Navigation – Plan du site

Territoire et nationalisme au Monténégro

Amaël Cattaruzza, Paris, L’Harmattan, 2011
Franck Chignier-Riboulon
Référence(s) :

Amaël Cattaruzza, Territoire et nationalisme au Monténégro, Paris, L’Harmattan, 2011

Texte intégral

1Le livre d’Amaël Cattaruzza, pour l’essentiel issu de sa thèse, vient combler un vide. En effet, nombre d’auteurs ont écrit sur les conflits nés de l’éclatement de l’ex-Yougoslavie (de Paul Garde à Stéphane Rosière en passant par Xavier Bougarel ou Michel Roux), mais fort peu ont abordé la question du Monténégro, ou bien ils l’ont fait à la marge, au travers de questions extérieures affectant ce pays multiethnique. Le cheminement pacifique du Monténégro vers l’indépendance explique probablement cette situation, à l’image du précédent slovène.

2Dans cet ouvrage, à la fois complet et didactique, l’auteur nous présente les diverses facettes géopolitiques de ce petit Etat de moins de 14 000 km² et d’environ 680 000 habitants, soit la population d’un département français moyen. En 300 pages, sont abordés les jeux identitaires et leurs constructions, déconstructions et reconstructions. Un tableau  de répartition de la population monténégrine par catégorie nationale (p. 237), issu des recensements de 1981 à 2003, résume très clairement les basculements identitaires avec, entre autres, une affirmation ‘bosniaque’ de personnes se définissant auparavant comme Musulmans, ou celle de ‘Serbes’ se reconnaissant autrefois en tant que Monténégrins. Ces éléments montrent l’acuité des divisions et recompositions internes.

3Parmi les nombreuses entrées de ce livre, d’aucunes synthétisent des questionnements nationaux (à différentes échelles) et leurs implications. Tout d’abord, le Monténégro présente un parcours original en raison de son association avec la Serbie lors du démembrement de l’ex-Yougoslavie (p. 9). Cette continuité trouve pour partie son origine dans la proximité entres les deux peuples. Et, logiquement, cette proximité a fait débat, tout particulièrement au moment de l’indépendance. Amaël Cattaruzza relève une proximité multiple : géographique, ethnologique, historique, culturelle (langue et alphabet), religieuse et économique. Ce dernier point se découvre, par exemple, dans l’importance et l’ancienneté des migrations de travail vers la Serbie. Face à une telle situation, des représentations, des discours politiques,… se devaient (et doivent encore, car le débat n’est pas achevé) d’asseoir l’identité monténégrine, retrouvée ou construite, parfois avec des accents lyriques (p. 54) et des symboles (p. 179). Comme ailleurs, l’affirmation nationale a été diffusée aussi bien par les manuels scolaires (revus et corrigés) que par le biais de vecteurs sociaux (chapitre 4), notamment les médias et les familles. Elle s’est également traduite par des revendications renouvelées (« une église serbe ou monténégrine ? », p. 73) et le développement de litiges frontaliers avec les différents voisins (la frontière maritime avec la Croatie, sur les bouches de Kotor, p. 174). L’auteur, distancié quant à son sujet d’étude, replace le Monténégro au sein de cadres historiques. Ce travail est réalisé à différentes échelles, internes (p. 92-111) et externes (91-93, puis 112-133), des composantes de l’ancienne Yougoslavie à l’Union européenne. A l’échelle interne, ce jeu d’échelles met en valeur les contrastes politiques et/ou ethniques (cartes et tableaux à l’appui). Enfin, ces oppositions spatiales internes permettent d’aborder des questions en suspens. L’auteur zoome sur une succession de sujets ethno-spatiaux (le Sandjak, les espaces albanais, les Roms,…). Parmi ceux-ci est soulignée la spécificité de Plav (rétive à l’intégration au Monténégro  au 19e siècle et dont la population est majoritairement bosniaque et albanaise) et celle du Sandjak, principalement musulman et partagé avec la Serbie.

4Au final, cet ouvrage, bien écrit et facile à lire, traite avec clarté une réalité méconnue et complexe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Franck Chignier-Riboulon, « Territoire et nationalisme au Monténégro », L’Espace Politique [En ligne], Comptes rendus d'ouvrages, mis en ligne le 10 novembre 2011, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/2193

Haut de page

Auteur

Franck Chignier-Riboulon

Professeur de géographie
Université Blaise Pascal, Laboratoire CERAMAC
chignierriboulon@free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org