Navigation – Plan du site

Néotoponymie : formes et enjeux de la dénomination des territoires émergents

New regionalism, new place names: the stakes of neotoponymy
Frédéric Giraut et Myriam Houssay-Holzschuch

Résumés

La toponymie est ici considérée dans ses rapports avec le nouveau régionalisme qui fait émerger de nouveau territoires avec notamment la création de nouvelles municipalités, de nouvelles régions et de territoires de projet issus de la coopération entre territoires existants. Il s’agit donc au sein de la néotoponymie, des créations qui n’ont pas vocation à se substituer à un nom existant mais à désigner une entité émergente issue d’un processus de découpage et de dévolution de pouvoirs. On montre comment le processus de production et de sélection des nouveaux noms, à partir souvent de propositions contradictoires, peut être aussi révélateur des enjeux territoriaux locaux que le nom final. Une lecture transversale des productions de noms de territoires émergents aussi bien au Nords qu’aux Suds permet de voir poindre des tendances qui s’appliquent aux recompositions territoriales et fonctionnent au-delà des effets de contexte. Les deux principales sont la tentation d’aller puiser dans les référents précoloniaux et/ou prémodernes, et la tentation pour les villes secondaires de se tailler des arrière-pays en s’appropriant ou revendiquant des périphéries.

Haut de page

Texte intégral

« Or, comme dans tous les débats sérieux, les mots sont rois »
Fernand Braudel, 1979
Le temps du Monde (Civilisation matérielle, économie et capitalisme)

1Périodiquement, la toponymie exerce un intérêt scientifique au-delà de sa discipline de rattachement qu’est l’onomastique, elle-même rattachée à la linguistique ; au-delà également de sa vocation d’appui à l’archéologie spatiale et paysagère. Ainsi, on assiste à un indéniable regain d’intérêt pour les enjeux géopolitiques contemporains1 de la toponymie, ceci sur fond d’acquis de la réflexion postmoderniste et postcoloniale, et d’analyse déconstructionniste de discours (Lussault, 2007 ; Boyer, 2007). L’ouvrage de Mark Monmonier (2006) et les numéros spéciaux de l’Espace géographique (2008) et de la revue Mots (Boyer & Paveau, 2008) témoignent de ce renouveau et proposent différentes grilles de lecture. Les mises en perspective géopolitiques et historiques s’appliquent notamment aux phénomènes de substitution ou de contestation de toponymes existants au nom de la restauration, de la restitution, de la contestation ou de l’instauration d’un ordre politique et identitaire (Giraut & Houssay-Holzschuch, 2008). Les fins d’empire, le traitement des territoires contestés de même que les évolutions des espaces pionniers (plus généralement des colonies de peuplement) à l’heure de la réhabilitation des peuples premiers apparaissent alors comme des situations riches de ce point de vue.

2Un champ particulièrement fécond dans une perspective de géographie politique est également celui de la nomination des nouveaux territoires, qui relève de ce que nous appelons la néotoponymie. Au sein de cette néotoponymie, ce numéro de L’Espace politique s’attacheraaux créations qui n’ont pas vocation à se substituer à un nom existant mais à désigner une entité émergente issue d’un processus de recomposition des pouvoirs et de leurs territoires, par découpage et dévolution de pouvoirs.

3Il s’agit donc surtout de la toponymie relative à ce que les anglophones appellent le New Regionalism (expression également utilisée pour désigner la mise en place d'ententes commerciales supranationales) et les francophones l'affirmation des “territoires de projet” qui participent de la complexité territoriale contemporaine et des restructurations en cours (Giraut & Vanier, 1999 ; MacLeod & Jones, 2007).

4Le nouveau régionalisme, qu’il s’applique comme c’est principalement le cas, aux aires métropolitaines, aux territoires ruraux de marges ou encore aux espaces transfrontaliers, privilégie l'approche par projet, la participation sur la représentation et la gouvernance sur le gouvernement (Keating, 1998 ; Gerbaux, 1999 ; Giraut & Gerbaux, 2000 ; Barlow & Wastl-Walter, 2004 ; Ben Arrous & Ki Zerbo, 2006 ; Offner, 2006 ; Vanier, 2008 ; Ward & Jonas, 2004). Il est une expression à la fois de la mobilisation de coalitions territoriales composites et du repositionnement territorial des Etats (Cox, 1997 & 2005 ; Brenner, 2004 ; Antheaume & Giraut, 2005). Il est affaire d’idéologies et d’opérations spatiales (Lussault, 2007) et reflète les formes territoriales de la gouvernementalité contemporaine (ÓTuathail, 1998); Dean, 1999 ; Elden, 2007). Les doctrines explicites de ces politiques visent en principe, au nom d’une démocratisation ancrée dans le territoire, à stimuler et à reconnaître les projets de territoires collaboratifs partenariaux associant le public, l’associatif et le privé et les coopérations interterritoriales, autrement dit, elles préconisent de reconnaître et d'encourager des processus bottom-up. Cependant, elles encadrent ces processus par une prédéfinition des "bons" gabarits et des "bonnes" fonctionnalités, ainsi que des "bonnes" coalitions d'acteurs qui doivent porter ces territoires de projets, et enfin des "bonnes" articulations aux autres territorialités  (Meligrana, 2004 ; Giraut, 2005). Reste aux acteurs impliqués à définir les limites précises et à fonder la légitimité voire l’identité du nouveau territoire tout en gérant les équilibres internes, bref à s’inscrire dans « la rhétorique de l’artefact territorial » (Debarbieux & Poisat, 1999 ; Turco, 2004) ou à « informer l’espace par la sémiosphère » selon la définition de la territorialisation de Claude Raffestin (1986). La néotoponymie prend alors un rôle essentiel, tant pour l’affichage externe d’un nouveau territoire que pour la sélection, la hiérarchisation et l’ordonnancement des ressources et des références opérées en interne.

5S’appliquant à des espaces de nature très différente, on doit bien sûr opérer une distinction entre d’une part les nouvelles entités administratives du gouvernement local ou régional, et d’autre part les territoires de projet qui fonctionnent avec une géométrie variable dans le temps et dans l’espace en se calant sur la durée des procédures de contractualisation. En effet, les territoires émergents ne seront pas investis de la même manière par les acteurs et les collectivités chargés de leur définition selon qu’ils sont appelés à se substituer, à concurrencer ou à représenter et épauler les collectivités territoriales existantes. L’interprétation des positionnements, des propositions et des choix toponymiques qui s’expriment durant les processus de création territoriale doit en conséquence tenir compte de la nature du territoire créé, de sa valeur relative et de sa fonction et donc des stratégies relatives à l’investissement et à la promotion de la nouvelle entité.

6Dans ce dossier, les expériences présentées et analysées relèvent d’un ensemble composite de processus et de contextes qui illustrent la grande variété des territoires émergents. L’article de Stéphanie Lima sur le Mali est consacré à une opération de généralisation de la municipalisation à tout le territoire national et notamment au monde rural, là où l’encadrement local se faisait via les autorités coutumières dans leurs cantons largement formatés par la colonisation (Mamdani, 1996). L’article de Saïd Boujrouf et Elmostapha Hassani s’intéresse aux différentes générations de municipalités et de régions marocaines et envisage de ce fait les évolutions dans le traitement et la désignation des territoires locaux et régionaux dans ce pays intermédiaire et très centralisé de culture administrative française. Anne-Laure Amilhat-Szary traite également de production de territoires régionaux dans un pays émergent avec les derniers avatars de la régionalisation chilienne et l’épineux problème de la dénomination dans un contexte où décentralisation et gestion de la souveraineté sur les marges territoriales constituent une gageure et introduisent des contradictions. Ces trois articles offrent donc un tableau des dynamiques du gouvernement et de l’administration locale et provinciale dans les Suds aux échelles locales et régionales où se jouent les dynamiques territoriales du repositionnement des États (Giraut, 2006).

7Francine Adam nous emmène dans le contexte québécois d’une ex-colonie de peuplement où la question toponymique est cruciale et renvoie à la défense d’identités concurrentes entre les deux communautés linguistiques d’origine européenne d’une part, et de celles-ci avec celles des peuples autochtones d’autre part. La récente politique de fusion des communes permet en outre de voir émerger et s’exprimer d’autres rivalités géopolitiques locales sur un terrain toponymique déjà très investi. Le cas canadien offre ainsi un véritable analyseur des différentes dimensions de la question néotoponymique comme peut l’être, avec d’autres paramètres, l’Afrique du Sud contemporaine (Giraut, Guyot & Houssay-Holzschuch, 2008 ; Jenkins, 2007 ; Swart, 2008). Un passage par les États-Unis, autre settler’s society avec l’article de Cédric Audebert consacré au référent haïtien à Miami, permet de voir comment le marquage spatial identitaire d’un groupe migrant, marquage au départ populaire et spontané, devient un enjeu de marketing territorial mais aussi institutionnel entre différents niveaux de pouvoir. On voit ainsi comment des villes et comtés peuvent utiliser la toponymie pour obtenir de l’État fédéral la reconnaissance d’un problème communautaire et social.

8La situation française à laquelle sont consacrés l’article de Pierre-Antoine Landel et Nicolas Senil et celui de Guillaume Bailly offre le cas de territoires émergents basés sur la coopération entre territoires constitués à des fins de gestion de service et de planification sur la longue durée (les communautés de communes, de villes et urbaines étudiées par G. Bailly) ou à des fins de projets de développement territorial rural sur appel d’offre contractuel (les pays, les projets Leader et les pôles d’excellence rurale étudiés par P.-A. Landel et N. Senil). Ces articles prolongent les quelques travaux déjà consacrés aux dénominations de pays ruraux (de La Soudière, 2004 ; Bleton-Ruget, 2001 ; Gerbaux, 1999 ; Delfosse, 1997 ; Giraut & Lajarge, 1996 ; Chamboredon, 1988) et posent la question de l’interterritorialité et de son investissement entre neutralisation, marketing, promotion de ressources patrimoniales et invention de nouvelles identités via la néotoponymie.

9Enfin l’article de Romain Lajarge et de Claudine Moise envisage un type de marquage populaire et non institutionnel de périphéries au sein d’une agglomération. Les observations de Saïd Boujrouf et Elmostafa Hassani sur la toponymie officieuse des quartiers sous-intégrés périphériques au Maroc montrent également l’étendue des registres et notamment celui de la dérision. On se retrouve dans ces deux cas en amont des recompositions territoriales intraurbaines et de leur néotoponymie officielle de l’imminence desquelles ces marqueurs seraient des signes.

10Chacun des cas traités est riche, et l’on s’aperçoit que dans un grand nombre de situations le débat, les propositions, les contestations et les argumentaires peuvent révéler parfois bien mieux que le nom final les enjeux territoriaux locaux. En effet, le nom final peut être neutre (référent générique ou association d’entités constitutives) car issu d’un compromis qui gomme les contradictions qui se sont exprimées entre les localités ou communautés constitutives et entre les différentes mémoires et projets présents sur l’espace émergent.

11Le marketing territorial pousse généralement vers la promotion d’une ressource ou d’une fonctionnalité spécifique prêtes à être valorisées dans les dynamiques de la mondialisation, Anne-Laure Amilhat-Szary parle ainsi d’une « toponymie de marché ». L’investissement politique d’une maille dotée d’un nouveau pouvoir contribue généralement à sa légitimation par l’invention ou la révélation d’une cohérence d’ensemble. Ces deux logiques (promotion et légitimation) simultanées ou exclusives selon la nature des territoires émergents, peuvent se heurter à la question de la visibilité et de la reconnaissance relative des composantes qui entendent subsister. Ainsi une proposition marketing peut fonctionner pour des espaces de coopération dédiés à la promotion économique et peu investis politiquement, elle peut être contestée pour des espaces à forte valeur identitaire notamment municipaux. Un bel exemple nous est donné au Québec dans l’article de Francine Adam avec une nouvelle municipalité issue d’une fusion dont le nouveau nom de « Lac-Saint-Jean-Sud » considéré par le nouveau maire comme un « plan de marketing intéressant » est finalement rejeté après une mobilisation des communautés au profit d’un plus sage « Métabetchouan–Lac-à-la-Croix » qui reprend les noms des deux communes initiales.

12Une lecture transversale des productions de noms de territoires émergents permet de voir poindre des tendances qui s’appliquent aux recompositions territoriales et fonctionnent au-delà des effets de contexte (Giraut, 2005). Citons en deux parmi les plus fondamentales qui sont aussi les deux qu’illustrent le mieux les formes de la néotoponymie : la tentation d’aller puiser dans les référents précoloniaux et/ou prémodernes ; la tentation pour les villes secondaires de se tailler des arrière-pays en s’appropriant ou revendiquant des périphéries.

13L’enjeu des arrière-pays urbains est omniprésent dans la configuration de territoires des situations présentées mais peut s’exprimer ou non dans la néotoponymie. La grande variété des formules toponymiques des communautés de communes et d’agglomération françaises en est une illustration. L’enjeu de la domination d’une ville ou commune-centre est bien souvent au cœur des débats pour leur constitution, ceci aboutit à des dominations où le référent à la ville-centre n’est jamais neutre dans une association souvent complexe qui peut laisser ou non un caractère rural et autonome à la périphérie. Le cas du Maroc, mais aussi celui du Mali nous permettent de voir comment le référent urbain au chef-lieu de région, de cercle ou d’arrondissement qui fut une technique coloniale puis postcoloniale dans le processus de maillage et de contrôle de l’État est toujours présent dans le contexte du nouveau régionalisme et de la municipalisation. Ce référent est dorénavant un moyen d’affirmation pour des cités et les coalitions qui les promeuvent, mais aussi un référent fonctionnel « habituel » qui permet d’éviter dans un certain nombre de cas les oppositions locales ou régionales que suscitent les référents identitaires et culturels.

14Les deux nouvelles régions chiliennes dont la création est analysée par Anne-Laure Amilhat-Szary correspondent à l’émancipation territoriale de deux cités qui se dotent d’arrière-pays régionaux, sur fond de rivalités foncières de bourgeoisies de province pour l’une (Valvidia) et de reconnaissance d’une certaine autonomie de confins pour l’autre (Arica). Cependant la néotoponymie engendrée par ces créations de régions n’affirme cet enjeu de création de circonscription dominée par une cité que dans un seul cas, celui de la région d’Arica-Parinacota.

15On voit d’ailleurs dans ce dernier cas que le nom de la cité est associé à celui d’un haut lieu de la périphérie, le volcan Parinacota. Ce référent permet en outre d’affirmer la place centrale de la culture aymara dans ce processus de création régionale. On a donc là un néotoponyme qui combine référence au chef-lieu dans une perspective fonctionnelle et affirmation identitaire de confins. Le renouveau identitaire toponymique a ici à voir avec le nouveau statut accordé aux peuples premiers comme plus généralement dans les colonies de peuplement et notamment au Canada et au Québec. Mais les référents précoloniaux et prémodernes ne sont pas l’apanage de ces contextes de settler’s societies aux prises avec les peuples autochtones. On voit poindre partout la tentation d’un retour aux référents tribaux ou encore d’Ancien Régime ; les notions de pays, de terroir, de patrimoine et de communauté historique sont revendiquées dans les processus de création territoriale. Les différentes quantifications opérées dans les articles de ce dossier qu’il s’agisse du Mali, du Maroc ou de la France montrent cependant que ces référents sont rarement majoritaires dans les dénominations finales même s’ils sont toujours brandis lors des débats ou controverses qui accompagnent le processus. Seuls les territoires de projets ruraux étudiés par Pierre Antoine Landel et Nicolas Senil font la part belle aux référents patrimoniaux, mais ils constituent des créations territoriales éphémères dans leur principe - devant donc, paradoxalement, se construire une durée -, entièrement dédiées au développement économique du monde rural, peu investies politiquement et dominées par des logiques de promotion de ressources spécifiques, notamment touristiques.

16C’est d’ailleurs bien là que réside une partie du retour du refoulé précolonial et prémoderne dans les contextes aussi différents que ceux des Nords et des Suds : il ne s’agit pas que de l’expression d’une crispation identitaire locale et régionale, ou de la réinvention/réaffirmation d’un corps social communautaire, mais aussi d’une mobilisation tous azimuts de ressources spécifiques dans le cadre de la mondialisation et de la métropolisation. Cette mobilisation à des fins de promotion et de développement peut passer dans certains contextes par le primat de référents fonctionnels et dans d’autres par celui de référents culturels. Elle suppose cependant que les conflits géopolitiques internes passent au second plan pour ne pas aboutir à une neutralisation toponymique. Les néotoponymes sont donc des analyseurs de la mobilisation et de la révélation d’un ensemble de ressources par des coalitions territoriales qui sont amenées à puiser dans des stocks qu’elles activent en fonction de représentations et de stratégies spatiales.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions qui sont abonnées à un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lequelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

AGNEW J., 1999, “Mapping political power beyond state boundaries: territory, identity and movement in world politics”, Millennium: Journal of International Studies 28, 499-521.

ANTHEAUME B. & GIRAUT F. (dirs.), 2005, Le Territoire est mort, Vive les Territoires ! Une (re)fabrication des territoires, Au nom du développement, Paris, IRD Editions.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

AUSTIN J. L.,1963, How to do Things with Words, Cambridge (MA), Harvard University Press.
DOI : 10.1093/acprof:oso/9780198245537.001.0001

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

OFFNER J.-M., 2006, “Les territoires de l’action publique locale”, Revue française de science politique 56(1), 27-47.
DOI : 10.3917/rfsp.561.0027

BARLOW M. & WASTL-WALTER D. (dirs.), 2004, New Challenges in Local and Regional Administration, Aldershot, Ashegate.

Ben ARROUS M. & KI-ZERBO L. (dirs.), 2006, African studies in Geography from below, Dakar, Codesria.

BLETON-RUGET A., 2001, “ Pays ” et nom de pays. L’invention de la Bresse louise-bonne (XIXe-XXe siècles)”, Ruralia (Revue en ligne de l’Association des ruralistes français) 08 http://ruralia.revues.org/document215.html

BOLTANSKI L., THEVENOT L., 1991, De la Justification. Les Économies de la grandeur. Paris, Gallimard.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

BOPDA., 2001, “ De l’usage de fonds mythiques dans les remaniements territoriaux en Afrique et au Cameroun ”, Cahiers de géographie du Québec, n° 45, p. 451-478.
DOI : 10.7202/023003ar

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

BOYER H., 2008,  « Fonctionnements sociolinguistiques de la dénomination toponymique“ in Toponymes, instruments et enjeux, Mots, les langages du politique, n°86.
DOI : 10.4000/mots.12962

BOYER H. & PAVEAU M.A (dirs.), 2008, Toponymes, instruments et enjeux, Dossier de la revue Mots, les langages du politique, n°86. ENS Éditions.

CHAMBOREDON J.-C., 1988, “Carte, désignations territoriales, sens commun géographique : les “noms de pays” selon Lucien Gallois”, Etudes Rurales, n° 109, p. 5-54.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

CISLARU G., 2008, « Le nom de pays comme outil de représentation sociale“ in Toponymes, instruments et enjeux, Mots, les langages du politique, n°86.
DOI : 10.4000/mots.13452

COX K., 2005, “La structure territoriale de l’Etat : quelques réflexions critiques” in Le territoire est mort, Vive les territoires ! , B. Antheaume & F. Giraut (eds.), Paris : IRD Editions, p. 159-173.

COX K. (ed.), 1997, Spaces of Globalization : Reasserting the Power of the Local, New York: Guilford Press.

DEAN M., 1999, Governmentality : Power and rule in Modern Society, New York : Sage.

DEBARBIEUX B. & POISAT J., 1999, “ La Rhétorique des artefacts territoriaux ”, in Gerbaux F. (dir.), Utopies pour le territoire : cohérence ou complexité ?, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, p. 35-52.

DEBARBIEUX B. & VANIER M., 2002, Ces territorialités qui se dessinent, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube / DATAR.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

DELFOSSE C., 1997, “ Noms de pays et produits du terroir, enjeux des dénominations géographiques ”, L’Espace géographique, n°3, p. 222-230.
DOI : 10.3406/spgeo.1997.1076

ELDEN S. & CRAMPTON J.W. (dirs.), 2007, Space, Knowledge and Power : Foucault and Geography, Aldershot, Ashgate.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

ELDEN S., 2007, “Governmentality, calculation, territory”, Environment and Planning D: Society and Space, n° 25, 562-580.
DOI : 10.1016/j.polgeo.2006.08.001

GERBAUX F. (dir.), 1999, Utopie pour le territoire : cohérence ou complexité ?, La Tour d'Aigues, Ed. de l'Aube.

GERBAUX F. & GIRAUT F. (dirs.), 2000, L'innovation territoriale. Références, formes et enjeux, Revue de Géographie Alpine nº 1.

GHORRA-GOBIN C. & VELUT S. (dirs.), 2006, Public-privé : enjeu de la régulation des territoires locaux, Géocarrefour, n° 81(2). http://geocarrefour.revues.org/index297.html

GIRAUT F., 1999, Effet chef-lieu et retour du refoulé : analyse d'un refonte politico-administrative virtuelle au Niger, Paris, UMR Prodig (Coll. Graphigéo). http://hal.archives-ouvertes.fr/docs/00/16/20/01/PDF/Retour_du_refoule.pdf

GIRAUT F., 2000, “Innovation territoriale et référent identitaire. Du renouveau des provinces nigériennes à celui des "pays" français” in Politiques et dynamiques territoriales dans les pays du Sud, Bonnemaison J. (†), Chaléard J.-L. et Pourtier R. (dirs.), Paris, Pub. de la Sorbonne, p. 77-108.

GIRAUT F., 2005, Fabriquer des territoires. Utopies, modèles et projets. Habilitation à Diriger des Recherches, Université de Paris I-Sorbonne.

GIRAUT F (dir.), 2006, Etude comparée des politiques d'aménagement du territoire et de développement régional dans les pays du sud, Paris, DGCID (Coll études).  http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/IMG/pdf/Pubb.pdf

GIRAUT F. & HOUSSAY-HOLZSCHUCH M. (dirs.), 2008, Au nom des territoires ! Dossier sur la toponymie, Espace géographique 2, Belin Editions. http://www.cairn.info/revue-espace-geographique-2008-2.htm

GIRAUT F. & HOUSSAY-HOLZSCHUCH M., 2008, “Au nom des territoires ! Enjeux géographiques de la toponymie », Introduction au dossier, Espace géographique 2, p. 97-105. http://www.cairn.info/revue-espace-geographique-2008-2-p-97.htm

GIRAUT F., GUYOT S. & HOUSSAY-HOLZSCHUCH M., 2008, “Enjeux de mots : les changements toponymiques sud-africains », Espace géographique 2, p. 131-150. http://www.cairn.info/revue-espace-geographique-2008-2-p-131.htm

GIRAUT F. & LAJARGE R. 1996,. “Les “pays-tests”, quelles configurations pour quels projets ?” in F. Giraut (dir.), Le pays : échelle d’avenir pour le développement territorial ? , Montagnes Méditerranéennes nº 3, pp. 19-27.

GIRAUT F. & VANIER M., 1999, "Plaidoyer pour la complexité territoriale" in F. Gerbaux (dir.), Utopie pour le territoire : cohérence ou complexité ?, La Tour d'Aigues : Ed. de l'Aube, p. 143-172.

GUILLOREL H. 1999, “ Toponymie et politique ” in Hakim S. (éd.), Noms et renoms : la dénomination des personnes, des populations, des langues et des territoires, Rouen, Publications de l’Université de Rouen, p. 61-91.

HOUSSAY-HOLZSCHUCH M., 2008, “Nomen est Omen, Lecture des changements toponymiques, Espace géographique, n°  2, p. 153-159. http://www.cairn.info/revue-espace-geographique-2008-2-p-131.htm

JENKINS E., 2007, Falling into Place: The Story of Modern South African Place Names. Cape Town, David Philip Publisher.

JOLIVEAU T. & AMZERT M. (dirs.), 2001, Les territoires de la participation, Géocarrefour, n° 76(3).

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

JONAS A.E.G. & PINCETL S., 2006, “Rescaling regions in the state: The New Regionalism in California”, Political geography, n° 25, p. 482-505.
DOI : 10.1016/j.polgeo.2006.02.002

KADMON N., 1997, Toponymy. The Lore, Laws and Language of Geographical Names, New York, Vantage Press.

de La SOUDIERE M., 2004, “Lieux dits : nommer, dé-nommer, re-nommer”, Ethnologie française, n° XXXIV(1), p. 67-78.

KEATING M., 1998, The New Regionalism in Western Europe. Territorial Restructuring and Political Change, Cheltenham, Edward Elgar Pub.

LUSSAULT M., 2007, L’homme spatial. La construction sociale de l’espace humain, Paris, Seuil.

Macleod G. & Jones M., 2007, “Territorial, Scalar, Networked, Connected: In What Sense a 'Regional World'?”, Regional Studies, n° 41(9), p. 1177-1191

MAMDANI M. 1996, Citizen and Subject. Contemporary Africa and the Legacy of Late Colonialism, Princeton University Press,

MELIGRANA J. (dir.), 2004, Redrawing Local Government Boundaries. An International Study of Politics, Procedures, and Decisions, Vancouve, University of British Columbia Press.

MONMONIER M. 2006, From Squaw Tits to Whorehouse Meadows. How Maps name, claim and inflame, Chicago, The University of Chicago Press.

NEGRIER E., 2005, La question métropolitaine: les politiques à l’échelle du changement territorial, Grenoble, PUG.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

ÓTUATHAIL G., 1998, “Political Geography III: Dealing with Deterritorialization”, Progress in Human Geography, n° 22, p. 81-93.
DOI : 10.1191/030913298673827642

OZOUF-MARINIER M.-V., 1989, La Formation des départements, Paris, Editions de l’EHESS.

POURTIER R., 1991, « Imagerie, imaginaire et stratégies territoriales » in H. Théry (dir.), L'Etat et les stratégies du territoire, Paris, Ed. du CNRS.

RIEUCAU J. & LAGEISTE J. (dirs), 2006, L'empreinte du tourisme. Contribution à l'identité du fait touristique, Paris, L'Harmattan.

RAFFESTIN C., 1980, Pour une géographie du pouvoir, Paris, LITEC.

RAFFESTIN C., 1986, “Ecogenèse territoriale et territorialité” in F. Auriac & R. Brunet (dirs.), Espaces, jeux et enjeux, Paris, Fayard, p. 173-185.

RIVIERE d’ARC H. (dir.), 2001, Nommer les nouveaux territoires urbains, Paris, UNESCO-MSH.

SWART M., 2008, "Name Changes as Symbolic Reparation after Transition:the Examples of Germany and South Africa", German Law Journal, n° 9(2), p. 105-121. http://www.germanlawjournal.com/pdf/Vol09No02/PDF_Vol_09_No_02_105-120_Articles_Swart.pdf

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

TURCO A., 2004, “Mythos and techne : An essay on the intercultural function of territory in sub-Saharan geography, Geojournal, n° 60, 329-337.
DOI : 10.1023/B:GEJO.0000042968.36007.e5

VANIER M., 2008, Le pouvoir des territoires: Essai sur l'interterritorialité, Paris, Economica.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible aux institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : contact@openedition.org

WARD K & JONAS AEG, 2004, "Competitive city-regionalism as a politics of space: a critical reinterpretation of the new regionalism", Environment and Planning A, n° 36(12), p. 2119 – 2139.
DOI : 10.1068/a36223

Haut de page

Notes

1  Déjà abordé dans les années 1990 par Naftali Kadmon (1997) et Hervé Guillorel (1999).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Giraut et Myriam Houssay-Holzschuch, « Néotoponymie : formes et enjeux de la dénomination des territoires émergents », L'Espace Politique [En ligne], 5 | 2008-2, mis en ligne le 17 décembre 2008, consulté le 20 avril 2014. URL : http://espacepolitique.revues.org/161 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.161

Haut de page

Auteurs

Frédéric Giraut

Professeur à l’Université de Genève
Institut de Recherche pour le Développement : « UR Devloc »
Frederic.Giraut@geo.unige.ch

Myriam Houssay-Holzschuch

Maître de conférences, Université de Lyon,
ENS LSH, CNRS, UMR 5600 EVS
Myriam.Houssay@normalesup.org

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org