Navigation – Plan du site

La construction territoriale de têtes de ponts antarctiques rivales : Ushuaia (Argentine) et Punta Arenas (Chili)

The Territorial Making of Rival Antarctic Gateways: Ushuaia (Argentina) and Punta Arenas (Chile)
Sylvain Guyot

Résumés

Ushuaia et Punta Arenas sont les villes les plus australes de leurs pays d’appartenance, l’Argentine et le Chili. Elles ont joué le rôle de ville frontière au service de la consolidation et la légitimation de ces territoires nationaux austraux localisés en position de bout du monde. Depuis cinquante ans, ces deux villes portuaires s’affirment comme les deux portes d’entrée internationales principales des relations avec le continent Antarctique, et en particulier avec la Péninsule Antarctique. Elles participent à la structuration d’un front de conquête antarctique multiforme : militaire, scientifique, écologique et touristique. La notion de tête de pont prend toute son importante dans une réflexion sur la structuration territoriale et le contrôle d’un front de conquête. Si la proximité et la connexion peuvent être convoquées comme critères minimaux pour définir une porte d’entrée, le commandement politique et l’identification territoriale la confortent comme tête de pont structurante et incontournable du front de conquête, et pourront participer à lui donner un statut de référence. Ushuaia et Punta Arenas deviennent-elles alors des villes à vocation antarctique ? Comment sont-elles utilisées par les politiques nationales antarctiques respectives de l’Argentine et du Chili ?

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Ushuaia et Punta Arenas ne sont pas des lieux anodins de la géographie mondiale. De manière surprenante, ils ne sont pas associés à une littérature abondante au regard de cette singularité internationale. Situés aux extrémités sud du continent américain et médiatisés à ce titre comme des finisterres du bout du monde, ce sont aussi deux portes d’entrées conduisant vers l’ultime continent : l’Antarctique (Bertram, Muir, Stonehouse 2007). Ushuaia et Punta Arenas ont donc une double destinée territoriale parallèle au sein de leurs ensembles nationaux respectifs, l’Argentine et le Chili (Jensen, Daverio 2007).

2Cette double représentation géographique de bout du monde et de porte d’entrée peut sembler paradoxale. En effet, par définition un bout du monde (« fin del mundo »: fin du monde en castillan) est doté d’une localisation périphérique reculée, associé à une structuration spatiale en « cul de sac ». Inversement, une porte d’entrée représente un point de départ vers un espace nouveau et assurant une connexion avec le reste du monde. Loin d’être anecdotique ce paradoxe est au cœur des stratégies de développement des deux cités portuaires d’Ushuaia et de Punta Arenas. Ce sont des villes périphériques au sein de leurs ensembles territoriaux national et continental (Bascopé 2009, Carrizo, Velut 2005, Sili 2005). Elles sont éloignées des deux régions capitales respectives de Buenos Aires et de Santiago (environ 2500 km à vol d’oiseau), mal reliées par voie terrestre et climatiquement associées à un froid subpolaire. Cette situation périphérique est tantôt perçue comme un frein par les populations des régions métropolitaines capitales, tantôt perçue comme un facteur d’attraction touristique pour des clientèles internationales en manque de dépaysement (Bernard, Bouvet, Desse 2007). Pourtant, Ushuaia et Punta Arenas sont aussi des ports éminemment stratégiques au regard de la continuité territoriale antarctique souhaitée depuis plusieurs décennies par les Etats argentin et chilien (Bertram, Muir, Stonehouse 2007). Ces ports permettent d’assurer des liaisons militaires, scientifiques et touristiques vers le continent blanc (Jensen, Daverio 2007). Ushuaia et Punta Arenas tentent alors de s’imposer comme des têtes de pont antarctiques à part entière, véritables espaces-relais entre l’Antarctique et le reste du monde. Quelle est l’importance géographique de la notion de tête de pont en relation avec un front de conquête territorial ? Pourquoi les villes d’Ushuaia et de Punta Arenas tentent-elles de passer du statut de porte d’entrée à celui de tête de pont antarctique, et comment se construisent-elles une vocation antarctique spécifique ?

3L’Argentine et le Chili ont une histoire commune mouvementée avec des épisodes de disputes frontalières et territoriales assez marquées. Ushuaia et Punta Arenas ont été autrefois des marqueurs de ces dissensions frontalières, en relation avec les régions de Patagonie australe et de l’île de Terre de Feu. Je fais l’hypothèse ici que ces villes sont aussi d’excellents révélateurs territoriaux - des tensions et conflits qui opposent ou des coopérations qui rassemblent l’Argentine et le Chili - à propos du contrôle national de l’Antarctique et de son accessibilité internationale. Peut-on parler de rivalité dans la construction territoriale des têtes de ponts antarctiques d’Ushuaia et de Punta Arenas, et en quoi cela est-il fortement corrélé avec les stratégies national(ist)es d’affirmation d’une continuité territoriale en Antarctique (Calvert 1988, Child 1990, Felicio 2007, Gangas-Geisse, Santis-Arenas 1998, Glassner 1985, Monsonis 2005) ? La tête de pont est-elle une notion géographique au service du politique ?

4Une première partie discute des notions de porte d’entrée et de tête de pont, dans leur relation aux fronts de conquête, et les applique à Ushuaia et à Punta Arenas. Une seconde partie aborde la question de la construction rivale de la vocation antarctique de ces deux cités, en distinguant ce qui relève des notions de porte d’entrée et de tête de pont, puis en les mettant en relation avec les stratégies géopolitiques nationales de conquête de l’Antarctique.

Méthodologie

5L’ensemble des questionnements et les résultats présentés dans cet article sont issus d’une recherche qualitative, qui s’est déroulée en trois temps. D’abord, une mission de recherche de terrain de près d’un mois a été effectuée à Ushuaia, Punta Arenas et Buenos Aires entre le 23 octobre 2009 et le 13 novembre 2009, financée dans le cadre du programme de recherche C2R « Fronts écologiques dans les pays du Sud » cofinancé par l’Université de Limoges et le conseil régional du Limousin. Ensuite un projet de recherche substantiel intitulé : « La quête du rêve antarctique : Les portes d’entrées du sud de l’Amérique Latine (Ushuaia - Argentine, Punta Arenas - Chili, Stanley – Iles Falkland), clefs territoriales d’activation d’un front écologique antarctique, entre représentations territoriales et enjeux géopolitiques. » a été déposé au CNRS français dans le cadre d’une demande de délégation, soutenue par des collègues géographes de la CONICET à Buenos Aires, et par le Département d’Etudes Antarctiques de l’Université de Magellan à Punta Arenas. Enfin, sur la base des nombreuses données engrangées lors de la mission de terrain, et de l’aide documentaire fournie depuis par les partenaires argentins et chiliens, il a été possible de rédiger cet article dans le courant de l’année 2012.

6La méthodologie de terrain a consisté à réaliser des entretiens qualitatifs avec un échantillon significatif d’acteurs territoriaux. Ces entretiens ont eu pour objectif de recueillir des stratégies, des pratiques et des représentations mettant en relation Ushuaia, Punta Arenas et l’Antarctique. Le biais principal de cette enquête a été de surreprésenter les acteurs porteurs de projets liés à l’Antarctique aux dépends de la majorité des habitants plutôt indifférente à cette proximité avec le continent blanc. La question des représentations de l’Antarctique vues par les habitants des deux villes pourra faire l’objet d’une recherche complémentaire ultérieure. Il a été décidé de se focaliser sur les acteurs porteurs d’une dynamique spécifique (économique, politique, militaire etc.) en lien avec l’Antarctique, et donc partie prenante de la construction d’une tête de pont à vocation antarctique. Les enquêtes ont donc été mises au service de l’explicitation de la notion de tête de pont, en particulier en termes de positionnements politiques.

7Les entretiens seront systématiquement référencés dans le texte. Des dialogues approfondis ont donc été conduits auprès d’une multiplicité de porte-voix : opérateurs touristiques, opérateurs de transports, pouvoirs locaux, régionaux, nationaux, comités transfrontaliers, militaires, ONG, organisations de gestion de la nature, scientifiques etc. Les grilles d’entretiens qualitatifs se sont inspirées des méthodes développées par des sociologues (Blanchet et Gotman 1992) et des socio-anthropologues critiques français (Olivier de Sardan 1995). La principale limitation de ce travail de terrain a été l’impossibilité de se rendre en Antarctique, en raison du coût du voyage que ce soit par la mer ou les airs.

Ushuaia et Punta Arenas, portes d’entrée ou têtes de ponts du front de conquête du continent Antarctique ?

8La caractérisation d’Ushuaia et de Punta Arenas comme simples portes d’entrée ou véritables têtes de pont sud-américaines rivales dans la conquête du continent Antarctique est une question complexe. Elle conduit d’abord à présenter de manière successive les logiques historiques et contemporaines de l’appropriation territoriale du continent Antarctique – l’ultime frontière - à l’échelle internationale comme à l’échelle des deux nations argentine et chilienne, en mobilisant la notion géographique de dynamique frontale. Elle amène ensuite à préciser les contours et les enjeux autour de la notion de « porte d’entrée » (gateway dans la littérature anglo-saxonne et puerta de entrada dans la littérature hispanophone) et conduit à proposer la notion de « tête de pont », en examinant comment elle pourrait s’appliquer à Ushuaia et Punta Arenas.

Le front de conquête antarctique, l’ultime frontière

  • 1 Dans le sens de frontier
  • 2 Je prends le parti de ne pas remobiliser systématiquement tout l’arsenal théorique sur les frontièr (...)

9L’objectif militaire d’expansion territoriale est à l’origine de la notion de front de conquête. En outre, on peut l’associer, en géographie, à deux notions superposées, bien décrites par la littérature : la frontière1 (états-unienne) et le front pionnier (brésilien), uniquement différenciées par des contextes spatio-temporels différents (Guyot 2011, Redclift, 20062). Des variantes au concept de frontière ont déjà été tentées dans les pays neufs (Australie, Afrique du Sud, Canada etc.) se référant à la conquête agricole ou à l’exploitation minière, désignant ainsi l’appropriation de la terre à des fins productives et matérielles (Héritier et al. 2009). Dans tous ces cas, la progression spatiale des fronts apparaît inéluctable jusqu’à l’épuisement des ressources ou des terres de conquête. En revanche, les fronts ont été plus rarement mobilisés pour décrire des processus d’appropriation non directement productifs, tels que la recherche scientifique, la protection de la nature, le tourisme ou les loisirs (voir : Apesteguy, Martinière, Théry 1979, Coy 1986, Guyot 2009, Guyot 2011, Guyot et Dellier 2009, Guyot et Richard 2009, Héritier et al. 2009, Honey 1999, Monbeig 1952, Prescott 1987, Sacareau 2000). Pourtant, depuis plusieurs décennies, un grand nombre d’espaces périphériques à faible densité de population, ou vides de population, font l’objet de processus de conquête non directement productifs in situ. L’espace conquis devient ainsi un capital naturel, visuel, spirituel ou scientifique et peut servir de facteur de reterritorialisation (Guyot et Richard 2009, Redclift 2006). Le continent Antarctique semble bien s’appliquer à cette grille de lecture.

10Selon Child (1990) et Simon (2006), l’Antarctique est depuis sa découverte un espace de « frontière », et actuellement probablement la dernière frontière continentale encore en gestation. La notion de frontière a été largement appliquée aux prétentions territoriales antarctiques en particulier du point de vue sud-américain (Child, 1990, Glassner 1985). Dans le cas de l’Antarctique on peut distinguer plusieurs phases historiques de conquête frontale : une première phase territoriale et militaire entre la découverte du continent au XIXe siècle et les années 1950 ; une seconde phase scientifique et écologique à partir de 1959, accentuée depuis les années 1990 par une troisième phase de conquête multiforme, dominée par le tourisme, et centrée sur l’espace de la péninsule Antarctique.

Ultime frontière et lignes de front militaires : XIXe siècle – années 1950.

Carte n°1 : Revendications territoriales sur l’Antarctique et principales portes d’entrées portuaires.

Carte n°1 : Revendications territoriales sur l’Antarctique et principales portes d’entrées portuaires.

Source : Strobel, Tétart, 2007, p. 169, modifié.

11Le continent Antarctique est associé généralement à l’image d’un milieu extrême dont le degré de non-humanité est inversement proportionnel au désir et à la difficulté de sa conquête. L’Antarctique est certainement l’étendue de wilderness – au sens large - la plus vaste et protégée de la planète. Dernier continent à avoir été découvert, puis exploré, l’Antarctique est une terre grande comme vingt-deux fois la France (12,5 millions de km²), recouverte d’une épaisse calotte glaciaire, et inhabitée. Il n’en a pas moins suscité des revendications territoriales (carte n°1) de la part de sept États (Grande-Bretagne, France, Nouvelle-Zélande, Australie, Norvège, Argentine et Chili) qui les légitiment soit par la continuité ou proximité géographiques dans le cas du Chili, de l’Argentine, de l’Australie, soit parce qu’un de leurs ressortissants a participé à la découverte du continent, principalement à partir du port de Punta Arenas (Cook, Bransfield, Smith, Ross pour la Grande-Bretagne ; Dumont d’Urville pour la France ; Amundsen pour la Norvège) ; soit par une participation active aux premières campagnes exploratoires et scientifiques (Australie et Nouvelle-Zélande) (Strobel, Tétart, 2007, p. 168.). Certains conflits géopolitiques importants opposent le Chili, l’Argentine et le Royaume-Uni à propos de l’Antarctique. Ainsi, en 1831, le général O'Higgins, premier président de la nouvelle République du Chili, dans une lettre adressée au gouvernement britannique, affirme que « le territoire chilien se prolonge jusqu'à 65°S », et ce bien avant que le pays ne réclame officiellement un secteur situé entre le 53°O et le 90°O en 1940. Le pays voit ainsi sa superficie tripler mais sur un territoire revendiqué en partie par la Grande-Bretagne et quelques années plus tard par l'Argentine (Victor, 1992).

12Jusqu’à la seconde guerre mondiale, l’Antarctique est donc un front pionnier original dont l’exploration n’implique pas de processus de colonisation humaine massive mais induit plutôt une territorialisation géopolitique de papier. Il faut citer l’exception notable de la création précoce et remarquable de la base argentine Orcadas, créée sous le nom de Omond House par l’expédition Scotia (1902-1904) de William Speirs Bruce et située sur l'île Laurie des îles Orcades du Sud, donc en situation périphérique par rapport au continent. La période de l’après-guerre voit alors en Antarctique l’établissement d’une frontière (Simon, 2006) dont l’objectif est l’appropriation de fait du territoire par le biais de l’implantation de bases militaires et scientifiques (Signy, Royaume-Uni, 1947 ; Base General Bernardo O'Higgins, Chili, 1948 ; Esperanza, Argentine, 1952; Mc Murdo, Etats-Unis, 1955 ; Dumont d’Urville, France, 1956 ; etc.).

De la frontière scientifique au front écologique : à partir de 1959

  • 3 Afrique du Sud, Argentine, Australie, Belgique, Chili, États-Unis, France, Grande-Bretagne, Japon, (...)

13Depuis 1959, toutes ces revendications territoriales sont gelées. Pour laisser à l’écart de tout conflit ce continent vierge, l’Antarctique est déclaré « continent de paix » par le Traité de Washington. Ratifié par douze États3, ce Traité de l’Antarctique s’applique à l’ensemble de la zone située au sud du 60e parallèle. Il légitime la recherche scientifique sur le continent, et y proscrit toutes les activités militaires, y compris nucléaires. Ainsi, 1959 marque la fin de la conquête de la frontière antarctique de fait même si de nombreuses bases scientifiques « post-traité » voient le jour dans l’idée de poursuivre l’occupation du terrain pour le compte d’un Etat (exemple de la base de Bellinghausen, URSS en 1968).

  • 4 Convention pour la conservation des phoques de l’Antarctique (CCAS) signée en 1972, et Convention s (...)

14Le traité de l’Antarctique est par la suite amendé par plusieurs conventions sur la protection de la faune et de la flore4, mais surtout par le protocole de Madrid (1991) qui a ajouté un volet environnemental au traité et a ainsi établi un moratoire de 50 ans sur l’exploitation des ressources minières. L’Antarctique devient donc une « réserve naturelle consacrée à la paix et à la science » (Strobel, Tétart, 2007, p. 171). L’ensemble de ces textes réglementaires justifient donc la transformation du front pionnier antarctique en un front écologique (Guyot, 2009 ; Héritier, Arnaud de Sartre, Laslaz et Guyot, 2009). Il s’agit d’un front écologique très institutionnalisé, dont l’appropriation s’effectue à distance par l’ensemble des parties constitutives du Traité de l’Antarctique. L’Antarctique devient ainsi la plus grande aire protégée au monde, même si depuis 1991 seulement certaines zones sont effectivement concernées par des statuts de protection stricte (Antarctic Specially Protected Areas ou ZSP). Les scientifiques requièrent d’ailleurs une autorisation spéciale pour y travailler auprès du pays en charge de la réserve. Jusque dans années 1990, ces chercheurs constituent l’unique bataillon d’éco-conquérants (Guyot, 2009) du continent, en nombre relativement limité.

La conquête multiforme contemporaine du continent Antarctique

  • 5 Fondation « Oceanites », Greenpeace, IUCN etc.
  • 6 Création, à ce propos, des Antarctic Specially Managed Areas réservées pour la protection et la val (...)

15En réalité, la véritable activation du front écologique, marquée par des flux numériquement beaucoup plus importants d’éco-conquérants beaucoup plus divers, visiteurs d’un jour ou d’une saison « au nom de l’écologie antarctique », est relativement récente et coïncide avec l’augmentation exponentielle du tourisme antarctique au milieu des années 1990 (Bauer 2001 ; Etienne 2005 ; Hall, Johnston 1995, Hall, Saarinen 2009, Jabour 2011). L’activation du front écologique antarctique doit aussi beaucoup à la consolidation de l’effort international de recherche lié en particulier aux programmes sur le thème du réchauffement climatique global et de ses implications sur le continent blanc, problématique mobilisant aussi l’action d’ONG internationales et de fondations spécifiques5. Les années 1990-2000 connaissent de plus un grand mouvement de connaissance et de valorisation culturelle du patrimoine historique antarctique6. L’ensemble de ces dynamiques se localisent majoritairement sur la Péninsule Antarctique et les îles avoisinantes qui incarnent ainsi la partie active du front touristique antarctique.

La péninsule Antarctique : l’espace de matérialisation de fronts de conquête multiformes

  • 7 Portes d’entrées antarctiques respectives de Hobart en Australie et de Christchurch en Nouvelle-Zél (...)
  • 8 Porte d’entrée de Cape Town en Afrique du Sud.

16Il s’agit du territoire le plus accessible : moins de 1 000 km séparent le cap Horn de la péninsule Antarctique, tandis qu’il faut 2 600 km depuis la Tasmanie ou la Nouvelle-Zélande7 et 4 000 km depuis l’Afrique du Sud8 pour atteindre le continent blanc. La péninsule attire d’autant plus les éco-conquérants qu’elle est riche sur le plan de la faune (pingouins, manchots empereur, éléphants de mer, baleines etc.), et ce en raison de températures relativement clémentes : – 5 °C en moyenne sur l’année (contre – 50 °C dans les parties les plus froides du continent). Enfin, cette zone abrite un nombre important de bases scientifiques, comme la station uruguayenne Artigas, l’argentine Esperanza ou encore la base chilienne de Frei, qui accueillent volontiers les touristes. Par exemple, plusieurs dizaines de sites sont régulièrement visités par des bateaux de croisière, parmi lesquels l’île Half Moon ou encore l’île de la Déception (carte n°2). Cette dernière est devenue le lieu le plus visité du continent, alors qu’elle abrite deux ZSP (Strobel, Tétart, 2007, p. 172). Dans la péninsule Antarctique, où se chevauchent les revendications territoriales et les prétentions géopolitiques de trois États, Argentine, Chili, Royaume-Uni, (voir carte n°1) (CARI 1996 ; Calvert 1988, Child 1990, Genest 2001 ; Molinari 2005) géographiquement reliés aux portes d’entrées correspondantes les plus proches (Ushuaia - Argentine, Punta Arenas - Chili, Stanley – Falkland) on assiste déjà, en raison de l’accessibilité plus grande de la zone, au développement d’infrastructures quasi permanentes sur les bases (école, hôpital, poste, banque...) que ne connaissent pas les autres parties du continent (Strobel, Tétart, 2007, p. 175).

Carte n°2 : les bases scientifiques en Antarctique et sur la péninsule antarctique.

Carte n°2 : les bases scientifiques en Antarctique et sur la péninsule antarctique.

Source : Strobel, Tétart, 2007, p. 170.

17Face à cette augmentation tant qualitative que quantitative de l’appropriation humaine en Antarctique, la question de l’accessibilité et de la structuration territoriale des portes d’entrée (gateways) sud-américaines (Ushuaia - Argentine, Punta Arenas – Chili et dans une moindre mesure Stanley – Iles Falkland, Royaume-Uni) est essentielle.

Des portes d’entrée aux têtes de pont de la conquête Antarctique

18Dans tout processus territorial d’ouverture d’un front de conquête, de son développement, à sa stabilisation éventuelle, la porte d’entrée joue un rôle essentiel (Drennan 1992, Rossi, Taylor 2006). Plusieurs synonymes au terme « porte d’entrée » se retrouvent dans la littérature francophone : avant-poste (militaire), camp de base (expédition), utilisés en fonction de la nature et l’échelle du front de conquête. Dans la littérature anglo-saxonne le terme équivalent le plus utilisé est celui de « gateway », et dans la littérature hispanophone on retrouve le vocable de « puerta de entrada ». C’est une notion importante dont l’élaboration théorique est quasiment absente de la littérature géographique francophone. Un article américain écrit il y a plus de quarante ans par Burghardt (1971) et publié dans les « Annals of American Geographers » propose une mise au point conceptuelle pertinente pour cet article, bien qu’elle fût élaborée dans le contexte géographique des grandes plaines américaines et des montagnes orientales européennes. Selon Burghardt (1971), la notion de “gateway” représente autant l’entrée vers un espace que son point de sortie. La localisation de cette entité géographique ne se fait pas au hasard et apparaît incontournable pour accéder à l’espace de conquête (voir Argañaraz, Benedetti 2003 pour les Andes). L’existence de deux portes d’entrée voisines implique donc souvent certaines formes de rivalités géopolitiques ou économiques, comme dans les cas d’Ushuaia et Punta Arenas. Burghardt définit aussi la porte d’entrée comme un lieu de connexion entre le front de conquête et le monde extérieur. Selon lui, le port est d’ailleurs l’expression la plus concrète de la porte d’entrée, faisant une relation étymologique évidente entre le port et la porte. Le site topographique portuaire représente en effet une zone de contact souvent incontournable pour assurer l’interface entre l’espace maritime et l’hinterland. Burghardt poursuit en affirmant que les portes d’entrée tendent à se développer entre des zones d’intensité différente le long des fronts pionniers. Leur taille et leur dynamique économique est proportionnelle à l’avancée et au développement du front. Dans le cas d’une stabilisation du front, la porte d’entrée peut d’ailleurs se transformer en un centre économique majeur. Dans le cas d’une dynamique frontale très dynamique et hautement productive, la porte d’entrée peut parfois s’assimiler à une « boom town », ville champignon, dont la croissance est alors exponentielle (voir pour Ushuaia : Braumann et Stadel 1999). La porte d’entrée ou gateway est donc un des lieux majeurs de structuration du front de conquête à partir des critères de proximité et de connectivité. On peut toutefois reprocher à la notion de porte d’entrée de rester très descriptive, relativement statique et de ne pas chercher à intégrer une dimension (géo)politique pourtant essentielle. En effet, la notion de porte d’entrée n’intègre ni les questions de contrôle politique, ni l’identification territoriale, paysagère ou culturelle au front de conquête, qui sont des processus dynamiques, conflictuels et éminemment géopolitiques. L’hypothèse émise pour Ushuaia et Punta Arenas repose justement sur l’intuition que ces villes ne se limiteraient pas à être de simples portes d’entrées maritimes vers l’Antarctique mais participeraient pleinement à son contrôle politique, économique et militaire en s’inscrivant dans un processus d’identification territoriale au continent blanc.

19Le commandement transforme la porte d’entrée en tête de pont en se dotant alors d’un pouvoir de contrôle économique, politique et administratif sur la zone du front de conquête. De ce fait, une tête de pont concentre tout ou partie des acteurs qui ont un pouvoir de décision sur l’évolution du dynamisme de la frontière. Enfin, l’identification territoriale, facteur plus complexe, serait la manière dont la tête de pont façonne son identité en relation avec la territorialisation du front de conquête. La notion spatiale de « tête de pont », utilisée en géographie francophone et largement diffusée par R. Brunet et sa table des chorèmes (Brunet et Dollfus, 1990), implique une idée de prise de possession et donc de contrôle politique. La notion de tête de pont permet ainsi d’identifier la construction dynamique et stratégique d’un lieu en fonction de la nature politique de l’avancée du front de conquête. Il convient aussi d’identifier l’autonomie de la tête de pont dans l’exercice de ses fonctions de commandement, en particulier politiques. Cette notion est employée dans le vocable anglophone sous la forme de « bridgehead » et hispanophone sous la forme de « cabeza de puente », mais semble plutôt cantonnée à un usage militaire ou stratégique. Le terme emprunté à la géographie francophone semble mieux répondre au processus général de contrôle politique d’un front en gestation. Peut-on parler de tête de pont antarctique dans les cas d’Ushuaia et Punta Arenas ? Et de quelle manière est façonnée et instrumentalisée leur vocation antarctique en construction ?

Carte n°3 : Ushuaia et Punta Arenas dans leur territoire régional

Carte n°3 : Ushuaia et Punta Arenas dans leur territoire régional

Source : Sylvain Guyot et Fabien Cerbelaud

Ushuaia et Punta Arenas, le façonnement incomplet de têtes de pont antarctiques à usage politique

  • 9 Distance pour rallier Hope Bay, Trinity Peninsula (Péninsule Antarctique).

20Ushuaia et Punta Arenas sont en situation de portes d’entrée jumelles (‘triplées’ si on considérait aussi Stanley aux îles Falkland) du front de conquête de la péninsule antarctique. Ushuaia (54° 48' de latitude sud, 68° 18' de longitude ouest) est une ville portuaire de l’île de Terre de Feu de 56825 habitants en 2010 (source INDEC), bordant le canal de Beagle – appendice marin de l’Océan Pacifique et faisant face à l’île chilienne de Navarino (qui abrite la localité la plus australe du monde, Puerto Williams, voir carte n°3). Seule ville argentine ultra-andine, c’est la capitale politique et administrative de la “ Provincia de Tierra del Fuego, Antártida e Islas del Atlántico Sur”, province de plein exercice depuis 1990 en remplacement d’un statut de territoire national (contrôlé directement depuis Buenos Aires). Ushuaia est le port en eaux profondes le plus proche du continent Antarctique, à seulement 1131 kms9.

  • 10 Distance pour rallier Hope Bay, Trinity Peninsula (Péninsule Antarctique).

21Punta Arenas (53° 09′  Sud, 70° 54' Ouest) est une ville portuaire de l’extrémité la plus australe du continent américain (à proximité du Cap Froward) d’environ 150000 habitants en 2011, bordant le détroit de Magellan, zone de contact maritime entre les océans Atlantique et Pacifique (carte n°3). C’est la capitale administrative et politique de la “Región de Magallanes y Antártica Chilena”, une des quinze régions chiliennes. Le port de Punta Arenas est localisé à 1371 kms du continent Antarctique10.

22Les deux villes portuaires, malgré des différences de taille et de localisation, partagent un processus de construction territoriale similaire au sein de leurs deux ensembles nationaux respectifs (carte n°3). Ces villes ont été construites pour marquer l’avancée respective des conquêtes territoriales argentine et chilienne dans le grand sud et contrôler la circulation maritime dans les détroits Atlantico-Pacifiques (Magellan et Beagle). A ce titre, ce sont des villes de la conquête de la frontière la plus australe de l’Amérique, qui sont devenues au fil des temps des places centrales de commandement dédiées au contrôle et à la mise en valeur de ces territoires reculés (Carrizo, Velut 2005, Sili 2005). La liaison avec l’Antarctique active leur fonction de porte d’entrée du continent blanc. D’ailleurs la toponymie des deux régions administratives les plus australes du Chili et d’Argentine intègrent clairement la référence au territoire antarctique : Provincia de Tierra del Fuego - Antártida e Islas del Atlántico Sur pour l’Argentine et Región de Magallanes y de la Antártica Chilena pour le Chili.

23Les deux villes ont donc des fonctions similaires au sein de leurs deux pays et de leurs deux ensembles régionaux et développent une rivalité ancienne, que ce soit en relation avec le contrôle de l’Antarctique ou avec la captation des flux touristiques et scientifiques internationaux attirés par ce bout du monde. Signe de cette rivalité, les deux villes sont d’ailleurs mal reliées entre elles. Ainsi, Punta Arenas et Ushuaia sont distantes de 620 km par voie terrestre (environ 10h de bus sur une partie de pistes avec passage d’un col andin, d’une frontière internationale et traversée du détroit de Magellan, voire carte n°3) mais de seulement 260 km par voie aérienne (ligne régulière épisodique sur Lan Chile durant la saison estivale11 et quelques vols touristiques charter avec Aerovia-DAP12) et traversée possible par voie maritime (traversée des canaux patagoniques du parc national chilien Alberto de Agostini). En revanche Puerto Williams est relié quotidiennement à Punta Arenas pour assurer la continuité territoriale chilienne au sud de la limite sud du territoire de l’Etat Argentin.

24Pourtant les deux villes héritent d’une configuration géographique et géopolitique originale qui les oblige à coopérer un minimum ou, du moins, à pousser les autorités nationales de leurs pays respectifs à coopérer. En effet, l’accès à Punta Arenas par voie terrestre depuis le Chili (Coyhaique) passe obligatoirement par l’Argentine (par el Calafate), et réciproquement l’accès à Rio Grande et Ushuaia par voie terrestre depuis l’Argentine passe obligatoirement par le Chili avec la traversée du Détroit de Magellan, une traversée Atlantique directement entre Rio Gallegos et Rio Grande n’étant pas faisable. Cette configuration ajoutée à l’éloignement des deux villes des régions métropolitaines capitales de Buenos Aires et Santiago explique aussi un certain surdéveloppement de la voie aérienne largement subventionnée pour les populations locales, et permettant de ce fait d’améliorer la connexion avec le continent antarctique.

25Un premier temps précise qu’Ushuaia et Punta Arenas sont des portes d’entrée portuaires du continent antarctique pour des raisons de proximité géographique et de connectivité internationale. Un second temps discute ensuite de l’éligibilité des deux villes au statut de « tête de pont antarctique » en mettant en regard les aménagements et les projets qui façonnent leur vocation antarctique. Enfin un dernier temps explicite comment ces deux têtes de pont en devenir sont instrumentalisées par leurs Etats respectifs au profit d’une stratégie nationaliste plus ou moins avouée.

Analyse comparée des portes d’entrées portuaires d’Ushuaia et de Punta Arenas

26Points de départ, ou espaces de transit obligatoire sur le chemin de l’Antarctique, les ports d’Ushuaia et de Punta Arenas représentent des points d’ancrages territoriaux multiscalaires de la Péninsule glacée au sud de l’Amérique du Sud. Ce sont des lieux de structuration et de rencontre entre des logiques complémentaires mais contradictoires de conquête territoriale : tourisme, recherche et logistique militaire. Ainsi, beaucoup de tour-opérateurs touristiques antarctiques, souvent critiqués en raison de leurs stratégies de commercialisation et de surfréquentation d’une nature ‘bien commun de l’humanité’, rappellent dans une tonalité décalée que les activités de recherche scientifique ont des impacts environnementaux terrestres beaucoup plus importants sur la wilderness antarctique (entretien avec Jaime Vasquez, PDG de ‘Antárctica XXI’, à Punta Arenas, le 06/11/2009).

Figure 1 : Pourcentage de participation du port d’Ushuaia aux croisières touristiques antarctiques pour les saisons 1957-1958 à 2006-2007.

Figure 1 : Pourcentage de participation du port d’Ushuaia aux croisières touristiques antarctiques pour les saisons 1957-1958 à 2006-2007.

Source : Jensen, Daverio 2007.

27La littérature existante, essentiellement hispanophone et anglophone, sur les portes d’entrées portuaires et aéroportuaires vers l’Antarctique (Bertram, Muir, Stonehouse 2007, Dodds, Hemmings 2009, Dodds, Yusoff 2005, Hemmings 2008, Jensen, Daverio 2007, Muir, Jabour, Carlsen 2007, Swithinbank 1997) détaille de manière précise leur évolution historique et leurs qualités comparatives. Depuis une vingtaine d’années, les trois ports les plus proches de la Péninsule Antarctique – Ushuaia, Punta Arenas et Stanley – se sont spécialisés dans certains types de fonctions antarctiques. Toutefois l’appareil statistique venant appuyer ces analyses reste très lacunaire, les acteurs de terrain n’étant pas forcément disposés à communiquer des chiffres très précis.

28Si Stanley aux îles Falkland est la base de départ de rares bateaux de croisière pour l’Antarctique, elle est surtout le centre opérationnel de la British Antarctic Survey13 (BAS), acteur majeur de la recherche militaire et civile britannique en Antarctique (Dodds 2002). Ces îles restent encore un objet de revendication majeure de la part du gouvernement argentin. Punta Arenas est un excellent site portuaire en eaux profondes et a longtemps été privilégié à Ushuaia pour rallier la Péninsule Antarctique. Dans les années 1950, le lancement des croisières touristiques vers l’Antarctique se fait plutôt à partir de Punta Arenas avant de céder du terrain à Ushuaia, qui est 240 km plus proche de la Péninsule Antarctique. Toutefois, à deux périodes différentes, entre 1960 et 1966 puis entre 1981 et 1990 (voir figure 1), Punta Arenas a pu récupérer la presque totalité du trafic touristique en partance du port d’Ushuaia. Ainsi, dans les années 1980, Ushuaia et l’Argentine subissent les conséquences du conflit avec le Chili pour le contrôle du canal de Beagle et du conflit avec le Royaume-Uni pour le contrôle des îles Falkland (ou Malouines pour les Argentins) (planche photos n°1) durant lequel le navire de croisière argentin « Bahia Buen Suceso » a été coulé, rendant difficile la poursuite d’une activité touristique antarctique régulière (entretien avec Maria Elena Daverio, Enseignant-Chercheur à l’Université de la Patagonie, à Ushuaia, le 29/10/2009).

29A partir de la saison 1994-1995, c’est le port d’Ushuaia, réaménagé et proposant de meilleures prestations aux tour-opérateurs, qui concentre plus de 90% des départs de croisières touristiques antarctiques. Un nouvel aéroport international adapté aux avions de grand gabarit est inauguré à Ushuaia en 1995 (Aéroport d’Ushuaia - Malvinas Argentinas) ce qui va permettre aux touristes antarctiques d’arriver sur place directement et en nombre (entretien avec Lucia Sandra Perez, Directrice de l’Insituto Fueguino de Turismo, à Ushuaia, le 27/10/2009). Les dernières statistiques de l’IAATO (International Association of Antarctic Tour Operators) pour 2010/201114 montrent que la fréquentation touristique antarctique (tous modes de transports confondus) est de 33824 touristes, dont 37% proviennent des USA. Une seule compagnie argentine propose des croisières à partir d’Ushuaia (Antarpply), les autres sont nord-américaines et australiennes mais naviguent le plus souvent sous pavillon de complaisance (Jensen, Daverio 2007 et entretien avec G. Martinez, capitaine de navire de la compagnie Antarrply, à Ushuaia, le 30/10/2009).

30Pourtant, Punta Arenas va réussir à conserver son rôle de leader dans le trafic logistique et scientifique international à destination des bases antarctiques de la Péninsule, grâce à son service de prestations-opérations antarctiques baptisé « CHAIN : Chilean Antarctic Information Network » (entretien avec Reiner Canales, Communication-INACH, à Punta Arenas, le 05/11/2009). De plus, sur la base chilienne Presidente Eudardo Frei Montalva (Île du Roi George) on trouve un aéroport (AeródromoTeniente Rodolfo Marsh Martin). Il dessert la localité de « Villa Las Estrellas » qui fait partie de la « Comuna Antárctica » (province Antárctica Chilena, région Magallanes et Antártica Chilena) et qui comprend une mairie, un hôtel, un dispensaire, une école et fait office de support logistique pour les huit autres bases internationales de l’île du Roi Georges. Outre les vols logistiques et militaires, il existe aussi des vols touristiques entre Punta Arenas et cette île antarctique affrétés par Aerovia-DAP et Antárctica XXI15 (entretien avec Alex Contrejas Staeding, guide antarctique DAP, à Punta Arenas, le 06/11/2009). Ce dernier tour-opérateur permet aux touristes de rallier directement l’Antarctique par avion pour ensuite rejoindre un petit bateau de croisière, leur permettant ainsi d’éviter la longue et tempétueuse traversée du détroit de Drake (entretien avec Jaime Vasquez, op.cité). De ce fait Punta Arenas s’impose aussi comme porte d’entrée d’un tourisme antarctique novateur et qui pourrait gagner en intensité.

31Plutôt qu’une rivalité fondée sur des activités similaires, on assiste donc plutôt à une forme de spécialisation – et donc de complémentarité – entre ces portes d’entrée antarctiques. Ushuaia est spécialisée dans les croisières antarctiques et Punta Arenas dans la logistique de recherche. Toutefois si l’on considère de plus près les stratégies et les projets de développement des deux villes ainsi que leur capacité à incarner une vocation antarctique, la spécialisation s’efface au profit d’une concurrence ramenant à une volonté nationale de contrôle territorial de la péninsule antarctique. A ce propos, il faut aussi mentionner le projet de développement de l’aéroport et du port de Puerto William, sur l’île chilienne de Navarino localisée en face d’Ushuaia, qui pourrait concurrencer Ushuaia plus directement sur le terrain du tourisme de croisière. Pour le moment les autorités des deux pays s’opposent sur la manière de relier Ushuaia et Puerto Williams (entretien avec D. Leguizamon, directeur du tourisme d’Ushuaia, à Ushuaia, le 30/10/2009).

32Comment – au-delà de ces stratégies (aéro)portuaires - s’opère alors l’émergence de deux têtes de ponts participant pleinement au contrôle politique de la conquête antarctique ?

L’émergence de deux têtes de pont antarctiques

  • 16 Ces deux villages se localisent sur la Péninsule Antarctique : Villa Las Estrellas pour le Chili, î (...)

33Il n’y a pas de villes sur le continent Antarctique, tout au plus quelques bases scientifiques, qui dans le meilleur des cas sont qualifiées de « villages16 » quand elles regroupent un certain nombre de services nécessaires à une population de familles de scientifiques et de touristes de passages. Le peuplement humain sur le continent blanc est temporaire et se renouvelle donc années après années. Pourtant la fréquentation scientifique et touristique est en augmentation constante depuis trente ans, et pose donc la question du contrôle sur place et à distance de ces flux et de leur signification territoriale. Il ne fait pas de doute que les présences militaire, scientifique et touristique sont corrélées avec la manière dont les pays du Traité de l’Antarctique se positionnent sur un espace qui appartient à la fois à tout le monde et à personne. Ainsi l’occupation physique du terrain antarctique semble indispensable aux pays qui souhaitent affirmer une forme de souveraineté sur place même si celle-ci est officiellement « congelée » par les grands traités internationaux. En réalité, c’est le contrôle à distance via des têtes de pont (statut auquel pourraient être éligibles Ushuaia, Punta Arenas, Stanley, Cape Town, St Pierre de la Réunion, Hobart et Christchurch) qui reste le plus stratégique en raison de l’importance du transit et du contrôle des flux (Hemmings 2008 ; pour Hobart voir : Dodds, Hemmings 2009 et Muir, Jabour, Carlsen 2007 ; pour Christchurch voir : Dodds, Yusoff 2005 ; pour Cape Town voir Swithinbank 1997). On peut donc faire l’hypothèse qu’il y aurait des têtes de pont en constitution, véritables villes portuaires à vocation antarctique, façonnées par leur relation au continent blanc (tableau n°1), bien que localisées en dehors du continent.

La construction de têtes de pont antarctiques : critères et différenciations

34Si la proximité et la connexion semblaient nécessaires pour légitimer l’existence d’une porte d’entrée, le commandement et l’identification territoriale sont indispensables pour asseoir l’existence de têtes de pont antarctiques dans un processus dynamique de conquête territoriale. Un critère supplémentaire à considérer relève du paysage et du milieu bioclimatique de la porte d’entrée. Une proximité forte avec le paysage de la Péninsule Antarctique peut aller dans le sens d’une plus grande identification géographique.

35Les critères de commandement sont nombreux et comprennent tout autant des aspects politiques, administratifs, scientifiques, militaires qu’économiques. Le commandement s’incarne aussi dans une dimension prospective et la question des projets et projections portés par certains acteurs est fondamentale. Enfin, l’identification territoriale semble indispensable à considérer pour analyser la capacité d’un lieu à se façonner une nouvelle identité. Cela passe par l’appropriation historique et culturelle liée à l’Antarctique, éventuellement matérialisée par des marqueurs territoriaux spécifiques, mais aussi par l’identification propre des habitants, thème non développé lors de l’enquête de terrain. Un tel questionnement aussi peut s’appliquer aux autres têtes de pont antarctiques comme Christchurch en Nouvelle-Zélande ou Hobart en Australie (Dodds, Hemmings 2009, Dodds, Yusoff 2005, Hemmings 2008).

Planche photos n°1 : Ushuaia

Planche photos n°1 : Ushuaia

Clichés : auteur, octobre 2009

Monument mémoriel de la guerre des Malouines ; Vue de la baie d’Ushuaia ; Slogan : Ushuaia, fin du monde, commencement de tout ; Rue Antártida Argentina.

Planche de photos n°2 : Punta Arenas

Planche de photos n°2 : Punta Arenas

Clichés : auteur, pris en novembre 2009

Vaisseaux de la Marine Antarctique Chilienne ; Département Antarctique de l’Université de Magellan ; Siège de l’Institut National Antarctique Chilien ; Festival Scolaire Antarctique. .

Tableau 1 : Comparaison des vocations antarctiques respectives d’Ushuaia et de Punta Arenas

Tableau 1 : Comparaison des vocations antarctiques respectives d’Ushuaia et de Punta Arenas

Source : auteur

La vocation antarctique d’Ushuaia et de Punta Arenas : acteurs et projets

36Les résultats du tableau n°1 ci-dessus sont mis en regard ci-dessous avec le positionnement et les représentations des différents acteurs rencontrés sur le terrain. Quatre thèmes principaux sont explicités ci- après : le tourisme ; le commandement administratif et politique ; les projets « antarctiques » ; et l’identification territoriale.

  • 17 Si l’on fait toutefois abstraction des bidonvilles et autres malformations urbaines représentatives (...)

37Les deux villes présentent des profils différents. Ushuaia dispose d’une forme d’esthétique paysagère antarctique17 (planche photos n°1) et possède un potentiel touristique important en raison de son image de ville du bout du monde (planche photos n°1) et de porte d’entrée des croisières vers l’Antarctique (Artesi 2003, Wallingre 2004). Toutefois, les touristes antarctiques qui restent à Ushuaia sont peu nombreux et il n’y a pas encore d’interaction forte entre les deux types de tourisme (Vereda 2007). Peu de touristes passent par Punta Arenas, sauf pour rallier Puerto Natales au nord. De ce point de vue là, Ushuaia possède un net avantage mais qu’elle n’a pas encore su pleinement valoriser (entretien avec D. Leguizamon, op.cité).

38Le statut de capitale administrative du territoire antarctique - revendiqué par les deux pays -est partagé par les deux villes avec un petit avantage pour Ushuaia. En effet, la ville abrite le représentant de la sous-juridiction du département « Antartida Chilena », mais ceci est plus symbolique qu’autre chose car, officiellement, les deux pays n’ont pas le droit à une souveraineté légale sur la terre Antarctique. Qui plus est, ce représentant s’occupe certes du recrutement des enseignants de la base Esperanza mais ne s’y est jamais lui-même rendu (entretien avec E. de Sousa, Administrateur du Département de l’Antarctique, à Ushuaia, le 02/11/2010). Le commandement politique pris au sens fort du terme, semble conférer à Punta Arenas un pouvoir décisionnel plus important qu’Ushuaia en matière d’affaires antarctiques. En effet le siège de l’INACH (Institut National Antarctique Chilien), un commandement militaire complet pour les affaires antarctiques (Marine, Terre et Air : entretiens informels lors de la Feria Antárctica Escolar du 07/11/2009, et planche photos n°2), et une base logistique internationale, portuaire et aéroportuaire confèrent à la ville (carte n°4) une influence importante sur la destinée nationale et internationale de la Péninsule Antarctique. Ushuaia ne possède qu’une partie de ce commandement politique car elle pâtit de la concurrence avec Buenos Aires, la capitale fédérale d’un Etat argentin encore très centralisé. Cette dernière conserve la plupart des prérogatives argentines et internationales essentielles : siège international du Secrétariat du Traité de l’Antarctique (entretien avec Jose Maria Acero, sous-secrétaire du Traité de l’Antarctique, à Buenos Aires, le 12/11/2009), siège de la DNA (Direction Nationale Antarctique) et commandement militaire terrestre et aérien des affaires antarctiques. Les personnels de la DNA ont même indiqué depuis leurs bureaux porteños climatisés qu’ils ne souhaitaient pas s’installer à Ushuaia, « petite ville froide de province » mais préféraient se rendre régulièrement en mission en Antarctique directement depuis Buenos Aires (entretiens à la Direction Nationale de l’Antarctique, à Buenos Aires, le 12/11/2009). Ce partage des fonctions antarctiques entre Ushuaia et la capitale ne permet ni la création d’un grand pôle de recherche antarctique, ni la nécessaire symbiose entre les différents types d’activités antarctiques (entretien avec J. Garamuño, ancien maire d’Ushuaia, à Ushuaia, le 27/10/2009), ni l’évolution pleine et entière d’Ushuaia au statut de tête de pont antarctique. Le secrétariat local au tourisme d’Ushuaia se tourne alors vers l’international et participe activement au réseau des portes d’entrées antarctiques, ce qui positionne l’office du tourisme d’Ushuaia dans une coopération soutenue avec Christchurch en Nouvelle-Zélande (entretien avec D. Leguizamon, op.cité). Cette initiative reste toutefois encore très confidentielle pour le grand public.

Figure 2 : Projet de développement intégré urbano-portuaire à Ushuaia.

Figure 2 : Projet de développement intégré urbano-portuaire à Ushuaia.

Source : D. Leguizamon, 2009, powerpoint personnel.

  • 18 Chenal localisé au droit d’Ushuaia mais appartenant au Chili.

39L’examen des projets « Antarctique » des deux villes est très révélateur de cet état de fait. La ville d’Ushuaia porte un projet de « Area Antárctica International » qui est un aménagement urbano-portuaire intégré entièrement dédié à l’Antarctique (figure 2) et qui se propose d’améliorer les dysfonctionnements existants. C’est un projet très ambitieux d’aménagement qui permet de légitimer l’action de la ville pour mieux s’intégrer dans son voisinage avec le continent blanc. En 2012, il n’avait toujours pas vu le jour en raison des blocages fédéraux déjà mentionnés, et des contraintes politiques locales (alternances électorales, et priorité au tourisme fuégien). De même, l’Etat chilien porte un projet de développement pour Puerto Williams qui pourrait être transformé en port antarctique satellite de Punta Arenas, et ce grâce à la construction d’un aéroport international ou de l’établissement d’une bonne connexion avec Ushuaia située à quelques encablures de là. Il pourrait ainsi capter une partie du trafic de croisières vers l’Antarctique bénéficiant ainsi d’une diminution du temps de trajet. Toutefois, Ushuaia acceptera d’améliorer sa liaison frontalière avec Puerto Williams uniquement si le Chili permet à ses navires de passer par le canal Murray18 pour raccourcir la distance vers la Péninsule Antarctique (entretien avec D. Leguizamon, op.cité). L’héritage du conflit géopolitique du début des années 1980 est toujours vivace (carte n°3). Punta Arenas a donc une longueur d’avance sur Ushuaia quant à la cohérence de ses fonctions antarctiques mais pâtit bien sur de sa faible connectivité touristique antarctique.

Figure 3 : Circuit Historique Antarctique à Punta Arenas

Figure 3 : Circuit Historique Antarctique à Punta Arenas

Source : INACH 2009

40En matière d’identification urbaine et territoriale avec l’Antarctique, Punta Arenas est aussi bien plus avancée qu’Ushuaia. La ville a mis en place un circuit urbain « historique antarctique19 », graphiquement associé aux notions de « porte d’entrée » pour caractériser la ville et de « pays pont » pour désigner le pays (figure 3, carte n°4 et entretien avec Francisco Sanchez, Office du Tourisme SERNATUR, à Punta Arenas, le 05/11/2009). Ce circuit est associé à l’installation de nombreuses plaques commémoratives antarctiques20. On sent grandir à Punta Arenas une volonté d’identification historique quasi-culturelle avec l’Antarctique, qui est bien corrélée d’ailleurs à l’organisation annuelle d’un festival scolaire antarctique (entretien avec V. Vellejos, Administratrice de l’INACH, à Punta Arenas, le 05/11/2009), qui permet aux élèves venus de tout le Chili de s’informer de toutes les opportunités chiliennes en Antarctique (planche photos n°2) ou encore à l’existence d’un département d’études antarctiques à l’Université locale (planche photos n°2 et entretien avec Carlos Cardenas, Université de Magellan, à Punta Arenas, le 6/11/2009).

41Punta Arenas semble se rapprocher plus du statut de tête de pont antarctique qu’Ushuaia car les acteurs locaux et nationaux ont su poser les bons choix de commandement territorial au bon moment. Mais cela sera-t-il suffisant pour compenser son déficit de connectivité touristique antarctique ? Le statut d’Ushuaia peut évoluer mais semble limité pour le moment à celui d’une porte d’entrée touristique internationalement reconnue. Ces différences entre Ushuaia et de Punta Arenas sont en partie explicables par les stratégies géopolitiques argentine et chilienne en Antarctique.

Carte n°4 : Les inscriptions territoriales antarctiques à Punta Arenas et Ushuaia

Carte n°4 : Les inscriptions territoriales antarctiques à Punta Arenas et Ushuaia

Source : Sylvain Guyot et Fabien Cerbelaud

Les têtes de ponts au service des politiques antarctiques nationales ?

Carte n°5 : Carte bicontinentale officielle de l’IGN Argentin

Carte n°5 : Carte bicontinentale officielle de l’IGN Argentin

Source : IGN (2011)

42Les analyses précédentes permettent de comprendre comment les deux villes portuaires d’Ushuaia et de Punta Arenas sont au cœur d’un dispositif territorial multiscalaire. Qu’en est-il de son contenu (géo)politique ?

43Le cas d’Ushuaia et de l’Argentine est intéressant à plusieurs titres. En effet, l’Etat Argentin n’investit pas pleinement la ville portuaire d’Ushuaia comme une tête de pont à part entière. En effet, une partie des fonctions nationales de commandement antarctique tendent à se répartir avec la capitale fédérale, Buenos Aires. Ceci peut s’expliquer par l’aspect ambivalent de sa structure étatique à la fois fédérale et très centralisée, qui se méfie a priori de déléguer trop de pouvoirs à une capitale provinciale lointaine et relativement mal développée (Braumann, Stadel 2009), tout en l’utilisant comme plate-forme logistique. On peut aussi évoquer la résurgence actuelle du conflit avec le Royaume-Uni à propos du contrôle des îles Falkland et de la plate-forme maritime (Dodds 2002). Là encore c’est une politique nationaliste qui s’exprime directement depuis Buenos Aires, et utilise Ushuaia, par exemple pour refuser l’accès au port de deux navires de croisières britanniques le 28 février 2012.

44En effet, depuis la première élection de Cristina Kirchner en 2007, le nationalisme territorial argentin resurgit fortement, clairement à propos des Falkland mais aussi à propos du secteur antarctique. Ainsi, suite à une proposition de loi du député national de Terre de Feu, Mariel Calchaqui, déposée le 25 novembre 2008 et finalement votée le 16 novembre 201021 il est fait obligation d’utiliser, pour toute communication géographique officielle et éducative, la carte bi-continentale argentine émise par l’Institut Géographique National (IGN). Cette carte représente à la même échelle le secteur argentin, les îles Malouines et Atlantique Sud, dans la continuité de l’Argentine Continentale et place donc Ushuaia au centre géographique du pays (carte n°5). L’IGN déclare qu’il s’agit là de « créer une authentique conscience territoriale dès les années initiales de l’enseignement officiel22 ». Une autre proposition de loi de la même députée a été ratifiée par le parlement en novembre 2009 pour réécrire le premier article de la loi 23.775 sur les inclusions et limites territoriales de la Province de Tierra del Fuego, Antártida e Islas del Atlántico Surpour y préciser officiellement ses différents contenus territoriaux23. La politique nationale argentine en Antarctique passe aussi par des campagnes soutenues de fouilles archéologiques et la création de zones patrimoniales antarctiques directement contrôlées par la Direction Nationale de l’Antarctique à Buenos Aires, au sein d’ASMAS24 (entretien avec le personnel de la DNA, op.cité). Si Ushuaia ne peut prétendre véritablement au statut de ville à vocation antarctique bien qu’étant le port international leader en matière de croisières touristiques antarctiques, en revanche l’Etat Argentin mène directement depuis Buenos Aires une politique idéologique nationaliste assumée que l’on pourrait qualifier par un néologisme : « l’antarcticisme ».

45Le cas de Punta Arenas diffère de celui d’Ushuaia. En effet, la politique chilienne antarctique apparaît plus pragmatique. L’Etat chilien utilise la ville portuaire de Punta Arenas comme une tête de pont complète pour optimiser son contrôle territorial de la péninsule Antarctique. La localisation de plusieurs fonctions de commandement antarctique au service de missions internationales, la possibilité de rallier la péninsule en avion et l’identification de la cité avec le continent blanc sont autant d’atouts au service d’une politique antarctique chilienne qui n’a pas trop besoin de s’affirmer nationaliste pour être efficace. Le secteur antarctique chilien ne représente d’ailleurs qu’un appendice de « l’empire tricontinental chilien », dont la carte tricontinentale officielle permet d’établir les limites (carte n°6).

Carte n°6 : Carte tricontinentale du Chili

Carte n°6 : Carte tricontinentale du Chili

Source : Wiki Commons.

46Les deux villes sont utilisées par leurs chancelleries respectives pour marquer leur légitimité et leur contrôle de la Péninsule Antarctique, alors que celle-ci est disputée entre les deux pays - plus le Royaume-Uni - et qu’elle comprend de nombreuses bases appartenant à de multiples pays. En réalité, c’est probablement la question du développement touristique, portuaire et aéroportuaire du canal de Beagle entre Ushuaia et Puerto Williams, source de conflits, qui doit être gérée rapidement par les comités de frontières25, sans retomber dans des disputes frontalières vieilles de trente ans.

Conclusion :

47Ushuaia et Punta Arenas ont en commun d’être les villes les plus australes de leurs pays respectifs, l’Argentine et le Chili. De ce fait, elles ont été des villes frontières importantes au service de la consolidation et la légitimation de ces territoires nationaux austraux localisés en position de finisterre. Depuis quelques décennies, ces deux villes portuaires émergent comme les portes d’entrée internationales principales des relations avec le continent Antarctique, et en particulier de la Péninsule Antarctique. Elles exercent donc une action nationale et internationale de structuration du front de conquête antarctique qui a été, tour à tour, militaire, scientifique, écologique puis touristique. C’est alors que la notion de tête de pont prend toute son importante dans une réflexion sur la structuration territoriale et le contrôle d’un front de conquête. Si la proximité et la connexion peuvent être convoquées pour définir une porte d’entrée, le commandement (politique, économique et militaire) et l’identification territoriale la transforment en tête de pont, lieu structurant et incontournable du front de conquête, et participent à la construction politique d’une vocation antarctique.

48Au vu des deux premiers critères, Ushuaia, ville la plus proche de l’Antarctique, s’impose comme un port leader en matière de flux de croisières touristiques en Antarctique. Plus qu’un simple port de transit, Ushuaia incarne une destination touristique d’envergure même si le tourisme du « bout du monde » ne percole encore qu’assez peu avec le tourisme de « l’ultime frontière ». Punta Arenas, moins proche de l’Antarctique qu’Ushuaia, peut se définir comme un port logistique d’importance réalisant une grande partie des liaisons internationales avec les bases antarctiques. La ville dispose aussi d’une ligne aérienne directe avec la Péninsule Antarctique. En examinant les deux autres critères, de commandement et l’identification territoriale, Ushuaia semble plutôt être au service d’une politique antarctique argentine de type nationaliste. Elle est placée au centre de la nouvelle carte officielle bi-continentale, et se projette comme la ville à vocation antarctique de référence même si la plupart des fonctions de commandement lui échappent au profit de la capitale fédérale Buenos Aires. Ushuaia ne s’impose donc pas comme une tête de pont complète.

49Punta Arenas est au service d’une politique antarctique chilienne résolument pragmatique, qui la dote de la plupart des fonctions de commandement intégré et développe une identification urbaine forte au continent blanc. Elle se place donc dans une dynamique d’affirmation de tête de pont antarctique. Toutefois, Punta Arenas doit encore résolument s’ouvrir au tourisme, et l’Etat et la Région doivent développer son annexe portuaire de Puerto William sur le canal de Beagle pour prendre des parts de marché touristique à Ushuaia. Les deux villes se vivent comme rivales, le plus souvent à travers le prisme de leurs tutelles nationales, dans leurs tentatives de contrôle de la Péninsule Antarctique. Elles sont aussi complémentaires en termes de fonctionnalités et auraient tout à gagner à promouvoir des stratégies communes de développement transfrontalier, en particulier dans la zone du canal de Beagle. Les deux pays ont montré qu’ils savaient s’entendre pour contrôler le trafic maritime dans le passage de Drake avec la création en 1998 de la Patrulla Antárctica Naval Combinada qui a pour mission de porter secours aux navires antarctiques en perdition et de prévenir les risques de pollution marine.

50Le contexte d’un 21ème siècle marqué par une forte instabilité, tant sur les plans climatique que géopolitique pourrait conduire à une modification du statut actuel du continent antarctique. Le devenir de l’Antarctique, ultime frontière terrienne de ressources et importante réserve d’espace, s’organise territorialement aujourd’hui, au niveau de ses portes d’entrées sud-américaines, et par le biais d’activités relativement consensuelles comme le tourisme et la recherche. Toutefois, l’activation du front de conquête antarctique semble au service du politique, comme le montre l’émergence des têtes de pont de Punta Arenas et dans une moindre mesure pour Ushuaia. Si la notion de tête de pont implique une forme de commandement politique autonome, elle est aussi largement le produit d’un contrôle à distance, et donc de l’instrumentalisation d’un lieu au service d’une politique d’échelle différente, comme le montre ici l’utilisation à des degrés divers de Punta Arenas et d’Ushuaia par les politiques nationalistes de leurs Etats nationaux respectifs. Toutefois, en attendant une rupture géopolitique majeure quant à l’appropriation effective du continent blanc, son intégrité semble encore garantie par l’adhésion renouvelée des parties prenantes au Traité de l’Antarctique et à son application effective sur le temps long.

Haut de page

Bibliographie

Apesteguy, Christine, Martinière Guy and Théry, Hervé. 1979. Frontières en Amazonie: la politique du Brésil et l'intégration de l'Amérique du Sud. Notes et études documentaires 53 (4533-4534), 76-98

Argañaraz, Cristina, et Alejandro Benedetti. 2003. « Transformations sociales et territoriales à la frontière atacaménienne au cours du XXe siècle. Susques : lorsqu’un village « dépeuplé » devient la « Porte des Andes » / ~~Social and territorial changes along the Atacaman border during the 20th century. Susques : when a depopulated village becomes the « Gateway to the Andes ». Revue de géographie alpine 91 (3): 29–46.

Artesi, Liliana. 2003. Desarrollo turístico en Ushuaia. United Nations Publications.

Bascopé J., Joaquín. 2009. « De la exploración a la explotación. Tres notas sobre la colonización de la Patagonia austral ». Nuevo Mundo Mundos Nuevos. Nouveaux mondes mondes nouveaux - Novo Mundo Mundos Novos - New world New worlds (juillet 6). http://nuevomundo.revues.org/56645.

Bauer, Thomas, G., 2001, Tourism in the Antarctic. Opportunity, constraints, and future prospects, New-York, Haworth Hospitality Press, 275 p.

Bernard, Nicolas, Yvanne Bouvet, et René-Paul Desse. 2007. « Le tourisme sur le littoral atlantique de l’Argentine : évolution des pratiques et organisation spatiale ». Géocarrefour (vol. 79/2) (octobre 25): 119–130.

Bertram, Esther, Muir, Shona, Stonehouse, Bernard, 2007, Gateways ports in the development of Antarctic Tourism, in Snyder, J. & Stonehouse, B., Prospects for polar tourism, CABI, pp. 123-146.

Braumann, Veronika, Stadel, Cristoph, 1999, “Boom Town in Transition? Development Process and Urban Structure of Ushuaia, Tierra del Fuego, Argentina”, Yearbook. Conference of Latin Americanist Geographers, Vol. 25, (1999), pp. 33-44

Brunet, Roger et Dollfus, Olivier (1990) Mondes nouveaux. Géographie universelle. Paris/Montpellier, Hachette/Reclus, 550 p.

Burghardt, A.F., 1971. A Hypothesis About Gateway Cities. Annals of the Association of American Geographers, 61(2), p.269–285.

C.A.R.I., 1996, Antartida y el sistema del tratado Antartico, Buenos Aires, Ediciones Manantial, 126 p.

Calvert, Peter. 1988. « Argentina turns south: Geopolitics Triumphant ». Paradigms 2 (2) (décembre): 76–85.

Carrizo, Silvina, Velut, Sébastien, 2005, Nouvelles territorialités en Amérique australe. Activités énergétiques et intégration dans les terres et les mers magellanes, Espace Géographique, 2005-2, p.161-175.

Child, Jack. 1990. « ‘Latin lebensraum’: the geopolitics of Ibero-American Antárctica ». Applied Geography 10 (4) (octobre): 287–305.

Coy, Martin. 1986. Développement régional à la périphérie amazonienne : organisation de l'espace, conflits d'intérêts et programmes d'aménagement dans une région de "frontière" : le cas du Rondonia. Cahiers des Sciences Humaines 22 (3/4), 371-388.

Delmote, Gilles. 2001. Ponts et frontières entre Espagne et Maghreb. Editions L’Harmattan.

Dodds, Klaus J., et Kathryn Yusoff. 2005. « Settlement and Unsettlement in Aotearoa/New Zealand and Antárctica ». Polar Record 41 (02): 141–155.

Dodds, Klaus, et Alan D Hemmings. 2009. « Frontier Vigilantism? Australia and Contemporary Representations of Australian Antarctic Territory ». Australian Journal of Politics & History 55 (4) (décembre 1): 513–529.

Dodds, Klaus. 2002. Pink Ice: Britain and the South Atlantic Empire. I.B.Tauris.

Drennan, Matthew P. 1992. « Gateway Cities: The Metropolitan Sources of US Producer Service Exports ». Urban Studies 29 (2) (janvier 4): 217–235.

Etienne, Samuel, 2005, « Tourisme et environnement polaire : enjeux et perspectives » in André Marie-Françoise. (dir.) – Le monde polaire : mutations et transitions. Paris, Ellipses, p. 81-96.

Felicio, Ricardo, 2007, « Antártida », Confins [Online], 1 | 2007, URL : http://confins.revues.org/122 ; DOI : 10.4000/confins.122

Gangas-Geisse, Monica, Santis-Arenas, Herman. 1998. « Le Chili et l’Atlantique Sud ». Norois 180 (1): 643–651.

Genest, Eugenio, 2001, Antartida Sudamericana : aportes para su comprension, Buenos Aires, DNA, 130p.

Glassner, Martin Ira. 1985. « Political geography of contemporary events VII: The view from the near north— South Americans view Antárctica and the Southern Ocean geopolitically ». Political Geography Quarterly 4 (4) (octobre): 329–342.

Guyot, Sylvain and Dellier, Julien (eds.). 2009. Rethinking the Wild Coast (South Africa): eco-frontiers versus livelihoods in Pondoland. Saarbrücken: VDM Verlag.

Guyot, Sylvain and Richard, Frédéric, 2009. Les fronts écologiques. L'Espace Politique 9 | 2009-3, URL : http://espacepolitique.revues.org/index1422.html

Guyot, Sylvain. 2009. Fronts écologiques et éco-conquérants : définitions et typologies. L’exemple des « ONG environnementales en quête de Côte Sauvage (Afrique du Sud) ». Cybergeo, article 471, mis en ligne le 05 octobre 2009. URL: http://www.cybergeo.eu/index22651.html

Guyot, Sylvain. 2011. The eco-frontier paradigm: rethinking the links between space, nature and politics. Geopolitics 16 (3), 675-706.

Hall, Michael & Johnston, Margaret, (eds), 1995, Polar tourism : tourism in the arctic and antarctic regions, Londres, Wiley, 329 p.*

Hall, Michael, et Jarkko Saarinen. 2009. Tourism and Change in Polar Regions: Climate, Environments and Experiences. Taylor & Francis.

Hemmings, Alan D. 2008. « Beyond Claims: Towards a Non-territorial Antarctic Security Prism for Australia and New Zealand ». New Zealand Yearbook of International Law, The 6: 77.

Héritier, Stéphane, Arnauld de Sartre, Xavier, Laslaz, Lionel and Guyot, Sylvain. 2009. Fronts écologiques : dynamiques spatio-temporelles et dominations multi-scalaires. L'Espace Politique 9 | 2009-3, URL : http://espacepolitique.revues.org/index1453.html

Honey, Mary. 1999. Ecotourism and sustainable development: who owns paradise? Washington: Island Press.

Jabour, Julia. 2011. « Polar Tourism: Human, Environmental and Governance Dimensions ». The Polar Journal 1 (2): 302–303.

Jensen, Marie, Daverio Maria Elena, 2007, Evolution of the Antarctic cruise tourism through Ushuaia, Argentina: 50 years as a maritime gateway to the Antarctic Continent, in Tourism and Global Change in Polar Regions, IGU Proceedings, Oulu Finland, pp. 84-92.

Mallimaci, Ana Inés. 2010. « Construyendo comunidades. Géneros, tiempos, espacios y memorias de los/as bolivianos/as en Ushuaia ». Nuevo Mundo Mundos Nuevos. Aula virtual (novembre 15). http://nuevomundo.revues.org/60257.

Molinari, Angel Ernesto, (cord.), 2005, La Argentina en la Antartida : 100 años de presencia permanente e ininterrumpida, Buenos Aires, C.A.R.I, 194 p.

Monbeig, Pierre. 1952. Pionniers et planteurs de Sao Paulo. Paris: Armand Colin.

Monsonis, Guillem, 2005, Géopolitique au Royaume du froid : l'Argentine en Antarctique, Mémoire de DEA de Géopolitique sous la direction d'Yves Lacoste, Paris, Institut français de Géopolitique.

Muir, Shona, Julia Jabour, et Jack Carlsen. 2007. « Antarctic Gateway Ports: Opening Tourism to Macquarie Island and the East Antarctic from Hobart ». Tourism in Marine Environments 4 (2-3): 135–150.

Nock, Laurie. 1990. Ethnicity and Economics in Punta Arenas, Chile. http://digitool.Library.McGill.CA:80/R/?func=dbin-jump-full&object_id=74565.

Olivier de Sardan, Jean-Pierre.1995. Anthropologie et développement. Marseille et Paris: APAD-Karthala.

Prescott, John Robert Victor. 1987. Political frontiers and boundaries. London and Boston: Allen & Unwin

Redclift, Michaël. 2006. Frontiers, histories of civil society and nature. London: MIT Press.

Rossi, Eliana C, et Peter J Taylor. 2006. « ‘gateway Cities’ in Economic Globalisation: How Banks Are Using Brazilian Cities ». Tijdschrift Voor Economische En Sociale Geografie 97 (5) (décembre 1): 515–534.

Sacareau, Isabelle, 2000. Mise en tourisme et dynamique spatiale au Népal. Mappemonde 58 (2000-2), 12-16.

Sili, Marcelo, E., 2005, La Terre de Feu face à l´avenir. De la crise du territoire à la construction d´un nouveau mythe de développement, Espace Géographique, 2005-1, p. 17-28.

Simon, Anthony, 2006, L'Antarctique dernière frontière américaine ?, Actes du festival de St Dié, URL : http://fig-st-die.education.fr/actes/actes_2006/simon/article.htm

Snyder, John, et Bernard Stonehouse. 2007a. Prospects for Polar Tourism. CABI.

Strobel, Mathias, Tétart, Frank, 2007, « Le tourisme en Antarctique : un enjeu géopolitique ? », Hérodote n° 127, 2007/4, p. 167-177

Swithinbank, Charles. 1997. « New Intercontinental Air Route: Cape Town to Antárctica ». Polar Record 33 (186): 243–244.

Vereda, Marisol, 2007, A study on the expectations of Antartic visitors towards their trip. Images created about Antárctica and the relationship with Ushuaia (Argentina) as a gateway city. In Tourism and Global Change in Polar Regions, IGU Proceedings, Oulu Finland, pp. 77-83.

Victor, Paul-Emile, et Victor, Jean-Christophe, 1992, Planète Antarctique. Nouvelle Terre des hommes, Paris, Robert Laffont.

Wallingre, Noemí, 2004 « Tourism as a Factor for Local Productive Restructuring in the City of Ushuaia, Argentina (El Turismo Como Factor De Reconversión Productiva Local En La Ciudad De Ushuaia, República Argentina) (Spanish) ». SSRN eLibrary. http://papers.ssrn.com/sol3/papers.cfm?abstract_id=1511913.

Haut de page

Notes

1 Dans le sens de frontier

2 Je prends le parti de ne pas remobiliser systématiquement tout l’arsenal théorique sur les frontières et les fronts pionniers bien développé dans ces deux références.

3 Afrique du Sud, Argentine, Australie, Belgique, Chili, États-Unis, France, Grande-Bretagne, Japon, Nouvelle-Zélande, Norvège et URSS (aujourd’hui Russie).

4 Convention pour la conservation des phoques de l’Antarctique (CCAS) signée en 1972, et Convention sur la conservation des ressources vivantes marines (CCAMLR) signée en 1980.

5 Fondation « Oceanites », Greenpeace, IUCN etc.

6 Création, à ce propos, des Antarctic Specially Managed Areas réservées pour la protection et la valorisation du patrimoine culturel. La fouille et la valorisation des sites archéologiques et patrimoniaux antarctiques est du ressort de chaque Etat ce qui génère un autre mode d’appropriation nationale des sites et espaces antarctiques (entretien avec Victoria Nuviala, archéologue à la Direction Nationale Antarctique Argentine, à Buenos Aires, le 12/11/2009).

7 Portes d’entrées antarctiques respectives de Hobart en Australie et de Christchurch en Nouvelle-Zélande.

8 Porte d’entrée de Cape Town en Afrique du Sud.

9 Distance pour rallier Hope Bay, Trinity Peninsula (Péninsule Antarctique).

10 Distance pour rallier Hope Bay, Trinity Peninsula (Péninsule Antarctique).

11 http://www.lan.com/es_cl/promociones/data/norteamerica/us/todo_el_mundo/saairpass_tabla.html, accédé le 4 avril 2012.

12 http://www.aeroviasdap.cl/charter.html, accédé le 4 avril 2012.

13 http://www.Antárctica.ac.uk, accédé le 5 avril 2012.

14 http://iaato.org/fr/tourism-statistics, accédé le 5 avril 2012.

15 http://Antárcticaxxi.com, accédé le 5 avril 2012.

16 Ces deux villages se localisent sur la Péninsule Antarctique : Villa Las Estrellas pour le Chili, île du Roi George et Esperanza pour l’Argentine – Trinity Peninsula, Hope Bay. Emilio Palma est le premier bébé à être né en Antarctique, sur la base Esperanza, le 7 janvier 1978. Fils de militaire, il a obtenu la nationalité argentine en raison de la localisation de la base au sein du département de l’Antarctique Argentine.

17 Si l’on fait toutefois abstraction des bidonvilles et autres malformations urbaines représentatives d’une ville champignon qui a grandit trop vite, voir Brauman et Stadel, 1999.

18 Chenal localisé au droit d’Ushuaia mais appartenant au Chili.

19 Voir l’intégralité du circuit en ligne sur http://www.inach.cl/category/educacion/circuito-turistico-antartico, accédé le 06/04/2012.

20 Voir http://www.inach.cl/2012/inauguran-placas-historicas-antarticas/?lang=en, accédé le 06/04/2012.

21 Loi 26.651 du 16/11/2010, Voir Institut Géographique National Argentin : http://www.ipgh.org/43-Consejo-Directivo/Files_43-RCD/Inform-SN/ARG_Inform-2011.pdf, pp 19-20, accédé le 6 avril 2012.

22 Voir Institut Géographique National Argentin : http://www.ipgh.org/43-Consejo-Directivo/Files_43-RCD/Inform-SN/ARG_Inform-2011.pdf, pp 19-20, accédé le 6 avril 2012.

23 www.diputados.gov.ar, accédé le 6 avril 2012. "La Provincia comprende: la parte oriental de la Isla Grande de Tierra del Fuego hasta el límite con la República de Chile, la Isla de los Estados, las Islas Año Nuevo, las Islas Malvinas, las Rocas Cormorán y Negra, las Islas Georgias del Sur, las Islas Sandwich del Sur, otras islas, islotes y rocas situados en aguas interiores y en el mar territorial generado a partir de dichos territorios de conformidad con lo previsto en la Ley 23.968, incluidas las islas, islotes y rocas situados al Sur de la Isla Grande de Tierra del Fuego hasta el límite con la República de Chile; los territorios situados en la Antártida Argentina comprendida entre los meridianos 25º Oeste y 74º Oeste y el paralelo 60º Sur, y las islas, islotes y rocas situados entre los territorios que comprende la Provincia de Tierra del Fuego, Antártida e Islas del Atlántico Sur; y los espacios marítimos y aéreos que por derecho le corresponden".

24 Antarctic Specially Managed Areas

25 http://www.difrol.cl/, accédé le 6 avril 2012.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte n°1 : Revendications territoriales sur l’Antarctique et principales portes d’entrées portuaires.
Crédits Source : Strobel, Tétart, 2007, p. 169, modifié.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2466/img-1.png
Fichier image/png, 283k
Titre Carte n°2 : les bases scientifiques en Antarctique et sur la péninsule antarctique.
Crédits Source : Strobel, Tétart, 2007, p. 170.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2466/img-2.png
Fichier image/png, 234k
Titre Carte n°3 : Ushuaia et Punta Arenas dans leur territoire régional
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2466/img-3.png
Fichier image/png, 296k
Titre Figure 1 : Pourcentage de participation du port d’Ushuaia aux croisières touristiques antarctiques pour les saisons 1957-1958 à 2006-2007.
Crédits Source : Jensen, Daverio 2007.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2466/img-4.png
Fichier image/png, 60k
Titre Planche photos n°1 : Ushuaia
Crédits Clichés : auteur, octobre 2009
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2466/img-5.png
Fichier image/png, 974k
Titre Planche de photos n°2 : Punta Arenas
Crédits Clichés : auteur, pris en novembre 2009
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2466/img-6.png
Fichier image/png, 971k
Titre Tableau 1 : Comparaison des vocations antarctiques respectives d’Ushuaia et de Punta Arenas
Crédits Source : auteur
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2466/img-7.png
Fichier image/png, 60k
Titre Figure 2 : Projet de développement intégré urbano-portuaire à Ushuaia.
Crédits Source : D. Leguizamon, 2009, powerpoint personnel.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2466/img-8.png
Fichier image/png, 790k
Titre Figure 3 : Circuit Historique Antarctique à Punta Arenas
Crédits Source : INACH 2009
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2466/img-9.png
Fichier image/png, 333k
Titre Carte n°4 : Les inscriptions territoriales antarctiques à Punta Arenas et Ushuaia
Crédits Source : Sylvain Guyot et Fabien Cerbelaud
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2466/img-10.png
Fichier image/png, 257k
Titre Carte n°5 : Carte bicontinentale officielle de l’IGN Argentin
Crédits Source : IGN (2011)
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2466/img-11.png
Fichier image/png, 404k
Titre Carte n°6 : Carte tricontinentale du Chili
Crédits Source : Wiki Commons.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2466/img-12.png
Fichier image/png, 518k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Guyot, « La construction territoriale de têtes de ponts antarctiques rivales : Ushuaia (Argentine) et Punta Arenas (Chili) », L’Espace Politique [En ligne], 18 | 2012-3, mis en ligne le 25 novembre 2012, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/2466 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.2466

Haut de page

Auteur

Sylvain Guyot

Maître de conférences
UMR 6042 CNRS GEOLAB - Université de Limoges
sylvain.guyot@unilim.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org