutent des contentieux liées à des projets hydroélectriques à la marge immédiate du parc, notamment sur la Slave River où il est question de construire un barrage hydroélectrique destiné à alimenter Fort McMurray et une partie des entreprises de transformation du bitume installée près de 800 km plus au sud. Pour rendre le projet socialement acceptable, les compagnies privées les autorités publiques insistent sur les emplois induits par la construction et l’entretien de l’aménagement, ainsi que sur la perspective d’une énergie à moindre coût pour les habitants (dont les Autochtones) des localités de la région. Le faible peuplement, les intérêts économiques en jeu et la position marginale par rapport à l’œcoumène principal ne constituent pas les atouts les plus solides pour espérer un abandon du projet. Les compagnies pétrolières ont par ailleurs tendance à trouver des arguments solides pour favoriser l’acceptation sociale des communautés autochtones telles que Fort Chipewyan par le financement de projets communautaires23.

  • 24When is Enough, Enough?”, documentaire produit réalisé par Geoff Bowie ; présenté dans la série « (...)
  • 25 L’une des conclusions des représentants des Mikisew Cree, présentée dans le reportage, est que « th (...)

26Les stratégies d’aménagement demeurent malgré tout marquées par des logiques descendantes dans la mesure où la décision d’exploitation des territoires reste du ressort du gouvernement provincial et où les modifications de projets sont souvent marginales. En dépit des possibilités de recours devant les tribunaux, la position des pouvoirs publics semble plutôt soutenir l’activité des entreprises au détriment de l’environnement ou encore du bien-être de certaines populations (souvent autochtones). Un film documentaire24 réalisé au début de la décennie 2000, pour la fondation David Suzuki, relate la lutte des Mikisew Cree (de Fort Chipewyan) contre les projets de développement des industries pétrolières à l’amont du bassin-versant de l’Athabasca, en raison de la dangerosité pour leur survie, en partie liée à la qualité des écosystèmes du delta de l’Athabasca-Peace River où ils effectuaient l’essentiel de leurs activités cynégétiques et halieutiques traditionnelles. Le documentaire mettait en évidence les incidences écologiques de l’exploitation (sur-utilisation de la ressource en eau provoquant l’assèchement de certains lacs et de certaines parties du delta Peace River-Athabasca depuis deux décennies ; diminution des stocks de poisson, apparition de tumeurs sur les poissons) ainsi que les modifications paysagères qui en découlaient. A l’occasion de la commission d’évaluation des projets, la représentante du ministre de l’environnement de l’époque, montra plus d’efficacité à justifier les projets industriels qu’à entendre les requêtes et les inquiétudes des populations locales amérindiennes qui, après avoir fortement critiqué les conditions d’application de la procédure d’évaluation environnementale25, passèrent une entente financière avec les responsables des entreprises d’exploitation.

Concurrences et réorganisations territoriales

27Caractérisé par une dialogique d’exploitation et de protection, le nord-est de l’Alberta présente des dynamiques de concurrence et de tensions – et parfois de conflits – entre les différentes parties en présences (les parties-prenantes ou stakeholders). Elles s’organisent par l’opposition entre quatre acteurs principaux (figure 4) que sont les pouvoirs publics, les peuples autochtones, les entreprises du secteur privé (dont la cohérence ou l’uniformité en tant que groupe unique est purement formelle) et les villes et communautés.

Figure 4 – Dispositif des relations entre les acteurs « écologiques » dans le nord albertain

Figure 4 – Dispositif des relations entre les acteurs « écologiques » dans le nord albertain
  • 26 En 1930, le Transfer of Resource Act, fit passer les terres publiques fédérales des Prairies sous l (...)
  • 27 Dans le cadre de la loi canadienne, les terres relevant de la loi sur les parcs nationaux doivent ê (...)
  • 28 “Slave River hydro dam opposition endures”, Friday, May 4, 2007, CBC News, sur le site http://www.c (...)

28L’espace nord albertain est doté de caractéristiques particulières, héritées de la construction de la nation canadienne, telles que l’importance des terres publiques, propriété de la province depuis 193026. Si l’essentiel des terres dépend de la province, le pouvoir fédéral conserve la propriété foncière des terres protégées par le parc national Wood Buffalo27 ; une protection qui ne dispose pas, à la différence des parcs nationaux français ou du modèle des réserves de biosphères par exemple, d’une zone tampon (zone périphérique ou zone d’adhésion) – pour autant qu’un zonage de pré-protection puisse être adapté aux dynamiques des écosystèmes. Les quatre acteurs principaux sont donc en interactions permanentes dans le cadre de relations concurrentielles sur un grand nombre d’enjeux tels que : les questions foncières, les droits d’usages des autochtones dans l’espace protégé, la redistribution des dividendes de l’activité pétrolière (sables bitumineux dans les bassins-versants et les vallées de l’Athabasca et de la Peace River), les incidences écologiques et sanitaires de cette exploitation (Grant & Myers, 2004), les incidences écologiques des barrages hydroélectriques à l’amont de la Peace River. Depuis quelques années, les communautés résidant à l’Est et au Nord du parc national Wood Bufffalo sont alarmées par un projet de barrage hydroélectrique au fil de l’eau sur la Slave River (à Fort Smith, dans les territoires du nord ouest, immédiatement au nord de la limite entre l’Alberta et les Territoires du Nord Ouest). Ce projet, soutenu par le gouvernement de l’Alberta et porté par des compagnies privées a provoqué le mécontentement des représentants des groupes Autochtones locaux, dont l’une des figures culturelles les plus marquantes, François Paulette, a publiquement manifesté son opposition au projet28.

  • 29 Entre 1867 et 1921, les traités entre le gouvernement fédéral portèrent des numéros d’où le l’usage (...)

29A travers les revendications autochtones, le gouvernement fédéral est également amené à reconsidérer les conditions d’application des traités signés au XIXe siècle. Ces derniers réclament des droits d’usages qui leur avaient été progressivement rognés au cours du XXe siècle. Ils réclament en outre la propriété pleine et entière sur certains territoires au prétexte – légitime – que leurs ancêtres ne furent pas honnêtement dédommagés par le gouvernement fédéral après 1899 (date de signature du traité n° 829, couvrant une partie des territoires subarctiques) (sur ce point, cf. Dickason, 1996). Depuis près de trois décennies, les nations autochtones réclamaient des territoires, considérés ou présentés comme traditionnels, à l’intérieur du parc. Après des années de négociations, neuf parcelles ont été rétrocédées à trois des Premières Nations impliquées dans le parc (Mikisew Cree, Salt River et Smith Landing) ; cette rétrocession a nécessité une modification des limites officielles du parc, mais aussi une procédure complexe de rétrocession des terres pour les faire passer sous la tutelle des Premières Nations.

  • 30 Criminal Intelligence Service Alberta, 2006, Annual Report, Annual Report, April 2005 - March 2006, (...)
  • 31 Deborah Tetley in Calgary Herald, 2005, 22th October, disponible sur le site http://www.mapinc.org/ (...)

30Ces dernières sont parfois en relation conflictuelle avec les entreprises privées, impliquées notamment dans l’exploitation des sables bitumineux (cf. supra, l’exemple des Mikisew Cree de Fort Chipewyan). Elles se situent au cœur du principal enjeu écologique aux échelles locales, régionales, nationales et même globales (Gaz à Effet de Serre). Des tensions émergent également en raison des activités illicites induites par la croissance rapide, les hauts salaires et les conditions de travail très difficiles dans les régions d’exploitation des sables bitumineux. En 2004, le rapport du Criminal Intelligence Service Alberta présente l’intensification des activités des groupes du crime organisé dans la région de Fort McMurray. Ces orientations sont confirmées dans le rapport 2005-200630, qui insiste sur les trois groupes principaux engagés dans le trafic de drogue, la prostitution et autres opérations illicites : les Hells Angels et les gangs, asiatiques ou amérindiens, ces derniers agissant tant dans les Réserves que dans la ville. La presse, d’Edmonton ou de Calgary, fait écho aux problèmes observés à Fort MacMurray31.

31Les problèmes de sécurité des personnes constituent, avec les incidences écologiques de l’exploitation (à toutes les échelles), les principales critiques contre les activités dans un espace qui dépasse le simple front d’exploitation des ressources et qui permet d’identifier un véritable front écologique (cf. article de synthèse à la fin de ce numéro), caractérisé par la place déterminante des enjeux environnementaux, subsumant les simples enjeux de ressources. Les gouvernements provinciaux et fédéraux, ainsi que les entreprises d’exploitation font l’objet de critiques croissantes (cf. un récent article sur les sables bitumineux dans la revue National Geographic de mars 2009) et certains groupes environnementalistes n’hésitent pas à prendre des positions radicales en désignant l’exploitation des sables bitumineux à ciel ouvert d’« ecological holocaust32 ». S’il apparaît difficile de cautionner la formule, eu égard aux victimes de l’Holocauste, elle met toutefois en évidence la nature de l’attention et des tensions que les activités extractrices suscitent dans cette région. Elle rappelle la remarque de Mitchell (1995) :

32“Conflict and uncertainty are integral aspects in resource and environmental management. Conflict arises because society bas a variety of goals and objectives, many of which are incompatible with one another. These different goals reflect the presence of many legitimate interests, which often gives differing weightings to problems and alternative solutions, as well as to benefits and costs” (Mitchell, 1995 : 423).

33Cette citation pourrait donner lieu à de longs développements, mais il semble intéressant de revenir sur les deux formules que nous avons soulignées : l’évocation de la « gestion environnementale » rappelle la volonté de mise en valeur des territoires et de ses ressources ; la seconde portant sur les « nombreux intérêts légitimes » montre que le stade de l’interrogation relative à la protection, hors des espaces protégés, est dépassée… Toutes deux révèlent toutefois clairement que le fondement des actions de tous les acteurs est bien l’environnement, et que celui-ci occupe une place déterminante dans la recomposition territoriale en marche, fondée sur l’utilisation des ressources environnementales de cette périphérie subarctique du pays.

Conclusion – le nord albertain : un front écologique (ecological frontier) !

  • 33 Les variables identifiées par Guyot (2009a et 2009b) s’appliquent directement dans le cas présent.

34Le nord albertain, autrefois aux marges de « l’œcoumène principal » albertain, est devenu l’une des régions suscitant les plus vives polémiques en termes d’exploitation des ressources, de pollution globale, imposant des positions d’équilibristes aux ministres de l’environnement du Canada. Cet espace s’avère moins un front de contact qu’un front de conquête, qui progresse dans des régions appartenant autrefois à ce que Hamelin (1980) désignait comme le « moyen nord ». Si les conditions d’un front pionnier ne sont pas réunies, les enjeux environnementaux, les stratégies territoriales locales, les contestations des populations locales et autochtones créent un jeu de forces très délicat qui impose des négociations permanentes entre les différents acteurs qui refusent – le plus souvent – de devenir des victimes de formes d’occupation territoriale qui affectent fortement leur environnement (exploitation ou protection). Les enjeux écologiques constituant le cœur des tensions et des lignes de fractures, la notion de front écologique33 prend sens et permet une analyse de cet espace, qui n’est ni strictement un front pionnier, ni un espace efficacement intégré l’œcoumène principal.

  • 34 Ville minière (fer) et pionnière du Québec créée ex nihilo en 1953 dont l’exploitation a durée jusq (...)

35La volonté de régulation des activités se traduit par la mobilisation de dispositifs législatifs et réglementaires qui ne servent pas toujours les intérêts ou le bien commun en matière environnementale ; une conclusion qui vient renforcer la grille de lecture que propose la notion de « front écologique ». En la matière, l’application au cas albertain permet d’observer qu’il se présente comme un espace de négociation constante, voire de médiation entre les différents acteurs, dont les forces inégales ne se traduisent pas toujours par la victoire du plus fort (ni systématiquement par sa défaite d’ailleurs…). Les concurrences et les tensions entre les parties-prenantes servent parfois de levier dans des négociations qui permettent d’observer des réorganisations territoriales tels que l’attribution de terres à certaines Premières Nations qui disposent d’une capacité croissante d’action juridique et politique (Lawe et al., 2005). Une seconde mutation territoriale est induite par les incidences écologiques liée à l’utilisation des sables bitumineux : croissance urbaine, aménagements urbains et routiers, mines à ciel ouvert, mobilisation durable des sols, modification de l’alimentation des cours d’eau (Héritier, 2007), dont les effets ne sont pas sans rappeler les logiques d’auto-organisation soulevées par Malason et al. (2006). La question de l’habitabilité de ces régions, dans les décennies à venir, demeure entière au regard de la notion de « panarchie » selon laquelle les systèmes naturels ou humains, en interrelation, connaissent tous des adaptations et des changements selon des cycles variables et irréguliers (Gunderson & Holling, 2002). L’identification d’un front écologique, associant exploitation des ressources et conservation, anticipe-t-elle une extension vers le nord de l’œcoumène principal, autrement dit, une dénordification de ces régions, ou faut-il craindre un abandon identique à celui observé pour certains sites miniers comme à Shefferville34 ? Sans doute faudra-t-il compter avec la capacité du Canada à patrimonialiser les espaces de production (comme au Yukon par exemple) qui ont joué un rôle déterminant dans la constitution du pays, ou sur sa volonté d’étendre réellement et durablement l’écoumène de peuplement vers le Nord pour que les effets des processus actuels favorisent une réorganisation du système spatial le moment venu.

Haut de page

Bibliographie

Arnauld de Sartre, X., 2006, Front pionnier d’Amazonie: Les dynamiques paysannes au Brésil, Paris, CNRS Editions.

Beinart, W. and Hughes, L., 2007, Environment and Empire, Oxford, Oxford University Press.

Biays, P. (1987). Le Canada: environnement naturel, économie, régions. Paris : SEDES-DIEM.

Bone R. M., 1992, The Geography of the Canadian North. Issues and Challenges, Toronto, Oxford University Press.

Brown, C. (dir.), 1990, Histoire générale du Canada, Québec, Editions du Boréal : Boréal Compact.

Canobbio, E., 2007, Atlas des pôles. Régions polaires : questions sur un avenir incertain, Paris, Editions Autrement.

Chaunu, P., 1964, L’Amérique et les Amériques, Paris, Armand Colin : collection Destins du Monde.

Claval, P., 1989, La conquête de l’espace américain du Mayflower au Disneyworld, Paris, Flammarion.

CROS, L., 2000, La représentation du Canada dans les écrits des historiens anglophones canadiens, Paris, Centre d’Etudes Canadiennes de l’Université de Paris III - Sorbonne-Nouvelle.

Cross, M. S. (dir.), 1970, The Frontier Thesis and the Canadas: The debate on the impact of the canadian Environment, Toronto, Ontario : The Copp Clark Publishing Company.

Dickason, O.P., 1996, Les premières nations du Canada, depuis les temps les plus lointains jusqu’à nos jours, Sillery, Québec, Les éditions du Septentrion. [1ère édition en anglais, 1992]

Dormaar, J.F. and Watt, R.A., 2007, Oil City. Black Gold in Waterton Park, Lethbridge, Alberta, Occasional Paper No. 45 of the Lethbridge Historical Society.

Environnement Canada, 1990, Plan vert du Canada : le plan du Canada pour un environnement sain, Ottawa : Gouvernement du Canada.

Fumoleau, R., 2004, As long as this Land shall Last, Calgary, Alberta, University of Calgary Press.

Gay, J.-C., 1995, Les discontinuités spatiales, Paris, Economica.

Gottmann, J., 1949, L’Amérique, Paris : Hachette, coll. « Les cinq parties du Monde ».

Grant, A. and Myers, L.C., 2004, Les Sables bitumineux du Canada. Ottawa : Librairie du Parlement, (référence PRB 04-37F).

Griffiths, T. and Robin, L., 1997, Ecology and Empire. Environmental History of Settlers’ Societies. University of Natal Press, Pietermaritzburg.

Gunderson, L.H and Holling, C.S., 2002, Panarchy, Washington D.C.: Island Press.

Guyot, S., 2009a, « From ‘Green Politics’ to conflicting ‘Political Ecologies’, Conférence introductive du colloque de Limoges », introduction of the International Workshop on Eco-frontiers, (à paraître dans la revue Geopolitics).

Guyot, S., 2009b, « Fronts écologiques et éco-conquérants : définitions et typologies. L’exemple des ONG environnementales en quête de Cote Sauvage (Afrique du Sud) », Cybergeo, Environnement, Nature, Paysage, article 471, mis en ligne le 05 octobre 2009, modifie le 26 octobre 2009. URL : http://www.cybergeo.eu/index22651.html. Consulte le 07 novembre 2009.

Hamelin, L.-E., 1980, Nordicité canadienne, Ville LaSalle, Québec, Editions Hurtubise, Ltée.

Harker, P., 1995, “Energy and Minerals in Canada”, in Mitchell B. (Ed.), Resource and Environmental Management in Canada. Addressing Conflict and Uncertainty, Toronto, Oxford University Press, p. 286-309.

Héritier, S., 2007. « Energie et environnement : L’exploitation des sables bitumineux en Alberta (Canada) », M@ppemonde, 87, 2007/3, http://mappemonde.mgm.fr/num15/articles/art07304.html

Hohl, A. and Tisdell, A., 1994, “Conservation networks, integrated and sustainable land use in a tropical frontier - the Cape York Peninsula region, Australia”, The Environmentalist 14 (4), p. 253-269.

Innis, Harold A., 1999, The fur trade in Canada: an introduction to Canadian economic history, Toronto, University of Toronto Press, (First Published in 1930).

Lasserre, F., 1998, Le Canada d’un mythe à l’autre. Territoire et images du territoire, Boucherville, Québec, Presses Universitaires de Lyon et Editions Hurtubise HMH Ltée.

Lawe, L.B., Wells, J. and Mikisew Cree First Nations Industry Relations Corporation, 2005, « Cumulative Effects Assessment and EIA follow-up: a Proposed Community-based Monitoring Program in the Oil Sands Region, North-eastern Alberta », Impact Assessment and Project Appraisal, 23(3), September 2005, p. 205-209.

Malanson, G., Zeng, Y., Walsh, S., 2006. Landscape Frontiers, Geography Frontiers: Lessons to Be Learned. The Professional Geographer, 58(4), p. 383–396.

Manzagol, Claude, 2007, « Une Arabie du Nord ? Les sables bitumineux de l'Alberta », communication présentée au FIG de St-Dié, disponible en ligne sur le site http://fig-st-die.education.fr/actes/actes_2007/manzagol/article.htm (15 mai 2009).

McCann, L. D., 1987, Heartland and Hinterland, a Geography of Canada, Scarborough, Ontario: Prentice-Hall Canada Inc..

McCormack, P.A. 1992, “The Political Economy of Bison Management in Wood Buffalo National Park”, Arctic, 45(4), December 1992, p. 367-380

Ministère de l’Industrie, 2006, L’Observateur économique canadien, Supplément statistique historique 2005/06. Ottawa : Statistique Canada [n° 11-210 au catalogue 2005/2006].

Mitchell, B. (Ed.), 1995, Resource and Environmental Management in Canada. Addressing Conflict and Uncertainty, Toronto, Oxford University Press.

Northern River Basins Study, 1996, Northern River Basin Study Report to the Ministers. 1996. Compilé par Nautilus Publications pour le conseil de la Northern River Basins Study (Canada).

Novek, J., 1995, “The Boreal Forest as contested terrain: Environmental Conflict in the Northern Hinterland”, Etudes canadiennes / Canadian Studies, n° 39, p. 139-151.

Nugent, W., 1994, “Comparing Wests and Frontiers”, in Milner II Clyde A., O’Connor Carol A., Sandweiss Martha H., The Oxford History of the American West, New York-Oxford, Oxford University Press, p.803-833.

Parks Canada, non daté, Waterton Lakes National Park. Resource Description and Analysis, Waterton, pagination spécifique.

Pelletier, J., 1977, Le Canada, Paris : Collection Géographie des Etats - Masson.

Pelletier, J., 1995, Diversité du Canada, Paris : Masson-Géographie.

Potyondi, B., 1980, The Management of Man. A History of Wood Buffalo National Park, 1870-1929, Winnipeg, Parks Canada : Historical Series.

Robinson, J.L., 1989, Concepts and Themes in the Regional Geography of Canada, Vancouver, Talonbooks.

Rougier, H., 1994, Espaces et Régions du Canada, Paris, Ellipses.

Sandlos, J., 2007, Hunters at the Margin: Native People and Wildlife Conservation in the Northwest Territories, Vancouver: UBC Press.

Schneider R. and Dyer S., 2006, Death by a Thousand Cuts. Impacts of In Situ Oil Sands Development on Alberta’s Boreal Forest, Edmonton, The Pembina Institute and the Canadian Parks and Wilderness Society.

Statistique Canada, 2001, « Chiffres de population et des logements, divisions de recensement, subdivisions de recensement (municipalités) et localités désignées, recensements de 2001 et de 1996 – données intégrales » provenant de Statistique Canada (Catalogue numéro 93F0050XDB01003).

Timoney, K. P., 2007, A Study of Water and Sediment Quality as Related to Public Health Issues, Fort Chipewyan, Alberta, on behalf of the Nunee Health Board Society, Sherwood Park, Alberta, Treeline Ecological Research, 11 November 2007 (updated 5 December 2007).

Turner, F.J., 1996 [First published in 1893], The Frontier in the American History, Mineola, NY, Dover Publications Inc.

Woynollowicz, D., Severson-Baker, C., Raynolds, M., 2005, Oil Sand Fever. The Environmental Implications of Canada’s Oil sand Rush, Drayton Valley, Alberta: The Pembina Institute [Disponible sur le site : http://www.pembina.org/pub/203].

Klaszus, J., 2007, “Down the River. The province says life is fine downstream from the oil sands. So why does nobody in Fort Chipewyan believe it?”, Alberta Views, November 2007, p. 30-35. [Accessible en ligne : http://jeremyklaszus.com/Writing/av-downtheriver.pdf]

Slave River Journal, 2009a, “Chip Needs Record of Fish Deformities” (March, 17th).

Slave River Journal, 2009b, “Feds Need to Protect Water Around Oilsands”, (May, 19th).

Haut de page

Notes

1 La traduction, ou plus exactement l’adaptation du concept de Frontier par le mot français frontière est en réalité assez décevant en dépit de la proximité de la graphie car la connotation varie dans les deux langues. En anglais, et notamment pour l’Amérique du Nord, le terme Frontier fait référence à un espace de marges, dominé par des logiques de conquêtes territoriales, de luttes entre factions rivales et d’un processus de colonisation, pouvant être sous-tendu par un discours religieux (tel que celui porté par le Manifest Destiny aux Etats-Unis), d’inégale violence… qui correspondrait bien mieux à la notion de ‘front pionnier’ ! En français, ‘Frontière’ figure la limite entre deux Etats et l’existence des modalités de pouvoir généralement plus clairement définis, rendant rend moins évidente l’idée de la profondeur spatiale voire les tensions entre des forces non réglementaires (cf. également Guyot, 2009a).

2 Selon la Loi constitutionnelle canadienne de 1982, le terme Autochtone (en anglais Aboriginal), employé comme nom ou adjectif, sert à désigner de manière globale les « Indiens, [les] Inuit et [les] Métis du Canada » (Charte des Droits et des Libertés, II.35.(2)). Dans ce texte, il est utilisé lorsqu’il sert à désigner, en même temps, les Premières Nations (ou Amérindiens) et les Métis.

3 L’hypothèse d’une coïncidence de cette forme de prise de possession territoriale au Canada, à l’identique de celle des Etats-Unis a été considérée comme inappropriée tant les processus démographiques, historiques et politiques de la conquête étaient différents (Cross, 1970).

4 Nota bene : dans les paragraphes suivants, ces variables seront mobilisées sans pour autant que être appelées et traitées pour elles-mêmes.

5 http://www.statcan.gc.ca/pub/11-010-x/01108/6300167-fra.htm, 7 juin 2009.

6 Dans l’ouvrage dirigé par McCann, l’expression resource frontier – frontière de ressources – est utilisée pour le bouclier canadien. L’usage apparaît adapté aujourd’hui pour le nord de l’Alberta.

7 L’utilisation de l’expression ‘marges de l’œcoumène subarctique’ fait suite aux travaux de L.E. Hamelin (1980) sur le Nord canadien. Celui-ci justifie l’idée d’un œcoumène canadien dont l’étendue s’étend sur la totalité du territoire jusqu’aux régions les plus nordiques en insistant sur le fait que «  même si le Nord canadien n’est humanisé qu’à une faible intensité, tout de lui peut appartenir à l’œcoumène » (Hamelin, 1980 : 115). Cette assertion pourrait certes être discutée mais elle permet de légitimer la souveraineté canadienne jusqu’aux plus hautes latitudes… aujourd’hui encore. Hamelin distingue ainsi quatre formes d’œcoumène : l’œcoumène actif, composé de trois déclinaisons : de résidence, d’exploitation, de liaison, et l’œcoumène passif.

8 La nordicité s’exprime par un indice de valeurs polaires (vapo), obtenu à partir de la combinaison de six critères environnementaux (latitude, chaleur estivale, froid annuel, type de glace, précipitations totales, couverture végétale naturelle) et de quatre critères humains (accessibilité autre que par air, services aériens, population résidente ou hivernante, degré de l’activité économique) (Hamelin, 1980 : 78-80). Chaque critère est évalué entre 0 et 100, permettant de définir des seuils de nordicité au dessus de l’indice de 200 vapo, qui constitue la limite entre les territoires « dénordifiés » et les territoires nordiques. Ces derniers se déclinent, toujours selon Hamelin, entre le moyen nord (200-500 vapo), le grand nord (entre 500 et 800 vapo) et l’extrême nord (entre 800 et 1000 vapo).

9 Certaines villes ou communautés septentrionales sont d’ailleurs considérées comme « dénordifiées » (Canobbio, 2007).

10 En vertu du partage des compétences et des ressources au sein de la fédération canadienne, les ressources du sol et du sous-sol dépendent du pouvoir provincial à l’exception des terres placées directement sous la tutelle fédérale, tels que les parcs nationaux

11 Au Canada, les principaux traités signés (présentés sous la forme de « traités numérotés » de 1 à 11) avec les représentants des peuples amérindiens furent signés, avec les Premières Nations, entre 1871 et 1921 dans les territoires de l’Ouest (à l’exception de la Colombie-Britannique) et de l’extrême nord-ouest.

12 Celui-ci affirme même : “We’ve studied a hundred per cent of the mortalities in that region and discovered that they have no higher level of cancer.” (in Slave River Jounal, Fort Smith, Wednesday, November 21, 2007).

13 Nous nous intéressons ici au nord albertain et à la limite entre l’Alberta et les Territoires du Nord Ouest, mais il est possible d’élargir une grande partie des analyses qui vont suivre à une vaste zone allant de la Baie d’Hudson à la frontière américaine d’Alaska, globalement entre 50° et 65° de latitude nord.

14 Il s’agit de pays dotés de vastes territoires tels que le Canada, mais la remarque pourrait également être appliquée à l’Australie, aux Etats-Unis, à la Russie, la Chine.

15 Dans l’ouvrage consacré aux discontinuités spatiales, J.-C. Gay le formule de la manière suivante « Le discontinu contient du continu. Ce qui peut être apprécié comme discontinu à un certain niveau d’observation apparaîtra continu à une échelle plus grande » (Gay, 1995).

16 Cet aspect est précisé dans Héritier 2007, figure 7.

17 Il est ici utile de rappeler le triptyque, inscrit au début de l’Acte constitutionnel de 1982 : Peace, Order and good government.

18 A l’exception de quelques « villes » dénordifiées au-delà de cette limite (Canobbio, 2007), réactivant la grille de lecture d’un archipel de peuplement canadien (Robinson, 1989).

19 Dialogique et non dialectique en la matière car c’est bien du « dialogue » et des échanges portant sur les usages du même espace dont nous allons parler et non d’un mouvement de balancier entre deux conceptions, ou deux voix différentes.

20 Si leurs intérêts peuvent être les mêmes ponctuellement, ils participent d’une géopolitique locale assez complexe qu’il n’est pas possible de distinguer ni de développer dans cet article.

21 Les acteurs sont variés et ils ne répondent pas forcément au syntagme classique « d’acteurs locaux ». Ils peuvent être appartenir à des niveaux hiérarchiques distincts, de même qu’ils peuvent agir selon des échelles à la fois différentes ou complémentaires : distinguons les acteurs publiques éloignés (Etat fédéral, pouvoirs publics provinciaux et territoriaux), les acteurs associatifs (ONG environnementalistes notamment), et les acteurs localisés (pouvoirs publics locaux, habitants ou associations de résidents, Peuples autochtones, etc.). Ces différents « groupes » agissent selon des intérêts et des stratégies variables dans le temps et dans l’espace dont les manifestations les plus classiques oscillent selon les moments entre l’alliance temporaire, la contestation de légitimité, la méfiance (et la difficile construction d’une relation de confiance), l’entente légale et le recours judiciaire.

22 Les prérogatives des deux nivaux administratifs sont disponibles sur le site http://canadiana.org/citm/themes/constitution/constitution13_f.html#bna

23 En 2008, Sunycrude, l’une des grande société d’exploitation des sables bitumineux albertains fit un don de 500 000 dollars canadiens pour participer à la construction d’un équipement sportif à Fort Chipewyan : “Our donation will help ensure young people in the Fort Chipewyan community have access to sports and recreation opportunities that are an important part of a healthy life,” déclara le président de la société Syncrude (http://www.syncrude.ca/users/news_view.asp?FolderID=5690&NewsID=136, 15 juin 2009).

24When is Enough, Enough?”, documentaire produit réalisé par Geoff Bowie ; présenté dans la série « The Nature of Things » (par David Suzuki), présenté à la CBC (Canadian Broadcast Corporation – télévision canadienne) en 2004.

25 L’une des conclusions des représentants des Mikisew Cree, présentée dans le reportage, est que « the regulatory system is compromising the environmental equilibrium », alors qu’il est supposé être un outil destiné à le maintenir.

26 En 1930, le Transfer of Resource Act, fit passer les terres publiques fédérales des Prairies sous la tutelle des gouvernements provinciaux. Avec cette loi, les provinces devenaient propriétaires des ressources du sol et du sous-sol sur les terres publiques, et étaient maîtres des modes et modalités d’exploitation de ces ressources.

27 Dans le cadre de la loi canadienne, les terres relevant de la loi sur les parcs nationaux doivent être propriété pleine et entière de l’Etat fédéral.

28 “Slave River hydro dam opposition endures”, Friday, May 4, 2007, CBC News, sur le site http://www.cbc.ca/canada/north/story/2007/05/04/nwt-slaveriver.html (16 mars 2009).

29 Entre 1867 et 1921, les traités entre le gouvernement fédéral portèrent des numéros d’où le l’usage courant de l’expression traité numérotés, désignant les 11 traités signés pendant cette période.

30 Criminal Intelligence Service Alberta, 2006, Annual Report, Annual Report, April 2005 - March 2006, May 2006.

31 Deborah Tetley in Calgary Herald, 2005, 22th October, disponible sur le site http://www.mapinc.org/safe/v05/n1661/a07.html

32 Alberta Environmental Network, http://www.aenweb.ca/content/fort-hills-oilsands-venture-will-destroy-international-treasure (12 mai 2009)

33 Les variables identifiées par Guyot (2009a et 2009b) s’appliquent directement dans le cas présent.

34 Ville minière (fer) et pionnière du Québec créée ex nihilo en 1953 dont l’exploitation a durée jusqu’en 1982 avant que la ville ne soit quasiment vidée de sa population euro-canadienne.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Nord de l’Alberta – L’intégration progressive des marges à l’espace productif canadien ?
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1425/img-1.png
Fichier image/png, 2,3M
Titre Figure 2 – Espaces protégés et secteurs d’exploitation du nord albertain : une proximité problématique.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1425/img-2.png
Fichier image/png, 438k
Titre Figure 3 – Identification d’un front écologique induit par la mise en valeur du nord-est albertain.
Légende * : Les critères retenus s’appuient sur ceux proposés par Guyot (2009a).
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1425/img-3.png
Fichier image/png, 414k
Titre Figure 4 – Dispositif des relations entre les acteurs « écologiques » dans le nord albertain
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1425/img-4.png
Fichier image/png, 469k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Héritier, « Réflexions autour des « Fronts écologiques » dans le nord de l’Alberta (Canada) », L’Espace Politique [En ligne], 9 | 2009-3, mis en ligne le 20 janvier 2010, consulté le 01 mai 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/1425 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.1425

Haut de page

Auteur

Stéphane Héritier

Université Jean Monnet, Saint-Etienne
CNRS – UMR Environnement, Ville, Société (5600)
step_heritier@hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org