Navigation – Plan du site

Auto-ségrégation résidentielle et ordre urbain chez les classes moyenne et supérieure à Mexico : une question d’échelle ?

Residential Confinement and Urban Order in Middle and Upper Latin-American Classes: What about Scale?
Guénola Capron

Résumés

L’objectif de l’article est d’éclairer l’importance de l’échelle sociale et spatiale dans les phénomènes d’enclavement, de fermeture et de sécurisation résidentiels pour comprendre les enjeux de l’auto-ségrégation et de l’enfermement des classes moyenne et supérieure latino-américaines. Enjeux qui tiennent tout à la fois à l’ampleur des faits, à la taille des gated communities, aux défis et problèmes posés par leur regroupement. Car plus que de l’entre-soi communautaire, c’est de l’ordre urbain qu’il s’agit de produire, à une échelle qui dépasse l’ensemble résidentiel et qui implique des changements importants dans la conception de la solidarité urbaine.

Haut de page

Texte intégral

1À la fin des années 1980, la logique de l’insécurité a marqué un tournant dans la production de la ville. La délinquance est devenue un « problème de société »et elle a progressivement produit un marché « global » avec ses experts, ses marchandises, son langage – à Mexico, comme dans d’autres parties de la planète. Le marché immobilier a suivi cette tendance avec les gated communities, à savoir un produit résidentiel clés-en-main qui intègre divers services privés (sportifs, urbains, etc.), parmi lesquels la sécurité personnelle. Ce produit a eu un certain succès auprès des classes moyenne et supérieure du monde entier. Aux États-Unis d’abord, puis rapidement dans les pays du Sud, notamment en Amérique latine sous des formes dissuasives et défensives.

  • 1 Dans ce type d’urbanisation, un secteur urbain désigne une échelle infra-municipale (de niveau méso(...)
  • 2 En Amérique latine, on peut citer, par exemple, Barra da Tijuca à Rio de Janeiro (Serfaty, 2000), P (...)

2Dans cet article, nous souhaiterions analyser les enjeux et les effets d’échelle d’un ordre urbain localisé produit par un« secteur »de gated communities à Mexico. Ce secteur1 constitue un morceau de ville dans la ville – comme il y en a ailleurs, notamment au sud du Rio Grande2.

  • 3 L’ordre urbain est constitué d’un ensemble de dispositifs à la fois matériels (disposition spatiale (...)

3Nous faisons l’hypothèse que l’on ne peut comprendre l’auto-ségrégation résidentielle qu’à condition de la rétablir dans un travail d’articulation des échelles spatiales et sociales. Ce travail d’articulation résulte de ce que les acteurs sociaux cherchent à produire de l’ordre urbain3non seulement à l’intérieur de la gated community mais aussi « autour » de celle-ci. C’est cette relation entre intérieur et extérieur, cette dialectique du dedans et du dehors, que nous cherchons à comprendre dans cet article qui s’inscrit dans le prolongement des travaux de Sennett (1979) sur la crise de l’espace public moderne urbain.

4Nous nous appuierons sur trente entretiens qualitatifs réalisés en 2008 auprès d’habitants d’un secteur urbain de gated communities du nord-ouest de la zone métropolitaine de Mexico (Zona Esmeralda). Nous recourons également à l’analyse d’un matériau issu de la presse locale et régionale (notamment du principal quotidien de l’Etat fédéré de Mexico, El Sol de México). Nous mobiliserons enfin les conclusions d’un travail conduit, avec d’autres chercheurs, dans les Amériques (Capron et al., 2006).

5La première partie vise à décrire les formes de l’enclavement et de la fermeture résidentiels ayant une logique sécuritaire à Mexico. Elle situe plus précisément le cas de l’étude, Zona Esmeralda, dans le contexte urbain mexicain. La deuxième partie analyse les différentes motivations et le vécu de l’enfermement des résidents de Zona Esmeralda. La troisième enfin cherche à montrer en quoi, à l’échelle d’un regroupement de gated communities, l’homogénéité sociale est un outil de la construction de territoires politiques visant à mettre en place des mécanismes de gestion urbaine différenciés de ceux du reste de la municipalité.

Les formes socio-spatiales de l’enclavement et de l’enfermement résidentiel à Mexico

6À Mexico, comme c’est sans doute le cas dans d’autres métropoles, les diverses formes d’enclavement et de fermetures résidentielles à destination des classes moyenne et supérieure produisent tout à la fois une homogénéisation sociale et un entre-soi, deux dimensions importantes de l’auto-ségrégation. Toutefois, bien que l’on observe une sédimentation des formes socio-spatiales entre les banlieues de lotissements résidentiels des années 1960 et les vastes regroupements de gated communities des années 1990-2000, l’enclavement et la fermeture n’ont pas exactement les mêmes significations ni, surtout, les mêmes enjeux spatiaux, sociaux et politiques selon leur ordre de grandeur. De fait, l’échelle renvoie d’abord à une question de taille et de dimension des objets ; mais aussi de mise en œuvre de la fermeture.

7Il y existe ainsi une différence entre habitat enclavé, habitat fermé et habitat sécurisé. Tout trois induisent des formes spécifiques d’auto-ségrégation. Il demeure toutefois que ces trois types peuvent renvoyer à des objets empiriques susceptibles de s’inscrire le long d’un continuum socio-spatial, celui de l’enclavement spatial, de la fermeture matérielle et de la sécurisation résidentielle. L’enclavement physique opéré par des formes spatiales tournées vers l’intérieur (boucles, cul-de-sac, etc.) était déjà le propre des lotissements suburbains. La fermeture renvoie pour sa part à des dispositifs matériels de clôture (grilles, murs, etc.) qui vont au-delà de l’échelle du logement individuel. La sécurisation, enfin, met en œuvre des dispositifs de protection des biens et des individus (gardes, vigiles, caméras, etc.).

8De fait, partout en Amérique latine, l’enclavement et la fermeture de l’habitat ont changé d’ampleur au cours des trois dernières décennies. Ce changement d’ampleur est concomitant d’un déploiement du marché privé de la sécurité. La diffusion de produits immobiliers intégrant un service spécifique de sécurité se superpose à une diffusion des formes enclavées et des espaces résidentiels fermés. À Mexico, cette rhétorique sécuritaire émerge dans la deuxième moitié des années 1980. On la voit poindre notamment dans des publicités immobilières qui mettent en avant l’argument s’une sécurité assurée 24 heures sur 24 (Capron& De Alba, 2009). Cette rhétorique se renforce dans les années 1990. Dans les segments de l’habitat neuf pour classes moyenne et supérieure, toutes les publicités la mobilise – tout en recourant aussi à d’autres régimes d’argumentation tout aussi standardisés : la nature, le « tous services compris ». L’argument fait mouche, même si le succès des produits sécurisés ne se réduit pas uniquement à la problématique « sécuritaire ».

9Par ailleurs, il apparaît que les processus de sécurisation résidentielle ne concourent pas forcément à la production d’espaces fermés. Il existe en effet une multiplicité de dispositifs. Certaines rues ont par exemple des guérites mais pas de clôtures. Les vigiles, payés grâce à une contribution volontaire des riverains, surveillent alors les aller et venues. Ils peuvent s’adresser aux personnes qui garent leur voiture, les interroger sur les motifs de leur présence, sans toutefois aller jusqu’à exiger leurs papiers d’identité et surtout sans entraver la circulation des passants et des véhicules. Des pancartes et/ou des autocollants signalant qu’on se situe dans une zone de vecino vigilante (riverain vigile et vigilant) sont apposés sur les murs extérieurs des maisons des familles qui ont adhérés à se mode de protection. Il existe aussi des alarmes collectives, reliées entre les maisons et, parfois, au commissariat. À Mexico, des petites compagnies de surveillance proposent également des patrouilles à heures fixes signalées par un coup de sifflet. Parfois, dans les rues où les habitants n’ont pas les moyens (ou ne souhaitent pas) rémunérer un vigile, les rondes de la police municipale sont signalées sur des panneaux publics.

10La rue enclose pour sa part constitue un dispositif ex post. La fermeture est appliquée aux espaces caractérisés par un « urbanisme ouvert », quoique plutôt enclavé, et à des constructions antérieures aux années 1990 : rues, grands ensembles et lotissements entiers. C’est une solution moins onéreuse que la sécurité « 24heures sur 24 » des copropriétés. Les dispositifs de contrôle de l’accès vont ici de la simple grille dont tous les riverains possèdent la clé, à la barrière activée par un gardien dont le salaire est versé par les résidents qui s’acquittent d’une contribution volontaire. Ces dispositifs visent principalement à se prémunir contre les cambriolages et certaines nuisances résidentielles telles la circulation des automobiles et des minibus (Giglia, 2008). On est ici assez loin des services professionnalisés proposés par les grandes sociétés de sécurité privée.

11Le lotissement et la copropriété fermés résultent quant à eux de petites opérations foncières et/ou immobilières. Ils sont constitués d’une dizaine de maisons localisées le long d’une voie de desserte intérieure. Un portail automatique garantit l’accès. Il y a parfois un vigile (qui n’est pas nécessairement présent 24heures sur 24). Enfin, le périmètre d’habitat est enclos. À Mexico, ces lotissements et copropriétés sont principalement situés au sud, au sud-ouest et dans le nord-ouest de la ville. Ils sont sont enchâssés dans des quartiers hétérogènes, des anciens villages, des maisons résultant d’un processus d’auto-construction. Ils visent principalement un segment de marché intermédiaire ou supérieur.

  • 4 Nous pensons que la classification proposée il y a bientôt quinze ans par Blakely & Snyder (1997) r (...)

12Les gated communities se distinguent de la rue, du petit lotissement et de la copropriété fermés d’un côté par l’échelle à laquelle s’opèrent l’enclavement, la sécurisation et la fermeture du périmètre résidentiel ; de l’autre par la nature par son contenu. Les communautés fermées sont associées à un certain prestige et correspondent à un produit plutôt haut-de-gamme4. Le périmètre résidentiel est enclos par des grillages ou des hauts murs ; l’accès est contrôlé ; la sécurité personnelle est assurée en continu par des entreprises de renommée nationale ou internationale (Securitas, ADT, etc.) au moyen de patrouilles et, de plus en plus, d’un arsenal technologique comportant des caméras de reconnaissance faciale, des scanners à lecture optique, etc.

  • 5 En 2012, elle est composée du District fédéral (la ville-centre) et de 59 municipalités conurbées.

13L’intéressant est que ces gated communities, peuvent parfois former, avec des centres commerciaux, des universités privées et parfois des tours de bureaux intelligents, d’immenses « grappes » (selon l’expression de Madoré et al., 2005)constitutives de « morceaux de ville ». Certains de ces morceaux de ville (Barra da Tijuca à Rio, Nordelta à Buenos Aires) ont été initialement planifiés suivant les principes de l’urbanisme moderne puis réorientés vers l’urbanisme sécuritaire. À Mexico, ils sont essentiellement concentrés dans la partie nord-ouest de la zone métropolitaine5. Aire la plus aisée, en dépit d’une hétérogénéité qui résulte surtout de la proximité entre quartiers riches et pauvres dans les villes latino-américaines (Sabatini, Cáceres et al., 2001).

Zona Esmeralda, un secteur urbain enclavé

14À l’ouest de la zone métropolitaine de Mexico et de la municipalité d’Atizapan, à une quarantaine de kilomètres du centre historique de Mexico (Carte n° 1), la Zona Esmeralda (« la Zone d’Émeraude ») est l’un de ces secteurs urbains enclavés et sécurisés. Située en périphérie de la ville, elle regroupe une vingtaine de gated communities qui constituent en 2012encore ce qu’il est convenu d’appeler un front urbain.

Carte n° 1 : La « Zone d’Emeraude », une zone de gated communities au nord-ouest de Mexico

Carte n° 1 : La « Zone d’Emeraude », une zone de gated communities au nord-ouest de Mexico

La part des ménages disposant d’au moins un véhicule est utilisée ici comme un indicateur du niveau socio-économique de la population.

Source : Dulce Monserrat Espín Carillo.Source: recensement de population, INEGI, 2000.

15En 2010,Zona Esmeralda comptait, selon le recensement de population de l’INEGI,3 900 logements en 2010. Son taux de croissance démographique annuel moyens est accéléré ces dernières années passant3,5 % entre 1990 et 2000 à7,8 % entre 2000 et 2010 (selon l’INEGI toujours).Le taux de motorisation des ménages, qui est un indicateur plutôt fiable du niveau socio-économique de la population (González Arellano, 2012), y est élevé.

  • 6 La Estadia en 1979-1981, Chiluca, Hacienda de Valle Escondido
  • 7 Prado Largo en 1999-2003; Lago Esmeralda et Bosque Esmeralda deux gros ensembles de 3 000 logements (...)

16L’opération immobilière à l’origine de la zone a été lancée dans les années 1970 par les propriétaires de deux anciennes haciendas. Le premier lotissement, Condado de Sayavedra, autorisé en 1975 (1366 logements en 2010), a été livré en plusieurs phases entre 1981 et 1984, et commercialisé sous couvert d’exclusivité résidentielle. La vente des terrains de Zona Esmeralda s’est poursuivie dans les années 1980 et 19906, puis a rebondi dans les années 2000, prenant un tour de plus en plus sécuritaire7. En 2010, les résidents de Zona Esmeralda représentaient 3% de la population totale d’Atizapan, alors qu’ils occupaient près d’un tiers de la superficie municipale.

Carte n° 2 : Organisation spatiale de Zona Esmeralda

Carte n° 2 : Organisation spatiale de Zona Esmeralda

Sources : plans d’occupation des sols municipaux, image Google Maps et relevés.

17Construite dans une partie assez vallonnée d’Atizapán, qui correspond au début du versant montagneux situé à l’ouest de la zone métropolitaine de Mexico, Zona Esmeralda est isolée de la partie déjà urbanisée de la municipalité. Elle est coupée de la municipalité de Naucalpan, au sud, par une double frontière : une côte assez abrupte et une autoroute qui la longe et permet une desserte rapide (une vingtaine de minutes sans embouteillages) vers Interlomas (municipalité de Huixquilucan) et Santa Fe, le quartier d’affaires du District fédéral de Mexico. La Zona Esmeralda est de fait physiquement mieux connectée à l’ouest de la ville qu’à la municipalité de Naucalpan ou au reste d’Atizapán.

  • 8 L’ejido est un type de propriété foncière, inaliénable et imprescriptible, créé à la suite de la Ré (...)

18Ensembles résidentiels sécurisés et centres commerciaux s’égrènent de façon dissymétrique le long d’une route principale à quatre voies, sans autre issue que le lotissement fermé de Condado de Sayavedra qui est complètement enclavé. La Zona est délimitée par des espaces boisés et des herbages, correspondant à l’ouest à des terres ejidales et à l’est à des terres comunales8, ainsi qu’un vaste parc municipal de plusieurs hectares (il y a aussi un petit aérodrome). Les ensembles résidentiels les plus sélectifscomptent des clubs privés, avec piscines collectives, golfs, club hippique, terrains de tennis où se disputent des coupes nationales.

19De nombreux résidents de Zona Esmeralda sont originaires de la banlieue de Satélite. On y dénombre un certain nombre de fortunes nouvellement constituées – avec des variations dans les échelles de la richesse. Y vivent aussi des expatriés étrangers et – selon la presse et certaines rumeurs– quelques importants trafiquant de drogue. La densité résidentielle est faible, entre 25 et50habitants par hectare.

20Le paysage, aseptisé, typique des gated communities, montre, à l’extérieur, une succession de murs et grillages, de porches monumentaux avec vigiles et caméras de surveillance. À l’intérieur, ce sont des alignements de maisons individuelles, de jardins et d’allées verdoyantes qui s’offrent au regard, évoquant un décor analogue à celui de la Zone, propriété privée (2007),le long-métrage du réalisateur mexicain Rodrigo Plá.

21En résumé, on peut dire que Zona Esmeralda opère, comme Santa Fe et Huixquilucan, à une tout autre échelle de l’enclavement, de la fermeture et de la sécurisation : une échelle infra-urbaine qui n’est pas seulement résidentielle.

L’ordre résidentiel et urbain de la gated community

22L’échelle résidentielle (à savoir ici celle de la maison et du quartier) permet d’observer la manière dont sont produits d’une part l’ordre social« à l’intérieur » des gated communities; d’autre part, les rapports entre sécurisation et enfermement.

23À Mexico, comme ailleurs en Amérique latine, la sécurisation résidentielle est un thème prégnant de la gated community. À côté de la sécurité, la recherche d’un investissement « sûr » que les murs protégeraient d’une dévalorisation, la quête de confort, de standing et d’un style de vie, le « bon » voisinage sont aussi des arguments de poids pour les ménages qui font le choix d’habiter dans ces espaces. Ce sont d’ailleurs parfois les mêmes arguments qu’énoncent les ménages qui décident de vivre dans des petites copropriétés fermées. Il n’est donc guère étonnant que les personnes interrogées à Zona Esmeralda évoquent la qualité de vie, les faibles densités, le silence, l’air pur, la nature, la vie en plein air (saine pour les enfants) comme certains des éléments qui ont présidé à leur choix résidentiels. Ces valeurs sont indicatives de l’appartenance à une communauté de happy few. Le choix de vivre dans un lieu privilégié, à l’écart de l’urbanisation, au milieu de « gens bien », participe ainsi d’un mécanisme de distinction sociale qui est peut-être un des éléments moteur de la quête d’une certaine homogénéité socioculturelle.

  • 9 Bien que, paradoxalement, les interviewés se plaignent aussi du manque de commerces et d’établissem (...)

24Cette homogénéité collabore à la création d’un sentiment de communauté. La gated community latino-américaine constitue en effet un des espaces d’une vie qui se déroule à l’intérieur d’une série de « bulles » (ensembles résidentiels fermés, centres commerciaux et centres d’affaires), suivant les termes utilisés par certains interviewés. Des bulles qui protègent des incertitudes de la vie quotidienne dans la mégalopole latino-américaine, des agressions physiques. Des bulles qui isolent du reste de la ville, surtout des autres groupes sociaux (spatialement proches ou lointains) qu’ils perçoivent comme menaçants. On y construit ainsi un entre-soi (Donzelot, 1999), qui demeure certes traversé par de multiples lignes de divisions et des tensions sociales internes : conflits de voisinage, micro-différences vécues entre nouveaux et anciens résidents, entre habitants aisés et résidents multimillionnaires. Exemplaire est à cet égard la réponse de Javier et José à la question de savoir s’il y a « des différences sociales internes à Zona Esmeralda ? ». Les deux interlocuteurs répondent d’abord unanimement : « Non ».Puis ils dénigrent les nouveaux ensembles construits à l’entrée de Zona Esmeralda qu’ils comparent à du logement social. Ilsse montrent aussi insatisfaits des nouvelles constructions (logements, centres commerciaux, universités) qui, selon eux, menacent leur tranquillité résidentielle. Dans leurs représentations sociales, le commerce est associé aux mobilités urbaines et à la venue de délinquants9. Ces changements font même envisager à certains habitants la possibilité de partir ailleurs, d’autant qu’ils nombreux à avoir déjà fui, il y a trente ans, la banlieue de lotissements de classes moyennes de Satélite, qui s’était densifiée de façon un peu anarchique. De fait, le sentiment d’une identité collective peut se fissurer face aux changements urbains et sociaux. L’arrivée de nouveaux habitants peut être perçue comme une intrusion par les résidents.

  • 10 Le long-métrage La Zone, propriété privée, montre bien la manière dont ordre de copropriétaires peu (...)

25Ce désir d’entre-soi ne signifie pas pour autant que tous les individus qui ont fait le choix de vivre dans une résidence sécurisée, y compris à l’intérieur d’un espace urbain surveillé, optent inconditionnellement pour un enfermement social (Capron et al., 2006). Il n’y a pas de « relation simple et mécanique entre le repli sur l’entre-soi et les liens que les individus estiment avoir les uns avec les autres » (Charmes, 2005, p. 13). L’installation dans un lotissement sécurisé est néanmoins significative d’un rapport distancié des classes moyenne et supérieure à la ville dense et à l’espace public moderne. La gated community constitue une sorte de « communauté morale », suivant l’expression de « région morale » utilisée par Park (1979 [1925]) au sujet de certains quartiers de Chicago dans les années 1930 (par exemple, les quartiers du vice) : une aire urbaine habitée par une micro-société, marqué de manière prédominante par un code moral, avec ses traits partagés, ses intérêts, ses normes. De fait, la communauté est une valeur intériorisée par les résidents qui n’a pas forcément de traduction dans les comportements individuels mais se manifeste par une adhésion plus ou moins tacite aux valeurs et aux règlements de la gated community : l’ordre privatif, c’est-à-dire un contrôle collectif « communautariste-privé », effectué à travers la gérance et l’assemblée des copropriétaires10.

26Ce sentiment d’une communauté se manifeste sans doute dans ce que les résidents de sgated communities de Zona Esmeraldaque nous avons interrogés expriment une certaine« urbaphobie » : une peur de la grande ville (Marchand &Salomon Cavin, 2010),de la foule, du frottement avec l’altérité, de la rencontre avec l’imprévu. L’expérience qu’ils ont de la ville dense et surtout les contrastes qu’ils ressentent entre le monde aseptisé de Zona Esmeralda et le reste de la ville (en dehors de quelques endroits comme Interlomas et Santa Fe) confortent ce rejet de la ville.Les entretiens effectués révèlent que de nombreux habitants de Satélite et de Zona Esmeraldapartagent des représentations sociales de la ville qui son tconservatrices, classicistes et exclusives qui se manifestent dans la stigmatisation des quartiers et des classes« dangereux » et l’émergence de logiques de sécurisation: centre historique, bandes de jeunes, vendeurs ambulants et travailleurs de la construction (figure 1).

Figure n° 1 : Sentiment d’insécurité et malaise urbain en ville chez les classes moyenne et supérieure de Satélite et Zona Esmeralda

Figure n° 1 : Sentiment d’insécurité et malaise urbain en ville chez les classes moyenne et supérieure de Satélite et Zona Esmeralda

Insécurité et incommodité ressentis principalement à l’échelle : de la métropole (en jaune) ; du secteur urbain (en bleu) ; du lotissement (en vert).

Source : entretiens propres.

Architecture du réconfort et paradoxes de l’incertitude

27En comparaison à ce que l’on pouvait observer dans le cadre des banlieues résidentielles des années 1960-1980, la gated community pousse à l’extrême les logiques de la sécurisation et du contrôle socio-spatial. On se souvient que Bauman (2007) a fait la différence entre la protection des biens et des personnes (security), la sécurité ontologique (safety), c’est-à-dire la confiance de la personne en elle-même et en son entourage, la certitude (certainty), rationalité qui s’appuie sur le caractère prévisible de l’environnement ou du résultat d’une action et d’une décision.

28Les architectures dites du réconfort (Zukin, 1991) prétendent produire de la confiance à partir de mécanismes de défiance vis-à-vis de certaines catégories de population, du confort matériel et de la sécurisation personnelle. Les dispositifs socio-spatiaux (l’enclavement spatial, la clôture, l’accès contrôlé, la surveillance des espaces intérieurs) visent alors à maîtriser les « risques » perçus par les habitants de toutes sortes à l’intérieur de l’espace résidentiel. Par exemple, certains enquêtés de Zona Esmeralda disent faire appel au vigile en cas de « problème », quand il s’agit de constater un vol, de les débarrasser d’un importun, de changer un pneu, de chasser une chauve-souris de la maison ! Ils doivent aussi signaler leur absence à l’association des résidents et peuvent demander que les vigiles allument et éteignent tous les jours la lumière dans leur maison. Cette délégation de services à l’administration de la copropriété révèle une déresponsabilisation collective vis-à-vis des problèmes et des conflits de la vie quotidienne, qui traduit une perte de sens du public. Les « risques » perçus par les résidents vont des attaques aux cambriolages, enlèvements, intrusions d’« indésirables »(pauvres, vendeurs ambulants de toutes sortes) ou à l’irruption d’inconnus. L’incertitude a ainsi trait, entre autres, aux menaces et aux risques de la transformation de la zone résidentielle et aux nuisances environnementales. Or l’incertitude et l’imprévu sont constitutifs de la sociabilité en milieu urbain (Hannerz, 1980) où elles prennent les traits de la rencontre avec des « étrangers » (Bouillon et al., 2007).

  • 11 Un journal local titre « chacha ladrona », « chacha » (bonne) étant un terme, un terme un brin dépr (...)

29Cette rencontre avec l’étranger en tant que figure donne lieu à des rituels très fin de la vie quotidienne en milieu urbain. Ceux-ci se rejouent à une autre échelle à l’entrée de la gated community. Les rituels d’accès à l’entrée de la gated community (saluer et reconnaître le vigile, fournir ses papiers d’identité, passer la barrière…) visent à produire une stratification des entrants qui n’est pas seulement sociale, mais dépend aussi de catégories cognitives de l’altérité engageant des niveau de méfiance et de confiance : d’un côté, les résidents qui sont à jour dans leur cotisation ; de l’autre, les mauvais payeurs et les inconnus qui doivent décliner leur identité et justifier de leur présence, les prestataires de service et livreurs en tous genres. Les employés domestiques qui résident dans les quartiers d’auto-construction situés à Nicolas Romero à une bonne trentaine de kilomètres par la route de l’accès principal disposent pour leur part d’un accès beaucoup plus frustre d’où partent également les taxis privés. Les dispositifs du contrôle sont ainsi également une scène de l’exercice d’un pouvoir des forts (les résidents) sur les faibles (les employé(e)s domestiques qui doivent en permanence porter un badge). Ce sont d’ailleurs ces « faibles » qui sont les premiers à être soupçonnés des vols11 : les maçons sont forcément les auteurs des larcins qui se produisent quand il y a des constructions ; les vigiles et les agents de police peuvent appartenir à des bandes délinquantes, etc.

30Le filtrage à l’entrée et la sécurité résidentielle sont cependant loin d’être absolus. Quand il y a des incidents, en particulier des vols, « ça te désarçonne », « ça te dérange », « on te vend de la sécurité et alors quoi ? », dit un jeune de Zona Esmeralda. Il est illusoire de vouloir éliminer tous les risques liés aux intrusions, mais c’est un motif d’appréhension chez les résidents inquiets. C’est ce que Beck (2001) désigne comme le paradoxe de l’incertitude : quand on élimine un risque, on en crée d’autres qu’on n’avait pas prévus. La proximité résidentielle entre quartiers riches et quartiers pauvres où habitent les domestiques, les maçons, etc., peut être source d’une interconnaissance liée principalement à l’emploi fourni par les ensembles résidentiels fermés et sécurisés (Sabatini et al., 2004). Mais elle renforce la stigmatisation et la discrimination sociale dans des sociétés très inégalitaires – à l’exemple de la société mexicaine –, en stimulant des processus de mise à distance.

Le confort d’une zone tampon

31Bien que vivant déjà derrière des murs et des grillages, bien que résidant déjà dans un espace surveillé en permanence, les habitants disent souhaiter le voisinage de « gens comme eux », habitants dans des lotissements similaires. C’est, d’après plusieurs d’entre eux, une garantie contre les intrusions et les vols. L’un des interviewés, propriétaire d’une luxueuse maison dans une résidence huppée, valorise ainsi le fait que son lotissement soit entouré d’autres ensembles résidentiels, un peu moins chers, qui constituent une zone tampon avec les quartiers pauvres voisins. Ce n’est pas, dit-il, comme le lotissement de Condado de Sayavedra, qui est situé à la limite du territoire officiel de Zona Esmeralda et jouxte des quartiers d’auto-construction de la municipalité voisine de Nicolás Romero. Preuve en est, poursuit-il, qu’à Condado de Sayavedra, c’est « facile de sauter la barrière » ; d’ailleurs, « il y a beaucoup plus de vols ».

  • 12 Le glacis est un principe architectural et une technique de l’urbanisme sécuritaire, utilisé, par e (...)

32La proximité entre beaux quartiers et quartiers pauvres est source de peur. L’urbanisation galopante provoque ainsi des inquiétudes chez les habitants, notamment parce qu’elle vient combler ce qui pouvait être assimilé à des glacis12. L’espace situé entre Zona Esmeralda et le reste de la municipalité d’Atizapan constituaitde faitune zone isolant et préservant les habitants aisés du contact avec les quartiers défavorisés. Cette même logique explique que l’on dévalorise l’établissement de centres commerciaux et d’universités (privées), sources d’externalités négatives. Pourtant, paradoxalement, les résidents ont besoin de ces équipements, mais ils n’en veulent pas près de chez eux. Dans leurs représentations, le « glacis » est garant d’une couche de protection supplémentaire autour du chez-soi portant la zone de confort des résidents à l’échelle du secteur urbain et un peu plus loin en somme qu’à celle de l’espace résidentiel. Si la gated community garantit un certain réconfort matériel et social et offre sécurité personnelle et tranquillité urbaine « à l’intérieur », elle ne résout toutefois pas les problèmes « à l’extérieur ».

33De fait, si on est en l’occurrence loin des cordons sécuritaires et sanitaires entre ville blanche, ville métisse (« coloured ») et ville noire en Afrique du sud – objets de politiques systématiques au temps de l’apartheid – les propos des interviewés sont significatifs d’une volonté de mise à distance sociale et spatiale productrice d’un ordre urbain.

Produire de l’ordre territorialisé à l’échelle du secteur urbain

34On ne peut toutefois pas comprendre les enjeux politiques urbains des communautés fermées si l’on ne porte pas le regard à une échelle géographique inférieure à celle de l’espace résidentiel : celle du secteur urbain. Secteurs résidentiels (dans le cas de grands ensembles qui vendent des « quartiers » segmentés), gated communities et secteurs urbains correspondent de fait à des échelons emboités de la gouvernance locale qui mobilisent soit les associations de résidents-copropriétaires des communautés fermées soit les associations faîtières. Cette rencontre des associations dans le cadre de fédérations permet aux résidents de créer des espaces sécurisés autour de leur domicile et d’agir auprès des échelons politiques et institutionnels supérieurs. Ce d’autant que, en raison du capital social de certains résidents de ce type de secteur urbain, les associations faîtières sont à même de jouer un rôle important auprès des pouvoirs publics. Les associations de résidents sont ainsi tiraillées entre une propension au séparatisme et l’autonomie et une aspiration à l’intégration. La première de ces deux tendances traduit une volonté de se couper fiscalement des pauvres ; la seconde manifeste un désir de faire valoir ses intérêts auprès des municipalités et de l’État fédéral.

35Se regrouper permet aux associations de résidents des gated communities d’agir non seulement à l’intérieur de l’espace résidentiel mais aussi aux abords de celles-ci. Donner un nom à Zona Esmeralda, comme l’a fait la fédération des associations de résidents en 2004 (Duhau & Giglia, 2008), c’était fixer un périmètre d’action, inclure des territoires et en exclure d’autres. L’histoire des villes latino-américaines, ces trente dernières années, est émaillée de tentatives de séparatisme municipal des riches contre les pauvres, manifestant une volonté de ne pas payer pour les quartiers défavorisés et d’avoir de meilleurs services urbains. Cela a été par exemple le cas, en 1987, à Barra da Tijuca, ville de gated communities et centres commerciaux à Rio de Janeiro : le référendum qui portait sur la création d’une nouvelle municipalité, à la demande des organisations de promoteurs, s’est soldé par le « non » majoritaire des résidents (Serfaty, 2000 ; Capron et al., 2006). Ces derniers n’ont en effet pas forcément intérêt au séparatisme, surtout quand ils peuvent « autogérer » leurs services ou obtenir une gestion différenciée de leur territoire par l’autorité municipale, en particulier pour la police. Ainsi, il apparaît que les associations de résidents ont parfois intérêt à rester liés à la municipalité, notamment parce qu’elles sont en mesure d’obtenir, grâce à l’influence de leur fédération, une gestion différenciée de leur territoire, en particulier en ce qui concerne les services de police.

36Ce mode de gestion différenciée est d’autant plus accepté que l’idée, proprement néolibérale, selon laquelle la qualité d’un service doit être proportionnée à sa rémunération a fait son chemin et est profondément ancrée dans la mentalité des classes moyenne et supérieure mexicaines. Les inégalités de service en fonction de ce que l’on peut payer (aussi bien entre le service public et le service privé, qu’à l’intérieur du service privé) sont acceptées voire naturalisées. Les associations de résidents de Zona Esmeralda paient ainsi un service « à la demande » à la municipalité d’Atizapan : à l’intérieur du lotissement, le service de sécurité personnelle est assuré par des entreprises privées, en complément des agents municipaux. Les associations versent aux agents de la police municipale un supplément de rémunération et sont propriétaires de l’équipement (voitures et uniformes). Elles s’assurent de l’efficacité des patrouilles et disent s’efforcer de préserver les agents de la corruption ambiante au Mexique. Certains résidents interrogés, satisfaits de la qualité du service qu’ils paient, soutiennent qu’il est juste de mieux rémunérer les agents pour qu’ils fassent bien leur travail et que cela participe d’un « changement culturel ».

  • 13 Solidarité qui n’est pas à l’abri de la collusion entre dirigeants: en 2007, à la suite de l’autori (...)

37La coalition est perçue par certains enquêtés comme un facteur d’« union », de « solidarité », et de « volontarisme »13, ce que n’est apparemment plus pour eux l’association de résidents du lotissement de Ciudad Satélite, qui, dans les années 1960-1970, avait été à la pointe de la revendication et de la gestion urbaine, mais est aujourd’hui minée par les conflits d’intérêt et le vieillissement de sa population « pionnière ». À l’époque, l’association de résidents de Ciudad Satélite vantait une police privée et une gestion autonome des services urbains, en particulier de l’eau (Tarrés, 1986), et elle avait servi de modèle aux lotissements alentour. Certes, c’est surtout l’objectif d’avoir de meilleurs services qui a été poursuivi par les « pionniers » de Ciudad Satélite dans un contexte institutionnel antérieur à la décentralisation, mais il instrumentalisait déjà une identité socio-territoriale, celle d’une classe sociale « moyenne » présentée comme homogène, pour laquelle l’accès à la propriété en banlieue était un moyen d’ascension sociale. Les revues de presse de l’époque montrent que les habitants s’exprimaient déjà contre la construction de logements sociaux dans le voisinage. Mais la sécurisation et la fermeture n’étaient pas à l’ordre du jour.

38Des résidents interrogés défendent ardemment l’idée d’un statut social homogène à Zona Esmeralda. Pourtant, d’autres pestent contre les lotissements Infonavit (logement social) à l’entrée de Zona Esmeralda, qui ressemblent à des logements sociaux, alors que ce sont des ensembles de coquettes maisons avec toutefois des densités un peu plus élevées. Mais le sentiment d’appartenance sociale à une « communauté » homogène alimente la réaction de défense face aux transformations inévitables de l’environnement. La lutte contre la criminalité et la délinquance est l’un des éléments d’une stratégie collective de « protection d’une identité locale mythifiée produit d’un sens du lieu, totalement construit » (Didier & Morange, 2009, p. 152). À Zona Esmeralda, l’efficacité des services et le volontarisme politique de la fédération des associations de résidents constituent, aux yeux de certains habitants interrogés, un facteur de distinction sociale. En toute discrétion. L’apparition de « bulles de gouvernance » (Ballard, 2002) n’est cependant pas aussi publicisée à Mexico qu’elle ne l’est dans les villes sud-africaines. L’expérience du contrat de gestion des services urbains (police, etc.) par l’association des résidents de Santa Fe, en réalité presque seulement les multinationales qui sont installées dans le périmètre du quartier d’affaires, est connue, mais elle reste assez discrète dans les médias. De même, une résidente du lotissement de Condado de Sayavedra clame haut et fort que « tout le monde sait » que Zona Esmeralda paie pour sa sécurité « indépendamment du fait que nous appartenons à la municipalité d’Atizapan ».

39Mais le collectif peut se fissurer face aux changements urbains et sociaux. L’urbanisation « intempestive », l’arrivée d’intrus (commerçants, visiteurs, etc.) et/ou de nouveaux habitants peuvent briser la « solidarité communautaire » – à Ciudad Satélite comme àZona Esmeralda. Et alimenter une « fuite en avant ». À moins d’un « retour en ville »(Bidou-Zacharian, 2007).

Un retour en ville pour la « fin d’une histoire » ?

40Les secteurs urbains de gated communities, centres commerciaux et bureaux, visent à produire un ordre urbain privatif ainsi que de la sécurité non seulement à l’échelle de l’ensemble résidentiel mais aussi à celle du secteur urbain.: du confort environnemental (le contrôle de l’environnement naturel, des normes architecturales et urbaines assurant une certaine « qualité »), du confort social (la mise à distance des pauvres), de la sécurité personnelle, du contrôle et de la sécurité ontologique. Le secteur urbain est plusqu’une simple extension de l’espace résidentiel du lotissement. Il protège à une autre échelle métrique que l’échelle résidentielle et construit ainsi des échelles de protection emboitées. Il induit un autre ordre de grandeur que la rue privée et le petit lotissement fermé de maisons individuelles. Il produit un nouveau type de gouvernance urbaine, des désirs d’autonomisation politique reposant sur l’auto-ségrégation résidentielle qui ne sont pas sans évoquer ceux des classes moyennes suburbaines des années 1960 dans un contexte qui n’était pas marqué par la peur et l’insécurité. Les individus qui font le choix de vivre dans un secteur urbain de gated communities, manifestent un malaise collectif par rapport à la perte de contrôle sur l’environnement urbain et mettent en place des actions collectives privatives pour assurer leur sécurité.

41La construction de territoires politiques différenciés fait partie des mécanismes d’auto-ségrégation et de sécurisation à une échelle « intermédiaire » de la ville, qui vise à prémunir des risques urbains et des incertitudes. L’auto-ségrégation des classes moyenne et supérieure joue, dans ces secteurs, à différentes échelles territoriales, emboitées. L’emboîtement spatial enclavé, fermé et sécurisé crée plus de protection dans l’idée des résidents, mais aussi plus de peur quand ils sortent de leur territoire.

42La quête de la sécurisation et de la sûreté à tout prix en périphérie de la ville semble pourtant être vouée à un échec perpétuel, les changements urbains et sociaux ne pouvant pas être complètement évités. La prise de conscience de cette impossible fuite en avant pourrait être l’amorce d’un réinvestissement du centre-ville par les classes supérieures : l’avenue Reforma qui relie le centre historique de Mexico et le quartier des affaires des années 1990, Santa Fe, constitue l’un des nouveaux axes urbains de l’investissement immobilier de luxe en centre-ville (Moreno Carranco, 2011), pas loin du centre historique qui a été l’objet de tentatives de gentrification. L’offre de sécurité est devenue banale. Est-ce la fin d’une histoire ?

Haut de page

Bibliographie

BALLARD, R., 2002, Desegregating Minds: White Identities and Urban Change in the New South Africa, thèse de doctorat en géographie inédite, Swansea, Université de Swansea.

BAUMAN,Z., 2006,Liquid Fear, Cambridge, Polity Press.

BECK U., 2001 [1986],La société du risque: sur la voie d’une autre modernité, Paris, Aubier.

BLAKELY, E.J., SNYDER, M.G., 1997, Fortress America. Gated communities in the United States, Washington D.C. &Cambridge, Brooklyn Institute Press& Lincoln Institute of Land Policy.

BOUILLON, F. et al., 2007, « Imprévu, mixité, rencontre », inDorier-Apprill, E.,Gervais-Lambony, P. (dir.),Vies citadines, Paris, Belin,p.129-148.

CAPRON G. et al., 2006,Quand la ville se ferme : Quartiers résidentiels sécurisés, Paris, Bréal.

CAPRON G., DE ALBA M., 2009, « La publicité immobilière à l’assaut de l’environnement dans une grande ville du Sud, Mexico, 1950-2000 », Écologie et politique, n°39, p.55-71.

CHAMBOREDON J.-C., LEMAIRE M., 1970, « Proximité sociale, distance spatiale : les grands ensembles et leur peuplement », Revue française de sociologie, vol. XI, n°1, p.3-33.

CHARMES, E., 2005,La vie périurbaine face à la menace des gated communities, Paris, L’Harmattan.

CRUZ RODRÍGUEZ, M., MORENO, A., 2007, « El poblamiento tradicional y la reorganización del espacio urbano en el territorio global en la Zona Metropolitana del Valle de México », L’Ordinaire latino-américain, n°207, p. 47-68.

DIDIER, S, MORANGE, M., 2010, « Identités territoriales, contrôle de l’espace et choix d’un système de sécurisation dans les quartiers riches du Cap », in Benit-Gbaffou,C., Fabiyi, S., Peyroux,E. (dir.),Sécurisation des quartiers et gouvernance locale : enjeux et défis pour les villes africaines (Afrique du Sud, Kenya, Mozambique, Namibie, Nigeria), Paris, Karthala, p. 141-166.

DONZELOT, J., 1999, « La nouvelle question urbaine », Esprit, n°258, p.87-114.

DUHAU, E., GIGLIA, A., 2008, Las Reglas del Desorden: habitar la metrópoli, Mexico,UAM-Atzcapotzalco.

ELIAS DE CASTRO, I., 2002, O problema da escala,in Eliasde Castro, I., Da Costa Gomes, P.C., Lobato Corrêa, R. (dir.), Geografia: Conceitos e Temas, Rio de Janeiro, Bertrand Brasil, p.117-140.

GIGLIA, A., 2008, « Gated communities in Mexico City »,Home cultures, p.66-84.

GIROLA, M.F., 2007, « El surgimiento de la megaurbanización Nordelta en la región metropolitana de Buenos Aires. Consideraciones en torno a las nociones de ciudad-fragmento y comunidad purificada », Estudios Demográficos y Urbanos, vol.22, n°2, p.363-397.

GONZÁLEZ ARELLANO, S., 2012, « Segregación y cierre del espacio residencial: Análisis de la forma urbana de las ciudades de México y Toulouse », Espacialidades, n°3, http://espacialidades.cua.uam.mx/.

GONZÁLEZ ORTIZ, F., 2009,Multiculturalismo y Metrópoli. Cultura y política en un fragmento urbano (antropología urbana). México,Universidad Autónoma Metropolitana Iztapalapa.

GRAFMEYER Y., 1994, « Regards sociologiques sur la ségrégation », Brun, J., Rhein,C. (dir.), La ségrégation dans la ville, L’Harmattan, Paris, p.85-116.

GUERRIEN, M., 2004, « Transformation et fragmentation des espaces urbains. Le cas de la zone métropolitaine du bassin de Mexico », L’espace géographique, n°4, p.336-352.

HANNERZ, U., 1983, Explorer la ville: éléments d’anthropologie urbaine, Paris, Minuit.

JANOSCHKA, M., 2006,« El modelo de ciudad latinoamericana. Privatización y fragmentación del espacio urbano de Buenos Aires: El caso Nordelta », in Welch Guerra, M. (dir.), Buenos Aires a la deriva. Transformaciones urbanas recientes. Buenos Aires, Biblos, p. 96-131.

LANDAUER, P., 2009, L’architecte, la ville et la sécurité, Paris, PUF.

LOW, S., 2003, Behind the Gates: Life, Security and the Pursuit of Happiness in Fortress America, New York & London, Routledge.

MADORÉ, F. et al., 2005, Ville fermée, ville surveillée. La sécurisation des espaces résidentiels en France et en Amérique du Nord, Rennes, PUR.

MARCHAND, B., SALOMON CAVIN J. (dir.), 2010, Anti-urbain. Origines et conséquences de l’urbaphobie, Lausanne, PPUR.

MORENO CARRANCO, M., 2011, « Marketing del habitar: Santa Fe y corredor Reforma en la ciudad de México », Espacialidades, n°1,p. 101-126.

PARK, R.E., 1979 [1925], « Propositions de recherche sur le comportement humain en milieu urbain », Grafmeyer Y.,Joseph, I.,L’École de Chicago, Paris, Aubier, p.83-126.

PEREZ NEGRETE, M., 2010, Santa Fe: Ciudad, Espacio y Globalización, Puebla,Universidad Iberoamericana.

SABATINI, F., CÁCERES G. et al., 2001, Segregación residencial en las principales ciudades chilenas. Tendencias de las tres últimas décadas y posibles cursos de acción, EURE, vol. XXVII, n°82, p.21-42.

SALCEDO, R., TORRES, A., 2004, « Gated communities: wall or frontier? », International Journal of Urban and Regional Research, vol.28, n°1, p.27-42.

SENNETT, R., 1979 [1977], Les tyrannies de l’intimité, Paris, Le Seuil.

SERFATY, K., 2000, Quartiers fermés et scène publique. Le cas de Barra da Tijuca, mémoire de maîtrise en géographie, Paris, Université de Paris 1.

TARRÈS, M.L., 1986, “Del abstencionismo electorala la oposición política; las clases medias en Ciudad Satélite”, Estudios Sociológicos, vol. 4, n° 12, México, p. 361-389.

THUILLIER, G., 2001, « Les quartiers enclos à Buenos Aires : quand la ville devient country », Cahiers des Amériques latines, n°35, p.41-56.

ZUKIN, S., 1991, Landscapes of power: from Detroit to Disney World, Berkeley, University of California Press.

Haut de page

Notes

1 Dans ce type d’urbanisation, un secteur urbain désigne une échelle infra-municipale (de niveau méso) entre le quartier et la métropole.

2 En Amérique latine, on peut citer, par exemple, Barra da Tijuca à Rio de Janeiro (Serfaty, 2000), Pilar (Thuillier, 2001), Nordelta (Girola, 2007 ; Janoschka, 2006) à Buenos Aires, ainsi que Sante Fe (Moreno Carranco, 2011 ; Pérez Negrete, 2012) et Interlomasà Mexico (González Ortiz, 2009). Il y a pourtant assez peu de travaux sur ces morceaux de villes qui correspondent à des logiques de production mobilisant principalement des capitaux privés et dans de rares cas (comme àSanta Fe dans le District fédéral de Mexico) de l’investissement public.

3 L’ordre urbain est constitué d’un ensemble de dispositifs à la fois matériels (disposition spatiale, formes architecturales), sociaux (normes de comportement) et politiques (régulation).

4 Nous pensons que la classification proposée il y a bientôt quinze ans par Blakely & Snyder (1997) recouvrait un trop grand nombre de formes résidentielles ayant tous trait tantôt à la sécurisation résidentielle (rues fermées, sécurisation des grands ensembles de prestige, produits neufs et sécurisés de prestige et lifestyle gated communities), avec une certaine fermeture mais pas forcément une tendance socio-spatiale à l’enfermement. Cela a un peu brouillé la recherche sur le sujet.

5 En 2012, elle est composée du District fédéral (la ville-centre) et de 59 municipalités conurbées.

6 La Estadia en 1979-1981, Chiluca, Hacienda de Valle Escondido

7 Prado Largo en 1999-2003; Lago Esmeralda et Bosque Esmeralda deux gros ensembles de 3 000 logements, autorisés en 2004 et 2005; en 2007-2008, Plaza Viena, Cima Esmeralda, Vista Esmeralda, etc.

8 L’ejido est un type de propriété foncière, inaliénable et imprescriptible, créé à la suite de la Révolution mexicaine, à partir de l’expropriation des grandes haciendas. Il existe une distinction subtile entre les terres ejidales, ensemble de parcelles de propriété collective et d’usage individuel, et les terres comunales (faux-ami espagnol de « communal »), possédées et gérées par la communauté agraire. Depuis la réforme de l’article 27 de la Constitution et du vote d’une nouvelle loi agraire en 1992, ces terres, qui ne pouvaient pas être aliénées, peuvent désormais être vendues, cependant suivant une procédure assez complexe. La vente des terres ejidales et comunales a alimenté de nombreux débats sur l’expansion urbaine périphérique. Dans les années 1990, une grande partie de l’urbanisation s’est faite sur les terres comunales, alors que dans les années 1980, c’était principalement sur des propriétés privées, souvent d’anciennes haciendas qui n’avaient pas été expropriées (Cruz Rodríguez & Moreno, 2007).

9 Bien que, paradoxalement, les interviewés se plaignent aussi du manque de commerces et d’établissements universitaires pour leurs enfants.

10 Le long-métrage La Zone, propriété privée, montre bien la manière dont ordre de copropriétaires peut s’imposer, y compris aux individus récalcitrants. Le film permet ainsi de comprendre comment tous les habitants peuvent être contraints d’accepter, parfois malgré eux, la décision d’un collectif, serait-elle celle de mettre à mort un jeune délinquant qui a pénétré par infraction dans le lotissement sécurisé et a participé à l’assassinat d’une résidente.

11 Un journal local titre « chacha ladrona », « chacha » (bonne) étant un terme, un terme un brin dépréciatif, qui fait partie du vocabulaire courant, pour désigner les femmes de ménage : la femme a volé 40 000 pesos (environ 3 000 euros) à sa patronne.

12 Le glacis est un principe architectural et une technique de l’urbanisme sécuritaire, utilisé, par exemple, en Europe, par exemple, pour la conception des stades afin d’éviter les confrontations (Landauer, 2009, p. 18).

13 Solidarité qui n’est pas à l’abri de la collusion entre dirigeants: en 2007, à la suite de l’autorisation de milliers de logements, en particulier d’immeubles, flottait un parfum de corruption entre le président de la fédération des associations de résidents et le maire de la municipalité d’Atizapan.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte n° 1 : La « Zone d’Emeraude », une zone de gated communities au nord-ouest de Mexico
Légende La part des ménages disposant d’au moins un véhicule est utilisée ici comme un indicateur du niveau socio-économique de la population.
Crédits Source : Dulce Monserrat Espín Carillo.Source: recensement de population, INEGI, 2000.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2346/img-1.png
Fichier image/png, 550k
Titre Carte n° 2 : Organisation spatiale de Zona Esmeralda
Légende Sources : plans d’occupation des sols municipaux, image Google Maps et relevés.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2346/img-2.png
Fichier image/png, 453k
Titre Figure n° 1 : Sentiment d’insécurité et malaise urbain en ville chez les classes moyenne et supérieure de Satélite et Zona Esmeralda
Légende Insécurité et incommodité ressentis principalement à l’échelle : de la métropole (en jaune) ; du secteur urbain (en bleu) ; du lotissement (en vert).
Crédits Source : entretiens propres.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2346/img-3.png
Fichier image/png, 248k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guénola Capron, « Auto-ségrégation résidentielle et ordre urbain chez les classes moyenne et supérieure à Mexico : une question d’échelle ? », L’Espace Politique [En ligne], 17 | 2012-2, mis en ligne le 25 juin 2012, consulté le 23 mars 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/2346 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.2346

Haut de page

Auteur

Guénola Capron

Enseignante-chercheuse
Universidad Autónoma Metropolitana Azcapotzalco, División de Ciencias Sociales y Humanidades
guenola.capron@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org