Navigation – Plan du site

Deux fronts écologiques dans la ville : enjeux fonciers et arrangements territoriaux autour de la conservation des terres rurales comme valeurs écologiques à Mexico

Ecological Frontiers Within the City: Tenure Issues and Land Arrangements in the Conservation of Farmlands as Ecological Values in Mexico City
Lidia Blásquez Martínez

Résumés

Les fronts écologiques et les conflits qui leur sont inhérents ne sont pas un phénomène uniquement réservé aux espaces riches en biodiversité « sauvage » (wilderness). Dans cet article, nous nous proposons d’aborder le thème de l’émergence des frontières écologiques sur les terres rurales situées à l’intérieur des agglomérations urbaines importantes. Nous allons prendre, comme exemple, la ville de Mexico avec les deux cas d’étude que sont le lac Xochimilco et les terres rurales de la Vallée de Chalco. Nous défendons la thèse de l’apparition des frontières écologiques dans des zones de pression urbaine importante comme expression visible des mutations complexes que vivent actuellement les zones rurales au Mexique. Ces mutations affectent les modalités de tenure foncière, la dynamique de circulation de la propriété rurale, l’organisation des modes de production ainsi que les politiques de décentralisation des aides au développement. Nous pouvons dire que, lors des deux dernières décennies, une partie de la campagne mexicaine a cessé d’être conçue comme un moyen de production pour être convertie en espace naturel et paysage rural, c’est-à-dire, en un bien de consommation par le biais d’usages récréatifs.

Haut de page

Texte intégral

1Les terres rurales situées en périphérie de Mexico ont été considérées, jusqu’au début des années 1990, comme autant de réserves territoriales qui devaient couvrir les besoins en logements générés par la croissance, d’origine naturelle et migratoire, de la population. Même lorsque les terres étaient encore hautement productives, les pouvoirs publics encourageaient le développement urbain informel, l’agriculture dans la ville n’étant plus considérée que comme activité résiduelle. Parallèlement, depuis la moitié des années 1970, la pollution et l’épuisement des ressources naturelles, en particulier, l’eau, ont provoqué d’importantes protestations de la part de la société civile. Notamment d’une partie de la classe moyenne urbaine qui sentait que sa qualité de vie se détériorait, mais aussi des populations rurales locales qui souffraient de la confiscation de ses ressources en eau au profit de la population citadine.

2A partir des années 1990, l’Etat mexicain a adopté une politique d’inspiration néolibérale comprenant notamment une forte tendance à la décentralisation. Deux mesures étatiques ont radicalement transformé la dynamique sociale, politique et économique de la campagne mexicaine. D’abord, les réformes en matière de législation agraire ont modifié l’accès et la circulation des propriétés rurales. Ensuite l’Etat s’est retiré des politiques de développement et a été remplacé par des ONG (Organisation non gouvernementales) qui ont intégré des projets influencés par la nouvelle idéologie du développement durable. Dans cette perspective les propriétés rurales n’ayant pas réussi à mettre en œuvre des systèmes de production commerciale suffisamment performants cesseront d’être considérées comme des terres productives pour être désormais conçues comme des espaces naturels. Dans cet article nous exposerons, en nous basant sur les deux études de cas du lac Xochimilco et des terres rurales de la Vallée de Chalco, en quoi ces résolutions de l’Etat mexicain ont déclenché différents processus et conflits dans les pratiques et dans les conceptions de ces terres rurales. Ces processus, nous les englobons dans ce que nous appellerons le processus d’installation de la frontière écologique.

1. L’installation de la frontière écologique

3Comme Guyot (2009) l’explique la notion de front écologique a une importante charge idéologique, du fait qu’elle découle du discours des groupes environnementalistes qui cherchent à « ré-conquérir » un territoire/écosystème avec l’objectif de le conserver de la « déprédation » (Guyot, 2009). Mise à part la charge idéologique du terme, il nous semble utile du point de vue heuristique parce qu’il fait référence aux processus de reconfiguration territoriale, de transformation des usages des terres rurales et aux jeux de pouvoir en tant qu’arène politique. Toutefois, pour nous, le front écologique ne constitue qu’une partie du processus historico-territorial plus ample d’installation de la frontière écologique.

  • 1 La traduction du passage de Kopytoff est la mienne.

4Nous reprenons le concept de frontière de Kopytoff qui la définit comme une « aire politiquement ouverte » au sein de laquelle les hommes « forgent un nouvel ordre social au milieu d’un vide institutionnel effectif » (1987 : 7, 9)1. L’auteur voit dans la frontière un processus d’interaction entre différents groupes culturels qui, dans un espace interstitiel, d’une part, mesurent leurs forces en essayant de contrôler le territoire et, d’autre part, cherchent à s’affranchir de leur ordre social originel (qu’ils ne trouvent pas légitime), en essayant d’en créer un nouveau au sein du territoire de la frontière qui est vu comme une tabula rasa. La frontière s’impose par conséquent comme une arène de confrontation entre diverses perspectives et groupes qui cherchent à maîtriser l’espace et à légitimer leur cosmovision. Dans notre cas, les groupes qui se trouvent et s’affrontent dans la frontière écologique composent un spectre qui s’étend du monde rural purement productif au monde urbain qui cherche à s’étaler sur les terres agricoles (celles-ci vues comme des zones « oisives »). Il intègre en outre de multiples groupes qui ne peuvent être définis ni comme complètement urbains ni complètement ruraux au regard de leurs motivations. D’un côté, les urbains voient dans les terres rurales périphériques des espaces de nature destinés au loisir ou à un style de vie « alternatif » ; tandis que des secteurs de la société civile sont partisans d’un « activisme vert » destiné à sauver les derniers réduits d’écosystèmes menacés par l’urbanisation, et que les héritiers des terres rurales cherchent à conserver un patrimoine immobilier familial au sein de la tradition. D’autres encore, expulsés du marché urbain du travail se réinventent une occupation agricole ou touristique ; tout en se revendiquant de « la tradition », en dépit du fait que leurs activités conduisent à convertir les espaces ruraux (agricoles) en paysages de campagne et en espaces naturels à usage récréatif.

5L’émergence des frontières écologiques s’inscrit dans des processus plus amples de l’histoire longue comme ceux de la crise du monde paysan et de la transformation des rapports entre la ville et la campagne (Chamboredon, 1980). Dans notre cas, les terres rurales à l’intérieur des espaces urbains montrent clairement les processus dérivés d’une crise économique et sociale paysanne qui s’est étendue tout au long du XXe siècle. La proximité à la capitale s’est traduite par un exode rural précoce caractérisé par un va-et-vient entre une occupation urbaine et une habitation rurale. Les enfants des propriétaires et producteurs les plus aisés ont accédé à des emplois plus qualifiés. Les terres ont été progressivement vendues pour être converties soit en capital utilisable à long terme soit pour être transmises sous forme de patrimoine de départ pour les jeunes couples. Quant à la crise urbaine de la fin du XXe siècle, elle a conduit un certain nombre de personnes âgées et de jeunes en situation d’échec à retourner vers leurs terres. Les premiers ont décidé de reprendre une activité agricole basée sur la reproduction de la tradition. Les seconds ont plutôt eu tendance à la réinventer, en amalgamant activités agricoles et touristiques (sous forme d’éco ou d’agrotourisme) et en ajoutant une touche d’authenticité ethnique. Ces nouvelles formes d’usage de l’espace rural relèvent de fait de la pluriactivité, les tâches purement agricoles n’étant plus assurées qu’à temps partiel.

6Pour nous, le premier temps, celui de la crise de l’économie rurale représente la progression du vide institutionnel : les terres rurales sont abandonnées, les ressources naturelles se dégradent, l’urbanisation s’accélère, les organisations agraires et productives s’affaiblissent et les pouvoirs publics considèrent que ces évolutions sont nécessaires à la modernisation de la capitale. Le deuxième temps se traduit par l’émergence et la progression de la frontière, elle-même liée à la nouvelle idéologie du développement durable, produit du groupe de Rome et du Sommet de Rio. C’est à cette période que les ONG et les OI (Organisations internationales) sont catapultées dans les arènes locales avec l’objectif de conserver les paysages et les espaces naturels. Il s’ensuit l’institutionnalisation du développement durable au niveau du gouvernement national par le biais des règlements et des politiques publiques de protection environnementale. Ces terres, apparemment « sous-utilisées » et menacées, attirent différents groupes (les éco-conquérants) (Guyot, 2009) qui cherchent à en promouvoir un nouvel usage ou une nouvelle valorisation, tandis que leurs propriétaires originaux ou leurs héritiers veulent faire valoir leurs droits historiques et légaux sur leurs propriétés, tantôt en adhérant aux principes d’une nouvelle fonction récréative des campagnes, tantôt en les contestant. Les éco-conquérants construisent une « rhétorique de la dramatisation » qui vise d’abord à la prise de conscience massive des risques écologiques, mais qui vise également à construire une symbolique commune à l’ensemble des groupes impliqués dans l’arène politique. Ce discours confronte la nature et la société, mettant l’accent sur l’aggravation des risques écologiques résultant de l’absence de gestion rationnelle de l’environnement, notamment au regard de la menace que constitue l’étalement urbain incontrôlé (Fabiani, 1985a : 78).Ces arguments sont à la fois un moyen de pression sur les gouvernements nationaux et locaux, ainsi qu’un signal d’alerte visant à attirer l’attention des OI sur les dangers encourus par le patrimoine naturel.

7Dans les cas de frontière écologique consolidée, nous observons fréquemment des processus de patrimonialisation du territoire, en particulier sous forme de mise en œuvre d’aires naturelles protégées, des réserves écologiques ou de patrimoine mondial. Ce nouvel ordre social oblige les propriétaires et usagers à ajuster leurs droits et leurs obligations sur les terres. Tous prennent une position vis-à-vis du discours de conservation de la nature. Bien que les positions s’opposent entre elles, toutes sont revêtues d’une éthique écologique qui justifie les pratiques spécifiques à chaque groupe comme relevant du bon usage de la nature (Blásquez, 2007 : 233). C’est précisément cette institutionnalisation de l’ordre écologique que nous considérons comme symptomatique de la constitution du front écologique.

8Les territoires qui, dans la scène politique, apparaissent comme des fronts écologiques sont socialement reconnus comme paysages exceptionnels et comme lieux de concentration de la diversité naturelle et culturelle. Les valeurs que l’on attribue à ces espaces ne sont pas synchroniques de l’émergence du front écologique mais diachroniques de la construction sociale spécifique du territoire. Autrement exprimé, les territoires qui se constituent en frontière écologique ont déjà été, préalablement à l’apparition du front écologique, présentés et valorisés comme autant de lieux de richesse et d’abondance par les populations locales. A partir des représentations historiques, on fait appel à leurs spécificités en termes de fertilité, de beauté et/ou de diversité. De fait, si ces espaces ne sont pas chargés des valeurs symboliques paysagères, ils émergeront et se consolideront difficilement en tant que fronts écologiques. Ces valeurs sont la combinaison,(résultant elle-même d’alliances ou de confrontations pour la maîtrise du sol) au sein de l’arène politique locale, des représentations des propriétaires et populations locales originels, de celles des nouveaux usagers, de celles des militants environnementalistes et enfin de celles de la société globale.

2. La fin du XXe siècle : les avatars de l’espace rural

9La question foncière occupe une place centrale dans l’Histoire du Mexique, imprimant des particularités aux dynamiques sociales qui le distinguent d’autres pays d’Amérique Latine et en général, des pays du Sud. Il est important de rappeler que l’un des moteurs de la Révolution de 1910 a été la mobilisation des paysans pour exiger une plus grande justice foncière (Léonard, 2004 : 97). À partir de 1917, le processus de réforme agraire amorcé a consisté à répartir entre les paysans et à restituer aux communautés indiennes quelques 130 millions d’hectares de terrains nationaux et de grandes propriétés privées, sous forme de petites propriétés privées et d’ejidos. Cette nouvelle modalité de propriété sociale, l’ejido, accordait à l’ejidatario (titulaire de la terre) un droit réel sur la parcelle et sur les terres communales. Les droits sur ces deux types des terres étaient « consubstantiels, perpétuels et imprescriptibles ». La seule voie de transmission était l’héritage exclusif à un seul individu. Cette condition préservait l’unité des noyaux agraires, protégeait le patrimoine familial et les intérêts des secteurs paysans les plus fragiles, d’où sa nature sociale (Pérez Castañeda, 2004 :82 et 2002 : 114-115). Le système politique mexicain a été façonné par l’enjeu central de l’accès aux droits fonciers, permettant également à l’Etat d’exercer un meilleur contrôle sur les autonomies locales, lesquelles à l’aube du XXe siècle étaient beaucoup plus puissantes que le pouvoir central. À partir de l’organisation agraire, la terre est devenue la voie de participation politique des communautés paysannes à la vie nationale, ce que quelques auteurs qualifient de « citoyenneté agraire » (Léonard y Velásquez, 2008 : 1). Dans un contexte de « corporatisme d’Etat » c’est-à-dire de concentration de la classe politique et du gouvernement au sein d’un parti unique, le comité ejidal s’est imposé comme le seul canal de négociation entre l’Etat et les paysans (C. de Grammont et Mackinlay, 2006).

10Du point de vue néolibéral, les dotations foncières sous forme de propriété sociale ont été autant de freins à la libre circulation des terres et donc à l’origine d’une faible productivité. Aussi en 1992, les principales caractéristiques de l’ejido ont-elles été supprimées : la redistribution de la richesse, la prééminence du patrimoine familial et le travail comme générateur de droits. Les réformes de la législation agraire ont donc favorisé la libre circulation de la terre, l’individualisation du patrimoine, la non-obligation de travailler la terre et la concentration foncière au profit des particuliers. En d’autres termes, à partir de cette date, les ejidos sont devenus une nouvelle déclinaison de la propriété privée (Pérez Castañeda, 2002 :137). Au sujet de la participation politique, l’organisation des ejidos s’est fragilisée et a perdu l’essentiel de son influence dans l’arène politique locale et par là, ont permis l’émergence de vides institutionnels. Des espaces de participation se sont alors ouverts aux nouveaux acteurs non gouvernementaux : les ONG, les OI, les associations locales et autres médiateurs.

11Ces réformes ont également eu un impact spatial en ce sens qu’elles ont affecté la dynamique d’urbanisation des espaces ruraux dans la périphérie des villes. Ceux-ci étaient grignotés illégalement par les constructions informelles et anarchiques à l’initiative des populations défavorisées. « Installées », elles passaient ensuite des années privées d’accès aux services publics les plus élémentaires. En cas de régularisation ultérieure des peuplements, les entreprises immobilières faisaient des offres aux habitants pour acquérir les parcelles et développer des quartiers destinées aux classes moyenne ou aisée. Les populations défavorisées vendaient et s’installaient encore une fois sur des terres rurales périurbaines, faisant ainsi progresser le front d’urbanisation. Par conséquent, pour les promoteurs, l’incorporation des ejidos dans le marché privé a représenté l’opportunité de bâtir de nouveaux complexes immobiliers sans aucune forme de contrainte administrative ou juridique, sauf si les terres faisaient partie d’une aire naturelle protégée.

12Quant aux attributaires d’ejidos et aux petits propriétaires des terres rurales situées en périphérie des zones urbaines, ils se sont trouvés confrontés à faire un choix entre conserver un patrimoine foncier partiellement productif (en attendant de mieux le rentabiliser) et une solution à court terme, c’est-à-dire vendre leur bien. De fait, bien qu’elles soient faibles, quelques fois même dérisoires par rapport aux prix du marché les sommes proposées aux paysans représentent un petit capital utilisable à court terme. L’arbitrage tournant souvent à l’avantage de la seconde solution, les ONG préoccupées par la conservation de la nature et des ressources naturelles, l’ont naturellement identifié comme la cause de l’expansion de l’urbanisation sauvage.

13La pollution, la pénurie de ressources et la destruction des paysages ont motivé une partie de la société qui s’est sentie menacée dans sa qualité de vie, pour se constituer en ONG et convertir une partie de la population locale au « militantisme vert ». Leur but est de freiner le développement urbain désordonné implicitement encouragé par les pouvoirs publics et d’essayer de perpétuer les activités agricoles qui, elles, sont peu soutenues par les institutions. Impuissantes à freiner l’exploitation de leurs ressources naturelles durant des décennies, ces populations locales ont trouvé dans cette alliance un bon moyen de pression. Pour autant, l’acceptation et la mise en œuvre de ces projets impliquaient une profonde évolution des pratiques et de l’identité paysannes, fondées sur la représentation de la terre comme patrimoine familial, la place du travail paysan dans la société et l’idée de la nature. L’importance des ressources en tant que base matérielle des activités productives ou celle des paysages comme facteurs d’attractivité des activités économiques alternatives sont à l’origine d’enjeux fondamentaux qui se nouent sur le front écologique. Comme nous le verrons dans les deux cas d’étude, le processus de frontière s’est déclenché à partir de la dépossession des populations locales de leurs ressources en eau au profit de la population urbaine de Mexico, même si par la suite, chacun des deux a évolué différemment, tant du point de vue temporel que spatial. Pour Xochimilco, une catastrophe naturelle et la valeur paysagère ont démultiplié le poids et l’influence du lobby œuvrant à sa protection, alors que pour les terres de la Vallée de Chalco, le front écologique n’en est encore qu’à ses débuts.

14Ce dernier point représente d’ailleurs l’un des principaux questionnements du présent article. En effet, si l’analyse des deux terrains repose sur le même type d’orientation ethnographique et d’approche micro-sociologique, ils présentent de fait une profondeur qualitativement différente : nous travaillons sur le lac de Xochimilco depuis 1997 (Blásquez, 2007) tandis que l’étude des terres de la Vallée de Chalco n’a commencé qu’en mai 2008. Nous émettons toutefois l’hypothèse selon laquelle les deux cas sont très comparables. Notre approche méthodologique associe l’analyse sociologique et historique ancrée sur des données qualitatives (Glaser y Strauss, 1995). Cette démarche nous permet d’analyser et d’articuler les dynamiques contemporaines liées à la conservation de l’environnement. L’intérêt est de problématiser le processus d’émergence des fronts écologiques dans une mégapole comme Mexico tout en le replaçant dans le contexte plus large des réformes de la législation agraire et de l’apparition des cadres de gestion « durable » des sites naturels.

15Dynamiques du front écologique : la chinampa comme valeur paysagère

« Devenu vulnérable sous l’effet des mutations de l’environnement, le paysage lacustre de Xochimilco constitue le seul témoin de l’occupation traditionnelle du sol dans les lagunes du bassin de Mexico avant la conquête espagnole » (ICOMOS, 1987 : 2)

16Situé à l’intérieur du District Fédéral, le lac de Xochimilco est précisément localisé à 28 km au sud du centre de la ville. Il est le dernier élément visible de l’ancien complexe de cinq lacs, qui recouvraient le bassin de Mexico où avait été établie Tenochtitlan, capitale de l’Empire Aztèque. Il est difficile d’imaginer que la ville de Mexico qui concentre actuellement 19 239 910 habitants et qui couvre 3.540 km2 d’asphalte et de bâtiments, ait pu auparavant être un immense bassin comblé de plans d’eau (C.I.M.D.D.F., 2003 : 3). Les lacs de Xochimilco et de Chalco, au Sud, étaient les deux lacs d’eau douce tandis que celle des lacs Texcoco, Xaltocan et Zumpango était salée (Image 1). Les Xochimilcas préhispaniques avaient développé une technique pour gagner des terrains sur les étendues lacustres en édifiant des structures flottantes constituées de matériaux organiques : des joncs, des plantes et de la vase du lac. Ces radeaux étaient fixés au fond du lac avec des pieux taillés dans une espèce de saule appelée localement « ahuejote ». Progressivement, les arbres poussaient, la terre se raffermissait et les radeaux prenaient un aspect d’îlots appelés « chinampas ». Ce système permettait aussi de fournir à la terre un degré optimal d’humidité. La forme rectangulaire de la chinampa facilitait aussi l’arrosage manuel en saison sèche. Grâce au développement de la technique agricole du chapín, Xochimilco est devenu la principale source d’approvisionnement en maïs et légumes de l’Empire Aztèque (Sanders, 1957 : 130). Cette technique permettait d’économiser du temps et de l’espace du fait de la germination des graines dans un amas compact de la vase du lac. Les plantes étaient ensuite semées soit dans la montagne, soit dans les chinampas, ce qui permettait d’avoir plusieurs récoltes par an.

Image 1. Dessèchement des lacs de Xochimilco et Chalco et progression de l’étalement urbain.

Image 1. Dessèchement des lacs de Xochimilco et Chalco et progression de l’étalement urbain.

D’après Aréchiga, 2004. Cfp.117

17Le lac de Xochimilco n’a pas seulement permis le ravitaillement de la ville en produits agricoles ; il est également devenu, à partir de la première moitié du XXe siècle, sa principale source d’alimentation en eau. Ses sources, ainsi que sa nappe phréatique d’excellente qualité, ont été canalisées vers les quartiers résidentiels de la ville. A la même époque, a été construit un exutoire artificiel pour accélérer le drainage du bassin. Ces aménagements ont eu des effets concrets sur le lac puisque à la fin des années 1920, le canal de la Viga n’était plus navigable, les embarcations ne pouvaient plus approvisionner le Marché de Jamaica, le marché central de Mexico. Les communautés paysannes ont donc protesté contre la dégradation du système lacustre. Ces pressions populaires, ajoutées à la valeur symbolique du lac dans la construction de l’identité nationale, ont conduit le gouvernement à réagir en adoptant la Loi du 31 janvier 1930 sur « la conservation des monuments et charmes naturels ». Afin de pallier le manque d’eau, les canaux doivent être dragués régulièrement et « bénéficient » de l’apport supplémentaire des eaux usées de Mexico. Cette mesure a définitivement contribué à créer les conditions du double problème du lac : le manque d’eau et sa pollution. À la fin des années 1950 le gouvernement a décidé de construire la première station d’épuration primaire des eaux usées. La surexploitation de la nappe phréatique de Xochimilco a cependant perduré, provoquant d’importants dommages à l’hydrologie du lac. En dépit de ces circonstances difficiles qui marquent ces quelques décennies, les paysans n’ont renoncé ni à travailler leurs terres ni à défendre leur droit à l’eau. Au point d’obtenir la construction de la station de traitement d’eaux usées la plus grande de la ville avec une procédure dite de niveau tertiaire en 1977, c’est-à-dire la plus performante de l’époque. Depuis son inauguration, cette station de traitement, envoie 90 % de sa production (soit 1 m3/seconde) d’eau usée traitée vers Xochimilco.

18Les chinampas sont des terres privées transmises par héritage entre les familles xochimilcas (FAO, 1988 :12) (Rojas Rabiela, 1995 : 29). Leurs propriétaires ne disposent pas d’actes de propriété individuels car les autorités ont toujours refusé la régularisation des ces propriétés rurales privées à l’intérieur des eaux territoriales. Ces terres sont donc régies par un statut foncier ambigu et apparemment paradoxal : d’un côté, les canaux qui entourent les chinampas sont un bien public et de l’autre, les îlots sont des biens privés. Les cartes anciennes de la région font état du lac mais au sein duquel ne figurent pas les terres émergées qui s’y trouvent (Lombardo de Ruiz, 1996). Pourtant, les travaux et chroniques de voyages comme celle de Humboldt, mentionnant des « jardins flottants » construits par les locaux sont très nombreux (Rojas Rabiela, 1993 : 41-42). Il est donc tentant d’en déduire que les terres lacustres n’étaient pas considérées comme des terres au sens strict du terme, c’est-à-dire dans la mesure où elles ne pouvaient pas être mises en valeur par les Espagnols. Elles étaient imaginées comme des lieux potentiellement infects qui restaient donc ainsi le domaine exclusif des indiens (Musset, 1991 :12). On peut également supposer, car aucun document ne l’atteste rigoureusement, qu’avec la période de l’Indépendance et la Constitution de 1857, elles sont passées sous le régime de la propriété privée de la terre encadré par la politique du démembrement de terres communales. Plus tard, au terme de la lutte armée de 1910, la concurrence pour les chinampas n’existant pas en dehors du village les restitutions des terres se sont limitées aux parcelles localisées sur les rives du lac, les chinampas conservant leur statut de propriété privée. Conformément à ce qui s’est passé dans d’autres régions du pays, le processus de restitution de terres a permis à la « communauté xochimilca » de récupérer les terres, dites du village, à savoir les terrains des deux Ciénegas, recensés dans les titres coloniaux de Xochimilco. Du fait de leur origine préhispanique les chinampas sont recensées dans le fundo legal des ejidos, confirmant ainsi leur appartenance à l’ancien terroir villageois préhispanique de Xochimilco. Après la Révolution, la Ciénega Grande et la Ciénega Chica (des terrains inondables situés en dehors du périmètre du lac) ont été constituées en ejidos. (Images 2 et 3).

Image 2. Carte de la municipalité de Xochimilco vers 1890 - Le lac de Xochimilco et ses canaux. Rivière San Buenaventura et la source San Luis.

Image 2. Carte de la municipalité de Xochimilco vers 1890 - Le lac de Xochimilco et ses canaux. Rivière San Buenaventura et la source San Luis.

D’après Lombardo de Ruiz, 1996. Cf.p. 169

Image 3. Canaux et chinampas de Xochimilco vers l’année 2000.

Image 3. Canaux et chinampas de Xochimilco vers l’année 2000.

D’après la Mairie de Xochimilco – Carte de travail du campement « la Draga »

  • 2 Chaloupe peinte en couleurs vives et sur laquelle sont installés des chaises, une table et un toit. (...)

19Parallèlement, depuis le XIXe siècle, Xochimilco a été un des premiers lieux de loisir pour les classes aisées et moyennes de la ville attirées par ses caractéristiques paysagères. De nombreuses familles y ont construit des résidences secondaires, des maisons de campagne dans le village de Tepepan. Après le conflit de 1910, les loisirs se sont popularisés et le cinéma s’est très tôt approprié les paysages du lac comme symboles du folklore et comme illustration de l’identité mexicaine paysanne postrévolutionnaire. Les représentations de la capitale et du lac semblent, à partir de ce moment, se construire sur le double contraste tradition/modernité et paysage/urbanisation. C’est sur cette base symbolique que la valeur écologique du lac a été forgée à la fin des années 1980. Actuellement, le paysage de Xochimilco ressemble à une mosaïque de jardins maraîchers, de fleurs ou d’agrément située au cœur de la ville. C’est une promenade appréciée des citadins qui viennent y louer une trajinera2 pour glisser sur les canaux touristiques entre des barques de musiciens ou de nourriture typique (Images 4 et 5). Si depuis 1989, la zone agricole du lac a changé de nom pour adopter celui de zone écologique, on continue aujourd’hui à y produire des primeurs, des fleurs et des plantes ornementales en serres.

Image 4. Cueillette de fleurs de courgette dans une chinampa

Image 4. Cueillette de fleurs de courgette dans une chinampa

Image 3. Trajinera avec une vendeuse de nourriture typique.

Image 3. Trajinera avec une vendeuse de nourriture typique.

20Le grand tremblement de terre de 1985 a été le détonateur d’un changement dans l’image de Mexico. Les médias internationaux diffuseront les images d’une capitale partiellement en ruines, de centaines des morts, de personnes ayant tout perdu et surtout l’image d’une mégapole chaotique et polluée. Mexico est alors présentée et perçue comme l’archétype des dérives de la ville moderne, pointant en particulier la très mauvaise qualité de l’environnement, et l’étendue de la pauvreté. Le tremblement de terre a néanmoins eu un impact plus concret encore pour Xochimilco, à savoir la fracture du lit lacustre et la perte d’eau du lac. Les autorités se sont alors alarmées du risque de pollution de la principale nappe phréatique fournissant Mexico en eau potable susceptible d’ajouter à la catastrophe sismique une crise sanitaire. Par chance, les analyses ont finalement révélé que la qualité de l’eau de la nappe phréatique n’avait pas été affectée. À partir de 1986, l’Organisation des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a apporté un soutien technique et financier de 225.000 dollars visant à réparer les fissures et consolider le lit du lac de Xochimilco. Pendant l’analyse technique du système lacustre, les experts ont particulièrement insisté sur l’importance d’assainir et de restaurer l’écosystème et le paysage, ainsi que sur la nécessité d’épauler les producteurs garants de l’agriculture des chinampas. La période de crise passée, le gouvernement a cherché à attirer des financements internationaux nécessaires à la restauration des bâtiments coloniaux endommagés. C’est pourquoi, le gouvernement a constitué un lobby soutenu par des intellectuels, des universitaires et différentes associations, pour proposer, auprès du Comité international de monuments et de sites (ICOMOS), le centre historique de Mexico et le lac de Xochimilco au titre de patrimoine mondial de l’UNESCO. En guise de preuve de bonne volonté politique, le gouvernement déclare donc officiellement le lac de Xochimilco « zone de conservation écologique et village rural » et fait établir un inventaire culturel des constructions et œuvres d’art considérées comme patrimoine culturel (FAO, 1988 : 7) (UNESCO, 1987) (Image 6). En 1987, le lac de Xochimilco et le centre historique de Mexico sont finalement inscrits sur la liste du Patrimoine Mondial. Pour le cas de Xochimilco, sa valeur paysagère naturelle/artificielle liée aux chinampas a été tout à fait déterminante.

Image 6. Héron au bord du Canal « Güerolodo »

Image 6. Héron au bord du Canal « Güerolodo »

21En 1989, le gouvernement mexicain aidé par l’UNESCO et la FAO amorce un Plan ambitieux de « sauvetage écologique » comprenant des mesures destinées à améliorer les niveaux d’eau des canaux ainsi que leur circulation sur l’ensemble du système lacustre. Le plan portait également sur la rénovation des zones touristiques et le renouvellement de l’offre de tourisme écologique. En revanche, il n’envisageait pas de soutenir le développement de l’agriculture locale. Au contraire, il est question d’exproprier les ejidos de Xochimilco et de San Gregorio Atlapulco et de créer un parc écologique récréatif- pédagogique, des clubs de sport privés et de restaurer le lac. Le tourisme devient l’activité centrale du lac, l’agriculture n’est qu’une partie du décor et elle n’est plus considérée que comme une activité résiduelle. Ce à quoi les ejidatarios soutenus dans leur démarche par des « experts » ont réagi en présentant un Plan ejidal alternatif. A la différence du Plan de sauvetage écologique, il se voulait moins une proposition technique que l’expression d’une contestation politique des nouveaux cadres de gestion en passe d’être imposés par l’Etat. Le plan alternatif dénonçait ainsi d’autres dimensions de la politique gouvernementale, dont ses orientations néolibérales, la tertiarisation de l’économie et les valeurs de la vie moderne. Pour autant, l’objet principal du Plan alternatif demeure la question des expropriations, des éventuelles indemnisations et plus généralement les enjeux liés à l’aménagement des ejidos. De fait, les négociations porteront pour l’essentiel sur ces différents points et les révisions du Plan original seront la plupart du temps guidées par les conflits liés aux ejidos.

22Bien que le gouvernement mexicain ait dû céder sur certains éléments de son Plan, les modifications sont restées marginales et le principe des expropriations des ejidos a été maintenu. Malgré un contrepouvoir local organisé et efficace, la population locale n’a pas été complètement unanime au sujet des deux Plans, reflétant en cela son hétérogénéité relative. Une partie de la population composée de producteurs inactifs et d’héritiers de terres voit dans l’expropriation des ejidos, un moyen de capitaliser les terres longtemps inutilisées. Ayant perdu leur lien avec le lac, de nombreux jeunes ne veulent plus s’impliquer dans les questions d’aménagement du territoire. L’Etat a saisi l’opportunité de ces divisions pour minimiser la portée de la contestation locale et maintenir la mise en œuvre du Plan. Il a ainsi très vite transformé une partie de l’ejido de Xochimilco en une lagune de régulation de niveaux d’eau, et, en guise d’indemnisation, il a redistribué les terres restantes sous forme de lots aux ejidatarios. D’un certain point de vue, cette décision a encore affaibli la mobilisation locale en multipliant les scissions et conflits entre les ejidatarios eux-mêmes, mais aussi entre les ejidatarios et les héritiers de terres. Mais d’un autre point de vue, la distribution des lots urbains aux ejidatarios a donné raison aux populations locales quant aux « véritables » fins du Plan et a contribué à renforcer le mouvement de protestation. A tel point que le gouvernement s’est vu contraint d’apporter la preuve que des projets de développement durable seront effectivement menés dans le lac. En l’espèce, les OI exercent une forte pression sur le gouvernement pour qu’il suive les recommandations formulées par la FAO en 1986. Concrètement, celui-ci a alors mis en place des programmes de formations à la culture en serre, à l’introduction de nouvelles variétés commerciales ou à des techniques culturales alternatives telle que l’agriculture biologique. Si des équipements sportifs publics ont été construits sur une partie des terrains ejidales expropriés, les projets de clubs sportifs privés sont gelés.

23Finalement, nous pouvons dire que le Plan de Sauvetage s’est mué en détonateur du front écologique du lac en attirant des éco-conquérants comme des ONG et une nouvelle génération de Xochimilcas qui, à l’origine, n’avaient pas envisagé la possibilité d’une activité au moins partiellement agricole (même s’ils considéraient d’un bon œil le potentiel de ce patrimoine rural en particulier du point de vue touristique). Les vides institutionnels relatifs aux chinampas, propriétés rurales privées sans titres individualisés, ont alors ressurgi par la confusion juridique conférée par le nouveau statut de zone de conservation écologique et le périmètre du Patrimoine Mondial. Après l’expropriation des ejidos, le mouvement collectif de défense du lac s’est appuyé sur une rhétorique de la dramatisation écologique pour souligner le risque d’urbanisation auquel le site était désormais exposé. Ce qui a eu pour effet de consolider le processus de patrimonialisation de Xochimilco, aussi bien dans ses dimensions institutionnelles que sociales.

24Replacé dans leur profondeur historique, il apparaît que les aspects ruraux et productifs des chinampas ont été dissociés tout au long du XXe siècle. C’est pourquoi dans les années 1980, s’est imposée l’idée selon laquelle cet espace résiduel serait absorbé par l’urbanisation. Mais dans le même temps, sa valeur paysagère et écologique était conservée, en particulier au regard de sa fonction récréative, concourant même à l’inscription du site sur la liste du Patrimoine Mondial. Dès lors, Xochimilco est devenu un espace urbain de nature, se consolidant ainsi comme front écologique ; celui-ci a été animé de nouvelles formes de concurrences pour l’occupation de l’espace. La mise en place du plan et l’expropriation des ejidos, ont généré une insécurité croissante, notamment en matière de propriété de la terre. Des conflits ont éclaté au sein des familles sous l’effet des indemnisations puis des restitutions des ejidos, sous forme de lotissements urbains ou commerciaux qui ont suscité de multiples ambitions. Par la suite, les règles de transmission traditionnelle de la terre à l’aîné, à celui qui ne disposait d’aucune qualification ou encore à celui qui ne bénéficiait d’aucune alternative urbaine, se sont trouvées remises en cause. Les nouvelles générations ont cherché à vendre les terres qui semblaient prendre de la valeur même quand le cadre légal de conservation décourageait leur commercialisation, ou entrepris de nouvelles activités dans un contexte de forte crise économique à partir de 1994 (Images 7 et 8).

Image 7. Chinampa aménagée en jardin d’agrément

Image 7. Chinampa aménagée en jardin d’agrément

Image 8. Terrains de football installés dans une chinampa

Image 8. Terrains de football installés dans une chinampa

25D’ailleurs, cette conjoncture a motivé le retour au principe de base de propriété de la terre : le travail créateur des droits (Chauveau, 2004 : 13). Les personnes âgées, propriétaires actuelles des chinampas, ont décidé de reprendre, à la fin de leur vie active, leurs activités agricoles. Elles étaient autant motivées par l’incertitude économique croissante que par la pression constante exercée par les éco-conquérants sur leurs terres. Le travail agricole permet d’assurer les droits et par là, la conservation du patrimoine familial foncier, le temps de la succession. De leur côté, les ONG ont élaboré des projets qui incorporaient les nouvelles générations comme médiatrices de l’offre d’un nouveau tourisme écologique ou comme initiatrices de l’agriculture biologique. Ces activités, légitimées par un discours qui défend le bon usage de la nature (Blásquez, 2007 : 228), permettent aux nouvelles générations d’établir une relation inédite avec la terre et de conserver le patrimoine familial. Quant aux personnes âgées, animées d’un sentiment de légitimité de la propriété de la terre, elles préfèrent cultiver le maïs, mobilisé comme une marque de présence, la preuve du travail de la terre, et la perpétuation d’une tradition. Les éco-conquérants, se sont centrés sur la conservation des espèces endémiques, sur l’amélioration de la qualité de l’eau et sur le tourisme écologique. Finalement, nous avons pu observer l’émergence de deux notions de patrimoine liées à des conceptions parallèles de propriété de la terre du lac : le patrimoine privé vs le patrimoine collectif et la propriété privée vs le bien public. Les éco-conquérants ont en effet légitimé leur intervention sur les chinampas via le statut de Patrimoine Mondial du lac, tandis que les propriétaires des chinampas l’ont fait par le biais de la propriété privée. En dernier ressort, l’insécurité favorisée par le vide institutionnel autour de la propriété des terres semble s’atténuer par la pratique d’une agriculture traditionnelle en harmonie avec les enjeux environnementaux.

3. L’émergence d’un front écologique : les terres rurales de la Vallée de Chalco

26Les années 1970 marquent l’expansion de l’urbanisation de la ville de Mexico en dehors des limites du District Fédéral en débordant sur l’Etat de Mexico dans une logique d’expulsion de la population la plus défavorisée vers les zones rurales périurbaines. La Vallée de Chalco se trouve à 40 km du centre ville de Mexico. Cette région fait aussi partie de l’ancien bassin de la Vallée de Mexico et ses sols d’origine lacustre que traversent la Sierra Nevada et ses célèbres volcans, le Popocatépetl et l’Iztaccíhuatl. Depuis la fin du XIXe siècle, ces zones boisées ont été exploitées par des entreprises forestières et de cellulose. La dynamique économique de la région était fondée sur l’exploitation du bois et de l’activité industrielle. Des usines se sont installées et l’activité laitière s’est développée. Entre 1920 et 1935 des ejidos ont été distribués dans la région, une partie des terres octroyées provenait des haciendas accolées aux villages et l’autre provenait des forêts qui sont devenues dans certains cas, des terres communales et dans d’autres, des ejidos. Les propriétaires des ejidos disposaient, sur le papier en tout cas, du droit d’exploiter leurs bois, mais de fait, ils devaient se contenter d’y participer comme main d’œuvre pour le compte d’entreprises auxquelles l’Etat accordait les autorisations d’exploitation. En dépit d’une importante activité agricole, focalisée sur la culture céréalière et l’élevage laitier, l’absence d’initiative étatique de développement agricole a encouragé l’exode rural à destination de Mexico (Raufflet et Moctezuma, 2006 : 23).

27En ce qui concerne les ressources d’eau, en 1951, compte tenu de ses besoins croissants, la ville de Mexico a dû étendre les zones d’exploitation de la nappe phréatique du bassin de Lerma, situé à l’ouest de la vallée de Chalco. Cette nouvelle source d’approvisionnement s’est néanmoins révélée insuffisante pour éviter une grave pénurie et les tensions sociales inhérentes au début des années 1970. Le gouvernement a alors envisagé de puiser dans la région de Chalco-Amecameca, mais s’est trouvé confronté à l’opposition frontale de la population locale, bien informée des conséquences de ce type d’aménagements. En 1972, les autorités fédérales en sont donc réduites à faire marche arrière et à redéfinir les secteurs de prélèvement, cette fois aux dépens du bassin de Cutzamala (Legorreta et al, 1997).

28Au cours de cette même période, la croissance urbaine s’accélère et donne naissance à des agglomérations hautement précarisées comme celles de Ciudad Nezahualcoyotl, Chimalhuacán et Valle de Chalco qui dans les années 1990 comptait plus d’un million d’habitants (C.I.M.D.D.F., 2003 : 10). En réponse, le gouvernement fédéral a défini comme priorité la construction de voies rapides qui raccordent ces agglomérations au District Fédéral, intégrant ainsi un couloir urbain toujours en phase de consolidation à l’aube du 21e siècle. Inversement, l’agriculture de la région se trouve au plus bas en terme de productivité et la concurrence induite par l’ouverture des marchés affecte lourdement la production laitière. Nombre de fermes familiales installées sur les terres des anciennes haciendas commencent à dépérir, à être divisées et vendues. Elles sont parfois remplacées par des zones commerciales et de vastes lotissements de logements sociaux, comme pour l’ancienne hacienda Atoyac, aujourd’hui appelée Los Alamos et qui compte plus de 3 500 logements. Affaiblies, sans pouvoir et sans perspective d’amélioration de la situation, les organisations ejidales ont alors réagi en s’improvisant promoteurs immobiliers et ont donc incité les populations locales à vendre leurs terres.

29En l’occurrence, dans la vallée de Chalco les itinéraires des propriétaires et de leur descendance sont très semblables à ceux de Xochimilco. Les paysans âgés, qui sont en fait la deuxième génération d’ejidatarios ont consacré leur vie à l’agriculture et travaillent toujours aux productions régionales traditionnelles (du maïs, du blé, des haricots et des fèves). Dans ces populations, la conception de la terre comme héritage familial est très prégnante, rendant en cela hommage à leurs pères et leurs grand-pères qui se sont battus pendant la Révolution pour obtenir de la terre et la faire fructifier. Victimes des crises agricoles successives qui ont touché la campagne mexicaine , les propriétaires âgés sont bien conscients des difficultés du développement d’une activité agricole rentable et pour la plupart, ils maintiennent une activité productive destinée à compléter les revenus familiaux Compte tenu de leur âge, beaucoup anticipent la succession de leurs terres en étant convaincus qu’elles seront certainement vendues par leurs héritiers aux agences immobilières qui multiplient les offres. Les fils des ejidatarios constituent une deuxième catégorie des personnes dites du troisième âge (entre 50 et 65 ans). Ces derniers, bientôt retraités d’occupations le plus souvent urbaines, subissent parfois un chômage chronique et anticipent souvent la fin de leur vie active. Nombreux sont ceux qui, après avoir vécu dans le District Fédéral, se réinstallent définitivement au village où ils aident leurs parents dans les tâches agricoles tout en attendant le moment de la succession. Contrairement au premier, ce groupe ne se consacre pas exclusivement aux activités agricoles, ou à tout le moins, les complète la plupart du temps en recourant au commerce : détaillants de papeteries, d’alimentation, vendeurs à la sauvette ou de plats cuisinés. Cependant, certains d’entre eux recherchent le soutien des ONG pour développer des nouvelles activités qui valoriseraient les terres rurales, avec par exemple, l’établissement des plantations de sapins de Noël ou d’arbres fruitiers biologiques. L’appui technique et financier des ONG leur permettra de réduire l’investissement initial et de compter sur un accompagnement technique déterminant. Ce rapprochement a été fondamental pour les éco-conquérants puisqu’il leur a permis l’installation de la frontière écologique et la conservation des terres rurales. En effet, même s’ils sont plutôt en fin de vie active ces enfants d’ejidatarios peuvent encore développer une exploitation « alternative » pendant une et deux décennies. Pour l’heure, ils restent le principal moteur de la vente massive des terres ejidales, en particulier lorsqu’ils doivent faire face à une situation financière trop délicate. Une troisième catégorie d’agriculteur est justement représentée par de jeunes professionnels qui décident de se consacrer aux activités agricoles alternatives et qui agiront comme éco-conquérants locaux et médiateurs entre la population locale et les ONG. En envisageant ces activités comme complémentaires d’autres activités professionnelles ou commerciales, ils sont parvenus à dissocier les terres de leurs fonctions productives et conçoivent les activités alternatives comme une forme de préservation autant de la nature que du patrimoine familial.

30Dans cette zone de la Vallée de Chalco, le front écologique émerge de manière très lente, faible et dispersée. Ce constat s’applique même aux zones forestières qui sont porteuses d’une forte valeur écologique et paysagère, en particulier celle qui comprend les deux volcans, et qui ne sont toujours pas investies par la frontière ni ne font l’objet de la rhétorique de la dramatisation. Nous pouvons supposer que cela tienne au fait que ce territoire bénéficie depuis 1948 du statut de Parc National et qu’à ce titre il relève du domaine exclusif de gestion de l’Etat. En revanche, les vides institutionnels nécessaires à l’installation de la frontière écologique se sont ouverts dans les anciennes concessions forestières, ainsi que dans des zones agricoles de la vallée. Par exemple, en 1995, une des compagnies papetières a fait don au gouvernement de l’Etat de Mexico, d’un terrain connu sous le nom d’El Faro et situé dans le village de San Rafael avec pour objectif affiché de garantir sa préservation écologique.

31En 1997, l’Université Autonome Métropolitaine (UAM) a mis en place un projet transdisciplinaire dont l’objet est d’appliquer les compétences et l’expérience de cette institution en impliquant les étudiants et les professeurs dans la résolution des problèmes environnementaux de la région. Le projet a réussi à s’articuler avec la base sociale organisée pendant les années 1970 autour de la lutte pour l’eau. Des associations civiles ont vu le jour, dont, par exemple, celles des Gardiens des Volcans A.C. qui promeuvent des actions comme les manifestations contre des projets urbains, notamment en s’appuyant sur les nouvelles lois de transparence et en intégrant un observateur citoyen urbain pour freiner l’expansion urbaine illégale. Ces éco-conquérants on également installé un Centre pour le développement durable et ont impulsé l’instauration de cadres de gestion environnementale, en soutenant les autorités locales et en réalisant des mises en ordre écologiques, des plans pour l’aménagement de micro bassins, l’installation d’observateurs environnementaux et la gestion durable d’El Faro. Enfin, les éco-conquérants proposent aux producteurs de la région des formations relatives aux cultures alternatives, aux nouvelles techniques culturales et à la fruiticulture biologique ainsi qu’à l’écotourisme (Sierra Nevada, 2008).

32On observe donc un vaste spectre d’activités qui requièrent l’organisation de multiples lobbies et de fronts d’action. Ceci produit, pour l’instant, un front écologique dispersé et peu contondant. Les éco-conquérants font des efforts pour intégrer un discours dramatique sur la disparition accélérée des surfaces agricoles. Ils tentent également, de faire prendre conscience du rapport entre les terres rurales et la capacité de recharge de la nappe phréatique qui approvisionne en eau à la fois la région et la mégapole. Pour l’heure, la portée de cette action semble toute relative, en particulier parce que les terres rurales n’ont pas encore été complètement dissociées de leurs aspects productifs et qu’elles ne sont toujours pas perçues comme des espaces naturels. De plus, la vallée ne dispose pas d’éléments paysagers reconnus autour desquels l’eau pourrait être mobilisée en tant que symbole écologique. Le paysage de cette région peut être décrit comme des terres rurales entourées de vastes zones urbaines tentaculaires. Les projets de plantations et de jardins maraîchers conformes aux « normes biologiques » demandent des investissements sur plusieurs années ainsi que des circuits de commercialisation spécifiques. En général, les producteurs actifs décident de suivre leur production traditionnelle et de consacrer une parcelle de leur terrain pour tester les alternatives écologiques.

33Comme dans beaucoup de régions rurales du pays, la majorité de la population paysanne a vieilli et se trouve devant l’imminence de la transmission de son patrimoine. Les nouvelles générations, qui en général ont des occupations urbaines, ne souhaitent pas poursuivre l’activité agricole et préfèrent vendre. Les dérives des comités des ejidos qui utilisent les anciens circuits de communication et de mobilisation pour accélérer les ventes préfigurent la progression alarmante de l’urbanisation. Dans certains cas déjà, plusieurs producteurs souhaitant maintenir leur activité se sont trouvés dans l’obligation de vendre leurs terres parce que totalement encerclées par le front d’urbanisation, privées d’eau et exposées aux méfaits des voleurs de récoltes. Toutefois, l’agriculture et la fruiticulture biologique s’imposent comme une nouvelle forme d’occupation en contribuant à compléter les ressources des familles. De même, un espoir certain réside dans le Conseil du Bassin des rivières Amecameca et la Compañía encore en phase d’organisation. Celui-ci serait en effet susceptible de devenir l’élément intégrateur de toutes les actions qui visent à la conservation de l’eau. Peut-être se révélera-t-il en capacité, via le renforcement de la rhétorique de la dramatisation, de consolider la frontière écologique de la vallée de Chalco.

Conclusions

34Nous avons abordé l’évolution des rapports sociaux aux territoires qui auparavant, étaient conçus comme des espaces ruraux et sont devenus des réserves écologiques. Nous nous sommes intéressés aux mécanismes de transformation des représentations sociales et des pratiques dans les terres rurales à l’intérieur des agglomérations urbaines. Elles sont passées du statut d’espace de production à celui de zone de nature, en bénéficiant parfois de leur institutionnalisation en aires naturelles protégées, patrimoine naturel ou mondial. Inscrites dans la longue durée, ces mutations sont également le signe de la crise de l’économie rurale et des villages périurbains où les activités sont en pleine reconfiguration. L’apparition des ONG qui cherchent à préserver les paysages, un certain type d’agriculture et à introduire de nouvelles formes de consommation de l’espace, en valorisant la notion de nature pour l’essentiel, ou à aménager des terres ayant encore des propriétaires, participent au renouvellement des arènes politiques locales. Ces nouveaux cadres de conservation s’imposent comme de nouvelles contraintes vis-à-vis des usages. Bien que dans le cadre organisationnel de l’ejido, ces usages fussent officiellement toujours restreints à l’agriculture, officieusement, le relâchement du contrôle des activités a permis le fractionnement des ejidos et leur ultérieure urbanisation au cours des années 1980. Durant cette même période, les luttes politiques se sont déplacées de la sphère agraire aux sphères administrative et partisane (mobilisations pour obtenir de logements sociaux, des équipements urbains et des services publics) et glissent actuellement vers la sphère de la conservation environnementale et des ressources naturelles. Nous avons analysé ce phénomène comme un processus dynamique de frontière qui engendre des transformations dans les cadres de gestion et les formes de mise en valeur de la terre. Comme nous l’avons constaté dans les deux cas, il existe un vide institutionnel, depuis les réformes à la législation agraire de 1992, régissant la circulation et la tenure foncière des terres rurales. L’urbanisation rapide et incontrôlée et la destruction des paysages stimulent l’investissement de ces territoires par les éco-conquérants ; ces derniers entreprennent la dissociation définitive entre d’un côté la fonction productive des terres rurales et de l’autre leur dimension naturelle, elle aussi socialement construite. Ces processus d’émergence et d’implantation des frontières écologiques s’accompagne d’une rhétorique de la dramatisation qui permet, via un registre discursif spécifique, de diffuser le message d’un patrimoine naturel exposé à un risque imminent et de légitimer du même coup l’intervention d’acteurs extérieurs à l’arène politique rurale locale. De fait, sensibilisée par ce discours et par ce nouveau rapport de forces, les populations locales se sont senties concernées et solidaires des actions conduites par les éco-conquérants à travers la frontière écologique.

Haut de page

Bibliographie

BLASQUEZ MARTINEZ, Lidia, 2007, La reformulation identitaire et le développement durable : les xochimilcas à México. Les enjeux des usages sociaux et politiques d’un espace naturel, Thèse, Ecoles des Hautes Etudes en Sciences Sociales.

C. de GRAMMONT, H., MACKINLAY, H., 2006, “Las organizaciones sociales campesinas e indígenas frente a los partidos políticos y el Estado, México 1938-2006” en Revista Mexicana de Sociología, México : UNAM/IIS, vol. 68, n° 4, (octubre-diciembre), p. 693-729.

CHAUVEAU, J-P., JACOB, J-P., Le MEUR, P-Y., 2004, « L’organisation de la mobilité dans les sociétés du Sud », Autrepart : Gouverner les hommes et les ressources : dynamiques de la frontière interne, Paris : Armand Colin/IRD, n° 30, p. 3-23.

CHASTEL, A. , 1997, « La notion du patrimoine », in Nora P., Les lieux de mémoire, P.(Ed.), Paris : Gallimard.

COMISION INTEGRAL METROPOLITANA D.D.F. (C.I.M.D.D.F.) et al, 2003, Programa para mejorar la calidad del aire de la zona metropolitana del Valle de México 2002-2010, México : INE.

FABIANI, J-L., 1985a, « Science d’écosystèmes et protection de la nature », in Cadoret A. (Ed.), La protection de la nature : histoire et idéologie de la nature à l’environnement, Paris, L’Harmattan.

FABIANI, J.-L., 1985b, « La nature urbaine », in Encyclopaedia Universalis-Universalia. Encyclopaedia Universalis : France. p. 228-232.

FABIANI, J-L., 2001, « L’amour de la nature » in Boyer M. (Ed.), L’environnement et la question sociale : dix ans de recherches pour le ministère de l’Environnement, Paris : Odile Jacob, p. 39-56.

GLASER, B et STRAUSS, A, 1995, « La production de la théorie à partir des données », Enquête, Les terrains de l'enquête, [En ligne], mis en ligne le 7 janvier 2008. URL : http://enquete.revues.org/document282.html.

GUYOT S., 2009 « Fronts écologiques et éco-conquérants : définitions et typologies.
L’exemple des « ONG environnementales en quête de Côte Sauvage (Afrique du Sud) » », Cybergeo, Environnement, Nature, Paysage, article 471, mis en ligne le 05 octobre 2009, modifié le 26 octobre 2009. URL : http://www.cybergeo.eu/index22651.html Consulté le 02 décembre 2009.

INEGI, 2009, Cuaderno estadístico de la Zona Metropolitana del Valle de México, [en ligne] http://www.inegi.gob.mx/est/contenidos/espanol, date de consultation janvier 2009

KOPYTOFF, I., 1987, The African frontier: the reproduction of traditional African societies, Indianapolis, Indiana university press.

LEGORRETA, J., et al, Las Cuencas externas, voir le site http://www.planeta.com/ecotravel/mexico/ecologia/97/0897agua2.html, [en ligne] date de consultation janvier 2009.

LEONARD, Eric, VELASQUEZ, Emilia, 2008, « Citoyenneté locale et réappropriation du changement légal au Mexique : Une analyse des conflits autour des transferts fonciers à Soteapan, Veracruz », Communication orale, Marseille.

LEONARD, Eric, 2004, « La réforme agraire mexicaine comme processus de frontière », in Autrepart : gouverner les hommes et les ressources, IRD : Paris, p. 97-116.

LOMBARDO DE RUIZ, S., 1996, Atlas Histórico de la Ciudad de México, vol. I. 1996, México, D.F. : INAH.

MACKINLAY Horacio, 1996, “El Agro en México : un futuro incierto después de las reformas” in De Grammont H. et. Tejera H. (coord.), La sociedad rural mexicana frente al nuevo milenio : El acceso a los recursos naturales y el desarrollo sustentable, vol. III, México, UAM-A, UNAM, INAH y Plaza y Valdés, p. 21-39.

PEREZ CASTAÑEDA, J-C., 2007, La propiedad agraria en el desarrollo rural, México, CEDRSSA/Cámara de Diputados.

PEREZ CASTAÑEDA, J-C., 2004, “El proceso de acumulación de la tierra (concepto y tipos de latifundio), Estudios Agrarios : Revista de la Procuraduría Agraria, México : Procuraduría Agraria/Nueva Época, Núm. 27, Septiembre-Diciembre, p. 75-99.

PEREZ CASTAÑEDA, J-C., 2002, El nuevo sistema de propiedad agraria en México, México, Palabra en vuelo.

PUENTE, A., MAYNARD, N., 1988, Proyecto de inversión para la recuperación de la Zona Lacustre Xochimilco-Tláhuac, Informe Técnico. México, FAO.

RAUFFLET, E., MOCTEZUMA, P., 2006, Aspects organisationnels de la gestion décentralisée des forêts : l’exemple d’une coopérative d’agriculteurs dans le centre du Mexique, UNASYLVA : Revue internationale des forêts et des industries forestières, No 223, Roma : FAO, p. 22-27.

ROJAS RABIELA, T. (ed.), [1983], 1993, La agricultura chinampera. Compilación histórica, Chapingo : Universidad Autónoma de Chapingo.

ROJAS RABIELA, T. (ed.), 1995, Presente, pasado y futuro de las chinampas, CIESAS, Patronato del Parque Ecológico de Xochimilco : México, D.F.

UNESCO, 1972, Convention concernant la protection du patrimoine mondial culturel et natural, Paris :UNESCO.

UAM, Centro para la sustentabilidad incalli ixcahuopa, PISUS, Proyecto Sierra Nevada, [en ligne], UAM, voir le site URL : http://sierranevada.azc.uam.mx/pagina.html, Date de consultation 28 janvier 2009.

Haut de page

Notes

1 La traduction du passage de Kopytoff est la mienne.

2 Chaloupe peinte en couleurs vives et sur laquelle sont installés des chaises, une table et un toit. Par le passé ces barques étaient décorées d’arcades de fleurs fraîches affichant des prénoms féminins. Aujourd’hui, les arcades sont constituées de papier mâché et peintes de couleurs vives.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Image 1. Dessèchement des lacs de Xochimilco et Chalco et progression de l’étalement urbain.
Crédits D’après Aréchiga, 2004. Cfp.117
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1463/img-1.png
Fichier image/png, 144k
Titre Image 2. Carte de la municipalité de Xochimilco vers 1890 - Le lac de Xochimilco et ses canaux. Rivière San Buenaventura et la source San Luis.
Crédits D’après Lombardo de Ruiz, 1996. Cf.p. 169
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1463/img-2.png
Fichier image/png, 181k
Titre Image 3. Canaux et chinampas de Xochimilco vers l’année 2000.
Crédits D’après la Mairie de Xochimilco – Carte de travail du campement « la Draga »
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1463/img-3.png
Fichier image/png, 476k
Titre Image 4. Cueillette de fleurs de courgette dans une chinampa
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1463/img-4.png
Fichier image/png, 562k
Titre Image 3. Trajinera avec une vendeuse de nourriture typique.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1463/img-5.png
Fichier image/png, 196k
Titre Image 6. Héron au bord du Canal « Güerolodo »
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1463/img-6.png
Fichier image/png, 536k
Titre Image 7. Chinampa aménagée en jardin d’agrément
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1463/img-7.png
Fichier image/png, 595k
Titre Image 8. Terrains de football installés dans une chinampa
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1463/img-8.png
Fichier image/png, 623k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lidia Blásquez Martínez, « Deux fronts écologiques dans la ville : enjeux fonciers et arrangements territoriaux autour de la conservation des terres rurales comme valeurs écologiques à Mexico », L’Espace Politique [En ligne], 9 | 2009-3, mis en ligne le 20 janvier 2010, consulté le 26 juin 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/1463 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.1463

Haut de page

Auteur

Lidia Blásquez Martínez

Sociologue
Postdoctorante -Universidad Autónoma Metropolitana-Iztapalapa (Mexique)
lidia_blasquez@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org