Navigation – Plan du site

Politiques migratoires et représentations de l’Europe chez les migrants : violences et ambivalences

Migration Policies and Representations of Europe Among Migrants: Violence and Ambivalence
Catherine Quiminal et Jean-Yves Blum Le Coat

Résumés

L’Union européenne entend se protéger contre la venue de migrants en provenance des pays dits du Sud. À cet effet elle s'est dotée d'une politique migratoire visant à renforcer le contrôle de ses frontières, y compris au-delà de son territoire (Frontex), se constituant en une « forteresse Europe ». Les migrants ou candidats au départ sont au fait de cette politique et des mesures coercitives, parfois violentes, qui l'accompagnent ce qui n'affaiblit pas leur désir, leur volonté de migrer vers l'Europe. Par contre cette connaissance pratique et stratégique qu'ils acquièrent à travers les démarches qu'ils doivent entreprendre pour obtenir des papiers nécessaires pour pénétrer en Europe, à travers les récits de ceux qui ont tenté le passage, réussi ou pas, ou encore par les associations de défense des migrants, informe profondément la perception qu'ils ont de l'Europe. Un des effets de cette politique est la radicalisation des pôles de référence (négatif et positif) de leurs représentations, l’accentuation de l'ambiguïté qui les caractérise. Ce texte s'appuie sur les données recueillies auprès de migrants ou de candidats au départ argentins et maliens lors d'enquêtes menées par plusieurs chercheuses et chercheurs en Argentine et en Espagne, au Mali et en France (2009-2010) portant sur leurs représentations de l'Europe.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Nous reprenons ici la définition de ce terme de « subjectivation » donnée par Gilles Deleuze : « la (...)

1Les politiques européennes de fermeture des frontières induisent de nouvelles formes de mobilité et d’ancrage, de nouveaux modes de subjectivation1 de la part des migrants. Les anciens savoir-faire migratoires ne sont plus opératoires. Les réseaux tissés lorsque la migration de travail était constitutive de l'économie des pays européens ne sont plus efficaces. Néanmoins atteindre l’Europe demeure un objectif pour un nombre croissant d'individus, notamment les jeunes vivant dans des pays qui ne leur assurent aucun avenir. La notion d'Europe, au demeurant relativement abstraite, souvent floue quant à ses caractéristiques géographiques se construit au regard de la législation concernant les migrations, au regard des possibilités de pénétrer la forteresse.

2Notre propos dans cet article est d’analyser au plus près  les effets du durcissement des politiques migratoires en Europe sur les imaginaires qui constituent les répertoires à partir desquels chaque migrant construit sa stratégie de passage et d’installation en Europe.

3Cette analyse s’appuie sur les recherches menées entre 2009 et 2011 dans le cadre d’un programme européen « Eurobrodmap » par une équipe pluridisciplinaire de chercheuses et chercheurs (anthropologues, historiens, géographes, sociologues). L’objectif de ces recherches était d’appréhender l’évolution des représentations qu’ont les migrants de l’Europe au cours de leurs trajectoires migratoires vers l’Europe : avant leur départ, durant leur trajet et une fois installés dans un pays européen.

  • 2 D’autres parcours ont été étudiés dans le cadre de la recherche citée plus haut : ceux d’indiens ve (...)

4Nous nous avons choisi dans ce texte de limiter nos références à deux ensembles de parcours migratoires, celui des Argentins et celui des Maliens pour des raisons de clarté d'exposition dans les limites d’un article.2

5L’Argentine a longtemps été un pays récepteur de migrants (européens tout d’abord, puis de pays limitrophes) ; si l’émigration n’est pas véritablement un phénomène nouveau, elle l’est cependant par son caractère massif depuis les années 90 (crises sociales, économiques, politiques). Elle est allée s’accentuant avec la crise de décembre 2001. C’est principalement une partie d’une classe moyenne paupérisée, frustrée dans ses possibilités de mobilité ou de maintien social, généralement qualifiée, plutôt jeune, qui part massivement notamment vers l'Espagne.

6Une recherche qualitative a été menée en Argentine, entre avril 2009 et juillet 2010, auprès de 59 personnes : 9 entretiens préliminaires ont été menés avec des personnes ressources et « institutionnelles », complétés par 28 entretiens formels d’une à trois heures d’enregistrement (dont 17 entretiens formels à Buenos Aires et à Mar del Plata avec de futurs migrants, et 5 avec de jeunes retornados, revenus récemment d'Espagne), et 22 entretiens informels. Un petit questionnaire, exploité partiellement, a été administré dans les consulats italiens et espagnols auprès de 78 candidats au départ. En Espagne la région de Malaga a été privilégiée en raison du fait qu'il existe une route migratoire entre certaines villes argentines (Mar del Plata, Buenos Aires) et celles de la « Costa del sol » en Espagne. En particulier, la moitié de la population argentine installée en Andalousie réside à Malaga, qui concentre environ 25 000 Argentins. 10 entretiens ont été menés avec des travailleurs saisonniers argentins (hommes et femmes ayant entre 20 et 40 ans), et 20 avec des Argentins résidant à Malaga.

7L’émigration malienne quant à elle n'a cessé de croître depuis les années 60. Depuis la suspension de l’immigration économique – dans les années 70 en ce qui concerne l'Allemagne et la France, plus tardivement pour l'Espagne et l'Italie –, les modalités de la migration en Europe ont changé sans l’interrompre. Ce sont principalement des jeunes entre 17 et 40 ans, de toutes origines sociales, hommes et femmes, qui tentent le voyage aujourd’hui.

8Ce texte s’appuie sur des données collectées à Bamako auprès de 38 jeunes hommes et femmes (18 hommes et 20 femmes) d’origines et de statut sociaux divers. La collecte a été menée dans différents lieux : domicile, cour de maisonnée, foyers d’accueil pour les jeunes en partance, universités, écoles de formation, associations de défense des émigrés ; elle s’est également déroulée auprès de jeunes en attente de départ dans des villages de la région de Kayes dont l’histoire migratoire vers l’Europe et plus particulièrement vers la France est déjà ancienne (milieu des années 1960) (20 personnes – 8 femmes et 12 hommes – dans ces vilages, et 22 pesonnes à Kayes même – 9 femmes et 13 hommes). Le repérage de ces personnes demande du temps et une connaissance déjà approfondie de l’univers des migrants. Des critères « d’engagement au départ » ont été élaborés afin de sélectionner nos enquêtés tout en respectant, lorsque c’était pertinent un équilibre entre les sexes, les catégories sociales, la situation familiale. Un guide d'entretien a été élaboré en commun par les chercheurs investis dans ces recherches sur les parcours des Maliens et des Argentins.

9Les enquêtes portant sur les représentations sont particulièrement délicates. Elles exigent une relation de confiance dans laquelle l’interlocuteur du chercheur doit pouvoir interroger ses propres représentations, puiser dans différents répertoires, changer de registre si bon lui semble. L’entretien prend souvent la forme d’une conversation (Olivier de Sardan 1997), et il peut durer plusieurs heures. Il requiert du temps et la disponibilité du chercheur. Il doit également pouvoir être repris.

10De ces enquêtes qualitatives, faites à partir d’entretiens ouverts, prolongés, avec les migrants, plusieurs points saillants communs à tous les enquêtés ont été mis en évidence, notamment le caractère ambigu des imaginaires associés à l’Europe. Cette ambiguïté est d’autant plus forte que les politiques coercitives sont perçues comme contradictoires avec les droits humains auxquels adhèrent les pays européens. Elle est vécue sur un mode d’autant plus violent que les possibilités de choix pour atteindre l’Europe sont moindres (Quiminal et Blum Le Coat, 2011)

11Dans cet article nous montrons comment l'aspect de plus en plus restrictif et coercitif des politiques migratoires a un double impact sur les perceptions qu’ont les migrants de l’Europe. Il induit une certaine politisation des  savoirs et connaissances des migrants ou candidats au départ concernant l’Europe, en particulier pour ce qui concerne les lois sur l’entrée et le séjour. Conjointement il durcit les pôles de référence de leurs représentations, toujours ambiguës, ainsi que leur positionnement vis-à-vis de l’Europe.

Des représentations de l’Europe largement structurées par les politiques migratoires

12L’Europe fait l’objet de représentations spécifiques chez les migrants. Leur condition de migrant (venir d’ailleurs pour s’installer sur le territoire de l’UE) les soumet à des règles, des situations et interactions spécifiques. Ces règles et pratiques auxquelles doivent se soumettre les migrants, ainsi que les stratégies qu’ils mettent en œuvre pour y faire face, sont des éléments centraux dans la structuration de leur vision de l'Europe.

Une connaissance pragmatique du droit et de la législation européenne et de leurs failles

13L’Europe fait l’objet, pour les migrants, d’une connaissance spécifique. Les conditions légales et réglementaires d’entrée et de séjour dans cet espace fondent la qu’ils ont d’un aspect déterminant pour eux de l’Europe : les politiques migratoires mises en œuvre par les Etats membres de l’Union Européenne. Cette connaissance s’alimente à des sources multiples constitutives d’un nouveau savoir-faire migratoire, des sources officielles, consulats dans les pays de départ, mairies et préfecture dans les pays d’arrivée. Parfois ce sont des “intermédaires”, agences ou “coaxer”, ONG, associations de défense des migrants qui les informent. Enfin les narrations que font les migrants ayant réussi à passer ou ayant été refoulés jouent également ce rôle de source de connaissance.

14Le premier élément qu’ont à connaître les migrants, ce sont les formalités et documents nécessaires pour entrer en Europe. Ceux-ci varient en fonction de leur nationalité. Les Maliens doivent avoir un visa d’entrée, quasi impossible à obtenir sauf pour les situations de regroupement familial, des visites à des parents, les demandes des étudiants (en faible nombre), ou les raisons de santé. Il en va de même pour les conjoints d’Européens, dont le mariage est souvent objet de suspicion.

15Les Argentins peuvent entrer en Italie ou Espagne sans visa pour trois mois maximum, ou en usant de la loi de « mémoire historique » 52/2007 (aussi appelée « loi des grands-parents » : ils doivent prouver qu’ils ont des parents ou grands-parents espagnols ou italiens) qui peut leur permettre d’acquérir la nationalité espagnole et par la suite de s’installer éventuellement dans un autre pays de l’Union Européenne. Cette loi fournit au gouvernement espagnoleun outil pour modifier la nature des flux d’immigrés tout en respectant les engagements pris avec l’Union Européenne..

16Cette opportunité concomitante à la crise qu’a connue l’Argentine a donné lieu à un véritable assaut des consulats de la part des potentiels ayant droit, la durée d’attente devant les consulats pour obtenir les papiers nécessaires à la demande a atteint plusieurs semaines.

17  Pedro, venu se renseigner au consulat espagnol explique :

18« Je vais voir ce qui se passe du côté de la loi de mémoire historique et voilà, ce n’est pas possible du côté italien, les Français sont très restrictifs, tu dois parler français, travailler là-bas, avoir des liens commerciaux, un gars de 20 ans n’a pas ça ! [Pour] l’espagnole [la nationalité espagnole], je vais voir… »

19Un autre jeune homme également rencontré au consulat espagnol, où il est venu chercher de l’information sur la procédure de naturalisation, précise :

20«Je ne la connais pas exactement [la législation], là j’essaie de savoir si je peux avoir la nationalité ou non, mais ici on entend beaucoup les nouvelles, d’Italie par exemple, et on sait qu’en Italie c’est terrible avec la thématique des migrants… Ici ce qu’on entend c’est surtout de l’Italie et de ses restrictions migratoires très fortes et de l’Espagne avec les bateaux des Africains qui sont mis à l’eau, surtout des Africains, ils ont un nom particulier ces bateaux, ou sinon on a des infos sur un Argentin ou d’autres Sud-Américains que l’on détient dans un aéroport étranger et que l’on renvoie dans leur pays, très souvent, c’est pour des raisons non rationnelles parce qu’ils ont les papiers en règle mais pour discrimination au faciès, ou pour des décisions subjectives des autorités, ils les renvoient ici, ça arrive souvent… c’est ce genre de nouvelles qu’on entend beaucoup ou par exemple une femme qui arrive à Londres et ils la rejettent… »

21Ces conditions légales d’entrée en Europe sont connues de toutes les personnes qui s’engagent dans la migration. Certaines d’entre elles, les Maliens tout particulièrement, sont également au fait des différents accords passés entre les Etats européens afin de contrôler les entrées sur leur territoire, ce dont témoigne l’invocation – quasi systématique dans les entretiens – de certaines localités connues pour avoir été les lieux de signature de ces accords : Schengen, Séville, Temperere, Amsterdam.

22De plus, les migrants africains enquêtés savent avant de partir, par expérience ou par les migrants ayant échoué à franchir les frontières, que la police européenne collabore avec certains pays africains pour contrôler les frontières européennes. Ils sont très conscients du processus d’externalisation des frontières. Nombreux sont ceux qui dénoncent le dispositif Frontex de coopération Nord-Sud quant à la surveillance des frontières dans les pays du Sud, tout particulièrement ceux qui sont pris dans les espaces de « nasse » (Blanchard et Wender 2007, Morice 2008), où les associations de soutien aux immigrés sont nombreuses et actives.

23Les Maliens savent que leur gouvernement n’a pas signé d’accord de réadmission. Les candidats au départ au Mali peuvent entrer en contact avec les nombreuses associations de défense des émigrés qui existent dans ce pays, ces dernières les informant des obstacles mis à la circulation des Africains, des dangers qu’ils encourent en entreprenant le voyage en dehors des voies légales, de la situation des migrants en Europe et des luttes qu’ils y mènent. En ce qui concerne les politiques dites “de gestion des flux”, les risques encourus par les travailleurs sans papiers ou ceux qui travaillent au noir sont connus, notamment à travers les récits de migrants ou de migrantes de retour. Les routes suivies par les uns et les autres alimentent les connaissances relatives aux parcours. Il est possible de tenter sa chance pour pénétrer eu Europe en passant à tel moment par la Roumanie, à un autre par tel ou tel pays d’Europe de l’Est, voire par la Grèce.

24Par ailleurs circulent des informations sur les moyens qu’ont ou n’ont pas les différents Etats de faire respecter la législation. L’Italie et l’Espagne sont considérées comme des pays dont les côtes sont impossibles à surveiller malgré l’importance des dispositifs policiers déployés. Ces deux pays sont connus en outre pour procéder régulièrement à des régularisations.

Un développement du recours à des ressources et stratégies permettant de faire face à ces nouvelles contraintes

25Au total, les migrants ont une connaissance pragmatique de la législation européenne et de celle des pays vers lesquels ils se dirigent. Ils jouent des contradictions entre politiques communes et politiques de chaque Etat membre.

26Le durcissement des politiques migratoires a entraîné le développement de nouvelles stratégies d’entrée et d’installation chez les migrants, qui à leur tour sont créatrices de nouveaux liens avec l’Europe (désirés, inventés ou réels). Certains mettent en œuvre des démarches, souvent très longues, d’obtention des titres requis pour une entrée et un séjour selon les conditions légales ; d’autres déploient des pratiques de contournement de ces conditions par la production et/ou l’usage de documents contrefaits.

Se conformer aux législations et réglementations

27La possibilité d'obtenir la nationalité d'un pays européen et de devenir un citoyen européen est une des voies que certains migrants essayent à différents moments de leurs itinéraires. Les Argentins peuvent sous certaines conditions (comme on l’a vu plus haut) obtenir un passeport d’un pays européen avant leur départ, par des démarches d’acquisition de la nationalité, notamment espagnole. La représentation de l’Argentine comme « l’Europe de l’Amérique du Sud », suite aux migrations européennes, représentation constitutive de l’imaginaire national argentin, est mise en avant par les candidats argentins à la migration, engagés dans des démarches de demande de naturalisation, pour accompagner une revendication d’appartenance à l’Europe par la filiation (alors qu’ils ont une faible connaissance du pays de l’ascendant). De même, les difficultés qu’affrontent les migrants argentins en Espagne les conduisent à revisiter la mémoire familiale ; face aux problèmes d’insertion professionnelle qu’ils rencontrent, ils se rendent compte qu’ils sont considérés comme des « migrants » et non des « Espagnols » dotés des mêmes droits que les autochtones. La mémoire familiale est alors remobilisée, en tant que ressource stratégique de positionnement, afin de se distinguer des autres migrants, et de tenter d’échapper ainsi aux processus de stigmatisation et de discrimination dont ils sont l’objet, en cherchant à s’inscrire dans une altérité moins radicale que celle des autres étrangers.

28Ces démarches occasionnent des contacts avec les institutions des pays européens (consulats…), qui entraînent des évolutions dans la perception qu’ont de l’Europe ceux qui s’y engagent. Ils voient de plus en plus les pays européens comme marqués par la suspicion vis-à-vis des étrangers, comme des espaces inhospitaliers obsédés par les questions de sécurité, mais également des bureaucraties lourdes, inefficaces, plus soucieuses de débusquer de potentiels fraudeurs que de respecter les droits individuels.

29Les Maliens installés en France, parents d’enfants français, qui demandent leur naturalisation entendent être considérés comme citoyens français, au même titre que leurs enfants. Tous soulignent cependant eux aussi la longue durée des démarches et la multiplication incessante des documents exigés. Une expérience semblable est rapportée par un certain nombre d'étudiants étrangers, africains en particulier, qui se voient souvent refuser leurs demandes de visas pour études, de même que des candidats au regroupement familial, confrontés à des conditions de plus en plus difficiles, financières notamment.

30Une des procédures les plus utilisées par les Maliens pour entrer légalement en Europe est celle du regroupement familial. Ils se heurtent aux conditions économiques de plus en plus exigeantes mises à ce droit. De plus, l’attitude de suspicion des administrations en charge de cette procédure est de plus en plus marquée, et entrave fortement sa réalisation. Cette procédure du regroupement familial, aux yeux des migrants, concentre une grande part de leur ressentiment à l’égard de l’Europe, qui pour se protéger chercherait à contourner le droit de vivre en famille.

31Plus les procédures administratives sont compliquées, plus ceux qui s’engagent dans de telles démarches raffinent leurs stratégies de contournement de lois qui leur semblent peu conformes aux valeurs défendues en Europe. Ils peuvent alors avoir recours à la contrefaçon de documents et de certificats, ou bien s’engager dans des voies extra-légales d’entrée en Europe avec l’objectif de régulariser ensuite, sur place, leur situation.

Passer entre les mailles du filet

32L’un des effets du durcissement des politiques migratoires européennes est le développement de pratiques de contournement des législations et réglementations, et de la conviction de la légitimité de ces pratiques, parmi les migrants. Ceux-ci contestent l’imputation d’illégitimité de leur venue et leur présence dans l’espace européen. Ils critiquent la fermeture des frontières européennes et la complexification des démarches et conditions requises pour les franchir. Ils jugent que leur volonté de se rendre en Europe ne constitue pas en soi un délit ni un crime, que la suspicion et le rejet dont fait l’objet ce projet est illégitime :

33« Je regarde les flics en face et présente mon passeport. Je ne suis pas un voleur ou un passeur de drogues. Je ne fais rien de criminel. J’ai fait plus de dix ans en France et pas de carte de séjour. La France doit arrêter de faire l’hypocrite. Le bâtiment a besoin de nous. C’est eux qui sont responsables. En plus ça coûte cher, très cher à tout le monde ces flicages. » (Bamako, homme, 32 ans, prêt au départ muni de faux papiers)

34En conséquence, selon leurs situations et leurs ressources, ils développent différentes pratiques de contournement des politiques européennes. Certains Argentins et Maliens entrent avec des visas pour études ou de tourisme, puis une fois sur place tentent d’obtenir un changement de statut. Ceux qui n’y arrivent pas se retrouvent en situation irrégulière. D’autres utilisent de faux documents pour entrer en Europe, voire franchissent clandestinement les frontières :

35« L’Europe et surtout la France ont le devoir d’épauler l’Afrique. Nous refluer c’est être ingrat et nous mépriser, oublier le passé qui est à l’origine de notre misère. Toutes les tracasseries qu’on nous fait subir, les polices aux frontières, les grillages qu’il faut escalader, la mort dans le désert ou la mer ce n’est pas digne de l’Europe. Pour eux c’est autre chose alors qu’on est tous des êtres humains. Les faux visas c’est eux. D’où ils viennent les coaxers ? Ils existent aussi parce qu’il y a de la corruption dans les ambassades. » (Bamako, jeune diplômé)

36Ces stratégies ne sont généralement réalisables qu’avec l’aide d’intermédiaires, « le Passeur, l’‘‘agent’’ professionnel qui seul peut transformer le désir d’expatriation en réalité et détient les clefs du monde extérieur » (Bayart 2004 : 285), qui travaillent avec des collaborateurs européens en poste dans des institutions contrôlant l’entrée et le séjour en Europe (consulats, préfectures…) (concernant les pratiques de corruption dans les procédures de délivrance des visas, cf. Gouteyron 2007 et Cimade 2010). Ces intermédiaires tiennent un rôle clé dans l’obtention de documents contrefaits, l’obtention de visas, le franchissement des frontières. Pour les candidats au départ comme pour les migrants installés en Europe, ils apparaissent dans les discours des migrants sous la figure ambiguë de voleurs-sauveurs (Laacher et Mokrani 2002). Les trajets peuvent être extrêmement longs, tortueux et coûteux.

37Les passeurs construisent leur réputation sur leur connaissance des politiques migratoires en vigueur et leurs relations avec les autorités en charge du contrôle de l’entrée en Europe, sur leur capacité à contrefaire des documents et sur leur connaissance des réseaux de franchissement clandestin des frontières.

38Le durcissement des politiques migratoires européennes a donc pour effet de placer au premier plan des représentations qu’ont les migrants de l’Europe les thèmes et aspects relatifs aux conditions d’entrée et de séjour : le renforcement des frontières, les pratiques des administrations en charge du contrôle de l’entrée et du séjour. La place prédominante acquise par ces aspects repose d’abord sur le fait que les migrants doivent en acquérir une connaissance au moins partielle pour accomplir leur projet migratoire ; ce sont ces questions qu’ils sont contraints de se poser prioritairement, en tant que migrants. D’autre part, la prédominance de ces thèmes tient au fait que les migrants déploient des pratiques, stratégies et réseaux pour faire face à ces politiques et accomplir leur projet.

Un durcissement des pôles de référence des représentations

39Un des effets des politiques migratoires européennes est la cristallisation des représentations des migrants autour de deux pôles. Celles-ci sont toujours ambiguës, structurées par des pôles négatifs et positifs qui apparaissent dans tous les discours. Les oppositions, les tensions et le positionnement des migrants ont tendance à s'exacerber. L'Europe n'est pas perçue comme une entité univoque homogène et cohérente comme nous allons le voir.

Des représentations ambivalentes de l’Europe

40Les représentations qu’ont de l’Europe les migrants sur lesquels ont porté les enquêtes sont marquées par la récurrence d’un petit nombre de thèmes – l’emploi et les perspectives de carrière, les droits et libertés des individus, le racisme –, mais également par une grande diversité tenant aux pays de départ, aux appartenances de sexe et de classe, aux modalités de la migration  Ces représentations sont également marquées par leur caractère évolutif, en fonction des moments des trajectoires migratoires sur desquels portent les enquêtes (avant le départ, durant la migration, après l’installation dans le pays de destination). Enfin, elles apparaissent également très ambiguës : l’Europe ne fait pas l’objet de représentations univoques, totalement positives ou négatives.

L’Europe comme espace d’opportunités socio-économiques

41Chez tous les migrants enquêtés, l’Europe apparaît d’abord comme un espace d’opportunités socio-économiques, c’est-à-dire d’accès à un emploi ou à un meilleur emploi, ainsi que, selon l’origine sociale et le niveau de diplôme des migrants, de possibilité de réalisation d’une carrière professionnelle ascendante. Pour tous, l’Europe est un continent où les richesses circulent, où l’accès à la modernité est possible. Cette centralité du thème des opportunités socio-économiques tient au projet migratoire de la plupart des migrants enquêtés : la volonté d’y trouver un emploi inaccessible dans le pays de départ.

42Les candidats au départ au Mali savent que les pays européens connaissent des taux de chômage élevés, mais considèrent que cet espace peut tout de même leur fournir des possibilités d’accès à un emploi, dans des secteurs d’activité déjà investis par les migrants maliens et sur lesquels ceux-ci les informent : l’hôtellerie, les services aux personnes et les grands réseaux de distribution pour les femmes, le bâtiment, le commerce ambulant et l’informatique pour les hommes. A Bamako circule une liste des « bons patrons » en France, c’est-à-dire ceux qui embauchent des salariés sans trop y regarder concernant leurs titres de séjour. Le travail en Europe est perçu avant tout comme sécurisé par l’application du droit du travail, dans les relations salariales et l’accès aux prestations sociales auxquelles cette relation donne droit. Cependant, cette représentation d’une Europe comme espace d’exercice d’une législation et d’une réglementation du droit du travail est contrebalancée par le sentiment d’une trop grande complexité et rigidité de ces règles, qui les rendent impossibles à appliquer et appellent de ce fait leur contournement (par l’usage de faux documents notamment). Cette perception est confortée par la connaissance qu’ont ces candidats au départ d’histoires de corruption ou de détournements de biens publics en Europe, y compris par des hommes politiques d’importance. Elle entraîne une certaine banalisation de la fraude : ne pas avoir de papier ou travailler avec les papiers d’un autre, n’apparaît pas comme un délit. On peut y voir l’une des réponses apportées par les migrants à la banalisation – systématisation de la suspicion de fraude dont ils font l’objet par les agents des administrations chargés de leur contrôle (cf. Spire 2005 et 2008), une réponse constituant un effet pervers en même temps qu’une justification de la politique de « contrôle de l’immigration » dont ces derniers ont la charge.

43Dans les représentations des migrants argentins également, le thème de l’espace d’opportunités domine. Venus dans les années 1990 et 2000, dans le contexte d’une crise économique et sociale puis politique en Argentine (à la différence de la génération antérieure de migrants argentins en Europe, venus pour fuir la dictature), ce sont surtout de jeunes diplômés appartenant à la classe moyenne, se rendant en Europe pour chercher de meilleures conditions de vie et opportunités économiques et pour échapper à la menace du déclassement en Argentine. Ils se représentent l’Espagne, pays sur lequel ils s’informent sur internet par des échanges mails avec des amis et parents déjà installés et dans le cadre de forums de discussions, comme un pays où existent des possibilités de trouver un emploi correspondant à leurs qualifications. Plus encore, pour beaucoup, le passage par l’Europe constitue le moyen de réaliser une carrière professionnelle ascendante en Argentine, par la suite. Certains d’entre eux, exerçant une activité dans le secteur du tourisme en Argentine (Mar del Plata), se rendent de façon saisonnière aux Canaries pour y exercer leur activité dans ce même secteur. Cette représentation évolue cependant, là encore, au fil des trajectoires migratoires : une fois arrivés en Europe (en Espagne surtout), ils font l’expérience de leur assignation à un statut immigré dans un marché du travail très segmenté entre nationaux d’origine, nés en Espagne, et migrants. La plupart des migrants d’origine argentine occupe des emplois dans le secteur des services, bénéficiant de l’aura positive dont jouissent les Argentins en Espagne (migrants « blancs », qualifiés, « présentant bien », sociables) ; il s’agit cependant d’un secteur précarisé et saturé, et la plupart des migrants occupent longtemps des emplois en-deçà de leurs qualifications et de leurs attentes (téléopérateur, serveur, physionomiste à l’entrée des discothèques….) :

44« J’ai obtenu le passeport (espagnol) et ça vaut de l’or. Mais maintenant je retourne en Argentine parce qu’en Espagne je n’ai trouvé que des emplois en dessous de mes qualifications. Je préfère être mon propre patron dans mon pays que laveur de vitre en Espagne. » (homme, 39 ans, père commerçant)

L’Europe comme espace de respect des droits et libertés individuels

45L’autre motif dominant les représentations de l’ensemble des migrants enquêtés est celui des droits et libertés des individus. Il fait lui aussi l’objet de fortes variations voire remises en cause, selon le sexe et le moment de la trajectoire migratoire notamment.

46Les candidats au départ au Mali mettent en avant, dans leurs visions de l’Europe, le thème des droits et garanties individuels, en particulier la prédominance du salariat, les bonnes conditions d’accès à la santé et à la scolarisation, ainsi que l’existence et le respect des droits civiques et libertés publiques. Dans les représentations des jeunes femmes s’ajoute un élément spécifique : l’Europe, et plus spécifiquement la France, comme espace de relations plus égalitaires entre hommes et femmes. Parmi elles, les femmes d’origine rurale, illettrées pour la plupart et se préparant à entrer en France dans le cadre d’une procédure de regroupement familial, mettent l’accent sur les possibilités de construire une plus grande autonomie par l’accès direct aux ressources monétaires, permettant de rompre la dépendance à l’égard du mari et des familles. Les citadines se représentent surtout l’Europe comme lieu de protection légale et d’exercice de droits pour les femmes. Cependant, conjointement à ces aspects positifs des conditions d’existence des individus qu’ils indiquent, tous, hommes et femmes, voient également l’Europe comme un espace marqué par l’égoïsme dans les relations, un espace où le traitement de l’Autre-non-européen contredit l’idéal affiché, trace les limites de l’identité, de ceux qui ont droit à l’égalité des droits.

Racisme et discriminations en Europe

47Dans les représentations de l’Europe des candidats au départ au Mali, le racisme n’occupe pas une place centrale ; il n’est pas considéré comme caractérisant spécifiquement cet espace, mais plutôt comme à l’œuvre dans les rapports sociaux dans l’ensemble des pays, à commencer par le Mali, ce qu’ils associent à la qualification de sous-développement de ce pays dans les rapports internationaux et à l’intériorisation de cette domination par les Maliens eux-mêmes. Les candidats au départ au Mali considèrent que le racisme est un élément structurant des relations et rapports sociaux dans les sociétés européennes, qui se manifeste notamment dans la connaissance qu’ils ont des conditions de vie des migrants maliens (en France, Italie, Belgique, Allemagne, Espagne) dans le logement dégradé et les emplois durs auxquels ils sont assignés, les charters de retours forcés, la violence policière, les insultes des supporters de football, etc. :

48  « En France il faut avoir la bonne couleur, y a pas de lézard. Les meilleurs logements, les quartiers riches c’est pas pour les Africains… Enfin pas pour nous la caillera. Nos collègues sont regroupés dans des foyers, des banlieues pas possibles, les familles sont entassées dans des immeubles pourris. On a vu les incendies et les morts à Paris, tous des Africains, même des Maliens. C’est clair on ne veut pas de nous. Dans les charters du retour forcé les policiers usent de la violence pour te faire taire. » (Bamako, jeune homme sans dîplome)

  • 3 Le grin est un groupe de jeunes qui se réunit afin de discuter de sujets les plus variés.

49Toutefois, ils valorisent conjointement la possibilité de s’organiser pour faire face au racisme et aux discriminations (luttes des sans-papiers) ainsi que le droit à la contestation de cet état de choses, comme en témoigne ses propos recueillis lors d’une discussion entre jeunes futurs migrants dans un grin3 :

50« - Même dans le foot le racisme ressort. Y en a certains qui reprochent aux équipes d’avoir trop de Blacks. Quand un Africain a le ballon il y en a qui imitent les singes. En Espagne ils affichent des croix gammées. C’est partout, partout le racisme.

51- D’accord man mais en Europe tu peux te battre. Même les sans papiers ils font des grèves. Ils n’ont pas peur. Ils sont bien organisés. Un que je connais il est de Kayes comme moi il est passé à la télé. Il travaille dans un grand restaurant. Je ne sais pas ce qu’il est devenu. Peut-être il a pris forcé le chemin du retour ? peut-être il a eu des papiers ? »

52De manière plus générale, certains migrants argentins formulent une critique des politiques migratoires européennes comme marquées globalement par la discrimination, par la mise en œuvre de pratiques de tri des individus selon leurs origines (« l'immigration sélective »). Ils insistent sur l’opposition marquée entre individus d'origine européenne et ceux des anciennes colonies. Ce traitement différentiel donne à certains d'entre eux l'impression d'être considéré comme des citoyens de deuxième classe.

53Enfin, pour d’autres, la confrontation à la violence aux frontières constitue une rupture brutale avec leurs représentations antérieures de l’Europe. Les valeurs fondamentales qu’ils associaient à cette dernière (démocratie, liberté, droits de l’Homme sont, disent-ils, définitivement remises en cause.

54La fermeture des frontières, les contrôles souvent assortis de violence tout au long des parcours ont pour effet de radicaliser les termes des oppositions constitutives de l’ambivalence des représentations qu’ont les migrants de l’Europe : espace de droit / de non-droit, espace d’accès aux richesses / d’exclusion des richesses, etc. Plus encore, les politiques migratoires conduisent les migrants à durcir leur propre positionnement dans l’élaboration et la formulation de leurs représentations de l’Europe, à durcir leur position dans l’expression de ces dernières.

Les discours de la dette : réponses politiques des migrants

55Pour défendre ce qu'ils estiment être un « droit » à participer aux richesses et au mode de vie européen, les candidats à la migration et les migrants élaborent des discours de justification. L’argument d’une dette contractée par les Etats européens, dans le passé, vis-à-vis des pays de départ des migrants est mis en avant de manière systématique. Cet argument, qui s’appuie sur une réinterprétation de l’histoire des relations entre pays européens et pays de départ des migrants, se décline de différentes façons.

56L’une de ces déclinaisons est la dette d’hospitalité. Ce sont les migrants argentins qui utilisent cette forme d’argumentation, en se référant aux relations passées entre l’Espagne et l’Argentine. Les migrants argentins installés en Espagne constatent qu’ils y sont considérés comme des migrants et non des ‘‘retornados’’ (qu’ils estiment être en tant que descendants de migrants espagnols). Ils développent un discours critique envers l’Espagne et sa politique migratoire, arguant de leur ascendance européenne et de la « dette historique » qu’aurait contractée l’Espagne envers l’Argentine : celle-ci fut un pays d’accueil de migrations européennes. En particulier, durant la guerre civile espagnole, les Argentins accueillirent de nombreux réfugiés de ce pays.

57Les migrants maliens mettent en avant l’idée d’une dette de sang contractée par l’Europe, la France en particulier, vis-à-vis de leur pays d’origine. Ils s’appuient sur le passé esclavagiste et colonial de l’Europe, ainsi que sur la participation de soldats maliens aux deux guerres mondiales, dans les rangs des troupes françaises :

58« J’ai perdu mon grand-père quelque part en Europe. Il s’est battu pour la liberté contre Hitler »

59« La France a une dette d’honneur, qu’elle ne respecte pas, le général de Lattre de Tassigny l’avait reconnu lui. A l’époque on était français mais pas citoyen et on a obligé nos vieux à partir [en France]. Maintenant on veut nous obliger à rester [au Mali]. ».

60Les récits prennent parfois un ton lyrique et revendicatif :

  • 4 La personne qui s’exprime ici dit avoir vu un film présenté par la caravane des cinémas d’Afrique s (...)

61« Lors de la campagne de France il y a eu des milliers d’Africains tués, morts dans la boue des tranchées. Moi je dis : même sang versé, mêmes droits. Si je parviens en France je me suis juré d’aller me recueillir à Chassenay, c’est près de Lyon. Il y a un Tata [le Tata est une enceinte sacrée où sont enterrés les guerriers morts au combat] où sont enterrés des centaines d’Africains qui ont été massacrés pour empêcher les Allemands d’entrer dans la ville de Lyon. J’ai un grand oncle, le frère de mon grand-père paternel, enterré là-bas. C’est un cimetière africain. »4

62Ils invoquent également une dette économique, en justifiant leur départ par le sous-développement du Mali, qu’ils imputent à la colonisation et depuis l’indépendance du Mali (1960) à la nature des relations entre la Mali et la France. Cette interprétation est largement empruntée aux associations de défense des émigrés actives à Bamako. Elle s’assortit d’une critique de l’aide au développement comme constituant un appui à des gouvernements corrompus et ne contribuant pas au développement des pays africains. Les accords de co-développement sont perçus comme une nouvelle tentative d’imposer aux Etats africains le contrôle de leur émigration et l’acceptation d’accords de réadmission.

63« Si l’Afrique est misérable ça remonte au colonialisme. Dans aucun pays les Européens n’ont développé des industries. On a cultivé sous leurs ordres l’arachide et le coton mais les profits étaient pour les blancs. Maintenant c’est trop tard on ne peut plus rattraper l’Europe. Toutes les richesses sont là-bas. Même le riz qu’on produit il coûte plus cher que celui qui vient d’Occident. Et aujourd’hui l’Europe ne s’intéresse pas au développement de l’Afrique. Alors pourquoi nous fermer les portes. »

  • 5 La réinstallation est une procédure négociée entre le HCR et les Etats concernés qui aboutit au tra (...)

64Enfin certains migrants Maliens « bloqués » aux frontières de l’Europe se mobilisent pour dénoncer la situation d’infra-droit (Lochak, 1985) voire de non-droit dans laquelle ils se trouvent notamment au Maroc. Pour appuyer la légitimité de leur revendication de « réinstallation »5 en Europe certains réfugiés invoquent le droit de libre circulation en tant que «  citoyens du monde ».

65« Aller en Europe, forcer les frontières, affronter la police et l’armée c’est une revanche. (…) Depuis l’esclavage l’Europe nous refuse la citoyenneté. Aujourd’hui on veut être citoyen du monde. » (jeune migrant malien dans une zone de rétention au Maroc)

66Plus profondément encore que ces discours politiques de légitimation de leur présence en Europe, afin de se réhabiliter eux-mêmes, de réaffirmer leur dignité, leur droit à l’existence, les migrants maliens déploient pour certains d’entre eux, dans les cas les plus extrêmes, des stratégies, au péril de leur vie cette fois. Ces stratégies, plus existentielles que politiques, visent à défier la puissance européenne, à la mettre en cause concrètement, par la mise en jeu de leur vie dans des tentatives extrêmement dangereuses de franchissement clandestin des frontières.

La stratégie du défi : la représentation de l’Europe comme épreuve existentielle

67Cette stratégie est mise en œuvre par les candidats au départ ne pouvant acquérir les documents de voyage (réels ou contrefaits), ceux qui ont été auparavant expulsés ou refoulés aux frontières et sont décidés à retourner en Europe, ceux qui sont en attente du statut de réfugié ou encore les immigrants clandestins ayant franchi les frontières illégalement seul ou avec un réseau de passeurs. Tous ont en commun des itinéraires périlleux. Ils voient l'Union européenne comme une entité puissante et effrayante. Essayer de la tromper représente un défi existentiel pour eux. Relever ce défi donne une signification à leurs vies ; ils risquent leur présent contre la possibilité d'un avenir respectable. Relever le défi représenté par une Europe qui rejette les étrangers est une façon de s’éprouver, de devenir quelqu'un et ainsi de récupérer sa dignité. Les dangers de la tentative de forcer l’entrée de l’Europe sont immenses, et la peur accompagne les migrants dans leur route migratoire. Mais cette crainte que leur inspire l’Europe ne les dissuade pas, pas plus qu'elle ne dissuade ceux qui sont entrés illégalement sur le territoire européen et vivent dans la crainte de l’expulsion. En dépit des risques encourus, ces individus restent fascinés par l'Europe, au moment même où elle se retourne contre eux.

68Ceux qui échouent dans la quête de faux papiers n’ont plus comme solution que de forcer le passage, d’ignorer les frontières. De manière désespérée ils envisagent de traverser déserts et mers avant de trouver un point faible de la « forteresse Europe » (dénomination largement utilisée notamment par les candidats maliens au départ)

69La perception qu’ils ont de l’Europe atteint un niveau d’ambivalence paroxystique. Le processus de subjectivation qui les anime est profondément contradictoire. La politique migratoire de l’Union Européenne est à leurs yeux d’une puissance redoutable et redoutée. Tenter de déjouer cette puissance est un défi en quelque sorte existentiel. Relever le défi donne sens à leur vie.  « Changer de lieux pour changer de tête » quel que soit le prix à payer, comme l’affirme une jeune bamakoise. C’est en affrontant cette Europe qui rejette les étrangers que l’on peut faire ses preuves, devenir quelqu’un, retrouver sa dignité. La dimension héroïco-tragique du parcours est à la mesure de la honte lorsque le parcours se termine par un échec, de la fierté lorsqu’on réussit.

70Les personnes rencontrées sont au fait de la politique commune de l’Union européenne de contrôle des frontières en Europe et à l’extérieur, à travers leurs propres expériences de passage ou celles de leurs prédécesseurs « chanceux » ou pas. Internet, les téléphones mobiles, jouent un rôle non négligeable dans la circulation des informations. Ils ont une perception aiguë de la puissance des dispositifs mis en place pour assurer un contrôle des frontières efficace en Europe et tout au long de leur parcours. Ils ont connaissance des grilles, de Ceuta et Melilla, des barbelés entre la Grèce et la Turquie, des hélicoptères faisant des repérages de nuit relayés par des policiers sur terre et autres dispositifs sophistiqués et performants pour détecter leur présence dans le désert ou sur mer. Frontex n’est pas une réalité qu’ils ignorent ; ils en suivent le déploiement à l’affut de nouvelles routes moins dangereuses, recommandées et utilisées par les passeurs. Dans leur propre pays ils ont entendu parler de la présence d’officiers de liaison européens venus former des relais locaux.

71Ils critiquent les Etats du Sud qui ont accepté, moyennant une aide dont eux ne bénéficieront jamais, de participer à ces opérations et pour certains voient dans cette collaboration une forme de néo-colonialisme, l’acceptation de la puissance européenne, une nouvelle forme de dépendance.

72L’Union européenne est puissante de son unité, le danger que constitue le projet d’en forcer l’entrée est considérable. La peur ne quitte pas celui qui est en route. La force de l’ Union européenne, des moyens qu'elle est susceptible de mettre en œuvre pour interdire son accès fait peur et pourtant ne dissuade pas celui qui entend l’atteindre pas plus que celui qui a réussi le passage et vit dans la hantise d’être expulsé. Malgré les risques encourus les migrants sont fascinés par la puissance de l’Europe quand bien même elle se retourne contre eux.

73A travers la politique migratoire de l’Union européenne ils relisent le passé dans lequel ils puisent un puissant sentiment de haine. Pour eux, les politiques actuelles ne sont qu’une variante des politiques coloniales. Aller en Europe, forcer les frontières, affronter la police et l’armée c’est en quelque sorte une revanche. Il s’agit de relever un défi.

74On peut à leur propos parler de situation de liminarité (Turner 1990) en ce sens qu’il s’agit de passer du statut de non personne (Dal Lago 2005) à celui d’homme ou de femme contemporains. Rite de passage à cette différence près que les modalités d’accès à la dignité, à la respectabilité sont fixées de l’extérieur par ceux qui entendent précisément interdire le passage. La liminalité caractérise ici un itinéraire suspendu. Les candidats au départ se constituent des répertoires de subjectivation largement alimentés par les imaginaires collectifs en réponse à cette situation dans laquelle l’espace à parcourir et le temps à attendre sont indéfinis et imprévisibles.

Conclusion

75Tout au long de ce texte nous avons montré en quoi la relation à l’Europe est frappée du sceau de l’ambigüité. Cette ambigüité tient à la rencontre entre processus de domination et processus d’individuation. Elle prend sens dans un jeu de miroir en perspectives qui crée la croyance que le mépris se transformera en reconnaissance, l’échec en succès, que de la proximité avec la puissance naîtra la reconnaissance de soi, la possibilité d’être quelqu’un. Les politiques migratoires désignent une population « redondante » au sens où l’entend Zygmunt Brauman. "To be redundant means to be superunnecessary, unneede, of no use... The others do not need you, they can do as well, and better, without you.” (Bauman 2004, p.12) C’est précisément avec cette définition de soi par l’autre que les migrants Maliens et, à un autre niveau et selon des modalités différentes, les migrants argentins entendent rompre.

76C’est en ce sens que l’Europe représente un eldorado, cruellement protégé, qu’il faut néanmoins rejoindre. Si les déplacements s’inscrivent dans une fragile communauté d’expérience, prennent souche, s’adossent à des imaginaires collectifs, les processus de subjectivation pouvant donner au voyage une dimension héroïque, n’en atténuent que très partiellement le caractère tragique. Les échecs sont nombreux, le rapport de force d’autant plus inégal qu’il oppose des individus, « une multitude » fragmentée, à des Etats. L‘ambigüité des représentations de l’Europe est d’autant plus forte, vécue sur un mode d’autant plus violent que les possibilités d’avenir sont moindres.

Haut de page

Bibliographie

BAUMAN Z., 2004, Wasted lives. Modernity and Its Outcasts, Cambridge, Polity Press – Blackwell Publishing.

BAYART J.-F., 2004, Le gouvernement du monde. Une critique politique de la globalisation, Paris : Fayart, 450 p.

BLANCHARD E., WENDER A.-S. (coord.), 2007, Guerre aux migrants. Le livre noir de Ceuta et Melilla, Paris : Editions Syllepse (coll. « Arguments et mouvements »), 236 p.

CIMADE, 2010, Visa refusé. Enquête sur les pratiques des consulats de France en matière de délivrance des visas, CIMADE, juillet, 131 p.

DAL LAGO A., 2005, Non-persone. L'esclusione dei migranti in una società globale, Milano, Feltrinelli Editore.

DELEUZE G., 1990, Pourparlers. 1972-1990, Paris, Minuit.

GONZALEZ BERNALDO P., JEDLICKI F., 2011, Representations of Europe among Argentine migrants in Europe. Migrants and Borders. Argentina. Eurobroadmap. Visions of Europe in the World, 52 p. – accessible sur le site internet HAL-SHS : http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/64/87/54/PDF/EWP_migrants_borders_argentine.pdf

GOUTEYRON A., 2007, Trouver une issue au casse-tête des visas. Rapport d'information n° 353, fait au nom de la commission des Finances, du contrôle budgétaire et des comptes économiques de la Nation sur les services des visas, déposé le 27 juin 2007, 103 p.

LAACHER.S et MOKRANI L., 2002, « Le passeur et son passager, deux figures inséparables », Plein Droit, 55, Décembre 2002

LOCHAK D., 1985, Etrangers : de quel droit ?, Paris, Presses Universitaires de France (coll. « Politique d’aujourd'hui »).

MORICE A., 2008, « Vers une assignation à résidence des populations pauvres ? », in Rodier C., Terray E. (dir.), Immigration : fantasmes et réalités. Pour une alternative à la fermeture des frontières, Paris : La Découverte (coll. « Sur le vif »), pp.79-85.

OLIVIER DE SARDAN J.-P., 1995, « La politique du terrain », Enquête, 1, pp. 74-112

QUIMINAL C., 2011, Les représentations des candidats maliens au départ. Migrants and Borders. Mali. Eurobroadmap. Visions of Europe in the World, 30 p. – accessible sur le site internet HAL-SHS : http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/63/82/56/PDF/EWP_migrants_borders_mali.pdf

QUIMINAL C., BLUM LE COAT J.-Y., 2011, Migrants and Borders. Synthesis. Eurobroadmap. Visions of Europe in the World, 29 p. – accessible sur le site internet HAL-SHS : http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/63/82/45/PDF/EWP_migrants_borders_synthesis.pdf

SCHMOLL C., SPITERI A., SAÏD M., 2011, Visions of Europe among Somali Women in Malta. Migrants and Borders. Somali Women in Malta. Eurobroadmap. Visions of Europe in the World, 27 p. – accessible sur le site internet HAL-SHS : http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/64/87/58/PDF/EWP_migrants_borders_malta.pdf

SPIRE A., 2005, Etrangers à la carte. L’administration de l’immigration en France (1945-1975), Paris : Editions Grasset & Fasquelle, 406 p.

SPIRE A., 2008, Accueillir ou reconduire. Enquête sur les guichets de l’immigration, Paris : Editions Raisons d’agir, 125 p.

STOLERIU O. M., GROZA O., DIMITRIU R. I., TURCANASU G., 2011, Visions of Europe at the European Union eastern border. Focus on Moldavian migration to Romania. Migrants and Borders. Romania and Moldova. Eurobroadmap. Visions of Europe in the World, 36 p. – accessible sur le site internet HAL-SHS : http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/63/82/53/PDF/EWP_migrants_borders_moldova.pdf

THAPAN M., DEKA M., 2011, A View of Europe: Perspectives from Indian Immigrants, Migrants and Borders. India. Eurobroadmap. Visions of Europe in the World, 22 p. – accessible sur le site internet HAL-SHS : http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/63/82/63/PDF/EWP_migrants_borders_india.pdf

TURNER V., 1990, Le phénomène rituel. Structure et contre-structure, Paris, Presses Universitaires de France (The forest of symbols, Ithaca, NY: Cornell University Press, 1967).

Haut de page

Notes

1 Nous reprenons ici la définition de ce terme de « subjectivation » donnée par Gilles Deleuze : « la production des modes d’existence ou styles de vie » (Deleuze 1990 : p.156).

2 D’autres parcours ont été étudiés dans le cadre de la recherche citée plus haut : ceux d’indiens vers l’Italie. Des enquêtes ont également été menées dans trois zones d’attente : Roumanie, Malte, Maroc. Les références de ces travaux sont citées en bibliographie.

3 Le grin est un groupe de jeunes qui se réunit afin de discuter de sujets les plus variés.

4 La personne qui s’exprime ici dit avoir vu un film présenté par la caravane des cinémas d’Afrique sur le Tata de Chasselay. Ce dernier existe bien. Il s’agit d’une construction de style soudanais où reposent 196 tirailleurs dits sénégalais..

5 La réinstallation est une procédure négociée entre le HCR et les Etats concernés qui aboutit au transfert dans un nouveau pays d’accueil. Elle concerne les personnes les « plus vulnérables » lorsque ni l’intégration locale ni le retour dans le pays d’origine ne sont possibles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Quiminal et Jean-Yves Blum Le Coat, « Politiques migratoires et représentations de l’Europe chez les migrants : violences et ambivalences », L’Espace Politique [En ligne], 19 | 2013-1, mis en ligne le 08 avril 2013, consulté le 24 mars 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/2596 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.2596

Haut de page

Auteurs

Catherine Quiminal

Professeur d’anthropologie
Université Paris Diderot (Paris 7)
catherine.quiminal@univ-diderot.fr

Jean-Yves Blum Le Coat

Docteur en sociologie
Associé à l’URMIS (Unité de Recherche « Migrations et Société » - UMR 205 – Université Paris Diderot-Paris 7 – IRD)
jeanyvesblum@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org