Navigation – Plan du site

L’argumentaire politique entre effectivité et effets territoriaux : essai sur la viabilité territoriale en espace intermédiaire.

The Political Discourse between Effectiveness and Territories Effects. Essay on the Territorial Viability in Intermediate Spaces
Anthony Merle

Résumés

Situé en Savoie, dans un espace que l’on pourrait qualifier d’ « entre-deux » ou « intermédiaire », le Lac d’Aiguebelette est l’objet de politiques patrimoniales depuis la création du syndicat mixte de l’Avant Pays Savoyard en 1985. Par l’étude de ces politiques patrimoniales nous proposons une tentative de modélisation des liens entre argumentaire politique, effectivité territoriale et effets territoriaux dans l’optique de faire émerger une explication – certes partielle – de ce qui fait la viabilité des territoires politiques (ou de gestion), notamment dans ces espaces dits « intermédiaires ».

Haut de page

Texte intégral

1En proposant d’étudier une construction politique d’échelon « local » avec une visée clairement modélisatrice, cet article s’inscrit dans la continuité de réflexions déjà menées en géographie du politique, notamment suite aux voies ouvertes par Raffestin (1980), Lévy (1994), ou encore Rosière (2007). Ces auteurs se sont en effet progressivement détachés d’une géopolitique définie comme « l’étude des rivalités de pouvoir sur des territoires » (Lacoste, 1995) », privilégiant l’analyse des relations interétatiques et demeurant critique face à toute approche modélisatrice ou théorique.

2Il s’agit en effet dans cette proposition d’étudier les liens entre l’argumentaire politique développé sur un territoire par les acteurs-décideurs (les élus) ou ceux qui les conseillent (dans ce cas essentiellement les techniciens) et l’effectivité territoriale des politiques annoncées. Par effectivité, nous entendons : qui est réalisé et qui est repérable, tangible. Il ne s’agira en aucun cas dans cet article de traiter de l’efficacité des politiques, c’est à dire de leur qualité ou de leur capacité à atteindre les résultats escomptés, même si nous rejoignons Tesson (2004) quand celui-ci propose que l’exercice du géographe puisse constituer « à tester le performativité du discours politique, en fait, sa capacité à réaliser les prophéties qu’il énonce ». A travers l’étude des liens réciproques entre argumentaire politique et effectivité territoriale, c’est toute la question de la viabilité territoriale qui est posée, c'est-à-dire la capacité pour le territoire en tant que maille et en tant qu’organisation politique à s’inscrire dans la durée. Gisclard (2011) écrit « Tout comme les régimes de croissance économique ou les régimes politiques, les organisations socio-spatiales et les territorialités ne sont pas immuables, elles sont l’objet de processus dynamiques de changement et d’évolution. Braudel et à sa suite Wallerstein ont montré qu’un système historique n’est pas éternel, il possède un début, une vie pendant laquelle il se développe, puis une phase finale. Raffestin en vient au même constat : la territorialité d’un groupe qui définit l’organisation de son espace pour gérer ses ressources et acquérir son autonomie vis-à-vis de l’extérieur relève d’un ordre dynamique en perpétuelle évolution. ». C’est bien cet « ordre dynamique » que nous tentons d’interroger dans cet article en modélisant les liens entre les argumentaires politiques et leurs transcriptions géographiques. Nous émettons en effet l’hypothèse que les politiques mises en place dans l’optique de développer le territoire provoquent, par l’apparition et l’intensification d’effets en retour non désirés, une tendance à une vulnérabilisation (au moins ressentie comme telle) de ce même territoire. Ce serait ce jeu incessant, que l’on pourrait qualifier de spiralaire, qui fonderait – au moins en partie – cet ordre dynamique des territorialités.

1. Sur l’intérêt d’une étude patrimoniale en espace intermédiaire

3En s’appuyant sur la bibliographie existante et en prenant en compte la diversité des termes existants pour désigner l’intermédiarité (entre-deux, tiers-espace, interstices spatiaux…), quatre registres d’intermédiarité peuvent être dégagés (Merle, 2011).

4Pour commencer, celle-ci peut-être horizontale répondant à une approche résolument spatiale ; l’objet a est par exemple situé entre les objets b et c.

5L’intermédiarité peut aussi être verticale ou de gestion, répondant alors à une position sur une échelle de gestion politico-administrative. L’approche est clairement scalaire, entre local et global : c’est dans ce champ que s’inscrivent par exemple Molinari (2009) au sujet des mailles politiques italiennes ou Vergnaud (2009) dans sa comparaison des « pays » français et des « comarcas » espagnoles.

6Une intermédiarité catégorielle ou de nature émerge chez d’autres auteurs, pour les espaces situés entre deux extrêmes catégoriels. Ce sont les espaces définis comme des espaces « ni…ni ». Par exemple, l’espace périurbain, « tiers espace » pour Vanier (2000), ou « entre-ville » (Zwischenstadt) pour Sieverts (2004) n’est ni véritablement urbain ni véritablement rural : il est intermédiaire. De même, les « interstices spatiaux » de Monnet (2006) sont ces espaces ni complètement publics ni complètement privés.

7Enfin, l’intermédiarité peut-être d’évolution ou temporelle : c’est notamment dans ce champ que se place Bonerandi (1999) quand elle étudie la Thiérache, « espace intermédiaire entre crise et mutation » : dans ce cas, plus qu’une simple hiérarchie catégorielle, c’est essentiellement l’évolution qui est prise en compte, c'est-à-dire le glissement d’un état à un autre. Les espaces intermédiaires sont alors « des espaces au devenir mal défini, renvoyant à l’idée d’un sas temporel (entre ce qui n’est plus et ce qui n’est pas encore)» (Bonerandi et Roth, 2007).

8Aussi, l’espace intermédiaire, surtout dans sa dimension catégorielle, peut-être considéré comme un espace « anti-héros » (Bonérandi er Roth, 2007), ni assez central ni assez marginal pour susciter l’intérêt, marqué par l’ordinaire et la banalité. L’espace intermédiaire serait ainsi défini par négation, c'est-à-dire par ce qu’il n’est pas (« ni, ni ») : il est cet espace qui reste. Evidemment, cette position scientifique - dont celle que nous tenons dans cet article - est assez paradoxale dans la mesure où s’intéresser à ces espaces intermédiaires « anti-héros » revient finalement à leur donner du sens, ou plus précisément une place, et à faire de leur « anti-héroïsme » et de leur banalité des traits caractéristiques de leur héroïsation. Une étude consacrée à la question de la viabilité territoriale s’avère donc particulièrement pertinente à mener sur un espace combinant ces quatre registres de l’intermédiarité car, dans la mesure où cet entre-deux spatial et temporel est inséré dans des dynamiques de changements rapides, les argumentaires politiques connaissent souvent des lignes directrices très évolutives et changeantes, qualité essentielle pour étudier cet « ordre dynamique » des constructions territoriales.

9Pour ce faire, nous nous attacherons à l’étude de l’objet patrimonial. Vecteur de projection et de construction identitaire, il constitue aussi un outil potentiel d’aménagement et de développement local. L’objet patrimonial est donc éminemment politique et participe pleinement de la viabilité potentielle d’une construction territoriale, ce que propose Guermond (2006) quand il écrit : « la problématique actuelle du patrimoine cherche à donner une justification culturelle aux [territoires politiques] afin de les pérenniser ».

2. L’Avant Pays Savoyard, territoire politique en espace intermédiaire

2.1. Brève présentation de l’Avant Pays Savoyard

10Syndicat mixte crée en 1985, l’Avant Pays Savoyard est un des sept « bassins de vie » (qui d’ailleurs n’en sont pas nécessairement) définis par le Conseil Général de la Savoie (figure 1). Ce territoire compte environ 14% de la superficie du département, 47 communes pour environ 25 000 habitants. Espace rural en voie de rurbanisation, l’Avant Pays Savoyard est structuré par quatre pôles limités et de poids équivalents (environ 2000 habitants). Ce territoire « Avant Pays Savoyard » a émergé par négatif, sorte de territoire ou « bassin de vie » par défaut. Le nom même Avant Pays Savoyard naît en 1985 lors de la création du syndicat mixte, faute de mieux puisque aucune appellation historique (telles que Petit Bugey ou Bugey Savoyard) ne correspondait vraiment à l’espace délimité. Ce territoire apparaît clairement comme une figure d’espace intermédiaire (Merle, 2011), combinant les quatre registres de l’intermédiarité. Animé par des forces centrifuges dominantes (tant sur le plan fonctionnel qu’identitaire), marqué par l’hybridation et la mixité, ni centre ni périphérie, ni montagne ni plaine, ni urbain ni rural, l’Avant Pays Savoyard est clairement cet espace qui reste. Aussi, l’intermédiarité d’évolution caractérise particulièrement cet espace qui connaît des dynamiques de changements rapides, passant d’une longue période de désertification (jusqu’en 1980 environ) à une économie résidentielle en plein essor depuis une quinzaine d’années.

Figure 1 : Les 7 "bassins de vie" définis par le Conseil Général de la Savoie

Figure 1 : Les 7 "bassins de vie" définis par le Conseil Général de la Savoie

MERLE Anthony, 2008, d'après La Savoie en 2007 (magazine du Conseil Général de la Savoie)

2.2. Chronologie des orientations politiques en Avant Pays Savoyard

11Axelrad (2002) propose une chronologie des priorités politiques affichées par le syndicat mixte depuis sa création (figure 2). Dès 1985, l’enjeu premier affiché par le syndicat mixte était de « satisfaire les besoins les plus urgents », surtout en termes d’équipements et de services sociaux. Le territoire est alors en voie de rurbanisation (figure 3) : l’augmentation de la population, après une longue période de désertification, amène en effet à prévoir un certain nombre d’équipements et de services sociaux.

Fig 2 : Chronologie de la démarche intercommunale avant-pays-savoyarde

Fig 2 : Chronologie de la démarche intercommunale avant-pays-savoyarde

D’après Axelrad, 2002

Fig 3 : De la désertification à la rurbanisation

Fig 3 : De la désertification à la rurbanisation

12A partir des années 1990, la priorité affichée par le syndicat mixte est d’assurer le développement économique du territoire et de renforcer son attractivité. En 2002, c’est un retour sur la satisfaction des besoins sociaux qui est envisagé, avec pour axes principaux la valorisation patrimoniale et l’intégration des nouvelles populations.

2.3. Le Lac d’Aiguebelette dans l’évolution des orientations politiques de l’Avant Pays Savoyard

13L’« anti-héroïsme » de cet espace intermédiaire qu’est l’Avant Pays Savoyard est aussi patrimonial : en effet, aucun objet patrimonial ne semble émerger, et s’imposer comme réellement spécifique, voire emblématique du territoire. La banalité reste la caractéristique essentielle de l’Avant Pays Savoyard. Les ressources patrimoniales semblent mobilisées de façon « intermittente » dans les discours et les actions politiques, au gré des problèmes et opportunités, sans véritable hiérarchisation marquée. Les objets patrimoniaux les plus mobilisés dans les politiques du syndicat mixte, à la fois afin de créer un sentiment d’appropriation des populations au territoire mais aussi en tant qu’outil potentiel de développement local, sont la figure du célèbre contrebandier Mandrin et le lac d’Aiguebelette, troisième lac naturel de France par la superficie (545 hectares).

14Une étude diachronique des politiques liées au Lac d’Aiguebelette, évidemment replacées à chaque fois dans le contexte des orientations politiques générales du syndicat mixte, peut permettre d’interroger et de modéliser les liens entre les argumentaires politiques et leurs transcriptions géographiques, à savoir l’effectivité territoriale (c'est-à-dire le caractère tangible et repérables des orientations politiques) et la viabilité territoriale (c'est-à-dire ce qui fait la pérennité du territoire politique, de la maille territoriale).

15Dans les années 1950 à 1970, le territoire avant-pays savoyard connaissait une période de désertification (figure 3), alors perçue par les acteurs politiques comme vulnérabilisatrice pour l’ensemble du territoire (vieillissement de la population, fermeture d’écoles et de services publics, enfrichement progressif…). Le lac d’Aiguebelette connaît à cette époque (1950-1970) une mise en valeur très limitée : seuls quelques hôtels avec accès direct et privé au lac sont alors fréquentés par une clientèle urbaine, essentiellement lyonnaise (photo A de la figure 4). Pour faire face à ce processus de désertification, les acteurs politiques décident dans les années 1970 de construire la base de loisir du Sougey sur la commune de Saint-Alban de Montbel. Pour Axelrad (2002) « il s’agissait bien de créer des équipements de loisirs pour maintenir l’attractivité du territoire envers les populations résidentes ». L’argumentaire politique est clairement inscrit dans une logique de court terme (enrayer au plus vite ce processus de désertification) et dans une vision à grande échelle, territorialo-centrée. Le loisir, contrairement au tourisme, s’inscrit d’ailleurs davantage à grande échelle et sur une temporalité très courte, ne favorisant pas l’émergence de structures hôtelières par exemple. Puis, avec l’ouverture de l’A43 (en 1974) et une attractivité retrouvée (début de la rurbanisation chambérienne), un changement de cap s’opère. L’argumentaire politique se teinte de long terme et de petite échelle : le lac d’Aiguebelette doit participer de l’attractivité du territoire. Non plus exclusivement destiné aux populations résidentes, le lac doit permettre d’assurer un développement touristique du territoire. Les campings, les équipements (tennis, base d’aviron, infrastructures sanitaires…) et les plages payantes se multiplient (figure B de la figure 4). Mais après une dizaine d’années, certains signes sont à nouveau perçus et présentés (à tort ou à raison) par les acteurs politiques comme des risques potentiels pour le territoire. : c’est le cas de la rurbanisation ou de la fréquentation à la journée du lac par les chambériens (c'est-à-dire avec des retombées économiques limitées). Les spécialistes de l’aménagement, les géographes universitaires ou certains groupes de pression (écologistes…) accompagnent – voire précèdent – l’argumentaire politique. Par exemple, en 1983, Jargot et Loup, géographes de Grenoble, notent: « la baignade est l’activité la plus polluante [et] les vacanciers vident leurs eaux usées directement sur le sol […]. Les choses ont changé avec l’ouverture de l’autoroute A 43 en 1974 qui a désenclavé la région et incité les automobilistes à bénéficier des avantages des sites qu’ils découvrent en passant ». Les élus – encouragés par le contexte national – décident de la création d’un syndicat mixte en 1985. La disparition des roselières et des marais sous la pression toujours plus forte des aménagements (photo C de la figure 4) commence à inquiéter : la FAPLA (Fédération des Associations de Protection du Lac d’Aiguebelette) naît d’ailleurs en 1986. Progressivement, l’Avant Pays Savoyard devient le « bassin de vie » gagnant le plus d’habitants de tout le département de la Savoie. La crainte des acteurs est alors de voir l’attractivité récente du territoire se transformer en répulsivité. Le directeur du syndicat mixte écrit à ce sujet en 2006 : « si des orientations très fortes en sont pas définies rapidement, l’Avant Pays Savoyard va perdre toute son attractivité et son identité paysagère, rurale et agricole pour ne devenir qu’une zone périurbaine de Chambéry ». On constate un retour au court terme et à une vision territorialo-centrée (crainte de l’extérieur) dans l’argumentaire politique. Les acteurs politiques – étroitement épaulés par tout un personnel de techniciens de l’aménagement – décident donc un ensemble de mesures présentées comme « d’urgence ». Ainsi, des zones de « protection de biotope » sont délimitées notamment en bord de lac (photo D de la figure 4) pour limiter les atteintes environnementales ou paysagères. Le choix du classement en « protection de biotope » confirme le caractère « d’urgence » attribué à ces mesures, puisqu’une des caractéristiques de ce classement est son caractère déconcentré (deux signatures suffisent) permettant de fait une effectivité rapide.

  • 1 Une des définitions politiques du développement durable est en effet de satisfaire les besoins des (...)

16Puis, progressivement ces mesures de protection vont à nouveau s’inscrire dans un argumentaire aux dimensions globales, intégrées et de long terme, dans la droite ligne du développement durable tel qu’il est usuellement défini1. Ces mesures de protection sont alors perçues et présentées non plus seulement comme un palliatif nécessaire, mais comme un levier potentiel de développement et de renforcement territorial. Des panneaux informatifs sont ainsi installés autour du lac et un musée « Lac et Nature » voit le jour à Lépin-le-Lac (photo E de la figure 4).

Fig 4 : Les politiques successives et leur effectivité

Fig 4 : Les politiques successives et leur effectivité

Photos : Merle, 2008

17Cependant, sur le terrain, ces mesures ne sont pas sans paradoxes : par exemple, alors qu’un panneau informatif affirme que tout piétinement de la zone biotope donnera lieu à une amende, comment justifier en même temps l’existence d’une zone de posé pour parapentistes au sein de cet espace de protection ? (photo F de la figure 4).

3. Essai de modélisation de l’ordre dynamique des territorialités

18Cette étude menée à partir d’un objet patrimonial permet de proposer une modélisation des liens entre les argumentaires politiques et leurs transcriptions géographiques. Lors d’une situation perçue ou présentée comme vulnérabilisatrice, l’argumentaire politique s’articulerait autour d’une vision à court terme (« l’urgence ») et spatialement restreinte (territorialo-centrée). L’effectivité territoriale de telles politiques serait rapide. Au contraire, lorsque la vulnérabilisation potentielle tendrait à disparaître (à tort ou à raison…), l’argumentaire s’inscrirait davantage dans du long terme et une dimension intégrée du territoire à plus petite échelle. L’effectivité de ces politiques serait plus lente, plus « visqueuse » (schéma 1 de la figure 5). Ce constat pousse à penser que la promotion du territoire à grande échelle ou à l’échelle locale serait un moyen de réduire la vulnérabilité, de gérer des dommages identifiés. Ce problème est, déjà abordé par la géographie des risques. En effet, les politiques qui cherchent officiellement à prévenir les désastres, et qui sont soutenues par l’ISDR par exemple, valorisent aujourd’hui la capacité des sociétés locales, supposées d’ailleurs être des communautés, à anticiper les dommages. Cet intérêt de valoriser la gestion locale, territorialisée, des risques afin de prévenir les désastres trouve évidemment une résonnance toute particulière avec les principes du développement durable (Pigeon, 2010).

Figure 5 : Des liens entre argumentaires politiques et transcriptions géographiques

Figure 5 : Des liens entre argumentaires politiques et transcriptions géographiques

19Aussi, le cas de l’Avant Pays Savoyard révèle que les politiques mises en place dans l’optique de développer le territoire provoquent, par l’apparition et l’intensification d’effets en retour non désirés, une tendance à une vulnérabilisation (au moins ressentie comme telle) de ce même territoire, incitant nécessairement à de nouvelles politiques. C’est ce que tente de montrer le schéma 2 de la figure 4, en reprenant l’exemple de l’Avant Pays Savoyard. Quand le territoire se sent en situation de vulnérabilité, l’argumentaire politique s’inscrit dans une vision à court terme et à grande échelle pour une effectivité rapide (schéma 1) : le discours devenu effectif (et efficace ?) alors la vulnérabilité est présentée comme dépassée et le discours se teinte de long terme et de petite échelle. Mais, par effets en retour non désirés, de nouvelles vulnérabilisations potentielles apparaissent. C’est ce jeu incessant, que l’on pourrait qualifier de spiralaire, qui fonderait – au moins en partie – cet ordre dynamique des territorialités, c'est-à-dire la viabilité territoriale. Ce système pourrait ensuite connaître des bifurcations ou des trajectoires différenciées amenant alors au renforcement, à la survie ou à la mort des différentes territorialités politiques (schéma 3 de la figure 4). Ce schéma 3 de la figure 4 est à imaginer en trois dimensions, à la manière d’un ressort s’enroulant autour d’un axe (celui du temps). En effet, et cela est particulièrement visible sur le schéma 2, la représentation en deux dimensions donne l’impression d’un retour dans le temps, dans le passé, évidemment impossible.

Conclusion

20La géographie du politique peut donc tout à fait s’inscrire dans une visée modélisatrice et théorique comme nous le proposons dans cet essai autour de l’étude des politiques énoncées et mises en place autour d’un objet patrimonial. A travers l’étude des liens entre argumentaire politique et effectivité territoriale des politiques énoncées, c’est la question de la viabilité territoriale que nous avons soulevé. Et il semblerait que la durée de vie d’un territoire local, quand bien même celui-ci émerge par défaut et souffre de l’absence d’une assise historique et identitaire solide, n’ait rien d’un cheminement linéaire et soit bien réalité un « ordre dynamique », fondé sur la relation argumentaire politique/effectivité territoriale et leurs inexorables effets en retour.

Haut de page

Bibliographie

AXELRAD N., 2002, L’Avant Pays Savoyard, une histoire d’intercommunalité, dir. Bernier X., Mémoire de maîtrise, non publié, Université de Savoie CISM, 120 p.

BAVOUX J.-J., 1993, « La Bourgogne, un archétype d’espace intermédiaire », Annales de Géographie, n° 570, p. 162-174.

BAVOUX J.-J. (dir.), 1994, Les espaces intermédiaires, un nouveau concept ? Dijon, Laboratoire de Géographie humaine de l'Université de Bourgogne, 282 p.

BONERANDI E., 1999, « La Thiérache, un espace intermédiaire entre crise et mutation », Hommes et Terres du Nord, n°2, pp. 85-96.

BONERANDI E. et ROTH H. 2007, « Pour une géographie des espaces anti-héros : au-delà de la banalité des espaces intermédiaires », d’après le colloque Les dynamiques territoriales, débats et enjeux entre les différentes approches disciplinaires, colloque de l’ASRDLF, Grenoble – Chambéry, 16 p

CAZES-DUVAT V. et MAGNAN A., 2004, L’île de Bird aux Seychelles : un exemple de dévloppement durable ?, Paris, L’Harmlattant, 233p.

GISCLARD M, 2011, Le développement rural en Argentine : transformations de l’action publique et recompositions territoriales. Une étude à partir du Chaco argentin, dir. Allaire G. et Guibert M., thèse de doctorat, Toulouse, 650 p.

GUERMOND Y., 2006, « L’identité territoriale, l’ambiguïté d’un concept géographique », Paris, Espace Géographique 2006-4 Tome 35, Belin-Reclus, p. 291-297

JARGOT M. et LOUP J. , 1983, « Un cas particulier de pollution lacustre : le Lac d’Aiguebelette », Grenoble, Revue de géographie alpine, Tome 71 (1983-4), p 399-405

LACOSTE Y., 1995, Dictionnaire de Géopolitique, Paris, Flammarion, 1728 p.

LEVY J., 1994, L’espace légitime : sur la dimension géographique de la fonction politique, Paris, Presses de la fondation nationale des Sciences Politiques, 431 p.

LOPEZ J. et PIGEON P., 2011, « Co-evolution between structural mitigation measures and urbanization in France and Colombia, a comparative analysis of disaster risk management policies based on disaster databases”, Habitat international, vol. 35, n° 4, pp. 573-581

MERLE A., 2011, « De l’inclassable à l’espèce d’espace : l’intermédiarité et ses enjeux en géographie », L’information géographique, Armand Colin, volume 75, n°2, p 88-98

MOLINARI P., 2009, « Recompositions territoriales en Italie : une perspective de gouvernance plurielle du territoire ? », Colloque « Penser les espaces intermédiaires en Europe », ENS LSH Lyon

MONNET J., 2006, « Le commerce de rue, ambulant ou informel et ses rapports avec la métropolisation : une ébauche de modélisation », Paris, Autrepart n°39, p. 93-109

PIGEON P., 2007, L’environnement au défi de l’urbanisation, Presses Universitaires de Rennes, 189 p.

PIGEON P., 2010, Catastrophes dites naturelles, risques et développement durable : utilisations géographiques de la courbe de Farmer, revue en ligne vertigo, vol. 10, n° 1.

RAFFESTIN C., 1980, Pour une géographie du pouvoir, Paris, Litec, 249 p.

ROSIERE S., 2007, « Comprendre l’espace politique », L’Espace Politique, n°1.

SIEVERTS T., 2004, Entre-ville, une lecture de la Zwinschenstadt, Marseille, Editions Parenthèses

TESSON F., 2004, « Quand le politique parle du territoire, c’est pour le fabriquer », d’après le Colloque « Espaces et sociétés aujourd’hui » tenu à Rennes les 21 et 22 Octobre 2006, 10 p.

VANIER M., 2000, « Qu'est-ce que le tiers espace ? Territorialités complexes et construction politique », Grenoble, Revue de géographie alpine, Tome 88 N°1, p. 105-113.

VERGNAUD G., 2009, « Territoires intermédiaires, maillons faibles ? L’intermédiarité neutralisante des nouveaux territoires locaux en France et en Espagne (pays et comarcas) », Colloque « Penser les espaces intermédiaires en Europe », ENS LSH Lyon.

Haut de page

Notes

1 Une des définitions politiques du développement durable est en effet de satisfaire les besoins des générations présentes sans compromettre la satisfaction des besoins des générations futures. Une corrélation entre notre approche de la viabilité territoriale et a notion de développement durable peut être envisagée. En effet, certains auteurs caractérisent le développement durable par ce jeu incessant entre mises en œuvre politiques et effets en retour non désirés appelant à de nouvelles politiques (Cazes-Duvat et Magnan, 2004 ; Pigeon, 2010). Dans cette perspective, c’est la capacité de réaction (la réactivité) et la gestion intensifiée de la complexité et de l’incertitude qui permettent d’envisager la durabilité. C’est en quelques sortes la démarche que nous proposons pour aborder la viabilité territoriale, c'est-à-dire ce qui fait la pérennité de la maille territoriale.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les 7 "bassins de vie" définis par le Conseil Général de la Savoie
Crédits MERLE Anthony, 2008, d'après La Savoie en 2007 (magazine du Conseil Général de la Savoie)
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2442/img-1.png
Fichier image/png, 30k
Titre Fig 2 : Chronologie de la démarche intercommunale avant-pays-savoyarde
Crédits D’après Axelrad, 2002
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2442/img-2.png
Fichier image/png, 27k
Titre Fig 3 : De la désertification à la rurbanisation
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2442/img-3.png
Fichier image/png, 26k
Titre Fig 4 : Les politiques successives et leur effectivité
Crédits Photos : Merle, 2008
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2442/img-4.png
Fichier image/png, 371k
Titre Figure 5 : Des liens entre argumentaires politiques et transcriptions géographiques
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2442/img-5.png
Fichier image/png, 57k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anthony Merle, « L’argumentaire politique entre effectivité et effets territoriaux : essai sur la viabilité territoriale en espace intermédiaire. », L’Espace Politique [En ligne], 18 | 2012-3, mis en ligne le 25 novembre 2012, consulté le 30 avril 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/2442 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.2442

Haut de page

Auteur

Anthony Merle

Chargé de cours, Doctorant en géographie
Université de Savoie - Laboratoire EDYTEM
anthony.merle@ac-grenoble.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org