Navigation – Plan du site

Elisée Reclus, géographie et anarchie

Philipe Pelletier, Les éditions libertaires, 2009, 254 pages
Isabelle Lefort

Texte intégral

1Philippe Pelletier livre une somme, rassemblant - sauf pour les deux derniers chapitres - un certain nombre de publications et conférences sur la figure reclusienne, qu’il retravaille ici pour les ajuster au questionnement central des relations entre géographie et anarchie. Fin connaisseur et de la géographie reclusienne et des principes anarchistes, l’auteur a rédigé un ouvrage qui salue E. Reclus, ce « personnage extraordinaire », « figure même de ‘l’honnête homme’, tel qu’on en voit une poignée par siècle », avec une évidente et forte sympathie. Il propose dans ce texte des éclairages instructifs, à la fois sur l’œuvre reclusienne, inscrite dans son temps, et sur sa relecture en ce début de XXIème siècle. Ses dimensions, dans tous les sens du terme – volume des publications et envergure intellectuelle - constituent en effet aujourd’hui un formidable réservoir réflexif pour la discipline. Les approches et les analyses reclusiennes donnent à (re)penser des problèmes géographiques essentiels, du statut de la « Nature » aux questions politiques et sociales. En conjuguant retour sur la géographie reclusienne et utilité de ce regard rétrospectif pour saisir nos questionnements géographiques contemporains, l’ouvrage présente donc un bel et double intérêt.

2L’ouvrage relie incessamment ces deux périodes, les fait dialoguer au sein de chapitres que Ph. Pelletier n’a pas non plus disposés selon la trame chronologique des publications reclusiennes. Il prend évidemment soin de dénoncer les écueils de l’anachronisme (en particulier celui des jugements portés sur une terminologie datée), tout en en se gardant d’analyser rétrospectivement l’œuvre comme un projet intellectuel construit d’avance qui ne laisserait pas sa place à l’évolution même des idées de Reclus. Seule une intime connaissance de ces innombrables pages permet à l’auteur de circuler avec fermeté dans le parcours intellectuel et idéologique de Reclus tout en retraçant les dynamiques internes à la pensée anarchiste durant la période. Ce faisant, il dispose la figure reclusienne au sein de réseaux, anarchiste (Kropotkine, Metchnikov), et plus largement intellectuel et savant, pistant les inflexions induites par ces échanges.

3L’ouvrage, organisé en 7 chapitres (avec un petit souci de numérotation redondante) est suivi d’une substantielle bibliographie et d’un index thématique, géographique et d’auteurs. Il retrace le parcours géographique de Reclus (chapitre I), sa démarche (chapitre II), son engagement pour une géographie politique (chapitre III), son intérêt pour un objet géographique minoré dans la géographie dite classique (la ville, dans le chapitre IV ) et pour les questions de civilisations (chapitre V, L’Orient, l’Occident et les civilisations). Progressivement l’ouvrage élargit sa focale aux relations entre « géographie et écologie » (chapitre VI) puis « géographie et anarchie » (deux derniers chapitres). Ce choix thématique est fidèle aux lignes de force qui traversent le vaste corpus reclusien, qui en signent l’originalité tout en tissant serré, désir de savoir et nécessité politique. Ces lignes traversières trouvent leur point de convergence à l’articulation des positionnements et des projets, intellectuels et idéologiques. Il est donc normal que l’ouvrage s’achève par une réflexion, à partir de la pensée reclusienne, entre ces deux ordres, dont la jonction, pour essentielle qu’elle soit, n’avait guère était prise à ce jour dans toute sa solidarité dans l’historiographie géographique française.

4Ph. Pelletier a fait le choix de placer l’œuvre de Reclus sous les auspices d’une véritable innovation intellectuelle (chapitre 1). Après le triangle initial des géographes clefs - A. von Humboldt, C. Malte-Brun et C. Ritter - durant la première moitié du XIXème siècle, s’en configure en effet un nouveau dans la seconde, dont Reclus constitue un des sommets, aux côtés de F. Ratzel et P. Vidal de la Blache. Trois figures majeures donc, dont la réception et la descendance scientifiques ne sont toutefois pas commensurables à l’aune bibliographique. Ph. Pelletier retravaille donc ici l’oubli institutionnel et scientifique national de Reclus ainsi que sa méconnaissance réelle ou obviée au sein du périmètre de géographicité classique. Ce chapitre, assez court, distingue des géographes et des lectures ; s’il ne couvre pas exhaustivement les différentes réceptions de Reclus, il montre bien comment les positions institutionnelles et idéologiques peuvent pourtant constituer de fécondes clefs de lecture dans l’histoire d’une discipline. Surtout quand cette dernière a formellement (seulement ?) bien pris soin de partager le savant du politique.

5Au chapitre II Ph. Pelletier s’attaque à un élément clef, la démarche géographique reclusienne, qu’il identifie fondamentalement par sa méthode dialectique. Pour Reclus, les contraires ne s’opposent pas, non plus qu’ils se subsument dans un tiers englobant. Ils s’opposent et se combinent en même temps. La référence reclusienne à Giambattista Vico est de ce point de vue importante, lui qui revendiqua une histoire non linéaire, en termes de progrès et régrès ; elle conforte Reclus dans son refus d’une vision prométhéenne en forme de progrès continu des sociétés vers toujours plus de civilisation. Mais pour l’auteur, « la dialectique reclusienne n’est pas que pure méthode. C’est autre chose qu’une mécanique tournant à froid. Il s’agit d’une position philosophique qui, grâce à sa largeur de vue et à son sens de la liberté, permet d’être globale, d’appréhender les interrelations entre les divers phénomènes. Elle anticipe de façon novatrice sur l’approche systémique telle qu’on la connaît actuellement » (p. 34). Logiquement, cette posture conduit Reclus à mobiliser ce que nous nommons aujourd’hui une géohistoire, tentant « une progression chrono-chorologique, spatio-temporelle » (p. 35). Ph. Pelletier voit ainsi dans « l’œuvre de Reclus une approche avant la lettre, de ‘temps long’ et ‘d’espace profond’ » ainsi que dans l’auteur de l’Homme et La Terre « l’un des créateurs de la ‘géographie sociale’ ». Suit une analyse des deux appellations, géographie sociale/géographie humaine, la seconde ayant permis au contrat vidalien – et à son succès institutionnel - de réaliser une géographie « scientifique » par naturalisation du politique.

6C’est d’ailleurs précisément à ce questionnement qu’est consacré le chapitre III où Ph. Pelletier s’attache à montrer la singularité reclusienne sur la question de l’Etat, son refus des frontières naturelles et de la naturalisation du régional. L’auteur oppose globalement une vision ascendante du politique chez Vidal et Ratzel - des régions naturelles à la nation puis à l’Etat - à la vision reclusienne qu’il se propose d’envisager plus finement dans les chapitres qui suivent. Ainsi s’explique la taille de ce chapitre où Ph. Pelletier brosse davantage les affinités entre Ratzel et Vidal qu’il ne développe spécifiquement les postures reclusiennes, à l’exception de la dénonciation de l’inanité des frontières naturelles.

7Reclus et la ville propose une relecture spatiale et politique d’un des objets par lequel Reclus se démarque de ses contemporains géographes français. On le sait, les « classiques » ont longtemps été assez timorés sur la ville. Peu de pages fortes et signifiantes dans les ouvrages fondateurs, même si l’historiographie récente a sans doute nuancé ce diagnostic. En revanche, la « cité, quintessence de la sociabilité humaine », constitue un objet géographique d’importance pour Reclus, parce qu’elle donne précisément à voir l’état des relations entre les hommes et leurs milieux, parce qu’elle abrite un véritable creuset de civilisation. La cité est le « lieu privilégié de la culture et de l‘instruction, lieu potentiel pour le progrès des mœurs malgré les vices précédemment évoqués, la ville est historiquement, et donc fondamentalement, un lieu de liberté » (p. 62). Reclus, fait de la ville un objet géographique éminemment politique. Il s’élève contre l’urbaphobie moralisante de ses contemporains et revendique la nécessité géographique des questions urbaines au motif précisément qu’elles s’inscrivent vivement sur l’horizon des questions sociales. Pour Reclus, c’est hic et nunc qu’il convient de prendre la mesure de l’expansion urbaine : il en dessine de façon particulièrement prémonitoire l’avenir expansionniste, les mutations des relations villes/campagnes ou encore la nécessité de donner aux centres urbains leur pleine dimension politique. C’est l’occasion pour Ph. Pelletier d’effectuer des rapprochements scientifiques, en particulier la modélisation de la distribution des villes par Reclus du modèle christallérien. Il aurait sans doute été intéressant sur ce point de rapprocher les textes de Reclus de ceux de son contemporain J. Reynaud ainsi que des travaux ultérieurs de J. Gottmann, autour du couple circulation/iconographie.

8Enfin, en spécialiste du Japon, il n’est pas étonnant que l’auteur développe de façon privilégiée un aspect important de la géographie reclusienne : celui de sa conception des grandes pièces et coutures du monde à travers les rapports Orient/Occident. Bien que ses pas infatigables ne l’aient pas mené jusqu’en Asie orientale, Reclus a beaucoup écrit sur ces régions du monde, dans « un corpus solide et considérable » qu’il s’est constitué, s’appuyant sur de multiples sources et ressources, en particulier sur Léon Metchnikoff, compagnon de géographie et d’anarchie. Ce chapitre est l’occasion pour l’auteur de mobiliser les questions de « géohistoire et de métagéographie des civilisations », hier et aujourd’hui. Il montre par exemple comment Reclus, contrairement à Mackinder qui pense en termes de puissance et de pouvoir, raisonne en termes de civilisations, qu’il relativise tant historiquement que géographiquement. Les développements que l’auteur consacre à l’interprétation reclusienne de la séparation Orient/Occident montrent bien l’importance essentielle que Reclus attribue à la circulation et à la mobilité des hommes dans les limites mouvantes et dynamiques des civilisations. Les développements sur le Japon disent assez l’admiration de l’auteur pour la perspicacité et la profondeur d’analyse de Reclus, sur un espace qu’il connaît bien. Au final, une lecture des civilisations qu’il reprend à Gérard Siary en « trois tensions polaires » : clôture et ouverture, unité et diversité, Occident et Orient.

9Le chapitre VI est consacré aux relations entre géographie et écologie. La question est d’importance. Ph. Pelletier n’oublie pas, et avec une plume à cet endroit sans doute plus vive (pp. 109-110), de revenir sur l’illusoire nouveauté de cet intérêt chez les géographes et donc sur l’amnésie de nombre d’entre eux,  au gré des doxa successives. Au demeurant, au-delà de cette apparence de nouveauté, la question est sérieuse, et commence par les mots. L’absence même de celui d’« écologie » du registre reclusien - qui ne saurait s’expliquer par méconnaissance du néologisme - et, a contrario, l’usage d’une autre nouveauté terminologique, « mésologie » n’est pas une question anodine. Ph. Pelletier s’en explique assez longuement en montrant comment l’étymologie du second terme (milieu) appert plus adapté à la pensée reclusienne que le premier, proposé par un F. Haeckel dont Reclus a dénoncé les positionnements politiques et idéologiques. On connait la fameuse affirmation « l’homme est la nature prenant conscience d’elle-même » : loin du déterminisme de son siècle, il affirme l’action et la responsabilité de l’humanité « vis-à-vis de la nature, c’est-à-dire vis-à-vis d’elle-même puisqu’elle en est issue » (p. 117). Reclus, conscient que les civilisations, elles aussi, disparaissent, non seulement alerte sur les dangers que représentent pour l’humanité certaines pratiques, mais insiste aussi sur les alliances entre « harmonie, beauté et poésie » d’un côté et « imprudence, laideur, appauvrissement et servilité » de l’autre (p. 118). C’est qu’esthétique et éthique vont de pair, dans une nature, véritable « raison de la passion » (p. 122).

10Les deux derniers chapitres, hormis le fait qu’ils sont pleinement originaux dans cette édition, traitent des relations intrinsèques entre géographie et anarchie. Ils ne sont pas, par conséquent, de même statut que les précédents : « On peut donc se demander s’il n’y a pas un rapport plus profond entre géographie et anarchie, au-delà même de la personnalité de Reclus » (p. 131). En rappelant tout d’abord les « rapports risqués entre science et idéologie » (sociobiologie, mésusages politiques de l’écologie, liaisons entre écologie et sociobiologie, néo-social darwinisme) et l’ « oubli » de l’anarchie dans la glose sur la fin des grands discours, Ph. Pelletier revient sur la nécessité, intellectuelle et politique, d’interroger ce couple. En fervent défenseur de la « géographie », l’auteur lui octroie des dimensions critiques plus « déstabilisantes » que celles de l’histoire ou la sociologie, au motif qu’elle mobilise irréductiblement un rapport au monde concret chargé et forgé d’imaginaires, qui la préserve de dérives dogmatiques (cet optimisme géographique serait un élément intéressant à discuter). L’auteur contextualise historiquement les relations problématiques entre géographie et politique (colonialisme), les actualise (diplomatie), pour saisir les enjeux de la discipline, toujours et irréductiblement en tension entre natura et polis. Ces deux pôles paradigmatiques, Ph. Pelletier en dénonce avec force les dérives, les silences, les prises en compte réductrices, les oublis aussi.

11Ph. Pelletier affirme que « l’instrumentalisation de la géographie par l’anarchie, et inversement, semble impossible par la nature même de leur définition » (p. 152) en analysant les limites heuristiques du binôme dédoublé, géographie/géographisme – anarchie/anarchisme. Le lecteur pourra alors trouver problématique la défense d’un rapprochement, au motif que géographie et anarchie sont intrinsèquement attachées au concret, au hic et nunc de la situation humaine sur terre et plus loin, que géographes et anarchistes « partagent en commun une préoccupation majeure, même s’il y en a d’autres, et même si leurs réponses peuvent différer : la liberté, déclinée en trois plans, le déterminisme, la volonté et la mobilité » (p. 159). C’est sans doute sur le principe même de « l’instrumentalisation » que l’impossibilité réside, non celle de l’articulation. Mais le lecteur manque sur ce point précis des développements qui auraient permis de penser justement le ressort de la jonction. Les pages qui suivent sont l’occasion de développements spécifiques aux conceptions anarchistes sur nature et culture, humanité et animalité, géographie et anhistoricité, qu’un lecteur moins averti pourra trouver un peu rapides ou elliptiques.

12Le chapitre VII enfin, après un détour consacré à la discussion des postures marxistes et anarchistes, s’attache à analyser cette dernière approche dans ses dimensions géographiques (Kropotkine, Metchnikoff et Reclus). Les références et les citations permettent au lecteur, même moins versé dans ces textes, de prendre la mesure des possibles rapprochements entre une conception de l’action politique et du monde et l’intelligibilité géographique de ce dernier, toujours mobile et mouvant. La plume est engagée, Ph. Pelletier militant fondamentalement en faveur de la capacité libératrice de ces deux façons d’être au monde. Le ton personnel des dernières pages en fait une véritable conclusion : « Pratiquer une géographie libre, c’est décupler la liberté de tous » (p. 200).

13On l’aura compris, ce texte est riche : riche de la culture géographique et politique de son auteur et donc de sa capacité à mobiliser de part en part l’œuvre reclusienne. Riche du soin qu’il prend à recoudre l’étoffe élimée des lectures et des références mobilisées par Elisée Reclus. Si certaines sont bien connues, parce qu’explicites ou citées dans la vaste correspondance, d’autres le sont moins et l’on sait l’importance silencieuse des textes qui irriguent une pensée. Riche encore des rapprochements et des passerelles jetées d’un siècle à l’autre. Riche enfin de sa détermination à désincarcérer Reclus de la gangue historiographique dont il a fait l’objet. On ne saurait certes pas oublier Y. Lacoste, le premier à avoir résolument fait la démarche. Mais il s’agit ici d’un projet plus global : saisir l’auteur de la Géographie Universelle au cœur de ses positionnements philosophiques, convoquant tout à la fois vision du monde et de l’histoire et détermination ontologique.

14Les questions soulevées sont toutes fortes : le statut et le rapport à la « Nature », la pertinence du périmètre disciplinaire instruit par les classiques, le partage entre science et politique… Toutes ont à voir avec l’horizon épistémique de la Modernité. Et là, la position reclusienne est problématique et c’est sans doute là aussi qu’elle résonne aujourd’hui le plus. Reclus n’est pas notre contemporain, mais sa lecture du monde/la lecture de son monde interpellent frontalement ceux qui font métier de géographes aujourd’hui. Et sans doute est-ce dans ses ambiguïtés mêmes qu’il nous est le plus actuel.

15Le positionnement reclusien balance en effet entre deux Weltanschauung. Ainsi de la prose descriptive d’Elisée, pleinement dixneuvièmiste, d’une texture évocatrice, faisant force usage de l’image, de la métaphore ; Il y circule comme un fumet romantique qui n’est pas sans servir l’horizon « harmonique » de son auteur et de ce point de vue, la rupture avec l’écriture vidalienne n’est pas, et de loin, aussi marquée qu’on a pu le dire. Mais plus avant, cette consonance littéraire renvoie à une source philosophique qui, de Vico par Michelet à Proudhon, a joué un rôle non négligeable dans la formalisation de la pensée reclusienne. De ce côté, des lectures et des points d’appui intellectuel - Vico en particulier dont il tire le principe d’un progrès non linéaire – qui s’inscriront dans la tradition du refus des Lumières rationalisantes ; mais de l’autre, pourtant, son attachement à l’expérience des faits (le concret) et au positivisme. Ph. Pelletier rappelle que Reclus qui « hérit(e) du positionnement positiviste et naturaliste, est à la recherche de lois qui soient non seulement explicatives mais aussi prospectives – presque déterminantes ou, tout du moins, porteuses d’un déterminisme bien compris et maîtrisé, qu’on peut appeler, à la suite du contemporain Albert Jacquard, le ‘déterminisme relatif’ » (p. 114).

16Deux Modernités sont ici mobilisées. Dans le contexte dixneuvièmiste d’une quête continue de philosophie de l’histoire, Reclus hérite de ces deux matrices qui circulent alors. La première, téléologique (version hégélienne ou marxiste) dessine ou promet une résolution dialectique de la nature et de la conscience humaine, actant farouchement le rationalisme des Lumières et son cortège de connaissance objective (science) et d’individuation (des hommes, des entités politiques, des disciplines…). La seconde, en déniant à la succession chronologique une linéarité progressive, revendique le principe de spécificité des groupes humains, dans leurs composantes culturelles (et civilisationnelles), et s’attache au principe harmonique. Les attendus diffèrent sensiblement, même si ces deux pôles n’ont pas toujours été exempts de recouvrement : en particulier durant le grand mouvement romantique, qui, centré sur l’individu, le connecte toutefois et fondamentalement, en sensibilité et en correspondance, à la Nature (« tout vit, tout est plein d’âmes »…). Que Michelet, le grand historien romantique, ait traduit Vico devient alors significatif à plus d’un titre. On comprend aussi mieux le souci à la fois rationnel (bien gérer la nature) et esthétique (l’embellir) de Reclus. Alors que la rationalité progressiste a pris grand soin, dans le sillage de l’héritage kantien, de distinguer l’ordre des connaissances entre le sensible et l’intelligible, une autre modernité maintient des liens entre science et esthétique. Privilégier le couple en tension, plutôt que le ternaire dialectique hégéliano-marxiste, rend parfaitement cohérent le positionnement de Reclus - qui refuse l’arrachement à la nature de la première modernité, pour reprendre la terminologie d’U. Beck - tout comme sa volonté, à l’instar de Kropotkine, de « recoller les différentes disciplines pour revenir à la philosophie globale des Grecs » (p. 176).

17En revanche, il est plus problématique de considérer que « sa géographie est pour son époque décidément trop novatrice, trop sociologique, trop historique, trop dégagée malgré tout du naturalisme, trop engagée finalement » (p. 129). Parce que le Grand Partage a distingué l’éthique du scientifique et le scientifique de l’esthétique ; parce que l’individuation disciplinaire est bien, elle aussi, fille des Lumières. Il y a là une étape d’explicitation qui ne pourrait qu’enrichir les perspectives de l’ouvrage ; son absence, au final, en fait regretter les dimensions, somme toute assez modestes au regard de ses légitimes ambitions. Parce que c’est peut-être sur ce point que le lecteur demanderait encore à être éclairé : sur la prémonition « géographique » reclusienne, « visionnaire, prophétique, innovante ». Le périmètre géographique de Reclus ne rentre guère dans les mises en ordres disciplinaires issues du grand projet moderne. Il est à lui seul un projet d’intelligence totale du monde, embrassant ses dimensions historique, spatiale, sociale, culturelle ; en y adjoignant de surcroît une nécessité éthique. S’en revendiquer conduit à poser explicitement la question de ce qui fait science et de ce qui fait discipline. Beau et vaste programme, assez actuel aussi !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Lefort, « Elisée Reclus, géographie et anarchie », L’Espace Politique [En ligne], Comptes rendus d'ouvrages, mis en ligne le 25 novembre 2010, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/1704

Haut de page

Auteur

Isabelle Lefort

Professeur des Universités
Université Lyon 2 - UMR 5600

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org