Navigation – Plan du site

Les barrières frontalières : archaïsmes inadaptés ou renforts du pouvoir étatique?

Border Barriers: Inadequate Archaisms or State Supports?
Marie Didiot

Résumés

Depuis une vingtaine d’années, des barrières frontalières fleurissent le long des discontinuités religieuses, politiques et socio-économiques les plus marquées de la planète. Elles ont pour objectif de filtrer les flux que les gouvernements bâtisseurs considèrent comme dangereux ou indésirables. Cependant, leur matérialité et leur ancrage territorial contrastent avec les flux intenses et déterritorialisés qui caractérisent la mondialisation. Les barrières frontalières ont ainsi une mission paradoxale : contrôler des flux dont l’existence remet en question la légitimité des frontières. Les barrières frontalières, dont l’efficacité est contestée, seraient donc inadaptées. On remarque malgré tout que, dans les grandes démocraties, elles ont un rôle plus subjectif de politique intérieure, rempli par leur pure existence physique et les symboles qu’elles incarnent.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Depuis une vingtaine d’années, la fonction de barrière traditionnellement remplie par les frontières s’est progressivement effacée devant la multiplication des échanges de toutes natures caractéristique de la mondialisation dans sa phase actuelle (Dollfus, 2007), l’ouverture des frontières aux flux économiques, humains et culturels étant synonyme d’intégration aux circuits mondiaux. Cependant, un renforcement récent des pratiques de sécurité aux frontières est sensiblement perceptible. La manifestation la plus spectaculaire de cette tendance est la construction de vingt-cinq barrières physiques depuis le début des années 2000 (Jones, 2012) le long de certaines frontières interétatiques à l’initiative asymétrique des gouvernements bâtisseurs. On appelle ici barrière frontalière tout type de construction séparatrice localisée le long d’une frontière interétatique (Ballif, Rosière, 2009). Comment expliquer cet engouement renouvelé pour des fortifications dont l’aspect massif et l’ancrage territorial peuvent sembler anachroniques devant la fluidité et l’intensité exponentielle des échanges entre les différentes parties de la planète ?

2La mondialisation a engendré des bouleversements majeurs sur la scène mondiale où les Etats ne sont désormais plus les acteurs exclusifs. La prolifération d’acteurs non-étatiques et la croissance exponentielle des échanges échappant à toute régulation dans la sphère globale sont à l’origine du déclin de la souveraineté étatique (Brown, 2009 ; Bauman, 2007) ainsi que de la dissémination de la violence, « expression inévitable de la nouvelle pertinence politique des flux transnationaux » (Badie, Smouts, 1999, p.94). La menace n’est plus identifiable à une armée ennemie, mais elle est diffuse, anonyme et omniprésente, particulièrement depuis les évènements qui ont marqué le début de la décennie précédente – notamment depuis les attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis. La sécurisation des frontières – et donc du territoire – est ainsi récemment redevenue une priorité pour les gouvernements.

3Les barrières frontalières, massives et onéreuses, seraient donc bâties par certains Etats le long de leurs frontières les plus exposées à ces flux incontrôlables et potentiellement dangereux, afin de protéger leur territoire contre les intrusions indésirables. Mais à « l’ère de la mobilité » (Wackermann, 1995), ces remparts, malgré l’hyper-modernité de certaines installations, ont un aspect archaïque. Leur visibilité et leur ancrage territorial contrastent avec l’invisibilité des menaces qu’elles tentent de contrer et la volatilité des flux de populations qu’elles filtrent. Les barrières frontalières sont-elles adaptées pour contrôler des flux transnationaux disparates et fluides ? Leur caractère résolument physique et leur ancrage territorial ne sont-ils pas en décalage avec leur mission ? Ces barrières sont-elles réellement efficaces ? Ou ont-elles un rôle plus subjectif de politique intérieure que remplirait leur seule réalité physique ?

4La première partie sera consacrée à l’analyse du contexte et des légitimations officielles de la construction des barrières frontalières contemporaines. Puis dans une deuxième partie, le contraste entre leur réalité concrète et celle des flux qu’elles doivent contrôler sera souligné. La troisième partie aura pour objectif d’interpréter ce décalage et d’en donner une explication en termes d’économie politique, c'est-à-dire en tant que les barrières frontalières sont des actes de communication publique.

Les Etats entre ouverture et repli sur soi : la sécurité redevient une priorité à l’heure de la mondialisation

5Depuis une vingtaine d’année, la rhétorique optimiste liée à la mondialisation prône l’ouverture et l’intégration de tous les espaces aux circuits globaux, notamment en ce qui concerne la sphère économique. Cependant, loin de l’idéal d’un monde sans frontières tout acquis au libéralisme économique (Ohmae, 1990), les frontières sont nécessaires pour que les échanges soient possibles. Mais face à la montée des préoccupations sécuritaires, certains des Etats parmi les plus exposés aux inconvénients de l’ouverture se reterritorialisent et renforcent les contrôles aux frontières en déployant des moyens parfois colossaux.

La montée de l’incertitude et des préoccupations sécuritaires

6Suite aux récents bouleversements qui ont touché tous les pans de la vie des individus, la modernité est passée de sa phase « solide », caractérisée par des institutions inébranlables et des cadres de référence fixes, à sa phase « liquide » (Bauman, 2007). Cette dernière correspond à une phase d’incertitude croissante en raison de l’incapacité de la politique à maîtriser les forces persistantes et désorganisées de la mondialisation. « Si l’idée de ‘société ouverte’ symbolisait à l’origine l’autodétermination d’une société libre qui chérit sa propre ouverture, elle évoque désormais souvent l’expérience terrifiante d’une population hétéronome, désemparée et vulnérable, confrontée à des forces qu’elle ne contrôle ni ne comprend vraiment » (Bauman, 2007, p.15-16). La globalisation, qui transcende les frontières, autrefois garantes de l’intégrité territoriale des Etats et de la sûreté de leur population, est responsable de l’avènement de menaces globales, et de la constitution de la société contemporaine en « société du risque » (Beck, 2008). Le risque zéro étant impensable depuis les évènements du 11 septembre 2001, le risque est devenu la mesure de l’action des gouvernements (Beck, 2008).

7Le danger qui pèse sur les sociétés contemporaines n’est plus incarné par une armée ennemie, facilement identifiable. Depuis le début des années 2000 et la montée du terrorisme – attentats du 11 septembre 2001 aux Etats-Unis, série d’attentats à la bombe dans les grandes villes indiennes, seconde Intifada (Jones, 2012) – les Etats et les individus ont pris conscience de leur vulnérabilité face à des puissances mortelles dérégulées. La nature asymétrique du danger, son caractère non-conventionnel et son relatif anonymat le rendent omniprésent. « Les capacités de destruction sont sans équivalent dans l’histoire, de par leur puissance combinée, leur degré de miniaturisation et leur mobilité – de ces corps bourrés d’explosifs aux toxines quasiment invisibles » (Brown, 2009, p.14-15). A une époque où aucune portion d’espace n’est à l’abri d’une attaque, et où la circulation des individus n’a jamais été aussi intense, la distinction entre sécurité intérieure et sécurité extérieure est de plus en plus floue.

8Par ailleurs, à ces angoisses devant la vulnérabilité physique des individus s’ajoutent des peurs sociales engendrées par l’ouverture des espaces étatiques aux flux migratoires. La mondialisation des images a permis la prise de conscience des inégalités socio-économiques à l’échelle mondiale et les progrès en matière de transports favorisent la mobilité des individus et l’installation d’une partie d’entre eux dans des sociétés qui les perçoivent comme des intrus. Les migrations qui exploitent les différentiels économiques sont ainsi des conséquences de la mondialisation, les migrants recherchant de meilleurs salaires, et de meilleures conditions de vie ou tout simplement du travail. Cependant, les migrants, en particulier les plus pauvres, doivent affronter des phénomènes de rejet et méfiance. Les « établis » craignent que les « marginaux » (Elias, Scotson, 1997) ne remettent en question leurs privilèges sociaux et économiques.

Restreindre l’accès au territoire : une fonction résiduelle de l’Etat

9La maîtrise du territoire et des flux qui entrent ou sortent de ce même territoire est une fonction structurante de la souveraineté de l’Etat. On peut distinguer plusieurs catégories de flux : les flux humains, les flux matériels et les flux d’information. En ce qui concerne les flux humains, les frontières jouent un rôle central dans la maîtrise des passages en tant qu’elles définissent l’aire géographique de l’appartenance nationale. Les ressortissants d’un Etat possèdent la nationalité correspondante, et des droits associés, et se distinguent ainsi des non-ressortissants. Cette différence de catégorie juridique, manifeste sur les documents officiels, permet aux agents de l’Etat de distinguer efficacement les citoyens des intrus éventuels. Par ailleurs, les individus peuvent entrer sur le territoire d’un Etat qui les considère comme étrangers s’ils sont en possession des papiers – visa, passeport – requis.

10Les Etats souverains détiennent ainsi la capacité de réglementer tous les déplacements qui se produisent sur leur territoire. Cependant, ce contrôle n’est pas systématique en raison de l’incroyable densité des flux qui parcourent la planète. « Les Etats et le système étatique ne contrôlent pas effectivement tous les déplacements, mais ils ont acquis le monopole de l’autorité permettant de restreindre les déplacements » (Torpey, 2000, p.10). Le but de ces restrictions étant d’empêcher l’entrée clandestine d’individus n’ayant pas les papiers nécessaires et qui sont « indésirables ». La dualité légalité/clandestinité est en effet doublée d’une opposition désirabilité/indésirabilité. Le système de la citoyenneté peut ainsi s’apparenter à l’institution des privilèges des « établis », et à leur défense face à l’arrivée de « marginaux ».

11Le rôle stratégique des frontières a fortement évolué depuis la fin de la seconde guerre mondiale, « la fonction militaro-défensive initiale étant supplantée par une mission de surveillance des migrations clandestines » (Bennafla, Peraldi, 2008, p.8). Les frontières sont ainsi devenues des fronts « passifs » où le rôle de l’armée est réduit au contrôle des flux de personnes et de marchandises qui entrent sur le territoire, afin d’effectuer un tri et de repousser ainsi les flux clandestins et ceux qui représentent une menace pour la sécurité du territoire. Et lorsque la frontière est trop poreuse pour que les contrôles soient efficaces, certains Etats, à l’image des Etats-Unis le long de leur frontière avec le Mexique, peuvent aller jusqu’à doubler la barrière légale qu’est la ligne frontière par une barrière physique, pourvue d’équipements électroniques et gardée par des forces armées consacrées exclusivement à la sécurisation du territoire par le contrôle des frontières. La construction d’une barrière frontalière n’est pas la seule réponse possible à ces incertitudes. Ces projets constituent même des exceptions par l’ampleur des moyens déployés le long des frontières concernées, mais leur multiplication depuis le début des années 2000 est un phénomène remarquable.

Les acteurs transnationaux clandestins, produits de la mondialisation et cibles des barrières frontalières

12Si les justifications officielles diffèrent, le point commun entre toutes les barrières frontalières contemporaines, ce sont leurs cibles : les flux transnationaux (Brown, 2009). A l’inverse des relations internationales qui sont encadrées par des conventions et régulées, on appelle relation transnationale « toute relation qui, par volonté délibérée ou par destination, se construit dans l’espace mondial, au-delà du cadre étatique national, et qui se réalise en échappant au moins partiellement au contrôle ou à l’action médiatrice des Etats » (Badie, Smouts, 1999, p.66). Ainsi, les flux transnationaux sont déconnectés des forces politiques souveraines et ne sont donc soumis à aucune réglementation à l’échelle mondiale, puisqu’aucune organisation n’a suffisamment d’autorité et de puissance d’action pour les contraindre.

13Les barrières frontalières n’ont pas pour objectif de stopper tous les flux transnationaux, elles ne visent que ceux qui sont « indésirables ». La notion d’indésirabilité renvoie à l’intérêt national tel qu’il est défini dans chaque Etat. Est indésirable tout ce qui va à l’encontre de cet intérêt national, comme par exemple l’immigration clandestine, les terroristes, la contrebande, les réseaux criminels, les projets politiques alternatifs et clandestins… Tous ces flux et les menaces qu’ils représentent sont concentrés dans la figure des « clandestine transnational actors (CTAs) » (Andreas, 2003). Les acteurs clandestins transnationaux sont des acteurs non-étatiques qui traversent les frontières nationales en violation des lois de l’Etat et des réglementations en vigueur en matière de mobilité internationale. Ces acteurs sont très diversifiés et leur caractère transnational et clandestin est bien la seule chose qui les rassemble sous l’appellation de CTAs.

14On distingue ainsi deux grandes familles de barrières frontalières : celles qui ont une vocation militaire ou sécuritaire (Corée, Cachemire, Chypre, Sahara occidental, Israël), et celle qui ont été conçues essentiellement pour le contrôle migratoire (Etats-Unis, Ceuta, Melilla, Bangladesh). Les barrières frontalières ne sont pas conçues comme des murs infranchissables, mais plutôt comme des filtres, pour refuser de manière sélective l’accès au territoire, tout en garantissant la fluidité du passage aux flux autorisés. C’est le double impératif de circulation et de sécurité (Sparke, 2006). Cependant, ces logiques de refus des acteurs clandestins transnationaux excluent non pas uniquement ceux qui représentent une menace réelle pour la sécurité ou les privilèges d’une société, mais elles excluent tous les suspects potentiels. « L’arbitraire du Mur » (Ritaine, 2009) homogénéise la catégorie des acteurs clandestins transnationaux. Tous ceux qui sont à l’extérieur de l’enceinte et qui n’ont pas les documents nécessaires pour entrer sont condamnés à rester « enfermés dehors ».

Les barrières frontalières : des ouvrages monumentaux et onéreux inadaptés ?

15Si des frontières trop ouvertes et trop poreuses sont assimilées à des menaces pour la sécurité du territoire et de la population, la décision gouvernementale de bâtir une barrière frontalière afin de renforcer les contrôles – et ainsi la sécurité – n’est pas un processus qui va de soi. Les barrières frontalières sont en effet des ouvrages de très grande envergure, pour lesquels des sommes astronomiques sont engagées et dont l’efficacité n’est pas prouvée. Elles restent des projets controversés dont la légitimité fait débat.

La réalité concrète des barrières frontalières

16Une barrière frontalière est constituée de la succession de deux types d’éléments : d’une part, les points de contrôle, ou checkpoints, par lesquels passent tous les flux qui traversent la frontière, et d’autre part, les portions conçues pour être des obstacles au passage, et qui redirigent les flux vers les ckeckpoints. La barrière en elle-même est loin d’être essentielle, puisque c’est au checkpoint qu’ont lieu les contrôles quasi systématiques des individus et des marchandises qui aspirent à passer de l’autre côté de la frontière (Ritaine, 2009), mais c’est elle qui longe la majeure partie des frontières concernées et qui marque le plus les esprits. Il n’y a pas un modèle unique de barrière frontalière, chacune est unique de par les matériaux utilisés et le budget alloué, sans oublier la nature du terrain sur lequel elles sont bâties. De plus, l’aspect et la consistance d’une même barrière frontalière peuvent varier d’une portion à l’autre, il n’y a pas d’unité temporelle – une barrière frontalière est généralement construite en plusieurs étapes – ni d’homogénéité formelle sur la longueur. Par exemple, la barrière construite par le gouvernement américain le long de la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique est un patchwork de portions réalisées à des périodes distinctes et avec des matériaux différents (Novosseloff, Neisse, 2007). De manière plus générale, il est possible de distinguer parmi ce que l’on appelle les barrières frontalières, les murs et les clôtures. La différence entre les murs et les clôtures réside essentiellement dans leur degré de porosité potentielle. Un mur, construit en béton et avec des matériaux dits « durs » sera plus difficile à contourner qu’une clôture, constituée de barbelés et de matériaux plus malléables – bien que certaines clôtures comme celle érigée entre l’Inde et le Bangladesh soient électrifiées, et donc très difficiles à passer. Cette différence de matériaux peut être représentative d’une différence de moyens, la clôture étant en principe moins chère et plus rapide à mettre en place qu’un mur. « Le Mur, c’est le Nord, alors que la clôture, c’est le Sud » (Ballif, Rosière, 2009, p.197).

17Pour exercer pleinement leur fonction de barrière, les murs et les clôtures sont complétés par des dispositifs annexes de surveillance. Ainsi, des tours de contrôle – distinctes des checkpoints – sont placées à intervalles réguliers le long de la barrière frontalière, pour offrir aux gardes un angle d’observation le plus large possible. Des routes de patrouilles sont généralement aménagées le long de la barrière proprement dite pour permettre aux gardes de faire des rondes. La barrière frontalière étant généralement érigée non pas sur la ligne-frontière mais quelques centaines de mètres à l’intérieur du territoire de l’Etat bâtisseur, la zone entre la ligne zéro et la barrière peut être transformée en no man’s land, miné pour empêcher l’approche de personnes indésirables, comme c’est le cas notamment le long du Berm, au Sahara occidental. Selon les cas et les moyens mis à disposition de la surveillance de la frontière, des équipements supplémentaires sont installés, tels que des caméras de surveillance dont certaines à vision nocturne ou des détecteurs de mouvements et des moyens de contrôle biométrique. On observe, depuis le début des années 2000, la technologisation croissante des moyens de surveillance (Ceyhan, 2006).

18La construction d’une barrière frontalière est donc la concentration, le long d’une ligne symbolique, la frontière, d’obstacles physiques massifs, de dispositifs de surveillance, et de quelques points de passage. L’objectif de ce « dispositif de contrôle global qui s’exerce sur le déplacement des personnes » (Ritaine, 2009, p.16) n’est pas de stopper les flux et d’interrompre les échanges, mais bien de les canaliser afin de les faire entrer à des endroits stratégiques. Cependant, l’objectif des flux clandestins – pour lesquels de tels dispositifs électroniques de surveillance sont mis en place – n’est pas la ligne-frontière en elle-même, mais au-delà, à l’intérieur du territoire. Alors que des moyens de protection sont déployés le long de la frontière, leur ancrage territorial et leur relative fixité contraste avec les flux liquides et désunis qu’ils tentent d’endiguer. A ce propos, la métaphore de l’eau, qu’utilisent fréquemment les défenseurs des barrières frontalières est remarquable : il faut faire barrage à des flots de migrants clandestins qui vont inonder le marché du travail et s’infiltrer dans la société, fragilisant ses fondations. Mais de la même manière qu’un barrage n’est jamais totalement étanche, une barrière frontalière ne peut pas complètement stopper les clandestins. Le dispositif lourd d’une barrière frontalière « scotché » à la frontière – même si la reproduction des contrôles est possible à l’intérieur du territoire, notamment dans les aéroports et les ports – contraste avec la fluidité des flux visés. Cela est dû au décalage fondamental, et caractéristique du monde contemporain, entre d’une part la mobilité internationale des individus et les réseaux migratoires, et d’autre part, la résistance du modèle de l’Etat national aux forces diffuses de la mondialisation et la réaffirmation de son principe territorial.

Des moyens financiers et humains colossaux

19Le coût de la construction d’une barrière frontalière dépend de sa longueur et des matériaux utilisés. La barrière à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique coûte par exemple plus cher au kilomètre que celle érigée entre le Botswana et le Zimbabwe. Les sommes engagées restent dans tous les cas colossales. « Le système de la frontière électronique sur la dyade Arabie Saoudite et Irak annoncée par le prince Nayef ben Abdelaziz, ministre de l’Intérieur, en novembre 2006, coûtera un demi-milliard de dollars. L’ensemble du programme de surveillance est de 12 milliards de dollars » (Foucher, 2007, p.87). Le marché de la sécurité frontalière est en pleine expansion, les gouvernements sous-traitent les travaux et les confient à des organismes privés, tels que Boeing, qui a remporté l’appel d’offre du Secure Fence Act en 2006 pour équiper la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique (Foucher, 2007), ou encore Elbit Systems, une entreprise privée israélienne de technologies de surveillance et d’économie de défense qui a notamment œuvré à la construction de la barrière de sécurité entre Israël et la Palestine.

20Pour surveiller ces barrières qui doublent des frontières-discontinuités très marquées, des centaines de milliers d’hommes sont déployés, des militaires, mais aussi des milices privées. « Ainsi plusieurs dizaines de milliers d’hommes continuent à surveiller les approches du Berm, malgré l’installation de nombreux moyens de surveillance et la présence de champs de mines. La zone démilitarisée entre les deux Corées est gardée au Nord par environ 700 000 soldats, et au Sud par environ 300 000 soldats » (Novosseloff, Neisse, 2007, p.23). De même, 450 000 soldats indiens et 30 000 soldats pakistanais patrouillent le long de la Ligne de contrôle, celle-ci s’apparentant à un véritable front. Les barrières dépourvues de vocation militaire, qui ont pour objectif principal de filtrer les flux de migrants sont également gardées par un contingent très important. La frontière entre l’Inde et le Bangladesh est gardée par près d’un demi-million de soldats indiens, ce qui en fait l’une des frontières les plus militarisées au monde alors que les deux pays n’ont aucun contentieux militaire. Les barrières qui entourent les enclaves de Mellila et Ceuta quant à elles sont surveillées par 600 hommes de la Guardia Civil dans chaque ville.

21La construction d’une barrière frontalière, sa surveillance et son entretien représentent un coût substantiel pour les Etats constructeurs et pèsent un poids conséquent sur les budgets annuels nationaux. « L’Army Corps of Engineers prévoit que, pour un cycle de vie de 25 ans, les 1400 kilomètres de barrière requis par le Secure Fence Act coûteront entre 16,4 et 70 millions de dollars par kilomètre et demi, selon la nature de la barricade (qui varie d’une zone à l’autre), et l’ampleur des dommages que lui infligeront les contrebandiers. Le coût global de l’achèvement et de l’entretien de la barrière pourrait s’élever à 60 milliards de dollars sur 25 ans » (Brown, 2009, p.50-51). Le coût financier des barrières frontalières est d’ailleurs un objet de débat virulent dans les démocraties qui en bâtissent, aux Etats-Unis, en Inde ou encore en Israël, car elles représentent une part importante des dépenses de défense.

Une efficacité en demi-teinte

22Les barrières frontalières ont pour objectif la canalisation des flux et leur réorientation vers des checkpoints, dans l’optique de réduire, à défaut d’y mettre un terme, les entrées indésirables. Cependant, ces flux clandestins sont par définition impossibles à quantifier. Ils ne peuvent pas être traduits en termes de statistiques. Seules quelques estimations peuvent être produites, mais ces chiffres doivent être appréhendés avec précaution, en raison de la facilité à les manipuler en fonction de ce qu’on veut leur faire dire. Il est donc impossible d’analyser l’évolution du passage des flux clandestins après la construction d’une barrière frontalière.

23Par ailleurs, les barrières frontalières sont rarement efficaces en tant qu’interdictions. « L’édification de murs n’interrompt pas les mobilités et elle est même, en soi, comme tout défi, un appel à la transgression » (Bennafla, Peraldi, 2008, p.9). Les exemples de contournement sont nombreux le long de toutes les barrières frontalières : tunnels sous la barrière de sécurité en Israël, passages au niveau des zones de faiblesse des murs, mise à profit de leur caractère vétuste, ou contournement par d’autres voies. Depuis le rehaussement des barbelés à six mètres de hauteur autour des enclaves espagnoles de Mellila et Ceuta, les migrants rejoignent l’Union européenne en avion, avec un visa touristique de quatre-vingts dix jours, et y restent dans la clandestinité (Novosseloff, Neisse, 2007, p.154).

24Bien plus, loin de résoudre les causes de ces flux indésirables, « les murs ne font que maintenir un statu quo, geler une situation périlleuse » (Novosseloff, Neisse, 2007, p.24). Les barrières frontalières sont des édifices bâtis pour tenter de gérer les manifestations négatives de la mondialisation. Elles n’apportent aucune solution aux inégalités de développement et de richesse à l’échelle mondiale, et n’éradiquent en aucune façon les causes de la violence transnationale. Au contraire, elles deviennent elles-mêmes des facteurs supplémentaires de conflit et de frustration: les migrations étant de plus en plus coûteuses et difficiles, les clandestins ont plus tendance à s’installer de manière permanente, le renforcement des contrôles contribue à la sophistication de l’économie parallèle, et la violence dans les zones frontalières est accrue en raison de la forte présence militaire (Brown, 2009). Le long de certaines barrières frontalières, on atteint une « situation permanente de quasi-guerilla » (Brown, 2009, p. 174).

La fonction performative des barrières frontalières, un acte de communication avant tout

25Le coût des travaux, les frais d’entretien et de réparation, le financement des patrouilles de garde et de leur matériel pèsent très lourd dans les budgets des gouvernements bâtisseurs. Les barrières frontalières sont très controversées en raison de l’investissement que leur mise en place suppose et de leur efficacité parfois remise en cause. Comment justifier dès lors cette débauche de moyens financiers et humains, et les nombreux projets en cours d’élaboration ?

Une mise en scène de l’interdit, l’importance de leur pure existence physique

26Les barrières frontalières fonctionnent sur le mode du spectaculaire. Ce sont des obstacles massifs, imposants et très visibles situés près de la ligne stratégique que constitue la frontière. « L’Etat, surtout quand il est au service d’un régime démocratique, doit, dans un monde fluide, se montrer visible et actif sur la scène frontalière, devenue spectaculaire. C’est ce qui retient le plus l’attention publique, d’autant plus qu’un mur est photogénique » (Foucher, 2007, p.9). Le plus important n’est pas tant son efficacité en termes de réduction – et encore moins en termes de suppression – des flux indésirables et dangereux, mais bien sa visibilité et les messages que la barrière envoie à ceux qui les voient. Les barrières frontalières frappent l’imagination qu’ont les individus de la frontière et de sa traversée clandestine. « Malgré leur massive présence physique, les nouveaux murs fonctionnent souvent sur le mode du spectaculaire, projetant un pouvoir et une efficacité qu’ils ne sauraient exercer concrètement et qu’ils contredisent dans les faits » (Brown, 2009, p.20).

27Leur caractère massif veut en effet signifier la difficulté et le danger à les franchir illégalement. Les barrières frontalières matérialisent de manière spectaculaire les barrières légales. Elles ont ainsi un rôle performatif : elles signifient l’interdit tout en le mettant en œuvre concrètement. Leur existence concrète joue sur les représentations des candidats à la migration clandestine en lui conférant un aspect étanche, pas nécessairement vérifié dans les faits. De la même manière, pour les individus qui sont du « bon » côté de la barrière, elles leur procurent un certain sentiment de sécurité en tant qu’elles prennent la forme de remparts contre les invasions extérieures. De la même manière que la frontière en elle-même, la barrière frontalière est un filtre déformant (Foucher, 2007).

Une manifestation de la puissance de l’Etat, la réaffirmation du contrôle territorial

28La scène frontalière étant spectaculaire, la construction d’une barrière est aussi l’occasion pour l’Etat de mettre en scène sa puissance et son autorité à sa périphérie. En créant l’impression qu’il maîtrise les bordures de son territoire, il se présente comme un Etat fort et ferme, qui contrôle de manière très stricte les entrées. Les murs expriment « un pouvoir matériel, visible, centralisé, exercé corporellement par l’usage explicite de la force et de l’interdit » (Brown, 2009, p.124). La frontière constitue un endroit privilégié pour envoyer des messages au monde extérieur, et par la concentration de moyens très importants le long de cette ligne imaginaire, l’illusion d’une maîtrise sans faille et d’une réappropriation du territoire se met en place. La capacité souveraine de l’Etat, à travers son pouvoir de décider des entrées indésirables, est de cette manière réaffirmée. Par ailleurs, le renforcement de ses périphéries constitue un moyen pour le centre de s’affirmer face aux remises en cause liées à la mondialisation.

29Un Etat est légitimé par sa capacité à assurer la sécurité de ses ressortissants et du territoire sur lequel ils vivent. On entend ici par sécurité « une situation caractérisée par la sûreté ou l’absence de danger ou de menace » (Rosière, 2003, p.27). Dans une logique de séparation nette – comme par exemple entre les deux Corées – ou de filtrage contrôlé – le cas de la barrière israélienne –, la barrière est censée produire de la sécurité en réduisant au maximum les passages menaçants. Cependant, à défaut d’atteindre une sécurité totale – le risque zéro n’existe pas (Beck, 2008), il conviendrait mieux de parler d’une illusion de la sécurité. Le caractère théâtral d’une barrière frontalière ne doit pas occulter ses failles et son efficacité en demi-teinte. En revanche, son impact sur les représentations des individus est très fort, notamment sur celles des gens que la barrière est supposée protéger. « Le mur crée un nouvel espace public, asymétrique. Il définit un extérieur et un intérieur équivalents d’un espace du risque et d’un espace de la protection » (Ritaine, 2009, p.19). Le territoire est ainsi assimilé à un havre de sécurité, assurée par un Etat fiable et impliqué dans son rôle.

Un message du pouvoir à destination de l’opinion publique

30La clôture d’une frontière est une stratégie du pouvoir étatique qui a pour objectif caché de prouver à sa population qu’il est capable de répondre à ses exigences. « La clôture est d’abord un message politique à usage interne » (Foucher, 2007, p.86). En mettant en scène de manière spectaculaire sa capacité d’action et sa souveraineté, l’Etat montre qu’il prend en compte les problèmes de société, tels que l’immigration clandestine et les menaces sécuritaires, et les peurs sociales des individus, et qu’il met pour cela en œuvre des politiques de grande envergure. A propos de la barrière entre les Etats-Unis et le Mexique, « dans le cas du contrôle de l’immigration, les mesures prises pour endiguer le passage des clandestins le long des parties les plus visibles de la frontière ont permis d’effacer les images de chaos politiquement embarrassantes et de les remplacer par des images d’ordre réconfortantes » (Brown, 2009, p.142).

31Les trois pays qui ont le plus eu recours aux barrières frontalières ces dernières années sont également trois grandes démocraties du monde contemporain : les Etats-Unis, l’Inde et Israël (Jones, 2012). Dans ces démocraties, l’opinion publique est au centre des batailles pour le pouvoir, et les barrières frontalières sont des arguments électoraux majeurs pour les partis de droite. Par exemple, en Inde, la clôture qui double la frontière commune avec le Bangladesh est en grande partie l’œuvre de la droite indienne, dans un premier temps locale, et depuis de début des années 2000, au niveau national. Les politiciens jouent sur les peurs sociales de leur banque électorale et usent d’une rhétorique xénophobe et nationaliste. Les chiffres des rapports indiens sur l’immigration clandestine bangladaise dans le pays sont très souvent gonflés en fonction du message que le parti qui a commandé le rapport veut faire passer. Les peurs sociales sont instrumentalisées par le BJP, parti nationaliste indien, et la barrière frontalière a été le projet phare de ses membres depuis qu’ils ont investi le gouvernement. En résumé, le BJP a manipulé des réalités sociales pour en faire des arguments électoraux, et il tente d’apporter une solution spectaculaire à ce qu’il considère comme des problèmes pour se maintenir au rang de principale force d’opposition face au Parti du Congrès.

Conclusion

32La construction d’une barrière frontalière est un processus politique de longue haleine qui nécessite des efforts politiques et économiques colossaux. Cependant, les barrières frontalières sont très controversées. D’une part, leur efficacité, loin d’être prouvée, est discutée, les barrières réorientent les flux problématiques, à défaut de résoudre leurs origines complexes. D’autre part, les implications d’un tel édifice sont très nombreuses, l’investissement est fait sur le long terme et engage des sommes très importantes. Les barrières frontalières sont enfin à l’origine de nombreux problèmes connexes, tels que la montée des violences dans les zones frontalières. Pourtant, les projets de construction de barrières frontalières se multiplient. Cela peut s’expliquer par les bénéfices politiques que rapportent ces mises en scène spectaculaires de la prise en compte des peurs sociales de la population par les gouvernements constructeurs. Au-delà d’un rôle purement pratique, la construction d’une barrière frontalière est un acte politique très important, un message très fort, son existence théorique étant au moins aussi importante que sa fonction d’obstacle physique dans des démocraties de plus en plus emmurées.

Haut de page

Bibliographie

ANDREAS P., 2003, « Redrawing the Line : Borders and Security in the Twenty-First Century » in International Security, vol. 28, n°2, pp. 78-111.

BADIE B, SMOUTS M.-C., 1999, Le retournement du monde. Sociologie de la scène internationale, Paris : Presses de Sciences Po et Dalloz, 238p.

BALLIF F., ROSIERE S., 2009, « Le défi des ‘teichopolitiques’. Analyser la fermeture contemporaine des territoires » in L’Espace géographique, n°3, pp.193-206.

BAUMAN Z., 2007, Le présent liquide. Peurs sociales et obsessions sécuritaires (traduction), Paris : Editions du Seuil, 141p.

BAUMAN Z., 2005, La Société assiégée (traduction), Paris : Hachette littératures, 343p.

BECK U., 2008, La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité (traduction), Paris : Editions Flammarion, 521p.

BENNAFLA K., PERALDI M., 2008, « Introduction. Frontières et logiques de passage : l’ordinaire des transgressions » in Cultures & Conflits, n°72, pp.7-12.

BROWN W., 2009, Murs. Les murs de séparation et le déclin de la souveraineté étatique, Paris : Les Prairies Ordinaires, 206p.

BRUNET-JAILLY E. (ed.), 2007, Borderlands : comparing border security in North America and Europe, Ottawa : University of Ottawa Press, 392p.

CEYHAN A., 2006, « Technologie et sécurité: une gouvernance libérale dans un contexte d'incertitude » in Culture & Conflits n°64, pp. 11-32.

DOLLFUS O., 2007 (3ème édition), La Mondialisation, Paris, Presses de Sciences Po, 171p.

ELIAS N., SCOTSON J.L., 1997, Logiques de l’exclusion (The Established and the Outsiders), Parie : Librairie Arthème Fayard, 278p.

FOUCHER M., 2007, L’obsession des frontières, Paris : Editions Perrin, 248p.

JONES R., 2012, Border Walls : Security and the War on Terror in the United States, India, and Israël, Londres : Zed Books, 210p.

NIEL F., 2011, Contre les Murs, Paris : Bayard, 207p.

NOVOSSELOFF A., NEISSE F., 2007, Des murs entre les hommes, Paris : La Documentation française, 211p.

OHMAE K., 1990, The Borderless World. Power and Stratégy in the Interlinked Economy, New York : Harper Collins Publishers, 221p.

RITAINE E., 2009, « La barrière et le checkpoint, mise en politique de l’asymétrie » in Cultures & Conflits, n°73.

ROSIERE S., JONES R., 2012, « Teichopolitics : re-considering globalization through the role of walls and fences » in Geopolitics, n°17, pp.217-234.

ROSIERE S., 2003, Géographie politique et géopolitique. Une grammaire de l’espace politique, Paris, Ellipses Editions, 320p.

SPARKE M.B., 2006, « A neoliberal nexus : Economy, security and the biopolitics of citizenship on the border » in Political Geography, vol. 25, n°2, pp. 151-180.

TORPEY J., 2000, L’invention du passeport. Etats, citoyenneté et surveillance (traduction), Paris : Editions Belin, 255p.

WACKERMANN G., 1995, De l’espace national à la mondialisation, Paris : Editions Ellipses, 192p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Didiot, « Les barrières frontalières : archaïsmes inadaptés ou renforts du pouvoir étatique? », L’Espace Politique [En ligne], 20 | 2013-2, mis en ligne le 18 juillet 2013, consulté le 24 avril 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/2626 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.2626

Haut de page

Auteur

Marie Didiot

Doctorante
Université de Reims Champagne-Ardenne, laboratoire Habiter (E.A. 2076)
didiot.marie@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org