Navigation – Plan du site

10 | 2010-1
Les arènes du débat public urbain

Sous la direction de Gerald Billard

En mai 2009, Les Universités de Rouen et du Havre (CNRS UMR IDEES) ont accueilli pendant trois jours une centaine de chercheurs de disciplines (géographes, politologues, sociologues…) et d'horizons variés (France, Etats-Unis, Canada, Royaume-Uni, Belgique, Italie, pays du Maghreb…) venus débattre des modes de "Gouvernement et gouvernance des espaces urbains".
L'objectif principal de ce colloque pluridisciplinaire était, à travers les notions d'échelles, de frontières, et de périmètres, de s'interroger sur les combinaisons gouvernementales et partenariales pouvant répondre efficacement aujourd'hui et demain aux défis de la nouvelle gouvernance urbaine. Que ce soit à travers l'accroissement diversifié de relations horizontales entre les municipalités (intercommunalités, réseaux de villes…), l'articulation des différents échelons gouvernementaux (des agences publiques aux gouvernements métropolitains, de la centralisation à la subsidiarité…), la contractualisation public/privé ou encore l'essor de la démocratie participative, les communicants ont tenté de mesurer collectivement et internationalement le caractère achevé ou utopique de la quête du territoire optimum superposant le plus idéalement possible cadres institutionnels et espaces de vie.
Parmi les 75 communications présentées lors de cette manifestation, huit ont retenu notre attention afin de composer ce numéro spécial de l'Espace Politique, intitulé "les arènes du débat public urbain". A travers ces contributions, ce numéro cherche à mettre en lumière des expériences participatives citoyennes du quotidien (Paris, Nantes, Montréal) et à poser le décor complexe du jeu d'acteurs à l'échelle de grandes métropoles (Grand Paris, Sydney). En complément, deux textes se distinguent par leur caractère plus prospectif. Tout d'abord, celui co-écrit par Dubus, Helle et Masson-Vincent soulève l'hypothèse de l'émergence d'une géogouvernance dans laquelle les nouveaux outils numériques (SIG, cartographie dynamique) contribueraient à une meilleure compréhension citoyenne des enjeux des politiques d'aménagement. Enfin, la contribution de Nancy Ettlinger (Ohio State University – Columbus) nous amène à réinterroger la notion de ségrégation, souvent au cœur de la démocratie urbaine, en dépassant le caractère trop spatialisé des phénomènes ségrégatifs afin de privilégier une entrée par les réseaux sociaux, notamment professionnels.   
Au final, ce numéro a également pour ambition de témoigner du changement d'angle que de nombreux chercheurs en sciences humaines, sociales et politiques semblent opérer. Comme le soulignait l'un des participants à ce colloque : hier, conseiller du prince, proche du gouvernement ; aujourd’hui du côté de l’expertise, voire dans certains cas des habitants, le chercheur alimente la gouvernance autant qu'il l'étudie…

  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org