Navigation – Plan du site

David Harvey ou la géographie de la crise

Compte-rendu de la conférence du jeudi 21 octobre 2010 à l’École d’Architecture de Paris Belleville
Arnaud Brennetot

Texte intégral

Contexte

  • 1  HARVEY David, 2008, Géographie de la domination, Paris, Les prairies ordinaires, 118 p.
  • 2  HARVEY David, 2010, Géographie et capital, Vers un matérialisme historico-géographique, Paris, Syl (...)
  • 3  HARVEY David, 2010, Le Nouvel Impérialisme, Paris, Les prairies ordinaires, 258 p.

1Pendant longtemps, les travaux du géographe anglais David Harvey, prix Vautrin Lud 1995, n’ont pas été disponibles en français. Après un premier recueil de traductions publié en 20081, deux livres sortent simultanément, Géographie et capital2 et Le nouvel impérialisme3, donnant désormais au plus grand nombre la possibilité de découvrir une œuvre majeure et sans concession, dont l’ambition épistémologique n’a d’égale que la radicalité intellectuelle.

2Le jeudi 21 octobre 2010, pour saluer cette double parution, la librairie « Le genre urbain » organisait à l’École d’Architecture de Paris Belleville une rencontre avec David Harvey, offrant au public parisien l’opportunité exceptionnelle d’écouter l’un des penseurs les plus originaux mais aussi les plus indispensables de la géographie contemporaine.

Conférence

3David Harvey commence par rappeler la nature du projet épistémologique qu'il s'efforce de bâtir depuis une quarantaine d'années, à savoir réinvestir la perspective marxiste pour mieux saisir les faiblesses du système capitaliste. Parmi les limites qu’il identifie, l'une des plus notables concerne le fait que, si les flux économiques s'arrêtent, le système s'écroule. C'est la raison pour laquelle, partout, la plupart des dirigeants s'emploient à essayer de prévenir qu’une telle éventualité survienne. Deux exemples permettent d'en rendre compte, lors des attentats du 11 septembre 2001 et, plus récemment, à l'occasion de l'éruption du volcan islandais, lorsque la crainte d'un blocage poussa les responsables politiques à exhorter les populations à continuer à consommer, assurant qu'il s'agissait là de la condition pour que rien de plus préjudiciable n’arrive. Le système capitaliste, pour se perpétuer, a besoin d'une dynamique de croissance continue, fondée sur le réinvestissement permanent de la plus-value. Depuis 1780, on observe d'ailleurs que la croissance annuelle moyenne dans le monde s'établit à environ 2,25 %, ce qui témoigne d’une élévation ininterrompue du capital. Paradoxalement, cette évolution n'empêche par les économistes d'alerter l'opinion publique de façon régulière, dès lors que le taux de croissance n'excède pas 3 %. Ils contribuent ainsi à pérenniser la peur collective d'un effondrement lié à une interruption possible du processus d'accumulation.

4Au fur et mesure que le système perdure, sa capacité à dégager des marges de profit suffisantes pour alimenter les investissements nécessaires devient cependant de plus en plus problématique. Avec le temps, il devient difficile de trouver les opportunités d'investissement nécessaires au maintien du taux de croissance observé depuis deux cents ans. Le système se rapproche alors inexorablement d'une certaine limite.

5Pour comprendre comment ce processus d'enrichissement s'effectue, il convient de s'interroger sur les raisons et sur les conditions de constitution du capital. D'où vient l'argent qui sert la perpétuation du système capitaliste ? Selon D. Harvey, l’organisation des institutions joue un rôle majeur, en particulier ce qu'il nomme le « nexus finances-Etat ». Pour en prendre la mesure, il importe de considérer les transformations politiques observées depuis le début des années 1970. A cette époque, les mesures de répression financière (« financial repression ») et les règles mises en place par les institutions pour contrôler le système apparaissent comme une source de limitations regrettables. Ce constat amène les responsables à repenser les modalités d'association du pouvoir financier et du pouvoir politique. L'idée de procéder à une dérégulation s'impose peu à peu et commence être mise en œuvre, au point de nous conduire, quarante ans plus tard, à la situation d' « exubérance financière » que nous connaissons aujourd'hui.

6En temps normal, le couple finances-Etat reste dans l'ombre. Il ne se révèle véritablement qu’au cours des phases de crise qui caractérisent de façon épisodique le système capitaliste. Après la faillite de la banque Lehman Brothers en 2008, il fut par exemple symptomatique de constater que ce ne fut pas le président des États-Unis qui intervint à la télévision pour expliquer au peuple la conduite à tenir face la crise, mais bien le président de la Fed et le ministre des finances, c'est-à-dire les principaux représentants, habituellement dissimulés, de ce nexus politico-financier.

7Outre la menace qui pèse sur la continuité du processus d’accumulation, un autre péril concerne la place du travail vis-à-vis du marché. Jusqu'aux années 1970, les syndicats sont demeurés très puissants dans les pays les plus industrialisés. Ils pouvaient, en utilisant les moyens rendus disponibles par la démocratie, créer un rapport de forces favorable à l'obtention et au maintien d'avantages sociaux comme le salaire minimum. Le rapport de force pouvait alors être perçu comme défavorable au capital. Pour faire face au risque qu'une telle situation en vienne à bloquer le processus de croissance, une des solutions envisagées fut alors la délocalisation du travail, vers les lieux où il était moins cher. Pour mettre en œuvre une telle recomposition spatiale des rapports travail-capital, les dirigeants ont cherché à redéfinir le couplage finances-Etat. Cela a pris quelques années. Il a fallu, en fait, attendre le milieu des années 1980 pour que soit mis en place un nouveau système financier capable de rendre les délocalisations possibles et pour que soient instaurées des relations entre le travail et le capital désormais favorables à ce dernier.

  • 4  D. Harvey fait ici implicitement référence au plan d’austérité budgétaire annoncé la veille, mercr (...)

8Cette réorganisation ne prémunit pourtant pas le système capitaliste contre le risque de crise, celle-ci ressurgissant dès 1982 au Mexique. Dans ces conditions nouvelles, les syndicats et les forces de travail ne peuvent plus être mis en cause et accusés d’être la source du problème. La crainte d'une banqueroute de l'État commence alors à être invoquée ici ou là pour justifier la mise en œuvre de politiques d'austérité, synonymes de restriction des dépenses publiques et de baisse des revenus pour les populations. A l’époque, les États-Unis n’hésitent pas à imposer les nouvelles règles financières à leur voisin mexicain : c'est le début des politiques dites d'ajustement structurel. Aujourd'hui, avec la crise de la fin des années 2000, ce sont les pays les plus développés qui sont à leur tour concernés par cette logique d'austérité. Le Royaume-Uni en est l'illustration la  plus récente4. Le résultat d'une telle organisation est que les banquiers sont toujours plus riches alors que la sphère de la finance est parvenue à capter une part immense des profits. Malgré la crise, les dirigeants des hedge funds continuent à bénéficier de rétributions considérables.

9L'analyse marxiste du système capitaliste conduit également à examiner comment la logique de croissance pousse les acteurs à profiter de la nature. Les conditions d'appropriation de l'espace qui caractérisent le capitalisme se traduisent, bien souvent, par une dégradation de l'environnement, les propriétaires de biens fonciers étant incités - ou réduits - à exploiter les fruits de la terre pour en tirer un profit sur le marché. C’est la raison pour laquelle se produit aujourd'hui une véritable ruée sur la terre, apparente en Afrique à travers l'achat de terres par des fonds souverains chinois ou en Amérique latine par des capitaux états-uniens. Cette appropriation capitaliste de la nature est devenue si intense qu'elle en vient, selon D. Harvey, à mettre les bases matérielles du système en danger, la surconsommation et la logique de la rente foncière accentuant le risque d’une crise écologique majeure. Cette tendance du capitalisme à étendre toujours davantage les domaines concernés par l'appropriation marchande transparaît également dans la législation sur le droit à la propriété intellectuelle. De plus en plus d'investisseurs envisagent désormais le champ intellectuel comme une source de profit intégrable dans la recherche infinie des retours sur investissements.

10L'analyse des conditions de la production suppose en outre la prise en compte des enjeux technologiques et des formes organisationnelles (« organisational forms »), D. Harvey observant que des firmes telles qu'IKEA, Wall-Mart ou Carrefour sont devenues expertes dans l'art d'inventer des procédés susceptibles d'accroître les profits. L'histoire du capitalisme montre alors que la croissance repose sur un besoin permanent d'innovations techniques et organisationnelles. Celles qui ont été mises en œuvre depuis quatre décennies à l'intérieur du régime de la finance internationale aboutit paradoxalement une perte de contrôle générale, laissant des « marchés fantômes » apparaître et des programmes informatiques automatisés prendre en charge, en temps direct, la diversité des ordres que le marché est censé réguler. Cette mutation dans l’organisation de la production s'accompagne, en parallèle, d'un processus de contrôle croissant et de disciplinarisation des forces de travail. Au cours des  années 1960, le pouvoir du capital restait encore limité en raison de la forte cohésion des salariés. Avec le temps, cette capacité de mobilisation des travailleurs et des organisations syndicales a été réduite par les diverses mesures visant à favoriser l'accumulation des profits.

11La mise en place de ce nouveau capitalisme se heurte alors à un problème crucial, celui du renouvellement de la demande effective. En effet, la dynamique du capitalisme suppose non seulement, en amont, l'optimisation continue des facteurs de production, du capital et du travail, mais également, en aval, l'existence d'une demande capable d'absorber les produits et de dégager les profits tant attendus. La préservation de la demande requiert alors des mesures capables d'étendre toujours davantage la gamme des désirs, des besoins et des manques ressentis par les consommateurs, tout en assurant le maintien de leur solvabilité à un niveau élevé. Si jusque durant les années 1960, les travailleurs étaient parvenus à conserver des salaires en hausse, la restriction salariale opérée au cours des décennies suivantes a conduit mécaniquement à la réduction de la demande effective. Devant l'incapacité du nouveau capitalisme à garantir la croissance des revenus du travail, la réponse a consisté à amplifier les dispositifs d’emprunt, comme l’illustre la généralisation de la carte de crédit. Aux États-Unis comme au Royaume-Uni, cette alimentation artificielle de la demande, survenue dans un contexte de stagnation, voire de régression, des salaires, a abouti à une multiplication par trois de la dette des ménages. C'est donc de façon délibérée que le « nexus finances-Etat » a décidé de distribuer de plus en plus de crédits à des ménages qui gagnaient de moins en mois, processus qui a conduit au déclenchement de la crise des subprimes aux États-Unis en 2008.

12La signification de la crise dépend cependant largement de l'endroit où l'on se situe dans le monde. Alors que l'Occident est frappé directement, la Chine ne connait aucune cure d'austérité et le taux de croissance demeure toujours à un niveau très élevé, supérieur à 10 %. La situation actuelle permet même aux autorités chinoises de poursuivre leur programme keynésien d'équipement national, incitant les banques à prêter les fonds nécessaires de façon à engager d’énormes investissements en matière d'infrastructures. Il n'y pas non plus de crise en Australie où le taux de croissance est soutenu par les exportations de matières premières vers la Chine. En Amérique latine, après une courte crise, l'économie est repartie grâce à l'essor du secteur agricole, de plus en plus orienté vers les plantations de soja. L'Inde connaît également une croissance forte. A travers cette dualisation du système capitaliste, caractérisé par une politique d'austérité en Occident et par un effort d'expansion keynésienne ailleurs, on assiste une réorganisation globale du pouvoir géoéconomique, c’est-à-dire à un « glissement de l'hégémonie » (« hegemonical shift » d’après l’expression de GiovanniArrighi) dans un contexte où la compétition géopolitique entre les États-Unis, l'Europe et la Chine s’accentue. En témoigne ainsi le fait que l'Allemagne est parvenue à s'imposer comme le premier exportateur vers la Chine, tandis que, de leur côté, les Chinois sont en train d'acheter le port d'Athènes pour faciliter la distribution de leurs produits en Europe.

13David Harvey précise alors que le cadre d'interprétation qu'il s'efforce d'élaborer offre l'avantage de pouvoir suivre l'évolution de la crise qui menace en permanence le capitalisme. A chacune de ses occurrences, il devient possible de répondre aux questions suivantes : où est la crise en ce moment ? Dans quelle partie du système le blocage est-il localisé ? La géographie permet alors de rendre compte du fait que la crise ne survient pas partout en même temps. Elle se déplace. Dans les années 1970, elle était perçue par le complexe finances-Etat en Occident comme le résultat combiné de la politique de « répression financière » et de la contrainte exercée par l'existence d'une main-d'œuvre organisée et syndiquée. Aujourd'hui, c'est le pouvoir de la finance qui paraît démesuré, contribuant à fragiliser la demande effective au point de la rendre incapable d'absorber la production. Face cette contradiction, le capitalisme ne semble pas être en mesure d’offrir d'autre alternative à l'austérité que le modèle chinois.

14L'examen des transformations opérées au cours des dernières décennies permet de constater  que le capitalisme n'est jamais parvenu à régler son problème de crise structurelle. Au mieux, parvient-il à le déplacer à l'intérieur du système capitaliste, passant du travail à la finance par exemple, tout en revêtant également une dimension géographique, la crise touchant tour à tour divers territoires, l'Asie du Sud-Est en 1997, l'Argentine en 2001 puis l'Occident à partir de 2008. La crise ne survient pas partout simultanément. Elle se diffuse, elle circule. Cette situation conduit d'ailleurs à s'interroger sur le lieu de sa prochaine manifestation. Pour D. Harvey, il est fort possible que la Chine soit touchée dans un délai proche. Le marché de l'immobilier ayant crû de 10 % à Shanghai au cours de la dernière année, on peut redouter qu'une bulle spéculative soit en train de se constituer.

15Pour sortir de cette situation de crise chronique, inhérente au système capitaliste lui-même, une des solutions serait peut-être alors que les travailleurs, en Europe ou ailleurs, se mobilisent pour y mettre un terme, réactivant la lutte des classes pour inventer autre chose. David Harvey se déclare alors favorable à un « utopisme dialectique », invitant à considérer la transition possible du capitalisme vers le socialisme sous la forme d'un changement global du système (figure ci-dessous). Il ne suffirait pas, selon lui, d'agir sur un seul des éléments, les instruments techniques et les formes d'organisation par exemple, mais bien sur l'ensemble des composantes qui structurent le système. Une modification globale des institutions, des relations sociales, des conceptions mentales et des modes de vie est également indispensable. Ce qui nous éloigne alors peut-être le plus des années 1970 réside dans le fait que, pour beaucoup, nous ne croyons plus que cette transformation et cette alternative soient encore possibles.

Figure : Les piliers de la transformation systémique, d’après D. Harvey (2010).

Haut de page

Notes

1  HARVEY David, 2008, Géographie de la domination, Paris, Les prairies ordinaires, 118 p.

2  HARVEY David, 2010, Géographie et capital, Vers un matérialisme historico-géographique, Paris, Syllepse, 282 p.

3  HARVEY David, 2010, Le Nouvel Impérialisme, Paris, Les prairies ordinaires, 258 p.

4  D. Harvey fait ici implicitement référence au plan d’austérité budgétaire annoncé la veille, mercredi 20 octobre, par le chef du gouvernement britannique, D. Cameron : réduction des dépenses publiques à hauteur de 83 milliards de livres sur cinq ans, augmentation des impôts de 30 milliards, suppression de 500 000 emplois dans la fonction publique, recul de l’âge de la retraite à 66 ans.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1605/img-1.png
Fichier image/png, 83k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arnaud Brennetot, « David Harvey ou la géographie de la crise », L’Espace Politique [En ligne], Comptes rendus d'ouvrages, mis en ligne le 08 novembre 2010, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/1605

Haut de page

Auteur

Arnaud Brennetot

UMR CNRS 6266 IDEES équipe MTG
Université de Rouen
a.brennetot@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org