Navigation – Plan du site

La gouvernance parisienne, un objet de débat public ?

Médiatisation et enjeux géoéthiques autour du Grand Paris
Parisian Governance, an Object of Public Debate? Media and Geoethical Issues Around Greater Paris
Arnaud Brennetot

Résumés

La médiatisation provoquée par les projets présidentiels autour du Grand Paris contribue à faire de la gouvernance urbaine un nouvel objet de débat public. Au-delà des questions techniques liées à la prise de décision, une analyse géoéthique des propos tenus par les acteurs politiques dans la presse française permet de mettre en évidence l’existence de courants idéologiques divergents en matière de justice spatiale et d’urbanité idéale : alors que la droite véhicule une vision plutôt néolibérale du Grand Paris, justifiée par la nécessité de s’adapter à la compétition entre territoires, la gauche privilégie la cohésion sociale et l’équité territoriale. Ce clivage se présente comme une condition de la politisation de la gouvernance parisienne.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1À toutes les échelles, l’idéal démocratique suppose que l’action territoriale des pouvoirs publics soit contrôlée par le peuple (Rosanvallon, 2006). La gouvernance des villes semble pourtant bien souvent cantonnée à une élite initiée d’élus, de représentants de la société civile, d’experts ou d’observateurs spécialisés. La « révolution silencieuse » de la coopération intercommunale réalisée au cours des dernières décennies échappe en partie à l’appréciation du grand public et au contrôle démocratique. Les promesses de proximité inscrites dans les différents projets de décentralisation ont paradoxalement accru l’écart de compétences entre des élus locaux amenés à intervenir dans le cadre de partenariats multiples pour faire face aux réalités fonctionnelles du tissu urbain et des électeurs, pour une grande majorité, privés des moyens nécessaires à l’évaluation et à la construction d’une opinion éclairée. L’encadrement de la démocratie participative par des procédures institutionnelles (Commission nationale du débat public, conseils de quartier, concertations dans le cadre des PLU) symbolise une inaptitude des élus locaux à entrer spontanément en communication avec leurs électeurs par l’intermédiaire d’un débat public libre et contradictoire. Seule une minorité de citoyens impliqués dans la vie associative peut accéder, à partir d’éléments de discussion tangibles et au prix d’efforts personnels importants, aux enjeux politiques de la gouvernance locale. En conséquence, au nom de la technicité d’une démocratie indirecte et décentralisée dont les modalités d’action restent mal identifiées par l’opinion, la gouvernance des villes reste la plupart du temps reléguée à l’arrière-plan du débat médiatique (Brennetot, 2009). Seules les campagnes électorales donnent lieu à un traitement notable, lequel se concentre sur le cas de quelques communes centrales de grandes agglomérations (Paris et Lyon en 2001, Marseille et Toulouse en 2008). Certains événements ou dysfonctionnements font l’objet de traitements plus précis (opérations de renouvellement urbain, manifestations culturelles, gestion des infrastructures et des services publics). Dans l’ensemble, le commentaire des actions entreprises à l’échelle des espaces métropolitains reste rapide et superficiel, sinon inexistant.

2Depuis 2007, les réticences des médias à traiter de la gouvernance urbaine sont en partie remises en cause en raison de l’intérêt suscité par les interventions répétées du chef de l’État en faveur d’une réorganisation du Grand Paris. Pour la première fois, la gestion politique et le développement d’une grande ville, exceptionnelle par sa taille comme par son statut, occupe le premier plan de la scène médiatique, donnant lieu à un débat public abondant, vif et animé. Les intérêts et les ambitions de chacun, les tensions et les alliances, les projets et les visions font désormais l’objet de descriptions, de commentaires et de réactions multiples et accessibles à tous. Cette visibilité accrue oblige les acteurs impliqués à développer des efforts de communication et des stratégies de positionnement politique adaptés. Le cas de Paris offre ainsi l’opportunité unique d’observer comment les journalistes attisent la compétition entre élus dans un système décentralisé où la quête de légitimité politique est exacerbée. Si les préoccupations partisanes jouent un rôle certain, le système de discussion propre à la démocratie d’opinion oblige chacun à s’extirper des définitions unitaires de l’intérêt pour inventer des justifications impersonnelles et transversales, légitimes à plusieurs échelles et pour plusieurs territoires. La recherche d’un principe qui dépasse l’idiosyncrasie des acteurs, qu’on l’appelle « bien commun », « intérêt général » ou « justice sociale », se pose alors avec vigueur, justifiant ce que je propose de nommer une approche géoéthique du débat public.

Une approche géoéthique du débat public

3Les désaccords politiques ne résultent pas seulement de la contradiction des intérêts. Agissent également les divergences éthiques, c’est-à-dire des différends portant sur la manière dont la société et le monde doivent être organisés. Les arguments avancés au sein du débat démocratique ne peuvent être tenus pour de simples prétextes, sauf à s’enfermer dans une lecture réaliste du politique. Les efforts menés par les uns et par les autres pour concevoir des formes d’organisation spatiale inspirées par l’idée de justice méritent la plus grande attention. Suivant Jean Gottmann, la géographie politique « ne se construira et ne prospèrera qu’en se proposant pour but la recherche de la meilleure organisation politique, c’est-à-dire de la coopération et de la justice dans l’espace géographique » (Gottmann, 1966). Face à l’absence de consensus théorique soulignée par David M. Smith en matière de justice spatiale (Smith, 1994), je propose une approche « géoéthique » qui se fixe pour tâche de mettre en évidence la variété des jugements éthiques auxquels une situation géographique donnée peut conduire. Le recours au néologisme tient à la volonté d’insister sur le fait que les acteurs impliqués dans la production d’espaces politiques, au-delà de la stricte logique des intérêts, sont également traversés par des motivations idéologiques à caractère éthique. L’approche géoéthique vise ainsi à montrer comment les normes et les valeurs invoquées dans le débat public se rattachent à différentes conceptions de la justice spatiale. Au-delà des courants habituels (utilitaristes, libertariens, communautariens, marxises…), les préférences éthiques peuvent être classées selon que :

  • la justice est conçue comme le résultat d’un libre choix (principe d’autonomie) ou non (principe d’hétéronomie)

  • la justice s’applique de façon générale (principe d’universalité) ou particulière (principe de relativité).

4À partir de cette double différenciation logique (document 1), quatre vertus fondamentales peuvent être  définies : la propriété, l’équité, la tolérance et l’harmonie (Brennetot, 2009).

Document 1 - La grille géoéthique et les conceptions de la justice spatiale

Document 1 - La grille géoéthique et les conceptions de la justice spatiale

5Cette classification géoéthique peut être appliquée à tout type de discours (scientifique, médiatique, institutionnel, associatif) même si elle peut aussi être utilisée dans le cadre d’autres protocoles d’enquêtes (questionnaires, sondages, analyse de votes).

Le Grand Paris ou la médiatisation de la gouvernance

6L’analyse de la représentation médiatique de la gouvernance parisienne permet de faire plusieurs constats. En juin 2007, Nicolas Sarkozy, président nouvellement élu, donne à l’aménagement de la région parisienne une importance qu’elle avait, selon lui, perdue depuis les années 1960 :

« Nous vivons encore aujourd'hui en 2007 sous l'impulsion du Général de Gaulle et de Paul Delouvrier qui ont structuré de manière très profonde cette région. Mais la meilleure manière d'être fidèle à cet héritage doit être de penser à notre tour à ce que doit être l'aménagement de l'Île-de-France pour répondre à d'autres défis. C'est une mission qui revient bien sûr au conseil régional, qui n'a plus la même place en 2007 qu'en 1965. Mais l'État peut-il se priver d'avoir un projet, une stratégie pour la région économiquement la plus puissante d'Europe, qui produit 28 % de la richesse nationale de notre pays ? Je ne le pense pas. Je vois en somme deux grands enjeux pour l'Île-de-France en 2007 : la cohésion et la croissance ».

7Ce positionnement, à rebours du discours ambiant sur les vertus de la proximité, néglige les actions entreprises jusqu’ici par les collectivités territoriales. Faire de Paris un enjeu d’intérêt national permet de redonner à l’État un rôle légitime et déterminant en matière d’aménagement du territoire. Il s’agit désormais de compenser le retard pris en matière de coordination territoriale et de remédier aux fractures multiples qui bloquent la mise en place de grands projets, entre Paris et les communes périphériques, entre la petite et la grande couronne, entre les départements issus de la réforme de 1964 ou entre l’est et l’ouest de l’agglomération.

8Quels que soient les objectifs poursuivis, avoués et supposés, chaque nouvelle initiative de l’État concernant la gouvernance parisienne contribue à renforcer la place que ce dossier occupe dans les médias (documents 2 et 3).

Document 2 - Nombre d’articles publiés dans la presse d’actualité entre juin 2007 et avril 2009 à propos du Grand Paris

Document 2 - Nombre d’articles publiés dans la presse d’actualité entre juin 2007 et avril 2009 à propos du Grand Paris

Document 3 - Précisions méthodologiques

Document 3 - Précisions méthodologiques

9Cette intensification de la communication politique vise, semble-t-il, à interpeler directement l’opinion pour mieux court-circuiter la légitimité les élus locaux. La multiplication des projets et des annonces permet à l’État de contrôler l’agenda médiatique, de se positionner comme un acteur majeur et incontournable tout en reléguant les initiatives entreprises par les collectivités territoriales aux marges du débat (SDRIF, Conférence métropolitaine). Cet effort fut manifeste entre février et mars 2009 lorsque trois initiatives placées sous la responsabilité de l’exécutif national aboutirent à une véritable saturation de la scène médiatique : remise au président du rapport préparé par Comité pour la réforme des collectivités locales, dévoilement des projets imaginés par les équipes sélectionnés dans la consultation internationale sur le Grand Paris de l’agglomération parisienne, annonce par Christian Blanc d’un projet de double boucle souterraine de 140 km reliant la Grande Couronne au centre de Paris.

10Malgré l’autorité traditionnelle de la figure présidentielle et la posture hypermédiatique de son mandataire actuel, cette utilisation de la communication politique ne fournit aucune garantie de réussite. Tout d’abord, les élus des collectivités utilisent le surcroît de visibilité médiatique consécutif à l’engagement du chef de l’État pour retourner l’outil à leur profit en adoptant une posture offensive et critique à l’égard du pouvoir central tout en proposant des projets alternatifs, en multipliant les communiqués et les interviews dans les médias nationaux et en développant un discours tout aussi volontariste pour défendre leurs propres projets (document 4).

Document 4 - Chronologie des principales initiatives institutionnelles lancées dans le cadre de la gouvernance de la métropole parisienne

Document 4 - Chronologie des principales initiatives institutionnelles lancées dans le cadre de la gouvernance de la métropole parisienne

11Les médias ne sont par ailleurs pas tenus de relayer la stratégie présidentielle de façon complaisante. Chaque équipe de rédaction, en fonction de sa ligne éditoriale, détermine un type de traitement : la fréquence et le volume des articles consacrés à ce sujet, le style ou l’angle traduisent des interprétations divergentes et garantissent le pluralisme de la représentation médiatique. Ce travail revient, en général, à un ou deux journalistes spécialisés, chargés de suivre l’évolution du dossier et de mettre en perspective les principaux faits.

12Pour rendre compte de la manière dont les médias participent à l’élaboration du débat public autour du Grand Paris, l’analyse a été centrée sur les articles de la presse écrite, quotidienne et hebdomadaire, publiés entre le discours de Roissy prononcé par le président de la République en juin 2007 et le début du mois d’avril 2009. En tout, un peu moins de 800 articles ont été répertoriés (document 2).

La personnalisation de la gouvernance urbaine

13L’examen du corpus obtenu révèle que certains périodiques accordent une importance significative à ce sujet. À travers ces nombreux articles, les journalistes accomplissent un travail de vulgarisation indispensable à l’appropriation par le lectorat des enjeux gravitant autour de la gouvernance de l’agglomération parisienne : ils identifient les acteurs, leurs responsabilités, leur positionnement partisan ; ils rappellent les échelles d’intervention de chacun et contextualisent les prises de parole au sein de la scène politique afin de faciliter l’interprétation des différents discours.

14On observe une forte personnalisation des thématiques abordées (document 5). Celle-ci tient à l’implication de nombreux acteurs d’envergure nationale, ayant des responsabilités ministérielles ou parlementaires (Christian Blanc, Patrick Braouezec, Patrick Devedjian, Julien Dray, Roger Karoutchi, Valérie Pécresse). Cette situation accroît l’importance symbolique du Grand Paris. La place accordée aux représentants politiques des territoires s’explique également par la nécessité faite aux journalistes d’inventer une pédagogie de la gouvernance : le fait d’identifier les projets d’aménagement aux acteurs qui les soutiennent facilite la compréhension des enjeux et permet de donner chair à des questions qui seraient très abstraites autrement. Certains acteurs en viennent à incarner des formes et des projets de gouvernance : Philippe Dallier, sénateur UMP et maire de Pavillons-sous-Bois, apparaît de façon systématique comme le représentant d’une refonte institutionnelle des collectivités en faveur d’un Grand Paris élargi aux départements de la première couronne alors que Pierre Mansat, adjoint communiste à la mairie de Paris chargé des relations avec les collectivités territoriales, se présente comme le premier partisan d’une coopération non contrainte entre collectivités locales.

Document 5 - les personnalités les plus fréquemment mentionnées dans la presse écrite à propos du Grand Paris

Document 5 - les personnalités les plus fréquemment mentionnées dans la presse écrite à propos du Grand Paris

15Le contenu des articles se limite souvent à commenter et à mettre en perspective la parole et les décisions des responsables politiques, quitte à réduire la gouvernance à des ambitions personnelles ou à des rivalités partisanes : toute prise de position publique tend en effet à être interprétée comme le résultat d’intentions strictement politiciennes. Le champ lexical de l’affrontement est abondamment utilisé : on parle à plusieurs reprises de « bras de fer », de « passes d’armes », de « division », de « discorde », d’« épreuve de force » et même de « guerre » et de « bataille ». Il en découle une dramatisation spectaculaire de la parole politique, reléguant à l’arrière-plan les questions de fond comme l’articulation entre les échelles ou l’adéquation entre les territoires d’élection, de délibération et d’intervention. De façon générale, la question des périmètres est éludée.

La transfiguration de l’espace et le décloisonnement de l’imaginaire

16Les cartes et les figures produites dans le cadre des documents d’aménagement ne sont pratiquement jamais reprises dans la presse. Cette sous-utilisation des moyens infographiques disponibles rend compte des limites actuelles du débat médiatique concernant l’urbanisme. La dimension spatiale des projets est souvent escamotée, réservant à une minorité de citoyens initiés la possibilité d’appréhender les possibilités d’adéquation entre les territoires de l’action publique et les espaces vécus.

17Cette situation révèle peut-être aussi la pertinence limitée des logiques de zonage dans l’appréhension des enjeux qui président à l’aménagement d’une métropole faite avant tout de flux enchevêtrés, d’ancrages provisoires et de polarités éclatées (document 6).

Document 6 - Le Grand Paris : un espace à géométrie variable

Document 6 - Le Grand Paris : un espace à géométrie variable

18En ce sens, le développement d’un Grand Paris paraît moins dépendre de l’instauration d’un périmètre politique optimal que de l’émergence de pôles symboliques capables de capter l’attention du public et de structurer l’imaginaire quotidien des habitants, tout en rompant avec le modèle concentrique classique.

19Les images proposées par les différentes équipes impliquées dans la consultation internationale sur le « Grand pari de l’agglomération parisienne » ont ainsi été abondamment reproduites dans les journaux (document 7) : ces représentations paysagères d’une ville futuriste, souvent nocturne et verdoyante, composée de tours ultramodernes, de parcs et de trains aériens permettent aux journalistes de sortir du débat institutionnel pour proposer aux lecteurs des visions poétiques et démesurées d’un Paris possible, sinon souhaitable (Guermond, Brennetot, 2009).

Document 7 - Visions d’architectes autour du Grand Paris

Document 7 - Visions d’architectes autour du Grand Paris

20L’invocation du Grand Paris se présente alors comme une formule quasi-magique, utilisée pour désinhiber l’imaginaire afin de concevoir des réponses audacieuses aux problèmes concrets que la ville actuelle rencontre. Le « Grand Paris » est ainsi régulièrement invoqué pour traiter de questions diverses, sans lien direct avec la gouvernance métropolitaine : l’intégration des communes périphériques au dispositif du Vélib’ (Libération), la possibilité d’édifier un circuit de Formule 1 au nord de l’agglomération (France Soir, Métro) ou d’« organiser une grande police pour le Grand Paris » (Le Point), un « Grand Paris des sans-abri » (L’Express) ou « un Grand Paris contre les inégalités » (Libération). Cette appropriation libre de la toponymie génère sans doute de la confusion mais elle révèle aussi la popularisation de l’idée selon laquelle les défis urbains de la capitale se posent désormais à l’échelle de la métropole tout entière. Il est significatif, par exemple, de constater que la construction de tours de grande hauteur est souvent associée au thème du Grand Paris, comme si l’élévation du vélum réglementaire devait s’accompagner d’un élargissement horizontal de l’urbanisme opérationnel (document 8).

Document 8 - Grand Paris et hauteurs architecturales

Document 8 - Grand Paris et hauteurs architecturales

Source : L’Humanité Dimanche, n° 138, novembre 2008.

La médiatisation : un enjeu politique de la gouvernance parisienne

21L’intérêt pour le Grand Paris, associé à la personnalisation de la gouvernance observée dans la presse, traduit la politisation du discours médiatique (document 5). Tous les territoires et tous les échelons ne bénéficient pas du même traitement ni de la même notoriété, ce qu’une analyse des occurrences lexicales correspondant au nom des représentants politiques de chaque collectivité permet de mesurer. Dans l’ensemble, les directeurs exécutifs apparaissent comme les principaux protagonistes du débat : Nicolas Sarkozy, Jean-Paul Huchon et Bertrand Delanoë, de même que Christian Blanc, secrétaire d’État chargé du développement de la région capitale, et Édouard Balladur, rapporteur dans le cadre de la réforme territoriale, sont les plus fréquemment cités. Viennent ensuite des acteurs politiques nationaux impliqués au niveau local et régional (Roger Karoutchi, Valérie Pécresse, Philippe Dallier, Patrick Devedjian) et certains élus des collectivités territoriales actifs dans la gouvernance francilienne (Pierre Mansat, Christian Favier).

22Les journaux publiant des éditions régionales (Le Parisien, Paris Obs ou 20 minutes) accordent une place relativement plus importante aux élus locaux (municipaux, intercommunaux, départementaux ou régionaux)1. C’est le cas également de L’Humanité qui, proportionnellement aux autres titres, donne davantage d’importance aux élus des départements et des régions. Cette caractéristique tient à la coloration idéologique du journal : les élus de gauche, du parti communiste en particulier, y sont traités de façon avantageuse. Au contraire, les journaux de droite comme Le Figaro privilégient les élus affiliés à l’UMP ou au Nouveau Centre, ce qui explique aussi pourquoi ils ont tendance à accorder plus d’importance aux acteurs d’envergure nationale (document 9).

Document 9 – Les élus participant au débat sur le Grand Paris Échelles et les niveaux de mandature (fréquence d’occurrence de chaque échelon pour chaque journal)

Document 9 – Les élus participant au débat sur le Grand Paris Échelles et les niveaux de mandature (fréquence d’occurrence de chaque échelon pour chaque journal)

23Il y a donc un lien entre l’organisation territoriale, la coloration partisane et la visibilité médiatique (document 10) : proportionnellement, Le Figaro donne plutôt la parole aux élus des départements de l’Ouest (Hauts-de-Seine, Yvelines) alors que L’Humanité présente un profil plus favorable aux départements de l’Est (Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne).

Document 10 - Le rayonnement médiatique des élus des différents départements parisiens

Document 10 - Le rayonnement médiatique des élus des différents départements parisiens

24On retrouve également cette tendance dans les tribunes libres et les entretiens publiés dans les journaux : chaque équipe éditoriale tend à solliciter et à donner des occasions de s’exprimer publiquement aux élus avec lesquels elle partage des affinités idéologiques. À nouveau, L’Humanité et Le Figaro présentent un profil inversé. Les modalités qui président à la représentation médiatique de la gouvernance parisienne interagissent donc avec les grands contrastes territoriaux, entre l’État et les collectivités territoriales mais aussi entre l’Est et l’Ouest de l’agglomération (document 11).

Document 11 - Interviews et tribunes libres à propos du Grand Paris

Document 11 - Interviews et tribunes libres à propos du Grand Paris

Nombre d’entretiens et de tribunes libres publiées dans les différents titres de la presse écrite à propos du Grand Paris.

Géoéthique du Grand Paris

25Le contenu géoéthique du débat public autour du Grand Paris montre par ailleurs qu’il existe un lien entre l’échelle d’intervention des acteurs impliqués dans la gouvernance parisienne et les opinions qu’ils défendent. L’analyse des arguments avancés par les uns et par les autres permet ainsi d’identifier une pluralité de profils géoéthiques autour desquels s’organise la discussion (documents 12 et 13).

26

Document 12 - Les arguments avancés majoritairement par la droite à propos du Grand Paris

Document 12 - Les arguments avancés majoritairement par la droite à propos du Grand Paris

27

Document 13 - Les arguments avancés majoritairement par la gauche à propos du Grand Paris

Document 13 - Les arguments avancés majoritairement par la gauche à propos du Grand Paris

28On observe tout d’abord un clivage concernant le lien entre les modes de décision et les objectifs assignés à l’aménagement de l’espace parisien. Dans l’ensemble, les responsables de droite, y compris ceux disposant d’un mandat local, considèrent cette question comme un objectif d’intérêt national justifiant une implication spécifique du pouvoir central. L’action des collectivités territoriales est jugée insuffisante, voire inefficace. La conférence métropolitaine initiée par la gauche est présentée comme une coquille vide tandis que le SDRIF est dénoncé pour son dogmatisme et son manque d’ambition. Dans ce contexte, l’État a toute légitimité pour reprendre en main l’avenir de la métropole parisienne, pour lui assurer son rang de ville mondiale et pour accroître l’attractivité du pays en matière d’investissements et d’activités. Une politique de grands travaux doit favoriser la mise en valeur du potentiel économique de la métropole parisienne tandis que la rationalisation et la simplification de l’organisation territoriale sont censées améliorer son efficacité et sa compétitivité. Il s’agit aussi bien d’optimiser l'usage des dépenses publiques, d’éviter les doublons, les financements croisés et les gaspillages que d’améliorer la lisibilité et la gouvernabilité des réalités urbaines. Pour cela, certains responsables de droite comme Philippe Dallier ou Édouard Balladur préconisent de changer l’organisation territoriale de l’agglomération, en fusionnant les institutions de la petite couronne, en dissolvant les intercommunalités et les départements au profit d’une communauté urbaine intégrée, ce que les élus de gauche refuseraient en raison d’une inertie atavique motivée par des arrière pensées politiciennes.

29Contre cette vision perçue comme néo-jacobine, les élus de gauche accordent leur préférence à la coopération transversale en bottom/up, donnant lieu à des structures ad hoc de partenariat comme les syndicats d’évaluation ou les territoires de projets. Il s’agit, selon des élus comme Pierre Mansat ou Jean-Paul Huchon, de conduire des actions concertées dans le respect de l’esprit de la décentralisation. S’ils demandent que l’État soutienne financièrement les collectivités locales et les aide à administrer les territoires, ils exigent aussi de lui qu’il les consulte, qu’il respecte leurs initiatives et leur volonté, invoquant les vertus de la proximité et l’intangibilité de la clause générale de compétences. Beaucoup déplorent ce qu’ils jugent alors comme de la brutalité et de l’unilatéralisme de la part du président de la République et du gouvernement, craignant une nouvelle concentration du pouvoir et un retour à la gestion technocratique. La multiplication de chantiers lancés sans concertation, de façon non coordonnée (secrétariat d’État confié à Christian Blanc, consultation internationale d’architecture, commission Balladur) génère, selon eux, de la confusion et serait motivée par des considérations politiciennes.

30Les justifications avancées par les interlocuteurs dépendent donc largement du territoire qu’ils représentent : chacun présente son échelon et son territoire d’élection comme le plus légitime et le plus apte à répondre aux enjeux de l’urbanisme. Si aucun consensus ne se dégage spontanément, il existe tout de même quelques points de convergence. La plupart des protagonistes reconnaissent le bien fondé d’améliorer les capacités d'investissement en mutualisant les moyens ou de consulter directement les populations, sans laisser aux seuls élus la responsabilité de décider de l’avenir de la métropole.

31La participation des élus à la discussion médiatique ne se limite pourtant pas à des rivalités géopolitiques. Leurs prises de parole laissent également transparaître des clivages idéologiques plus profonds, renvoyant à des conceptions de la justice territoriale différentes. Le débat public oppose ainsi une gauche privilégiant la cohésion urbaine et la correction des inégalités territoriales à une droite plus sensible à la compétitivité internationale et à la croissance des activités marchandes (documents 14 et 15).

Document 14 - Deux visions géoéthiques du développement de la métropole parisienne (1)

Document 14 - Deux visions géoéthiques du développement de la métropole parisienne (1)

Arguments avancés par les élus à propos du Grand Paris : mesures du rapport droite /gauche (en % des occurrences)

32

Document 15 - Deux visions géoéthiques du développement de la métropole parisienne (2)

Document 15 - Deux visions géoéthiques du développement de la métropole parisienne (2)

33Cet antagonisme se traduit dans le contenu des projets et dans les types d’action à mettre en avant. Les élus de droite considèrent que pour faire face à la mondialisation, il est indispensable de développer des pôles de croissance performants, de soutenir l’innovation technologique et la recherche opérationnelle. À gauche, au contraire, priorité est donnée aux « besoins des populations », et, en particulier à l’amélioration du cadre de vie et des conditions d’existence des plus fragiles en ciblant particulièrement les transports collectifs, le logement social et, dans une moindre mesure, l’éducation et la culture. Le partage des ressources publiques et la solidarité fiscale sont un des moyens les plus fréquemment avancés par les représentants de gauche pour parvenir à améliorer l’équité entre collectivités, qu’il soit question de mettre en œuvre une taxe professionnelle unique ou d’accroître les fonds de péréquation. Pour certains élus de gauche, communistes ou verts notamment, la mondialisation et la compétition économique constituent un prétexte irrecevable, invoqué par la droite pour maintenir la concentration des investissements publics à l’Ouest, en particulier sur le quartier de La Défense présenté comme le symbole d’un capitalisme d’affaires aussi dépassé que néfaste.

34Au-delà des nuances propres au discours de chaque personnalité politique2, cette opposition structurelle concernant les objectifs de l’urbanisme renvoient à des interprétations idéologiques différentes de la forme que la justice spatiale peut prendre dans un régime libéral3 : la droite développe ainsi un discours néolibéral4 qui mêle des arguments utilitaristes (la maximisation du bien-être collectif) et libertariens (la restriction de l’action publique au cadre de la compétition marchande entre territoires) ; la gauche, au contraire, exprime des ambitions plus proches d’une conception rawlsienne, soucieuse de corriger les inégalités qui empêchent les plus fragiles d’accéder aux libertés fondamentales (transport, logement, éducation)5.

35Derrière ces visions très différentes, quelques thèmes réunissent indifféremment les interlocuteurs : la préservation des espaces naturels ou agricoles, le développement durable, la densification spatiale des infrastructures, la réduction des trajets et le rapprochement entre les lieux de résidence et les lieux d’activité.

36Concernant la forme et l’étendue des périmètres d’intervention, la droite semble privilégier la zone dense, en favorisant les interconnexions entre Paris et les communes de la proche banlieue, tandis que les élus de gauche sont plus favorables à un développement polycentrique à l’échelle de la région, de façon à éviter de marginaliser les départements de la grande couronne. Certains responsables de droite comme Roger Karoutchi, Valérie Pécresse ou Christian Blanc défendent également le développement de pôles périphériques capables de structurer les liaisons tangentielles. Le désaccord avec la gauche porte alors, non plus sur la forme du modèle, mais plutôt sur le nombre et l’identité des pôles à promouvoir. Dans ce cas, ce n’est plus seulement l’étiquette politique mais aussi le lieu d’élection, en première ou en deuxième couronne, qui détermine la forme d’organisation spatiale recommandée par l’élu : il peut s’agir tantôt de privilégier les villes nouvelles (Manuel Valls), les intercommunalités les mieux structurées (schéma en marguerite soutenu par Patrick Braouezec ou Mireille Ferri) ou des principales zones d’activité comme La Défense, Roissy ou Saclay (Christian Blanc, Roger Karoutchi).

Conclusion

37Si le discours sur la gouvernance relayé par les médias n’atteint pas le niveau de formalisation théorique ou le degré de maîtrise technique que les experts sont capables de déployer, l’exemple du Grand Paris montre comment les journalistes peuvent aider à démocratiser la gouvernance urbaine par l’organisation d’un débat public pluraliste et contradictoire. Les initiatives engagées par l’État semblent avoir échoué à briser la dynamique de coopération engagée par les collectivités territoriales, les différents partenaires impliqués, désormais placés sous l’œil exigeant des observateurs de la scène médiatique, sont tenus d’inventer des solutions négociées. Le débat public ne se réduit pas à la personnalisation des enjeux et à la radicalisation des rivalités partisanes. En présentant des argumentaires contradictoires et en rattachant les différentes options défendues par les élus à des positions normatives générales, les médias permettent à chacun d’accéder aux significations éthiques des projets, de se forger une opinion éclairée. Sans préjuger de l’intérêt réel que les citoyens portent au Grand Paris, il s’agit là d’une condition nécessaire pour rendre lisibles les enjeux de la gouvernance.

38Dans ces circonstances, deux modèles de volontarismes et d’aménagement émergent : l’un fondé sur le productivisme et la compétitivité entre territoires est plutôt revendiqué par des personnalités de droite ; l’autre, soucieux de promouvoir l’équité territoriale et la solidarité sociale, est davantage mis en avant par les élus de gauche. Pour qu’un choix démocratique sorte de cette opposition géoéthique, il convient que les acteurs impliqués, élus, représentants de la société civile, résidants ou usagers, parviennent à établir une hiérarchie explicite entre les valeurs qu’ils sont prêts à promouvoir ensemble pour cohabiter. La médiatisation, en incitant chacun à se positionner publiquement sur ces questions, peut contribuer au développement d’une intelligence collective exigeant des responsables politiques qu’ils fondent leur action, non pas sur la défense des avantages de leur électorat, mais sur des normes interterritoriales et multiscalaires de gouvernance, conformes aux principes de justice qu’ils revendiquent devant l’opinion publique.

39La mobilisation des citoyens sur les enjeux de gouvernance urbaine ne peut s’arrêter aux procédures réglementaires de consultation locale. La légitimation des politiques urbaines exige l’organisation de débats contradictoires, la mise en évidence d’une pluralité d’options lisibles. Le cas du Grand Paris montre que de telles circonstances peuvent parfois être réunies, lorsque la médiatisation favorise l’émergence de lignes géoéthiques distinctes, renvoyant elles mêmes à des conceptions de la justice spatiale antagonistes. Ces circonstances sont indispensables pour donner à chaque citoyen la possibilité de se forger une opinion et d’effectuer des choix informés et signifiants. Pour des agglomérations de taille plus réduite, la discussion des enjeux urbains ne peut passer par des canaux nationaux, ce qui suppose la mise en place de scènes de débat adaptées aux contextes locaux. La réalisation de tels objectifs bute pour l’instant sur le manque de pluralisme et d’indépendance des médias locaux à l’égard des pouvoirs institutionnels mais aussi sur la confidentialité des forums dédiés à ces questions6. L’avènement de la démocratie participative ne se décrète pas mais dépend de la capacité et de l’engagement des éléments qui la composent à faire émerger ce que Jürgen Habermas nomme une « éthique de la discussion » (Habermas, 1999).

Haut de page

Bibliographie

ADELS, 2008, « Le mystère du Grand Paris - Les enjeux, les acteurs, les scénarios », Territoires, n° 490, 18 p.

BLONDIAUX, L., 2008, Le nouvel esprit de la démocratie : Actualité de la démocratie participative, Paris, Le Seuil, 109 p.

BRAWLEY, L., 2009, « La pratique de la justice spatiale en crise », Justice spatiale, Spatial Justice, n° 1, 26 p.

BRENNETOT, A., 2010, « Pour une géoéthique. Éléments pour une analyse des conceptions de la justice spatiale », L’Espace géographique, volume 39, n° 1, p. 75-88.

BRENNETOT, A., 2009, Géoéthique du territoire. Le Débat public territorial à travers la presse magazine en France, Thèse de géographie, Université de Rouen, 1 009 p.

BRET, B., 1996, « Les inégalités : une question de géographie politique », L’Information géographique, volume 60, n° 1, Paris, p. 10-19.

GILLI, F., OFFNER, J.-M., 2008, Paris, Métropole hors les murs, Aménager et gouverner un Grand Paris, Paris, Les Presses de SciencesPo, 202 p.  

GILLI, F., 2008, « Du local et du métropolitain : Paris, métropole multi-échelles », La Vie des Idées, [En ligne], mis en ligne le 12/11/2008, 8 p.

GILLI, F., 2008, « Les nouveaux contours de la métropole parisienne », La Vie des Idées, [En ligne], mis en ligne le 5/11/2008, 10 p.

GILLI, F., 2008, « Paris : ville, capitale et métropole internationale », La Vie des Idées, [En ligne], mis en ligne le 29/10/2008, p.

GOTTMANN, J., 1966, Géographie politique, in Journaux, A., Deffontaines, P., Jean-Brunhes Delamarre, M., Géographie générale, Encyclopédie de la Pléiade, Paris, Gallimard, p. 1 749-1 765.

GUERMOND, Y., BRENNETOT, A., 2009, « Faits et méfaits de la Grumbachisation », Normandie 2010, [En ligne], mis en ligne le 23/06/2009.

HABERMAS, J., 1999, De l’éthique de la discussion, Paris, Flammarion, 216 p.

HARVEY, D., 1973, Social Justice and the City, Londres, Arnold, 336 p.

Institut de décentralisation, 2007, « Paris-Ile-de-France. Comment gouverner la métropole régionale ? », Pouvoirs locaux, n° 73, 128 p.

JEAN, Y., VANIER, M., 2008, La France, Aménager les territoires, Paris, Armand Colin, 338 p.

OFFNER, J.-M., 2007, « Le Grand Paris », Problèmes politiques et sociaux, n° 942, Paris, La Documentation Française, 122 p.

RAWLS, J., 2003, La Justice comme équité, Une reformulation de Théorie de la justice, Paris, La Découverte, 296 p.

ROSANVALLON, P., 2008, La Légitimité démocratique : Impartialité, réflexivité, proximité, Paris, Le Seuil, 367 p.

ROSANVALLON, P., 2006, La Contre-Démocratie, La Politique à l’âge de la défiance, Paris, Le Seuil, 351 p.

SEN, A., 2000, Repenser l’inégalité, Paris, Le Seuil, 280 p.

SMITH, D.M., 1994, Geography and Social Justice, Oxford, Blackwell, 325 p.

SUBRA, P., 2008, « L’aménagement, une question géopolitique ! », Hérodote, n° 130, p. 222-250.

SUBRA, P., 2007, Géopolitique de l’aménagement du territoire, collection Perspectives politiques, Paris, Armand Colin, 330 p.

SUBRA, P., 2003, « À quoi sert et à qui sert le débat public ? », Hérodote, n° 110, p. 149-170.

VANIER, M., 2008, Le Pouvoir des territoires, Essai sur l'interterritorialité, Paris, Économica, 160 p.

VERGARA, F., 2002, Les Fondements philosophiques du libéralisme, Paris, La Découverte, 176 p.

YOUNG, I.M., 1990, Justice and the Politics of Difference, Princeton, Princeton University Press, 288 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Document 1 - La grille géoéthique et les conceptions de la justice spatiale
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1521/img-1.png
Fichier image/png, 115k
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1521/img-2.png
Fichier image/png, 121k
Titre Document 2 - Nombre d’articles publiés dans la presse d’actualité entre juin 2007 et avril 2009 à propos du Grand Paris
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1521/img-3.png
Fichier image/png, 51k
Titre Document 3 - Précisions méthodologiques
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1521/img-4.png
Fichier image/png, 128k
Titre Document 4 - Chronologie des principales initiatives institutionnelles lancées dans le cadre de la gouvernance de la métropole parisienne
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1521/img-5.png
Fichier image/png, 254k
Titre Document 5 - les personnalités les plus fréquemment mentionnées dans la presse écrite à propos du Grand Paris
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1521/img-6.png
Fichier image/png, 221k
Titre Document 6 - Le Grand Paris : un espace à géométrie variable
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1521/img-7.png
Fichier image/png, 79k
Titre Document 7 - Visions d’architectes autour du Grand Paris
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1521/img-8.png
Fichier image/png, 383k
Titre Document 8 - Grand Paris et hauteurs architecturales
Crédits Source : L’Humanité Dimanche, n° 138, novembre 2008.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1521/img-9.png
Fichier image/png, 320k
Titre Document 9 – Les élus participant au débat sur le Grand Paris Échelles et les niveaux de mandature (fréquence d’occurrence de chaque échelon pour chaque journal)
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1521/img-10.png
Fichier image/png, 131k
Titre Document 10 - Le rayonnement médiatique des élus des différents départements parisiens
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1521/img-11.png
Fichier image/png, 218k
Titre Document 11 - Interviews et tribunes libres à propos du Grand Paris
Légende Nombre d’entretiens et de tribunes libres publiées dans les différents titres de la presse écrite à propos du Grand Paris.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1521/img-12.png
Fichier image/png, 58k
Titre Document 12 - Les arguments avancés majoritairement par la droite à propos du Grand Paris
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1521/img-13.png
Fichier image/png, 164k
Titre Document 13 - Les arguments avancés majoritairement par la gauche à propos du Grand Paris
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1521/img-14.png
Fichier image/png, 107k
Titre Document 14 - Deux visions géoéthiques du développement de la métropole parisienne (1)
Légende Arguments avancés par les élus à propos du Grand Paris : mesures du rapport droite /gauche (en % des occurrences)
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1521/img-15.png
Fichier image/png, 217k
Titre Document 15 - Deux visions géoéthiques du développement de la métropole parisienne (2)
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1521/img-16.png
Fichier image/png, 284k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud Brennetot, « La gouvernance parisienne, un objet de débat public ? », L’Espace Politique [En ligne], 10 | 2010-1, mis en ligne le 15 avril 2010, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/1521 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.1521

Haut de page

Auteur

Arnaud Brennetot

Docteur et agrégé en géographie
Chercheur associé - UMR 6266 IDEES - labo MTG
Université de Rouen
a.brennetot@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org