Navigation – Plan du site
Les contributions anciennes et nouvelles à une approche théorique en géopolitique

Aux origines d’une géopolitique de l’action spatiale : Michel Foucault dans les géographies françaises

Establishment and Diffusion of a Geopolitical Space of the Action: Michel Foucault in French Geography
Marc Dumont

Résumés

Les réflexions que Michel Foucault a pu mener de son vivant sur la fonction politique de l’espace ont été l’objet d’une appropriation contrastée par la géographie française. Ses rapports avec la discipline ont d’abord été teintés de mésentente et d’incompréhension comme l’illustre leurs échanges infructueux entretenus dans le cadre des premiers numéros de la revue de géopolitique Hérodote. En revanche, après cet échange riche de réflexion, deux appropriations majeures des travaux de Foucault seront réalisées par la géographie. D’abord, celle de Claude Raffestin qui, dans les années 1980, pose véritablement à partir d’une lecture de M. Foucault les bases d’une nouvelle géographie du politique et du pouvoir, en s’attachant à la fois à une déconstruction de la géopolitique classique et de ses souches idéologiques, puis à théoriser les relations de pouvoirs et leurs instruments (populations…). Il formalisera notamment à cette occasion la notion d’« arrangements territoriaux ». Puis, celle de Michel Lussault, également géographe, qui va s’emparer de trois expressions foucaldiennes : l’« ensemble pratique », le « dispositif spatial » et les « systèmes normatifs ». A partir de ces trois notions, le géographe va contribuer à l’émergence d’un courant plus large en géographie se spécialisant sur l’analyse de la dimension spatiale de l’action politique. En parcourant ces trois temps d’appropriation des travaux de Michel Foucault, cet article vise à apporter un éclairage à l’histoire d’une géographie française contemporaine du politique désormais affirmée et cohérente.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La géopolitique, en France, est inévitablement liée à la personnalité prestigieuse d’Yves Lacoste, qui a inscrit durablement dans le champ de l’analyse géographique des Etats et de leurs rapports de forces, la bifurcation épistémologique engagée par la Radical Geography. Toutefois, cette ouverture ne doit pas laisser dans l’ombre l’histoire plutôt complexe de la manière dont la question du politique et du pouvoir a été abordée par la géographie française. Dans cette histoire, les échanges successif que cette discipline a pu entretenir avec le philosophe Michel Foucault, que ce soit dans le cadre d’échanges ou d’usages de ses écrits, constituent un élément déterminant à considérer. Nous posons ici l’hypothèse et tenterons de montrer que l’émergence de différents courants, souvent complémentaires mais spécifiques, traitant des questions de pouvoir et de politique en géographie, peuvent être retracés à partir d’une analyse de ces échanges et usages.

  • 1 . Celui-ci est très investi politiquement, dans une critique du pouvoir, au point d’en être amené à (...)
  • 2 . Cf. Knafou R. (dir.), L'état de la géographie, Paris : Belin, 1997. Il faut toutefois bien soulig (...)

2Au départ, cette relation n’ira pourtant pas sans difficulté. Cela tient notamment, c’est notre autre hypothèse, à l’ambiguïté des relations que les géographes ont longtemps entretenus avec toutes les formes de pouvoirs constitués, une caractéristique majeure de l’histoire de la discipline. Le fait que géographie française ait évolué largement au cours de son histoire dans le champ des institutions (Dumont, 2009a), est un facteur clé pour comprendre sa difficulté de penser et de concevoir la question du politique, trop impliquée donc pour être efficacement réflexive à son sujet. En effet, que ce soit avant ou à partir de son institutionnalisation (fin du 19ème siècle), la géographie (et pas uniquement française) est restée longtemps une science du pouvoir, dans le sens de science au service d’une institution, notamment par le biais de la pratique cartographique (Claval, 2001). Hormis le cas d’Elisée Reclus1, il faut attendre les années 1960-1970 pour que soit remise en question ce statut d’une géographie impliquée dans la production des discours de légitimation d’une action sur l’espace, au service d’un pouvoir politique dominant, que ce soit par des cartes ou des textes2. A cette date, la discipline connaît cette crise interne profonde dont émerge le courant de la géographie radicale, d’influence marxiste dont sont issues les premières réflexions réflexives et critiques sur les phénomènes de pouvoir, sur la géopolitique. L’intérêt d’éclairer les usages des travaux de Michel Foucault par la géographie tient par ailleurs au fait que celui-ci aborde non seulement la question du politique, mais aussi celle de l’espace usant de nombre de métaphores spatiales pour penser un certain nombre de phénomènes, de processus ayant traits aux faits de discours.

3Nous viserons donc ici à éclairer trois usages : celui du groupe des géographes liés aux premiers numéros de la revue Hérorote, de Claude Raffestin et de Michel Lussault. Tous trois permettent d’illustrer autant d’inflexions dans l’approche du politique par la géographie, tout en ne perdant pas de vue que chacun d’eux s’inscrit dans une évolution de la discipline, ainsi qu’un contexte de société. Ce point est déterminant à souligner : les premiers évoluent dans le contexte d’une conception « stato-centrée » du pouvoir des années 1970 (guerre froide), le dernier dans celle « individuo-centrée » des années 1990.Nous soulignerons notamment comment ces approches ne s’excluent pas mais sont cumulatives dans la manière d’appréhender la question du politique en géographie et vont amener à dépasser la séparation entre deux ordres de réalité. En effet, elles expriment le passage d’une démarche visant à saisir espace et politique, à une autre pour laquelle l’espace est politique ou, plus largement, substituant une approchant dissociant les relations (ou rapports sociaux) et l’espace par une autre incitant à considérer l’espace comme relation. Au final, ce passage va contribuer à renouveler moins les questions portant sur l’espace et le politique que celles concernant l’action.

Politique et pouvoir dans la correspondance Hérodote-Foucault : de la mésentente à l’impensé.

  • 3 Cf. Foucault, M. (2004). [1966]. Les hétérotopies. Paris, Lignes, 61 p., et sa préface, très utile, (...)

4En 1975, Michel Foucault accorde un entretien à la revue Hérodote qui se qualifiera elle-même un peu plus tard de « revue de géopolitique », pour la publication de son premier numéro. Suite à cet échange, il adressera plusieurs remarques à la revue, publiées dans le troisième numéro et auxquelles une grande partie d’un cinquième numéro constitueront alors des tentatives collectives et plurielles de « Réponses ». Ces trois moments d’échanges « textuels » ne sont pas les seuls que Foucault pourra avoir avec les sciences ou savoirs de l’espace : il sera aussi en contact avec des architectes et aménageurs, avec lesquels il va construire une de ses pistes de réflexion spatiale les plus stimulantes : celle de l’hétérotopie3, le présent article ne ciblant que la relation particulière au champ de la géographie académique.

Analyser les rapports de pouvoir, non les arbitrer : le (faux) enjeu des mots spatiaux.

  • 4 .Naturellement, dans une acception très différente que celle d’insertion dans un mouvement / parti (...)
  • 5 .Foucault M., « Entretien avec Michel Foucault », in Hérodote, n° 1, François Maspero, Paris, 1976, (...)
  • 6 .Foucault signifie clairement ce point en différenciant l’archéologie et une archéologie du savoir,(...)

5Un des éléments de ce dialogue s’articule, dans l’entretien réalisé avec la revue, autour de la définition des enjeux d’une archéologie d’un « savoir géographique », ses représentants regrettant qu’il n’ait jamais été intégré par le philosophe dans son projet plus général d’archéologie du savoir. Or, en ce sens, faire l’histoire d’une discipline, pour Michel Foucault, reste toujours lié à un combat, donc à une prise de position et à un engagement politique4. Une telle pratique de l’archéologie ne peut pas trouver sa signification en elle-même, mais uniquement en tant que liée à une expérience, et correspond dès lors à un savoir engagé. Si Michel Foucault s’intéresse à telle ou telle discipline, c’est parce qu’il y détecte des lignes de force, des affrontements, des stratégies et que son souci est d’abord celui de « tenir un discours vrai qui soit stratégiquement efficace »5, un discours qui ait des effets politiques. La pratique scientifique ne prend dès lors son sens qu’en tant que pratique engagée. Cette mésentente sur la raison d’être politique et non esthétique ou académique d’une archéologie d’un savoir se traduit notamment lorsque les géographes objectent qu’ils ont précisément des polémiques en géographie qui devraient la rendre « attractive » vues de l’extérieur du champ, Foucault leur répondant qu’elles ne l’intéressent pas : si la géographie n’a donc pas eu de place dans cette archéologie du savoir, c’est parce qu’il n’y a pas de vérité unique6. De plus, cette absence de la géographie n’est pas anodine, elle est aussi la traduction d’une des modalités importantes de la logique du discours et des savoirs, liée à leur caractère labile et difficilement localisable suivant des aires clairement identifiables (France, Allemagne etc.), à des modes de circulation qui s’affranchissent ou ignorent ces frontières spatiales.

  • 7 . Ibid. . Phrase dont les deniers cours sont peut-être l’objet le plus tangible !

6Par ailleurs, Foucault s’empare des métaphores spatiales dont il a pu user en montrant qu’elles ne sont pas la propriété privée de la discipline mais bien l’inverse, qu’il s’agit, pour la plupart d’entre elles (territoire, frontières…), d’un lexique emprunté par celle-ci à d’autres disciplines (juridiques…). Pour autant, délocaliser les questions de la géographie, ce n’est pas la déposséder : Foucault insiste sur le fait que l’espace des mots n’est pas celui des rapports de pouvoir, ce qui implique de ne pas chercher le pouvoir que là où il est le plus visible, dans l’Etat et ses ramifications, mais de le traquer dans de tous petits lieux (usines...) constituant tout autant de ses modalités d’effectuation. Puis, il souligne que la formation des discours doit être rapportée à des tactiques et des stratégies qui se déploient autour d’implantations et de contrôle de territoires qui ne sont pas uniquement métaphoriques. Mettant en acte l’une de ses conclusions (« La géographie doit bien être au cœur de ce dont je m’occupe »7), Foucault adresse alors à la revue une série d’interrogations, demandant aux géographes d’expliciter la manière dont ils définissent et approchent les questions du pouvoir et des stratégies. En particulier, il reste perplexe vis-à-vis du fait que toute interrogation sur les stratégies - terme situé au cœur des rapports entre savoir et pouvoir – soit uniquement liée à la guerre. Puis, Foucault se demande si le frénétique souci de la géographie de constituer absolument comme science ne l’empêche pas de se poser d’autres questions plus importantes. Enfin, il se questionne sur la pertinence de localiser le pouvoir dans un « qui » et sur le fait qu’il est peut-être trop tôt pour donner des définitions générales du pouvoir.

Stratégie, guerre : une géographie du politique protégée par le dictionnaire et le sens commun ?

7Les réponses formulées par une douzaine de géographes, parfois à deux voix, sont assez contrastées et n’offrent pas réellement de réponses consistantes aux objections de Foucault. Il est difficile de les commenter pour deux raisons : d’abord, à cause du risque de laisser entendre qu’il y a « une » idée du pouvoir chez Foucault et que celle-ci aurait été mal reçue, substantialisant ainsi sa pensée à partir d’une relation subjective de lecteur à son texte, et entrant ainsi dans un discours de vérité, ou de concurrence pour la vérité, la « bonne » interprétation ; l’autre risque étant celui de la paraphrase. Nous soulignerons donc plutôt ici quelques traits saillants des orientations prises par les réponses. Deux tendances y sont repérables. Au niveau même de leur formulation, on peut être tout d’abord frappé par la manière dont la plupart ne renvoient pas à une idée précise stabilisée dans la discipline, mais au dictionnaire. Puis, on note aussi la prégnance des questions de la guerre et des « auteurs » du pouvoir (un « qui »), lesquelles apparaissent pour ces auteurs comme autant d’orientations logiques vers lesquelles se diriger lorsque la question du pouvoir se pose.

  • 8 . Cf. Collectif, « Réponses à Michel Foucault. Discours géographique et discours idéologique. Polit (...)

8Le recours au dictionnaire – mis à part l’effet de vérité de cet objet ! - est décevant : aucun ne saisit l’opportunité pour réinterroger les cadres de pensées propres à la discipline et au sens commun dominant. Puis, toutes les questions tentent ainsi de « répondre » - considérant donc que Foucault pose des questions alors qu’il ouvre davantage des réflexions - et à répondre en visant particulièrement à préciser comme ils définissent, pensent le pouvoir, et non tel qu’ils pourraient éventuellement le penser autrement. Pour les uns le pouvoir reste très lié à l’armée (Olivier Bernard et Maurice Ronai)8 et, plutôt que de poser la question du « qui » en dispose, il faudrait poser celle du « où » il s’exerce, en distinguer l’intensité, le réseau et le maillage de circulation. Pour d’autres, le pouvoir, c’est d’abord celui de l’Etat, donc subi (Jean-Michel Brabant), la stratégie renvoyant dans l’absolu à un plan d’action destiné à dominer, contrôler et répartir l’espace (saisi comme une surface plane qui peut être manipulée). Pour d’autres, enfin, la stratégie est l’art d’organiser des décisions conformes à un intérêt (Alain Joxe).

9Pierre-Yves Péchoux quant à lui avance une étrange tautologie : oui, l’interrogation des stratégies est forcément liée à la guerre puisque Yves Lacoste, fondateur de la revue, a déclaré que la géographie ça sert à faire la guerre, ce qui ne veut pas dire que les géographes font eux-mêmes la guerre. Le pouvoir y est pris là encore dans le sens commun d’un corps composé (Etat), et donc légitime implicitement la pertinence du « il », d’un « qui ». L’incompréhension apparaît clairement lorsque Péchoux déclare plus en avant qu’ « analyser la répartition des ressources et de la production des pouvoirs et s’arrêter là revient à se contenter d’une vision atomisée des phénomènes qui tout au plus peut permettre d’établir un classement formel ou un inventaire qualitatif » (p. 20). Analyser leur répartition permettrait toutefois d’identifier des « intentions » et des « volontés » et, là encore, de renvoyer à un « qui ». Il s’agirait ainsi de chercher, comme en histoire, « qui » a le pouvoir, la nature du pouvoir (son essence, autrement) résidant, toujours pour Péchoux, dans la force armée. Pour Alain Reynaud, le pouvoir est localisable dans son exercice, celui d’une municipalité, d’une institution en général, et Michel Riou pense que la guerre est inhérente aux rapports sociaux, qu’elle n’est que la face la plus visible de la lutte des classes. Sur la question du pouvoir, s’il convient que l’ « on ne peut répondre de façon non dynamique », il poursuit toutefois en soulignant que « le pouvoir cela se démontre. Au profit de qui s’effectue l’évolution d’une société ? Au profit de celui qui a le pouvoir. Et la définition du pouvoir c’est cela, c’est la capacité où se trouve une institution, une classe, de faire évoluer à son profit l’ensemble du corps social », requérant ici encore d’identifier un « qui » rassurant et comme évident.

10Hormis une longue réponse de Michel Pichol correspondant en fait en fait à l’exposé d’une argumentation visant une « science en péril » et pour la défense de l’Université, on relèvera trois réponses singulières qui s’écartent des deux tendances constatées. Celle de Guy Jalabert, d’abord, lequel déplace la réflexion ouverte par Foucault (« est-il possible de faire une géographie de la médecine ? ») pour esquisser l’idée très stimulante d’une géographie qui intégrerait une analyse du jeu des systèmes de normes. Puis, de Milton Santos remarquant qu’une telle science de l’espace et du pouvoir reste à construire, rejoignant la circonspection de Claude Bataillon lequel notait, de manière prudente, que la question du pouvoir est nouvelle en géographie. Enfin, de Claude Raffestin : celui-ci, en esquissant un lien entre pouvoir et information, un terme « autre », va s’avérer le seul représentant de la discipline qui va véritablement prendre au sérieux dès cette période l’incitation de Foucault, s’attachant à penser de manière frontale en géographie, la question du politique et du pouvoir.

De la généalogie d’un savoir à une théorie géographique du pouvoir : Claude Raffestin.

11Claude Raffestin sait, lorsqu’il écrit « Une géographie du pouvoir », qu’il avance en terrain difficile pour au moins trois raisons. Le dialogue interdisciplinaire que lui semble requérir une telle entreprise n’est d’abord pas aisé : l’interdisciplinarité dans les années 1970 ne s’est pas encore transformée en maître-mot voire en formule incantatoire (Dumont, 2003) et toute pratique d’ouverture et d’échange extra-disciplinaire reste considérée avec une nette suspicion. Par ailleurs, la manière d’appréhender la question du politique reste très pour ne pas dire exclusivement dépendante, en géographie, des écrits de Friedrich Ratzel : comme le notera à plusieurs reprise Raffestin, la géographie politique est d’abord une géographie d’Etat. Enfin, bien sûr, par la complexité des problèmes posés par le politique, l’espace et le pouvoir qui exigent un travail conséquent de conceptualisation. Penser pouvoir et politique, et les penser notamment par Foucault, consistera pour le géographe à mener simultanément une déconstruction d’un « savoir » spécifique jusque-là constitué par sa discipline, celui de la géopolitique, à élucider ses insuffisances et ses impasses pour s’attacher à partir de là, à poser les linéaments d’une problématique relationnelle de l’espace, du pouvoir et du politique.

Une archéologie de la géopolitique : les creux sémantiques comme opérateurs fondamentaux d’un discours idéologique.

12Les reproches adressés par Raffestin à la géographie classique du politique sont de trois ordres : théorique, sémantique / sémiotique et idéologique. D’après lui, cette géographie s’attache à « théoriser géographiquement l’Etat » (p.11), une théorisation de fait totalitaire puisqu’elle véhicule l’idée d’un pouvoir tout puissant amenant ainsi à ne considérer que le seul phénomène de pouvoir au sujet duquel il est possible de parler soit celui de l’Etat. Il souligne notamment les déficiences du caractère analytique des langages et des mots censés parler et décrire le territoire de l’Etat (maritime, fragmenté), de toute une série de « codes sémantiques » qui, en réalité participent eux-mêmes à conférer une légitimité et une visibilité à cet Etat-Nation. Certains de ces codes se transforment en véritables instruments stratégiques, notamment les caractérisations du pays (« cohérent », « homogène »), les nombres et les ordres de grandeurs ayant trait aux populations qu’ils sont censés représenter, et donc, devant rendre compte de la puissance potentielle d’un Etat. Raffestin établit ainsi une corrélation entre signes du pouvoir et objets de la géographie.

  • 9 . L’enjeu de la première (« provenance ») « ce n’est pas retrouver le caractère générique qui perm (...)
  • 10 . Hegel considérait que la guerre signifiait le maintient de "la santé éthique des peuple", pour R (...)

13Sur un plan idéologique, en interrogeant la géographie comme production sociale et politique historiquement située, Géopolitique et histoire fournit un exemple convaincant de l’efficacité du démontage des relations entre savoir et pouvoir. Le modèle d’analyse et d’exploration qui y est engagé correspond à une mise en application particulièrement convaincante - quoique non explicite - du projet théorique de Foucault, de la maintenant célèbre différence qu’il se proposait d’établir entre la souche et la provenance à partir d’une distinction entre Erkhunft et Entstehung9. Raffestin montre ainsi comment de Turgot à Ratzel, tout projet de géographie politique est en réalité soumis à un projet particulier, précis, celui du libéralisme pour l’un, du nationalisme pour l’autre. Il examine la circulation d’une pensée de l’Etat à travers plusieurs contributeurs soulignant comment chez Kapp, Ritter et Carl Schmitt, on trouve cette même explication / justification de l’Etat par les éléments physiques, « naturels ». Ainsi, Kapp, disciple de Ritter et de Hegel, est lu par Ratzel qui le cite à plusieurs reprises, opérant une naturalisation et une personnalisation de l’Etat comme organisme vivant, idée qui recoupe à son tour une vision propre au romantisme. Cette vision se trouve répercutée chez Kjellen, dont il fait le théoricien majeur de la géopolitique, direct héritier de Raztel, Hegel et Ritter, avec une obsession pour la guerre censée révéler la nature même d’un Etat saisi dans une vision organiciste, le moyen de faire connaître l’empire. On rejoint par ailleurs ici une triste obsession récurrente qui apparaît clairement à travers cette généalogie de la géopolitique, celle de la guerre10, que le discours de Karl Haushofer géopoliticien quelques décennies plus tard, dans la période qui suit le Traité de Versailles, transformera explicitement en discours de propagande censé distribuer et justifier les éléments de la grandeur de l’Allemagne.

  • 11 . Raffestin C., Lopreno D., Pasteur Y, op.cit, p. 22.
  • 12 . A ce sujet, il élucide plus précisément les trois dimension de l'enracinement de l'Etat dans le s (...)

14Cette analyse de la circulation permet à Raffestin d’élucider, toujours chez Ratzel, l’influence forte de Darwin et de considérer plus généralement que « la géographie de Ratzel est une sorte de combinaison d’éléments divers, une convergence d’éléments empruntés au fil de ses lectures [...] Elle est éclectique dans le sens où l’on peut suivre ses emprunts à l’hégélianisme, au darwinisme, au romantisme, mais sans qu’il soit possible de stabiliser une origine qui donnerait la clé »11, qu’elle n’a aucune unité, cherchant à saisir l’air de son temps. La géographie politique ratzélienne n’est donc pas une création, elle n’a pas d’unité, elle n’est que le point de convergence, l’aboutissement d’un courant scientifique bien plus ancien, Raffestin préférant parler d’ « halo associatif qui en a rendu l’usage possible par Ratzel » (p. 29). Il montre comment cette pensée s’articule autour de termes clés dont elle n’est pas l’inventrice mais qu’elle contribue à stabiliser, celui de lebensraum, notamment, Ratzel adaptant la lutte pour la vie de Darwin en lutte pour l’espace12.

15En fait, après la guerre, l’autre constante repérable dans le discours idéologique de la géopolitique est celle d’un flou maintenu plus ou moins sciemment autour de certains termes. C’est dans cette « inexplicitation » sémantique que réside peut-être une des mécaniques les plus efficaces de ce type discours : Ratzel conserve un certain flou autour de la notion de Lebensraum et Yves Lacoste, directeur de la revue Hérodote (cf. infra), n’apporte jamais de définition précise de cette discipline, la géopolitique, dont il se définit comme le « chef de file », contemporain. C’est ce flou généalogique jamais surmonté quant à la définition même de la géopolitique qui a rendu celle-ci d’autant plus vulnérable et récupérable par toutes les formes de fascisme, un creux sémantique qui est parfois celui du vide pur et simple, parfois celui de la tautologie. Il donne ainsi lieu à des hybridations entre géopolitique et discours idéologiques fascistes qui se cristallisent notamment à travers des petits dispositifs textuels, comme les revues Geopolica (en Italie) et plus tard Limes, qui promeuvent en réalité une géopolitique comme un programme politique ainsi que la légitimation de la guerre pour des nécessités naturelles.

  • 13 . Raffestin C., Lopreno D., Pasteur Y, op. cit., p.245
  • 14 . ibid., p.248.

16Enfin soulignant le rôle crucial de la carte – reproche sémiotique - comme dispositif à même de produire des effets de sens, certes par le regard zénithal qu’elle actualise mais surtout par son double rôle d’image et d’instrument, de sa mécanique d’un « voir par soi-même » fondateur d’un réel et d’un vrai (on retrouve ici l’influence de l’analyse foucaldienne)13. Raffestin souligne notamment comment cette conception de l’image-instrument recoupe très exactement certaines conceptions biologistes sur la vision chez l’animal qui lui permet de « viser les objets et conditions de l’attaque »14. La grammaire de l’action militaire est dès lors, d’abord une grammaire graphique. Concernant ce champ du visuel, le souci de Raffestin est bien moins celui d’y voir où d’y détecter quelques artifices et jeux de manipulation, que de souligner sa position et son inscription dans des processus stratégiques illustrant et manifestant tout à la fois les conceptions des géopoliticiens (identifiant notamment des styles qui leur sont propres comme celui de Haushofer), cette imbrication des médiations visuelles dans des pratiques idéologiques.

17Une fois élucidées les racines idéologiques et peu satisfaisantes sur un plan cognitif des méthodes et instruments de la géographie classique, Claude Raffestin pose les bases d’une nouvelle approche en se confrontant à la question théorique en tant que telle du pouvoir, puis, en s’attachant à la penser avec celle de l’espace et du territoire. La conception du pouvoir qu’il développe importe directement en géographie les travaux de Michel Foucault, en construisant l’esquisse d’une problématique dite relationnelle : « si nous avons opté pour une problématique relationnelle, c’est évidemment parce que nous pensons que les relations sont capables de rendre intelligible le pouvoir politique et ses manifestations spatiale ». Autre influence, Raffestin insiste sur l’article indéfini qui marque cette construction théorique (« l’usage de l’article indéfini a, ici, tout son sens, il signifie qu’il s’agit "d’une" description possible, parmi d’autres, c’est-à-dire d’une manière de déplier les choses éventuellement créatrice d’une autre explication », p. 26). Dans cette problématique relationnelle, la relation espace pouvoir apparaît sous une triple expression : celle d’une relation intimement liée à un champ d’énergie et d’information, celle de la mobilisation de ressources et celle de la production d’agencement territoriaux.

2-2. Du couple énergie / information au système territorial, une définition de l’espace-pouvoir.

  • 15 . Cf. Foucault M., Histoire de la sexualité. 1. La volonté de savoir, Gallimard, Paris, 1976, p. 12 (...)
  • 16 . Etzioni A., A comparative Analysis of complex organizations, The Free Press of Glencoe, 1991.

18L’appropriation de Michel Foucault apparaît alors très nettement dans les linéaments d’une « théorie relationnelle du pouvoir » qui sont une reprise de ses quatre propositions. La première est liée au fait que le pouvoir s’exerce et ne s’acquiert pas (il tient à des actes / actions) : c’est la dé-substantialisation majeure opérée par Foucault qui a retiré au pouvoir son caractère magique, l’obsession selon laquelle on pourrait « prendre » le pouvoir ou le retirer. La seconde est celle d’un pouvoir immanent aux relations : on trouve ici l’inspiration nietzschéenne de Foucault qui amène à considérer la moindre relation sociale comme un rapport de force et donc, de pouvoir. Dans la troisième, Foucault considère que le pouvoir vient du bas et qu’il est le produit de relations intentionnelles et non subjectives, arrachant le pouvoir au caractère symbolique du prestige auquel il reste attaché (dirigeant, monarque…), conception proche de celle que développera Gilles Deleuze et très attaché à la prolifération des relations à l’origine d’effets de pouvoir. Replacer le pouvoir du côté du « bas », c’est aussi pour Foucault une perspective visant à éclairer la force dont disposent des dominés ; c’est ouvrir ce faisant vers sa quatrième proposition : le fait que le pouvoir soit intimement lié à la résistance sans pour autant se confondre avec elle15. Il y a pouvoir, parce qu’il y a résistance, Foucault illustrant notamment le cas de l’esclave qui n’est pas inscrit dans une situation de pouvoir parce qu’il est mécaniquement asservi au maître sans exercer la moindre résistance. Partant de là, et en vue de parvenir à une définition composée de trois termes (enjeu-relation-pouvoir), Raffestin prend également appui sur un travail d’Amitaï Etzioni16 pour proposer une définition du pouvoir basée sur le couple information / énergie : « le pouvoir se définit par une combinaison variable d’énergie et d’information » (p. 47) qu’il pose sur un axe allant de l’une à l’autre. Par exemple la relation d’un fidèle à une église est plutôt du côté de l’axe 1 (information) et celle entre un prisonnier et l’institution carcérale, sur l’axe 2 (énergie), une « théorie de l’information » qui reprend explicitement le lien établit par Foucault et Deleuze entre savoir et pouvoir.

  • 17 . Raffestin C., Pour une géographie du pouvoir, p. 48. De même que le territoire sera défini comme (...)
  • 18 . op. cit., p.56.

19Qu’est-ce qui fonde donc le pouvoir ? A travers quels types de relations apparaît-il ? Pour Raffestin, c’est le travail, vecteur original minimal caractérisé par ces deux dimensions d’information et d’énergie et qui produit des relations, une définition à travers laquelle surgit d’une même coup une première approche du politique : « Le travail c’est de l’énergie informée […] Les organisations, en séparant l’énergie de l’information au niveau du travail, ont réalisé la première fission sociale […] Chercher à reprendre le contrôle de ces deux faces, c’est entrer dans un univers conflictuel, c’est entrer dans un champ proprement politique »17. Entrant plus au cœur des mécaniques de cette relation, Raffestin transfère l’interrogation sur le pouvoir vers deux termes : les enjeux et les relations autour desquels elles s’articulent et prennent forme. Le pouvoir ne surgit donc que parce qu’il y a enjeu, l’enjeu n’étant pas extérieur à la relation, mais l’une de ses dimensions constitutives, fondatrice. Soulignons au passage le fait que ce trait du raisonnement soit directement énoncé en direction de la géographie classique et de ses positions traditionnelles : il n’existe pas de ressources ou d’enjeux en soi (ressources dites « naturelles » par celle-ci) mais que dans et par une relation à travers laquelle elle peut se transformer en information, via des structures langagières (visuelles, discursives), en concret de pensée pour reprendre ici une terminologie althussérienne. La question du pouvoir est à partir de là intégrée par Raffestin dans un modèle de « communication / sémantique », un espace de circulation, d’échange et de compétition des signes, le champs de pouvoir, le pouvoir politique apparaissant comme le produit de la compétition et un moyen de la contenir, de l’organiser. Le champ de pouvoir est cet espace de relation dissymétriques / symétriques, avec des gains : « le pouvoir n’est véritablement perceptible qu’à l’occasion d’un processus relationnel. C’est au fond lorsque la relation se dévoile que l’on peut préciser, en faisant un bilan relationnel, quelle sont les structures de pouvoir »18.

20Dans les relations entre pouvoirs et espaces, trois types d’enjeux principaux surgissent : la population (fonction symbolique du dénombrement, cf. supra.), les ressources (matérielles) et le territoire, terme auquel Raffestin accorde une grande importance, et qui correspond à la « scène du pouvoir », le lieu de toute les relations, mais qui, sans population, n’est qu’une donnée statique à aménager : « le territoire est une production à partir de l’espace [...] or, la production, par tous les éléments qu’elle met en jeu, s’inscrit dans un champ de pouvoir », il est lié à des formes de contrôle qui, par des médiatisation, révèlent déjà des logiques de contrôle. Pour autant, il est important de préciser que le terme de pouvoir ne provient pas de Michel Foucault qui en a une acception particulière vis-à-vis de laquelle Raffestin met en garde contre les contre-sens possibles (Raffestin, 2005).

21Il en ressort une importante notion, celle du système territorial, produit d’une combinaison de nœuds, réseaux, maillages, qui croise des intentions - le maillage politique étant assimilé au maillage institutionnel -, image des structures de relation produites entre des acteurs.

La "foucaldisation" inachevée d’une géographie politique ?

  • 19 . op. cit., p.244.

22La relation entre les trois termes, espace pouvoir et politique reste toutefois assez malaisée chez Raffestin. Le politique, en particulier, n’y est considéré qu’en tant que lié à un engagement, rejoignant très clairement sur ce point le propos de Michel Foucault (cf. supra). En fait, plus qu’à penser le politique, le géographe s’attache clairement aux phénomènes de pouvoir n’évoquant jamais de manière approfondie la question du politique. On retrouve par ailleurs au final sous une apparente contradiction une certaine vision structuraliste sur l’individu et l’engagement du géographe qui devrait prendre au sérieux, selon lui, les questions du quotidien. La géographie politique, c’est celle d’un combat pour des droits de l’individu qui se doit de révéler les logiques de dominations dans lesquelles celui-ci se voit inscrit, contrait et pas tellement celle de la mise en œuvre d’une analytique spécifique à ce type de phénomène : « l’enjeu de la géographie politique, c’est l’homme [...] si nous étions parvenu à faire comprendre que toute relation est toujours marquée par le pouvoir, nous aurions atteint l’idée de départ. Si de surcroît nous pouvions avoir montré que toute géographie humaine faite d’une multitude de relations, est, à tout moment, une géographie politique, alors nous serions comblés. La dimension politique n’est jamais absence car elle est constitutive de toute action. Toute géographie humaine est politique mais cette dimension est rarement assumée par le géographe qui veut bien jouer le rôle de témoin mais refuse généralement de jouer le rôle d’une instance de recours pour ceux dont la territorialité est menacée »19.

  • 20 . op. cit., p.33.

23Toutefois, il y a autre chose dans cette élucidation de ce à quoi tient le politique, dans cette géographie qui confère précisément comme mission à cette géographie celle d’un engagement évoqué par Foucault. Raffestin limite en effet pour des raisons non-explicitées certaines de ses analyses, en ayant notamment une phrase étrange au sujet des pratiques individuelles et du risque de l’analyse micro-logique. En maintenant un lien étroit de la question du « comment » avec celle d’un « qui », Raffestin avance que « dans la géographie politique classique, l’acteur privilégié, c’est l’État. Il s’agit du niveau supérieur. En réalité, de l’individu aux formes les plus élaborées d’organisation il y a tout une échelle d’acteur. De manière à ne pas tomber dans une analyse micro-logique, nous considérons les groupes primaires, tel l’État, et les groupes secondaires qui peuvent être des organisation de divers type »20. Cette affirmation semble exprimer dans le travail de Raffestin une « foucaldisation » poussée jusqu’à un certain niveau, conservant comme un manque de conviction vis-à-vis de toute approche micro. Il convient de voir sans aucun doute dans cette réticence la prégnance d’une vision structuraliste peu encline à saisir l’individu, les actes individuels, autrement que contraints et « canalisés », « domestiqués », « enserrés dans un réseau », celui de la « plus grande organisation [qui] est l’État » (p.33) et non par les individus eux-mêmes, comme n’étant pas à même d’être des espaces de déploiement de logiques politiques. C’est précisément sur cet ordre de logique que les travaux menés par Michel Lussault vont alors notamment inciter à se focaliser, proposant d’investir par une analyse des espaces d’actes ce dernier pan délaissé d’une problématique relationnelle.

L’espace comme relation : vers une analytique spatiale des phénomènes politiques.

24Bien des apports de cette construction théorique sont repérables dans les travaux d’un autre géographe, Michel Lussault, consacrés aux politiques territoriales. Pour autant, c’est moins la question du pouvoir que celle du politique que celui-ci s’est attaché à investir, par le biais de la pratique des acteurs municipaux ainsi que, plus tardivement, de la pratique spatiale individuelle. Michel Lussault va réaliser une triple importation ici encore plus ou moins explicite, plus ou moins inscrite dans ce qui serait une sorte de filiation par rapport aux travaux de Michel Foucault, conférant une nouvelle portée à leur réception en géographie, une importation de trois concepts indirectement liés à la question du politique : l’ensemble pratique, le dispositif spatial et les systèmes normatifs. Il convient d’ajouter que ses travaux prennent aussi place dans une importante évolution de la discipline renouvelée par le « tournant pragmatique » attentif aux acteurs, à leurs justifications et à leurs langages, dans une géographie de l’action.

"Ensembles pratiques" : de l’agir spatial aux mondes de l’action (politique)

  • 21 . Lussault M., « Fabrique de l'image et projet urbain » in Charrie J.P. (dir.), Villes en projet(s) (...)

25En s’emparant de l’expression d’ « ensemble pratique », M. Lussault entendait construire une pensée géographique des actions humaines et complexifier l’approche des systèmes d’acteurs / d’action politique pour lui faire restituer ces structures provisoires et congruentes d’intervenants qui se constituent au cours de processus d’aménagement, notamment, mais pas seulement. L’usage qu’il réalise de cette expression empruntée à l’une des Leçons de Michel Foucault au Collège de France, ne semble pas tellement avoir pour visée d’en faire un synonyme d’un « champ de pratiques », ce qui impliquerait une certaine idée d’autonomie et d’homogénéité, mais davantage de focaliser l’attention sur la pratique en tant que telle, à la saisir dans toute sa mesure. L’expression lui offre la possibilité d’investir pleinement la pratique spatiale non en tant que simple activité distribuée sur un espace neutre et récepteur, mais en tant qu’inextricablement liée à celui-ci pour laquelle il représente une ressource indispensable, un "ingrédient" et que, simultanément, elle contribue à doter de sens. Ce sont donc moins des logiques de champs que des logiques de pratiques - et de pratiques spatiales - dont il engage à partir de là l’esquisse d’une analytique, en vue d’y détecter leurs fondements idéologiques et d’en dégager toutes ces formes de rationalité qui « sous-tendent les agirs »21.

  • 22 . « Il faut réinvestir les usages comme des "ensembles pratiques", que Foucault définissait comme " (...)
  • 23 . « L'examen des ensembles pratiques excède le champ de la seule vie individuelle quotidienne et pe (...)

26Une des situations privilégiées d’observation des ensembles pratiques, c’est le projet urbain, « construit d’action » à la convergence d’un contexte à la fois social et spatial et qui illustre précisément l’intérêt de cette appropriation géographique de Foucault. Le projet voit apparaître, circuler et disparaître, se recomposer des multitudes d’intervenants institutionnels, associatifs, individuels, professionnels etc., sa cohérence n’est pas a priori définie par une logique de champ sinon par les habitus que chaque intervenant - et parfois des intervenants-clés comme les privilégie Lussault - engage dans sa propre pratique. L’ensemble pratique n’en reste pour autant pas cantonné aux processus d’envergure, il concerne aussi la pratique individuelle, Foucault lui permettant de repenser la question des usages22 en géographie et, chronologiquement, lui permet d’esquisser un premier déplacement vers la question du politique (cf. infra). L’usage n’est pas saisi en tant que tel, comme une monade, mais en ce qu’il permet aussi d’indexer le jeu politique qui s’exerce à travers lui23.

"Dispositif spatial" : l’espace, matériau actif du politique

  • 24 . Lussault M., « L'instrument sanitaire. Rôles et valeurs de la santé publique dans les politiques (...)

27Seconde importation, celle du dispositif spatial qui, pour Lussault, est un ensemble composé d’acteurs (humains) mais aussi d’actants (non-humains ou plus abstraits). Le territoire fait partie de ces « actants » qui jouent un véritable rôle quasiment comme une personne dans un débat, dans une stratégie publique. Le rôle des médiations visuelles (image, photos…) est crucial pour faire accéder le territoire au statut presque humain d’acteur dans une situation de pouvoir. Les images, souligne Lussault, permettent de le rendre tangible au lieu de rester une abstraction évoquée par les mots. Ainsi, l’auteur reformule l’agencement territorial de Raffestin évoqué plus haut qui accordait une importance toute particulière au visuel, à l’image et à ses effets de vérité. Dans ses travaux consacrés aux processus d’aménagement, Lussault montre comment le dispositif correspond à bien plus qu’un simple objet doté d’effet (cartes, plans), il est un hybride de matérialité (la ville), et d’idéalité (valeurs, idéologies territoriales). De plus le dispositif - et c’est là sans doute une des relectures les plus stimulante de Foucault - est à la fois disposé et disposant ce qui signifie par exemple qu’un territoire n’est pas uniquement un support d’enregistrement d’activité, un simple matériau produit par l’action comme le considérait Raffestin, mais comme un objet « offrant du répondant à la pratique », qui joue un véritable rôle d’opérateur d’interactions. La dynamique de ce dispositif peut alors renvoyer au jeu d’opérateurs sociaux et matériels : dans une analyse d’une situation locale de santé publique à l’intérieur d’une ville intermédiaire, le géographe montre ainsi comment un « dispositif spatial sanitaire » est amené à émerger, se composer d’un territoire légitime d’action d’une municipalité qui se télescope avec celui d’associations locales et de riverains, dans lequel des seringues sont à même de jouer le rôle d’objets opérateurs d’action, d’activation d’un champ concurrentiel : « les espaces publics constituent un "dispositif spatial" d’intervention sanitaire composé d’actant et de collectif et d’agent sociaux. »24. Il n’y a pas « une » politique locale de la santé publique mais une galaxie d’intervenants interagissant et qui, à travers ces interactions produisent (et sont produits par) un agencement territorial, une mise en ordre de l’espace où chaque chose prend lieu et place.

  • 25 . op. cit., p. 19.

28Dans cette perspective, le dispositif spatial sanitaire est considéré comme un instrument de traitement technique et compassionnel par les institutions de la souffrance sociale dans lequel l’espace est à la fois « opérateur de traduction d’un fait problème sociétal et politique local », un opérateur de jonction d’un ensemble pratique et de destinataires » - de convergence d’un ensemble diversifié d’intervenants - et un « support de délégation, un objet sur lequel on se repose pour atteindre un certain nombre d’objectif »25. Au cœur des activités propres à ces dispositif, Lussault souligne le rôle crucial des médiations visuelles, qu’il s’agisse de carte, de croquis ou de documents de communication : ceux-ci proposent la vision d’un territoire apaisé, permettent de produire du consensus ou de réorienter l’action, font être-là et le plus souvent être-déjà-là. C’est par eux que l’espace d’une ville, d’un secteur urbain, se retrouve virtuellement présent dans une discussion et que s’ajustent positions et prise de positions.

"Système normatif" : vers une politique de l’acte spatial ?

  • 26 . Foucault M., L’herméneutique du sujet. Cours au Collège de France, Le Seuil, 2001.
  • 27 . Mendel G., L'acte est une aventure. Du sujet métaphysique au sujet de l'acte pouvoir, La Découver (...)

29« L’espace ? C’est de la relation ! », déclarait Michel Lussault au cours d’un séminaire consacré à « L’individu, acteur spatial ». En investissant sur un plan théorique la question des systèmes normatifs il représente un nouveau courant de la géographie française soucieux de saisir par l’analyse des espaces d’acte la fonction politique des normes sociales. Par l’engagement d’une analyse des systèmes normatifs construite autour d’une réflexion sur les Cours de Michel Foucault26, prenant à la lettre ce mot de Gérard Mendel « l’acte est une aventure »27, Lussault entraîne la géographie vers les micro-échelles, vers les corps en ce qu’ils actualisent par leurs activités tant langagières que concrètes, en (se) spatialisant, toute la normativité d’une société. Espace et norme se conjoignent ainsi notamment dans des regards, des gestes, des paroles telles que des plaintes, considérés comme des opérateurs à la fois de spatialisation et de qualification (Lussault, 2002). Cette réappropriation des travaux de Foucault sur les systèmes de normes lui permet toutefois de ne pas forclore cet usage à la stricte échelle de l’individu - délaissée par Raffestin -, mais de le réinvestir dans les « situations d’épreuve » qui sont à la fois des cristallisés et des révélateurs de ce jeu des normes, d’une part, des différents plans de l’actions spatiale d’autre part, mais aussi d’une dimension politique plus profonde. Si les actes spatiaux individuels méritent d’être pris au sérieux en ce qu’ils qualifient, coupent et découpent, bref norment, c’est parce que simultanément ils participent aussi, en s’articulant autour d’objet spatiaux, à instituer de la distance, à gérer de l’écart, et donc à structurer des ordres sociaux labiles ou stabilisés (Dumont, 2009). C’est en cela et à partir du moment où ces situations prennent une dimension injonctive que l’on peut parler d’une politique de l’acte spatial : celui-ci n’est pas l’expression ou la reconnaissance d’un individu démiurge affranchi de ses conditions de possibilités, mais, à travers l’actualisation de normes qu’opèrent ses actes, participe dans certaines circonstances à reproduire et maintenir des structures de différenciation sociale sur lesquelles se fondent les ordres sociaux, telles que l’opposition entre l’intérieur et l’extérieur, le dedans et le dehors et plus largement, la civilité et l’incivilité, ce qui est bien / mal, acceptable ou inacceptable.

  • 28 .Lussault M., 1995, op. cit., p. 154.

30Cette conception foucaldienne des espaces d’actes rejoint par ailleurs un postulat plus général que Lussault pose sur la possibilité de retrouver dans le plus petit objet de société l’ensemble des logiques de celle-ci, justification théorique de l’analyse micrologique : « Privilégier la micro-échelle, ce n’est pas renoncer aux autre, mais simplement estimer que c’est par celle-ci que l’on parvient à mieux discerner les origines et les significations des usages dans leur dimensions spatiales : reste à construire ensuite l’analyse de la dialectique que chacun établit, difficilement, entre tous les niveaux scalaires maîtrisés, à comprendre comment se produisent les territoire du collectif et de quelle façon ils interviennent dans l’organisation des pratiques des hommes ordinaires »28.

31Une telle analytique spatiale de la dimension normative des actes saisis comme relation voit donc converger les notions d’ensemble pratique et de systèmes normatifs, et du même coup suggère une refondation à travers cette observation de « ce que les gens font et comment ils le font » - des actes en tant qu’ils sont à même, dans certaines circonstances, de participer à stabiliser des ordres sociaux -, de la pensée du politique en géographie, avec Foucault. Elle ne peut toutefois être réellement convaincante qu’à partir du moment où elle se confronte au passage d’un simple constat de la norme (être) vers les procédures de définition et d’imposition de celle-ci (Dumont, 2009b), sa dimension injonctive (devoir-être). Il n’en reste pas moins une certaine perte, ce faisant, d’une notion clé : celle des rapports de force, d’imposition et domination. Mais pourtant, cette troisième approche n’en est pas exempte d’objections lourdes, dont celle d’effacer certaines grilles de lectures fondatrices. Ainsi, considérer l’espace comme relation, c’est ce faisant délaisser l’idée majeure popularisée par Yves Lacoste : l’espace, c’est du rapport de force, risquer, donc, d’oublier derrière une géographie politique, l’enjeu cognitif de la géopolitique. C’est précisément ce risque que l’entreprise de synthèse réalisée par les travaux de Stéphane Rosières veut parvenir à dépasser (Rosières, 2003), permettant enfin, avec d’autres géographes plus sensibles aux questions de justice spatiale (Gervais-Lambony Ph. & Dufaux, 2009), de permettre de solidifier une géographie française de l’espace politique, notamment structurée autour des travaux de Michel Foucault.

Conclusion : quelle portée pour ces appropriations ?

32Il est difficile, au final, de tracer une continuité bien nette entre les trois approches (ou figures) évoquées, tout comme de considérer que les analyses de Michel Foucault ont désormais acquise une pleine reconnaissance dans la discipline et ce, pour deux raisons. D’abord, parce que le renouvellement de la géographie politique en France a aussi été réalisé à travers d’autres importations, à l’occasion de démarches de synthèse plus vastes qui vont faire date dans la discipline (Lévy, 1994) et ne faisant pour certaines peu référence aux travaux de Michel Foucault. Ces autres approches sont beaucoup plus liées à la géographie électorale, notamment, ainsi qu’à des courants anglo-saxons de la géographie politique et renouvelleront autant la discipline. Mais, surtout, il y a probablement une autre raison à cela : celle-là même du certain malaise qu’entretient le philosophe vis-à-vis de la notion même de politique (Rotmann, 1997) ; probablement donc, cette difficile appropriation tient-elle aussi pour partie à ce flou relatif qui caractérise, chez Foucault, le passage de la question du pouvoir à celle du politique !

33On soulignera, pour achever, le fait que les appropriations géographiques ici évoquées présentent des possibilité d’usage convaincantes de certains instruments de Michel Foucault pour penser le politique en géographie, mais de manière en quelque sorte détournée, et plus subtiles qu’une simple importation de la terminologie foucaldienne (dispositifs, relations…). Bilan en relatif demi-teinte, donc, de ce vieux débats aux origines de la géographie politique française, avec une situation qui reste d’autant plus paradoxale que les analyses du politique en milieu urbain, par exemple, ne cessent par ailleurs d’appeler à la rescousse des théories à même de restituer des « effets de contextes et de dispositifs ».

34Certes, peut-être liés à des questions (trop) archétypales comme celles du rôle des ronds-points et leurs variantes dans la disciplinarisation des comportements, de la délégation de formes de contrôle à des dispositifs matériels, mais surtout, dans la complexité du sens de ceux qui ont été évoqués, en vue par exemple de souligner la prégnance de fictions au cours de processus d’aménagement, grands principes dogmatique ou fantasmes dotés dans certaines situations spatiales d’une véritable capacité d’action, et par là, de saisir les dimension spatiales de la dissémination du politique (formes de « gouvernances »). A l’heure où les « pouvoirs » se démultiplient, se délèguent à des objets techniques et matériels, il y a là, plus que jamais, un champ d’investigation à l’intersection du spatial et du politique que la discipline peut désormais s’attacher à investir dans sa pleine mesure.

Haut de page

Bibliographie

CLAVAL P., Epistémologie de la géographie, Nathan, Paris, 2001

Collectif, 1976, « Géographie de la crise, crise de la géographie », Hérodote, n° 1, Paris, François Maspero.

Collectif, 1976, « Guerres/stratégies. Espace-temps militaire. Chypre. La Longue Marche », Hérodote, n° 3, Paris, François Maspero.

Collectif, 1977, « Réponses à Michel Foucault. Discours géographique et discours idéologique. Politique des Bantoustans », Hérodote, n° 6, Paris, François Maspero.

DUMONT M., 2003, « Langages et structures d’échange en recherche urbaine : proposition pour la généalogie d’un marché de l’interdisciplinarité », Cahier du Laua, n°7, Nantes, pp. 102-113.

DUMONT M. 2009a, La géographie. Lire et expliquer les espaces habités contemporains, Paris, Armand Colin.

DUMONT M., 2009b, « Le territoire, des identités locales aux modèles de société », in Baudin G., Bonnin Ph (dir.), Faire territoire, Editions Recherches, 2009, pp. 221-234.

FOUCAULT M., 1986, Sept propos sur le septième ange, Marseille, Editions Fata Morgana.

FOUCAULT M., 1976, Histoire de la sexualité. 1. La volonté de savoir, Paris, Gallimard.

FOUCAULT M., 1992, « Deux essais sur le sujet et le pouvoir », in Dreyfus H., Rabinow P., Michel Foucault. Un parcours philosophique, Paris, Gallimard, collection Folio, 366 p., pp. 297-321.

FOUCAULT M., 1971, « Nietzsche, la généalogie, l’histoire », in Collectif, Hommage à Jean Hyppolyte, Paris, P.U.F., collection Epiméthée.

FRANCHE D., 1995, « La géopolitique comme idéologie. A propos de Claude Raffestin », in Le Banquet, n. 7, Paris, pp. 45-53.

GERVAIS-LAMBONY Ph., DUFAUX F., 2009, « Justice... spatiale ! », in Annales de géographie, Armand Colin, 2009, Annales de géographie nº 665-666, pp. 7-19

LEVY J., 1994, L’espace légitime - Sur la dimension géographique de la fonction politique, Presse de Sciences Po, Paris.

LUSSAULT M., 2002, « Pour une analyse des espaces d’actes », in Ghorra-Gobin (C., dir.), Réinventer le sens de la ville : les espaces publics à l’heure globale, Paris, l’Harmattan, p 32-64.

LUSSAULT M., 1998, « L’instrument sanitaire. Rôles et valeurs de la santé publique dans les politiques territoriales tourangelles », in Fassin D., Les figures urbaines de la santé publique. Enquête sur des expériences locales, Paris, La Découverte.

LUSSAULT M., 1995, « L’usage, la communication et le géographe », in Science de la Société, numéro 35, Paris, pp. 150-162

LUSSAULT M., 2003, article « Foucault », in Lussault, M., Lévy J. (dir.), Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin, pp. 377-380.

RAFFESTIN C., 1997, « Foucault aurait-il pu révolutionner la géographie humaine », in. Franche D. & al. (eds.), Au risque de Foucault, Centre Georges Pompidou, Paris, pp. 141-149.

RAFFESTIN C., LOPRENO D., PASTEUR Y., 1995, Géopolitique et histoire, Lausanne, Payot.

RAFFESTIN C., BRESSO M., 1979, Travail, Espace, Pouvoir, Lausanne, L’Âge d’Homme,.

RAFFESTIN C., 1980, Pour une géographie du pouvoir, Paris, Litec.

RAFFESTIN C., 1992, « Autour de la fonction sociale de la frontière », in Espaces et sociétés, n° 70/71, Paris, pp. 157-164.

RAFFESTIN C., 2005, « L’actualité et Michel Foucault », EspacesTemps.net, 08.03.2005.

RATZEL F., 1988, Géographie politique [Politische Geographie, éd. 1903], Paris, Economica.

ROSIERE S., 2003, Géographie politique et géopolitique, une grammaire de l’espace politique, Ellipses, Paris.

ROTMANN R. (dir.), 1997, Au risque de Foucault, Paris, Éditions du Centre Georges Pompidou, Coll. « Supplémentaires ».

Haut de page

Notes

1 . Celui-ci est très investi politiquement, dans une critique du pouvoir, au point d’en être amené à s’exiler.

2 . Cf. Knafou R. (dir.), L'état de la géographie, Paris : Belin, 1997. Il faut toutefois bien souligner que cette relation de soumission a toujours présenté un caractère indirect, par le biais de participations, de contributions etc.

3 Cf. Foucault, M. (2004). [1966]. Les hétérotopies. Paris, Lignes, 61 p., et sa préface, très utile, Defert, D. (2004). "Hétérotopie": tribulations d'un concept. Le corps utopique; Les hétérotopies. M. Foucault. Paris, Lignes: 37-61.

4 .Naturellement, dans une acception très différente que celle d’insertion dans un mouvement / parti politique…

5 .Foucault M., « Entretien avec Michel Foucault », in Hérodote, n° 1, François Maspero, Paris, 1976, p.

6 .Foucault signifie clairement ce point en différenciant l’archéologie et une archéologie du savoir, op. cit.

7 . Ibid. . Phrase dont les deniers cours sont peut-être l’objet le plus tangible !

8 . Cf. Collectif, « Réponses à Michel Foucault. Discours géographique et discours idéologique. Politique des Bantoustans », Hérodote, n° 6, François Maspero, Paris, 1977, p. 7.

9 . L’enjeu de la première (« provenance ») « ce n’est pas retrouver le caractère générique qui permet d’assimiler un individu, un sentiment, une idée à d’autres, mais de repérer les marques subtiles qui s’entrecroisent en lui et qui forment un réseau difficile à maîtriser », et la seconde (« l’émergence, le point de surgissement ») « c’est la loi singulière d’une apparition […] l’émergence désigne un lieu d’affrontement […] nul n’en est responsable, elle se produit dans l’interstice ». cf. Foucault M., « Nietzsche, la généalogie, l'histoire », in Collectif, Hommage à Jean Hyppolyte, P.U.F., collection Epiméthée, 1971

10 . Hegel considérait que la guerre signifiait le maintient de "la santé éthique des peuple", pour Rake, elle est "le père des choses", pour Ratzel, elle est le moteur de l'expansion de l'Etat, "une grande école de maîtrise de l'espace" et pour Kjellen, la géopolitique est définie comme "théorie appliquée à l'art de la guerre", cf. Raffestin C., Lopreno D., Pasteur Y, Géopolitique et histoire, p. 91

11 . Raffestin C., Lopreno D., Pasteur Y, op.cit, p. 22.

12 . A ce sujet, il élucide plus précisément les trois dimension de l'enracinement de l'Etat dans le sol chez Ratzel, liée au mythologie tellurique, à l'idéologie d'ancien régime attachant le peuple-serf et le chef-seigneur à la glèbe, et l'idéologie völkisch.

13 . Raffestin C., Lopreno D., Pasteur Y, op. cit., p.245

14 . ibid., p.248.

15 . Cf. Foucault M., Histoire de la sexualité. 1. La volonté de savoir, Gallimard, Paris, 1976, p. 121.

16 . Etzioni A., A comparative Analysis of complex organizations, The Free Press of Glencoe, 1991.

17 . Raffestin C., Pour une géographie du pouvoir, p. 48. De même que le territoire sera défini comme « de l'espace informé par la sémiosphère ».

18 . op. cit., p.56.

19 . op. cit., p.244.

20 . op. cit., p.33.

21 . Lussault M., « Fabrique de l'image et projet urbain » in Charrie J.P. (dir.), Villes en projet(s): actes du colloque tenu a Talence les 23 et 24 mars 1995, Maison des sciences de l'homme d'Aquitaine, 1996. p.115-127

22 . « Il faut réinvestir les usages comme des "ensembles pratiques", que Foucault définissait comme "ce que les hommes font et comment ils le font, en descendant au plus grand niveau de finesse possible dans la prise en compte des différentes manifestations de cet universel désir de l'agir chez les individus. Foucault proposait une étude des "formes de rationalité qui organisent les manières de faire (ce qu'on pourrait appeler leur dimension technologique) ; et de la liberté avec laquelle ils [les hommes] agissent dans ces systèmes pratiques, réagissant à ce que font les autres, modifiant jusqu'à un certain point les règles du sujet (c'est ce qu'on pourrait appeler le versant stratégique...". Ce projet général permet d'embrasser l'intégralité des manifestations des usages individuels, des attitudes corporelles à la parole écrite ou orale via les agencements matériels et sociaux que la pratique contribue à instaurer et à faire fonctionner. Le tout, sans sacrifier le principe d'une intentionnalité, dont l'affirmation nette peut surprendre un lecteur qui en serait resté au Foucault des Mots et des choses, ni faire fi de l'inscription des actions dans des organisations sociales et des effets de cette inscription". Cf. Lussault M., « L'usage, la communication et le géographe », in Science de la Société, numéro 35, mai 1995, p. 152.

23 . « L'examen des ensembles pratiques excède le champ de la seule vie individuelle quotidienne et permet à la recherche d'aborder le rivage du Politique, si l'on considère celui-ci comme le domaine où s'établissent les règles des divers niveaux de légitimité sociales et se fourbissent les armes et les outils de leurs diffusion et de leurs application ». op. cit.

24 . Lussault M., « L'instrument sanitaire. Rôles et valeurs de la santé publique dans les politiques territoriales tourangelles », in Fassin D., Les figures urbaines de la santé publique. Enquête sur des expériences locales, Paris, La Découverte, 1998, p 16

25 . op. cit., p. 19.

26 . Foucault M., L’herméneutique du sujet. Cours au Collège de France, Le Seuil, 2001.

27 . Mendel G., L'acte est une aventure. Du sujet métaphysique au sujet de l'acte pouvoir, La Découverte, Paris, 1998

28 .Lussault M., 1995, op. cit., p. 154.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Dumont, « Aux origines d’une géopolitique de l’action spatiale : Michel Foucault dans les géographies françaises », L’Espace Politique [En ligne], 12 | 2010-3, mis en ligne le 11 février 2011, consulté le 28 mai 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/1744 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.1744

Haut de page

Auteur

Marc Dumont

Maître de conférences en aménagement urbain (Université Rennes 2 Haute Bretagne)
UMR CNRS 6590 Espaces et Sociétés (ESO),
Laboratoire LAUA (Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Nantes)
marc.dumont@univ-rennes2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org