Navigation – Plan du site
Un renouvellement des problématiques

Une géopolitique des classes ?

A Geopolitics of Social Classes?
Stéphane Rosière

Résumés

Cet article esquisse une géopolitique des classes envisagée comme une lutte entre une classe dominante (l’oligopole mondial) et une classe pauvre, périphérique. Après avoir envisagé les conditions épistémologiques de la marginalité de cette réflexion, la géopolitique ayant été pensée comme science de l’impérialisme et ne s’intéressant pas aux clivages de classe, l’auteur tente d’ordonner les éléments qui la constitueraient. La position dominante de l’oligopole ne peut perdurer que dans une certaine organisation/production de l’espace. Celle-ci est relativement indifférente à la fragmentation territoriale (étatique), mais est très sensible à la hiérarchie et au contrôle des lieux, ainsi qu’à leur mise en réseau aux échelles globale et locale. L’auteur examine les modalités de cette domination/production de l’espace à l’échelle globale, notamment à travers l’exemple américain, puis à l’échelle locale, à l'échelle urbaine. L’importance de la violence sociale paraît accrue dans un monde marqué par la diminution des conflits interétatiques. Les classes sociales paraissent jouer un rôle inversement proportionnel par rapport au vecteur national qui fonderait la rugosité des relations internationales. La transmission de la rugosité de l’international à l’intranational serait l’une des dimensions actuelles d’une géopolitique des classes, ou d'une géopolitique « radicale ».

Haut de page

Texte intégral

« La guerre des classes existe, c’est un fait, mais c’est la mienne, la classe des riches,

qui mène cette guerre et est en train de la remporter. »

Warren Buffett

1En tant que théorie, la géopolitique des classes n’a jamais existé et n’existe pas. A la limite, on pourrait penser cette formule comme un oxymore. Et pour cause, d’une part, la géopolitique, dans une optique « classique », a été conçue — bien qu’elle ait évoluée — comme la science de la conflictualité entre les États et de la lutte pour l’hégémonie mondiale. A ce titre au moins, elle ne prenait pas en compte les classes sociales. Chez Friedrich Ratzel, par exemple, le peuple est la seule entité sociale qui soit mentionnée. Comme le fait remarquer Claude Raffestin (1995, p.40) : « La géographie politique [de Ratzel] n’est-elle pas marquée, de ce point de vue, par une réminiscence idéologique de l’Ancien Régime (...) : l’idéalisation de la terre, du pouvoir de la terre en tant que telle, au détriment de la pleine prise en compte des mécanismes économiques propre au capitalisme ? »

2Par ailleurs, la notion marxiste de classe sociale impliquait une réflexion historique mais pas spatiale. Des géographes comme David Harvey (1973), Kevin Cox (1979) ou Edward Soja (1989) ont critiqué cette position marginalisant les facteurs spatiaux dans l’analyse des rapports de classe. Cependant, malgré la justesse de leurs critiques, c’est la notion même de classe qui, depuis les années 1970 surtout, a tendu à se dissoudre, que ce soit dans les sciences humaines ou le discours politique (Ruffin, 2008). « La disparition des classes sociales semblerait un acquis et une évidence sur laquelle il est incongru de revenir » (Chauvel, 2001). Ce constat n’est pas nouveau, il y a déjà plus de cinquante ans le sociologue conservateur Robert Nisbet annonçait la « mort des classes » (Nisbet, 1959). Nous considérerons ici que le postulat de disparition des classes sociales est cependant invalide. En effet, cet effacement n’est pas le fruit d’une disparition effective, mais d’une représentation idéologique de la société fondée sur l’idée que le développement produirait la fusion des classes... L’idée selon laquelle n’importe quel individu pourrait s’élever dans la hiérarchie sociale et s’extraire de sa condition originelle par son travail a déjà été dénoncée par les « pragmatistes » américains (Allen, 2009) et semble surtout reposer sur la conviction de ses promoteurs — pour simplifier : l’école néolibérale (ou monétariste) de Chicago des années 1970 dont Friedrich Hayek (1899-1992) ou Milton Friedman (1912-2006) furent les principaux représentants.

  • 1 La désignation du système économique et financier mondial comme « libéral » ou « néolibéral » est é (...)
  • 2 Site de la Banque mondiale [En ligne] http://go.worldbank.org/TRXV6N3GU0, consulté le 10 avril 2010

3Ce qui a effectivement disparu, c’est la classe ouvrière telle qu’elle a été modelée au XIXe siècle, désormais remplacée par un « nouveau prolétariat » (Deleule & al. 2008), mais les hiérarchies entre dominants et dominés, entre riches et pauvres, ne se sont pas évanouies, bien au contraire. Le postulat libéral de développement est fondé sur l’idée de diffusion (« percolation ») de la richesse à la fois géographiquement (horizontalement) et verticalement (diffusion à toutes les classes – ou trickle down) mais ce postulat paraît battu en brèche par des statistiques têtues... L’accroissement des écarts de revenu/richesse entre les riches et les pauvres est même l’une des caractéristiques de la mondialisation et du néolibéralisme1. Il existe bien un lumpenprolétariat au XXIe siècle… Selon la Banque Mondiale (2008), près 1,4 milliard d’individus vivent ainsi avec moins de 1,25 dollar US/jour et « 2,6 milliards de personnes vivaient au-dessous du seuil de 2 dollars par jour en 2005, chiffre resté inchangé pour une grande part depuis 1981 »2. La pauvreté contemporaine est une pauvreté de masse. Outre la pauvreté, les écarts de richesse se sont aussi creusés (fig. 1). Cette planisphère originale des écarts de richesses distingue des sous-ensembles dans la Triade (l’Europe bien plus homogène que les Amériques — sauf le Canada — ou la Chine) aussi bien que dans la périphérie (Asie du Sud et Proche-Orient plus homogènes que l’Afrique noire et surtout que l’Amérique latine marquée par les écarts les plus forts).

  • 3 Le coefficient de Gini mesure l'ampleur de l'écart entre les plus riches et les plus pauvres dans u (...)

Figure 1. Planisphère des écarts de richesse, selon le coefficient de Gini3

Figure 1. Planisphère des écarts de richesse, selon le coefficient de Gini3

Source: CIA, The World Factbook, 2009

Les classes, acteurs complexes

4Dans une perspective wébérienne, la classe sociale peut être pensée comme un découpage de la société parmi d’autres. Cette segmentation du corps social est fondée à la fois sur un niveau de vie et un rôle spécifique, des intérêts politiques et économiques distincts (sinon divergents que l’on pense par exemple aux salaires), mais aussi des codes et des symboles ainsi, bien sûr, que des localisations spatiales distinctes.

5La notion de classes en tant qu’élément constitutif de l’identité connait paradoxalement un certain regain, notamment parmi les géographes et plus largement dans les sciences sociales. Selon la géographe britannique Alison Stenning (2008, p.9), les classes seraient même « revenues d’une façon convaincante dans l’agenda de la géographie », mais cette dimension est surtout pensée en tant que vecteur d’identité — voir aussi Robyn Dowling (2009) qui insiste sur les class identities. Pourtant, la notion de classe ne saurait être réduite à un vecteur d’identification, elle doit aussi être analysée comme facteur de structuration, notamment vis-à-vis du pouvoir — notion peu associée aux récents travaux cités ici. Le jeu entre les classes est fait de luttes ou d’alliances, de ruptures ou de compromis qui doivent être pris en compte pour comprendre les dynamiques profondes qui agissent sur l’espace politique et social (Di Méo et Buléon, 2005). Dans ce jeu, une classe — ou une fraction de classe — peut s’allier ou s’opposer à d’autres catégories sociales selon les périodes et les conjonctures. Mais comment prendre en compte une « classe » en tant qu’acteur géographique ?

6Il paraît délicat d’assigner à une classe sociale le rôle d’acteur géopolitique ce qui tendrait à la considérer comme entité unique, hiérarchisée, dotée d’un leadership (re)connu et dotée d’une « conscience » indiscutable. Les classes sont constituées de l’addition de millions d’individus dont la cohérence se révèle dans des points communs ou des choix concordants (culturel, économique, ou politique). La classe sociale génère une action globale qui est le produit de l’action d’individus et de structures dont les perspectives et les choix convergent sans qu’ils soient nécessairement « coordonnés ».

7L’existence d’une « conscience de classe » est aussi importante. Les nationalités existent largement parce que l’idée nationale est portée dans les imaginaires, vécue par les citoyens. Or, le déclin des classes décrit plus haut résulte d’un brouillage du sentiment d’appartenance à une classe plus que de la disparition des inégalités qui les fondent. La société de l’Ancien Régime était segmentée en trois ordres, puis la société de la révolution industrielle découpée en classes facilement différenciables, mais ces ensembles se sont morcelés en de multiples groupes à caractères géographique, ethnique, identitaire, ou de consommation, ou d’orientation sexuelle, etc. : autant d’ensembles à géométrie variable qui se sont superposés avec les clivages sociaux jusqu’à les brouiller. L’effacement des classes est enfin, aussi, le produit d’une évolution de l’économie : « le travail humain, concurrencé (...) par les nouvelles technologies, se distribue de manière aléatoire sur des individus devenant (...) des “non-sujets de droit”, essentiellement fongibles, mutables et permutables » (Draï, 2008, p.104).

Pourquoi et comment penser une géopolitique des classes sociales ?

8Au-delà de la difficulté à définir des « classes » (voir aussi Chauvel, 2001), penser une géopolitique des classes sociales semble une démarche pertinente pour plusieurs raisons. D’une part, cela permettrait de souligner comment l’espace est maillé par des clivages sociaux et pas seulement par des dispositifs étatiques, communautaires ou individuels. Henri Lefebvre, qui ne faisait pas œuvre de « géopoliticien », a souligné que « le mode de production organise, produit — en même temps que certains rapports sociaux —, son espace et son temps. C’est ainsi qu’il s’accomplit. » (Lefebvre, 2000, p.XXV). L’espace social ne serait donc pas un « donné » mais tout à la fois un « produit » (Lefebvre, 2000, p.35) social, économique et politique ainsi qu’un des moyens du contrôle et de la domination — donc de la perpétuation des dominations. Mais quelles stratégies spatiales utilisent les « classes » pour conserver/prendre le pouvoir ?

9Si nous considérons l’espace comme le produit de stratégies ou de jeux d’acteurs et si l’on admet la géopolitique comme l’étude de l’espace comme « enjeu » (Rosière, 2003, p.21) alors l’enjeu à identifier est celui du pouvoir — du pouvoir par et dans l’espace. A ce jour, une seule théorie semble avoir pensé le lien entre espace et pouvoir (ce dernier pensé en termes « classiques » mais aussi financiers et sociaux), c’est celle du système monde forgée par Fernand Braudel et Immanuel Wallerstein à laquelle on peut ajouter les théories connexes de l’échange inégal de Samir Amin et celle des classes socio-spatiales élaborée par Alain Reynaud. Ces chercheurs ont ébauché ce que nous pourrions qualifier de « géopolitique de classes », ou de géopolitique « radicale » suivant l'expression anglo-saxonne qui désigne par là toute démarche mettant l'accent sur les tensions et les clivages sociaux.

10Le système-monde est un modèle général dont le but est de penser le capitalisme et le sous-développement. La métaphore du système-monde découle de la notion d’économie-monde formulée par l’historien Fernand Braudel (1979). Selon lui, une économie-monde est une entité géographique économiquement autonome, un « monde » organisé selon un modèle hiérarchique et polarisé par une grande ville capitaliste, un « centre », autour de laquelle gravite des périphéries « intégrées » ou « dominées » selon les cas. Fernand Braudel emprunte le concept d’économie-monde à son disciple Immanuel Wallerstein (1974, 1979, 2006) qui poursuit la formulation de ce modèle théorique intéressant autant la géographie, l’histoire, l’économie, sinon les sciences sociales dans leur ensemble, et visant à expliquer les modalités du développement de l’économie capitaliste.

11Le concept de classe socio-spatiale est dialectiquement lié à ce modèle du système-monde. Selon Alain Reynaud (1980, 1981), la classe socio-spatiale désigne « tout groupe social défini par une appartenance spatiale » (Reynaud, 1981, p.11) que ce géographe distingue des classes socio-économiques dans le but « d’unifier la théorie de la différenciation de l’espace social à tous les degrés de l’échelle spatiale » (p.19). La classe socio-spatiale réunit la population d’un territoire qui est insérée dans des relations de domination. Les différentes classes socio-spatiales sont dialectiquement divisées entre centre et périphérie. Leurs relations sont inégales et complexes — les échelles les font aussi varier (Reynaud, 1981, p.21). La classe socio-spatiale n’est pas homogène d’un point de vue social mais « l’existence d’inégalités socio-économiques à l’intérieur de chaque classe socio-spatiale n’empêche pas les disparités entre classes socio-spatiales » (Reynaud, p.23). Si le « centre » est le lieu de concentration du pouvoir, il contient aussi de la périphérie : des pauvres, des marginaux, des exclus. La périphérie comprend aussi des émissaires et des ramifications du centre : la bourgeoisie « compradore » selon la doxa marxiste. Cependant, il est certain que, globalement, les habitants du centre sont mieux lotis que ceux de la périphérie.

12Les relations entre centre et périphérie sont complexes et non figées, des inversions dans la hiérarchie des classes socio-spatiales sont possibles. Fernand Braudel a montré comment le centre de l’économie-monde s’est déplacé au cours de l’histoire. Néanmoins, au-delà de l’instabilité et des changements, reste une idée centrale : les rapports de classe sont un des mécanismes qui structure le monde et particulièrement la domination d’une microclasse dominante que David Rothkopf appelle la superclass. Ce petit groupe d’environ 6000 personnes (Rothkopf, 2009, p.57) forme une « classe sociale sans frontière » selon l’expression de Jeff Faux (2006).

13« Très unie, l’élite globale est devenue une véritable communauté. En dépit de leurs origines nationales différentes, les participants du Forum de Davos ont entre eux plus de choses en commun qu’ils n’en ont avec leurs propres concitoyens » (Rothkopf, 2009, p.34).

14La superclass bénéficie, et c'est important, du renfort ponctuel de membres de la classe moyenne intellectuelle (journalistes, essayistes, universitaires, etc.) ou favorisée (cadres supérieurs, technocrates), qui partagent les mêmes objectifs, se reconnaissent dans les mêmes valeurs, et contribuent aux décisions prises — on peut dire que la percolation de l’idéologie de la superclass est une des conditions de sa position dominante et l’une des explications du succès du capitalisme contemporain. Nous appellerons cet ensemble, plus large que la seule superclass, l’oligopole mondial ici définit comme la classe sociale transnationale et ses relais qui détiennent le pouvoir.

15Soulignons d'emblée que le sentiment d'appartenance est bien moins vrai pour les membres des classes inférieures qui ne disposent ni de « lieux » communs (sic) et pour cause ce sont des individus à plus faible pouvoir d'achat et donc à plus faible mobilité, ni d'une langue commune (ils ne parlent souvent que leur langue maternelle), ainsi que d'une faible conscience d'appartenance à un ensemble commun.

16La position dominante de l'oligopole ne peut s’épanouir et perdurer que dans une certaine organisation/production de l’espace. Cette production est relativement indifférente à la fragmentation territoriale (étatique), d’autant plus que l’oligopole se transnationalise ; par contre, elle est très sensible à la hiérarchie, à la mise en réseaux et au contrôle des lieux aux échelles globale et locale. Nous examinerons donc ici successivement les modalités de cette domination sociale/production de l’espace à l'échelle globale, puis à l'échelle locale, essentiellement urbaine. L’usage de la « violence légitime », paraît décisif dans un monde marqué par la diminution des conflits interétatiques.

Comprendre la production de l’espace mondial par l’oligopole

Définir l’oligopole mondial

17L’oligopole — du grec oligos, petit nombre, et polein, vendre — désigne, dans la théorie des sciences économiques, une forme de marché « imparfait » dans lequel un petit nombre de vendeurs (ou « offreurs ») fait face à une multitude d'acheteurs (ou « demandeurs ») ce qui favorise les ententes et défavorise les acheteurs. Dans son interprétation géoéconomique, le géographe Olivier Dollfus (1997) a pensé un « oligopole mondial » composé des membres de la Triade4 (USA/Canada, UE et Japon) que l'on peut aujourd’hui élargir à la Chine littorale et aux îles et presqu’îles voisines : Taïwan, Corée du Sud ou Singapour. Cet oligopole, au singulier, est donc un concept géopolitique désignant l’intrication des pouvoirs politiques (les grandes puissances) et économiques (les grandes firmes multinationales, les grands acteurs financiers) du Nord et des pays émergents (BRIC). Dirigé par une élite transnationale — la superclass —, l’oligopole est bien évidemment une structure complexe qui est faite à la fois de connivences et de rivalités (Chesnais, 1996). L’oligopole reste hétérogène, mais son ossature est la superclass formée des membres des conseils d’administration des firmes multinationales, des dirigeants de grandes structures financières (fonds de pension, fonds souverains) ; il fonctionne en réseau et par cooptation. Malgré son hétérogénéité, il a ses dénominateurs communs : une idéologie (« libre-échange », « libéralisme »), une langue (l’anglais), des stratégies communes ainsi que — et paradoxalement, dans une conception marxiste — une « conscience de classe » bien affirmée — comme le montre la citation de Warren Buffet mise en exergue de cet article5 — le sentiment d’appartenir à une élite. L'oligopole a aussi ses lieux que nous pourrons succinctement diviser en trois catégories : les lieux du pouvoir (dont les sièges des entreprises localisés dans les Central Business district des métropoles), les lieux de résidence et de villégiature (Davos, Monaco, l’île Moustique, etc.) et ce que je nommerais des lieux « techniques » dont les îlots de développement offshore nécessaires au fonctionnement de l'ensemble (comme les paradis fiscaux ou les sites de production délocalisés en périphérie).

18L’ensemble de ces liens et lieux fait de l’oligopole une structure complexe soudée par une convergence de positions sociales et économiques, de choix stratégiques et d’intérêts « de classe » : conserver une position dominante dans un système global dont elle détermine le mode de fonctionnement en renforçant notamment la hiérarchie des lieux et leur mise en réseau.

Maintenir et renforcer la hiérarchie des lieux

19Par hiérarchie des lieux, il faut essentiellement comprendre que l’oligopole concentré au Nord conserve l’autorité sur et le contrôle des territoires. Que le Sud soit divisé en x ou y États, que de nouvelles frontières soient tracées, n’est pas, en tant que tel, un problème pour l’oligopole, au contraire, la fragmentation politique du monde peut même corrélativement renforcer sa puissance relative (Rosière, 2010). Tout l’enjeu pour l'oligopole dans cette « hiérarchie des lieux », est de conserver les positions dominantes, le pouvoir politique (par le biais de gouvernement amis, avec l’appui de forces de contrôle et de répression internes) et le pouvoir économique (par le biais de grands groupes économiques et d’abord de multinationales ou de joint-ventures).

20La doxa marxiste avait mis en exergue le rôle de la bourgeoisie dite « compradore » dans l’échange « inégal » (Amin, 1973). D’abord intermédiaire nécessaire entre les oligopoles du Nord et les ressources du Sud, cette bourgeoisie locale a tiré sa fortune, et sa position dominante, de ses échanges commerciaux avec le centre qu’elle a converti en pouvoir financier et politique. La docilité (et donc la rétribution) des pouvoirs dans la périphérie apparaît comme l’une des conditions sine qua none de la stabilité de la domination de l’oligopole mondial.

21Un des éléments de la géopolitique des classes est la capacité pour la classe dirigeante à stabiliser les rapports de pouvoir entre le centre et la périphérie, d’assurer le « contrôle » effectif et le « gouvernement » de ces régions. Cette distinction procède de la distinction entre authority et control chez Stephen Krasner (1999, p.10) : l’autorité est liée au gouvernement, à l’ordre légal ; le contrôle est effectif et produit par d’autres acteurs, le cas échéant, que les institutions légales (clans, mafias, etc.).

22A ce stade, un constat s’impose : une telle géopolitique est donc une analyse de l’impérialisme, comme la géopolitique classique, mais ce serait une analyse de l’imperium — forme de domination politique et économique dans laquelle « la puissance politique de l’État et le contrôle de la production sont liés et en interaction » (Durand & alii, p.84) — et non de l’empire. A cette échelle, la proximité (et donc la confusion) entre géopolitique des classes et géopolitique classique est manifeste. Pourtant, les deux se distinguent par la hiérarchie des facteurs explicatifs qu’elles convoquent : l’analyse militaro-diplomatique est primordiale dans l’école classique, elle est renversée dans une géopolitique des classes au profit de l’analyse socio-économique.

23Une des difficultés spécifiques à penser une géopolitique des classes est que toute analyse géographique d’échelle mondiale ou continentale tend à fondre les classes sociales en des ensembles nationaux (ou « nationalisés »), des masses cartographiables à l’intérieur desquelles les clivages sociaux s’estompent. La question n’est pas nouvelle. Il est très délicat de raisonner en termes de classes à l’échelle des États ou des continents et a fortiori du monde. La mixité sociale est toujours la règle à une certaine échelle (celle d’un pays — le coefficient de Gini est alors intéressant à connaître pour déterminer son hétérogénéité sociale). Ainsi, cette analyse de l’imperium risque de (re)devenir une géopolitique « classique », celle du jeu des grandes puissances. La géopolitique des classes à petite échelle reste donc à préciser, sinon à inventer — d’autant que, sauf chez Alain Reynaud ou Olivier Dollfus, dans l’analyse du système-monde, la compréhension géographique du système est plus schématique que la dimension chronologique (chez Immanuel Wallerstein notamment).

24La distinction entre la géopolitique « classique » et la géopolitique des classes ne serait-elle pas aussi une question de perspective ? En effet, si la première a été conçue comme une démarche praxéologique dont le but d’assurer à l’oligopole sa position hégémonique ; la deuxième, dans une démarche plus postmoderne, mettrait l’accent sur les modalités sociales, structurelles de la domination, mais aussi sur l’émancipation.

25Au-delà de ces difficultés, nous pouvons tenter de mettre en exergue l’ensemble de ces éléments à travers le cas des Etats-Unis. Non que les Etats-Unis soient la seule puissance « impériale », mais ce pays offre l’exemple le plus éloquent de géopolitique des classes ou d’« impérialisme capitaliste » (capitalist imperialism) selon l’expression de David Harvey (2003, p.26) qui prend soin de distinguer les « logiques capitalistes » et les « logiques territoriales » de pouvoir (2009, p.29) et de souligner leur intrication éventuelle.

L’hémisphère états-unien et « l’impérialisme capitaliste »

26Dans leur « hémisphère », le continent américain, les Etats-Unis se sont employés à mettre en place et soutenir des pouvoirs favorables à leurs intérêts, et d’abord leurs intérêts économiques. La politique du Big Stick illustrait bien cette attitude qui faisait fi de la souveraineté des États. Cet avatar du colonialisme n’excluait pas le contrôle direct (invasion, occupation, voire annexion de plusieurs États ou territoires dont Hawaii, Cuba, Puerto Rico, Haïti, Saint-Domingue, La Grenade, etc.) mais se satisfaisait de l’indépendance des États pourvu que des régimes « amis » y préservent leur position hégémonique.

27La Big Stick Policy (« politique du gros bâton »), formulée en 1901 par le Président Theodore Roosevelt (au pouvoir de 1901 à 1909), consistait à faire le ménage dans le « pré carré » des Etats-Unis et d’abord dans la Caraïbe, puis au-delà, pour préserver non pas un empire colonial mais des intérêts économiques. Si la doctrine Monroe (1823) interdisait de façon défensive l'immixtion des Européens dans les affaires du Nouveau Monde, avec la Big Stick Policy, la posture des Etats-Unis prend un tour plus agressif. Elle exprime une volonté hégémonique qui, avec la guerre froide, prendra une dimension planétaire. Ce qui nous intéresse surtout c'est que cette politique est fondée sur une logique de marché. En effet dès la seconde moitié du XIXe siècle, le commerce international est un facteur décisif de l’influence américaine. La croissance des exportations américaines à la fin du XIXe siècle (de 392 millions dollars en 1870 à 857 millions en 1890 puis 1,4 milliard en 1900) influe largement sur la politique extérieure du pays (Brinkley, 2007, p.545). Le sénateur Albert Jeremiah Beveridge (1862-1927) a légitimé ce nouvel impérialisme économique :

28« Les usines américaines produisent plus que le peuple américain ne peut utiliser ; le sol américain produit plus qu'il ne peut consommer. La destinée nous a tracé notre politique : le commerce mondial doit être et sera nôtre. Nous établirons des comptoirs commerciaux à la surface du monde comme centres de distribution des produits américains. Nous couvrirons les océans de nos vaisseaux de commerce. Nous bâtirons une marine à la mesure de notre grandeur. De nos comptoirs de commerce sortiront de grandes colonies déployant notre drapeau et trafiquant avec nous. Nos institutions suivront notre drapeau sur les ailes du commerce, et la loi américaine, l'ordre américain, la civilisation américaine et le drapeau américain seront plantés sur des rivages jusqu'ici en proie à la violence et l'obscurantisme et ces auxiliaires de Dieu les feront dorénavant magnifiques et éclatants. »

  • 6 La liste des interventions états-uniennes à l’étranger est disponible sur le site de Zoltan Grossma (...)

29Ce nouvel interventionnisme se manifeste avec netteté lors de la guerre contre l'Espagne en 1898. Il a généré 122 interventions des forces états-uniennes hors de leur territoire entre 1890 et 2009 (sans les deux guerres mondiales) allant d’opérations commandos ponctuelles (Cuba en 1961) à des occupations (Haïti en 1914-34, Saint-Domingue en 1916-1924, etc.) et des guerres de grande envergure (conquête des Philippines de 1899 à 1903, guerre du Vietnam entre 1964 et 75 ou guerres d'Irak, 1990-91 puis 2003-2010)6.

30Le général des Marines Smedley Butler (1881-1940) est connu pour ses critiques ouvertes contre le militarisme des Etats-Unis. Dans son livre War is a racket, publié en 1935, il dénonçait très crûment le fonctionnement du complexe militaro-industriel états-unien.

31« J’ai effectué 33 ans et 4 mois de service actif, et durant cette période, j’ai passé la plupart de mon temps en tant que gros bras pour le monde des affaires, pour Wall Street, et pour les banquiers. En bref, j’étais un racketteur, un gangster au service du capitalisme. J’ai aidé à sécuriser le Mexique, plus particulièrement la ville de Tampico, au profit des groupes pétroliers américains en 1914. J’ai aidé à faire d’Haïti et de Cuba un endroit convenable pour que les hommes de la National City Bank puissent y faire des profits. J’ai aidé au viol d’une demi-douzaine de républiques d’Amérique centrale au bénéfice de Wall Street. J’ai aidé à purifier le Nicaragua au profit de la banque américaine Brown Brothers de 1902 à 1912. J’ai apporté la lumière en République Dominicaine au profit des entreprises sucrières américaines en 1916. J’ai livré le Honduras aux entreprises fruitières américaines en 1903. En Chine, en 1927, j’ai aidé à ce que l’entreprise Standard Oil fasse ses affaires en paix. (...) Quand je repense à tout ça, je pourrais donner à Al Capone quelques conseils. Le mieux qu’Al Capone pouvait faire, c’était de racketter trois quartiers. Moi, j’agissais sur trois continents. »

32La dimension économique de cet « impérialisme-capitaliste » est donc, de l’aveu même de ses penseurs ou exécutants, décisive. L’influence des grandes firmes états-uniennes est patente. Les très nombreuses interventions de ce pays à l’extérieur de son territoire relèvent plus souvent de considérations financières que strictement stratégiques.

  • 7 L'humoriste états-unien O. Henry — pseudonyme de William S. Porter (1862-1910) — inventa l’expressi (...)

33L’United Fruit Company offre un bon exemple de cet interventionnisme. Cette compagnie s’est illustrée en Amérique centrale comme un État dans l’État n’hésitant pas à renverser des chefs d’État lorsque ceux-ci ne se montraient pas favorables à ses intérêts. L’expression de « république bananière » est ainsi entrée dans l’usage par le biais de cette compagnie plus célèbre pour son rôle politique en tant qu’agent de l’impérialisme qu’en tant que producteur de bananes…7 Au Guatemala, en 1954, la United Fruit appuie la CIA dans le coup d’État contre le président Jacobo Arbenz, un réformateur qui préconise alors une réforme agraire contraire aux intérêts de la compagnie. En 1961, la compagnie prête ses navires aux exilés cubains qui tentent de renverser Fidel Castro lors de l'opération de la baie des Cochons. Si cette firme a changé de nom, elle est aujourd’hui rebaptisée United Brands, elle n’aurait pas changé de méthodes jouant sans doute un rôle dans le renversement du président Manuel Zelaya au Honduras, en juin 2009, alors que ce dernier remettait en question la présence militaire états-unienne sur la base aérienne de Soto Cano et venait d’adhérer à l’Alternative bolivarienne des Amériques (Meyssan, 2009).

34Au-delà de son « pré carré », la guerre froide a été l’occasion pour les Etats-Unis de mondialiser cette pratique et de traiter la terre entière comme l’hémisphère américain depuis l’intervention à Cuba en 1898. On pourrait d’ailleurs considérer la guerre froide comme une instrumentalisation de la lutte contre le communisme à seule fin de consolider « l'impérialisme-capitaliste ».

  • 8 En mars 2000, la Secrétaire d’État Madeleine Albright a admis que l’administration Eisenhower avait (...)

35Le renversement de Mohammad Mossadegh en Iran illustre bien cette attitude mondiale qui s’explique partiellement par le recul des Européens jusqu’alors maîtres du jeu. Nationaliste convaincu, Mossadegh est devenu Premier ministre de l’Iran en avril 1951. Décidé à chasser les compagnies pétrolières étrangères, il fait voter la nationalisation des puits de pétrole iraniens et l'expropriation de l'Anglo-Iranian. Le bras de fer entre Téhéran et Londres, soutenu par Washington, entraîne la rupture des relations diplomatiques en octobre 1952 et la fermeture des marchés occidentaux au pétrole iranien, occasionnant une grave crise économique en Iran ainsi qu’un conflit aigu entre Mossadegh et le Chah. En août 1953, par l’opération Ajax, la CIA et le MI6 britannique renversent cet indocile dirigeant malgré le soutien de sa population8. Mossadegh fut l’un des premières à tenter de renverser la production de l’espace mondial par l’oligopole. La création de l’OPEP sera une autre forme de riposte. Plus près de nous, la politique d’Evo Morales le premier président amérindien de la Bolivie, souligne la même volonté de réorganiser l’espace en faveur de la périphérie. « Le pillage de nos ressources naturelles par des entreprises étrangères est terminé... L'Etat récupère la propriété, la possession et le contrôle total et absolu de ces ressources » déclarait-il en 2006 dans un discours radiotélévisé. La nationalisation des hydrocarbures boliviens décrétée le 1er mai 2006 relève de la même volonté d’en finir avec « l’impérialisme », forme manifeste de domination de l’oligopole qui révèle le fonctionnement de l’impérium et la confrontation brutale des classes socio-spatiales.

Maintenir et renforcer la mise en réseau des lieux

36Maintenir et renforcer la mise en réseau des lieux apparaît comme une autre préoccupation globale et diffuse de l’oligopole. La mise en relations entre les lieux, donc la création de réseaux, implique d'abord la mise en relation de lieux hiérarchiquement décisifs, les « saillants » du monde que forment les centres.

37Le contrôle des réseaux est l’un des éléments essentiels du commerce international mais aussi plus largement du fonctionnement même de l’économie et de la société contemporaines. Il serait donc légitime de penser les réseaux comme une dimension décisive de la géopolitique du système-monde. D’une façon générale, la fluidité de la circulation des capitaux, des biens et des informations (et plus accessoirement celle des hommes) n’est pas l’une des caractéristiques de l’économie néolibérale mais sa condition sine qua non. Les liens entre les classes socio-spatiales sont :

38« matérialisés par des flux d’hommes, de marchandises, de capitaux et d’informations, sont généralement dissymétriques et entrainent (...) la domination, plus ou moins marquée d’une classe socio-spatiale sur une autre » (Reynaud, 1981, p.11).

39Le flux généré par la dissymétrie, et sa transformation en valeur et en pouvoir, est inhérent au fonctionnement même du système-monde. La préservation de la circulation générale maintient en même temps le système et l’oligopole. L’oligopole oriente les politiques, les choix techniques, l’agenda pour développer, améliorer et protéger le réseau global.

40Cette « société en réseaux » est structurée en fonction de la connexité (existence de relations et surtout de relations directes), de la connectivité (degré de connexion) et de la fluidité (facilité de la circulation), autant de facteurs qui hiérarchisent les lieux entre des centres (nœuds, pôles) et des périphéries (allant des périphéries intégrées aux angles morts délaissés). Dans ce cadre, le blocage des réseaux constitue un réel problème dans la société des flux (tendus) : une menace économique, une remise en cause politique. Quelques éléments de la mise en place du réseau global fondant le système-monde peuvent être mis en évidence comme le creusement des grands canaux interocéaniques ou la mise en place de réseaux aériens et de grands groupes de transport aérien.

41Le creusement de grands canaux transocéaniques illustre l’épanouissement même de la société (néo-)libérale sinon d’une géopolitique dédiée à la fluidité des approvisionnements. Le canal de Suez de 1859 à 1869 a été creusé puis géré pendant près d’un siècle par les Occidentaux. En juillet 1956 cependant, Nasser – à la façon de Mossadegh — nationalise la Compagnie Universelle du Canal Maritime de Suez. En réaction, les troupes franco-britanniques débarquent à Port-Saïd en novembre tandis que l'Egypte bloque le canal en y coulant des navires. Celui-ci ne rouvrit qu’en avril 1957 (à la suite de la guerre des Six Jours, en juin 1967, le canal de Suez est néanmoins resté fermé jusqu'en 1975). La construction des supertankers (hors gabarit) a, depuis, partiellement relativisé l’importance de cette voie d’eau. Lancé par les Français en 1881, le creusement du canal de Panama financé et réalisé par les Américains est achevé en 1914. Sous l’impulsion des Etats-Unis, ce pays déclare son indépendance en se séparant de la Colombie le 3 novembre 1903. La souveraineté des États-Unis sur la zone du canal (1500 km2) est validée cette même année. La zone du canal devint un condominium Etats-Unis/Panama en 1979 puis, en 1999, elle intègre pleinement le Panama. Cependant, le canal est toujours considéré comme une voie d’eau intérieure par les Etats-Unis, le traité de rétrocession prévoit ainsi que les navires américains ont une priorité de passage sur les autres. Ces canaux hautement stratégiques soulignent l’implication du centre qui reste vigilant quant à leur sécurité et leur pertinence. Ces canaux ont des tirants d’eau assez limités (12 m. de tirant d’eau pour Panama et 18,90 m. pour Suez). Un chantier d'élargissement du canal de Panama financé par des capitaux étatsuniens a été lancé en septembre 2007.

42La création et la supervision d’un réseau mondial de liaisons aériennes sont un autre aspect significatif du fonctionnement du système-monde. Réservé à une élite jusque dans les années 1950, ce réseau s’est démocratisé par le nombre des passagers et consolidé. Le réseau aérien est largement polarisé par la Triade dont les interrelations représentent 75% du trafic mondial. Les compagnies aériennes sont désormais regroupées en trois alliances géantes d’envergure mondiale : Star Alliance (fondée en 1997), OneWorld (1999) et Sky Team (2000), dominées par les capitaux du « nord » (même si l’on note le poids croissant de la Chine). Là aussi, le rôle du centre est décisif et c’est lui qui façonne ces réseaux internationaux à son avantage. Rappelons dans cette perspective que, à la suite du 11 septembre 2001 et alors que plusieurs compagnies aériennes américaines étaient au bord de la faillite, le Président George W. Bush — en contradiction totale avec les principes libéraux qui étaient les siens et qu’il appliquait à d’autres branches d’activité — est intervenu financièrement, en injectant plusieurs dizaines de milliards de dollars, pour sauver des firmes indispensables au bon fonctionnement de l’oligopole et du système mondial.

43Plus que jamais césures sociales et rapports de pouvoir distinguent entre le in et le out, entre individus/groupes proche du pouvoir et donc reliés et marginaux et dominés non ou mal reliés. De ce point de vue, la maîtrise des réseaux est décisive.

Comprendre la production de l’espace local par l’oligopole

44La grande échelle (downscale) a le mérite de faire apparaître les clivages sociaux qui ne sont pas lisibles de façon pertinente (c’est-à-dire dans leur complexité) à petite échelle (upscale). Là où les grands ensembles géographiques (masses continentales, États) écrasent les classes sociales en des ensembles a priori homogènes trompeurs au regard de la réalité sociale et de sa conflictualité, la vision au plus près du terrain révèle les clivages socio-spatiaux dans toute leur netteté. La fragmentation de l’espace social en classes distinctes se révèle notamment à l’échelle des agglomérations.

45La division entre quartiers riches et pauvres est une dimension classique de la géographie urbaine et de l’aménagement du territoire : le sujet n’est donc pas neuf, il s’agit simplement de le remettre en perspective dans une géopolitique des classes. La ville est décisive pour l'oligopole car, nous l'avons dit plus haut, c'est là que se localisent ses lieux de pouvoir (central business districts) et de résidence (symbolisés par les gated communities), ainsi qu’un certain nombre de ses lieux « techniques » (usines).

  • 9 Les buffer zone, ou « zones tampon » des villes de l’apartheid, ont été théorisées par le géographe (...)

46Surtout, la ségrégation socio-spatiale est la marque de fabrique de la ville « néolibérale », par le levier de la spéculation immobilière, le jeu des classes est clairement polarisé — comme à Paris entre l’Est et l’Ouest de la capitale. La polarisation spatiale des classes vise à mettre à distance suffisante des groupes hétérogènes — l’instauration de buffer zone ne serait pas une spécificité sud-africaine mais une pratique nécessaire dans la ville néolibérale ?9 Tout le problème serait de générer de la « distance » tout en maintenant une circulation générale aussi efficace que possible...

Contrôler centres... et banlieues : généalogie de la ville libérale

47Dans la perspective du maintien aux pouvoirs (sic) de l’oligopole mondial, le contrôle de la ville est une donnée fondamentale. La ville, et surtout la grande métropole, forme le « saillant » de l'espace mondialisé — et les « villes globales », selon l’expression désormais consacrée, seraient en fait l’espace utile par excellence : le lieu de décision et de production de la richesse.

48La ville libérale naît d’une suite de révolutions et d’évolutions décisives : politique (Révolutions américaine et française), économique (« industrielle ») et sociale. La révolution industrielle est ainsi tout autant technologique que sociale et caractérisée par la domination de la bourgeoisie, la mobilisation du capital et la concentration des activités dans les villes. Ces concentrations humaines d’ampleur nouvelle imposent des normes et des logiques spécifiques. Face au grouillement de la ville médiévale, la construction d’une trame viaire fonctionnelle et de logements de masse fait partie de ces nouveaux impératifs. Le percement des avenues parisiennes essentiellement réalisé par le baron Haussmann est l’exemple éclatant (mais non unique) de cette mutation. Les grands boulevards qu’il aménage sont connus, entre autres, pour faciliter la répression. En effet, trois révolutions et d’autres soulèvements populaires ont éclaté à Paris entre 1789 et 1853 — année où les travaux d ‘ampleur furent entamés. Lors de la répression des mouvements populaires de 1830 et de 1848, ni la cavalerie ni l'artillerie n'avaient pu manœuvrer efficacement. Cet urbanisme est cependant au moins autant préoccupé par l'hygiène... et la circulation. Le « culte de l'axe » n’est pas qu’affaire de contrôle social, il existe depuis le XVIIe siècle au moins et perdure jusqu’à Le Corbusier. La ville « fordiste » est une autre forme d’urbanisation liée à la révolution industrielle et à la production en grandes séries. Cet urbanisme postule l'efficacité des plans et génère une architecture stéréotypée sur la base théorique mise en forme par Le Corbusier dans la Charte d'Athènes de 1941. Elle a trouvé une concrétisation (mais pas une pleine application des principes du Corbusier) dans le système monde contemporain en devenant une norme universelle dans une économie et un habitat standardisé... face à la jungle des bidonvilles en augmentation (voir plus bas).

Spatialité de la ville libérale

49Malgré sa qualité « circulatoire », la ville néolibérale souffre cependant d’un manque de lien. La décomposition du lien social est son mal endémique. Une distance s’est instaurée entre les classes sociales malgré ou à cause de la situation de promiscuité. La ville médiévale était bien plus mélangée que la ville issue de la révolution industrielle. Après les mutations haussmanniennes (et la Commune), la « ceinture rouge » autour de Paris s’opposait à une ville centre conservatrice. La banlieue reste cependant marquée par une forte dichotomie entre banlieues aisées et résidentielles et banlieues pauvres formées de grands ensembles ou de bidonvilles.

  • 10 Loi n° 2010-1563, dite de Solidarité et de renouvellement urbain du 16 décembre 2010

50Cependant, les modèles divergent : la ville américaine avec ses centres paupérisés et ces décaties déconnectées du vieux tissu urbain offre d’autres modèles que la ville européenne où pouvoir et superclass se confondent plus nettement avec les quartiers centraux. Seul point commun : les dichotomies sociales restent bien marquées dans l’espace urbain. Au-delà de structures différentes, la distance reste la norme. La ghettoïsation des classes aisées est même devenue un problème récurrent de la ville néolibérale auquel répond la relégation des marginaux. La constitution d’edge-cities (Garreau, 1991) est, depuis les années 1970, une réponse apportée par la classe dominante à cette trop grande promiscuité – tout comme la constitution de gated communities —, elle exprime une volonté explicite de refouler les pauvres comme le montre bien, en France, les fortes résistances des édiles et des classes aisées à l’application de la loi SRU (et surtout de son article 55 instaurant le principe des 20% de logements sociaux par commune)10.

51La ville contemporaine est marquée par une bipolarisation exacerbée opposant d'un côté des quartiers aisés, privatisés, sécurisés sinon sécuritaires (gated communities) et, de l'autre, des quartiers dégradés, sinon des bidonvilles peuplés de relégués sociaux qui forme l’espace de la pauvreté.

52Maintenir les pauvres à distance, élever des murs, rendre invisible la pauvreté voilà qui doit préserver la ville (en tant que symbole) et le système lui-même comme le soulignait Doreen Massey il y a plus de vingt ans (Massey, 1990). La géographe américaine évoquait rien moins qu’un « apartheid américain » dont serait victime une underclass (qui évoque aussi l’underworld de l’écrivain James Ellroy) dialectiquement opposée à la superclass de David Rothkopf. Les quartiers sensibles (ou zones urbaines sensibles en France), apparaissent comme des pans de villes mis « en jachère économique et sociale par l’État et pour cette raison même soumis à un encadrement policier renforcé » (Wacquant, 2004, p.50).

53Dans les métropoles du Sud, l’urbanisation génère un habitat dégradé de masse. Pour prendre l’exemple de l’Amérique latine, la ville de Rio (6 millions d’habitants) compte un million d’habitants dans ses favelas, 20% de l’habitat y serait informel, 40 % des édifices seraient dépourvus de permis de construire, et ce taux atteindrait 60 % à São Paulo et 70 % à Lima (Paquot, 2005). Plus globalement, la « planète des bidonvilles » (Davies, 2006) regroupe plus d’un milliard d’êtres humains et ce nombre ne va faire que croître dans les prochaines décennies.

54Jusqu’où ira ce laisser-faire vis-à-vis de la banlieue/périphérie ? Pour l'oligopole, l’équation serait d’investir le moins possible dans les villes (en termes d’argent public en tout cas, et spatialement de concentrer l’investissement sur des points névralgiques et rentables), tout en y maintenant un niveau de qualification des individus et de sécurité acceptable. Selon l’interprétation de Mike Davis (2006b), la ville contemporaine vit dans un état de « guerre sociale de basse intensité » perpétuelle, susceptible à tout moment d’éclater, comme lors d’émeutes interethniques, d’explosions de désarroi ou lors de manifestations sociales. Le désinvestissement social dans la ville néolibérale génère des problèmes aigus de sécurité qui forment un élément non négligeable de la géopolitique des classes.

Contenir la violence et la remise en cause d’un système

55Du fait de son développement asymétrique (entre aires urbaines aisées et bien desservies et aires défavorisées ou ghettoïsées, entre centres et périphéries à l’échelle du globe), le monde est un ensemble d’ensembles (ou de systèmes) en déséquilibre structurel. Ces déséquilibres génèrent des flux multiples mais aussi des tensions. La gestion de ces flux inhérents à l’existence même du système est d’une importance primordiale pour l’oligopole. Cette gestion passe essentiellement par une approche « sécuritaire » (fondée sur la répression) des problèmes de société alors que l’approche sociale serait considérée comme « improductive » ou ruineuse. Cette dimension multiscalaire est décisive dans une géopolitique des classes.

56L’irruption de « l’État pénal », selon la formule de Loïc Wacquant (1998), exprime cette rugosité. Cet « État pénal » est le fruit de l’idéologie néolibérale imposé par l’oligopole. La doxa sécuritaire procède d’une attaque généralisée contre l’État-providence — d’abord contre l’aide sociale — pour glisser vers un traitement policier et pénal de la misère. Selon l’image de Pierre Bourdieu, la gestion des sociétés passerait de la main gauche de l’État, la main « nourricière », à la main droite, celle qui punit, appuyée sur les structures de force.

57La géopolitique des classes contemporaine génère un État intrusif, économiquement laxiste mais socialement et moralement normatif — comme le montre les exemples de Singapour et de la Chine populaires qui imposent avec succès la « dictature de marché » alors que l’on avait imaginé dans les années 1990 le triomphe de la « démocratie de marché »...

La sécurisation des flux

58La « sécurisation » des flux (énergétiques ou de transport notamment à l’échelle globale), s’exprime très bien dans le contrôle croissant auquel sont soumis les voyageurs à l’échelle urbaine, nationale et internationale. La pénalisation et le refoulement sont les corollaires nécessaires à tout système générant de la précarité. Dans un contexte de diminution du nombre des conflits interétatiques, le rôle des structures de force extérieures (armée) paraît décliner (à nuancer pour les Etats-Unis) ; à l’inverse, les structures internes (police et/ou gendarmerie) paraissent prendre une importance accrue.

59Un des succès de l’ordre international contemporain est d’avoir fait diminuer le nombre des guerres, sinon de les cantonner à la périphérie (Ó Loughlin, 2005). Le facteur classe paraît jouer un rôle inversement proportionnel, et sensible, par rapport au vecteur national, statocentré, qui fonderait la rugosité des relations internationales. La transmission de la rugosité de l’international à l’intranational est certainement une dimension importante d’une géopolitique des classes dans le monde contemporain. La menace d’invasion ou de guerres interétatique « à l’ancienne » a effectivement diminué, mais les menaces n’ont pas disparu, elles se sont déplacées. Ce sont d’abord des menaces contre le « système » et son bon fonctionnement. Plus immatérielles, elles paraissent plus étroitement liées à la structuration de l’espace en classes qu’en États ; elles sont plus liées à l’ordre social qu’à l’ordre diplomatique. Mais quelles sont les menaces essentielles ?

60La misère et le sous-développement imposent des activités informelles faiblement rémunérées et accroissent d’autant l’attractivité des activités illicites (contrebande). Par sa structuration, le système néolibéral génère aussi une émigration de masse depuis la périphérie vers les centres. Dans un contexte de redistribution médiocre des richesses, il offre enfin un terreau à toutes les formes de la rugosité sociale (grèves, manifestations, etc.) ou à la contestation armée (guérillas, terrorisme). L’oligopole impose des actions énergiques à l’État résiduel — amputé de son « bras gauche » — et notamment d’assurer le bon fonctionnement du système global au travers de ses structures de force.

61Le contrôle des populations civiles et des activités criminelles (ou criminalisées) paraît central dans une géopolitique des classes. On considérera, dans cette perspective, que l’appareil de force est d’abord un vecteur de l’influence et de la domination de l’oligopole. Les lois répressives visent à lutter tout à la fois contre la pauvreté et la criminalité qui se trouvent amalgamées. La gestion contemporaine des frontières internationales en offre une excellente illustration.

Les frontières internationales comme révélateur de la géopolitique (et de la guerre) des classes

62Pour le centre, le danger « externe » est désormais largement migratoire et c’est ainsi que, aux frontières du Nord, se développe une « guerre de basse intensité » généralisée (Blanchard & alii, 2006). Les discontinuités de développement de plus en plus accrues (fig. 2) génèrent un impératif migratoire pour les populations jeunes et pauvres de la périphérie. Ces flux migratoires croissants sont contrés par des teichopolitiques soit « toute politique de cloisonnement de l’espace, en général lié à un souci plus ou moins fondé de protection d’un territoire » notamment par la construction de murs ou de clôtures (Ballif et Rosière, 2009). Avec près de 40 000 km de frontières fermées ou en voie de fermeture par des barrières, le monde, loin d’être ouvert, compte plus de « murs » aujourd’hui qu’en novembre 1989. La mobilité serait une valeur de notre temps : elle est pourtant activement combattue lorsqu’elle ne concerne pas la superclass et les capitaux. L’ensemble des politiques et des systèmes visant à contrôler les mouvements et les identités est l’une des dimensions les plus remarquables de la géopolitique des classes post 11 septembre.

63Il ne sera pas possible ici de brosser le tableau de la nouvelle coercition aux frontières, mais celle-ci est intense, c’est pourquoi on peut la considérer comme une guerre de basse intensité — notamment si l’on admet le seuil de 1000 victimes annuelles pour parler de guerre (Singer et Small, 1972). Le nombre de décès pour franchir la barrière méridionale de la Triade (barrière Etats-Unis/Mexique et limites sud et est de l’espace Schengen) dépasse vraisemblablement le millier de décès annuel et est désormais bien plus élevé que celui lié au franchissement de l’ancien « rideau de fer » (des calculs précis restent cependant à établir). Le passage du soutien à la pénalisation des réfugiés et autres migrants spontanés est un aspect du refoulement global mis en place par la Triade. Ce refoulement ne concerne pas les personnes les plus aisées, la superclass et même la classe moyenne, il est d’abord un refoulement des pauvres et une manifestation concrète de la rugosité des relations entre classes socio-spatiales.

fig. 2. Discontinuités des PIB/habitant en 2002

fig. 2. Discontinuités des PIB/habitant en 2002

Source : UMS RIATE 2005

64Par ailleurs, l’ensemble de ces barrières frontalières défensives éclaire la réalité de la concentration du pouvoir/richesse entre les mains de l’oligopole qui conserve son tropisme septentrional, et dessine en creux l’échec de la « diffusion » de la richesse — si ce principe n’est pas simplement un leurre, tout comme les régimes soviétiques se définissaient comme « démocratiques » et « populaires »... Montrer l’inanité de la notion de développement ne serait-ce pas finalement, aussi, produire cette géopolitique des classes ?

Conclusion

65L’élaboration d’une géopolitique des classes paraît un objectif difficile (difficulté à considérer les classes comme des acteurs géopolitiques, estompage des classes à grande échelle, confusion entre les structures agissantes — et de pouvoir — avec les classes). Néanmoins, penser cette géopolitique « radicale » reste un pari stimulant, un élément de la rénovation permanente des sciences sociales et humaines et de la géopolitique en particulier. Et n’y aurait-il pas là une forme de rédemption sociale pour cette vieille discipline réactionnaire ?

66Au regard de cet essai, il apparaît que les difficultés méthodologiques ou scientifiques à fonder une « géopolitique des classes » n’expliquent pas uniquement la résistible apparition d’une telle démarche qui trouve un certains nombre de fondements – et tout d’abord dans l’échec global de la percolation de la richesse... Si l’on n’a pas encore parlé de géopolitique des classes n’est-ce pas, précisément, que l’enjeu en la matière est tel qu’il a pu paraître plus « profitable » de fouiller d’autres démarches plus aptes à renforcer la cohésion sociale (comme la géopolitique « classique » interétatique le faisait à merveille), sinon d’allumer des contre-feux en mettant en exergue des oppositions culturelles (comme Samuel Huntington avec son « choc des civilisations » succédant à la « guerre froide ») pour minimiser les logiques de pouvoir de l’oligopole et de la superclass, sinon de discréditer toute tectonique des classes. Les rivalités entre les classes procèdent de leurs objectifs contradictoires : l’oligopole souhaite conserver sa domination, les dominés souhaitent modifier le système — de ce point de vue le rôle des « tokens » (suivant l’expression des sociologues désignant des personnes issues d’autres sphères ou milieux) est important pour souligner la fongibilité des classes, l’ascension sociale au mérite et donc l’inutilité de modifier un système qui bénéficierait à tous —, ces objectifs contradictoires sont parties intégrantes des « rivalités de pouvoir » qui fondent toute géopolitique. Pour paraphraser Michel Lussault (2009), et avant de proposer une méthodologie et une démarche mieux étayées, on peut bien considérer que la lutte des classes est aussi une affaire de lutte des places, c’est-à-dire d’emplacement, de position et donc d’espace.

Haut de page

Bibliographie

ALLEN, J., 2009, Pragmatisme et puissance. Expériences politiques entre espace et lieu, in S. Rosière, K. Cox, C. Vacchiani-Marcuzzon et C. Dahlman (dir.), Penser l’espace politique, Paris, Ellipses, p. 37-53.

AMIN, S., 1973, Le développement inégal, Paris, Éd. de Minuit, Coll. « Grands documents ».

BALLIF, F.  ; ROSIÈRE, S., 2009, « Le défi des teichopolitiques. Analyser la fermeture contemporaine des territoires », L’Espace Géographique, vol. 38, n°3, p.193-206.

BLANCHARD, E.  ; WENDER, A.-S., (dir.), 2006, Guerre aux migrants. Le livre noir de Ceuta et Melilla. Éditions Syllepse/Migreurop.

BRAUDEL, F., 1979, Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe siècle – XVIIIe siècle. Les temps du monde, tome 3.

BRINKLEY, A., 2007, American History: a Survey, vol. II, New York, McGraw-Hill, [12e édition]

CHAUVEL, L., 2001, « Le retour des classes sociales », Revue de l’OFCE, n°79, p.315-359

CHESNAIS, F., (dir.), 1996, La mondialisation financière : genèse, coût et enjeux, Paris, Syros.

COX, K., 1979, Location and Public Problems: Political Geography of the Contemporary World, Oxford, Basil Blackwell.

Commission permanente de concertation pour l’industrie (CPCI), 2008, Rapport 2008, consulté le 5 avril 2010. [En ligne] http://www.industrie-gfifrance.com/IMG/pdf/cpci2008.pdf,

DELEULE, D.  ; DRAÏ, R., (dir.), 2008, Le nouveau prolétariat, Cités, n° 35.

DAVIES, R. J., 1981, ‘The spatial Formation of the South African City’, Geojournal, vol. supplementary, n°2, p.59-72.

DAVIS, M., 2006a, Planet of Slums, Londres / New York, Verso.

DAVIS, M., 2006b, Au-delà de Blade Runner : Los Angeles et l’imagination du désastre, Paris, Alléa.

DI MÉO, G. ; BULÉON, P., 2005, L'espace social. Lecture géographique des sociétés, Paris, Armand Colin, coll. « U »

Dollfus, O., 1997, La mondialisation, Paris, Presses de Science-Po.

DOWLING, R., 2009, ‘Geographies of Identity : landscapes of class’, Progress in Human Geography, vol. 33, n°6, p. 833-839

DURAND, M.-F.  ; LÉVY J.  ; RETAILLÉ, D., 1992, Le monde, espace et systèmes, Paris, Presses de la FNSP & Dalloz.

FAUX, J., 2006, The Global class War, Hoboken (NJ), Wiley.

FRANK, R. H., 2007, « In the real world of work and wages, thrickle down theory don’t hold up », The New York Times, 12 avril [En ligne], URL : http://www.nytimes.com/2007/04/12/business/12scene.html, consulté le 16 mai 2010

GARREAU, J., 1991, Edge City: Life of the New Frontier, New York, Anchor Books, Doubleday

HABER, S., 2008, « Expérience du travail, expérience de l’aliénation », in D. Deleule, R. Draï (dir.), Le nouveau prolétariat, Cités, n° 35, p. 45-54.

HARVEY, D., 2003, The New Imperialism, New York, Oxford University Press.

HARVEY, D., 2000, Géographie de la domination, Paris, Les Prairies Ordinaires.

HARVEY, D., 1973, Social Justice and the City, Baltimore (MD), Johns Hopkins University Press.

LEFEBVRE, H., 2000, La production de l’espace, Paris, Anthropos [4e édition].

Lussault, M., 2009, De la lutte des classes à la lutte des places, Paris, Grasset.

Massey, D. S., 1990, « American Apartheid: Segregation and Making of the Underclass », American Journal of Sociology, vol. 96, n°2, p. 329-357

MEYSSAN, T., 2009, « Le SouthCom prend le pouvoir dans un État membre de l’ALBA », Voltairenet.org, mis en ligne le 29 juin 2009, consulté le 16 avril 2010. [En ligne] URL : http://www.voltairenet.org/article160801.html#nb8

NISBET, R., 1959, « The Decline and Fall of Social Class », Pacific Sociological Review, vol.2, n°1, p. 119-129.

OCDE, L’augmentation de l’emploi informel va accroître la pauvreté, Site de l’OCDE, mis en ligne le 8 avril 2009, consulté le 21 septembre 2010. [En ligne] URL : http://www.oecd.org/document/32/0,3343,fr_2649_33935_42209120_1_1_1_1,00.html

Ohmae, K., 1985, Triade Power: The Coming Shape of Global Competition, New York, Free Market

Ó LOUGHLIN, J., 2005, The Political Geography of Conflict. Civil Wars in the Hegemonic Shadow, in C. Flint (ed.), The Geography of War and Peace, Oxford & New York, Oxford University Press, pp. 85-110.

PAQUOT, T., 2005, « La favela fait bonne figure », revue Urbanisme, consulté le 8 décembre 2010. [En ligne] URL : http://www.urbanisme.fr/issue/magazine.php?code=345&section=AGORA

PAUGAM S., « La condition ouvrière : de l’intégration laborieuse à l’intégration disqualifiante », in D. Deleule, R. Draï (dir.), Le nouveau prolétariat, Cités, n° 35, p.13-32.

RAFFESTIN, C., (dir.), 1995, Géopolitique et histoire, Lausanne, Payot.

REYNAUD, A., 1981, Société, espace et justice, Paris, PUF, coll. « espace et liberté ».

REYNAUD, A., 1980, Le concept de classe socio-spatiale, Reims, TIGR, n°38.

RosiÈre S., « La fragmentation de l’espace étatique mondial. », L'Espace Politique [En ligne], n°11 (2010/2), mis en ligne le 16 novembre, 2010. URL : http://espacepolitique.revues.org/index1608.html

Rothkopf, D., 2009, La caste. Les nouvelles élites et le monde qu’elles nous préparent, Paris Robert Laffont [titre originel : Superclass. The Global Power Elite and the World They Are Making, 2008, New York, Farrar, Straus and Giroux]

RUFFIN, F., 2008, La guerre des classes, Paris, Fayard.

SINGER, D. ; Small, M., 1972, The Wages of War 1816-1965 : a statistical Handbook, New York, John Wiley.

SOJA, E. W., 1989, Postmodern Geographies: the reassertion of space in critical social theory, Londres, Verso.

STENNING, A, 2008, « For working class geographies », Antipode, vol. 40, n°1, p.9-14

WACQUANT, L., 2004, Punir les pauvres. Le nouveau gouvernement de l’insécurité sociale, Marseille, Agone.

WACQUANT, L., (dir.), 1998, « De l’État social à l’État pénal », Actes de la recherche en sciences sociales, n°124, septembre.

WALLERSTEIN, I., 2006, Comprendre le monde. Introduction à l’analyse des systèmes-monde, Paris, La Découverte.

WALLERSTEIN, I, 1979, The Capitalist World-Economy, Cambridge /Paris, Cambridge University Press, Éditions de la maison des Sciences de l’homme, coll. « Studies in modern capitalism / Études sur le capitalisme moderne ».

WALLERSTEIN, I., 1974, The Modern World System, New York, Academic Press.

Haut de page

Notes

1 La désignation du système économique et financier mondial comme « libéral » ou « néolibéral » est évidemment discutable, ce système prenant une dimension autoritaire d’un point de vue économique, judiciaire et politique, nous l’utilisons ici à défaut.

2 Site de la Banque mondiale [En ligne] http://go.worldbank.org/TRXV6N3GU0, consulté le 10 avril 2010.

3 Le coefficient de Gini mesure l'ampleur de l'écart entre les plus riches et les plus pauvres dans un pays. Il varie de 0 à 1, le 0 représentant l'égalité parfaite et le 1 l'inégalité extrême. A l'échelle mondiale, les États les plus égalitaires ont un coefficient de 0,2 (République tchèque), dans les pays les plus inégalitaires qui monte jusqu'à 0,6 (Afrique du Sud). Ce coefficient tend à croître dans le monde entier, ainsi en Belgique est-il passé de 0,24 en 1990 à 0,31 en 2010.

4 La notion de « Triade » a été formulée par l’économiste japonais Kenichi Ohmae (1985).

5 New York Times, 26 novembre 2006, [En ligne] URL: http://www.nytimes.com/2006/11/26/business/yourmoney/26every.html?_r=1&ex=1165554000&en=02ed48ae1473efe0&ei=5070

6 La liste des interventions états-uniennes à l’étranger est disponible sur le site de Zoltan Grossman, From Wounded Knee to Iraq: a Century of U.S. military Interventions, consulté le 27 avril 2010, URL : http://academic.evergreen.edu/g/grossmaz/interventions.html,

7 L'humoriste états-unien O. Henry — pseudonyme de William S. Porter (1862-1910) — inventa l’expression de « république bananière » en 1904 en référence aux activités de la United Fruit au Honduras. Voir le site de LePost.fr, URL : http://www.lepost.fr/article/2009/08/11/1654023_chiquita-united-fruit-en-amerique-latine-l-inventeur-de-la-republique-bananiere.html

8 En mars 2000, la Secrétaire d’État Madeleine Albright a admis que l’administration Eisenhower avait organisé ce coup d’État présenté à l'époque comme un soulèvement populaire.

9 Les buffer zone, ou « zones tampon » des villes de l’apartheid, ont été théorisées par le géographe sud-africain Ron Davies (Davies, 1981). Le pari serait de penser ces buffer zones non comme inhérentes aux villes de l’apartheid mais, plus généralement, comme des outils de l’ingénierie urbaine libérale...

10 Loi n° 2010-1563, dite de Solidarité et de renouvellement urbain du 16 décembre 2010

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. Planisphère des écarts de richesse, selon le coefficient de Gini3
Crédits Source: CIA, The World Factbook, 2009
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1770/img-1.png
Fichier image/png, 126k
Titre fig. 2. Discontinuités des PIB/habitant en 2002
Crédits Source : UMS RIATE 2005
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/1770/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Rosière, « Une géopolitique des classes ? », L’Espace Politique [En ligne], 12 | 2010-3, mis en ligne le 11 février 2011, consulté le 23 juin 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/1770 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.1770

Haut de page

Auteur

Stéphane Rosière

Professeur
Université de Reims Champagne-Ardenne - Laboratoire Habiter (E.A.2076) - et Université Matej Bel (Banska Bystrica, Slovaquie)
stephane.rosiere@univ-reims.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org