Navigation – Plan du site
Contrôler, gouverner

De l’usage de la sexualité dans le management de la migration de travail

Le cas des ouvrières agricoles marocaines à Huelva
How Sexuality is Used to Manage Work Migration: the Case of the Female Moroccan Farm Workers in Huelva
Djemila Zeneidi

Résumés

La sexualité est ici analysée dans un contexte de migration de travail, à partir d’une enquête portant sur un dispositif de gestion d’une main d’œuvre d’ouvrières agricoles marocaines recrutées dans le cadre de la contractualisation en origine dans la province de Huelva (Espagne). Ce type de contractualisation est l’illustration du phénomène de migration circulaire, temporaire et sélective. Depuis 2001, des milliers de Marocaines se rendent chaque année dans la province de Huelva pour travailler en majorité dans la récolte des fraises. À l’issue de la saison, les ouvrières doivent impérativement rentrer au Maroc. Pour les encadrer, la ville de Cartaya a mis en place un dispositif de gestion de la main d’œuvre. Au cœur de ce management dont les objectifs sont à la fois économiques et politiques, la sexualité joue un rôle significatif. Elle est un outil de tri, de discipline et un vecteur de catégorisation des migrantes marocaines.

Haut de page

Texte intégral

1À bien des égards, les liens entre sexualité et migration restent encore méconnus. Le sujet fut longtemps évincé au profit d’une lecture économique qui considérait les migrants uniquement comme une force de travail, faisant peu de cas des aspects personnels et intimes de leur vie (Fouché, Weber, 2008) ; mais cette situation évolue (Tersigni, 2001). Cette visibilité nouvellement acquise est pour partie liée à l’influence grandissante des travaux des féministes et des post-colonial studies, comme ceux d’Ann Stoler (2002) ou d’Anne McClintock (2010). Mais elle tient également à une transformation objective des migrations internationales observable depuis plusieurs décennies à travers leur féminisation croissante. L’Office des Migrations Internationales considère aujourd’hui que la majorité des migrants sont des femmes1 et qu’elles s’engagent de plus en plus dans l’expérience migratoire de manière autonome (Schmoll, 2007 ; Moujoud, 2008) et non plus uniquement comme les « rejoignantes » de leurs époux (Guillemaut, 2007).

2Avec la féminisation des migrations, leur dimension sexuelle est davantage prise en considération, notamment pour rendre compte du fait prostitutionnel (Pheterson, 2001). Quelques rares travaux inscrits dans les cultural studies (queer studies ou latino studies) envisagent la sexualité comme un moteur central de la migration, à l’instar par exemple, des travaux de Lionel Cantù qui, dans « The sexuality of migration : border crossings and Mexican immigrant men » (2009) pense le désir de liberté sexuelle des gays mexicains comme un facteur essentiel de leur migration vers les États-Unis.

  • 2 Martin Geiger, Antoine Pécoud, « Disciplining Global Movements Migration and its discontents », Cal (...)

3Mais l’association entre sexualité et migrations demeure impensée dans le « management de la migration » qui s’impose aujourd’hui comme l’un des fondamentaux des politiques migratoires, et que l’on peut définir comme la volonté d’organiser, de sélectionner et d’encadrer les flux migratoires de travail. Les grandes instances internationales comme l’Office des Migrations Internationales ou l’Union européenne encouragent les États à développer des outils de management adaptés à ces mobilités2. Cette notion de management de la migration serait même devenue un slogan omniprésent – un « catch word » – , encore peu investi par la recherche empirique (Geiger, Pécoud, 2010).

  • 3 Cette formule « pays d’origine » provient de la terminologie en vigueur dans l’Union européenne, qu (...)
  • 4 Source : Mairie de Cartaya.

4En étudiant la gestion des ouvrières agricoles marocaines à Huelva, nous souhaitons apporter ici une contribution à l’analyse des liens entre sexualité et management du travail des migrants. Dans cette province du Sud-Ouest de l’Espagne, on privilégie depuis 2001 une migration circulaire basée sur des contrats de travail temporaires recrutant des femmes. Ces contrats – appelés contratos en origen3  – ont pour principe de recruter un candidat et de lui faire signer un contrat de travail dans son pays d’origine. Pour s’assurer que les candidats ne restent pas sur le territoire espagnol à l’issue du contrat, d’une durée de 3 à 6 mois, les autorités ont décidé de recruter quasi exclusivement des femmes, mariées et mères d’enfants en bas âge. Depuis 2001, 38 000 ouvrières agricoles marocaines ont été recrutées dans ce cadre4.

  • 5 Cette recherche est financée par le programme d’Anr Terrferme (Les dispositifs de l'enfermement, ap (...)

5La gestion de ces ouvrières s’effectue à travers un dispositif de management mis en place par la commune de Cartaya, commune de 18 000 habitants située dans la province de Huelva (Andalousie). La ville occupe une fonction qui, à notre connaissance, n’a pas d’équivalent dans le monde : elle manage l’encadrement de la main d’œuvre fournie par la contractualisation en origine grâce à des financements européens qui lui permettent de contrôler la procédure dans son intégralité. Or, dans le cadre d’une enquête conduite au Maroc et en Espagne5, nous avons pu constater que le système adopté accordait une place spécifique à la sexualité (et notamment son gouvernement), visible à travers des thèmes comme la situation matrimoniale des ouvrières, l’encadrement de leur grossesse ou la gestion des risques de maladies sexuellement transmissibles. Dans ce dispositif de gestion de la main d’œuvre, la sexualité est ainsi mobilisée comme un outil de tri, de disciplinarisation et de catégorisation des ouvrières agricoles marocaines. Bien sûr, il ne s’agit pas de prétendre que toute la politique managériale est ordonnée par la sexualité, mais de penser, à partir de ce cas spécifique, l’instrumentalisation de la sexualité dans les politiques publiques migratoires.

Contexte et cadre de l’enquête

Développement des migrations temporaires sélectives féminines

6Les migrations internationales seraient touchées par une féminisation croissante (Morokvasic, 2010). Dans des pays comme le Sri Lanka, les émigrantes dépassent aujourd’hui le nombre d’émigrants (Devi et al., 2010). L’Europe du Sud est particulièrement concernée par cette féminisation des flux migratoires en provenance du Maghreb, des Philippines et du Cap Vert (Campani, 2000). Les migrantes sont principalement employées dans les services (hôtellerie, domesticité) ou les activités qui relèveraient du global care (Falquet, 2010). Ces secteurs sont considérés comme des niches d’emploi pour les femmes, dans un contexte d’économie mondialisée où la division sexuelle du marché du travail est exacerbée (Lautier, 2010, p. 21 ; Sassen, 2010, p. 32). Des politiques de recrutement de la main d’œuvre ciblées sur les femmes peuvent être défendues par des organismes comme le Programme des nations Unies (Pnud), l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) ou l’Union européenne (UE) au nom d’une politique « pro-femmes » et d’une stratégie de « co-développement » (Falquet, 2010). Pour certains auteurs, ce ciblage s’explique surtout par « la recherche d’une main d’œuvre bon marché et docile (dans l’agriculture) pour remplacer les migrants pour des tâches à forte intensité de main d’œuvre dans plusieurs pays industrialisés » (Moreno-Fontes Chammartin, 2008).

7Cette féminisation croissante s’articule à un autre élément contextuel : le développement des migrations circulaires temporaires. De nombreux États riches souhaitent mettre fin à la migration permanente pensée coûteuse, tant au plan financier qu’en termes d’intégration sociale et culturelle. Des grandes instances comme le Bureau international du travail (BIT) ou l’OCDE défendent l’organisation étatique des migrations circulaires comme une solution offerte aux pays et aux migrants. L’objectif de ces migrations pourrait se résumer par la formule « importer le travail sans les gens » (Castles, 2006), qui désigne la volonté de suppléer au manque de main d’œuvre existant dans certains secteurs économiques par le recrutement d’un nombre limité de migrants correspondants aux profils prédéterminés par les employeurs. Les États-Unis, le Canada, le Royaume-Uni, la Belgique, l’Irlande, l’Allemagne, l’Italie ou l’Espagne font partie des pays qui ont adopté cette politique de migration temporaire.

Contrats en origine et agriculture intensive

8Au début des années 2000, l’Espagne choisit de développer une migration temporaire sélective à l’aide d’un outil juridique spécifique : le contrat en origine (contrato en origen). Ce contrat de travail a pour particularité d’être signé dans le pays de départ et d’imposer le retour des postulantes. Il s’inscrit à la croisée de deux éléments contextuels : nécessité économique et impératif de contrôle migratoire. Pour faire face aux besoins de main d’œuvre provoqués par le boom économique des années 1990, les autorités, pressées par le milieu de l’entreprise, ont décidé de privilégier une migration de courte durée basée sur des quotas. Ces contrats ont été rendus possibles par la modification de la loi qui régit l’entrée, le séjour et le statut des étrangers : la Ley de Extranjerìa 04/2000 du 11 janvier 2000 (Plewa, 2009 ; Dominguès, Marquès et al, 2009 ; Redondo, 2009). Le recours à la main d’œuvre étrangère sous contrat en origine repose sur un contingentement des emplois en fonction des besoins de certains secteurs économiques : hôtellerie, restauration, agriculture. Ces contrats ont pour principe de couvrir des emplois non occupés par les Espagnols, formalisés par la constitution « d’un catalogue des offres d’emploi difficilement couverts » (Redondo, 2009). Les employeurs doivent attester de l’absence de candidats locaux avant de pouvoir formuler leurs demandes aux pays d’origine.

  • 6 En 2004, la ville a obtenu un financement européen de 1 196 000 euros dans le cadre du programme Ae (...)

9Ces contrats ne sont conclus qu’avec des ressortissants de pays préalablement signataires d’accords de main d’œuvre bilatéraux. Le principe du retour est fondamental, et cadre avec les directives de l’Union européenne qui envisage ces contrats comme une solution adaptée à la lutte contre l’immigration clandestine, considérée comme un problème majeur (Valluy, 2009). La convergence politique des État membres s’enracine dans l’adoption d’une politique commune d’immigration et d’asile lors du sommet de Tampere en 1999 (ibid., p. 221). Cette logique utilitaire s’articule à une logique sécuritaire qui envisage l’immigration comme une menace à la sécurité et à l’intégrité du territoire national (ibid., p. 202). L’Andalousie, à l’interface entre Europe et Afrique, constitue ainsi une région frontière sensible ; et il n’est pas étonnant que la contractualisation en origine ait été expérimentée dans la province de Huelva (Andalousie), avec le soutien de l’Union européenne6.

10Dans la province de Huelva, une partie des emplois de saisonniers agricoles sont ainsi régis par des contrats en origine pour suppléer au manque de main d’œuvre dans la production de fruits, et principalement de la fraise appelée « or rouge ». Il s’agit là de l’un des secteurs les plus demandeurs en main d’œuvre : 30 000 saisonniers sont employés à la plantation et à la récolte des fruits. Inspirée du modèle agricole californien, cette agriculture moderne a permis à l’Espagne de se hisser, en quelques années, au rang de troisième producteur mondial et premier producteur européen de fraises. Or les agriculteurs ont une préférence marquée pour la population d’origine étrangère, estimant que les Espagnols ne sont pas fiables et ne finissent pas la saison (El País, 04/09/2008). Les premiers contrats en origine ont été signés avec des ouvrières des pays de l’Europe de l’Est. Mais, suite à l’entrée de leur propre pays dans l’Union, dès que ces ressortissantes ont bénéficié d’une autorisation de circulation dans les pays membres de l’UE, elles ont massivement déserté les serres pour des secteurs économiques plus favorables, comme l’hôtellerie (El País, 18/08/2007). D’autres expériences ont été menées avec le Sénégal et les Philippines, mais n’ont pas été jugées concluantes par les autorités espagnoles. Les Marocaines sont alors devenues les ouvrières quasi exclusives des contrats en origine à Huelva. Les femmes « avec charges familiales » sont prioritaires. Il faut entendre par là les femmes mariées et/ou les mères de famille. En plus d’être aptes à réaliser ces travaux agricoles (physique adapté selon les critères des entrepreneurs espagnols), ces femmes semblent ainsi présenter les garanties du retour. Les autorités privilégient ainsi les mères de jeunes enfants pour éviter l’installation des migrantes sur le territoire espagnol. Ce critère s’appliquait déjà aux ouvrières de l’Est, mais se généralise pour les Marocaines.

Enquête de terrain

  • 7 Béatrice Limare, La rançon de la fraise, documentaire diffusé sur France 5 en avril 2010.

11Les données présentées ici ont été recueillies dans le cadre d’une enquête réalisée durant 51 jours en Espagne (Cartaya) et au Maroc (Rabat, Casablanca, Kenitra et le douar [hameau] de Kreda). Dix-huit entretiens ont été conduits auprès d’acteurs institutionnels, (ambassade d’Espagne, Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences, mairie de Cartaya) et d’acteurs associatifs impliqués dans la gestion de la main d’œuvre marocaine. Nous avons également pu observer les interactions entre les différents acteurs gérant la main d’œuvre, les acteurs institutionnels et les employeurs lors de réunions ou de visites dans les exploitations. Mais nous avons été constamment limitée par la méfiance que suscitait l’enquête. Elle doit notamment à la peur que suscitait toute critique potentielle du travail agricole et des politiques migratoires, telle qu’on la retrouve dans le film La rançon de la fraise7, ce documentaire critique que les employés de la mairie de Cartaya considéraient comme dangereux pour tout un pan économique de leur municipalité. Les responsables de la mairie de Cartaya nous ont ainsi refusé l’accès aux logements des ouvrières marocaines. L’ensemble des obstacles posés par les acteurs institutionnels, associatifs et les employeurs permet de mesurer l’emprise du dispositif sur la vie quotidienne des ouvrières.

12Les premières ouvrières interviewées furent rencontrées au Maroc, par des relations personnelles d’abord, par effet boule de neige ensuite. Certaines femmes rencontrées étaient toujours en activité, d’autres espéraient le renouvellement de leur contrat. Nous sommes ensuite retournée en Espagne dans l’espoir de contourner le refus initial des autorités ; certaines femmes ont ainsi été rencontrées dans la rue, à l’extérieur du dispositif de contrôle mis en place par l’employeur.

13Des relations ont été tissées avec des ouvrières dans le centre de Cartaya, où elles venaient faire leurs courses et téléphoner dans les locutorios (boutiques de télécommunications). Certaines nous ont invitée à leur rendre visite sur leur lieu d’habitation (le plus souvent sur l’exploitation désigné par le terme campo). Mais leur employeur leur a refusé ce droit. Elles se sont montrées pour la plupart extrêmement surprises de ce refus. Si elles savaient qu’elles ne pouvaient recevoir d’hommes, elles découvraient qu’elles ne pouvaient pas non plus recevoir de femmes, y compris des membres de leur famille, certaines voulant nous faire passer pour leur cousine. Les entretiens ont donc été réalisés dans la rue, des squares du centre-ville et des cafés. Au total, 34 entretiens ont pu être menés avec des ouvrières agricoles marocaines.

Le dispositif de gestion, sa création et son fonctionnement

Cartaya : la ville et le discours des acteurs

  • 8 Intervention du vice président de la Femp, Juan Antonio Millán Jaldón (http://www.ayto-cartaya.es/ (...)
  • 9 Le programme Aeneas est un programme qui aide les pays à lutter contre l’immigration illégale et à (...)

14Dans de nombreux pays récepteurs de main d’œuvre comme le Qatar, les Émirats Arabes Unis ou Hong-Kong, les agences et les employeurs occupent un rôle central dans l’organisation et la gestion des flux migratoires de travail (Bruslé, 2008 ; Wee et Sim, 2003). Mais aucune municipalité ne joue un rôle semblable à celui de Cartaya. Dès la création des contrats en origine, le maire a essayé d’occuper une fonction de premier plan dans la gouvernance de la migration. Cette initiative a été rendue possible par l’autonomie dont dispose les communautés autonomes, la puissance grandissante des acteurs locaux et l’importance de nouvelles compétences qui leur ont été attribuées en matière d’immigration. Depuis le début des années 2000, les villes espagnoles confrontées au thème de l’immigration, quelques soient leur taille ou leur localisation (milieu rural ou urbain) ont ainsi émergées comme des acteurs-clefs des politiques migratoires. Un réseau réunissant les villes concernées par une immigration de main d’œuvre agricole s’est constitué8. Sous la houlette de son maire, Juan Antonio Millàn Jaldòn, président de la « Commission des communes de la province de Huelva concernées par l’immigration » (COMI) et de la « Fédération Espagnole des communes et des provinces » (Femp), la ville de Cartaya est devenue le chef de file de la gouvernance des migrations circulaires via les contrats en origine. L’UE lui alloue dorénavant un financement important dans le cadre du programme Aeneas9, pour développer un outil de gestion des flux des travailleuses originaires du Maroc. L’Union européenne a salué l’initiative de la ville comme un modèle de « bonnes pratiques » et lui a apporté un soutien financier dans le cadre de la politique d’harmonisation de l’asile et de l’immigration, et de la politique de voisinage. Ces financements ont permis la création de la « Fondation des travailleurs étrangers de Huelva » (Futeh), dirigée par la municipalité.

  • 10 Protocolos y modelo de intervención, Oficina de Temporero Ayuntamiento de Cartaya (http://www.ayto- (...)

15Le maire défend cette politique comme un moyen de lutter contre l’immigration illégale et « le désordre » qu’elle génèrerait (Millàn Jaldón, 2009, p. 148). L’équilibre des flux est annoncé comme une priorité, comme le montre le slogan : « para que ni falten ni sobren los trabajadores [afin qu’il n’y ait ni déficit ni surplus de travailleurs] »10. Le manque de main d’œuvre nuirait à l’économie et l’excès à la société. Obtenir ce juste équilibre permettrait aux villes de maintenir « la qualité de vie, la convivialité, la qualité des services publics ». Selon le maire, « le travailleur (migrant) se déplace seulement durant les périodes où il y a des offres d’emploi non pourvus, envoie ses devises, il acquiert des compétences professionnelles et le reste de l’année, il retourne dans son pays où il travaille et vit avec sa famille » (ibid., p. 148). Il s’agit pour le maire et ses employés « d’éviter les problèmes d’intégration comme vous avez en France » et de garder « l’enracinement » (arraigo) du migrant dans son pays d’origine (ibid., p. 147). Ainsi, la politique municipale s’organise autour d’un dispositif articulant deux impératifs : fournir une main d’œuvre aux exploitants afin de soutenir un secteur économique stratégique et lutter contre l’immigration clandestine.

Le dispositif de gestion : la quête de l’efficacité

16L’outil de gestion est qualifié par ses fondateurs de structure de « gestion éthique et intégrale de la migration circulaire entre le Maroc et Huelva » (ibid., p. 146). La notion d’éthique fait référence au refus de l’immigration permanente pensée comme déraisonnable et à risques, celle d’intégrale au fait qu’il prend en charge tous les aspects et étapes du parcours migratoire des ouvrières. Il concerne l’acheminement en bus, le séjour, le logement, dans certains cas les transports entre le logement et l’exploitation, et le retour. La prise en charge des Marocaines par la municipalité de Cartaya, via la Futeh, est pensée et planifiée selon trois notions fondamentales, résumées par les trois R : Recrutement, Réception et Retour. Il s’agit de faire circuler les ouvrières au sein de l’espace-temps de la saison agricole, entre le Maroc et la province de Huelva, entre les foyers et les exploitations. Le dispositif est construit comme une somme d’actions successives de nature administrative et logistique. Les logiques qui prévalent sont celles du gain de temps, de la maximisation des profits et de la rentabilisation de la main d’œuvre marocaine. On attend des ouvrières qu’elles restent dans ce circuit balisé. Il faut préciser que l’outil de gestion est exclusivement fait pour les femmes marocaines. Lors de la dernière campagne (2009-2010) où 4 500 ouvrières ont été recrutées, on ne comptait que 7 hommes marocains relevant eux aussi de la contractualisation en origine. La mairie de Cartaya emploie pour faire fonctionner ce dispositif un personnel assez important, dont 18 médiateurs marocains pour s’occuper des saisonnières agricoles marocaines. Ces employés interviennent dès le recrutement au Maroc, en apportant un appui aux entrepreneurs espagnols.

  • 11 Il est annoncé aux ouvrières marocaines qu’elles pourront obtenir un permis de travail et de séjour (...)

17Durant tout leur séjour, les ouvrières sont affectées à une seule exploitation et dépendent d’un unique employeur. Elles n’ont pas le droit d’en changer. L’employeur doit leur fournir un logement dans lequel elles sont tenues d’habiter. Les interdits officiels concernent les sorties le soir, l’alcool, la drogue et les hommes. En réalité, toute visite de personne extérieure à l’administration est empêchée. Les interdits varient en fonction des employeurs. La relation de subordination est d’autant plus importante que les femmes peuvent être renvoyées à tout moment par leur employeur, duquel dépend le renouvellement du contrat de travail, véritable sésame pour l’obtention d’un permis de séjour permanent11. On peut relever des similarités avec d’autres formes de migrations de travail circulaire. Ainsi, les domestiques philippines employées à Hong Kong sont également sous la tutelle de leur employeur (Wee et Sim, 2003). Tout comme les Marocaines, elles n’ont pas le droit lors de leur séjour de chercher un autre employeur, elles dépendent de lui pour le renouvellement de leur contrat et elles ne peuvent se loger où elles le souhaitent Ce logement contraint n’est pas considéré comme un logement ordinaire pouvant ouvrir droit à une demande de séjour permanent. Elles ont par ailleurs une obligation de retour.

La sexualité, un instrument de tri et de discipline

18La sexualité occupe dans le management de la migration et du travail la fonction de tri et de discipline, deux fonctions solidaires qui ordonnent toutes les étapes du parcours migratoire des saisonnières agricoles marocaines. Le tri sous différentes formes s’exerce à plusieurs occasions. Il se manifeste en premier lieu dans l’étape du recrutement que les acteurs désignent sous l’appellation de « sélection ». Le recrutement se fait en deux étapes : l’agence d’emploi marocaine organise d’abord une présélection, puis les femmes se présentent devant les représentants des employeurs. Les choix s’opèrent selon plusieurs critères. L’âge d’abord : les candidates doivent être avoir entre 18 et 45 ans. L’expérience de travail dans le domaine agricole ensuite ; l’agence de l’emploi marocaine chargée d’organiser sur le plan logistique la sélection précise qu’elle choisit des femmes pour leur précarité dans une visée de politique sociale. Elle cible par ailleurs les zones les plus pauvres du territoire marocain au nom de l’équité territoriale. Le troisième critère est celui de leur situation familiale. On privilégie des femmes mariées et surtout des mères de jeunes enfants. On écarte volontairement les mères célibataires (Moreno Nieto, 2009). La valorisation de la mère de famille mariée, définie à la fois dans sa relation de dépendance aux enfants et à son mari, correspond au profil idéal qui offrira les garanties espérées : elle travaillera pour nourrir sa famille et ses liens affectifs la contraindront au retour. Interrogés sur l’application de ce critère des « femmes avec charges familiales » (El País, 18/08/2007), les acteurs institutionnels marocains déclarent qu’il s’agit d’une politique sociale visant à aider les familles dans le besoin. À Cartaya, les responsables déclarent quant à eux que leur stratégie serait contrainte par la statistique objective des non-retours. Ils auraient constaté un taux de non-retour estimé non satisfaisant, ce qui les aurait forcés à privilégier des femmes mariées et les mères, misant sur ces liens de dépendance pour qu’elles ne restent pas sur le territoire espagnol. Lors de la campagne 2005, avant l’entrée en application de ce critère, sur les 1 200 saisonnières recrutées, de 90 % à 95 % d’entre elles ont rompu leur contrat et sont restées en Espagne. En 2007, les acteurs parlent de bons résultats, car ils ont privilégié « un profil familial », en reprenant une idée formulée par les associations agraires comme Asaja, « ça fait longtemps que nous réclamons des travailleuses, principalement des femmes, qui aient des charges familiales dans leur pays (enfants, pères, maris…) qui garantissent le retour une fois le contrat fini » (El País, 18/08/2007). L’argument repose sur des particularités comportementales attribuées aux femmes. « Les femmes sont plus sérieuses, les hommes mariés sont insouciants, ne sont pas responsables. Je ne connais aucune femme qui laissera sans soin son enfant pendant un jour ou deux, voire des semaines, sans être préoccupée », nous a confié un responsable à l’ambassade d’Espagne à Rabat.

19Le tri se poursuit ensuite par un examen médical obligatoire. L’attestation du médecin est une pièce importante que les candidates doivent joindre à leur dossier de demande de visa. Ce certificat atteste entre autres que les candidates ne souffrent pas de « maladies nécessitant une quarantaine, prévues dans le Règlement Sanitaire International adopté dans la 22e assemblée Mondiale de la Santé de 1969. Toxicomanie, altération psychiques importantes, états manifestes de maladies psychotiques de confusion, représentant un danger pour l’ordre public ou pour la sécurité publique dans les termes établis par la législation en vigueur. Maladies infectieuses ou parasitaires désignées par le Ministère de la Santé, Syphilis, Tuberculose de l’Appareil respiratoire, active ou évolutive ». Le certificat n’atteste pas d’une quelconque aptitude au travail des candidates mais de leur absence de dangerosité en situation de circulation et de contact avec la société espagnole. Se dessine en creux l’idée que les candidates marocaines pourraient être vectrices de maladies. Les MST, comme le montre la mention faite à la syphilis, représentent l’un des risques dont les femmes pourraient être porteuses. Le médecin interroge aussi les candidates sur leur contraception, sur une grossesse éventuelle et sur leurs futurs projets maternels. La sexualité devient ainsi le lieu où se transmet l’injonction d’un contrôle de la fécondité, un lieu où la grossesse est envisagée comme un obstacle à la migration et au travail. Les candidates sont sensibilisées sur la nécessité de suspendre leurs projets de maternité.

20Ce tri se poursuit lors du séjour des ouvrières en Espagne. Les entrepreneurs exercent un contrôle sur le corps de leurs ouvrières. Des saisonnières nous ont raconté comment à leur arrivée, au moment de la distribution des vêtements de travail, leur employeur regardait la taille de leur ventre pour voir si elles n’étaient pas enceintes ; celles qui l’étaient se trouvaient écartées et sermonnées. Tous les entrepreneurs ne fonctionnent pas ainsi et certains acceptent les femmes enceintes. Mais pour les employeurs et les acteurs impliqués dans la gestion de la main d’œuvre, les thèmes de la grossesse et de l’accouchement représentent une préoccupation majeure. Au sein du dispositif, une employée municipale est affectée à la gestion administrative des dossiers des ouvrières qui ont accouché durant leur séjour en Espagne dans le cadre de la contractualisation en origine. Elle déclare : « les femmes enceintes, c’est un sérieux problème. Les employeurs sont obligés de les renvoyer car c’est un risque pour leur santé ; elles ne peuvent pas travailler, l’exploitation n’est pas un lieu pour elles… ». À l’instar de cette employée municipale, les autorités responsables mettent en avant le bien-être et la protection des femmes et de leur enfant. S’ajoute également une logique comptable assumée. La grossesse représenterait un manque à gagner : « il faut loger la femme, la nourrir, elle ne travaille pas, elle n’a donc pas d’argent ». Pour les autorités, il faut également faire face à des difficultés logistiques importantes car il faut « organiser la prise en charge à l’hôpital et l’acheminement du bébé et de la mère au pays ». L’employée chargée du dossier des grossesses déplore qu’en dépit des réunions de sensibilisation menée auprès des ouvrières et de la visite médicale imposée au Maroc, le problème demeure : « on ne comprend pas comment faire, on a beau faire la sensibilisation en amont, on ne sait pas si c’est l’agence (marocaine) qui ne fait pas son travail… ». Elle ajoute qu'accoucher en Espagne serait une ruse des Marocaines pour obtenir un titre de séjour, mais cette stratégie serait fondée sur des informations erronées. « Les femmes, mais aussi certains entrepreneurs, pensent que la naissance d’un enfant sur le territoire espagnol leur permet d’avoir un titre de séjour en Espagne, mais ce n’est pas possible, la loi ne le permet pas ».

21Pour régler ce qui est identifié par les acteurs comme un problème, une solution est envisagée. Le dispositif comprend en son sein des mesures qui fonctionnent selon une logique de tri entre des ouvrières maintenues dans leur travail et des ouvrières écartées parce qu’elles sont enceintes ou viennent d’accoucher. Il est prévu des lieux de mise à l’écart du circuit et des protocoles d’expulsion. Sur demande de l’employeur, les ouvrières sont immédiatement raccompagnées à la frontière par un médiateur marocain. De l’avis de certains médiateurs, cette tâche rend leur métier difficile : « le travail ça va, mais il y a dans ce travail une mesure à suivre un peu rude, quand il faut reconduire à la frontière une ouvrière ». Le dispositif a aussi prévu d’externaliser la prise en charge des ouvrières renvoyées pour grossesse et accouchement. Une association en a la charge quotidienne. Elle les loge dans une partie de l’un de ses foyers, récemment construit, où a été prévu une sorte de module à l’écart des autres ouvrières. L’association héberge les mères et leurs nouveaux nés dans un appartement du centre-ville de Cartaya. Nous avons rencontré des femmes qui ont été renvoyées par leur employeur parce qu’elles avaient accouché lors de leur séjour. Ces femmes avaient été recrutées quelques années auparavant et s’étaient endettées pour constituer leur dossier (frais de visas et de déplacements). Elles étaient prêtes à partir mais finalement n’ont pas été convoquées. Au fil des ans, elles avaient accumulé des dettes et mis leur projet de grossesse en attente. Puis, elles sont tombées enceintes l’année où elles ont été finalement appelées par l’agence de l’Emploi marocaine pour se rendre en Espagne. « On se fait engueuler : pourquoi vous êtes venues enceintes, nous dit-on. Nous, on ne comprend pas bien l’espagnol mais on nous crie dessus au service social ». Ces ouvrières ne comprennent ni pourquoi on leur reproche leur grossesse, ni l’arbitraire qui entoure les décisions des employeurs. Sous surveillance étroite, ces femmes s’étaient vues retirer leurs passeports, et avaient pour obligation d’attendre dans l’appartement gérée par l’association avant d’être expulsées.

  • 12 Extrait du poster présenté lors du salon Expoci-fresa.

22La discipline apparaît comme le second versant d’une sexualité intégrée au dispositif de gestion de la main d’œuvre. Les formations dispensées aux ouvrières la rendent particulièrement visible. À la fin de leur journée de travail, les ouvrières reçoivent sur leur lieu de résidence un certain nombre de cours. Le volet formation est présenté ainsi : « castillan pour immigré, importance du retour, hygiène et santé, éducation sexuelle, cohabitation et vivre ensemble, application des produits phytosanitaires, médiation interculturelle et co-développement »12. Si une partie des enseignements est liée à la dimension pratique du travail agricole (comme la manipulation de produits chimiques), d’autres cours se concentrent davantage sur la conduite des ouvrières. Pour les acteurs interviewés, il s’agit de leur inculquer des règles afin d’éviter les conflits (entre Marocaines et entre les Marocaines et d’autres migrantes). Une autre partie des formations concerne directement l’intimité des ouvrières et la gestion de leurs relations sexuelles et amoureuses. Dans le cadre du cours d’éducation sexuelle, des informations sur les moyens de contraception et les maladies sexuellement transmissibles leur sont dispensées. Durant les cours d’éducation sexuelle ou pendant les enseignements de sensibilisation au retour, les femmes sont mises en garde contre les hommes arabes ou marocains, les deux termes étant employés de manière équivalente selon les ouvrières. On déconseille aux femmes de recevoir des visites extérieures, notamment masculines. Pour les protéger, les foyers sont sous la surveillance de vigiles et de policiers municipaux.

La sexualité comme outil de catégorisation

23Cette politique sexuelle ne sert pas seulement à optimiser le recours à cette main d’œuvre étrangère, mais déploie et livre à travers les actions qui le composent un discours sur les ouvrières agricoles marocaines. Les différents groupes d’étrangers sont comparées selon des catégories de genre, de nationalité, de classe sociale et d’ethnicité. Le dispositif contribue ainsi à construire une figure essentialisée de l’ouvrière marocaine, aux caractéristiques pensées comme réelles et traitées comme telles.

24Une des images dominantes reste celle de la « bonne ouvrière », mère de famille, responsable, soucieuse du bien-être de ses enfants et pilier de l’ordre familial. Les femmes marocaines sont alors incluses dans la catégorie générique supposée universelle de la femme, définie par son rôle de mère. Cette catégorisation se produit à l’intérieur d’un rapport hétéro-normatif valorisant la famille et d’une hiérarchie des genres où la fonction maternelle est valorisée. Lorsque les ouvrières rompent le contrat en abandonnant leur poste de travail et en restant de manière illégale sur le territoire espagnol, elles sont alors considérées comme déviantes, « mauvaises mères » transgressant la norme sacrée d’une responsabilité féminine face à l’enfant.

  • 13 Reportaje los problemas de la inmigración, consulté le 24 août 2010 (http://www.diariocordoba.com/n (...)
  • 14 Lavozdigital.es, “Campaña con acento eslavo”, dimanche 4 juin 2006 (Consulté le 24 août 2010, http: (...)

25Ce processus de catégorisation ne procède pas seulement par inclusion, mais fonctionne également par différenciation culturelle. Sont alors mis en avant des traits présentés comme des différences culturelles, parfois traitées comme des avantages compétitifs. Ainsi, il est dit des Marocaines « qu’elles ne sortent pas et qu’elles ne boivent pas » (Nieto Moreno, 2009). Cette caractéristique est censée s’appliquer à toutes les Marocaines, mais trouve en réalité rapidement ses limites : elle ne permet bien évidemment pas aux Marocaines bénéficiant du statut de résidente permanente d’être embauchées dans les exploitations agricoles. Ce qui semble aujourd’hui un avantage apparaissait initialement comme un obstacle au recrutement des Marocaines. En effet, avant les financements importants soutenant le partenariat entre le Maroc et l’Espagne et l’adhésion des pays d’Europe de l’Est comme la Pologne, la Roumaine et la Bulgarie, les Marocaines n’étaient pas considérées comme une main d’œuvre intéressante et employable en raison de leur culture jugée trop différente. En 2001, lorsque les entrepreneurs avaient le choix entre plusieurs nationalités de travailleuses sous contrat en origine, ils privilégiaient les ouvrières polonaises, bulgares et roumaines pour leur proximité culturelle, notamment liées à des appartenances religieuses catholiques communes. Cette préférence culturelle se traduisait dans les discours. « Les entrepreneurs et habitants préfèrent actuellement des femmes de l’Est. Elles travaillent bien et nous ne donnent pas de problèmes » affirmait ainsi l’un des patrons13. « Les femmes européennes surtout […] les Polonaises, Ukrainiennes ou Bulgares reçoivent meilleur accueil par la population de ces villages qui les préfèrent aux femmes des autres continents »14.

26Cette préférence culturelle s’accompagnait également d’une préférence formulée en termes esthétiques. Elle s’appuie sur une réduction des Polonaises, des Roumaines et des Bulgares à leur physique. Pour illustration, quelques titres de presse relevés par Alicia Reigada Olaizola « sirènes polonaises dans des mers de plastique », « des fleurs d’un autre monde », « eux les préfèrent blondes », etc. Selon la chercheure, ces femmes sont hypersexualisées. Mais cette représentation produit des effets contraires lorsque les ressortissantes de l’Est quittent les serres pour travailler dans d’autres secteurs. La victime devient « putain ». Et lorsqu’il est dit des Marocaines qu’elles ont des qualités de travailleuses, parce qu’elles ne sortent pas et ne boivent pas, ces discours visent en creux les femmes de l’Est représentées comme trop libérées.

27La femme marocaine apparaît également – et de manière récurrente – comme la victime de sa propre culture, et des hommes « marocains » et/ou « arabes ». Elles seraient victimes parce qu’ignorantes de leur corps, incapables de maîtriser leur fécondité et systématique harcelées par les hommes de leur culture – présentés comme sur-sexualisés et donc dangereux. Cette image de victime permet de légitimer certaines actions du dispositif. Les cours d’éducation sexuelle sont ainsi justifiés comme des initiatives permettant d’améliorer les connaissances des femmes en matière de fécondité. Il s’agit aussi pour les acteurs de défendre ces formations comme des outils de co-développement permettant l’émancipation des femmes. Les cours d’éducation sexuelle et de sensibilisation au retour cherchent ainsi à sensibiliser les femmes aux relations avec les hommes et à la sexualité. À partir d’exemples frappants, on cherche à dissuader les Marocaines de rester sur le territoire espagnol ; les risques – notamment de violences sexuelles – y seraient trop importants. La masculinité arabe présentée comme dangereuse et rétrograde est disqualifiée. Les médiateurs marocains, hommes et femmes, participent également à ce discours disqualifiant. Pour nous convaincre de la naïveté des Marocaines et de la dangerosité des Marocains, un médiateur lui-même marocain nous donne l’exemple d’une saisonnière qui s’était, selon notre interlocuteur, évadée de l’exploitation (du verbe fugarse qui peut aussi signifier fuguer), et qui s’était retrouvée à Almeria, détroussée par un Marocain qui lui avait promis papiers et travail. Elle l’aurait appelé en pleurs car elle se serait retrouvée à la rue, suite à sa mésaventure. « Ce sont des paysannes qui croient tout ce qu’on leur dit… celle-ci n’est pas la seule à s’être faite avoir, elle a été volée, d’autres c’est pire [abus sexuels] ».

28L’ensemble des représentations évoquées ci-dessus nourrissent la justification du modèle de management mis en place par la ville de Cartaya pour gérer la main d’œuvre. Dans les discours des acteurs, ces images sont mobilisées pour légitimer l’encadrement très serré des ouvrières et le caractère paternaliste de leur hébergement. En effet, toutes les mesures qui empêchent les ouvrières de sortir le soir, de recevoir des visites, la présence des vigiles et des gardiens dans les foyers sont justifiées par un souci de protection de la femme marocaine victime de l’homme marocain jugé dangereux. Le chef des vigiles qui travaille dans un foyer où sont reçues d’autres saisonnières étrangères (en particulier des pays de l’Est) déclare veiller exclusivement sur les saisonnières relevant de la contractualisation en origine, c’est-à-dire les femmes marocaines. À la question « de quoi doit-il les protéger ? », il répond : « le problème arrive avec les femmes marocaines, à cause des hommes, ben oui les arabes, ils les harcèlent, ils les suivent, ils viennent en voiture jusqu’ici ». Il décrit une virilité arabe, agressive et menaçante pour les femmes victimes, et esquisse en creux, à partir du rôle qu’il s’attribue, le portrait d’une virilité occidentale protectrice. Les gardiens sont ainsi représentés comme des remparts face à une masculinité marocaine offensive. Les acteurs interviewés n’ont jamais évoqué les cas d’abus sexuels commis par les employeurs espagnols sur leurs employées étrangères, abus pourtant dénoncés dans un article d’El País (13/06/2010).

29Se constitue ainsi un discours de protection des femmes au nom de l’égalité homme-femme, présentée comme une dimension fondamentale de l’identité nationale. Cet état d’esprit est conforté par certaines dispositions législatives adoptées. Ainsi la Ley de Extranjeria prévoit de régulariser les migrantes victimes de violences conjugales. Dans la même lignée, en 2009, une campagne de prévention des violences sexistes lancée par le Ministère de l’Égalité avait pour objectif d’informer les hommes immigrés au sujet « des conséquences pénales du mauvais traitement des femmes en Espagne et de l’égalité entre les sexes comme valeur défendue par la constitution »15. Derrière ces mesures, se dressent les portraits de la migrante victime et du migrant comme auteur de violences sexistes. Ce sujet est à mettre en relation avec le thème de l’islam de plus en plus pensé comme un problème à travers la question du port du voile sous ces différentes formes. Comme dans beaucoup de pays d’Europe, ce débat occupe en Espagne une place centrale dans les médias et contribue à essentialiser les femmes musulmanes comme des victimes de leurs maris, frères et pères (Andreassen, 2006). Le thème de l’égalité hommes-femmes est mobilisé comme un élément permettant de conforter une identité nationale européenne opposée à des cultures étrangères notamment celles liées à la religion musulmane. L’égalité entre les sexes est devenue l’un des paramètres des politiques migratoires européennes, permettant de dire qui peut entrer sur le territoire et qui doit en être exclu. Derrière la représentation des femmes marocaines comme victimes se cache en réalité deux enjeux majeurs. L’homme marocain est d’abord disqualifié comme travailleur et migrant. Cette mise à l’index fait écho à la volonté des entrepreneurs espagnols de ne plus recourir à des employés d’origine magrébine, et notamment les Marocains qui sont les plus représentés parmi les immigrés issus d’Afrique du Nord. Ils sont perçus comme agressifs et belliqueux16. Ces représentations ont ensuite été confortées par certaines protestations menées par des ouvriers agricoles marocains. « Cette lutte, tout en étant un succès et largement soutenue, ne fera qu’accentuer le recours à la main d’œuvre des pays de l’Est de la part des entreprises agricoles qui voit dans cette mobilisation la confirmation de leurs craintes envers l’embauche des jeunes étrangers d’Afrique, vus comme une population problématique et conflictuelle » (Burchianti, 2006, p. 15).

30Ces hommes marocains peuvent également constituer une menace pour le dispositif de migration temporaire, dont le succès est fondé sur la mise à disposition de la main d’œuvre nécessaire aux employeurs et le retour au Maroc des ouvrières. Il s’agit d’éviter les contacts entre marocaines et marocains car ceux-ci leur permettraient de fuir l’exploitation et de ne pas respecter l’engagement du retour. Ce cas de figure représente du point de vue des employeurs un sérieux problème sur le plan économique. Manquer de main d’œuvre au moment de la récolte pourrait avoir des conséquences graves, notamment dans le cas de produits comme les fraises qui lorsqu’ils sont mûrs nécessitent d’être très rapidement cueillis. Le contact avec des hommes est ainsi perçu de la même manière qu’un recours à un passeur de migrants clandestins. Comme lui, l’homme marocain – par l’aide qu’il pourrait apporter en termes d’hébergement ou de transport – permettrait aux saisonnières marocaines de déjouer le contrôle migratoire et de rester de manière illégale sur le territoire espagnol.

Conclusion : la sexualité au service des frontières identitaires

31L’outil mis en place par la ville de Cartaya constitue à la fois un outil de management de la migration et du travail qui s’appuie pour partie sur la sexualité des migrantes. Celle-ci est utilisée comme un outil permettant de sélectionner et de discipliner des ouvrières, selon des critères prédéfinis d’emploi et de contrôle migratoire. La sexualité devient ainsi un instrument du contrôle des migrations et de la production. Les ouvrières sont traitées comme des flux qui doivent circuler dans un espace balisé, au sein duquel certains aspects de leur sexualité doivent être neutralisés et réorientés selon les objectifs édictés. L’ouvrière est ainsi traitée comme une force de travail à disposition de son employeur, classée – à travers la sexualité – selon des catégories morales (« bonne ouvrière », « mauvaise mère », « putain », « victime », etc.). La sexualité s’inscrit ainsi dans des rapports économiques et politiques permettant de gérer les frontières et de séparer les populations. Les conduites sexuelles sont ainsi hiérarchisées selon les espaces et participent paradoxalement à légitimer les divisions sociales qui font exister ces différences.

Haut de page

Bibliographie

ANDREASSEN, R., 2006, « Ali viole et Peter sait aimer, le rôle des médias danois et les constructions genrées de la sexualité », Migrance, n°27, p. 18-26.

BRUSLE, T., 2008, « Au Quatar, visages des soutiers de la croissance », Rue 89, http://eco rue89.com, consulté le 04/11/2010.

BURCHIANTI, F., 2009, « “La fresa amarga”. Mobilisations autour des persécutions rencontrées par les travailleuses agricoles saisonnières étrangères dans la province de Huelva (Espagne) », Asylon(s), n°1, http://www.reseau-terra.eu, consulté le 04/11/2010.

CAMPANI, G., 2000, « Les femmes immigrantes et le marché du travail : intégration et exclusion », Recherches Féministes, vol. 13, n°1, p. 47-67.

CASTLES, S., 2006, « Guestworkers in Europe; A Resurrection? », International Migration Review, vol. 40, n°4, p. 741-766.

CANTU, L., 2009, The sexuality of Migration: border crossings and Mexican immigrant men, New York, New York University Press.

DEVI, U., WIDDING ISAKSEN, L., et HOCHSCHILD, A. R., 2010, « La crise mondiale du care : point de vue de la mère et de l’enfant », in Falquet, J. et al (dir.), Le sexe de la mondialisation, Genre, classe, race et nouvelle division du travail, Paris, Presse de la fondation nationale des Sciences Politiques, p. 121-129.

DOMINGUES, J., MARQUEZ, M., DELGADO, J., 2009, « Temporary contracts in origin as policy to control immigration in Spain: “the Huelva model” », n°12, Cahiers de l’Urmis, http://urmis.revues.org, consulté le 04/11/2010.

ELSON, D., 2010, « Commerce international, égalité des sexes et avantage compétitif », in Falquet, J. et al (dir.), Le sexe de la mondialisation, Genre, classe, race et nouvelle division du travail, Paris, Presse de la Fondation nationale des sciences politiques, p. 57-67.

FALQUET, J., 2010, « L’État néolibéral et les femmes, le cas du bon élève mexicain », in Falquet, J. et al (dir.), Le sexe de la mondialisation, Genre, classe, race et nouvelle division du travail, Paris, Ed. Presse de la Fondation nationale des sciences politiques, p. 229-242.

FOUCAULT, M., 1976, Histoire de la sexualité I. La volonté de savoir, Paris, Gallimard.

FOUCHE, N., WEBER, S., 2006, « Construction des sexualités et Migration », Migrances, n°27, p. 7-14.

GUILLEMAUT, F., 2007, Stratégies des femmes en migration : pratiques et pensées minoritaires, Repenser les marges au centre, Thèse de sociologie, Université de Toulouse II, http://www.fflch.usp.br/ds/pos-graduacao/sites/trajetorias, consulté le 05/11/2010.

HELLIO, E., 2009, « Importer des femmes pour exporter des fraises », Études Rurales, n°182, p. 185-200.

LAUTIER, B., 2010, « Introduction - Économie mondialisée : transformations de la division sexuelle et internationale du travail », in Falquet, J. et al (dir.), Le sexe de la mondialisation, Genre, classe, race et nouvelle division du travail, Paris, Presse de la Fondation nationale des sciences politiques, p. 21-26.

LEE, V., SIM, A., 2003, « Transnational labour networks in female labour migration: mediating between Southeast Asian women workers and International labour markets », Working papers Series, n°49, http://web.archive.org, consulté le 05/11/2010.

McCLINTOCK, A., 2010, « Le postcolonialisme et l’ange du progrès », in Bancel, N. et al, Ruptures post coloniales, les nouveaux visages de la société française, Paris, La Découverte, p. 480-508.

MILLÁN JALDÓN, J. A., 2009, « Modelo cartaza de migración circular: su definición conceptual y estratégica. “Fórmula de codesarrollo idónea para fomentar flujos migratorios legales, complementar el control de frontera », in Gordo Márquez, M., Felicidades García, J. (dir.), Explorando los contratos en origen en los campos españoles, http://www.uhu.es/idl/js/tiny, consulté le 12/06/2010.

MORENO-FONTES CHAMMARTIN, G., 2008, « La situation des travailleuses migrantes sur le marché de l’emploi », Séminaire de réflexion thématique de la stratégie européenne pour l’emploi.

MORENO NIETO, J., 2009, « Los contratos en origen de temporada: mujeres marroquíes en la agricultura onubense », Revista de Estudios Internacionales Mediterráneos REIM, n°7, 2009, http://www.uam.es/otroscentros/TEIM/Revista, consulté le 04/11/10.

MORICE, A., 2004, « Utilitarisme et quotas d’immigrants », Débattre-Alternative libertaire, n°11, p. 22-26.

MOROKVASIC, M., 2010, « Le genre est au cœur des migrations », in Falquet, J. et al (dir.), Le sexe de la mondialisation, Genre, classe, race et nouvelle division du travail, Paris, Presse de la Fondation nationale des sciences politiques, p. 105-112.

MOUJOUD, N., 2008, « Effets de la migration sur les femmes et sur les rapports sociaux de sexe : au-delà des visions binaires », in Falquet, J., Rabaud, A., Scrinzi, F. et Freedman, J., Femmes, genre, migrations et mondialisation : un état des problématiques, Cahiers du Cedref, Publications Universitaires Paris Diderot, p. 57-79.

REIGADA OLAIZOLA, A., 2009, «Pensar las diferencia(s) desde la comunicación y discursos sociales », Groupo de trabajo: Comunicación y género, IX congreso Ibercom, Sevilla-Càdiz, http://dialnet.unirioja.es/servlet consulté le 21 octobre 2010.

PHETERSON, G., 2001, Le prisme de la prostitution, Paris, L'Harmattan.

PLEWA, P., 2009, Administration seasonal foreign worker admissions to Huelva’s strawberry agriculture, Preliminary draft of the presentation for the “immigration reform: Implications for farmers, farm workers and communities, Washington.

REDONDO, D., 2009, « Les contrats en origine dans la production intensive des fraises à Huelva », Études Rurales, n°182, p. 169-184.

SASSEN, S., 2010, « Mondialisation et géographie globale du travail », in Falquet, J. et al (dir.), Le sexe de la mondialisation, Genre, classe, race et nouvelle division du travail, Paris, Presse de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, p. 27-34.

SCHMOLL, C., 2007, « Femmes et migrations : Pratiques spatiales transnationales et stratégies de mobilité des commerçantes tunisiennes », Revue Jura Gentium, http://www.juragentium.unifi.it/fr/surveys/med/schmoll.htm.

STOLER, A. L., 2002, Carnal Knowledge and Imperial power. Race and the Intimate in Colonial Rule, Berkeley, University of California Press.

TERSIGNI, S., 2001, « La virginité des filles et “l’honneur maghrébin” dans le contexte français », Hommes et Migrations, n°1232, http://www.hommes-et-migrations.fr, consulté le 08/11/10.

VALLUY, J., 2009, Le rejet des exilés, Paris, Le Seuil.

Haut de page

Notes

1 http://publications.iom.int/bookstore/index.php, consulté le 05/11/2010.

2 Martin Geiger, Antoine Pécoud, « Disciplining Global Movements Migration and its discontents », Call for papers, International Workshop, 13 novembre 2010, http://imiscoe.socsci.uva.nl.

3 Cette formule « pays d’origine » provient de la terminologie en vigueur dans l’Union européenne, qui partage les pays en fonction des flux migratoires. Les mots « origine » et « destinataire » sont respectivement associés aux pays émetteurs et récepteurs des flux migratoires.

4 Source : Mairie de Cartaya.

5 Cette recherche est financée par le programme d’Anr Terrferme (Les dispositifs de l'enfermement, approche territoriale du contrôle politique et social contemporain), piloté par Bénédicte Michalon.

6 En 2004, la ville a obtenu un financement européen de 1 196 000 euros dans le cadre du programme Aeneas (Programme of assistance to third countries directed related to migration management) pour mettre en place un outil d'encadrement des ouvrières marocaines intitulé : « système de gestion intégrale et éthique des flux migratoires de travail ». Cette initiative est prolongée par le programme Mares (acronyme signifiant Maroc-Espagne) jusqu’en 2013.

7 Béatrice Limare, La rançon de la fraise, documentaire diffusé sur France 5 en avril 2010.

8 Intervention du vice président de la Femp, Juan Antonio Millán Jaldón (http://www.ayto-cartaya.es/ consulté le 07/04/2010).

9 Le programme Aeneas est un programme qui aide les pays à lutter contre l’immigration illégale et à favoriser le retour des immigrés.

10 Protocolos y modelo de intervención, Oficina de Temporero Ayuntamiento de Cartaya (http://www.ayto-cartaya.es/index).

11 Il est annoncé aux ouvrières marocaines qu’elles pourront obtenir un permis de travail et de séjour en Espagne, après quatre campagnes successives et la promesse d’un contrat d’embauche d’un an.

12 Extrait du poster présenté lors du salon Expoci-fresa.

13 Reportaje los problemas de la inmigración, consulté le 24 août 2010 (http://www.diariocordoba.com/noticias/noticia.asp).

14 Lavozdigital.es, “Campaña con acento eslavo”, dimanche 4 juin 2006 (Consulté le 24 août 2010, http://www.lavozdigital.es/cadiz/pg060604/prensa/noticias/Andalucia).

15 http://www.parainmigrantes.info/el-ministerio-de-igualdad-advierte-de-las-consecuencias-penales-del-maltrato-mediante-folletos-informativos/.

16 Reportaje los problemas de la inmigración, consulté le 24 août 2010 (http://www.diariocordoba.com/noticias/noticia.asp).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Djemila Zeneidi, « De l’usage de la sexualité dans le management de la migration de travail », L’Espace Politique [En ligne], 13 | 2011-1, mis en ligne le 24 mars 2017, consulté le 24 avril 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/1858 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.1858

Haut de page

Auteur

Djemila Zeneidi

Chargée de recherche au CNRS
ADES (UMR 5185)
djemila.zeneidi@ades.cnrs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org