Navigation – Plan du site
Espace du politique

L'abstentionnisme électoral en Belgique : données individuelles et agrégées à Charleroi

Electoral Absenteeism in Belgium: Individual and Ecological Data in Charleroi
Geoffrey Pion

Résumés

L'abstention électorale est un sujet fort bien étudié dans le monde scientifique anglo-saxon et francophone mais les recherches à ce propos dans un pays où le vote est obligatoire comme la Belgique sont quasi-inexistantes. L'objet de cet article sera de déterminer l'importance de variables telles que l'âge, le genre, l'origine ethnique et le niveau socio-économique sur l'abstention électorale, aussi bien au niveau individuel qu'agrégé, grâce aux listes d'émargement des bureaux de vote. Deux analyses seront menées successivement: d'abord individuelle dans cinq bureaux de vote de Charleroi puis agrégée via une analyse multivariée dans quatre anciennes communes de l'entité carolorégienne. Il ressort de l'analyse l'importance fondamentale des variables 'âge' et 'origine ethnique' au niveau individuel et agrégé. La variable 'sexe' n'a pas d'impact propre sur l'absentéisme électoral si l'on ne tient pas compte de l'âge. L'étude multivariée permet quant à elle de discuter de l'impact de l'environnement immigré sur le vote des Belges et de l'absence de rôle significatif du niveau socio-économique sur l'abstention électorale. Il convient par ailleurs de noter l'importance de la présence de maison de repos sur l'abstention électorale dans notre territoire d'étude.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1L'abstentionnisme électoral est le fait de ne pas aller voter. Dans un pays où le vote est obligatoire comme la Belgique, le phénomène paraît marginal alors qu'il ne l'est pas tant que ça. Les amendes prévues par la loi pour les personnes ne se présentant pas au vote sans justificatif sont rarement effectives. Aux dernières élections fédérales du 10 juin 2007, près de 690 000 électeurs inscrits sur les listes électorales se sont abstenus. Ce phénomène électoral est en recrudescence mais la connaissance des électeurs s'abstenant et leurs motivations prêtent à peu de recherches en Belgique, particulièrement dans la partie francophone du pays où l'abstention est pourtant là plus élevée. On va tenter ici d'apporter des éclaircissements sur le sujet à travers l'esquisse d'un profil de l'abstentionniste et évaluer l'impact de l'environnement socio-économique sur la participation électorale. Tout cela essentiellement grâce aux listes d'émargement des bureaux de vote collectées à Charleroi.

2Que nous apprennent donc ces listes d'émargement sur le profil socio-démographique de l'abstentionniste belge? Comment peut-on compléter les informations socio-démographiques individuelles par des données socio-économiques au niveau agrégé? Peut on établir un modèle explicatif de l'abstention électorale en zone urbaine en Wallonie?

  • 1 On utilisera indifféremment les termes d'abstentionnisme ou d'absentéisme électoral, les deux ayant (...)

3On tentera dans cet article, après une mise au point théorique sur l'importance statistique de l'absentéisme1 électoral et sa géographie, de faire un état des lieux de la connaissance de l'abstentionniste belge. Puis, sur la base d'une étude de cas dans la commune de Charleroi, on proposera une esquisse du profil socio-démographique de l'abstentionniste wallon grâce aux listes d'émargement des élections fédérales de juin 2007. Enfin, dans une étude écologique, on tentera d'établir l'impact de l'environnement social sur l'abstention électorale au niveau des secteurs statistiques dans quatre anciennes communes de l'entité de Charleroi.

Cadre théorique

  • 2 Le faible taux de participation aux élections européennes, où l'on vote de façon proportionnelle, d (...)
  • 3 On a ici exclu de l'analyse les 4 cantons concernés par la possibilité de voter de l'autre côté de (...)

4Le fait de ne pas aller voter est devenu un phénomène commun à la plupart des démocraties occidentales, les taux d'absentéisme électoral, sans compter la non-inscription, y étant en régulière augmentation. Les conditions politiques de la Belgique font que souvent celle-ci fait figure d'exception de par son vote obligatoire, au même titre que la Grèce et le Grand Duché du Luxembourg (Delwit, 1999), et son suffrage proportionnel, mode de scrutin le plus mobilisateur2 (Blais & Dobrzynska, 1998; Ladner & Milner, 1999). Cela n'empêche que les politologues constatent une augmentation de ce comportement électoral dans le pays et ce depuis au moins 1977 (De Winter & Ackaert, 1994; Delwit, 1992). De Winter & al affirmaient ainsi que depuis 25 ans, « seules les dernières élections européennes [de juin 1999] contredisent la thèse de l'inéluctable baisse de la participation électorale » (De Winter & al, 2003). Ce constat objectif n'empêche pas que globalement, la société belge considère le phénomène comme marginal. Lors des élections fédérales de 2007, près de 700 000 électeurs potentiels inscrits ne se sont pas rendus à leur bureau de vote. En Wallonie, c'est plus de 9,5% du corps électoral qui est dans ce cas, 15,3% dans les cantons bruxellois contre seulement 7,4% en Flandre. De façon plus précise, on peut voir sur la Figure 1 une cartographie de l'absentéisme électoral à l'occasion des élections fédérales 2007. Cette carte fait ressortir l'opposition francophone-néerlandophone mais de façon moins caricaturale (voir aussi Vandermotten & al, 2007). L'abstention est inférieure à la moyenne nationale en Flandre à l'exception des cantons de l'axe Anvers-Bruxelles et le long de la côte ainsi que dans la partie ardennaise de la Wallonie. A l'inverse, elle est largement supérieure à la moyenne3 dans les cantons contenant un centre urbain comme à Bruxelles, Liège, Verviers, Mons ou Anvers ainsi qu'en communauté germanophone. Cette géographie contrastée pour les élections fédérales mais aussi communales avait déjà été mise à jour dans les années 1990 et faisait état globalement des mêmes zones de forces/zones de faiblesses (Vandermotten, 1992, Delruelle-Vosswinkel & al, 1989).

Figure 1. L'abstention électorale en Belgique

Figure 1. L'abstention électorale en Belgique

5Les raisons avancées par les spécialistes quant à l'abstention électorale sont nombreuses. Les politologues français déterminent en général trois raisons pour expliquer l'absentéisme électoral: les circonstances individuelles, les conditions sociales et les conditions politiques (Lancelot, 1968; Subileau & Toinet, 1993). Bréchon parle lui d'abstentionnisme social, « anti-politicien » et de conjoncture (Bréchon, 2004). En combinant ces deux classifications, on peut distinguer quatre grands types d'abstentionnisme dans nos démocraties:

  • Les circonstances individuelles sont les cas de force majeure qui empêchent de se rendre au bureau de vote.

  • Les conditions sociales sont les raisons individuelles et surtout sociales qui conditionnent le fait d'aller voter ou non. Une personne bien insérée socialement, travaillant, et ayant une stabilité familiale et financière a plus de chances de participer au scrutin qu'une personne isolée, sans travail avec un mode de vie précaire.

  • L'abstentionnisme « anti-politicien » est le fait d'une part de l'électorat qui s'abstiendrait par manque d'intérêt, d'une méfiance ou d'un dégoût pour la politique et les hommes politiques.

  • Les conditions politiques quant à elles sont le fait d'absentéisme électoral de conjoncture, selon le scrutin, son importance, les candidats en présence voir les dates du vote.

  • 4 Lié à la conjoncture politique ou de façon plus générale
  • 5 Pour cette étude, ils ont regroupé abstention et vote blanc et nul par manque d'échantillon représe (...)

6En Belgique, De Winter & al distinguent plus globalement l'abstentionnisme volontaire de l'involontaire (De Winter & al, 2003). Le premier est le fait d'un manque d'intérêt pour la politique4, d'oubli du scrutin, de méconnaissance du jeu politique alors que le second s'expliquerait par des facteurs qui empêchent matériellement de se déplacer au bureau de vote: vieillesse, hospitalisation ou travail à l'étranger. De Winter & al estiment, sans le tester empiriquement, que cet abstentionnisme volontaire concernerait environ la moitié des abstentionnistes. Par ailleurs, ils avancent le fait qu'il faudrait chercher du côté du vieillissement de la population pour expliquer la hausse de l'abstention électorale en Belgique. De Winter & Ackaert quant à eux ont déterminé en 1994 que statistiquement, seuls les faits de vivre isolé et d'avoir un sentiment d'impuissance politique sont liés positivement au 'non-vote' tel qu'ils le nomment5 (De Winter & Ackaert, 1994). Ashworth & al ont quant à eux établi l'impact du niveau de compétition politique et du nombre de partis en présence sur l'abstention électorale lors des élections communales de 2000 (Ashworth & al, 2006). Il n'y a donc pas de modèle explicatif robuste de la participation électorale en Belgique permettant de comprendre notamment les effets des caractéristiques socio-économiques et de l'environnement social sur le fait d'aller voter.

Cas d'étude

  • 6 Dans le cas de Charleroi, la commune est aussi un canton à part entière de près de 135 000 inscrits (...)
  • 7 Il en de même pour les élections communales de 2006.

7Le 10 juin 2007, 16 541 personnes inscrites sur les listes électorales se sont abstenues dans le canton de Charleroi soit près de 12,5% du corps électoral, une personne sur 8. Si l'on ajoute aux abstentionnistes les personnes ayant exprimé un vote blanc ou nul, on constate que plus d'une personne sur 5 (20,8%) a exprimé un vote non valable. Un an auparavant, lors des élections communales dans la commune de Charleroi6, c'est 11,5% de la population électorale qui s'était abstenue alors que le nombre d'inscrits était supérieur de 4 700 électeurs grâce à l'ouverture du vote aux étrangers aux élections communales selon certaines conditions depuis 2000 (Foblets, 2006). Cette proportion est importante et place la commune-canton de Charleroi parmi les 10 cantons les plus abstentionnistes de Belgique aux élections fédérales de 20077.

8Charleroi est une commune wallonne de près de 200 000 personnes située dans le sillon Sambre et Meuse et fut le fleuron de l'industrie sidérurgique, verrière et minière jusque dans les années 1970. Depuis, elle peine à se relever d'une désindustrialisation rapide et massive. Elle jouit malgré elle d'une mauvaise réputation en Belgique et même en Europe pour son urbanisme incohérent, son métro fantôme en attente d'être terminé depuis 20 ans, la saleté et la pollution de ses quartiers centraux et une délinquance importante lui a valu le surnom de 'Chicago sur Sambre' dans les années 1990. Elle a également été élue 'ville la plus laide du Monde' par un journal néerlandais. Les élites locales et la région wallonne s'attachent désormais à casser cette image négative et revaloriser la ville notamment par le biais du développement de l'aéroport low cost de Bruxelles-Charleroi et du pôle logistique s'y rattachant.

9En 1976, le regroupement de commune a vu fusionner le petit centre ville de Charleroi de tendance libérale avec 14 communes des alentours, essentiellement ouvrières et gouvernées de façon quasi hégémonique par les socialistes. Depuis cette fusion, la ville était dirigée de façon hégémonique par le Parti Socialiste jusqu'en 2006 où des affaires politico-juridiques ont engendré une série de désaffections et d'inculpations parmi les instances communales socialistes. La ville est ainsi depuis 2007 gérée par une coalition PS-cdH-MR inédite à Charleroi en attendant le retour probable sur le devant de la scène d'une nouvelle génération de socialistes lors des élections communales de 2012.

Méthodologie: Sociologie électorale

  • 8 Malgré l'hégémonie du sondage atomistique dans les études électorales, il convient de noter que der (...)

10On va tenter ici de déterminer quelques caractéristiques sociales des abstentionnistes à Charleroi sur la base des listes d'émargements de plusieurs bureaux de vote à la manière de Braconnier & Dormagen. Ceux ci constatent que « l'approche par questionnaire reste, certes, l'un des seuls recours (...) pour produire des données standardisées (...) Mais elle comporte trop de biais et se trouve par trop condamnée à en rester à la superficie des phénomènes pour prétendre constituer la méthode unique d'accès aux comportements électoraux. Or, curieusement, malgré toutes les limites inhérentes à cette technologie de laboratoire, le questionnaire à questions fermées a conquis une position hégémonique en sociologie électorale » (Braconnier & Dormagen, 2007, p 15)8. Ils en appellent donc à s'ouvrir à des nouvelles méthodes, l'utilisation des listes d'émargement notamment pour étudier la participation électorale, en essayant de combiner quantitatif et qualitatif (Braconnier & Dormagen, 2009).

11Ils ont ainsi étudié la participation électorale et les phénomènes de mal-inscription et de non-inscription dans un quartier populaire de la Seine Saint Denis, au nord de Paris. Pendant plusieurs années ils ont procédé à des analyses qualitatives et quantitatives sur le phénomène abstentionniste notamment en dépouillant les listes d'émargement du bureau de vote du quartier. Par une étude longitudinale, ils ont ainsi démontré que la plupart des abstentionnistes français ne le sont pas régulièrement mais de façon intermittente et que l'abstention est l'arbre qui cache la forêt à savoir la non-inscription et surtout la mal-inscription. En effet, plus on a un lieu d'habitation proche de son bureau de vote, plus on a de chances d'aller voter.

12La non-inscription est à priori marginale en Belgique du fait que les citoyens belges âgés de plus de 18 ans sont automatiquement inscrits sur les listes de leur lieu de résidence repris dans le registre national deux mois avant l'élection. Seuls les étrangers doivent s'inscrire sur les listes électorales, si leur situation le leur permet, pour participer aux élections communales et européennes (Foblets, 2006). La mal-inscription n'a quant à elle à ce jour, et à notre connaissance, pas été étudié en Belgique.

13Au cours de l'année 2008, nous avons eu l'opportunité accéder aux archives électorales du canton de Charleroi pour les élections fédérales de juin 2007. Nous avons pu consulter deux types de documents principaux utiles dans le cadre de cet article: les procès verbaux et les listes d'émargement des 186 bureaux de vote de l'entité. Outre la possibilité d'établir une cartographie infra-communale de l'abstention électorale à Charleroi (Pion, 2009), nous avons pu déterminer un profil succinct de l'abstentionniste à Charleroi. Nous avons dépouillé les listes d'émargement de 5 bureaux de vote situés dans cinq anciennes communes différentes: Charleroi, Marchienne-au-Pont, La Docherie, Dampremy et Mont sur Marchienne. Le choix s'est porté sur ces anciennes communes du fait de leur taux d'abstention et de leur contexte socio-économique contrastés. Ainsi, le bureau à Charleroi est situé dans le quartier délabré de la Ville Basse dans le centre ville où on enregistre un taux d'abstention électorale approchant les 19% des inscrits. Les quartiers de Dampremy et la Docherie sont quand à eux des quartiers ouvriers de corons en grande difficulté socio-économique depuis le déclin de l'industrie lourde carolorégienne (Vandermotten & al, 2006). Les taux d'abstention enregistrés sont parmi les plus faibles de l'entité (10-11%). Le bureau marchiennois est quant à lui localisé dans le centre ville de l'ancienne commune qui fut le cœur de l'industrie sidérurgique à Charleroi. Contrairement aux quartiers de Dampremy et de la Docherie, Marchienne au Pont enregistre des taux d'abstention avoisinant les 15% au niveau de l'ancienne commune. Enfin, le bureau retenu à Mont sur Marchienne est situé dans le quartier aisé des Haies à la limite des communes péri-urbaines de Montignies le Tilleul et Ham sur Heure, où résident beaucoup des classes supérieures travaillant à Charleroi. L'abstention y est inférieure à la moyenne communale.

14Ainsi, on a pu obtenir des informations concernant l'électeur de cinq ordres: le sexe, l'âge, l'adresse, l'origine ethnique sur base d'une étude patronymique et la présence le jour du vote ou non.

Étude individuelle de l'abstentionnisme électoral dans 5 bureaux de vote carolorégiens: les effets d'âge, de sexe et d'origine ethnique

15La figure 2 reprend les caractéristiques de chacun des bureaux de vote en terme d'inscrits et de participation électorale. Le Code électoral (Article 91) indique qu'un bureau de vote doit comporter entre 150 et 800 électeurs; ici on oscille entre 600 et 750 électeurs, ce qui est la norme pour les cantons urbains. Le taux d'abstention électorale s'échelonne dans ces bureaux entre 7 et 20,6% soit près de 13 points de différence (Figure 2). Il est maximal dans le bureau 7 à Charleroi et minimal à la Docherie dans le bureau 108.

Figure 2. . Inscrits et abstentionnistes dans cinq bureaux de vote carolorégiens (Fédérales 2007)

Figure 2. . Inscrits et abstentionnistes dans cinq bureaux de vote carolorégiens (Fédérales 2007)

16Selon le sexe, le taux d'absentéisme électoral varie fortement avec notamment une sur-représentation des hommes à Charleroi (22,6% d'abstention électorale chez les hommes contre 17,7 pour les femmes) et des femmes à Marchienne (14,7 contre 7,9%). Cette différence est moins sensible dans les autres bureaux de vote où tantôt l'abstention est légèrement plus importante chez les hommes (Docherie) tantôt chez les femmes (Mont sur Marchienne, Dampremy). (Figure 3).

Figure 3. Variation de l'abstention électorale en fonction du sexe (Fédérales 2007)

Figure 3. Variation de l'abstention électorale en fonction du sexe (Fédérales 2007)

17En ce qui concerne l'âge, il semble évident au vu des données individuelles ici présentées qu'il a une forte incidence sur la participation électorale. Sur la Figure 4, on voit le taux d'abstention évoluer avec l'âge. Alors qu'il est plus faible que la moyenne entre 18 et 25 ans, il a tendance à augmenter entre 25 et 35 surtout à Charleroi (27% d'abstention électorale chez les 31-35 ans dans le bureau 7). Puis il stagne à un niveau bas jusqu'à 75-80 ans. A partir de cet tranche d'âge, le taux d'absentéisme électoral monte plus ou moins en flèche pour atteindre plus de 50% d'abstention en moyenne sur notre échantillon après 85 ans. Cette courbe est quasiment similaire à celle décrite par Bréchon lors d'une étude sur l'abstention électorale en France (Bréchon, 2004, p 24). La variation de l'absentéisme électoral selon l'âge semble donc au vu de nos données être similaire en Belgique qu'en France alors que le vote y est obligatoire. La pression exercée sur l'électeur belge qui se voit dans l'obligation d'aller voter ne change donc pas fondamentalement la répartition de la participation électorale par tranche d'âge par rapport à un pays comme la France.

Figure 4. Variation de l'abstention électorale selon l'âge à Charleroi (Fédérales 2007)

Figure 4. Variation de l'abstention électorale selon l'âge à Charleroi (Fédérales 2007)

18Par ailleurs, si l'on croise l'âge et le sexe, on observe des situations différentes selon les bureaux (Figure 5). Les bureaux de Mont sur Marchienne et de Marchienne au Pont sont composés une population relativement âgée en moyenne (respectivement 55 et 53 ans). Les bureaux à Charleroi et à la Docherie voient, eux, leur population électorale avoir une moyenne d'âge inférieure à 45 ans. Celui de Dampremy se trouve dans une situation intermédiaire Si l'on croise l'âge moyen selon le sexe et le fait de voter ou non, on peut relever deux phénomènes: la sur représentation des femmes âgées et dans une moindre mesure des jeunes hommes dans la population abstentionniste. Ainsi dans chacun des bureaux de vote, l'âge moyen des femmes abstentionnistes est supérieur de 6 à 17 ans par rapport à celui de l'ensemble des femmes inscrites. Une tel fossé marque bien que la population âgée notamment féminine est fortement concernée par l'abstention électorale. De plus, on constate dans les trois quartiers (Charleroi, Docherie et Dampremy) les plus jeunes que les abstentionnistes masculins sont en moyenne plus jeunes que la population électorale masculine.

Figure 5. Comparaison de l'âge moyen des abstentionnistes selon le sexe (Fédérales 2007)

Figure 5. Comparaison de l'âge moyen des abstentionnistes selon le sexe (Fédérales 2007)
  • 9 Nous n'avons pas relevé les patronymes ayant pour origine le versant Nord de la Méditerranée. L'imm (...)

19La troisième et dernière information que nous offrent les listes d'émargement concernant le profil social des abstentionnistes est leur origine ethnique. Quand nous avons eu l'opportunité de consulter ces données électorales, nous avons perçu l'intérêt d'essayer de différencier population belge « autochtone » et « allochtone » sur base d'une étude patronymique à la manière de ce qui a pu être réalisé en Belgique (Lambert, 1996) en France (Braconnier & Dormagen, 2007, pp 158-159) ou en Angleterre (Cutts & al, 2007). Malgré l'absence de statistiques officielles de l'Institut Statistique National Belge (INS) sur l'origine ethnique des Belges afin de ne pas lancer de controverse (INS, 1986), nous avons tenté d'établir une distinction entre les Belges ayant un patronyme d'origine extra-européenne et les autres9. Nous n'avons donc ici inclus que les patronymes turcs, arabes, africains et asiatiques. Dans le cas des patronymes turcs ou arabes, l'attachement à la culture arabe et islamique de ces Belges fait qu'ils gardent même au delà de la deuxième génération des prénoms et noms arabes ou turcs. On n'a relevé seulement 2 cas de prénoms francophones associés à un nom de famille à consonance arabe ou turc, marque de l'importance de la conservation des patronymes traditionnels pour les populations de culture arabe ou islamique (Todd, 1994). Nous parlerons dans cet article de Belges « allochtones » pour désigner les Belges ayant un patronyme d'origine extra-européen même si le sujet fait débat en Belgique où « Belge issu de l'immigration » est préféré en Belgique francophone à celui « d'allochtone » utilisé lui par la partie néerlandophone du pays (Jacobs & Rea, 2005). Notre dichotomie de la population Belge a été guidée par les données empiriques et suit la lignée des études de A. Rea, D. Jacobs et M. Swyngedouw sur les minorités ethniques à Bruxelles (Jacobs & Rea, 2005; Jacobs & Swyngedouw, 2005).

Figure 6. . Origine ethnique, sexe et participation électorale (Fédérales 2007)

Figure 6. . Origine ethnique, sexe et participation électorale (Fédérales 2007)

20Avant d'évaluer la participation électorale des Belges allochtones, on notera qu'ils représentent entre 0% (Mont sur Marchienne) et 17% (Docherie) des inscrits. 90% des 347 patronymes retenus dans cette étude comme étant d'origine extra-européenne sont arabes ou turcs (voir annexe 1). Les patronymes turcs sont surtout présents dans les bureaux de la Docherie et de Marchienne au Pont alors que ceux arabes sont majoritaires à Charleroi centre et à Dampremy.

21Lorsqu'on croise les données relatives à l'origine des patronymes, le sexe et l'abstention électorale, on constate une sous représentation des Belges allochtones parmi la population abstentionniste particulièrement chez les femmes. A l'exception du bureau damprémois et des femmes allochtones dans le bureau 7 de Charleroi, les Belges « allochtones » représentent une proportion moins importante d'abstentionnistes que d'inscrits quelque soit le sexe (par exemple 16% de la population féminine inscrite dans le bureau 108 de la Docherie à un patronyme extra-européen contre seulement 4,4% des abstentionnistes de sexe féminin). A Marchienne et à la Docherie, moins de 5% des Belges de patronyme turc se sont abstenus. Les Belges de patronymes arabes et turcs connaissent des taux d'abstention bien plus faibles que la moyenne communale, respectivement 8,3 et 9,4%. Les Belges d'origine africaine ou asiatique sont eux moins participationnistes (voir Annexe 1).

22On retrouve ici les conclusions de Kelfaoui qui montrent que les Français d'origine maghrébine sont plus participationnistes que les Français « de souche » sur base d'études quantitatives à Marseille, Lille et Paris (Kelfaoui, 1996). Cutts & al en 2007 ont également constaté une participation électorale légèrement supérieure des communautés originaires d'Asie du Sud en Grande Bretagne à celle des blancs.

Figure 7. Age moyen des inscrits selon leur patronyme (Fédérales 2007)

Figure 7. Age moyen des inscrits selon leur patronyme (Fédérales 2007)

23Cette différence de comportement assez sensible selon l'origine ethnique des citoyens belges semble s'expliquer essentiellement par un phénomène démographique. L'immigration marocaine et turque qui représente l'essentiel des extra-européens à Charleroi s'est opérée entre la fin des années 60 et la fin des années 70. La forte natalité de ces populations au regard de celle 'autochtone' amène aujourd'hui à l'âge de la maturité électorale une importante population d'origine marocaine et turque à laquelle il faut ajouter l'important contingent de Marocains et de Turcs naturalisés, notamment en 2000 et 2001 (Perrin & Poulain, 2001).

24Logiquement, l'âge moyen des Belges de patronyme extra-européen est largement inférieur à celui des autres (Figure 7). On a ainsi jusqu'à 15 ans de différence entre l'âge moyen des Belges « allochtones » et celui des autres à Marchienne et la Docherie. Le seul contre exemple à Mont sur Marchienne est anecdotique car il concerne l'unique allochtone du bureau...

25On peut donc émettre l'hypothèse qu'au regard de l'influence de l'âge sur l'abstention électorale que le faible taux d'abstention chez les Belges allochtones ne s'explique pas spécifiquement par l'origine ethnique mais par le fait que très peu de Belges d'origine extra-européenne sont âgés de plus de 65 ans: 2,3% pour les belges d'origine maghrébine et 0,4% pour ceux d'origine turque contre 17,8% pour les autres.

26Les données empiriques au niveau individuel nous ont donc permis de mettre en évidence plusieurs phénomènes concernant l'abstention électorale. D'une part, on observe une surreprésentation des personnes âgées et particulièrement des femmes âgées parmi la population abstentionniste. Une légère sur représentation des jeunes hommes est aussi constatable, surtout dans le centre ville. Les Belges de patronyme extra-européen sont beaucoup plus participationnistes mais il serait intéressant de déterminer dans quelle mesure cette sous représentation parmi les abstentionnistes est dû à l'âge.

Le niveau socio-économique et l'environnement social peuvent ils expliquer l'abstention électorale à un niveau agrégé par secteur statistique?

  • 10 Les 8 bureaux de vote de Marchienne-au-Pont, 4 des 5 bureaux de vote de La Docherie, 5 bureaux de D (...)

27Ces données quantitatives permettent donc de dessiner un profil socio-démographique de l'abstentionniste à Charleroi. Pour permettre d'obtenir d'autres informations concernant les abstentionnistes, on a recouru à une étude non plus au niveau individuel mais agrégé au sein des anciennes communes de Marchienne-au-Pont, Mont sur Marchienne, la Docherie et Dampremy. Grâce aux listes d'émargement des bureaux de vote10 de ces anciennes communes, on a pu déterminer le nombre de jeunes électeurs (18-30 ans), d'électeurs âgés (plus de 65 et 75 ans), de belges d'origine extra-européenne et bien évidemment d'abstentionnistes par rue. Grâce au croisement des données de l'INS et des listes d'émargement, nous avons pu agréger ces données au niveau des secteurs statistiques permettant ainsi d'obtenir des données électorales à l'échelle la plus fine possible en Belgique, de tester l'importance des conditions socio-économiques et de l'environnement social sur la participation électorale.

28La Figure 8 permet de mieux visualiser à la fois les quartiers étudiés avec notamment la bande industrielle entre la Docherie et Dampremy au nord et Marchienne et Mont sur Marchienne au sud et la carte de l'abstention électorale par secteur statistique dans le sud ouest de Charleroi. Le taux d'abstention par secteur statistique oscille entre 7 et 30,8% des inscrits soit une amplitude de près de 24 points! L'absentéisme électoral est maximal dans les trois secteurs statistiques du centre de Marchienne: Centre, État et Providence (entre 20 et 30% d'abstention) ainsi que dans le secteur statistique des Piges à Dampremy (24%). A l'inverse, les secteurs statistiques de la Docherie, du Centenaire et de Saincteletten à Dampremy, du Brun Chêne, des Gonceries et des Haies à Mont sur Marchienne connaissent des taux d'abstention électorale inférieurs à 9% des inscrits alors que la moyenne communale à Charleroi est de près de 13% lors des élections fédérales 2007. Cette grande hétérogénéité d'un comportement de vote sur un territoire faisant approximativement 40 kilomètres carrés amène à chercher des relations statistiques entre abstention et variables socio-économiques et démographiques.

Figure 8. Localisation des quartiers étudiés et abstention électorale par secteur statistique dans le sud ouest de l'entité de Charleroi (Fédérales 2007)

Figure 8. Localisation des quartiers étudiés et abstention électorale par secteur statistique dans le sud ouest de l'entité de Charleroi (Fédérales 2007)

29Nous avons donc lancé une régression multiple afin de tenter d'évaluer l'influence de quatre variables sur l'abstention électorale. Tout d'abord, on a retenu l'indicateur de standing défini par Grimmeau & al, (1994) pour évaluer l'importance du niveau socio-économique sur la variation de l'abstention électorale dans un territoire très hétérogène à ce point de vue là. L'hypothèse couramment défendue dans le monde scientifique francophone est que les catégories sociales défavorisées se rendent moins au bureau de vote que celles aux capitaux économiques et intellectuels élevés (Peneff, 1981; Bréchon, 2004, p 25; Delwit, 1999, p 16) mais aucune étude n'a démontré empiriquement ce phénomène en Belgique à notre connaissance.

30Par ailleurs, on testera l'influence de trois variables relatives directement ou indirectement à l'âge: d'une part en liaison avec la partie individuelle de l'article, la proportion d'électeurs jeunes et vieux, d'autre part la proportion de personnes vivant en ménage collectif. En effet, le territoire étudié compte quatre maisons de retraite qui peuvent abriter potentiellement 248 personnes (capacité d'accueil)11. On a pu retrouver sur les listes d'émargement 154 personnes inscrites sur les listes et habitant dans une maison de repos. La mention de leur présence ou non nous a permis de déterminer que 88% des pensionnaires inscrits ne se sont pas rendus au bureau de vote lors des élections fédérales de juin 2007. Il nous paraît ainsi intéressant d'inclure cette variable pour tenter d'expliquer la variation spatiale de l'abstention électorale.

31En dernier lieu, nous testerons l'influence d'une concentration étrangère n'étant pas appelée à voter, sur les Belges. Dans certains quartiers de Marchienne et de la Docherie, plus d'un tiers de la population en 2001 est étrangère. Or Cutts & al (2007) ont montré que la concentration d'étrangers n'étant pas invités à voter peut entraîner une absence de stimulus sur ceux que le peuvent. Ainsi, ils trouvent que si les quartiers d'immigrés originaires du sous continent Indien sont plus abstentionnistes que les autres en Angleterre, ce ne sont pas les immigrés originaires d'Asie du Sud qui expliquent cette plus faible participation mais les blancs vivant dans ces quartiers. Nous tenterons donc ici d'évaluer la pertinence de cette observation dans le cas belge.

Figure 9. Résultats du modèle de régression

Figure 9. Résultats du modèle de régression

32Le modèle de régression proposé ici explique près de 64% de la variance totale et seuls le niveau de standing et la part d'étrangers ne sont pas significativement liés à l'abstention électorale de façon significative avec un niveau de confiance de 0,001 (Figure 9). Ainsi, toutes choses égales par ailleurs, l'abstention électorale augmente quand la part de personnes vivant en maison de repos, de jeunes et de vieux dans la population électorale augmente. Elle progresse aussi, bien que de façon moins significative quand le niveau de standing du secteur statistique baisse et que la part d'étrangers dans la population augmente. La variation spatiale de l'abstention électorale dans le sud ouest de l'entité carolorégienne peut donc être imputée à la fois à la présence de maison de repos ainsi que d'une part importante soit de jeunes électeurs soit d'électeurs âgés de plus de 75 ans. L'abstention électorale a aussi tendance à être plus importante dans les secteurs statistiques où le niveau de standing et la présence d'étrangers est importante mais de façon non significative. En effet, si l'on cartographie les résidus (Annexe 2), on constate que ce sont les secteurs statistiques de la Docherie et de Dampremy où l'abstention est surévaluée par le modèle. Malgré la jeunesse de la population, les difficultés socio-économiques et la forte concentration immigrée, les taux d'abstention y sont bien moindres que la moyenne. A l'inverse, ce sont dans les secteurs statistiques de Marchienne État, Providence, des Piges et dans une moindre mesure de Mont sur Marchienne en général que l'abstention électorale est la plus sous-estimée.

33Il convient donc de chercher d'autres raisons pour tenter d'améliorer l'explication de la variation spatiale de l'abstention électorale à Charleroi et nous avons pour objectif de tester dans de futures recherches l'influence de l'encadrement social, du sentiment d'appartenance au quartier et de la proximité spatiale au bureau de vote sur la participation électorale.

Conclusions

34L'accès aux listes d'émargement des bureaux de vote de la commune de Charleroi nous a donc permis de mettre en place une base de données inédite concernant l'abstentionnisme électoral en Belgique. D'une part, elle a permis d'obtenir un profil socio-démographique au niveau individuel de l'abstentionniste belge et d'autre part de cartographier et de tenter de trouver des relations statistiques entre environnement socio-économique, ethnique et abstention électorale.

35Il apparaît qu'un facteur est au niveau individuel positivement lié à l'abstention électorale sur les territoires étudiés: l'âge. Les jeunes hommes, particulièrement lorsqu'ils habitent en centre ville et surtout les femmes âgées sont fortement concernés par l'abstention électorale au niveau individuel. Le sexe, lui, n'est un facteur d'explication du vote que s'il est couplé à l'âge: si l'on n'en tient pas compte, il n'y a pas de variation marquée de la participation électorale selon le sexe. L'origine ethnique des électeurs enfin a un impact sur l'abstention: les électeurs d'origine extra-européenne ont tendance à moins s'abstenir que ceux autochtones. Mais il faut considérer la variable 'âge' pour véritablement mesurer au niveau individuel l'impact de l'origine. Étant donné que la population Belge ayant un patronyme extra-européen est beaucoup plus jeune que celle autochtone et qu'une infime minorité d'allochtones est âgé de plus de 75 ans, seuil d'augmentation sensible de l'abstention électorale, la différence entre taux de participation des belges autochtones et allochtones nous semble essentiellement imputable à l'âge.

36L'étude multivariée au niveau agrégé nous a permis de mettre en évidence l'importance des variables relatives à l'âge pour expliquer la variation spatiale de l'abstention électorale au sein des secteurs statistiques du territoire carolorégien étudié. L'abstention électorale augmente soit quand la proportion de jeunes électeurs ou d'électeurs âgés de plus de 75 ans augmente, soit quand la part des personnes vivant en maison de repos augmente. Il faut aussi noter qu'il n'y a pas de corrélation significative entre géographies de la proportion de personnes en maison de repos et d'électeurs de plus de 75 ans. Par ailleurs, la participation électorale est liée mais de façon non significative au niveau de standing (la participation augmente légèrement quand le niveau de standing des secteurs statistiques s'élève) ainsi qu’à la part des étrangers dans la population. Les constats de Bréchon et Peneff sur l'impact du niveau socio-économique et de Cutts & al sur l'influence d'un environnement immigré sur la participation électorale ne sont pas donc pas véritablement vérifiés empiriquement dans le cas belge. Cependant l'absence de coïncidence entre le niveau individuel et écologique en ce qui concerne la participation électorale des Belges d'origine extra-européenne laisse à penser que ce modèle est à creuser sur un territoire plus vaste et plus hétérogène encore.

37Ces résultats originaux à l'échelle de la Belgique sont encourageants mais invitent à étudier de nouvelles variables pour expliquer la variation spatiale de l'abstention électorale en Belgique. Le caractère obligatoire du vote dans le pays explique peut-être que les conclusions amenées ici ne coïncident pas avec les analyses de la participation électorale menées en France ou en Angleterre. Toujours est-il que de nombreuses pistes de recherches seront à explorer dans le futur, notamment l'influence de l'encadrement social et politique, de la distance au bureau de vote et de la composition du ménage sur la participation électorale.

38Cette approche individuelle et locale de l'abstention en Belgique peut susciter des réactions négatives ou alarmistes sur la liberté individuelle dans un pays où l'on est fortement attaché au caractère secret du vote (voir Pion, 2009). Certains considèrent qu'à montrer les choses de façon trop précise, on risque de stigmatiser des populations et d'amplifier des phénomènes (Frémont, 2005, pp 42-43). Certes, il faut tenir compte des usages malsains qui pourraient être faits d'une étude spatiale et individuelle très fine. Mais mettre à profit tous les moyens possibles et légaux pour étudier empiriquement un phénomène électoral de l'importance de l'abstention est selon nous une nécessité.

Annexe 1. Origine des patronymes extra-européens et abstention électorale à Charleroi

Annexe 1. Origine des patronymes extra-européens et abstention électorale à Charleroi

Annexe 2. Résultats du modèle de régression

Annexe 2. Résultats du modèle de régression
Haut de page

Bibliographie

ASHWORTH, J., GEYS, B. & HEYNDELS, B. (2006) “Everyone likes a winner: An empirical test of the effect of electoral closeness on turnout in a context of expressive voting”, Public Choice, n°128, pp 383-405

BLAIS, A. & DOBRZYNSKA, A. (1998) “Turnhout in Electoral Democraties”, European Journal of Political Research, n°2, Vol. 33, 1998, pp 239-261

BRACONNIER, C. & DORMAGEN, J.Y. (2007) La démocratie de l'abstention, (Paris: Folio)

BRACONNIER, C. & DORMAGEN, J.Y. (2009) “Avantages et limites de l'étude localisée et dans la durée des comportements électoraux”, Colloque AFSP – Grenoble – Septembre 2009

BRÉCHON, P. & CAUTRÈS, P. (1987) “L'inscription sur les listes électorales: indicateur de socialisation ou de politisation?”, Revue française de Sciences Politiques, Vol. 4, n°37, pp 502-525

BRÉCHON, P. (2004) La France aux urnes: soixante ans d'histoire électoral, (Paris: La documentation française)

BUTON, F, LEMERCIER, C. & MARIOT, N. (2009) “La maisonnée fait elle l'élection? Retour sur les listes d'émargement”, Colloque AFSP – Grenoble – Septembre 2009

CUTTS, D. & FIELDHOUSE, E. (2009) “What small spatial scales are relevant as electoral contexts for individual voters? The importance of the household on turnout at the 2001 General elections”, American Journal of Political Science, Vol. 53, N°3, pp 726-739

CUTTS, D., FIELDHOUSE, E., PURDAM, K., STEEL, D. & TRANMER, M. (2007) “Voter turnout in British South Asian communities at the 2001 General Election”, British Journal of Politics and International Relations , Vol.9, pp 396-412

DELRUELLE-VOSSWINKEL, N., NOËL, F., VANLAER, J. & VANDERMOTTEN, C., (1989) « Les élections communales du 9 octobre 1988: évolution des familles politiques et géographie électorale », Bulletin trimestriel du Crédit communal de Belgique, n° 169, pp 31-50

DELWIT, P. (1992) « L'abstentionnisme politique en Europe et le cas belge », Cahiers Marxistes, n°183, pp 73-85

DELWIT, P. (1999) “Des élections sans électeurs? Causes et conséquences de l'abstention aux élections européennes de juin 1999”, Les Cahiers du CEVIPOL, Vol. 99, n°3

DE WINTER, L. & ACKAERT, J. (1994) “Le non-vote en Wallonie”, in FROGNIER A.P., AISH VAN VAERENBERGH, A.M. Élections: la fêlure? Enquête sur le comportement des Wallons et des francophones, (Bruxelles: De Boeck Université)

DE WINTER, L., DUMONT, P., ACKAERT, J. (2003) « La participation électorale réelle et potentielle: des vertus du vote obligatoire », in FROGNIER, A.P. & AISH VAN VAERENBERGH, A.M., (2003) Élections la rupture? Le comportement des belges face aux élections de 1999. (Bruxelles: De Boeck) pp 54-69

EGGERICKX, T., BAHRI, A. & PERRIN, N. (2006) « Migrations internationales et populations « d’origines étrangères. Approche statistique et démographique. », Initiative Charles Ullens, Consortium Interuniversitaire sur l’immigration et l’intégration, GéDAP-SPED-UCL

FOBLETS M.-C. (2006) « Les changements de la loi sur la nationalité belge » in KHADER B., MARTINIELLO M., REA A. et TIMMERMANS C., « Penser l’immigration et l’intégration autrement. Une initiative belge inter-universitaire », Bruxelles, Bruylant, 2006.

FRÉMONT, A. (2005) Aimez vous la géographie?, (Paris: Flammarion)

GRIMMEAU, J., MARISSAL, P. & ROELANDTS, M., (1994) « Une carte du standing dans l'agglomération bruxelloise », Acta Geographica Lovaniensia, n°34, pp 351-359

Institut National de la Statistique (1986) Loi du 4 Juillet 1962 relative à la statistique publique, modifié par la loi du 1er Août 1985, Bruxelles, Ministère des affaires économiques, 25 p.

JACOBS, D. & REA, A. (2005) "Construction et importation des classements ethniques. Allochtones et immigrés aux Pays-Bas et en Belgique", Revue Européenne des Migrations Internationales, n°2, Vol. 21

JACOBS, D. & SWYNGEDOUW, M. (2005) "La participation politique des Belges d'origine marocaine à Bruxelles et en Belgique: un bref aperçu", pp.119-128 in Bousetta, H., Gsir, S. & Martiniello, M. (eds) Les migrations marocaines vers la Belgique et l'Union européenne. Regards croisés, Bilbao: Université de Deusto & HumanitarianNet.

KELFAOUI, S. (1996) « Un vote « maghrébin » en France? », Hérodote, n°80, pp 130-155

LADNER, A. & MILNER, H. (1999) « Do voters turn out more under proportional than majoritarian systems? The evidence from Swiss communal elections», Electoral Studies, Vol.18, Issue 2, June 1999, pp 235-250

LAMBERT, P.Y. (1996) “Candidats et élus d'origine extra communautaire aux élections européennes, communales, régionales et législatives de 1994 et 1995 en région bruxelloise”, L'année sociale 1995, Institut de Sociologie de l'Université Libre de Bruxelles, pp 267-290

LANCELOT, A. (1968) L'abstentionnisme électoral en France, (Paris: Presses de la Fondation nationale des sciences politiques)

MARISSAL, P., MEDINA LOCKHART, P., VAN HAMME, G. & VANDERMOTTEN, C., Atlas de Belgique, Géographie politique, Bruxelles, SPFC, 2007

PENNEF, J. (1981) “Abstention ouvrière, participation bourgeoise aux élections de Nantes en 1977 et 1978”, Le mouvement social, pp 3-25

PERRIN, N. & POULAIN, M. (2001), « Migrations et immigrations en Belgique », in Belgique, Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme, Un combat pour les droits, Rapport annuel 2000 du Centre pour l’égalité des chances et la lutte contre le racisme, pp. 121-214

PION, G. (2009) « Géographie des comportements de vote protestataires en Wallonie: une approche infra-communale à Charleroi et Mons », Belgeo, 2009-2, pp 153-168

SUBILEAU, F. & TOINET, M.F. (1993) Les chemins de l'abstention; une comparaison franco-américaine, (Paris: Éditions la Découverte)

TODD, E. (1994) Le destin des immigrés. Assimilation et ségrégation dans les démocraties occidentales, (Paris: Éditions du Seuil)

VANDERMOTTEN, C. (1992) “Géographie de l'abstention et du vote blanc et nul aux législatives de novembre 1991”, Cahiers Marxistes, n°183, pp 86-89

VANDERMOTTEN, C., MARISSAL, P., VAN HAMME, G., KESTELOOT, C., SLEGERS, K., VANDEN BROUCKE, L., IPPERSIEL, B., DE BETHUNE, S. & NAIKEN, R. (2006) Analyse dynamique des quartiers en difficulté dans les régions urbaines belges, Politique des grandes villes, Bruxelles

Haut de page

Notes

1 On utilisera indifféremment les termes d'abstentionnisme ou d'absentéisme électoral, les deux ayant le même sens.

2 Le faible taux de participation aux élections européennes, où l'on vote de façon proportionnelle, dans des pays de tradition majoritaire vient relativiser le constat.

3 On a ici exclu de l'analyse les 4 cantons concernés par la possibilité de voter de l'autre côté de la frontière linguistique. Les francophones de Fourons pouvant voter à Aubel et les néerlandophones de Comines Warneton pouvant faire de même à Messines, les taux de participation sont supérieurs à 100% à Aubel et Messines et très faibles à Fourons.

4 Lié à la conjoncture politique ou de façon plus générale

5 Pour cette étude, ils ont regroupé abstention et vote blanc et nul par manque d'échantillon représentatif séparé et nomment cet agrégat le non vote ce qui peut être discutable selon la façon dont on considère le vote non valable. Nous préférons donc employer le terme de votes non valables pour exprimer la somme des abstentions et des votes blancs et nuls.

6 Dans le cas de Charleroi, la commune est aussi un canton à part entière de près de 135 000 inscrits pour un peu plus de 200 000 habitants.

7 Il en de même pour les élections communales de 2006.

8 Malgré l'hégémonie du sondage atomistique dans les études électorales, il convient de noter que dernièrement de plus en plus de chercheurs utilisent les listes d'émargements aussi bien en France (Braconnier & Dormagen, 2009; Buton & al, 2009) que dans le monde Anglo-Saxon (Cutts & al, 2007, Cutts & Fieldhouse, 2009)

9 Nous n'avons pas relevé les patronymes ayant pour origine le versant Nord de la Méditerranée. L'immigration espagnole, grecque, balkanique et surtout italienne est très importante à Charleroi mais étant donné l'ancienneté de l'immigration qui s'est terminée au début des années 1960 dans sa majorité et l'assimilation culturelle de ces populations, il est désormais très ardu de réaliser une étude patronymique sérieuse sur les patronymes italophones ou hispanophones. Seules les immigrés de la première génération voir de la deuxième génération, souvent âgés de plus de 50 ans portent un prénom et un nom italophone, ceux de la troisième génération ont pour beaucoup un prénom francophone ou anglophone associé à un nom italophone, quand aux plus jeunes électeurs Belges issus de l'immigration italienne, il est quasiment impossible de déterminer leur origine sur base d'une étude patronymique.

10 Les 8 bureaux de vote de Marchienne-au-Pont, 4 des 5 bureaux de vote de La Docherie, 5 bureaux de Dampremy et 13 bureaux de Mont sur Marchienne.

11 Information fournie par le site www.maisonderepos.be, consulté le 31 mai

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. L'abstention électorale en Belgique
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2025/img-1.png
Fichier image/png, 155k
Titre Figure 2. . Inscrits et abstentionnistes dans cinq bureaux de vote carolorégiens (Fédérales 2007)
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2025/img-2.png
Fichier image/png, 9,1k
Titre Figure 3. Variation de l'abstention électorale en fonction du sexe (Fédérales 2007)
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2025/img-3.png
Fichier image/png, 6,8k
Titre Figure 4. Variation de l'abstention électorale selon l'âge à Charleroi (Fédérales 2007)
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2025/img-4.png
Fichier image/png, 24k
Titre Figure 5. Comparaison de l'âge moyen des abstentionnistes selon le sexe (Fédérales 2007)
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2025/img-5.png
Fichier image/png, 12k
Titre Figure 6. . Origine ethnique, sexe et participation électorale (Fédérales 2007)
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2025/img-6.png
Fichier image/png, 25k
Titre Figure 7. Age moyen des inscrits selon leur patronyme (Fédérales 2007)
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2025/img-7.png
Fichier image/png, 9,2k
Titre Figure 8. Localisation des quartiers étudiés et abstention électorale par secteur statistique dans le sud ouest de l'entité de Charleroi (Fédérales 2007)
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2025/img-8.png
Fichier image/png, 275k
Titre Figure 9. Résultats du modèle de régression
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2025/img-9.png
Fichier image/png, 44k
Titre Annexe 1. Origine des patronymes extra-européens et abstention électorale à Charleroi
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2025/img-10.png
Fichier image/png, 14k
Titre Annexe 2. Résultats du modèle de régression
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2025/img-11.png
Fichier image/png, 243k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Geoffrey Pion, « L'abstentionnisme électoral en Belgique : données individuelles et agrégées à Charleroi », L’Espace Politique [En ligne], 14 | 2011-2, mis en ligne le 11 juillet 2011, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/2025 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.2025

Haut de page

Auteur

Geoffrey Pion

Chercheur – doctorant
IGEAT – Université Libre de Bruxelles
geofpion@ulb.ac.be

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org