Navigation – Plan du site
Editorial

Fragmentation : cloisonnement et/ou recomposition de l’espace politique ?

Fragmentation: Partitioning and/or Recomposition of Political Space?
Amaël Cattaruzza

Résumés

Article introductif du numéro 11 (2010-2) de la revue L’Espace politique intitulé « Fragmentation/Balkanisation »

Haut de page

Texte intégral

1La notion de fragmentation est très large et peut s’appliquer aujourd’hui à diverses facettes de l’analyse des territoires et des sociétés. En effet, si l’on s’en tient à une définition stricto sensu, la fragmentation est un « processus de division ou de différenciation de ce qui, antérieurement, était uni ou homogène » (Rosière, 2008). Aussi, elle implique toutes les échelles spatiales et sociales : fragmentation urbaine (ghettos et zones urbaines délaissées, mais aussi gated communities), fragmentation sociale (communautarisme), fragmentation ethnique (repli en identités régionales ou lokalpatriotismus, repli vers une identité ou des pratiques d'« origine »), fragmentation territoriale (sécessions, séparatismes). A chacun de ces différents niveaux, l’unité du territoire ou du groupe est menacée par diverses formes de particularismes, divers intérêts sectoriels ou associations d’intérêts se structurant dans un projet commun.

Contexte

2S’interroger sur la fragmentation de l’espace politique prend une dimension particulière au sortir d’un siècle qui avait été désigné par certains analystes comme le « siècle des séparatismes » (Thual, 2000 ; Boniface, 2000). De 1914 à nos jours, la communauté internationale est passée de 28 Etats à près de 194 (et même plus si l’on tient compte de certains Etats qui ne sont pas membres des Nations Unies comme la Palestine, Taiwan, le Kosovo ou la République de Chypre Nord). L’existence de facto est-elle en elle-même négligeable ? Que penser de ces États qui existent de jure — et sont à ce titre reconnus par la communauté internationale — mais sont inopérants sur le terrain (les « Quasi-États » de Robert Jackson, 1990) ? De plus, cette fragmentation du territoire de l’Etat s’accompagne, voire se nourrit, d’autres types de fragmentation, permettant donc des analyses transversales. Cette transversalité se vérifie dans le renouveau des mouvements ethno-régionalistes en Europe, dont les discours sont souvent mêlés de revendications nationalistes, économiques et sociales (Corse, Pays basque, Flandre, Catalogne, pays de Galles, Ecosse, Padanie, etc.).

3La causalité et le bien fondé de ces processus d’émiettement du monde successifs ont été abondamment débattus par les sciences sociales. La fragmentation de l’espace politique a été désignée par de nombreux néologismes dont l’utilisation peut se révéler plus ou moins neutre (balkanisation, libanisation, scission, sécession, partition). Bertrand Badie voyait dans la fragmentation ethnique le risque d’une « fin des territoires », l’Etat territorialisé s’effaçant progressivement au profit de logique de réseaux ethniques et économiques, qui n’auraient plus rien à voir avec l’Etat au sens classique du terme (Badie, 1995). Pascal Boniface n’a pas hésité à parler de « prolifération étatique » soulignant ainsi sa dangerosité liée à la multiplication des nationalismes, et à l’émergence d’une certaine forme d’« égoïsme » des peuples, la sécession étant souvent liée à un souci de mieux être économique, voire à un refus de partage des richesses d’un territoire (Boniface, 2000). Ce « syndrome lombard » (Rosière, 2003) agite aussi bien les villes (gated communities) que les grandes régions et industrialisées (Flandre, Pays basque, Catalogne, Padanie, etc.). Enfin, on a pu aussi considérer que la fragmentation de l’espace politique est une conséquence de la mondialisation. Dans cette interprétation, la fragmentation territoriale serait d’abord la résultante d’une quête identitaire traduisant la volonté d’affirmer sa différence dans un monde perçu comme aliénant par son homogénéité. Quoi qu’il en soit, la persistance actuelle de ce mouvement de parcellisation du monde pose de nouveaux problèmes, avec la multiplication de « zones grises », échappant au contrôle politique, comme le sont les Etats faillis – reconnus internationalement mais sans pouvoirs effectifs sur leur territoire – ou les quasi-Etats – existant de facto mais ne disposant pas de reconnaissance internationale.

4Ce numéro de L’Espace Politique se propose donc d’explorer cette notion de fragmentation, à travers des articles généraux et d’autres plus spécialisés, concernant des études de cas à diverses échelles (régions, Etat, groupe d’Etats). Loin d’épuiser le sujet, les contributions des auteurs permettent d’éclairer quelques unes des facettes contemporaines de la fragmentation de l’espace politique. Les sept chapitres de ce numéro s’articulent autour de trois grands axes de réflexions :

    • 1 Par balkanisation, on entend « un processus de fragmentation d’un Etat en au moins trois nouveaux E (...)

    les processus de balkanisation1 et de fragmentation étatique

  • les processus de fragmentation sociale et/ou ethnique

  • les processus de fragmentation/recomposition au sein de l’Union Européenne.

5Ces trois axes de réflexions sont évidemment interdépendants et ils s’encastrent les uns les autres, si bien que, dans chacune des trois parties, on retrouve des problématiques communes. Ainsi, ces textes inspirent-ils des considérations plus générales concernant les phénomènes qui nous intéressent. Le « cloisonnement du monde », cher à Jean Gottmann, suppose une différenciation, une organisation et une identification symbolique des « compartiments » de l’espace mondial (Gottmann, 1952). C’est pourquoi la fragmentation spatiale aujourd’hui en cours ne signifie pas forcément le repli communautaire ou la fermeture au monde, et appelle plutôt à réfléchir aux recompositions des relations socio-spatiales qu’elle entraîne.

Fragmentation étatique/balkanisation

6La fragmentation territoriale est-elle synonyme d’une souveraineté plus directe, car s’exerçant sur un espace plus restreint, elle serait plus proche du groupe local qui la revendique ? Les aspirations nationalistes des mouvements indépendantistes se fondent bien souvent dans leurs discours sur des arguments démocratiques, basés sur l’idéal wilsonien (droit des peuples à disposer d’eux-mêmes). Pourtant, la réalité semble plus ambiguë. Stéphane Rosière montre en effet dans son article que la multiplication actuelle des Etats ne se traduit pas forcément par un renforcement de souveraineté pour les nouvelles entités créées. Il s’appuie notamment sur l’accumulation actuelle d’organes étatiques ne disposant que de faibles pouvoirs réels, et posant de véritables problèmes quand à leur dénominations scientifiques (Etats de facto, Etats échoués, pseudo-Etats, etc. aboutissant aujourd’hui à une sorte de consensus autour du binôme Etats faillis/quasi-Etats). Paradoxalement, cette fragmentation étatique semble profiter à la concentration des pouvoirs au niveau international, et à un renforcement des centres économiques et politiques mondiaux au détriment des périphéries. Aussi, cette parcellisation de l’espace mondial apparaîtrait comme une nouvelle phase de l’impérialisme des grandes puissances, s’entourant d’une clientèle de petits Etats faibles et divisant pour mieux régner.

7Mais si la qualification des nouvelles entités politiques ne disposant pas d’une souveraineté classique, au sens westphalien du terme, paraît poser problème dans les sciences sociales, cette hésitation est à relativiser au regard de l’histoire de la géographie politique. Ainsi, André-Louis Sanguin souligne que l’étude des processus de « partition » étatique est ancienne en géographie politique, et que les approches ont beaucoup évolué dans le temps s’adaptant au contexte de chaque époque. La notion de « partition » a été d’abord étudiée par quelques précurseurs, comme le géographe américain Richard Hartshorne (1899-1992), qui y voyait la combinaison de forces géographiques et politiques. On le voit, loin d’être nouvelle, cette dynamique pose encore aujourd’hui la question du rapport entre territoire et pouvoir politique, ou plus précisément la question de la répartition et de l’organisation des pouvoirs sur des territoires. André-Louis Sanguin propose ensuite une réflexion théorique et typologique sur la notion de « partition ». Il rappelle, au travers des différentes catégories qu’il identifie et interprète, que la sécession doit être analysée en miroir du système politique qu’elle conteste (démocratie consociative, pluralisme, fédéralisme, colonialisme, impérialisme, etc.). En clair, la partition n’est pas un problème en soi mais doit être évaluée au regard du consensus qu’elle peut ou non créer, de la solution politique qu’elle peut ou non apporter dans une situation de crise institutionnelle. Dans ce processus, les clivages identitaires (ethno-nationaux, religieux, linguistiques) sont parfois des ferments menant à la sécession. La géographie politique française a, par exemple, beaucoup développée cette thématique de la partition par le prisme des minorités ethniques et de leurs revendications.

Fragmentation sociale et/ou ethnique

8Des dynamiques de fragmentation culturelle, opposants des groupes socioculturels entre eux, peuvent être lisibles au sein des espaces pluriethniques. Dans le cas des sociétés insulaires du monde intertropical, François Taglioni montre l’imbrication des questions de développement et de fragmentations ethniques. A partir d’une typologie basée sur le mode de peuplement (autochtone, colonial ou économique), il cherche à interpréter le succès ou l’échec des politiques d’intégration au sein de ces sociétés mixtes. La réussite dans ce domaine semble dépendre du niveau de développement de ces sociétés, et de la bonne répartition des richesses entre les différentes communautés. En retour, on pourrait s’interroger sur l’intérêt que pourrait représenter les processus de fragmentations culturelles pour des « entrepreneurs identitaires » dans les sociétés plus pauvres. La fragmentation ethnique peut-elle engendrer une nouvelle distribution des richesses, quant celles-ci sont rares et/ou viennent à manquer ? Peut-être cet espoir de redistribution encourage-t-il certains à promouvoir des politiques de crispation identitaire menant à cette fragmentation culturelle, quand bien même celui-ci devait s’avérer illusoire.

9En ce qui concerne le Proche-Orient (Liban-Syrie-Jordanie), Fabrice Balanche dresse un portrait similaire. Il montre comment ces Etats, construits à partir de frontières héritées d’anciens empires coloniaux, sont aujourd’hui au bord de l’éclatement. Constatant l’essoufflement des tentatives d’intégration idéologique des populations, par l’intermédiaire notamment d’un nationalisme arabe, il analyse avec minutie la conjonction des facteurs internes et externes qui poussent ces pays vers des dynamiques de fragmentations communautaires. Au niveau interne, si les facteurs de fragmentation étatiques peuvent varier entre les Etats, Fabrice Balanche identifie néanmoins un processus commun aux trois Etats étudiés : « segmentation de la société sur des clivages confessionnels, ethniques ou ‘nationaux’ (…), perte de légitimité des Etats à travers l’échec du mode de développement et de sa capacité redistributrice, ce qui en situation de crise économique renforce les solidarités communautaires au détriment d’une unité nationale en construction ». Au niveau externe, il décrit de manière convaincante la manière dont la mondialisation économique accélère paradoxalement les processus de fragmentation car « l’ouverture des marchés sape les bases productrices des Etats du Proche-Orient, ce qui encourage là aussi les tendances naturelles au repli communautaire ». Enfin, il mentionne le « grand jeu » géopolitique international, par l’intermédiaire du projet américain de « Grand Moyen Orient » qui vise la démocratisation du Proche-Orient et au-delà par « un redécoupage territorial sur des critères communautaires ou tout du moins le passage d’Etats centralisés à des Etats fédéraux dans lesquels les différentes communautés seraient en sécurité ». Derrière cette rhétorique, on retrouve des logiques géostratégiques de puissances cherchant à affaiblir la zone et y étendre leur influence : « la fragmentation étatique des Etats arabes du Proche-Orient est (…) encouragée par Israël car cela fait partie de son dispositif sécuritaire. Tout comme de celui des USA et de la Russie qui ont contribué au cours des deux derniers siècles à la création de petits Etats dans leur périphérie ». Ces analyses vont donc dans le sens des constats de Stéphane Rosière: la fragmentation de l’espace politique conforte la concentration des pouvoirs sur la scène internationale.

Fragmentation/recomposition : l’Europe à l’épreuve

10Dans ce paysage fragmenté, les tentatives politiques d’intégration régionale apparaissent comme des contrepoints remarquables. L’Union Européenne en particulier a réussi en quelques années à créer un espace unifié de souveraineté partagée (monnaie commune, frontières intérieures ouvertes). André-Louis Sanguin a raison de remarquer que « par des mécanismes para-fédéraux comme le Parlement Européen, la Cour Européenne de Justice, la BCE, le Marché Unique, la Zone Euro, l'Espace Schengen, le passeport unique, l'Eurocorps, l'EUFOR, entre autres, l'Union Européenne démontre sa capacité à sublimer la partition par l'intégration ». Pourtant, la construction européenne est également menacée par des processus de fragmentation à l’œuvre au sein de ses différents Etats. Ainsi, Frank Tétart nous interpelle sur les nationalismes « régionaux » en Europe à partir des exemples de la Catalogne, du pays Basque, de l’Ecosse et de l’Italie du Nord. Plusieurs facteurs s’additionnent pour expliquer ces dynamiques à première vue paradoxales de fragmentation régionale au sein d’un ensemble plus vaste qui tend plutôt vers une plus grande intégration. La concurrence économique dans un contexte de mondialisation est évoquée comme l’un des causes de ces nationalismes « régionaux », et Frank Tétart de s’interroger : « est-il (…) possible de dissocier recherche d'identité et accès à la richesse ? ».

11Mais l’auteur pousse la réflexion plus loin en questionnant le fonctionnement même des institutions européennes qui, en favorisant l’émergence de l’échelon régional infra-étatique, crée de nouvelles dynamiques concurrentielles au sein des territoires européens. Ici, on voit que la création de nouvelles entités administratives, ou le renforcement politique d’un échelon territorial, peut entraîner des modifications de rapports de forces à tous les niveaux. Les processus de fragmentations n’apparaîtraient donc pas comme de simples processus de cloisonnement du monde, mais plutôt comme des tentatives de recompositions et de redistributions des pouvoirs au sein des territoires. Ces tentatives, loin d’être l’expression d’un nationalisme « par le bas », dans la tradition wilsonienne du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, peuvent être insufflées « par le haut », à travers le fonctionnement même du système politique, dans un jeu concurrentiel entre différentes entités politico-administratives. Cela semble être le cas notamment des « nationalismes périphériques » (aspirations nationales des régions) qu’évoque l’auteur.

12Des phénomènes similaires sont au cœur des analyses de Nacima Baron-Yellès sur les processus de renégociations des autonomies espagnoles, amorcés par José Luis Rodríguez Zapatero en 2004. L’auteure montre que le bouleversement de l’équilibre fragile entre Communautés, à partir de l’obtention par la Catalogne de négociations autour de nouveaux statuts, a entraîné une surenchère de revendications politiques régionales au détriment de l’Etat central : « ce qui obsède les régions, c’est leur position relative les unes envers les autres ». Le risque de fragmentation/recomposition s’inscrit dans une compétition inter-entités initiée en partie « par le haut » dans un jeu d’échange et d’interaction entre tous les niveaux du système. Cette concurrence est alimentée par de nouvelles disparités économiques, qui appellent une redéfinition du régime de financement des régions, chacune cherchant à tirer vers elle de nouvelles allocations du gouvernement national.

13Enfin, dans la même logique, l’article de Laurent Chalard décrit les tensions générées dans l’aire métropolitaine azuréenne suite à l’application de la loi Chevènement de 1999 sur l’intercommunalité. Il met en relief les enjeux politiques et stratégiques relatifs à la création et à la délimitation des Communautés de Communes (CC) et des Communautés d’Agglomération (CA) dans cette région. Ainsi, A partir des exemples de la mise en place de la CA Nice Côte d’Azur, et du contrôle des deux principaux pôles d’emplois en-dehors de la ville-centre (CA Sophia-Antipolis et Monaco), il décrit les jeux de pouvoirs intercommunaux et les nouvelles relations centre/périphéries qui s’instaurent. La fragmentation, qui apparaît sous la forme d’une superposition d’échelons et de circonscriptions administratifs anciens et récents, se traduit par une redistribution des pouvoirs et des ressources entre les acteurs locaux : « de par leurs caractéristiques, inégale répartition des ressources et de la population, les aires métropolitaines sont des lieux de luttes politiques entre différents acteurs pour le contrôle de leur richesse ». Loin d’être une simple reconfiguration technique des pouvoirs à l’échelle régionale et locale, l’auteur montre que « la recomposition territoriale se présente avant tout comme un processus géopolitique, puisque les préoccupations politiques ont un rôle beaucoup plus important que celles d’aménagement ».

Jeu de causalité triangulaire et recomposition des relations socio-spatiales

14La fragmentation de l’espace politique, telle que nous la voyons déclinée au fil de ces articles, fait intervenir la notion de territoire à différentes échelles. Par territoire, nous ne nous limitons pas ici à la définition restreinte qu’en donne les politistes en tant qu’espace de souveraineté de l’Etat, mais utilisons le sens, plus large, d’espace approprié par des groupes sociaux. Dans cette acception, le territoire n’est pas toujours matérialisé sur le terrain et peut faire l’objet de représentations éventuellement contradictoires par les différents groupes. Il peut alors être considéré comme un référent commun aux membres du groupe social concerné, d’où l’emploi que nous faisons de la formule de référent territorial commun. Les analyses des auteurs de ce numéro montrent que les processus de fragmentation affectent le territoire au travers de trois de ses dimensions intrinsèques : l’instrument politique, la ressource économique et le socle identitaire.

15En tant qu’instrument politique et qu’espace de/du pouvoir, le référent territorial commun est érodé par les luttes politiques internes des différents acteurs et les relations que ceux-ci entretiennent entre eux et avec les acteurs extérieurs. Sur la scène internationale, la fragmentation des Etats entre dans le « grand jeu » géopolitique d’alliance et d’influence des grandes puissances et renforce la concentration des pouvoirs. Sur la scène locale et régionale, elle s’inscrit dans les concurrences politico-administratives locales, visant pour la circonscription concernée, à l’extension de sa superficie ou de sa zone d’influence, à l’accès à de nouvelles compétences, et/ou traduisant les ambitions personnelles d’un ou plusieurs hommes politiques locaux. Les groupes sociaux réclamant la fragmentation (mouvements sécessionnistes, gouvernement régional, municipal, etc.) ont souvent des soutiens extérieurs plus ou moins puissants dont ils constituent une forme de clientèle politique (cf. Rosière et Balanche dans ce numéro). En échange, la reconnaissance effective de la fragmentation entraine une redistribution des pouvoirs à l’échelle de la nouvelle entité, certains acteurs se voyant promus ou confortés, d’autres déchus ou écartés. Les processus de fragmentation ne sont donc pas de simples processus unilatéraux, mais s’inscrivent dans un jeu complexe de relations et de rapports de force entre acteurs à différentes échelles.

16En tant que ressource économique, le référent territorial commun est érodé par les disparités économiques qui peuvent exister en son sein, et par les inégalités qu’elles engendrent. La concurrence économique des régions dans un contexte mondialisé induit des phénomènes d’accroissement des inégalités, voire de marginalisation régionale, entraînant des mouvements de contestation des périphéries oubliées vis-à-vis du centre, ou au contraire des réactions autonomistes des régions riches cherchant à se prémunir des systèmes étatiques de redistributions des richesses (dit « syndrome lombard », cf. Rosière, 2003 ; sur ce point, voir F. Tétart et N. Baron-Yellès dans ce numéro). Par ailleurs, la dynamique de fragmentation/recomposition territoriale peut viser à prendre le contrôle d’un site économique stratégique (site industriel, ressources naturelles, etc.) en l’intégrant, ou en l’isolant, dans une circonscription ou un territoire autonome, comme cela est souligné dans les cas du Proche-Orient ou dans l’exemple des Communautés d’Agglomérations azuréennes (articles de Balanche et de Chalard).

17Enfin, en tant que socle identitaire, le référent territorial commun se trouve érodé par les processus de différenciation culturelle. Ces processus sont souvent d’ordre politique : des entrepreneurs identitaires diffusent et promeuvent un idéologie basée sur des critères identitaires (tribaux, religieux, ethniques, linguistiques, nationaux, etc.) pour mobiliser un groupe socio-politique et revendiquer l’autonomisation ou la sécession d’un territoire (sur la partition ethnique, cf. Sanguin dans ce numéro, ainsi que les articles de Taglioni et Balanche). Nous avions montré dans des travaux précédents que les idéologies territoriales pouvaient être formulées sur un mode stato-territorial (idée que la souveraineté territoriale et nationale repose sur un Etat qui transcende les appartenances ethniques) ou ethno-territorial (idée que le territoire politique idéal doit rassembler tout les membres d’un même groupe ethnique), ce qui peut avoir une grande influence sur la nature de la fragmentation revendiquée (Cattaruzza, 2007).

18Nous voyons donc ici la fragmentation territoriale s’inscrire dans un jeu de causalité triangulaire : disparités économiques/ processus de différenciation culturelle/ concurrence politico-administrative (cf. fig.1). Ces dynamiques s’articulent et se complètent différemment suivant les situations, et nous les retrouvons dans chacun des exemples développés dans ce numéro. Elles ont, toutes les trois, un effet érosif fort sur le pouvoir intégrateur du référent territorial commun (territoire de l’Etat, de la région, de la commune, etc.).

Figure 1 – Le jeu de causalité triangulaire de la fragmentation territoriale

Figure 1 – Le jeu de causalité triangulaire de la fragmentation territoriale

Figure originale, réalisation : Amaël Cattaruzza

19Enfin, les auteurs de ce dossier resituent, tous à leur manière, les dynamiques de fragmentation territoriale dans des systèmes relationnels entre acteurs. En ce sens, la lecture attentive de ces articles montre qu’il est faux d’opposer globalisation et fragmentation, comme on opposerait une ouverture considérée comme sans limite (la globalisation) et une fermeture complète (la fragmentation). En effet, la fragmentation n’apparaît ici ni comme un repli, ni comme un enfermement. Il s’agît plutôt d’une tentative de recomposition plus ou moins radicale des relations socio-spatiales dans toutes ses dimensions et à toutes les échelles : recompositions des pouvoirs, hiérarchies, des formes organisationnelles, des échanges, des marqueurs territoriaux, etc. Celle-ci suppose donc l’implication d’un grand nombre d’acteurs, dont les échanges peuvent être négociés, ou conflictuels, produits de relations équitables ou de rapports de forces. Loin de s’opposer, fragmentation et globalisation sont peut-être aujourd’hui associées : les dynamiques de fragmentation territoriales ne pourraient-elles pas, en effet, être considérées comme des formes spécifiques de relation entre acteurs (et plus usuelle qu’il n’y paraît) dans les processus actuels de globalisation ?

Haut de page

Bibliographie

BADIE, B., 1995, La fin des territoires, Paris, Fayard

BECK, U., 2003, Pouvoir et contre-pouvoir à l’ère de la mondialisation, Paris, Aubier

BONIFACE, P. (dir.), 2000, dossier : La prolifération étatique, Revue internationale et stratégique, n° 37, printemps.

CATTARUZZA, A., 2007, « Les référendums d'autodétermination: démocratisation ou balkanisation du monde ? », L'Espace Politique, n°3, 2007-3

GOTTMANN, J., 1952, La politique des Etats et leur géographie, Paris, Armand Colin

JACKSON, R. H., 1990, Quasi-states, Sovereignety, International Relations and the Third-World, Cambridge University Press.

ROSIERE, S., 2003, Géographie politique et géopolitique, une grammaire de l’espace politique, Paris, Ellipses

ROSIERE, S. (dir.), 2008, Dictionnaire de l’espace politique. Géographie politique et géopolitique, Paris, Armand Colin.

THUAL, F., 2000, « Le siècle des séparatismes », Revue internationale et stratégique, n°37, printemps.

TODOROVA, M., 1997, Imagining the Balkans, Oxford University Press.

Haut de page

Notes

1 Par balkanisation, on entend « un processus de fragmentation d’un Etat en au moins trois nouveaux Etats » (Rosière, 2008). Nous utilisons donc cette notion de manière neutre et nous détachons de la connotation péjorative qui a pu exister lors de sa première formulation (Todorova, 1997).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Le jeu de causalité triangulaire de la fragmentation territoriale
Crédits Figure originale, réalisation : Amaël Cattaruzza
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1693/img-1.png
Fichier image/png, 31k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amaël Cattaruzza, « Fragmentation : cloisonnement et/ou recomposition de l’espace politique ? », L’Espace Politique [En ligne], 11 | 2010-2, mis en ligne le 18 novembre 2010, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/1693

Haut de page

Auteur

Amaël Cattaruzza

Maître de conférences
Ecoles de Saint-Cyr Coëtquidan
CREC Saint-Cyr
amael.cattaruzza@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org