Navigation – Plan du site

Comprendre l’espace politique

Stéphane Rosière

Texte intégral

1La compréhension spatiale des phénomènes politiques occupe les géographes depuis plus d’un siècle. Cette réflexion s’est notamment structurée en deux branches distinctes : géographie politique et géopolitique. Nous reviendrons ici, rapidement, sur la naissance de ces écoles, leurs scissions et leurs chevauchements ; ainsi que leurs liens avec l’ensemble de la géographie, et notamment la « nouvelle géographie ». Dans un deuxième temps, nous poserons les bases d’une synthèse possible entre ces approches, dans le cadre d’une réflexion rénovée. Enfin, nous mettrons en exergue des pistes et éléments de réflexion qui paraissent fondamentaux dans la compréhension de l’espace politique.

Des branches concurrentes pour un objet commun

2La géographie paraît bien plus la fille des sciences naturelles que de tout autre discipline. Aujourd’hui encore, pour un béotien, le mot géographe évoque plus volontiers un spécialiste de l’écorce terrestre ou des climats qu’un traceur de frontière ou un spécialiste des questions de ségrégation… C’est d’ailleurs pour affirmer l’intérêt des géographes pour la chose politique que le géographe allemand Friedrich Ratzel (1844-1904) — élève à l’université d’Iena, d’Ernst Haeckl, le fondateur de l’Oecologie — a écrit, en 1897, le premier volume de sa Politische Geographie (Géographie politique), premier ouvrage jamais publié sous ce titre. Le « sens géographique » que F. Ratzel souhaitait développer chez ses contemporains — et au premier chef chez les décideurs allemands  — s’épanouit alors dans l’analogie Etat/être vivant, directement issue de sa formation de naturaliste, dont le déterminisme apparaît aujourd’hui aussi désuet que dangereux. Quelles que soient les limites de sa réflexion, F. Ratzel ouvre une voie. Sa taxonomie est lourde, mais il n’en développe pas moins des concepts qui vont avoir la vie dure : intérieur et extérieur, position, situation, voisinage, enclavement, etc… Ses contemporains ne peuvent évidemment juger de la pérennité de ses idées1. C’est à l’aune des résultats concrets de cette science qu’il est jugé.

De la géographie politique à la géopolitique

3Pour Karl Haushofer (1869-1946), en 1918, la démarche de Ratzel a échoué. Elle n’est pas parvenue à offrir un sens de l’espace utile aux dirigeants allemands puisque ceux-ci ont perdu la Première Guerre mondiale. Haushofer souhaite donc refonder l’interaction politique/espace en développant une nouvelle discipline qu’il appelle la géopolitique — néologisme inventé par le Suédois Rudolf Kjellén (1864-1922) en 1899. Karl Haushofer n’était pas géographe mais militaire, ainsi ses préoccupations étaient largement stratégiques. Cela est encore sensible aujourd’hui puisque nombre de ceux qui font de la géopolitique, dont une majorité de non-géographes, centrent leurs démarches sur la confrontation entre les acteurs — Yves Lacoste ne la définit-il pas comme l’étude des «  rivalités de pouvoir sur des territoires » (Lacoste, 1995, p.3) ?

4A partir de 1924, avec la fondation de la Zeitschrift für Geopolitik (Revue de géopolitique), Haushofer s’attache à développer cette nouvelle science qui paraît, vue de France notamment, trop asservie aux buts de l’impérialisme allemand pour être honnête. Albert Demangeon fait ainsi remarquer que « la géopolitique (…) vise des intérêts, non pas généraux et humains, mais proprement allemands (1932, p.26) et « si elle veut compter parmi les sciences, il est temps que [la géopolitique] revienne à la géographie politique » (1932, p.31). On voit que, dès cette période, la crédibilité semble manquer à la nouvelle venue. Plus grave encore, les Nazis s’appuient sur les outils intellectuels créés par ces deux disciplines (dont der Raum, l’espace – et le célèbre Lebensraum, « espace vital », bien que ce concept, à l’origine lié à la biogéographie, ait été formulé par Oskar Peschel en 18602). Ce bricolage intellectuel peu ragoûtant disqualifie la géopolitique qui, après la Seconde Guerre mondiale, disparaît en Europe. Ce n’est pourtant pas le cas sur le continent américain où persiste une pensée géopolitique dont les principes sont plutôt liés aux analyses d’Alfred Mahan (1840-1914), d’Halford MacKinder (1861-1947), de Nicholas Spykman (1893-1943), ou de latino-américains comme le général brésilien de Golbery do Couto e Silva (1911-1987). Comme le synthétise Marco Antonsich (1995), la géopolitique a connu une « mutation idéologique », mais ne disparaît pas en tant que telle. Au contraire, elle réapparaît en force, à la fin des années 1970. Henri Kissinger est un des premiers à user de ce terme, en 1977, parce qu’il recherchait un mot évocateur et médiatique — tout en ayant une consonance a priori négative — pour dénoncer la stratégie de déstabilisation menée par l’Union soviétique en Afrique ou en Amérique latine (Foucher, 1991, p.28). En France, la création de la revue Hérodote en 1976, sous la direction d’Yves Lacoste, symbolise aussi ce retour en grâce. Aujourd’hui, le terme de géopolitique est à la mode, bien plus que celui de géographie politique en tout cas qui est surtout utilisé dans les pays anglo-saxons. Ainsi, en France, si la géographie politique a connu des avancées décisives dans les années 1930 (André Siegfried,  Jacques Ancel), l’appellation a été peu reprise (Sanguin, 1977) jusqu’à aujourd’hui.

Interaction politique/géographie

5Cette rapide présentation des branches traitant du politique chez les géographes serait incomplète sans insister sur le retour du politique dans toute la géographie. En effet, le géographe contemporain est, en général, aussi soucieux du naturel que du politique — de ce qui est inné que de ce qui construit. « (...) En un demi-siècle, la géographie est passée du champ des sciences de" la nature à celui des sciences sociales en une migration unique dans l'histoire des sciences et dont les géographes eux-mêmes n'ont pas fini de mesurer les conséquences » (Knafou, 1997, p.11).

6En France, le lancement en janvier 1972 de la revue l’Espace Géographique (E.G.) — qui illustre l’irruption de la notion théorique d’espace peu usitée alors — exprime cette mutation. Comme le souligne l’éditorial du premier numéro de l’E.G., cette rénovation s’appuie sur un regard critique qui tranche avec les certitudes antérieures. Cette nouvelle approche se libère largement de l’influence du milieu et reconnaît le rôle fondamental des acteurs mais aussi des réseaux qui les relient pour expliquer la structure de l’espace. Les acteurs majeurs sont économiques et politiques. Les centres et les périphéries, qui résultent de l’action de ces acteurs, forment les éléments structurants fondamentaux de l’espace. Dans une définition ultérieure de la géographie,  R. Brunet (1992, p.234) rappelle que celle-ci s’intéresse à la façon dont les espaces sont structurés et qu’ils le sont par des « acteurs [tels que] l’individu, la famille, le groupe, l’entreprise, la collectivité locale, l’Etat. » L’apparition de la notion d’acteur, ou la mention de l’Etat, montrent que le politique, au sens restrictif (lié à l’exercice du pouvoir) comme au sens large (lié à la structuration des sociétés), est bien pris en compte et intégré à la « nouvelle géographie ». Ainsi, la page de la géographique classique est bien tournée, mais il n’en persiste pas moins une certaine ambiguïté dans la réflexion menée par les « nouveaux géographes » (même si cette appellation paraît simplificatrice3) vis-à-vis du politique. D’une part, pour eux, le politique reste trop associé à l’Etat : « Ratzel a engagé tous ses héritiers dans la voie d’une géographie politique qui n’a pris en compte que l’Etat (…) » (Raffestin, 1980, p.10). Or, soulignent ces « nouveaux géographes » l’Etat est concurrencé dans le cadre de la mondialisation, il n’est plus qu’un acteur parmi d’autres et les territoires qu’ils structurent ne sont ni les seuls, ni même les plus valides… Le transnational défie le national et oblige à repenser les cadres et les perspectives. Ainsi, rejettent-ils la notion de géographie politique comme une tautologie — sinon comme une sous-catégorie inopérante — puisque toute géographie doit tenir compte du politique et celle de géopolitique comme une hérésie (Brunet, 1990 ; Raffestin, 1995). Jacques Lévy concède une géographie du politique (1991) qui recentre cette démarche autour des enjeux démocratiques, par opposition à une géopolitique centrée, selon lui, sur « les relations interétatiques pour le contrôle violent du territoire » (Lévy, 1999). Se faisant, il justifie et refonde la géographie politique, mais est-il compris et suivi par ses contemporains ?

Une synthèse possible ?

7La fracture entre d’une part, les tenants de la géographie politique et de la géopolitique, et d’autre part, les « nouveaux géographes » qui rejettent ces disciplines ont formé autant de « lignes de faille » tenaces à l’intérieur de la famille géographique. Cependant, ces clivages pourraient s’estomper. Une nouvelle génération de géographes s’affranchit des affrontements passés et ce pour plusieurs raisons. Parmi elles, on peut relever :

  • Les révolutions épistémologiques dont la Political geography  anglo-saxonne a été le cadre, ont amené aussi à de nouvelles façons de penser la Geopolitics qui, loin des affrontements « hexagonaux », a marié la géographie politique avec une recherche rigoureuse dépassant largement le seul objet-Etat.

  • La façon déterminante dont la nouvelle géographie à inséminer l’ensemble de la géographie française contemporaine, traduit une mutation du vocabulaire, des préoccupations et des concepts qui concerne aussi l’étude du politique.

  • L’engouement non démenti du grand public (qui a aussi son mot à dire dans ces débats) pour la géopolitique, terme de plus en plus utilisé, ce qui n’est pas sans conséquences.

8Autant d’éléments qui nous permettent d’envisager une forme de synthèse entre des courants autrefois antagonistes, et notamment une déconflictualisation des rapports entre géographie et géopolitique.

L’apport  incontournable de la Political geography

9Loin des querelles de chapelle française – la France étant de plus en plus reléguée au rang de périphérie en matière de recherche fondamentale4 —, la Political Geography anglo-saxonne a connu, depuis les années 1970, une révolution épistémologique qui doit être soulignée.

10Cette révolution épistémologique se fonde d’abord sur un travail fondamental et systématique mené essentiellement (mais pas uniquement) depuis la seconde guerre mondiale. De nombreux géographes américains, ou menant leurs travaux en langue anglaise, ont prolongé les recherches initiées par F. Ratzel dans une perspective normative et systématique. Sans prétendre à l’exhaustivité, on peut ainsi citer Richard Hartshorne, Norman Pounds, Harm de Blij, mais aussi Jean Gottmann qui joua le rôle de pont entre les deux rives de l’Atlantique.

11Pour ne développer qu’un seul cas, Norman Pounds (1963) a mené une réflexion exhaustive qui partant de la description des territoires politiques (Etats, subdivisions administratives, mais aussi organisations régionales) abordait l’étude raisonnée et systématique des frontières, des populations, le lien entre ressources et puissance, le Tiers-Monde, ou des questions de théorie géopolitique5. Sur la base de ce faisceaux beaucoup plus large que ce à quoi Claude Raffestin voulait bien réduire la géographie politique, la refondation a été approfondie et considérablement élargie depuis les années 1980-90 par une nouvelle génération de chercheurs dont John Agnew, Peter Taylor, John O’Loughlin ou Kevin Cox seraient quelques représentants les plus marquants6.

12John Agnew (1994) dans un article devenu célèbre (« The territorial Trap ») a souligné la nécessité pour les géographes politiques de sortir du « piège territorial » et de considérer d’autres acteurs qu’étatiques et d’autres logiques que territoriales (les réseaux) qui obligent à ne plus penser les Etats comme les seuls « conteneurs » de sociétés de plus en plus transnationales et mondialisées. Peter Taylor (2000) qui analyse la géographie politique par le biais du système-monde, dans une perspective rénovée qui s’éloigne encore un peu plus de Ratzel et se fonde sur les paradigmes de puissance et met en exergue l’influence de plus en forte de la géoéconomie. Plus récemment, Kevin Cox souligne que « la géographie politique est fondée sur l’étude les concepts dialectiques de territoires et la territorialité » (2002, p.1) – ce qui n’est pas sans évoquer les travaux français de la géographie sociale (Di Méo et Buléon, 2005). Kevin Cox met aussi en exergue l’importance de l’écologie politique qui est un thème encore trop marginal dans la réflexion française.

13Ainsi, et sans multiplier les exemples à l’infini, il y a désormais longtemps que la géographie politique est sortie des cadres dans lesquels ceux qui la critiquait voudraient encore l’enfermer. Seul le fait que ces travaux soient mal connus en français étaye encore ces positions réductrices. Le rôle de l’Espace politique devra justement être de faire connaître ce travail (mené en anglais, mais par des chercheurs de toutes les nationalités) aux chercheurs et lecteurs francophones.

14Rappelons enfin que la métamorphose de la Political geography a aussi ensemencé la géopolitique – dans la mesure où, prenant l’exact contre-pied de la pensée d’Yves Lacoste, les chercheurs américains notamment considèrent la géopolitique comme un sous-ensemble de la géographie politique (ainsi, nous avons vu que l’analyse géopolitique était-elle déjà chez Norman Pounds un chapitre de sa Géographie politique). Dans un autre article qui a marqué les esprits G. O’Tuathail et J. Agnew (1992) soulignaient que la géopolitique n’est pas seulement une description de politiques pensées dans l’espace, mais aussi des discours à « déconstruire », pour reprendre le concept de Jacques Derrida. Ces discours sont des produits qui façonnent les représentations du plus grand nombre. Ces deux auteurs distinguaient ainsi une géopolitique théorique (formal geopolitics) complexe et scientifique, et une géopolitique appliquée (practical geopolitics) sinon une popular Geopolitics cette fois réduite à des images simples, sinon manichéennes, créées par les appareils d’Etat et propres à mobiliser les sociétés. Gearoid O’Tuathail a fondé la Critical Geopolitics (1996), démarche dans laquelle il créé le concept de geo-power : instrumentalisation du savoir géographique par les Etats et les pouvoirs. Là aussi, c’est un travail de déconstruction des théories géopolitiques que mène cet auteur novateur qui établit un lien pertinent entre la géographie et les thèmes de puissance, de savoir, du langage et de la textualité.

15Ces réflexions — dont les revues phares sont Political Geography7 et Geopolitics — ne peuvent plus être ignorées par les géographes, et surtout par ceux, quelle que soit la façon dont ils désignent leur démarche, qui s’attachent à l’étude des phénomènes politiques. Par ces deux notions, ils embrassent la multiplicité des acteurs contemporains sans plus focaliser sur l’Etat et embrassent des problématiques qui vont de la guerre (Flint, 2004) à la vie quotidienne (Cox & Low, 2003). A dire vrai, l’ampleur des thèmes finit par confondre la political geography une bonne part de la géographie humaine avec des développements qui n’existaient pas autrefois et qui sont plus spécifiquement anglo-saxons : genres, races, post-colonialisme, etc. : tout ce qui touche à la société — à la structuration de la société et qui englobe autant les questions de pouvoir que de territorialité. Cette mutation dont des parutions en français ont bien montré l’ampleur et la pertinence (Anderson & alii, 2001) refondent totalement le champ de la géographie politique et innervent désormais la recherche française (depuis J. Lévy en précurseur de ce point de vue, citons Michel Bussi, 2005).

Problèmes de termes, terme des problèmes

16La deuxième cause qui amène a une remise en question des anciens clivages entre géographie politique, géopolitique et géographie « tout court » est liée, en France cette fois, à la relative mais persistante invisibilité de la géographie (tout court), à la meilleure, mais encore insuffisante, visibilité de la géographie politique et à la survisibilité de la géopolitique.

17Comme je le soulignais, en France, la géographie reste d’abord perçue, par le biais de l’école primaire et secondaire, comme une science naturelle. Ce constat bien sûr caricatural n’est pas strictement anecdotique. La mention d’une géographie politique, comme il existe une géographie humaine, une géographie physique (autant de sous-catégories imaginées par F. Ratzel), ou une géographie des transports, etc. fait immédiatement sens. De ce point de vue, ces appellations relèvent peut-être d’une tautologie, mais elles éclairent des démarches spécifiques à l’intérieur d’une discipline plus vaste (de même existe-t-il une histoire politique, une histoire économique, un droit privé, un droit public, etc…) autant de classification qui ont bien sûr leurs limites mais qui permettent de délimiter des champs face à l’infini des savoirs. Ce type de classification légitime évidemment l’existence d’une géographie politique (comme d’une géographie sociale, etc.). G. Di Méo et P. Buléon (2005, p.4) ont pu, et à juste titre, critiquer « la prétention hégémonique d’un propos géographique toujours prompt à proclamer son caractère synthétique, son aptitude “naturelle” à fédérer, à résumer les sciences de l’homme et du social (…) ».

18L’autre élément qui pourrait faire évoluer les choses est la « survisibilité » de la géopolitique. Bien que critiquée, et souvent à juste titre, pour sa fragilité théorique, ses raisonnements à l’emporte-pièce, la discipline a taillé des croupières à ses rivales hautaines. Dans une librairie de sciences humaines, le rayon géopolitique est désormais aussi important (sinon plus) que le rayon géographie. Les émissions de géopolitique se multiplient à la radio ou la télévision. Il paraît dommageable pour la géographie (dont la survie en tant que discipline académique, n’est pas assurée à l’époque du formatage LMD) de nier tout intérêt et légitimité à la géopolitique qui se fonde pourtant sur une analyse spatiale. Continuer à critiquer la géopolitique pour ses faiblesses originelles, c’est aussi laisser aux historiens, spécialistes des sciences politiques, journalistes, etc. le seul bénéfice de son attractivité. Les géographes nourrissent peu la réflexion en la matière alors que leurs thèmes de recherche les rendent tout à fait compétents. Au contraire, malgré les efforts des quelques tenants de la géopolitique-géographique (sic), ils jouent un  rôle tout à fait marginal dans cette réflexion générale. Comme le faisait remarquer Y. Lacoste il y a trente ans, les géographes ont pourtant de très bons arguments pour faire de la géopolitique. Doivent-ils continuer à aboyer et à regarder passer la caravane ?

Conceptualiser la géopolitique

19A ce jour, la géopolitique écartelée entre historiens, spécialistes de RI, ou géographes n’a pas su constituer un corpus scientifique unifié. Par ailleurs, en France, les seuls géographes (ou presque) qui affirment mener une démarche géopolitique : ceux de l’Institut français de géopolitique (IFG) fondé par Yves Lacoste, se caractérisent par un refus de la modélisation et de la théorie qui trouve aujourd’hui ses limites. Sans formuler de théorie, le savoir reste un fatras dans lequel chacun effectue son bricolage. Si Y. Lacoste (1995) a proposé une définition pertinente de la géopolitique en tant qu’ « étude des rivalités de pouvoir sur les territoires » — qui permettait surtout à la géopolitique de sortir de l’ornière du lien entre le cadre géographique des Etats et leur politique (définition à proscrire totalement) —, s’il a utilisé quelques outils conceptuels très utiles comme les représentations ou l’étude des phénomènes à différentes échelles, son école reste cependant figée dans une approche essentiellement descriptive et empirique. Le monde étant considéré comme « compliqué », tous les concepts théoriques et des modèles synthétiques sont réfutés. Ainsi, est formulé un discours où le chercheur n’esquisse ni modèles, ni lois et reste enfermé dans la description et l’accumulation ad nauseam d’informations. Or, « la complexité, ce n’est pour autant ni le fouillis, ni la complication inextricable » (Di Méo & Buléon, 2005, p.9). Des forces et des logiques peuvent être mis en exergue, des acteurs peuvent être désignées, des stratégies déconstruites. Le chaos apparent peut être éclairci. Le refus de la conceptualisation n’amène à rien d’autre qu’à décrédibiliser un savoir qui, de toute façon, sera réducteur – rapporter à la cartographie ce serait vouloir instaurer la dictature des cartes d’échelle 1 :1. On peut même considérer que les partis pris scientifiques de l’IFG mettent, à terme, en péril la géopolitique pensée par des géographes, voir la géographie tout court si l’on considère que la géopolitique peut être une ouverture pour la géographie dans un processus de transdisciplinarité accrue. A l’inverse, le Centre de Géostratégie de l’école normale supérieure de la rue d’Ulm, créé en juin 2000, se fonde sur une réflexion théorique (largement issue des RI et des apports de la nouvelle géographie) qui paraît beaucoup plus judicieuse8.

20Ainsi, le terme envisageable aux anciens clivages paraît reposer sur un armistice terminologique qui permettent l’utilisation par les géographes des notions de géographie politique et de géopolitique, mais qui en contrepartie repose sur l’introduction d’une véritable réflexion théorique — par exemple, celle qui a été menée avec vigueur par la « nouvelle géographie » — pour l’introduire dans ces deux disciplines. Là se trouve le cœur de la démarche initiée par l’Espace Politique.

Des pistes dans la compréhension de l’espace politique

21La compréhension de l’espace politique doit reposer sur de nouveaux postulats : à l’instar du travail mené par les Anglo-saxons, la pertinence et l’intérêt de la géographie politique s’impose, par ailleurs la géopolitique doit sortir de son empirisme et être conceptualisée (1). La recherche dans ces deux disciplines — quel que soit le label que les chercheurs retiennent pour désigner leur démarche — peut se faire suivant certains axes. Sans chercher à être exhaustif, nous pourrons citer ici la réflexion en matière de gradients économiques contre le primat des « civilisations » (2), et la réflexion autour du thème encore trop marginal de la violence (3) – mais la médiation démocratique, l’écologie politique, sont d’autres thèmes « stratégiques »…

L’intérêt de la modélisation

"Rien n’est donné, tout est construit" (Gaston Bachelard)

22La géographie politique, et surtout la géopolitique, sont des représentations construites de l’espace, des visions ordonnées à différentes échelles. A ce titre, la modélisation apparaît comme consubstantielle à ces réflexions comme à toute réflexion scientifique. Il paraît vain, sinon contradictoire de vouloir bâtir une géopolitique qui ne s’appuie sur aucun modèle. De tous les modèles théoriques, celui de centre/périphérie paraît le plus pertinent qui ait été élaboré parce qu’il renvoie à la domination et à la subordination, mais aussi à l’interaction entre les lieux et les espaces — impliquant ainsi des flux et des influences — parce qu’il esquisse autant du lien économique, politique, que social, parce que ce lien peut aussi bien être institutionnel qu’informel, régulé que violent. Ainsi, et sans faire de ce modèle le seul horizon de la recherche en géographie politique/géopolitique, sans le systématiser à l’excès, le chercheur peut compter sur son utilité et sa souplesse (dans une perspective qui serait tout à la fois « positiviste » et « radicale » suivant la terminologie de Jacques Scheibling). Un nécessaire va-et-vient entre modèles théoriques et situations concrètes doit pouvoir se développer. En tant que base de départ, la réflexion théorique menée aussi bien par les « nouveaux géographes » et par les chercheurs en Political geography apparaît aujourd’hui incontournable. En France, la « table des chorèmes » composée de « sept signes de base [qui] permettent d’exprimer toute l’organisation de l’espace » soit l’aire, le point, la ligne, le flux, le passage, la variation et le gradient (Brunet, 1990, p.119) fonde une grammaire de l’espace, et esquisse aussi une géométrie fondamentale de l’espace politique qu’un chercheur en la matière ne peut ignorer. C’est le grand apport de la « nouvelle géographie » que de raisonner dans l’espace et non pas en fonction de l’espace (comme primat et comme borne) et d’offrir une synthèse novatrice de ses éléments structurants. Ce tableau reste encore aujourd’hui une source fructueuse de réflexion et notamment en l’appliquant à la géographie politique et à la géopolitique.

23Pour autant, l’établissement de lois formelles ne doit pas être une fin en soi, d’autant plus que, ayant l’homme au centre de ses préoccupations, la géographie politique comme la géopolitique ne doivent pas être assimilées à des sciences exactes. Comme dans toute réflexion théorique, le modèle offre une représentation simplifiée de l’espace, pas un théorème qui s’applique partout, de façon systématique et univoque. Le travail sur les représentations — conceptualisés par H. Lefebvre (1974)9 — est, de ce point de vue, crucial car il replace le subjectif au centre de la recherche.

Surestimation des clivages de civilisation et sous-estimation des clivages économiques

24Chaque époque est marquée par la focalisation des chercheurs sur des facteurs différents, c’est notamment le cas en géopolitique. De la position stratégique de MacKinder au containment de Georges Kennan, l’accent contemporain s’est déplacé sur les facteurs de « civilisation » pour reprendre le maître mot de la vision planétaire proposée par Samuel Huntington.

La théorie du « choc des civilisations » et sa déconstruction

25Les facteurs civilisationnels ont été longtemps négligés par les géographes. Des années 1970 au début des années 1990, les « géographies humaines » passaient quasiment ces questions sous silence. La géographie humaine ignorait les facteurs de civilisation (et notamment la langue et religion) se consacrant à la démographie et à l’économie. La géographie culturelle de Paul Claval (2003) fut en partie fondée sur ce constat. Mais, depuis la chute du mur de Berlin, la situation est tout à fait inverse. Désormais, la géographie humaine mentionne ces questions (Sivignon et Charvet, 2001) ; surtout, en géopolitique, on est passé à une lecture « hyperethnique » du monde, mais cette mise en exergue contemporaine paraît souvent relever d’un réaction exagérée. Là aussi, il paraît utile de déconstruire le « choc des civilisations ». D’où vient cette nouvelle doxa de l’après-guerre froide ? L’idée d’un choc des civilisations a été développée par Samuel Huntington, professeur à Harvard, dans les années 1990 (en articles d’abord, puis en livre10). Selon S. Huntington, les peuples peuvent être regroupés en huit civilisations — dont la religion est la composante essentielle. Les rapports entre civilisations sont considérés comme conflictuels par essence, et plus spécialement les rapports entre Occident et islam. L’aspect mécanique de cette opposition est très déterministe, et réduit le comportement des acteurs à leur appartenance confessionnelle. De là, découlerait toutes leurs représentations, leurs pratiques de l’espace, leur stratégie — ce qui semble très réducteur. Mais d’où vient cette grille de lecture ? Des Etats-Unis, c’est-à-dire de la puissance qui, depuis les accords de Bretton-Woods en 1944, a le plus travaillé pour la mondialisation et la généralisation de l’économie de marché. Après la disparition de l’Union soviétique en 1991, cette « hyperpuissance » s’est trouvée en mal de confrontation. La théorie du choc des civilisations apparaît donc comme un contre-feu idéologique produit par la frange conservatrice de l’intelligentsia de la première puissance mondiale. Quel sens faut-il donner à cette lecture civilisationnelle du monde ? En creux, elle implique que les clivages économiques et les gradients de richesse sont des éléments marginaux. Or, cette analyse est en contradiction flagrante avec la réalité de notre époque. De nombreux géographes ont pu au contraire souligner l’accroissement des gradients de richesse qui, aujourd'hui, prend une proportion effrayante. Ainsi, Peter Taylor, dans sa Political Geography, commençait ainsi son ouvrage : 

« Consider these two numbers: 358 and 2,500,000,000. The first numbers could be the population of a small Kansas badlands town, the size of an audience at a Berlin concert (…). Two and half a billion is a very different matter. Much more than the « teeming » population of China, approaching ten times the population of the USA, this number is actually just under half the people living on our planet today.The relation between these two numbers is an astounding statistic published in the United Nations 1996 Development report : the richest 358 people in the world have the same aggregate wealth as the poorest two and half a billion. Wow ! » (Taylor, 2000, p.1-2).

26La mise en exergue de ces gradients de richesse proprement sidérants semble effectivement mieux, ou tout aussi bien, restituer la réalité du monde contemporain que de focaliser sur les pratiquants des religions. Mais cette focalisation n’est pas innocente, elle implique que la puissance bénéficiaire de la mondialisation cherche à en gommer l’impact et à détourner l’attention du public (et des chercheurs) vers de nouveaux boucs émissaires : les musulmans, pour que l’on en revienne pas aux pauvres, et donc aux riches qui, au cœur de l’espace mondialisé, produisent à la fois le système, en tirent les avantages, et construisent les paradigmes géopolitiques qui doivent accaparer l’attention.Gearoid O’Tuathail et John Agnew (1992) avaient bien souligné comment une « géopolitique critique » devait ainsi, être fondé sur la déconstruction des discours géopolitiques.

Sous-estimation de la violence en géographie, surestimation en géopolitique

27Autre dimension escamotée, et dernier axe d’une refondation de la réflexion autour du politique en géographie, la violence paraît une grande absente de la géographie contemporaine alors qu’elle accapare, mais d’une certaine manière, la réflexion en géopolitique. Si les choses évoluent en géographie (Cambrézy, 2001 — et recherches menées à l’IRD —, Rosière 2006), la violence reste trop souvent considérée comme effet d’une politique de puissance, mais pas réellement comme objet central. Si elle est étudiée en tant que telle, elle l’est souvent par des non-géographes, ainsi Luc Cambrézy (2001, p.14) pouvait-il écrire à propos des réfugiés et exilés que : « la dimension territoriale du champ politique est souvent escamotée. J’en retire presque toujours le sentiment frustré que les conflits et les mouvements de réfugiés seraient des phénomènes “hors sol” ».

28Le sort des « populations flottantes » : réfugiés, déplacés, immigrants clandestins paraît ainsi un thème important au cœur des nouveaux enjeux en géographie politique et en géopolitique. Au-delà, il est aussi étonnant de considérer que les notions comme celles de génocide qui sont au cœur des débats dans les sciences sociales sont absentes des manuels de géographie humaine et surtout des géographies de la population. Que signifie ce silence ? Que les géographes n’ont rien à dire ? Pourtant, la géographie ça sert aussi à exterminer les peuples...

29A l’inverse de ces silences gênants, la violence est hypertrophiée en géopolitique. Pensée comme l’étude des « rivalités de pouvoir », la géopolitique se réduit trop souvent à une description d’affrontements et de conflits. Ici, c’est l’inverse la violence forme la trame de fond. Mais elle est rarement le sujet en tant que telle. Les victimes n’apparaissent guère, sinon comme marqueurs par défaut de la puissance des acteurs armés. L’introduction de la médiation démocratique doit modifier cette approche finalement trop « haushoferienne » ou MacKinderienne… Les réflexions de Michel Bussi ou Kevin Cox en la matière paraissent tout à fait bienvenues : dans les relations entre les acteurs, elles resituent la violence sur un gradient qui va de la coopération à la confrontation. On peut aussi considérer qu’il s’agit peut-être simplement de passer de la violence de l’acteur qui lutte pour le pouvoir, à la violence subie par les victimes cette lutte. L’évolution épistémologique tient peut-être dans ce changement de regard, accompagné d’une vraie prise en considération de processus de médiation démocratique.

Conclusion

30Cet article qui est tout à la fois épistémologique, programmatique et critique n’a certes pas la possibilité d’atteindre des objectifs aussi variés. Il ne se propose pas non plus d’offrir une refondation déjà formulée, un prêt-à-penser pour les chercheurs à l’interaction du spatial et du politique. Loin de ces objectifs très ambitieux, il entend souligner la validité de la démarches en géographie politique, l’intérêt éventuel de reprendre le label géopolitique si tant est que celle-ci est fondée sur un effort théorique réel et de montrer des axes de recherches dans ces disciplines. Ainsi, il entend souligner l’importance d’une réflexion rénovée qui, regardant ce qui se fait dans le monde anglo-saxon, ou en géographie sociale, permettent d’entrevoir réellement de nouveaux enjeux et de nouvelles approches. Tel est en tout cas l’objectif à long terme de la revue l’espace politique.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

AGNEW John, 1994, « The Territorial Trap : the Geographical Assumptions of International Relations Theory », Review of International Political Economy, vol. 1 n°1, pp.53-80.
DOI : 10.1080/09692299408434268

ANDERSON K.J.. & alii (textes rassemblés par J.-F. Staszak & alii), 2001, Géographies anglo-saxonnes. Tendances contemporaines, Paris, Berlin, 313 p.

ANTONSICH Marco, 1995, « De la Geopolitik à la Geopolitics, Transformation idéologique d’une doctrine de puissance », Stratégique, n°60.

BLIJ Harm de, 1967, Systematical Political Geography, New York, John Wiley.

BRUNET Roger, Olivier Dolfuss (dir.), 1990, La géographie universelle. Tome 1 : Mondes nouveaux,  Belin/Reclus.

BRUNET Roger, Robert Ferras, Hervé Théry (dir.), 1992, Les Mots de la géographie, GIP-RECLUS & La Documentation Française.

BUSSI Michel, Dominique Badariotti, 2005, Pour une nouvelle géographie du politique. Territoire – démocratie – élections, Paris, Economica-Anthropos, coll. « Villes-géographie ».

CAMBREZY Luc, 2001, Réfugiés et exilés. Crise des sociétés, crise des territoires, Paris, éditions des archives contemporaines.

CLAVAL Paul, 1978, Espace et pouvoir, Paris, Presses Universitaires de France.

CLAVAL Paul, 2003, Géographie culturelle : une nouvelle approche des sociétés et des milieux, Paris, Armand Colin, coll. « U ».

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

COX Kevin, LOW Murray, 2003, « Political Geography in Question », Political Geography, vol. 22, n°6, pp.599-602.
DOI : 10.1016/S0962-6298(03)00053-2

DEMANGEON Albert, 1932, « Géographie politique », Annales de géographie, Paris, A. Colin, tome XLI, pp.22-31.

DI MEO Guy, Pascal Buléon, 2005, L’espace social. Lecture géographique des sociétés, Paris, Armand Colin.

FLINT Colin (ed.), 2005, The Geography of War and Peace, From death Camps to Diplomats, Oxford University Press.

FOUCHER Michel, 1991, Fronts et frontières, Paris, Fayard.

COX Kevin, 2002, Political Geography. Territory, State and Society, Ohio State University.

KNAFOU Rémy, 1997, L'état de la géographie, autoscopie d'une science, Paris, Belin, coll. "Mappemonde".

LACOSTE Yves, 1995, Dictionnaire de Géopolitique, Paris, Flammarion.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

LEFEBVRE Henri,1974, La production de l’espace, Paris, Anthropos.
DOI : 10.3406/homso.1974.1855

LEVY Jacques (dir.), 1991, Géographies du politique, Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques.

LEVY J., 1999, « L’espace et le politique enfin réconciliés ? », in Pitte & Sanguin, Mélanges à Paul Claval, Paris & Montréal, L’Harmattan & L’Harmattan Inc., p.489-500.

NEWMAN David, Ansi Paasi, 1998, « Fences and Neighbours in the Postmodern World : Boundary Narratives in Political Geography », Progress in Human Geography, vol. 22, n°22, pp.186-207.

Ó TUATHAIL Gearoid, John Agnew, (1992), « Geopolitics and Discourse : Practical Geopolitical Reasoning in American Foreign Policy », Political Geography Quarterly, n°11.

Ó TUATHAIL Gearoid, 1996, Critical Geopolitics : The Politics of Writing Global Space, University of Minnesota, Minneapolis.

PITTE Jean-Robert & André-Louis Sanguin, Mélanges à Paul Claval, Paris & Montréal, L’Harmattan & L’Harmattan Inc.

POUNDS Norman, 1963, Political Geography, New York, McGraw-Hill.

RAFFESTIN Claude, 1980, Pour une géographie du pouvoir, Paris, Litec.

ROSIERE Stéphane, 2006, Le nettoyage ethnique. Terreur et peuplement, Paris, Ellipses.

SANGUIN André-Louis, 1977, La géographie politique, Paris, Presses Universitaires de France.

SCHEIBLING Jacques, 1994, Qu’est-ce que la géographie ?, Paris, Hachette, coll. « Carré Géographie ».

SIVIGNON Michel, Jean-Paul Charvet, 2001, Géographie humaine, questions et enjeux du monde contemporain, Paris, Armand Colin, coll. « U ».

Haut de page

Notes

1  On peut lire la géographie politique de Ratzel en français chez Fayard en extrait (1987) et en texte intégral en coédition Économica (Paris) - Éditions régionales européennes (Lausanne), 1987.

2 Comme le souligne Claude Raffestin : « le mot Lebensraum semble avoir été emprunté [par Ratzel]  à Oskar Peschel auteur de deux articles — publiés en janvier et février 1860 dans l’hebdomadaire Das Ausland dont il est le rédacteur — qui concenrnent le livre de Darwin sur l’origine des espèces paru quelques mois auparavant. » (Géopolitique et histoire, Paris, Payot, 1995, p.31).

3  Derrière cette expression, il faut inclure ici tous les rénovateurs des années 1970 comme ceux de l’E.G. mais aussi J. Lévy, C. Grataloup et toute l’équipe de l’Espace-Temps. G. Scheibling (1994, p.61) identifiait ainsi plusieurs courants rénovateurs : positiviste (qui s’appuient sur des modèles), béhavioriste (centrés sur le comportement des individus et l’indépendance des acteurs) et radical (considérant l’espace comme le produit des modes de production et de domination).

4  En feuilletant les publications contemporaines en political geography et geopolitics, on ne peut qu’être frappé par l’absence de référence à des géographes français. Cette absence contraste avec les références nombreuses aux philosophes français (Foucault, Derrida, Lefebvre, etc.).

5 Les analyses de MacKinder ou de Spykman sont résumées par N. Pounds, dans son chapitre 15. The Political pattern of the World.

6  On pourrait citer aussi Vladimir Kolossov, Alexander Murphy, David Newman, Anssi Paasi et bien d’autres.

7 Political Geography qui s’annonce  ainsi : « An Interdisciplinary Journal for all Students of Political Studies With an Interest in the Geographical and Spatial Aspects. »

8  http://www.geostrategie.ens.fr/index.php

9  Henri Lefebvre (1974) assignait trois critères fondamentaux à la production sociale de l'espace : les pratiques spatiales (liées au vécu), l’espace de représentations (liés au perçu) et les représentations de l'espace (liées au conçu).

10  Le développement de la thèse de Samuel Huntington s’est déroulé chronologiquement de la façon suivante : d’abord son article, « The Clash of Civilisations? », publié dans la revue Foreign Affairs durant l’été 1993. Celui-ci est suivi de son livre The Clash of Civilizations and the Remaking of World Order (1996), publié à New York, chez Simon & Schuster en 1996 ; puis en français : Le Choc des civilisations, Paris, Odile Jacob en 2000. Ce cheminement reflète d’ailleurs très bien l’importation des théories et concepts anglo-saxons vers la France alors que, désormais — mais est-ce inéluctable ? — l’inverse est rarissime.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Stéphane Rosière, « Comprendre l’espace politique », L'Espace Politique [En ligne], 1 | 2007-1, mis en ligne le 01 janvier 2007, consulté le 31 juillet 2014. URL : http://espacepolitique.revues.org/223 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.223

Haut de page

Auteur

Stéphane Rosière

Professeur
Département de géographie, Université de Reims Champagne-Ardenne, Laboratoire Habiter (E.A.2076)
Stephane.Rosiere@univ-reims.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org