Navigation – Plan du site
Espace du politique

La Ligue du Nord : le retour ambigu de l’identité territoriale sur la scène politique italienne

Lega Nord: the Ambiguous Return of Territorial Identity on the Italian Political Scene
Clotilde Champeyrache

Résumés

La Ligue du Nord (Lega Nord) est actuellement, et pour la troisième fois dans sa courte histoire, membre d’un gouvernement de coalition mené par Silvio Berlusconi. Son programme politique plaide en faveur de la transformation de l’Italie en un Etat fédéral avec un fédéralisme fiscal pour des macro-régions plus autonomes. Et pourtant, initialement, ce parti est né en 1991 en réclamant l’indépendance d’une nouvelle Nation, appelée Padanie, qui rassemblerait les régions septentrionales du pays. Dans cette contribution nous nous focaliserons sur deux traits saillants de la Ligue du Nord. D’abord, nous verrons que la Ligue du Nord est responsable du retour de la notion d’identité territoriale sur la scène politique italienne après des périodes (Unité, fascisme, après-guerre) de refoulement de toute discussion sur le sujet. Puis, nous nous montrerons aussi que ce retour est ambigu parce qu’Umberto Bossi recourt à deux définitions différentes du territoire de la Padanie, jouant de la sorte sur deux types de revendications et d’électorat.

Haut de page

Texte intégral

1D’après son Statut voté lors du Congrès fédéral ordinaire des 1-3 mars 2002, la Ligue du Nord, de son véritable nom « Ligue du Nord pour l’Indépendance de la Padanie » (Lega Nord per l’Indipendenza della Padania) « a pour finalité l’obtention de l’indépendance de la Padanie à travers des méthodes démocratiques et sa reconnaissance internationale en tant que République Fédérale indépendante et souveraine » (article 1- Finalité). Ce parti est donc explicitement indépendantiste. Pourtant, il est à ce jour et pour la troisième fois au gouvernement dans une coalition menée par Silvio Berlusconi. La première fois, ce fut de mars à décembre 1994. Puis la Ligue revint de 2001 à 2006. Depuis 2008, elle dispose de quatre ministres et de huit secrétaires d’Etat. Alors que la défection d’Umberto Bossi fit tomber le gouvernement Berlusconi en 2004, depuis décembre 2010, le nouveau gouvernement Berlusconi ne tient que grâce au soutien d’Umberto Bossi. Néanmoins, celui-ci a lié sa fidélité à une condition: mener à terme son projet de réforme pour instaurer le fédéralisme en Italie. Si ce projet ne passe pas dans les prochains jours, Umberto Bossi a annoncé qu’il quitterait la coalition déjà mise en danger par le départ de Gianfranco Fini, ce qui impliquerait de repasser devant les urnes. Selon La Repubblica du 8 février 2011, des négociations seraient en cours entre les deux leaders politiques, le pacte consistant à échanger le passage accéléré au fédéralisme contre le soutien d’Umberto Bossi au projet de « procès bref » espéré par Silvio Berlusconi pour échapper aux affaires le concernant.

2Dans cette actualité, deux éléments sont particulièrement marquants et méritent d’être analysés. D’une part, le fédéralisme est devenu un enjeu national central en Italie : la question territoriale semble donc être cruciale sur la scène politique italienne. Or cela n’a rien d’une évidence si l’on considère l’histoire transalpine depuis l’Unité. Il s’agira de comprendre à quel point la Ligue du Nord est l’acteur du retour de l’identité territoriale dans le débat politique transalpin.

3D’autre part, la Ligue du Nord a connu depuis sa création en 1991 une percée électorale – parfois irrégulière – telle qu’elle est représentée au gouvernement alors même que son statut et son programme initial aurait dû la cantonner à une audience infranationale. La question est alors de comprendre comment un parti régionaliste et indépendantiste est arrivé à capter un électorat aussi large (10,22% à l’échelle nationale pour les élections européennes de 2009, par exemple, avec des pics à 28,38% en Vénétie et 22,72% en Lombardie).

Le refoulement de l’identité territoriale sur la scène politique italienne

4La Ligue du Nord a pour principale spécificité d’être le premier parti sur la scène politique italienne à développer un discours électoral centré sur la notion de territoire national désuni. Jusqu’alors, depuis l’Unité italienne réalisée en 1861, on assiste plutôt à ce que l’historien Aurelio Lepre (1994b) nomme un « refoulement de la désunion » et de la réflexion sur la gestion, l’unification et l’organisation du territoire national. Trois périodes apparaissent plus particulièrement comme des rendez-vous manqués avec une réorganisation (économique, politique, sociale, culturelle,…) du territoire pour une moindre désunion : l’Unité, le fascisme et l’après-guerre. C’est dans ce contexte historique de refoulement de la question territoriale sub-nationale que les ligues régionalistes septentrionales transalpines prendront de l’importance dans les années quatre-vingts, puis se fédèreront sous l’égide d’Umberto Bossi.

L’Unité italienne : le choix de la centralisation

5L’objet, ici, n’est pas d’entrer dans les détails de l’histoire de la Péninsule pré-unitaire. Mais il importe de rappeler que, dès le XIème siècle, le réveil économique de l’Europe passe par la Flandre et par des villes aujourd’hui italiennes : Amalfi, Gaète, Naples, Venise et Pise, notamment, participent activement au commerce maritime en Méditerranée et, en Italie du Nord, des villes comme Milan, Venise, Gênes ou Florence se repeuplent. Ces villes sont libres même si elles jouissent de la protection du pape. Elles échappent à l’autorité de l’empereur et s’opposent, en termes de structuration, à la montée en puissance des Etats. Pourtant, ce sont elles les véritables foyers du capitalisme européen selon Braudel. La fin du Moyen-âge et la Renaissance ne feront que confirmer cette particularité transalpine : des villes indépendantes organisées en duchés et royaumes s’affirment et s’enrichissent sur des siècles tout en développant de très fortes rivalités entre elles.

6Le projet d’unité italienne au XIXème siècle est donc très peu consonne avec la réalité territoriale de la péninsule : non seulement Nord et Sud ne sont pas en réelles relations mais, même au sein de ces deux blocs – surtout au Nord – le ciment identitaire fait défaut. Cela explique que le la création du Royaume d’Italie soit plus le rêve d’une classe d’intellectuelle qu’une ambition populaire (Lepre, 1994a). De fait, le Risorgimento se présente en partie comme un mouvement d’annexion territoriale lancé par le Piémont et la Maison de Savoie. Même l’adoption du mode référendaire pour valider l’incorporation de nouvelles terres au Royaume est dévoyée en maintes occasions, les consultations se déroulant de façon peu démocratiques, voire sous la pression des armes. Rien n’est fait pour réellement emporter l’adhésion des populations au projet unitaire. Dès lors, l’hétérogénéité du territoire est largement perçue comme une menace pour l’Etat nouvellement constitué. La fracture Nord-Sud est particulièrement forte et les préjugés anti-méridionaux font douter de l’opportunité de contrôler tout le bas de la Péninsule. Ainsi Massimo d’Azeglio et Gino Capponi, deux hommes politiques pourtant acteurs du Risorgimento, proposèrent de limiter l’unité italienne au seul septentrion. Cavour, un des acteurs principaux de l’Unité, n’ira jamais plus au sud de Florence…

7Parce que l’Italie unie est loin d’être assurée, les promoteurs de l’Unité vont imposer l’option unitaire, ce que Sergio Salvi (1996, p.143) appelle « la cage du Risorgimento », c’est-à-dire un processus de « piémontéisation » des institutions et un véritable ostracisme à l’encontre de toute pensée fédéraliste. La centralisation des institutions est choisie, non dans une optique d’intégration, mais comme instrument de contrôle sur le territoire. Le discours fédéraliste est, lui, dénoncé car portant potentiellement atteinte à l’unité nationale. En 1861 en Europe, l’heure est aux principes d’Etat fort et de nationalité. Forger un Etat italien fort et centralisé apparait comme un impératif pour Cavour et les Modérés afin, en interne, d’affirmer l’Italie sur la scène européenne mais aussi, en interne, de bloquer l’arrivée au pouvoir des Démocrates inspirés par les idées fédéralistes de Carlo Cattaneo. Après l’Unité et jusqu’à des temps récents, une chape de plomb est littéralement tombée sur les écrits fédéralistes en Italie. Coppola (1997, p.26-27) souligne également, en citant l’historien des institutions Ettore Rotelli, qu’à l’occasion de l’unification du pays aucune redéfinition des circonscriptions n’est mise en œuvre, quand bien même celles-ci ne reflètent pas les réalités identitaires et territoriales existantes. La préoccupation première est de « « maintenir ensemble » une pluralité de territoires ayant connu des trajectoires historiques assez diverses, avec de forts contrastes économiques et avec des pulsions centrifuges persistantes » et cela passe par « l’exaltation de diverses manières de la dimension unitaire plutôt que de recenser et de valoriser les articulations internes » (Coppola, 1997, p.12-13).

La période fasciste : territoire et Empire

8L’absence de réflexion sur le territoire (et la géopolitique) cesse avec Mussolini et le fascisme mais le fédéralisme reste banni. Le Duce instrumentalise la géographie afin de conforter son pouvoir : le totalitarisme passe forcément par la mainmise sur le territoire. Ainsi les grands discours mussoliniens font l’objet d’une mise en scène, y compris quant à leur localisation. Lors de la célèbre harangue de septembre 1929 lancée du palais de Venise à Rome, Mussolini a choisi intentionnellement le cœur de Rome conçue comme « espace sacré », le palais de Venise étant encerclé par le Capitole, le Forum et l’Autel de la Patrie, monument à Vittorio-Emanuele II. Le reste du territoire est rattaché à Rome, centre et cœur, dans une réminiscence de l’Empire romain. Cependant, il ne s’agit pas à proprement parler d’un retour de la problématique territoriale sur la scène politique italienne puisque la centralité de Rome sert également à nier la fracture Nord-Sud. Mussolini affirme, par exemple, le 10 mars 1929 : « pour le Régime, nord et sud n’existent pas : existent l’Italie et le peuple italien ». Les théoriciens fascistes élaborent des démonstrations selon lesquelles la race italienne se distingue des autres races. Gioacchino Volpe, historien fasciste, conclut à une homogénéité ethnique presque parfaite à l’intérieur des frontières physiques de l’Italie.

9Le territoire et ses frontières sont aussi instrumentalisés en termes de revendications expansionnistes par le biais de deux éléments : l’irrédentisme et le colonialisme. L’irrédentisme concerne l’Istrie, la Dalmatie et le Trentin, des terres promises à l’Italie si elle rejoignait le camp des Alliés à la fin de la Première Guerre mondiale. Ces promesses ne sont pas tenues à l’issue du conflit et Mussolini affiche comme objectif national la récupération de ces terres irrédentes. L’extension territoriale passe aussi par le colonialisme, lequel repose sur la conviction fasciste que l’Italie forte et unie est réalisée, ce qui lui confère les caractéristiques de base pour reconstituer un Empire sur le modèle antique. La conquête coloniale doit servir à souder le peuple italien dans une épreuve de sang et à maîtriser une population nombreuse et pauvre. Symboliquement aussi, le fascisme colonise le territoire intérieur en luttant contre des éléments naturels hostiles : de la sorte, l’assèchement des marais pontins marque l’emprise de l’homme fasciste sur l’environnement. Ces références marquées du fascisme au territoire sont, on le voit bien, purement instrumentales. Elles ne vont, par ailleurs, que renforcer le refoulement de la réflexion sur le sujet puisque l’après-guerre sera marqué par l’antifascisme.

La fin de la Guerre et l’a-territorialité de l’antifascisme

10La fin de la Seconde Guerre mondiale ramène brutalement sur le devant de la scène la fracture territoriale Nord-Sud en Italie, et ce à diverses reprises. Pourtant, ces déchirements internes à la Péninsule ne vont pas favoriser un débat national sur la notion de territoire et d’identité rattachée à ce territoire national. Bien au contraire. L’Italie, marginalisée par sa prise de position aux côtés de l’Allemagne nazie mais objet d’attention de la part d’Américains inquiets du risque de contagion communiste au cœur de l’Europe, va choisir l’abstraction des problématiques universalistes plutôt que la confrontation, pourtant nécessaire, à la réalité territoriale et à l’absence de cohésion nationale.

11Dès l’été 1943, l’Italie est coupée en deux. En juillet, les troupes anglaises et américaines ont débarqué en Sicile. Quant au Roi, suivi par une partie des dignitaires fascistes, il entame des négociations secrètes avec les Alliés. Le 25 juillet, Mussolini perd l’appui du Roi et est arrêté. Il faut attendre le 8 septembre pour que l’armistice soit signé. Entre temps, les Allemands ont massé leurs troupes dans le nord de l’Italie tandis que le roi fuyait à Pescara, vers la zone sous contrôle allié. L’éclatement territorial italien est ainsi décrit par l’historien Giuliano Procacci : « Dans les jours qui suivirent le 8 septembre, la situation commença à se présenter clairement et il devint tragiquement évident pour tous que l’Italie était brisée en deux. Au Sud se trouvaient les armées alliées – qui, le 1er octobre, avaient rejoint Naples et avaient ensuite pris position le long d’une ligne qui, de l’Adriatique, rejoignait Pescara à travers Montecassino – et le gouvernement Badoglio. Au Nord se trouvaient les Allemands et un gouvernement fasciste mené par Mussolini qui, le 12 septembre, avait été libéré par un détachement de parachutistes allemands. A vrai dire, l’un et l’autre des gouvernements italiens faisaient figure de gouvernements fantoches. Celui de Mussolini – la République sociale italienne – n’exerçait même pas sa souveraineté nominale sur tout le territoire italien non occupé par les Alliés : une bonne partie de la Vénétie était en effet directement administrée par les Allemands et se trouvait dans une condition intermédiaire entre celle de territoire occupé et celle de territoire annexé. Mais le gouvernement du Sud aussi, initialement, avait souveraineté directe seulement sur les provinces des Pouilles et ce fut seulement en février 1944 que les provinces restantes, auparavant administrées par les Alliés, passèrent sous sa juridiction » (Procacci, 1993, pp.541-2). Cette coupure en deux du pays va avoir un effet marqué sur le Sud qui souhaite profiter de la coupure avec le Nord. Ainsi, les premiers mouvements indépendantistes et régionalistes italiens naissent non pas au Nord mais bien dans le Mezzogiorno. Ces mouvements, dont le plus fameux reste le « Comité pour l’indépendance sicilienne » d’Andrea Finocchiaro Aprile, dénoncent un Nord industriel hégémonique et facteur d’exploitation et de blocage de l’économie méridionale. Ils disparaitront cependant d’eux-mêmes assez rapidement puisqu’après 1946 leur audience est quasi nulle.

12La fracture territoriale italienne est à nouveau flagrante le 2 juin 1946. Un référendum est alors organisé pour décider de la forme institutionnelle à donner à l’Italie de l’après-guerre. Les résultats sont frappants : la République l’emporte de justesse à l’échelle nationale mais elle est plébiscitée dans le Nord où elle obtient près de 65% des voix tandis que le Sud a voté tout aussi massivement (67,4%) pour la Monarchie. Ces résultats ne font en grande partie que refléter la scission, y compris institutionnelle, instaurée par l’armistice. Ils sont instrumentalisés par l’aile monarchique qui reprend à son compte les revendications séparatistes méridionales en dénonçant un Nord champion de la finance et de la spéculation et exploitant un Sud asservi et colonisé. Pour remédier à cette désunion susceptible de remettre en cause l’unité italienne, Palmiro Togliatti, membre communiste de divers gouvernements d’unité nationale qui se succédèrent jusqu’en 1947, propose un système d’aide au développement du Sud : c’est le début d’une longue ère de médiation de la fracture Nord-Sud par une politique – initialement qualifiée d’extraordinaire car supposée ne pas durer – de transferts de flux financiers du Nord vers le Sud pour amorcer un processus de décollage et de rattrapage économiques du méridion. Paradoxalement, ce système d’assistanat rapidement dévoyé en clientélisme naît pour couper l’herbe sous les pieds des indépendantistes et pour sauvegarder l’unité nationale mais devient un des principaux motifs de l’apparition de revendications séparatistes, cette fois dans le nord de l’Italie.

13Après 1946, l’Italie tente de retrouver sa place sur l’échiquier politique européen et mondial en s’inscrivant dans deux axes : une dénonciation de la période fasciste et de ce qui s’y rapporte mais sans réellement procéder à un bilan de celle-ci, d’une part, l’adoption de référents universalistes repoussant sine die toute réflexion sur l’identité territoriale et le ciment de l’unité nationale pourtant sérieusement remise en question au sortir de la guerre, d’autre part. L’antifascisme devient le mot d’ordre de la politique italienne de la deuxième moitié du XXème siècle : c’est lui qui s’impose comme vecteur de l’unité italienne, c’est-à-dire que l’Italie reste unie au nom d’un antifascisme – largement idéalisé et surévalué – qui aurait été partagé du nord au sud de la Péninsule. En réalité, le débat sur l’origine de la montée en puissance du Duce et sur sa légitimité initiale à gouverner ainsi que sur l’inventaire de sa politique est occulté. Les historiens – comme Ernesto Galli della Loggia (2003) ou Renzo de Felice (1969) – qui se risquent à affirmer que le fascisme a largement été populaire en Italie sont âprement critiqués. L’antifascisme de l’immédiat après-guerre consiste à se positionner en porte-à-faux de toutes les positions mussoliniennes. Ainsi, le fascisme a abondamment discouru sur les concepts de territoire, de frontières, de Nation, de question méridionale. L’antifascisme va donc rejeter ces notions et se projeter dans des conceptions universalistes, lui évitant de traiter de l’attachement manqué des Italiens au territoire national.

14L’Italie semble peu attachée à ses frontières et adopte un profil bas lors de la signature du traité de paix, dit traité de Paris, du 10 février 1947. Les conditions territoriales en sont dures puisque l’Italie perd des terres au nord-est au profit de la Yougoslavie et du territoire libre de Trieste, et au nord-ouest au profit de la France. L’Italie s’y engage aussi à renoncer à « tous droits et titres sur [ses] possessions territoriales (…) en Afrique, c’est-à-dire la Libye, l’Erythrée et la Somalie italienne », trophées coloniaux du fascisme. Mais ces amputations valant réparation pour dommages de guerre sont acceptées sans réelles difficultés par la Démocratie Chrétienne alors au pouvoir. La population ne proteste guère non plus. Le qualunquismo (littéralement le « quelconquisme ») propagé par le parti de L’uomo qualunque (« L’homme quelconque »), créé en 1944 par Guglielmo Giannini, a fait des émules. En Italie, l’homme de la rue a pris en horreur l’idée de « l’épreuve de sang » supposée souder les Italiens. Le territoire ne vaut pas la peine qu’on se batte pour lui. Et Guglielmo Giannini de commenter : « Supposons que l’Italie doive céder la Vénétie à la Yougoslavie, et que la Yougoslavie soit assez idiote pour la prendre. Que se passerait-il pour la Foule ? Rien ». Le gouvernement De Gasperi choisit également en interne d’éviter d’ultérieurs effritements en accordant un statut spécial d’autonomie à certaines régions, toutes à la périphérie de la Péninsule. Il s’agit des régions ayant exprimé de façon plus virulente leur volonté de quitter le pacte national (à savoir les îles de Sicile et de Sardaigne) ainsi que de celles caractérisées par l’hétérogénéité linguistique et de population (Val d’Aoste, Trentin-Haut Adige et Frioul-Vénétie Julienne).

Une fin de XXème siècle marquée par l’universalité des valeurs politiques proclamées

15De façon générale, deux partis politiques s’imposent au sortir de la guerre sur la scène politique italienne et vont en façonner les contours jusqu’au début des années quatre-vingt-dix : la Démocratie Chrétienne (DC) incarnée notamment par Giulio Andreotti et le Parti Communiste Italien (PCI) guidé par Togliatti puis Berlinguer. Ces deux partis s’adressent, par nature, aux masses et proposent aux électeurs un ensemble de valeurs qui, bien que radicalement opposées, ont en commun d’insérer l’Italie dans un ensemble plus vaste et universel que la pure problématique territoriale et nationale. L’Italie qui négocie son entrée dans des organisations internationales et régionales adopte en politique intérieure des discours sans référence nationale afin d’éviter de reposer la problématique du manque de cohésion et de solidarité du pays. L’historien Aurelio Lepre décrit la stratégie du PCI de la sorte : « l’expérience internationaliste resta présente mais surtout comme conscience de la nécessité de placer les questions italiennes dans le cadre plus vaste des questions mondiales » (1994a, p.170). L’internationalisme prolétarien et la défense de l’URSS constituent des référents absolus du PCI. Cependant, dans le cadre de la politique d’endiguement des Etats-Unis, le PCI est écarté à partir de 1947 de tout mandat électif national. Cela le pousse à déployer ses forces pour les mandats locaux avec l’obligation de déployer malgré tout une identité locale partisane. La Démocratie Chrétienne, elle, vise la « réhabilitation » de l’Italie dans le monde occidental. La coopération atlantique et l’intégration européenne sont mises en avant comme gages de la loyauté italienne vis-à-vis du « monde libre ». Par ailleurs, la DC réaffirme la prééminence de la religion catholique dans l’identité et la culture italiennes. Le ciment de l’unité italienne est à chercher dans cette religion commune, laquelle s’inscrit elle-aussi dans un espace universel, dépassant largement les frontières de la péninsule. Quand Démocratie Chrétienne et Parti Communiste s’affrontent dans l’Italie de la Guerre froide, ils le font autour de valeurs antagonistes mais sans référents territoriaux. Lorsque la Démocratie Chrétienne en appelle à la religion, à l’importance du capital et du capitalisme pour le bien-être du pays, le Parti Communiste Italien répond laïcité, centralité du travail et socialisme. On est bien loin de toute préoccupation territoriale et rien n’incite les électeurs à s’identifier à un territoire, une nation. La nouvelle République italienne n’a toujours pas pris possession de son espace géographique mais le système unitaire tient grâce à la médiation Nord-Sud de l’immédiat après-guerre.

1991, constitution de la Ligue du Nord

16C’est dans ce contexte de déni d’identité territoriale que les partis régionalistes, et parmi eux les Ligues, vont se multiplier dans le nord de l’Italie. Si certains existent dès avant cette période, c’est à partir des années quatre-vingt que le phénomène de « ces formations dont la définition fait explicitement référence à un contexte régional, à une aire, à une ethnie, à une hypothèse de réforme institutionnelle (le fédéralisme par exemple) » (Ceccarini, Turato, 1996) devient incontournable politiquement en Italie septentrionale.

17Sans viser à l’exhaustivité, on peut citer quelques-unes de ces « listes territoriales » aux aspirations des plus variées (fédéralisme, autonomie, sécession…) :

  • l’Union valdôtaine pour le Val d’Aoste ;

  • les Friulanisti qui perdront fortement leur influence à partir des années soixante-dix, à contre-courant de la plupart des ligues septentrionales ;

  • la liste Süd Tirol ;

  • le Movimento autonomista occitano dans le Piémont ;

  • Le Moviment Autonomista Piemontèis ;

  • l’Union del popolo veneto pour la Vénétie ;

  • le Südtiroler Volkspartei pour le Trentin Haut-Adige ;

  • le Partito Autonomista Trentino Tirolese.

18Parmi ces partis à vocation très localisée, on trouve des ligues qui seront progressivement amenées à se fédérer au sein de la Ligue du Nord : la Liga veneta de Franco Rocchetta, l’Union Valdôtaine de Bruno Salvadori, la Ligue du Piémont de Gipo Farassino, l’Uniun Ligure de Bruno Ravera, l’Alleanza Toscana de Tommaso Fragassi, la Lega Emiliano-Romagnola et bien sûr la Lega Lombarda d’Umberto Bossi. C’est ce processus lent et difficile qui va transformer un discours politique minoritaire – même s’il peut être localement très enraciné – en une force politique en mesure de capter des mandats électoraux non négligeables et d’être représentée à trois reprises au sein d’un gouvernement national de coalition.

19La montée en puissance des ligues et leur capacité à comprendre l’opportunité de se fédérer en une ligue commune remonte à la moitié des années quatre-vingts. Les craquements à l’Est et les fractures dans la bipolarisation du monde sont favorables à une réaffirmation des problématiques territoriales en Italie en même temps qu’ils font s’écrouler le système politique italien, lui aussi bipolaire. 1989 frappe le Parti communiste italien de plein fouet et la nouvelle donne l’oblige à changer d’appellation pour devenir Partito democratico della sinistra (Parti démocratique de gauche). Quant à la Démocratie-Chrétienne, elle est littéralement disqualifiée par les enquêtes des juges du pool mani pulite : le parti ne survivra pas aux affaires de corruption et de prévarication alors mises en évidence. L’effondrement de ces deux partis traditionnels crée un espace vacant sur la scène politique italienne et, de façon concomitante, impose une relecture de la fracture Nord-Sud. Cette fracture, selon Carlo Trigilia, permettait jusqu’alors au système politique italien de jouer un rôle de médiateur, le Sud étant rattaché au Nord, dans un simulacre d’intégration et de cohésion nationale, par le clientélisme et les politiques d’assistance au Mezzogiorno. Ce système s’écroule et révèle le mécontentement septentrional par la percée des partis régionalistes remettant en cause la solidarité vis-à-vis du Sud.

20La Ligue du Nord va bien évaluer l’opportunité de ce moment historique. Elle est le fruit d’un travail de rapprochement mené principalement par Umberto Bossi. Pourtant, la Ligue lombarde n’est pas la plus antique ni, initialement, la plus représentative des ligues régionalistes. C’est pourtant de Lombardie que part l’initiative d’un rassemblement septentrional. Au début des années quatre-vingts, Umberto Bossi, gagné par le discours séparatiste et admiratif du modèle de la Liga veneta et de l’Union valdôtaine, crée un parti qui s’en inspire fortement en termes de revendications et de structuration : il le baptise Union nord-occidentale lombarde pour l’autonomie, puis le renomme en 1984 Ligue autonomiste lombarde et enfin, plus simplement, en 1986, Ligue lombarde. Les différentes ligues régionales du nord de l’Italie sont en contact depuis déjà des années et sont formées globalement sur un même moule. Mais c’est à Umberto Bossi que revient l’initiative d’aller au-delà de liens ponctuels et de ressemblances certaines pour mettre en œuvre une logique d’inclusion et de reconnaissance sur la scène nationale. Cela passe par le regroupement des Ligues du nord au sein de la Lega Nord, de son vrai Lega Nord per l’Indipendenza della Padania, à Milan, en 1991. Dans l’esprit de ses dirigeants, la Ligue du nord se veut une résurgence de la Ligue de Pontida, alliance de vingt communes lombardes, vénètes, piémontaises et émiliennes qui, au XIIème siècle, malgré leurs antiques rivalités de villes libres, choisirent de s’unir pour défendre Milan contre l’empereur Frédéric Barberousse, symbole du centralisme médiéval.

L’instrumentalisation leghiste du territoire : entre valeurs et intérêts

21La Ligue du Nord a pour mérite de repositionner la question de l’identité territoriale au cœur de la scène politique italienne. Cependant, elle le fait sous la forme de deux discours pouvant, à première vue, sembler totalement contradictoires : l’un est celui affirmant l’existence d’une Nation – la Padanie – colonisée par l’Etat italien mais aspirant à retrouver son indépendance au nom de critères ethnoculturels ; l’autre est un discours plus mesuré revendiquant le fédéralisme afin de respecter et valoriser la réussite socio-économique des régions septentrionales de l’Italie (Champeyrache, 2002). Ces deux discours ne résultent pas d’un changement de perspective, d’une évolution de parcours mais se superposent. On trouve en effet des traces des deux dès les débuts de la Ligue du Nord et même de la Ligue lombarde. Ils incarnent deux ailes du parti, l’une plus radicale que l’autre, cependant ils servent aussi à toucher un double électorat et à instrumentaliser des revendications et des peurs de natures très différentes.

La Padanie, Nation ethnoculturelle

22« Lombards, nous devons libérer la Lombardie de l’hégémonie vorace et étouffante du gouvernement centraliste de Rome à travers l’autonomie. C’est une question de survie ethnique, culturelle et économique », annonce l’organe officiel de la Ligue lombarde. Cela synthétise bien les revendications du parti lombard puis de la Ligue du Nord, y compris encore aujourd’hui. Lorsqu’en 1991 apparaît cette coalition de ligues régionalistes septentrionales s’impose la nécessité de définir et désigner un nouveau territoire commun susceptible de constituer une nation. Ce sera la construction de la Padanie, c’est-à-dire d’un territoire principalement lié à la présence du Pô, fleuve fréquemment quasi-déifié lors des manifestations leghistes. Pour autant, si la Padanie devient la Nation à libérer du joug romain, son existence reste sujette à nombre d’imprécisions tout d’abord géographiques – les frontières fluctuent d’un leghiste à l’autre – puis identitaires. C’est bien pour construire une identité padane que la Ligue du Nord travaille autour de trois axes : l’invention d’une langue padane, la relecture padane de l’histoire de la Péninsule et la promotion d’un retour à la « tradition » padane.

23D’un point de vue géographique, on ne peut trouver des délimitations précises des frontières chez les dirigeants et idéologues de la Lega Nord. Aucune unanimité n’a pu être dégagée autour d’un projet et ces redécoupages de la Péninsule reprennent ceux, administratifs et statistiques, imposés par l’Etat italien honni. Ainsi la Lega peine finalement elle aussi à rendre compte de la dissociation réelle existant entre « région ressentie » (caractérisée par le sentiment d’attachement communal) et la Région institutionnelle (incarnation de l’Etat, technostructure éloignée des citoyens et dont il faut se méfier (Rivière, 2004). En 1993, dans un article paru dans La Stampa du 12 décembre, Gianfranco Miglio propose la tripartition suivante :

  • République de Padanie : Piémont, Lombardie, Ligurie, Vénétie et une partie de l’Emilie-Romagne ;

  • République d’Etrurie : Latium, une partie de la Toscane, de l’Ombrie et des Marches ;

  • République du Sud : Campanie, Pouilles, Basilicate et Calabre.

24Les régions à statut spécial comme la Sicile ou encore le Frioul restent en dehors des Républiques et des référendums doivent être organisés dans certaines zones de frontière :

  • entre la Padanie et l’Etrurie : pour déterminer le sort d’une partie d’Emilie-Romagne, de Toscane et des Marches ;

  • entre Etrurie et Sud : pour le cas des Abruzzes et du Molise ainsi que de petites zones du Latium, de la Campanie et des Pouilles.

Carte 1 – Les trois Républiques de Gianfranco Miglio (1993)

Carte 1 – Les trois Républiques de Gianfranco Miglio (1993)

Au nord : République de Padanie (Piémont, Lombardie, Vénétie, Ligurie, Emilie-Romagne)

Au centre : République d’Etrurie (Toscane, Ombrie, Marches, Latium, Abruzzes)

Au sud : République du Sud (Molise, Campanie, Basilicate, Pouilles, Calabre)

En grisé : Régions autonomes à statut spécial (Val d’Aoste, Trentin-Haut Adige, Frioul-Vénétie Julienne, Sardaigne, Sicile)

25Par la suite, ce découpage sera maintes fois amendé, retravaillé, ne serait-ce qu’en raison de la rupture entre Gianfranco Miglio et Umberto Bossi. Ce dernier n’est d’ailleurs pas plus précis dans l’identification territoriale de la Padanie. Ainsi, le 16 mai 1996, il déclare que « ses frontières correspondent plus ou moins à la zone dans laquelle existait l’aire celtique, disons de Senigallia à Lucques. Il n’y a pas de doute que cette identité vénético-celtique se prolonge jusqu’à la partie haute de la Toscane et aux Marches septentrionales ». Pourtant, le 15 septembre 1996, lorsqu’est officiellement proclamée la naissance de la Padanie, celle-ci englobe toute la Toscane, les Marches et l’Ombrie.

Carte 2 – La Padanie d’après Umberto Bossi (à partir de 1996)

Carte 2 – La Padanie d’après Umberto Bossi (à partir de 1996)

Au nord : la Padanie (Piémont, Lombardie, Vénétie, Ligurie, Emilie-Romagne, Toscane, Ombrie, Marches)

Au sud : l’Italie (Latium, Abruzzes, Molise, Campanie, Basilicate, Pouilles, Calabre, Sardaigne, Sicile)

26D’autres sont plus radicaux au sein de la Ligue : puisque la gangrène vient du Sud, il vaut mieux amputer et couper haut. De la sorte, de hauts représentants leghistes comme Giancarlo Pagliarini, Roberto Calderoli ou Erminio Boso excluent des zones plus centrales telles que la Toscane et les Marches, et s’arrêtent à l’Emilie.

27A défaut de bien circonscrire le territoire de la Padanie, la Ligue du Nord s’emploie depuis sa création à affirmer une identité nationale padane préexistante à l’unification italienne. Cette construction identitaire commence, très classiquement, par l’invention d’une langue padane, c’est-à-dire une homogénéité linguistique caractérisant les dialectes d’Italie du nord et les différenciant des autres dialectes transalpins. S’appuyant sur les travaux du linguiste Wartburg qui distingue deux sous-groupes linguistiques en Italie continentale - l’un occidental au nord, l’autre oriental au sud –, la Ligue du Nord en déduit l’existence d’un système dialectal padan divergent du reste de l’Italie. Si la question reste ouverte et que les travaux de linguistes en la matière tour à tour confirment ou invalident cette classification, il n’en reste pas moins que, si un ensemble linguistique padan existe, il ne couvre pas la totalité du territoire supposé de la Padanie. En dehors des régions où l’italien n’est pas la seule langue officielle (comme c’est le cas pour le Val d’Aoste et le Trentin Haut-Adige), la Toscane est également définitivement exclue puisque c’est le dialecte toscan qui est à l’origine de la langue italienne dont les leghistes souhaitent détacher l’ensemble linguistique padan. Plus au nord, le Frioul échappe également à cet ensemble. L’une des particularités commune aux dialectes de la plaine du Pô consiste, en effet, à remplacer le pronom personnel sujet par un complément d’objet. Ainsi, là où la structure padane prend la forme : « moi suis Padan », le Frioulan dira, tout comme le Toscan d’ailleurs, « je suis Padan ».

28L’effort leghiste de construction d’une identité padane passe aussi par une relecture de l’histoire de la Péninsule aussi bien pré- que post-unification. Tout ce qui, dans cette histoire, peut opposer Nord et Sud est utilisé par la propagande leghiste. La Padanie est présentée comme une aire originellement celte et donc rattachée au nord du continent tandis que les populations plus au centre et au sud de la botte seraient italiotes, étrusques voire africaines. Ces caractéristiques « génétiques » sont interprétées en termes de plus ou moins grand civisme et développement économique et social. Pour le Moyen-âge, les leghistes aiment à opposer la tradition communale septentrionale (et son système juridique, le iure Langobardorum) au féodalisme méridional (caractérisé par le très conservateur iure Francorum). Vient ensuite le discours nostalgique vis-à-vis de l’Empire austro-hongrois des Habsbourg, empire qui englobait une partie de l’Italie du nord-est. Et Gianfranco Miglio de regretter à ce propos les temps heureux où ses aïeux comptaient leurs poules en allemand et où les nationalités étaient mieux respectées. L’unification italienne est décrite (Bossi, Vimercati, 1993, p.33 sq) comme une véritable colonisation imposée à des peuples privés de leur droit à disposer d’eux-mêmes. S’il est vrai que l’Unité italienne s’est réalisée en ayant recours à des référendums suffisamment militarisés pour que le oui l’emporte toujours largement, il est inapproprié de la présenter comme une colonisation romaine : c’est bien du Piémont donc du Nord que part l’épopée du Risorgimento. Le choix de Rome capitale sera alors âprement débattu – des villes du Nord comme Turin ou Florence revendiquant ce titre – et sera notamment motivé par la centralité géographique de la Ville entre Nord et Sud (Caracciolo, 1994). Quant à la Seconde Guerre mondiale et la coupure en deux du pays à partir de 1943, elle est lue de façon tout à fait manichéenne : le Nord, partisan et résistant, s’oppose au Sud, arriéré, monarchiste et nostalgique du passé. Vento dal Nord, appellation donnée à la résistance, est aussi le titre d’une des chansons enregistrées et diffusées par la Ligue du Nord. Cette relecture de l’histoire efface évidemment tout ce qui peut ressembler à des trajectoires historiques différenciées au sein de la Padanie. Pourtant, malgré l’épisode de la Ligue de Pontida, déjà évoqué, la période médiévale dans le nord de la Péninsule est plus marquée par la désunion que par la solidarité : les communes libres italiennes sont rivales plutôt qu’alliées ; la ruine des unes fait facilement la richesse des autres et vice versa. Par la suite, l’intégration du nord-est à l’Empire austro-hongrois détache celui-ci du sud de la Botte mais aussi du nord-ouest. Les différences entre ces deux nord d’un point de vue économique et social sont encore tangibles aujourd’hui.

29Enfin, le travail de construction identitaire passe par un mot d’ordre de retour à une « tradition » en partie fantasmée. Les moindres différences sont exploitées et exacerbées, l’objectif étant de donner des fondements à la « padanité » au cœur de la vie quotidienne. La cuisine en est un champ tout à fait représentatif. Les plats locaux dans leur appellation dialectale sont mis en avant. La fracture Nord-Sud est réinterprétée dans les fourneaux : la Padanie cuisine traditionnellement au beurre et à la crème, l’huile d’olive est laissée au Sud. La Ligue du Nord commercialise un panettone de Noël en rappelant que ce dessert est d’origine milanaise même si on le consomme dans toute la Péninsule. L’affiche « Oui à la polenta, non au couscous » illustre cette valorisation des traditions locales et doit être lue dans le contexte italien avec un double sens : le couscous fait référence à l’immigration maghrébine dénoncée par la Ligue du Nord mais c’est aussi une attaque contre la Sicile et ce Sud trop « africanisé » au goût des leghistes. Le couscous au poisson et fruits de mer est aussi une spécialité sicilienne et la ville de San Vito Lo Capo dans la province de Trapani organise tous les ans un festival du couscous. Cet affrontement culinaire est l’une des représentations de l’opposition leghiste entre une influence méditerranéenne à rejeter et un celtisme exalté permettant de rattacher la Padanie à une autre aire géoculturelle que celle italienne. Evidemment ce discours repose sur des fondements fragiles : s’il y a bien eu présence celte en Italie, c’est véritablement aux marges des régions septentrionales et les fortes migrations internes à l’Italie, du Sud vers le Nord, ont favorisé un brassage évident des populations.

30L’entrée d’Umberto Bossi au gouvernement à trois reprises (quelques mois en 1994, de 2001 à 2006, puis de 2008 à aujourd’hui) a donné l’impression d’une modération du discours indépendantiste et identitaire leghiste. Il est vrai que la volonté d’Umberto Bossi de faire passer une réforme fédéraliste semble impliquer, d’une part, une reconnaissance de l’Etat italien et, d’autre part, une renonciation à la sécession. La réalité est autre puisque le discours sur la Padanie comme « Nation ethnoculturelle » reste d’actualité dans la Ligue. Au printemps 2001, Umberto Bossi prête serment lors de son entrée au gouvernement mais, au sortir du Quirinal, il déclare à la presse que ce serment ne le lie en aucune façon puisqu’il est fait par un Padan donc une personne ne reconnaissant pas l’existence de l’Etat italien. Plus récemment, le 18 avril 2010, dans une interview au journal espagnol El Pais, le leader leghiste pourtant engagé en Italie dans la réforme constitutionnelle fédéraliste, tient des propos dépassant le cadre du fédéralisme en réaffirmant une volonté indépendantiste puisqu’il déclare : « La Padanie est une nation : elle doit avoir son autonomie. Ils nous traitent comme des esclaves, et nous leur donnons tout notre argent. Le Nord veut être patron dans sa propre demeure et que sa demeure soit reconnue ».

  • 1 Site de la Libera compagnia padana : www.laliberacompagniapadana.org, consulté le 8 février 2011

31Par ailleurs, il existe toujours en Italie du nord des leghistes et des groupes associations qui promeuvent la vision ethnoculturelle d’une Padanie libre. Ainsi l’association Libera Compagnia Padana, fondée le 6 mars 1995, reste à ce jour pleinement active1. De par l’article 2 de son Statut, « l’Association vise la promotion de la culture, des langues, des traditions et des aspirations autonomistes de la Padanie et promeut toute initiative portant à l’unité et à la liberté des peuples Padans ». Et de préciser : « Par le terme Padanie on entend toutes les régions de l’Italie septentrionale plus les provinces de Massa-Carrara, Pesaro-Urbino, les communes toscanes sur le versant septentrional des Apennins, les cantons suisses de langue italienne et romanche, le Niçois et les pays istriano-dalmate de culture vénète. Par peuples padans on entend ceux de langue padane (Piémontais, Ligures, Lombards, Emiliens et Romagnoles), les Vénètes, les Frioulans et les Ladins. Toutes les autres minorités existant dans la région (Arpitans, Occitans, Walser, Tyroliens et Slovènes) doivent être considérées comme faisant partie de la Padanie, exception faite de leur droit naturel à l’autodétermination. ». La Libera Compagnia Padana publie notamment la revue Quaderni padani (Cahiers padans) au contenu séparatiste non ambigu. Dans le quotidien La Padania les faits relatifs à l’Italie septentrionale – y compris la météo – sont traités à la rubrique « Intérieur » tandis que le reste est traité comme affaires étrangères. Dans la ville de Vicence, un Parlement du Nord effectuant un travail législatif fictif s’est réuni régulièrement jusqu’en 2008. En outre, la Padanie est dotée d’un drapeau, d’un hymne (le Va pensiero de Giuseppe Verdi), d’une Constitution transitoire, d’une Déclaration d’indépendance et de souveraineté de la Padanie.

La Padanie, macro-région socio-économique

32La Padanie est aussi décrite en termes socio-économiques. Dans ce cas, elle s’associe plutôt à l’option fédérale où elle constituerait l’une des trois macro-régions formant l’Italie. L’accent mis sur des intérêts économiques est présent dès les débuts de la Ligue Lombarde puis de la Ligue du Nord. En ce sens, il ne s’agit pas d’un virage à proprement parler. Ce qui évolue, c’est le poids que prend l’argument économique dans le discours électoral d’Umberto Bossi. Ce langage permet de capter un électorat plus large et devient donc un enjeu stratégique. « Faire du Nord une question nationale » signifie conquérir une audience suffisamment large pour sortir de la minorité et s’emparer de mandats locaux (par exemple la mairie de Milan en 1993) et même nationaux pour entrer au gouvernement. Le fédéralisme peut alors être lu non comme l’objectif ultime d’Umberto Bossi mais comme une étape dans le démembrement de l’Italie.

  • 2 Site de la Ligue du Nord (« Statut du Parti » en date des 1-3 mars 2002) : www.leganord.org/ilmovim (...)

33La thématique socio-économique a été fréquemment interprétée comme un revirement dans le programme leghiste qui serait revenu à plus de réalisme. Un examen plus attentif de la Ligue porte à penser qu’il n’en est rien. La Ligue du Nord continue de s’appeler Ligue du Nord pour l’indépendance de la Padanie comme en témoigne le Statut du parti disponible sur internet2. Ce statut définit à l’article 2 la composition du mouvement en ces termes : « le mouvement est constitué des Sections Nationales suivantes », suit la liste des régions administratives concernées (à noter tout de même que le Trentin Haut-Adige est rebaptisé Haut-Adige Südtirol). Et le Statut de préciser à l’article 5 : « Chaque Section Nationale de la Ligue du Nord a siège principal dans la capitale historique de la Nation considérée (…). Par le terme « Nation » on entend les communautés ethnico-géographiques identifiées à l’article 2 ». La définition identitaire ethnique est donc toujours au programme de la Ligue du Nord. Inversement, si le discours socio-économique perce véritablement en 1989, il est présent dès les débuts de la Ligue lombarde. Cela transparait dans le recueil de discours choisis publié par Umberto Bossi (1996). L’affiche de la matrone romaine volant la poule aux œufs d’or padane est également représentative de la dimension socio-économique du discours de la Ligue du Nord. Cette affiche a ceci de particulier qu’elle apparaît dès la création de la Ligue du Nord et que depuis elle ne cesse d’être réimprimée et réaffichée avec quelques variantes graphiques mais toujours un même message : « la Padanie contre Rome la voleuse ».

34Le discours socio-économique s’appuie sur une conception utilitariste, plus qu’identitaire, du territoire padan. Le Nord devient un centre d’intérêts et de valeurs économiques, véritable locomotive de l’économie italienne. Le fédéralisme est alors présenté aux électeurs septentrionaux comme un outil majeur pour réaffirmer cette supériorité économique (qui place, par exemple, la Lombardie au rang des régions européennes les plus riches), et pour redéfinir le devoir de solidarité nationale. Le public visé s’élargit alors grandement : il s’agit du tissu industriel et productif, de la classe moyenne septentrionale. Et, puisque c’est l’Italie du nord-est qui est la plus réactive face à ce discours, ce sont aussi les petits artisans et les patrons de PME qui sont séduits par cette argumentation. Deux mots d’ordre dominent dans cette optique : la révolte fiscale débouchant sur un projet de fédéralisme fiscal ; un effort d’inclusion afin de toucher aussi des électeurs ne se reconnaissant pas dans un discours ethnique et/ou xénophobe.

35La révolte fiscale se greffe sur le problème toujours irrésolu de l’assistance au Sud qui vient miner les rapports Nord-Sud, surtout en période de ralentissement de l’activité économique. A partir de 1989 la Ligue du Nord lance à grande échelle une polémique anti-parti, anti-Etat et anti-fisc, exploitant en cela l’explosion déjà mentionnée de la scène politique italienne avec la décrédibilisation des partis traditionnels (PCI et DC). Cette position est partiellement proche alors de celle de Forza Italia : Berlusconi développe lui aussi un discours dénonçant une pression fiscale inhibant les forces vives entrepreneuriales, à la différence que le « produit » marketing vendu par le Cavaliere est une Italie héritée de la DC, c’est-à-dire noyée dans des considérations non pas identitaires mais universalistes (les forces du marché, le libéralisme, la famille,…). Les considérations ethniques passent à l’arrière-plan comme lorsque Roberto Maroni, actuellement ministre de l’Intérieur, dans une interview au Monde explique : « A l’avenir, notre ambition est de représenter le Nord, cette locomotive du pays, de mettre à l’ordre du jour du gouvernement la question septentrionale. Et non plus seulement celle du sud. Ce n’est ni raciste ni un problème ethnique car dans les faits l’Italie économique est déjà coupée en deux. Il faut en prendre acte » (Le Monde, 26 mars 1994).

  • 3 Site de la Ligue du Nord (« Décalogue du fédéralisme fiscal » voté le 29 avril 2009) : www.leganord (...)

36Ce discours est également porté par les craintes qu’éprouvent, dans les années quatre-vingt-dix, les Italiens de ne pas réussir à faire partie de la zone euro. Pour l’économiste leghiste Giancarlo Pagliarini il existe deux économies en Italie, il serait donc logique qu’il y ait aussi deux monnaies : la lire au centre-sud et l’euro au nord. C’est ce qu’il ressort du tract « Quattro opzioni » diffusé par la Ligue à l’été 1996. On peut y lire : « (…) deux systèmes monétaires différents (…) permettraient à la Padanie d’entrer dans le système de la monnaie unique européenne en évitant l’annihilation de son système productif, et au Sud de créer les conditions de main-d’œuvre à bon marché qui attirent les investissements des entreprises. ». 1996 est aussi l’année où la Ligue du Nord publie un Manuel de résistance fiscale expliquant aux électeurs comment s’opposer à la pression fiscale romaine (de façon, il faut l’avouer, très précautionneuse). Il faut noter à cet égard que, si la lecture socio-économique du territoire s’accompagne plutôt d’une revendication fédéraliste, elle peut aussi appuyer un discours sécessionniste. En témoigne la rupture de 1994. De mars à décembre 1994, la Ligue est au pouvoir dans un gouvernement de coalition avec Silvio Berlusconi. N’arrivant pas à faire passer ses projets de réforme fédéraliste, Umberto Bossi claque la porte en décembre. S’ensuit alors une période de radicalisation du discours anti-fisc avec des slogans tels que « résistance fiscale » ou « désobéissance civile ». Lorsqu’Umberto Bossi se réconcilie avec Silvio Berlusconi, comme c’est le cas actuellement, le mot d’ordre résistance fiscale redevient celui de fédéralisme fiscal (voir le « Décalogue sur le fédéralisme fiscal » approuvé le 29 avril 2009 par le Sénat italien3).

Carte 3 – Réorganisation de la Péninsule en cinq aires socio-économiques (à partir de 1996)

Carte 3 – Réorganisation de la Péninsule en cinq aires socio-économiques (à partir de 1996)

Les cinq aires identifiées :

au nord : la Padanie (Val d’Aoste, Piémont, Lombardie, Trentin-Haut Adige, Vénétie, Frioul-Vénétie Julienne, Ligurie, Emilie-Romagne) ;

au centre : l’Etrurie-Romande (Toscane, Ombrie, Marches, Latium) ;

au sud : l’Italie (Abruzzes, Molise, Campanie, Basilicate, Pouilles, Calabre) ;

la Sicile ;

la Sardaigne.

37Parallèlement au discours anti-fisc toujours bien accueilli par l’électorat, la Ligue du Nord réalise un effort d’inclusion afin de sortir de son isolement typique des formations à revendications purement identitaires. Le discours socio-économique permet effectivement d’exploiter des peurs et des insatisfactions non directement liées à des tensions régionalistes et dont les principales sont : l’insatisfaction face à un Etat perçu comme incompétent (sentiment partagé tant au Sud qu’au Nord et qui explique que la Ligue ait aussi capté de l’électorat en dehors de la Padanie), la peur – qui touche principalement les petits industriels et artisans septentrionaux – de perdre le bien-être acquis pour soi et pour les générations futures, et le refus des coûts d’une solidarité nationale qui serait, depuis l’Unité, à sens unique Nord-Sud. Dans le même temps, on assiste à une modération de façade du discours raciste sur les Méridionaux. Ceux-ci sont acceptés en Padanie s’ils intègrent la mentalité « laborieuse et honnête » du Padan et qu’ils œuvrent à la richesse économique locale.

L’articulation des deux visions territoriales

38A première vue antithétiques, les deux visions du territoire – celle ethnoculturelle visant à la sécession et celle socio-économique s’accommodant du fédéralisme – font partie intégrante d’un dessein d’ensemble leghiste et en assurent la continuité malgré une impression d’incohérence politique. La thématique de la dénonciation d’un colonialisme romain apparaît comme un point d’union symbolique entre les deux représentations. Il n’est alors pas étonnant que les affiches en traitant soit communes à toutes les phases de la Ligue, c’est-à-dire présentes sur les murs de la Padanie aussi bien quand le discours identitaire et sécessionniste est mis en avant que quand c’est celui socio-économique et fédéraliste qui domine. Effectivement, cette thématique réunit les deux catégories de revendication : la colonisation romaine pille les ressources économiques du Nord et procède à un processus d’acculturation des populations locales.

39Le cumul des deux définitions du territoire permet à la Ligue du Nord de jouer sur deux tableaux complémentaires et ainsi de perdurer dans le temps bien qu’avec des phases de déclin électoral. Ces phases coïncident d’ailleurs avec des périodes de repli sur le seul discours ethnoculturel. Pour synthétiser, on peut dire que la définition ethnoculturelle, centrée sur un ensemble de valeurs fondant ou censées fonder une identité padane justifiant le séparatisme, est à usage interne à la Ligue du Nord et concerne donc les dirigeants et les militants de la première heure. A ce titre, elle sert à maintenir électoralement un noyau dur stable exprimant un vote d’adhésion. La définition socio-économique est, elle, centrée sur des intérêts et propose l’option modérée du fédéralisme. Il s’agit alors d’un discours à usage externe pour une mobilisation électorale large, au point de dépasser les frontières de l’Italie septentrionale. L’électeur exprime alors plutôt un vote d’humeur, par nature instable. En proposant ces deux visions du territoire, la Ligue du Nord continue de répondre aux exigences de sa base extrémiste mais peut aussi accéder à des charges électives plus représentatives et mettre en œuvre une stratégie de tension identitaire où le fédéralisme présenté comme but ne serait en réalité qu’une étape vers une désarticulation d’un pays à l’unité déjà bien fragile.

Conclusion

40L’apport majeur de la Ligue du Nord est certainement d’avoir fait revenir la problématique de l’identité territoriale et du localisme sur la scène politique italienne. Malheureusement, ce retour reste entaché de nombreux problèmes. Il est notamment disqualifié par toutes les connotations racistes et xénophobes (aussi bien en interne avec des Méridionaux assimilés à des êtres inférieurs en culture, civisme et moralité, plus proches pour beaucoup de théoriciens de la Lega des Africains que des Européens, et en externe avec des positions anti-immigration particulièrement virulentes) qui accompagnent les discours et les actions de la Ligue du Nord. Par ailleurs, le territoire, en tant que support d’une revendication identitaire, ne fait toujours pas l’objet d’une véritable réflexion puisqu’il n’a qu’une valeur instrumentale. Il n’est qu’un outil au service d’une mobilisation identitaire et d’une lutte politique. A ce titre, le territoire n’est toujours pas étudié dans le but de construire, enfin, l’unité de l’Italie et sa cohésion territoriale. De fait, un rapport constructif et positif à l’organisation du territoire demeure à construire en Italie. Même l’option fédérale – pourtant largement acceptée actuellement et portée par d’autres partis que la Ligue – risque de sortir entachée de la mainmise leghiste : discuter de fédéralisme est redevenu possible mais cette forme constitutionnelle est désormais beaucoup trop attachée à la version qu’en a donnée la Ligue du Nord. Il ne faut par ailleurs pas négliger le risque que la Ligue du Nord fait peser sur le ciment national italien en créant et en alimentant de façon continue une tension identitaire dans ce qui demeure une Nation à l’identité toujours fragile, « une nation en suspens » (Dieckhoff, Lazar, Musiedlak, 1995).

Haut de page

Bibliographie

BIORCIO, R., 2010, La rivincita del Nord. La Lega dalla contestazione al governo, Rome-Bari, Laterza.

BOLLA, G.C., IMPERATORE, L.F., 1992, Da Ambrogio a Bossi. Lotte per la libertà nella Padania, Milan, EDI. B. I.

BOSSI, U., 1992, Vento dal Nord. La mia lega, la mia vita, Milan, Sperling & Kupfer.

BOSSI, U., VIMERCATI, D., 1993, La rivoluzione. La Lega : storia e idee, Milan, Sperling & Kupfer.

BOSSI, U., 1995, Tutta la verità. Perché ho partecipato al governo Berlusconi,. Perché l’ho fatto cadere. Dove voglio arrivare, Milan, Sperling & Kupfer.

BOSSI, U., 1996, Il mio progetto. Discorsi su Padania e federalismo, Milan, Sperling & Kupfer.

CARACCIOLO, A., 1994, “Roma capitale sta in fondo allo stivale”, LiMes, n°4.

CECCARINI, L., TURATO, F., 1996, « Atlante geopolitico delle Leghe », LiMes, n°3.

CHAMPEYRACHE, C., 2002, La Ligue du Nord, un séparatisme à l’italienne, Paris, L’Harmattan.

COPPOLA, P. (dir.), Geografia politica delle regioni italiane, Turin, Einaudi.

DE FELICE, R., 1969, Le interpretazioni del fascismo, Rome-Bari, Laterza.

Dizionario mussoliniano, 1992, Rome, IGP.

GALLI DELLA LOGIA, E., 2003, La mort della patria. La crisi dell’idea di nazione tra Resistenza, antifascismo e Repubblica, Rome-Bari, Laterza.

LAZAR, M., 1995, « La gauche, la République et la nation », in DIAMANTI, I., DIECKHOFF, A., LAZAR, M., MUSIEDLAK, D., 1995, L’Italie, une nation en suspens, Bruxelles, Editions Complexe.

JORI, F., 2009, Dalla Liga alla Lega. Storia, movimenti, protagonisti, Venise, Marsilio.

La Lega Nord attraverso i manifesti. Un percorso di 14 anni con i principali veicoli di comunicazione del movimento leghista, 1996, Milan, Editoriale Nord.

LEPRE, A., 1994, Italia, addio ? Unità e disunità dal 1860 a oggi, Milan, Mondadori.

LEPRE, A., 1994a, “La rimozione della disunità”, LiMes, n°4.

PROCACCI, G., 1993, Storia degli italiani, Rome-Bari, Laterza.

RIVIERE, D., 2004, L’Italie des régions à l’Europe, Paris, Armand Colin.

ROMANO, R., 1994, Paese Italia. Venti secoli di identità, Rome, Donzelli.

SALVI, S., 1996, L’Italia non esiste, Florence, Camunia.

TRIGILIA, C.,1992, Sviluppo senza autonomia, Bologne, Il Mulino.

VOLPE, G., 1927, L’Italia in cammino: l’ultimo cinquantennio, Milan, Treves (republié en 2010, sous la direction de LUPO, S., Rome, Donzelli).

Haut de page

Notes

1 Site de la Libera compagnia padana : www.laliberacompagniapadana.org, consulté le 8 février 2011

2 Site de la Ligue du Nord (« Statut du Parti » en date des 1-3 mars 2002) : www.leganord.org/ilmovimento/lega_nord_statuto.pdf, consulté le 8 février 2011.

3 Site de la Ligue du Nord (« Décalogue du fédéralisme fiscal » voté le 29 avril 2009) : www.leganord.org/homepage/doc/federalismo/decalogo_federalismo_fiscale.pdf, consulté le 8 février 2011.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 – Les trois Républiques de Gianfranco Miglio (1993)
Légende Au nord : République de Padanie (Piémont, Lombardie, Vénétie, Ligurie, Emilie-Romagne)
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2046/img-1.png
Fichier image/png, 121k
Titre Carte 2 – La Padanie d’après Umberto Bossi (à partir de 1996)
Légende Au nord : la Padanie (Piémont, Lombardie, Vénétie, Ligurie, Emilie-Romagne, Toscane, Ombrie, Marches)
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2046/img-2.png
Fichier image/png, 76k
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2046/img-3.png
Fichier image/png, 229k
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2046/img-4.png
Fichier image/png, 468k
Titre Carte 3 – Réorganisation de la Péninsule en cinq aires socio-économiques (à partir de 1996)
Légende Les cinq aires identifiées :
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2046/img-5.png
Fichier image/png, 94k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clotilde Champeyrache, « La Ligue du Nord : le retour ambigu de l’identité territoriale sur la scène politique italienne », L’Espace Politique [En ligne], 14 | 2011-2, mis en ligne le 11 juillet 2011, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/2046 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.2046

Haut de page

Auteur

Clotilde Champeyrache

Maître de Conférences
UFR d'économie, Université Paris 8
cl.champeyrache@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org