Navigation – Plan du site

Ensembles résidentiels fermés en France et montée d’un ordre sécuritaire

Gated Residential Spaces in France and Rise of a Security Order
François Madoré

Résumés

En France, l’identification (sites Web des promoteurs) des programmes immobiliers fermés avec contrôle des accès en cours de commercialisation dessine une géographie marquée par l’ubiquité et la discrimination territoriale au profit du sud. Les logiques sécuritaires participent de la construction de l’argumentaire légitimant cette multiplication des dispositifs de fermeture de l’espace résidentiel. Cette banalisation sécuritaire dans les discours promotionnels symbolise la montée en puissance d’un ordre sécuritaire qui imprime désormais sa marque à la gestion des territoires, résidentiels ou non.

Haut de page

Texte intégral

1Les villes françaises (Billard, Chevalier, Madoré, Vuaillat, 2009), comme nombre d’agglomérations étrangères (Glasze, Webster, Frantz, 2002, 2005 ; Billard, Chevalier, Madoré, 2005 ; Capron, 2006 ; Le Goix, Webster, 2008 ; Paquot, 2009), sont marquées par le développement de ce que l’on dénomme, par défaut d’appellation spécifique en France, les ensembles ou enclaves résidentiel(le)s fermé(e)s. La nouveauté vient en réalité de l’ouverture à la vaste classe moyenne de cette forme d’habitat qui était l’apanage auparavant d’un nombre limité de ménages fortunés. Ces complexes d’habitat se caractérisent à la fois par leur fermeture physique (mur ou clôture) et par un contrôle des accès pour les non résidants.

2Les logiques d’offre à l’origine de ces nouveaux modes d’habitat constitutifs de l’enclosure résidentielle doivent être investiguées, en particulier celles déployées par les sociétés de promotion immobilière, car elles jouent un rôle déterminant dans la production d’habitat donc dans la fabrique de la ville. Autrement dit, pourquoi les promoteurs intègrent-ils la clôture mais aussi le contrôle des accès dans la conception de leur programme et comment justifient-ils, dans leur discours promotionnel, cette double prestation ? Deux sources sont mobilisées pour mieux connaître ces logiques d’offre.

3La première est basée sur un recensement des enclaves résidentielles fermées construites en France, grâce à l’analyse des descriptifs des programmes immobiliers neufs en cours de commercialisation en 2007 (Billard, Madoré, 2010). Les sites Web de 322 promoteurs, appartenant aux vingt-deux régions métropolitaines françaises et collectivités d’Outre Mer, ont ainsi été investigués, réactualisant un précédent recensement réalisé en 2002. La deuxième source est fondée sur la réalisation de quinze entretiens auprès de promoteurs. Ceux-ci ont été passés à deux périodes différentes (2002 et 2007-2008), ce qui nous a confirmé l’invariabilité du discours à cinq ans d’intervalle. L’objectif de ces entretiens a été de mieux comprendre l’intégration par les promoteurs de la fermeture et du contrôle des accès dans la conception de leur programme. Notre choix a été de constituer l’échantillon le plus représentatif possible de la diversité des sociétés de promotion immobilière à l’œuvre en France. Il croise ainsi des promoteurs de taille très variable, depuis des petites sociétés jusqu’aux majors de la profession. Par ailleurs, si certains ont une activité relativement généraliste, s’adressant à une clientèle aussi bien constituée d’accédants que d’investisseurs, d’autres en revanche sont des spécialistes de l’investissement immobilier défiscalisé. Nos interlocuteurs ont été, généralement, le responsable des programmes ou le directeur technique, voire dans les plus petites sociétés, le directeur lui-même.

4Les forces qui sous-tendent l’essor des ensembles résidentiels fermés en France sont plurielles. La quête de tranquillité, d’un environnement de qualité à usage exclusif et la volonté de limiter les nuisances liées à la voiture jouent fortement, comme l’ont montré entre autres les travaux d’É. Charmes (2005) sur le périurbain francilien et lyonnais ou ceux de C. Loudier-Malgouyres (2010) en région parisienne. Nous souhaitons pour notre part questionner les logiques sécuritaires qui président au déploiement de ces enclaves fermées. Deux temps vont rythmer cette démonstration. D’une part, nous mettrons en évidence la banalisation de la fermeture et des éléments de sécurisation dans la conception des programmes neufs ; d’autre part, nous défendrons la thèse selon laquelle la construction de l’argumentaire légitimant la multiplication des dispositifs de sécurisation et de fermeture de l’espace résidentiel participe de la montée d’un ordre sécuritaire qui imprime désormais sa marque à la gestion des territoires, qu’ils soient résidentiels ou non.

Banalisation de la fermeture résidentielle

Des programmes résidentiels fermés partout

5L’analyse des descriptifs des programmes immobiliers neufs en cours de commercialisation en 2007 (source : sites Web des promoteurs) permet d’identifier 434 opérations clôturées et fermées avec contrôle des accès sur 3 255, soit 13 % du total. Ces programmes ont été identifiés par l’un des mots clés suivants : « Ensemble clos, clôturé, fermé, protégé, sécurisé ou séparé (par mur, muret, grille, portail automatique, digicode, vidéophone, accès réservé) » ; « Résidence située dans un parc clos » ; « Présence d'un dispositif de fermeture (par grille, mur, portail) de l'ensemble résidentiel dans sa globalité ». Toutefois, ce recensement reposant sur un mode déclaratif, une sous-estimation de la diffusion réelle du phénomène est certaine. En toute rigueur, seuls les programmes dont le descriptif affichait explicitement et clairement l’existence de la clôture ont été pris en compte. Or, certaines opérations, dont il est impossible d’estimer la proportion, sont également clôturées, mais sans qu’il en soit fait mention dans le descriptif.

6Cette géographie de la fermeture des espaces résidentiels neufs en France est à la fois ubiquiste et discriminée territorialement (figures 1 et 2 ; tableau 1). D’une part, les 434 programmes fermés identifiés sont répartis sur tout le territoire français : 22 régions (21 en métropole plus l’Outre Mer) sur 23 sont concernées, ainsi que 125 aires ou unités urbaines. D’autre part, au-delà de cette tendance à l’ubiquité, ces programmes résidentiels fermés sont plus présents au sud de la France puis à l’est. Quatre aires urbaines méridionales (la conurbation azuréenne, Marseille – Aix-en-Provence, Montpellier et Toulouse) apparaissent dans les dix premières aires urbaines françaises pour le nombre de programmes fermés (entre 8 et 36) ou pour leur proportion dans le total de la production locale (entre 15 % et 25 %). Par ailleurs, trois aires urbaines de la moitié orientale apparaissent dans ce top ten : Dijon, Lyon et Strasbourg.

Figure 1 : Commercialisation de programmes résidentiels fermés en 2007

Figure 1 : Commercialisation de programmes résidentiels fermés en 2007

Source : site Internet de promoteurs, 2007 – Réalisation : Madoré ; Allard©ESO Nantes, 2008

Tableau 1 : Les dix premières aires urbaines françaises pour le nombre de programmes résidentiels fermés en 2007

Tableau 1 : Les dix premières aires urbaines françaises pour le nombre de programmes résidentiels fermés en 2007

Source : site Internet des promoteurs, 2007

7Ce développement sur un mode à la fois ubiquiste et discriminé géographiquement des programmes résidentiels fermés en France est pour partie le résultat d’une politique d’offre, ce qui n’a rien de singulier à l’hexagone. Les plus actifs et les plus précoces dans ce domaine ont été les principales sociétés spécialisées dans la défiscalisation immobilière, qui ont la particularité d’être basées à Toulouse (Akeyris, Monné Decroix, Omnium Finance). Puis, le phénomène s’est diffusé géographiquement à l’ensemble du territoire, par un double mécanisme. D’une part, les pionniers de la défiscalisation et de la fermeture ont investi l’ensemble des marchés locaux de l’habitat, au fur et à mesure que les réseaux de conseillers s’étoffaient et que la recherche d’investisseurs variés se faisait pressante. D’autre part, par effet de mimétisme, d’autres promoteurs, à vocation plus généraliste, ont intégré cette prestation dans leur production, favorisant ainsi sa progressive banalisation.

Des discours promotionnels sécuritaires

8Le discours des quinze promoteurs interrogés confirme l’effet de mimétisme dans la diffusion des ensembles résidentiels clôturés en France Cette prestation devient progressivement basique, invitant ou obligeant toute la profession, ou du moins une bonne partie d’entre elles, à s’aligner. Il s’ensuit alors une banalisation de la rhétorique sécuritaire dans la rédaction des descriptifs des programmes immobiliers neufs, qu’ils soient clôturés ou non d’ailleurs. De fait, les expressions du genre « nous avons pensé à votre sécurité », « tout a été conçu pour assurer votre sécurité », « confort, sécurité et qualité sont les maîtres mots de ce programme » sont légions dans les descriptifs des programmes en cours de commercialisation, sans pour autant que l’on sache bien toujours ce qu’elles signifient. Cette référence à la sécurité est devenue une sorte de figure imposée, comme l’est également celle du développement durable. Fort logiquement, en lien avec cette banalisation du discours sécuritaire qui transparaît à travers la promotion des programmes résidentiels en cours de commercialisation, les promoteurs interrogés déclarent à l’unanimité communiquer vis-à-vis de la clientèle autour de la clôture et des éléments de sécurisation de leurs programmes.

9Cette mise en évidence d’un argumentaire sécuritaire dans la promotion commerciale d’une opération immobilière s’explique par une conviction partagée par tous les promoteurs : la sécurisation d’un complexe d’habitat, illustrée par sa fermeture à l’aide d’une clôture et d’un contrôle des accès, est devenue une prestation valorisant l’ensemble résidentiel. Autrement dit, c’est un argument vendeur, même si sa place doit être relativisée, à double titre. D’une part, si l’argumentaire sécuritaire a monté en puissance, à tel point que les promoteurs n’envisagent plus de ne pas communiquer autour de cette question, il est difficile de déterminer la place qu’occupe cette prestation dans le système de préférence des Français lorsqu’ils cherchent à acquérir ou à louer un logement. D’autre part, la place qu’occupe la sécurisation du complexe résidentiel dans la communication du promoteur peut être très variable d’un groupe de promotion à l’autre. Elle peut être très discrète ou au contraire saturer le discours. Elle n’est pas toujours bien assumée également, surtout lorsque l’image sécuritaire imprime fortement sa marque aux programmes commercialisés, au point d’en effacer toutes les autres prestations ou presque. C’est l’effet boomerang en quelque sorte. De fait, la finalité des mesures de protection peut apparaître très ambiguë, car une forte communication autour des processus de sécurisation peut présenter l’inconvénient majeur de rappeler le caractère permanent de la menace. Ce qui peut s’avérer totalement contre-productif, car à trop miser sur la sécurité comme argument de vente, on contribue à diffuser la représentation d’un univers où l’insécurité est un fléau qui peut frapper n’importe où et à tout moment, rendant de fait incertain voire vain les parades multiples proposées pour s’en prémunir.

Comment fermer et contrôler les accès ?

10Les promoteurs immobiliers français estiment tout à fait inconcevable de construire aujourd’hui un complexe résidentiel qui ne soit pas équipé d’une panoplie d’éléments de sécurisation permettant de garantir aux résidants qu’il n’y aura pas d’intrusions indésirables, ou du moins que celles-ci seront rendues difficiles. Pour atteindre cet objectif, un double filtre peut être installé.

11Le premier est devenu quasiment incontournable. Il se situe au niveau de l’accès au complexe résidentiel depuis la rue. Cela passe le plus souvent par un arsenal technologique désormais classique : portail ou portillon automatique avec code d’accès ou badge pour les résidants puis, pour les visiteurs, interphone, digicode et visiophone. Plus exceptionnellement, un système de vidéosurveillance peut-être mis en place. Quant au recours au gardien pour assurer cette veille sur le contrôle des accès, il est rare en France, du fait du coût de la main-d’œuvre et de la taille limitée des complexes résidentiels (47 logements en moyenne pour les programmes fermés commercialisés en 2007).

12Un deuxième filtre, reposant toujours sur l’arsenal technologique, peut être installé à l’intérieur même du complexe résidentiel, entre les parties communes et les immeubles, de telle sorte qu’un intrus ne puisse pas pénétrer au sein des immeubles s’il avait réussi à franchir l’entrée du complexe. Selon la même logique, des filtres avec code d’accès peuvent être placés entre les différentes parties communes, toujours avec le même objectif, à savoir limiter la mobilité d’un intrus en le confinant dans une zone. Ainsi, des codes d’accès peuvent être installés pour passer du parking souterrain aux étages, via l’ascenseur ou la cage d’escalier.

Quelle justification à la clôture et au contrôle des accès ?

13Pour tous les promoteurs français interrogés, sans exception, la mise en œuvre de la clôture et du contrôle des accès dans la conception de leurs programmes immobiliers est une réponse à la demande exprimée par la clientèle. Toutefois, cette demande est rarement connue avec précision. Elle est soit appréhendée de façon empirique, à partir du ressenti des commerciaux, soit le fruit du constat suivant : puisque les programmes immobiliers fermés se vendent bien, c’est donc qu’ils rencontrent les attentes de la clientèle. Mais quelle est réellement la marge de manœuvre du client potentiel, dès lors que la fermeture et le contrôle des accès ont tendance à se banaliser ? Le client est-il en position de choix ? Au-delà de ces incertitudes relatives à la connaissance réelle de la demande de la clientèle, que nous apprend le discours des promoteurs sur ce que rechercherait le client souhaitant acquérir un logement ?

14Pour tous les promoteurs interrogés ou peu s’en faut, l’un des facteurs déterminants serait le processus d’appropriation du territoire et notamment des espaces collectifs privatifs. En clair, il s’agit d’abord et avant tout de borner la propriété par l’imposition d’une limite claire. D’ailleurs, le qualificatif le plus usité par les promoteurs dans les descriptifs des programmes immobiliers pour signifier sa fermeture et le contrôle des accès est de très loin celui d’« enclosure ». Ce souci de conformer l’usage du lieu à son statut est d’autant plus marqué que le complexe résidentiel possède un certain nombre d’équipements, ce qui est devenu plus fréquent dans la production immobilière ces deux dernières décennies, généralement un espace vert et une piscine, plus rarement un court de tennis : la clôture et le contrôle des accès permettent alors d’éviter que des non résidants, issus en particulier du voisinage, n’utilisent ces équipements comme si c’étaient des biens publics.

Extraits d’entretien : Promoteur toulousain

En France on marque la propriété. On se sent un peu plus chez soi je pense quand c’est clôturé […] Avec les espaces verts, la piscine, le tennis, il fallait clôturer, pour avoir sa piscine pour soi, son tennis pour soi et ne pas faire le tennis municipal et la piscine municipale. Je pense qu’au début c’était ça le clôturer, bien au-delà du problème de l’insécurité.

15À cette logique d’appropriation et de marquage de la propriété se surimpose un ensemble de logiques sécuritaires, réelles ou fantasmées. Cette seconde articulation n’est en rien singulière à la France, car elle semble s’exprimer partout sur le globe (Blakely, Snyder, 1997 ; Davis, 1997 ; Caldeira, 2001 ; Low, 2003), mais selon des intensités très variables géographiquement. Par ailleurs, cette référence commune n’est pas systématiquement porteuse de la même signification selon les pays ou les villes. Il n’est pas toujours possible également d’opérer une hiérarchisation ou même une distinction entre les différentes préoccupations sécuritaires. Celles-ci peuvent aussi bien comprendre une peur de la criminalité sous différentes formes qu’une peur de l’Autre, c’est-à-dire de celui que l’on perçoit comme différent. Fréquemment, ces deux peurs sont peu ou prou confondues, tellement l’Autre est associé à l’acte criminel.

16En France, le discours promotionnel dominant renvoie à la prévention des cambriolages dans les logements et aux vols ou dégradations du véhicule. La fermeture de l’espace résidentiel est donc perçue comme une parade susceptible d’assurer une protection relative contre ces deux cibles privilégiées des voleurs. Ce discours dominant prend appui sur les enseignements de l’enquête annuelle de victimation dite Cadre de vie et sécurité (CVS) de 2007 (publiées par l’Observatoire national de la délinquance), qui montre que la victimation observée en France renvoie essentiellement à une délinquance d’appropriation, donc au risque d’être confronté au vol ou autre cambriolage. Environ 2,2 millions de ménages, soit 8,3 % d’entre eux, ont subi l’année précédente un vol ou une tentative de vol visant un de leurs biens, véhicules ou résidences, tandis qu’un peu plus de 800 000 personnes de 14 ans et plus, soit 1,6 % d’entre elles, ont déclaré avoir subi au moins un acte de violences physiques, en dehors des vols et hors ménage. Autrement dit, si le risque d’agression reste très faible, ce n’est pas le cas pour les atteintes aux biens : près d’un ménage sur dix est concerné chaque année. Fort de cette réalité, il s’agit pour les promoteurs d’essayer de dissuader toute intrusion indésirable dans le complexe résidentiel et de compliquer la tâche d’un cambrioleur, ce qui passe par la multiplication de filtres, que ce soit pour pénétrer dans l’ensemble résidentiel ou pour s’y déplacer une fois l’intrusion réussie.

Extraits d’entretien : promoteur toulousain

C’est à la demande de tous nos clients, parce que de plus en plus il y avait un peu de délinquance et les gens voulaient se sentir en sécurité dans leur résidence […] Et ça devient un point très important […] Les gens sont très sensibles à l’heure actuelle à la sécurité […] On parle de la sécurité de l’appartement, mais il y a aussitôt derrière le véhicule, le bien matériel qu’on veut protéger.

17Les finalités sécuritaires attendues d’un complexe résidentiel fermé s’étendent également aux parties communes, avec la volonté de préserver les qualités environnementales de l’habitat d’éventuelles intrusions et surtout de dégradations du type tags, détritus, crottes de chiens… La fermeture et le contrôle des accès sont ainsi le moyen de maintenir la qualité des espaces extérieurs mis à disposition des résidants. Enfin, le discours promotionnel développé par certains vise aussi les familles avec enfants, qui peuvent être particulièrement sensibles à la pose d’une clôture, car celle-ci favorise la sécurisation des espaces communs de l’ensemble résidentiel : non seulement les enfants ne peuvent pas s’éloigner, mais, de surcroît, l’accès à la résidence est protégé.

Extraits d’entretien: promoteur toulousain

C’est très important pour les couples avec enfants d’avoir une clôture parce que les enfants jouent en bas, dans un univers clos avec leur vélo, ils ne vont pas sur la route et on en a fait d’ailleurs un argument de vente.

Production immobilière et montée d’un ordre sécuritaire

18La place centrale occupée désormais par les préoccupations sécuritaires dans la conception des programmes immobiliers en France doit être mise en débat. Comme l’exprime un promoteur interrogé, « c’est dans l’air du temps ». Autrement dit, l’époque étant marquée du sceau de l’insécurité, il devient impératif de promouvoir un habitat sécuritaire, donc fermé avec contrôle des accès. D’où la nécessité de revenir sur les termes du débat portant sur la sécurité en France, en observant la manière dont cette question est devenue centrale sur la scène publique, au point d’innerver de nombreuses pratiques professionnelles, comme celle des promoteurs immobiliers.

La multiplication des discours sécuritaires depuis les années 1970

19À partir des années 1970, les discours sécuritaires produits principalement par les acteurs politiques se multiplient en France (Robert, 1999, 2002 ; Wieviorka, 1999 ; Mucchielli, 2001 ; Mucchielli, Robert (dir.), 2002 ; Bonelli, 2008 ; Rigouste, 2009). La publication en juillet 1977 du rapport Peyrefitte (du nom du ministre de la Justice) marque l’enracinement dans la vie politique française de cette idéologie sécuritaire, qui associe défense des libertés et lutte contre une délinquance censée miner la société. Quelques extraits de ce rapport, au titre par ailleurs très explicite (Réponses à la violence), illustrent à merveille la façon dont l’insécurité est instrumentalisée par les pouvoirs publics : ceux-ci prennent appui sur les enquêtes d’opinion et la multiplication des articles de presse pour légitimer l’urgence politique à agir (Peyrefitte, Schmelck, Dumoulin, 1977) :

  • Page 18 : « Longtemps tenue en marge, la violence s’est installée au cœur de la Cité. Pas encore en maîtresse - mais ce temps peut venir. Si rien n’est fait pour répondre à l’interpellation qu’elle nous adresse, ce temps viendra sans doute. »

  • Page 28 : « Dans la France d’aujourd’hui, une peur enfouie au plus profond de l’homme, mais effacée pour un temps des mémoires, est reparue sous la forme d’un sentiment d’insécurité. »

20Le rapport Peyrefitte de 1977 ancre donc l’idée que la violence ronge en son cœur la société française. La politisation de cette question sécuritaire a dans un premier temps fait l’objet d’âpres débats selon un clivage politique assez traditionnel. Une grande majorité de la gauche française refuse en effet jusqu’aux années 1990 de s’approprier ce thème, au nom d’une critique, relayée par toute une partie de l’intelligentsia, du contrôle social exercé par l’État, thème alors très en vogue sous l’influence en particulier des travaux de M. Foucault (1975). Toutefois, à l’aube du XXIsiècle, l’approche est beaucoup plus consensuelle, car une bonne partie de la gauche s’est à son tour appropriée cette question de l’insécurité. L’étape clé dans cet aggiornamento est bien connue : il s’agit du colloque de Villepinte en 1997, où le gouvernement Jospin à dominante socialiste a consacré la sécurité première des libertés et grande cause nationale juste derrière la lutte contre le chômage. En parlant de la sécurité, le premier ministre évoque ainsi « un droit fondamental de la personne humaine ».

21Cette évolution a contribué à la perte de légitimité de l’argumentaire visant à reconnaître, dans toute politique sécuritaire, la marque d’un État à tendance totalitaire ayant vocation à « surveiller et [à] punir » (Foucault, 1975). L’axiome de l’idéologie sécuritaire, à savoir « la sécurité est la première des libertés », est approprié désormais par la majorité de la classe politique, comme l’illustre la large conversion des maires socialistes à la vidéosurveillance de leur territoire. Tout semble indiquer que les élus se retrouvent placés en France devant une « situation de choix tragique : jouer le jeu sécuritaire ou périr » (Ferret, Mouhanna, 2005).

  • 1 Voir à ce propos la recension critique de J.-G. Garnier dans le numéro 131/2007 de la revue Espaces (...)

22Non seulement la question sécuritaire est devenue centrale dans le débat politique français, mais elle s’est imposée également dans le champ scientifique, comme en témoigne la sortie au cours de la première décennie du XXIsiècle d’une série d’ouvrages consacrés à cette question1. Une impression forte se dégage de cette littérature : une grille de lecture sécuritaire s’est imposée en France pour lire la société et ses évolutions. Un exemple caricatural parmi d’autres est fourni par l’effacement de l’analyse sociale de la banlieue populaire incarnée par les grands ensembles, au profit d’un regard focalisé exclusivement ou presque sur les violences dites urbaines. Or, cette stigmatisation qui porte à la fois sur une catégorie d’individus (le jeune issu de l’immigration) et un territoire (la banlieue difficile) a joué un rôle important dans la représentation d’un pays en proie à une insécurité grandissante.

Un marché de la sécurité privée florissant illustré par les résidences sécurisées

  • 2 Source : Ministère de l’Intérieur, de l’Outre-mer et des Collectivités territoriales.

23Nous pouvons considérer que la forte imprégnation des logiques sécuritaires dans l’habitat en France constitue un témoin parmi d’autres de l’inscription durable dans la société française d’aujourd’hui d’un d’ordre sécuritaire. À cela s’ajoutent le faible taux d’élucidation des vols (15 % en 20082) et l’essor de l’assurance permettant de mutualiser le risque, qui a pour conséquence une incitation forte à développer des parades destinées à contenir ce risque, ne serait-ce pour faire face à la limitation par les compagnies d’assurances du remboursement du vol par le système des franchises. Cette combinaison d’éléments a une double conséquence : elle créé un vide de sécurité dans lequel se sont engouffrées les sociétés de services spécialisées dans le traitement sous toutes ses formes de l’insécurité ; elle favorise l’émergence puis le déploiement d’une culture basée sur la prévention du risque de prédation ou de dégradation.

24D’une part, le marché de la sécurité privée prolifère en France mais pas seulement (Ocqueteau, 1997 ; Marcus, Vourc’h, 1998 ; Arpagian, 2010). En 2008, selon le Syndicat national des entreprises de sécurité, ce secteur emploie environ 165 000 salariés répartis dans 2 820 entreprises, pour un chiffre d’affaires global de 4,8 milliards d’euros, dont 3,6 milliards exclusivement pour la surveillance humaine, donc à l’exclusion des prestations de sécurité électronique, transport de fonds, sûreté aéroportuaire et diverses activités annexes3. Par ailleurs, attestant du dynamisme tout à fait exceptionnel de ce secteur d’activité, la croissance entre 1998 et 2008 de l’emploi (tout type de prestations) est exponentielle, avec + 9 % par an. Par comparaison, les effectifs de gendarmerie et de police réunis (hors personnel administratif, technique et scientifique) s’élèvent en 2008 à 225 000 : autrement dit, pour quatre gendarmes ou policiers, il y a désormais près de trois agents de sécurité privée. Par ailleurs, la croissance des effectifs employés par les entreprises de sécurité privée combinée à la baisse des fonctionnaires affectés au maintien de l’ordre, sous l’effet de la révision générale des politiques publiques (RGPP), est lourde de conséquences à terme : le ministère de l’Intérieur ne prévoie-t-il pas que dès 2014 les effectifs de la sécurité privée pourraient dépasser ceux des forces publiques ? De fait, la gestion de la sécurité, qui a longtemps reposé sur l’État et la solidarité de voisinage, s’est complexifiée, avec cette profusion d’acteurs ayant vocation à participer à une régulation de sa gestion.

25D’autre part, l’émergence puis l’essor d’une culture axée sur la prévention du risque de prédation ou de dégradation, sur fond d’imposition d’un ordre sécuritaire régulièrement convoqué à l’agenda politique et médiatique, se traduit par la promotion d’une conception sécuritaire de l’habitat en France. Les promoteurs immobiliers estiment qu’ils ne peuvent plus transiger désormais avec cet impératif consistant à « vendre de la sécurité ». Dès lors, la sécurisation de l’habitat apparaît bien comme une forme de régulation informelle et privative de la forme dominante des actes délictueux enregistrés en France, à savoir l’insécurité d’appropriation et de dégradation. Elle est censée apaiser les inquiétudes des Français, même si l’invocation régulière d’un ordre sécuritaire contribue paradoxalement à alimenter le sentiment d’insécurité, en rappelant la permanence de la menace.

26Quelle est l’efficacité réelle de la clôture et du contrôle des accès face aux actes délictueux ? En fait, la plupart des promoteurs interrogés, et certains le reconnaissent sans ambages, manquent d’éléments pour répondre correctement à cette question. Cette réponse dominante montre à l’évidence que le discours promotionnel justifie d’abord et avant tout la fermeture par le recours à une rhétorique sécuritaire reposant essentiellement sur un mécanisme de médiatisation, adossé à la multiplication des discours sur l’insécurité au sein de la sphère politico-médiatique. Au final, peu importe de savoir si réellement la clôture et le contrôle des accès sont bien dissuasifs en termes d’actes délictueux, l’important est d’en être convaincu.

27Bien que les promoteurs n’aient pour la plupart pas de retour d’expérience pour jauger l’efficacité des dispositifs de sécurisation/fermeture mis en place, les enquêtes de victimation mais aussi différents travaux semblent montrer une certaine capacité de ces dispositifs à diminuer le risque d’être victime d’un acte délictueux. Ainsi, la victimation enregistrée en France entre 1996 (enquête permanente sur les conditions de vie des ménages) et 2007 (enquête Cadre de vie et sécurité) montre que « depuis le milieu des années 1990, les vols spécialisés comme les vols de voitures, les vols à la roulotte (vols d’objets sur ou dans la voiture), ainsi que les cambriolages, ont nettement diminué. Cette baisse est sans doute due à la généralisation des systèmes de protection. En 1996, 13,5 % des ménages ont eu à déplorer un vol lié à la voiture au cours des deux années précédant l’enquête ; cette part est passée à 8,6 % en 2005 (8,3 % en 2007) ; pour les cambriolages, la part passait de 3,5 % à 2,5 % » (Le Jeannic, 2006, p. 638). Ces résultats ne sont guère surprenants, car R. Atlas et W.G. Leblanc (1994) ont bien montré que les murs faisaient baisser la criminalité, en reportant toutefois sur des espaces résidentiels proches non protégés par une enceinte les tentatives de vols (Helsley, Strange, 1999 ; Le Goix, 2006, p. 107-136).

Une ville fermée et surveillée, pas seulement dans l’habitat

28L’essor des environnements résidentiels sécurisés ne relève-t-elle pas d’une quête mythique, celle d’une cité hyper-protégée et d’une société fondée sur la maîtrise du moindre risque ? Déjà, au début de la décennie 1980, des sociologues développaient cette thèse de la gestion du risque, en montrant que l’insécurité était au cœur du fonctionnement de la société : « la gestion des risques devient la nécessité première pour survivre dans un monde où virtuellement tout peut arriver à tout moment » (Ackermann et al., 1983, p. 106). Cette thèse de la société du risque a ensuite été reprise et développée par d’autres (Ascher, Godard, 1999 ; Peretti-Watel, 2000 ; Beck, 2001).

29L’extension des logiques de contrôle de l’espace s’inscrit dans ce sillon et ce mouvement dépasse les seuls territoires résidentiels. Il répond à cette volonté de maîtriser le maximum de risques, donc de protéger la population de la prolifération, en son sein, de menaces multiples : petite délinquance de prédation, incivilités, violences urbaines, mais aussi réitération de la menace terroriste justifiant le maintien du plan Vigipirate, etc. Bref, l’ennemi intérieur (Rigouste, 2009) étant omniprésent et prenant des formes variées, l’état de vigilance (Fœssel, 2010) s’impose à tous, légitimant l’action des pouvoirs publics en faveur d’une mise sous surveillance de la société. Le philosophe M. Fœssel démontre bien les mécanismes de développement d’un État qu’il qualifie de libéral-autoritaire, qui prospère à mesure de l’affaiblissement de l’État providence. C’est donc une apparence de restauration de puissance étatique à laquelle nous assistons, car en réalité c’est bien un véritable aveu d’impuissance. À défaut de pouvoir agir sur le registre des protections économiques et sociales dans un cadre national ouvert aux logiques de mondialisation, l’État providence affaibli investit le champ sécuritaire, surfant sur la multiplication des risques et des peurs, ce qui lui sert d’alibi pour restaurer sa puissance. Or, il est clair que la fabrique urbaine et de l’habitat en particulier est désormais largement imprégnée de cette promotion d’un ordre sécuritaire par les pouvoirs publics, avec deux tendances fortes qui se dégagent.

30La première est précisément la promotion d’un urbanisme et d’un habitat sécuritaire, l’un des effets de l’importation en France des théories d’origine anglo-saxonne de prévention situationnelle et d’espace défendable (Billard et al., 2005). Brièvement, la prévention situationnelle a pour but de rendre les espaces plus sûrs, par la prise en compte des impératifs de sécurité dans l’aménagement des territoires. Les enclaves résidentielles fermées en plein essor en France participent de cette logique, mais celle-ci les dépasse, car elle se déploie à travers toute une série de dispositifs visant à construire des quartiers réducteurs d’insécurité, en jouant en particulier sur l’agencement du bâti, la trame viaire ou encore l’éclairage.

  • 4 Loi du 21 janvier 1995 d’orientation et de programmation relative à la sécurité.

31La deuxième tendance concourant à la montée en puissance d’un territoire sous surveillance est le recours désormais massif à la technologie, en particulier à la vidéosurveillance. Le gouvernement français mise ainsi massivement sur cette technique, au nom de la lutte contre la délinquance, l’objectif étant de passer de 20 000 caméras aujourd’hui à 60 000 d’ici fin 2011. Ce dispositif modifie les modalités du contrôle social des lieux publics ou des espaces privés ouverts au public, comme les centres commerciaux par exemple. Le contrôle social direct et visible, très normalisateur en termes de conduite individuelle lorsque les rapports d’interconnaissance permettaient une surveillance étroite du corps social et que « la plupart des conflits se régl(aient) en privé, le recours à la justice d’État (étant) l’exception » (Mucchielli, 2001, p. 86), s’efface au profit d’un contrôle beaucoup plus insidieux, dont la perte du pouvoir normalisateur n’a d’égale que son efficacité limitée à prévenir les comportements déviants. Par ailleurs, cette tendance favorise la marchandisation de la sécurité déjà évoquée, dans la mesure où les gestionnaires ou exploitants d’espaces privés ouverts au public sont obligés d’en assurer la sécurité4, celle-ci passant généralement une combinaison associant moyens techniques (vidéosurveillance) et humains.

Conclusion

32Cette montée en puissance d’une ville fermée et surveillée est un témoin parmi d’autres de l’imposition d’un ordre sécuritaire qui renferme une charge nostalgique incontestable. Nostalgie d’une société d’autrefois où la vigueur des appareils normalisateurs décrits par M. Foucault (l’école, l’armée, l’usine ou la prison) et du contrôle social direct assuré par la prédominance des relations d’interconnaissance assuraient une double forme de régulation de la déviance, lorsque la gestion de la sécurité reposait sur ses deux piliers traditionnels : l’État, qui en possédait le monopole, et la solidarité de voisinage. D’ailleurs, le développement des ensembles résidentiels fermés est à replacer dans ce contexte « d’affaiblissement des liens communautaires locaux » (Charmes, 2011) ou d’érosion de la « socialité vicinale » (Robert, 2000).

33C’est sur ce terreau empreint de nostalgie que prolifère désormais cet ordre sécuritaire qui imprime sa marque à la gestion des territoires, amenant l’ensemble des acteurs de l’habitat à succomber à la surenchère sécuritaire. Les promoteurs conçoivent des programmes fermés avec contrôle des accès et « vendent de la sécurité » dans leur discours promotionnel. Les bailleurs sociaux érigent grilles et codes d’accès en multipliant les opérations de résidentialisation. Les assemblées de copropriétaires votent à tour de bras la mise en place de dispositifs de contrôle des accès à l’entrée des copropriétés construites avant la tendance à la généralisation de ces dispositifs au cours des années 1990 et 2000. Enfin, la plupart des élus locaux semblent accepter sans coup férir cette large diffusion d’une nouvelle territorialité de l’habiter en France construite sur le mode de la fermeture et du contrôle des accès, y trouvant même leur compte, dans la mesure où l’imposition d’une limite claire permet de bien démarquer les limites de propriété, ce qui favorise la gestion de ces différents espaces en responsabilisant chaque acteur (Billard, Chevalier, Madoré, Vuaillat, 2011).

Haut de page

Bibliographie

ACKERMANN W., DULONG R., JEUDY H.-P., 1983, Imaginaires de l’insécurité, Paris, Librairie des Méridiens.

ASCHER F., GODARD F., 1999, « Vers une troisième solidarité », Esprit, n° 11, p. 168-189.

ARPAGIAN N., 2010, L’État, la Peur et le Citoyen. Du sentiment d’insécurité à la marchandisation des risques, Paris, Vuibert.

ATLAS R., LEBLANC W.G., 1994, « The impact on Crime of Streets Closures and Barricades: A Florida Case Study », Security Journal, vol.5, p.  140-145.

BECK U., 2001, La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Paris, Alto-Aubier.

BILLARD G., CHEVALIER J., MADORÉ F., 2005, Ville fermée, ville surveillée. La sécurisation des espaces résidentiels en France et en Amérique du Nord, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

BILLARD G., MADORÉ F., 2010, « Une géographie de la fermeture résidentielle en France. Quelle(s) méthode(s) de recensement pour quelle représentation du phénomène ? », Annales de Géographie, n° 675, p. 492-514.

BILLARD G., CHEVALIER J., MADORÉ F., VUAILLAT F., 2011, Quartiers sécurisé : un nouveau défi pour la ville ?, Paris, Les Carnets de l’info.

BLAKELY E.J., SNYDER M.G., 1997, Fortress America : Gated Communities in the United States, Cambridge, Washington (DC), Brooking Institution Press, Lincoln Institute of Land Policy.

BONELLI L., 2008, La France a peur. Une histoire sociale de l’insécurité, Paris, La Découverte.

CALDEIRA T., 2001, City of Walls. Crime, Segregation, and Citizenship in São Paulo, Berkeley, University of California Press.

CAPRON G. (dir.), 2006, Quand la ville se ferme. Quartiers résidentiels sécurisés, Paris, Bréal.

CHARMES É., 2005, La vie périurbaine face à la menace des gated communities, Paris, L’Harmattan.

CHARMES É., 2011, « Les Gated Communities : des ghettos de riches ? », laviedesidees.fr, le 29 mars 2011.

DAVIS M., 1997, City of quartz. Los Angeles capitale du futur, Paris, La Découverte (traduit de l’américain par Michel Dartevelle et Marc Saint-Upéry ; édition originale, 1990).

FERRET J., MOUHANNA C. (dir.), 2005, Peurs sur les villes. Vers un populisme punitif à la française ?, Paris, Presses universitaires de France.

FŒSSEL M., 2010, État de vigilance. Critique de la banalité sécuritaire, Lormont, Le Bord de l’eau.

FOUCAULT M., 1975, Surveiller et punir, naissance de la prison, Paris, Gallimard.

GARNIER J.-P., 2007, « Société vulnérable ou population vulnérable ? Un débat biaisé », Espaces et Sociétés, n° 131, p. 171-181.

GLASZE G., WEBSTER C., FRANTZ K., 2002, « The global spread of gated communities », Environment and Planning, B 29, n° 3, p. 315-320.

GLASZE G., WEBSTER C., FRANTZ K. (dir.), 2005, Private Cities. Global and Local Perspectives, Londres, Routledge.

HELSLEY R.W., STRANGE W.C., 1999, « Gated Communities and the Economic Geography of Crime », Journal of Urban Economics, n°46, p.80-105.

LE GOIX R., 2006, « Les gated communities aux États-Unis et en France : une innovation dans le développement périurbain ? », Hérodote, n° 122, p. 107-136.

LE GOIX R., WEBSTER C., 2008, « Gated Communities », Geography Compass, vol.2, n° 4, p. 1189-1214.

LOUDIER-MALGOUYRES C., 2010, L’enclavement et la fermeture des ensembles d’habitat individuel. Première approche à partir des aspects morphologiques en Île-de-France, Paris, IAU Île-de-France.

LE JEANNIC T., 2006, « Insécurité : perceptions et réalités », in Insee, Données sociales. La société française, p. 637-647.

LOW S., 2003, Behind the Gates: Life, Security and the Pursuit of Happiness in Fortress America, New York, Routledge.

MARCUS M., VOURC’H C., 1998, « La sécurité comme bien commun », Esprit, n° 248, p. 76-99.

MUCCHIELLI L., 2001, Violences et insécurité. Fantasmes et réalités dans le débat français, Paris, La Découverte.

MUCCHIELLI L., Robert P. (dir.), 2002, Crime et sécurité, l’état des savoirs, Paris, La découverte.

OCQUETEAU F., 1997, Les défis de la sécurité privée, surveillance et protection dans la France d’aujourd’hui, Paris, L’Harmattan.

PAQUOT T. (dir.), 2009, Ghettos de riches. Tour du monde des enclaves résidentielles sécurisées, Paris, Perrin.

PERETTI-WATEL P., 2000, Sociologie du risque, Paris, Armand Colin.

PEYREFITTE A., SCHMELCK R., DUMOULIN R., 1977, Réponses à la violence : rapport à Monsieur le Président de la République. [En ligne] http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/BRP/774023100/0000.pdf.

RIGOUSTE M., 2009, L’ennemi intérieur. La généalogie coloniale et militaire de l’ordre sécuritaire dans la France contemporaine, Paris, La Découverte.

ROBERT P., 1999, Le citoyen, le crime, l’État, Genève, Droz.

ROBERT P., 2000, « Les territoires du contrôle social, quels changements ? », Déviance et société, vol. 24, n° 3, p. 215-23.

ROBERT P., 2002, L’insécurité en France, Paris, La Découverte.

WIEVORKA M., 1999, Violence en France, Paris, Seuil.

Haut de page

Notes

1 Voir à ce propos la recension critique de J.-G. Garnier dans le numéro 131/2007 de la revue Espaces et Sociétés.

2 Source : Ministère de l’Intérieur, de l’Outre-mer et des Collectivités territoriales.

3 http://www.e-snes.org/i_zip/fiche_chiffres.pdf

4 Loi du 21 janvier 1995 d’orientation et de programmation relative à la sécurité.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Commercialisation de programmes résidentiels fermés en 2007
Crédits Source : site Internet de promoteurs, 2007 – Réalisation : Madoré ; Allard©ESO Nantes, 2008
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2338/img-1.png
Fichier image/png, 123k
Titre Tableau 1 : Les dix premières aires urbaines françaises pour le nombre de programmes résidentiels fermés en 2007
Crédits Source : site Internet des promoteurs, 2007
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2338/img-2.png
Fichier image/png, 18k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Madoré, « Ensembles résidentiels fermés en France et montée d’un ordre sécuritaire », L’Espace Politique [En ligne], 17 | 2012-2, mis en ligne le 25 juin 2012, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/2338 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.2338

Haut de page

Auteur

François Madoré

Enseignant chercheur
Université de Nantes, Igarun, UMR 6590 ESO-Nantes
francois.madore@univ-nantes.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org