Navigation – Plan du site

Réinvestir le saltus dans la pensée agronomique moderne : vers un nouveau front eco-politique ?

Rethinking the Saltus within the Modern Agronomic Thought: Towards a New Political Eco-Frontier?
Xavier Poux, Jean-Baptiste Narcy et Blandine Ramain

Résumés

Les débats actuels en matière de politiques agri-environnementales — et plus particulièrement de biodiversité — remettent au centre des attentions des objets malmenés au cours des décennies précédentes : prairies naturelles humides, pelouses, haies, landes, parcours, etc., longtemps considérés à la marge du développement. Les dispositifs politiques dédiés au maintien ou à la réhabilitation de surfaces en végétation semi-naturelle et corridors écologiques montent en puissance, pour répondre à un nouvel impératif : préserver une « trame verte ».
D’un point de vue de l’histoire et de la géographie agraire, on peut analyser ce mouvement comme un retour du saltus dans la pensée et les politiques agricoles : les objets agri-environnementaux évoqués ci-dessus en sont, en effet, les composantes canoniques. Mais cette revanche n’est qu’apparente. Alors que le saltus s’appréhende en interaction avec l’ager et la silva dans une vision large du fonctionnement des sociétés rurales, les objets agri-environnementaux modernes sont comme extraits de la matrice territoriale de laquelle ils procèdent. Derniers éléments supports d’une biodiversité agro-écologique, ils deviennent des objets de politiques publiques qui tendent à les préserver, à les classer et les zoner, en dehors de toute problématique économique et territoriale. Des objets « sans homme » à plusieurs égards.
Corrélativement — et ce n’est pas une coïncidence — les agronomes de l’ager proposent une agriculture écologiquement intensive qui marginalise le saltus, quand ce n’est pas de sa négation dont il est question. Mais cette agronomie, paradoxalement, ne considère pas les espèces sauvages qui pourtant constituent la biodiversité.
De fait, le front du débat oppose : d’un côté, un saltus effectivement support de biodiversité, mais muséifié car pensé en dehors de ses fonctions sociales et agro-écologiques, et de l’autre, un ager très actif qui prétend prendre en charge une biodiversité qu’il ne considère pas dans sa globalité.
Pour réduire cette tension, qui procède d’un mouvement historique long, et répondre aux enjeux actuels de préservation de la biodiversité associée aux espaces agricoles, on propose ici un réinvestissement du saltus, dans une pensée agricole et environnementale actualisée, pour déplacer le front du débat.

Haut de page

Texte intégral

Introduction : une analyse des idées relatives à l’intégration de la biodiversité dans les politiques agricoles

1Les politiques agricoles définies aux niveaux communautaire et national déterminent fortement le développement des exploitations agricoles, à tel point qu’il est courant de faire de la Politique agricole commune (PAC) le principal facteur du développement de l’agriculture industrielle européenne. On peut dès lors considérer les acteurs chargés de la conception de ces politiques comme des gestionnaires indirects des paysages agraires européens. Par exemple, le différentiel d’aides allouées aux grandes cultures d’un côté et aux surfaces en herbe de l’autre a longtemps constitué un moteur majeur de l’évolution des paysages, jouant en défaveur des prairies. La figure 1 illustre la traduction de ce front politique dans les paysages du Parc de Lorraine : une bande de pré verger relictuel subsiste au milieu de parcelles cultivées en céréales. Plus globalement, le mouvement d’intensification et de spécialisation de l’agriculture européenne depuis les années 60 est allé de paire avec l’homogénéisation de certains paysages et la disparition d’éléments paysagers tels que les haies.

Figure 1 : Pré verger au milieu d’une « mer » de culture. PNR de Lorraine.

Figure 1 : Pré verger au milieu d’une « mer » de culture. PNR de Lorraine.

© PNR de Lorraine.

2La manière dont les politiques agricoles sont conçues reflète les points de vue qui s’expriment dans les débats européens. Ainsi, les idées défendues dans les laboratoires de recherche, les « think tanks » et groupes de lobbies à Paris et Bruxelles, lorsqu’elles sont reprises dans le monde politique, se traduisent ensuite dans les paysages. Ève Fouilleux (2003) identifie ainsi l’existence de forum de production des idées (FPI), fruits de l’interaction de plusieurs sphères procédant des mondes de la recherche, des acteurs professionnels et des politiques. La résultante idéelle de ces FPI est ensuite reprise et « traduite » dans le monde politique par un autre forum spécifique, impliquant là les acteurs politiques plus classiques — représentants gouvernementaux, élus et administrations — dans l’élaboration des outils et instruments politiques. Le terme même de « modèle agricole européen », sensé inspirer l’ensemble de la PAC, illustre pleinement ce lien entre idées et politique (voir par exemple Mahé et Ortalo-Magné, 2001) : cela suggère qu’un modèle est conçu en préalable à l’élaboration d’un dispositif politique.

3Dans cette perspective, et dans la continuation d’une analyse engagée il y a déjà dix ans sur le « front du débat » entre recherche et action publique (Mermet et Poux 2000), notre problématique porte sur la manière dont la biodiversité en lien avec l’agriculture est appréhendée pour être ensuite traduite en objets politiques. Plus particulièrement, nous considérerons les espaces agricoles supports de biodiversité et leur place dans le développement de l’agriculture européenne en remobilisant un concept issu de l’histoire et la géographie agraire : le saltus. Ce terme renvoie à la trilogie agraire ager-saltus-silva, qui, en première approche, distingue les espaces cultivés (ager), incultes (saltus) et forestiers (silva).

4Dans un contexte global où la biodiversité associée à l’agriculture est en recul d’ensemble depuis plusieurs décennies, qu’il s’agisse de l’enveloppe même des espaces gérés sur un mode extensif ou des espèces inféodées à ces espaces comme les oiseaux ou de nombreuses espèces végétales (European Environment Agency 2006 ; Lepart et alii. 2007), en quoi revisiter le concept de saltus aujourd’hui est-il susceptible de déplacer le front des débats et de renouveler ainsi le contenu des politiques agricoles ?

5Dans un premier temps, nous analyserons le retour au centre du débat « agriculture-biodiversité » d’espaces agricoles marginalisés, mais re-légitimés aujourd’hui par leurs fonctions écologiques. Nous montrerons que les espaces convoqués (prairies extensives, landes, parcours, infrastructures agro-écologiques…), s’ils correspondent aux mêmes espaces que le saltus, ne renvoient pas à la même manière d’appréhender le fonctionnement des exploitations et du territoire agricole. Finalement, envisager les politiques d’intégration de la biodiversité sous l’angle du saltus nous permet d’incarner un nouveau front politique, qui semble plus pertinent pour répondre aujourd’hui aux enjeux de biodiversité associée à l’agriculture.

1. Le retour des tiers espaces écologiques au centre du débat

6Depuis le début des années 90, parallèlement aux dispositifs de soutien à la production, les politiques dédiées à la conservation de la biodiversité dans l’espace agricole sont montées en puissance. Elles ont défini de nouveaux instruments et de nouveaux espaces : les mesures agro-environnementales de 1992, le dispositif Natura 2000 puis en 2005 l’introduction de la conditionnalité liée aux surfaces en couvert environnemental dans le cadre de la réforme à mi-parcours de la PAC cible des objets malmenés au cours des décennies précédentes : les prairies naturelles et semi-naturelles, les haies, les bosquets, etc. Encore plus récemment, le concept de corridor écologique – issu de l’écologie du paysage – a été repris dans celui de « trame verte et bleue » promu par le Grenelle de l’environnement, suite aux expériences comme celles d’Econet à l’échelle européenne (Giorgis 1995). Au total, les politiques publiques ont défini de nombreuses catégories spatiales, aux contours conceptuels et spatiaux parfois flous, mais qui ont en commun de se distinguer des espaces agricoles intensifiés et d’être appréhendés en lien avec d’autres espaces « naturels ». Il s’agit en quelque sorte de « tiers espaces agro-écologiques », à la fois différents de et intégrés dans la matrice agricole.

La requalification écologique d’espaces marginalisés sur le plan agricole

7Ces tiers espaces se trouvent aujourd’hui requalifiés par deux grands concepts conçus en référence à l’écologie : la végétation semi-naturelle et les corridors écologiques, dont nous allons montrer qu’ils font référence à des espaces agricoles marginalisés, pensés en dehors de l’espace productif. La légitimité de leur maintien vient avant tout de la nécessité de préserver leurs fonctions écologiques.

8Le premier concept, celui de végétation semi-naturelle (VSN), est présent de manière centrale dans l’expertise collective INRA sur agriculture et biodiversité (Leroux et alii. 2008). Une des conclusions clé de ce document porte sur le fait qu’à l’échelle d’un paysage agraire, la proportion en végétation semi-naturelle est le principal critère à prendre en compte pour expliquer la richesse biologique. Si d’autres facteurs d’organisation et de gestion du paysage rentrent en ligne de compte, on ne saurait faire l’économie d’un tel type de végétation et les auteurs du rapport indiquent qu’en dessous d’un seuil que l’on peut estimer à 25 % de la SAU, il est difficile d’atteindre un niveau de biodiversité élevé. Au-delà de la discussion inévitablement attachée à ce qui est sans doute davantage un repère indicatif qu’une loi agro-écologique, ce qui nous intéresse ici est cette structuration des enjeux en des termes paysagers et spatiaux. Cette conclusion peut paraître évidente, mais elle ne l’est sans doute pas tant si l’on a à l’esprit l’ensemble des modèles agricoles (agriculture raisonnée, …) qui résument la bonne gestion de la biodiversité par la seule réduction des intrants. Ce que l’expertise rappelle, c’est qu’il n’y a pas de biodiversité sans espaces abritant des espèces : mettre la juste dose d’azote et de produits phytosanitaires dans un paysage dominé par le maïs ne suffira pas pour atteindre les objectifs fixés en matière de biodiversité agricole à l’échelle européenne et nationale. L’expertise collective ne donne pas de définition explicite de la végétation semi-naturelle, mais ses composantes permettent d’en cerner le contour : bosquets, haies, landes, prairies peu productives dont les alpages. On complètera ici par une définition plus générique tirée d’une étude relative aux systèmes agricoles à Haute Valeur Naturelle qui, dans les années 1990, ont mis la VSN au cœur des enjeux agriculture et biodiversité : « la végétation semi-naturelle est celle sujette à des interventions humaines, ou qui l’a été dans le passé, mais qui maintient des fonctions écologiques et une composition d’habitats et d’espèces que l’on trouve par ailleurs dans la végétation naturelle. […] une définition basique de la VSN pourrait être : une végétation qui n’a été ni fertilisée ni semée récemment, et pour laquelle la pression de pâturage ou les apports de nutriments via le fumier ne causent pas de perte de la diversité spécifique » (IEEP, 2007, p 21, notre traduction). Nous reviendrons sur cette définition mais ce qu’il est intéressant de souligner ici est la justification écologique du maintien d’espaces agricoles qui par ailleurs ont largement décliné depuis plus de 50 ans. Les prairies extensives, les haies, etc., bref, les espaces peu productifs, n’ont pas le vent en poupe dans la pensée agronomique moderne et les FPI agricoles ; requalifiées de végétation semi-naturelle, elles retrouvent une légitimité écologique.

9Le deuxième concept est celui de corridor écologique, inspiré de l’écologie du paysage. Il peut être considéré comme le support physique (ou parfois immatériel) permettant la connectivité entre habitats, traduite en particulier par des flux d’espèces (Burel et Baudry 1999). Dans le domaine agro-environnemental, l’exemple archétypal est celui du réseau de haies dans les paysages de bocage. Jacques Baudry (2009 conférence) a analysé l’évolution de leur prise en compte en France, et propose de distinguer les séquences suivantes : une phase de méconnaissance, contemporaine de leur destruction dans les années 1950-1960 (remembrements) ; une redécouverte ultérieure de l’importance des haies et du bocage, avec la date emblématique du grand colloque de 1976 sur ce thème, mais considérant les haies comme des objets presque immanents dans le paysage (leur présence, et encore moins leur gestion, ne procédant de pratiques sociales) ; une nouvelle phase dans les années 1990 qui replace les haies dans leur contexte spatial et écologique d’une part (l’importance de la parcelle contiguë) et socio-économique de l’autre (l’importance des systèmes de gestion de ces haies) (Kergreis et Thenail 2007). On assiste donc sur les vingt dernières années à la redécouverte d’espaces marginaux, considérés avant tout pour leurs fonctions écologiques. De même, le développement des recherches sur les bords de champ, espaces interstitiels s’il en est, illustre pleinement notre propos (Marshall et alii. 2002).

10Si ces deux concepts — végétation semi-naturelle et corridors écologiques — s’inscrivent d’emblée dans une vision moderne des enjeux de gestion écologique à l’échelle d’un territoire, la dynamique des espaces qu’ils convoquent se comprend pleinement dans une vision historique, notamment quand on la croise avec leur gestion agricole. Les prairies permanentes et pelouses, constitutives de la végétation semi-naturelle archétypale, et les haies, emblèmes des corridors, sont souvent des héritages de systèmes agraires qui se sont succédés au cours des siècles. Pour cerner les enjeux d’intervention sur ces objets, il semble alors légitime de se tourner vers les concepts permettant de décrire et d’interpréter les transformations spatiales de l’agriculture et des espaces ruraux sur le long terme.

Une redécouverte du saltus ?

  • 1 Comme la châtaigneraie cévenole décrite par J.R Pitte, qui résulte d’un abandon progressif de l’age (...)

11Parmi ceux-ci se trouve la fameuse « trilogie agraire » redécouverte au milieu du XXème siècle par des géographes vidaliens et adaptée pour analyser les évolutions à long terme de l’agriculture européenne, dans une double perspective économique et productive d’une part et agro-écologique d’autre part (Claval 2007). Sur le premier registre, économique, on analysera la contribution de l’ager cultivé à l’économie céréalière qui se développe à partir du XIIIème siècle, celle du saltus aux secteurs de l’élevage et celle de certaines cultures permanentes non cultivées1 et de la silva à des usages variés de la forêt combinant prélèvements énergétiques, chasse, cueillette et parcours animaux (la glandée des cochons). Sur le plan agro-écologique, c’est la complémentarité des trois composantes dans les flux de fertilité et la reproduction des écosystèmes qui sera considérée, au moins jusqu’à la première moitié du XXème siècle : l’ager, par nature exportateur net de nutriments, a besoin d’apports en provenance du saltus et de la silva, via les transferts de fertilité générée par l’élevage (fumure des champs). Sur un autre registre et à une autre échelle, c’est le rôle du saltus dans l’accueil d’auxiliaires des cultures (insectes et oiseaux régulateurs des « pestes ») et dans la lutte contre l’érosion qui sera considéré (Mazoyer et Roudard 1997).

12Ces complémentarités peuvent s’appréhender à l’échelle d’un paysage agraire ou à plus petite échelle : typiquement, les systèmes de polyculture élevage valorisent ces complémentarités à l’échelle d’une exploitation agricole. La figure 2 représente, de manière schématique, les fonctionnalités agronomiques du saltus en lien avec l’ager au sein d’une exploitation de polyculture-élevage. Les flèches vertes indiquent les flux de nutriments, les flèches orange les « sorties » du système et les « W » (comme « work » ou travail), les postes de travail requis : le système polyculture élevage requiert beaucoup de tâches et de savoir-faire.

Figure 2 : transferts de fertilité et flux physiques dans un système de polyculture-élevage archétypal

Figure 2 : transferts de fertilité et flux physiques dans un système de polyculture-élevage archétypal

13Historiquement, la charrue ou l’araire traçait une frontière nette entre le saltus et l’ager, la limite entre le saltus et la silva étant parfois plus ténue. Plus précisément, la définition du saltus que l’on peut considérer comme fondatrice est empruntée à Georges Bertrand : « [les] terrains qui ne sont pas régulièrement cultivés et qui n’ont pas de couvert forestier continu et fermé » (Bertrand, 1975). Le saltus se définit donc avant tout par ce qu’il n’est pas : ni cultivé, ni forestier.

14A priori, les tiers espaces agro-écologiques qui sont au cœur des dispositifs de préservation de la biodiversité coïncident bien avec les espaces de saltus. Néanmoins, il semble aujourd’hui nécessaire d’actualiser la définition de ce terme, afin de prendre en compte les évolutions majeures vécues par l’agriculture au XXème siècle : apparition de prairies temporaires, intensification de certaines prairies permanentes… Nous proposons donc de préciser certaines catégories, comme l’illustre la figure 3 pour le cas de l’espace agricole du Parc de Lorraine, en tenant compte de la fréquence des labours et du niveau de fertilisation azotée, critères qui nous semblent par ailleurs déterminants vis-à-vis de la biodiversité. Le saltus tel que nous l’entendons dans le cadre de cet article correspond à des éléments ou espaces agricoles non labourés et peu amendés. Il intègre notamment les espaces extensifs en prairies permanentes, pelouses, mais aussi vergers (dont les pré vergers), ainsi que certaines haies. Il se distingue des vergers intensifs et prairies permanentes fertilisées, que nous regroupons sous l’intitulé de « saltus intensifié ».

Figure 3 : Interprétation de la grille silva, ager et saltus dans le cas
du système agraire actuel du Parc Naturel Régional de Lorraine.

Figure 3 : Interprétation de la grille silva, ager et saltus dans le cas du système agraire actuel du Parc Naturel Régional de Lorraine.

15Les formes de végétation du saltus peuvent être mises en parallèle avec les composantes de la végétation semi-naturelle. Quand G. Bertrand décrit les premières comme « toutes les formations herbacées et buissonnantes ni tout à fait naturelles, ni tout à fait anthropiques : landes des régions océaniques et des moyennes montagnes, pelouses de montagne, maquis et garrigues des milieux méditerranéens […] certaines friches et vieilles jachères et l’ensemble des ‘terrains vagues’«  (Bertrand, op. cit.), ce pourrait être une approche de la végétation semi-naturelle. Si l’on élargit le saltus aux prairies permanentes fauchées ou pâturées non fertilisées — comme le fait le dictionnaire de l’écologie par exemple —, sans se cantonner aux seuls milieux « appauvris » considérés par G. Bertrand, alors on peut assimiler de fait les espaces en végétation semi-naturelle aux composantes du saltus. On parle bien ici des mêmes objets (Poux et alii. 2009).

16Par ailleurs, on remarque une correspondance forte entre espaces de saltus et trames ou corridors écologiques. Pour comprendre les raisons de ce constat, il faut insister sur la dynamique récente du saltus dans les paysages agraires de l’Europe, décrite par exemple par Lepart (et alii, op. cit.). Globalement, l’enveloppe du saltus décroît sous un double mouvement : d’une part, au profit de l’ager ou de formes d’intensification qui en modifient les caractéristiques et les fonctions agro-écologiques (le saltus est de plus en plus fertilisé), et d’autre part, au profit de friches amenées à évoluer vers la silva dans la plupart des cas. Au plan de l’organisation spatiale, le saltus se retrouve souvent cantonné aux marges de l’espace agricole « productif », il devient interstitiel, que l’on se place au niveau de la parcelle ou de l’ensemble du finage. On comprend alors l’organisation souvent linéaire, en réseau, du saltus : les haies résiduelles, la frange de pelouses calcaires sur les coteaux difficilement exploitables, les zones humides de fond de vallée ou les « prairies à génisses » en marge des finages, etc. À différentes échelles, le saltus participe à des réseaux et des trames que l’on retrouve dans le concept de corridor écologique.

17Cependant, si la végétation semi-naturelle et les corridors coïncident avec le saltus quant aux objets spatiaux qu’ils embarquent, il existe à nos yeux une différence nette en ce qui concerne la manière dont ils connotent leur relation avec l’homme.

Comment gérer des objets écologiques sans hommes ?

18L’ancrage disciplinaire géographique et historique du saltus l’inscrit d’emblée à l’interface de processus naturels et humains. Si l’on repart du néolithique européen, on comprend comment le saltus prend la relève des milieux ouverts par les incendies naturels et exploités par les grands herbivores (Delort et Walter 2001 ; Tubb 1997). On comprend également en quoi les modes de gestion humaine du saltus par l’élevage reposent sur les mêmes processus naturels hérités du néolithique et valorisent le même fond botanique spontané, tout en modifiant et dirigeant l’intensité et les pressions exercées sur les milieux ouverts. On saisira aussi ce que le saltus a d’humain en considérant les multiples règles et usages qui en régissent le fragile équilibre (droits d’accès, pressions de pâturages, gestion des feux…). En d’autres termes, dire que le saltus comprend des espaces naturels gérés et exploités par l’homme ne soulève pas d’emblée de problème conceptuel majeur. Le saltus permet de « ménager » la nature, en la dirigeant incontestablement, mais en lui laissant les espaces de liberté dont elle a besoin.

19Est-ce la même idée qui est contenue dans le concept de végétation semi-naturelle ? Si l’on retrouve l’idée d’une nature qui est naturelle sans être originelle, ce que suggère le préfixe « semi- », il faut interpréter ce même préfixe comme suggérant et résumant à lui seul une gestion humaine. Qu’est-ce qui distingue une haute-chaume « naturelle » d’une haute-chaume « semi-naturelle » si ce n’est l’existence d’interventions humaines dans le second cas ? Si le terme même est assurément pratique — dans le sens où il permet de sortir du vieux débat « la nature sans l’homme » car il suggère une nature gérée par l’homme — il reste très incomplet quant à la manière dont il appréhende la part de la gestion humaine dans son fonctionnement écologique même (Poux et alii. 2009). La notion de corridor écologique est soumise au même risque, non seulement parce que de tels corridors sont le plus souvent constitués de végétation semi-naturelle, mais aussi parce qu’ils correspondent à des réseaux qui pour beaucoup sont des délaissés, de simples à-côtés des activités humaines : bords de champs, talus de route, ripisylves…

20Autrement dit, les concepts écologiques de VSN et de corridors situent les espaces semi-naturels en marge des espaces anthropisés et ce faisant, situent l’homme (l’agriculteur de fait) en périphérie de ces espaces. Si les fonctions écologiques sont clairement identifiées, les fonctions sociales sont elles, dans le meilleur des cas très floues et le plus souvent niées. Comment dès lors s’étonner que les agronomes de l’expertise collective de l’INRA assimilent la végétation semi-naturelle agricole à des « espaces incultes [ce qu’ils sont] et non productifs [ce qu’ils ne sont pas, pour beaucoup d’entre eux, sans quoi ils ne se seraient pas maintenus dans le paysage] ».

21On comprend alors qu’une tension émerge s’il s’agit d’intégrer ces surfaces écologiques dans un projet politique : tout le monde s’accorde pour reconnaître la nécessité de leur maintien et de leur gestion, mais comment gérer durablement des objets dont la dimension humaine reste floue ? Qui plus est, comment le faire à une échelle suffisamment large, qui est celle nécessaire pour prendre en charge les enjeux de gestion de la biodiversité ? À nos yeux, cette question renvoie à la philosophie de la nature, mais elle est aussi fondamentalement d’ordre politique quand elle envisage les gestionnaires de cette nature.

Deux fronts eco-politiques en présence

La VSN et les corridors : une incarnation spatiale du front “naturalistes” / “agriculteurs”

22La VSN ou les corridors, en incarnant des espaces à vocation essentiellement écologique, mettent en scène un front entre deux demandes sociales (naturaliste / production agricole), le but étant de faire une place à la première dans les espaces marginaux, interstitiels, de la seconde. Une telle problématisation distribue des identités spécifiques aux acteurs : d'un côté les écologues (et leur pendant politique, les écologistes), de l'autre les agriculteurs dans leur ensemble, invités à bien vouloir gérer pour les premiers les espaces qu'ils délaissent ou détruisent aujourd'hui (et non pas pour eux mêmes, puisqu’en tant que producteurs, le “naturel” n’est pas ce qu’ils recherchent).

  • 2 Nous parlons ici du pourcentage — aujourd’hui, 3% — que les agriculteurs en grandes cultures devron (...)

23Du point de vue des identités des protagonistes et des outils politiques, on retrouve un des fondements des mesures agri-environnementales, la question étant : “comment rétribuer les agriculteurs pour un service qu’ils rendent à d’autres et qui induit un manque à gagner ?” À ce volet contractuel de mesures, dont le principe est de compenser les surcoûts induits par la gestion de la nature, correspond un autre volet plus contraignant associé à la conditionnalité des aides, instituant entre autre l’obligation de mise en place de « surfaces en couvert environnemental »2 soustraites à l’espace productif de l’ager.

24Ce front politique a par ailleurs une conséquence directe en matière de recherche, dans la mesure où la séparation entre l’ager et les surfaces écologiques conduit à la déconnexion des objets et problématiques associés aux deux types d’espaces considérés. Ainsi, la recherche écologique considérera l’optimisation de l’efficacité des corridors, par exemple, sur des critères de biodiversité alors que la recherche agronomique portera sur une adaptation des pratiques à l’échelle de l’ager — historiquement son espace de prédilection — conditionnant les performances en matière de biodiversité à une recherche d’optimum technico-économique au niveau de la parcelle (Bonneuil et alii. 2008). La biodiversité nécessaire à la révolution écologique de l’agriculture (prioritairement la biodiversité domestique et auxiliaire) risque alors de ne pas rencontrer la biodiversité des écologues — quand ce n’est pas de sa négation dont il s’agit, lorsqu’on parle d’OGM ou de remplacement d’une prairie permanente par un mélange variétal de blés — , dans lesquels les auxiliaires ne sont qu’une composante d’une biodiversité sauvage, spontanée, plus large (Maljean et Peeters 2001). En matière de fronts, la question est celle du partage du territoire entre des espaces dédiés à tel ou tel mode de gestion, issu de tel ou tel phylum de recherche et, plus largement, d’un réseau socio-technique spécifique.

Le saltus : une incarnation spatiale du front “agriculture multifonctionnelle / agriculture monofonctionnelle”, véritable enjeu de l’intégration

  • 3 Ou plus largement d’autres fonctions économiques associées à la gestion des espaces agricoles : cha (...)

25Le saltus ne problématise pas les mêmes identités et ne structure donc pas le débat de la même manière. Le front qu’il propose de mettre en scène oppose deux types d’agriculture, l’un centré exclusivement sur l’ager, l’autre davantage sur le couple saltus/ager qui, intrinsèquement, répond à la fois à la demande sociale naturaliste et de production agricole 3. La question politique de l’intégration en est renouvelée : “comment privilégier les formes d’agriculture qui, plus que les autres, satisfont à la fois les deux demandes sociales considérées ?”. Dans cette acception, le saltus retrouve sa dimension économique : un mode d’exploitation spécifique d’espaces particuliers, susceptible de distinguer des filières de production dans les secteurs de l’élevage, des cultures permanentes voire celui des cultures annuelles, dans la mesure où la gestion de l’ager s’appuie fonctionnellement sur le saltus (par exemple via la fourniture de pollinisateurs ou d’auxiliaires des cultures). Il retrouve également sa dimension socio-politique : qui accède aux espaces agricoles et pastoraux ? Pour quels projets techniques ? ; les agriculteurs n’exploitant que l’ager ou ceux susceptibles d’intégrer du saltus dans le fonctionnement de leur exploitation ?

Figure 4 : la rencontre e.ntre l’ager et le saltus à l’échelle d’un paysage. Perche

Figure 4 : la rencontre e.ntre l’ager et le saltus à l’échelle d’un paysage. Perche

© Xavier Poux

  • 4 Précisons que nous plaidons pour un rééquilibrage vers une approche intégrée dont la grille saltus (...)

26L’ambition de répondre à plusieurs demandes sociales était aussi celle de l’agriculture multifonctionnelle, mais avec une différence de taille : la biodiversité n’est pas ici une demande sociale abstraite intégrée par principe dans toutes les exploitations. Elle est incarnée dans des catégories spatiales concrètes, qui, à la différence de la VSN ou des corridors, ont un sens agronomique. Dès lors, le saltus permet de qualifier différentes formes d’agriculture, à différentes échelles et permet alors de suivre le front qui nous intéresse au sein de différentes enceintes de pilotage des politiques agricoles (de la Commission Départementale d’Orientation Agricole à la Commission européenne). En outre, le saltus assume son but politique : non pas réconcilier “l’Agriculture” et “la Société” — ou, ici, “les écologistes” — sur un plan de principe, mais promouvoir certaines formes d’agriculture plutôt que d’autres. Cette lecture par le saltus permet ainsi de faire exister un front politique spécifique 4. Pour résumer : il ne s’agit pas tant de défendre la place d’espaces écologiques réduits et déconnectés des systèmes de production que de défendre des systèmes qui intègrent de tels espaces dans leur fonctionnement économique.

Conclusion : pour un réinvestissement du saltus

27Sur le plan politique, le saltus est marginalisé, comme toute l’agriculture extensive, à l’image de sa place dans les paysages agricoles français. Sa contribution économique reste vivace dans les zones d’élevage extensif du sud de la France ou des régions herbagères plus humides dans les zones de montagne ou de collines (par exemple, la zone charolaise). Mais ailleurs, c’est clairement l’ager et sa déclinaison prairiale qui dominent. Politiquement, la carte de France du saltus est celle de l’agriculture marginale, qui peine à être représentée dans les débats nationaux, pour diverses raisons liées à la capacité des éleveurs de dégager du temps et à la proportionnalité entre le poids politique et le poids économique des filières représentées. Dans les autres régions, si des formes de saltus résistent in fine grâce à la diversité de la sociologie des agriculteurs, des régimes fonciers, c’est bien sur un mode défensif ou relictuel.

28Si l’on veut envisager un changement de perspective dans la gestion de la biodiversité à grande échelle dans les espaces européens, ce que la chute de la biodiversité associée aux espaces agricoles rend urgent, l’enjeu devient alors clair : réinvestir un projet technique qui envisage les fonctionnalités agronomiques du saltus par et pour son fonctionnement naturel, en lien avec l’ager dont il est un complément à l’échelle d’un paysage, et inscrire cette problématique au cœur de l’agenda politique à différents niveaux d’action. Actuellement, les corridors et la végétation semi-naturels sont à la fois centraux dans les discours et marginaux et en régression dans les territoires, ce sont des traits sur des cartes d’aménagement du territoire, des fronts qui ne s’imposeront dans de nombreux espaces agricoles qu’au prix de négociations politiques et financières, dont la durabilité n’est pas acquise. En replaçant ces objets écologiques dans un fonctionnement agraire d’ensemble, le saltus se propose de leur donner une dimension historique et fonctionnelle plus large, permettant, pour reprendre les termes de Gilles Clément, de "considérer la limite [écologique] comme une épaisseur, et non comme un trait" (2005). Ce faisant, on se propose de déplacer le front du débat à différents niveaux : celui de l’exploitation (dans son fonctionnement), celui des filières dans leur ensemble (notamment sous l’angle de la céréalisation croissante de l’élevage européen, au détriment du saltus) et celui du modèle agricole européen, en posant la question de la capacité du saltus à donner un sens écologique à une désintensification et une désindustrialisation des modes de production.

29Après avoir dressé une carte des fronts politiques du saltus et de l’ager en France, nous sommes conscients de l’ambition et des difficultés d’un tel projet qui ouvre plus de questions qu’il n’apporte de réponses. En particulier, la prospective du saltus apparaît particulièrement ouverte, après qu’il eut été absent du projet agronomique des 60 dernières années et que les pistes de recherche agronomiques continuent pour partie sur un mode moderne, réductionniste, visant à planifier le processus de production, quitte à rajouter une fonction « biodiversité » comme un paramètre de plus à maîtriser (pouvant, dans certains discours, intégrer les organismes génétiquement modifiés).

30Mais parallèlement, il est également clair que l’agriculture européenne est aujourd’hui à la recherche de nouveaux paradigmes, plus fondamentaux que ceux qui reposent uniquement sur une logique d’offre de produits. Gageons que le saltus, par ses racines historiques et son ancrage conceptuel multifonctionnel, pourra contribuer à enrichir un espace politique passionnant : celui qui vise à refonder le pacte social agricole sur une gestion de la biodiversité qui laisse leur place à des espaces et des paysages riches d’espèces et de processus naturels.

Haut de page

Bibliographie

BAUDRY, J., 2009, Les recherches en écologie des paysages de bocages, et leur interface avec les politiques publiques de gestion de la biodiversité, Conférence dans le cycle « Agriculture, sciences et environnement : l'agriculture entre modernisation et écologisation », session 2008-2009, sous la coordination de C.Bonneuil http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2008/ue/2281/ (consulté en juillet 2009)

BERTRAND, G., 1975, Pour une histoire écologique de la France rurale, in Duby G. et Wallon A. (dir) Histoire de la France rurale T.1 des origines à 1340, Paris, Seuil, collection Points histoire., p 39-118

BONNEUIL, C., DENIS, G., MAYAUD, J.-L.,dir. , 2008, Sciences, chercheurs et agriculture – pour une histoire de la pensée agronomique, Paris, Quae – L’Harmattan, 300 p.

BUREL, F., BAUDRY, J., 1999, Écologie du paysage : Concepts, méthodes et applications, Paris, Lavoisier.

CLAVAL, P., 2007, « About Rural Landscapes: The Invention of the Mediterranean and the French School of Geography », Die Erde, vol. 138, Heft 1, 2007, p. 7-23.

CLÉMENT, G., 2005, Manifeste pour le tiers paysage, essai, voir le site http://www.gillesclement.com/fichiers/_admin_13517_tierspaypublications_92045_manifeste_du_tiers_paysage.pdf (juillet 2009)

DELORT, R., WALTER, F., 2001, Histoire de l’environnement européen, Paris, PUF, 352 p.

EUROPEAN ENVIRONMENT AGENCY, 2006, Integration of environment into EU agriculture policy — the IRENA indicator-based assessment report, Copenhague, 60 p.

FOUILLEUX, E., 2003, La Politique agricole commune et ses réformes : une politique à l’épreuve de la globalisation, Paris, L’Harmattan, 403 p.

GIORGIS S., 1995, Les paysages ruraux européens, principes de création et de gestion. Conseil de l’Europe, 65 p. + annexes

IEEP, 2007, Final report for the study on HNV indicators for evaluation, rapport à la Commission Européenne (DG Agriculture), 128 p + annexes
http://ec.europa.eu/agriculture/analysis/external/evaluation/ex_sum_en.pdf, juillet 2009

KERGREIS, S. et THENAIL C., 2007, Attitudes et comportements des agriculteurs vis-à-vis de la gestion des bordures de champ en paysage de bocage., in Antoine, A., Marguerie, D., Bocage et Société, Rennes, PUR, p. 385-395.

LEPART, J., MARTY, P., KLESCZEWSKI, M., 2007, « Faut-il prendre au sérieux les effets du paysage sur la biodiversité ? », in Berlan-Darqué, M., Luginbühl, Terrasson, D. (eds) Paysages : de la connaissance à l’action, Versailles, Quae, 316 p.

LEROUX, X, BARBAULT, R., BAUDRY, J., BUREL, F., DOUSSAN, I., GARNIER, E., HERZOG, P., LAVOREL, S., LIFRAN, R., ROGER-ESTRADE, J., SARTHOU, J.-P., TROMETTER, M. (eds), 2008, Agriculture et biodiversité, valoriser les synergies, Expertise scientifique collective, synthèse du rapport, Paris, INRA, 113 p

MAHÉ, L.-P., et ORTALO-MAGNÉ, F., 2001, Politique agricole : un modèle européen, Groupe d'Economie Mondiale, Paris, Presses de Sciences Po.

MALJEAN, J.-F., PEETERS, A., 2001, « Integrated farming and biodiversity: Impacts and political measures », note de travail pour la High-level Pan-European Conference on Agriculture and Biodiversity, UNESCO, Paris.

MARSHALL, J., BAUDRY, J., BUREL, F., JOENJE, W., GEROWITT, B., PAOLETTI, M. G., THOMAS, G., KLEIJN, D., Le COEUR, D. et MOONEN, A.C., 2002, Field boundary habitats for wildlife, crop, and environmental protection, in Ryszkowski L, Landscape ecology in agroecosystem management, Boca Raton, CRC Press, p. 219-247.

MAZOYER, M., ROUDART, L., 1997, Histoire des agricultures du monde : du néolithique à la crise contemporaine, Paris, Seuil.

MERMET, L., POUX, X., 2000, « Recherches et actions publiques à l'interface agriculture et biodiversité : comment déplacer le front du débat ? », Courrier de l’environnement de l’INRA, octobre 2000, p 43-56.

PITTE, J.-R., 2003, Histoire du paysage français de la préhistoire à nos jours, Tallandier, Paris, 444 p.

POUX, X., NARCY, J.-B., RAMAIN, B., 2009, « Le saltus : un concept historique pour mieux penser aujourd’hui les relations agriculture et biodiversité », Courrier de l’environnement de l’INRA n° 57.

TUBB C., 1997, « A Vision for Rural Europe ». British Wildlife, 9, p. 79-85.

Haut de page

Notes

1 Comme la châtaigneraie cévenole décrite par J.R Pitte, qui résulte d’un abandon progressif de l’ager céréalier au profit d’un agro-écosystème que l’on peut assimiler à une forêt dirigée et clairsemée (Pitte 2003).

2 Nous parlons ici du pourcentage — aujourd’hui, 3% — que les agriculteurs en grandes cultures devront laisser non cultivé (sous forme de bandes enherbées par exemple, préférentiellement le long des cours d’eau) afin de recevoir l’intégralité de leurs aides.

3 Ou plus largement d’autres fonctions économiques associées à la gestion des espaces agricoles : chasse, cueillette, production de biomasse pour le chauffage.

4 Précisons que nous plaidons pour un rééquilibrage vers une approche intégrée dont la grille saltus est porteuse, mais qui ne prétend pas répondre à la totalité des enjeux de biodiversité associée à l’agriculture aujourd’hui. Le front « surfaces de compensation écologiques/ager » est pertinent dans certains contextes : quand le modèle de grandes cultures est dominant dans le paysage, la mise en place de surfaces de compensation écologique est sans doute plus efficace qu’une improbable intégration. Néanmoins, même dans ce contexte, on peut envisager un changement d’allocation du foncier vers des systèmes de production qui, spécifiquement, valorisent le saltus. L’exemple des moutonniers itinérants du grand bassin parisien illustre cette logique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Pré verger au milieu d’une « mer » de culture. PNR de Lorraine.
Crédits © PNR de Lorraine.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1495/img-1.png
Fichier image/png, 581k
Titre Figure 2 : transferts de fertilité et flux physiques dans un système de polyculture-élevage archétypal
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1495/img-2.png
Fichier image/png, 295k
Titre Figure 3 : Interprétation de la grille silva, ager et saltus dans le cas du système agraire actuel du Parc Naturel Régional de Lorraine.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1495/img-3.png
Fichier image/png, 319k
Titre Figure 4 : la rencontre e.ntre l’ager et le saltus à l’échelle d’un paysage. Perche
Crédits © Xavier Poux
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1495/img-4.png
Fichier image/png, 726k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Xavier Poux, Jean-Baptiste Narcy et Blandine Ramain, « Réinvestir le saltus dans la pensée agronomique moderne : vers un nouveau front eco-politique ? », L’Espace Politique [En ligne], 9 | 2009-3, mis en ligne le 20 janvier 2010, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/1495 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.1495

Haut de page

Auteurs

Xavier Poux

Chercheur-expert-consultant agronome,
Applications des Sciences de l’Action (AScA), Groupe de Recherche en Gestion sur les Territoires et l’Environnement (RGTE), Agroparistech/CIRED,
xavier.poux@asca-net.com

Jean-Baptiste Narcy

Chercheur-expert-consultant agronome,
Applications des Sciences de l’Action (AScA), Groupe de Recherche en Gestion sur les Territoires et l’Environnement (RGTE), Agroparistech/CIRED,
jean-baptiste.narcy@asca-net.com

Blandine Ramain

Chercheur-expert-consultant agronome,
Applications des Sciences de l’Action (AScA), Groupe de Recherche en Gestion sur les Territoires et l’Environnement (RGTE), Agroparistech/CIRED,
blandine.ramain@asca-net.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org