Navigation – Plan du site

L’expérience du conseil de développement de la communauté urbaine de Nantes dans la construction d’une démocratie participative locale

The Experience of the Council of Development of the Urban Community of Nantes in the Construction of a Participative Local Democracy
Jean Renard

Résumés

L'auteur examine le rôle de différentes structures issues de la société civile dans l'agglomération nantaise sur les politiques publiques : Institut Kervégan depuis 1977, conférence consultative à partir de 1996, conseil de développement, revue Place publique née en 2007. Il essaie d'en mesurer l'influence sur les décisions des élus, tant à propos de l'agencement des territoires,  du gouvernement de la métropole, du choix des grands équipements. Il confirme que le changement porté par les élus est impulsé par les réflexions de la société civile.

Haut de page

Texte intégral

1Toute réflexion sur le gouvernement et la gouvernance des territoires urbains repose sur l’examen du jeu entre les différents acteurs sur un espace par nature dynamique et à géométrie variable en fonction des enjeux. Elle pose donc des questions d’échelle géographique et de positionnement dans le jeu des acteurs.

2Le cas nantais est intéressant à ce double titre. D’une part, l’expression sous une forme organisée et reconnue de la société civile a été précoce, d’autre part la recomposition des territoires politiques et fonctionnels a été profonde du fait des dynamiques socio spatiales et démographiques de l’agglomération. Comment les différents acteurs ont perçu, orienté, justifié ces nouvelles configurations d’une métropole en construction encore inachevée ? Mesurer la part prise par les citoyens dans la vie publique, telles sont les questions que nous entendons ici examiner. Ce, à partir d’un lieu d’observation privilégié en tant que rapporteur général des différentes structures participatives mises en place depuis 1996.

Les pesanteurs socio-historiques

3Deux faits majeurs sont à l’origine des lenteurs, des interrogations, voire des contradictions quant à la reconnaissance contemporaine d’un Grand Nantes à la mesure des enjeux d’une métropole à gabarit européen1.

Nantes, longtemps une ville sans banlieue

4Le premier est de nature socio-historique. Il a été décrit et rappelé à maintes reprises. Par Elisée Reclus et Paul Vidal de la Blache à la fin du XIXe siècle, par André Siegfried en 19132, assimilant Nantes a « un îlot de modernisme dans un océan d’ancien régime » et « dont les éléments ouvriers et bourgeois sont sans contact avec la campagne ». Il évoque plus loin « le double bloc réactionnaire du nord et du sud qui est en quelque sorte perforée par la vallée républicaine ». Cet isolement politique et social d’une ville sans banlieue, au milieu de campagnes qui lui sont hostiles ou indifférentes, explique les difficultés et les lenteurs de la reconnaissance d’un destin partagé. Cette nature particulière de la ville avec les campagnes qui l’entourent a été également soulignée par Julien Gracq : « La relation de Nantes avec son arrière-pays et avec sa campagne proche est différente en tout point de celles qui ont nouées ses villes sœurs que sont pour les deux autres estuaires atlantique, Rouen et Bordeaux ». Et plus loin il ajoute « Ce sont là deux métropoles régionales authentiques dans lesquelles la province qui les environne trouve à la fois une personnification expressive, un centre d’échanges universel ». Rien de tel dans les rapports de Nantes avec son environnement. En 1793 comme en 1968 nous dit Gracq « l’hostilité réciproque et spontanée entre la ville et ses campagnes s’est manifestée. Signes d’une incompatibilité d’humeur radicale, qui tient pour une bonne part à une irrigation sanguine des plus médiocres de la région nantaise par son organe régulateur ».

5Or cela n’est plus, et c’est fondamental pour les nouvelles configurations des territoires. Mais cela est encore dans bien des têtes. Le changement de nature de Nantes, et les nouvelles relations entretenues avec ses campagnes, sont des réalités encore mal perçues. Et c’est ce qui explique les retards et lenteurs dans la prise de conscience d’un futur partagé.

La métropole d’équilibre Nantes Saint-Nazaire

6Le deuxième fait explicatif a été le choix effectué par l’Etat au début des années 1960 de faire de Nantes Saint-Nazaire une métropole d’équilibre axée sur l’estuaire. Un schéma d’aménagement (le SDAAM) initié par le groupe d’études de l’OREAM, et un SDAU, non adopté par les élus, étaient censés justifier une organisation de l’espace fondée sur l’estuaire portuaire et industriel. Est alors née une représentation, portée par les grands élus, des liens entre aval et amont, tandis qu’une nouvelle distribution des activités avec le glissement du port et des industries vers l’aval, et la concentration des services tertiaires sur Nantes à l’amont, avec la politique volontariste de l’Etat sous la houlette d’Olivier Guichard justifiait cette configuration territoriale. La renaissance de l’université en étant un élément clef.

7Mais ce schéma de l’organisation des territoires des années 1960 date. Il a fallu attendre les années 2000 pour qu’il soit remis en cause, pas par tous, et que le constat d’une dynamique urbaine sur un axe nord-sud, venant compléter le dispositif estuarien, soit reconnu.

8Le personnel de l’agence d’urbanisme, celle-ci créée en 1978, et des membres de la société civile ont été des relais efficaces de la prise de conscience de cette nouvelle forme de l’agglomération. Examiner leur rôle dans le jeu des acteurs quant à la reconnaissance de la métropole nantaise est nécessaire.

La mobilisation de la société civile nantaise

9L’implication de la société civile dans la politique locale remonte à loin à Nantes. On peut reconnaître trois étapes dans son histoire récente.

L’Institut Kervégan

10C’est en 1977, année charnière du fait de l’arrivée au pouvoir municipal d’une majorité de gauche à Nantes, qu’un groupe de citoyens, de sensibilités différentes et variées, organise un espace de réflexion sur la ville et ses évolutions, avec la création d’un club, baptisé groupe Kervégan du fait que les premiers participants se réunissaient chaque semaine dans un restaurant de la rue portant le nom du premier maire de la ville sous la Révolution. Animé par Jean-Joseph Régent, alors président de la chambre de commerce et ancien responsable du port, ce groupe était composé à l’origine d’une quarantaine de représentants du monde industriel et médical, d’enseignants de l’université retrouvée en 1962, et de hauts fonctionnaires. Très vite ce groupe a exercé une influence réelle par ses conférences, publications et préconisations quant aux questions relatives à l’aménagement de l’agglomération, à l avenir de l’université ou aux choix culturels. Son pouvoir s’explique par les relations tissées au sein d’un réseau associant entrepreneurs, directeurs des administrations et experts universitaires. Il tient aussi au rôle exercé par son président. Un bilan a été dressé par la publication d’un ouvrage relatant son histoire entre 1977 et 1998, ainsi que par une thèse de doctorat en géographie3. Le club existe toujours. Il a pris le nom d’institut et a une activité multiforme, associant des dîners-débats, des conférences, la publication d’une lettre mensuelle, des brochures et des ouvrages divers et variés sur nombre d’aspects et problèmes de l’agglomération4. Certes, mesurer la diffusion de son influence, tant chez les élus, les techniciens de la métropole, que dans la société civile est difficile, mais ce think tanks à la nantaise est reconnu au plan national comme l’un des rares laboratoires d’idées de province à dépasser le cadre local.

La Conférence Consultative d’Agglomération (CCA)

11En 1996 le maire de la ville, Jean-Marc Ayrault, prend l’initiative de mettre en place une conférence consultative d’agglomération (CCA) comme structure participative d’aide à la décision. Tout naturellement il en confie la présidence à Jean-Joseph Régent, laissant à ce dernier le soin d’organiser la conférence à partir de représentants d’associations, de membres des différentes chambres consulaires et des syndicats patronaux et de salariés, ainsi que de personnes dites qualifiées. La CCA avait comme objet d’examiner des saisines venant des élus du district, en particulier lui était demandé de donner un avis sur le projet d’évolution de la structure intercommunale, organisée alors en district, dit « projet 2005. En ce sens elle a été incontestablement un lieu de formation et de proposition pour promouvoir l’intercommunalité. Même et surtout s’il y a eu des résistances. Elle pouvait également se saisir de questions qui lui apparaissaient pertinentes. Elle n’a pas manqué de le faire. Composée de membres bénévoles elle bénéficiait de la part du district d’un secrétariat et d’un local de réunion. C’est ainsi qu’entre 1996 et 2 000 la CCA a donné des avis sur le projet d’agglomération 2005, sur le plan de déplacement urbain 2000-2010, sur la transformation du district en communauté urbaine. Parallèlement la conférence a porté son regard sur le sport et la culture à l’échelle de l‘agglomération, préconisé la mise en valeur de l’étoile ferroviaire, suggéré des réflexions sur le temps dans la ville. Organisée à l’origine en quatre commissions : aménagement, économie et recherche, développement culturel et sportif, politique de la ville, elle a systématiquement privilégié les contributions écrites et multiplié les avis sous la forme de courtes synthèses destinées aux élus.

Le Conseil de développement de Nantes métropole

12Lorsque la loi d’orientation de 1999 sur l’aménagement et le développement des territoires (LOADT) a mis en place les conseils de développement des pays et des agglomérations, la CCA s’est transformée en conseil de développement de la toute nouvelle communauté urbaine qui succédait au district. Depuis 2001, le conseil, toujours présidé par Jean-Joseph Régent, élargi, restructuré et renouvelé en 2008 autour de délégations en fonction de la nature des problèmes, poursuit les travaux engagés dans la CCA selon une formule plus officielle et mieux reconnue vis-à-vis des élus de la communauté urbaine. Il a accueilli des citoyens volontaires qui ont manifesté leur volonté de s’y intégrer. Il est désormais fort de 200 personnes issues de toute l’agglomération.

13En 2006 le conseil de développement a organisé un forum sur la place des citoyens dans la vie publique, qui a donné lieu à publication5 et au cours duquel ont été évoquées les conditions d’une démocratie participative. En particulier a été posée la question récurrente de la composition des conseils censés représenter la société civile organisée. Comment faire cohabiter l’ensemble des forces vives, représenter la diversité sociale, par âges et par sexe, et les différents courants de pensée qui traversent la société locale ? C’est-à-dire comment justifier la légitimité d’un conseil de développement ? L’expérience nantaise montre que c’est par la qualité des travaux et des réflexions que se fait la reconnaissance, au-delà des querelles partisanes ou politiciennes. Les risques sont grands d’apparaître comme un contrepouvoir, ou bien d’être instrumentalisé et de servir de caisse de résonance, ou encore de ne pas être considéré et donc rapidement marginalisé. Objectivement le conseil de développement de Nantes qui a été à l’origine de la coordination entre les conseils à échelle nationale, constitue un outil de renouvellement de la démocratie territoriale. Il le doit pour l’essentiel à la volonté farouche d’autonomie et d’indépendance vis-à-vis des élus en place. Il a révélé un gisement de savoir-faire et d’intelligence, et est un lieu d’échanges, de dialogue et de propositions, désormais accepté et reconnu.

14Parallèlement les études techniques de l’agence d’urbanisme, mais aussi les travaux de la chambre de commerce prônant des aménagements et des équipements, ont souvent servi de justificatifs pour expliquer les prises de position, tant de l’Institut Kervégan que de la conférence consultative puis du conseil de développement.

15Enfin, depuis deux ans, la revue bimestrielle Place publique, née à l’initiative d’un ancien directeur départemental du journal Ouest-France, avec 160 pages par numéro, relate et diffuse les débats sur la ville6. Elle se veut revue de réflexion sur les questions urbaines et en particulier sur la construction de la métropole nantaise, et fait appel au savoir universitaire pour alimenter le débat public.

16Ces interventions de ces instances composées de bénévoles bousculent le traditionnel dialogue entre élus et techniciens et traduisent la mobilisation des citoyens informés. Elles vont au-delà des problèmes soulevés par les simples comités consultatifs de quartiers. Surtout elles mettent en lumière la non-pertinence des périmètres administratifs sur lesquels les politiques publiques s’appliquent et révèlent des rapports de force et des conflits entre les élus.

Les interrogations de la société civile

Sur l’agencement des territoires

17Les dynamiques socio spatiales à l’œuvre depuis une génération ont profondément modifié les configurations et le contenu social de l’ensemble du territoire que l’on peut baptiser le Grand Nantes. A l’axe estuarien associant Nantes et Saint-Nazaire, qui était une volonté de l’Etat, reconnu avec réticence et retard par les élus, s’est ajouté la reconnaissance du littoral comme troisième sous-ensemble. Une fois encore Julien Gracq avait anticipé, soulignant les liens du littoral à l’agglomération nantaise : « Une  attraction toute puissante des plages a décollé de la ville sa banlieue résidentielle, et l’a décalée vers l’ouest d’une cinquantaine de kilomètres ». Désormais, de la vallée de la Vilaine au Marais breton, les mobilités quotidiennes vers l’agglomération nantaise confirment la réalité d’un espace résidentiel associé à l’espace balnéaire de loisirs et de retraite. Parallèlement, la ville sans banlieue d’hier s’est doté vers le nord et le sud d’une vaste aire d’urbanisation, transformant les petits bourgs ruraux étriqués au sein de vastes communes agricoles en autant de communes périurbaines.

18Ces dynamiques font qu’ici comme ailleurs l’ancien pavage administratif devient obsolète, et de nouveaux rapports ville campagne, nés des mobilités des populations, tissent des nouveaux liens et conduisent à de nouvelles configurations.

Figure 1 : Evolution des bassins de vie en Loire-Atlantique

Figure 1 : Evolution des bassins de vie en Loire-Atlantique

Figure 2 : Mettre en place de nouvelles solidarités

Figure 2 : Mettre en place de nouvelles solidarités

Instaurer un dialogue entre les territoires

19La carte des intercommunalités mises en place illustre ces réaménagements. Mais elle ne se confond pas avec l’aire urbaine qui déborde les périmètres institutionnels.

20La métropole nantaise en ce début de siècle constitue un grand ensemble juxtaposant des territoires qui font système mais pour lesquels il n’y a pas de gouvernance unique. Ce constat n’est pas propre au cas nantais, il se retrouve peu ou prou dans toutes les grandes agglomérations. Mais alors que les habitants ressentent de plus en plus l’unité de ce vaste espace, et qu’ils ont un sentiment d’appartenance confirmé par les mobilités quotidiennes, les aires de chalandise et de loisirs, une fragmentation politique et administrative demeure et freine la reconnaissance métropolitaine.

21Il y a donc à faire partager et à expliquer les cohérences et ajustements entre deux réalités. Des espaces institutionnels, administrés, strictement délimités et corsetés par les limites communales, aujourd’hui juxtaposés entre une communauté urbaine forte de 24 communes et de 550 000 habitants, des communautés d’agglomération (celles de Saint-Nazaire et de Guérande), et des communautés de communes de dimensions allant de trois à une vingtaine de communes et abritant un nombre d’habitants très variable. Des territoires fonctionnels, vécus, mais mobiles dans le temps et l’espace, et dont les habitants partagent plus ou moins un même sentiment d’appartenance. Les aires urbaines définies par l’INSEE étant l’un de ces territoires fonctionnels, mais il en est d’autres, à d’autres échelles, et en fonction des appartenances des ménages et des mobilités de chacun. Or ces deux systèmes sont juxtaposés et de nature différente et cela pose la question de la pertinence des périmètres d’intervention des politiques publiques. Depuis 1996, les citoyens composant la CCA et le conseil de développement ont régulièrement alerté les élus de Nantes métropole sur la nécessité d’adapter les politiques publiques à ces territoires fonctionnels. Le conseil de développement entend ne pas se limiter au périmètre de la communauté urbaine. Ses réflexions portent sur le territoire plus vaste du bassin de vie. L’argument, que les analyses de l’agence d’urbanisme confirment, étant la prise en compte des nouveaux modes de vie, des comportements sociaux et le constat des mobilités.

22Les études de l’institut Kervégan vont dans le même sens. Elles ont le mérite de décrire le tableau sociogéographique du grand territoire qu’est la métropole, associant un port de fond d’estuaire ouvert sur les grandes routes de l’Atlantique et reposant aujourd’hui sur des trafics énergétiques, à qui l’Etat a donné un avant-port au milieu du XIXe siècle avec lequel les relations ont été un temps conflictuelles ; une vieille ville de province, ville d’art et d’histoire, certes concurrencée dans ses fonctions régaliennes par Rennes, mais qui a depuis peu retrouvé nombre de fonctions tertiaires de haut niveau ; un pôle industriel qui a connu de multiples avatars mais qui reste le plus important de l’Ouest ; un grand ensemble littoral, à la fois banlieue de loisirs et espace retraite, de mieux en mieux intégré. Ce sont ces quatre espaces et fonctions qui font système et qui ensemble expliquent ce qui fait le grand Nantes d’aujourd’hui.

23Sur toutes ces questions les représentants de la société civile font entendre leurs points de vue et poussent les élus à se concerter. Ainsi en 1989 une structure de coordination : l’Association de coopération de l’estuaire de la Loire (ACEL) voit le jour et associe Nantes, le département et la région. Elle est accompagnée par un GIP estuaire dont les scientifiques sont chargés d’examiner le fonctionnement physique du système estuarien. En 1999 une première conférence métropolitaine, à l’initiative du maire de Nantes, regroupant les communes riveraines de la Loire confirme la volonté d’élaborer une politique commune à cette échelle. Et en 2003 un syndicat mixte du SCOT de la métropole Nantes Saint-Nazaire est mis en place sur la rive nord. L’Etat a montré la voie en délimitant une Directive Territoriale d’Aménagement débordant les limites départementales vers le sud et l’est et intégrant la totalité du littoral.

24Le conseil de développement de Nantes métropole a proposé de réunir une conférence citoyenne du Grand Nantes avec les conseils de développement des communautés de communes et des pays voisins afin de faire émerger les attentes de la société civile à cette échelle. Cet outil permettrait d’officialiser les remarques et attentes des citoyens. Ainsi la non intégration de la rive sud du fleuve dans un SCOT métropolitain est apparue au conseil de développement comme une erreur à réparer, et il l’a dit. Il en est de même quant au littoral de la presqu’île guérandaise, vis-à-vis de l’agglomération nazairienne. Pourquoi pas un seul SCOT ? Ou encore le refus des communes au sud de l’estuaire d’intégrer lla communauté d’agglomération nazairienne (CARENE). L’isolement du vignoble nantais ressort du même constat, d’autant que l’étalement urbain gagne de proche en proche et que la voie ferrée vers Clisson est appelée à devenir la colonne vertébrale du développement de la métropole vers le sud-est. Certes, plusieurs SCOTS couvrent désormais l’ensemble de l’espace départemental et l’agence d’urbanisme de l’agglomération nantaise est chargée d’en élaborer le contenu, ce qui donne une certaine cohérence, mais l’absence d’un gouvernement de l’ensemble demeure un manque pour la métropole.

Figure 3 : Sept SCOT sur le département

Figure 3 : Sept SCOT sur le département

25Des remarques identiques ont été émises par la société civile à propos du choix des grands équipements et des aménagements à l’échelle métropolitaine.

Sur les grands équipements

26La politique publique d’une grande agglomération se traduit par le choix des équipements à mettre en place et leur localisation dans l’espace urbain. Ici encore la société civile nantaise s’est fait entendre dans la diversité de ses relais rappelés ci-dessus dans un souci d’anticipation des besoins.

27Ainsi en a-t-il été pour les transports en commun. Le retour du tramway dès 1985, qui avait été au cœur de la bataille électorale de 1983, a été salué et reconnu par la société civile. Mais à l’échelle du Grand Nantes l’existence d’une étoile ferroviaire héritée du passé est apparue comme un atout à valoriser. Seulement, pour sa mise en valeur trois logiques et trois autorités interférent : la communauté urbaine et la SEMITAN, le département et son réseau LILA de bus, la région et les TER circulant sur l’étoile ferroviaire. Dès 1996 la CCA a souhaité que la réutilisation de ce réseau soit une priorité. Elle aurait dû devenir la colonne vertébrale des zones à urbaniser. C’est ce dont, aujourd’hui encore, l’agence d’urbanisme et le conseil de développement, chacun selon ses moyens et ses objectifs, tentent de faire partager au plus grand nombre. La première par des études s’appuyant sur des données chiffrées et à l’aide de documents cartographiques, le second par des analyses, regroupant les différents points de vue exprimés en son sein dans les commissions thématiques, largement diffusées, et en prônant la mise en place d’une autorité unique. La lenteur de la mise en œuvre tient à la multiplicité des acteurs. Aujourd’hui seule la ligne Nantes-Vertou fonctionne, et la réouverture de Nantes-Châteaubriant est programmée en deux étapes. On aurait pu faire plus, plus vite et instruire les PLU des communes en fonction. Le conseil de développement l’a recommandé !

28Le conseil s’est également interrogé, outre sur sa nécessité, sur la localisation du projet d’aéroport de Notre Dame des Landes en dehors de la communauté urbaine, ce qui risque d’être une source de tensions avec la communauté de communes qui devrait l’abriter, même si le SCOT nantais l’intègre. Mais il est vrai qu’une commune rurale (Treillières) qui jouxte la ville-centre a refusé d’intégrer la communauté urbaine. Le projet a suscité un grand débat et démontré la vigueur et la rigueur des arguments des opposants issus de la société civile. Rien n’est encore définitif, même si la majorité des élus a donné un avis positif. Ce sera à l’Etat de décider compte tenu de la nature du projet.

29Sur d’autres saisines, comme pour l’agenda 21, le conseil de développement a été l’interlocuteur privilégié des élus de la métropole et il se retrouve chargé d’assurer le suivi des actions engagées.

30Quant aux équipements culturels (château des Ducs, Zenith, la biennale Estuaire 2007)) et aux transformations du cœur de la ville (projet de l’île de Nantes), c’est surtout la revue Place publique qui a porté les débats vers le grand public.

Conclusion

31Notre expérience, en tant qu’observateur privilégié, au titre de rapporteur général du conseil de développement, est que la mobilisation de la société civile a été motrice dans la prise de conscience par les élus et la population de la mutation de Nantes qui a littéralement changé de nature. En l’espace d’un peu plus d’une génération la ville est passée du statut de port colonial et industriel, vivant sans beaucoup de relations avec son environnement rural dont elle était coupée pour des raisons politiques et sociales, en une métropole en cours de construction qui s’étale sur un vaste territoire débordant même le département vers le sud et l’est7.

32L’originalité de l’expression de la démocratie participative nantaise est dans l’association et le partenariat étroits entre ces différentes structures évoquées ci-dessus. Entre l’Institut Kervégan, le Conseil de développement, la revue Place publique, et d’autres associations locales, il y a des recoupements et recouvrements des compétences. Les mêmes experts et personnes dites qualifiées écrivent dans la revue, animent des groupes de travail du conseil ou participent aux débats proposés par l’Institut.

33Le changement, porté par les élus, est impulsé par les réflexions de la société civile. L’intrusion de la société civile organisée, ce que sont les conseils de développement, dans les débats sur la meilleure façon de définir les objectifs d’une politique publique à l’échelle des grands espaces urbains, ouvre une phase nouvelle dans la régulation.

34Il reste à mesurer sur le long terme le cheminement des idées émises par les représentants de la société civile auprès des élus. Jusqu’ici il y a eu un consensus par rapport aux propositions de la société civile : la transformation du district en communauté urbaine, la mise en valeur de l’étoile ferroviaire, le satisfecit vis-à-vis du retour du tramway, la politique volontariste de l’habitat, ont fait l’unanimité. Il en ira sans doute différemment demain à propos du projet de l’aéroport de Notre-Dame des landes, de certaines opérations culturelles ou des choix d’urbanisme dans l’île de Nantes.

35Il y a à Nantes une tentative de construction commune du projet urbain, même si des divergences demeurent quant aux priorités et aux rythmes du changement8. En cela la démocratie participative, quand elle est de qualité et qu’elle est reconnue par les élus, et c’est le cas à Nantes, est un puissant moyen pour faire bouger les choses, même si la fragmentation institutionnelle des espaces urbains demeure un obstacle.

Haut de page

Bibliographie

FRAPPART, V., 2001, La mise en mots de la ville contemporaine, représentations et images de Nantes, thèse de doctorat, Nantes.

REGENT, J.J., 1999, Rue Kervégan : Nantes 1977-1998, Nantes, éditions Kervégan.

RENARD, J., 2000, "Nantes métropole inachevée ?", L’Information géographique, Paris, n°2, p 117-135.

RENARD, J., 2008, Nantes à la croisée des chemins, Rennes, PUR.

SIEGFRIED, A., 1913, Tableau politique de la France de l’Ouest, Paris, A. Colin.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Evolution des bassins de vie en Loire-Atlantique
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1573/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 2 : Mettre en place de nouvelles solidarités
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1573/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Figure 3 : Sept SCOT sur le département
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1573/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean Renard, « L’expérience du conseil de développement de la communauté urbaine de Nantes dans la construction d’une démocratie participative locale », L’Espace Politique [En ligne], 10 | 2010-1, mis en ligne le 15 avril 2010, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/1573 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.1573

Haut de page

Auteur

Jean Renard

Professeur émérite
Université de Nantes, UMR ESO, Cestan
renard.jean@numericable.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org