Navigation – Plan du site
Politiques sexuelles

Bleu, blanc, gris… la couleur des mariages

Altérisation et tactiques de résistance des couples binationaux en France
The Boundaries of « Fake » Marriage. Otherness and Tactics of Resistance of Binational Couples in France
Manuela Salcedo Robledo

Résumés

En France, de nouvelles frontières « internes », délimitant l’existence des Français « d’origine », des Français « qui ont des origines », ainsi que de tous ceux qui, n’étant pas français, vivent sur son territoire, se sont constituées comme « un problème » qui se traduit aussi bien dans la vie privée de chacun que dans l’action gouvernementale et le discours politique. Cet article évoque l’une de ces frontières qui marque les unions, couples ou mariages binationaux, appelés aussi plus communément « mariages mixtes ». Ils illustrent la coupure séparant un « nous » (Français) d’un « eux » (étrangers non communautaires). Par l’analyse d’entretiens suivis auprès de deux conjoints étrangers de femmes françaises, je montre que la politique d’immigration actuelle se répercute dans l’intimité des couples binationaux. Ces derniers témoignent de leur impossibilité à poursuivre un projet de vie commune, du fait des nouvelles contraintes administratives que subit le/la conjoint-e étranger-e au moment des procédures de régularisation ou d’obtention d’un titre de séjour « vie privée et familiale ». De nouveaux rapports tactiques se juxtaposent à la relation amoureuse, particulièrement pour les couples hétérosexuels. Devant justifier le caractère désintéressé de leur mariage, voire la sincérité de l’amour qui les unit, ils expérimentent en pratique la signification politique et morale des frontières qui organisent le monde social.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Diverses modifications ont été apportées à la législation relative à l’immigration : loi du 26 nov (...)

1À partir du début des années 2000, se marier avec une personne d’une autre nationalité devient de plus en plus difficile pour un-e Français-e, à l’intérieur du territoire comme à l’extérieur des frontières nationales. Le durcissement des lois régissant l’immigration limite la conclusion de ce type d’unions1. Quand, le 22 mars 2006, Pascal Clément, ministre du gouvernement Villepin sous la présidence de Jacques Chirac, commence à défendre devant l’Assemblée nationale, en séance publique, « le projet de loi relatif au contrôle de la validité des mariages », le garde des Sceaux déclare :

  • 2  Déclaration de M. Pascal Clément, ministre de la Justice, sur « le projet de loi relatif au contrô (...)

« le mariage est en effet devenu un enjeu migratoire majeur. […] [L]e rapprochement de conjoint constitue le premier motif d’immigration familiale […]. Bien sûr, la plus grande part de ces mariages mixtes sont fondés sur une véritable intention matrimoniale. Toutefois, force est de constater que le nombre des fraudes qui sont dénoncées aux parquets à la fois par les maires et les agents consulaires et diplomatiques ne cesse d’augmenter. »2

2Récemment, le ministère de la Justice a adressé une circulaire « relative à la lutte des mariages simulés » aux maires et à la police (22 juin 2010). Le mariage simulé y est entendu comme « tout mariage qui ne repose pas sur une volonté libre et éclairée de vouloir se prendre pour mari et femme, qu’il ait été conclu exclusivement à des fins migratoires ou pour obtenir un avantage professionnel, social, fiscal ou successoral ». Ainsi conçu, le mariage ne doit donc pas dépendre du seul intérêt que les deux conjoints ont à conclure un tel contrat, mais être fondé sur « une volonté libre et éclairée » saisie comme le produit implicite d’un sentiment mutuel. Les mariages mixtes sont alors envisagés comme un enjeu politique, véritables « problèmes » relevant de la politique d’immigration et du redoublement des frontières à l’intérieur de la société française (Fassin, 2010, p. 9). L’une de ces nouvelles frontières construite par la politique d’immigration oppose un « eux » – les ressortissants étrangers – à un « nous » – les « Français d’origine ». Or cette délimitation se brouille lorsque se conclut un mariage mixte, au sens de « binational ». La frontière externe se fait interne. L’« Autre » (Said, 1979 ; Spivak, 1988 ; Bhabha, 1994), marié-e à un-e Français-e, devient par cette union un « Autre interne » (internal Others) (Haldrup, Koefoed et Simonsen, 2006, p. 173).

3L’intrication entre frontières sociale, spatiale, raciale et morale, et frontières sexuelles (Fassin, 2010, p. 529) est au cœur de cette question car il s’agit de pénétrer dans l’intimité des familles ou des couples transnationaux. L’enquête de terrain m’a permis jusqu’à maintenant d’observer que le soupçon ne se porte pas de la même manière sur un couple franco-allemand ou franco-italien ou même sur un couple franco-nord américain que sur un couple franco-ivoirien ou franco-algérien. Autrement dit, la suspicion est éveillée par les couples dont « l’Autre interne » n’est pas seulement non communautaire mais « non occidental ».

  • 3  J’ai notamment aidé à l’organisation des deux bals des Amoureux au ban public. Le premier s’est dé (...)

4Dans cet article, seront d’abord examinées les tactiques mises en œuvre au quotidien par les couples binationaux pour faire face aux contraintes administratives de la procédure de régularisation du conjoint étranger. J’insisterai ensuite sur l’expression « vie normale », récurrente dans les propos des couples binationaux rencontrés. Et finalement, il sera question d’analyser la temporalité qui s’inscrit au moment de l’attente des papiers : ce que cette attente signifie et ce qu’elle produit au sein du couple. Ces analyses s’appuient sur l’expérience de deux couples binationaux, rencontrés dans le cadre d’une thèse de sociologie en cours à l’EHESS ; l’article présente ainsi les propos de Frank et Olivier, ressortissants malgache et camerounais mariés à des Françaises. À ce jour, je me suis entretenue avec dix couples binationaux de sexe différent et six couples binationaux de même sexe. Ces rencontres se sont faites grâce au travail bénévole que je mène depuis septembre 2008 au sein du mouvement des Amoureux au ban public, particulièrement dans le collectif parisien3, et depuis septembre 2009 à l’Association pour la reconnaissance des droits des personnes homosexuelles et transsexuelles à l’immigration et au séjour (Ardhis).

Détournements juridiques ou tactiques de vie commune ?

5En 1998, la catégorie de « couple binational » apparaît pour la première fois dans le discours de l’Ardhis qui désigne ainsi les couples de même sexe que l’association défend. Cette expression s’applique aujourd’hui majoritairement aux couples de sexe différent. En France, l’activité militante autour des « couples binationaux » de sexe différent s’organise principalement autour des Amoureux au ban public. Le premier collectif de cette association a été créé en juin 2007, à Montpellier, pour aider ces couples à répondre aux contraintes imposées depuis 2003 par l’État. Le mouvement est crée par Nicolas Ferran, docteur en droit, engagé depuis 1995 auprès du Comité inter-mouvements auprès des évacués (Cimade) dont il est un ancien salarié. Le nom du mouvement rappelle le titre de la chanson de Georges Brassens – « Les amoureux des bancs publics » (1954) – et joue sur la polysémie du mot ban (« mettre quelqu’un au ban de la société », mais aussi « publier les bans d’un mariage à la mairie »). Ce mouvement, toujours coordonné par cet homme de 38 ans aidé de plusieurs couples actifs, s’engage à accompagner dans leurs démarches administratives les quelques deux mille couples binationaux qu’il regroupe en France et à faire respecter leur droit à la vie privée, en dénonçant les discriminations subies. Depuis 2009, la coordination se fait en Île-de-France. Les Amoureux continuent à être soutenus par la Cimade, qui héberge notamment les différents collectifs dans ses locaux.

6Frank est originaire de Madagascar. Il est arrivé par avion, avec un visa touristique pour venir voir ses frères et sœurs qui habitaient en France et avaient déjà la nationalité française. Ne pouvant plus continuer ses études, il les abandonne après une première année de CAP. Frank continue à faire du design et de l’informatique de manière autodidacte, en même temps qu’il aide sa sœur et ses enfants. Ce jeune homme de moins de 30 ans rencontre sa future épouse Sylvia lors d’une soirée malgache. Ils commencent à sortir ensemble de temps en temps et décident de se marier en 2007. L’entretien se déroule dans un café près du métro Danube, dans le 19e arrondissement de Paris. Il vient seul, son épouse étant alors au travail ; lui dit n’avoir « rien à faire ». Frank, toujours dans l’attente de l’obtention du titre de séjour « vie privée et familiale » (d’une validité d’un an renouvelable), vient juste de recevoir un récépissé lui accordant trois mois de situation régulière. Interrogé sur son union avec Sylvia, il m’explique :

« On est comme tous les Français qui veulent se marier… On est des amoureux normaux, comme tout le monde, comme tous ces Français qui veulent avoir des enfants et qui veulent se marier ! Et ce n’est pas pour être méchant, mais nous [les Malgaches], quand on est mariés, on souhaite être ensemble jusqu’à ce qu’on soit vieux ! Pas comme les Français qui après des années de mariage divorcent. Nous, à Madagascar, on reste ensemble jusqu’à ce qu’on soit vieux ! Pas du genre… si tu n’as pas d’argent, je te quitte…» (Entretien avec Frank, 23 avril 2008).

7Ces propos révèlent un trait caractéristique du discours des couples binationaux impliqués dans le mouvement militant. Ils opposent un « nous », désignant le couple lui-même ou bien aussi les étrangers (ici les Malgaches) à un « eux », l’administration, les officiers d’état civil, la police, les Français, etc. Ainsi, tout en expliquant sa situation, le couple construit une rhétorique défensive qui reprend paradoxalement les divisions qu’il croit combattre. Les couples mettent au point un discours argumentatif, qui tient lieu de stratégie, pour résister aux contraintes administratives. Ainsi, la représentation que donnent d’eux-mêmes (Goffman, 1973, p. 23) les Amoureux au ban public, et les couples qui le constituent, se forme en réponse aux définitions que donne la politique d’immigration des mariages « blancs » et/ou « gris ». Le mariage « blanc » est associé à un faux mariage dans la mesure où il ne se conclut que pour faciliter la régularisation du ressortissant-e étranger-e, alors que dans le mariage « gris », la personne étrangère ne se marie à un-e Français-e que pour avoir des papiers : une fois les papiers obtenus, le/la ressortissant-e quitte le couple. La suspicion s’étend aussi aux couples où l’épou-x-se français-e est manifestement sincère : son amour confirme le soupçon ou la fraude, voire la non sincérité du ressortissant-e étranger-e (Fassin, 2010, p. 527).

8Les couples mis en cause n’ont de cesse de se mettre en scène comme de « vrais amoureux » ; à travers leurs déclarations, leurs témoignages et les événements qu’ils créent, ils répliquent au soupçon de mariage de complaisance, tout en l’assimilant.

9Pour Frank, poursuivre des études, rester auprès de ses frères et sœurs déjà français et construire sa vie en France forment une succession considérée « comme une suite logique ». Sa rencontre et son mariage avec Sylvia en 2005 apparaissent ainsi comme des événements banals, assimilés à la « normalité » conjugale qu’il revendique :

« On a échangé nos numéros de téléphone, comme tout le monde ! Il n’y a pas eu d’intérêt particulier… C’était comme ça, on s’est rencontrés et après on s’est vus tout le temps. Voilà, c’est tout ! C’est simple, hein ? Mais il n’y a rien de compliqué dans ma vie, il n’y a rien à cacher, tout est simple, tout était logique, tout est normal.» (Entretien avec Frank, 23 avril 2008).

10Frank entend démontrer la normalité de son existence. Ses propos insistent sur le caractère d’enchaînement nécessaire qui marquerait sa vie en France. Il essaie de prouver, par « la simplicité » de son quotidien qu’il n’a « rien à cacher » et que tout est « normal ». Parce qu’il doit sans cesse démontrer qu’il n’a pas conclu un « faux mariage », Frank élabore un discours qui s’oppose et répond à celui de l’administration. La simplicité, la normalité, l’absence « d’indices sérieux portant atteinte à l’ordre public » traversent constamment son discours pour justifier de la validité de son union conjugale :

« On a déposé le dossier de mariage… Et je conseille à tout le monde de déposer le dossier, s’ils n’ont rien à cacher. Si l’administration nous demande des choses sur nous deux, c’est clair qu’on va les montrer. Et on a fait tout ce qu’ils nous ont demandé ; on a été là, on a été vrais […].Vous savez, dans la vie quand vous êtes honnête, quand vous n’avez rien à vous reprocher, les choses se passent bien. Dans notre esprit, nous ne faisons pas de mal ; donc on n’a pas eu peur… de personne. […] En tout cas, on avait tous les deux la conscience tranquille. […] De toute façon, ils [les fonctionnaires d’immigration] peuvent faire tous leurs trucs, on n’a rien à cacher ! Nous, on se dit toujours droits et simples. Pour moi les choses sont simples. [Frank mime un dialogue avec un fonctionnaire] "Qu’est-ce qu’il y a ? Vous voulez quoi ? Mon acte de naissance ? Tenez ! Vous voulez faire enquêter devant ma mère et voir si je suis un vrai fils ? Venez ! Qu’est-ce qui se passe ? Vous voulez venir chez nous ? Vous voyez, il n’y a rien de quoi suspecter". » (Entretien avec Frank, 23 avril 2008).

11Si on entend par mariage intéressé un mariage conclu par deux personnes qui décident de s’unir tout en ne s’aimant pas, ou celui dont un des conjoints abuse l’autre, selon l’Association nationale des victimes contre l’insécurité (ANVI), c’est toujours l’étranger qui trompe le résident français pour obtenir des papiers (mariage gris). Les arguments et les représentations des Amoureux au ban public se construisent en opposition aux arguments et représentations associés aux mariages intéressés et à « l’escroquerie sentimentale »4. Les Amoureux utilisent ainsi le répertoire romantique de l’amour : « je ne peux pas vivre sans lui », « il est tout pour moi », etc. La mise en cause administrative est dramatisée par une rhétorique de la souffrance, amplement mobilisée : « s’il est expulsé, j’en mourrai », « on pleure tous les jours », etc. Ces discours permettent de se représenter comme de « vrais couples » – au sens conventionnel et hétéronormatif – pour lesquels le sentiment sert tout à la fois de raison et de preuve. Ainsi par exemple, les Amoureux au ban public ont réalisé un coffret contenant plusieurs vidéos dont l’une montre quelques couples binationaux interprétant la chanson de Brassens5. Des couples « se bécotent sur les bancs publics », d’autres personnes attendent leur partenaire. Une femme habillée en noir, les cheveux détachés, laisse s’envoler une feuille qu’elle tenait dans sa main, évoquant la possible lettre d’un mari absent renonçant au mariage. Le futur mari est mis au ban ; la publication des bans n’aura pas lieu. La vidéo se termine par une image de cette même femme, cette fois habillée d’une robe de mariée, qui attend seule assise sur un banc.

12Mais cette douleur n’est pas que mise en scène ; elle traverse également les propos des couples binationaux :

« la première fois qu’on a reçu l’OQTF [obligation de quitter le territoire français], qui signifiait que je devais quitter ma femme, mon pays… enfin, je veux dire, ma femme, la France, pour revenir dans mon pays… c’était très dur. Sylvia, ma femme, vomissait tous les soirs. Elle avait en tête que j’allais bientôt partir ! Moi aussi j’avais ça en tête, qu’ils allaient bientôt me forcer à partir. Ils sont méchants. Et ma femme, elle vomit tout le temps, elle est très fragile, très sensible… Elle est déjà allée chez un psychologue à cause de ça ! Et tous les soirs, on a pleuré… Tous les soirs ! […] Et moi, j’ai eu une sorte d’ulcère dans l’estomac à cause du stress, parce que quand on se stresse, il y a des conséquences dans le système, surtout dans l’estomac…
Vous êtes tombé malade ?
Oui ! Moi, je n’ai pas de sécurité sociale. On n’a pas beaucoup d’argent, juste le peu d’argent de ma femme qui rentre tous les mois. Tout ça, ce sont les conséquences… […] Et moi j’ai peur, c’est ça le plus dur, j’ai peur dès qu’il y a une sonnerie à la porte, car je pense que c’est la police. Vous ne pouvez pas imaginer l’angoisse que j’ai eue ! On ne peut pas vivre ça, vous ne pouvez pas comprendre ça… Si vous étiez dans ma tête, vous comprendriez, vous auriez dit : "Mon Dieu !" Je ne veux pas dire le nom de Dieu mais bon… Ça a été très dur. » (Entretien avec Frank, 23 avril 2008).

Les marques de la « vérité » conjugale

13Selon les personnes interviewées et les témoignages auxquels j’ai pu avoir accès durant mon étude de terrain, un certain nombre d’indices matériels – explicitement recherchés par les autorités – servent de marqueurs objectifs pour évaluer la sincérité des unions. La police et la gendarmerie seraient ainsi sensibles à la présence de photos de mariage accrochées au mur du salon, aux bagues en diamants sertis d’or, à la vie commune ou à l’organisation d’une fête pour célébrer l’union officielle. Mais une connaissance intime du partenaire est également attendue et entend être objectivée par une interrogation sur la couleur favorite du partenaire, ses goûts littéraires, cinématographiques ou musicaux ou la date du dernier rapport sexuel. Les couples anticipent ces attentes et l’une de leurs tactiques récurrentes consiste justement à accrocher des photos du mariage dans le salon ou à modifier la décoration de leur intérieur en fonction des exigences attendues de l’administration. En cas de contrôle, le couple est convoqué au commissariat et subit également une enquête de voisinage. Ces interrogatoires soumettent l’intimité du couple et des individus qui le compose au regard administratif. La police cherche ainsi à détecter l’élément d’« intérêt » qui expliquerait une union suspecte, envisagée ici exclusivement comme un moyen de migration ou de régularisation. Il s’agit de débusquer le détail qui signifiera catégoriquement la nullité du mariage et les couples anticipent cette mise en cause en multipliant les signes attendus de « normalité ». Or, qu’il s’agisse de la « police de l’amour » ou des couples mis en cause, tous mobilisent une définition du mariage relativement consensuelle qui envisage l’amour comme la condition sine qua non d’une union conjugale (Giddens, 2004, p. 63).

14Olivier a reçu une visite pour enquête juste au moment où il sortait de chez lui pour aller chercher les enfants de sa conjointe à l’école. Il achevait de descendre les escaliers quand il a vu les gendarmes glisser un papier dans sa boîte aux lettres. Ces derniers s’apprêtaient à repartir, pensant qu’il n’y avait personne. Olivier se présente et leur explique qu’il n’a pu répondre puisqu’il était dans l’escalier : « ils allaient partir en me laissant un papier comme quoi je n’étais pas à la maison et que je devais passer les voir dans les jours qui viennent ». La rencontre dans le hall du bâtiment lui épargne d’avoir à justifier son absence au domicile. Plus encore, « comme une preuve que mon mariage est un vrai mariage, je leur ai dit de passer après cinq heures car je devais partir tout de suite chercher les enfants ». Pendant la visite, les gendarmes se sont ainsi rendu compte qu’Olivier gardait les enfants de sa conjointe et ont pu l’observer en train de préparer leur goûter. Il m’explique que « c’est tombé très bien » puisque cela constituait une belle preuve de vie commune : « Si les gendarmes sont venus pour vérifier si j’avais une vie commune avec ma femme, je leur ai donné la preuve qu’ils voulaient ! » (Deuxième entretien avec Olivier, 15 février 2009).

15La deuxième fois que j’ai interviewé Olivier, c’était au début de l’année 2009. Il me raconte alors que le préfet l’a convoqué avec son épouse, et lui « a fait un coup » auquel il ne s’attendait pas. Dans la salle d’attente, tous deux pensaient qu’ils allaient enfin pouvoir repartir avec un titre de séjour. Mais le préfet les rejoint et dit : « Madame, savez-vous que votre mari a des enfants et une femme au Cameroun ?… On voulait juste vous prévenir ! ». En effet, Olivier a laissé deux enfants au Cameroun qu’il aimerait un jour faire venir en France. Mais selon lui, le mariage qu’il a contracté dans son pays n’était qu’un moyen transitoire pour obtenir un visa touristique (un homme marié est moins soupçonné de vouloir faire sa vie en France qu’un célibataire). Il considère en réalité qu’il n’a jamais été véritablement marié. En l’occurrence, et ironiquement, il s’agissait « réellement d’un faux mariage ». Le préfet  a eu connaissance de cette union et en a informé la femme française d’Olivier pour qu’elle renonce à sa relation… D’après lui, « ils sont en train de faire tout pour que ma femme me laisse. Je me dis parfois de tout abandonner, mais si je rentre au Cameroun mes enfants ne vont plus aller à l’école. Ici je peux quand même leur assurer l’école, je leur envoie de l’argent là-bas, non ».

Une temporalité entre attente et désœuvrement

16Olivier est arrivé en France le 17 juin 2000, avec un visa touristique de trois mois. Il est resté, car c’était la seule manière de continuer à payer les études de ses enfants. Je suis son parcours depuis avril 2008. Il m’a montré les lettres qu’il a envoyées à la préfecture depuis son mariage avec une Française, les réponses de l’administration, et m’a laissé l’interviewer à quatre reprises, dont une fois en couple. Olivier a fait tout ce qu’on ne doit pas faire pour obtenir des papiers parce qu’il a tout fait pour les obtenir : falsification de documents (avant de l’avouer aux autorités), premier mariage dans son pays d’origine, présence d’enfants au Cameroun. Au début, Olivier est accompagné par la Cimade dans son processus de régularisation. Néanmoins après des périodes d’attente, il abandonne l’aide associative et commence à chercher sur internet les lois qui le concernent. Il écrit lui-même ses lettres au préfet et au tribunal administratif. Avec plus de six récépissés sans autorisation de travail, Olivier attend toujours un titre de séjour « vie privée et familiale ».

17Selon Olivier, « on ne décide pas de partir dans un pays à tout hasard », il y a toujours des amis et des gens qui sont déjà partis avant. Or, « sur place », il se rend compte que l’Europe ne correspond pas à ses attentes :

« Quand tu arrives, tu penses que tu vas pouvoir voir tes amis, que tu vas les trouver sur place […] Il faut trouver une solution… pouvoir avoir sa carte de séjour, une petite chambre, un boulot. Donc on arrive et on a le problème des papiers… Bon, c’est vrai que la vue de l’Europe qu’on a à la base, c’est pas la même. Quand on arrive, on se rend compte que ce n’est pas la même chose. […] Quand tu laisses tout ça pour venir ici, quel que soit ce que tu trouves, il faut quand même se battre, parce qu’en bas t’as l’Afrique, et il faut avancer. Donc, quand je suis arrivé, la personne qui allait me donner les papiers avait déjà donné les papiers à quelqu’un d’autre. C’est un risque et tu prends ta chance. Mais bon, après j’ai trouvé une personne qui m’a donné ses papiers. » (Premier entretien avec Olivier, 26 avril 2008).

18Jusqu’à son mariage, Olivier travaille comme ébéniste et comme vigile dans une boutique de vêtements. La rencontre avec son épouse a lieu dans l’appartement de sa future belle-mère, chez qui il effectue un travail de plomberie, et qui l’a invité à dîner. Dix mois plus tard, il se marie. Le discours d’Olivier contraste avec celui de Frank. Il ne relève pas du registre sentimental de l’amour romantique. À aucun moment, quand il raconte son histoire conjugale, il ne mobilise les arguments émotionnels propres aux Amoureux au ban public. Pour lui, le mariage correspond à un partage et à une répartition précise des tâches. Il considère ainsi que les démarches administratives font partie de ses attributions ; sa femme n’est qu’informée des évolutions. À l’occasion de notre premier entretien, lorsque je l’ai interrogé sur sa situation administrative, il m’a expliqué les différents moments du processus de régularisation et la succession des exigences auxquelles il a tenté de se conformer :

« Après le mariage, je suis allé à la préfecture. J’ai attendu six mois parce qu’on m’a conseillé d’attendre six mois après le mariage par rapport à la nouvelle loi… Donc je suis allé à la préfecture, et j’ai été accueilli par un fonctionnaire qui m’a dit : "Monsieur, ce n’est pas parce que vous êtes marié qu’on va vous donner les papiers !" Je n’ai rien dit, j’ai donné le dossier. Ils se sont rendus compte que je n’avais pas les originaux, que j’avais que des photocopies. »

19Olivier rentre alors chez lui et retourne à la préfecture un autre jour avec les originaux. Les fonctionnaires vérifient que son dossier est complet et lui donnent un autre rendez-vous :

« Et le jour du rendez-vous, ils m’ont demandé de venir avec ma femme. Nous y sommes allés ce jour-là, elle et moi. On a été reçus et on a rempli un dossier de demande de visa de long séjour à la préfecture. Ils nous disaient qu’ils allaient le transmettre au consulat de France au Cameroun, comme ça, selon eux, le consulat traiterait la demande de long séjour dans les deux mois. »

20Deux mois après, Olivier revient à la préfecture pour son titre de séjour :

« Cette fois la personne de la préfecture me dit qu’ils n’avaient pas reçu de réponse du consulat. Donc ils ont prolongé le récépissé pour deux mois de plus… Je n’étais pas fâché, je me suis dit, quand même, deux mois, ça va. Lorsque j’y suis retourné, ils m’ont dit la même chose, et ils m’ont donné un autre récépissé ; là, j’ai refusé de le prendre. Je suis rentré fâché chez moi parce que, pour moi, ce n’était pas normal. [Olivier change d’avis et retourne à la préfecture prendre le récépissé]. Alors j’ai passé deux mois encore et après j’y suis retourné, ils n’avaient toujours pas de réponse, du coup ils ne pouvaient rien faire pour moi, donc il a fallu prolonger encore… Ça fait six mois déjà, ils ont prolongé deux mois encore, et là j’ai pas discuté, j’ai pris le récépissé, et je savais que c’était ma vie de tous les jours… » (Premier entretien avec Olivier, 26 avril 2008).

21La temporalité est un élément crucial pour comprendre ce qui pèse sur les couples binationaux. Le temps, vide, s’assimile à une menace quotidienne. Pour Olivier, le temps passé à attendre une réponse renforce chaque jour davantage l’impression de « ne rien faire », de se sentir « comme un enfant » à la charge de sa femme. Olivier, comme Frank, attend un récépissé ou un titre de séjour pour « commencer à vivre », entendu ici comme l’obtention d’un travail qui permette, selon les mots d’Olivier, de « sortir le matin et rentrer le soir ». L’un et l’autre sont dépossédés de tout moyen d’action leur permettant d’obtenir un titre de séjour. Ils disent « ne pouvoir rien faire », condamnés à la patience, à l’espoir d’une réponse de la préfecture ou du consulat. L’attente devient ainsi leur « activité » (Kobelinski, 2009, p. 1).

22Pour un couple binational dont l’un des conjoints est en situation irrégulière, le travail devient un problème qui se rajoute aux autres.

« Je suis en situation irrégulière en France, sans titre de séjour, sans boulot, et je suis chef de famille, là-haut il y a une femme, des enfants… Il faut quand même que je participe aux charges de la maison. Donc je suis comme un enfant ; tant que je ne peux pas travailler, je ne peux rien faire, quoi ! Il faut que je demande tout, de l’argent, tout ! Ce n’est pas une vie…
Qu’est-ce que votre femme pense de cela ?
Avec ma femme, parfois, c’est tendu […] Je pense qu’ils [« eux » : le préfet, le fonctionnaire, l’administration, les gens du gouvernement] savent tout ça, ils veulent que la situation soit tendue parce que ça peut se casser à tout moment, avec une situation comme ça… […] Quand on s’est connus, je sortais les matins pour aller [au travail]… elle a vu en moi quelqu’un qui bosse ! Il faut les papiers pour pouvoir avoir un travail, et pouvoir avoir une vie ! […]. Je lui ai dit un jour [à ma femme] : "Qu’est-ce que tu fais avec un homme sans papiers, il y a plein de gens qui ont des papiers !" C’est moi qui fais tout à la maison maintenant, comme je ne travaille pas, je ne vais pas rester les mains croisées. Donc du coup je suis obligé de m’occuper […] Franchement je pense qu’au contraire il faut aimer vraiment la personne pour vivre tout ça ! S’il n’y a pas d’amour, que du bluff, ça craque, hein ! Ça craque ! » (Troisième entretien avec Olivier, 20 juin 2009).

23Le travail revient sans cesse comme un thème récurrent dans les entretiens. L’activité professionnelle est un des éléments qui structure la temporalité du couple. La division sexuelle du travail participe de l’image conventionnelle de la normalité conjugale. Pour Olivier, rester à la maison, se charger des tâches ménagères et s’occuper des enfants s’apparente à une non-activité, imposée par l’épreuve administrative. À ses yeux, les rôles masculin et féminin sont inversés : l’homme reste à la maison et la femme part travailler, ce qui ne correspond pas à l’ordre hétéronormatif de la répartition traditionnelle des tâches.

24Les couples binationaux comparent leur expérience à celle des conjoints franco-français. Paradoxalement, ils expriment l’idée qu’eux (les couples binationaux) s’aiment véritablement, au contraire des autres (les couples franco-français) qui n’ont pas à démontrer leurs sentiments. Ainsi devoir supporter tous les empêchements attesterait la force de leur union. On voit donc que le processus d’altérisation fonctionne dans les deux sens, et non pas uniquement de la représentation occidentale vers la représentation de l’Autre-non communautaire. Il implique que la France (et l’Europe) soit construite, par les conjoints étrangers, comme une figure imaginaire qui s’incarne à travers des « clichés et stéréotypes » qui s’illustrent dans des pratiques quotidiennes (Chakrabarty, 2000, p. 4). De même, dans la population occidentale, les représentations et les incidents de représentations d’altérité ne sont pas uniquement le produit du discours mais aussi le reflet d’un orientalisme pratique (Haldrup, Koefoedet et Simonsen, 2006, p. 174). La construction de l’Autre ne s’élabore pas seulement dans le langage mais passe aussi par l’expérience de pratiques et d’actes corporels de tous les jours.

Entre l’amour et l’intérêt

25Dans Le soi, le couple et la famille, François de Singly explique que « la norme de l’amour égalitaire » régit les relations intimes (de Singly, 1996, p. 236). Il souligne que « l’amour conjugal et l’amour parental (au sens moderne) se sont construits tous deux explicitement contre la logique de l’intérêt ». Viviane Zelizer, se démarquant de cette vision de la relation amoureuse moderne, observe que toute relation intime engendre une transaction. Qu’elles relèvent de l’argent, de l’amitié, du travail, du soin, les relations intimes ne sont pas fondées uniquement sur l’amour. Dans un article intitulé « Transactions intimes », elle souligne que les relations intimes concernent les « parents-enfants, conjoints, amants, ami(e)s », mais aussi les « prostitué(e)-client, espion-espionnée, psychiatre-patient et garde d’enfant-client » (Zelizer, 2001, p. 127). L’union d’un couple binational peut être vu lui aussi comme un échange « de papiers » entre conjoints, le mariage permettant l’obtention « de papiers » pour le conjoint étranger. Mais cet échange n’est pas exclusif aux seuls couples binationaux et s’intègre à la diversité des transactions qui marquent les relations intimes et sociales.

26Les couples binationaux hétérosexuels ne sont donc pas plus intéressés que les couples franco-français (les seconds sont souvent présentés mariés sous le régime de l’amour désintéressé, contrairement aux premiers suspects d’intérêt), c’est la transaction intime présidant à l’union qui est différente. Il ne s’agit pas simplement d’un échange « de papiers » contre un échange des « services » – d’une compensation de la part du conjoint étranger contre un service de la part du ressortissant français. C’est bien pourquoi les défenseurs des couples binationaux insistent pour les présenter comme des « amoureux ». Les notions d’amour et d’intérêt – le partage entre « échanges » (Tabet, 2004) et « transactions intimes » (Zelizer, 2001) – sont questionnées de nouveau, après que la sociologie du mariage, mais aussi la critique féministe, en ont de longue date démontré les limites. Interroger la politique actuelle d’immigration, c’est aussi remettre en cause ce clivage, entre amour et intérêt, qui fonde la suspicion de relations dont les formes d’inégalité sont inhabituelles (rapports de genre, race, classe et de génération), donc perçues comme « anormales ».

Haut de page

Bibliographie

BHABHA, H. K., 1994, The Location of Culture, New York, Routledge.

CHAKRABARTY, D., 2000, Provincializing Europe. Postcolonial Though and Historical Difference, Princeton, Princeton University Press.

De Singly, F., 1996, Le Soi, le Couple et la Famille, Paris, Nathan.

FASSIN, D. (dir.), 2010, Les Nouvelles Frontières de la société française, Paris, La Découverte.

FASSIN, É., 2010, « National Identity and Transnational Intimacies: Sexual Democracy and the Politics of Immigration in Europe », Public Culture, vol. 22, nº3, 601, p. 507-529.

FERRAN, N., 2009, « La politique d’immigration contre les couples mixtes », in Le Cour Grandmaison, O. (dir.), Douce France, rafles, rétention, expulsions, Paris, Le Seuil, p. 151-172.

Goffman, E., 1973, La Mise en scène de la vie quotidienne. La Présentation de soi, Paris, Les Éditions de Minuit.

Giddens, A., 2004, La Transformation de l’intimité. Sexualité, amour et érotisme dans les sociétés modernes, Paris, Hachette.

HALDRUP, M., KOEFOED, L., SIMONSEN, K., 2006, « Practical orientalism – Bodies, everyday life and the construction of otherness », Geografiska Annaler: SeriesB, vol. 88, n°2, p. 173-184.

KOBELINSKI, C., 2009, « Atrapado en el espacio, perdido en el tiempo », Éditions Papiers (http://www.editionspapiers.org/publications/atrapado-en-el-espacio-perdido-en-el-tiempo).

SAID, E., 1979, Orientalism, New York, Vintage Books Edition.

SPIVAK, G., 1988, « Can The Subaltern Speak? », in Nelson, C., Grossberg, L. (eds.), Marxism and the Interpretation of Culture, Urbana, University of Illinois Press, p. 271-313.

TABET, P., 2004, La Grande Arnaque. Sexualité des femmes et échange économico-sexuel, Paris, L’Harmattan.

ZELIZER, V., 2001, « Transactions intimes », Genèses, vol42, nº176, p. 121-144.

ZELIZER, V., 2005, The Purchase of Intimacy, Princeton, Princeton University Press.

Haut de page

Notes

1  Diverses modifications ont été apportées à la législation relative à l’immigration : loi du 26 novembre 2003 (première loi Sarkozy), du 24 juillet 2006 (deuxième loi Sarkozy), loi du 20 novembre 2007 (loi Hortefeux) et loi Besson, qui a été adoptée par l’Assemblée nationale le 12 octobre 2010 mais non encore votée. Ce texte propose que les mariages gris soient désormais passibles d’une peine de sept ans d’emprisonnement, au lieu de cinq, et d’une amende de 30 000 euros, contre 15 000 actuellement (voir Ferran, 2009).

2  Déclaration de M. Pascal Clément, ministre de la Justice, sur « le projet de loi relatif au contrôle de la validité des mariages » présenté par le gouvernement dans le but de renforcer le contrôle des mariages conclus entre un Français et un étranger, notamment ceux contractés à l’étranger, et éviter qu’ils soient utilisés « à des fins migratoires », à Paris le 22 mars 2006. http://www.presse.justice.gouv.fr/archives-discours-10093/archives-des-discours-de-2006-10094/projet-de-loi-relatif-au-controle-de-la-validite-des-mariages-11232.html.

3  J’ai notamment aidé à l’organisation des deux bals des Amoureux au ban public. Le premier s’est déroulé le 30 novembre 2008 à la mairie du 3e arrondissement de Paris, et le deuxième le 12 février 2009 à l’Hôtel de Ville de Paris.

4  Expression apparu pour la première fois en 2009 par l’ANVI dénonçant ce type de mariages.

5  http://amoureuxauban.net/coffret/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Manuela Salcedo Robledo, « Bleu, blanc, gris… la couleur des mariages », L’Espace Politique [En ligne], 13 | 2011-1, mis en ligne le 03 mai 2011, consulté le 25 mars 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/1869 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.1869

Haut de page

Auteur

Manuela Salcedo Robledo

Doctorante à l’EHESS - Allocataire de l’institut Emilie du Châtelet
Iris (Cnrs-Inserm-EHESS-Université Paris 13)
manuesalcedo@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org