Navigation – Plan du site

L'Europe vue d'ici et d'ailleurs

Europe View from Here and Elsewhere
Laurent Beauguitte et Clarisse Didelon-Loiseau

Résumés

Etudier les représentations de l'entité « Europe » ou de l'objet « Union européenne » est un enjeu essentiel en géographie politique. Si la diversité des approches méthodologiques et des publics étudiés peut constituer un obstacle à toute tentative de généralisation, les articles de ce numéro thématique de l'Espace politique consacré à « l'Europe vue d'ici et d'ailleurs » montrent la richesse de telles études tant pour comprendre les logiques des acteurs (individuels ou institutionnels) que pour saisir les enjeux sociaux et politiques induits par ces représentations.

Haut de page

Texte intégral

1Dans les discours, qu'ils soient politiques, médiatiques ou scientifiques, il existe une confusion forte entre « Europe » en tant que partie du Monde et « Europe » en tant qu’Union européenne (UE), c’est-à-dire construction institutionnelle et acteur politique. L'étude de cette confusion et notamment de ses conséquences en termes de représentations était au cœur du projet de recherche international EuroBroadMap (7ème PCRD). Il a associé 12 équipes de 11 pays sur une durée de plus de trois ans (janvier 2009 à mars 2012). L’un de ses principaux objectifs était d’analyser les représentations et la place de l’Europe dans le Monde de manière non euro-centrique. Plusieurs dimensions ont été explorées : réalités fonctionnelles (liens commerciaux, phénomènes migratoires, pratiques diplomatiques, etc.) mais aussi représentations subjectives et discours institutionnels. L’ensemble des textes rassemblés dans ce numéro de L’Espace politique consacré à « l'Europe vue d'ici et d'ailleurs » sont issus de communications faites lors de la conférence finale du projet qui s'est tenue à Rouen en décembre 2011 (http://eurobroadmap.sciencesconf.org/​) et dont l’objectif était de confronter les résultats du projet aux travaux d’autres chercheurs.

2En ce qui concerne l’Union européenne, l’un des principaux enjeux de l’analyse de ses représentations est d'étudier s’il en existe une vision cohérente et unifiée au-delà des pays qui la compose et si elle émerge en tant que véritable acteur mondial. Mais analyser les représentations de l'Union européenne, c’est également confronter l’image qu’elle a d’elle-même avec l’image que les autres en ont. La congruence entre ces deux visions mérite d'être examiné, ne serait-ce que pour éviter quelques « bourdes » diplomatiques et d’adapter sa stratégie de communication à l’extérieur. Or l’image que l’Union européenne a d’elle-même et de son rôle dans le monde est largement idéalisée et fait montre d'une propagande pas toujours très fine. Dans une brochure diffusée sur internet et intitulée « L’Union européenne, une vraie réussite », on trouve des phrases telles que : « L'Union européenne constitue une grande puissance économique et commerciale et est la championne du monde de l'aide au développement des pays moins riches » ou encore « riches de leur diversité, les pays qui forment l'Union sont aussi unis dans leur engagement commun en faveur de la paix, de la démocratie, de la primauté du droit et du respect des droits de l'homme. Ils œuvrent au rayonnement de ces valeurs en Europe et au-delà, à la création et au partage de la prospérité et à l'exercice d'une influence collective par une action conjointe sur la scène internationale » (http://ec.europa.eu/​archives/​publications/​booklets/​eu_glance/​66/​fr.pdf, consulté le 20 mars 2013).

3L'Union européenne se considère volontiers comme une grande puissance généreuse et championne de la défense des droits de l’homme (Beauguitte, 2012) et de l'aide au développement (voir l'article de V. Bachmann dans ce numéro). Il est donc crucial d'examiner comment l'Union européenne en tant qu'acteur mondial est perçue par les sociétés non européennes (Fioramonti et Lucarelli, 2010). Enfin, l’Union européenne est également un objet géographique en construction pour les peuples qui la compose. L’enjeu de la construction d’une identité européenne, ou au moins d’un sentiment d’appartenance à l’Europe, repose sur l’idée qu’une communauté politique a « besoin d'un ensemble de valeurs et de références communes afin de garantir sa cohérence, de guider ses actions et de doter ces dernières d'une légitimité et d'un sens »1. Le processus d’intégration institutionnel et territorial de l’Union européenne doit, pour pouvoir aboutir et fonctionner, avoir une certaine légitimité et pour ce faire susciter un certain niveau d’attachement de la part des citoyens de l’Union. La devise même de l’Union, « Unie dans la diversité », montre bien toute la difficulté de cette entreprise.

4Si l'UE est un objet politique clairement défini, l'Europe est au contraire un objet flou aux limites incertaines. Elle peut être considérée comme un continent, un espace naturel, un espace de civilisation (le Vieux monde opposé au Nouveau monde) voire chez certains auteurs comme le « berceau de la civilisation occidentale ». Ces visions multiples sont notamment propagées par les manuels scolaires, tant en Europe qu'à l'extérieur (voir l'article de A. Brennetot et M. Rosemberg dans ce numéro). Pour définir l’Europe, une fois les aspects de géographie physique mis de côté (Pécout, 2004 ; Vandermotten et Dézert, 2008), restent l’histoire et les héritages culturels, notamment grec, romain et chrétien. Ces héritages posent eux aussi problème. Ils ne recouvrent pas les mêmes espaces et n’ont pas la même intensité en tout lieu. J. Lévy (1997) définit dès lors l’Europe comme « un ensemble aux contours flous, avec des gradients décroissants d’« européanité ». Ces gradients concernent surtout l’est de l’Europe, ses autres limites géographiques étant rarement remises en cause, notamment celle de la Méditerranée.

5Cette définition en gradients ne facilite pas les choses quand il s’agit d’appréhender les élargissements futurs de l’Union européenne. Par ailleurs, elle est d’autant plus problématique qu’il faut définir au préalable « les héritages » à prendre en compte. Si certains ne font guère débat (les héritages antiques), d’autres posent plus de problèmes notamment en ce qui concerne la religion. Faut-il, par exemple, différencier d’une part les héritages catholique et protestant et d’autre part l’héritage orthodoxe, comme le fait S. Huntington, dans Le Choc des civilisations (1997) ou les considérer comme les parties d’un tout qui serait la chrétienté ? Et comment prendre en compte les populations musulmanes d’Europe, notamment celles des Balkans ? Dans ces conditions, une définition de l’identité de l’Europe et de ses limites semble toujours influencée par les représentations de l’Europe de l’auteur. Or, les perspectives sont assurément très différentes vues de Nicosie, Helsinki, Vienne ou de Madrid, et la définition de l’Europe est donc à géométrie variable. Ainsi, cette question s’inscrit dans le débat difficile sur les composantes des identités individuelles et collectives et le lien complexe qu’elles entretiennent avec le territoire.

6Si la définition de l’Europe n’a longtemps été qu’« une question de géographie académique », la définition de l'UE est maintenant « un problème géopolitique d’importance » (Lacoste, 2005). La question des limites se pose pour les citoyens européens tant au niveau politique - dans quels domaines l'action de l'UE doit-elle se substituer à celle des Etats membres ? - qu'au niveau des élargissements - quels sont les États susceptibles de devenir membres à l'avenir ? La question des limites de l'UE se pose également pour les citoyens extérieurs à l'UE et notamment pour les personnes souhaitant y migrer. Si l'Europe est une notion floue, l'UE est au contraire souvent perçue, notamment par les personnes migrantes, comme une construction institutionnelle aux frontières rigides (la trop célèbre forteresse Europe - voir dans ce numéro les articles de J.-Y. Blum le Coat et C. Quiminal et de N. Abrahams).

7L'étude pluri-disciplinaire des représentations est au cœur de ce numéro thématique. S'il y a longtemps que les géographes s'intéressent aux espaces vécus, la question des représentations comme enjeu de géographie politique a peu percolé en dehors du courant de la critical geopolitics anglophone (Ó’Thuatail et Agnew, 1992 ; Ó’Thuatail, 1996). Analyser les représentations en général et, dans ce numéro, celles de l’Europe, est pertinent parce que l’espace est organisé par les pratiques qui découlent des représentations, des visions du monde liées à une dimension culturelle. Les représentations sont généralement définies comme un ensemble de savoirs et de croyances portant sur des objets ou des concepts. Ces représentations sont mobilisées pour lire, décoder, comprendre le monde et peuvent donc être considérées dans une certaine mesure comme des schèmes cognitifs (Dortier, 2002). Ainsi les représentations des acteurs ont une influence certaine sur leurs comportements, leurs prises de décisions et leurs trajectoires. Ces représentations sont issues de multiples facteurs tant individuels (éducation, histoire familiale) que collectifs (médias) et ce qui importe est moins de les comparer à une réalité supposée « objective » que de les étudier pour les comprendre. L’enjeu pour l’Europe est par exemple de comprendre quelle est son image et comment cette dernière peut influencer certains phénomènes, en particulier les migrations vers l’Europe qui constituent depuis quelques années un sujet politique de premier plan dans les pays de l’Union. Autrement dit l’Europe est-elle attractive et si elle l’est, pour qui ? L'étude pluridisciplinaire des représentations est donc au cœur de ce numéro thématique de l’Espace politique. Les auteurs rassemblés ici sont géographes, politistes, anthropologues et sociologues et tous, avec leurs concepts et outils spécifiques, questionnent ce même objet.

8Les « porteurs » de représentations étudiés ici prennent des formes multiples. Ce sont des individus (citoyens européens et non européens) analysés collectivement, mais également des collectifs (ONG). Les représentations analysées ici sont des images de l’Europe mobilisant à la fois des connaissances et des affects (appréciations). Ni les unes ni les autres ne peuvent être considérés comme binaires (connu / non connu, apprécié / non apprécié), mais comme des gradients à l’intersection desquels toutes les configurations sont possibles à un moment donné. En effet, si ces représentations varient dans l’espace, elles sont également plus ou moins stables dans le temps. Par exemple, si les représentations scolaires sont marquées par une grande inertie, celles des individus sont plus changeantes, qu'il s'agisse des parcours migratoires ou des expériences estudiantines. Le maintien et l’évolution des représentations sont dues aux expériences individuelles mais aussi aux influences de la société et des groupes d’appartenance (Bonardi et Roussiau, 1999). Enfin, si certains des acteurs analysés ici sont seulement porteurs de représentations, d’autres contribuent à leur diffusion (groupes médiatiques, éditeur de manuels scolaires). De ce fait, l’« Europe » au cœur des représentations est également un objet pluriel. Il s’agit parfois d’un espace subjectif d’appartenance, d’un thème de l’enseignement secondaire, de l’espace rêvé d’une migration possible, envisagée ou du territoire vécu d’une migration accomplie. L’Europe prend également la forme d’un acteur politique dont les prises de position ou leur absence sont évaluées sur la scène mondiale, et dont les mesures en matière de politique migratoire font également l’objet de représentation.

9Si l'Europe peut être perçue de façons multiples en fonction des personnes, de leurs vécus et de leurs trajectoires, les méthodes d'analyse des perceptions, mises en œuvre dans les articles proposés ici, sont également multiples. Elles vont de l’analyse de contenu textuel et iconographique d’articles de presse (voir l'article de N. Chaban et M. Holland) et ou de manuels scolaires, à l’analyse cartographique de représentations mentales en passant par des entretiens de type anthropologique ou encore des questionnaires à finalité quantitative.

10On ne s'étonnera donc pas de trouver une forte pluralité des représentations de l'objet « Europe ». Tour à tour espace désiré comme lieu de la démocratie et du bien-être, acteur politique suspecté de néo-colonialisme, voire territoire renfermé sur lui-même et vieillissant, il existe de multiples Europes. Et pour une même population (étudiants français et camerounais questionnés par F. Bahoken), en fonction des histoires personnelles, les représentations varient fortement. Cela condamne-t-il l'étude des représentations à une succession de monographies interdisant toute montée en généralité ? Nous ne le pensons pas : si les variations interindividuelles existent, des régularités apparaissent à une fréquence suffisamment forte pour pouvoir en tirer quelques règles simples. L'étude des discours des étudiants sur l'Europe montre ainsi une tri-partion nette : une Europe espace politique et économique pour les étudiants européens, une Europe de l'aisance et de la culture pour les étudiants asiatiques, une Europe néo-colonialiste et forteresse pour les étudiants africains (Brennetot et al., 2013).

11S'il n'existe pas l'Europe des migrants, l'Europe des étudiants, l'Europe des Européens et celle des non-Européens, tous les textes rassemblés ici montrent des convergences d'attitude suffisamment fortes pour être signalées : le double discours championne des droits de l'homme versus forteresse Europe est souvent perçu, l'Europe comme espace priviligié au niveau économique - les effets de la crise de 2008 commençaient tout juste à se faire sentir au moment de l'enquête EuroBroadMap - et démocratique est également une représentation récurrente. La durabilité des représentations, tant au niveau institutionnel qu'individuel, nécessitera des enquêtes complémentaires et constitue à ce jour un vaste terrain d'investigation pour la géographie dans son ensemble et tout particulièrement pour la géographie politique.

Haut de page

Bibliographie

BEAUGUITTE L., 2012, « L'ONU contre la peine de mort : la puissance normative de l'UE en question », L'Espace politique, 18, http://espacepolitique.revues.org/index2432.html.

BONARDI C. et ROUSSIAU N., 1999, Les représentations sociales, Paris, Dunod.

BRENNETOT A., EMSELLEM K., GUERIN-PACE F. et GARNIER B., 2013, « Dire l'Europe à travers le monde. Les mots des étudiants dans l'enquête EuroBroadMap », Cybergeo. article 660, http://cybergeo.revues.org/25684.

DOISE W., 1986, « Les représentations sociales: définition d’un concept », in DOISE W. et PALMONARI A. (eds), L’étude des relations sociales, textes de base en sciences sociales, Neuchâtel, Delachaux et Niestlé.

DORTIER J.F., 2002, « L’univers des représentations ou l’imaginaire de la grenouille ». Sciences humaines, n°128, Juin 2002, p. 24-31.

FIORAMONTI L. et LUCARELLI S., 2010, External Perceptions of the European Union as a Global Actor, Londres et New York, Routledge.

GRATALOUP C., 2009, L'invention des continents, Paris, Larousse.

HUNTINGTON S., 1997, Le choc des civilisations, Paris, Odile Jacob.

LEVY J., 1997, Europe. Une géographie, Paris, Hachette.

Ó’THUATAIL G. et AGNEW J.,1992, “Geopolitics and discourse. Practical geopolitical reasoning in American foreign policy”, Political Geography, vol. 11, n°2, p. 190-204.

O’THUATAIL G., 1996, Critical Geopolitics. The Politics of Writing Global Space, Minneapolis, University of Minnesota.

PECOUT G., 2004, Penser les frontières de l'Europe du XIXe au XXIe siècle, Paris, Presses Universitaires de France.

VANDERMOTTEN C. et DEZERT B., 2008, L'identité de l'Europe, histoire et géographie d'une quête d'unité, Paris, Armand Colin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Beauguitte et Clarisse Didelon-Loiseau, « L'Europe vue d'ici et d'ailleurs », L’Espace Politique [En ligne], 19 | 2013-1, mis en ligne le 08 avril 2013, consulté le 01 mai 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/2555 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.2555

Haut de page

Auteurs

Laurent Beauguitte

Post-doctorant
UMR IDEES
beauguittelaurent@hotmail.com

Articles du même auteur

Clarisse Didelon-Loiseau

MCF
UMR IDEES
cdidelon@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org