Navigation – Plan du site

L’Observatoire des Trafics illicites

Yann Richard

Texte intégral

1L’Observatoire des Trafics illicites est une institution de recherche accueillie par l’Institut de Recherche sur l’Asie du sud-est contemporaine. Il fait partie du réseau des instituts de recherche du Ministère des Affaires étrangères et européennes. L’observatoire est dirigé depuis plusieurs années par Anne-Lise Sauterey et oriente une partie de ses recherches sur les flux migratoires dans la sous région du bassin du Mékong. Ses travaux ont déjà donné lieu à plusieurs publications très intéressantes qui permettent de connaître le dernier état des connaissances sur les flux migratoires et les trafics dans cette partie du monde.

  • 1 Aphijanyatham, R., 2009, Perceptions of Borders and Human Migrations. The Human (In) Security of Sh (...)

2Parmi ces publications, signalons Perceptions of Borders and Human Migrations. The Human (In)Security of Shan Migrant Workers in Thailand, écrit par Ropharat Aphijanyatham.1L’auteur a plusieurs objectifs : 1. étudier les manières dont les frontières sont perçues ; 2. étudier l’impact de ces perceptions sur les comportements des acteurs de la migration internationale migratoires en Asie du sud-est ; 3. étudier les différences entre les perceptions des frontières du gouvernement thaï, des travailleurs migrants Shan (groupe ethnique thaïlandophone résidant en Birmanie qui représente 8 % de la population birmane), des chefs d’entreprises thaïlandais et des trafiquants. L’auteur termine son ouvrage en faisant des recommandations politiques à l’attention des gouvernements des pays de l’ASEAN pour les aider à mettre en œuvre des politiques frontalières et migratoires appropriées. Son hypothèse centrale est que la loi et les politiques des gouvernements seraient plus efficaces si elles tenaient compte des représentations  et des perceptions des acteurs.

3Le terrain d’étude est la région située de long du tronçon oriental de frontière birmano thaïlandaise, dans un secteur ou les Shans migrent en grand nombre. Malgré la parenté ethnique entre ceux-ci et la population thaïlandaise, l’établissement de la frontière entre la Thaïlande et la Birmanie fait que ce groupe a été peu à peu perçu comme une menace par le gouvernement de Bangkok, alors que les relations ont été intenses jusqu’au 19e siècle. Les Shans sont attirés en Thaïlande par l’accroissement rapide du nombre des emplois peu qualifiés sous payés en raison de l’industrialisation du pays, généralement occupés par des femmes ; le ralentissement de la croissance démographique en Thaïlande alors qu’elle reste soutenue au Myanmar ; la plus grande stabilité politique de ce pays.

4La démarche de l’auteur est très intéressante car il accorde une attention particulière aux représentations de la frontière chez les acteurs locaux de la migration. Surtout, il cherche à connaître les motivations des Shans qui prennent le risque de migrer. Grâce à son excellente connaissance du terrain, il démontre que les politiques migratoires du gouvernement thaïlandais sont globalement inefficaces car elles ne tiennent aucun compte des représentations des Shans (et de leur rapport particulier au territoire), des employeurs et des trafiquants. Le résultat est un accroissement de la migration illégal et du trafic d’êtres humains.

  • 2  Boutry, M., Ivanoff, J., 2009, La Monnaie des frontières. Migrations birmanes dans le sud de la Th (...)

5Dans La monnaie des frontières, Maxime Boutry et Jacques Ivanoff mettent en œuvre une approche à la fois qualitative et quantitative pour étudier la migration birmane vers la Thaïlande.2 Ils se proposent d’étudier le fonctionnement de la filière migratoire birmane dans le sud de la Thaïlande. Comment la migration est-elle organisée dans le pays de départ ? Quelles sont les routes utilisées par les migrants et les passeurs pour parvenir dans la région de Ranong ? Quels accords passés entre acteurs locaux permettrent à cette filière de fonctionner si bien ? Enfin, comment fonctionnent les communautés birmanes en territoire thaïlandais ? Leur étude, consacrée essentiellement à deux groupes particuliers de migrants –prostituées et pêcheurs - permet de résoudre un paradoxe : pourquoi les migrants birmans sont-ils de plus en plus nombreux alors que les candidats à la migration vers la Thaïlande sont en général bien informé de la dureté de leurs conditions de vie une fois qu’ils seront passés de l’autre côté de la frontière. Les auteurs nous permettent de mieux comprendre le fonctionnement d’une véritable société birmane en territoire thaïlandais. Ils permettent surtout de comprendre certains ressorts traditionnels du rapport des populations de cette partie du monde au territoire de l’Etat et à la frontière. Celle-ci donne lieu à des pratiques sociales et à des formes d’organisation de l’espace très particulières qui sont liées à des représentations très bien analysées. Au total, il s’agit d’une étude remarquable et fort bien documentée réalisée par de fins connaisseurs des réalités politiques, économiques et sociales de cette région.

Haut de page

Notes

1 Aphijanyatham, R., 2009, Perceptions of Borders and Human Migrations. The Human (In) Security of Shan Migrant Workers in Thailand, Bangkok, IRASEC

2  Boutry, M., Ivanoff, J., 2009, La Monnaie des frontières. Migrations birmanes dans le sud de la Thaïlande, structure des réseaux et internationalisation des frontières, Bangkok, IRASEC

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yann Richard, « L’Observatoire des Trafics illicites », L'Espace Politique [En ligne], Comptes rendus, mis en ligne le 10 septembre 2010, consulté le 19 avril 2014. URL : http://espacepolitique.revues.org/1602

Haut de page

Auteur

Yann Richard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org