Navigation – Plan du site

La collaboration environnementale transfrontalière, constituante d’un front écologique ?

Limites et perspectives des mises en réseau des espaces protégés alpins
Environmental Cross-border Collaboration as a Lever to Alpine Unity? Limits and Prospects for the Networking of Protected Alpine Areas
Lionel Laslaz

Résumés

Les parcs nationaux alpins font partie de l’EUROPARC (Fédération des parcs naturels et nationaux d’Europe), réunissant 400 parcs dispersés dans trente-sept pays européens. Ils sont, en outre, associés à Alparc (Réseau Alpin des Espaces Protégés, créée en 1995) chargé de l’application de la Convention Alpine (rédigée par la CIPRA et l’UICN à la demande du Conseil de l’Europe en 1988, signée le 7 décembre 1991 à Strasbourg et ratifiée par les Etats alpins). Cet article propose d’analyser les politiques de coopération transfrontalière entre espaces protégés dans l’arc alpin, questionnant la fonctionnalité transfrontalière de structures fondamentalement nationales. Existe-t-il une réelle fonctionnalité et finalité à ces coopérations transfrontalières ? La mise en réseau des espaces protégés alpins peut-elle s’apparenter à un front écologique et quelles en seraient les modalités de fonctionnement ? En tout état de cause, si le front écologique dans les Alpes prend des formes singulières, la mise en réseau peut contribuer à en délimiter les caractéristiques.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : Le front écologique comme questionnement de l’unité alpine

1Le « dépassement » des frontières touche aussi les espaces protégés, oubliant souvent qu’ils créent parfois les leurs. Ainsi, le 6e Congrès mondial sur les parcs réuni en 2003 à Durban (Afrique du Sud), abordait comme thème les « Bénéfices par delà les frontières » (UICN, 2005). Il existe à l’échelle mondiale quelques 188 APTF (Aires Protégées TransFrontalières) comprenant 818 parcs individuels sur 4,6 millions de km² en 2007, mais la contiguïté de deux ou de trois espaces protégés n’induit pas automatiquement leur collaboration. Il n’existe pas de déterminisme de concertation lié au voisinage, même si l’on peut supposer que la continuité entre deux espaces protégés, qu’ils soient dans deux Etats différents ou non, est un plus en termes de biodiversité.

2Les récents travaux (parmi l’abondante bibliographie à ce sujet : Héritier, 2004 ; Guyot, 2006b ; Guyot ; Médina-Nicolas, in Héritier et Laslaz, dir., 2008) ont montré comment les parcs transfrontaliers étaient présentés comme des outils de pacification à l’issue de conflits armés (Amérique centrale), sous l’appellation de Peace Parks et comme des prétextes à une coopération, parfois trinationale (Amérique du Sud, Afrique australe), entre des Etats qui se sont longtemps ignorés. « Régler les conflits régionaux au moyen de mécanismes tels que les Parcs de la paix », revendiquaient ni plus ni moins les actes du Ve Congrès mondial des parcs (UICN, 2005, p. 163). Le cas alpin est différent, dans la mesure où le franchissement du massif est très ancien, et ces montagnes synapses n’ont jamais véritablement servi de support d’oppositions (hormis lors des courtes périodes des deux guerres mondiales), mais ont été fragmentées politiquement avec l’émergence des Etats-Nations. Ainsi les passerelles de langues (français en Val d’Aoste, parlers italiens en Suisse et en Autriche…) et de peuples (Haut-Adige ou Tyrol du Sud, peuplé à 69 % de germanophones, mais rattaché au Trentin Haut-Adige et à l’Italie) ont toujours existé. Bien que la Suisse appartienne à l’Espace Schengen mais toujours pas à l’Union européenne, les échanges ont aussi été multiples et de longue date avec les autres Etats alpins.

3L’absence de conflits et de pacifications n’a donc pas poussé à l’instigation de parcs transfrontaliers, dont l’objectif initial fut de participer à ce processus d’apaisement. De surcroît, le « retard » chronologique enregistré à l’échelle internationale par les parcs européens et particulièrement alpins (1914 pour le parc national suisse, 1922 pour le Grand Paradis) se retrouve également dans leurs temporalités de rapprochement et de collaboration, remontant au plus à la fin des années 1970 (contre les années 1930 en Amérique du Nord). Au demeurant, si dès les créations des espaces protégés, des initiatives transfrontalières apparaissent, il faut attendre les années 1990 et 2000 pour voir l’établissement de véritables programmes et la volonté de fédération des initiatives à l’échelle de l’arc alpin, via le Réseau alpin des espaces protégés, premier outil d’application de la Convention alpine. Les 900 espaces protégés de ce réseau ALPARC sont répartis dans huit pays alpins, sur 1200 km de long et 240 km de large au maximum, dans le périmètre de la Convention alpine qui couvre l’ensemble du massif, soit environ 191 000 km² pour 13 millions d’habitants. Ce sont ces limites qui sont ici retenues, et non celles de l’espace alpin au sens des programmes Interreg, sortant très largement du cadre physique des Alpes (incluant par exemple l’Alsace, la totalité de l’Autriche ou la Plaine padane), mais calées sur le maillage régional européen (NUTS 2) (Vanier et al., 2006). Ces espaces protégés recouvrent environ 23 % de l’espace alpin, justifiant les arguments d’une forte protection du plus vaste massif transfrontalier de montagne de l’Europe des 27. Dans la construction de l’identité européenne, les Alpes ont constitué l’archétype de l’espace « naturel » ; néanmoins, l’emploi du terme de wilderness à leur endroit est largement usurpé. C’est ainsi le massif montagneux par excellence de la mise en tourisme : 1 500 stations de sports d’hiver et 3,5 millions de lits (dont 1,5 million de lits dans les seules Alpes françaises), 100 millions de touristes/an. Elles sont fortement intégrées à la dorsale de la mégalopole européenne et portent les marques de la « surdensification » (infrastructures, flux - 44 % du trafic routier est-ouest en Europe -, pollution), dénoncée par certaines associations de protection de l’environnement qui fustigent en parallèle la « surfréquentation » de ses espaces protégés, érigés au rang de modèle.

4Dans ce contexte, peut-on réellement parler d’un front comme « ligne mobile d’interface entre deux espaces [et deux forces antagonistes] » (Lévy, 2003, p. 382) et d’un « front écologique » (Guyot, 2009) comme « aire géographique dont la valeur écologique et esthétique est très forte », marquée par une « dynamique spatio-temporelle temporaire et transitoire » ? Il importe ici de tenter de définir le front écologique appliqué au cas alpin, d’en cerner les limites et de valider l’usage du concept dans cet espace.

Le front écologique, une exclusion ?

5A contrario du littoral de la Wild Coast qu’étudie S. Guyot, l’exclusion des populations résidentes des politiques nationales ne s’applique pas aux Alpes. Certes, les espaces qui ont fait l’objet de création d’espaces protégés ont fréquemment été marginalisés, mais dans des contextes politiques et socio-économiques différents. Les résistances des acteurs locaux sont donc autres, basées sur des disparités de représentations et des oppositions d’usages.

Le front écologique, une mise en réseau ?

6La mise en réseau semble la variable, parmi les six définissant les fronts écologiques (Guyot, 2009), la plus opérationnelle dans les Alpes. Si les initiatives pour tisser des liens dans le domaine de la protection de l’environnement entre l’Allemagne et l’Autriche, la Suisse et l’Italie ou la France et l’Italie existent, il importe de poser la question de la fonctionnalité transfrontalière de structures fondamentalement nationales que sont les parcs nationaux (plus spécifiquement traités ici), voire même les autres espaces protégés répondant à des réglementations étatiques voire spécifiques à l’échelon régional ou au cas par cas (parcs naturels régionaux, réserves naturelles…). En effet, l’affermissement historique des frontières a contribué à segmenter les liens, posant d’ailleurs la question de la souveraineté : les Etats continuent à gérer les territoires (sans souvent en être les propriétaires), il n’existe pas de structure internationale de pilotage des espaces protégés européens qui restent une prérogative étatique, et l’abolition d’une frontière lisible sur le terrain ne supprime pas la frontière légale et effective des compétences.

Le front écologique, une réaffirmation des Etats ?

7Notre postulat est que, sous couvert d’incitations à l’internationalisation, c’est la maille étatique qui est réaffirmée. Dans la mesure où la plupart des projets s’appuient sur des subsides dans le cadre de programmes Interreg ou autres, la caution européenne dépasse-t-elle la seule utilité de la recherche de financement ?

8Derrière l’affichage d’un projet majeur consistant à repenser l’espace alpin de manière unifiée, les effets territoriaux peinent à se faire sentir. Deux partis pris peuvent dès lors être tenus : celui selon lequel ce processus d’apprentissage et de construction aboutira, et convaincre par « prophétie réalisatrice » ; celui d’une instrumentalisation de la transfrontaliarité et de l’unité choisi dans cet article.

9En effet, plus qu’un front écologique, le projet alpin repose sur l’idée de dépassement de la frontière au nom de l’unité (fonctionnelle, spatiale, faunistique) écologique. Plus qu’un front mouvant, il s’agit d’une interface connectant des espaces à logique nationale vers des réticularités européennes. Assiste-t-on à une reconfiguration spatiale des espaces protégés en adéquation avec la formule de J. Lévy (2003, p. 384) : « l’obsession de la ligne ne peut en tout cas s’exprimer efficacement que par la surface » ? La transformation de la frontière politique, qui était aussi celle de la gestion écologique, en un front écologique, mobile, pose la question de la place des différents acteurs et, plus largement, des espaces de « nature » aux yeux des sociétés.

10La première partie dressera un état des lieux de la collaboration transfrontalière historiquement en vigueur avec la mise en place des espaces protégés alpins. Mais il conviendra de discerner derrière les apparences des modalités de travail collectif et les actions concrètes menées en son nom. Petites vertus des grands principes, on peut retenir trois exemples à différentes échelles (du col à l’arc alpin) d’initiatives transfrontalières. Néanmoins, elles se révèlent non générales, éclatées entre différentes instances, morcelées entre différents lieux, hachées d’un point de vue temporel, compartimentées dans les thématiques traitées (deuxième partie). Dès lors, pourquoi ces actions sont-elles tant mises en avant par les différents acteurs, suscitant autant de réunions et conférences internationales (qui peuvent être interprétées comme un paradigme - dans son sens étymologique modèle, plus ou moins cohérent - en construction) ? Quels acteurs et quels discours servent les aires protégées transfrontalières alpines ?

1. Le vertige des apparences : une collaboration transfrontalière des espaces protégés alpins…

11En analysant les liens historiques qui ont existé entre les parcs alpins français et leurs voisins italiens, cette partie s’interroge sur le processus de mise en place des collaborations. Elle questionne finalement les modalités de fonctionnement de la Convention alpine et des différentes instances intervenant en lien avec les espaces protégés, de l’échelon européen aux régions.

L’antériorité comme paradigme intégrateur : le parc national du Grand Paradis comme accélérateur ou déclencheur du projet de la Vanoise ?

12Dans le cas du Parc national de la Vanoise, on peut considérer que sa création et le choix de son tracé furent en grande partie conditionnés par l’existence depuis 1922 du Parc national du Grand Paradis, lui-même s’apposant sur une ancienne réserve de chasse au bouquetin créée en 1856 pour le Roi de Piémont-Sardaigne Victor-Emmanuel II. L’objectif de sauvegarde de l’espèce conduira en 1963 (date à laquelle il ne reste plus qu’une trentaine de spécimens côté français) à offrir finalement 528 km² à l’ongulé sauvage devenu emblématique de la Vanoise. La quasi-disparition des bouquetins côté français a-t-elle accéléré le processus ? Quoiqu’il en soit, la contiguïté avec le parc italien est un facteur déterminant, mais sans doute pas plus que la pression très forte d’équipement touristique pour les sports d’hiver dans le cadre du « Plan Neige ». Dès août 1955 et le Congrès de Cogne, les naturalistes italiens constituaient de fervents soutiens du futur Parc français qui devait épouser la frontière politique et les limites occidentales du Parc national du Grand Paradis. Le Parc national de la Vanoise puisa par ailleurs des conseils chez les administrateurs transalpins, qui se heurtèrent à une résistance autrement plus forte que les Français. En effet, le parc, qui ne compte que 13 communes, est habité dans sa zone centrale, où la part des terrains privés est plus élevée que dans les parcs français (Janin et al., 1985). Le 8 juillet 1972, le Parc National italien fête son cinquantenaire et débute son jumelage avec le parc savoyard, célébré à Rhêmes-Notre-Dame ; mais l’événement passe presque totalement inaperçu à l’époque, hormis quelques articles de presse (Laslaz, 2004). Même si la collaboration existait jusqu’alors, c’est une première à l’échelon européen et une étape décisive. Bien qu’affirmant leur unité, par des configurations physiques et biologiques voisines et 14 km de frontière commune, les deux espaces protégés n’ont pas connu de linéarité dans leurs échanges (Neumüller, 2008). Bien au contraire, les actions conduites de 1972 à nos jours relèvent plus de l’erratisme que de la construction planifiée d’un projet partagé (figure 1). Jusqu’en 1986, à part de rares visites réciproques, les échanges sont peu nombreux, entrecoupés d’années blanches, sans action, comme 1989, 1992 ou 2006. Dès 1986, le travail conjoint sur le bouquetin (cf 2.2) concentre les efforts, avec des publications de cartes touristiques ou la formation des personnels à l’italien (Masset, 1994).

13En 1999, une charte de voisinage permet d’institutionnaliser et d’officialiser les actions menées de concert et se place sous couvert d’un programme européen Interreg (financement de 3,2 millions de francs). Elle vise à permettre la mobilité des agents de part et d’autre de la frontière, à assurer des échanges entre écoles (existants préalablement), à enclencher des initiatives à l’égard des communautés locales, à rapprocher les techniques de gestion, à coordonner la recherche via un collège scientifique et à promouvoir un « tourisme de nature ». Les directeurs des deux parcs nationaux sont enfin nommés dans le Conseil d’Administration de leur vis-à-vis. L’ancienneté de la création des parcs dans leurs Etats réciproques, leur caractère pionnier n’a cependant pas permis d’aller au-delà. On rejoint ici les problèmes de gouvernance et « d’enfermement » national des structures de protection évoqués en introduction. Le front écologique comme « estompage » de la frontière tarde à venir…

Figure 1 : Temporalités et mises en contexte des collaborations entre les parcs du Mercantour et de la Vanoise et leurs partenaires italiens.

Figure 1 : Temporalités et mises en contexte des collaborations entre les parcs du Mercantour et de la Vanoise et leurs partenaires italiens.

© L. LASLAZ, 2009

Mercantour et Alpi Marittime : mettre d’autres fers aux feux…

  • 1  Ces territoires ne furent intégrés au territoire français qu’en 1947.

14En 1947, l’Etablissement provincial du Tourisme de Cuneo propose de créer un Parc International, notamment pour la sauvegarde de la faune. C’est à nouveau un organisme touristique qui propose une protection, nouvelle attestation du fait que, dans les Alpes notamment, c’est bien le tourisme qui crée la protection et non l’inverse (Laslaz, 2005)… Il existait préalablement, comme dans le cas du Grand Paradis, une réserve royale de chasse dans le Haut Boréon (1857)1 - dans laquelle Victor-Emmanuel II avait permis la réintroduction des bouquetins -, qui fut étendue dans les années 1950 et 1960 pour constituer le futur noyau du Parc national.

  • 2  C’est son nom de 1980 à 1995 où il devient le Parco Naturale delle Alpi Marittime, suite à la fusi (...)

15Dans les années 1970, l’influente Association des Amis du Parc National du Mercantour rebondit sur ce premier projet de parc international. En 1979 est créé le parc du Mercantour et un an plus tard le Parco Naturale dell’Argentera2. En juillet 1987, le jumelage entre les deux Parcs Nationaux se traduit par des projets communs de communication, de recherche et de gestion de territoire, avec le dessein de constituer le premier espace international (33 kilomètres de lignes de crêtes partagées). En 1993, le diplôme européen (renouvelé en 1998 et en 2003) est remis aux deux Parcs. Le 6 juin 1998, la signature d’une Charte de jumelage entérine des actions plus intenses de collaboration. Une cellule opérationnelle transfrontalière (équipe franco-italienne chargée de la préparation de programmes sur la protection, l’accueil et la communication) est effectivement créée en 2003 ; elle prend un caractère opérationnel avec l’adhésion à la « Charte européenne du tourisme durable » en 2004, lors d’un forum organisé à Tende. Un Groupement Européen de Coopération Transfrontalière, permis par un règlement européen de 2006 et par la nouvelle loi sur les parcs nationaux français la même année (article L. 331-9 du Code de l’Environnement), est en cours de constitution. Un atlas transfrontalier (Parc national du Mercantour/Parco delle Alpi Marittime, 2002) est publié, une signalétique harmonisée est installée à chacun des cols transfrontaliers, des programmes Interreg permettent le suivi faunistique et la valorisation de la flore alpine. Enfin, en juin 2009, les deux parcs se lanceront dans ce qui est présenté comme « l’un des plus ambitieux inventaires du vivant au monde ».

16Au demeurant, le Parc National du Mercantour dispose d’une étonnante (au vu des difficultés rencontrées, notamment lors des vingt dernières années) avance à l’échelon européen. N’est-ce pas justement la marque de la volonté de se sortir du « guêpier » qu’ont constitué les zones optionnelles de sa zone centrale (prévues pour être déclassées en cas de projet de stations de sports d’hiver, et qui ne le furent finalement pas en 1987 sur refus du Ministre de l’Environnement), ensuite du retour officieux (1989) puis officiel (1992) du loup en provenance d’Italie ? Les problématiques sont plus conflictuelles dans les rapports avec les acteurs locaux que dans la coopération transfrontalière.

17Pour Vanoise/Grand Paradis, comme pour Mercantour/Alpi Marittime (mais à la différence des premiers, leur niveau de protection est différent, ce qui n’empêche qu’ils soient plus avancés dans cet objectif), les objectifs de fusion pour constituer « le plus vaste espace protégé européen » ont progressivement été mis en sommeil. Dans les deux cas, ils visent à proposer le dépassement de gestion nationale autocentrée d’outils emblématiques de protection de l’environnement : leur union constitue un front écologique dans le sens où elle prétend être une anticipation sur l’avenir politique du continent et sur la mise en œuvre de politiques bi-nationales. Et pour marteler ce dont on veut convaincre, le dépliant Parc sans frontières (2008) édité par le Parc national du Mercantour, portant un logo commun avec son voisin, annonce « demain un seul parc ». Coup publicitaire ou réel élan conjoint ? Peut-être les deux entités ont-elles plus à perdre qu’à gagner dans leur unification…

La vacuité du cumul, ou l’inutilité du mille-feuille protectionniste…

18La fuite en avant dans les processus de création d’espaces protégés (Héritier et Laslaz, dir., 2008) n’échappe pas au massif alpin. Longtemps, l’efficacité d’une politique de protection de l’environnement a été jugée à l’aune de la diversité de ses outils ainsi qu’au nombre global d’espaces protégés, privilégiaient la quantité à la qualité et à l’efficience de la protection. A tel point que certains auteurs ont remis en cause cette tendance à la croissance sans fin du nombre d’espaces protégés (Roe et Hollands, 2004). Ainsi, les parcs nationaux transfrontaliers sont parfois doublés de réserves de biosphère, voire même se justifient par la candidature à un classement au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO (initiative lancée en 2001 par le Parc national du Mercantour et le parc naturel delle Alpi Marittime). En avril 1996, des experts de l’UNESCO accueillis en Vanoise avaient émis le vœu que des sites alpins soient classés, Parcs Nationaux de la Vanoise et Grand Paradis figurant parmi les candidats. Entre temps, le classement du massif de la Jungfrau (Suisse) en 2001 a sans doute limité les opportunités d’autres massifs alpins, notamment d’un second grand massif englacé comme celui du Mont-Blanc (France/Italie/Suisse) d’accéder au précieux label. En effet, les Dolomites, retenues par l’UNESCO en juin 2009, disposent de paysages très différents, à dominante minérale. Pour le Massif du Mont-Blanc, les élus, réticents au projet (lancé en 1986 et abandonné) de parc international, complexe à élaborer en raison des disparités entre Etats, ont préféré se reporter vers ce label autrement moins contraignant.

19Il est d’ailleurs éloquent que le projet commun le plus emblématique porté par deux entités frontalières préservées soit le classement UNESCO, soit une nouvelle « couche » de « protection », alors même que la préservation pose problème localement. Encore faut-il considérer le classement UNESCO comme tel, car il s’agit plus d’un label prestigieux apte à drainer des flux touristiques qu’un outil réglementairement contraignant. Déjà entourés de Réserves naturelles (cas de la Vanoise), les parcs nationaux alpins ont été concernés par les ZPS et ZSC du réseau Natura 2000 et participent souvent de cette logique cumulative de protection. Le front écologique ne s’édifie pas ici selon une logique de diffusion spatiale, mais de superposition, par renforcement supposé ; en réalité, les mesures législatives les plus rigoureuses correspondant aux cœurs des parcs, les autres dispositifs sont inutiles du point de vue de la protection des espèces et des paysages. Elles ne participent qu’à une saturation réglementaire et à un trop-plein protectionniste rejetés par les acteurs locaux.

20Une aspiration similaire est décelable dans le souhait des gestionnaires du Parc naturel Régional du Queyras (PNR du Queyras, 2003) et de quatre parcs naturels piémontais limitrophes d’accéder au rang de Réserve de Biosphère internationale. La terminologie de front écologique prend ici toute sa pertinence, dans le sens où la transfrontaliarité est un argument de reconnaissance européenne et de recherche d’un statut de protection additionnel et plus prestigieux. A défaut de naturalité supérieure, une labellisation et une superposition de statuts de protection crédibilisent l’idée de valeur écologique associée à l’éco-front.

21Néanmoins, les opérations de jumelage et collaborations transfrontaliers ont le mérite de reposer indirectement la question les limites des espaces protégés, à l’origine souvent plus politiques (réticences des chasseurs, projets d’équipements touristiques, etc…), que dictées par des logiques écologiques.

La Convention alpine, une coquille vide ?

22L’Europe résonne comme un mot abstrait aux yeux des citoyens du continent, sans doute par la lenteur de son processus de constitution en fédération politique et les réticences qui l’accompagnent. Plus encore, la seule approche via le « marché » européen, c’est-à-dire sous une dimension économique ayant des implications sociales parfois négatives, pénalise son image. L’Europe a besoin de justifier son existence politique par d’autres réalisations, et le domaine environnemental est porteur pour faire reconnaître l’action d’une institution. Dès 1964, le Comité des ministres du Conseil de l’Europe attribue ainsi le diplôme européen des espaces protégés, renouvelé tous les 5 ans, sur des critères de rigueur de gestion environnementale.

23La stratégie adoptée en 1995 vise à la constitution de corridors assurant la dispersion et les échanges génétiques des espèces. En 2000, le Conseil de l’Europe publie « les lignes directrices générales pour la constitution d’un réseau écologique paneuropéen » (Jaffeux, 2006 ; Jaffeux et al., 2006) réseau prévoyant la mise en système de « connexions entre éléments paysagers naturels et semi-naturels » (euphémisme pour dire artificialisés, les « naturels » étant, quant à eux, fréquemment des ruraux…). Cette invocation du corridor peut d’ailleurs se décliner à toutes échelles, de la haie à la chaîne alpine, avec la recommandation du recours à des « zones tampons » les protégeant des hommes, souvent réduits au rôle de prédateurs. En ce sens, les instances du Conseil de l’Europe agissent bien comme des éco-conquérants (Guyot, 2009), institution militante oeuvrant dans le sens d’une connectivité écologique. La vision de l’instance européenne est comme dans de nombreux cas, celle d’une segmentation spatiale entre protection et équipement, et non pas de mixité et de passerelles entre ces deux formes d’aménagement. Mais ces initiatives européennes désormais avancées questionnent l’articulation entre espaces protégés existants, la constitution souhaitée de corridors et la mise en place du réseau Natura 2000, censé en partie jouer ce rôle. La Directive Habitats comprend en effet explicitement cette notion de réseau écologique, réaffirmé plus récemment dans le cadre de la convention alpine (Secrétariat permanent de la Convention Alpine et Réseau Alpin des Espaces Protégés, 2004 ; Hedden-Dunkhorst et al., 2007). Le réseau Natura 2000 est donc vu comme un levier de la constitution d’un front écologique européen. Au-delà des difficultés spatiales, c’est la complexité des mailles et des jeux d’acteurs qui rendent ces métriques hasardeuses.

24Si la Convention alpine est vantée comme la « première organisation intergouvernementale ayant pour objet une chaîne de montagne à caractère international » (Alparc), il convient de s’interroger sur la réelle utilité de ces dispositifs résultant de grandes déclarations de principes et de grandes messes à affichage environnemental dont les effets peinent à se faire sentir : c’est souvent la montagne qui accouche d’une souris… Scheurer et al. (2004) ont d’ailleurs montré les difficultés à dépasser les blocages nationaux et structurels dans l’application de la convention. Les nombreuses publications, réunions d’échanges et de partages d’expérience, permettent toutefois de mieux connaître les fonctionnements réciproques et de s’en inspirer. Depuis 2001, Alparc a aidé les espaces protégés des Carpates à structurer leur propre réseau (Fall et Egerer, 2004), conduisant à la création en 2006 de la CNPA (Carpathian Network of Protected Areas), ainsi qu’à des réunions de travail communes (Alparc, 2006). Le modèle de mise en réseau des espaces protégés alpins s’exporte et se décline, peut-être à terme dans le Caucase (Gunja et Bausch, 2002), si les acteurs du massif réussissent à solutionner les problèmes ethno-politiques et les conflits armés qui entravent les concertations et font passer au dernier plan la protection de l’environnement.

25Dans ce modèle de réseau alpin et ses transpositions européennes percole l’idée de « contrôle extérieur » (Guyot, 2009) renforçant l’absence d’implication locale dans les politiques environnementales, un rapport distant à l’altérité et de soumission au processus de décision. De surcroît, il apparaît que la dimension très emblématique de la protection de la nature, qui plus est à l’échelon international, s’avère porteuse pour les gestionnaires d’espaces protégés et la plupart des acteurs concernés. Cela passe par des actions plus symboliques que véritablement symbiotiques, comme le montre la partie suivante.

2. … qui reste embryonnaire et inégale. Les apories des collaborations

26L’analyse détaillée des actions conduites en commun pourrait laisser penser que le visuel et la communication (signalétique, publications de cartes, d’atlas) ont été priorisés sur le contenu. J. Fall (2009) a montré l’incapacité à clairement définir la coopération entre espaces protégés européens et les aspects multiformes qu’elle revêtait. Ainsi, trois cas peuvent illustrer les opérations les plus emblématiques déjà conduites dans des espaces protégés de l’arc alpin, les associant à plus ou moins petite échelle. La rénovation de sentiers transfrontaliers dans le cadre de programmes touristiques dans le Mercantour, les réintroductions puis les suivis des bouquetins entre les différents parcs, la diffusion à plus vaste échelle des gypaètes barbus, rapaces disparus et réapparus progressivement dans certains espaces protégés de l’arc alpin seront abordés ici.

Le sentier, l’analogie d’une initiative balbutiante

27Le sentier est ce qui lie et ce qui relie, aux sens propre et figuré. Avec la mise en place de la Via Alpina, sentier pédestre traversant les huit pays associés dans la Convention alpine, et inspirée de la Grande Traversée des Alpes française, l’assimilation du sentier à une action collective et concertée remonte à 2000 (Fourny, 2005). Le comité international de pilotage associe aussi bien des Etats, des régions, des représentations nationales du Club Alpin, soulignant d’ailleurs qu’ils ne pèsent pas tous le même poids dans les décisions.

28En 1993, le sentier international du Col de la Lose (2957 m., Val d’Isère) avec sa table d’orientation bifide et bilingue scelle le partenariat entre Vanoise et Grand Paradis. Les efforts du parc national des Alpes-Maritimes et de son voisin italien se sont aussi portés sur ce support. En outre, il permet de rappeler les usages ancestraux des cols dans les échanges (sel, contrebande, etc…) entre les deux versants, justifiant les renaissances des relations (photo 1). Mais elles ne se traduisent désormais que par des liaisons pédestres de touristes durant la saison estivale et se heurtent à la problématique du retour au lieu de départ pour des sorties à la journée, limitant leur fréquentation. L’idée de lien transfrontalier est avant tout un argument de captation de fonds européens dans le cadre de programmes Interreg, permettant la restauration de sentiers que les moyens et les priorités de l’établissement public ne pouvaient assurer. Le « plan d’action tourisme » établi au début des années 2000 entre le Parc national du Mercantour et le Parco naturale delle Alpi Marittime visait à la restauration des sentiers transfrontaliers. En 2004, l’association de la commune de Saint-Martin-Vésubie aux deux établissements publics a permis la restauration d’un sentier transfrontalier menant au Col de Cerise (2543 m., Vésubie) grâce à un dossier Interreg III A (Europe, régions Provence-Alpes-Côte d’Azur et Piémont, Conseil Général des Alpes-Maritimes) et à un versement de 100 000 €. Le coût se justifie par les conditions difficiles de travail et la volonté d’exemplarité qu’affichent en général les parcs nationaux dans leurs travaux (construction artisanale et murs de soutènement en pierres sèches, pour enrayer les effets de l’érosion). En 2005, une opération similaire de requalification a été conduite pour le col de Sabion, en 2006 pour le col transfrontalier de Larche puis en 2007 pour celui de Fenestre. La publicité faite à la rénovation de sentiers transfrontaliers par les deux opérateurs de ces territoires fut grande, à la différence des sentiers qui ne le sont pas. L’affichage visuel sur le terrain a aussi été harmonisé : signalétique, réaffirmation de la présence et de l’activité des deux espaces protégés.

Photo 1 : Quand les limites d’espaces protégés sont plus visibles que les frontières nationales…

Photo 1 : Quand les limites d’espaces protégés sont plus visibles que les frontières nationales…

© L. LASLAZ, 9 juillet 2004.

La Baisse du Druos (2628 m., frontière franco-italienne et limite entre le Parc national du Mercantour et le Parc di Alpi Marittime), col au-dessus des Lacs de Terre Rouge et d’Isola 2000. Aucun élément ne permet de savoir que l’on franchit la frontière italienne. Par contre, le randonneur sait qu’il entre dans un autre espace protégé ; Europe du XXIe siècle où les bornes frontières sont moins présentes que les panneaux des espaces protégés…

L’ongulé en partage, ou les mérites du « monitoring » et de l’échange…

29Le bouquetin des Alpes a monopolisé l’essentiel des actions internationales des espaces protégés alpins : par phénomène de reconquête naturelle sur l’autre versant ou par réintroduction à partir de foyers où la population était désormais suffisante (par exemple, dans le Vercors ou les Ecrins à partir d’individus de Vanoise ou du Grand Paradis), il constitue un symbole des coopérations environnementales alpines depuis plus de quarante ans. Les parcs nationaux, comme ceux de Vanoise et du Grand Paradis, ont ainsi édifié un large protocole, élargi d’année en année : recherche, capture, marquage (aux oreilles puis colliers GPS pour connaître précisément leurs mouvements en temps réel, soit le monitoring), opérations communes de suivi, de comptage ou de prélèvement de sang (suivi sanitaire), élaboration par les agents de terrain de fiches identiques de suivi des bouquetins (qui franchissent régulièrement la frontière). De même, les transferts de bouquetins du Parc delle Alpi Marittime vers le Mercantour ont été réguliers de 1987 à 1995. Cette politique se veut une réussite à tel point que la plupart des massifs alpins adaptés à l’animal ont été recolonisés et que certaines fédérations de chasse revendiquent la possibilité de pouvoir chasser l’animal (rigoureusement protégé jusqu’à aujourd’hui), jugé désormais « sauvé » et doté d’effectifs conséquents.

30Mais peut-on considérer dès lors que le seul partage de connaissance et le suivi du bouquetin constituent une forme substantielle de coopération internationale ? Si l’on s’en tient à l’objectif premier et initial des parcs nationaux, c’est le cas, moins si l’on souhaite attacher une dimension plus sociale à leur mission.

Le rapace fédérateur, ou le front écologique en archipel

31A la différence des bouquetins, où les passerelles entre espaces protégés attenants ont été nombreuses, la logique de recolonisation par le gypaète barbu a été dès l’origine envisagée à l’échelle de l’arc alpin. Les espaces protégés ont alors été jugés les lieux les plus adéquats pour pratiquer les lâchers (surveillance des gardes moniteurs, limitation du risque de braconnage, suivi et savoir-faire écologique, etc…).

32Ce rapace, charognard surnommé le « casseur d’os », fait 3 mètres d'envergure et pèse de 5 à 7 kg. L’espèce avait pratiquement disparu dans les années 1920 (Rouillon, 2002), mais protégée depuis 1981, elle a bénéficié d’une politique de réintroduction similaire à celle du bouquetin (Fasce et al., 2005). De 1986 à 2007, 150 gypaètes ont été relâchés dans l’arc alpin ; leur marquage visuel a permis de suivre leurs pérégrinations. Le « programme LIFE nature gypaète barbu dans les Alpes » (2003-2007 succédant à un premier de 1998 à 2002, associant 10 partenaires dans 4 pays alpins) a été financé par l’Union européenne et a permis la réintroduction de 26 oiseaux (ALPARC, 2008). Le parc national suisse, bien que hors Union européenne, est membre du Réseau alpin des espaces protégés ; il participe à la réintroduction de l’espèce depuis 1991, à la constitution du réseau Natura 2000 et aux programmes Interreg. La logique éclatée en archipel de la réintroduction se justifiait par la grande mobilité des rapaces : c’est donc la dimension politique (qui a pris part au programme, en mettant quels moyens, etc…) et écologique (conditions réunies, comme la présence de parois rocheuses pour nicher et de cadavres d’ongulés sauvages et domestiques pour se nourrir) du lieu de réintroduction qui a primé. On peut enfin considérer que le gypaète a constitué depuis 25 ans le principal (voire l’unique ?) fil directeur dans les actions entre espaces protégés alpins, largement exploité à des fins de mise en réseau.

33Cet enrichissement faunistique contribue à la valeur écologique des espaces protégés et illustre l’idée de recherche d’une « limite », consubstantielle des fronts écologiques, en l’occurrence ici une limite du (re)peuplement par telle espèce emblématique de l’arc alpin et des représentations naturelles que lui associent les éco-conquérants. Mais hormis dans le domaine de la sauvegarde des espèces, il apparaît clairement que les actions n’ont pas été légion, sans doute parce que les parcs se sont longtemps contingentés dans les domaines de compétence qu’ils maîtrisaient le mieux (connaissance, protection et suivi des espèces), sans doute aussi parce que les autres champs n’étaient ni aussi porteurs, ni aussi faciles d’accès vis-à-vis d’autres acteurs (chasse gardée et autres prérogatives). Surtout enfin parce que la dimension faunistique ne pose guère la question de la souveraineté territoriale, à la différence d’autres opérations (surveillance, unification de gestion, etc…). Il s’agit donc là d’un front écologique a minima, ne réussissant pas à évincer dans la dimension transfrontalière les carcans nationaux.

3. Le slogan et le mirage. L’instrumentalisation politique des fronts écologiques dans les Alpes

34Si le « front » détermine par origine ce qui avance, ce qui a un impact, ce qui influe sur, il importe de départir ce qui relève de la promotion territoriale et politique, des aspirations des différents acteurs (qui identifient des formes de collaboration, mais dans lesquels ils projettent souvent leurs souhaits) et des résultats. Instrumentaliser revient ici à considérer quelque chose comme un outil, rendu purement utilitaire au service d’une ambition, d’un projet, d’une volonté, d’un axe de développement (Laslaz, 2008). Cette utilisation à des fins collectives ou personnelles d’une situation sociale que l’on contribue à exacerber permet de poursuivre l’entretien d’un « rêve d’Europe », certes ballotté par ailleurs, mais qui ne peut s’étayer sur des déclarations de principe et des intentions louables. Qu’est-ce qu’envisage chaque acteur derrière la transfrontaliarité ?

Les chimères de l’outre-monts : corridors et front écologique morcelé

35La mise en réseau des espaces protégés à l’échelle alpine ne serait-elle que le relent protectionniste consistant à dire, dès les années 1970, que « les espaces protégés sont un alibi pour abîmer tout le reste » (Champollion, 1977) et que la protection ne peut se satisfaire d’une logique éclatée, quand bien même celle-ci revêt les atours d’un archipel ? Le franchissement de la frontière politique, qui ne peut être invoquée comme rupture valide pour ce qui touche à la « géodiversité » (Grenier, 2003), peut sembler judicieux. Aussi les constats de hiatus de protection entre les divers espaces protégés de l’arc alpin ont fréquemment alimenté l’argumentaire de la constitution des corridors écologiques, ce que E. Michau (ancien directeur d’ASTERS ; in Plassmann et Brancaz, dir., 2002, p. 30), nommait « l’espace interstitiel », que les protecteurs ne sauraient se résoudre à abandonner aux mains sacrilèges des aménageurs. Les réflexions s’orientent ainsi vers des formes de continuums écologiques (pour lesquels les acteurs européens recourent de plus en plus à la notion de corridor entre espaces protégés) depuis les années 1970 (Depraz, 2008, p. 189) et vers la construction de la connectivité pour reprendre le concept avancé par Bologna et Rodary (2009). Alparc, la CIPRA, l’ISCAR et l’ONG WWF entrevoient aussi depuis juin 2007 un continuum écologique financé par la fondation suisse pour la protection de la nature MAVA, arguant du dépassement des logiques nationales et de la gestion de la biodiversité (Alparc et al., 2008). La plate-forme « réseau écologique » de la Convention alpine créée en 2007 a pour objectif cette mise en réseau. A l’état de projet basé sur quatre sites pilotes, la proposition n’est pas sans rappeler le corridor biologique méso-américain (600 espaces protégés dans huit pays d’Amérique centrale en lien depuis 1996), ou les projets dans les Rocheuses ou la Cordillère des Andes, mais les disparités de contextes sont autant de nuances à apporter à ces initiatives qui devraient en rester au stade des symboles.

36Cette volonté expansionniste, cette légitimation par l’expansion, cette « contagion vertueuse » aux yeux de certains se heurtent rapidement aux réalités spatiales : les vallées et versants constituant l’essentiel de cet espace interstitiel sont fortement équipées (infrastructures de transport des traversées alpines), peuplées et mises en valeur (pratiques agricoles et d’irrigation intensives). C’est là une des principales limites fonctionnelles des fronts écologiques dans les Alpes que ces discontinuités spatiales. Une « région pilote pour le réseau écologique dans les Alpes européennes » a pourtant été retenue entre la Suisse, l’Italie et l’Autriche, au nom de la continuité biologique et des aires de migration (notamment pour l’ours brun, réapparu en 2005 dans le Münstertal, Parc national suisse). Entre Engadine, Vallée de l’Adige et Vallée de l’Inn (Tyrol), elle s’appuie sur un réseau de parcs préexistants : parc national suisse, parc de Stelvio, parcs naturels du Tyrol et parc national des Hohe Tauern. S’ils ne sont certes pas une entrave à la mobilité faunistique, on pourrait néanmoins mettre en doute l’intérêt de ces dispositifs, puisque sans existence de corridor biologique, les loups (autre grand prédateur éradiqué dans certains pays européennes et désormais de retour), partis des Apennins, ont colonisé l’ensemble des Alpes françaises du sud au nord avant de traverser la vallée du Rhône ou de s’installer dans l’Ain. Ainsi, le « front écologique » n’a ici que d’autres vertus que celle d’un affichage politique et de bonne volonté, sans transcription territoriale envisageable. Les chercheurs, affirmant les effets indirects des espaces protégés (Mac Clanahan, 2004), peuvent doubler les retombées économiques d’actions d’entraînement politique, dont la matérialité sera jugée à l’avenir…

Limites et heurts de la transfrontaliarité : lacunes financières et achoppement réglementaire

37Trois limites majeures peuvent apparaître dans les compétences des Etablissements publics et institutions de gestion des espaces protégés : le financement, le personnel œuvrant pour les coopérations transfrontalières, le processus de décision des actions menées et leurs modalités de fonctionnement.

38En mai 2008, le premier parc naturel transfrontalier entre l’Allemagne et l’Autriche (la Nagelfluhkette, 400 km²) a été inauguré au sud de l’Oberallgäu en Allemagne et au Vorderen Bregenzerwald (extrême ouest de l’Autriche, proche du Lac de Constance). Cette initiative avait été soutenue dans le cadre d’un projet Interreg IIIB du réseau de communes Alliance dans les Alpes, fondé en 1997 à l’initiative de la CIPRA et rassemblant 270 communes alpines de sept Etats alpins (Del Biaggio et Debarbieux, 2007). Mais l’interrogation repose ici sur la réalité de la protection : de nombreux espaces protégés en Allemagne, surtout dans la catégorie des parcs naturels (celle où la protection est la plus faible), souffrent d’un manque de clarté dans l’attribution des compétences, de pénurie financière et d’un carence chronique de personnel. En d’autres termes, l’échelon européen n’est-il pas devenu l’alibi d’un désengagement de l’Etat et l’issue de secours financière de parcs voyant fondre les budgets nationaux ?

39En Vanoise, la relance des collaborations avec le Grand Paradis aurait pu passer par un PIT, mais le dossier, très lourd à monter, s’est heurté à l’absence de personnel dévolu à 100 % à cette tâche. Jusqu’en septembre 2009, le chargé de mission aux relations internationales n’occupait ce poste qu’à 50 %. Du côté italien, il n’a toujours pas d’équivalent et c’est le directeur qui doit faire le lien. Il a donc été choisi de relancer le partenariat par des actions plus « légères ». De surcroît, les relations internationales étant une prérogative du directeur, on constate que, comme dans beaucoup d’autres domaines de fonctionnement des espaces protégés, leur dynamisme varie considérablement en fonction des hommes.

40Derrière des apparences de décentralisation et de transferts de compétences, notamment à l’échelon régional (autonomie du Val d’Aoste ou du Haut-Adige, puissance des cantons suisses ou de la région Piémont), les Etats alpins demeurent fondamentalement centralisés et centralisateurs. A titre d’exemple, le siège du Parc national suisse est toujours à Berne (à 275 km de Zernez, village situé à l’entrée de l’espace protégé), et les élus locaux sont minoritaires dans les instances de décision. Cela explique sans doute le rejet début mai 2009 du projet de deuxième parc national suisse (le Locarnese) par la commune de Cevio (qui devait être dotée de 40 % de la superficie du futur parc), dans l’arrière vallée de la Maggia (canton du Tessin). Et ce malgré le fort lobbying d’associations comme Pro Natura qui revendique de manière directive « que soient obligatoirement placés sous protection environ 30 % du territoire », dont « 8 % du territoire doit être abandonné à son développement naturel » (catégories I et II des classements UICN ; Fehr et al., 2007, p. 17).

41Dans ce cas, le front écologique, sous la forme de projets de création et d’extension d’espaces protégés, se heurte aux résistances locales et occasionne des conflits environnementaux.

Le front écologique, ou comment instrumentaliser la construction européo-alpine

42Les aires protégées transfrontalières servent-elles la construction européenne ? Par phénomène d’interaction, les instances européennes s’appuient-elles sur les espaces préservés ? La CIPRA (mars 2009) militait ainsi tout récemment pour un « Schengen pour la faune et la flore ». L’essentiel des actions communes entre le Mercantour et les Alpi Marittime ont été financées par des programmes Interreg : cela conduit au constat d’un effet d’aubaine des financements européens, mais aussi de l’intérêt d’une coopération internationale conduisant à extension d’un front écologique par mitage de nouveaux espaces protégés. Ainsi, le Parc national du Mercantour prétend assurer « la conduite de la procédure de classement puis devenir gestionnaire de la réserve naturelle [du Marguareis] » (P.N.M., 2003, tome 2, p. 82). Il s’agit d’un massif enclavé en Italie en situation de discontinuité avec le Parc national du Mercantour et son voisin italien, car plus à l’Est. Mais il s’agit sans doute dans ce projet de classement toujours inabouti de remédier à l’acte manqué de son intégration dans le parc national français à sa création. Si on ne peut douter de la bonne volonté des acteurs, les politiques transfrontalières de protection de l’environnement s’apparentent ainsi plus à des outils de légitimation et de reconnaissance :

43- des acteurs européens, qui voient dans la protection de l’environnement depuis les années 1970 une vitrine porteuse de la reconnaissance de leur action pour un échelon administratif (à défaut de territorial au sens plein du terme) sous identifié, peu lisible, caricaturé, voire honni… La légitimation de l’Union européenne, repose, tout autant sur le patrimoine culturel (Guérin, 2008) que sur les réseaux d’espaces naturels protégés…

44- des structures de protection de l’environnement (parcs nationaux, réserves naturelles), qui affichent ces coopérations transfrontalières comme des étendards de leur maturité, de leur efficience, voire même de leur rôle moteur dans les politiques transnationales de protection de l’environnement, ou de manière plus globale dans la structuration européenne (et de ce point de vue, la diffusion de la procédure de réseau d’espaces protégés vers les Carpates, en synergie avec l’intégration européenne des pays concernés, est tout à fait probante).

45- des décideurs étatiques, qui à défaut de tous afficher une politique irréprochable de protection de l’environnement, s’affichent auprès de la Commission européenne (cas du diplôme européen des espaces protégés) comme des parangons de vertu « verte ». Cela n’empêche d’ailleurs pas une forme de suspicion, de rejet et de réticence des décideurs nationaux à l’encontre des recommandations, voire des injonctions de la Commission européenne. La France a ainsi souvent fait office de « mauvais élève », régulièrement rappelé à l’ordre pour son application poussive de la Directive Habitats ou sa timidité dans les créations de nouveaux parcs nationaux.

46De ce point de vue, le front écologique interroge les échelles d’actions et d’interventions, montrant que la constante d’un contrôle extérieur s’exerce bien de manière emboîtée. Un faisceau de quatre questionnements peut être invoqué à ce stade de réflexion : la réaffirmation du maillage étatique, l’instrumentalisation publicitaire, l’efficacité des dispositifs transfrontaliers au-delà de la recherche de financement et le dépassement d’une acceptation sociale médiocre.

47La première interrogation porte sur cette instrumentalisation de la disparition affichée de la frontière comme une réussite politique : la mythification d’une entité et d’une unité alpines passe de plus en plus par sa constitution formelle sous la forme d’un réseau d’espaces protégés. Mais les exemples ont montré qu’il s’agissait plus d’une reproduction d’une maille étatique par les réglementations en vigueur, les acteurs des projets, les échelons d’intervention. On peut invoquer ici l’inertie des frontières et des structures nationales qui leur sont associées.

48La deuxième question est le recours régulier à la transfrontaliarité comme gage de sérieux et d’avancée : n’est-ce pas avant tout une mode que celles des « corridors écologiques » (Bonnin, non daté ; id., 2008 ; id., in Aubertin et Rodary, dir., 2008, p. 113) et un produit publicitaire et touristique sur lequel pourront notamment surfer les médias vantant une « nature sans frontière » et des « territoires d’exception devenus frères » (par exemple, Alpes magazine, 1998) ? Par ailleurs, la publicité faite par les espaces protégés alpins ne conforte pas plus ces politiques que si elles avaient été conduites de manière subreptice. Si l’instrumentalisation est le recours intéressé au service d’une ambition, c’est celle de l’attractivité touristique qui est ici recherchée.

49Le troisième problème réside dans l’efficacité des opérations relevant de dynamiques internationales. La seule continuité biologique rend-elle les actions communes plus pertinentes que si ces mêmes actions avaient été menées par des parcs, par exemple jumelés, distants de plusieurs dizaines, voire milliers de kilomètres ? En d’autres termes, le transfert et les échanges d’expériences ne sont-ils pas aussi valables que la volonté forcenée de vouloir estomper les frontières ? L’instrumentalisation prend forme dans le recours à une politique de guichet bien comprise où le financement serait le palliatif à de nombreuses difficultés structurelles.

50En quatrième point, on peut également discerner dans la recherche des horizons transfrontaliers le souci de dépassement d’une acceptation sociale médiocre (notamment dans le Grand Paradis ou dans le Mercantour) et d’une imposition de l’espace protégé. La dimension internationale vient alors en « bouée de secours » d’une contestation locale originelle, endémique et difficilement contingentée. Mais on ne peut, à l’image de l’Afrique australe (Belaidi, 2008), considérer que la préoccupation européenne permette de transcender l’enjeu de l’acceptation locale. La faible affinité pour les réglementations européennes et l’image de l’Union européenne dans les sensibilités nationales, a fortiori dans les hautes vallées ici concernées, réticentes à tout ce qui provient des « capitales » (Bruxelles tout comme Paris, Berne ou Rome) ne saurait faire plus facilement admettre ce qu’une quarantaine d’années d’existence et d’échanges n’ont toujours pu solutionner. En France, dans le cadre de l’élaboration des « caractères » de parc et de leurs chartes initiés par la Loi de 2006 sur les parcs nationaux, on peut même évoquer une propension au repli territorial des Etablissements Publics administratifs, plus soucieux de servir un discours proche des préoccupations locales que de solliciter une adhésion des communes sur un projet européen, beaucoup plus distant et abstrait, alors même que la loi incite au rapprochement avec les habitants (figure 2)…

Figure 2 : Espaces protégés transfrontaliers et construction territoriale de la conservation dans les Alpes : essai de modélisation

Figure 2 : Espaces protégés transfrontaliers et construction territoriale de la conservation dans les Alpes : essai de modélisation

© L. LASLAZ, 2009

Conclusion : L’émergence et la mise en forme d’un projet de protection à l’échelle alpine ?

51L’analyse ici développée, renvoie, dans un contexte tout autre, à ce que S. Guyot (2006a) a pu démontrer pour l’Afrique du Sud, où l’environnement est bien « au service du politique ». Il sert de justificatif et de levier à une concertation plurinationale balbutiante et qui a du mal à s’appliquer à d’autres domaines que l’environnement. La protection de la « nature » est donc un biais instrumentalisé pour justifier une action commune, soutenue à l’échelon européen, peu lisible par ailleurs ; mais la multiplication des acteurs, des organismes, des structures, la rend néanmoins nébuleuse. Se pose alors la question de la création d’une réelle structure de gestion et de pilotage des espaces protégés alpins sortis du carcan et des prérogatives nationales. En l’état, sous le prétexte que la « nature n’a pas de frontière », de nécessaire changement d’échelles face aux défis contemporains (réduction de la « géodiversité », changement climatique), les décideurs étayent un discours de justification de l’action transnationale comme horizon de dépassement des difficultés de gestion locale dans leur rapport à l’Etat central, aussi bien en Suisse, en Italie ou en France.

52L’ère est donc paradoxalement plus à la facilité des liaisons transfrontalières qu’à l’extension locale de la protection. C’est à l’aune de cette logique qu’il convient sans doute de repenser le rapport au territoire dans les espaces protégés. Car derrière les discours officiels à la « cogestion » et autre implication « participative » des populations, les espaces protégés n’ont guère franchi le pas d’une chaîne de décision top down.

Tableau 1 : Synthèse des initiatives présentées dans le texte et redéfinition du front écologique

Tableau 1 : Synthèse des initiatives présentées dans le texte et redéfinition du front écologique

© L. LASLAZ, 2009

53A l’échelle de l’arc alpin, les limites floues entre « sauvagerie » construite par les sociétés et artefacts trouvent une forme de résonance dans celles, peu marquées sur le terrain, des « fronts écologiques » (Guyot, 2009). Le front écologique prend donc plus la forme d’une mise en réseau des espaces protégés, point d’appui pour une diffusion des politiques de protection à l’échelle alpine. Il contribue à transformer des confins en interface, dans un espace européen en expansion vers l’Est, et donc en questionnement sur son identité territoriale. Sa forme n’est pas celle d’une discontinuité linéaire mais d’une synapse, disposée en archipel et percolant dans l’espace interstitiel (référence aux corridors développés plus haut). Enfin, il résulte plus de la construction politique d’un idéal paysager montagnard que le siège d’espaces à « forte valeur écologique ». L’identité paysagère, à des fins touristiques, associée à plusieurs espèces emblématiques, motive plus son existence et sa mobilité que le maintien d’une « géodiversité » globale. A l’échelle alpine, le front écologique est bien un processus dont les fondements sont inspirés par des discours environnementaux tenus à des fins politiques et militantes et dont l’objectif est de conforter des entités de protection souvent contestées.

Figure 3 : carte des Alpes

Figure 3 : carte des Alpes
Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

ALPARC, 2006, The Alpine Carpathian Cooperation of Protected areas, Workshop proceedings, 50 p.

ALPARC, et al., 2008, Réseaux écologiques dans les Alpes, brochure, 8 p.

ALPARC, 2008, Bilan et perspectives du programme Life nature gypaète barbu dans les Alpes, plaquette de présentation, 11 p.

Alpes magazine, 1998, « Parcs sans frontière », n° 53, p. 48-67.

AMILHAT-SZARY, A.-L. et FOURNY, M.-C., dir., 2006, Après les frontières, avec la frontière. Nouvelles dynamiques transfrontalières en Europe, La Tour d’Aigues, L’Aube, 169 p.

Aubertin, C. et Rodary, E., dir., 2008, Aires protégées, espaces durables, Paris, éditions de l’IRD, 260 p.

BELAIDI, N., 2008, « Le Great Limpopo Transfrontier Park. Une gestion régionalisée de la biodiversité au service du développement ? », EchoGéo, n° 7, en ligne http://echogeo.revues.org/index8523.html.

BENOS, R., CAZENAVE-PIARROT, A. & MILIAN, J., 2007, « "Pyrénées-Mont Perdu" Patrimoine Mondial : Un espace montagnard à l’épreuve de la protection et de sa gestion », Actes du colloque de Baeza, 28-30 mai 2007, p. 47-63.

BOLOGNA, S. et RODARY, S., 2009, “Politicizing connectivity. Institutional conversion in post-conflict conservation politics”, communication au colloque Espaces protégés, acceptation sociale et conflits environnementaux, Chambéry, 17-19 septembre 2009.

BONNIN, M., non daté, « Connectivité écologique et gouvernance territoriale », 9 p.

BONNIN, M., 2008, Les corridors écologiques : vers un troisième temps du droit de la conservation de la nature ?, Paris, L’Harmattan, 270 p.

CHAMPOLLION, A. et P., 1977, L’écologie dénaturée : les Parcs Nationaux : le cas des Ecrins, Grenoble, La Pensée Sauvage, 103 p.

CIPRA, mars 2009, « Schengen pour la faune et la flore », Alpenscène, n° 90, p. 5 à 19.

CIPRA, mars 2009, Aperçu des instruments les plus importants au sujet des réseaux écologiques dans l’espace alpin, rapport de synthèse, 49 p.

Conseil de l’Europe, 2000, « Lignes directrices générales pour la constitution du réseau écologique paneuropéen », Sauvegarde de la nature, n° 107, 52 p.

DEL BIAGGIO, C. et DEBARBIEUX, B., 2007, “Pan-alpine networks : the case of Alliance in the Alps”, Moutain networks seminar, 28/11/2007, Genève, 4 p.

DEL BIAGGIO, C., 2009 : « L’institutionnalisation de la région alpine à travers l’étude de deux réseaux pan-alpins (Alliance dans les Alpes et Alparc) », Revue de géographie alpine [En ligne], 97-2 | 2009, mis en ligne le 23 juillet 2009. URL : http://rga.revues.org/index904.html

Depraz, S., 2008, Géographie des espaces naturels protégés, genèse, principes et enjeux territoriaux, Paris, Colin, coll. « U Géographie », 320 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

FALL, J. et EGERER, H., 2004, “Constructing the Carpathians : the Carpathian convention and the search for a spatial ideal”, Revue de Géographie Alpine, vol. 92, n° 2, p. 98-106.
DOI : 10.3406/rga.2004.2296

Fall, J., 2005, Drawing the Line : Nature, Hybridity and Politics in Transboundary Spaces, Border Regions Series, Ashgate, Abington, UK Spaces, 325 p.

FALL, J., 2009, « Au-delà des poignées de main : Repenser la coopération dans des espaces protégés transfrontaliers en tant que processus de construction d’une identité individuelle et collective », Revue de géographie alpine [en ligne], volume 97, n° 2, mis en ligne le 23 juillet 2009. URL : http://rga.revues.org/index884.html

FASCE, P. et al., 2005, Bearded Vulture. Reintroduction into the Alps, Annual report 2005, Foundation for the conservation of the bearded vulture, programme Life, 126 p.

FEHR, C. et al., 2006, « Quelles aires protégées pour la Suisse ? », Pro Natura, 41 p.

Fourny, M.-C., 2004, « De la frontière naturelle à la nature comme lien transfrontalier. Du rôle et de la place de l’environnement et du milieu dans les coopérations transfrontalières », Actes du Colloque Frontières, frontière…, Bordeaux, 26-27 février 2004.

Fourny, M.-C., 2005, « La frontière, objet d’intermédiation territoriale », Peuples et Mondes, n° 10.

Grenier, C., 2003, « Garder l’espace : la notion de géodiversité et la conservation du patrimoine littoral », Océanis, fascicule 28, n° 1/2, p. 233-251.

Guerin, M.-A., 2008, « Le patrimoine culturel, instrument de la stratégie de légitimation de l’Union européenne. L’exemple des programmes Interreg », Politique européenne 2008/2, n° 25, p. 231-251.

GUILLEBON, E. de, dir, 1998, Atlas du Parc National de la Vanoise, Paris, Ministère de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement, 64 p.

GUNJA, A. et BAUSCH, T., 2002, Environmental policy. Opportunities for transnational and cross-border cooperation in Caucasus, Federal Ministry of Environment, Berlin, 57 p.

Guyot, S., 2006a, Rivages Zoulous : l’environnement au service du politique en Afrique du Sud, Paris, IRD & Karthala, 250 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Guyot, S., 2006b, « Géopolitique des parcs (trans)frontaliers en Afrique Australe », Les Cahiers d’Outre-Mer, n° 234, Avril-Juin 2006, p. 215-232.
DOI : 10.4000/com.75

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Guyot, S., 2009, « Fronts écologiques et éco-conquérants : définitions et typologies. L’exemple des « ONG environnementales en quête de Côte Sauvage (Afrique du Sud) » », Cybergeo, article 471, mis en ligne le 05 octobre 2009. URL : http://www.cybergeo.eu/index22651.html.
DOI : 10.4000/cybergeo.22651

HAMILTON, S. H., dir., 1996, “Mountain protected areas”, UICN, Parks, vol. 6, n° 1, 56 p.

Hedden-Dunkhorst, B., Kretschmar, M. et Kohler, Y. (ed.), 2007, “Establishing an Alpine Ecological Network. Inaugural Meeting of the Platform "Ecological Network" under the Alpine Convention”, Bonn, BfN-Skripten 210, 86 p.

HERITIER, S. et LASLAZ, L., dir., 2008, Les Parcs Nationaux dans le Monde. Protection, gestion et développement durable, Paris, Ellipses, coll. « Carrefours », 328 p.

HERITIER, S., 2004, « Here, at last, is Peace - Le Parc International de la Paix Waterton-Glacier et la gestion transfrontalière des espaces protégés (Alberta, Canada - Montana, Etats-Unis) », Etudes canadiennes / Canadian Studies, n° 57, p. 51-71.

JAFFEUX, H. et al., 2006, « Un réseau écologique pour le continent européen », Espaces naturels n° 14, avril 2006, p. 13-20.

JAFFEUX, H., 2006, « Le réseau écologique Paneuropéen (REP) », Fédération des Parcs naturels régionaux de France, synthèse, 6 p.

JANIN B. et al., 1985, « Le parc national du Grand Paradis. Protection et aménagement de la montagne », R.G.A., Tome LXXIII, n° 1-2, 212 p.

Jungmeier, M. et al., 2006, “Protected Areas”, CIPRA, 127 p.

LASLAZ, L., 2004, Vanoise : 40 ans de Parc National ; bilan et perspectives, Paris, L’Harmattan, coll. « Géographies en liberté », 434 p.

Laslaz, L., 2005, Les zones centrales des Parcs nationaux alpins français (Vanoise, Ecrins, Mercantour) : des conflits au consensus social ? Contribution critique à l’analyse des processus territoriaux d’admission des espaces protégés et des rapports entre sociétés et politiques d’aménagement en milieux montagnards, Thèse de Doctorat en Géographie, Chambéry, Université de Savoie, 2 volumes, 644 p.

LASLAZ, L., 2008, « L’action publique et les Parcs nationaux français : discours d’acteurs et instrumentalisation politique des conflits en zone centrale du Parc national de la Vanoise (Savoie) », in Séchet R., Garat I. et Zeneidi D., dir., Espaces en transaction, Rennes, P.U.Rennes, coll. « Géographie sociale », p. 227-238.

LEVY, J. et LUSSAULT, M., dir., 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Belin, 1034 p.

Mac CLANAHAN, T., 2004, “The Limits to Beyond Boundaries”, Parks, vol. 14, n° 2, p. 30-33.

MOT, DIACT, 2007, Atlas de la coopération transfrontalière : dynamiques transfrontalières et projets de territoires, Paris, Mission Opérationnelle Transfrontalière.

Neumüller, C., 2008, « Actions communes entre les deux parcs de 1983 à 2007 », Parc national de la Vanoise, note de synthèse à usage interne, 7 p.

Parc national du Mercantour/Parco delle Alpi Marittime, 2002, Atlas transfrontalier, Patrimoine naturel et culturel des parcs du Mercantour, Union européenne, 20 fiches, 10 cartes.

Parc national du Mercantour, 2003, Projet de programme d’aménagement du parc national du Mercantour 2004-2010, tome 2, 84 p.

Parc Naturel Régional du Queyras, 2003, Premières rencontres de la coopération internationale des Parcs Naturels Régionaux de France, 52 p.

PASSET, S., 1994, « S’unir pour mieux protéger : Parcs nationaux de la Vanoise et du Grand Paradis », WWF, Speciale Parchi, n° 3, 73 p.

PHILIPS, A., dir., 1997, “Parks for peace”, UICN, Parks, vol. 7, n° 3, 56 p.

PLASSMANN, G. et BRANCAZ, E., dir., 2002, « Les espaces protégés des montagnes européennes », Réseau Alpin des Espaces Protégés/Montanea, Les Dossiers du Réseau Alpin, n° 7, Conférence internationale des 13-16/11/2002, Chambéry, 143 p.

PLASSMANN, G., dir., 2004, « Réseau écologique transfrontalier », Signaux alpins n° 3, Alparc, 240 p.

REDCLIFT, M.R., 2006, Frontiers : histories of civil society and nature, Cambridge (USA), MIT PRESS.

ROE, D. et HOLLANDS, M., 2004, “Protected areas : how much is enough ?”, Parks, vol. 14, n° 2, p. 42-44.

Rossi, P., 1998, « Histoire et évolution d’une coopération », Monts et Merveilles, journal du Parc National du Mercantour, n° 7.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

ROUILLON, A., 2002, « Gypaète barbu : un programme européen pour une espèce disparue des Alpes », Revue de Géographie Alpine, tome 94, n° 2, p. 127-135.
DOI : 10.3406/rga.2002.3086

SCHEURER, T., BATZING, W. et MESSERLI, P., 2004, « La convention alpine, entre législation internationale et mise en œuvre fédéraliste : obstacles et perspectives », Revue de Géographie Alpine, vol. 92, n° 2, p. 107-117.

Secrétariat permanent de la Convention Alpine & Réseau Alpin des Espaces Protégés, 2004, « Réseau écologique transfrontalier », Signaux alpins n° 3, Réseau Alpin des Espaces Protégés, 244 p.

UICN, 1990, “Parks on the borderline : Experiences in transfrontier conservation”, UICN, Programme series n° 1, 56 p.

UICN, 2005, Bénéfices par-delà les frontières. Procès-verbaux du Ve Congrès mondial des parcs de l’UICN, UICN, Gland et Cambridge, x + 326 p.

VANIER, M. et al., 2006, « Prospectives et coopération transnationale dans les Alpes », Revue de Géographie Alpine, tome 94, n° 2, 119 p.

ZBICZ, D. C., 2000, “Transfrontier Ecosystems and Internationally Adjoining Protected Areas”, UICN, 13 p.

Haut de page

Notes

1  Ces territoires ne furent intégrés au territoire français qu’en 1947.

2  C’est son nom de 1980 à 1995 où il devient le Parco Naturale delle Alpi Marittime, suite à la fusion avec les réserves del Bosco et des Laghi di Palanfré, crées en 1979. Au total, le Parc s’étend sur 3 vallées (Vermenagna, Gesso, Stura) et 4 communes.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Temporalités et mises en contexte des collaborations entre les parcs du Mercantour et de la Vanoise et leurs partenaires italiens.
Crédits © L. LASLAZ, 2009
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1439/img-1.png
Fichier image/png, 797k
Titre Photo 1 : Quand les limites d’espaces protégés sont plus visibles que les frontières nationales…
Crédits © L. LASLAZ, 9 juillet 2004.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1439/img-2.png
Fichier image/png, 212k
Titre Figure 2 : Espaces protégés transfrontaliers et construction territoriale de la conservation dans les Alpes : essai de modélisation
Crédits © L. LASLAZ, 2009
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1439/img-3.png
Fichier image/png, 861k
Titre Tableau 1 : Synthèse des initiatives présentées dans le texte et redéfinition du front écologique
Crédits © L. LASLAZ, 2009
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1439/img-4.png
Fichier image/png, 33k
Titre Figure 3 : carte des Alpes
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1439/img-5.png
Fichier image/png, 5,5M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lionel Laslaz, « La collaboration environnementale transfrontalière, constituante d’un front écologique ? », L’Espace Politique [En ligne], 9 | 2009-3, mis en ligne le 20 janvier 2010, consulté le 26 mai 2016. URL : http://espacepolitique.revues.org/1439 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.1439

Haut de page

Auteur

Lionel Laslaz

Maître de Conférences en Géographie
Laboratoire EDYTEM CNRS-Université de Savoie UMR 5204
lionel.laslaz@univ-savoie.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org