Navigation – Plan du site

De la gouvernance à la géogouvernance : de nouveaux outils pour une démocratie LOCALE renouvelée

From governance to geo-governance: new tools for a renewed local democracy
Nathalie Dubus, Cécile Helle et Michelle Masson-Vincent

Résumés

En géographie, la gouvernance, versant social du développement durable, suppose l’organisation systématique d’un débat public impliquant les citoyens autour des décisions et des projets qui concernent le territoire et son environnement. Il est dès lors essentiel de rendre intelligible, quelle que soit l’échelle de référence, la complexité des enjeux et des dynamiques qui affectent l’organisation spatiale.
Les nouveaux outils numériques – Systèmes d’information géographique, Web Public – offrent assurément des opportunités pour renouveler les processus de transmission et de partage d’informations et de connaissances sur le territoire. Ce faisant, ils rendent possible le passage d’une simple gouvernance à une véritable géogouvernance qui place au cœur des prises de décision sur les territoires le citoyen éclairé.
Cet article, après avoir introduit et défini le concept de géogouvernance, se propose, à partir d’étude de cas puisés, pour les Systèmes d’Information Géographique, au sein de collectivités territoriales de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, et pour le Web public, dans la hiérarchie urbaine de Rhône-Alpes, de dresser une analyse critique du transfert réel de l’information territoriale vers les citoyens et de son apport à la démocratie participative.

Haut de page

Texte intégral

1La gouvernance en géographie se présente de notre point de vue comme le versant social du principe de développement durable suivant lequel les citoyens participent au débat démocratique à divers niveaux et notamment au niveau local, pour décider de ce que sera leur vie quotidienne. Mais pour qu’il y ait vraiment débat démocratique, il importe que tous les citoyens, dont les élus, aient accès aux documents, voire aux outils concernant l’aménagement de leur territoire, et puissent réellement en appréhender les enjeux.

  • 1 En 1995, la loi d’orientation sur l’aménagement et le développement des territoires est à l’origine (...)

2Parallèlement, les années 1990 ont marqué une profonde transformation du paysage institutionnel français avec l’émergence de l’intercommunalité1 et son affirmation comme nouvel échelon décisionnel du développement territorial. Aux compétences de gestion transférées par la loi se sont ajoutées des perspectives ambitieuses en matière de développement, de planification et de stratégie territoriales. De ce fait les élus de ces Etablissement publics de coopération intercommunale (epci) ont été contraints d’entreprendre de nombreuses actions relevant aussi bien de l’aménagement et du devenir de leur territoire que du cadre de vie de leurs habitants.

3On comprend mieux dès lors que nombre de collectivités territoriales se dotent progressivement de leur site Internet, ouvrant ainsi une fenêtre d’information, d’échange et de communication sur le territoire facilement accessible au grand public, et s’équipent de nouveaux outils tels que les Systèmes d’information géographique (sig), pour répondre à la nécessité de diffusion et de partage de l’information géographique, susceptible de jouer un rôle majeur dans l’apparition et la généralisation de décisions co-construites avec les citoyens pour tout projet qui affecte leur vie quotidienne.

4Cette intrusion du numérique dans la sphère publique est susceptible d’élargir le rôle du géographe qui, d’expert de l’espace, deviendrait aussi passeur de savoir sur le territoire. Ce faisant pourrait se construire une véritable géogouvernance. Mais qu’en est-il réellement aujourd’hui ?

5C’est cette exploration que cet article se propose d’entreprendre, tout d’abord en présentant un schéma conceptuel permettant d’introduire et de définir le concept géographique de géogouvernance ; ensuite en présentant une analyse critique des expériences conduites dans les collectivités territoriales avec les sig, puis en proposant une grille d’analyse du web public communal et les premières tendances émergeant de cette étude, pour prendre la réelle mesure des perspectives que ces outils offrent en matière de construction de décisions réellement partagées sur le territoire.

6Ainsi la diffusion des sig dans les collectivités urbaines de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, depuis longtemps mobilisée pour œuvrer à la transmission d’une culture commune sur l’information géographique, permet de mesurer à travers leurs usages jusqu’à quel point ces outils sont susceptibles de réinventer la démocratie locale.

7De la même façon, une étude du web public communal permet de s’interroger sur le transfert de l’information territoriale vers les citoyens. L’analyse de quelques cas, pris à différentes échelles de territoires urbains Rhône-Alpins, permet de mettre en place une première grille d’évaluation des sites web communaux sur ce sujet, favorisant la détection des points forts et faibles de ces outils. Cette analyse permet d’initier une réflexion sur le transfert de l’information territoriale vers les citoyens et sur les dispositifs permettant à ces derniers de faire connaître leurs points de vue et attentes aux élus et décideurs.

Gouvernance ? Géogouvernance ? Quelles définitions ?

Gouvernance ?

  • 2 In « Développement social durable des villes. Principes et pratiques. », chapitre 2, gouvernance ur (...)

8La gouvernance est un mot-valise qui mérite la recherche préalable d’une définition. D’origine pluridisciplinaire, le concept de gouvernance se révèle rapidement lié au domaine de la politique territoriale et au développement local en terme de fonctionnement structurel et/ou social, mais pas en terme de relation avec l’espace, le territoire, comme le sous-entendraient les attributs du concept de gouvernance tels que « territoriale », « urbaine » et « locale ». La gouvernance se présente aussi comme le versant social du principe de durabilité, avec au cœur la notion de participation de tous les citoyens aux décisions concernant leur vie, objet du 10ème principe de la déclaration de la Conférence Internationale de Rio (ONU, 1992) : « La gouvernance est comprise ici comme les relations entre l’Etat et la société civile » [McCarney, Halfani et Rodriguez, 1995]. « Ainsi en théorie, la participation de la société civile est indispensable pour le développement de rapports de gouvernance urbaine démocratique. » [Lungo, Communication du Cap 1998]2.

  • 3 Voir par exemple le site du centre d’études en gouvernance à l’Université d’Ottawa dirigé par Gille (...)

9Le concept de gouvernance, abordé par les diverses sciences sociales (prioritairement les économistes de la gestion et du management)3, présente ainsi plusieurs points communs. Il prend tout d’abord la relève du concept de gouvernement, ce qui est en soi une dénonciation du modèle démocratique traditionnel : à la suite d’une crise de gouvernabilité, derrière l’utilisation du concept de gouvernance se profile la transformation des formes de l’action publique. De ce fait, ce n’est qu’après négociation et interaction entre les acteurs devenus multiples que les décisions sont prises. L’Etat change de rôle en devenant le facilitateur du système de prise de décision ; la société civile, les citoyens doivent désormais être associés aux instances publiques dans la mise en œuvre du processus décisionnel. En ce qui concerne la référence au bien commun, au bien public, aux services publics, la conception anglo-saxonne où l’on considère qu’ils sont toujours mieux gérés par la sphère privée l’emporte sur la conception latine, dans laquelle ces biens sont des biens régaliens, dépendant de l’état qui seul peut en assurer la gestion. Ainsi, à la gestion centralisée, descendante du modèle traditionnel et considérée comme inefficace, est substituée une gestion décentralisée, partant des citoyens, et qualifiée de saine, efficace et comme seule alternative.

10La gouvernance peut donc être associée à quatre concepts initiaux : multiplicité des acteurs, décision partagée, gestion décentralisée et bien commun géré par la sphère privée (Fig. 1).

Fig. 1 : Gouvernance et concepts associés

Fig. 1 : Gouvernance et concepts associés

Source : N. Dubus, M. Masson-Vincent

11Ainsi, pour les uns, la gouvernance est un instrument au service de la libéralisation des sociétés, qui permet de limiter le rôle des Etats et des élus, considérés souvent comme incompétents pour répondre aux problèmes posés. Il s’agit là d’enlever les obstacles au libéralisme économique en faisant entrer dans le processus de décision des acteurs non gouvernementaux, souvent issus de groupes de pression et par essence compétents. En revanche, pour d’autres, la gouvernance est perçue comme une voie ouverte à la démocratisation du fonctionnement étatique, à la mobilisation civique et aux initiatives locales et politiques. Elle est donc un outil de régulation des effets pervers du libéralisme, parmi lesquels la décohésion sociale. Dans ce cas, le concept de gouvernance est bien le versant social du principe de durabilité. La question est de savoir si son application dans la prise de décision implique ou non un partage de pouvoir entre élus et citoyens.

12La figure 2 permet d’aller plus avant dans la compréhension du concept de gouvernance. Le concept central est celui de décision, associé au concept de pouvoir. Ainsi, de gauche à droite, la figure représente le passage d’une situation de non gouvernance à une situation de gouvernance.

Fig. 2 : Concept de Gouvernance : de la démocratie représentative à la démocratie participative

Fig. 2 : Concept de Gouvernance : de la démocratie représentative à la démocratie participative

Source : N. Dubus, M. Masson-Vincent

13Le processus de gouvernance est initié par un problème précis d’intérêt général dont la gestion dépend des conceptions culturelles des sociétés : même en s’en tenant aux sociétés occidentales, s’opposent une démarche descendante (top down), où la décision est entre les mains des élus représentant les citoyens (démocratie représentative), et une démarche ascendante (bottom up), avec pour objectif d’obtenir dans la décision un consensus entre les acteurs. De ce fait la participation est une notion liée au concept de gouvernance : la décision serait ainsi partagée, comme le pouvoir de la prendre, et l’on parle à ce propos de démocratie participative. Pour fonctionner, cette dernière démarche passe par l’information /formation des citoyens, pour permettre la compréhension par tous des enjeux du problème. Cette participation active des citoyens aux décisions permettrait d’éviter les situations de conflit. Ainsi avons-nous privilégié dans cette approche de la gouvernance celle s’intéressant à la relation dans le processus de décision entre experts et citoyens, celui qui « sait » et le citoyen lambda qui, de fait, entre dans le processus de décision.

14Si la gouvernance est un concept utilisé par tous et à tout propos, les géographes peuvent aller plus loin en proposant le concept de géogouvernance.

Géogouvernance : la prise en compte des enjeux spatiaux et le recours aux méthodes et outils de l’analyse spatiale des territoires

15Le concept de gouvernance est-il pertinent en géographie ? Et notamment dans les politiques des collectivités urbaines ? Dans la littérature consacrée à la gouvernance, notamment à la gouvernance territoriale, les études des scientifiques, dont les géographes, portent essentiellement sur les aspects institutionnels des décisions concernant les territoires, les dispositifs participatifs, les procédures et démarches de concertation, mais très peu sur les méthodes et outils spécifiques à la géographie permettant d’atteindre une connaissance partagée des territoires et de leurs enjeux, sans laquelle il ne peut y avoir de véritable gouvernance territoriale, soit ce que nous appelons géogouvernance.

  • 4 C’est nous qui soulignons.
  • 5 Que nous ne connaissions pas à la date de l’écriture en 2007, et à celle de la publication (2008) d (...)

16Parfois, au détour d’une page, nous trouvons des idées de gouvernance appliquée à un territoire. Ainsi, P. Lamy [Lamy, 2004], ex commissaire européen chargé du commerce international et actuel responsable de l’OMC, propose une gouvernance démocratique mondiale, une démocratie-monde, dans laquelle un conseil de sécurité économique et une solidarité internationale seraient mis en place, financés par une taxation sur les revenus du capital et la remise en cause des « dispositifs qui minent de l’intérieur la solidarité », paradis fiscaux et secret bancaire. Cependant, cette gouvernance mondiale là s’applique essentiellement au système économique mondial et n’a de géographique que le niveau de traitement. De même, Ch.-P. Péguy [Péguy, 2001], géographe et plus précisément climatologue, à propos d’une thématique différente, écrit : « Au diable toute connaissance des airs et des eaux,….La perfection paraissait résider dans le gouvernement du plus grand nombre, censé devoir assurer le bonheur du plus grand monde. Aujourd’hui, il faut écouter le décor. Lui donner des avocats. Créer les fondements juridiques de sa représentativité, à toutes échelles. Reconnaître un pouvoir. Bref, équilibrer la démocratie par une géocratie4. ». Pour lui, il s’agit du gouvernement de la Planète Terre, le décor, qu’il qualifie de « personnage. Presqu’une personne », en interaction avec les hommes. Ainsi, sa géocratie s’applique à la gestion de γη, la terre, comprise au niveau global. L’un comme l’autre font référence à la globalisation de problèmes. Au même moment, parmi les économistes canadiens, prolifiques en matière de gouvernance, Gilles Paquet publie un ouvrage5 intitulé « The New-Geo-Governance. A Baroque Approach ». Il présente la géogouvernance comme « moyen d’assurer la coordination du système quand ressources, pouvoir et informations sont largement distribués dans l’espace géographique. ». Dans le contexte actuel l’auteur prône de créer un nouveau modèle de gouvernance compatible avec les changements rapides de nos sociétés. D’où une approche ni libérale, ni étatique mais « baroque », combinant les diverses logiques. En fait de géogouvernance, G. Paquet s’intéresse aux structures institutionnelles, à leur fonctionnement, même si dans son chapitre intitulé Territorial Connections, il montre les connexions territoriales au niveau d’un continent, en l’occurrence le continent américain, du local au continent en passant par le sub-continent qu’est l’Amérique latine. S’il est et reste économiste dans sa manière d’envisager sa géogouvernance, en ne s’intéressant qu’au fonctionnement des structures décisionnelles, recouvrant ainsi ce que nous avons défini comme gouvernance, mais en les analysant à plusieurs échelles et dans leurs rapports multi-niveaux, il ouvre des pistes de recherche aux géographes. Enfin, chez les géographes eux-mêmes, quelques ouvrages récents posent l’enjeu scientifique qu’il y a pour la géographie de s’intéresser à la gouvernance, avec une entrée qui se fait soit à partir du concept de développement durable, soit à partir de celui de gouvernance urbaine [Mathieu, Guermond, 2005] [Dorier-Apprill, 2006].

17En l’état, dans les décisions territoriales, les géographes font œuvre d’experts : ils sont capables de concevoir les projets d’aménagement de tous types de territoires. Mais ils pourraient aussi présenter et expliquer ces projets aux citoyens dont les élus, afin d’assurer une bonne compréhension des objectifs des décideurs et des enjeux spatiaux : cependant cette tâche est bien souvent assurée par les politiques, pas toujours compétents en la matière. Or les géographes sont les mieux placés pour assumer le rôle de passeur de savoirs géographiques : l’information géographique, par sa technicité, n’est pas toujours d’un abord facile, ce qui requiert d’aller parfois au delà de la simple information de la population, pour atteindre un certain degré de formation des citoyens comme des élus. Cette condition est capitale pour s’assurer d’une participation active des citoyens dans la gestion de leur espace de vie.

18C’est pourquoi nous proposons le concept de géogouvernance, qui repose sur la construction d’une démarche s’appuyant sur l’utilisation des méthodes et outils de l’analyse spatiale, destinée à rendre intelligible la complexité du territoire, à faire émerger les enjeux spatiaux et à mettre à portée de tous les acteurs une information territoriale pertinente et nécessaire à la mise en œuvre d’une gouvernance territoriale « éclairée » que nous appelons géogouvernance. Ainsi la géogouvernance se différencie de la gouvernance et de son concept associé de gouvernance territoriale, qui, qu’elle soit urbaine ou pas, ne porte bien souvent que sur les structures de la décision, mais pas sur les méthodes et outils, ni sur les conditions nécessaires à la co-construction du territoire de demain par tous ses habitants.

19Les figures 3 et 4 mettent en évidence la construction du concept de géogouvernance.

Fig. 3 : Gouvernance et géogouvernance : schéma théorique

Fig. 3 : Gouvernance et géogouvernance : schéma théorique

Source : N. Dubus, C. Helle, M. Masson-Vincent

20Si l’on s’appuie sur la figure 3, notre conception de la géogouvernance, partant de celle de la gouvernance, privilégie une approche qui prenne en premier lieu en considération l’objet du processus de gouvernance, c’est à dire le territoire, composé d’espaces de vie emboîtés, bien commun et source d’enjeux entre ses acteurs, qu’ils soient simplement habitants, ou encore décideurs ou aménageurs. Pour que ce territoire demeure le bien commun de tous, il convient que la participation citoyenne aux décisions le concernant puisse être effective.

21Pour obtenir une décision partagée, il importe pour le moins que le processus intègre une information géographique intelligible sur les problèmes de l’espace de vie.

22Acquérir, traiter, représenter et transférer aux différents acteurs ce type de connaissance nécessite de recourir à des méthodes et outils de l’analyse spatiale, propres à décrypter la complexité des systèmes territoriaux, à mettre en lumière leurs enjeux, à proposer des simulations d’évolution dans l’espace et le temps. De ce fait, la notion de transfert de l’information spatiale fait partie intégrante de notre acception du concept de géogouvernance, et s’accompagne d’un principe de formation du citoyen, nécessaire au développement des compétences de chacun pour la compréhension des connaissances, méthodes et outils proposés. Ainsi la géogouvernance, en favorisant l’intelligence des enjeux de l’aménagement, la prise en compte des attentes des uns et des autres, et un dialogue au sens propre du terme, c’est-à-dire qui ne soit pas à sens unique, entre habitants, élus et experts, permettrait de co-construire l’espace de vie et d’obtenir une décision spatialisée optimale.

Fig. 4 : La géogouvernance pour répondre aux enjeux territoriaux

Fig. 4 : La géogouvernance pour répondre aux enjeux territoriaux

Source : N. Dubus, C. Helle, M. Masson-Vincent

23La figure 4 nous permet d’approfondir le concept proposé. On peut ainsi considérer que le bien commun est représenté par l’espace de vie à divers niveaux, le pilier spatial étant défini par les lois d’organisation de l’espace. L’analyse spatiale permet une visualisation de l’espace par des images, des représentations (carto)graphiques, des simulations paysagères permettant de comprendre les enjeux spatiaux. Dès lors, des outils comme les SIG, à la fois outil d’analyse et de communication de l’information géographique, apparaissent comme de précieux vecteurs dans ce type de démarche. En rendant intelligible et compréhensible la complexité des dynamiques spatiales, ils nourrissent le pilier didactique visant à la mise en relation des experts et citoyens.

24De même, il est évident que les opportunités d’interactivité offertes par les nouvelles technologies de l’information (site internet, blog…) constituent elles aussi des clés indispensables à ce transfert de connaissances entre acteurs : en permettant au citoyen de faire remonter ses lectures de l’espace, ses attentes spatiales et à l’expert-géographe de fournir le sens d’un espace de plus en plus complexe.

25En ce sens, la décision prise peut alors être considérée comme optimale et les projets territoriaux réellement co-construits.

26On se propose donc d’explorer la manière dont les structures territoriales (collectivités, EPCI, territoires de projet…) situées dans les deux Régions du sud-est français (Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte d’Azur) se sont emparées de ces nouveaux outils de la sphère du numérique – SIG et Web public communal - pour voir dans quelle mesure ceux-ci sont susceptibles de renouveler les pratiques territoriales et par là, participer à l’émergence d’une géogouvernance.

La place des Systèmes d’Information Géographique dans les prises de décision relatives aux territoires. L’exemple de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur

  • 6 Selon T. Joliveau in Actes de conference ESRI, SIG 2001, “Un SIG est un système informatisé qui com (...)

27L’affirmation de besoins grandissants de connaissance et d’expertise sur le territoire et ses dynamiques pour éclairer les prises de décision des acteurs locaux est à l’origine de la diffusion spectaculaire d’informations spatialisées avec pour corollaire la mise en œuvre de sig6 au sein des collectivités territoriales. Ainsi les sig apparaissent-ils aujourd’hui comme des outils privilégiés d’analyse et de communication de l’information géographique permettant de rendre intelligible la complexité territoriale et de sensibiliser les décideurs aux enjeux des territoires. Par ailleurs, en favorisant la diffusion et le partage de l’information géographique, les SIG sont également susceptibles de jouer un rôle majeur dans l’apparition et la généralisation de décisions co-construites avec les citoyens pour tout projet qui affecte leur vie quotidienne.

  • 7 Sont destinataires de ce questionnaire : 80 communautés de communes, 13 communautés d’agglomération (...)

28Il s’agit donc de montrer la réalité des usages et pratiques des sig par les acteurs du territoire pour mieux percevoir le positionnement de cet outil et des fonctions qui lui sont dévolues dans les processus de prise de décision, et par là, mesurer jusqu’à quel point ces outils peuvent être considérés comme des vecteurs de géogouvernance. Un questionnaire est élaboré et adressé à près de 190 structures territoriales7 identifiées en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Cette région offre un contexte favorable d’analyse puisqu’une politique volontariste y est conduite conjointement par l’Etat et la Région depuis le début des années 2000, dans le domaine de la diffusion et de la mutualisation de l’information géographique. Celle-ci a abouti à la création du Centre régional d’information géographique (crige) et au partage d’une véritable culture commune par les acteurs des territoires et du développement local.

Les Systèmes d’information géographique, outil de gestion, de communication et d’analyse d’informations spatialisées

  • 8 Cette enquête a été conduite au 1er trimestre de l’année 2009 par Hanane EL MASNAOUI, étudiante en (...)

29Parmi les 72 structures qui ont finalement répondu au questionnaire8, 60 disposent d’un SIG. C’est sur elles que va se concentrer l’analyse des usages et pratiques des SIG.

30Au-delà d’être un outil de gestion quotidienne de certains services publics locaux et de servitudes administratives et fiscales (79 % des répondants), les SIG s’affirment comme moyen pour communiquer sur le territoire, y compris en support à l’animation de réunions (74 %). Ils s’imposent aussi comme élément central d’une meilleure compréhension des enjeux et dynamiques des territoires, susceptibles dès lors d’aider utilement les prises de décision (55 %). Cette multifonctionnalité associée aux SIG montre qu’il est bien loin le temps où ceux-ci n’apparaissaient que comme solutions techniques destinées à l’usage exclusif des services d’une collectivité (22 %).

31Avant tout perçu comme un outil ouvert permettant a minima d’offrir de l’information en consultation à l’extérieur (45 %), les SIG se positionnent dans les structures au cœur d’un faisceau d’usagers : aux fonctionnaires territoriaux travaillant dans les services (ne se limitant d’ailleurs plus à la seule cellule SIG) s’ajoutent désormais les élus (45 %) et les acteurs locaux –citoyens éclairés, citoyens usagers, citoyens curieux…- (31 %). Pour les premiers, il s’agit par la mobilisation de cet outil de connaissance, d’analyse et d’expertise spatiales, d’éclairer les prises de décision relatives aux territoires. Pour les seconds, sont plus particulièrement utilisées les fonctions de consultation et de visualisation d’informations localisées. Dans l’un et l’autre cas, c’est par l’interface cartographique des SIG que sont donnés à voir et à comprendre les territoires et leurs enjeux (Fig. 5).

Fig. 5 : Les Systèmes d’information géographique, coeurs des prises de décision sur les territoires

Fig. 5 : Les Systèmes d’information géographique, coeurs des prises de décision sur les territoires

Source : C. Helle

32Certaines des réponses relatives à la fonction de communication attribuée aux sig témoignent d’une forte volonté de la part des utilisateurs de faciliter grâce à ces outils une large diffusion d’informations et de connaissances sur le territoire. Quarante-trois structures estiment ainsi avoir recours à cet outil comme support à l’animation de réunions publiques ; dix-huit d’entre elles placent l’appropriation du sig par les acteurs locaux, membres des conseils de développement et citoyens, comme enjeu majeur à sa mise en place ; enfin huit territoires citent les citoyens comme principaux usagers des sig.

33Les résultats de cette enquête font donc des sig l’un des éléments clés d’une prise de décision renouvelée sur les territoires. Outils d’analyse et d’expertise manipulant et croisant de multiples données localisées, les sig ne rencontrent aucune difficulté à intégrer les dynamiques territoriales et à anticiper les conséquences spatiales prévisibles de telle ou telle décision. Outil de visualisation et de communication produisant de nombreuses cartes et images spatialisées, les sig démocratisent la complexité territoriale en informant et formant les acteurs du territoire quasiment en temps réel. En ce sens, ils participent à l’émergence et la généralisation de prises de décision territoriale tout à la fois spatialisée et optimale, durable et anticipative, démocratique et participative ; autrement dit des prises de décision qui respectent les quatre piliers - spatial, prospectif, didactique, informationnel - garants d’une bonne pratique de géogouvernance, tels que mis en évidence dans la figure 4.

34Reste une interrogation majeure : les réponses formulées relèvent-elles d’un catalogue de bonnes intentions ou correspondent-elles réellement à des pratiques rénovées de démocratie locale ?

Des intentions à l’épreuve des faits : les sig, outils de géogouvernance ? (Fig. 6)

Fig. 6 : Typologie des structures territoriales revendiquant les sig au coeur de leur stratégie de communication vis-à-vis des citoyens

Fig. 6 : Typologie des structures territoriales revendiquant les sig au coeur de leur stratégie de communication vis-à-vis des citoyens

(* sonts inscrits en italique les facteurs de différenciation sur lesquels se fonde la typologie proposée des SIG)

Source : C. Helle

35Répondre à cette importante question implique de procéder à une analyse évaluative des sites Internet des vingt intercommunalités et villes qui présentent les sig comme éléments moteurs de la diffusion et du partage de l’information territoriale. L’attention est plus particulièrement portée sur les fenêtres qui offrent, lorsqu’elles existent, une représentation du territoire, et ce quelle qu’en soit sa forme.

36Le premier constat est sans appel : près d’un quart des sites ne permet l’accès à aucune information de nature spatialisée et/ou cartographique (type 1). On voit mal dès lors comment ces structures peuvent affirmer considérer les citoyens comme principaux usagers des sig.

37Un autre quart met à disposition des visiteurs quelques documents cartographiques, qu’il est possible d’imprimer ou de télécharger (type 2). Il s’agit toutefois d’informations élémentaires de type carte de localisation ou carte présentant les différentes entités membres de la structure territoriale ; on en reste donc à un niveau d’informations dont l’intérêt est extrêmement limité. Dans tous les cas, l’interactivité est totalement absente. Il est dès lors difficile d’envisager, comme énoncé pourtant dans les réponses aux questionnaires, une appropriation de l’outil sig par les citoyens.

  • 9 On pense en particulier au site « Nice à la carte » présenté comme une fenêtre ouverte sur le SIG d (...)

38Pour les structures restantes, l’accessibilité à des informations de nature géographique existe bel et bien mais à des degrés divers. Si elles entendent toutes positionner le citoyen au plus près de l’information communale et proposer à titre informatif de multiples facettes sur leur territoire, les enseignements les plus fréquemment transmis sont utilitaires et pratiques et reposent sur des fonctionnalités basiques (type 3) : retrouver un lieu, une adresse postale, un équipement, un itinéraire... et bien sûr, accéder aux éventuelles informations qui lui sont associées (pour un équipement par exemple, horaires d’ouverture…). C’est donc seulement la stricte localisation de ces informations qui est exploitée et valorisée, notamment en ayant recours à quelques procédés séduisants de représentation : images satellitaires, photographies aériennes, visualisation 3D9. En ce sens, ces modules apparaissent proches des options offertes par GoogleEarth et GoogleMap.

  • 10 On pense en particulier au site « patrimoine » de la ville d’Arles, au site « cartographie du bruit (...)

39Un autre type de structures cherchent à mettre à la disposition du citoyen des informations thématiques privilégiant une dimension particulière10 (type 4). L’information n’est plus simplement localisée, elle est véritablement spatialisée dans le sens où elle résulte d’un traitement et où elle offre des croisements possibles. Dans chaque cas, un niveau minimal d’interactivité est introduit permettant à l’utilisateur d’entreprendre certains choix de sélection (outil détour), de visualisation (outil zoom) voire de représentation (outil combinaison de couches). On reste toutefois dans une approche qui demeure encyclopédique : l’objectif est de renseigner le citoyen sur certaines des caractéristiques du territoire dans lequel il vit ou qu’il visite ; il n’est jamais question de l’impliquer par l’accès à ces informations, dans une quelconque décision.

40Finalement peu de territoires pousse l’exercice jusqu’à proposer à leurs concitoyens une information didactique, c’est-à-dire qui vise à instruire sans finalité utilitaire particulière (type 5). Le cœur du projet de communication est bien, par l’accès à la collection des cartes du sig, de renseigner sur le territoire et ses enjeux. Il peut être aussi de présenter sous forme cartographique les résultats de politiques publiques, de rapports d’études ou d’évaluation de contractualisation. En ce sens, il y a bien appropriation de l’outil sig par les acteurs du territoire. Toutefois ces structures qui offrent le niveau le plus abouti en termes d’accessibilité et de partage d’informations territoriales ne cherchent pas par la transmission de ces connaissances à mobiliser le citoyen dans un processus de co-construction de décisions. Même lorsque des organes de démocratie participative (conseils de développement, conseils de quartiers…) sont mis en place ou quand des démarches de débats publics sont initiées, l’outil sig et ses potentialités en termes de communication territoriale semblent peu exploitées.

41Il existe donc un réel écart entre les intentions affichées dans les réponses apportées par les collectivités sur les usages et pratiques des sig et la réalité des faits. Les enquêtés semblent mesurer parfaitement l’éventail des possibles offerts par cet outil, notamment en termes de communication et d’analyse sur les territoires et leurs enjeux. De cette connaissance approfondie découle la vision d’une utilisation idéalisée des sig au sein des structures territoriales, les plaçant au cœur d’un faisceau d’usagers. Toutefois le regard approfondi porté sur les sites Web révèle une tout autre réalité. Le citoyen est au mieux informé ; à aucun moment, il n’est réellement formé, écouté et sollicité (Fig. 7). En ce sens, on ne peut parler réellement de pratiques décisionnelles insérées dans un cheminement relevant de la géogouvernance.

Fig. 7 : Place réelle des citoyens dans le processus de communication sur les territoires

Fig. 7 : Place réelle des citoyens dans le processus de communication sur les territoires

Source : C. Helle

Web Public Communal et géogouvernance : analyse de quelques sites Internet d’une hiérarchie urbaine rhône-alpine

42Pour poursuivre cette exploration des outils offerts par les Nouvelles Technologies de l’Information mobilisés par les structures territoriales pour communiquer sur le territoire, ses dynamiques et ses enjeux, et ainsi diffuser des informations spatialisées, une étude de quelques sites de Web public communal est conduite en Rhône-alpes. Son objet est plus large puisqu’il s’agit de s’interroger sur la nature de l’information territoriale véhiculée et sur la façon dont elle est transmise. On retrouve toutefois la même finalité qu’en région Provence-Alpes-Côte d’Azur : se questionner sur l’émergence ou non de processus de géogouvernance au sein des territoires.

43Nous partons de l’hypothèse que le Web Public peut favoriser cette mise en œuvre, non seulement grâce à sa capacité de diffusion d’informations sous des formats de toutes sortes (textes, images, graphiques, cartes, documents dynamiques et interactifs), mais encore grâce aux possibilités de communication offertes par cette technologie. Nous avons choisi de tester la validité de notre hypothèse par une analyse de sites web communaux, et avons sélectionné, pour mettre en place notre méthode d’analyse, quelques communes s’inscrivant dans une hiérarchie urbaine rhône-alpine, à savoir : Toulaud et Saint-Péray en Ardèche, qui comptent respectivement, en 2005, 1675 et 6963 habitants, Valence et ses 63233 habitants, Grenoble qui en compte 150 387 et enfin Lyon, avec 451 506 habitants (Fig. 8).

Fig. 8 : carte de situation des villes de Rhône-Alpes sélectionnées pour initier l’analyse

Fig. 8 : carte de situation des villes de Rhône-Alpes sélectionnées pour initier l’analyse

44Si cette expérimentation n’en est encore qu’à un stade exploratoire, vu le petit nombre de sites analysés, elle nous permet déjà de proposer une démarche méthodologique fondée sur la construction de grilles d’analyse successives. Des résultats issus de ces premières analyses émerge la préfiguration d’une typologie des sites observés.

Mise en place de la démarche d’analyse des sites web communaux

45Le travail d’analyse des sites web des communes sélectionnées a été mené en plusieurs étapes.

46Dans un premier temps a été élaborée une première grille permettant une collecte assez large des informations présentes dans ces sites. L’objectif était de relever le type d’information géographique distribuée, le discours tenu autour de la citoyenneté et de la gouvernance, ainsi que les outils susceptibles de faciliter la participation citoyenne.

47La nature et l’accessibilité de l’information géographique proposée sur les sites a été observée. Ainsi a été particulièrement étudiée la page d’accueil, qui donne non seulement l’idée de l’identité territoriale de la commune, par le jeu des couleurs, des logos utilisés, des termes choisis et des illustrations mises en avant, mais aussi un premier aperçu de l’ergonomie et de la convivialité du site, à travers la facilité d’accès aux informations. Cette accessibilité a été repérée grâce à l’observation des menus, leur hiérarchisation, la validité des liens avec d’autres sites, les animations présentes, les aides mises en place pour favoriser non seulement la prise en main du site, mais aussi la compréhension des contenus. La façon dont sont abordés le territoire et l’information territoriale sur l’ensemble du site a aussi été analysée, et les thématiques mises en avant ont été relevées (présentation géographique de la commune, activités, histoire, ressources patrimoniales, tourisme, culture, sport, environnement, cadre de vie, urbanisme…). Dans ce cadre, les éventuelles pages concernant l’espace aménagé et les projets d’aménagement ont fait l’objet d’une observation attentive.

48Par ailleurs, ont été repérés plus spécifiquement dans les textes les concepts liés aux définitions de gouvernance et de géogouvernance : ainsi a été relevé tout ce qui a trait à la place du citoyen (espace « citoyen », vie collective…), au discours sur la démarche de participation citoyenne (démocratie locale, participative, concertation, co-élaboration, dialogue…).

49Enfin ont été recherchés les outils utilisés dans le site comme support de l’information géographique (photos, cartes, plans, croquis, simulations paysagères, SIG, divers outils d’analyse spatiale, vidéos, textes fournis…). De même, a été vérifiée l’existence ou non d’outils facilitateurs de la gouvernance en général et de la géogouvernance le cas échéant (calendriers des réunions et des manifestations, newsletter, annuaires…), dont certains peuvent être interactifs (contact pour courriel, forum, boîtes à idées, questionnaires d’enquêtes, de demande d’avis, de sondages, blogs, inscription en ligne pour participation aux réunions…). A aussi été repérée l’existence de procédures diverses et variées permettant de faire participer les citoyens à la gestion de la cité et de son territoire grâce à la mise en place d’un débat plus démocratique (réunions publiques ouvertes, divers conseils, budget participatif, procédure d’alerte dont le droit de pétition, charte citoyenne, ateliers urbains, balade urbaine, formation des citoyens…).

50Chaque site a ainsi été passé au crible de cette première analyse. Les informations obtenues ont ensuite été synthétisées dans une deuxième grille (annexe 1). Cette grille présente, en ligne, des informations issues de la première analyse des sites, regroupées en trois grandes rubriques. La première porte sur la place du citoyen telle qu’elle a été mise en évidence dans le site, la deuxième porte sur la place de son espace de vie, enfin la troisième concerne la place de la (géo)gouvernance. Les deux premières rubriques sont dédoublées en « outils facilitateurs », indicateurs permettant ensuite de déterminer respectivement la place du citoyen et celle de l’information sur son espace de vie. Quant aux indications de la dernière rubrique, elles sont déduites des informations figurant dans les deux premières. Ces rubriques sont informées pour chacune des villes dont le site Internet a été analysé. Ces villes figurent en colonne, et sont classées en fonction de leur taille. Ainsi la grille permet-elle d’observer, de façon comparative, la propension des sites Internet étudiés à favoriser ou non une démarche participative ainsi qu’une (géo)gouvernance des territoires.

Gouvernance oui parfois, géogouvernance très rarement

51L’analyse des sites sélectionnés permet déjà de faire différents constats, qui sont en cohérence avec les observations faites à l’issue de l’étude sur la place des SIG dans les collectivités territoriales de la région PACA.

52Le premier met en évidence la prédominance, dans les sites étudiés, des informations descriptives sur la commune (histoire, géographie, actualités, informations pratiques…) ; le site est ainsi au minimum un outil d’information pour la vie quotidienne des citoyens, susceptible en plus de leur rendre service en leur permettant l’obtention par Internet de documents administratifs. Dans tous les cas observés, la vie municipale peut être connue de tous les citoyens pour peu qu’ils ouvrent les onglets nécessaires. La transparence est de mise sur la vie municipale : les agendas et comptes-rendus des conseils municipaux sont systématiquement présents, les journaux municipaux sont téléchargeables... On peut donc déduire que le citoyen qui le veut est au minimum informé : les villes de notre échantillon annoncent, éditent et communiquent via les sites Internet, et ce quelle que soit leur taille.

53Le deuxième constat concerne la participation des citoyens : si tous les sites donnent des possibilités pour joindre par courriel ou téléphone la municipalité, quatre des sites proposent quelques outils qui favorisent la participation : pour certains ce sera « une boîte à idées » (Toulaud), pour d’autres un forum en ligne (Grenoble), parfois un espace dédié au citoyen (Toulaud comme Grenoble). Ponctuellement le site peut inciter directement à la participation et/ou des outils peuvent être mis en place pour la favoriser : une demande d’avis (Grenoble propose des consultations sur les grands aménagements), parfois un appel à participation à des réunions (Grenoble) ou encore la création de conseils spécifiques (Conseil Municipal des jeunes à Toulaud comme à Lyon). Mieux encore : l’utilisation de budget participatif pour réaliser dans les quartiers des projets d’aménagement d’initiative citoyenne est l’outil par excellence d’une co-construction dans un esprit de gouvernance (Grenoble). Ainsi peut-on conclure que certaines municipalités mettent en place et présentent sur leur site quelques instruments qui peuvent être considérés comme favorisant des essais de participation. Mais seule la ville de Lyon offre véritablement à ses administrés une palette d’outils « facilitateurs » cohérents avec une démarche participative : les habitants peuvent s’inscrire en ligne à des réunions, poser leur candidature en ligne à diverses instances, répondre à des enquêtes en ligne et en voir les résultats, être appelés à fournir des contributions écrites sur divers sujets ; mieux des outils de formation sont également en ligne ou des ateliers de formation annoncés… Cependant, malgré tout, on est encore loin de la co-décision. Même sur le site de Lyon on lit que si les habitants participent à la construction des décisions « in fine la responsabilité reste aux élus ».

54Le troisième résultat concerne les outils graphiques descriptifs et/ou prospectifs de l’espace de vie. Sur ce point particulièrement, cette étude peut être mise en regard de celle effectuée dans PACA, pour aboutir à un constat comparable. En tout état de cause, ce ne sont pas les outils graphiques qui sont majoritairement présents mais les textes, accompagnés parfois de son. Si l’on trouve souvent des photos du cadre de vie, parfois sous forme de vidéo, aucune photo aérienne n’a été trouvée dans les sites étudiés. Seul le site de Lyon propose un lien avec le portail IGN, (voire Google Earth ou Map Liv) qui permet de zoomer sur la ville et ses quartiers (Lyon). Les cartes, plus ou moins sophistiquées, sont en revanche présentes dans tous les sites : carte de situation ou de localisation des quartiers, des secteurs, cartes thématiques (géologique, trame verte, sentiers nature, patrimoine…), plan de la ville parfois interactif (Valence et Lyon). Enfin le PLU est présent dans trois sites : Saint-Péray, Grenoble (très lourd à manipuler) et Lyon. L’absence de PLU sur le site de Valence montre que la présence de ce document d’urbanisme n’est pas spécifiquement en rapport avec la taille de la ville. Enfin, c’est encore le site de Lyon qui renferme l’éventail le plus fourni de documents graphiques : outre diverses cartes thématiques, de localisation, de situation et le PLU, on note l’utilisation de visualisations paysagères, de 3D, de SIG pour réaliser maquettes et projets d’aménagement animés, permettant la prospective mais aussi l’intervention des citoyens dans des jeux du type : « Dessinons la ville… ». Ce site est le seul à présenter une information géographique claire, innovante, alliant images virtuelles et réelles, véritables outils de concertation pouvant déboucher sur l’émergence d’un processus de géogouvernance.

  • 11 Dans le cadre de la charte de mutualisation de contenu entre régions, signée à Hourtin en août 2004 (...)

55Malgré le petit nombre d’exemples sur lesquels cette première phase d’étude s’appuie, nous avons décidé de mettre en place les prémices d’une typologie des sites observés. Cette opération est possible car les sites choisis sont très différents les uns des autres, ce qui peut s’expliquer a priori par l’hétérogénéité des tailles des collectivités sélectionnées dans l’échantillon, impliquant une grande variabilité des moyens financiers, humains et techniques dont elles disposent et/ou qu’elles choisissent de consacrer à la mise en œuvre de ce type d’instrument. Par ailleurs, ce premier classement est corroboré par la typologie mise en place dans le cadre d’une étude sur le Web Public Communal réalisée en 200411, qui établit une classification des sites Web communaux selon 5 types, groupés en 3 générations, elles-mêmes ordonnées selon leur évolution qualitative dans le temps : la première génération avec les « sites vitrines » et « sites vitrines enrichies », la deuxième génération avec les « sites dynamiques d’actualité », et enfin la troisième génération avec « les sites interactifs et coopératifs » et les sites « portail local citoyen ».

56La préfiguration de classification que nous proposons repose sur la distinction de 4 types de Web public communal.

57Le premier type correspond à des sites qui certes informent le citoyen avec les outils les plus simples, mais qui se révèlent être davantage des outils de promotion de la commune : ainsi pourraient être classés les sites de Saint-Péray qui vante son « charme, son authenticité, son marché, son vin blanc, la Provence ( ?) » y compris en ajoutant le chant des cigales ; ou Valence « accueillante, innovante, studieuse, culturelle, sportive, entreprenante… », qui se qualifie de « ville d’art et d’histoire, d’eau, de nature et de lumière » …

58Le second type est illustré par le site de Toulaud : il est simplement informatif, sans aucun discours sur la gouvernance ; cependant le fait qu’une « boîte à idées » soit intégrée dans le site, que celles-ci soient mises en ligne même si une sélection est faite par le gestionnaire, permet de dire que ce sont les premiers pas vers une certaine gouvernance, à défaut de géogouvernance.

59Le troisième type est celui correspondant à l’exemple de Grenoble. Même si la ville se veut innovante en matière de démocratie locale, même si le site inclut de nombreux moyens d’informations et accueille des outils susceptibles de permettre une certaine gouvernance (forum, charte des citoyens, mention de diverses instances susceptibles de favoriser une démocratie participative…), étonnamment, sur le site, très peu d’outils d’information géographique sont mis à disposition des citoyens pour favoriser une démocratie participative. Si l’on affirme que les citoyens seront consultés sur les grands projets d’aménagement, le forum révèle que les habitants sont pour le moins sceptiques. On peut là se demander s’il n’y a pas décalage entre un discours et les moyens donnés pour le mettre en œuvre.

60Quant au quatrième type, il est fondé sur l’exemple de la ville de Lyon. C’est le seul site où de nombreux outils facilitant la gouvernance ainsi que l’émergence d’une géogouvernance sont à la disposition des citoyens : tous les projets urbains en cours sont présentés avec les documents d’urbanisme, des maquettes en 3D, des visualisations paysagères animées ainsi que des jeux, ou des possibilités de réaliser ses propres propositions. Les demandes d’avis sont en ligne ainsi que leur résultats. On voit là une avancée vers plus de gouvernance et de géogouvernance, ce qui est encore plus rare.

61L’objectif est bien sûr de poursuivre cette exploration du Web public communal pour enrichir et affiner une typologie qui demeure aujourd’hui au stade de préfiguration, même si les bases en sont d’ores et déjà posées.

Fig. 9 : Typologie des sites Internet de 5 communes rhône-alpines.

Fig. 9 : Typologie des sites Internet de 5 communes rhône-alpines.

Source : N. Dubus, M. Masson-Vincent

62La figure 9 présente la typologie ainsi amorcée, en proposant l’inscription des sites Internet dans un repère mettant en relation deux axes. Sur l’axe des abscisses figurent de façon progressive la présence d’outils faits pour informer les citoyens, puis de ceux ayant pour objectif de faciliter leur participation, et enfin de les former pour optimiser leur participation à la décision publique. Sur l’axe des ordonnées est porté, de façon graduelle, l’état de participation citoyenne à la décision. Trois stades sont mis en avant : le stade informationnel (le citoyen est informé et renseigné), le stade communicationnel (les échanges entre acteurs, notamment citoyens et décideurs, sont favorisés) et le stade co-décisionnel (le citoyen a les moyens de participer à la décision).

63Notre analyse ayant pour objectif la mise en lumière de l’émergence potentielle d’un processus de géogouvernance grâce au web public, nos sites s’ordonnent pour finir selon un gradient de possibilité de participation éclairée à la co-décision, qui part du champ conceptuel de la démocratie représentative, pour aller dans celui de la gouvernance puis de la géogouvernance.

64Ainsi notre échantillon d’étude nous a donné une première idée de la réalité des échanges informationnels réalisés grâce au Web Public Communal, montrant par là le chemin qu’il reste à parcourir pour s’inscrire pleinement dans un processus de géogouvernance.

65Le web public des communes, comme les sig institutionnels lorsqu’ils bénéficient d’une interface externe, apparaissent donc avant tout comme les outils privilégiés d’une communication territoriale. Ce n’est bien sûr pas suffisant pour en faire les outils d’une démocratie locale renouvelée qui tendrait vers la géogouvernance par des prises de décision systématiquement partagées et co-construites. Pourtant il est évident que les potentialités existent et ne demandent qu’à être exploitées. C’est avant tout une question de volonté humaine comme le montre la démarche exemplaire que semble avoir initié dans ce domaine la ville de Lyon.

ANNEXE 1 - Grille synthétique établie pour l’analyse des sites Internet de 5 communes rhône-alpines

ANNEXE 1 - Grille synthétique établie pour l’analyse des sites Internet de 5 communes rhône-alpines
Haut de page

Bibliographie

BAILLY A., BRUN P., LAWRENCE R.J., REY M-C., 2000, textes réunis in « Développement social durable des villes », Ed. Anthropos-Economica, 168 pages.

BORDIN P., 2002, Sig, concepts, outils et données, Hermès, Sciences Publication.

DORIER-APPRILL E., (dir.), 2006, Ville et environnement, Paris, SEDES.

JOLIVEAU T., AMZERT M., 2002, « Les territoires de la participation, problème local, question universelle ? », Géocarrefour, vol. 76, p. 171-174.

LAMY P., 2004, La démocratie-monde. Pour une autre gouvernance globale, Paris, Le Seuil, Coll. La République des idées.

MASSON-VINCENT M., 2008, « Governance and geography explaining the importance of regional planning to citizens, stakeholders in their living space », in Boletin de la AGE, [Bulletin de l’Association des géographes espagnols], n° 46, juillet, p. 77-95, URL : http://age.ieg.csic.es/boletin/46/05-GOVERNANCE.pdf, exposition du concept de géogouvernance vérifiant sa pertinence sur l’analyse d’études de cas développés dans un numéro spécial de la revue URBIA de l’Université de Lausanne, Urbia 3-2006.

N° 3-2006 d’URBIA – Les cahiers du développement urbain durable, 2006, Participation et développement urbain durable, Université de Lausanne, [En ligne] http://www.igul.ch

MASSON-VINCENT M., 1998, « Citoyenneté et géographie, quels liens ? Exemple de la révision des documents d’urbanisme de la région grenobloise. » in Actes de Géopoint 1998 « Décision et analyse spatiale ».

MATHIEU N., GUERMOND Y., 2005, La Ville durable, du politique au scientifique, Ed. INRA, CEMAGREF, CIRAD, IFREMER, NSS.

PAQUET G., 2005, The New-Governance. A Baroque Approach, Ottawa, University of Ottawa Press.

PEGUY C.-P., 2001, Espace, temps, complexité. Vers une métagéographie., Paris/Montpellier, Belin/Reclus, Coll. « Géographiques »

PORNON H., 1998, Systèmes d’information géographique, pouvoir et organisation, L’Harmattan, IETI.

ROCHE S., 2000, Les enjeux sociaux des systèmes d’information géographique, L’Harmattan, Coll. « Géographie Sociale »

« Guide à l’usage des décideurs et des agents des collectivités territoriales : Systèmes d’information géographique », Juin 2006, CRIGE PACA.

Haut de page

Notes

1 En 1995, la loi d’orientation sur l’aménagement et le développement des territoires est à l’origine des pays. Mais ce sont surtout les deux lois votées en 1999 dites loi d’orientation sur l’aménagement et le développement durable des territoires et loi sur l’intercommunalité qui créent les communautés urbaines et communautés d’agglomération, tout en renforçant les compétences des communautés de communes et des pays.

2 In « Développement social durable des villes. Principes et pratiques. », chapitre 2, gouvernance urbaine, page 9

3 Voir par exemple le site du centre d’études en gouvernance à l’Université d’Ottawa dirigé par Gilles Paquet www.gouvernance.ca

4 C’est nous qui soulignons.

5 Que nous ne connaissions pas à la date de l’écriture en 2007, et à celle de la publication (2008) de notre article cité en référence bibliographique.

6 Selon T. Joliveau in Actes de conference ESRI, SIG 2001, “Un SIG est un système informatisé qui combine pour un objectif déterminé deux ressources de nature différente : une base de données géoréférencées et un ensemble d’outils matériels et logiciels permettant de gérer ces données. Le coeur de l’activité d’un SIG est la gestion de l’information à référence spatiale avec toutes les activités qui s’y rapportent : collecte, saisie, organisation, exploration, analyse, communication.”

7 Sont destinataires de ce questionnaire : 80 communautés de communes, 13 communautés d’agglomération, 5 communautés urbaines, 28 territoires de SCOT, 5 Parcs Naturels Régionaux, 1 Syndicat d’Agglomération Nouvelle, 16 Pays, 6 Conseils Généraux, 38 villes de plus de 20 000 habitants.

8 Cette enquête a été conduite au 1er trimestre de l’année 2009 par Hanane EL MASNAOUI, étudiante en Master 1 à l’Université d’Avignon en partenariat avec le service foncier du Conseil Régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur.

9 On pense en particulier au site « Nice à la carte » présenté comme une fenêtre ouverte sur le SIG de la ville de Nice et qui se donne pour cible les citoyens, visiteurs, agents des services municipaux ou services publics, professionnels de l’aménagement du territoire (accès réservé) ou celui de la ville de Cannes, plus particulièrement l’option « Cannes en 3D ».

10 On pense en particulier au site « patrimoine » de la ville d’Arles, au site « cartographie du bruit » de la Communauté d’Agglomération du Pays d’Aix-en-Provence, à l’atlas bâti de la communauté d’agglomération du Grand Avignon.

11 Dans le cadre de la charte de mutualisation de contenu entre régions, signée à Hourtin en août 2004, ARDESI Midi-Pyrénées, ARTESI Ile-de-France, RENUPI Région Picardie et SYNAPSE Région Pays de la Loire ont décidé de lancer le projet "Web Public Communal". Ce projet porte sur, d'une part, l'élaboration d'un référentiel commun de critères pour analyser les évolutions des sites communaux et Inter communaux et, d'autre part, la mutualisation d'un outil de collecte des informations et la visualisation des résultats sous forme cartographique.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Gouvernance et concepts associés
Crédits Source : N. Dubus, M. Masson-Vincent
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1574/img-1.png
Fichier image/png, 25k
Titre Fig. 2 : Concept de Gouvernance : de la démocratie représentative à la démocratie participative
Crédits Source : N. Dubus, M. Masson-Vincent
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1574/img-2.png
Fichier image/png, 91k
Titre Fig. 3 : Gouvernance et géogouvernance : schéma théorique
Crédits Source : N. Dubus, C. Helle, M. Masson-Vincent
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1574/img-3.png
Fichier image/png, 118k
Titre Fig. 4 : La géogouvernance pour répondre aux enjeux territoriaux
Crédits Source : N. Dubus, C. Helle, M. Masson-Vincent
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1574/img-4.png
Fichier image/png, 59k
Titre Fig. 5 : Les Systèmes d’information géographique, coeurs des prises de décision sur les territoires
Crédits Source : C. Helle
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1574/img-5.png
Fichier image/png, 63k
Titre Fig. 6 : Typologie des structures territoriales revendiquant les sig au coeur de leur stratégie de communication vis-à-vis des citoyens
Légende (* sonts inscrits en italique les facteurs de différenciation sur lesquels se fonde la typologie proposée des SIG)
Crédits Source : C. Helle
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1574/img-6.png
Fichier image/png, 26k
Titre Fig. 7 : Place réelle des citoyens dans le processus de communication sur les territoires
Crédits Source : C. Helle
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1574/img-7.png
Fichier image/png, 33k
Titre Fig. 8 : carte de situation des villes de Rhône-Alpes sélectionnées pour initier l’analyse
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1574/img-8.png
Fichier image/png, 156k
Titre Fig. 9 : Typologie des sites Internet de 5 communes rhône-alpines.
Crédits Source : N. Dubus, M. Masson-Vincent
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1574/img-9.png
Fichier image/png, 175k
Titre ANNEXE 1 - Grille synthétique établie pour l’analyse des sites Internet de 5 communes rhône-alpines
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1574/img-10.png
Fichier image/png, 399k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Dubus, Cécile Helle et Michelle Masson-Vincent, « De la gouvernance à la géogouvernance : de nouveaux outils pour une démocratie LOCALE renouvelée », L’Espace Politique [En ligne], 10 | 2010-1, mis en ligne le 15 avril 2010, consulté le 27 juillet 2016. URL : http://espacepolitique.revues.org/1574 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.1574

Haut de page

Auteurs

Nathalie Dubus

Maître de conférences
Université Grenoble I / UMR ESPACE Nice
nathalie.dubus@ujf-grenoble.fr

Cécile Helle

Maître de conférences
Université d’Avignon / UMR ESPACE Avignon
cecile.helle@univ-avignon.fr

Michelle Masson-Vincent

Professeur
Université Grenoble I / UMR ESPACE Aix-en-Provence
michelle.masson@ujf-grenoble.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org