Navigation – Plan du site
Études urbaines, études rurales

Gestion des risques et formation de l’aire urbaine transfrontalière genevoise.

Risk Management and Framing of the Geneva Cross-Border Urban Area
Patrick Pigeon

Résumés

L’article s’interroge sur la multiplication des institutions, particulièrement à portée internationale, qui visent à piloter l’aire urbaine de Genève. Reconstituer historiquement la formation de cette aire urbaine transfrontalière confirme leur caractère récent. Cela peut surprendre pour une ville aux fonctions internationales marquées, qui abrita notamment la Société des Nations dès 1920. Nous défendons ici l’hypothèse que le report d’une partie de l’urbanisation genevoise, notamment sur le nord de la Haute-Savoie, a favorisé la multiplication des risques. C’est leur reconnaissance officielle qui justifie au moins en partie les efforts de gestion transfrontalière et supracommunale aujourd’hui observés. Un schéma interprétatif général est proposé, s’appuyant sur l’analyse systémique. On en déduit que l’urbanisation tend, sur la durée, à produire essentiellement les conditions de ses propres évolutions, en poussant à gérer les effets non désirés et partiellement prédictibles des actions politiques antérieures. Les limites interprétatives des spécificités politico-culturelles, notamment du rôle que peut jouer la frontière, sont alors soulignées et discutées.

Haut de page

Texte intégral

Introduction :

  • 1 Commission internationale franco-suisse pour la protection des eaux du Léman contre la pollution.

1Cet article propose d’interpréter la formation de l’aire urbaine genevoise, au moment même où se multiplient et s’intensifient les actions et institutions politiques transfrontalières et intercommunales qui cherchent à la gérer. Il part d’une interrogation : comment expliquer que la gestion transfrontalière de cette aire urbaine internationale soit aussi tardive ? L’interrogation ne porte pas ici sur le caractère tardif en soi des structures de gestion intercommunales associées aux aires urbaines : c’est un phénomène généralement observé (Hulbert, 2010). Elle recoupe l’étonnement de Sohn et alii (2009) à propos de l’absence actuelle d’aire de coopération à l’échelle de l’aire métropolitaine fonctionnelle de Luxembourg, pourtant au cœur de la fondation de l’Union européenne. Personne ne pourrait contester la volonté genevoise, historique comme actuelle, de développer les relations internationales. Et, comme le note Hussy (1995), « on sait que tous les pays du monde sont, grosso modo, représentés à Genève ». Néanmoins, la gestion des échanges transfrontaliers, qui représentent une composante de ces relations internationales, y « a été moins institutionnalisée qu’à Bâle » et plus tardivement (Sohn et alii, 2009, p. 933). Hussy et Ricq, en 1989, mentionnaient que « le développement des relations transfrontalières est un thème essentiel de la vie genevoise en cette fin de siècle » (p. 230). Mais ils souhaitaient également « inventer la forme, le contenu, la dynamique d’une communauté urbaine transfrontalière ». Plus frappant encore apparaît le décalage temporel avec l’effort de réflexion sur l’Europe qu’a mené Denis de Rougemont, et qui a conduit à la création de l’Institut universitaire d’études européennes dès 1963 (Schwamm, 2010). Morin (1987, p.162) va même jusqu’à prétendre que « l’idée de fédération européenne ne fleurit que dans la banlieue de Genève ». La première commission transfrontalière, la CIPEL1, est certes créée en 1962. Mais elle a pour objectif de protéger de la pollution les eaux du Léman, et elle excède très largement l’aire urbaine de Genève. Autant de preuves, semble-t-il, du décalage étonnant d’une ville tournée vers l’international et qui s’intéresse pourtant peu, jusqu’à récemment, à ses voisins transfrontaliers.

2On focalisera l’étude sur le pôle secondaire principal de l’aire urbaine (SEGH, 2007), qui apparaît d’ailleurs explicitement sur la carte du schéma directeur cantonal mise à jour en 2006 (Fig. 1)2. Les institutions chargées de gérer l’urbanisation genevoise s’y multiplient, en relation avec la communauté d’agglomération d’Annemasse-Les Voirons. Elle a été créée en décembre 2007, en fusionnant deux communautés de communes. Les contrats de rivières, que pilotent des syndicats intercommunaux tel le Syndicat intercommunal du Foron du Chablais genevois (SIFOR) ou le syndicat mixte d’aménagement de l’Arve et de ses affluents (SM3A), confirment la tendance accrue à l’intercommunalité de projets, de surcroît, ici, transfrontalière. De plus, la volonté de gérer l’aire urbaine en prenant en compte son caractère international vient d’être renforcée. Le projet d’agglomération franco-valdo-genevois, dont la charte a été signée le 5 décembre 2007, le confirme. Il est piloté par le Comité Régional Franco-Genevois (CRFG).

Fig. 1 : Le plan directeur cantonal de Genève (2006) reconnaît officiellement le polycentrisme, comme l’importance du pôle annemassien, localisé en France

Fig. 1 : Le plan directeur cantonal de Genève (2006) reconnaît officiellement le polycentrisme, comme l’importance du pôle annemassien, localisé en France

Source : http://etat.geneve.ch/​dt/​amenagement/​carte_interactive-686-2913.html

3Comprendre ce qui peut apparaître comme une anomalie nécessite de reconstituer les principales étapes aboutissant à la formation de l’agglomération et de l’aire urbaine genevoises. L’Etat genevois a cherché précocement, au moins dès 1929, à contrôler l’urbanisation. Il a favorisé son report sur la France et le canton de Vaud, et a contribué à former l’aire urbaine au-delà de l’agglomération centrale. Il s’agit bien d’une contribution, car l’urbanisation de la partie savoyarde ne dépend clairement pas que de la présence genevoise. Il suffit de comparer le nombre officiel de frontaliers avec les populations qui appartiennent au périmètre du projet politique que porte le CRFG pour le saisir immédiatement (Fig. 2). De plus, l’historique montre que cette évolution n’est en aucun cas régulière ou linéaire. Il confirme le caractère tardif des formes de coopération internationale qui visent à piloter l’évolution de l’aire urbaine sur le territoire français, mais aussi de manière transfrontalière. Pourquoi l’Etat genevois ne persiste-t-il pas à gérer sa partie de l’aire urbaine en méconnaissant les territoires voisins, une option qui fut ouvertement affichée dans les plans d’aménagement de 1929 et de 1952 ?

Fig. 2 : Périmètres politiques du projet d’agglomération franco-valdo-genevois et répartition des frontaliers officiels en 2005.

Fig. 2 : Périmètres politiques du projet d’agglomération franco-valdo-genevois et répartition des frontaliers officiels en 2005.

Croisement à partir de Beurret, B et alii. 2007. Projet d’agglomération franco-valdo-genevois, état de la question et diagnostic détaillé. 94 p. http://www.projet-agglo.org/​upload et http://www.projet-agglo.org/​articles-fr/​12,25-caracteristiques.html pour la carte du périmètre politique de 2010.

4C’est que, en retour, ce report d’urbanisation favorise la reconnaissance de risques non seulement pour les communes françaises, mais aussi pour la partie helvétique elle-même. La formation de l’aire urbaine apparaît alors en relation partielle avec la déclaration successive de plusieurs types de risques gérés. On peut les définir par la probabilité d’endommagement socialement constaté (Pigeon, 2005). Ces risques, très relatifs et variables dans le temps, justifient l’intervention politique, voire la formation de nouvelles institutions, qui contribuent à remodeler l’aire urbaine. L’étude des archives, en particulier celles de l’Etat de Genève, permet de vérifier la mobilisation des risques par les acteurs politiques. Les documents récents liés à l’intercommunalité en France et en Suisse, transfrontalière ou non, confirment tout autant la tendance à la multiplication des risques politiquement identifiés. Certains sont d’apparence classique, comme les risques d’inondation, d’autres moins, comme le manque de logements ou le risque de dépendance alimentaire, ou encore le risque paysager. La tendance est à la fois à la multiplication et au rapprochement des types de risques identifiés entre Genève et les communes françaises. C’est d’ailleurs cohérent avec la mise en place de documents communs, à l’échelle de l’aire urbaine transfrontalière. Cela permet de poser l’hypothèse de coévolution entre l’urbanisation, les risques et les interventions institutionnelles qui cherchent à les gérer. Une coévolution de tendance positive est représentable en recourant à l’analyse systémique. C’est ce que nous proposons ici, tout en vérifiant, à partir d’un exemple concernant le risque d’inondation, qu’il ne s’agit pas que d’affichage.

5On peut alors aborder les implications de ce type d’interprétation. Sur le fond, l’urbanisation tend à s’auto augmenter par rétroaction positive. La multiplication des structures intercommunales et le renforcement du pilotage transfrontalier de l’urbanisation vérifient une tendance de fond : plus le temps passe, et plus l’urbanisation tend vers l’auto organisation en incitant à gérer les risques qu’elle contribue elle-même à faire apparaître ou à transformer. Ceci est aussi cohérent avec la remise en cause de la notion de risque, et avec la reconnaissance de l’incertitude, soulignant les limites de la prédiction (Godard et alii, 2002). De manière plus appliquée, l’identification de l’incertitude justifie le pilotage de l’urbanisation par des projets. L’objectif est alors de gérer le plus rapidement possible les effets inattendus des actions politiques grâce à des institutions jouant aussi le rôle de sentinelles. Cela amène nécessairement une autre question de fond.

6Finalement, l’aire urbaine de Genève, malgré son caractère transfrontalier, est-elle aussi originale ? Là encore, la question peut surprendre. Les pouvoirs et le fonctionnement des municipalités suisses et françaises diffèrent forcément, et devraient être gages d’originalité, puisque l’on trouve une frontière qui sépare un état décentralisé, la France, d’un autre, celui de Genève, qui appartient à la Confédération helvétique (Jouve, 1994). Pourtant, les formes de coopération transfrontalière et intercommunales qui se mettent en place tendent à réduire les différences entre l’aire urbaine genevoise et d’autres, non transfrontalières, qui sont en formation aujourd’hui. Il nous semble alors légitime de nous demander si la part interprétative de la frontière dans la formation de cette aire urbaine n’est pas en cours de réduction. La réponse peut difficilement être tranchée. Mais reconstituer les processus d’urbanisation dans leiurs relations avec la gestion des risques identifiés incite à relativiser la part, pourtant incontestable, des particularités politico-culturelles et du rôle de la frontière dans la formation de cette aire urbaine.

7L’interprétation proposée recoupe alors celle que développent Sohn et alii (2009, p. 924) comparant les structures transfrontalières de Luxembourg, Genève et Bâle. Ils insistent sur le rôle décisif que jouent les Etats urbains dans la mise en place variable de ces structures, dès que les motivations apparaissent. Mais quelles peuvent être ces motivations ? C’est ce que cet article espère contribuer à préciser, en mobilisant l’apport de la géographie des risques, qui apparaît alors a posteriori, et tend alors à réduire le rôle interprétatif que jouent les frontières.

Une aire urbaine polycentrique et transfrontalière, mais une gestion internationale et intercommunale tardive.

8Comme pour toute aire urbaine se posent ici des problèmes de définition et d’extension. Mais, comme ailleurs, la diffusion contemporaine de l’aire urbaine genevoise et l’intensification de l’urbanisation qu’elle matérialise sont des faits peu contestables. Elles justifient la tenue de colloques de géopolitique urbaine sur ces thématiques (Hulbert et alii, 2006). Du reste, la notion d’aire urbaine est récente. Bonnet (1993) écrivait, p. 93 : « aujourd’hui, on doit parler non plus d’agglomération (avec son noyau central et ses banlieues), mais de régions métropolitaines couvrant une surface très étendue ». Moriconi-Ebrard (2000) souligne les difficultés à délimiter ces aires urbaines, « aux contours de plus en plus flous » (p. 36). Il confirme néanmoins les remises en cause des définitions traditionnelles, en accord avec la bibliographie.

9Il ne faut donc pas s’étonner de trouver de fortes divergences d’approches suivant les institutions et les critères de définition, notamment statistique, qu’elles retiennent. Il suffit de comparer le périmètre politique du projet d’agglomération franco-valdo-genevois avec une carte montrant la répartition officielle des domiciles de travailleurs frontaliers (Fig. 2) pour percevoir combien apparaît utopique la volonté d’aboutir à une définition et une délimitation de valeur absolue. Sans compter que le périmètre politique du projet d’agglomération peut évoluer fortement, soit par retrait de communautés de communes, soit par entrée, certes depuis 2005, mais aussi entre 2009 et 2010. Ce critère constitue donc une approche minimale et rapidement évolutive de l’aire urbaine genevoise.

10Dans le même temps, la diffusion périurbaine est aussi révélée par la multiplication des acteurs politiques espérant la gérer, que Giraut et Vanier (1999) nomment « complexification institutionnelle et territoriale ». L’aire urbaine de Genève, au polycentrisme reconnu et favorisé (CRFG, 2008), n’échappe pas à la règle. Les tentatives visant à piloter globalement l’expansion urbaine mobilisent des formes tardives et accrues d’intercommunalité sur la partie française. En effet, le report de l’urbanisation genevoise sur la France fut observé au moins dès la décennie 1960. Ce surcroît d’urbanisation justifia en partie des formes d’intercommunalité, mais qui étaient alors réduites à la gestion des réseaux techniques (Hue, 2008). Le 25 novembre 2006 fut fêté le 40ème anniversaire de « l’intercommunalité de l’agglomération annemassienne ». Mais, à l’origine, elle impliquait uniquement des syndicats intercommunaux à l’image du SIVMAA (Syndicat intercommunal à vocation multiple de l’agglomération annemassienne), gérant l’eau et l’assainissement. Malgré les lois de décentralisation en France, et les lois sur l’intercommunalité, comme la loi Joxe du 6 février 1992, il n’a existé ici, au cours des décennies 1980 et 1990, aucune forme d’intercommunalité de projet.

11Par contre, et ceci est très révélateur, l’intercommunalité française évolue rapidement depuis 10 ans. Le SIVMAA devint la communauté de communes de l’agglomération annemassienne (2C2A) en janvier 2002, puis la communauté d’agglomération de la région annemassienne (CARA) en octobre 2007. Juste avant de fusionner avec la communauté de communes des Voirons, qui avait été créée en 2003, pour former «Annemasse-les Voirons agglomération» au 5 décembre 2007. Regroupant 75000 habitants sur 12 communes, elle correspond aussi au pôle secondaire démographiquement le plus important de l’aire urbaine genevoise. L’intérêt est que, cette fois, il ne s’agit plus d’une intercommunalité de tuyaux. Officiellement, la 2C2A se « donnait pour objectif de favoriser au sein d’un espace de solidarité l’élaboration d’un projet concerté de développement et d’aménagement de l’espace ». Ce projet vient de se concrétiser avec le SCOT, approuvé en 2007 (SEGH, 2007). Il constitue le premier plan d’aménagement global à l’échelle intercommunale concernant Annemasse et une partie des communes des Voirons associées

  • 3 On lit sur le site officiel de l’Etat de Genève (www.ge.ch/eau) : « Cette problématique de la gesti (...)

12L’intercommunalité de projet, très récente, devient aussi de plus en plus transfrontalière. L’objectif n’est pas seulement de relever cette tendance hyper-contemporaine, mais de se demander pourquoi elle fut si tardive concernant l’aire urbaine genevoise tournée vers l’international, et pourquoi elle s’intensifie aussi rapidement. 2003 vit le début du contrat de rivière transfrontalier du Foron. La démarche fut lancée en France à partir de 1996, et en 1997 fut signé un protocole d’accord transfrontalier pour la revitalisation des rivières franco-genevoises (Mémorial du Grand conseil, loi sur les eaux, 25 avril 1997, p. 2490). Cette intercommunalité transfrontalière reste encore centrée sur la gestion des cours d’eau  (SIFOR-DIA, 2003, p. 16), ou sur celle de l’eau plus généralement grâce à la mise en place du Plan Régional d’Evacuation des Eaux de la Seymaz. Bien qu’essentiellement suisse, ce plan implique plusieurs communes françaises appartenant au bassin-versant du Foron. Des deux côtés de la frontière, les liens avec les projets d’urbanisation sont très clairs3. De fait, ces formes d’intercommunalité transfrontalière sont très cohérentes avec le pilotage global de l’urbanisation grâce au Comité régional franco-genevois.

13Si « l’agglomération franco-valdo-genevoise est née de démarches transfrontalières engagées il y a plus de 30 ans » (CRFG, 2007), il fallut attendre 1997 pour que le CRFG ait d’une charte d’aménagement. Il a lui-même préparé un projet d’agglomération qui remonte à 2004. Celui-ci incorpore alors 10 structures intercommunales françaises réunies dans l’association régionale de coopération du Genevois (A.R.C.) et le district de Nyon (canton de Vaud)4. L’élargissement et l’intégration institutionnels créent un périmètre politique censé piloter l’évolution de l’aire urbaine genevoise. Le 19 juin 2008, le périmètre a intégré Thonon et la communauté de communes Faucigny-Glières, portant l’entité à 210 communes et 820 000 habitants. Mais les évolutions du périmètre politique entre 2007 et 2009 ont abouti à une réduction à 730 000 habitants (Fig. 2). La charte d’engagement du projet a été signée le 5 décembre 2007. Elle comporte un « schéma d’agglomération » à l’horizon 2030, « traduction spatiale des objectifs du projet » (CRFG, 2007).

14La multiplication tardive des structures intercommunales et transfrontalières espérant piloter globalement l’urbanisation associée à une ville de statut international nous semble poser des problèmes d’interprétation. Sans doute traduit-elle partiellement la volonté historique genevoise de gérer l’urbanisation dans les limites du canton. Ce que vérifie le point suivant. Mais pourquoi, dans ces conditions, les acteurs politiques, suisses ou français, reconnaissent-ils aujourd’hui la nécessité de s’associer ? On touche alors le caractère peu prédictible de l’urbanisation et de ses accompagnements politiques, et surtout la reconnaissance de leurs effets non désirés. Ce qui justifie le recours à la géographie des risques.

L’effet frontière a favorisé la formation précoce de l’aire urbaine mais pas son pilotage géopolitique intercommunal et transfrontalier.

15Contrairement au nord de la Haute-Savoie, l’Etat de Genève chercha précocement à gérer l’urbanisation globalement, par zonage, sur son territoire. Les différents plans, jusqu’en 2001, concernent uniquement le cadre du canton.

16De fait, un premier plan fut adopté au niveau cantonal, associé à la loi sur les constructions et les installations diverses du 9 mars 1929 (Fig. 3). Il prévoyait 5 zones liées à l’habitat. La cinquième, dite des « habitations rurales », concernait des secteurs qui étaient « destinés par nature à recevoir des villas ». L’article 14 de la loi porte que « la cinquième zone est réservée à la petite habitation familiale, aux villas et aux exploitations rurales » (Mémorial du Grand conseil, 1929, tome 1, p. 397). Il s’agissait de reporter l’urbanisation au-delà des limites de l’agglomération. On remarquera que la légende de la carte n’est pas exhaustive : les terrains agricoles sont représentés en blanc, sans qu’ils soient mentionnés ni par la carte ni par la loi elle-même. Ce manque justifia en partie la révision de 1940.

Fig. 3 : Plan d’aménagement cantonal associé à la loi sur les constructions et les installations diverses du 9 mars 1929.

Fig. 3 : Plan d’aménagement cantonal associé à la loi sur les constructions et les installations diverses du 9 mars 1929.

Source : archives d’Etat de Genève, cote 1929 va 001/2

Les enclaves de Céligny, qui se trouvent au Nord de Genève, sont cartographiées au SE, et masquent presque Annemasse.

  • 5 « Délimitation des zones de construction de 1939, plan annexé à la loi du 27 avril 1940, cote archi (...)

17En effet, ce plan fut modifié par la loi du 27 avril 1940, puis en 19525 (Mémorial du Grand conseil, 13 septembre 1952, p. 1120). L’Etat de Genève décida, en s’appuyant sur l’application de la loi fédérale sur le maintien de la propriété rurale (12 juin 1951), de subdiviser la cinquième zone du plan de 1940 en 5A, destinée à accueillir les villas, et 5B, strictement agricole. Contrairement au précédent, le nouveau choix politique privilégiait plus la densification de l’agglomération que la formation d’une aire urbaine étalée sur le canton lui-même (Fig. 4). Ces options furent confirmées par les plans cantonaux ultérieurs. La Loi sur le développement de l’agglomération urbaine (29 juin 1957) autorisa des déclassements de zones après délibération de l’assemblée législative, le Grand conseil. Mais les procédures de déclassements concernèrent fondamentalement la zone villa. Il s’agissait bien de densifier l’agglomération. L’option politique fut réaffirmée par le plan directeur du 24 février 1961, comme par sa révision en 1975 (Faure & Matthey, 1982). Les zonages des plans cantonaux de 2001, pourtant révisés en 2006, confirment la résistance de la zone agricole.

Fig. 4 : Plan d’aménagement cantonal du 19 décembre 1952

Fig. 4 : Plan d’aménagement cantonal du 19 décembre 1952

Source : « Plan de délimitation des zones 5A et 5B annexé à la loi du 19 décembre 1952 complétant l’article 13 de la LCI (loi sur les Constructions et les Installations diverses) du 27 avril 1940 », Archives d’’Etat de Genève, cote 1952 va 001/1.

Zone 5A : destinée à recevoir des villas; zone 5B : strictement agricole

Cette fois, les enclaves de Céligny masquent Annemasse

18Toutefois, la carte de 2006 (Fig. 1) présente un contraste flagrant avec celle de 1952 (Fig. 4). Cette fois, les enclaves de Céligny, qui se situent dans le canton de Vaud, au Nord de Genève, ne viennent plus masquer Annemasse. La carte de 2006 avoue ainsi l’importance du report d’urbanisation sur la partie nord de la Haute-Savoie, comme la nécessité pour les Genevois de la prendre en compte dans les documents d’aménagement.

19Il ne fait donc aucun doute que l’Etat de Genève a favorisé le report de l’urbanisation sur la France, et ce très précocement. L’effet frontière a incontestablement contribué à la formation de l’aire urbaine genevoise. Le blocage de l’urbanisation est reconnu officiellement, par exemple lors des débats qui accompagnèrent le « concept de l’aménagement cantonal » : « dès lors, où construire pour répondre aux besoins prépondérants de la population ? En France voisine ou dans le canton de Vaud où les cieux sont plus cléments » (rapporteur R. Koechlin, Mémorial du Grand conseil, 2000, p. 4575). Mais le report fut identifié implicitement dès au moins 1939. Le Grand conseil s’émouvait alors de ceux « qui gagnent leur vie à Genève et habitent de l’autre côté de la frontière (...) Ce sont des déserteurs comme les autres » (Mémorial du Grand conseil, loi sur le devoir de résidence des fonctionnaires de l’administration communale, 1939, p. 549). Le nombre de frontaliers était pourtant alors nécessairement limité : les statistiques officielles des travailleurs frontaliers ne reportaient que 500 personnes en 1964, contre plus de 60 000 à la fin de 2007 (Fig. 5).

Fig 5 : La formation de l’aire urbaine de Genève

Fig 5 : La formation de l’aire urbaine de Genève

20Dans ces conditions, on devine pourquoi tant l’Etat de Genève que les communes françaises cherchent à gérer l’aire urbaine globalement. D’où, en partie, les formes d’intercommunalité françaises et de gestion transfrontalières qui ont été mentionnées. C’est que l’urbanisation et les frontaliers ne franchissent pas seuls la frontière. Les risques qu’ils contribuent à favoriser aussi, avec des effets en retour, notamment pour l’agglomération genevoise elle-même. Dès 1939 au moins, ces risques, multiformes, étaient mentionnés.

Gestion transfrontalière et intercommunale : des réponses aux risques que favorise l’aire urbaine genevoise.

21La formation par phases de l’aire urbaine polycentrique nous paraît être d’abord liée à la reconnaissance officielle de plusieurs types de risques, justifiant en retour des mesures politiques. Or, elles les modifient, sans jamais pouvoir les éliminer. C’est cette interprétation et sa formalisation graphique (Fig. 5) que nous défendons ici.

22On définira simplement les risques comme la probabilité d’endommagement socialement constaté, quelle que soit la forme de l’endommagement (Pigeon, 2005). Leur reconnaissance reste très subjective : elle traduit de multiples conditionnements culturels ou politiques qui ont été identifiés ailleurs (Hulbert, 2006 ; Pigeon, 2008 ; Sierra, 2009). Elle varie considérablement dans le temps et selon les types d’acteurs, comme le soulignent les recherches des sociologues sur la thématique (Borraz, 2005).

23A Genève, comme ailleurs, les dommages rattachés au moins partiellement à l’urbanisation sont aussi multiformes que variables. Le projet d’agglomération franco-valdo-genevois (2007) est organisé en trois thèmes principaux : « urbanisation, mobilité, environnement ». Ce dernier comporte deux sous-thèmes très révélateurs : « préserver et valoriser les espaces naturels et paysagers », « maîtriser les risques naturels et technologiques, notamment les risques liés aux crues des cours d’eau ». Ces objectifs affirmés comme prioritaires sont fortement conditionnés par les choix politiques antérieurs. Ils vérifient l’apparition, la reconnaissance et la transformation des risques. Et ils justifient le renforcement récent des formes d’intercommunalité française comme de gestion transfrontalière.

24Revenons sur le plan de 1929. Ce dernier utilise le potentiel foncier pour répondre à la demande en logements, que favorise l’essor des fonctions internationales à Genève depuis la fin de la Première guerre mondiale. Sans doute le croît démographique fut-il limité à Genève entre 1920 et 1941 (Bory-Barochall et alii, 1982). Mais le besoin de logements est néanmoins présent, comme l’atteste une initiative populaire demandant le soutien du canton à leur construction (Mémorial du Grand conseil, 1928, annexes, tome 3, p. 93). Parmi les principaux risques, on trouve celui de ne pas pouvoir répondre à cette demande. Le texte du Mémorial du Grand conseil qui présente la loi du 9 mars 1929 est explicite : « Les coteaux qui s’étendent le long du lac, les rives du Rhône, les pentes des petits vallons et de manière générale les terrains en pente et exposés au regard sont destinés par nature à recevoir des villas ». « L’essor de la population vers la campagne en réservant de vastes territoires à ce genre de constructions », soit le parti pris de l’extension urbaine de faible densité, sont favorisés.

25Le plan de 1952 reconnaît les effets non désirés de cette forme d’expansion urbaine, notamment par la réduction des terrains agricoles. « Si l’on n’empêchait le « saupoudrage » de villas sur l’ensemble du canton, de nombreux secteurs exploitables risquaient de disparaître » (Faure & Matthey, 1982). Il s’agissait aussi de limiter le plus possible la dépendance alimentaire de la Suisse, surtout pour Genève qui constitue une quasi enclave en territoire français. La constitution d’une quasi ceinture verte et agricole résulte bien de la reconnaissance de risques qu’induisirent en grande partie les choix politiques antérieurs, visant à favoriser une urbanisation plus étalée. Nous retrouvons le caractère très relatif et évolutif des risques : la périrurbanisation étalée, favorisée pour gérer un risque reconnu (1929), devient facteur de risque (1940, 1952).

26Dans ces conditions, la formation de l’aire urbaine peut être partiellement interprétée comme un effet des politiques genevoises réduisant l’accès au foncier. Elles exacerbent les différentiels de valeur foncière entre le centre de l’agglomération et les marges de l’aire urbaine. Par exemple, en 2004, le « prix moyen des logements collectifs neufs » était estimé à 3400 euros le mètre-carré pour le canton de Genève, contre 2600 euros pour le Genevois haut-savoyard (CRFG, 2009, p.13). Les écarts de répartition entre résidences et emplois, que de nombreuses publications cherchent à mesurer et à cartographier (Schuler, 2008), en sont forcément renforcés. Le report d’urbanisation est approché sur la Fig. 5 par les courbes qui concernent l’évolution démographique pour le périmètre politique du CRFG et celle des travailleurs frontaliers. Les aires concernées diffèrent, comme le montre immédiatement la Fig. 2, reportée sur la Fig. 5. Il s’agit ici de fournir des ordres de grandeur, d’identifier des tendances de fond. N’oublions pas que les chiffres de population de 1920 et de 2009 ne portent pas sur les mêmes aires de référence, et que les différences de peuplement réduisent aussi leur comparabilité. Le chiffre des travailleurs frontaliers ne prend pas en compte les clandestins, et est assurément sous-évalué A l’inverse, celui des 820 000 personnes pour l’aire urbaine en 2009 incorpore des populations qui se trouvaient alors dans le périmètre du CRFG, sans avoir nécessairement des liens étroits avec Genève même. Mais d’autres, notamment les frontaliers, contribuent à l’urbanisation de ces communes. Malgré toutes ces réserves, l’expansion de l’aire urbaine semble bien en relation partielle avec ce qu’affirme, page 20, le CRFG (2007) : « le canton de Genève a maîtrisé l’étalement urbain à l’intérieur de son territoire en créant très tôt une ceinture verte agricole préservée ».

27Mais que signifie une telle maîtrise ? En retour, l’expansion urbaine sur la France provoque la reconnaissance de plusieurs types de risques, qui vont justifier l’évolution des formes de pilotage politique. Par exemple, nous retrouvons le risque paysager, une catégorie pourtant peu abordée dans les travaux de synthèse sur la thématique (Wisner et alii, 2004 ; Birkman et alii, 2006 entre autres), et qui mériterait à elle seule un effort de réflexion, qu’ont engagé Debarbieux (2007) ou Berque (2008). Le CRFG (2007) mentionne « la dégradation des paysages surtout dans la couronne française et vaudoise » (p. 23), et le refus de l’étalement urbain « au point de vue de l’environnement et du paysage ». Le SCOT d’ « Annemasse agglomération-Les Voirons » souligne expressément les risques paysagers. On lit p. 33 : « la croissance urbaine s’est traduite par un étalement (...) entraînant une consommation excessive de foncier et un mitage des paysages ».

28Plus classiquement, les risques d’inondation sont aussi favorisés par l’urbanisation. Les documents gérant les risques dits naturels en France, comme les Plans de Prévention des Risques (PPR), l’avouent explicitement (par exemple, RTM 74, 1998). Sur la commune de Saint-Cergues, qui appartient au bassin-versant du Foron, l’urbanisation a incité au busage des torrents, notamment au passage des ponts ou pour récupérer des terrains à bâtir. Mais le busage aggrave localement les risques d’inondation, en favorisant les embâcles par obturation des canalisations lors d’apports torrentiels (Bouvet, 1991). Des bassins de rétention furent alors édifiés à l’amont immédiat des sections busées (Fig. 6). Piégeant les sédiments, ils contribuent à diminuer la charge sédimentaire du Foron du Chablais genevois dont ils sont les affluents. Ils favorisent la tendance de cette rivière torrentielle à encaisser son  lit mineur. Donc aussi à saper les digues qui sont censées protéger des inondations les communes françaises et suisses que cette rivière traverse à l’aval. C’est précisément la tendance observée sur le terrain, là où le Foron matérialise la frontière franco-suisse (Fig. 7).

Fig. 6 : Bac de rétention sédimentaire compensant les effets non désirés du busage des torrents (commune de Saint-Cergues).

Fig. 6 : Bac de rétention sédimentaire compensant les effets non désirés du busage des torrents (commune de Saint-Cergues).

Sources de la Fig. 6 : Carton de localisation : d’après la carte de synthèse des ouvrages de protection sur le Foron, in : SIFOR. 2003. Dossier de déclaration d’intérêt général, entretien, restauration et mise en valeur du Foron et de ses affluents. Archives SIFOR, Gaillard : 39 p.

Carte principale : Service RTM de Haute-Savoie. 1998. Plan de Prévention des Risques de Saint-Cergues. Archives RTM Haute-savoie, Annecy.

Photo : busage du torrent de Boëge, bac de rétention (1991), état en mai 2009.

Sur le zonage du PPR, le busage du ruisseau de Boëge justifie le passage de la zone rouge (non constructible) à bleue (constructible avec prescriptions). Le bac de rétention a pour objectif de limiter les inondations que favorise l’obstruction des buses.

Fig. 7 : Risques d’inondations et conflits géopolitiques liés à l’urbanisation franco-genevoise.

Fig. 7 : Risques d’inondations et conflits géopolitiques liés à l’urbanisation franco-genevoise.

1. Localisation de la carte principale dans le bassin-versant du Foron, même source que pour la Fig. 6.

2. Carte des conflits politiques d’après l’ADIFOR. http://www.cd15.com/​index.php?option=com_content&view=article&id=15&Itemid=300060 (A et B : projet d’urbanisation MICA (Mon Idée-Communaux d’Ambilly); A : partie Communaux d’Ambilly, au stade du projet de plan localisé de quartier en 2010 ; B : partie Mon Idée, commune de Puplinge, projet actuellement reporté ; C : Carte de danger d’inondation, réalisée par le service géologique cantonal, et reportée par l’ADIFOR sur la carte topographique ; D : Localisation du bassin de réception dit de Sous-Marsaz, sur le Foron, contesté par l’ADIFOR).

3. Carte de danger d’inondation, réalisée par le service géologique cantonal de Genève. Son existence a été vérifiée auprès du service. Elle n’a toujours pas été officiellement publiée. http://etat.geneve.ch/​dt/​eau/​a_votre_service-rhy_cartes_dangers_dus_aux_crues-5573.html

4. Photographie des digues du Foron, février 2009. La digue franco-suisse, sur la berge nord, est sapée latéralement, nécessitant la pose de gabions. La tendance est à l’enfoncement du lit mineur et au déchaussement des ouvrages de protection de berge.

29A l’échelle du bassin-versant du Foron du Chablais genevois, le SIFOR gère les berges des torrents et de la rivière en relation avec Annemasse-les Voirons agglomération, mais aussi l’Etat de Genève. L’un de ses sites officiels mentionne que le contrat de rivière géré par le SIFOR concerne 8 communes françaises et trois suisses6. Cela confirme la gestion supra-communale et transfrontalière des risques, comme son caractère très tardif. Elle est en partie liée au report de l’urbanisation genevoise sur la France, et surtout aux effets non désirés de ce report partiel d’urbanisation sur la dynamique des cours d’eau.

30Les risques reconnus par les documents d’aménagement sont multiformes, et ils n’impliquent plus les communes françaises ou suisses seules. Ils rétroagissent sur le canton de Genève lui-même, à plusieurs échelles. La maîtrise des risques par l’Etat genevois est d’autant plus contestable qu’il ne s’en est pas débarrassé en les transférant simplement sur le territoire français. La gestion des bassins-versants des cours d’eau implique leur composante transfrontalière. Par exemple, les risques d’inondation liés au Foron, que reconnaissent officiellement les cartes de danger en Suisse, même à l’état de projet (DAEL, 2004), et les cartes des PPR en France, interfèrent avec les projets d’urbanisation ou d’aménagement. Des associations de type NIMBY (Not in my Backyard, « pas dans mon jardin »), qui sont en contact en dépit de la frontière, cherchent à les mobiliser dans leurs oppositions à certains de ces projets.

  • 7 Voir le site officiel de l’Association, www.cd15.com
  • 8 « La principale action sur le plan financier et technique du contrat de rivière est la construction (...)
  • 9 Tribune de Genève, 31 juillet 2008, « renaturation du Foron ». « C’est la sécurité des habitants qu (...)

31Ainsi, l’ADIFOR (Association de Défense des Intérêts du Foron) sise à Ville-La-Grand, qui se définit d’ailleurs comme « une association franco-suisse »7, s’oppose à la mise en place d’un bassin de rétention des crues du Foron au lieu-dit Sous-Marsaz (Fig. 7). Son combat a rejoint plusieurs associations qui étaient opposées au programme MICA (Mon Idée-Communaux d’Ambilly), tout particulièrement sur la commune helvétique de Puplinge. Elles soulignaient que la partie de ce programme immobilier de grande ampleur, sur le secteur de Mon Idée appartenant à cette commune, se développerait sur une zone potentiellement inondable (B sur la Fig. 7). De fait, comme nous l’avons vu, les digues sur la berge nord, franco-suisse, du Foron sont sapées, nécessitant des travaux de confortement. La zone concernée par le projet MICA resterait à risque malgré la création envisagée du bassin de rétention dit de Sous-Marsaz à l’amont, sur la commune de Ville-la-Grand (D sur la Fig. 7). La réalisation de ce dernier est pourtant réaffirmée avec force par le Schéma de cohérence territoriale (SCOT, SEGH, 2007)8. La presse souligne aussi l’intérêt que portent les Genevois à la réalisation des travaux de correction en France, auxquels ils contribuent d’ailleurs financièrement9.

32A l’échelle de l’aire urbaine, l’augmentation des navetteurs transfrontaliers qui utilisent les transports individuels multiplie les impacts environnementaux (bruit, pollution) ou impliquant la sécurité routière. Debarbieux et alii (2007) s’appuient sur un travail d’enquête pour confirmer combien « le franchissement de la frontière franco-genevoise est une pratique banale pour beaucoup ». La gestion de ces risques ne peut clairement plus impliquer le seul canton de Genève, voire une structure intercommunale locale, fût-elle de projet. C’est ce que synthétisait clairement la charte d’aménagement du CRFG en 1997, en identifiant pour la première fois « l’agglomération franco-valdo-genevoise » comme l’échelle permettant de piloter l’aire urbaine et les risques associés. Elle « vise à concentrer l’urbanisation autour de pôles pour lutter contre le mitage du territoire et favoriser l’utilisation rationnelle des transports publics ».

33La Fig. 5 propose une synthèse de cette interprétation qui illustre une coévolution entre les risques, les efforts de pilotages politique, et les phases principales de formation de l’aire urbaine genevoise. La formalisation confirme le caractère systémique du raisonnement par l’existence des boucles de rétroaction. Non seulement nous pouvons identifier un ensemble de paramètres en interaction (Walliser, 1977), mais, de surcroît, en rétroagissant, ils produisent les conditions principales de leur propre évolution (Gunderson & Holling, 2002). Cette formalisation confirme que l’urbanisation est bien un processus complexe, néanmoins représentable. Et qui pose des défis aussi indispensables qu’épineux aux efforts de gestion politique.

Les défis de la géopolitique urbaine : gérer l’incertitude.

34Le schéma interprétatif identifie trois groupes de facteurs (urbanisation, risques/incertitudes, interventions et institutions politiques) qui interagissent, et, surtout, rétroagissent en s’intensifiant. Si un système désigne un ensemble de facteurs en interaction (Walliser, 1977), nous sommes ici en présence de plusieurs systèmes qui coévoluent. Le schéma décrit alors la structure fondamentale et le fonctionnement d’un méta-système, à l’échelle de l’aire urbaine et sur la durée séculaire. Le schéma s’apparente aux trois formes de complexité que Dauphiné a exposées en 2001 (p. 118-120), et qui « agissent de concert » ici : plurifactorialité, évolution peu prédictible, « imbrication de réseaux et d’échelles ». La représentation proposée est aussi cohérente avec les travaux qu’a synthétisés Birkmann (2006). Selon ce dernier, « la gestion des risques suppose un système de contrôle (structures institutionnelles) et un système d’actualisation (politiques publiques) afin de mettre en œuvre les changements nécessaires ». L’une des difficultés majeures est de pouvoir représenter le processus lisiblement (Walliser, 1977) sans pour autant renoncer aux particularités locales. C’est ce que nous proposons ici.

35Sur le fond, l’interprétation remet en cause la notion de risque. Cette dernière suppose une quantification possible. Or, l’intensification de l’urbanisation diminue la crédibilité des informations que fournissent les « probabilités objectives ». Elles sont obtenues à partir de l’étude statistique portant sur des observations normalisées d’événements passés (Godard et alii, 2002). Présenté simplement, le recours aux enseignements du passé est d’autant plus réduit que les peuplements humains et leurs pilotages géopolitiques s’intensifient, en créant des formes souvent présentées comme inédites. Il s’agit donc plus d’incertitude que de risque aujourd’hui. Pour les mêmes auteurs, l’incertitude « désigne les situations qui échappent aux probabilités objectives ».

36Il en résulte « l’incapacité à déterminer une liste complète des résultats possibles de l’action », et donc la nécessité de politiques très réactives. Elle est prise en compte dans certains documents d’aménagement très récents, comme le Plan Communal de Sauvegarde de Bonne, située sur le versant ouest des Voirons , 10 kilomètres à l’est d’Annemasse (Commune de Bonne, 2007). L’article 6 de son règlement prévoit que « le plan communal est révisé en fonction de la connaissance et de l’évolution des risques (...) le délai de révision ne peut excéder cinq ans ». Il s’agit d’une évolution internationale, retrouvée par exemple en Ecosse. Elle reconnaît l’impossibilité d’éliminer les risques en utilisant des travaux de correction quels qu’ils soient (Werritty, 2006). De nombreux travaux de recherche internationaux portent aujourd’hui sur cette thématique, par exemple dans le cadre de la society for risk analysis (Menoni, 2010), ou des programmes sur les villes andines (D’Ercole et alii, 2009).

37Se pose donc un autre problème, qui concerne l’acceptabilité des politiques de pilotage nécessairement imparfaites, en ce sens où elles gèrent des incertitudes sans jamais pouvoir les éliminer. Plus même, dans l’interprétation proposée, elles tendent à les augmenter. D’après Monmonier (2006), il s’agit de cartographier des données marquées par l’incertitude socialement peu acceptée. On retombe donc bien sur ce qui apparaît comme un paradoxe en première lecture : les interventions politiques et les institutions qui les gèrent ne peuvent éliminer les risques. Mais, en les gérant partiellement, elles favorisent l’intensification de l’urbanisation comme leur propre remise en cause.

  • 10 La motion M 1213 « concernant le projet d’aménagement du territoire sur la région de Genève sud », (...)

38C’est bien ce que nous observons avec l’exemple de l’aire urbaine genevoise, et la formation tardive des structures de pilotage intercommunales comme transfrontalières. On pourra remarquer que, sur le canton de Genève, des voix s’élèvent désormais pour réclamer aussi plus d’intercommunalité10. Les particularités locales (effet frontière sur la durée, différentiels de dispositifs politiques entre la France et la Suisse) masquent alors cette tendance de fond, que l’on pourrait retrouver ailleurs.

Conclusions :

39L’exemple de l’aire urbaine genevoise confirme la tendance à l’intensification et à la diversification actuelles des institutions qui cherchent à piloter l’urbanisation transfrontalière. Malgré l’importance des forçages extérieurs, surtout ici (organisations internationales, Confédération helvétique, Etat français), il montre que l’urbanisation tend à s’auto organiser. Et ce, précisément, en raison de l’impossibilité des acteurs politiques à la maîtriser, en éliminant les risques, et bien plutôt les incertitudes. La réactivité des pilotages politiques devient une nécessité, tout comme la gestion de l’urbanisation à l’échelle de l’aire urbaine, voire régionale (Hulbert, 2010). Dans cette approche, les risques représentent autant un potentiel de dommage qu’un potentiel d’urbanisation, dès lors qu’ils sont gérés. L’interprétation est formalisée par un schéma systémique à l’échelle de l’aire urbaine transfrontalière. Elle est aussi testée par le recours à une étude de cas concernant un cours d’eau transfrontalier que gère un syndicat intercommunal et international, le SIFOR. Ce dernier révèle une partie des stratégies de coopération transfrontalière, qui peuvent apparaître étonnamment tardives pour l’aire urbaine d’une ville internationale comme Genève. De surcroît, les documents qui pilotent officiellement l’urbanisation sont aussi des documents qui incitent à gérer les risques qu’ils identifient.

40Une approche plus théorique de la question nous amènerait à comparer les résultats avec d’autres métropoles de statuts et poids démographiques voisins (Sohn et alii, 2009), voire même avec Londres (Chaline, 2000). Elle nous pousserait surtout à mobiliser les théories de l’auto organisation, un prolongement de l’analyse systémique qui en démontre le caractère non tautologique (Pumain et alii, 1989).

41Le rôle que peut jouer la frontière dans la formation de cette aire urbaine transfrontalière est nécessairement relativisé et discuté par le type d’interprétation que nous proposons ici.

42La volonté de contrôler l’urbanisation sur l’Etat de Genève contribue au report de cette dernière sur les territoires voisins, ne serait-ce que par l’exacerbation des différentiels de valeurs foncières qu’elle favorise. Les flux de frontaliers traduisent en partie le différentiel bien connu et accru par l’effet frontière entre lieu d’emploi et lieu de résidence. La comparaison entre Bâle et Genève pourrait confirmer l’effet frontière. A Bâle, la plus grande proximité entre les frontières et le centre du canton urbain contribuerait à expliquer des formes de coopération transfrontalières beaucoup plus récentes : la regio basiliensis y remonte à 1963 (Sohn et alii, 2009, p. 933). La frontière contribue donc bien à la formation de l’aire urbaine genevoise.

43Mais on pourra tout autant observer que des politiques visant à contrôler l’urbanisation en s’appuyant sur ses effets non désirés concernent des aires urbaines non transfrontalières. L’exemple classique de Londres, avec la politique de ceinture verte, le confirme (Chaline, 2000). Cela tend bien à montrer que, frontière ou pas, les agglomérations évoluent vers les aires urbaines, et que la gestion des effets non désirés de l’urbanisation, ici lues par l’apport de la géographie des risques, contribue à expliquer pourquoi.

44Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que, avec le temps, le rôle interprétatif que peut jouer la frontière sur la structuration d’une aire urbaine comme celle de Genève tende à s’estomper. Les processus d’urbanisation, qui coévoluent avec les politiques cherchant à gérer les risques, prennent alors le pas sur les particularités locales, sans pour autant les faire totalement disparaître.

Haut de page

Bibliographie

BERQUE, A, 2008, La pensée paysagère, Paris, Archibooks et Sautereau.

BIRKMANN, J. (Ed), 2006, Measuring vulnerability to natural hazards. Towards disaster resilient societies. Tokyo, UNU press.

BONNET, J, 1994, Les grandes métropoles mondiales, Paris, Nathan.

BORRAZ, O, 2005, « Vers une sociologie du risque ? » Cahiers du GIS risques collectifs et situations de crise, 3, p. 21-67.

BORY-BAROSHALL, M et alii, 1982, « La cristallisation des frontières, l’expansion de la ville », In : Encyclopédie de Genève, Genève, tome 1, p.100-126.

BOUVET, P, 1991, « Les cours d’eau de la montagne des Voirons », Rap. Inéd. RTM Haute-Savoie, Annecy, - p.

CHALINE, C, 2000, « Londres et Paris, deux métropoles entre dynamique périphérique et régénération de l'urbain existant », In : Les très grandes villes dans le monde. Le Temps éd., Paris, Le Temps, p. 180-201.

COMITÉ RÉGIONAL FRANCO-GENEVOIS (C.R.F.G.). 2007. Projet d’agglomération franco-valdo-genevois, Charte du projet d’agglomération, stratégies et priorités 2030, Archives SEGH, commune d’Ambilly 97 p.

CRFG. 2008. Projet d’agglomération franco-valdo-genevois, Présentation aux représentants de la société civile, Archives SEGH, commune d’Ambilly, 50 p.

CRFG, 2009, Observatoire statistique transfrontalier de l’espace franco-valdo-genevois. Synthèse 2008. http://www.crfginfo.org/fck_editor/upload/File/Synthese_2008.pdf

COMMUNE DE BONNE-SUR-MÉNOGE, 2007, „Plan communal de sauvegarde“, Archives municipales, 30 p.

DAEL (Département de l’Aménagement, de l’Equipement et du Logement), 2004. "Programme cadre PAC Mon Idée-Communaux d’Ambilly“, Etat de Genève, 25 p.

DAUPHINE, A, 2001, Risques et catastrophes, Paris, A. Colin.

DAUPHINE, A, 2003, Les théories de la complexité chez les géographes, Paris, Economica.

DEBARBIEUX, B, 2007, « Actualité politique du paysage », Rev. Géogr. Alp., 4, p. 101-113.

DEBARBIEUX, B et alii, 2007, Identités et territorialités dans l’agglomération transfrontalière franco-valdo-genevoise. Une enquête exploratoire. Cah. Géogr., 7, 110 p.

D’ERCOLE, R et alii, 2009, Vulnerabilidades urbanas en los paises andinos (Bolivia, Ecuador, Peru). Bull. Fr ; Et. Andines, 38(3), 401-977.

FAURE, J & MATTHEY, E, 1982, „Aménager, sauvegarder, contrôler“. In : Encyclopédie de Genève, tome 1, 152-158.

GIRAUT, F et VANIER, M, 1999, « Plaidoyer pour la complexité territoriale », in : Gerbaux, F, Utopie pour le territoire : cohérence ou complexité ? Paris, L’Aube éd, p. 143-177.

GODARD, O et alii, 2002, Traité des nouveaux risques, Paris, Gallimard.

GUNDERSON, L.H. et HOLLING, C.S, 2002, Panarchy : understanding transformations in human and natural systems. Washington, Island Press ed.

HUE, N, 2008, Les risques paysagers dans l’agglomération transfrontalière genevoise, mémoire de Master, Université de Savoie.

HULBERT, F, (Dir .), 2006, Villes du nord, villes du sud : géopolitique urbaine, acteurs et enjeux, Paris, L’Harmattan.

HULBERT, F, 2010, Le pouvoir aux régions, Paris, L’Harmattan.

HUSSY, C et RICQ, C, 1989, Genève et ses voisins. Encyclopédie de Genève, Genève, ville internationale, tome 8, p. 230-249.

HUSSY, C, 1995, « Diversité et clivages socioculturels dans la région de Genève», Le globe, 135, p 21-40.

JOUVE, B, 1994, Urbanisme et frontière, le cas du franco-genevois, Paris, L’Harmattan.

MENONI, S, (ed.), 2010, Risks challenging publics, scientists and government, Londres, CRC press.

MONMONNIER, M, 2006, “Cartography : uncertainty, interventions and dynamic displays”. Progress human geography, 30(3), p. 373-381.

MORICONI-EBRARD, F, 2000, Les grandes villes du monde, situation géographique et cadrage historique. In : Moriconi-Ebrard, F, Les très grandes villes dans le monde, Paris, Le Temps, 7-47.

MORIN, P., 1987, Penser l’Europe, Paris, Folio.

PIGEON, P, 2005, Géographie critique des risques, Paris, Economica

PIGEON, P, 2009, « Enjeux et vulnérabilités cachées : Évolutions récentes en géographie des risques ». In : Becerra, S et Peltier, A (dir.), Risques et environnement : recherches interdisciplinaires sur la vulnérabilité des sociétés,  Paris, L'Harmattan, p. 53-64.

PUMAIN, D et alii, 1989, Villes et auto organisation, Paris, Economica.

RTM 74 (Service de restauration des terrains en montagne, Haute-Savoie), 1998, Commune de Saint-cergues, PPR, rapport de présentation. Annecy, Archives RTM, 40 p

SCHULLER, M et alii, 2008, L'espace transfrontalier du Genevois dans un contexte européen, Observatoire statistique transfrontalier de l'espace franco-valdo-genevois. Genève, OCSTAT

SEGH (Syndicat d’Etudes du Genevois Haut-Savoyard), 2007, SCOT de la région d’Annemasse. Des Voirons au Salève, Ambilly, archives SEGH, 351 p.

SIFOR (syndicat intercommunal du Foron), 2003, Dossier de déclaration d’intérêt général, entretien, restauration et mise en valeur du Foron et de ses affluents, Gaillard, archives SIFOR, 39 p.

SIERRA, A, 2009, « Espaces à risque et marges : méthodes d’approche des vulnérabilités urbaines à Lima et Quito », Cybergeo : European Journal of Geography, Vulnérabilités urbaines au sud, article 456, mis en ligne le 14 mai 2009, modifié le 14 mai 2009. URL : http://cybergeo.revues.org/index22232.html. Consulté le 12 août 2010.

SIFOR-DIA (Syndicat intercommunal du Foron-Département de l’Intérieur, de l’Agriculture et de l’Environnement), 2003, Contrat de rivière transfrontalier du Foron du Chablais genevois. 2003. Dossier définitif. Commune de Gaillard, Archives SIFOR, 386 p.

SCHWAMM, P, 2010, Denis de Rougemont et les études européennes à Genève. 5 p. http://www.fondationderougemont.org/doc/schwamm.pdf

SOHN, C et alii, 2009, “Cross-border metropolitan integration in Europe : the case of Luxembourg, Basel and Geneva.“ Envir. And Planning, C, 27(5) : p. 922-939.

WALLISER, B, 1977, Systèmes et modèles : introduction critique à l’analyse des systèmes, Paris, Le Seuil.

WEICHSELGARTNER, J, 2004, « Changer au rythme des changements : les défis s’adressant à la gestion des risques naturels », In : Veyret et alii (coord.). Risques naturels et aménagement en Europe, Paris, A. Colin, p. 212-222

WERRITTY, A, 2006, “Sustainable flood management : oxymoron or a new paradigm ?” Area, 38(1), p.16-23.

WISNER, B et alii, 2004, At risk, Londres, Routledge.

Haut de page

Notes

1 Commission internationale franco-suisse pour la protection des eaux du Léman contre la pollution.

2 Carte consultable avec le lien suivant : http://etat.geneve.ch/dt/amenagement/carte_interactive-686-2913.html

3 On lit sur le site officiel de l’Etat de Genève (www.ge.ch/eau) : « Cette problématique de la gestion des eaux pluviales doit prendre en compte des contraintes importantes liées à l’aménagement et à la densification du territoire que constituent les zones MICA et la construction du CEVA ». Mon Idée Communaux d’Ambilly reste une opération d’urbanisme majeure, bien que réduite par rapport au projet initial, et le Cornavin-Eaux-Vives-Annemasse représente une future ligne de RER impliquant de nombreux ouvrages d’arts, parmi lesquels des tunnels.

4 http://www.espaces-transfrontaliers.org/affiche_terri.php?affiche=territoire/terri_doc_ag_fvg.html

5 « Délimitation des zones de construction de 1939, plan annexé à la loi du 27 avril 1940, cote archives d’Etat de Genève 1940 va 001/2 ; « Plan de délimitation des zones 5A et 5B annexé à la loi du 19 décembre 1952 complétant l’article 13 de la LCI (loi sur les Constructions et les Installations diverses) du 27 avril 1940 », cote 1952 va 001/1.

6 http://etat.geneve.ch/dt/eau/contrat_riviere_foron-80-3781.html

7 Voir le site officiel de l’Association, www.cd15.com

8 « La principale action sur le plan financier et technique du contrat de rivière est la construction d’un bassin de rétention de 9 hectares avec une capacité de 250 000 m3 programmée à Marsaz, pour assurer la protection contre les crues de la zone urbanisée en aval  » (SEGH, 2007).

9 Tribune de Genève, 31 juillet 2008, « renaturation du Foron ». « C’est la sécurité des habitants qui motive ces travaux...Robert Cramer (directeur de la direction de l’aménagement du territoire, Genève) songe quant à lui à l’avenir : le projet des Communaux d’Ambilly situé dans le bassin-versant du Foron ».

10 La motion M 1213 « concernant le projet d’aménagement du territoire sur la région de Genève sud », identifie « l’absence d’une véritable intercommunalité » et défend la nécessité « d’une approche intercommunale des questions d’aménagement du territoire, car l’aménagement du territoire actuel n’est pas cohérent » (Mémorial du Grand conseil, séance 24 du 28 mai 1998).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Le plan directeur cantonal de Genève (2006) reconnaît officiellement le polycentrisme, comme l’importance du pôle annemassien, localisé en France
Crédits Source : http://etat.geneve.ch/​dt/​amenagement/​carte_interactive-686-2913.html
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2010/img-1.png
Fichier image/png, 825k
Titre Fig. 2 : Périmètres politiques du projet d’agglomération franco-valdo-genevois et répartition des frontaliers officiels en 2005.
Légende Croisement à partir de Beurret, B et alii. 2007. Projet d’agglomération franco-valdo-genevois, état de la question et diagnostic détaillé. 94 p. http://www.projet-agglo.org/​upload et http://www.projet-agglo.org/​articles-fr/​12,25-caracteristiques.html pour la carte du périmètre politique de 2010.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2010/img-2.png
Fichier image/png, 667k
Titre Fig. 3 : Plan d’aménagement cantonal associé à la loi sur les constructions et les installations diverses du 9 mars 1929.
Crédits Source : archives d’Etat de Genève, cote 1929 va 001/2
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2010/img-3.png
Fichier image/png, 595k
Titre Fig. 4 : Plan d’aménagement cantonal du 19 décembre 1952
Crédits Source : « Plan de délimitation des zones 5A et 5B annexé à la loi du 19 décembre 1952 complétant l’article 13 de la LCI (loi sur les Constructions et les Installations diverses) du 27 avril 1940 », Archives d’’Etat de Genève, cote 1952 va 001/1.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2010/img-4.png
Fichier image/png, 582k
Titre Fig 5 : La formation de l’aire urbaine de Genève
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2010/img-5.png
Fichier image/png, 724k
Titre Fig. 6 : Bac de rétention sédimentaire compensant les effets non désirés du busage des torrents (commune de Saint-Cergues).
Crédits Sources de la Fig. 6 : Carton de localisation : d’après la carte de synthèse des ouvrages de protection sur le Foron, in : SIFOR. 2003. Dossier de déclaration d’intérêt général, entretien, restauration et mise en valeur du Foron et de ses affluents. Archives SIFOR, Gaillard : 39 p.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2010/img-6.png
Fichier image/png, 350k
Titre Fig. 7 : Risques d’inondations et conflits géopolitiques liés à l’urbanisation franco-genevoise.
Légende 1. Localisation de la carte principale dans le bassin-versant du Foron, même source que pour la Fig. 6.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2010/img-7.png
Fichier image/png, 451k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Pigeon, « Gestion des risques et formation de l’aire urbaine transfrontalière genevoise. », L’Espace Politique [En ligne], 14 | 2011-2, mis en ligne le 11 juillet 2011, consulté le 22 août 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/2010 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.2010

Haut de page

Auteur

Patrick Pigeon

Professeur d’Université
Université de Savoie
patrick.pigeon@univ-savoie.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org