Navigation – Plan du site

Déplacés de guerre dans la ville. La citadinisation des deslocados à Maputo (Mozambique),

Jeanne Vivet, Paris, Karthala, 2012
Catherine Fournet-Guérin
Référence(s) :

Jeanne Vivet, Déplacés de guerre dans la ville. La citadinisation des deslocados à Maputo (Mozambique), Paris, Karthala, 2012, 366 p.

Texte intégral

1Avec Déplacés de guerre dans la ville, Jeanne Vivet livre une version remaniée de sa thèse de doctorat en géographie, qui s’inscrit dans la collection des éditions Karthala consacrée aux grandes métropoles et capitales d’Afrique.

2Pourtant, ce livre présente une approche originale en ce qu’il s’intéresse non plus au « cœur » des sociétés urbaines, mais à leur « périphérie », ou plus justement leur marge, souvent invisible et négligée, à savoir les déplacés de la guerre civile qui s’y sont réfugiés il y a plus de vingt ans, à la fin des années 1980. Qui plus est, ces déplacés présentent la double caractéristique d’être d’une part « invisibles » en ville car ils sont Mozambicains et n’ont pas fait l’objet d’un regroupement géographique en camp qui les désignerait de manière évidente comme déplacés, et d’autre part oubliés de tous, en particulier des autorités locales et nationales, qui se sont désintéressées de leur situation. Pourtant, ils représentent quelque toujours 10 % de la population de la capitale, soit environ 100 000 personnes.

3L’auteur expose bien l’originalité de sa démarche dans le champ des études consacrées aux réfugiés. La plupart des travaux sont très concentrés sur les camps de réfugiés, à la fois spectaculaires, aisément identifiables spatialement et contrôlés par des organisations internationales. Par conséquent, cela induit un biais important sur les recherches en ce que les chercheurs se trouvent trop souvent dépendants des manières de voir et des attentes de ces grandes organisations onusiennes ou des ONG. Les distorsions intellectuelles ainsi créées sont exposées de manière passionnante dans le chapitre 1. En conséquence, les travaux consacrés aux réfugiés/déplacés en ville restent peu nombreux, surtout lorsqu’ils ne sont pas regroupés en camps.

4Or c’est le cas à Maputo. Jeanne Vivet expose comment les individus ont fui de manière très dispersée, le plus souvent en famille et non en groupe, à l’exact inverse des images toujours diffusées des réfugiés en Afrique (colonnes de réfugiés de milliers de personnes, voire plus, fuyant à pied sur des centaines de kilomètres). De même, ils n’ont pas fui dans l’urgence absolue, mais de façon préparée, par exemple en enterrant des biens, en emportant des morceaux de leur maison (tôles, meubles…). En outre, autre singularité, la ville de refuge, Maputo, est relativement prochepuisque l’essentiel des déplacés proviennent d’un rayon de 150 km autour de la capitale, où l’immense majorité ne s’était pourtant jamais rendue. Le cloisonnement spatial était - et reste - très fort dans le Mozambique rural. A leur arrivée en ville, aucun accueil collectif n’était organisé ; les déplacés n’ont pu compter que sur des liens familiaux et sur eux-mêmes. Plus encore, les autorités ont tout fait pour que leur séjour ne soit que temporaire : interdiction de construire une maison en dur sur le terrain qui a pu leur être attribué, d’où leur installation dans des maisons en roseau autoconstruites, ce qui contribua à étendre spatialement la « ville de roseau » (cidade de caniço) en opposition à la « ville de ciment » (cidade de cimento) - dichotomie remontant à l’époque coloniale, politique obstinée de non raccordement aux réseaux de services urbains (eau, électricité en particulier). Résultat d’une idéologie urbaphobe, les réfugiés étaient considérés comme indésirables et de passage. Pour les autorités du FRELIMO, le parti issu de la guérilla communiste et vainqueur de la guerre, ceux-ci n’avaient pas droit à rester en ville et à y devenir des citadins comme les autres.

5Adoptant une position de recherche très libre par rapport aux études sur les réfugiés, en travaillant seule sur le terrain et en développant une pensée critique très solide, Jeanne Vivet livre dans ce travail l’exemple très riche d’une démarche géographique qui soit à la fois pleinement politique, mais aussi culturelle, la combinaison des deux n’étant pas si courante. On y apprend ainsi beaucoup sur la guerre, ses atrocités et la mémoire de celles-ci, sur ces déplacés, sur le rôle des pouvoirs publics (chapitres 4 et 5), mais également sur les représentations d’un ordre urbain qui conduit à mépriser voire à exclure ceux qui ne s’y conforment pas, sur la manière dont les réfugiés se représentent et pratiquent différents espaces (la ville, le voisinage, chapitre 6) ou encore sur le rapport au lieu d’enterrement, éminemment symbolique (en ville ou dans le lieu rural d’origine ?).

6Au-delà, bien des thèmes sont abordés : l’étude du foncier (chapitre 9) et des tensions qu’il révèle quant au « droit à la ville » des populations concernées, avec notamment des pages très riches sur les déguerpissements, les relogements sommaires en périphérie et la destruction des maisons des deslocados au profit de la construction de villas sous la forme d’ensembles résidentiels fermés, les différences de modes de vie et de rapport à l’espace entre hommes et femmes, la transformation dynamique des campagnes sous l’impulsion de certains « retournés » (vivrier marchand, essor des petits commerces…, chapitre 8), les questions d’accès aux services urbains de base (l’eau, l’électricité) à travers des interrogations relatives à la justice spatiale (chapitre 9). L’étude se place également dans des espaces très divers : Maputo bien sûr, dans différents quartiers, mais aussi le monde rural où l’auteur a été mener quelques enquêtes relatives à l’installation de retournés, les relations qui se nouent entre le milieu urbain et le milieu rural, et enfin l’espace des migrations internationales avec les mines d’Afrique du Sud. A titre informatif, les familles les plus ciblées par les attaques (pillages, massacres, destructions) lors de la guerre civile ont été celles dont le chef de famille travaillait en Afrique du Sud, car elles étaient identifiées comme plus riches.

7Cette richesse thématique appelle alors chez le lecteur dont la curiosité est aiguisée des questions qui ne sont pas (ou peu) traitées et qui feront peut-être l’objet de travaux ultérieurs : on aurait aimé savoir s’il existait des divisions sociales au sein des réfugiés et si oui, quelles traductions cela avait eu en ville ; face au triste constat que la grande majorité des déplacés en ville sont demeurés pauvres et marginalisés, on se demande si certains ont tout de même réussi de manière individuelle ; des thèmes tels que la modification ou non des pratiques alimentaires en ville auraient enrichi le propos ; enfin, puisqu’il s’agit d’une thèse menée sous l’égide de Philippe Gervais-Lambony, des thèmes qui sont caractéristiques de son approche auraient avantageusement pu être davantage creusés : les pratiques et les représentations de la ville par les déplacés (par exemple les quartiers connus ou non, aimés ou non, les lieux spécifiques fréquentés, les lieux symboliques de la ville pour ces ruraux d’origine, leur attachement ou non à la ville). Il s’agit là davantage d’un regret que d’une critique, tant le contenu est déjà dense et varié.

8Enfin, d’un point de vue méthodologique, ce livre présente une démarche relative aux temporalités, puisqu’il s’agit pour les personnes rencontrées d’évoquer un passé vieux de vingt ans. Signalons également, en particulier à l’attention des jeunes chercheurs et des doctorants, l’intérêt extrême du chapitre 3 qui présente une analyse réflexive sur les situations d’entretien et sur les positions du chercheur (les divers biais induits, la question de la langue, les pièges du terrain, des interlocuteurs rencontrés…).

9Le lecteur pourra retenir beaucoup d’anecdotes ou de témoignages, à travers de riches récits de vie. A titre personnel, j’ai été particulièrement touchée par l’évocation de ces maisons en morceaux ou de ces objets personnels, d’abord enterrés à la campagne avant la fuite, puis récupérés quelques années plus tard pour être rapportés à Maputo afin de contribuer à la durcification du logement urbain, et parfois encore démontés et transportés en lointaine périphérie, avant l’expropriation et la destruction de ce logement sous l’effet des politiques de transformations économiques de la ville. Il y a dans ce nomadisme contraint des objets et des matériaux de construction toute une métaphore de la souffrance des déplacés de guerre, tout le poids du temps et tout un rapport douloureux aux différents espaces habités. Cette errance matérielle et symbolique est magnifiquement résumée par la très émouvante photographie de couverture.

10Au total, il s’agit d’un ouvrage dense, qui concilie traitement chaleureux et personnel du sujet et rigueur épistémologique et méthodologique, et qui constitue un jalon important dans les travaux consacrés à la ville en Afrique aujourd’hui et dans ceux portant sur les réfugiés en ville et aux conséquences de la guerre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Fournet-Guérin, « Déplacés de guerre dans la ville. La citadinisation des deslocados à Maputo (Mozambique), », L’Espace Politique [En ligne], Comptes rendus d'ouvrages, mis en ligne le 27 novembre 2012, consulté le 24 mars 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/2502

Haut de page

Auteur

Catherine Fournet-Guérin

Maître de conférences
Université de Reims Champagne-Ardenne
catherine.fournet@univ-reims.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org