Navigation – Plan du site

Le blindage des frontières selon les théories des Relations Internationales : contribution et dialogue

Walls and Fences According to International Relations Theories: Contribution and Dialogue
Philippe Beaulieu-Brossard et Charles-Philippe David

Résumés

Cet article met en lumière les possibilités de théoriser le blindage des frontières au 21e siècle selon les théories des Relations Internationales : le réalisme, le libéralisme, le constructivisme conventionnel et les perspectives critiques. Il vise également à jeter les ponts pour un dialogue entre les RI et les approches géopolitiques, une discipline spécialisée dans la compréhension de l’espace et des frontières. Malgré une prolifération exponentielle de frontières blindées, le phénomène demeure pourtant sous-théorisé en général et d’autant plus par les Relations Internationales. En s’inspirant des postulats des théories des Relations Internationales et de la Géopolitique, l’article propose une cartographie de concepts catégorisés selon deux objectifs possibles qu’universitaires et étudiants aimeraient atteindre dans leurs recherches sur le blindage des frontières : expliquer les causes du blindage des frontières ou mettre en lumière les conditions de possibilité du phénomène.

Haut de page

Notes de l’auteur

Les auteurs tiennent à remercier Evelyne Ritaine, Stéphane Rosière ainsi que les réviseurs anonymes pour leurs commentaires et suggestions.

Texte intégral

Introduction

  • 1  Le manque de théorisation est une critique partagée par une grande partie des observateurs des phé (...)
  • 2  Nous employons « Relations Internationales » (RI) pour désigner la discipline académique et « rela (...)

1Si la chute du mur de Berlin a encouragé l'idée d'un monde sans frontières, les réactions internationales aux attentats du 11 septembre témoignent d'un renfermement du monde caractérisé par un blindage exponentiel des frontières (Ohmae, 1990; 1995). Une pratique anachronique? Plus de vingt ans après la chute du mur, Michel Foucher nous rappelle que la somme du blindage actuel et projeté représente plus de 18 000 km à l’échelle internationale (Foucher, 2007, p.7). Pourtant, comme l’avance le géopolitologue David Newman, la littérature témoigne d’un manque d’outils théoriques nécessaires afin de comprendre l’ampleur de ce phénomène (Newman, 2006)1. Bien que la géopolitique puisse être considérée comme la discipline par excellence pour comprendre les enjeux frontaliers en général, à l’inverse, les théoriciens des Relations Internationales (RI)2 tardent à offrir des explications au phénomène de blindage des frontières au 21e siècle (Van Houtum, 2005, p.673).

2Cet article se dédie à offrir une réponse à cette apparente carence de théorisation du phénomène de résurgence des frontières blindées en RI pour plutôt avancer le contraire. La littérature existante en théories des RI peut apporter à la fois une explication globale du blindage des frontières et des explications spécifiques pouvant éclairer chaque contexte particulier, de la barrière séparant les États-Unis du Mexique au projet de mur séparant l’Arabie Saoudite de l’Irak par exemple. Enfin, plutôt que de mettre l’accent sur ce qui divise les RI par rapport aux approches géopolitiques, cet article démontre que ces approches se complètent pour saisir le phénomène de blindage des frontières. L’article constate ainsi la richesse du pluralisme pour saisir les multiples facettes du blindage des frontières au 21e siècle.

  • 3  Par exemple, le journaliste Robert Fisk critique l’usage de certains « mots » pour décrire le phén (...)
  • 4  Inspiré principalement par la sociologie de Pierre Bourdieu et de Michel Foucault, le tournant « p (...)
  • 5  Cette stratégie nous permet d’éviter une division ontologique entre les approches traditionnelles (...)
  • 6  Si Vladimir Kolossov offre une excellente synthèse concernant les principales manières de concevoi (...)

3Afin d’aller au-delà des débats de définition de « frontière » et de son « blindage »3, nous employons une définition « pratique » de l’objet d’étude4. C’est-à-dire que nous nous concentrons sur les performances compétentes, discursives et non-discursives, impliquées dans le processus de blindage d’une frontière au 21e siècle (Pouliot et Adler, 2011)5. Cette définition de l’objet d’étude nous permet à la fois d’analyser le blindage matériel des frontières – la limite linéaire démarquant deux espaces territoriaux – au sens « classique », les mécanismes qui soutiennent ces dispositifs, ainsi que les conditions sociales qui les rendent possibles6 (Lasserre et Gognon, 2008, p.196). Bien que cette définition ait pour objectif d’ouvrir la voie à une pluralité d’approches pour saisir le blindage des frontières, elle ne peut résumer à elle seule les multiples manières de définir les frontières blindées.

  • 7  À des fins de synthèse, nous restreignons notre analyse aux auteurs les plus représentatifs de leu (...)

4La première partie expose les principales approches en RI qui permettent d’identifier les causes possibles du blindage des frontières : le réalisme, le libéralisme et le constructivisme conventionnel. La seconde partie explore les perspectives critiques en RI qui se concentrent sur les conditions de possibilités historiques, culturelles et sociales du phénomène.7. Enfin, l’article suggère des possibilités de dialogue avec une série non exhaustive d’approches géopolitiques afin d’offrir un regard plus complet sur le blindage des frontières.

Les causes du blindage des frontières au 21e siècle selon les théories des RI

  • 8  L’École de Copenhague, une école constructiviste conventionnel, fait ici figured’exception en fond (...)

5Cette première catégorie d’approches rassemblant le réalisme, le libéralisme et le constructivisme conventionnel met l’accent sur les pratiques non-discursives impliquées dans le blindage des frontières8. L'objectif général de cette première catégorie est de résoudre les problèmes politiques rattachés au blindage des frontières en expliquant ses causes afin de pouvoir ensuite offrir des solutions (Cox, 1981).

Les approches réalistes : Assurer la souveraineté et la sécurité nationale de l’État

  • 9  Le réalisme, toutes versions confondues, se concentre sur l'analyse de l'État qui est compris comm (...)

6Selon la perspective réaliste9, le blindage des frontières s'expliquerait par la décision d'un État d'implanter des dispositifs pour délimiter et protéger sa souveraineté contre les menaces extérieures à sa sécurité nationale (Andreas, 2003, p.81). La frontière blindée remplit donc le rôle de dispositif dissuasif, une partie intégrante des fonctions régaliennes de l'État. Par exemple, les réalistes classiques tels que Hans Morgenthau qui mettent l'accent sur la prudence et l'engagement moral de repousser la guerre jusqu'à ses limites pourraient concevoir le blindage des frontières comme d’excellents compromis pour éviter la guerre (Morgenthau, 1954).

  • 10  Le dilemme de sécurité se fonde sur un modèle d'action-réaction où le renforcement de la sécurité (...)
  • 11  Par exemple, à la suite de l'attentat terroriste manqué du 25 décembre 2009, le processus de rense (...)

7Mais comment les néoréalistes pourraient concevoir le blindage des frontières dans le contexte du 21e siècle ? Les effets de l’instabilité causée par le système international unipolaire constituent une piste d’explication (Waltz, 2000, p.30). Puisqu'aucun État ne peut prétendre atteindre une hégémonie mondiale parfaite sans souffrir de surexpansion stratégique, l'unipolarité peut laisser un vide de puissance selon Paul Kennedy (Kennedy, 1988, p.20). Les carences de cette configuration systémique encouragent le phénomène des « États faillis », c'est-à-dire des États qui n'arrivent pas à faire respecter leur souveraineté territoriale. En conséquence, les « États faillis » favorisent l'émergence de groupes subétatiques autonomes qui peuvent représenter une menace à la sécurité nationale des autres États (Krasner et Pascual,2005). Par exemple, les nombreuses tentatives d'attentats terroristes aux États-Unis depuis la fin de la Guerre froide sont le fruit de groupes qui emploient des « États faillis » comme base arrière (e.x. Afghanistan, Yémen, Somalie). Dans l'objectif de maximiser la sécurité nationale dans cet environnement anarchique, les États renforcent leurs mesures préventives en blindant leurs frontières. Enfin, le concept de dilemme de sécurité pourrait également être employé afin d'expliquer les causes récentes de blindage des frontières10. Puisque les États se comportent généralement selon un modèle d'action-réaction concernant la sécurité, l'implantation de frontières blindées répondrait à l'escalade dans la sophistication de la menace, tout en étant une alternative à contrevenir à la souveraineté d'un autre État par la guerre. Par exemple, les procédures de sécurité aux aéroports internationaux étaient peu rigoureuses avant les attentats du 11 septembre 2001. Après ces événements, on remarque que les barrières de sécurité aux aéroports sont devenues de plus en plus sophistiquées à chaque tentative d'attentat dont l'ingéniosité a permis un contournement11.

8Stephen Krasner et Samy Cohen pourraient offrir un second type d'explication en se concentrant sur la question des mouvements transnationaux (Krasner, 1995, 1999; Cohen, 2003). Les auteurs remettent en question le principe réaliste de la souveraineté de l'État. Empruntant l'argument réaliste de la structure anarchique, Stephen Krasner démontre que les normes de Westphalie implantées en 1648 n'ont jamais été suivies à la lettre (Krasner, 1999, p.45). L'absence d'autorités internationales suffisamment contraignantes afin de veiller à l'application de ces principes a toujours incité les États à tricher dans leur compétition de puissance. Le blindage des frontières viendrait renforcer la souveraineté de l'État. En aval, par ses dispositifs de contrôle accrus, l'État peut sélectionner les éléments désirables des flux transnationaux afin d’enrichir ses capacités matérielles. En amont, il peut rejeter les éléments indésirables qui seraient un boulet à sa compétitivité. Enfin, en s’inspirant de Samy Cohen, on pourrait même affirmer que le retour de la frontière blindée confirme le caractère indépassable de la souveraineté étatique par rapport au droit international (Cohen, 2003, p.241). On peut penser notamment au mur en Israël-Palestine qui a été érigé malgré les condamnations de la cour de justice internationale (Cour Internationale de Justice, 2004). En somme, dans une perspective réaliste, le blindage des frontières n’est pas problématique, mais une mesure d'optimisation rationnelle.

Les approches libérales : Un monde sans frontières

  • 12  Contrairement aux néoréalistes, les néolibéraux vont au-delà de l'État comme unité principale du s (...)

9Le néolibéralisme, avant sa synthèse avec le néoréalisme dans les années 198012, serait d'avis que les frontières blindées sont vouées à disparaître par l'impact toujours croissant des mouvements transnationaux sur le système international. Bien que certains États prennent la décision de blinder leurs frontières, ces dispositifs sont souvent inefficaces pour contrer les mouvements transnationaux. Ensuite, il est même possible d'entrevoir une situation où plusieurs États sont si intégrés que les frontières disparaissent entre eux. L'Union Européenne constitue le meilleur exemple qui illustre le potentiel du concept d'interdépendance pour expliquer la chute des frontières entre ses États membres. Témoignant d'échanges dont le volume augmente exponentiellement depuis la Deuxième Guerre mondiale, les États coopérants ont formé des institutions internationales pour réguler leurs normes et leur agenda. Les frontières sont devenues de véritables ponts entre les États-Nations, plutôt que des frontières blindées… bien qu’un chercheur critique pourrait affirmer que l’Union Européenne ne fait que déplacer les frontières blindées de l’échelle nationale à l’échelle régionale.

  • 13  Les unités d'analyse priorisées sont les acteurs sociaux et leurs préférences, c'est-à-dire leurs (...)

10Un deuxième courant de l'École libérale remet en question les approches systémiques : toute politique internationale serait avant tout le fruit de la politique intérieure13(Moravcsik, 1997, p.517). Selon cette approche, le retour du blindage des frontières pourrait être associé à des groupes d'individus qui parviennent à réaliser leurs préférences en convainquant des représentants politiques. Par exemple, le cas du mur séparant certains tronçons de la frontière entre les États-Unis et le Mexique ne représente pas une politique dont l'initiative s'est prise au sein des arcanes du pouvoir exécutif à Washington. Au contraire, le président George W. Bush était plutôt opposé à une telle politique. La mise en place de la barrière de sécurité qui sépare les États-Unis du Mexique pourrait davantage être expliquée par le résultat des pressions du groupe des Minutemen et de deux des entrepreneurs politiques à leur tête : Chris Simcox et Jim Gilchrist, de certains membres de la chambre des représentants à l’instar de James Sensenbrenner (R-WI) et Tom Tancredo (R-CO) ainsi que des think tanks (Dufort, 2009, p.9).

  • 14 Un exemple est le blindage de frontières qui deviennent la pierre angulaire d’un véritable complexe (...)

11Les théories libérales dont le point de départ se situe à l'échelle locale puis nationale pourraient également fournir des outils pour analyser le dilemme du blindage de la frontière. Selon cette notion originale, blinder une frontière entraîne toujours une prolifération de nouveaux acteurs politiques avec des préférences qu'ils tenteront de faire valoir, de la zone frontalière à l'ensemble de la société14. Plus les voies de contournement sont marginales, plus les passeurs profitent de la rareté de l'offre. Plus le blindage est sophistiqué, plus les acteurs économiques profitent de ce nouveau marché pour s'y illustrer. Le cas du mur séparant la Bande de Gaza de l'Égypte et la volonté de rajouter un mur souterrain de 18 m de profondeur représente un exemple effectif de dilemme du blindage de la frontière (Fraser, 2009). En somme, selon les perspectives libérales, le blindage des frontières pourrait être compris comme le résultat de la dynamique des acteurs domestiques d’un État. La longévité des frontières blindées pourrait être défiée par l’effet des forces transnationales et des institutions interétatiques.    

Le constructivisme conventionnel : Protéger le « nous »

  • 15  Wendt reprend la conception unitaire de l'État en lui conférant toutefois un aspect anthropomorphi (...)

12Par inférence des postulats15 du constructivisme d’Alexander Wendt, le blindage des frontières dépendrait de la nature de l'anarchie et de la hiérarchie des identités des États. Dans le cas d'une anarchie hobbesienne, Alexander Wendt affirme qu'il va sans dire que les États et leurs frontières ne peuvent que se transformer en de véritables forteresses d'exclusion défendues à tout prix (Wendt, 1999, p.212). À notre époque, le système international aurait évolué d'une anarchie lockéenne à la suite de la guerre froide pour retourner à l’anarchie hobbesienne après le 11 septembre 2001. L'invasion américaine en Irak sans l'aval de l'ONU aurait renforcé le sentiment d'insécurité des États pour contribuer au blindage des frontières. À l'inverse, un retour à une anarchie lockéenne ou kantienne serait propice à la chute des frontières blindées entre les États.

13Dans un autre ordre d'idées, l'identité étatique constituerait un important facteur favorisant l'implantation de frontières blindées. Par exemple, si un État entretient une identité de type « capitaliste », cette définition identitaire l'entraîne automatiquement à maintenir un taux de croissance économique appréciable. Ainsi, il va de soi pour certains États « capitalistes » de sélectionner parmi les flux migratoires, les individus qui favoriseraient une croissance économique plutôt que ceux qui représenteraient des fardeaux économiques (Andreas, 2003, p.80). Dans une autre perspective, la construction d'une identité n'est pas nécessairement exclusive et détient même le potentiel d'être inclusive (Wendt, 1999, p.212). Les États détiennent la possibilité de concevoir des espaces idéels où une identité et des intérêts collectifs peuvent émerger, sapant la logique derrière le blindage des frontières à l’image du cas de l'Union Européenne.

  • 16  Le concept de sécuritisation met l'accent sur la construction intersubjective de la menace. Il s’a (...)
  • 17  Les moyens concrets, financiers et humains, pour contrer la menace (Balzacq, 2004, p.39-40).

14Si le concept de sécuritisation16 demeure populaire pour expliquer l’objectivation d’une menace au sein d’une société, la sécuritisation de type sociétale pourrait directement être appliquée au cas des frontières blindées (Guild, 2009). Dans cette catégorie, un enjeu politique devient un enjeu de sécurité lorsqu'un groupe social (ex. : nation, groupe ethnique, communauté religieuse, etc.) le perçoit comme une menace à sa survie (Doty, 2009, p.13). L'internalisation de la perception d'une menace à la survie du groupe permet de justifier des mesures draconiennes, violentes ou non violentes, qui surpassent le cadre de la politique normale. La mondialisation serait l'une des causes majeures d'insécurité sociétale. D'une part, elle peut être perçue comme une menace par son apport en langues, cultures et valeurs qui ont la capacité de court-circuiter la reproduction d'une culture locale. D'autre part, elle détient le potentiel de mettre la Société et l'État en opposition concernant l'ouverture à l'immigration (Waever et al., 1993, p.42). Ensuite, lorsque deux identités en compétition sont mutuellement exclusives ou lorsqu'une société est submergée par un fort taux d'immigration, un auditoire devient plus propice à internaliser un acte de sécuritisation (Waever et al., 1993, p.45). Lorsque l'acte de sécuritisation est accepté, des mesures de sécurisation17 sont opérationnalisées.

15Les notions de l'École de Copenhague peuvent être opérationnalisées afin d'expliquer l'érection d’une barrière de sécurité entre les États-Unis et le Mexique par exemple. Détenant un fort apport d'immigration mexicaine non documentée, la population américaine de certains États des États-Unis représente un terreau fertile à l'internalisation d'un discours de sécuritisation sociétale. Les actes de langage sur l'immigration qui sont promus par plusieurs groupes sociaux recueillent de plus en plus d'adhérents jusqu'à l'échelle étatique. L'acte de langage qui identifie l'immigration illégale comme une menace existentielle combinée à la perception que l’État échoue à contrer la menace offrent une légitimité aux mesures de sécurisation entreprises par la milice des Minutemen : blindage de la frontière et patrouilles frontalières.   

16Bien que l'œuvre fondatrice de Barry Buzan, Ole Waever et Jaap de Wilde mette l'accent sur l'échelle étatique de sécuritisation, les auteurs indiquent que la sécuritisation peut se réaliser à trois échelles différentes : macro, meso et micro. Si l'échelle micro concerne un ou quelques individus par rapport à un auditoire restreint, et l'échelle meso l'État par rapport à la Société, l'échelle macro implique un État par rapport à un auditoire qui dépasse le cadre national (Buzan et Waever, 2009, p.254). Concernant ce dernier niveau, deux concepts sont indispensables : les constellations sécuritaires et la macrosécuritisation. Le concept de constellations sécuritaires vise à donner un portrait plus juste de la sécuritisation en incluant toutes ses échelles. D'autre part, plus qu'une simple securitisation, la macrosécuritisation impose une hiérarchie dans la constellation sécuritaire ou se regroupe tout simplement avec les autres sécuritisations (Buzan et Waever, 2009, p.257). Dans cette optique, la chute du mur de Berlin en 1989 a contribué à une démacrosécuritisation de la Guerre froide permettant une plus grande ouverture entre les États. En revanche, le 11 septembre et ses suites ont occasionné une (re)sécuritisation conférant un autre visage aux frontières (Mueller, 2009, p.76). La pratique de blinder les frontières est plus que jamais intégrée à plusieurs enjeux de sécurité, mais dans une macrosecuritisation totalement différente : celle de la guerre globale au terrorisme. Cette macrosécuritisation a créé une accrétion dans la constellation de sécurité où la plupart des objets sécuritisés gravitent dorénavant autour de la guerre globale au terrorisme. Par exemple, les sécuritisations auparavant isolées de la prolifération des armes de destruction massive, des mouvements transnationaux du crime organisé, de la drogue et des immigrants sont désormais rattachées à la macrosécuritisation de l'après 11 septembre (Buzan et Waever, 2009, p.257). Dans ce cadre, la migration devient donc une menace potentiellement universelle qui encourage les États à blinder leurs frontières dans l'espoir de protéger leurs populations (Buzan et Waever, 2009, p.264). En somme, selon les approches constructivistes conventionnelles, le blindage des frontières n’est pas le résultat d’une décision rationnelle, mais pourrait être causé par la construction sociale de la logique anarchique du système international ou par un processus de sécuritisation.

Critiquer le blindage des frontières au 21e siècle selon les théories des RI

17Cette seconde catégorie d’approches s’intéresse aux processus discursifs qui fixent le sens que les individus accordent aux frontières blindées (Albert, 1999, p.53). À l’inverse des approches précédentes, le chercheur perd ainsi la capacité de fixer un sens aux frontières blindées, pour plutôt donner la parole aux « sujets » qui sont concernés par la pratique internationale de blindage des frontières (Fierke, 2007, p.85).

18Plusieurs chercheurs en RI ont mis l'accent sur la dialectique territoriale en démontrant la logique de (dé)construction et de (re)construction des frontières qui peut favoriser le blindage des frontières. Selon cette perspective, un territoire ne peut avoir de sens pour les individus que par un processus constant de déterritorialisation et de reterritorialisation (Albert, 1999, p.60). Par exemple, l'augmentation des flux internationaux remet en question notre conception traditionnelle de la territorialité : c'est la déterritorialisation (Ruggie, 1993). En retour, une conception du territoire est toujours présente, mais la transformation du contexte sociopolitique entraîne une (re)conception de ce dernier : c'est la reterritorialisation (Albert, 1999, p.62). Puisque le concept de territorialité est en cours de transformation, la compréhension des frontières blindées rejoint la même tendance où le sens que les individus leur confèrent risque d'être transformé. Dans la phase de transformation actuelle, certains États délaissent les frontières blindées. D'autres peinent à (re)conceptualiser leur souveraineté sur un espace et érigent, en réponse, des frontières blindées.

19Malgré le processus continu de déconstruction/reconstruction territoriale, un élément d'une certaine continuité se dégage du phénomène des frontières blindées : le contrôle (Walters, 2006, p.195). La nature et l'étendue spatiale du contrôle témoignent par contre d’une constante évolution. Dans cette optique, les frontières blindées constituent un dispositif d'obstacles qui confère une importance cruciale aux points de passages qui agissent à l'image d'un filtre sur le déplacement des individus selon Evelyne Ritaine (Ritaine, 2009). Les frontières blindées deviennent à la fois des éléments de dissuasion pour l'extérieur et un élément de protection interne. Ensuite, Didier Bigo explore les implications de ces métamorphoses où l'on assiste à la dé-différentiation des enjeux internes et externes de la sécurité. L’auteur propose que la redéfinition de la sécurité de l'espace « national » à l'espace « global » entraîne l'effet secondaire de démultiplier les enjeux de sécurité et de faire de la protection maximale, la valeur par excellence (Bigo, 2001, p.110). Par exemple, si les frontières blindées n'existent plus dans certaines sociétés, la migration et les diasporas demeurent néanmoins souvent identifiées comme des enjeux de sécurité. Elles sont dès lors surveillées par des dispositifs sécuritaires. (Bigo, 2001, p.115). Enfin, Nick Vaughan-Williams emploie le concept de biopolitique pour surenchérir la notion de contrôle territorial à celui de contrôle globalisant. Le concept de biopolitique élaboré par Michel Foucault suggère que l'État ne concentre plus son contrôle sur un territoire, mais essentiellement sur la gestion de la vie de la population. L'individu n'est plus conçu comme un acteur politique, mais comme une unité biologique (Vaughan-Williams, 2009, p.39). Concrètement, on peut penser notamment à l'intensification des frontières blindées employant la biométrie afin de contrôler le passage. Par la biométrie, le corps de l'individu se transforme littéralement en mot de passe (Fierke, 2007, p.117).

20Plusieurs chercheurs en RI étudient le blindage des frontières comme processus de différenciation. Ici, la frontière ne constitue pas une simple ligne de démarcation entre le « soi » et « l'autre », mais un élément à travers lequel une société interprète le « danger » et par conséquent, son identité selon David Campbell (Campbell, 1998, p.80). La perspective de David Campbell interrelie ainsi l'identité par différenciation, « frontières » et « danger » sous la forme d’un complexe (Campbell, 1998, p.9). Dans cette optique, les frontières blindées symbolisent l'existence d'un danger extérieur de par leur existence même (Ritaine, 2009). Ensuite, selon Richard Devetak, l'État n'est jamais achevé, il est toujours en processus de construction (Devetak, 1995, p.19). L'ultime condition d'existence de l'identité d'un État dans ce processus est de perpétuer la négation de ses pairs. Blinder une frontière est ainsi une forme de pratique de cette négation (Devetak, 1995, p.29). Dans une perspective similaire, John Ruggie indique que la principale conséquence de la création de l'État souverain moderne consiste en la différenciation des sujets collectifs dans des enclaves territorialement fixes et mutuellement exclusives où le contrôle de l'État s'en trouve légitimé (Ruggie, 1993, p.151). La condition de possibilité des frontières blindées est ainsi la différenciation résultant de la nature des États qui est propre au contexte historique actuel.

  • 18  La réification signifie prendre pour réalité naturelle un concept abstrait comme l’État par exempl (...)

21Enfin, la réflexivité – une notion qui affirme que le chercheur doit objectiver le processus même de sa recherche – demeure un thème qui s’applique également à l'analyse du phénomène des frontières blindées (Bourdieu et Wacquant, 1992, p.63). Par l’entremise de cette notion, les critiques s’opposent aux théories conventionnelles des RI dont ils accusent de réifier18 les frontières blindées en ne problématisant pas leur nature (Vaughan-Williams, 2009, p.165). Par exemple, des auteurs tels que David Campbell et Didier Bigo avertissent les chercheurs des dangers de leur usage du langage. Didier Bigo questionne notamment l'usage répandu du mot « flux » dans la littérature et son effet discursif sur la pratique politique. Si l'immigration est conceptualisée à l'instar d'un flux, il en résulte deux choix décisionnels : le « canaliser » ou « l'endiguer » (Bigo, 2001, p.112). En somme, selon les perspectives critiques, les frontières blindées sont des dispositifs dont les conditions de possibilités sont circonscrites par le discours qui leur donne un sens.  

Pour un dialogue avec les approches en géopolitique

22Plutôt que de mettre l’accent sur ce qui divise les théories des RI par rapport aux approches en géopolitique dans leurs apports à l’analyse du blindage des frontières, la synthèse qui suit propose des voies de dialogue. Cette section survole d’abord les approches géopolitiques conventionnelles, méthodologiquement compatibles avec les théories réalistes, libérales et constructivistes conventionnels des RI élaborées ci-haut. Ensuite, cette section aborde les contributions géopolitiques critiques, méthodologiquement compatible avec les perspectives critiques en RI.

23Les approches géopolitiques traditionnelles telles que l’école géopolitique matérialiste et l’école géopolitique étatiste (ou géoréaliste) ont été forgées par des années d’interaction avec l’école réaliste en RI (Lasserre et Gognon, 2008, p.172). Certains géopolitologues, à l’instar de Colin Gray, affirment même que ces approches sont une variante du réalisme (Venier, 2010). Après tout, elles partagent le même objet d’analyse que sont les rivalités de pouvoir entre les États. Si l’école géopolitique matérialiste met l’accent sur les configurations spatiales qui influencent la projection de puissance des États, l’école géoréaliste se concentre sur l’analyse de l’espace comme lieu où les rapports de force s’entrechoquent entre les États (Lasserre et Gognon, 2008, p.132). La première peut offrir des pistes d’explication pour comprendre les facteurs physiques qui agissent comme des frontières blindées à l’instar de la chaîne de montagne de l’Himalaya qui enclave le Tibet ou même les espaces maritimes qui enclavent des territoires comme Cuba. Deux exemples de barrières physiques qui facilitent le contrôle des populations (Stern, Young et Druckman, 1992). La géopolitique matérialiste, et plus spécifiquement les travaux de Nicholas Spykman, sont également à l’origine de la doctrine de l’endiguement (« containment ») qui est encore employée aujourd’hui comme politique de contrôle des migrants par un blindage des frontières (Lasserre et Gognon, 2008, p.135). La deuxième approche, l’école géoréaliste, permet de comprendre le blindage des frontières résultant de stratégies étatiques conflictuelles sur un territoire (Lasserre et Gognon, 2008, p.156). La compréhension des frontières blindées résultant de l’héritage colonial pourrait bénéficier d’un tel éclairage. Pensons notamment aux frontières blindées de Ceuta et Melilla entourant ces deux territoires espagnols au Maroc. Enfin, l’approche géopolitique historico-géographique complète également l’approche réaliste en RI en offrant un regard empirique sur l’impact des équilibres de puissances sur les frontières. Ces équilibre de puissances peuvent être à la source du blindage des frontières comme l’histoire de la frontière entre les deux Corées en témoigne (Ancel, 1938; Colby et Bowman, 1942).

24L’école géopolitique géographique qui met l’accent sur un pluralisme de facteurs pour comprendre les phénomènes politiques sur l’espace territorial pourrait compléter les approches libérales et constructiviste conventionnelle en RI. En effet, outre le pouvoir de l’État, cette école considère les facteurs démographiques, économiques, culturels et même les représentations géopolitiques d’un territoire pour saisir les enjeux socio-politiques sur un espace (Rumley et Minghi, 1991; Foucher, 2007). Cette combinaison de facteurs offrirait, par exemple, des pistes éclectiques d’explication de la construction du mur séparant Israël des territoires palestiniens combinant, entre autres, l’image géopolitique du sionisme, la croissance démographique des populations palestiniennes et le contrôle de l’économie « illégale ». Ensuite, l’approche géopolitique des identités territoriales, qui partage l’objet d’analyse du constructivisme conventionnel, a pour objectif d’expliquer les formes de frontière selon la hiérarchie des identités en présence – ethnique, religieuse, nationale, régionale, etc. – des communautés transfrontalières (Kliot et Newman, 2000; Paasi, 2005). Une certaine hiérarchie d’identités territoriales positionnant en interaction deux identités conflictuelles est une condition de possibilité de blindage d’une frontière.

25Partageant les mêmes postulats méthodologiques, et puisant leur inspiration philosophique auprès de mêmes auteurs tels que Michel Foucault, Jacques Derrida, Gilles Deleuze et Jürgen Habermas, les approches critiques en RI sont généralement en dialogue de manière explicite avec la géopolitique critique. Premièrement, à l’instar de Mathias Albert, Victor Konrad et Heather Nicol expliquent que la résurgence des frontières blindées se rattache à la transformation du sens et de la fonction que les individus confèrent à la frontière (Konrad et Nicol, 2008). Cette transformation s'inscrit dans le contexte de la mondialisation qui, par son essence, altère à la fois la théorie et la pratique des limites territoriales. Deuxièmement, en dialogue avec les chercheurs en RI travaillant sur le contrôle qu’implique les frontières blindées, Gearoid O’Tuathail propose la notion de géo-pouvoir. Le géo-pouvoir concerne l'ensemble des technologies de pouvoir impliquant la production et la gestion gouvernementale d'un espace territorial incluant notamment les frontières blindées (O’Tuathail, 1996, p.7). Selon l’auteur, la fin de la guerre froide et la mondialisation ont engendré l'éclatement des représentations de l'espace. En réponse, l'État tente d’utiliser son géo-pouvoir dans la quête de fixer désespérément sa représentation de la territorialité utilisant des frontières blindées dans certains cas (O’Tuathail, 1996, p.225). Troisièmement, pour certains géopolitologues, blinder une frontière ne peut que devenir possible que par un processus de différenciation. Il s’agit de tous les éléments discursifs qui créent une distinction entre le « soi » et « l'autre» », le « nous » et le « eux » ou le « ici » et le « là ». Blinder une frontière vise ainsi à prévenir et à contrôler le contact avec « l'autre » afin de cristalliser une identité (Newman, 2006, p.177). Dans la même catégorie et en dialogue avec Richard Devetak cité plus haut, les travaux de quelques géopolitologues associent le blindage des frontières à la condition d'existence de certains État. Par exemple, Henk Van Houtum et Eiki Berg estiment que la définition traditionnelle de la frontière comme étant fixe, matérielle et la limite de la souveraineté étatique permet à l'autorité de l'État de performer sa légitimité, notamment à l'aide du blindage des frontières (Berg et Van Houtum, 2003). Par ces dispositifs, l'État renforce sa crédibilité remise en cause par la mondialisation en retrouvant ses fonctions régaliennes de protection contre le « danger » extérieur. En somme, tout comme les perspectives critiques en RI, pour les géopolitologues critiques, les conditions de possibilité des frontières blindées se situent davantage dans les pratiques discursives des individus, dans la vie de tous les jours, plutôt que dans les pratiques non-discursives ou les conditions matérielles d’un territoire.  

Conclusion

26Contrairement aux approches géopolitiques, il est vrai que les théoriciens des RI n’ont pas mis en priorité l’explication de la résurgence du blindage des frontières. En revanche, comme ce tour d’horizon l’a démontré, il est possible d’inférer un riche éventail d’explications, d’interprétations et de possibilité de critiquer le blindage des frontières en s’inspirant de la littérature existante en théories des RI. Plutôt que de concurrencer ces théories, cet article a soutenu que les approches géopolitiques complètent les conceptions des RI en mettant l’accent sur le rôle de l’espace dans le processus de blindage d’une frontière. Puisqu’aucune approche en RI ou en géopolitique n’est satisfaisante pour offrir un survol intégral de tous les aspects impliqués dans la pratique de blindage des frontières, la compréhension du phénomène a fort à gagner d’un dialogue entre ces approches.

27De ces vastes possibilités actuelles de théoriser les frontières blindées, deux principales manières de problématiser ce phénomène est possible : de manière causale en se concentrant principalement sur les pratiques non-discursives ou de manière critique en se concentrant surtout sur les pratiques discursives comme condition de possibilité du blindage des frontières, comme ce tableau récapitulatif en témoigne.

Tableau 1 : Le blindage des frontières selon les théories des RI et la géopolitique

Tableau 1 : Le blindage des frontières selon les théories des RI et la géopolitique

Sources : Philippe Beaulieu-B. et Charles-Philippe David

  • 19  Faute d’espace, certaines théories partageant le même objectif n’ont pas été abordées. Par exemple (...)
  • 20  Voir les sections sur le néoréalisme et le néolibéralisme concernant la notion d’État unitaire et (...)

28Les universitaires qui désirent expliquer les causes du phénomène du blindage des frontières peuvent s’inspirer de l’école réaliste, libérale ou constructiviste conventionnelle19 ainsi que des approches géopolitiques conventionnelles. Les approches causales en RI pour expliquer le blindage des frontières ne sont pas sans limites. Leurs fondations philosophiques, généralement positivistes, imposent au chercheur de repérer des relations causales « objectives » en dressant des liens après l’accumulation de faits. Cette approche met donc de côté la normativité qui est, à notre avis, incontournable dans l’analyse des frontières blindées. Favoriser la mise en lumière de liens de causalité a également pour conséquence d’encourager une conception abstraite de la réalité sociale, que ce soit par des notions de « système international » ou encore de l’État comme étant unitaire, rationnel ou démontrant des caractéristiques de l’agence par exemple20. Ces éléments tendent à concentrer l’analyse sur une portion de la réalité sociale et plus particulièrement, sur une vision du monde centrée sur les États (Foucher, 2007, p.22). Difficile donc de concevoir la résurgence des frontières blindées autrement que comme étant le résultat des décisions du haut s’appliquant vers le bas, c’est-à-dire des relations interétatiques ou des gouvernements centraux à la zone frontalière.

  • 21  Plusieurs théories proposant des outils conceptuels critiques n’ont pas pu être abordées malgré le (...)
  • 22  Pour reprendre les mots de Thierry Hentsch, les sociétés fondent leur espoir comme jamais sur la « (...)

29Les universitaires qui partagent l’objectif d’illustrer les conditions de possibilité du phénomène des frontières blindées peuvent s’inspirer des écrits des approches critiques en RI et en géopolitique21. Si la popularité des approches critiques pour comprendre les frontières blindées n’est pas surprenante en raison de la nature sensible de l’objet d’étude, l’apport de ce courant n’échappe également pas à la critique. On peut par exemple se demander si les approches critiques détiennent les moyens de leur ambition de transformer le statu quo concernant les frontières blindées. D’une part, les partisans des approches critiques n’arrivent que rarement à rejoindre la société civile par leur adoption d’un langage opaque qui est accessible qu’à un certain groupe de la communauté épistémique (Wyn Jones, 1999, p.153). D’autre part, les approches critiques arrivent encore moins à rejoindre les élites par leur rejet du caractère « scientifique » des sciences sociales. Or, la gouvernance actuelle doit légitimer les décisions par l'entremise d’une communauté d’experts dont l’autorité est fondée sur le prestige culturel associé à leur statut « scientifique » (Jackson, 2011, p.10). Ce contexte sociopolitique privilégie nettement la mise en pratique des approches causales22.

30Maintenant que cette synthèse a dressé un horizon considérable, mais non exhaustif de possibilités de théoriser le blindage des frontières, l’avenir de la compréhension de ce phénomène repose sur un décloisonnement et un dialogue entre ces approches. De nouvelles connaissances pour saisir toute la complexité du blindage des frontières au 21e siècle ne pourront émerger que si les communautés épistémiques démantèlent les « frontières blindées » qui les encerclent.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

ADLER, E. et POULIOT, V., 2011, International Practices, New York, Cambridge University Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

AGNEW, J., 1994, « The Territorial Trap: The Geographical Assumptions of International Relations Theory », Review of International Political Economy, vol. 1, no 1, (p.53-80).
DOI : 10.1080/09692299408434268

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

ALBERT M., 1999, On Boundaries, Territory and Postmodernity: An International Relations Perspective, in Newman, D., Boundaries, Territory and Postmodernity, Portland, Frank Cass, (p.53-68).
DOI : 10.1080/14650049808407607

ANCEL, J., 1938, Géographie des frontières, Paris, Gallimard

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

ANDREAS, P., 2003, « Redrawing the Line: Borders and Security in the Twenty-First Century », International Security, vol. 28, no.2, (p.78-111).
DOI : 10.1162/016228803322761973

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

BALZACQ, T., 2004, « Qu'est-ce que la sécurité nationale », La revue internationale et stratégique, vol. 52, no. hiver, (p.33-50).
DOI : 10.3917/ris.052.0033

BERG, E. et VAN HOUTUM, H., 2003, Prologue: A Border is Not a Border. Writing and Reading Borders in Space, in Van Houtum, H., Routing Borders Between Territories, Discourses and Practices, Burlington, Ashgate, (p.1-10).

BHABHA, H., 1994, The Location of Culture, London, Routledge.

BIGO, D., 2001, The Möbius Ribbon of Internal and External Security(ies), in Albert, M. et al., Identities, Borders, Orders: Rethinking International Relations Theory, Minneapolis, University of Minnesota Press, (p.91-116).

BOURDIEU, P., et WACQUANT, L. Loïc, 1992, An Invitation to Reflexive Sociology, Chicago, University of Chicago Press.

BULL, H., 1977, The Anarchical Society : a Study of Order in World Politics, London, Macmillan.

BUZAN, B., et WAEVER, O., 2009, « Macrosecuritisation and Security Constellations: Reconsidering Scale in Securitisation Theory », Review of International Studies, vol. 35, no. 2, (p.253-276).
DOI : 10.1017/S0260210509008511

BUZAN, B., WAEVER, O. et DE WILDE, J., 1998, Security: A New Framework for Analysis, Boulder, Lynne Rienner.

BUZAN, B., et HERRING, E., 1998, The Arms Dynamic in World Politics, Boulder, Lynne Rienner.

CAMPBELL, D., 1998, Writing Security: United States Foreign Policy and the Politics of Identity, Minneapolis, Minnesota University Press.

CAMPBELL, D., 1996, Political Prosaics, Transversal Politics and the Anarchical World, in Shapiro, M. et Alker, H., Challenging Boundaries: Global Flows, Territorial Identities, Minneapolis, University of Minnesota press, (p.7-31).

COLBY, C. et BOWMAN, I., 1942, Geographic Aspects of International Relations, Chicago, University of Chicago Press.

COHEN, S., 2003, La résistance des États : les démocraties face aux défis de la mondialisation, Paris, Seuil.

Cour Internationale de Justice, « Conséquences juridiques de l'édification d'un mur dans le territoire palestinien occupé », [En ligne]http://www.icj-cij.org, , 9 juillet 2004 (Consultée le 15 avril 2012)

COX, R., 1987, Production, Power and World Order: Social Forces in the Making of History, New York, Columbia University press.

COX, R., 1981, « Social Forces, States, and World Orders: Beyond International Relations Theory », Millenium, vol. 10, no. 2, (p.126-155).

DAVID, C-P., 2006, La guerre et la paix : Approches contemporaines de la

sécurité et de la stratégie, Paris, Presses de Sciences Po.

DEVETAK, R., 1995, Incomplete States: Theories and Practices of Statecraft, in MacMillan, J. et Linklater, A., Boundaries in Question: New Directions in International Relations, New York, St. Martin's press, (p.19-39).

DOTY, R., 2009, The Law Into Their Own Hands: Immigration and the Politics of Exceptionalism, Tucson, The University of Arizona press.

DUFORT, J., 2009, « Minutemen at the 49th Parallel: Role and Influence », Conférence dans le cadre de la convention bi-annuelle de l'Association for Canadian Studies in the United States(ACSUS), San Diego, 20 novembre 2009.

DUNNE, T., KURKI, M. et SMITH, S., 2010, International Relations Theories: Discipline and Diversity, Oxford, Oxford University press.

FIERKE, K., 2007, Critical Approaches to International Security, Cambridge, Polity.

FISK, R., 2010, « Journalism and ‘the Words of Power’ », Al Jazeera, 25 mai 2010.

FRASER, C., 2009, « Egypt Starts Building Steel Wall on Gaza Strip Border », BBC News, 9 décembre 2009.

FOUCHER, M., 2007, L'obsession des frontières, Paris, Perrin.

GUILD, E., 2009, Security and Migration in the 21st Century, Cambridge, Polity.

HEALY, J. et SIMONS, M., 2009, « Full-Body Scans to Be Used For Amsterdam-U.S. Flights », New York Times, 31 décembre 2009.

HENTSCH, T., 2002, Raconter et Mourir : L'Occident et ses grands récits, Montréal, Boréal.

HOLLIS, M. et SMITH, S., 1991, Explaining and Understanding International Relations, Oxford, Clarendon Press.

HUDSON, V., 2007, Foreign Policy Analysis : Classis and Contemporary Theory, New York, Rowman & Littlefield.

JACKSON, P., 2011, The Conduct of Inquiry in International Relations, Oxon, Routledge.

JORDAN, R. et al., 2009, « One Discipline or Many? TRIP Survey of International Relations Faculty in Ten Countries », Institute for the Theory and Practice of International Relations, [En ligne] http://irtheoryandpractice.wm.edu/projects/trip/publications.php (Consultée le 3 janvier 2010)

KENNEDY, P., 1988, Naissance et déclin des grandes puissances, Paris, Payot.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

KEOHANE, R. et NYE, J., 2001, Power and Interdependance, New York, Longman.
DOI : 10.1080/00396337308441409

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

KOLOSSOV, V., 2005, « Border Studies: Changing Perspectives and Theoretical Approaches », Geopolitics, vol. 10, no. 4, (p.606-632).
DOI : 10.1080/14650040500318415

KLIOT, N. et NEWMAN, D., 2000, Geopolitics at the End of the Twentieth Century: the Changing World Political Map, London, F. Cass.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

KRASNER, S. et PASCUAL, C., 2005, « Addressing State Failure », Foreign Affairs, vol. 84, no.4.
DOI : 10.2307/20034427

KRASNER, S., 1999, Sovereignty: Organized Hypocrisy, Princeton, Princeton University press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

KRASNER, S., 1995, Power Politics, Institutions, and Transnational Relations, in Risse-Kappen, T., Bringing Transnational Relations Back In: Non-state Actors, Domestic Structures and International Institutions, Cambridge, Cambridge University press, (p.257-279).
DOI : 10.1017/CBO9780511598760.009

KONRAD, V. et NICOL, H., 2008, Beyond Walls: Re-inventing the Canada-United States Borderlands, Burlington, Ashgate.

KUHN, T., 1970, Reflections on my Critics, in Lakatos, I. et Musgrave, A., Criticism and the Growth of Knowledge, Cambridge, Cambridge University press.

LAITINEN, K., 2003, Post-Cold War Security Borders: A Conceptual Approach, in Berg, E. et Van Houtum, H., Routing Borders Between Territories, Discourses and Practices, Burlington, Ashgate, (p.13-33).

LASSERRE, F. et GONON, E., 2008, Manuel de Géopolitique : Enjeux de pouvoir sur des territoires, Paris, Armand Colin.

MACLEOD, A. et O'MEARA, D., 2007, Théories des relations internationales : Contestations et résistances, Montréal, Athéna.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

MORAVCSIK, A., 1997, « Taking Preferences Seriously: A Liberal Theory of International Politics », International Organization, vol. 51, no. 4, (p.513-553).
DOI : 10.1162/002081897550447

MORGENTHAU, H., 1948, Politics Among Nations: The Struggle for Power and Peace, Boston, Mcgraw-Hill.

MUELLER, B., 2009, « Borders, Risks, Exclusions », Studies in Social Justice, vol.3, no.1, (p.67-78).

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

NEWMAN, D. 2006, « Borders and Bordering: Towards an Interdisciplinary Dialogue », European Journal of Social Theory, vol. 9, no. 2, (p.172-186).
DOI : 10.1177/1368431006063331

OHMAE, K., 1995, The End of the Nation State: the Rise of Regional Economies, New York, Free press.

OHMAE, K., 1990, The Borderless World: Power and Strategy in the Interlinked Economy, Londres, Collins.

O’TUATHAIL, G., 1996, Critical Geopolitics. Minneapolis, University of Minnesota press.

PAASI, A., 2005, The Changing Discourses on Political Boundaries: Mapping the Backgrounds, Contexts and Contents, in Van Houtum, H. et al., B/ordering Space, Burlington, Ashgate, (p.17-31).

PETERSON, V. et RUNYAN, S., 2010, Global Gender Issues in the New Millenium, Boulder, Westview Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

RITAINE, E., 2009, « La barrière et le checkpoint : mise en politique de l'asymétrie », Cultures et Conflits, no. 73, (p.13-33).
DOI : 10.4000/conflits.17500

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

RUGGIE, J., 1993, « Territoriality and Beyond: Problematizing Modernity in International Relations », International Organization, vol. 47, no.1, (p.139-174).
DOI : 10.1017/S0020818300004732

RUMLEY, D. et MINGHI, J., 1991, The Geography of Border Landscapes, London, Routledge.

SAADA, J., 2009, « Le complexe sécuritaro-industriel », Colloque Murs et Barrières en Relations Internationales, Université du Québec à Montréal, 29 octobre 2009.

SPYKMAN, N., 1938, « Geography and Foreign Policy », American Political Science Review, vol. 32, no.2, (p.213-236).

STERN, P., YOUNG, O. et DRUCKMAN, D., 1992, Global Environmental Change: Understanding the Human Dimensions, Washington, DC, National Academy Press.

VAN HOUTUM, H., 2005, « The Geopolitics of Borders and Boundaries », Geopolitics, vol. 10, no. 4, (p.672-679).

VAUGHAN-WILLIAMS, N. 2009, Border Politics: The Limits of Sovereign Power, Edinburgh, Edinburgh University Press, 2009.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

VENIER, P., 2010, « Main Theoretical Currents in Geopolitical Thought in the Twentieth Century », L'Espace Politique [En ligne], http://espacepolitique.revues.org/index1714.html (Consultée le 10 décembre 2012)
DOI : 10.4000/espacepolitique.1714

WAEVER, O., BUZAN, B., KELSTRUP, M., LEMAITRE, P., 1993,Identity, Migration and the New Security Agenda in Europe.New York, St. Martin's Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

WALTERS, W., 2006, « Border/Control », European Journal of Social Theory, vol. 9, no.2, (p.187-203).
DOI : 10.1177/1368431006063332

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

WALTZ, K., 2000, « Structural Realism After the Cold War », International Security, vol. 25, no.1, (p.5-41).
DOI : 10.1162/016228800560372

WALTZ, K., 1979, Theory of International Politics, Reading, Addison-Wesley.

WENDT, A., 1999, Social Theory of International Relations, New York, Cambridge University Press.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

WENDT, A., 1992, « Anarchy is What States Make of It: The Social Construction of Power Politics », International Organization, vol. 46, no. 2, (p.391-425).
DOI : 10.1017/S0020818300027764

WILLIAMS, J., 2006,The Ethics of Territorial Borders: Drawing Lines in the Shifting Sand, New York, Palgrave Macmillan.

WYN JONES, R., 1999,Security, Strategy, and Critical Theory, London, Lynne Rienner.

Haut de page

Notes

1  Le manque de théorisation est une critique partagée par une grande partie des observateurs des phénomènes frontaliers. Voir par exemple : Agnew, 1994; Paasi, 2005; Newman, 2006.

2  Nous employons « Relations Internationales » (RI) pour désigner la discipline académique et « relations internationales » pour désigner l’objet d’étude.

3  Par exemple, le journaliste Robert Fisk critique l’usage de certains « mots » pour décrire le phénomène: « Nous nous faisons dire […] que ce que nous avons à gérer au Moyen-Orient sont des « récits en compétition ». Il n’y a pas de justice, pas d’injustice, seulement quelques personnes qui racontent différentes histoires. […] Ainsi, une « occupation » peut devenir une « dispute ». Ainsi un « mur » peut devenir une « barrière » ou une « barrière de sécurité. » (Fisk, 2010, notre traduction).

4  Inspiré principalement par la sociologie de Pierre Bourdieu et de Michel Foucault, le tournant « pratique » en RI a pour objectif explicite d’encourager la discipline à réorienter son regard sur ce que les acteurs internationaux « font » de manière récurrente, plutôt que d’analyser des représentations, des récits ou de formuler des modèles abstraits (Adler et Pouliot, 2011).

5  Cette stratégie nous permet d’éviter une division ontologique entre les approches traditionnelles qui privilégient généralement une ontologie matérialiste et les approches critiques qui privilégient généralement une ontologie idéelle.

6  Si Vladimir Kolossov offre une excellente synthèse concernant les principales manières de concevoir les phénomènes frontaliers en géopolitique, une telle synthèse est absente de la littérature concernant les RI et le blindage des frontières (Kolossov, 2005).

7  À des fins de synthèse, nous restreignons notre analyse aux auteurs les plus représentatifs de leurs écoles de pensée Notre sélection est fondée à la fois sur un récent sondage d’universitaires en RI mené par l’équipe de Richard Jordan et sur la littérature secondaire. Voir : (Jordan et al., 2009; Macleod et O’Meara, 2007; Dunne, 2010). Nous fondons notre catégorisation des RI à la fois sur les travaux de Robert Cox et de Charles-Philippe David. Nous reprenons la dichotomie du premier entre approches se dédiant à expliquer les causes et offrir des solutions aux problèmes politiques en opposition aux approches critiques (Cox, 1981). Nous nous inspirons de Charles-Philippe David en ce qui concerne les quatre catégories théoriques majeures en RI – réaliste, libérale, constructiviste et critique. (Charles-Philippe David, 2006)

8  L’École de Copenhague, une école constructiviste conventionnel, fait ici figured’exception en fondant son analyse causale sur les actes de langages, une forme spécifique de pratique discursive (Buzan, Waever et de Wilde, 1998).

9  Le réalisme, toutes versions confondues, se concentre sur l'analyse de l'État qui est compris comme l'acteur prépondérant des relations internationales. Plus particulièrement concernant le néoréalisme, la somme des interactions des États, dont leur influence individuelle dépend de leurs capacités matérielles, forme la structure du système international. En retour, la structure, à l'image du marché en économie, conditionne le comportement des États. Le caractère anarchique de la structure découle des transformations au niveau des configurations de puissance et de l'incertitude constante concernant les actions des États. Ensuite, l'absence d'un gouvernement mondial confirmerait le caractère indépassable de la souveraineté étatique. Afin de gérer les incertitudes de la structure internationale, l'État tente donc de maximiser sa sécurité nationale dans un rapport rationnel entre coûts et bénéfices. Pour plus de détails, voir : (Waltz, 1979, p.97).

10  Le dilemme de sécurité se fonde sur un modèle d'action-réaction où le renforcement de la sécurité d'un État par l'optimisation ou l'accroissement de ses capacités militaires conduit des États tiers à l'insécurité. En retour, ces derniers risquent davantage d'augmenter leurs capacités pour équilibrer la menace (Buzan et Herring, 1998, p.83).

11  Par exemple, à la suite de l'attentat terroriste manqué du 25 décembre 2009, le processus de renseignement a été optimisé et les aéroports ont ajouté graduellement des appareils de détection corporelle (Healy et Simons, 2009).

12  Contrairement aux néoréalistes, les néolibéraux vont au-delà de l'État comme unité principale du système. L'État est toujours prédominant, mais ses composantes bureaucratiques et les mouvements transnationaux sont des variables considérables. Elles ont la capacité d'altérer les effets de l'anarchie en favorisant l'émergence d'une interdépendance complexe entre plusieurs États. La multiplication des interactions entre les acteurs accorde un rôle accru aux institutions internationales. En retour, ces dernières ont une influence significative sur le comportement des États (Keohane et Nye, 2001,p.27, 31).

13  Les unités d'analyse priorisées sont les acteurs sociaux et leurs préférences, c'est-à-dire leurs intérêts idéels et matériels à l'état brut, avant leurs interactions avec les autres acteurs. Une fois leurs préférences définies, leur promotion s'exécute par la courroie de transmission qu'est la représentation politique. La politique gouvernementale est donc fortement contrainte par la somme des préférences en harmonie ou en conflits des individus et des groupes (Moravcsik, 1997, p.517).

14 Un exemple est le blindage de frontières qui deviennent la pierre angulaire d’un véritable complexe de sécurité industrielle. L'accès à ce nouveau marché de plusieurs milliards de dollars forme les préférences de nombreux groupes industriels de défense à l'instar de Boeing (ex.: « Virtual Fence » aux U.S) ou EADS (ex.: « Saudi Border Guard Development Program » en Arabie Saoudite). En retour, ces compagnies ont de puissants moyens d'influence politique, ne serait-ce que par les lobbys, leur permettant d'influencer le processus décisionnel derrière la pratique de blindage d’une frontière (Saada, 2009).

15  Wendt reprend la conception unitaire de l'État en lui conférant toutefois un aspect anthropomorphique : les États agissent à l'instar des personnes, ils ont des désirs, des croyances et des intentions. Les États ont donc des identités. Le processus de construction identitaire peut se réaliser par l'interaction intersubjective entre l'État et la Société (interne) ou entre l'État et ses pairs (externe). Il résulte de ce processus non pas une, mais une multiplicité d'identités. L'auteur les classifie en quatre formes : l'identité (1) personnelle ou corporative, (2) de type, (3) de rôle ou (4) collective. Les intérêts sont balisés par ces identités. Ensuite, tout comme l'identité, l'anarchie est issue des relations intersubjectives entre les États. Elle est le résultat de la co-constitution entre l'agence — les idées de l'État — et la structure — la somme des idées partagées des États qui conditionne l'environnement international. Wendt catégorise l'anarchie en trois types : (I) hobbesienne, (III) lockéenne et (III) kantienne. (I) L'anarchie hobbesienne est un système où la loi du chacun-pour-soi prévaut, l'État alter ne reconnaît pas le droit à l'État ego d'exister. (II) La rivalité est toujours présente dans un système anarchique lockéen, mais les États reconnaissent la souveraineté comme une norme. (III) Enfin, à l'inverse de la rivalité, l'anarchie kantienne se fonde sur l'amitié entre les États où deux normes sont respectées : le règlement pacifique des contentieux et l'assistance mutuelle (Wendt, 1999,p.197-255).

16  Le concept de sécuritisation met l'accent sur la construction intersubjective de la menace. Il s’agit du processus par lequel un agent fait d’un enjeu une menace existentielle qui vient légitimer des actions allant au-delà de la politique courante. Un enjeu devient un enjeu de « sécurité » lorsqu’il est représenté et accepté comme tel par un auditoire. Par exemple, l’immigration peut être un enjeu de sécurité pour un État X tout en étant perçue comme un problème de politique normale pour un État Y. Afin de sécuritiser un enjeu, un acteur doit effectuer un acte desécuritisation (ou acte de langage) qui consiste en un discours qui identifie un problème politique comme étant une menace existentielle (B. Buzan, O. Waever et J. de Wilde, 1998, p.23-25).

17  Les moyens concrets, financiers et humains, pour contrer la menace (Balzacq, 2004, p.39-40).

18  La réification signifie prendre pour réalité naturelle un concept abstrait comme l’État par exemple.

19  Faute d’espace, certaines théories partageant le même objectif n’ont pas été abordées. Par exemple, l’École Anglaise (Bull, 1977), les théories du processus décisionnel (Hudson, 2007) et les approches éthiques internationales (Williams, 2006).

20  Voir les sections sur le néoréalisme et le néolibéralisme concernant la notion d’État unitaire et rationnel. Voir la section constructiviste conventionnelle pour une notion des États compris comme des agents du système international.

21  Plusieurs théories proposant des outils conceptuels critiques n’ont pas pu être abordées malgré leur pertinence. Pensons notamment au tournant « pratique » qui s’inspire de Pierre Bourdieu (Adler et Pouliot, 2011), au post-colonialisme et à son concept d’hybridité (Bhabha, 1994), au féminisme (Peterson et Runyan, 2010) et à toutes les variantes du marxisme (Cox, 1987) par exemple.

22  Pour reprendre les mots de Thierry Hentsch, les sociétés fondent leur espoir comme jamais sur la « science » afin de résoudre les problèmes du politique (Hentsch, 2002, p.21).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1 : Le blindage des frontières selon les théories des RI et la géopolitique
Crédits Sources : Philippe Beaulieu-B. et Charles-Philippe David
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2637/img-1.png
Fichier image/png, 63k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Philippe Beaulieu-Brossard et Charles-Philippe David, « Le blindage des frontières selon les théories des Relations Internationales : contribution et dialogue », L’Espace Politique [En ligne], 20 | 2013-2, mis en ligne le 18 juillet 2013, consulté le 31 juillet 2016. URL : http://espacepolitique.revues.org/2637 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.2637

Haut de page

Auteurs

Philippe Beaulieu-Brossard

Candidat au doctorat en Relations Internationales
Université de Saint-Andrews
pb388@st-andrews.ac.uk

Charles-Philippe David

Titulaire de la chaire Raoul-Dandurand et professeur
Université du Québec à Montréal
david.charles-philippe@uqam.ca

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org