Navigation – Plan du site

Les contradictions d’un espace public produit dans la proximité

Le cas de Paris intra muros
Public Spaces and the Contradictions of Proximity: the Case of Inner Paris
Antoine Fleury

Résumés

Cet article se propose de poser un regard critique sur les évolutions contemporaines de la gouvernance des espaces urbains à partir d’une réflexion sur la production des espaces publics à Paris intra muros. Sous la responsabilité de l’administration centrale, les espaces publics parisiens ont longtemps été conçus à l’échelle de la ville, selon une approche technique. Ils sont aujourd’hui de plus en plus produits dans la proximité, l’objectif principal étant d’améliorer le cadre de vie des habitants. De nouvelles formes d’aménagement sont donc mises en œuvre dans le cadre de périmètres correspondant à des « quartiers » et impliquant davantage les habitants et les acteurs locaux. Ce renouvellement des formes et des modes de production recèle cependant de nombreuses contradictions. Plus qu’un outil de cohésion sociale, les espaces publics sont devenus la vitrine d’une gouvernance urbaine fondée sur la proximité et la participation. Mais soumis à la pression des intérêts locaux, les choix d’aménagement tendent à réduire l’espace public à sa dimension locale et résidentielle, au détriment de certains usagers et en contradiction avec ce qui fait la ville dans son ensemble. C’est pourquoi s’impose aujourd’hui une réflexion sur l’échelle à laquelle les espaces publics doivent être produits.

Haut de page

Texte intégral

1Après avoir été gérés comme de un simple espace de circulation, les rues et les places des villes européennes commencent à être considérés, à partir des années 1980, comme un espace de médiation, porteur de valeurs urbaines (Plan urbain, 1988). Ce changement de perspective, à l’issue duquel s’impose la catégorie d’espace public, s’est fait à la faveur de nouvelles représentations de la ville, dans le champ des sciences sociales et au sein des milieux professionnels (Betin, 2001), et plus généralement dans la société, où émerge une « nouvelle culture urbaine » (Tomas, 2002). Les pouvoirs publics ne sont pas non plus étrangers à cette évolution puisqu’ils ont fait de cette catégorie l’un de leurs outils d’action sur la ville, que ce soit dans l’aménagement des villes nouvelles, dans les projets de renouvellement urbain ou encore dans les politiques de revalorisation des centres-villes. Ainsi ont-ils voulu « traiter les symptômes d’une crise sociale urbaine » par des espaces publics censés « développer les sentiments d’appartenance des individus à une même “cité” » (Lussault, 2003, p. 333). Un lien fort est alors établi, au point de les confondre, entre la crise des espaces publics et celle de la démocratie, mise en évidence par la philosophie politique (Habermas, 1962)1.

2Les espaces publics apparaissent désormais comme une vitrine de la nouvelle gouvernance urbaine. Sites Internet, prospectus distribués dans les boîtes aux lettres ou encore panneaux installés dans les rues vantent à la fois les nouvelles formes d’aménagement et les nouvelles modalités de production développées par les autorités municipales. Cela n’est guère étonnant dans un contexte européen où la proximité est devenue un concept structurant de l’action publique (Le Bart, Lefebvre, 2005 ; Bourdin et al., 2005 ; Sénécal, 2005). Les politiques passent de plus en plus par des interventions locales, c’est-à-dire par des interventions « qui sont spatialement proches de leur objectif immédiat » (Vieillard-Baron, 2005). Les espaces publics sont l’une des catégories de l’action qui entre le plus directement dans ce paradigme de la proximité. Conçus dans la concertation avec les habitants, désormais largement associés aux projets d’aménagement dans le cadre de la démocratie locale, les aménagements doivent améliorer la qualité de vie des habitants et favoriser la renaissance d’un espace de sociabilités dans la proximité. L’action sur les espaces publics vise par là même à rétablir un lien perçu comme distendu non seulement entre les citadins, mais aussi entre les citadins et le politique.

3En s’appuyant sur l’analyse de la production des espaces publics de proximité à Paris intra muros dans les années 20002, cet article se propose de poser un regard critique sur l’évolution contemporaine des modes de gestion et de production de l’urbain, et notamment sur le rôle croissant de l’échelon local au sein des nouveaux modes de gouvernance. Les espaces publics peuvent-ils être réduits à l’échelon local et à la proximité résidentielle ? Quels sont les enjeux voire les risques contenus dans ce changement d’échelle ? Nous présenterons dans un premier temps le changement d’échelle qui s’affirme aujourd’hui dans la production des espaces publics, celle-ci étant de plus en plus conçue et décidée au niveau du quartier. Nous introduirons dans un second temps des différentes critiques qui peuvent être formulées par rapport à cette évolution au regard de la nature multiscalaire des espaces publics. A partir de là pourra enfin être esquissée une réflexion sur l’échelle adéquate pour produire les espaces publics.

De la ville au quartier : un changement d’échelle dans la production des espaces publics

4Les espaces publics ont pendant longtemps été conçus selon une approche technique et fonctionnelle, à l’échelle de la ville. Mais depuis les années 1980, un nouveau paradigme d’aménagement se développe, prenant le contre-pied de cet héritage (Toussaint, Zimmermann, 2001 ; Tomas, 2002) qui s’accompagne d’un changement d’échelle dans les formes et dans les modes d’aménagement.

Changer d’échelle pour revaloriser le cadre de vie

5Associée à une politique de rénovation urbaine, la politique des transports menée pendant les Trente Glorieuses, est très favorable à l’automobile (Flonneau, 2001). Pendant la décennie suivante, malgré l’abandon des grands projets d’infrastructure et la requalification de quelques espaces publics emblématiques dans les quartiers centraux, l’amélioration de la circulation automobile et du stationnement restent au cœur de la politique municipale. A l’heure où de nombreuses métropoles européennes s’engagent dans une politique d’amélioration du cadre de vie, en particulier des espaces publics de proximité, ces derniers sont peu transformés à Paris. Il faut attendre 1996 pour que soit définie une politique favorable aux modes de déplacement alternatifs à l’automobile et cherchant à améliorer le cadre de vie des habitants. Cette nouvelle politique passe notamment par la mise en place des « quartiers tranquilles »3. Le concept consiste à définir un périmètre dans lequel le remodelage de la voie publique (chaussées et trottoirs) doit favoriser les déplacements de proximité, à pied ou à bicyclette, tout en améliorant le cadre de vie des riverains. Ces aménagements témoignent du changement d’échelle dans la façon de concevoir les espaces publics puisqu’ils visent à inscrire dans le paysage les limites d’un « quartier »4, au moyen de matériaux et de revêtements ou d’équipements spécifiques.

6La municipalité élue en 20015 reprend cette politique en l’approfondissant. Pour réduire la place de l’automobile au profit des autres modes de déplacement, elle s’appuie principalement sur l’aménagement des espaces publics au niveau local, que ce soit sous forme d’aménagements ponctuels ou dans le cadre de « quartiers verts » (photo 1). Le premier objectif est de supprimer la circulation de transit et de diminuer la vitesse, au profit des pratiques de proximité. Cela passe par des modifications de plan de circulation, le réaménagement des carrefours et/ou la réduction de la surface des chaussées. Plus encore que les « quartiers tranquilles », ces aménagements vont dans le sens d’une amélioration paysagère des espaces publics. En effet, « la réalisation d’un quartier vert est l’occasion d’améliorer le côté qualitatif des déplacements et d’adapter l’aspect promenade à l’échelle du quartier » (Mairie de Paris, 2003, p. 6) grâce à de nouvelles plantations d’alignement, des plantations au sol (parterres, arbustes), l’installation de jardinières mobiles, etc. Même si les objectifs en termes de « végétalisation » prennent une place importante dans les discours, la politique des « quartiers verts » intègre aussi une forte dimension patrimoniale. Aux aménagements standardisés hérités des années d’après-guerre succèdent les revêtements nobles, comme par exemple le pavé en granite, le mobilier urbain classique (bancs et réverbères de type parisien, fontaines Wallace).

Photo 1. La rue du Faubourg Saint-Denis (10e arrondissement) – © Cliché : A. Fleury, 2006

Photo 1. La rue du Faubourg Saint-Denis (10e arrondissement) – © Cliché : A. Fleury, 2006

La rue a été réaménagée dans le cadre du « quartier vert Faubourg Saint-Denis ». Les trottoirs ont été élargis et les traversées aux carrefours sécurisées. Des aires de stationnement pour deux-roues ont également été mises en place, de même que des pistes cyclables.

Changer d’échelle pour associer les résidents et les acteurs locaux

7Dès la fin des années 1960, la population accentue progressivement sa pression sur les élus, par le biais d’associations de plus en plus nombreuses (Flonneau, 2001). Les grands projets d’infrastructures conduisent même à de véritables « luttes urbaines » dans les années 1970 (Cherki, Mehl, 1979). Malgré tout, durant la décennie suivante, les Parisiens ne disposent toujours pas de tribunes pour se faire entendre en dehors des élections, une situation que l’homogénéité politique ne fait qu’accentuer sous les mandats de J. Chirac (1977-1995). Certes, deux types d’organes consultatifs sont créés suite de la Loi du 2 mars 1982 : la Commission extra-municipale des transports et les Comités d’initiative et de consultation d’arrondissement, qui rassemblent acteurs institutionnels, associations d’usagers et associations locales. Mais si ces dernières sont régulièrement amenées à débattre des espaces publics, le statut à part de Paris – avec une Préfecture de Police qui conserve des compétences larges, une administration centrale puissante et des arrondissements aux marges de manœuvre réduites – limite alors considérablement leur rôle et elles demeurent de surcroît peu consultées.

8A partir de 1995, après que la gauche a remporté les élections dans cinq arrondissements, la majorité municipale6 est critiquée et doit désormais rendre des comptes de manière plus régulière. En même temps qu’est redéfini la politique des déplacements, les organes consultatifs hérités des années 1980 son revalorisés. Ainsi le « Plan Vélo » a-t-il été élaboré en étroite collaboration avec les associations, de même que certains grands projets d’aménagement comme celui des Grands Boulevards. Si cette concertation s’est limitée aux associations, l’ouverture des pouvoirs publics à de nouveaux acteurs et la prise en compte de leurs points de vue apparaissent incontestables par rapport à la période précédente. Mais il faut attendre 2001, avec l’arrivée à la Mairie d’une majorité de gauche, pour que la démocratie locale soit approfondie, avec notamment la création des conseils de quartier en 2002. Les méthodes évoluent, intégrant plus en amont la concertation voire la participation au niveau local.

9Désormais, l’essentiel de la concertation précédant l’aménagement des espaces publics de proximité se fait dans le cadre des conseils de quartier. C’est principalement le cas pour les projets d’aménagement de « quartiers verts ». Les Sections territoriales de voirie (STV), services déconcentrés de la Direction de la voirie, réalisent un diagnostic sur le périmètre adopté par les mairies d’arrondissement. Une réunion publique de présentation du diagnostic a lieu à la suite de laquelle les conseils de quartier font des propositions d’aménagement. La mairie d’arrondissement et la STV construisent ensuite des propositions qui sont de nouveau présentées en conseil de quartier. Les propos exprimés par les habitants sont soigneusement recueillis et les comptes rendus circulent alors dans les services. Globalement, les procédures de concertation restent certes plus consultatives que participatives – les conseils de quartier étant surtout sollicités pour signaler les points sensibles en termes de sécurité routière ou de localisation du mobilier urbain – mais les conseils de quartier apparaissent de plus en plus aussi comme une force de proposition. Certains ont réussi à obtenir le réaménagement d’espaces publics, participant largement à la définition des projets7. De plus, sur le modèle des budgets participatifs développés à Porto Allegre, un budget leur est dédié depuis 2003. Les conseils de quartier disposent ainsi d’un « fonds de participation » qui permet de financer des micro-projets d’aménagement8 : emplacements réservés pour les deux-roues, pose de barrières pour sécuriser les cheminements piétons, réfection des trottoirs, amélioration de l’éclairage public, etc.

Un double objectif : faire quartier et enrichir le débat public au niveau local

10Du point de vue des pouvoirs publics, est-ce pour contrecarrer les dynamiques spatiales qui affectent les métropoles et mettent à mal les repères habituels des citadins, comme le développement du polycentrisme, l’étalement urbain ou l’accroissement de la mobilité ? Est-ce pour éviter, dans le contexte éminemment spécifique des espaces centraux, de laisser le champ libre à la fonction économique (aux dépens de la fonction résidentielle) ? En tout cas, l’objectif assigné aux aménagements de proximité est avant tout de faire quartier. En ce qui concerne les formes d’aménagement, le « quartier vert » doit venir encourager « l’expression de la convivialité grâce à l’équilibre entre les modes de déplacements et à la préservation ou la création de lieux de vie, propices à des rassemblements locaux, des animations temporaires, des fêtes de quartier. Ces lieux de vie permettront une reconquête de la vie locale, une mise en valeur des commerces et une réappropriation de l’espace public par les riverains du secteur » (Mairie de Paris, 2003, p. 6). En réduisant la surface des chaussées et en élargissant des trottoirs, les aménagements doivent inciter les habitants à multiplier les interactions au quotidien. L’embellissement des espaces publics va dans le même sens, en les rendant attrayants pour les habitants. Des aménagements de qualité permettent en effet de valoriser l’habitat et les logements, de même que la réduction des nuisances automobiles améliore la qualité de vie des résidents.

11Le choix de nouveaux modes de production, passant par la concertation voire la participation, va dans le même sens. Jusque dans les années 1990, les débats décisifs se tenaient essentiellement dans le cadre des « arènes formelles de décision » (François et Neveu, 1999), dans le « cercle des décideurs soudés par une procédure institutionnelle et des territoires de compétence, mais aussi sur des formes de reconnaissance réciproque » (Berdoulay et al., 2004, p. 15). Ils étaient très influencés par les experts, que ce soit dans le domaine de la sécurité (Préfecture de Police) ou dans le domaine technique (services de la voirie, des espaces verts). Aujourd’hui, les habitants peuvent s’exprimer librement sur les projets d’aménagement et peser dans le débat. Dans les réunions publiques, ils commentent et critiquent les projets, apportent des idées et échangent leurs points de vue avec les élus et les experts. L’aménagement des espaces publics entre donc bel et bien dans la sphère publique du débat. Le choix de la concertation vise même à faire de ces derniers un véritable « instrument de conversion politique » (Toussaint, Zimmermann, 2001, p. 88), en impliquant davantage les résidents dans la vie publique. En définitive, le choix de ce mode de production, tout comme les formes mêmes de l’aménagement, apparaissent comme deux dimensions d’un même objectif : créer du lien (social et politique) à l’échelle du quartier. Néanmoins, comme pour les aménagements, l’écart entre les faits et l’idéal demeure important. Si le débat est une réalité au sein de certains conseils de quartier, il peut être moins riche voire inexistant dans d’autres conseils de quartier (Fleury, 2007). Il dépend en effet de la volonté et/ou de la capacité des élus d’arrondissement d’une part9, des membres du conseil de quartier d’autre part, à créer les conditions du débat.

Des modes de production porteurs de contradictions

12Alors qu’ils cherchent à établir une adéquation entre périmètres d’action et espaces de vie, à démocratiser l’aménagement des espaces publics en l’inscrivant dans le débat public, le renouvellement des formes et modes de production implique cependant de nombreux conflits entre les échelons de la métropole et conduisent à des arbitrages de plus en plus nombreux en faveur du niveau local qui sont porteurs de risques.

Les espaces publics : espaces de quartier ou espaces de la métropole ?

13La première critique de cette approche très locale des espaces publics a été déjà largement mise en évidence : les pouvoirs publics partent du principe que l’aménagement d’un espace public attrayant pourra favoriser les sociabilités, « le lieu devant créer le lien » (Genestier, 1999). Or, les interactions sociales à l’échelle du quartier n’ont pas vraiment besoin de ces lieux pour exister, la rencontre appelant l’espace de rencontre plus que l’espace de rencontre n’appelle la rencontre (Gehl, 2001). Certes des trottoirs élargis, des placettes piétonnes ou des limitations de vitesse permettent au piéton de stationner plus facilement, d’y faire des rencontres. Mais les interactions sociales peuvent finalement émerger partout, y compris dans des lieux qui n’ont pas été nécessairement aménagés à cet effet. A l’inverse, beaucoup des espaces aménagés restent peu utilisés et ont, au mieux, une valeur décorative (photo 2). Les aménagements d’espaces publics ne sont finalement appropriés que quand ils sont situés au niveau d’une centralité locale, comme le montrent les enquêtes de terrain (Fleury, 2007).

Photo 2. La rue du Commandeur (14e arrondissement) – © Cliché : A Fleury, 2006

Photo 2. La rue du Commandeur (14e arrondissement) – © Cliché : A Fleury, 2006

Dans le cadre du « quartier vert Alésia Tombe-Issoire », une placette a été aménagée en lieu en place d’un parking et plantée d’arbres. A l’écart des centralités du quartier, cette placette apparaît davantage comme un décor que comme un lieu de vie.

14En travaillant pour renforcer l’échelon local, l’approche mise en œuvre par les pouvoirs publics contribue en outre à un brouillage des échelles de la ville. L’espace public ne peut se réduire au local, de surcroît au sein des espaces centraux d’une grande métropole, fréquentés chaque jour par des dizaines de milliers de personnes venues de toute l’agglomération voire de plus loin. Les espaces publics s’inscrivent dans une hiérarchie des centralités, du local au global. Par leurs usages et les multiples fonctions qu’ils accueillent, ils articulent plusieurs échelles de la métropole (Gourdon, 2001). Or, l’approche des espaces publics comme espaces de proximité tend aujourd’hui à marquer toute l’action publique sur les espaces publics. Les discours qui fondent le concept d’« espace civilisé » (APUR, 2002) en témoignent, de même que les modalités de production appliquées dans ce cadre, qui associent elles aussi étroitement les conseils de quartier. Lieu de circulation, de sociabilité et de commerce à l’échelle de la métropole, les boulevards parisiens sont de plus en plus considérés comme un élément du cadre de vie pour les riverains. Lorsqu’il s’agit de repenser les différentes échelles de l’espace public, de mieux partager l’espace entre les différents usages, cette évolution semble correspondre aux réalités urbaines. En revanche, quand le discours sur le local l’emporte, cela peut poser des problèmes considérables. Comment faire quartier sur un grand axe de circulation, au niveau d’une centralité métropolitaine ? Peut-on traiter un espace public central uniquement dans ses dimensions locales ?

Démocratisation ou prédominance de l’intérêt des résidents ?

15Les intérêts qui s’expriment dans la démocratie locale eu égard aux espaces publics sont principalement des intérêts de résidents. Ceux-ci expriment principalement une exigence de protection tous azimuts – notamment face à la circulation – doublée d’une exigence d’embellissement ou de préservation du cadre de vie10. Certes certaines de ces préoccupations renvoient à un intérêt collectif à l’échelle du quartier : la création de places et de placettes, la sécurisation des trottoirs et l’apaisement du trafic aux abords des écoles ou dans les rues commerçantes, l’utilisation de matériaux plus nobles et la « végétalisation » des rues sont autant de transformations relativement consensuelles à l’échelle d’un quartier. Mais d’autres renvoient à des intérêts particuliers, le plus souvent contradictoires. Ces derniers touchent par exemple à l’aménagement de couloirs de bus11, à l’abattage d’arbres dans le cadre d’un aménagement, au changement du plan de circulation (mise en sens interdit d’une rue par exemple)12, ou encore à la suppression de places de stationnement13. Ces changements sont contestés par les riverains alors qu’une majorité des habitants du quartier peuvent les appeler de leurs vœux.

16En encourageant ces intérêts locaux à s’exprimer, les élus se placent dans ce que L. Blondiaux nomme le « dilemme de la décision » (2004, p. 19). Les résidents expriment des préoccupations légitimes, mais toujours très locales et peu concernées par les attentes des habitants de la ville dans leur ensemble. Faut-il aller à l’encontre de l’avis des résidents, au risque de les décevoir, ou à l’inverse, partager le pouvoir et ses responsabilités, au risque cette fois-ci de faire perdre sa lisibilité et sa cohérence à l’action politique ? Si les élus parisiens recherchent globalement « un juste milieu » dans leurs décisions, il apparaît évident que certains n’arbitrent pas entre les intérêts en présence. Bien plus, certains semblent parfois trancher en faveur des intérêts locaux. Ce faisant, on ne peut exclure que le choix de produire les espaces publics dans la concertation s’inscrive bel et bien dans une logique électoraliste. Comme le fait remarquer un technicien, la Mairie semble agir de plus en plus dans une « logique électorale, quel que soit le parti ». Cette logique fait intrinsèquement partie de la démocratie – refaire une place ou un trottoir, veiller à la propreté des rues avant des élections sont une des dimensions de la gestion urbaine en démocratie – mais le choix de produire les espaces publics à l’échelon local ne vient en fait que la renforcer. Comme le rappelle H. Vieillard-Baron (2005, p. 421), on « voit poindre ici les dérives du localisme héritées d’une longue histoire administrative et sociale (…). Il est difficile, pour les hommes politiques de terrain, de ne pas confondre le local avec leur circonscription électorale ». Sous couvert de démocratie locale, il s’agit donc finalement de satisfaire avant tout les électeurs. Cette évolution, qui ne concerne d’ailleurs pas exclusivement la production des espaces publics, correspond pour les pouvoirs urbains à une transformation profonde de leur fonctionnement, passant d’une logique administrative à une logique de services (Spitz, 2004), parmi lesquels figurent en bonne place l’aménagement, la gestion et l’entretien des espaces publics.

Des espaces publics qui défont la ville ?

17De cette évolution des modes de production découlent parfois des aménagements déséquilibrés et complexifiés à l’excès, pouvant amener à des conflits d’usage. A Paris, c’est la question du stationnement qui semble poser le plus de problèmes. Si les orientations générales imposent une réorganisation du stationnement, qui conduit à une suppression du nombre d’emplacements, la Mairie a bien souvent maintenu le nombre initial d’emplacements, sous la pression des riverains14. Mais plus globalement, c’est en ce qui concerne le paysage et le patrimoine d’une part, la circulation d’autre part, que les intérêts locaux apparaissent en contradiction avec ce que fait la ville dans son ensemble.

18Dans les réunions de concertation, les idées sur la qualité du paysage sont difficiles à faire passer. Les agents de la Ville peinent à convaincre des habitants et des acteurs locaux dont les intérêts vont souvent à l’encontre de ces contraintes : même s’ils ne sont pas remis complètement en question, les projets sont largement modifiés. La prise en compte des intérêts locaux contribue en définitive à la complexification des aménagements, et notamment à la multiplication des objets dans l’espace public, rendant celui-ci de plus en plus hétérogène et lui faisant perdre une partie de sa cohérence paysagère. Le cas des lignes de « Mobilien »15 en témoigne, pour l’aménagement desquelles tous les conseils de quartier ont été consultés. Il s’en est suivi une série d’aménagements différenciés en fonction des quartiers traversés, rompant la continuité paysagère de l’axe emprunté16. La multiplicité des périmètres et la complexité de la concertation aboutissent de surcroît à des problèmes de suture évidents, soulevant la question du manque d’harmonisation entre les différents aménagements.

19La pression des habitants et des associations de quartier pose également un autre problème fondamental qui est celui de la fluidité, indispensable au bon fonctionnement de la ville. Un fonctionnaire de la Ville nous a même déclaré que « les habitants veulent un quartier vert où personne ne peut venir sauf eux. Des sens interdits qu’ils peuvent prendre, etc. ». Ce constat se vérifie quand on s’intéresse au discours de certaines associations de quartier. Par exemple, l’association ARCATIS, favorable au « quartier vert Alésia Tombe-Issoire », écrivait dans un tract en 2002 à propos de la rue de la Tombe-Issoire : « c’est de là que venait une circulation de transit, étrangère au quartier, qui nous gâchait la vie ». L’échelon local entre alors clairement en conflit avec l’échelon de la ville. Or, peut-on concevoir une ville qui ne puisse pas être traversée, une ville où les quartiers ne pourraient être traversés que par leurs habitants, une ville où les règles seraient différentes pour les résidents et pour les non-résidents ? La question se pose certes pour les axes secondaires, qui sont les seuls concernés dans les « quartiers verts », mais elle se pose d’autant plus pour les voies du réseau principal.

20Enfin, le jeu de la démocratie locale fait que sont principalement consultées les franges les plus favorisées de la population, qui sont celles qui s’investissent le plus dans les organes de concertation (Blondiaux, 2004). C’est d’autant plus le cas que la surreprésentation de ces catégories de population se renforce à Paris intra muros, et que de surcroît les aménagements sont sensiblement plus nombreux dans les quartiers en voie de gentrification (Clerval, Fleury, 2009). Il n’est donc pas étonnant que les espaces publics aient été érigés en thème majeur au sein des structures de la démocratie locale, alors que logement ou l’action sociale sont moins abordés (Fleury, 2007). On peut même se demander si les exigences fortes en termes d’embellissement ne sont pas liées, elles aussi, à cette position des classes moyennes et supérieures dans le jeu de la démocratie locale. La représentation culturaliste et patrimoniale de la ville dont ils sont porteurs (Bourdin, 1984) peut en effet les pousser à soutenir voire à exiger ce type d’aménagement, de même que la perspective d’une valorisation à moyen terme de leur bien immobilier. En définitive, le choix de produire les espaces publics dans le cadre de la démocratie locale apparaît là encore comme en contradiction avec ce qui fait la ville, à savoir cette fois-ci sa diversité sociale.

Produire les espaces publics demain : une nécessaire articulation des échelles

21Quelques pistes de réflexion peuvent être proposées pour dépasser la réduction des espaces publics au seul échelon local, tout en continuant à prendre en compte les préoccupations légitimes des résidents. Dans une perspective d’intérêt général – celui-ci n’étant plus défini aujourd’hui comme une conception a priori mais comme une construction, un accord empirique issu d’une négociation entre acteurs (Gaudin, 2007) – il s’avère nécessaire de mettre en place un mode de production qui soit multiscalaire et associe tous les acteurs de l’espace public, des usagers dans leur ensemble aux experts.

Des outils pour associer un plus large public

22Si le choix de produire les espaces publics à l’échelon local peut apparaître comme légitime dans la mesure où il permet la prise en compte des préoccupations des habitants, longtemps ignorées, il n’en pose pas moins problème, étant donné que certains usagers demeurent peu consultés. Ce sont en premier lieu, les catégories les plus défavorisées qui, bien que résidant dans le quartier où ont lieu les aménagements, sont rarement présentes dans les réunions de concertation. Il faut savoir de surcroît que la démocratie locale fonctionne souvent moins bien dans les contextes défavorisés17. Ce sont en second lieu les usagers que l’on considère souvent comme « indésirables » (Belina, 2003) : sans-logis, jeunes, etc. Alors qu’ils « habitent » à leur manière l’espace public où ils passent une bonne partie de leur temps, ces derniers ne sont eux aussi que rarement consultés. Bien plus, ils ne font finalement pas vraiment le poids face à la pression que les résidents – qui votent dans le quartier ou dans la commune – exercent directement sur leurs élus. Ce sont en dernier lieu les « usagers de passage », simples visiteurs ou salariés travaillant dans le secteur. Ces usagers sont certes plus consultés que les précédents, que ce soit indirectement, par le biais des associations d’usagers (transports en commun, piétons, etc.), ou plus directement, par le biais de sondages, par exemple en amont du PLU (Plan local d’urbanisme). Mais c’est principalement le cas pour les grandes orientations à l’échelle de la ville. Pour les aménagements locaux, ces usagers de l’espace public sont rarement impliqués dans les processus de décision, soit parce que la concertation est difficile à mettre en œuvre, soit par absence de volonté politique.

23Pour que les espaces publics soient construits dans une optique d’intérêt général, c’est-à-dire dans le cadre d’un débat ouvert au plus grand nombre, la prise en compte des préoccupations de ces trois groupes d’usagers doit faire l’objet d’une attention toute particulière et donner lieu à la mise en place de dispositifs de consultation ou de concertation adaptés. Certes cette prise en compte viendrait considérablement complexifier le processus de concertation. On ne saurait d’ailleurs passer sous silence les efforts des pouvoirs publics pour dépasser ce problème. Des dispositifs particuliers permettent d’ores et déjà aux résidants les plus défavorisés de s’impliquer dans la vie publique locale et, plus précisément, dans la production des espaces publics. Les exemples des Grands Projets de Renouvellement urbain (GPRU) et des quartiers de la politique de la ville en témoignent. Plusieurs expériences montrent également que les « indésirables » peuvent le devenir un peu moins en étant tout aussi impliqués que les autres dans les processus de concertation. Ainsi, dans le cadre du réaménagement de certaines places ou de certaines rues de Berlin, les préoccupations de « marginaux » régulièrement installés dans l’espace public ont pu être prises en compte (Fleury, 2007).

Articuler la proximité aux enjeux métropolitains : le rôle de l’administration

24A Paris, les élus n’ont cessé de s’affirmer ces dernières années aux dépens de l’administration (Spitz, 2004). C’est tout particulièrement le cas pour les espaces publics. L’enjeu est de les inscrire dans un véritable projet politique, tout en permettant une meilleure prise en compte des attentes des citadins. Mais cette évolution conduisant à valoriser, parfois à l’excès, les intérêts locaux, doit être contrebalancée. Comme le fait remarquer H. Vieillard-Baron, « la prise en charge de proximité (…) n’a de sens que dans la mesure où elle s’inscrit dans une logique territoriale combinant les échelles d’intervention entre le proche et le lointain, avec l’objectif de lutter contre des effets de fragmentation qui concernent toute l’agglomération » (Vieillard-Baron, 2005, p. 424). C’est la deuxième condition de l’émergence d’un nouveau modèle de construction de l’intérêt général qui puisse dépasser la seule prise en compte des intérêts locaux : non seulement le débat doit être large et ouvert à tous, mais il doit aussi prendre en compte les différents échelons de la métropole.

25Pour les espaces publics parisiens, c’est sans doute le rôle de l’administration qui doit être réaffirmé, aussi bien celui des services de l’Etat – les Architectes des Bâtiments de France, la Préfecture de Police – que celui des services de la Ville. En s’appuyant sur ses compétences techniques, celle-ci doit veiller à ce que soit pris en compte, à tous les échelons, les enjeux de paysage, de sécurité ou de circulation. Si les services ne peuvent se substituer aux élus pour définir l’intérêt général, comme cela s’est longtemps fait à Paris (Spitz, 2004), leur mission est désormais de s’affirmer en tant qu’acteur de sa définition, aux côtés des élus qui portent le débat avec la population. Les acteurs publics interrogés, s’ils continuent pour certains à critiquer les politiques menées sur le fond, apparaissent de plus en plus conscients de ce rôle (Fleury, 2007). La plupart ont la certitude que le choix politique est nécessaire, que leur travail consiste désormais non pas à définir les politiques mais à les mettre en œuvre tout en attirant l’attention des élus sur les conséquences de leurs choix, et plus précisément sur la nécessaire prise en compte de certains enjeux globaux. L’administration doit jouer ce rôle en second lieu auprès des habitants. Il lui faut désormais prendre en compte l’avis de ces derniers, leurs affects et leurs sentiments d’injustice ; prendre du temps pour informer, expliquer et convaincre des habitants qui sont souvent incapables de reconnaître d’emblée les vertus des solutions envisagées par les experts. Sans pour autant, encore une fois, se substituer aux élus.

Conclusion

26La tendance à produire les espaces publics dans la proximité ne cesse donc de s’affirmer à Paris. Cette évolution reflète un changement plus global dans les modes de gestion et d’aménagement de la ville par lequel les pouvoirs publics ont cherché, depuis les années 1970, à pallier l’absence de légitimité de la technostructure et la défiance démocratique qui en résulte. Elle peut également s’expliquer au regard des transformations actuelles de l’espace métropolitain, au sein duquel les repères des citadins sont bouleversés. Pour autant, elle prend un sens particulier quand il s’agit d’espaces publics. Du fait des nouveaux modes de production, ces derniers sont de plus en plus aménagés pour les résidents, impliqués dans le cadre des conseils de quartier. Les espaces parisiens apparaissent alors comme emblématiques d’une « démocratie du sommeil » (Viard, 2006) où les résidents, c’est-à-dire les citadins qui dorment dans la ville, font pression sur leurs élus pour une politique davantage tournée vers le confort résidentiel. Ce faisant, les pouvoirs publics viennent renforcer une tendance globale à l’appropriation des territoires locaux par les habitants (Bordreuil, 2000). Cette évolution représente donc un risque dans la mesure où, d’une part, la production des espaces publics tend à se faire sans les autres usagers de l’espace public voire à leur détriment, et que, d’autre part, elle s’inscrit en contradiction avec ce qui fait la ville dans son ensemble, en particulier en termes de paysage ou de circulation.

27En définitive, si l’on se place dans une perspective d’intérêt général, celui-ci étant issu du débat et de la négociation entre acteurs, le renouvellement des formes et des modes de production des espaces publics ne peut se faire sans une articulation forte des acteurs et des échelles de la métropole dans toute leur multiplicité. Il faut pour cela réaffirmer le rôle des services municipaux et étatiques, en même temps que doivent être approfondis les dispositifs de concertation en direction d’un plus large public, au-delà du cercle des seuls résidents. De plus, on ne peut pas faire aujourd’hui l’économie d’une réflexion sur l’insertion de ce type d’action publique dans la métropole. Ainsi la question des espaces publics doit-elle constituer un élément du débat sur le « Grand Paris » ou sur « Paris Métropole ». Car si Paris peut investir autant dans ses espaces publics, c’est que la ville s’appuie sur des moyens humains et budgétaires considérables hérités de l’histoire et que toutes les communes de l’agglomération n’ont pas. Un jour viendra où il faudra sans doute réfléchir à la place des espaces publics dans les politiques urbaines à l’échelle de la métropole, et peut-être même faudra-t-il faire passer cette catégorie d’action au second plan, en donnant la priorité aux politiques de logement ou de transports, sans doute plus à même de renforcer la cohésion de l’agglomération.

Haut de page

Bibliographie

APUR, 2002, Charte d’aménagement des espaces civilisés, Paris, Mairie de Paris/APUR.

BELINA, B., 2003, « Evicting the undesirables. The idealism of public space and the materialism of the bourgeois State», Belgeo, n°1, p. 47-62.

BERDOULAY, V., DA COSTA GOMES, P.C., LOLIVE, J., 2004, « L’espace public ou l’incontournable spatialité de la politique », in BERDOULAY, V., DA COSTA GOMES, P.C., LOLIVE, J. (dir.), L’espace public à l’épreuve. Régressions et émergences, Pessac, Maison des Sciences de l'Homme d’Aquitaine, p. 9-26.

BETIN, C., 2001, « La construction de l’espace public : le cas de Lyon », Géocarrefour, Vol. 76, n°1, p. 47-54.

BLONDIAUX, L., 2004, « L’idée de démocratie participative : enjeux, impensés et questions récurrentes », Conférences de la Chaire de Recherche du Canada en Mondialisation, Citoyenneté et Démocratie [https://depot.erudit.org/id/002259dd].

BORDREUIL, J.-S., 2000, « La ville desserrée », in PAQUOT, T., LUSSAULT, M., BODY-GENDROT, S. (dir.), La ville et l’urbain. L’état des savoirs, Paris, La Découverte, p. 169-182.

BOURDIN, A, 1984, Le patrimoine réinventé, Paris, PUF.

BOURDIN, A., GERMAIN, A., LEFEBVRE, M.-P. (dir.), 2005, La proximité. Construction politique et expérience sociale, Paris, L’Harmattan.

CHERKI, E., MEHL D., 1979, Les nouveaux embarras de Paris : de la révolte des usagers des transports aux mouvements de défense de l’environnement, Paris, Maspero.

CLERVAL, A., FLEURY, A., 2000, « Politiques urbaines et gentrification. Une analyse critique à partir du cas de Paris », L’Espace Politique, vol. 8 , n°2 [http://espacepolitique.revues.org/index1314.html].

FLONNEAU, M., 2001, L’automobile à la conquête de Paris, 1910-1977, Thèse de doctorat, Université de Paris 1.

FRANÇOIS, B., NEVEU, E., 1999, « Introduction : Pour une sociologie politique des espaces publics contemporains », in FRANÇOIS, B. NEVEU, E. (dir.), Espaces publics mosaïques : acteurs, arènes et rhétoriques des débats publics contemporains, Rennes, Presses universitaires de Rennes, p. 13-58.

GAUDIN, J.-P., 2007, Gouverner par contrat. L’action publique en question, Paris, Presses de Sciences Po

GEHL, J., 2001, Life Between Buildings: Using Public Space, Skive, Arkitektens Forlag, The Danish Architectural Press.

GENESTIER, P., 1999, « Le sortilège du quartier : quand le lieu est censé faire lien », Annales de la recherche urbaine, n°82, p. 142-153.

GOURDON, J.-L., 2001, La rue – Essai sur l’économie de la forme urbaine, Paris, L’Aube.

HABERMAS, J., 1962, L’espace public, Archéologie de la Publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot.

LE BART, C., LEFEBVRE, R., 2005, La proximité en politique. Usages, rhétoriques, pratiques, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

LUSSAULT, M., 2003, « Espace public », in LEVY, J., LUSSAULT, M., Dictionnaire de la Géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, p. 333-336.

MAIRIE DE PARIS, 2003, Charte des quartiers verts, Paris, Mairie de Paris/Direction de la Voirie et des Déplacements.

PLAN URBAIN, 1988, Espaces publics, Paris, La Documentation Française.

RULLIER B., 2004, « La démocratie à la parisienne », Pouvoirs, n°110, p. 19-34.

SENECAL, G. (dir.), 2005, « Conflits, proximité, coopération », Cahiers de géographie du Québec, vol. 49, n°138, p. 277-285.

SPITZ, P.E., 2004, « L’administration parisienne, de la noblesse d’Etat à l’entreprise de services », Pouvoirs, n°110, p. 115-128.

TOMAS, F., 2002, « L’espace public : un enjeu pour la ville », in TOMAS F. (dir.), Espaces publics, architectures et urbanité de part et d’autre de l’Atlantique, Saint-Etienne, Publications de l’Université de Saint-Etienne, p. 13-21.

TOUSSAINT, J.-Y., ZIMMERMANN, M., 2001, « L’espace public et l’espace du public, Politique et aménagement », in TOUSSAINT, J.-Y, ZIMMERMANN, M. (dir.), User, observer, programmer et fabriquer l’espace public, Lausanne, PPUR, p. 73-91.

VIARD, J., 2006, Eloge de la mobilité - Essai sur le capital temps libre et la valeur travail, Paris, Editions de l’Aube.

VIEILLARD-BARON, H., 2005, « Entre proximité et distance, quelle place pour le terrain ? », Cahiers de géographie du Québec, vol. 49, n°138, p. 409-427.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1. La rue du Faubourg Saint-Denis (10e arrondissement) – © Cliché : A. Fleury, 2006
Légende La rue a été réaménagée dans le cadre du « quartier vert Faubourg Saint-Denis ». Les trottoirs ont été élargis et les traversées aux carrefours sécurisées. Des aires de stationnement pour deux-roues ont également été mises en place, de même que des pistes cyclables.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1560/img-1.png
Fichier image/png, 833k
Titre Photo 2. La rue du Commandeur (14e arrondissement) – © Cliché : A Fleury, 2006
Légende Dans le cadre du « quartier vert Alésia Tombe-Issoire », une placette a été aménagée en lieu en place d’un parking et plantée d’arbres. A l’écart des centralités du quartier, cette placette apparaît davantage comme un décor que comme un lieu de vie.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1560/img-2.png
Fichier image/png, 778k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Fleury, « Les contradictions d’un espace public produit dans la proximité », L’Espace Politique [En ligne], 10 | 2010-1, mis en ligne le 15 avril 2010, consulté le 22 juillet 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/1560 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.1560

Haut de page

Auteur

Antoine Fleury

Chargé de recherche au CNRS
UMR Géographie-cités (CNRS, Universités Paris 1 et Paris 7)
afleury@parisgeo.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org