Navigation – Plan du site

L’Autorité et l’autre, parcours toponymiques et méandres linguistiques au Québec

Authority and the Other, Toponymic Paths and Linguistic Meanders in Quebec
Francine Adam

Résumés

L’autochtone, la française et l’anglaise sont les trois principales souches linguistiques des noms de lieux du Québec. Tributaires de l’histoire du contact des langues et des cultures, elles imprègnent le contexte géopolitique de la naissance des institutions responsables de sa toponymie, la Commission de géographie (1912) et la Commission de toponymie (1977). Disparition et changement de noms marquent les parcours toponymiques au long de l’histoire, créant une succession d’avancées néotoponymiques en accord avec la dynamique politique et territoriale. La néotoponymie contemporaine est multiforme et empreinte de choix identitaires, comme l’illustrent les dossiers suivants : noms de lieux autochtones du Nord-du-Québec, désignations commémoratives et consécration de l’ancestral, création de noms gardiens de la tradition et de la culture, fusions municipales et visions d’avenir de la société.

Haut de page

Texte intégral

La trilogie des langues et des cultures

  • 1 L’auteure a récemment soutenu une thèse de doctorat qui porte plus généralement sur « la médiation (...)

1Au Québec1, trois principales souches linguistiques déploient les lieux : l’autochtone, la française, l’anglaise. Ce sont aujourd’hui les noms de langue française qui constituent la part la plus importante de la toponymie officielle. Car si la Conquête de 1760 a mis fin à la Nouvelle-France politique et imposé, comme il se doit, des noms anglais pour désigner cantons, municipalités et entités d’envergure, la toponymie de langue française n’en a pas moins repris plus tard ses droits. Cela est étroitement lié à l’autorité institutionnalisée.

  • 2 Le 26 août 1977.

2La Commission de toponymie du Québec (CTQ) naît neuf mois après l’arrivée au pouvoir du souverainiste Parti Québécois, en novembre 1976 ; c’est la Charte de la langue française qui l’institue officiellement2. Mais la gestation de cette autorité responsable des noms de lieux est historiquement bien plus longue. Considérons d’abord la naissance de la Commission de géographie du Canada, en 1897, des suites de l'empiètement intolérable du voisin états-unien :

  • 3 Canadian Permanent Committee on Geographical Names ou Comité permanent canadien des noms géographiq (...)

The CPCGN3, which celebrates its centennial anniversary this year, was established when the country was growing faster than the ability of its citizens to name its features. When map-makers in the United States started assigning names to Canadian places (Bennett Lake, B.C., is named after James Gordon Bennett, founder of the New York Herald) the Canadian government stepped in (Canadian Geographic, 1997, p. 24).

3Cette volonté d’autonomie du Canada vis-à-vis des États-Unis s’est donc manifestée par la création d’une institution responsable de la toponymie. Au Québec, les liens entre autonomie et toponymie ont aussi une histoire. Le géographe Eugène Rouillard (1851-1926) sera la figure de proue du mouvement qui aboutira à la création d’une instance en la matière. En 1909, il publie deux articles en début et fin d’année dans lesquels il confronte noms de lieux anglais et français tout en s’élevant contre le trop-plein de toponymes autochtones : « L’invasion des noms sauvages » et « Respect aux noms primitifs ! ».

  • 4 Ces guillemets figurent dans le texte.

4Évoquant la décision prise au Congrès international de géographie de Genève en 1908, soit « que les premiers noms donnés devaient être, autant que possible, conservés ou rétablis sur les cartes »4 (Rouillard, 1909b, p. 30), il fait état de la situation canadienne :

Cette décision, nous sommes heureux d’en témoigner, est conforme à celle qu’a prise la Commission de géographie du Canada qui est en train, elle aussi, de restituer les noms primitifs partout où ils ont été altérés ou déformés. Il reste cependant encore quelques noms, notamment dans la province de Québec, qui ont été traduits, sans motifs raisonnables, sur certaines cartes du Canada et dans le guide postal publié annuellement par le gouvernement canadien, et auxquels il conviendrait de restituer leur appellation primitive (ibid., p. 30-31).

5À ses yeux, le « nom primitif » est français. La possibilité qu’il y ait eu jadis des noms autochtones n’entre aucunement en considération. Le problème se limite à la confrontation des langues française et anglaise. Mais, par ricochet, cela se cristallisera justement dans la toponymie autochtone. Car au cours des XVIIIe et XIXe siècles, les toponymes autochtones en sont venus à noircir les cartes :

Les explorateurs, arpenteurs, missionnaires, parmi les principaux, qui n’ont pas eu le même souci que les premiers conquérants ni la xénophobie autochtone consignent les noms de lieux aborigènes qu’ils apprennent des indigènes eux-mêmes. Ces hommes produisent des cartes et plans détaillés de certaines régions intérieures. La moisson en choronymes aborigènes est alors abondante. Par exemple, le rapport du voyage de J.-L. Normandin aux sources du Saguenay, de même que les cinq cartes détaillées du Père Laure dressées de 1731 à 1733, qui couvrent la vallée du Saint-Laurent jusqu’à la région du lac Mistassini, les plans effectués par des missionnaires dont François Babel, fourmillent de noms autochtones. Au XIXe siècle, les plans d’arpentage et d’explorations se multiplient et on voit apparaître de plus en plus de noms aborigènes dans la documentation. C’est, en particulier, le moment où l’arpentage des régions nouvelles de l’Outaouais supérieur, de l’Abitibi et du lac Mistassini apporte chaque jour de nouveaux noms amérindiens sur les cartes (Poirier, 1982, p. 124).

6Pour Eugène Rouillard, les toponymes autochtones sont en trop grand nombre. Après avoir décerné la palme en matière de noms de lieux : « c’est la nation algonquine, de beaucoup la plus nombreuse et la plus répandue, qui a marqué le plus fortement de sa griffe les sentiers qu’elle a parcourus » (Rouillard, 1909a, p. 162), il poursuit : « les Algonquins nous ont abandonné une si riche succession, que nous, leurs légataires universels, en sommes quelque peu embarrassés. Cette succession se chiffre par sept à huit mille noms topographiques, pour ne parler que de ceux qui sont présentement connus » (id., p. 163). E. Rouillard effectue un tri, rejetant certains : « ce qui les rend antipathiques, c’est la multiplicité des lettres dans un même mot, l’étrange juxtaposition de certaines syllabes et la dureté des sons. (…) Matawagosic, Obikodosec, Apshicamish, Matowikoma, Oposataka, Miskittenau, Makustigan, Shoshoquon, et cent autres du même calibre ! » (ibid.). Après quoi, il « cite au hasard » (ibid.), les toponymes autochtones qui ont grâce à ses yeux, « qui ne risquent pas d’écorcher le tympan et qui sont même d’une belle venue » (ibid.), parmi lesquels Pontiac, Yamachiche, Maskinongé, Maniwaki, Mékinac, Obaska, Harrécana (id., p. 163-164). Nous le remarquons, ces dernières appellations sont passées par le chemin de la francisation, tandis que c’est la moulinette de l’anglicisation qui a formé les précédentes.

7E. Rouillard pose enfin la question : « Sommes-nous, dans cette province essentiellement française, assez saturés de noms géographiques sauvages, et existe-t-il des raisons majeures pour ne pas rompre avec une coutume qui paraît vouloir passer à l’état de manie ? » (id., p. 167). Non seulement en voit-il déjà partout, mais il appréhende le surplus de toponymes autochtones qui menacent encore de déferler, telle une avalanche, de ces nouveaux territoires qu'on parle de coloniser ou d’exploiter :

Et il nous reste l’Abitibi, le territoire de la baie d’Hudson et bientôt peut-être celui de l’Ungava, où les explorateurs de la Commission géologique du Canada, pour n’avoir fait que d’y pénétrer, ont déjà moissonné à pleines mains, et d’où ils ont rapporté, pour nous en faire cadeau (…) toute une botte de noms de provenance esquimaude ou sauvage (ibid.).

8Nous imaginons sans peine que la langue de ces « explorateurs de la Commission géologique du Canada » devait plutôt être l’anglais ! Le risque était de voir se multiplier les toponymes autochtones… anglicisés de surcroît ! En bon stratège, E. Rouillard s’en tient toutefois au problème des noms autochtones.

9Va pour les « noms populaires et désormais historiques, comme ceux de Matane, Kamouraska, Chicoutimi, Péribonka, Mistassini, Tadoussac, Témiscouata, Kénogami, Escoumains, Manicouagan, Mécatina, Matapedia, Ristigouche, Témiscamingue, Abitibi » (id., p. 168). Il serait assurément déraisonnable de plaider pour l’effacement total de la toponymie autochtone : « On ne demande pas sans doute de procéder à une élimination systématique, puisqu’il y a de ces dénominations devant lesquelles il n’y a plus qu’à s’incliner » (ibid.). Mais pour l’avenir, il propose des mesures concrètes :

(…) il suffirait que les explorateurs et les arpenteurs-géomètres, dont l’oreille est ouverte la première à l’audition de ces sons également nouveaux et étranges, fissent leur travail d’épuration au moment même où ils dressent leurs plans et cartes. Les pouvoirs publics pourraient leur donner une certaine latitude, en les laissant libres de traduire dans la langue de la majorité cette myriade de noms indigènes qui n’ont aucun sens pour nous et dont la lourdeur a de quoi effrayer les esprits les moins rétifs. Nous pourrions encore arriver au même but en instituant une commission qui se chargerait de faire le triage de ces noms, et qui les traduirait au besoin pour les mettre à la portée de tous. Dans ce dernier cas, l'initiative devrait être laissée à l’un de nos ministères, mais encore faudrait-il que l’on fit diligence, si l’on ne veut pas être bientôt submergé (id., p. 170 ; souligné par nous).

10En 1912 naissait la Commission de géographie du Québec (CGQ), avec comme président fondateur, Eugène Rouillard. Une Commission dont la politique linguistique ne laisse aucun doute :

Sa première préoccupation était la reconnaissance, le maintien et l’implantation d’une choronymie française sur le territoire. Nous voyons à la lumière de ses premières décisions que cette exigence était prioritaire. En effet, dès sa deuxième séance, laquelle s’est tenue le 17 décembre 1913, nous pouvons lire dans le procès-verbal qu’on avait « décidé à l’unanimité de faire changer dans le cadastre le nom de Murray-Bay en celui de Malbaie » (Poirier, 1972, p. 335).

11À la tête de l’organisme, E. Rouillard sera un ardent défenseur du fait français. Et d'une vigilance aiguë contre les périls linguistiques qui le menacent : l'anglais et l'autochtone (et l’autochtone de langue anglaise !). Sur les cartes, les noms de lieux autochtones ne pouvaient que prendre l’un ou l’autre chemin linguistique :

Les cartes officielles choisirent une des versions françaises ou anglaises, donnant lieu à des contestations. La Commission de géographie de Québec créée en 1912 essaie d’implanter des règles pour l’uniformisation, à défaut d’être capable d’en édicter pour une phonétique appropriée. La Commission eut doublement à réagir. Le Geographical Board of Canada s’essayait à la même régularisation mais entendue par les anglophones. De plus en plus, au début du XXe siècle, l’anglicisation menaçait les choronymes indiens (Morissonneau, 1972, p. 272).

  • 5 Comme l’a démontré Jean Poirier (1982).
  • 6 Pour reprendre l’expression fameuse d’Yves Lacoste : La géographie, ça sert d’abord à faire la guer (...)

12L’étau s’est finalement resserré autour de la toponymie autochtone. Car l’on jugula, en effet, le fléau dénoncé par Eugène Rouillard en faisant disparaître quelque 15 000 noms de lieux autochtones des cartes et des plans5. On le voit, l’examen du passé nous apprend que la géographie, ça sert aussi à faire la guerre des noms6.

Néotoponymie de l’ancien

  • 7 Qui sera complètement remaniée en 1987. La CTQ adopte alors un ensemble de politiques : politique d (...)

13Remplaçant l’autorité toponymique initiée par Eugène Rouillard, la CTQ voit son mandat considérablement élargi. Responsable de l’inventaire, du traitement, de la normalisation, de l’officialisation, de la diffusion et de la conservation des noms de lieux du territoire québécois, elle a mené depuis sa création nombre d’enquêtes sur le terrain et publié d’importants ouvrages. La CTQ est née dans un contexte singulier : pour la première fois de son histoire, le Québec est gouverné par un parti qui prône l’indépendance vis-à-vis du reste du Canada. Et qui fait du français la seule langue officielle du Québec (Loi 101 ou Charte de la langue française). La CTQ apparaît dès lors comme un organe de promotion et de défense de la langue française. C’est en 1982 qu’elle adopte une première politique de francisation des noms de lieux7.

  • 8 La toponymie des Abénaquis en 1985, La toponymie des Attikameks en 1987, La toponymie des Naskapis (...)

14Par ailleurs, à partir de 1978, la toponymie du Nord-du-Québec prend un air nouveau ; les Cris et les Inuits habitent Chisasibi, Wemindji, Waskaganish, Kuujjuarapik, Inukjuak, Kuujjuaq, des villages auparavant connus sous les noms de Fort-George, Nouveau-Comptoir (et Paint Hills), Fort-Rupert (Rupert-House), Poste-de-la-Baleine (Great Whale River), Port Harrison, Fort-Chimo. Le développement économique nordique mis en œuvre par les uns va changer les vies et les populations, la toponymie aussi : « ce sont les bouleversements géographiques et socioculturels suscités par l’annonce et le début des projets hydroélectriques du territoire de la Baie-James qui enclencheront la véritable campagne d’inventaires de toponymes autochtones » (Bonnelly, 1996, p. 7). Par la suite, la CTQ publiera une série de dossiers toponymiques consacrés aux autochtones, réalisés à partir d’inventaires sur le terrain8. Si la CTQ a su fort heureusement mettre sur pied une politique relative aux noms autochtones, cela ne va-t-il pas dans le même sens que l’affirmation identitaire du Québec francophone ? En reconnaissant l’Autre, ne cherche-t-on pas une reconnaissance réciproque ?

15Autre voie empruntée par le phénomène néotoponymique récent, la création de noms ressortissant à l’honorifique culturel est en vigueur à la CTQ depuis la fin des années 1980. Parmi les pratiques dénominatives qui produisent des « noms à haute densité culturelle », la désignation commémorative et la localisation de noms sont les plus éloquentes (Richard, 1987, p. 512). Avec sa politique de désignation toponymique commémorative, la CTQ rend hommage tout en favorisant l’ancrage culturel. Cette néotoponymie de la consécration de l’ancestral contribue à vieillir le pays, et ce faisant, à l’embellir. En fêtant son histoire, on s’approprie d’autant mieux le territoire : la côte de la Grande Traversée et la côte de la Découverte sur l’île d’Anticosti marquent le 450e anniversaire de l’arrivée de Jacques Cartier au Canada, l’île Blonville rappelle le lieu d’origine normand de l’ancêtre des Héroux d’Amérique et cette création toponymique souligne le 300e anniversaire de sa mort. Liées, la France et la Nouvelle-France l’ont été historiquement mais désormais le Québec est, à son tour, un vieux pays. Liées, la France et le Québec le sont magnifiquement dans cet hommage rendu lors du Bicentenaire de la Révolution française : les trois noms de la devise Liberté, Égalité et Fraternité spécifient trois caps du fjord du Saguenay, paysage grandiose du Québec. La création de nom concerne également l’histoire sociale récente, tel que l’illustre le mont de la Québécoise dans la réserve faunique des Laurentides : « En nommant cette entité, en 1990, à l’occasion de la Journée internationale des femmes, la Commission de toponymie a voulu souligner le 50e anniversaire de l’obtention du droit de vote pour les femmes du Québec aux élections provinciales » (CTQ, 1994, p. 559).

16La nécessité de procéder à la désignation systématique d’entités à l’intérieur de vastes espaces, en particulier dans les réserves fauniques et les zones d’exploitation contrôlée (zecs), a favorisé la localisation de noms. Dans la réserve faunique de Port-Cartier–Sept-Îles, par exemple, les noms de création culturelle et historique spécifient les lieux :

En 1989, à la demande des autorités de la réserve faunique, la Commission de toponymie a attribué de façon systématique une appellation à des entités géographiques de ce territoire. Près de 1700 lieux dépourvus de noms ont été désignés, dont plusieurs dizaines d’après des emprunts à des œuvres littéraires du Québec. Le choix des auteurs et des œuvres s’est appuyé sur l’existence d’un lien logique entre ceux-ci et le milieu de la Côte-Nord. On retrouve donc des noms tirés des poèmes de Gilles Vigneault, de Roland Jomphe et de Camille Laverdière, du roman Ashini d’Yves Thériault, de l’ouvrage Forestiers et voyageurs de Joseph-Charles Taché et du récit montagnais Les Oiseaux d’été de Michel Noël. Par la magie des noms créés et des mots qui les forment, la réserve faunique comprend maintenant le ruisseau Mourir-Ma-Belle, les rapides de l’Abandonné, le confluent des Équinoxes, le ruisseau de Sacakoua, le mont des Fleurs de Gel, le mont J’Y-Vois-le-Nord... Parmi les autres procédés employés pour créer des noms, on relève l’emploi d’éléments spécifiques propres à la région et l’exploitation de banques de noms : les noms de famille et les surnoms de soldats de la guerre de Sept Ans enrôlés dans l’armée de Montcalm, les noms de familles souches de la Côte-Nord, ceux de familles non françaises venues s’établir en Nouvelle-France et les blasons des familles Tremblay du Québec (id., p. 744).

17C’est ainsi que la CTQ a insufflé de l’identité culturelle dans le milieu naturel. Cette néotoponymie contient un volet honorifique singulier, car elle permet de « rendre hommage à des créateurs, de leur vivant, à travers des personnages ou des lieux de leurs œuvres, plutôt que d’attendre la mort de ces créateurs et d’honorer leur mémoire à travers leurs noms » (Richard, 1987, p. 514). La CTQ se fait gardienne de la vie d’antan et de la tradition. Les écrits de Joseph-Charles Taché qui racontent le chantier ont constitué la source des lacs des Cageux, des Claireurs, des Bûcheurs, des Colleurs, du Bourgeois, du Couque et de la Montée aux Chantiers. Des toponymes de l’alimentation traditionnelle lui sont aussi redevables. Ainsi cette série d'entités géographiques sises dans la zec de Kipawa : les lacs du Ragoût, de la Tourtière, du Bouilli, de la Fricassée et de la Soupane.

18Autorité par excellence en matière de toponymie, la CTQ est un organisme gouvernemental qui a pu parfois se positionner tout près du pouvoir politique. Le meilleur exemple en est sans doute celui-ci : en 1997, pour marquer le 20e anniversaire de la Loi 101, elle crée au cœur du réservoir de Caniapiscau Le Jardin au Bout du Monde et ses 101 îles dont les noms sont tirés d’œuvres littéraires. Les lieux choisis apparaissent stratégiques, ceux de l’indépendance énergétique et du pouvoir économique : il s’agit d’un archipel créé artificiellement suite à l’aménagement du complexe hydroélectrique de la Grande Rivière dans les années 1970-1980.

Des fusions et des noms

  • 9 Des fusions municipales ont certes eu lieu par le passé, mais la mise en œuvre en janvier 2001 de c (...)
  • 10 Nous avons analysé le contenu de la presse écrite quotidienne et rédigé un chapitre sur la question (...)

19La CTQ n’est pas le maître d’œuvre de tous les changements et créations toponymiques. Nous avons pu le constater avec le projet de réorganisation municipale et territoriale (Loi 170). C’est le Gouvernement du Québec lui-même qui a créé un contexte néotoponymique inédit par son envergure9. Cela parce qu’au terme du processus de fusion d’un groupe d’entités municipales, un seul nom devait émerger pour spécifier la nouvelle création (Adam, 2008). Le phénomène s’est déroulé à l’échelle provinciale, le monde municipal voyant se multiplier les comités de transition et les comités du nom, tribunes invitant les gens à s’exprimer10.

  • 11 Municipalité régionale de comté.

20Prenons le cas de Métabetchouan et Lac-à-la-Croix, situées sur le bord du lac Saint-Jean, où leurs populations ont été confrontées à un cas de substitution toponymique pure et simple. Début février 2001, le titre d'une manchette assène catégoriquement la volonté municipale : « Métabetchouan et Lac-à-la-Croix n'existent plus. Envoyez vos lettres à Ville Lac-Saint-Jean-Sud ! » (Côté, 2001a, p. 6). Ce nom a été retenu par « un comité spécial (…) formé de représentants du comité municipal de développement et de la firme-conseil Solution publicité » (ibid.), s'appuyant sur « 78 réponses de citoyens ayant soumis des suggestions » (ibid.). Très tôt est mis sur pied un comité d’action qui rejette le nouveau nom. Son porte-parole récite alors une ironique litanie lacustre à différentes échelles : « La municipalité de Lac-Saint-Jean sud dans la MRC11 de Lac-Saint-Jean est, dans les limites des comtés fédéral et provincial de Lac-Saint-Jean-Saguenay et Lac-Saint-Jean, [le maire] peut en penser ce qu'il veut mais nous sommes nombreux à croire que ça n'a pas de sens (…) » (Tremblay, 2001a). Mais pour le maire, le nom représente un atout stratégique :

(…) qu'il permettra de mettre en place un plan de marketing intéressant. Selon les différentes analyses, plus de 80 pour cent des touristes qui visitent le Lac-Saint-Jean n'arrêtent pas à Métabetchouan malgré les attraits de la municipalité. [Il] juge qu'il est maintenant temps de positionner solidement tout le secteur sud (id., 2001b).

  • 12 Cette opposition a d’ailleurs pris une réelle ampleur grâce à l’appui de personnalités connues du Q (...)

21De telles considérations basées sur un « plan de marketing intéressant » s’appropriant la notoriété du nom de la région, cette stratégie d'appel au tourisme, n'ont pas trouvé écho chez les habitants, occupés plutôt à signer une pétition contre le nom de Lac-Saint-Jean-Sud12 :

Au moins 1610 des quelque 2800 citoyens de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix âgés de 18 ans et plus s'opposent fermement à ce que leur municipalité soit désignée sous le nom de Ville Lac-Saint-Jean-Sud. (…) Dans les considérations visant à motiver leur opposition, les signataires de la pétition indiquent que le nom retenu par le comité local de toponymie ferait perdre toute identité aux citoyens de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix. Ils soutiennent que le nom de Ville Lac-Saint-Jean-Sud prêterait à confusion, en ce sens que le vocable « Lac-Saint-Jean » désigne déjà une région, deux comtés, un district de CLSC, une MRC et une commission scolaire, lesquels forment des entités plus grandes que la municipalité visée (Côté, 2001b, p. A4).

22À la réunion des élus municipaux tenue suite au dépôt de cette pétition, il est décidé de revenir au nom de Métabetchouan–Lac-à-la-Croix. Un peu plus de deux semaines ont donc suffi pour balayer ce trop nouveau nom vide d’histoire : Lac-Saint-Jean-Sud ! Ces deux toponymes – qui n’en font maintenant qu’un – ont été sauvés de la disparition par une petite population, ce qui n’est pas anodin. Il en a été autrement des fusions qui ont donné naissance aux grandes villes : des villes-banlieues et des villes-centres ont dégringolé de l’échelle géographique en devenant des arrondissements. Deux noms de lieux majeurs ont disparu, rayés de la carte : Hull et Chicoutimi.

  • 13 « À qui appartient le nom de lieu ? », tel est le titre de l’article d’Henri Dorion, premier présid (...)

23Qui peut décider de la vie et de la mort des noms de lieux ? En accord avec le géographe Henri Dorion, « quand on réalise (…) comment la toponymie peut traduire, attiser et même provoquer des problèmes d’ordre géopolitique, il est naturel de se poser la question : à qui appartient le nom de lieu ? » (Dorion, 1993, p. 2). Le créateur, l’habitant, l’utilisateur, le gérant sont les quatre agents toponymiques à l’œuvre (ibid.)13. Les débats ont montré que les habitants eux-mêmes se sont montrés partisans de la néotoponymie. Pour éviter Longueuil, on a suggéré des noms tels Des Seigneuries, Ville Pierre-Boucher, LeMoyne, Viger-sur-Rive. On a vu la grande ville outaouaise espérer prendre des noms comme Montferrand, Trois-Portages, Asticou, Rivemont. La bataille s’est engagée entre Saguenay – néotoponyme dans un contexte urbain puisque désignant jusqu’alors une région – et Chicoutimi, chacun des noms ayant son comité de défense et l’appui de lettres d’opinion.

  • 14 La CTQ a donné un avis favorable pour le toponyme Longueuil, ce qui a certes été pris en considérat (...)

24Mais les noms de lieux n’appartiennent pas qu’aux seuls habitants et ceux-ci n’ont pas porté seuls le choix des noms gagnants. C’est le Conseil des ministres qui a tranché pour Longueuil14, c’est lui qui a brisé le tandem linguistique de langue anglaise Ottawa-Hull en élisant le très français Gatineau. L’implication de personnalités politiques connues aux échelons local, provincial et fédéral s’est superposée à la confusion funeste des échelles territoriales, sonnant le glas du nom de lieu Chicoutimi.

25De nos jours encore, la guerre des noms fait des victimes, heurtées dans leurs sensibilités et leurs identités. La journaliste Denise Bombardier a si bien exprimé l'insouciance des uns vis-à-vis du sentiment des autres :

Les municipalités doivent se regrouper. Telle est la volonté politique. Cela est légitime, certes discutable, mais ça se justifie. Le hic, et l'on s'en rend compte par la controverse que cela suscite, c'est le problème des noms. D'abord, il faut s'étonner de la surprise des responsables politiques, qui n'avaient apparemment pas prévu la force des tollés auxquels nous avons assisté au cours des dernières semaines. (…) Chicoutimi : out. Hull : out. (…) Au Québec, société qui n'a de cesse d'affirmer sa personnalité distincte en se nommant autrement, en usant de symboles inconnus chez nos voisins canadiens et américains, la légèreté avec laquelle on efface le passé à travers les noms qui l'ont toujours désigné est suspecte. En établissant un lien obligé entre progrès et dépersonnalisation, l'on nie, en quelque sorte, l'essence même de notre existence en Amérique du Nord. Il est faux de croire qu'on peut débaptiser, dénommer les gens, les villes, les rues sans précaution et sans délicatesse (…). On devrait savoir qu'on ne bouscule pas les habitudes et surtout les références symboliques de la population sans blesser les gens. La toponymie n'est pas un jeu de hasard, ni un sondage populaire, ni un instrument de politique politicienne (Bombardier, 2001, p. A1).

Conclusion

  • 15 En matière de toponymie, la préoccupation linguistique des gouvernements est inévitable. Les XVIIIe(...)

26L’affirmation identitaire du Québec francophone a jadis franchi l’étape du remplacement et de l’effacement de la toponymie de l’Autre (autochtone et anglophone), de manière délibérée, parfois brutale. Il en est résulté une néotoponymie historique qui était celle d’une reconquête du territoire par la langue française. Depuis l’arrivée de la CTQ, les politiques linguistiques successives ont favorisé une véritable emprise15. Dans son expression contemporaine, la néotoponymie mise en place par l’autorité responsable des noms de lieux ressortit à la célébration et la consécration de l’ancestral mais aussi à l’avancée et l’ouverture de la société québécoise ; le temps est à la reconnaissance de l’Autre, témoin la toponymie autochtone du Nord-du-Québec.

27Différent et soudain est le vent néotoponymique qui a balayé le Québec des fusions municipales. Alliés de la mémoire et tenants de la nouveauté ont mené la bataille des identités municipales. Tous ont été témoins de la perte de noms. Dans le cas de Chicoutimi, c’est un nom de lieu millénaire qui a disparu, un nom qui figurerait assurément au patrimoine mondial toponymique, si une telle institution existait. En Outaouais, faisant disparaître Hull et naître Gatineau, c’est vis-à-vis de son semblable, historiquement Autre, que s’est positionnée l’autorité politique.

Haut de page

Bibliographie

ADAM F., 2008, « Des banlieues sans noms au Québec », in S. Jaumain et N. Lemarchand, (dir.) Vivre en banlieue. Une comparaison France / Canada, Bruxelles, Groupe éditorial Peter Lang, coll. « Études Canadiennes – Canadian Studies », vol. 14, p. 125-138.

BOMBARDIER D., 2001, « Changer les noms », Montréal, Le Devoir, 11 août, p. A1.

BONNELLY C., 1996, La toponymie autochtone au Québec. Bilan et prospective, Dossiers toponymiques, 24, Québec, Commission de toponymie du Québec.

Canadian Geographic, 1997, La Société géographique royale du Canada, juillet-août, p. 24.

COMMISSION DE TOPONYMIE (Gouvernement du Québec), 1990, Guide toponymique du Québec, 2e édition révisée et enrichie, Québec, Les Publications du Québec.

COMMISSION DE TOPONYMIE (Gouvernement du Québec), 1994, Noms et lieux du Québec. Dictionnaire illustré, Sainte-Foy, Les Publications du Québec.

CÔTÉ C., 2001a, « Métabetchouan et Lac-à-la-Croix n’existent plus. Envoyez vos lettres à Ville Lac-Saint-Jean-Sud ! », Chicoutimi, Le Quotidien, 2 février, p. 6.

CÔTÉ C., 2001b, « Métabetchouan-Lac-à-la-Croix. 1610 citoyens tiennent au statu quo », Chicoutimi, Le Quotidien / Québec, Le Soleil, 13 février, p. A4.

DORION H., 1993, « À qui appartient le nom de lieu ? », Onomastica Canadiana, Société canadienne d’onomastique, vol. 75, p. 1-10.

MORISSONNEAU C., 1972, « Noms de lieux et contact des langues ; une approche de la choronymie du Québec », in Henri DORION (dir.) Les noms de lieux et le contact des languesPlace Names and Language Contact, Québec, Les Presses de l’Université Laval, p.246-292.

POIRIER J., 1972, « Politiques toponymiques du Québec à l’égard des contacts linguistiques », in Henri DORION (dir.) Les noms de lieux et le contact des languesPlace Names and Language Contact, Québec, Les Presses de l’Université Laval, p. 334-343.

POIRIER J., 1982, « Les noms de lieux amérindiens du Québec face aux conquérants », Regards sur les noms de lieux, [Québec], Commission de toponymie, Études et recherches toponymiques, 3, p. 123-128.

RICHARD M.-W., 1987, Actes du XVIe Congrès international des Sciences onomastiques, Université Laval, p. 507-516.

ROUILLARD E., 1909a, « L’invasion des noms sauvages », Bulletin du parler français au Canada, vol. VII, n° 6, janvier, p. 162-170.

ROUILLARD E., 1909b, « Respect aux noms primitifs ! » Bulletin de la Société de géographie de Québec, vol. 3, n° 6, décembre, p. 30-32.

TOPOS : Système informatisé de gestion des toponymes de la Commission de toponymie du Québec.

TREMBLAY L., 2001a, « Lac-Saint-Jean sud. Les opposants organisent la résistance », Alma, Le Lac St-Jean, 7 février.

TREMBLAY L., 2001b, « Nouveau nom. Lawrence Potvin persiste », Alma, Le Lac St-Jean, 7 février.

Haut de page

Notes

1 L’auteure a récemment soutenu une thèse de doctorat qui porte plus généralement sur « la médiation toponymique au Québec et en Acadie du Nouveau-Brunswick » : ADAM F., 2008 a, Des noms et des lieux. La médiation toponymique au Québec et en Acadie du Nouveau-Brunswick. Thèse sous la direction du Professeur Paul Claval, Université Paris IV – Sorbonne (présentée et soutenue publiquement le 14 mai 2008).

2 Le 26 août 1977.

3 Canadian Permanent Committee on Geographical Names ou Comité permanent canadien des noms géographiques, remplaçant la Commission de géographie du Canada et nommé ainsi depuis 1961. En mars 2000, l’institution prend le nom de Commission de toponymie du Canada.

4 Ces guillemets figurent dans le texte.

5 Comme l’a démontré Jean Poirier (1982).

6 Pour reprendre l’expression fameuse d’Yves Lacoste : La géographie, ça sert d’abord à faire la guerre.

7 Qui sera complètement remaniée en 1987. La CTQ adopte alors un ensemble de politiques : politique de normalisation, politique linguistique, politique terminologique, politique relative aux noms autochtones, politique de désignation toponymique commémorative (CTQ, 1990, p. 19-34).

8 La toponymie des Abénaquis en 1985, La toponymie des Attikameks en 1987, La toponymie des Naskapis en 1990, La toponymie des Algonquins en 1999, La toponymie des Hurons-Wendats en 2001, La toponymie des Cris en 2003.

9 Des fusions municipales ont certes eu lieu par le passé, mais la mise en œuvre en janvier 2001 de ce projet est sans commune mesure, car concernant l’ensemble des municipalités de la province. Lancé par le gouvernement du Parti Québécois alors que son Premier ministre était Lucien Bouchard, le projet s’est poursuivi avec son successeur Bernard Landry. Arrivé au pouvoir en avril 2003, le Parti Libéral du Québec dirigé par Jean Charest vote une Loi sur les défusions. Des municipalités ont pu alors choisir cette voie suite à la signature de registres.

10 Nous avons analysé le contenu de la presse écrite quotidienne et rédigé un chapitre sur la question des fusions municipales dans notre thèse de doctorat et un article récent (voir bibliographie). Nous faisons brièvement état dans le présent article des liens entre nom, lieu et politique qui nous sont apparus à la lecture des quotidiens et qui contribuent à éclairer la néotoponymie.

11 Municipalité régionale de comté.

12 Cette opposition a d’ailleurs pris une réelle ampleur grâce à l’appui de personnalités connues du Québec, comme Jean-Paul Desbiens, Gérard Bouchard, Henri Dorion, Pierre Bourgault.

13 « À qui appartient le nom de lieu ? », tel est le titre de l’article d’Henri Dorion, premier président de la CTQ. Il y développe donc en toute connaissance de cause la complexité des relations entre les quatre agents toponymiques identifiés.

14 La CTQ a donné un avis favorable pour le toponyme Longueuil, ce qui a certes été pris en considération par le Conseil des ministres.

15 En matière de toponymie, la préoccupation linguistique des gouvernements est inévitable. Les XVIIIe et XIXe siècles ont vu le recouvrement de la toponymie française par l’anglaise alors que la tendance s’est inversée au XXe siècle. Mais ces vagues, anglicisante et francisante, n’ont jamais complètement envahi les lieux. S’agissant de la CTQ, l’on doit souligner que la francisation des toponymes a bien été relative et que depuis sa création, le nombre de toponymes anglais et autochtones a considérablement augmenté.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francine Adam, « L’Autorité et l’autre, parcours toponymiques et méandres linguistiques au Québec », L’Espace Politique [En ligne], 5 | 2008-2, mis en ligne le 17 décembre 2008, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/143 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.143

Haut de page

Auteur

Francine Adam

Laboratoire Espaces, Nature et Culture, Université Paris IV – Sorbonne fadam.abitibi@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org