Navigation – Plan du site
Révolutions arabes

Le Maghreb après les indépendances : (re)définition, (re)composition, (re)construction.

The Independant Maghreb: (re)Definition, (re)Composition, (re)Construction
Salim Chena

Résumés

Cet article vise à présenter les aspects politiques, économiques et humains de l’espace maghrébin méditerranéen dans la perspective de l’évolution historique depuis les indépendances. La thèse défendue est celle d’un espace hétérogène politiquement comme économiquement, et homogène culturellement, possédant des frontières anciennes et relativement stables, mais dont les tentatives d’unification institutionnelle se heurtent à des perceptions diverses des identités politiques locales, des intérêts nationaux et des stratégies de puissance et d’influence. Ainsi, les révoltes arabes ayant eu cours en 2011 posent la question de sa (re)définition identitaire et politique, de sa (re)composition géopolitique et de sa (re)construction institutionnelle.

Haut de page

Texte intégral

1Les « révoltes arabes » ont été l’évènement marquant de l’année 2011, à tel point que le magazine Time a désigné personnes de l’année les protestataires arabes et leurs émules occidentaux. Une des racines des insurrections en Tunisie et en Libye a, en outre, été les inégalités de développement entre les régions, créées par des pouvoirs claniques mettant en œuvre des politiques clientélistes régionalistes. Ces différenciations socio-spatiales communes ne doivent, cependant, pas exclure celles qui existent entre les modalités de ces soulèvements selon les Etats concernés. Porteurs de changements de fond, ils affecteront encore la région elle-même comme sa périphérie saharo-sahélienne.

2Néanmoins, ces conséquences, indéniables tout en n’étant pas encore entièrement identifiées, ne peuvent trouver sens dans une analyse de l’histoire immédiate qui n’aurait que trop peu de recul sur le passé récent et qui ignorerait la construction, la composition et la définition de l’espace maghrébin sur le temps long. Sans se retourner sur une histoire aussi riche que complexe depuis l’Antiquité (Lacoste, 2006), il convient de revenir sur les grands moments ayant structuré le Maghreb jusqu’aux révoltes ou révolutions actuelles. Si l’on souhaite envisager les effets de ces évènements sur les suites possibles de l’intégration régionale, il apparait utile de revenir sur les raisons ayant fait du Maghreb un espace politique particulièrement fragmenté. Si l’on cherche à retrouver la position occupée par cette région dans la politique globale dans le but de saisir au mieux sa réinscription dans le monde, il faut prendre en compte les identités politiques nationales construites durant la Guerre froide. S’il est question des implications culturelles et religieuses des « Printemps arabe », il sera utile de considérer les attitudes des pouvoirs centraux vis-à-vis de leurs minorités. L’objectif de cet article est donc de présenter de façon synthétique les ruptures et continuités historiques des identités politiques et culturelles et des enjeux géopolitiques maghrébins pour éclairer la multiplicité et la complexité des situations actuelles.

3Par conséquent, il s’avère utile de revenir sur l’histoire du Maghreb indépendant, en s’intéressant dans un premier temps à la définition de cet espace en termes politiques et culturels pour, dans un second temps, envisager les enjeux de sa structuration conflictuelle. Enfin, les implications spatiales et géopolitiques des « révoltes arabes » seront présentées et analysées dans une dernière partie où les pistes que peut emprunter la région seront esquissées.

Le Maghreb, un espace géopolitique divisé

4Le Maroc, l’Algérie, la Tunisie et la Libye partagent un héritage culturel berbère depuis l’Antiquité et arabo-musulman à partir de la conquête arabe au VIIe siècle. Cette proximité religieuse et linguistique ne constitue pas, pour autant, un facteur de stabilité des Etats ou d’unité régionale. De même, depuis les indépendances acquises entre 1951 et 1962, aucune véritable unification institutionnelle n’a réussi. Largement causée par des différences idéologiques profondes et des rivalités de puissance, le morcèlement politique du Maghreb méditerranéen a prévenu toute intégration régionale et privilégié des rapprochements aussi flottants qu’éphémères au gré des turbulences géopolitiques régionales et internationales.

Un espace politiquement et idéologiquement morcelé

  • 1 La Libye monarchique abritait ainsi la base aérienne américaine de Wheelus et britannique de Al-Ada (...)

5Lorsque la décolonisation est en cours au Maghreb, la Guerre froide bat son plein dans sa périphérie orientale : renversement de Mossadegh en Iran sous influence américano-britannique, création du Pacte de Bagdad au Moyen-Orient, enracinement du socialisme tiers-mondiste dans l’Egypte nassérienne, renforcement des monarchies conservatrices exportatrices d’hydrocarbures dans la péninsule arabique… (Sluglett, 2005). Malgré une parenté certaine liée à l’anticolonialisme, les nouveaux Etats maghrébins sont rapidement plongés au cœur des affrontements idéologiques qui opposent les blocs soviétiques et occidentaux. D’une part, l’Algérie, forte de son prestige dans les cercles non-alignés, se pose comme « le montreur de conduite du tiers monde » (Etienne, 1977, p. 177) ; à ce titre, elle apporte son soutien aux mouvements de libération du continent africain, tel l’African National Congress de Nelson Mandela, ou du reste du monde, comme le Black Panther Party américain. A la suite du renversement de la monarchie libyenne par de jeunes officiers emmenés par Muammar Kadhafi, qui contestaient notamment le parapluie protecteur occidental1, elle fut rejointe sur le front de l’anti-impérialisme par la Libye qui mènera sa propre politique de soutien en direction du terrorisme international.

  • 2 L’historien Michel Abitbol déclarait à propos du Makhzen : « Le Makhzen, autrement dit l’administra (...)

6D’autre part, le Royaume chérifien apparaissait comme une monarchie ayant des racines féodales, du fait de l’accaparement des terres par les anciens caïds de la période coloniale et de ses relais au sein des confréries maraboutiques (Lacoste, 2006)2 ; en outre, sa légitimité ne reposait pas, au contraire de l’Algérie et de la Libye, sur un appareil politique révolutionnaire ayant renversé la domination coloniale mais, au contraire, sur son ascendance prophétique. Dans une perspective différente, la Tunisie de Bourguiba, puis celle de Ben Ali poursuivait une politique réformiste inspirée de la modernité occidentale, et particulièrement française ; fondateur du pragmatisme tunisien, cette orientation politique, sous protection occidentale (Murphy, 2002), deviendra le marqueur identitaire principal de la république tunisienne sur les scènes régionale et internationale (Hibou, 2009). Cette division, schématisée par l’opposition entre « conservateurs » et « révolutionnaires », fonda une véritable « guerre froide interarabe » qui se retrouvera également au Moyen-Orient ; surtout, elle prévint à la racine la réussite de toute unification politico-institutionnelle. Enfin, les modalités de la colonisation y furent différentes (colonie de peuplement en Algérie, protectorat au Maroc et en Tunisie, unification par étape des provinces libyennes), tout comme les régimes qui ont suivi les indépendances : monarchie autoritaire au Maroc, démocratie populaire en Algérie, république laïque en Tunisie, Jamahiriya spécifique en Libye.

Des échecs successifs pour unifier le Maghreb

7Il apparaît donc que c’est bien la politique internationale et les stratégies des grandes puissances de recherche de relais politiques locaux (proxy selon le mot de Zbigniew Brzeziński) à leurs affrontements politiques, militaires et idéologiques qui participent à la différenciation de l’espace maghrébin. Cependant, tout au long de cette période, ce sont aussi les nécessités géopolitiques proprement régionales de lutte pour l’hégémonie qui sont à la source de plusieurs tentatives infructueuses d’unification institutionnelle commune ou de rapprochements bilatéraux ponctuels. A l’image des premiers pas de l’Europe communautaire, les pays du Maghreb ont mis en place, en 1964, un Comité permanent consultatif maghrébin (CPCM) ayant pour objectifs de faciliter la libre circulation des biens et des personnes puis l’intégration économique, et de poser les jalons d’une politique commune vis-à-vis de l’ensemble européen. Jusqu’à son interruption en 1975, le CPCM échoua dans ses diverses missions du fait de la priorité donnée aux constructions étatiques nationales et de la préférence donnée aux relations bilatérales dans le cadre de la géopolitique régionale (Amrani, Leirini, 1991).

8En effet, chacune de ces éphémères unions ne fut pour l’une ou l’autre des parties qu’un moyen de contrebalancer l’influence de ses voisins et néanmoins rivaux sur les autres Etats de la région. Par exemple, après le rejet de Nasser de la proposition de Kadhafi de former une entité politique à l’image de la défunte République Arabe Unie, ce dernier chercha à se rapprocher de la Tunisie en 1974 (Union de Djerba) puis de l’Algérie l’année suivante (Traité de Hassi Messaoud). De même, en 1983, lorsque l’Algérie tenta de se rapprocher de la Tunisie et de la Mauritanie par la signature d’un Traité de fraternité et de concorde, la Libye de Kadhafi, en pleine visées expansionnistes sur le continent africain et en voie d’isolement international, signa l’Union arabo-africaine avec le Maroc en 1984 : or, celui-ci était déjà en conflit avec l’Algérie sur la question sahraouie et s’était retiré de l’Organisation de l’Union Africaine (OUA) suite à sa reconnaissance du Sahara occidental. Ainsi, les deux pétro-Etats de la région, jouissant d’importantes ressources financières qui leur assurait une certaine suprématie sur les plus petits et moins riches Etats maghrébins, essaieront d’annuler les entreprises unionistes de l’autre en s’associant à la tierce partie en manque de soutien régional. Ce sont donc bien les intérêts régionaux de chacun qui orientent leur politique extérieure régionale.

Le Maghreb à l’aube de l’an 2000

9Le Maghreb n’est alors pas plus intégré à la fin du XXe siècle qu’il ne l’était au moment des indépendances, la cause commune anticoloniale en moins. En outre, l’Algérie est en proie à la violence et à l’instabilité politique depuis l’interruption du processus électoral en janvier 1992 qui aurait vu le Front Islamique du Salut (FIS) remporter les élections législatives. De plus, son économie est dévastée par les ajustements structurels imposés par le FMI à la suite de la crise de sa dette (Lebèche, 2005) ; ce qui s’ajoute à une mauvaise gouvernance endémique. La Libye, dont l’implication dans les attentats de Lockerbie et de la PanAm a été démasquée, est mise au ban de la communauté internationale par les sanctions onusiennes, entre 1992 et 1999, et sous le coup d’un embargo militaire de fait et d’un boycott américain de ses hydrocarbures. Les deux Etats les plus puissants de la région sont ainsi dans une position affaiblie ; or, aucune intégration institutionnelle régionale ne peut se faire sans, au moins, l’un d’entre eux.

10Parallèlement, le Maroc et la Tunisie sont marqués par la stabilité politique, l’ouverture économique et de bonnes relations diplomatiques avec un Occident dominant alors un monde perçu comme unipolaire. Durant les années 1990, les « années de plomb » s’achèvent au Maroc avec la libération de dissidents historiques comme la famille Oufkir. La Tunisie est, elle, présentée comme le meilleur élève maghrébin au regard des institutions financières internationales, en dépit d’un bilan désastreux en terme de respect des droits humains. Et, l’Union du Maghreb Arabe lancée en 1989 n’a pour l’instant donné aucun résultat concret, perpétuant le morcèlement politique régional, et tombe progressivement dans l’inertie des rencontres ministérielles de faibles envergures.

Etats, cultures et identités au Maghreb : les divisions mentales utilisées à des fins politiques

11La sphère culturelle est probablement ce qui permet de définir le mieux le Maghreb en tant qu’entité régionale propre. Il est généralement rattaché au monde arabe, si ce n’est au monde arabo-musulman, nonobstant le caractère extrêmement réducteur de cette dénomination. Il convient donc de découpler le Maghreb du Machrek, ne serait-ce que du fait de son passé berbérophone qui lui est propre, en plus de sa géopolitique qui le rapproche de l’Afrique et de l’Europe plutôt que de l’Asie. Les différentes communautés berbères constituent la principale minorité culturelle au Maghreb. Elles s’étalent sur plusieurs Etats de manière inégale mais rappellent également l’histoire ancienne de la région : durant l’Antiquité, des empereurs romains, des papes ou des personnalités chrétiennes sont originaires de provinces berbères appartenant aujourd’hui à l’ensemble maghrébin. De même, la présence d’importantes minorités juives est avérée avant les invasions romaines et s’est renforcée en héritage de la Reconquista espagnole.

  • 3 Il s’agit du « Printemps berbère » de 1980 au cours duquel plusieurs grandes manifestations et grèv (...)

12Or, cette diversité culturelle est aujourd’hui oblitérée par les Etats maghrébins indépendants, qui préfèrent se définir comme arabes et musulmans. Les nécessités d’unification nationale, l’influence de l’arabisme puis de l’islamisme ont offert à ces références culturelles une domination exclusive. Pourtant, les multiples poches de la berbérophonie représentent au moins 40 % de la population marocaine et un tiers de la population algérienne ; la langue berbère est peu usitée en Tunisie, mais rassemble 10 % des libyens. Il faudrait ajouter les touaregs, population nomade vivant dans les zones sahariennes de la Mauritanie, de l’Algérie, du Mali, du Niger, de la Libye et du Burkina Faso (Chaker, 1998). Une des raisons de cette myopie culturelle est également l’implication de ces communautés dans les revendications pour le caractère pluraliste de ces Etats : l’enjeu de la reconnaissance des langues berbères se situe dans la rupture avec l’unanimisme autoritaire de ces régimes ainsi que leurs tendances centralisatrices. Qu’il s’agisse de la Kabylie ou du Mzab algériens, des Rifains ou des Chleuhs marocains ainsi que des Infusen du Djebel Nefoussa libyen, chacun de ces ancrages locaux de la culture berbère a été rétif autant à la centralisation des pouvoirs qu’à leurs autoritarismes culturels, symptôme de leurs autoritarismes politiques. L’émergence du Mouvement Culturel Berbère (MCB) algérien est une conséquence de la première grande révolte populaire dans l’Algérie du parti unique, et donnera ensuite aux organisations de défense des droits de l’homme et au courant démocratique ses principaux instigateurs3. Au Maroc, le Mouvement Culturel Amazigh est aussi l’un des acteurs des revendications démocratiques (Aït Mous, 2011).

13Le dernier élément est celui des minorités religieuses. Le destin des communautés israélites est différent selon les Etats. En effet, en Algérie, les communautés juives ont obtenus le statut de citoyens français avec le décret Crémieux en 1870, adopté par la nouvelle République française, tandis que Napoléon III, conseillé par Ismaël Urbain, entendait l’étendre aux indigènes musulmans. Cela amènera la majorité d’entre eux à quitter le pays à l’indépendance en même temps que les communautés européennes. Cependant, dans les faits, ils ne cessèrent de côtoyer les musulmans à l’image du quartier juif de la ville de Constantine qui verra naître Cheikh Raymond Leyris ou Benjamin Stora. Au Maroc, leur présence s’est prolongée au-delà de l’indépendance, mais ils ont été nombreux à émigrer en Israël, malgré la tolérance caractéristique du Royaume, à la suite de la guerre des Six jours en 1967 avec le début de l’essor de l’idéologie islamiste. De nos jours, ce sont les minorités chrétiennes qui sont l’objet d’obstructions répétées de leur liberté de culte, notamment les chrétiens d’Algérie. Mais, surtout, ce sont les communautés d’immigrants subsahariens qui composent le paysage de la chrétienté au Maghreb : on les retrouve à la sortie des églises de Rabat ou d’Oran qui leurs offrent une assistance aussi bien spirituelle que médico-sociale. Si les facteurs politiques et idéologiques forment les principales lignes de fractures au sein du Maghreb méditerranéen, les facteurs culturels, fondant pourtant la véritable spécificité maghrébine, constituent des espaces sociaux composites internes aux Etats, mais communs entre eux dans le refus de leur reconnaissance.

Géopolitique du Maghreb contemporain

14Bien que formant un espace géopolitique particulier, constitué par des périodes coloniales concomitantes appuyant une histoire commune, le Maghreb reste profondément divisé. Ces tensions trouvent leurs sources dans d’anciennes rivalités internes à la région qui ont contribué à structurer la politique maghrébine telle qu’elle est à l’œuvre aujourd’hui. De même, dans les relations des pays du Maghreb avec leurs périphéries européenne et saharienne, ces mêmes rivalités et luttes d’influence régionales constituent des déterminants importants de ces relations extérieures.

Les relations algéro-marocaines : le frein à l’intégration maghrébine.

  • 4 En 1961, Ferhat Abbas reconnaît par écrit lors d’un voyage à Rabat que l’Algérie rediscutera à la l (...)

15Parmi les oppositions structurantes de l’espace maghrébin, la plus ancienne comme la plus fondamentale pour l’avenir de la région est celle qui voit s’affronter l’Algérie et le Maroc ; or, celle-ci s’est construite sur le tracé des frontières lors de la période coloniale et s’est poursuivie autour de la problématique du Sahara occidental (Grimaud, 1984 ; Lacoste, 2006). Entre les deux voisins, seule la partie nord de la frontière, d’à peine 150 km, allant de la région marocaine de Figuig jusqu’à la côte méditerranéenne est reconnue par les deux parties depuis sa définition par le traité de Lalla Maghnia de 1845. Les contextes politiques internes joueront constamment contre le règlement du conflit4, exacerbant les nationalismes fédérateurs des deux Etats naissants. Ce qui rend cette frontière particulièrement sensible se situe probablement au-delà des simples divergences politiques : la découverte, dans les années 1950, de ressources en phosphates dans le sud du Maroc et d’un important gisement de fer à Tindouf, fortement enclavé, situent l’enjeu véritable de ces confins géographiques.

  • 5 Un câble diplomatique américain du 4 août 2008, révélé par Wikileaks, évoquait aussi les soupçons d (...)

16Cohérente avec sa position anticolonialiste historique, l’Algérie offre l’asile aux réfugiés sahraouis dans les camps de Tindouf et soutient le Front Polisario et la République Arabe Sahraoui Démocratique (RASD). Ce conflit signifiera la mort de l’accord sur le tracé des frontières, passé en 1972 entre Boumediene et Hassan II, ainsi que du traité d’Ifrane de 1969 qui proclamait l’amitié, le bon voisinage et la coopération entre les deux voisins. Occupé depuis la Marche verte de 1975, le conflit du Sahara occidental est toujours en suspens. Pour le Maroc, qui y voit l’extension historique de son territoire, il représente un enjeu important de sa politique de développement territorial au travers d’une démarche volontariste et d’une incitation au peuplement : « Le Sahara sous contrôle marocain est en effet présenté comme le modèle de la politique de régionalisation avancée, en particulier pour le transfert des moyens et des pouvoirs du centre vers les régions, et en ce qui concerne les engagements de protection des droits de l’homme » (Bennafla, 2012, p. 44). Il constitue enfin une part certaine de l’économie marocaine par l’accès aux richesses en sous-sol et en mer5.

17Ce froid historique des relations algéro-marocaines représente l’obstacle principal à une intégration régionale efficace. Ce ne sont que les bonnes relations entre le président algérien Chadli Bendjedid et le souverain marocain Hassan II qui ont permis le lancement de l’Union du Maghreb Arabe en 1989 : décidé à cette période, le tracé du gazoduc Maghreb-Europe emprunte effectivement le territoire marocain pour atteindre l’Espagne et a permis la mise en place d’un embryon de coopération énergétique bilatérale. Ces progrès seront stoppés par les attentats de Marrakech en 1994 à la suite desquels le Maroc, y voyant la main des « services » de son voisin, a instauré des visas pour les ressortissants algériens : ce à quoi Alger a répondu, en plus de la réciprocité sur les visas, par la fermeture unilatérale des frontières terrestres. Depuis, l’UMA est au point mort : presque aucune réunion des chefs d’Etats n’a eu lieu et se tiennent simplement des réunions ministérielles régulières, qui intéressent surtout des partenaires soucieux de garantir leur sécurité interne de façon à assurer la pérennité de leurs régimes respectifs.

La lutte d’influence algéro-libyenne en Afrique

18Le second élément structurant de l’espace politique maghrébin est celui des relations entre l’Algérie et la Libye qui se cristallisent dans les régions sahélo-sahariennes. La Libye de Kadhafi a été l’Etat le plus expansionniste de la région pour deux raisons complémentaires. En premier lieu, l’idéologie panarabe, teintée d’islamisme, du Guide libyen l’a mené a conduire une politique unioniste faite de déconvenues successives. En second lieu, son isolement international a rendu nécessaire la recherche de partenaires régionaux et continentaux lui assurant un poids politique que la crédibilité décroissante du régime a mise à mal (Otayek, 1986 ; Haddad, 2000). Dans un premier temps, le projet d’Etats-Unis du Sahara s’appuyant sur une politique d’influence développée en direction de l’Afrique sahélienne et subsaharienne à l’aide d’investissements financiers et de soutiens économiques, n’a pu voir le jour du fait de l’opposition algérienne ; en effet, Alger refuse que les troupes libyennes traversent son territoire pour soutenir le Front Polisario et, surtout, celui-ci menacerait gravement son intégrité territoriale car elle se verrait amputée d’une grande partie de ses régions sud. Dans un second temps, la Communauté des Etats Sahélo-Sahariens (CEN-SAD), excluant l’Algérie mais intégrant le Maroc et la Tunisie, et englobant l’Afrique de l’Ouest, le Sahel et la Corne de l’Afrique, est largement irriguée par les largesses financières libyennes : créée par et pour Tripoli pour répondre à ses ambitions continentales, elle s’appuie sur une coopération économique et sécuritaire offrant au Guide libyen une tribune aussi bien africaine qu’internationale sans pour autant se prévaloir de réalisations importantes.

19En outre, certaines ressources transfrontalières en hydrocarbures et, surtout, en eau, dont une partie se situe en Algérie, auraient été exploitées sans concertation par Tripoli qui a construit un grand fleuve artificiel qui draine l’eau du Fezzan vers la Tripolitaine et la Cyrénaïque. Kadhafi assure parallèlement son influence en Afrique par le paiement des arriérés de ces Etats à l’Union africaine (UA), le financement et l’appui de missions multinationales (Soudan, Somalie) ou le soutien à des Etats en reconstruction (Liberia). La Libye fera aussi office de médiateur dans différentes crises et tentera de récupérer un certain prestige dans le camp anti-impérialiste en diminuant l’influence israélienne sur le continent. Face à cet esseulement au sein de la région maghrébine, Kadhafi cherchera à perturber les équilibres régionaux par le biais de son soutien aux rébellions touarègues, leur intégration à son armée pour servir ses desseins géopolitiques ou son appui aux islamistes algériens durant les années 1990. C’est également au Sahel que Tripoli menace l’influence algérienne dont les relations avec le Mali remontent à la lutte pour l’indépendance : le Mali avait abrité quelques combattants algériens, repris le contrôle des bases françaises en soutien au FLN et permis à ses soldats de prendre Tamanrasset à partir de son territoire en 1962. Kadhafi rivalisera donc directement avec Alger en tant que médiateur entre les rébellions touarègues de 2006-2009 au Mali et au Niger.

  • 6 La rébellion touarègue de 2006, menée par Ag Bahanga (décédé en 2011) coïncidait avec l’installatio (...)

20L’influence de l’Algérie en Afrique s’est principalement appuyée sur sa diplomatie de jeune Etat « révolutionnaire » soutenant, au sein des institutions internationales, l’indépendance du futur Zimbabwe ou de la Guinée Bissau entre autres, son implication dans les projets d’infrastructures telle la route transsaharienne et par la défense farouche des institutions continentales et de leur rôle dans la résolution des conflits. Bien que Kadhafi ait joué un rôle important dans le passage de l’OUA à l’UA, l’Algérie y garde une position dominante parce que ses diplomates y occupent des postes importants leur permettant de faire passer les perceptions algériennes et d’y défendre ses intérêts, surtout depuis le retrait marocain. De même, c’est par une médiation algérienne que les rébellions touarègues du début des années 1990, puis celles de 20066, ont pu s’apaiser ; Alger soutient en effet Bamako sur cette question depuis son appui à la répression des « hommes bleus » lors de leur révolte en 1963. Plus récemment, son retour actif sur la scène internationale s’est traduit par un appui au lancement du NEPAD, avec l’Afrique du Sud et le Nigeria, au début des années 2000 et par la signature des accords d’Alger pour régler le conflit entre Erythrée et Ethiopie (Belkaïd, 2009).

D’importants liens humains et économiques avec ses périphéries nord et sud

21La Maroc se tourne, lui, vers l’Afrique pour contrebalancer la reconnaissance, par de nombreux Etats africains, de la République sahraouie. Il s’agit d’une réactivation de relations économiques datant du Moyen-Age (Lacoste, 2006). Cette politique s’appuie sur une stratégie de soft power reposant sur une diplomatie culturelle et économique (Antil, 2003). L’Agence marocaine de coopération internationale (AMCI), créée en 1986, s’efforce ainsi de promouvoir les échanges commerciaux alors que le Royaume chérifien facilite l’accueil des étudiants subsahariens et la circulation des personnes en supprimant les visas pour plusieurs Etats africains (Mauritanie, Niger). Sa diplomatie culturelle est remarquable dans la région et se fonde sur la création d’évènements comme le Festival international de cinéma de Marrakech et la promotion d’activités sportives à visées mondiales, comme les sports de glisse vers Dakhla. Cette politique porte ses fruits, d’une part, en renforçant l’image d’un Etat moderniste, tolérant et ouvert sur le monde et, d’autre part, en obtenant le retrait de la reconnaissance du Sahara occidental par un certains nombre d’Etats africains.

22Dans ses relations avec l’Union européenne et ses pays membres, le Maroc possède deux avantages. Sa diaspora, présente en Espagne, en France, en Belgique ou aux Pays-Bas notamment, constitue l’une des plus actives communautés de « fourmis » dans les processus d’échanges informels avec l’Europe, surtout suite à l’affaiblissement du rôle économique des algériens dans le contexte de la guerre civile (Tarrius, 2002). L’émigration algérienne, marquée par la fuite de la violence politique des années 1990, reste largement majoritaire en France où les Accords de 1968 lui garantissent des facilités particulières. Même si la concurrence des chaines satellitaires moyen-orientales, favorisée par les politiques d’arabisation de l’enseignement, est aujourd’hui réelle, les liens humains du Maghreb avec l’Union européenne assurent une certaine intercommunication culturelle qui accompagne les processus de transition démographiques, si ce n’est le réformisme religieux et politique, favorisant une « réconciliation des civilisations » (Teulon et al., 2011).

23Les relations économiques du Maghreb avec ses périphéries sont d’autant plus importantes que les échanges internes à la région sont insignifiants, dénotant encore de sa faible intégration et de son morcèlement politique ; en effet, ceux-ci ne sont caractérisés que par des économies souterraines de contrebandes transfrontalières entre Maroc et Algérie, Tunisie et Algérie et Tunisie et Libye principalement : sont concernés le carburant, les médicaments et certains produits subventionnés en Algérie ou en Libye, ainsi que la production agricole marocaine de fruits et légumes mais aussi de cannabis. L’Union européenne reste le premier partenaire commercial des pays du Maghreb ; de plus, le Maroc et la Tunisie sont d’importants points de délocalisation de la production manufacturière européenne ou des services téléphoniques, tandis que l’Algérie ou la Libye sont des fournisseurs stratégiques d’hydrocarbures permettant à l’Union de diversifier ses sources d’approvisionnement pour limiter sa dépendance énergétique.

24Enfin, la persistance du commerce transsaharien, malgré une disjonction artificielle lors de la période coloniale (Bennafla, 2008), favorise un processus de « mondialisation par la marge » qui reste une source majeure de l’approvisionnement des espaces sahéliens enclavés autant que de la production d’un espace mental commun (Bensaâd, 2005). Les camions en partance de Tamanrasset vers le Niger et parfois jusqu’au Nigeria transportent aussi biens matelas en mousse et couvertures que des biens de consommation courante et de première nécessité. Inversement, les cigarettes de contrebande nigérianes, certains vêtements contrefaits et quelques produits alimentaires subsahariens alimentent la foire Assihar à Tamanrasset. En dernier lieu, la nouvelle donne migratoire, qui fait du Maghreb un lieu privilégié des migrations subsahariennes, dépasse le simple cadre des migrations irrégulières et de la recherche de l’asile, pour poser la question des identités locales et régionales, ainsi que du rôle géopolitique de « gendarme » des frontières européennes de ces terres anciennes d’émigration (Bensaâd, 2009).

Quel avenir pour le Maghreb après les révoltes arabes ?

25Déclenchée par l’immolation d’un vendeur ambulant de fruits et légumes le 17 décembre 2010, puis son décès le 4 janvier suivant, l’année 2011 a été marquée par les soulèvements populaires au Maghreb et au Machrek. Les changements de régime en Tunisie, en Libye et en Egypte ont durablement bouleversé le paysage politique du Maghreb, avec l’arrivée aux commandes de partis islamistes déclarant leur attachement au système démocratique. La position géopolitique de la région lui confère aussi un nouveau rôle sur la scène internationale de par l’importance des enjeux sécuritaires, politiques, économiques et humains qui la caractérise désormais.

Vers un Maghreb démocratique ?

26Selon les pays concernés, les modalités de ces révoltes ont été très différentes : émeutes insurrectionnelles en Tunisie, révolte armée avec un appui militaire multinational en Libye, réforme constitutionnelle au Maroc, timide ouverture politique en Algérie. Pourtant, les racines sociopolitiques de ces mouvements populaires sont communes aux différents Etats : institutionnalisation de la corruption aux différentes échelles de pouvoir, violences et arbitraire institutionnels, caractère autoritaire de l’Etat, inégalités socioéconomiques croissantes, mépris culturel des élites pour les masses populaires, développement socio-spatial inégal selon les régions. Or, si les protestations de Gafsa en Tunisie et de Sidi Ifni au sud marocain manifestaient « une attente maintenue vis-à-vis d’un Etat régulateur dans la gestion matérielle de la vie sociale » et un ancrage local fort (Bennafla, Allal, 2011, p. 18), celles-ci, d’une ampleur nationale, ont affirmé le refus du statu quo politique et l’affirmation de valeurs universelles : dignité humaine, choix démocratique de ses dirigeants, refus de la main mise d’un clan ou d’une famille sur les richesses nationales et l’Etat, revendication de l’égalité des chances face à la corruption et aux passe-droits…

  • 7 L’état d’urgence, en place depuis 1992, a bien été levé en droit en février 2011 mais l’interdictio (...)

27Les origines géographiques de ces mobilisations témoignent aussi de ces sources sociales et politiques de la contestation : les pays maghrébins méditerranéens sont marqués par des inégalités territoriales de développement, d’importantes carences dans l’action locale et un enclavement structurel de certaines régions (Beckouche, 2011). Le centre tunisien, délaissé par l’action publique et les politiques de développement, est marginalisé en comparaison aux côtes où dominent les activités liées au tourisme de masse et géographiquement opposé aux régions d’origine des clans Trabelsi et Ben Ali. En Libye, la Cyrénaïque était tout autant ignorée du pouvoir de Tripoli parce que fief de la confrérie de la Senoussiya dont le petit-fils, Idris Ier, fut renversé par Kadhafi, et dont la capitale, Benghazi, fut le lieu de la proclamation de l’indépendance (Ouannes, 2011). Ce sont les marges défavorisées des centres urbains ou périurbains algériens qui ont été au premier plan des émeutes de la première semaine de janvier, consécutives à une flambée des prix de l’huile et du sucre, auxquelles le gouvernement a répondu par le subventionnement et une importation massive de ces denrées (Chena, 2011)7. Enfin, au Maroc, les organisations de défense des droits de l’Homme ont soutenu les mouvements de jeunes mobilisés sur internet qui se sont aussi appuyés sur les diplômés chômeurs, actifs depuis plusieurs années déjà : ce sont, ici, les jeunes éduqués exclus de la vie socioéconomique et de l’espace politique qui se sont mobilisés (González Riera, 2011).

  • 8 « Tunisie : à “Trabelsi city”, les ruines d’une dictature », Rue89, 10 avril 2012.
  • 9 « Algérie : Sidi Yahia a la baraka », Jeune Afrique, 2 septembre 2011.

28Ces inégalités se manifestaient par la ségrégation au sein de l’espace social symbolisé par les « cités Trabelsi » des villes côtières du nord8 ou les bars branchés de Sidi Yahia9 dans l’enclave élitaire d’Hydra à Alger. Les conséquences immédiates du renversement des pouvoirs autoritaires en Tunisie et en Libye restent, néanmoins, incertaines. Pour la première, la recomposition politique et l’émergence de nouveaux partis se heurtent aux anciens caciques du parti de Ben Ali reconvertis dans le champ démocratique, à la persistance de réseaux clientélistes ou à la survivance de l’appareil sécuritaire de l’ancien régime (Allal, Geisser, 2011). En Libye, les groupes refusant de désarmer rivalisent avec la souveraineté du Conseil National de Transition (CNT) : l’insécurité caractérise encore les villes et des violations des droits humains contre d’anciens dignitaires du régime et les migrants d’Afrique subsaharienne entachent l’image des nouvelles autorités. Le passage vers une monarchie parlementaire au Maroc dénote de la particularité de l’organisation politique du Royaume : le rôle actif du roi dans la mise en œuvre des réformes et l’absence de remise en cause de sa légitimité sont des aspects de l’interdépendance des composantes du champ politique et de la stratégie de préservation de la monarchie qui cherche par étapes l’établissement d’un consensus sur des changements minimaux (Ferrié, Dupret, 2011).

Vers un Maghreb islamiste ?

29Le véritable marqueur des révoltes arabes est, cependant, la transition de régimes garantissant aux yeux des puissances occidentales la non-inclusion des partis islamistes indépendants vers des gouvernements dominés par ces mêmes partis. L’une des principales conséquences idéologique de ces insurrections est justement l’affaiblissement du dogme du choc des civilisations et de l’exception arabo-musulmane, rendant supposément incompatible culture islamique, démocratie et libertés individuelles.

  • 10 Les salafistes exigent l’autorisation du port du niqab dans l’enceinte de l’université et ont plusi (...)
  • 11 Citons le procès intenté à NessmaTV après la diffusion de Persépolis et le scandale de la photo du (...)
  • 12 En 1982, l’affrontement de gauchistes et berbéristes contre les islamistes a provoqué la mort d’un (...)

30En Tunisie, l’élection de l’Assemblée constituante, le 23 octobre 2011, a donné une majorité relative des sièges au parti jusque-là clandestin Ennahda de Rached Ghannouchi, exilé en Grande-Bretagne : en s’associant au Congrès pour la République de Moncef Marzouki, autre opposant historique élu président de la République, et à Ettakatol, un parti de gauche, il a renoncé à inscrire la charia dans la constitution. Cette configuration des forces politiques pousse au consensus une Tunisie marquée par son héritage moderniste et attachée aux acquis d’un code du statut garantissant les droits des femmes. Le pays est pourtant en proie à l’agitation des militants salafistes radicaux, surtout dans le monde universitaire10 et dans la défense des « bonnes mœurs » au sein de l’espace public11. Largement minoritaire et désavoué du bout des lèvres par Ennahda, qui apparait ainsi comme un mouvement plus modéré, ces remous rappellent néanmoins les premiers temps de la contestation islamiste en Algérie12, dont l’exemple reste un repoussoir pour l’ensemble du monde arabe.

  • 13 « Tunisie-Libye : le spectre de l’islamisme revient hanter les commentaires », Rue89, 26 octobre 20 (...)
  • 14 « La charia en Libye, est-ce grave, docteur ? », Rue89, 19 septembre 2011.

31En Libye, le CNT a annoncé que la charia sera la source de toute législation future, suscitant ainsi l’inquiétude du monde occidental13, mais les partis religieux ou tribaux seront interdits ; en outre, les libéraux ont dominé le parti islamiste suite aux élections de juillet 2012 du Congrès général national – qui a pris ses fonctions, en remplacement du CNT, le 8 août 2012. Cela n’est, malgré tout, pas nécessairement problématique étant donné que cette disposition est présente dans de nombreuses constitutions arabes, sans pour autant entrainer l’application des châtiments corporels – élément par lequel la charia est la plus identifiée sans pour autant s’y réduire14. De plus, cette décision a été justifiée par la volonté de relancer une dynamique d’unité nationale mise à mal par la faiblesse politico-sécuritaire du CNT ; la présence d’anciens militants jugés proches d’Al Qaïda par le passé, comme Abdelhakim Belhadj, gouverneur militaire de Tripoli, n’a pas posé de problème aux membres de l’OTAN lorsqu’il a été question de soutenir militairement les thuwar.

  • 15 Le gouvernement PJD a été, néanmoins, déstabilisé par différentes annonces et déclarations de ses m (...)

32La redéfinition des identités politiques des régimes maghrébins est paradoxale. D’une part, mettant en avant le « modèle turc » du parti AKP, les islamistes pourraient accompagner un processus hybride de sécularisation qui ne contredirait pas fondamentalement leurs orientations politiques ; le Parti pour la Justice et le Développement, au pouvoir au Maroc, s’accommoderait d’une place sociale forte de la religion sans qu’elle détermine outre-mesure le droit ou entre en contradiction avec certaines libertés individuelles, tout en étant un garant de l’identité marocaine où le roi reste constitutionnellement « commandeur des croyants » (Seniguer, 2011)15. D’autre part, puisque certaines oppositions peuvent se faire jour vis-à-vis de possibles dérives vers un islamisme autoritaire, cela pourrait consolider un débat public libéré : qu’il s’agisse de communautés berbères soucieuses de leur spécificité culturelle ou de mouvements laïcs défendant les libertés individuelles et féminines, la définition de l’identité maghrébine est un des enjeux de l’évolution sociale et politique de la région. Sur le plan de la politique régionale, en dépit des querelles divisant les Etats, les peuples du Maghreb attendent depuis longtemps une véritable unification institutionnelle, une coopération avancée et une liberté de circulation entre leurs pays respectifs.

Le Maghreb au cœur d’une nouvelle donne géopolitique.

33La conséquence majeure des révoltes arabes concerne les répercutions géopolitiques de ces changements politiques sur l’ensemble régional et son insertion dans les relations internationales et la politique globale.

34Ayant pris la suite des mouvements terroristes algériens de la décennie précédente, Al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) a régionalisé son combat dans l’aire sahélo-saharienne et a profité de l’instabilité pour développer son influence dans les nouveaux régimes à la souveraineté encore fragile. Réelle menace pour l’Europe, c’est pourtant dans la sous-région que ses activités se concentrent : enlèvements, taxe sur les trafics et harcèlements des forces militaires locales viennent s’ajouter aux attentats et enlèvements réguliers dans le nord algérien. Virant vers le banditisme, cette stratégie de financement, qui suscite des dissensions internes au mouvement, est aussi fructueuse que porteuse en termes d’impact médiatique international (Guidère, 2011). Elle entraine ainsi une véritable militarisation d’un espace qui était jusque-là surtout envisagé sous l’angle de la sécurité humaine et du développement, évinçant progressivement les activités humanitaires au profit de logiques d’affrontements armés et d’influences politiques.

35Ce tournant dans la perception de l’espace sahélo-saharien est encore accentué par les conséquences géopolitiques du conflit libyen au Mali. Les combattants touaregs enrôlés par Kadhafi, de retour avec armes et expériences, ont adhéré au Mouvement National de Libération de l’Azawad (MNLA) qui a déclaré l’indépendance des régions nord du Mali, avant de rejoindre le groupe touareg salafiste Ançar Din qui a depuis évincé le MNLA. L’apparition de nouveaux groupes islamistes, tel le Mouvement pour l’Unicité et le Jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO), intensifie la confusion autour d’une zone complexe et désormais quasiment inaccessible aux étrangers. Enfin, cela achève la régionalisation des problématiques terroristes qui impliquent aujourd’hui de nombreux ressortissants sahélo-sahariens et, parfois, nigérians avec le rapprochement entre AQMI et les fondamentalistes de Boko Haram.

  • 16 Après ses atermoiements sur le dossier libyen, suivis d’un lent rétablissement des liens diplomatiq (...)

36Dès lors se pose la question des réponses institutionnelles à ces défis sécuritaires. Soutenue par les Etats-Unis, l’hégémonie algérienne au Maghreb et au Sahel se base sur l’union des pays dits « du champ » au sein d’un Comité d’état-major opérationnel conjoint (CEMOC) installé à Tamanrasset, duquel a émané un centre conjoint de renseignement à Alger. Encore mal doté en hommes et prisonnier de divergences entre ses membres, le CEMOC ne s’est pas distingué par sa présence sur le terrain, amenant des Etats comme le Niger ou la Mauritanie à se reposer sur l’aide opérationnelle française. L’action de l’Algérie reste avant tout bilatérale et dominée par une politique des petits pas. Sa diplomatie est à la peine depuis les « révoltes arabes »16. Et, Alger refuse toujours d’intégrer le Maroc aux discussions sécuritaires régionales. Il est alors fondamental de faire émerger une culture de sécurité commune de façon à coordonner et rendre plus efficace les initiatives concrètes : en l’absence de perceptions harmonisées de la menace, l’option de l’intervention militaire étrangère se confirme donc au nord du Mali.

  • 17 Depuis, cette réouverture des frontières terrestres a été repoussée aux calendes grecques : pour l’ (...)

37Paradoxalement, les changements de régimes en Tunisie et en Libye ont semblé amorcer un lent rapprochement entre l’Algérie et le Maroc qui s’est caractérisé par plusieurs visites ministérielles, la relance de la coopération bilatérale et une campagne médiatique sur le thème de l’ouverture des frontières17. Le transfert de la perception de la menace par Alger, passant de l’ouest à l’est, en est surement la cause, associé aux pressions des puissances occidentales. Moncef Marzouki a annoncé vouloir relancer l’intégration au sein de l’UMA lors de sa tournée maghrébine de février 2012 et espère réunir, enfin, les chefs d’Etats qui ont acquiescé très diplomatiquement. Alger pourrait alors faire valoir sa maitrise des dossiers sécuritaires tout en rompant avec son image grandissante du partenaire réticent (Ammour, 2012). Mais l’activisme du nouveau président tunisien se heurte aux pesanteurs régionales : quand la Tunisie annonce accorder unilatéralement la liberté de circulation, d’installation, de travail, d’investissement et de vote aux élections municipales aux ressortissants maghrébins, l’Algérie rejette l’application réciproque de cette mesure arguant de l’absence de concertation préalable et le Maroc ne s’est pas prononcé à la fin de l’été 2012. Parallèlement, Alger et Rabat ont renoué avec la surenchère verbale sur le dossier sahraoui.

  • 18 « Crise au Mali : plus de 268 000 réfugiés et déplacés depuis mi-janvier », LeMonde.fr, 19 avril 20 (...)

38Sur le plan des mouvements migratoires, aux centaines de milliers de migrants et de réfugiés fuyant la Libye se sont additionnés les réfugiés et déplacés de la crise malienne18. La recomposition des routes migratoires se fondent donc sur une Libye instable et porteuse de risques pour les subsahariens qui auraient aujourd’hui probablement plus de difficulté à venir travailler en Algérie par la frontière malienne du fait de la menace des groupes armés et de sa fermeture côté algérien : les villes nigériennes se verraient renforcées dans leur fonction, déjà ancienne, de plateforme migratoire et commerciale. Une autre hypothèse, avec la stabilisation de la Côte d’Ivoire, serait la relance de l’espace migratoire ouest-africain qui avait vu se détourner vers le Maghreb une partie des exilés subsahariens. Quant aux migrations transméditerranéennes, il faut noter que les réfugiés fuyant la Tunisie et la Libye, où Kadhafi les faisait monter de force sur les bateaux pour déstabiliser ses adversaires européens, n’ont représenté qu’une goutte d’eau en comparaison des flux régionaux. Surtout, les nouvelles autorités libyennes poursuivent la politique de répression des migrants initiée par Kadhafi en coopération avec l’Union européenne.

39En dernier lieu, il convient de prendre acte de la nouvelle place du Maghreb dans la politique globale. Longtemps négligé au profit du Moyen-Orient auquel il était rattaché par commodité intellectuelle, il prend aujourd’hui une place spécifique dans les relations internationales. D’abord, le Maghreb est dorénavant indissociable de sa sous-région saharo-sahélienne, bordant l’Afrique de l’Ouest : ce qui entame un processus de reconstruction épistémologique des ensembles régionaux en Afrique. Ensuite, ces régions recèlent des richesses potentielles largement sous exploitées : hydrocarbures, uranium, or, charbon, fer, manganèse, eaux fossiles. Enfin, la présence croissante de la Chine en Afrique remet sur les rails la question des luttes d’influences globales sur le continent sur fond de terrorisme et de concurrence pour l’accès aux matières premières.

  • 19 « Une base de drones américano-française secrète en Libye », Afrique-Asie.fr, 11 décembre 2011.

40Allons-nous alors vers un retour aux divisions régionales sous l’influence des rivalités globales, voire à un remake africain du « Grand jeu » ? Le Maroc, traditionnellement proche des Etats-Unis (Khader, 2012), s’est encore rapproché des monarchies conservatrices du Golfe en recevant, comme la Jordanie, une aide de 2,5 milliards du Conseil de Coopération du Golfe après une tentative avortée d’adhésion encouragée par l’Arabie Saoudite ; de même, Rabat a rompu ses relations diplomatiques avec Téhéran, tout en menant une politique économique servant son rayonnement à Tanger par exemple (Vermaren, 2012). Au contraire, l’Algérie reste un client important de l’armement russe et de loin le premier importateur d’armes du continent, entrainant le Maroc dans une course à l’armement coûteuse. Proche de la Chine, dont les entreprises ont hérité d’imposants marchés publics, Alger appuie l’Iran dans son entreprise nucléaire, rejette avec Karthoum la compétence universelle de la CPI et entretient de bonnes relations avec Hugo Chavez. Explicable par son histoire, cette attitude se justifie aussi par son ambition d’intégrer un jour le club des pays émergents autant que par des considérations propres à sa classe dirigeante. Pour finir, la Libye poursuit son retour sur la scène internationale (Haddad, 2004) en s’intégrant plus encore à la Guerre contre la terreur19. Relativement similaires aux « Révolutions de couleur », les « Printemps arabes » entament l’influence des puissances émergentes au Maghreb et au Sahel à l’image des présences économique chinoise en Afrique dans l’extraction d’uranium et les hydrocarbures ou militaire des Russes en Algérie, en Libye et en Syrie.

  • 20 « Mali – Le Qatar accusé de soutenir financièrement les rebelles du nord », SlateAfrique, 7 juin 20 (...)
  • 21 Abdelkader Abderrahmane, « Que se cache-t-il sous la poudrière malienne ? », Le Quotidien d’Oran, 4 (...)
  • 22 A cet égard, notons les progrès de la régionalisation au Maroc et les plans de développement région (...)

41Pour conclure, les conséquences du « Printemps arabe » n’ont pas fini de porter leurs fruits géopolitiques dans une région en recomposition. Dans le Golfe, il a confirmé la puissance du petit Etat qatari qui se projette désormais en Méditerranée et au Sahel, parfois dans des conditions ambigües20. A l’échelle régionale, il reste à savoir quelle sera l’attitude de l’Algérie face aux tentatives de relance de l’intégration qui pourrait, cependant, contrecarrer les effets dévastateurs de la concurrence européenne sur les productions locales du fait des traités bilatéraux de libre-échange qui la lie à ces Etats. De plus, son isolement progressif de dans son espace proche, qui se définit de plus en plus par son alignement ou sa proximité avec les puissances occidentales, peut apparaître comme la conséquence d’une reconfiguration régionale influencée par les luttes d’influence globales21. Quant aux problématiques nationales et locales, d’une part, l’attention justement portée aux processus de transition ne doit pas éclipser les questions culturelles, surtout après l’officialisation du berbère au Maroc et l’étouffement des revendications des berbères libyens ; d’autre part, les effets de la reconstruction des espaces locaux sur les échanges nationaux et régionaux sont également à suivre à moyen-terme22, seulement si les pratiques corruptrices des régimes précédents sont définitivement éradiquées. Quoiqu’il en soit, le court-termisme n’est pas de mise dans l’analyse de changements, apparents comme latents, qui vont durablement affecter les données politiques, économiques, humaines et géopolitiques du Maghreb.

Haut de page

Bibliographie

AÏT-AOUDIA M., 2006, « La naissance du Front Islamique du Salut (1988-1989) : une politisation conflictuelle », Critique internationale, n°30, p. 129-144.

AÏT-MOUS F., 2011, « Les enjeux de l’amazighité au Maroc », Confluences Méditerranée, n°78, p. 121-131.

ALLAL A., BENNAFLA K., 2011, « Les mouvements protestataires de Gafsa (Tunisie) et Sidi Ifni (Maroc). Des manifestations en faveur du réengagement de l’Etat ou contre l’ordre politique ? », Revue Tiers Monde, hors série, p. 27-46.

ALLAL A., GEISSER V., 2011, « La Tunisie de l’après-Ben Ali. Les partis politiques à la recherche du “peuple introuvable” », Cultures & Conflits, n°83, p. 118-125.

AMMOUR L. A., 2012, « La coopération de sécurité au Maghreb et au Sahel : l’ambivalence de l’Algérie », Bulletin de la sécurité africaine, n°18, février.

AMRANI S., LAIRINI N., 1991, « Le Maghreb dans le système régional et international : crises et mutations », Etudes internationales, vol. 22, n°2, p. 339-356.

ANTIL A., 2003, Le Royaume du Maroc et sa politique envers l’Afrique subsaharienne, Etude-Délégation aux Affaires Stratégiques, novembre.

BECKOUCHE P., 2011, « Gouvernances et territoires dans les pays arabes méditerranéens », Maghreb-Machrek, n°208, p. 91-106.

BELKAÏD A., 2009, « La diplomatie algérienne à la recherche de son âge d’or », Politique étrangère, Eté, p. 337-344.

BENNAFLA K., 2008, « Mise en place et dépassement des frontières entre Maghreb et Afrique noire : approche géohistorique », Cultures Sud,  n°169, p. 15-21.

BENNAFLA K., 2012, « Sahara occidental : les enjeux politiques du développement », Moyen‑Orient, n°14, avril-juin, p. 40-45.

BENSAAD A., 2005, « Les migrations transsahariennes, une mondialisation par la marge », Maghreb-Machrek, n°185, p. 13-36

BENSAAD A. (dir.), 2009, Le Maghreb à l’épreuve des migrations subsahariennes. Emigration sur immigration, Paris, Karthala.

CHAKER S., 1998, Berbères aujourd’hui, Paris, L’Harmattan.

CHENA S., 2011, « L’Algérie dans le “Printemps arabe” entre espoirs, initiatives et blocages », Confluences Méditerranée, n°77, p. 105-118.

ETIENNE B., 1977, L’Algérie. Cultures et révolution, Paris, Seuil.

FERRIE J.-N., DUPRET B., 2011, « La nouvelle architecture constitutionnelle et les trois désamorçages de la vie politique marocaine », Confluences Méditerranée, n°78, p. 25-34.

GONZALEZ RIERA G., 2011, « Des années de plomb au 20 février. Le rôle des organisations des droits humains dans la transition politique au Maroc », Confluences Méditerranée, n°78, p. 35-47.

GUIDERE M., 2011, « Al Qaïda au Maghreb Islamique : le tournant des révolutions arabes », Maghreb-Machrek, n°208, p. 59-73.

GRIMAUD N., 1984, La politique extérieure de l’Algérie, Paris, Karthala.

HADDAD S., 2000, « La politique africaine de la Libye de la tentation impériale à la stratégie unitaire », Maghreb-Machrek, n°170, p. 29-39.

HADDAD S., 2004, « La Libye et l’occident depuis 1999 : entre tropisme américain et ancrage méditerranéen », Afrique contemporaine, n°209, p. 179-196.

HIBOU B., 2009, « Le réformisme, grand récit politique de la Tunisie contemporaine », Revue d’histoire moderne et contemporaine, n°56-4 bis, p 14-39.

KHADER B., 2012, « Maroc-Etats-Unis : l’axe stratégique au Maghreb », Moyen‑Orient, n°14, avril-juin, p. 56-59.

LACOSTE Y., 2006, Géopolitique de la Méditerranée, Paris, Armand Collin.

LEBECHE R., 2005, « Eléments sur la globalisation conflictuelle en Méditerrané : le cas de l’économie algérienne », in Bendo-Soupou D., Géopolitique méditerranéenne, Paris, L’Harmattan, p. 187-213.

MURPHY E., 2002, « The Foreign Policy of Tunisia », in Hinnebush R., Ehteshami A. (eds.), The Foreign Policies of Middle East States, Boulder-Londres, Lynne Riener Publishers, p. 235‑256.

NIBLOCK T., 2002, « The Foreign Policy of Libya », in Hinnebush R., Ehteshami A. (eds.), The Foreign Policies of Middle East States, Boulder-Londres, Lynne Riener Publishers, p. 213‑233.

OUANNES M., 2011, « La Libye dans le “Printemps arabe” : éléments d’une lecture de la révolte armé », Naqd, n°29, p. 167-187.

OTAYEK R., 1986, La politique africaine de la Libye, Paris, Karthala.

SENIGUER H., 2011, « Les paradoxes de la sécularisation/laïcisation au Maroc. Le cas du Parti pour la Justice et le Développement (PJD) », Confluences Méditerranée, n°78, p. 49-62.

SLUGLETT P., 2005, « The Cold War in the Middle East », in Fawcett L. (ed.), International Relations of the Middle East, Oxford, Oxford University Press, p. 41-58.

TARRIUS A., 2002, « Une forme migratoire autre : réseaux et sociétés de migrants en Méditerranée occidentale », Ville-Ecole-Intégration Enjeux, n°131, p. 38-47.

TEULON F., PRINCE L., TERRAY B., YOUSSEFIAN N., 2011, « Méditerranée : choc ou convergence des civilisations ? Quelles cohabitations entre les religions ? », Maghreb-Machrek, n°209, p. 97-108.

VERMAREN P., 2012, « Le Maroc dans le contexte régional maghrébin », Moyen‑Orient, n°14, avril-juin, p. 50-55.

Haut de page

Notes

1 La Libye monarchique abritait ainsi la base aérienne américaine de Wheelus et britannique de Al-Adam (Niblock, 2002, p. 223). En 1970, la seconde deviendra la base aérienne Gamal Abdel Nasser, la première devint l’aéroport international civil et militaire de Milaga.

2 L’historien Michel Abitbol déclarait à propos du Makhzen : « Le Makhzen, autrement dit l’administration qui par extension est devenue synonyme de l’Etat, recrute toujours en son sein. (…) Résultat : ce sont les mêmes familles qui détiennent, depuis des siècles, le pouvoir au Maroc » ; Les Influences, 19 juin 2009.

3 Il s’agit du « Printemps berbère » de 1980 au cours duquel plusieurs grandes manifestations et grèves, durement réprimées, eurent lieu, et qui donna naissance au MCB. Parmi les animateurs du mouvement, il y avait le journaliste Arezki Aït-Larbi, le syndicaliste Djamel Zenati, l’homme politique Saïd Saadi, ou le berbériste Ferhat Mehenni. Ces deux dernières personnalités seront, parmi beaucoup d’autres, les initiateurs de la Ligue Algérienne de Défense des Droits de l’Homme (LADDH). Le Congrès Mondial Amazigh, une ONG rassemblant des associations berbères, défend l’option du boycott lors des élections législatives algériennes du 10 mai 2012.

4 En 1961, Ferhat Abbas reconnaît par écrit lors d’un voyage à Rabat que l’Algérie rediscutera à la libération la question des frontières. Le soutien du Maroc pendant la guerre fait croire que le contentieux se réglera sur la base des services rendus. L’éviction d’Abbas par la fraction la plus nationaliste du FLN rend cet accord caduc. En mars 1963, Ben Bella demande au roi, à Alger, d’attendre l’adoption d’une constitution prévue en septembre pour régler le différend. La situation se tend alors que chacun est soumis à des pressions internes (complot contre Hassan II, maquis d’Aït-Ahmed en Kabylie). La « Guerre des sables » commence en octobre pour s’achever un mois plus tard. En 1965, Ben Bella promet des négociations à Hassan II lors d’une courte entrevue à Saïdia ; il sera renversé le mois suivant. En 1992, Mohamed Boudiaf cherche à clore le coûteux différend sahraoui avec le Maroc, mais il sera assassiné en juin. Abdelaziz Bouteflika tentera un rapprochement avec le roi Mohamed VI avant de faire marche arrière sous la pression des autorités militaires.

5 Un câble diplomatique américain du 4 août 2008, révélé par Wikileaks, évoquait aussi les soupçons de corruption dans le haut commandement militaire marocain stationné au Sahara occidental en ce qui a trait aux activités de la pêche et à la passation de contrats militaires.

6 La rébellion touarègue de 2006, menée par Ag Bahanga (décédé en 2011) coïncidait avec l’installation d’un consulat libyen à Kidal, concurrençant l’influence algérienne au nord Mali : une des revendications des rebelles était une médiation algérienne pour régler la crise ; « Manœuvres algériennes contre la Libye au nord Mali : Révélations sur la crise de Kidal », L’Aube, 25 octobre 2007.

7 L’état d’urgence, en place depuis 1992, a bien été levé en droit en février 2011 mais l’interdiction des manifestations ou les restrictions des libertés associatives restent en vigueur de fait.

8 « Tunisie : à “Trabelsi city”, les ruines d’une dictature », Rue89, 10 avril 2012.

9 « Algérie : Sidi Yahia a la baraka », Jeune Afrique, 2 septembre 2011.

10 Les salafistes exigent l’autorisation du port du niqab dans l’enceinte de l’université et ont plusieurs fois provoqué des désordres et des violences à celle de la Manouba.

11 Citons le procès intenté à NessmaTV après la diffusion de Persépolis et le scandale de la photo du footballeur Sami Khedira et de sa compagne.

12 En 1982, l’affrontement de gauchistes et berbéristes contre les islamistes a provoqué la mort d’un étudiant, Kamel Amzal, sur le campus de Ben Aknoun. Les réseaux universitaires, les prédicateurs indépendants et les anciens de la première guérilla islamiste formeront ensuite l’ossature du futur FIS (Aït-Aoudia, 2006).

13 « Tunisie-Libye : le spectre de l’islamisme revient hanter les commentaires », Rue89, 26 octobre 2011.

14 « La charia en Libye, est-ce grave, docteur ? », Rue89, 19 septembre 2011.

15 Le gouvernement PJD a été, néanmoins, déstabilisé par différentes annonces et déclarations de ses membres, laissant planer le doute sur un grignotage progressif de l’espace public par les thèses conservatrices ; « Populiste, le gouvernement Benkirane ? », La Vie éco, 24 avril 2012.

16 Après ses atermoiements sur le dossier libyen, suivis d’un lent rétablissement des liens diplomatiques, son attitude réservée envers la crise syrienne, et son esseulement au sein de la Ligue arabe, l’Algérie s’est peu impliquée au début de la crise malienne, se voyant évincée au profit de la CEDEAO.

17 Depuis, cette réouverture des frontières terrestres a été repoussée aux calendes grecques : pour l’Algérie, il s’agit d’une question purement bilatérale, alors que, selon le Maroc, c’est un préalable à l’intégration régionale.

18 « Crise au Mali : plus de 268 000 réfugiés et déplacés depuis mi-janvier », LeMonde.fr, 19 avril 2012.

19 « Une base de drones américano-française secrète en Libye », Afrique-Asie.fr, 11 décembre 2011.

20 « Mali – Le Qatar accusé de soutenir financièrement les rebelles du nord », SlateAfrique, 7 juin 2012.

21 Abdelkader Abderrahmane, « Que se cache-t-il sous la poudrière malienne ? », Le Quotidien d’Oran, 4 juillet 2012.

22 A cet égard, notons les progrès de la régionalisation au Maroc et les plans de développement régionaux en Tunisie ; l’Algérie pourrait aller vers une régionalisation et une gestion décentralisée du développement comme le préconisent le Conseil national économique et social (CNES) et le parti Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Salim Chena, « Le Maghreb après les indépendances : (re)définition, (re)composition, (re)construction. », L’Espace Politique [En ligne], 18 | 2012-3, mis en ligne le 08 janvier 2013, consulté le 30 avril 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/2519 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.2519

Haut de page

Auteur

Salim Chena

ATER, Rédacteur adjoint de Dynamiques internationales
Institut d’Etudes Politiques de Bordeaux
salim.chena@redac-dynamiques.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org