Navigation – Plan du site

Territorialités d’un parti politique en ville - L’exemple du Frelimo à Maputo, capitale du Mozambique

Frelimo Territoriality in Town: the Example of Maputo
Karine Ginisty et Jeanne Vivet
Traduction(s) :
Frelimo Territoriality in Town: the Example of Maputo

Résumés

Cet article souligne le rôle du parti politique dominant (le Frelimo) dans la gouvernance urbaine à Maputo à partir d’une étude des cadres et des pratiques politiques locales. Il analyse comment un certain nombre de préceptes liés à la « bonne gouvernance » sont appropriés et détournés localement. Au Mozambique, comme dans bien d’autres pays africains, la décentralisation et la démocratisation, amorcées au début des années 1990, cristallisent le débat sur la recomposition des pouvoirs politiques et leurs relations à l’Etat. En 1992, la fin de la guerre civile ouvre sur une nouvelle ère politique et le régime du Parti Unique, mené par le Frelimo depuis 1975, laisse place à une gouvernance démocratique, multipartite et décentralisée. Maputo, ville capitale, dispose d’un statut particulier et proche du pouvoir central. Les formes de territorialités développées dans la ville par les pouvoirs locaux renseignent sur la récupération politique partisane des réformes imposées « d’en haut », par les bailleurs de fonds. Ces territorialités urbaines révèlent la permanence du personnel politique local et de certaines pratiques héritées de la période autoritaire et socialiste. A travers l’étude de Maputo, cet article propose donc une approche critique de la décentralisation, de la démocratisation et de l’instauration du pluripartisme, processus politiques communs à de nombreux pays africains au cours des vingt dernières années. On voit comment le contrôle de l’espace de la ville et de l’espace du quartier assure au Frelimo un contrôle de l’espace politique. Aujourd’hui, dans une ville caractérisée par de fortes inégalités sociales, les territorialités du Frelimo sont plurielles ; alors que les citadins des quartiers les plus pauvres demeurent sous l’influence et le contrôle du Frelimo, les citadins des quartiers du centre-ville échappent bien davantage à ce contrôle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les municipalités furent créés en 1997.
  • 2 La Renamo (Résistance Nationale Mozambicaine), est un ancien groupe armé, initialement créé et entr (...)
  • 3 Frelimo est l’acronyme qui désigne le Front de Libération du Mozambique. Le Frelimo est le principa (...)

1Depuis les années 1990, une partie importante de l’aide accordée aux États africains est conditionnée au respect des règles démocratiques et les organisations internationales et les ong font de la « bonne » gouvernance et de la gestion « décentralisée » la condition sine qua non de la poursuite de leur assistance. Cet article, qui analyse les formes de détournement local de préceptes liés à la « bonne gouvernance », s’inscrit dans un ensemble de travaux portant sur le lien entre décentralisation et démocratisation en Afrique (voir par exemple, Otayek, 2009). Au Mozambique, la municipalisation1 est issue des réformes de décentralisation amorcées au début des années 1990. La municipalisation signifiait l’avènement d’une nouvelle échelle d’exercice du pouvoir et fut présentée comme une des modalités de la construction de la démocratie au Mozambique au lendemain de la guerre civile (1977-1992). Alors que les premières élections municipales semblaient réellement ouvrir un espace d’expression politique au principal parti d’opposition, la Renamo2, qui conquit Beira, deuxième ville du pays, les élections municipales de 2008 témoignent du recul de la Renamo (Cahen, 2010). En 2009, lors des élections présidentielles et législatives le président Armando Guebuza a été largement réélu dès le premier tour et son parti a remporté 80 % des sièges à l’assemblée. Le Frelimo3, s’il n’est plus le parti unique, est toujours bel et bien le parti dominant au Mozambique, au pouvoir depuis 1975 (de Brito, 2010) .

2L’analyse des relations du Frelimo au territoire de la ville expose bien plus qu’un bilan nuancé des liens entre décentralisation et démocratisation de la société mozambicaine. Elle révèle l’enracinement de l’ancien parti unique, la permanence de cadres politiques et de certaines pratiques héritées de la période socialiste. Cet article rejoint certaines conclusions de C. Fay, Y. Kone et C. Quiminal sur les processus de décentralisation en Afrique puisqu’il montre qu’on ne fait pas « table rase du passé » et que les mêmes acteurs et les même processus se retrouvent bien souvent malgré les importantes réformes politiques (2006). La décentralisation, en rendant visibles les pratiques politiques locales, celles qui accompagnent les citadins au quotidien, amène à s’interroger sur le changement de régime et le rapport de l’ancien parti unique aux transformations imposées « par le haut ». Cet article, centré sur les territorialités du Frelimo en ville, participe ainsi aux récentes recherches sur le rôle et l’impact des partis politiques dans la gouvernance urbaine en Afrique, leurs stratégies de mobilisation, leurs capacités de redistribution et leur volonté de contrôler la société civile au niveau local et métropolitain (Bénit-Gbaffou et Piper, 2012 ; Bénit-Gbaffou et al., 2012).

3Principale force politique à la sortie de la guerre de libération (1964-1974), le Frelimo fusionne avec l’appareil d’Etat à l’indépendance en 1975 et instaure un régime de parti unique, socialiste et autoritaire. Le Frelimo est alors présent à toutes les échelles du pouvoir, au travers d’un Etat interventionniste et centralisé. L’espace local est un niveau d’application de politiques élaborées en haut lieu, mais est aussi mobilisé en tant qu’outil politique. C'est en contrôlant l’espace que le Frelimo veut assurer son assise politique. Le Mozambique est un jeune Etat et la rhétorique du territoire est, à l’instar d’autres pays africains, une des modalités de construction de la Nation (de Brito, 1991). Par-delà les rapports classiques que peuvent développer un parti au territoire, le contrôle et l’organisation de l’espace quotidien des citadins sont conçus comme la pierre angulaire de la transformation de la société et de la reproduction du Parti (de Brito, 1987). À la fin des années 1980, à la suite de bouleversements politiques et économiques majeurs (guerre civile, insolvabilité de l’Etat, abandon de la doctrine marxiste, application des Plans d’Ajustement Structurels), l’Etat est discrédité et amorce son retrait de la sphère publique. Puis, à la suite de la promulgation du multipartisme, la séparation de l’Etat et du Parti met un terme à l’exclusivité du Frelimo à agir sur le territoire urbain (Lachartre, 2000).

4Les réformes de décentralisation qui accompagnent l’ouverture politique contribuent à la multiplication des acteurs de la gouvernance urbaine. Aussi, les territorialités du Frelimo en ville prennent-elles aujourd’hui d’autres formes, moins visibles dans le paysage politique et institutionnel. La territorialité renvoie à l’ensemble des intentions et des pratiques qui structurent le territoire et définissent son fonctionnement (Lussault, 2007). À Maputo, les logiques partisanes du Frelimo sont confondues dans le jeu de la gouvernance locale et de l’aide internationale, mobilisant une multitude d’acteurs non politiques d’horizons différents. Cette imbrication est le produit de la décentralisation et de la multiplication des échelles de décision afférentes, mais elle témoigne aussi des réticences de l’Etat à reconnaître l’existence d’autres forces politiques en dehors de ses cadres (Manning, 1998). C’est ainsi que l’ancien système d’administration et d’encadrement de la population, créé à l’indépendance par le Frelimo, coexiste en partie avec le nouveau système de gouvernance, issu des réformes de démocratisation et de décentralisation. Aux enjeux classiques du désengagement de l’Etat (Lebris, 1999) et du développement, la décentralisation au Mozambique cristallise le débat sur la recomposition des pouvoirs politiques et de leurs relations à l’Etat (Cahen, 2000).

Carte 1 : Localisation du Mozambique et de Maputo

Carte 1 : Localisation du Mozambique et de Maputo

5Dans une première partie, nous analyserons successivement la mise en place par le jeune régime d’un véritable verrouillage territorial de l’espace urbain local, la période d’ébranlement de ce contrôle sur l’espace urbain lors de la crise protéiforme des années 1980, en pleine guerre civile et enfin les évolutions de la gouvernance urbaine liées aux réformes de décentralisation.

6Dans un second temps, nous verrons pourquoi les pratiques politiques locales mettent en doute la thèse de la transition du régime autoritaire à un régime démocratique, mais surtout, renseignent sur la récupération politique partisane des réformes imposées par les bailleurs de fond. Entre permanences et ruptures, les formes de territorialités développées par les pouvoirs politiques locaux dans les différents quartiers de la capitale posent la question de l’instrumentalisation et de la récupération du processus de décentralisation par les cadres du Frelimo.

Les territorialités du politique à Maputo : du verrouillage à l’ouverture de l’espace politique local  ?

7En 1975, le gouvernement indépendant du Mozambique, dirigé par le Frelimo, cherche à assurer sa légitimité, contrôler et organiser la population dans l’espace rural, où il entame une politique de villagisation forcée, mais aussi dans les villes, où est mis en place un système politico-administratif très centralisé. Le système de gestion urbaine de la capitale reflète alors bien les orientations idéologiques et politiques développées par le jeune Etat qui, par le biais d’un maillage territorial très dense, veille à l’encadrement de la population et à la mise en œuvre des principes socialistes. Quelques années plus tard, la crise économique et sociale des années 1980 met fin à un certain ordre urbain et met à mal les anciens cadres socialistes. Les réformes de décentralisation et le pluripartisme qui ont suivi dans les années 1990 ont alors partiellement ouvert l’espace politique local et ont suscité de réels espoirs de démocratisation que nous présentons dans cette partie.

Le verrou territorial, une porte à l’autoritarisme ?

  • 4  L’auto-gestion renvoyait plus à une stratégie de contournement des difficultés budgétaires pour ad (...)
  • 5 Un contrôle strict était notamment exercé à propos des cartes d’alimentation alors en vigueur dans (...)

8En 1975, la présence du Frelimo était relativement limitée à Maputo et dans les autres villes du pays, lieux de concentration du pouvoir colonial. Les dirigeants entretenaient une certaine méfiance vis-à-vis des villes, perçues comme des foyers de « parasites », de « marginaux » et constituant des lieux de contestations potentielles (Lachartre, 2000). Les villes furent donc l’objet d’un contrôle politique renforcé : le Frelimo mit rapidement en place un système de gestion urbaine extrêmement centralisé inspiré des principes du centralisme démocratique. le Frelimo se réclama officiellement d’une doctrine marxiste-léniniste à partir de 1977. La même année, il instaura les assemblées des villes et les Conseils Exécutifs des Villes l’année suivantes. Ces organes de l’Etat assuraient l’exécution de la ligne du Parti et ne constituaient qu’une forme de déconcentration de l’administration centrale au niveau local (Grest, 1995). Durant les années qui suivent l’indépendance, le Frelimo met en place une structure hiérarchique permettant un véritable verrouillage territorial de l’espace urbain, à une échelle très fine. L’espace urbain est découpé en unités de taille réduite, les « quartiers communautaires », eux-mêmes divisés en quarteirões qui rassemblaient en principe une cinquantaine de familles. Les quartiers communautaires étaient organisés par des « Groupes Dynamisateurs », créés dès le gouvernement de transition en 1975. Qualifiés de « pré-soviets » ou de « pré-cellules » du Frelimo, les Groupes Dynamisateurs (GD) devaient résoudre les problèmes quotidiens dans les quartiers et promouvoir le « pouvoir populaire » selon un principe d’autogestion4. Les citadins étaient censés assurer eux-mêmes les responsabilités à l’intérieur des communautés, mais en réalité, ces structures collectives, dépendantes du Parti et associées à l’appareil étatique, disposaient de très nombreuses compétences et assuraient un puissant contrôle social. Les membres du GD étaient épaulés par des « chefs de quartiers » qui désignaient à leur tour des « chefs de 10 maisons ». La présence de tous les citadins était requise à chaque réunion de quartier, les faits et gestes de chacun étaient largement contrôlés et rapportés aux supérieurs5. Cette organisation pyramidale était conçue pour centraliser l’ensemble des informations à destination de l’Etat, diffuser au plus près des citadins l’idéologie du Parti et mettre en œuvre les politiques nationales.

Tableau 1 : L’époque socialiste, une gestion urbaine centralisée

Tableau 1 : L’époque socialiste, une gestion urbaine centralisée
  • 6 Le guia de marcha retraçait les déplacements résidentiels des citoyens mozambicains. À Maputo, le g (...)
  • 7 Entretien du 27 février 2008.

9Ce découpage politique a assuré au régime une forte assise territoriale, garantissant son maintien et sa reproduction. L’espace urbain est alors entièrement investi par le Frelimo, ne laissant aucune place à d’autres acteurs, contrôlant de très près les hommes et les activités. L’espace devient donc le support et le moyen du projet politique du Frelimo et c'est en ce sens que nous parlons de verrouillage territorial. Dans un tel système, aucune contestation n’était possible. Cette dimension était d’autant plus forte que les villes étaient considérées comme des lieux peu fiables, infiltrées par des « espions », des « ennemis » et des « bourgeois parasites », ce qui justifiait le contrôle renforcé des citadins, la limitation des flux vers les villes par le biais d’un « passeport intérieur6 » et le système des cartes de résidents. Selon les mots du secrétaire de bairro de Luis Cabral, « les chefs de dix maisons sont là pour aider les chefs de quartier, pour surveiller quand arrive quelqu'un. C'est une question de vigilance. C’est pour savoir qui c'est, d’où il vient, pourquoi…. »7. Le droit à la ville pour les citoyens mozambicains était alors strictement limité et contrôlé.

10Ce quadrillage politique dans la ville était renforcé par les « Organisations démocratiques de masse » (Organisation des Femmes Mozambicaines et Organisation de la Jeunesse Mozambicaine), dont les délégués et les secrétaires étaient présents dans tous les quarteirões de la ville. Ces organisations partisanes, chargées de la coordination des activités culturelles et éducatives, devaient aussi gérer les problèmes de la vie quotidienne, les conflits familiaux et de voisinage, délimitant une frontière très floue entre vie privée et vie publique. Ces nouvelles structures d’encadrement étaient censées se substituer à la fonction sociale des regulos, les chefs traditionnels, qui furent évincés de la scène politique des villes à la même époque. En réalité, cette nouvelle organisation politico-administrative traduisait surtout une très forte territorialité du pouvoir du Frelimo dans l’espace urbain.

La crise urbaine : déterritorialisation des structures de pouvoirs socialistes ?

  • 8 Le Caniço signifie « roseau » en portugais et désigne par extension tous les quartiers spontanés de (...)

11Malgré la sur-représentation des cadres du Parti à l’échelle locale, l’ancrage territorial du Frelimo se révéla inefficient au regard de la crise urbaine des années 1980. La guerre et la crise économique conduisirent près de 5 millions de personnes, à se réfugier à l’étranger ou dans les principales villes du pays. Bastion du Frelimo, Maputo fonctionna comme un refuge pour des dizaines de milliers de déplacés (Vivet, 2012). Le contrôle territorial du Frelimo ne permit pas de contrôler la croissance démographique, qui devint explosive (Raposo, Oppenheimer, 2002 et 2007). Les chefs de Quarteirões, initialement chargés d’encadrer une cinquantaine de familles, se sont retrouvés rapidement confrontés à un volume de population trois à quatre fois supérieur. Les déplacés s’installèrent souvent dans des zones « non constructibles », sans avoir toujours l’autorisation des autorités locales. Le Parti tenta de garder la maîtrise de cette urbanisation spontanée en créant de nouveaux Quarteirões, qui se révélèrent être des « coquilles vides », dénuées de toute action politique. Dans un contexte de crise économique (Marchand, 1995) et d’un manque de compétences en gestion urbaine, l’Etat fut incapable de planifier l’urbanisation de la capitale (Jenkins, 1999). À l’échelle des Bairros et des Quarteirões, les cadres du Parti n’avaient ni les moyens d’encadrer l’arrivée des migrants ruraux, ni les moyens de maintenir le contrôle politique et social de la population. Le contrôle des déplacements résidentiels et temporaires intra-urbains par l’intermédiaire du guia de marcha s’affaiblit, puis disparut totalement. Le système mis en place devint inefficace pour répondre aux demandes d’une population urbaine toujours plus nombreuse. Seuls interlocuteurs des citadins, les Groupes Dinamisateurs furent incapables de remédier aux difficultés quotidiennes de ceux-ci. La population de Maputo augmenta de 80 % pendant la guerre civile, passant de 537 000 habitants en 1980 à 871 000 en 1991, alors que l’offre de services publics et de services urbains demeura sensiblement la même qu’au lendemain de l’indépendance. En 1992, plus de 80 % de la population des quartiers dits du caniço8 n’avait pas accès à l’eau potable (CEDH ; UEM, 2005). La politique d’encadrement socialiste échoua, reproduisant et accentuant les inégalités territoriales entre le centre-ville et le caniço héritées du temps de la colonisation (voir carte 2). Les cadres du Parti ont assisté, au même titre que les autres citadins, à l’informalisation du tissu urbain, à la dégradation des services publics et au développement du secteur informel.

12Les difficultés économiques et sociales aboutirent à la multiplication des initiatives individuelles, non encadrées par le Frelimo. Par exemple, à la fin des années 1980, le secteur des transports collectifs ou encore les marchés de biens vivriers comme de consommation sont tenus par les citadins, dans l’informalité alors que ces activités étaient largement encadrées et contrôlées auparavant (Cruz e Silva, 2003). De nouvelles territorialités non reconnues et contrôlées par le pouvoir émergèrent, sans réellement remettre en question les territorialités du Frelimo. En effet, la crise urbaine, la libéralisation de l’économie et les mutations sociales qui s’ensuivirent n’ont pas amorcé la déterritorialisation des structures de pouvoirs mises en place sous le régime socialiste et le fonctionnement du Parti à l’échelle locale fut largement maintenu. Si les territorialités du Frelimo se sont avérées inefficientes pour contrôler et gérer les mutations urbaines, elles ont néanmoins assuré leur fonction première : verrouiller l’espace politique.

La décentralisation, changement pour une ouverture politique ?

13Dans la deuxième moitié des années 1980, la crise économique qui a frappé le Mozambique et les énormes difficultés liées à la guerre contraignirent l’Etat à adhérer au FMI et à amorcer un de nombreuses réformes (Oppenheimer, 2006). En une dizaine d’années, de profonds changements furent opérés dans les modes de gestion des villes, et de l’ensemble du pays. Cette période qui s’étale de 1987 - date de l’implantation du PRE, premier plan d’ajustement structurel - à 1997, date de la création des collectivités locales, apparut comme une période de transition démocratique et d’ouverture et suscita de nombreux espoirs auprès de l’opposition et de la communauté internationale. À l’issue de ces réformes apparait progressivement un mode de gestion décentralisé et démocratique, distinguant clairement l’Etat du Parti. Dans cette nouvelle configuration politique, le leadership du Frelimo fut remis en cause et laisse place à l’émergence de nouveaux acteurs dans la gouvernance urbaine, essentiellement internationaux (Lachartre, 2002).

  • 9 La décentralisation est amorcée au début des années 1990 avec le PROL (Programme de Réformes des Or (...)

14Sous les injonctions des bailleurs de fond, le Frelimo dut accepter la mise en place de la décentralisation et de la municipalisation9. En effet, la crise urbaine fut perçue par le FMI et la Banque Mondiale comme la preuve de l’échec du socialisme et de l’incapacité de l’Etat à exercer ses prérogatives. À l’instar d’autres pays africains, le projet de municipalisation est engagé en 1994 malgré les réticences du Frelimo (Fay, Kone et Quiminal, 2006) et il aboutit en 1997 à la création de 33 collectivités locales, principalement des villes. Les premières élections locales eurent lieu en 1998 et ouvrirent un nouvel espace politique à l’opposition. En 2003, la victoire de la Renamo dans des villes importantes comme Beira et Nacala fut interprétée sur la scène internationale comme un signe visible de la démocratisation au Mozambique (Moyana, 2005).

15Malgré sa suprématie consacrée à l’échelle nationale, le Frelimo n’est plus le seul acteur de la scène politique locale et doit composer avec les attentes de la communauté internationale en termes de « bonne gouvernance » et de  participation de la « société civile ». Dans les municipalités Frelimo, comme Maputo, les choix de gouvernance urbaine sont limités du fait de la dépendance financière vis-à-vis des bailleurs de fonds : l’obtention des financements dépend de la « bonne » application des programmes de développement élaborés à l’échelle nationale. Le Frelimo n’a donc plus la même liberté d’action pour mener ses politiques à l’échelle locale et nationale et il compose désormais avec divers acteurs (bailleurs, secteur privé et associatif, etc.). Comme dans la plupart des capitales africaines, les impératifs de la « bonne gouvernance » ont alors pris la forme de privatisations, de partenariats public-privé ou de contractualisations, lors du second mandat municipal (2003-2008).

16Cependant, la multiplication des acteurs de la gouvernance urbaine ne modifie pas le fonctionnement vertical du pouvoir en ville. Les districts municipaux, qui sont une des vitrines de la décentralisation à l’échelle locale, ne détiennent aucun pouvoir de décision et ne comportent aucune structure de concertation et d’expression publique pour les citoyens. La déconcentration de certaines fonctions administratives municipales au profit des districts municipaux répond uniquement à la recherche d’une meilleure efficacité pour appliquer les décisions municipales. Les échelons intra-urbains constituent donc toujours des relais du pouvoir exécutif municipal. En outre, on aurait pu penser que les évolutions institutionnelles soutenues par les bailleurs auraient entraîné une refonte du maillage territorial intra-urbain hérité du temps du Parti unique, comme cela a été le cas au Mali par exemple (Fay, Kone et Quiminal, 2006). Au Mozambique, la municipalisation n’apporte pas de transformations territoriales profondes : elle s’inscrit dans le découpage des quartiers et des districts déjà existants depuis l’indépendance.

17Comment s’articulent ces nouveaux organes municipaux à la structure administrative intra-urbaine héritée du régime marxiste-léniniste ? Plus que le signe d’une période de transition, la coprésence de structures étatiques et partisanes dans les quartiers révèle plutôt le maintien de mécanismes politiques hérités. Finalement, nous verrons dans une deuxième partie que la question de la confusion entre le Parti et l’Etat, ainsi que la question de l’espace réellement ouvert à la société civile se posent toujours avec beaucoup d’acuité.

La décentralisation, pour une reconstruction du territoire politique à l’échelle locale ?

18Malgré la mise en place de structures de pouvoir décentralisées, l’observation et l’analyse des pratiques politiques locales amènent plutôt à penser qu’il existe une forme de récupération politique du processus de décentralisation au niveau intra-urbain par le Frelimo. Le contrôle de l’espace urbain est aussi celui de l’espace politique. La nouvelle donne de la « démocratie » promue par les acteurs internationaux du développement oblige le Frelimo à réinventer son rapport au territoire et les territorialités du Frelimo en ville prennent désormais des formes nouvelles.

La décentralisation au service de la fusion Etat-Parti 

19La nouvelle organisation politico-administrative de la ville se base explicitement sur le découpage mis en place à l’indépendance par le Frelimo : une structure pyramidale divisant la capitale en 7 districts et 64 quartiers (bairro), eux-mêmes découpés en quarteirões. Il n’y a donc aucune rupture avec le fonctionnement territorial en place avant la municipalisation. Suivant les prescriptions des bailleurs de fond, les responsables locaux (secrétaires de Bairro et chefs de quarteirão) sont désormais élus et le parti du Frelimo est séparé officiellement de l’administration locale.

  • 10 Les résultats officiels de ces élections ne sont pas publiés, mais au cours des entretiens menés av (...)

20Dans les pratiques, on assiste pourtant à des simulacres de campagnes électorales, se soldant par des taux d’abstention très élevés10. Les citadins ne sont pas toujours informés de la tenue des élections, certains bureaux de vote ferment plus tôt que prévu, le déroulement du scrutin n’est pas contrôlé rigoureusement. Quant aux chefs de quarteirão, leur désignation s’opère à main levée lors de réunions, sur un mode très similaire à l’élection des membres des anciens Groupes Dynamisateurs. En réalité, ils n’ont pas de terme à leur « mandat » et nombre d’entre eux sont chefs depuis plus de dix ans, sans jamais avoir été « réélu », alors que le règlement de 2006 prévoit un mandat de quatre ans. On peut donc douter de la légitimité de ces acteurs et de la réalité démocratique à l’échelle locale. Certes, la législation sur les élections des représentants locaux est récente (2006), et par conséquent ces dysfonctionnements pourraient être le signe d’une transition entre deux systèmes, mais d’autres éléments de la politique locale traduisent une continuité des fonctionnements autoritaires et opaques.

  • 11 Ce développement s’appuie sur 18 entretiens menés auprès de secrétaires de Bairro dans les DU 3, 4 (...)

21La permanence du personnel politique à cette échelle de gestion témoigne en effet d’une forme de récupération politique du Frelimo des réformes imposées par les bailleurs. La municipalisation et la réorganisation des structures intra-urbaines, sous couvert de démocratie participative, ont été l’occasion pour le Frelimo de relégitimer les cadres de l’ancien régime et renouveler ainsi le contrôle politique exercé à l’échelle locale. La majeure partie des secrétaires de Bairro aujourd’hui en poste occupaient déjà des fonctions dans les Groupes Dynamisateurs ou dans d’autres structures du Frelimo depuis l’indépendance11. L’implication, passée ou présente, de ces cadres locaux dans les structures du Frelimo ajoute à la confusion entre l’Etat et le Parti et participe de la continuité des pratiques politiques héritées. Il est par exemple difficile, voire impossible, d’être chef de quarteirão sans être affilié au Parti du Frelimo, sous peine d’être considéré comme un membre de l’opposition.

Carte 2 : Le découpage administratif de Maputo

Carte 2 : Le découpage administratif de Maputo

Cette carte présente le découpage actuel de la ville en districts urbains et en quartier (bairros). Il n’existe pas de carte des quarteirões, mais leurs limites sont connues de la majorités des citadins.

Encadré 1 : Du Parti à l’Etat, de l’Etat au parti, la permanence du personnel politique local

Les secrétaires de Bairro à Maputo présentent des profils très similaires : tous habitent la capitale depuis plusieurs décennies et occupent des fonctions au sein du parti depuis les années 1970-1980. Certains occupent le même poste depuis l’indépendance, comme à Urbanização ou à Polana Caniço A.

L’exemple du parcours de l’actuel secrétaire de bairro du quartier Aeroporto B est assez éclairant sur la porosité des fonctions entre le Parti et l’Etat. Le secrétaire dudit quartier a été appelé par la direction du parti à Maputo pour assurer les fonctions de secrétaire car son prédécesseur n’était plus en état de le faire. Il travaille depuis 1976 pour le Parti. Après six ans passés auprès de l’ADPP (Association de développement du peuple pour le peuple), une institution du Parti, il a travaillé pour une entreprise jusqu’en 1988 tout en étant toujours impliqué dans les affaires du quartier en tant que membre du GD. Il a ensuite été employé dix ans au ministère de la défense comme un des responsables du département de la Mobilisation. En 1997, il revient à l’administration des quartiers, d’abord comme secrétaire de Bairro à Xipamanine, puis comme premier secrétaire du Parti. L’occupation successive des postes de secrétaire administratif et de secrétaire du Parti est une pratique courante qui indique clairement le lien entre les différentes fonctions. À Luis Cabral, un autre quartier, l’ancien secrétaire cumulait les fonctions de secrétaire de Bairro, premier secrétaire du Parti et député à l’Assemblée nationale. Il est toujours responsable du parti à l’échelle du bairro.

22De plus, les bureaux des secrétaires, ornés de grandes affiches à la gloire du Frelimo sont installés dans les anciens locaux des Groupes Dynamisateurs et le secrétaire du Parti du Bairro travaille le plus souvent au même endroit. L’usage des mêmes locaux témoigne également de la porosité de la distinction entre Etat et Parti. Aux yeux des citadins cette confusion entre Etat et Parti, leurs fonctions et leurs espaces demeure très largement. En outre, l’organisation des structures partisanes (cellules du Frelimo et Organisation de la femme mozambicaine) se superpose hiérarchiquement à celles des Quarteirões et des Bairros sur tout le territoire urbain. Ces structures travaillent de concert avec les autorités administratives et renforcent le maillage politico-administratif qui s’apparente davantage à une nouvelle forme de verrou territorial qu’à un espace d’ouverture politique.

Photographie 1 : Un exemple de la porosité Etat/Parti : le bureau du secrétaire de bairro

Photographie 1 : Un exemple de la porosité Etat/Parti : le bureau du secrétaire de bairro

© Vivet, Avril 2008. Urbanização, Maputo.

Le bureau du secrétaire de bairro, dans le quartier péri-central de Urbanização à Maputo. Le nom de l’ancienne structure est encore visible sur le mur : ‘Grupo dinamizador do circulo do bairro comunal’ (facilitating group for the local municipal circle). Ce bureau est partagé entre le secrétaire de bairro (personnel adminsitratif) et le scerétaire de la branche locale du Frelimo. A Urbanização l’actuel secrétaire de bairro faisait partie du groupe dynamisateur et fut également le secrétaire du parti, ce qui témoigne tout à la fois de la porosité Parti Etat et de la permanence du personnel politique local.

  • 12 Le terme de « communauté » renvoie aux formes d’organisations sociales de la population au Mozambiq (...)

23Respectant les injonctions des bailleurs, le principe de participation de la « communauté » aux affaires locales est affirmé dans le décret de 2000 créant « les conseils collectifs de Bairro » qui institutionnalise, selon les vœux de la communauté internationale, la participation des « autorités communautaires » à l’administration du territoire municipal au niveau le plus bas et qui est ainsi un gage de démocratisation de la gouvernance locale. Officiellement, cette réforme vise à valoriser des formes d’organisations sociales dites « traditionnelles ». Composés des « leaders communautaires » (policiers, directeurs d’écoles primaires et des centres de santé, chefs de quarteirões, chefs traditionnels, etc.), ces conseils ont une fonction consultative. La légitimité des décisions des pouvoirs locaux s’en trouve apparemment accrue, puisqu’ils apparaissent comme le relais des opinions de la « communauté »12 et permettent sa participation aux programmes locaux de développement. Cependant, dans la plupart des cas, tous ces « leaders communautaires » sont membres du Frelimo. Ces conseils ne peuvent donc pas être le lieu d’éventuellesrevendications citadines, ni, plus largement un espace de débats publics où pourraient émerger d’autres opinions politiques. Ces conseils respectent l’ordre établi et officialisent la position de ces « leaders » locaux.

24À l’instar d’autres pays africains, les réformes de décentralisation prévoyaient la participation aux affaires locales de certains chefs « traditionnels ». Ainsi, le décret sur les autorités communautaires confie la gestion des affaires « sociales » d’un Bairro aux chefs traditionnels, les anciens regulos, qui doivent travailler de concert avec les secrétaires de Bairro. Mais à Maputo, la réintroduction des regulos ne correspond plus aux réalités sociales et la population, en général, ne reconnaît pas leur légitimité, ceux-ci ayant été évincés de la scène politique locale depuis trente ans au profit de l’idéologie socialiste de « l’homme nouveau ». Ces nouvelles réformes exogènes ont donc permis la réinvention d’identités politiques locales. Quand aucun descendant des familles royales n’est retrouvé, ce qui est assez courant, les secrétaires de Bairro organisent des élections et un sympathisant du Frelimo est généralement élu. Dans ces conditions, l’admission de leaders communautaires, censée renforcer la participation citadine permet en réalité au Frelimo de renforcer son contrôle et participe de sa stratégie politique. L’espace politique à Maputo est toujours verrouillé et le quadrillage politico-administratif s’apparente plus à un moyen de contrôle de la population qu’à un appareil administratif efficient. Ces acteurs politiques locaux deviennent incontournables, ce qui introduit, comme nous allons le voir, de nouveaux jeux de pouvoirs dans la gouvernance urbaine.

La gouvernance (dé)verrouillée ?

25La reconnaissance des acteurs politiques locaux dans le paysage politique local soutient paradoxalement la vitrine de la « bonne » gouvernance telle qu’elle est définie par les bailleurs. À l’échelle municipale, aux pouvoirs exécutif et législatif s’ajoute l’apparente participation de représentants proches des citadins, en réalité exclus des processus de décision concernant l’aménagement de leur quartier. Faute de budget et de prérogatives claires, les autorités locales demeurent cantonnées à un rôle consultatif ; les autorités locales continuent d’être un relai d’informations auprès des citadins et de représenter un puissant outil de contrôle politique et social. La permanence du personnel politique peut être lue comme une forme de crispation de l’Etat face à une nouvelle ère politique, mais aussi comme une stratégie de court-circuitage et de contrôle de décisions prises par une multitude d’acteurs, dont une partie échappe à l’emprise du Frelimo. Cette thèse est confortée par l’implication systématique de membres du Parti dans l’ensemble des projets. En contrôlant le territoire urbain, le Frelimo a l’intention de réduire l’ouverture politique permise par la municipalisation. Il s’appuie alors sur de nouvelles pratiques politiques : l’introduction de membres du Parti dans la « société civile » et l’accaparement des fonctions afférentes.

  • 13 L’analyse qui suit se base sur un travail de terrain (janvier 2007-mars 2010) d’une des auteures, q (...)

26Le verrou territorial est particulièrement visible dans les services publics basiques13. Dans les quartiers, les autorités politiques locales se sont imposées comme les interlocuteurs privilégiés des décideurs de la « société civile », dont les tenants sont les ONG et les associations étrangères et mozambicaines. Cette position permet un droit de regard, voire d’infléchir sur les décisions sur lesquelles elles n’ont aucune légitimité. Par exemple, dans le domaine de la construction et la gestion des infrastructures d’assainissement, la municipalité réalise des travaux d’aménagement uniquement dans les quartiers nouvellement urbanisés, tels que Albazine, Magoanine ou Zimpeto. Dans les quartiers limitrophes du centre (Mafalala, Urbanização, Maxaquene), insalubres, qui se sont densifiés durant la guerre en dehors de toute planification urbaine, seules les ONG développent des mini-réseaux d’assainissement et des programmes de distribution de latrines individuelles. Ces ONG étrangères comptent un personnel très qualifié techniquement, mais qui dispose rarement de connaissances précises sur les territoires concernés. Les autorités locales mettent à profit leur connaissance socio-spatiale pour s’imposer comme des intermédiaires incontournables de la mise en œuvre des micro-projets de développement. Soumis à des impératifs de calendrier, ces ONG s’en remettent aux Secrétaires de Bairro et aux Chefs de Quarteirão pour les guider dans l’identification des zones et des groupes de citadins bénéficiaires.

  • 14 Association mozambicaine pour le développement concerté, , créée par l’ONG française ESSOR au début (...)
  • 15 Water and Sanitation for the Urban Poors, ONG anglaise.

27En l’absence d’une réelle présence sur le terrain des ONG, les autorités locales récupèrent ces initiatives de développement pour asseoir la légitimité du contrôle socio-spatial. Par exemple, à Maxaquene A, l’association AMDEC14 et l’ONG WSUP15 confient la construction des latrines aux autorités locales, chargées de les distribuer dans leur bairro. Les autorités locales procèdent à l’inscription des citadins sur une « liste » par quarteirão. La sélection des bénéficiaires est validée par les ONG à partir d’un indice de pauvreté, qui englobe la majorité des résidents. Réalisé par les autorités locales, le processus de distribution des latrines s’avère opaque et clientéliste et bénéficie en priorité à ceux qui affirment leur engagement auprès du Frelimo ou qui disposent d’un pouvoir, quel qu’il soit, dans la société urbaine.

  • 16 À titre d’exemple, les associations ASCODECHA à Chamanculo C, qui travaillent dans le domaine de l’ (...)

28Les citadins connaissent évidemment ces pratiques, mais ne disposent d’aucun moyen pour lutter contre ces injustices sociales. Par ailleurs, la forte dépendance vis-à-vis des autorités locales (marché foncier, processus administratifs, etc.) dissuade les citadins de contester et de revendiquer. Ces stratégies d’implication et de récupération de toute intervention à l’échelle locale concernent aussi les associations de quartier16. Dès leur création, les autorités locales les incitent à recruter des membres OMM (Organisation de la femme mozambicaine) ou un membre du Parti. Le refus est source de conflits et est automatiquement considéré comme une preuve d’affiliation politique à l’opposition.

  • 17 Aguas de Moçambique, entreprise chargée de l’exploitation et la gestion du réseau d’adduction d’eau (...)
  • 18 Selon des entretiens avec l’ensemble des membres du Comité des Eaux de Polana Caniço B en juin 2009
  • 19 À Polana Caniço A, la présidente du Comité des Eaux du Bairro est aussi un chef de Quarteirao et me (...)

29Le contrôle du territoire à l’échelle locale permet de verrouiller l’espace politique (Fournet- Guérin, Vacchiani-Marcuzzo, 2009). Il n’y a pas d’espace possible pour d’autres acteurs que le Frelimo, politiques ou non. Les autorités locales profitent de leur position privilégiée pour court-circuiter toute participation citadine. C’est ainsi que le nouveau modèle de gestion des Bornes-Fontaines d’ADM17 repose sur des Comités des Eaux, qui impliquent la participation des citadins (AdeM, 2007). Les usagers de chaque borne-fontaine forment une assemblée et chaque assemblée vote pour choisir ses représentants. Ceux-ci élisent tous les cinq ans le président du Comité des Eaux du Bairro. Alors que le nouveau modèle de gestion a été mis en place en 2000, il n’y a jamais eu d’élections selon ce schéma tel que prévu par ADM. Les membres du Comité sont en réalité nommés par les autorités administratives locales18. Les chefs de Quarteirão ont accaparé les fonctions directives, et indirectement rémunératrices, de ces Comités des Eaux19, révélant une instrumentalisation du politique au service de la constitution d’une position de rentes (rente de l’assistance internationale par le biais des ONG, rente liée à l’accaparement des recettes liées aux services urbains, rente administrative, etc.).

  • 20 L’argent collecté à la borne-fontaine est remis au trésorier et au président, qui souvent ne sont q (...)

30S’inscrivant dans la continuité des pratiques politiques locales, l’accaparement des fonctions dédiées aux usagers n’est pas condamné publiquement. La pression sociale exercée par les autorités administratives locales, imperceptible au premier abord, fonctionne sur une peur intériorisée, en grande partie héritée de l’époque autoritaire et qui perdure encore aujourd’hui du fait de la forte précarité sociale des citadins (faiblesse des ressources économiques, illettrisme, etc). Par-delà les stratégies de récupération d’une manne financière20, le placement des autorités locales à la tête de ces Comités court-circuite toute possibilité de pouvoirs parallèles ou en tout cas de distinctions individuelles en dehors des structures historiquement affiliées au Parti.

31Malgré la promotion du principe de gouvernance et la multiplication des initiatives qui sont associées à la « société civile », les stratégies des autorités locales, qui peuvent tout d’abord apparaître dérisoires face aux fonds injectés dans le développement urbain à Maputo, permettent un réel contrôle du territoire urbain, que nous allons détailler à présent.

Les territorialités du Frelimo, une emprise plurielle

32Le verrou territorial a une emprise inégale au sein de la ville de Maputo. En effet, dans les quartiers précaires péricentraux, on observe la continuité du contrôle socio-spatial. En revanche, dans le centre-ville, le verrou territorial ne permet plus au Frelimo de contrôler, voire de fermer, l’espace politique depuis l’ouverture néo-libérale amorcée au début des années 1990. L’émergence d’une classe moyenne et aisée issue du milieu entrepreneurial, essentiellement concentrée dans le centre-ville, a échappé aux autorités locales, sans toutefois sortir du champ de contrôle du Frelimo.

33Dans le centre-ville, les citadins disposent d’un bon niveau de services et possèdent par ailleurs des ressources économiques et sociales qui garantissent leur indépendance vis-à-vis des autorités locales quant à la résolution des problèmes du quotidien. Aussi, ces citadins ne dépendent-ils pas des « listes » des autorités locales pour avoir accès à tel ou tel service et entretiennent donc des rapports plus anonymes avec les Secrétaires de Bairro et les Chefs de Quarteirão, qui se limitent aux questions administratives. Les autorités locales ont ainsi progressivement disparu du quotidien des citadins du centre-ville. Dans les Bairros qui concentrent les élites politiques et économiques (Coop, Sommershield, Polana Cimento A et B, Central), la majeure partie des chefs de Quarteirão ont même disparu au cours des années 1990.

  • 21 Ces commissions s’apparentent aux syndicats de propriété et gèrent les dépenses communes.
  • 22 À plusieurs reprises, en mars 2010, nous avons surpris le secrétaire du Parti du Frelimo à occuper (...)

34Quoi qu’il en soit, depuis les années 2000, une campagne de réintroduction des chefs de Quarteirão est organisée par le Parti du Frelimo. Dans le bairro de Polana Cimento B, composé de 45 quarteirões, le Secrétaire a mis en place 37 chefs de Quarteirões depuis son entrée en fonction en 2002. Malgré ces tentatives de maintenir en place le système de quarteirões et leur direction par les membres du Parti Frelimo, les autorités du District 1 (qui regroupe les bairros du centre-ville), rencontrent de grandes difficultés à trouver des membres du Parti volontaires pour une fonction jugée ingrate et sans intérêt par les élites politiques et économiques. Certains quarteirões sont ainsi restés sans chef plusieurs années durant. Dans le bairro de Coop, seul deux quarteirões sur un total de 24 disposent d’un chef de Quarteirão . Pour faire face à cette perte de contrôle du territoire urbain dans des quartiers densément peuplés et plus riches, le secrétaire convoque plusieurs fois par mois les présidents des commissions d’immeubles, seuls représentants21 reconnus par une partie des citadins. La majeure partie des présidents de commission jouent le jeu et acceptent de participer à ces réunions. Quant au bairro de Sommershield, un quartier aisé de la ville, il n’y a même plus de secrétaire attitré. Le secrétaire du Bairro Central C est par défaut celui du Bairro de Sommershield, obligeant le secrétaire du Parti du Frelimo de Central C à assurer les fonctions de secrétaire de Bairro en son absence, fonction possible puisque les bureaux du secrétaire du Bairro de Central C et de la cellule du Frelimo du même Bairro sont au sous-sol du même immeuble22. Les Bairros du centre ville plus populaires, comme Alto Mae ou Malhangalene ont été moins affectés par la disparition des chefs de Quarteirão, mais connaissent le même phénomène : le quarteirão est caduque, il ne permet plus d’exercer un quelconque pouvoir de contrôle et d’encadrement du quotidien des citadins.

  • 23 Qui signifie littéralement « quartiers fermés », communément appelés « gated communities ».
  • 24 Entretien réalisé à Polana Caniço, janvier 2008.

35Le lien entre la permanence du verrou territorial et le profil socio-économique des citadins est particulièrement visible dans les quartiers périphériques de Polana Caniço A et de Costa do Sol, caractérisés depuis les années 2000 par l’explosion du nombre de condominios fechados23 (Folio, 2007 et Vivet 2012). Ces quartiers (dont la construction n’a été permise que par le déguerpissement des anciens résidents, orchestré par les autorités locales et des promoteurs privés) font partie du maillage administratif en quarteirões. Quoi qu’il en soit, les autorités locales doivent demander à la sécurité, puis au responsable du condominio, l’autorisation d’y pénétrer. Par exemple, le condominio fechado Sommershield II se situe dans le quarteirao 4-a de Polana Caniço A. Le chef de ce quarteirao, en fonction de 1991 à 2008, revient sur l’inégale poids de ses fonctions au sein de son quarteirao « quand un habitant arrive ici, je fais office de guide. En revanche, dans le condominio fechado, c’est moi qui doit demander un guide. Je n’y suis allé qu’une seule fois : j’étais comme perdu. On a toujours le pouvoir sur cet espace, mais ces citadins nous ignorent. Je suis pauvre et eux ont du pouvoir : ce sont des ministres, des directeurs, etc.24 ». L’émergence de nouvelles formes urbaines, privatisées dans les pratiques, (mais toujours publiques juridiquement) et concentrant les citadins les plus aisés, révèle les limites de l’emprise socio-spatiale des autorités locales.

36A la lecture de la structure socio-spatiale intra-urbaine, les territorialités du Frelimo apparaissent bel et bien plurielles. Dans les quartiers périphériques, le verrou territorial est une forme de contrôle social et politique adapté à des citadins en situation précaire et à la présence de nouveaux acteurs à l’échelle locale, comme les ONG étrangères qui connaissent mal le terrain. En revanche, dans le centre-ville, les formes d’emprise du Parti ont évolué depuis le début des années 1990 avec le néo-libéralisme et le multipartisme. Les unités de l’administration territoriale, les Bairros et les Quarteirões sont maintenues sous le contrôle du Frelimo, mais délaissées au profit de nouvelles territorialités. En effet, on observe un resserrement du contrôle dans les lieux qui permettent l’ascension à des postes clefs de la société mozambicaine : les lieux du savoir (de l’école primaire à l’Université Eduardo Mondlane), les lieux de décisions (administration et institution publique), les lieux de la manne économique et financière (grandes entreprises publiques et privées). Si l’entrée dans ces « lieux » n’est officiellement pas soumise à des conditions politiques particulières, l’évolution dans ces structures (s’inscrire en doctorat, monter des échelons dans sa profession, avoir une promotion) nécessite d’avoir la carte du Parti ou d’être un sympathisant actif, répondant positivement aux réunions proposées par les collègues de travail. Le refus de se soumettre à ces règles tacites est généralement sanctionné par l’absence de promotion et de privilèges en nature. Quoi qu’il en soit, la prédominance du Frelimo dans l’ensemble des sphères privées ou publiques, où pourrait émerger une quelconque opposition est caractéristique de la forme de contrôle exercée dans le centre-ville.

Conclusion

37Au Mozambique, comme dans de nombreux pays africains, la décentralisation est apparue dans les années 1990 comme le plus sûr moyen d’assurer et de garantir la pérennité de l’État de droit et de la démocratie pluraliste. L’analyse des territorialités du Frelimo à Maputo offre un regard différent sur le processus de décentralisation et apporte une autre tonalité à l’étiquette de « bon élève » dont se targue le gouvernement mozambicain sur la scène internationale. L’analyse de pratiques politiques locales, au sein des quartiers de la capitale, permet en effet de comprendre les mécanismes d’adaptation et de reformulation de politiques exogènes. Ces pratiques très locales révèlent certaines évolutions politiques d’envergure nationale et notamment le maintien du contrôle de l’ancien parti unique sur une large part de la population urbaine, en particulier les citadins les plus pauvres.

38Plus largement, cet article réaffirme la pertinence de l’échelle urbaine pour analyser un certain nombre d’évolutions politiques du Mozambique contemporain, puisque c’est au sein des espaces urbains que sont adaptés et transformés certains préceptes imposés par la communauté internationale.

39En montrant comment le Frelimo compose avec un certain nombres d’exigence de « bonne gouvernance », nous avons cherché à souligner comment l’ancien parti unique réussit localement à poursuivre les mêmes stratégies et à maintenir largement son « verrouillage territorial », dans lequel l’espace constitue tout à la fois le support et le moyen du projet politique du Frelimo. Les pratiques politiques locales du parti dominant exposent un lien étroit entre territoire urbain et espace politique, dont le contrôle permet la reproduction des pratiques mises en place sous le régime autoritaire socialiste. Ce contrôle permet surtout de verrouiller l’espace politique et public aux seuls acteurs qui servent les horizons politiques du Parti du Frelimo. Cet article souligne ainsi l’intérêt d’analyser plus en profondeur le rôle des partis politiques dans la gouvernance urbaine (Bénit-Gbaffou et Piper, 2012 ; Bénit-Gbaffou et al., 2012). Finalement et paradoxalement, la décentralisation, imposée par le haut, appuie désormais les logiques politiques locales et permet de relégitimiter l’hégémonie du parti dominant en l’absence d’opposition visible (Sumich, Honwana, 2007). A l’instar d’autres régimes africains qui ont connu le système du parti unique, la mise en place de pouvoirs municipaux n’a pas permis ce difficile exercice de délimitation entre l’Etat et le Parti. Face à « la politique du pouvoir dominant » (De Tollenaere, 2002) la décentralisation demeure paradoxalement une des façades de la démocratisation de la société mozambicaine, interrogeant les modes de légitimation d’exercice du pouvoir à l’échelle mondiale.

Haut de page

Bibliographie

AdeM, Plano director do sistema de abastecimento de Água na área de cessão das Águas de Moçambique, Maputo, p. 229, 2007.

Benit-Gbaffou C. et Piper L., “Party Politics, the Poor and the City: reflections from South Africa”, Geoforum, Volume 43, Issue 2, pp. 169-362 (March 2012).

Benit-Gbaffou C., avec Dubresson A., Fourchard L.,Ginisty K., Jaglin S., Olukoju A., Owuor S. et , Vivet J., “Exploring the role of political parties in urban governance”, forthcoming in Fourchard L, Bekker S, Governing African cities, Pretoria: HSRC Press, 2012.

Brito de L, Le Frelimo et la construction de l’Etat national au Mozambique, Thèse de doctorat, Université Paris 8, Paris, p 350, 1991.

Brito de L. « Une relecture nécessaire : la genèse du Parti-Etat FRELIMO », Politique Africaine, n° 29, 1987, p.15-27.

Brito de L (2010) Le difficile chemin de la démocratisation. Politique Africaine 117: 5–22

Cahen M. « Etat et pouvoir populaire dans le Mozambique indépendant » Politique africaine, n°19, 1985, p.36-60, p. 48.

Cahen M. « L’instabilité comme gouvernance » Politique Africaine, n° 80, 2000, p.111-135.

Cahen M., Les bandits, un historien au Mozambique, 1994, Paris, Centre Culturel Calouste Gulbenkian, 2002, p. 351.

Cahen M (2010) ‘Resistência Nacional Moçambicana’: de la victoire à la déroute. Politique Africaine 117: 23–43

CEDH ; UEM, Moçambique : melhoramentos dos assentamentos informais, Volume 1, Maputo, 2005.

Conselho Municipal, Regulamento do funcionamento das estruturas administrativas dos Bairros municipais, 2006, Maputo, p.1

Cruz e Silva T.,  A organização dos trabalhadores do sector informal dos mercados de Maputo e sua acção na promoção de melhores condições de vida e de trabalho, BIT, Genève, 2003, p. 47

De Tollenaere M. , « Democracia e eleições em Moçambique », in Brazão Mazula (coord.), Moçambique, 10 anos de paz, Cede, Maputo, 2002. vol. 1, p. 222-252.

Fay, C. Koné, Y. et Quiminal, C. (dir.). — Décentralisation et pouvoirs en Afrique. En contrepoint, modèles territoriaux français. Paris, IRD Éditions (« Colloques et séminaires »), 2006.

Folio F. 2007 « Les condominios fechados à Maputo : enjeux sociétaux et spatiaux autour de l’implantation des ensembles résidentiels sécurisés dans la capitale mozambicaine », Annales de géographie, n°655, p. 247-270.

Fournet- Guérin, Vacchiani-Marcuzzo, « Les pouvoirs dans la ville », L’espace politique, n°8, 2009, p.2-6.

Grest J., “Urban management, local government reform and the democratisation process in Mozambique: Maputo City 1975-1990” Journal of southern African Studies, vol. 21, N°1, 1995, p. 147-164, p. 156

Jenkins. P. Maputo city: the historical roots of under-development and the consequences in urban form, Research Paper No. 71: Edinburgh College of Art/Heriot-Watt University, School of Planning & Housing, 1999.

Lachartre B., Enjeux urbains au Mozambique, L’Harmattan, Paris, 2000.

Lachartre B. Lena P., « Qui a peur des ONG au Mozambique ? » in Les ONG en Lusophonie, Paris, Lusotopie, Karthala, 2002, p. 161-169

Lussault M., « L’homme spatial », Paris, Ed. du Seuil, 2007, p.360

Manning C., « Constructing Opposition in Mozambique: Renamo As Political Party », Journal of Southern African Studies, Vol. 24, No. 1, Special Issue on Mozambique, (Mars 1998), pp. 161-189.

Moyana S., Political analysis of Mozambique, Final report, Ambassy of Ireland, 46 p, 2005.

Lebris E. (dir.), « Les espaces publics municipaux », numéro spécial de Politique africaine, n° 74, juin 1999.

Marchand J. (1995) « Economie et société dans la transition libérale au Mozambique », Lusotopie, pp. 105-136.

Oppenheimer J., Raposo I., A pobreza em Maputo, Lisbonne, Ministère du travail et de la solidarité, 2002.

Oppenheimer J., « Moçambique na era do ajustamento estructural : ajuda, crescimento e pobreza”, ISEG, CESA, 2006.

Otayek R (2009) Décentralisation et résilience des autoritarismes en Afrique: une relation de cause à effet? In M Camau & G Massardier (Eds) Démocraties et autoritarismes: fragmentation et hybridation des régimes. Paris: Karthala-IEP Aix

Raposo I., Oppenheimer J., Suburbios de Luanda e Maputo, Ed. Colibri, Porto, 2007.

República Popular de Moçambique, Sintese da resolução sobre organização dos GDs e Bairros comunais, Maputo, INM, 1979, p. 6 (No 10-A).

República Popular de Moçambique Resolução sobre a organização da direção estatal das cidades, Ia reunião nacional sobre cidades e Bairros communais, Maputo, 1979, p. 11

Sumich, Honwana, 2007, « Strong party, weak State ? Frelimo and State survival through the Mozambican civil war. An analytical narrative on State making.», Crisis States research center, Working paper n°23.

Vivet J., 2012, Déplacés de guerre dans la ville. La citadinisation des deslocados à Maputo, Paris, Karthala.

Haut de page

Notes

1 Les municipalités furent créés en 1997.

2 La Renamo (Résistance Nationale Mozambicaine), est un ancien groupe armé, initialement créé et entraîné par les régimes racistes rhodésiens et sudafricains et qui s’est opposé militairement au régime mis en place par le Frelimo. La Renamo a été transformée en parti politique à la fin de la guerre et est devenu le principal parti d’opposition, dirigé par Afonso Dhaklama.

3 Frelimo est l’acronyme qui désigne le Front de Libération du Mozambique. Le Frelimo est le principal mouvement de libération nationale et a lutté durant une dizaine d’années contre le pouvoir colonial portugais afin d’obtenir l’indépendance.

4  L’auto-gestion renvoyait plus à une stratégie de contournement des difficultés budgétaires pour administrer et servir la population qu’à une réelle promotion de la participation populaire.

5 Un contrôle strict était notamment exercé à propos des cartes d’alimentation alors en vigueur dans les « boutiques du peuple ».

6 Le guia de marcha retraçait les déplacements résidentiels des citoyens mozambicains. À Maputo, le guia de marcha permettait à la police et aux Groupes Dynamisateurs de contrôler les déplacements résidentiels ainsi que les déplacements quotidiens des citadins. Un citadin contrôlé hors de son Bairro pouvait être amené à justifier les raisons de sa présence et de ses activités.

7 Entretien du 27 février 2008.

8 Le Caniço signifie « roseau » en portugais et désigne par extension tous les quartiers spontanés de la capitale mozambicaine qui auparavant étaient construits avec des maisons en roseau.

9 La décentralisation est amorcée au début des années 1990 avec le PROL (Programme de Réformes des Organes Locaux de gouvernement. Le PROL, adopté en 1991, a été financé par la Banque Mondiale et mis en place par le Ministère de l’Administration Etatique (MAE).

10 Les résultats officiels de ces élections ne sont pas publiés, mais au cours des entretiens menés avec les secrétaires nous avons constaté la faiblesse de la participation. Par exemple, le secrétaire d’un Bairro du district municipal 3 comptant 40 000 habitants environ a été élu avec seulement 200 voix !

11 Ce développement s’appuie sur 18 entretiens menés auprès de secrétaires de Bairro dans les DU 3, 4 et 5 et 18 chefs de quarteirão, ainsi qu’une observation des pratiques politiques locales dans plusieurs quartiers de la ville

12 Le terme de « communauté » renvoie aux formes d’organisations sociales de la population au Mozambique, supposées des bailleurs de fonds et présentes dans les discours du parti du Frelimo depuis l’indépendance.

13 L’analyse qui suit se base sur un travail de terrain (janvier 2007-mars 2010) d’une des auteures, qui réalise une thèse de doctorat portant sur les inégalités d’accès aux services basiques à Maputo (eau potable, ramassage des déchets et assainissement) dans différents quartiers..

14 Association mozambicaine pour le développement concerté, , créée par l’ONG française ESSOR au début des années 2000.

15 Water and Sanitation for the Urban Poors, ONG anglaise.

16 À titre d’exemple, les associations ASCODECHA à Chamanculo C, qui travaillent dans le domaine de l’alphabétisation des adultes et la réhabilitation des Bornes-Fontaines, ainsi que l’association ADASBU à Urbanizaçao spécialisée dans l’assainissement et le ramassage des déchets ont subi de fortes pression des autorités locales pour recruter certains individus, qui n’avaient aucune compétence spécifique, selon des entretiens en février 2007 avec les membres fondateurs de ces associations.

17 Aguas de Moçambique, entreprise chargée de l’exploitation et la gestion du réseau d’adduction d’eau potable.

18 Selon des entretiens avec l’ensemble des membres du Comité des Eaux de Polana Caniço B en juin 2009.

19 À Polana Caniço A, la présidente du Comité des Eaux du Bairro est aussi un chef de Quarteirao et membre OMM, fonction qu’elle occupe depuis 1975. Les locaux du Comité des Eaux sont aussi ceux du secrétaire de Bairro, du secrétaire du Parti du Frelimo et du directeur l’école primaire (qui est le secrétaire du Parti en question).

20 L’argent collecté à la borne-fontaine est remis au trésorier et au président, qui souvent ne sont qu’une seule et même personne, et qui est censé payé la facture à ADM au nom de tous les usagers.

21 Ces commissions s’apparentent aux syndicats de propriété et gèrent les dépenses communes.

22 À plusieurs reprises, en mars 2010, nous avons surpris le secrétaire du Parti du Frelimo à occuper la fonction de Secrétaire, s’entretenant avec les résidants du Bairro de Central B et leur délivrant des documents officiels.

23 Qui signifie littéralement « quartiers fermés », communément appelés « gated communities ».

24 Entretien réalisé à Polana Caniço, janvier 2008.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Localisation du Mozambique et de Maputo
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2458/img-1.png
Fichier image/png, 218k
Titre Tableau 1 : L’époque socialiste, une gestion urbaine centralisée
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2458/img-2.png
Fichier image/png, 6,7k
Titre Carte 2 : Le découpage administratif de Maputo
Légende Cette carte présente le découpage actuel de la ville en districts urbains et en quartier (bairros). Il n’existe pas de carte des quarteirões, mais leurs limites sont connues de la majorités des citadins.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2458/img-3.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Photographie 1 : Un exemple de la porosité Etat/Parti : le bureau du secrétaire de bairro
Crédits © Vivet, Avril 2008. Urbanização, Maputo.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2458/img-4.png
Fichier image/png, 541k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karine Ginisty et Jeanne Vivet, « Territorialités d’un parti politique en ville - L’exemple du Frelimo à Maputo, capitale du Mozambique », L’Espace Politique [En ligne], 18 | 2012-3, mis en ligne le 25 novembre 2012, consulté le 23 mars 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/2458 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.2458

Haut de page

Auteurs

Karine Ginisty

ATER
Université Paris-Est Marne la Vallée
k.ginisty@gmail.com

Jeanne Vivet

Maître de Conférences
Université Bordeaux 3
jeanne.vivet@u-bordeaux3.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org