Navigation – Plan du site

Toponymie et recomposition territoriale au Maroc : Figures, sens et logiques

Toponymy and Territorial Restructuring in Morocco: Figures, Meaning and Logics
Saïd Boujrouf et Elmostafa Hassani

Résumés

Cet article présente les repères qui permettent de comprendre la recomposition territoriale au Maroc en rapport avec la toponymie utilisée. Il adopte une démarche interactive, interrogeant les politiques territoriales et les corpus toponymiques liés. Il traite des mécanismes et des processus complexes de production des nouvelles mailles et des toponymes en interpellant les formes et les sens véhiculés afin de déchiffrer les finalités, les logiques, les enjeux, les concurrences et les compromis dans la production toponymique territoriale au Maroc.

Haut de page

Texte intégral

1Le Maroc présente sans aucun doute un patrimoine toponymique riche du fait de la diversité des référents et des références utilisés dans la nomination de ses lieux et de ses territoires. La variété des composantes naturelles et humaines, conjuguée aux multiples influences étrangères, témoigne d’une personnalité toponymique marocaine marquée par un processus de recomposition inachevé. Ce processus est chargé de sens et figures et la production des toponymes, quant à elle n’est pas sans enjeux, conflits et compromis.

2La toponymie n’est aucunement une donnée fortuite et neutre, mais souvent pensée et sciemment utilisée, tandis qu’elle qualifie et fonctionnalise l’espace. De ce fait, elle est utilisée dans les recompositions territoriales au Maroc tantôt pour dominer et maîtriser l’espace et tantôt pour le promouvoir et le développer.

3Le territoire marocain a connu au cours du siècle dernier des recompositions territoriales incessantes, faisant appel conjointement aux découpages et aux toponymies basées sur des logiques et des finalités complexes. Comment les pouvoirs publics ont-ils utilisé alors la toponymie dans ces découpages ? Autrement dit, quelles sont les références justifiant le recours à une néo-toponymie ? La nomination des lieux et des espaces intègre-t-elle les références identitaires et les signes de la conscience territoriale collective ? Quelles en sont les fonctions, les logiques et les mécanismes d’utilisation ?

La toponymie territoriale entre logiques politiques, économiques et spatiales

La logique toponymique de domination politique : hiérarchisation de la soumission et centralisation de l’allégeance

4L’État au Maroc est incontestablement le principal producteur de la toponymie territoriale. Il l’utilise en tant que moyen dans sa démarche publique d’instruction civique. Mais la toponymie fait partie, en fait, de ses instruments utilisés dans ses différentes stratégies pour conquérir, dominer et contrôler les territoires. A chaque fois, le recours à des mécanismes appropriés se fait selon la particularité de la situation politique et la complexité territoriale.

  • 1 L’année 1912 était une année charnière dans l’édification du Maroc Moderne, et l’époque coloniale u (...)
  • 2 Comme l’indique Mimoun HILALI (1994), l’importance de la toponymie dans la société locale de langue (...)

5Le maillage administratif relevant soit de la régionalisation, instaurée entre 1912 et 1948 1, ou de la provincialisation, appliquée après 1956, établit une administration centrale et puissante en s’appuyant sur des relais urbains qui représentent manifestement des lieux de pouvoir politique et de contrôle social. Les toponymes des mailles administratives traduisent effectivement le recours à des références à l’urbain, par opposition à la terminologie tribale dominante à l’époque utilisée jadis par les pouvoirs traditionnels 2, même si le Makhzen résidait et opérait toujours depuis la ville.

  • 3 La trame tribale était, avant l’instauration du Protectorat français, bien structurée et les organe (...)

6Le découpage du Protectorat instaura, à partir des découpages makhzaniens ou tribaux 3, des maillages administratifs caractérisés par la hiérarchie et l’emboîtement pour assurer un pouvoir central fort et de contrôle de proximité. Ces nouveaux découpages se référèrent dans leur néo-toponymie à une terminologie à la fois « jacobine », coloniale et militaire : région (civile ou militaire), territoire, cercle, circonscription, annexe, poste et zone de sécurité. Dans leur quête de domination et de restructuration de l’espace, les pouvoirs du Protectorat modifièrent la toponymie en relation avec différentes mesures d’aménagement et de contrôle :

    • 4 BOUJROUF S., Espace commercial et structuration régionale : le versant septentrional du Haut Atlas (...)

    Changement des lieux d’un bon nombre de marchés hebdomadaires comme le cas de Khemis Ait Messat (le jeudi de la tribu Ait Messat) qui devient Khemis Azilal (le jeudi de la nouvelle localité d'Azilal), ou bien le changement de jours de leur déroulement et de ce fait de leurs noms comme dans le cas de quelques souks du versant nord du Haut-Atlas central (Ouaouizeght qui passe du vendredi Jemâat Ouaouizeght, au mercredi : Larbâa Ouaouizeght et Anergui qui passe du mercredi Larbâa Anergui au jeudi : Khemis Anergui) 4;

  • Appui à la sédentarisation en créant de nouveaux lieux et centres et par conséquent la production de nouveaux toponymes comme c’est le cas de Ouarzazat, El Hajeb, Chemmaïa, etc. ;

  • Établissement d’une nouvelle architecture et carte de l’infrastructure routière et administrative faisant appel à un corpus qui n’avait jamais été utilisé auparavant (route nationale n°…, route régionale n°...) ;

  • Réorientation des flux d’approvisionnement en affectant les bons de distribution des denrées à des localités choisies par l’administration, ce qui a donné lieu à une polarisation organisée et à une signalisation toponymique adéquate. En parlant de Souk Khemis d’Aghbala dans le couloir de l’Oued El Abid, Jean Célérier (1926) signale que « le ravitaillement pouvait se faire par Fès, il venait de Marrakech par Ouaouizeght : l’occupation d’Ouaouizeght gène fortement la contrebande » ;

  • Création de nouvelles villes liées à l’extraction minière telles que Louis Gentil redevenue Youssoufia, Khouribga et Jerada.

7Cette logique a perduré après l’indépendance en 1956. La production des provinces en tant que nouvelles mailles administratives donnait la priorité à la toponymie se référant toujours aux villes malgré la petitesse de leur taille démographique.

8Après l’instauration du système administratif moderne et dans sa quête de légitimité, le Makhzen a constamment essayé d’utiliser la toponymie territoriale afin de garantir sa domination politique et sa pérennité territoriale en créant de nouvelles échelles de consensus politique et de configurations spatiales appropriées telles que les collectivités locales. Cette néo-toponymie, dans ses termes utilisés, évoque par ailleurs des compromis entre les différents référents en composant entre les noms locaux et les noms publics tels que dans la « Jemàa d’El Aounate » — littéralement la commune d’El Aounate. Dans ce toponyme officiel, la notion traditionnelle de Jemàa signifiant, jadis, assemblée délibérante de la tribu a été reprise, dans le cadre de la décentralisation, pour désigner la commune en tant que collectivité locale tandis qu’El Aounate est le nom de la tribu concernée.

9Dans le contexte marocain, la langue est un vecteur d’appropriation des territoires dans la pratique des recompositions territoriales (tableau n°1). Dès la mise en place du Protectorat, la dénomination européenne des lieux et des territoires était devenue courante du fait d’une francisation ou d’une hispanisation partielle de la dénomination des lieux.

10L’acte d’usage, voire d’imposition, d’exonymes était indiscutablement subversif de la part des envahisseurs qui, outre leur propre système de repérage et leur ancrage symbolique dans l’espace, visaient la domination des territoires et l’assujettissement des populations. En cela, le Maroc incarne un exemple typique de la politique toponymique coloniale.

Tableau 1. Evolution de la toponymie urbaine au Maroc

Tableau 1. Evolution de la toponymie urbaine au Maroc

11Au lendemain de l’indépendance du pays, la ré-arabisation de la toponymie a progressivement restauré sa place perdue à la langue arabe dans la nomination des lieux et des espaces. Le changement de la toponymie voulait manifester l’ancrage de la dynastie dans la sphère arabo-musulmane en affichant ses référents à l’arabité et à la marocanité au moment des contestations politiques. Des villes comme Ksar Es Souk, Louis Gentil ou encore Fedala ont été renommées par référence à une toponymie chérifienne (Sultan Moulay Rachid, Moulay Youssef, Mohammed V) pour devenir simultanément Errachidia, Youssoufia et Mohammadia.

12L’ancrage de la dynastie devient également un but éminent dans la toponymie des grands équipements et infrastructures (boulevards, universités, hôpitaux, etc.). Les langues utilisées sont l’arabe et le français en utilisant successivement et en même temps les alphabets arabe et latin sur les plaques signalétiques.

13La toponymie marocaine de l’Indépendance manifestait une certaine hiérarchisation des noms en fonction de l’importance des lieux et équipements urbains en affectant par exemple les noms des Rois et Princes aux lieux centraux comme les boulevards, les universités et les hôpitaux ; en donnant les noms des résistants, des savants et écrivains, d’événements, de chefs de pays étrangers amis, de capitales étrangères… aux lieux intermédiaires ; et en donnant enfin des noms plus neutres (mais en référence au patrimoine national) d’objets, de fleurs, de villes marocaines… aux lieux périphériques (figure n°1).

Figure 1. Types de toponymies et degré de centralité des lieux au Maroc

Figure 1. Types de toponymies et degré de centralité des lieux au Maroc

La logique toponymique de rationalisation économique 

  • 5 Le Maroc était composé en 1959 de seize provinces et deux préfectures.
  • 6 Le découpage communal de 1959 instaura 801 communes rurales et urbaines.
  • 7 Elle créa 7 régions économiques.

14Après le départ des Français du Maroc, les pouvoirs publics allaient mettre en place une carte administrative assurant une couverture spatiale hiérarchisée adaptée à la nouvelle situation du pays. À part la première carte administrative composée alors de préfectures et provinces 5 constituées elles-mêmes de subdivisions, de cercles et de caïdats, le découpage communal de 1959 6, créa à son tour et pour la première fois au Maroc de petites unités territoriales de proximité. La régionalisation de 1971 7 représenta, quant à elle, le cadre dans lequel s’emboîtent les provinces et les communes dans un souci de promouvoir le développement économique sur le plan territorial.

15Les finalités recherchées dans ces découpages étaient de mettre en place une couverture élaborée et efficace au service des pouvoirs publics afin d’appliquer leurs politiques de développement socio-économique du pays. La toponymie de l’époque reflète amplement les attentes des pouvoirs dans la recherche d’espaces économiques viables, soit au niveau communal soit au niveau régional. Les régions et communes devaient alors porter des noms fonctionnels relatifs au milieu, aux ressources et aux villes chefs-lieux et n’ayant aucune signification ethnique ou tribale.

16Dans le premier découpage communal de 1959, la plupart des communes rurales ont pris le nom du jour de leur souk hebdomadaire ou le nom de leur chef-lieu. L’objectif principal était essentiellement la promotion de l’activité commerciale et de la centralité économique et urbaine au détriment de la centralité ethnique. Il s’agissait aussi, parallèlement, de vider le cadre tribal de son sens politique et administratif. La commune était envisagée désormais comme un espace commercial viable capable de réunir parfois plusieurs fractions et même plusieurs tribus, voire d’en démembrer certaines, comme en l’occurrence les grandes tribus des Doukkala et Abda dont les territoires ont été répartis entre plusieurs communes rurales. L’exemple de la tribu des Aounate est à ce titre éloquent : son espace est actuellement partagé entre cinq communes (Aounate, Metrane, Khémis Ksiba, Beni Tsiris et Oulad Nacer).

17Le découpage régional de 1971 prêchait pour l’approche économique afin de faire face aux déséquilibres territoriaux hérités de la période coloniale et résultant de la concentration des efforts de développement dans la partie Nord-ouest du pays. Cette expérience s’est basée sur des repères géographiques pour « neutraliser » essentiellement le développement économique régional de toute forme d’interprétation politique ou ethnique et de promouvoir ainsi ces régions en tant que supports efficaces du développement économique. De ce fait, la toponymie des sept régions créées (Région du Centre, Région du Nord-ouest, Région de Centre-Nord, Région de l’Orient, etc.) consacra des noms se référant à l’orientation géographique. Seule la septième région, celle de Marrakech, prit le nom de son grand bassin de Tensift. Par ce découpage et cette toponymie on a voulu masquer aussi l’aspect hétéroclite et l’incohérence de ces régions créées de toute pièce, loin de toute complémentarité territoriale ou d’homogénéité géographique. En manquant de réalisations concrètes du fait d’une mauvaise conjoncture nationale et internationale pendant les années 1970 et 1980, la régionalisation de 1971 n’a pas pu ancrer cette toponymie cardinale d’une façon durable dans l’imaginaire collectif des Marocains. Les noms artificiels de ces régions, sont restés mort-nés dans les représentations spatiales effectives. La mobilisation de l’histoire et de la géographie s’imposait pour mettre en place une nouvelle territorialité.

La logique toponymique territoriale 

18Le Maroc des années 1990 retrouve à nouveau la notion du territoire mais sous sa forme publique et démocratique. Cette ouverture démocratique trouve son origine dans les réformes constitutionnelles de 1992 et 1996 relatives aux préparatifs de la monarchie pour la participation des partis de la Koutla démocratique au pouvoir et à l’alternance politique, des réformes qui ont appuyé la régionalisation et la décentralisation, en reconnaissant les régions en tant que collectivités territoriales. L’élaboration de la charte communale et la réalisation des élections de 1976 ont marqué le début timide du processus de décentralisation qui a mis en place un nouveau système d’association des élites locales à la gestion économique et sociale locale et régionale.

19Dès le début des années 1990, il est toutefois devenu nécessaire pour approfondir ce processus de recomposer le territoire national aux échelles communales et régionales. Un nouveau découpage communal intervint en 1992 et un découpage régional en 1997. Comment, alors, ces découpages ont-ils traduit au niveau de la toponymie territoriale les sens et les représentations contenus dans ces recompositions politiques et territoriales. Autrement dit : comment la toponymie va-t-elle véhiculer et promouvoir les territorialités locales ?

Découpage communal de 1992 : une néo-toponymie « reconnaissant » les territoires locaux

  • 8 Circulaire du Ministre de l’Intérieur n° 128/DCL du 16 juin 1987 adressée aux Walis et aux Gouverne (...)

20Le découpage de 1992 était une nécessité non seulement pour « rapprocher l’administration des administrés », mais aussi pour diminuer le poids démographique des communes devenu pesant à cause de la croissance démographique rapide, pour renforcer la viabilité économique ou encore pour élargir la participation démocratique des populations locales. De tels impératifs ont nécessité la recomposition des territoires communaux en augmentant le nombre de communes de 859 à 1544. De ce fait, la détermination des chefs-lieux et les noms des nouvelles communes ont revêtu un intérêt considérable. C’est pourquoi une circulaire du Ministre de l’intérieur 8 relative à ce sujet a indiqué aux autorités provinciales les critères pour identifier ces communes.

21Si la dénomination du territoire communal doit refléter en principe l’identité locale et l’appartenance géo-administrative des citoyens; elle devrait faire obligatoirement « référence à l’histoire, à la géographie ou à la sociologie… à la source dominante, et à défaut par un choix novateur motivé ». Bien que ces règles toponymiques insistent sur la promotion du « local » et son instauration comme domaine public privilégié, elles n’indiquent en aucune manière le retour aux liens de nature ethnique tribal abandonnés en 1959. Les toponymes produits à l’occasion se réfèrent aux notions de la tribu, de la fraction, des saints, du relief, des oueds, comme le cas de la commune d’Abachkou (village) devenue Aît Bou Oulli (tribu), de Ahl Tifnout découpée en trois nouvelles communes : Ahl Tifnout (tribu), Toubkal (le massif le plus élevé au Maroc) et Iguidi (le sable) …et moins aux jours des marchés hebdomadaires, ainsi la majorité des nouvelles communes de 1992 ne portèrent plus l’indication de ces jours dans leurs dénominations officielles comme c’était le cas pour les communes de 1959.

22Dans les cas de la reprise du toponyme tribal, la revivification du système tribal n’est plus à l’ordre du jour, et du coup, elle a servi de décor, sinon de « folklore » patrimonial sans âme. Le système tribal rappelons-le a été vidé de son contenu surtout politique depuis la colonisation du pays. Dans bien des cas et par crainte de revivifier l’ancien régime tribal, la toponymie ethnique est utilisée avec une extrême prudence, et du coup, elle a servi de décor, sinon de folklore patrimonial sans âme. Cette démarche du retour au local sans trop creuser dans la charge ethnique, traduit en réalité la volonté de réduire les territoires locaux aux aspects patrimoniaux et leur reconnaître uniquement une dimension culturelle, occultant ainsi leur dimension politique éventuellement déstabilisatrice.

  • 9 Voici quelques exemples de communes ayant enlevé le nom souk de leur toponymie territoriale : Sebt (...)

23Les références ethniques se sont trouvées effectivement dépassées dans plusieurs dénominations communales. La référence à l’urbain domine en effet le processus de dénomination soit par l’utilisation des noms des centres urbains ou de centres ruraux promus municipalités. La néo-toponymie territoriale exprime également le désir des élus locaux d’afficher, par le biais des noms choisis, la citadinité acquise. C’est pourquoi certaines communes ont changé leurs noms en délaissant le qualificatif du jour de souk 9, synonyme à leurs yeux, de la ruralité et du sous développement. Il s’agit d’un certain nombre de communes qui ont vu leurs souks donner naissance à des centres urbains importants, à travers la diffusion d’équipements et infrastructures de base assurant un service minimum pour les populations, le développement des activités commerciales sédentaires, l’immigration…etc.

  • 10 La commune de Tidili Fetouaka, référence tribale, est éclatée en 1992 en trois communes : Tidili Fe (...)

24La prédominance de l’urbain et de l’économique dans les identifications communales, n’exclue pas du tout le recours aux toponymies religieuse, tribale et naturelle pour renforcer l’identité territoriale de quelques communautés rurales à la recherche de facteurs commun à leurs unités 10.

Le découpage régional de 1997

  • 11 Bulletin Officiel n°4470 du 3 avril 1997.
  • 12 La Région de Marrakech Tensift Al Haouz compose des toponymes se référant à l‘urbain pour le cas de (...)

25Le Dahir (loi relative à l'organisation de la région au Maroc 11, donne à la région, pour la première fois, le statut constitutionnel de collectivité territoriale. Elle a vocation à être un espace de développement socio-économique en tant qu’« entité formant un ensemble intégré et vivant ». La région est censée donner à son territoire les moyens et les compétences nécessaires à son développement. Le législateur marocain a caractérisé les régions créées par des toponymes spécifiques ou locaux en optant pour des noms de tribus, de rivières, de villes...etc. L’enjeu essentiel était la recherche de la cohésion territoriale au niveau de chaque région, en réunissant plusieurs communautés disparates, parfois concurrentes et même vivants en conflit latent 12.

26Le développement régional est donc plus que jamais territorial donnant lieu à une mise en valeur de l’identité collective, aux représentations sociales véhiculées et à la toponymie redéfinie à partir du vécu. Dès lors, la logique prédominante met en exergue la territorialité régionale pour donner un coup de fouet au développement recherché et accélérer l’intégration régionale. La toponymie s’avère alors un enjeu majeur tant pour les pouvoirs publics que pour les communautés locales concernées. D’une part, l’Etat qui cherche à donner aux régions des noms cohérents sous lesquels toutes les communes s’identifient et se retrouvent. D’autre part, chez les acteurs locaux comme les parlementaires qui exigent tous que leur identification toponymique soient signalées et reconnues en tant que telles.

Carte 1. Le découpage administratif du Maroc

Carte 1. Le découpage administratif du Maroc

27Parmi les seize régions créées à l’occasion du dernier découpage régional (carte n°1), le législateur n’a donné un nom simple qu’à deux régions seulement (tableau n°2) : « Casablanca » comme grande métropole et « l’Oriental » comme indication de l’orientation géographique. Dans le premier cas, l’Etat n’a trouvé aucune difficulté à nommer cette région, vue la continuité et la compacité du phénomène urbain métropolitain du Grand Casablanca. Dans le deuxième cas, l’Oriental rassemble communautés disparates et espaces de contrastes sous cette bannière neutre, faute d’éléments fédérateurs majeurs.

28La toponymie régionale devient plus complexe et composite lorsque le nom des régions est composé de trois voire, même quatre composantes, comme par exemple le cas de la région « Rabat-Salé-Zemmour-Zaer ». L’accumulation de référents indique une certaine concurrence entre communautés rivales, en l’occurrence pays et villes qui veulent tous se mettre en valeur ou défendre leur intégrité, d’où l’inflation des composantes constituant le nom d’une seule région. Il s’agit en fait d’une difficulté de trouver un compromis sur un nom simple, significatif, et fédérateur. Un nom qui porte en lui les prémices d’une cohésion de groupe et communauté à l’intérieur d’une région à construire.

29Le classement des mots à l’intérieur du nom global fait partie aussi du jeu de concurrences et des compromis. Le siège de la région (ville), figurant au premier plan s’impose généralement. Un compromis sous forme de compensation toponymique doit être trouvé pour les régions où les communautés qui veulent être reconnues malgré le choix de la capitale régionale hors de leurs territoires, d’où le choix de les placer en tête de la suite de référents toponymiques qui constituera le nouveau nom de région, c’est le cas pour les régions de Doukkala-Abda (le chef-lieu est Safi capitale des Abda) et Tanger-Tétouan (le chef-lieu est Tétouan, ville moins importante que Tanger).

Tableau 2. Succession des toponymes régionaux au Maroc

Tableau 2. Succession des toponymes régionaux au Maroc

Une néotoponymie entre fonctionnalisme et marketing territorial.

30Dans le cadre des différentes politiques de développement menées par l’Etat depuis l’Indépendance, on a fait appel à une toponymie différenciée selon les époques pour désigner les ouvrages et les projets territoriaux. Mais on peut distinguer globalement deux types de toponymies :

311-Une toponymie fonctionnelle qui sert à distinguer des ouvrages et infrastructures de base. Il s’agit d’une toponymie muette se référant à un classement numérique comme celle affectée aux routes : routes nationales (RN1, RN2…), routes régionales (RR1…), routes provinciales (RP1…), ou bien faisant appel, pour les autoroutes, aux noms des grandes agglomérations urbaines en tant que points d’extrémité (Casablanca-Rabat, Casablanca-Marrakech, Rabat-Fès…). Cette toponymie correspond à une approche techniciste, menée depuis longtemps par les ingénieurs essentiellement des Ponts et Chaussées, préconisant la rationalité économique et la rigueur géométrique.

322- Une toponymie de marketing qui est mise au service du développement des territoires. Le Maroc a eu dernièrement recours, et dans plusieurs cas, à des dénominations sous forme de labels dont le but est de promouvoir les territoires et leurs productions en renforçant leur image de marque :

  • Dans le domaine touristique, l’exemple du plan Azur confirme le retour dans la majorité des dénominations des nouvelles stations balnéaires à des noms composites qui rassemblent des toponymes actuels avec des noms utilisés jadis dans l’histoire comme pour les stations de « Larache-Lixus », « El Jadida-Mazagan » et « Essaouira-Mogador ». Ce choix montre le souci de donner une dimension patrimoniale à ces sites en faisant appel à des noms se référant à la période coloniale ou à la période préislamique (phénicienne, romaine…), tout en cherchant à jouer la carte d’une toponymie accrocheuse et promotionnelle.

  • Dans le domaine des infrastructures de base, comme pour le cas du port international Tanger-Med, on choisi des toponymes novateurs. Le but est de véhiculer au travers de ce nom la dimension méditerranéenne à ce grand port international censé drainer les marchandises essentiellement en transit entre l’Europe, l’Asie et l’Amérique.

33Les deux cas examinés ci-dessus montrent, entre autres, la volonté des pouvoirs publics à travers la toponymie d’intégrer les territoires locaux dans le processus de la mondialisation, de la concurrence et de la compétitivité en vue d’attirer plus de touristes, de capitaux et d’entrepreneurs.

34La production de la toponymie territorialisante au Maroc ne relève pas d’un seul acteur, ni d’une référence unique, elle émane d’un processus de régulation socio-politique qui fait du territoire un enjeu de maîtrise, de domination, de recherche de légitimité politique et d’appropriation de l’espace. Ces processus de marquage des territoires sont parfois lents et suivent une démarche procédurale bien définie et établie comme c’est le cas pour nommer les communes, mais ils sont parfois rapides et spontanés comme c’est le cas pour commémorer un événement national ou pour rendre hommage à une grande personnalité ayant joué un rôle important pour la nation. Les toponymes choisis collent tantôt aux réalités territoriales et sont donc appropriés et utilisés largement, et tantôt ne correspondent pas aux réalités perçues ou vécues et finissent souvent par être de purs maquillages délaissés par une majorité d’habitants. Il arrive quelque fois que les autorités compétentes optent pour des toponymes alors que les populations optent pour d’autres; la municipalité de Marrakech a donné à un quartier du Nord-Ouest de la ville le nom de Hay Hassani (Quartier de Hassani), alors que la population continue à l’appeler Diour Massakine (Maisonnettes des Misérables) ; la municipalité de Sidi Bennour a appelé un quartier Derb Mekka (Quartier de la Mecque), tandis que la population le reconnaît sous le nom de Deb Jrane (le quartier des Grenouilles), toponyme qui en reflète l’état marécageux.

35Dans la production de la toponymie territorialisante, les acteurs ne sont point les mêmes, leur diversité dépend de l’importance des espaces à nommer, ainsi que de l’enjeu de l’intervention en question. Officiellement, il semble que la démarche respecte bien les règles démocratiques de la prise de la décision territoriale, mais l’arbitrage et le choix final ressortent généralement des autorités provinciales.

36L’Etat intervient directement lors des découpages provinciaux pour donner les noms qui lui conviennent, il intervient plus indirectement, lors des découpages régionaux, pour accompagner le choix des noms de régions, tandis qu’il se réserve le droit de choisir les toponymes des communes lors découpages communaux après avoir mené une enquête auprès des élus et notables locaux sur les noms les plus utilisés « chez eux ». Il ne reste aux présidents des communes que le droit d’adresser requête aux autorités compétentes. L’Etat intervient également, en la personne des autorités provinciales et locales, dans la nomination et la renomination des odonymes (boulevards, avenues, etc.) et noms de quartiers en inspirant aux autorités municipales des toponymes tels que les noms des Rois et Princes.

37Les communes sont légalement les dépositaires de ce droit ; le conseil délibère souverainement des choix proposés par les différents partenaires socio-administratifs et finit par se décider librement. Ces décisions doivent avoir l’aval des autorités de tutelle pour devenir définitives. Mais c’est ce passage obligé qui influence les choix des élus pour les « faire tomber » dans les choix des pouvoirs publics. Ceci dit, le conseil municipal reste, tout de même, plus ou mois libre dans la détermination des noms des espaces secondaires et primaires (rues, quartiers périphériques, petits quartiers, établissements socio-éducatifs …). Les noms choisis coïncident parfois avec des réalités socio-spatiales et parfois sont loin de les refléter ; les espaces de haut standing portent des noms de verdure et jardinage comme Quartier l’Oasis, Quartier Agdal, Quartier des Orangers. D’autres portent des noms tapageurs étrangers comme Californie ou Bourgogne, alors que d’autres quartiers mal équipés et mal lotis portent des noms comme Quartier du Progrès ou Quartier du Bonheur…

38Les amicales et coopératives d’habitat proposent les noms de leurs lotissements et les noms des rues au conseil municipal. Par le poids croissant de ces nouveaux acteurs sur l’échiquier électoral local, leurs choix finissent généralement par être acceptés. Comme la majorité écrasante des bénéficiaires est issue de la classe moyenne lettrée, les noms choisis riment avec les idéaux du savoir, de la liberté, de l’espoir …

  • 13 Café Achkid (viens), hôtel Tikida (caroubier), hôtel Agdal (pâturage), boulangerie Itrane (étoiles) (...)

39Les acteurs économiques sont très attachés souvent, dans la nomination de leurs entreprises, à des noms accrocheurs. Leurs choix s’expliquent bien évidemment par des motivations purement commerciales et de marketing publicitaire. Jusqu’aux années 1980, la majorité des noms de cafés, restaurants, magasins … portèrent des noms arabes, mais depuis lors et sous l’influence de la mondialisation, ces établissements commerciaux portent des noms et utilisent des slogans en langues étrangères, en français bien évidemment mais de plus en plus en anglais… Sous l’influence identitaire, apparaissent également de plus en plus de noms amazigh sur la place publique 13.

40Les communautés déracinées des quartiers périphériques sont les plus réalistes et les plus spontanées parmi les acteurs producteurs de la toponymie territorialisante. La majorité de leurs espaces résidentiels portent des noms péjoratifs qui expriment leur désarroi, leur désespoir et leur lassitude devant des situations alarmantes et des environnements dégradants : des noms comme Douar Lahouna (le Quartier des Exclus), Douar Adlam (le Quartier des Ténèbres), Douar Al Khanz (le Quartier nauséabond), ou Souk Al Kalb (le Marché du Chien) … Ces choix expriment une certaine lucidité vis-à-vis de leur condition… Ces toponymes sont également un appel de protestation et d’indignation aux autorités locales et municipales contre la précarité et l’exclusion sociale et spatiale dont souffrent les populations de ces quartiers.

Conclusion

41La production de la toponymie territorialisante au Maroc est, plus que jamais, un champ de domination et d’appropriation de l’espace. On est aujourd’hui loin de l’époque où les territoires s’inspiraient spontanément, dans leurs nominations, des conditions naturelles du milieu, de la généalogie tribale et du vécu au quotidien, à une époque où cette production est devenue un enjeu et un champ d’intervention de plusieurs acteurs et l’interaction d’une multitude de logiques. Parmi ces logiques (ethnique, politique, commercial, technique…), c’est la logique politique de domination de l’espace et de la population qui prédomine. Il s’agit du choix délibéré d’user de la toponymie territoriale, dans le cadre de la construction d’un Etat moderne et du renforcement de la monarchie sur l’échiquier politique national, comme un moyen d’agencement spatial et une force symbolique d’aliénation et de subordination des territoires locaux.

42Le contraste reste tout de même flagrant entre une pratique toponymique officielle, superficielle et parfois anachronique qui propose un habillage territorial clé en main, et une pratique toponymique populaire et pragmatique. La prédominance de l’Etat, à travers ces différentes instances, en tant qu’acteur et producteur de la toponymie territoriale témoigne de l’intérêt que représente l’emprise publique sur les territoires dans l’objectif de neutraliser la société malgré le retour annoncé du local. La toponymie locale est loin d’être un objet anodin et neutre.

43Les recompositions territoriales incessantes qu’a connu le Maroc, depuis le début du vingtième siècle, ont produit des toponymies instables qui ont généré à leur tour des difficultés aux territoires pour se construire une identité propre et une territorialité appropriée.

Haut de page

Bibliographie

BOUJROUF S., 1990, Espace commercial et structuration régionale : le versant septentrional du Haut Atlas central marocain, Thèse de Doctorat, IGA, Université de Grenoble 1.

BOUJROUF S., 2005, "Innovation et recomposition territoriale au Maroc : une mise en perspective géo-historique". In : Antheaume B., Giraut F. (dirs.), Le territoire est mort : vive les territoires !, Paris, IRD, p.133-156.

CELERIER J., 1926, "L’Oued El Abid", Hespéris, T. VI, 2 et 3ème trimestre, p.271-311.

HART DM, 1960, "Tribal and Place Names among the Arabo-Berbers of North-western Morocco: A preliminary Statistical Analysis" Hesperis I/3 (Rabat 1960), p.457-511.

HART DM, 1992, « Arabic and Berber Names on the the Tribal Map of North-west Africa: A Statistical Evaluation », Awraq: Estudios sobre el Mundo Arabe e Islamico Contemporaneo XIII (Madrid, 1992), p. 157-204.

HILALI M., 1994, "Les noms géographiques d’origine berbère : miroir culturel et mémoire ethnologique, in « Le nom géographique : patrimoine et communication", Actes du premier colloque national sur les noms géographiques, Institut Universitaire de la Recherche Scientifique et Division de la Conservation Foncière et des Travaux Topographiques, Rabat, pp.133-147.

HOFFMAN K.E., 2006, « Berber language ideologies, maintenance, and contraction : Gendered variation in the indigenous margins of Morocco », Language and Communication, vol. 26, p.144-167.

LAOUST E., 1942, Contribution à une étude de la toponymie du Haut Atlas, Adrar-N-Dern, d’après les cartes de Jean Resch, Paris, Librairie Orientaliste Paul Geuthner.

Haut de page

Notes

1 L’année 1912 était une année charnière dans l’édification du Maroc Moderne, et l’époque coloniale une étape décisive pour le passage d’un Maroc makhzanien et tribal, utilisant une toponymie spécifique, simple et élémentaire, à un Maroc centralisé et maillé faisant appel à une toponymie de plus en plus complexe.

2 Comme l’indique Mimoun HILALI (1994), l’importance de la toponymie dans la société locale de langue berbère fait que le parler berbère est oral, obligeait (et oblige encore dans certaines régions), les hommes à recourir sans cesse à un marquage systématique de l’espace et à un usage approprié des symboles, des signes et surtout des noms. Les cinq types relevés par le même auteur sont : 1-les toponymes à signification géo-topographique tels que Ighil (massif allongé), Azaghar (plaine) ; 2-les noms biogéoraphiques généralement liés à la nature et à son aspect sylvo-climatique du milieu comme Assameur et Amalou désignant Adret et Ubac ; 3-les noms géographiques indiquant la présence d’une faune ou flore comme Bouigadre (espace aux aigles) et M’Iaaraar (région aux thuyas) ; 4-les toponymes de référence historique comme le cas d’Oued Srou (dérivé du nom du frère du Sultan Moulay Hassan Premier, Moulay Sourour) et de Timahdit (de l’arabe Hadi signifiant poste de surveillance) ; et enfin 5-les toponymes de signification inconnue.

3 La trame tribale était, avant l’instauration du Protectorat français, bien structurée et les organes du Makhzen et ceux représentatifs des communautés (Jmâa) bien ancrés dans leurs territoires. Les nouveaux pouvoirs de l’époque ne pouvaient pas se départir de ces structures et organes en tant que supports et agents d’appui dans le contrôle el l’administration de l’espace.

4 BOUJROUF S., Espace commercial et structuration régionale : le versant septentrional du Haut Atlas central marocain, Thèse de Doctorat, IGA, Université de Grenoble 1, 1990, 364, page 98.

5 Le Maroc était composé en 1959 de seize provinces et deux préfectures.

6 Le découpage communal de 1959 instaura 801 communes rurales et urbaines.

7 Elle créa 7 régions économiques.

8 Circulaire du Ministre de l’Intérieur n° 128/DCL du 16 juin 1987 adressée aux Walis et aux Gouverneurs du Royaume au sujet de la révision du découpage communal du pays.

9 Voici quelques exemples de communes ayant enlevé le nom souk de leur toponymie territoriale : Sebt Ait Daoud, Arbaa Assads, Tlata Tasrirt devenu successivement Ait Daoud, Assads et Tasrirt.

10 La commune de Tidili Fetouaka, référence tribale, est éclatée en 1992 en trois communes : Tidili Fetouaka, Sidi Yacoub et Sidi Boulkhelf à référence de la sainteté et la commune de Kariat Bamhamed, référence de localité (Kariat : village) devenu communes de Kariat Bamhamed, de Moulay Abdelkarim à référence de la sainteté et Bni Snouss à référence tribale.

11 Bulletin Officiel n°4470 du 3 avril 1997.

12 La Région de Marrakech Tensift Al Haouz compose des toponymes se référant à l‘urbain pour le cas de Marrakech, à la notion de bassin hydrographique de Tensift et à la plaine autour de Marrakech appelée Al Haouz et aussi à la province d’Al Haouz dominant les territoires de piémont et de la montagne du Haut Atlas occidental. La Région de Gharb Chrarda Beni Hssen regroupe une référence topographique de la plaine du Gharb et celle tribale de deux tribus concurrentes, celle des Chrarda et celle des Beni Hssen.

13 Café Achkid (viens), hôtel Tikida (caroubier), hôtel Agdal (pâturage), boulangerie Itrane (étoiles).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Evolution de la toponymie urbaine au Maroc
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/228/img-1.png
Fichier image/png, 104k
Titre Figure 1. Types de toponymies et degré de centralité des lieux au Maroc
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/228/img-2.png
Fichier image/png, 156k
Titre Carte 1. Le découpage administratif du Maroc
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/228/img-3.png
Fichier image/png, 242k
Titre Tableau 2. Succession des toponymes régionaux au Maroc
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/228/img-4.png
Fichier image/png, 127k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Saïd Boujrouf et Elmostafa Hassani, « Toponymie et recomposition territoriale au Maroc : Figures, sens et logiques », L’Espace Politique [En ligne], 5 | 2008-2, mis en ligne le 17 décembre 2008, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/228 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.228

Haut de page

Auteurs

Saïd Boujrouf

LERMA, Département de Géographie, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Université Cadi Ayyad, Marrakech
boujrouf@yahoo.fr

Elmostafa Hassani

LERMA, Département de Géographie, Faculté des Lettres et des Sciences Humaines, Université Cadi Ayyad, Marrakech
hassanielmostafa@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org