Navigation – Plan du site

Illusion cartographique au Nord, barrière de sable à l’Est : les frontières mouvantes du Sahara occidental

Cartographic Illusion to the North, Barrier of Sand to the East: Moving borders of Moroccan Western Sahara
Karine BENNAFLA

Résumés

Le Sahara occidental est un territoire revendiqué par le Front Polisario mais administré de fait depuis 1976 par le Maroc sous le nom de Provinces du Sud du royaume. Les cartes et les observations de terrain révèlent la difficulté à cerner, au Nord, une frontière sahraouie du fait du gommage de la ligne onusienne par les autorités marocaines. Celles-ci ont entrepris une politique de développement du territoire contesté, axé ces dix dernières années sur sa promotion culturelle et son ouverture touristique visant à dépolitiser la question sahraouie. Sur le terrain, la frontière est marquée par son déplacement du Nord vers l’Est, le long de la frontière algéro-mauritanienne, avec l’érection d’une barrière de sable relativement perméable et contournable, le berm. La question de la délimitation du territoire sahraoui reste ouverte, en partie à cause de la mouvance de l’identité collective sahraouie. Cependant, son énonciation, côté marocain, est de plus en plus cristallisée par les migrations de travailleurs marocains extérieurs à la région.

Haut de page

Notes de l’auteur

L’auteur tient à remercier les évaluateurs anonymes de cet article pour leurs commentaires, ainsi que Romain Simenel, ethnologue à l’IRD, pour ses compléments critiques.

Texte intégral

Introduction

  • 1 L’urbanisation de ces régions est un processus opéré lors la deuxième moitié du XXè siècle : selon (...)
  • 2 Le hassaniya se distingue aussi par ses emprunts au berbère znaga et à l’espagnol.

1Le Sahara occidental (selon la terminologie onusienne) est un espace désertique historiquement peuplé de tribus nomades, désignées à l’époque coloniale comme faisant partie d’un groupe « maure », présent de l’oued Draa (Maroc) jusqu’au fleuve Sénégal (Mali/Mauritanie). La majorité de ces nomades sont aujourd’hui1 des urbains, sédentarisés dans des villes principalement côtières, à savoir Laayoune, Boujdour, Dakhla et Lagouira (fig.1). Parlant hassaniya, un arabe proche de l’arabe classique2 et différent de l’arabe dialectal marocain (darija), la population de ce Sahara se distingue des populations berbérophones situées plus au Nord (au Maroc) ou à l’Est (Touaregs).

  • 3 Le retrait espagnol a eu lieu entre novembre 1975 et février 1976.

2Depuis le départ des troupes espagnoles3 et la « Marche Verte » orchestrée par Hassan II le 6 novembre 1975, le Sahara occidental est administré de facto par les autorités marocaines et est englobé au sein des Provinces du Sud du royaume lesquelles, composées des trois régions les plus méridionales, couvrent 58% de la superficie nationale (fig.3). Un mouvement indépendantiste « sahraoui », le front Pour la libération du Saguia al hamra et du Rio de Oro (POLISARIO), s’est constitué en 1973, d’abord contre le pouvoir colonial espagnol, puis contre la présence des troupes marocaine et mauritanienne. En février 1976, le Front Polisario (FP) proclame la République arabe sahraouie démocratique (RASD), reconnue en 1984 par l’Organisation de l’unité africaine, mais pas à l’ONU.

  • 4 A la fin des années 1970, des affrontements opposèrent également le FP à l’armée mauritanienne. En (...)

3Après plusieurs épisodes d’affrontements entre le FP et l’armée marocaine4, le conflit de souveraineté sur le Sahara a été comme « gelé » avec la signature, en septembre 1991, d’un accord de cessez-le-feu prévoyant la tenue d’un référendum d’autodétermination. Depuis lors, les rounds de négociations se succèdent, la perspective du référendum s’est éloignée et le conflit reste en suspens. En 2007, le roi Mohammed VI a proposé à l’ONU un projet d’autonomie du Sahara au sein du royaume, une option rejetée par le FP, qui continue de faire valoir le droit des peuples à l’autodétermination.

  • 5 On notera que des Sahraouis avaient fui à l’étranger d’éventuelles représailles espagnoles, après l (...)
  • 6 Le HCR annonce 90 000 personnes à Tindouf selon un recensement de 2008 et l’Algérie annonce 165 000 (...)
  • 7 La région Laayoune-Boujdour-Sakia el Hamra compte 256 000 résidents ; Guelmim-Es Smara, 462 000  et (...)

4Les données démographiques au sujet des Sahraouis sont divergentes et controversées selon les sources. Le recensement de l’Espagne en 1974 signalait sur son territoire 74 000 personnes, les nomades des pays voisins ayant été comptabilisés (Gaudio, 1993).5 Actuellement, environ 150 000 à 160 000 personnes se trouvent côté algérien6, dans les camps de réfugiés contrôlé par le POLISARIO (Caratini 2003 ; Dedenis, 2006 ; Fiddian-Qasmiyeh, 2011). Côté marocain, le recensement marocain de 2004 dénombre près de 500 000 personnes résidentes dans la partie saharienne7, une donnée qui inclut aussi les Marocains venus du Nord qui représentent plus de la moitié des habitants. En fonction de ces éléments, on peut avancer que la population sahraouie oscille entre 300 000 et 400 0000 personnes, auxquelles s’ajoutent les membres d’une diaspora sahraouie dispersée dans les villes du Nord du Maroc et à l’étranger.

5Cet article n’entend pas exposer le conflit, ses enjeux et ses protagonistes (y compris étrangers) ni les énoncés argumentaires de l’une et l’autre partie (De Froberville, 1996 ; Martinez, 2010 ; Mohsen-Finan, 1997 et 2008 ; Naïmi 2013 ; Zoubir, 2010 ; Zunes et Mundy 2010). En croisant des recherches documentaires, l’analyse de cartes et des observations de terrain réalisées entre 2007 et 2009 dans la bordure septentrionale du Sahara (entre Sidi Ifni et Guelmim), il s’agira plutôt d’explorer les multiples facettes de l’objet frontière et de creuser l’idée d’une frontière mouvante et floue. Le cas du Sahara occidental montre en effet l’enchevêtrement de différents types de frontière et de conceptions territoriales : frontières mobiles et incertaines des aires de parcours nomades qui renvoient à une territorialité réticulaire et fluide (Retaillé, 2011) ; contrées sahariennes constituant historiquement une « marche » mal contrôlée du royaume marocain (Naciri, 1999) et transformées depuis les années 1980 en front pionnier de peuplement et de mise en valeur (frontier) ; ligne-frontière westphalienne issue du découpage colonial et couplée à un modèle d’Etat-Nation unitaire de type jacobin. Ce modèle européen de territorialité a été localement réapproprié après les indépendances : la reconnaissance de la frontière algéro-marocaine est attestée par son rôle de sanctuaire pour les groupes nomades réfugiés à Tindouf et pour le gouvernement de la RASD (abrité à Rabouni).

6Même si la délimitation du territoire sahraoui n’est pas un point de discussion –le FP se contente de revendiquer l’ex-colonie espagnole dans ses frontières de 1976-, nous soulignerons la difficulté à cerner et établir un territoire sahraoui, en écho au processus, somme toute récent, d’énonciation et de construction d’une identité sahraouie. Puis l’accent sera mis sur la stratégie d’invisibilisation de la frontière septentrionale du Sahara occidental par les autorités marocaines et les efforts que celles-ci déploient pour dépolitiser la question sahraouie. Enfin, nous constaterons le déplacement de la frontière disputée du Nord vers l’Est, processus qui s’est accompagné d’une ‘barriérisation’, du fait de la fortification de dunes dans les années 1980.

Quel territoire et quelles frontières pour les Sahraouis ?

  • 8 B. Debarbieux, « Prendre position : réflexions sur les ressources et les limites de la notion d’ide (...)

7Aujourd’hui, l’emploi du vocable « Maure » est globalement réservé à une frange de la population mauritanienne et l’utiliser dans son ancien sens colonial pour désigner un ensemble de tribus nomades hassanophones peuplant historiquement l’Ouest saharien ou le Sahara atlantique, est source d’ambivalence et de confusion. « Maure » renvoie à une « identité sociale » telle que la définit B. Debarbieux (2006) : une identification attribuée ou assignée par d’autres (ici les Européens) à un groupe. Au Sahara occidental, cette forme d’identification sociale a cédé le pas, dans les années 1970, à l’énonciation d’une identité « sahraouie », celle-ci étant une « identité collective » qui exprime « le sentiment et la volonté partagés par plusieurs individus d’appartenir au même groupe »8.

8La variété des termes – Maures, Sahraouis, Sahariens – et le glissement de leur usage (dans une perspective européano-centrée) sont intéressants en ce qu’ils soulignent le trait récent de la construction d’une identité nationale sahraouie et le potentiel débat autour de la délimitation d’un territoire sahraoui. Celle-ci n’est pas pour l’instant à l’ordre du jour, contrairement au cas touareg, la sécession survenue au Nord du Mali par le Mouvement national de libération de l’Azawad en avril 2012 ayant ouvert la boîte de Pandore à propos des frontières d’un territoire touareg.

  • 9 Parmi quelques exemples, citons les Ouled Dlim (Saguia el-hamra), les Rguibat, les Ouled Errachid, (...)

9Le mot « sahraoui », qui est auto-revendiqué et appliqué uniquement aux populations de l’ancien Sahara espagnol, a fait l’objet d’un usage interne restreint jusqu’au XXè siècle. Auparavant, d’autres formes d’auto-désignation collectives prévalaient pour se définir en creux ou en négatif par rapport aux populations voisines : « ‘arabi » (arabes) pour marquer la différence avec les « Touaregs » berbérophones du Sahara central ou avec les « chleuh » (berbérophones) du Nord ; « beidan » (blancs) en opposition aux castes inférieures ou serviles ; « a’rab » (bédouins) en distinction avec les populations sédentaires des montagnes de l’Atlas, sans compter la mention du nom de « tribu » (qabîla)9, lequel reste jusqu’à maintenant un référentiel clé dans la société. Ce n’est qu’au début des années 1970 que des militants en lutte contre la colonisation imposent le terme de sahraoui, vite repris par le Polisario avec la charge politique de séparatiste. Aussi toute proclamation publique d’appartenance sahraouie était-elle passible d’emprisonnement au Maroc, le pouvoir central réfutant l’existence d’un peuple sahraoui et considérant les habitants du Sahara comme marocains. La signature du cessez-le-feu en 1991 change la donne. Depuis lors, les autorités marocaines ont repris à leur compte le substantif sahraoui, mais dans une acception culturelle exclusive qui évide le mot de toute charge politique (Mitatre 2011a).

Un territoire sahraoui aux frontières floues

10Bien que le groupe social et linguistique « maure » soit principalement dispersé entre Algérie, Maroc et Mauritanie, le différend sur le Sahara est un conflit de souveraineté qui n’évoque pas le tracé des limites du territoire revendiqué. Le dessin de ce dernier offre pourtant diverses options, notamment si l’on s’appuie sur des critères historiques, socio-linguistiques ou si l’on se réfère à l’ancienne aire de nomadisation maure (badiyya). A l’aube du vingtième siècle,  L. Caratini (2003) rappelle que le Sahara atlantique, désigné comme Sahel (« rivage ») par les populations qui le parcourent, est un « pays sans limites et sans maîtres », où chacun pouvait nomadiser où bon lui semblait, à ses risques et ses et périls ; les mouvements de nomades s’étendaient au-delà des frontières linéaires établies par les puissances coloniales, française et espagnole.

  • 10 La réalité est plus complexe que cette division Nord/Sud (Chleuh/arabe) décrite : dans la partie mé (...)

11Les Sahraouis (ou ceux qui pourraient se revendiquer ainsi) sont une population aux contours flous qui n’est ni cantonnée au Sahara occidental de la carte onusienne, ni aux camps de réfugiés de Rabouni (Algérie). L’aire culturelle sahraouie déborde au Nord si l’on considère le critère linguistique comme dénominateur commun puisque, côté marocain, le hassaniya est en effet utilisé jusqu’à Guelmim. Les travaux en anthropologie de Claire Mitatre soutiennent que la limite entre zones berbère (chleuh) et arabe (sahraoui)10 correspond à une zone de confins, la vallée de l’oued Noun, située à environ 100 km au nord de la ligne de la diplomatie internationale. Au Maroc, l’aire culturelle sahraouie se dilue et s’étiole au fur et à mesure que l’on va vers le Nord, ce qui ferait de l’espace ouest saharien un « espace gradué » (Mitatre, 2011b). Les Sahraouis des confins septentrionaux, qui, jusque dans les années 1960-70, se définissaient comme « Arabes » (bédouins) par rapport aux Berbères, définissent leur sahraouité en référence à un espace méridional, la Mauritanie, perçue comme l’épicentre de la culture sahraouie dotée de multiples attributs ou identifiants, par exemple musicaux, culinaires (cf. la manière de faire et boire le thé) ou vestimentaires (cf. le port du melhfa, un long voile dans lequel s’enroulent les femmes).

12En réalité, l’intensité des mouvements de population aux marges du désert, les liens matrimoniaux, et la distinction au sein de chaque tribu (quelle que soit leur position géographique) d’une ou deux fractions davantage vectrices de valeurs sahraouies concourent à brouiller la donne en matière de sahraouité, laquelle ne se décline pas uniquement le long d’un gradient Sud-Nord. Par exemple, dans la confédération tribale des Aït Baamrane (région de Sidi Ifni, au nord de l’Oued Noun), certaines tribus méridionales (comme les Sbouya) parlent hassaniya alors que la majorité des autres tribus Aït Baamrane parlent tachelhit (Simenel, 2009).

  • 11 M. Naïmi (2013) rappelle néanmoins que l’ancien Sahara espagnol ne saurait se réduire au seul mode (...)

13La prise en compte de considérations linguistiques, culturelles ou historico-politiques convie à dilater l’espace sahraoui. Ainsi, la construction, à la charnière des XIXè et XXè siècles, d’un espace politique forgé par les Rguibat pourrait constituer un cadre spatial de référence pour la cause nationale sahraouie. Mue par la croissance démographique et la recherche de nouveaux pâturages, la poussée Rguibat au début du siècle dernier se traduisit par des victoires sur les tribus Oulad Dlim, Tadjakant ou Ouled Bou Sbaa (Vergniot in Baduel, 1984) et le contrôle d’un vaste espace entre l’Oued Draa, Adrar et l’océan Atlantique11. Reste qu’à l’heure actuelle, le Polisario et les indépendantistes sahraouis sont arc-boutés sur la reconnaissance du principe du « droit à l’autodétermination » du « peuple sahraoui » avec, pour territoire revendiqué, un reliquat de l’ancien Sahara espagnol. Parmi les éléments qui éclairent cette posture, on peut invoquer la jeunesse du mouvement national sahraoui, la politique marocaine de négation d’un peuple sahraoui, voire la relative étrangeté du concept de territoire d’Etat, bordé par des frontières linéaires, pour une population pétrie de culture nomade n’ayant jamais été soumise à aucun pouvoir central (jusqu’à la colonisation). Comme le rappellent E. Bäschlin et M. Sidati (2010), « the notion of a political border, of a permanent limit, is by essence foreign to the nomad’s way of life » (p. 549). A l’époque du nomadisme pastoral, la terre était libre de droits et l’accès aux ressources (puits, pâturages) était, dans les faits, régi par des rapports de force fluctuants entre tribus. La région du Sahara atlantique était une mosaïque instable de territoires possédés collectivement par des groupes dominants, ces territoires pouvant être exploités par d’autres (Caratini, 2003, p. 29).

14La partition coloniale a impulsé la revendication d’un territoire sahraoui, mobilisant une population aux contours flous dont l’identité collective, principalement forgée au travers la lutte armée et l’exil, continue d’être reformulée et précisée, y compris dans la partie saharienne sous contrôle marocain.

Un processus récent et toujours en cours d’énonciation d’une identité collective sahraouie

15L’identité nationale sahraouie est une idée relativement neuve chez des groupes, marqués par une distinction sociale et des hiérarchies ancrées sur l’appartenance tribale. C’est seulement à partir de 1966 qu’émergent des mouvements et des partis politiques nationalistes au Sahara (Benchikh in Baduel, 1984).

16Comme le corroborent de nombreux travaux, l’histoire des tribus du Sahara atlantique est scandée dès le VIIIè siècle par des alliances, des rivalités et des guerres, en particulier pour le contrôle des axes commerciaux, avec des relations d’allégeance variables et circonstanciées à l’égard du sultan du Maroc, en particulier au moment de la pénétration européenne, lorsque la dynastie est affaiblie et peine à contrôler ses marges. Figure héroïque de la résistance anti-coloniale, tant pour les autorités marocaines que pour le Polisario, le chef spirituel et guerrier du Sahara, Ma’el Aïnine, ne parvint pas lui-même à fédérer durablement les tribus dans le cadre du djihad (lutte) saharien contre l’invasion chrétienne à la fin du XIXè siècle (Naïmi 2013).

  • 12 Par exemple, lors des décolonisations, le processus d’identification a été cristallisé, certains pr (...)
  • 13 Source : François Soudan, « Les ralliés de Sa Majesté », Jeune Afrique, 9 juin 2010.

17La construction d’une identité collective sahraouie est un processus en cours et son énonciation s’effectue de façon différente selon les lieux, les côtés de la frontière où l’on se trouve, les générations et les moments.12 Au début de la décennie 1990, la perspective du référendum d’autodétermination a introduit des changements de comportements dans le processus d’identification sahraouie du fait de la distribution aux potentiels électeurs d’une carte MINURSO (Mission des Nations Unies pour le référendum au Sahara occidental). Dans les camps de réfugiés de la hamada de Tindouf, la principale conséquence a été la réhabilitation par le Front Polisario de la généalogie tribale, qui avait été auparavant gommée au nom d’une idéologie révolutionnaire égalitariste (Caratini, 2007). Côté marocain, le procédé d’identification des électeurs sahraouis a mis au jour des tensions, en particulier l’absence de consensus interne au sujet de la sahraouité des tribus de la région de l’oued Noun, par exemple celle des Tekna arabophones (Mitatre, 2011a, Naïmi 2013). Pour certains Sahraouis basés à Laayoune ou Dakhla se revendiquant « de souche », l’origine sahraouie des tribus de la région de Sidi Ifni-Guelmim est discutable. De ce point de vue, le sobriquet de dardari (« saupoudré »), utilisé par les Sahraouis de Laayoune pour (dis)qualifier les populations de l’oued Noun est révélateur de ces différenciations (Mitatre 2009). La présence de retournés (c’est-à-dire de Sahraouis en provenance des camps de réfugiés de Tindouf) est aussi parfois créatrice de tensions avec les Sahraouis restés au Maroc depuis 1974, au regard des avantages et des aides concédés aux nouveaux ralliés (pension mensuelle de 1 250 dirhams ; logement13). Ce traitement différencié entre Sahraouis était l’un des points du mécontentement exprimé à Gdeim Izik, en novembre 2010. Appelés par le roi Hassan II à rejoindre « la patrie clémente et miséricordieuse » dès la fin des années 1980, les Sahraouis retournés n’échappent pas, par ailleurs, à l’accusation d’infiltrés du Polisario lors des épisodes de crise (cf. à Laayoune en novembre 2010), tant de la part des autorités que des civils marocains.

  • 14 Citons les émeutes qui ont éclaté en février 2011 lors du festival Mer et désert à Dakhla (annulé) (...)

18Depuis que le référendum semble, de fait, écarté comme issue première au règlement du litige du Sahara occidental, l’identité sahraouie connaît des recompositions, principalement engendrées par les migrations de travailleurs marocains venus du Nord et localement dénommés Chluha, en hassaniyya. Le terme Chluha qui désigne les Berbères du Maroc méridional, englobe par extension (et plutôt péjorativement) les nationaux venant travailler sur place et profiter d’avantages comparatifs mais réinvestissant hors des provinces sahariennes : fonctionnaires ou cadres d’entreprises, pêcheurs, ouvriers employés dans le BTP ou l’agriculture, hôteliers... Ces migrations intérieures se composent de Marocains venus des villes du Nord mais aussi (et peut-être surtout) des confins du Sahara, soit des régions de Tarfaya, Tan Tan, Sidi Ifni, Goulimine (fig.1). Cherchant à élucider le rejet marocain en 2003 de référendum proposé par l’ONU, J. Mundy (2012) défend ainsi l’hypothèse selon laquelle la majorité des Marocains installés au Sahara occidental (d’après lui, entre 200 000 et 300 000 personnes) viendraient de cette dernière zone de recrutement et seraient donc eux-mêmes des « Sahraouis des régions méridionales ». Quoi qu’il en soit, alors que le discours officiel marocain insiste sur le brassage et l’intégration entre populations sahraouies et non sahraouies au travers des mariages mixtes enregistrés (Cherkaoui, 2007), d’autres indices font plutôt état d’une certaine crispation (voire de heurts14) à l’encontre des Marocains venus d’ailleurs dans les Provinces du Sud.

19Depuis 10 ans, le Sahara sous contrôle marocain est, à l’instar du reste du royaume, secoué par des turbulences socio-économiques récurrentes (Bennafla et Emperador Badimon 2011, qu’il s’agisse des revendications de jeunes sahraouis pour l’obtention de licences de pêche (Veguilla 2009 et 2011), des emplois ou du logement ou de manifestations indépendantistes (par exemple, en 2005 et en 2010/2011). L’évocation par les protestataires sahraouis de droits en tant que « populations autochtones » sur les ressources locales et en matière de développement permet certes de se référer à la législation internationale sur les peuples autochtones, notamment depuis l’adoption de la Déclaration sur les droits des peuples autochtones par l’Assemblée générale des Nations Unies en 2007. Surtout, cette mention « d’autochtone » ou de « gens de la région » est un procédé d’affirmation d’une identité sahraouie en réaction aux migrations marocaines et par référence au sol, sans forcément adopter un registre discursif séparatiste ou indépendantiste.

20Mettant à profit la politique de décompression autoritaire amorcée à la fin des années 1990 et, plus généralement, l’extension des marges d’expression dans la presse et l’espace public, l’éclosion d’actions protestataires sahraouies au Maroc, dans et hors les Provinces du Sud, a marqué un tournant depuis les années 2000, remettant en question la politique marocaine pour rallier la population sahraouie et gommer la frontière du territoire du Sahara occidental.

Fig. 1. Le Sahara occidental et la présence de la MINURSO

Fig. 1. Le Sahara occidental et la présence de la MINURSO

Source : Minurso. http://minurso.unmissions.org/​LinkClick.aspx?fileticket=raSpR1ewAOk%3d&tabid=9541&language=en-US (consulté le 10 septembre 2011)

Le territoire revendique du Sahara Occidental : une ligne onusienne invisible sur le terrain

21Si la construction d’une identité sahraouie est un processus en cours qui soulève des controverses internes, un certain consensus règne au sujet du territoire national revendiqué, à savoir le Sahara occidental, tel qu’il est d’ordinaire figuré sur les cartes internationales. La revendication nationaliste est en effet officiellement contenue dans une portion de l’ancien Sahara espagnol. Mais la représentation cartographiée du Sahara occidental, couramment adoptée hors du Maroc, est en décalage avec la réalité de terrain, marquée par l’effacement de la frontière nord du territoire revendiqué. L’invisibilité de la frontière entre le Sahara occidental et le royaume est en effet voulue par Rabat et participe d’une position de négation d’un territoire sahraoui. L’autre volet de la stratégie marocaine consiste à peupler et mettre en valeur le Sahara litigieux (pour créer une situation irréversible sur le terrain) selon une logique de front pionnier qui n’est pas sans rappeler la politique turque dans le Kurdistan anatolien. L’originalité du cas sahraoui tient sans doute à l’entreprise marocaine de promotion culturelle et touristique de l’espace au statut contesté : la mise en tourisme du Sahara, sa banalisation comme lieu de destination de loisirs (à l’échelle internationale) visent à faire oublier le conflit, dépolitiser la question sahraouie et attester des efforts marocains pour le développement régional de cet espace périphérique.

Le parallèle 27°40’ : une ancienne limite interne au Sahara espagnol

  • 15 Cf. les défaites d’Isly (1840) et de Tétouan (1860). Cette dernière fut suivie d’un lourd impôt de (...)
  • 16 Le 13 novembre 1975, l’Espagne cède par les accords de Madrid ses possessions du Saguia el-Hamra au (...)

22La représentation du Sahara occidental qui est communément adoptée hors du Maroc dans les livres, les manuels et la presse est celle d’un territoire circonscrit, au Nord, par une ligne droite, correspondant au parallèle 27°40’, situé un peu en deçà de Tarfaya (cap Juby) et à hauteur de Tindouf (fig. 1). Cette vision cartographiée d’un tracé rectiligne septentrional renvoie à la légalité onusienne, comme l’illustre la carte de la MINURSO, une mission dépêchée depuis 1991 pour veiller à l’application du cessez-le-feu et superviser l’organisation du référendum d’autodétermination (prévu en janvier 1992 et sans cesse remis). Ce tracé rectiligne est d’origine coloniale espagnole. Profitant de l’affaiblissement du pouvoir monarchique15, les autorités espagnoles s’installent sur les côtes du Sahara atlantique à la fin du XIXè siècle, motivées par la recherche de comptoirs commerciaux, un intérêt pour la pêcherie (notamment de la part des sociétés privées actives aux Canaries) et par la volonté d’empêcher l’installation d’une autre puissance européenne en face des Canaries (espagnoles). Après l’expédition d’Emilio Bonnelli, qui permet le contrôle d’une portion côtière entre Cap Boujdour et Cap Blanc (Nouadhibou), l’Espagne notifie en 1884 aux Français et aux Britanniques le placement sous sa protection du territoire de « Rio de Oro ». A l’orée du XXè siècle, les autorités espagnoles signent avec la France des conventions pour circonscrire le Rio de Oro. En 1904, la frontière septentrionale du Sahara espagnol est établie avec les régions du Souss et de l’Anti-Atlas, au niveau de l’oued Draa (fig. 1), une frontière confirmée en 1912. Dès lors, le Sahara sous contrôle espagnol est divisé entre trois régions, qui furent pourvues de noms différents selon les périodes (fig. 2) : au sud, le Rio de Oro ; au centre, un espace baptisé Saguia el-hamra (avec Laayoune et Smara) ; au nord, la région de Tarfaya (incluant Tan Tan). C’est justement la région de Tarfaya, aussi dénommée Zone Sud du Protectorat espagnol qui fut délimitée au sud par le parallèle 27°40’ : cette ligne constituant une frontière interne avec le Saguia el-Hamra, n’avait aucune justification physique ou culturelle. En 1958, la restitution de la région espagnole de Tarfaya à l’Etat marocain (indépendant depuis 1956) déplace la limite du Sahara litigieux16 sur le parallèle. Et c’est de Tarfaya que partit, en 1975, la Marche verte en direction du Sud, vers le poste frontière de Tah, à 15 km de là.

Fig. 2. Le royaume divisé par des possessions européennes, d’après un manuel scolaire marocain

Fig. 2. Le royaume divisé par des possessions européennes, d’après un manuel scolaire marocain

Source : R. Dumas Dirèche (dir.), Le Maroc de 1912 à nos jours, Centre d’études arabes, Rabat, 2006.

Une limite Nord absente sur les cartes marocaines et dans le paysage

  • 17 Parmi les cas de censure de presse sous Mohammed 6, rappelons en 2000, celui de l’hebdomadaire Le J (...)

23La représentation de la frontière rectiligne onusienne est totalement proscrite au Maroc, que ce soit dans les manuels ou les ouvrages scientifiques, sur les cartes officielles ou dans les medias. Le conflit du Sahara occidental constitue l’une des trois lignes rouges « à ne pas franchir » en matière d’expression, avec les thèmes du roi et de la religion. Remplacées respectivement par les termes de « Sahara » et de « séquestrés », la terminologie de Sahara occidental et la référence aux réfugiés de Tindouf sont bannies dans le royaume. Leur emploi est considéré comme un positionnement politique en faveur de la cause indépendantiste sahraouie et, ce faisant, une atteinte «  aux valeurs sacrées du royaume » qui remet en cause « l’intégrité territoriale »17. Ainsi, les cartes officielles du royaume du Maroc (fig. 3) ne mentionnent ni la frontière terrestre avec l’Algérie (fermée depuis 1994, ce qui n’empêche nullement les passages comme ceux des migrants subsahariens), ni la limite Nord du Sahara occidental.

Fig. 3. Le découpage administratif du Maroc (1997)

Fig. 3. Le découpage administratif du Maroc (1997)

Source : Rachida Dumas-Dirèche (dir.), Géographie du Maroc, 4è-3è, Rabat, Centre d’études arabes, 2003.

24Gommée sur les représentations iconographiques nationales, la ligne du parallèle 27°40’ est invisible sur le terrain, y compris au niveau de l’ancien poste-frontière de Tah, une commune rurale abritant un monument commémoratif de la Marche Verte. Actuellement, une voie routière principale bitumée (N1) et deux autres voies secondaires (vers l’est) permettent de pénétrer dans le territoire saharien au statut controversé. Seule la densité accrue des barrages militaires le long de la route, notamment à l’entrée et à la sortie des villes, indique au voyageur venant du Nord du Maroc un espace « autre » du fait d’une présence militaire remarquable et de la qualité accrue des infrastructures (largeur des axes routiers, éclairage public urbain etc.).

  • 18 La troisième et dernière province constitutive des Provinces du Sud du royaume est Oued ed Dahab-La (...)

25Ignorant la frontière onusienne bordant au Nord le Sahara occidental, le découpage administratif du territoire marocain (en date de 1997) crée une frontière alternative entre ledit territoire et le reste du Maroc. Non seulement la frontière sinueuse des Provinces du Sud ne coïncide pas avec la ligne onusienne, mais elle l’outrepasse vers le Nord, incorporant des zones dont le rattachement au royaume n’est pas controversé, par exemple les localités de Guelmim (jadis dans le Maroc sous Protectorat français), Tan Tan ou Tarfaya (sises dans la région rétrocédée en 1958 au Maroc par l’Espagne), ce qui contribue à brouiller la limite septentrionale du Sahara (fig. 3). Le parallèle 27°40’ est ainsi transversal à deux des trois provinces sahariennes, celles de Laayoune-Boujdour-Sakia el Hamra et Guelmim-Es Smara18.

26Cette limite nord des Provinces du Sud du royaume doit connaître une modification prochaine dans le cadre du projet de régionalisation avancée défendu par le roi Mohammed VI19 et pour la mise en œuvre duquel le Sahara est appelé à constituer un modèle. En effet, le nouveau découpage administratif proposé en janvier 2010 par la Commission Consultative de Régionalisation20 maintient l’existence des trois provinces sahariennes mais change leur dénomination et leurs délimitations. Créée en 2009 après un cycle de protestations sociales, la nouvelle province de Sidi Ifni quitte par exemple la région du Souss Massa Draa pour intégrer la province saharienne de Guelmim-Oued Noun (qui remplace Guelmim-Es Smara), et ce, conformément aux souhaits exprimés par certains leaders lors de la vague protestataire ifnaouie (Bennafla, 2011). Le projet de régionalisation avancée s’inscrit dans une volonté de réduire les disparités socio-économiques entre régions du royaume, d’enraciner la démocratie territoriale et d’apporter une solution au différend du Sahara (à travers la voie de l’autonomie). Les remaniements administratifs décidés dans les Provinces du Sud du royaume sont en tout cas lourds de conséquences pour les circonscriptions partantes (comme Tata ,-fig. 3-) ou entrantes (Sidi Ifni) compte tenu de l’ampleur des subventions et des aides versées au Sahara par les pouvoirs publics marocains.

Une frontière suivie d’effets : une politique marocaine de développement et d’équipement au Sahara

27A la différence d’autres zones conflictuelles du Sahara (cf. la bande d’Aozou entre la Libye et le Tchad de 1973 à 1994), le litige du Sahara occidental ne stérilise pas le territoire concerné. Le conflit est au contraire à l’origine d’une politique de développement, d’équipement et d’ouverture internationale qui vise à arrimer le territoire litigieux au reste du royaume, dans une logique centripète d’intégration nationale. Impulsée il y a trois décennies dans la perspective de la tenue d’un référendum d’autodétermination, cette stratégie développementaliste dans le Sahara sous contrôle marocain a été prolongée et intensifiée par le successeur de Hassan II, en dépit des inflexions des politiques publiques territoriales (Planel, 2009). Ainsi, l’une des pièces maîtresses actuelle de l’action du pouvoir central au Sahara est l’Agence de promotion et de développement économique et social des provinces du sud (APDS), créée en 2002 par Mohammed VI.

  • 21 Cf. La couverture de l’hebdomadaire Tel Quel, n° 368, 11-19 avril 2008, « Tabou. Ce que le Sahara n (...)

28Cette institution publique subventionne des projets très divers, tels que la construction d’une halle de poissons à Tarfaya, la publication d’ouvrages, des actions d’amélioration de l’habitat, l’ouverture de lignes aériennes ou le plan de sauvegarde et de réhabilitation des oasis (2006). La panoplie d’aides publiques confère au Sahara sous contrôle marocain un régime d’exception, une situation qui n’est d’ailleurs pas sans susciter de controverses dans la presse nationale au regard du coût induit pour un faible nombre d’habitants21 : subvention sur l'essence et les produits alimentaires de première nécessité (farine, sucre, huile), salaire double des fonctionnaires, exonération fiscale de TVA et d’impôts sur les sociétés pour les investisseurs… la liste des privilèges concédés aux Provinces du Sud du royaume (du moins à la zone au statut contesté) est longue. L’ampleur du budget national consacré à l’habitat, aux services collectifs (eau, électricité) et au désenclavement routier du Sahara a été soulignée par différents chercheurs comme élément d’une politique d’intégration territoriale et mode de ralliement des populations sahraouies au royaume (Mohsen-Finan, 1997 ; Troin, 2002). Les travaux de V. Veguilla ont ainsi mis en exergue l’assouplissement, au niveau régional, des mesures nationales en matière de régulation de la pêche pour calmer le mécontentement local (Veguilla, 2011).

29Initiée sous Hassan II, la stratégie de valorisation du Sahara à des fins d’unification nationale a été marquée sous le règne de Mohammed VI par le renforcement de certaines actions (le désenclavement aérien a acquis une dimension internationale) ou par de nouveaux volets d’intervention, notamment dans le domaine de l’agriculture (cf. la tomate à Dakhla), du tourisme, et de l’événementiel culturel et sportif.

30En 2011, les liaisons assurées par la Royal Air Maroc vers Laayoune ou Dakhla (1700 km) sont ainsi devenues quotidiennes depuis Casablanca avec, depuis 2009, des vols via Marrakech et Agadir à un prix très attractif, ce qui contribue à creuser le déficit de l’exploitation des lignes intérieures. La compagnie espagnole Binter Canaria assure quatre vols hebdomadaires entre Laayoune et Las Palmas et, en mai 2011, une convention pour l’ouverture d’une ligne Dakhla-Las Palmas a été signée avec la compagnie aérienne Canarie Fly.

31Sur le plan touristique, la ville de Dakhla (60 000 habitants) est au cœur des projets de développement touristique (Burnot, 2012) Installée sur une péninsule avec une baie large de 13 km, Dakhla la cité est désormais un haut-lieu de kitesurf et windsurf, et combine, depuis 2007, festival de musique et sport de glisse. La cité attend une station thermale aux côtés de nouveaux aménagements touristiques, en l’occurrence une marina.

32De Tarfaya à Dakhla en passant par Laayoune, la programmation des festivals concourt à la dépolitisation de la sahraouité, cantonnée et réduite à une spécificité culturelle. Tourisme et événements festifs mettent en scène l’identité sahraouie comme élément du patrimoine culturel marocain et participent d’une stratégie de marketing qui banalise la souveraineté et l’administration marocaines sur un espace litigieux. L’ouverture discrète, en 2012, d’une antenne scolaire de la Mission laïque française à Laayoune et Dakhla peut être lue comme le succès de cette politique de banalisation et la reconnaissance tacite d’une souveraineté marocaine sur le Sahara par la France.

33Stimulées par l’arsenal d’avantages matériels, les salaires et les perspectives d’emplois, les migrations de travail de Marocains du Nord en direction des Provinces du Sud sont également encouragées par Rabat à des fins d’unification territoriale. Ces migrations sont souvent (mais pas exclusivement) temporaires et ne se bornent pas à l’affectation de fonctionnaires et de militaires. Elles concernent aussi des ouvriers du bâtiment, de l’agriculture (cultures sous serres destinées à l’exportation) ou du secteur halieutique, par exemple à Dakhla, où l’activité de pêche est largement disqualifiée chez la tribu sahraouie des Oulad Dlim, localement dominante (Veguilla, 2011). Caractéristiques d’une situation de front pionnier pour les uns, colonisation de peuplement pour les autres (afin de renverser la balance des voix en cas de référendum), ces migrations attisent par un effet de retour dialogique un processus de construction et d’énonciation d’une identité collective sahraouie régionale.

  • 22 Beaucoup de Sahraouis sont députés au Parlement ou à la tête de hauts postes comme le président du (...)
  • 23 Au terme de cette opération, 170 personnes ont été arrêtées.
  • 24 Ces événements ont été marqués par l’incendie de bâtiments publics et des exactions contre les Sahr (...)

34La politique marocaine de développement socio-économique conduite au Sahara se conjugue avec des avantages pour les Sahraouis ralliés au Maroc (recrutement dans l’administration, accès à des postes politiques locaux et nationaux22, facilités pour les étudiants), du moins tant que les individus ne contestent pas publiquement leur appartenance au royaume. Pour autant, malgré les dispositifs d’aides publiques, l’espace saharien sous contrôle marocain n’est pas exempt d’inégalités et de frustrations sociales ; le taux de chômage, voisin de 20%, reste nettement plus élevé que la moyenne nationale, inférieure à 10%. Les actions de protestation sociale qui ont éclos durant la décennie 2000 contenaient des revendications axées sur une demande de développement local, du moins jusqu’aux événements de Gdeim Izik. Situé à 12 km de Laayoune, ce campement protestataire (20 000 personnes) fut initié en octobre 2010 pour demander des emplois, l’amélioration de la situation socio-économique et la fin de la marginalisation des habitants originaires de la région. En dépit des pourparlers engagés avec un comité de dialogue, le camp fut brutalement détruit le 7 novembre 2010 par les forces de l’ordre23, les autorités marocaines arguant d’une radicalisation politique des revendications sous l’influence du Polisario. L’opération s’est soldée par la mort de 14 personnes dont 12 membres des forces de l’ordre. De violents affrontements ont suivi à Laayoune, amplifiant les clivages sociaux et identitaires24.

35La politique de peuplement, d’ouverture et de développement socio-économique conduite par les autorités marocaines au Sahara occidental renvoie à une stratégie d’effacement de la ligne frontalière onusienne, transformée en zone dynamique de front pionnier repoussé en direction du sud. Cet estompage de la frontière du Sahara occidental au Nord est contrebalancé par le durcissement de la frontière à l’Est.

Le déplacement du Nord vers l’Est de la frontière conflictuelle : le Berm

36Rendue invisible au Nord, la frontière du Sahara occidental est à l’inverse matérialisée à l’Est, selon un axe oblique, parallèle à la frontière algérienne. Cette autre frontière, surnommée le berm s’est imposée dans les représentations cartographiques (fig. 1 et 2). La fonction militaro-défensive qui lui était assignée lors de sa construction a muté au fil des décennies, avec l’intégration de facto du Sahara occidental au royaume marocain. La fonction actuelle du berm semble davantage être celle d’un glacis protecteur à l’abri duquel les autorités de Rabat s’emploient à consolider un état de fait difficilement réversible.

Fig. 4. Vue aérienne du Berm, cicatrice dans le sable

Fig. 4. Vue aérienne du Berm, cicatrice dans le sable

Source : [En ligne], http://en.wikipedia.org/​wiki/​Moroccan_Wall#Satellite_views, consulté le 10 septembre 2011)

Initialement, un « mur de défense » construit en six étapes (1981-1987)

37C’est entre 1981 et 1987 que l’Etat marocain entreprend, avec l'aide de techniciens français, la fortification militaire de lignes de dunes dans une perspective défensive. La fin des années 1970 est alors marquée par des combats violents entre les Forces armées marocaines (FAR) et le Front Polisario, qui agit dès 1976 depuis des bases arrière algérienne et mauritanienne. La prise pour cible du territoire marocain (hors de la zone controversée) et l’occupation ponctuelle de Tan Tan par les indépendantistes (opération « Houari Boumédiene ») sont vécues côté marocain comme un affront et renforcent l’idée d’un nécessaire mur de sécurisation pour protéger les centres névralgiques du Sahara, à savoir les villes, les oasis, les mines de phosphate de Bou Craa et les sources de la Saguia al Hamra (Mohsen-Finan, 2004). Entreprise à la faveur d’un renversement du rapport de forces sur le terrain par les FAR, la fortification de dunes s’étale sur plusieurs années avec l’aménagement de lignes successives, dont la première ceint le triangle Bou Craa-Smara-Boujdour.

38Cette « barriérisation » du flanc oriental et méridional du « Sahara utile » n’est pas uniquement une mesure préventive destinée à juguler les incursions du Polisario. L’entreprise répond aussi à une finalité militaro-stratégique : transformer les modalités de la guerre. Statiques et cantonnées sur une position défensive, les FAR subissaient les actions de guérilla du Polisario, dont les troupes bien armées (par l’Algérie, la Libye et la Corée du Nord) étaient capables d’une grande mobilité. Avec les murs de sable, l’affrontement armé devint guerre de position et la supériorité tactique du Polisario, fondée sur une connaissance du terrain, fut réduite à néant. La guérilla s’épuisa contre les fortifications.

  • 25 G. Mutin avance le nombre de 150 000 soldats (In : Du Maghreb au Moyen-Orient, un arc de crises, Pa (...)
  • 26 Leur nombre a été porté à 245 à l’occasion du renouvellement du mandat de la Minurso en avril 2013.

39Les remblais de sable du berm, situés en territoire sous contrôle marocain, sont aujourd’hui protégés par plusieurs dizaines de milliers de soldats marocains (leur nombre fluctue selon les sources25). D’une longueur totale oscillant entre 2 500 et 2 700 kilomètres, les lignes dunaires sont flanquées de tranchées, de barbelés, de blindés, sans compter les millions de mines antipersonnelles larguées par l’aviation marocaine. Des points d’appui et d’observation, des forts et des bases souterraines dotés d’équipements électroniques pour détecter toute présence humaine s’égrènent à intervalles réguliers le long du berm. Sur le territoire contrôlé par le Polisario, les accords de cessez-le-feu ont défini à partir de la ligne de front une zone tampon profonde de cinq kilomètres (où toute présence est interdite), prolongée vers l’Est par une zone réglementée de 25 kilomètres. Quelques 230 Casques Bleus26 surveillent depuis 20 ans la zone de séparation depuis des bases éparpillées de part et d’autre de la barrière de sable. Si la fonction attendue de sécurisation du berm est devenue obsolète avec le cessez-le-feu, l’impossible organisation du référendum et l’échec répété des négociations maintiennent la tension et confèrent à la fortification une autre fonction, celle de pérenniser le statut quo et d’entériner l’annexion marocaine des deux-tiers du territoire du Sahara occidental.

Une barrière de sable contournable

  • 27 Source : Rapport sur le Sahara présenté le 22 avril 2013 par Christopher Ross au Conseil de sécurit (...)

40Il serait réducteur d’appréhender le berm comme une barrière infranchissable et incontournable. Plusieurs brèches existent le long des lignes dunaires par lesquelles le Polisario lançait des raids dans les années 1980, donnant lieu à des accrochages qui pouvaient engendrer un droit de suite par les soldats marocains, après l’aval du roi Hassan II. Outre les va-et-vient de la Minurso, il convient également de mentionner les visites familiales organisées depuis 2004 par le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR). Des vols réguliers entre les camps de réfugiés de Tindouf et le territoire saharien sous contrôle marocain permettent en effet la réunion temporaire de familles. Mais le processus est régulièrement interrompu et le nombre de bénéficiaires limité (16 889 entre 2004 et fin 2011), alors que des milliers de personnes (48 252) sont inscrits sur des listes d’attente27.

  • 28 Certains auteurs avancent le nombre de 8 000 Sahraouis revenus au Maroc depuis 1991 (Desrues et Her (...)

41Malheureusement trop peu étudiés et mentionnés (sinon dans un discours officiel marocain de discréditation du Polisario), les flux de contrebande ne sont pas résiduels dans cette région transfrontalière, rompue depuis des siècles à des pratiques de commerce (Pascon in Baduel, 1984). Trafics d’essence en provenance d’Algérie, de chameaux, d’armes et de cocaïne (Julien, 2011) s’entremêlent avec celui des biens issus de l’aide internationale déversée dans les camps de réfugiés. Si le berm est, en effet, complexe à franchir, son contournement est, lui, rendu possible par la perméabilité de la frontière entre la Mauritanie et les camps de Tindouf (Bäschlin et Sidati, 2011). C’est d’ailleurs l’un des itinéraires qui suivent les Sahraouis en provenance des camps de réfugiés à destination du Maroc. Ces « retours » (aydin), estimés à plusieurs milliers, empruntent des voies variables, par exemple par Nouadhibou, en Mauritanie ou par l’Algérie. La vie extrêmement précaire des camps et l’absence de perspectives éclairent ces flux qui sont encouragés par la politique d’accueil proclamée depuis les années 1990 par Hassan II (attribution de logement et de pension). Les plus influents de ces retournés (notamment ceux qui occupaient des fonctions de responsabilité dans l’appareil politico-administratif du Polisario) sont gratifiés au Maroc par des postes politiques et des ressources économiques en échange d’un discours critique à l’égard du Polisario. Amplement médiatisés dans le royaume, ces retours sont difficiles à quantifier28 mais ils attestent des possibilités et de la réalité des circulations dans un espace conflictuel.

  • 29 Tel Quel, n° 329, 21-28 juin 2008 « Au cœur du Polisario ».

42La visite des camps de réfugiés de Tindouf, entreprise par des journalistes marocains en 2008 (avec l’aval du Polisario) et sa couverture médiatique au Maroc29 ont marqué une étape importante dans la représentation de la barrière et de la figure « ennemie » du Polisario. Si le reportage a relativisé la fonction séparante du berm entre mondes connu/inconnu, il a en revanche martelé l’asymétrie riche/pauvre et le clivage ami/ennemi entre ‘nous’ (Marocains) et ‘eux’ (indépendantistes du Front Polisario). Les débuts de l’éditorial d’Ahmed Benchemsi sont à cet égard édifiants : « Il y a dans l’extrême Sud-Ouest algérien, à moins de 100 km de la frontière algérienne, près de 160 000 personnes qui nous détestent de tout leur cœur ». Et de comparer Rabouni « la capitale administrative du gouvernement sahraoui » à « une grosse agglomération de baraques, qui évoque, au choix, une fourrière municipale ou une décharge de ferraille à même le sable ».

43L’annonce faite en janvier 2009 par Alger de la construction d’un « mur électronique » de 6 500 km ourlant les frontières du territoire algérien signale une volonté de surveillance accrue face à l’intensité des circulations sahariennes et la technicisation croissante des contrôles. L’ouvrage algérien est officiellement envisagé comme l’un de ces dispositifs de blindage contre les « nouveaux défis engendrés par la mondialisation » (Neisse et Novoseloff, 2010), en l’occurrence le trafic de drogues, les flux migratoires et le terrorisme, ici incarné par Al Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI). L’initiative s’inscrit plus généralement dans un contexte politico-médiatique international de stigmatisation des marges sahélo-sahariennes comme zones porteuses de menaces et de risques (Brachet, Choplin et Pliez, 2011) et permet à Alger de s’assurer d’un soutien européen et américain sur les plans financier et sécuritaire. S’il laisse augurer l’établissement d’une barrière symétrique avec le berm, ce projet algérien est à ranger parmi ces autres barrières à l’efficacité douteuse, « icônes de l’érosion des Etats-nations et d’une dissolution de la souveraineté étatique » (Brown, 2009). En tout cas, sa planification ne cible pas spécifiquement la zone litigieuse sahraouie et, comme le berm, elle est appelée à connaître d’autres attributions avec l’évolution, en mars 2012, de la donne géopolitique dans la partie nord du Mali et le débordement des rebelles touareg du MNLA (Mouvement national pour la libération de l’Azawad) par des groupes islamistes armés.

Conclusion

44Le Sahara occidental est un territoire disputé et ourlé de frontières diverses quant à leurs fonctions et leur matérialisation. La frontière linéaire reconnue par l’ONU qui borde au nord le Sahara occidental a été gommée sur le terrain mais elle resurgit ailleurs et autrement sous l’effet des migrations marocaines internes. Cette frontière invisible au nord tranche avec la frontière orientale, fermée et « barriérisée », et avec la frontière méridionale, poreuse et dynamisée par des circulations avec la Mauritanie.

45Bien que non sujettes à controverses, les frontières d’un territoire sahraoui sont incertaines parce que l’identité collective sahraouie est elle-même fluide et mouvante selon les représentations divergentes qu’en ont les divers acteurs sociaux et politiques (ONU, Etat marocain, Sahraouis des camps ou des confins marocains etc.). En se construisant une identité politique, les leaders sahraouis ont dû définir et accepter de rentrer dans un cadre spatial borné, clos par des frontières, puisque dans le droit international, il n’y a pas d’Etat sans le tandem territoire et frontière. Or, cette conception géopolitique du territoire de l’Etat-Nation est à ajuster aux réalités sociales et aux représentations de groupes nomades dont l’identité et l’histoire sont marquées par la labilité des fusions sociales et des extensions politiques, et dont le territoire, dans sa pratique et son vécu, est avant tout un espace circulatoire et réticulaire (Retaillé, 1993 ; Bonnemaison, 1981). Sur la scène diplomatique internationale, l’expression du « nous » identitaire sahraoui est jusqu’à présent monopolisée par le Front Polisario, simplifiant et occultant les divisions politiques internes au mouvement sahraoui, ainsi que la perte d’audience de l’idéologie de ce parti-Etat, y compris parmi les partisans de l’indépendance.

  • 30 En janvier 2012, un sit-in à Rabat des « cadre supérieurs sahraouis expatriés » dénoncent l’approch (...)
  • 31 Plus de deux ans après leur arrestation lors des événements de Gdeim Izik, 25 Sahraouis ont été con (...)

46Les manifestations récurrentes qui agitent les villes du Sahara occidental depuis 2005 illustrent les limites de la politique marocaine d’aménagement du territoire. Mêlant revendications sociales, matérielles (pour le droit au logement, à l’emploi et à une vie décente) ou revendications politiques, ces protestations sont l’expression des mécontentements sahraouis du côté marocain, expression ravivée à la faveur du « printemps marocain » dans et hors les Provinces du Sud30. En réponse, la répression et le raidissement des autorités (cf. l’arrestation et la condamnation des militants sahraouis31) se conjuguent avec la mise en œuvre du projet de régionalisation avancée destiné à conforter l’intégrité du royaume, et ce, avec l’aval des gouvernements français et américain, favorables à la solution d’autonomie proposée par Rabat. Le contexte actuel marqué par une montée du « terrorisme » et de la criminalité organisée dans les marges sahélo-sahariennes, et surtout par la guerre au Mali avec l’engagement des troupes françaises (opération Serval lancée en janvier 2013), annonce-t-il une étape dans le règlement du conflit ? A l’automne 2012, l’envoyé personnel du secrétaire général de l’ONU pour le Sahara occidental, Christopher Ross, déclarait que le statu quo au Sahara était désormais « insoutenable » et  « dangereux », annonçant une volonté onusienne d’avancer sur le dossier sahraoui. Toutefois, la reculade internationale au sujet de l’extension du mandat de la Minurso à la question des droits de l’homme (printemps 2013) atteste de l’actuelle position de force de l’Etat marocain, plus que jamais considéré par les dirigeants américains et français comme un allié sécuritaire stratégique dans une région embrasée.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

BADUEL P.-R., coord., 1984, Enjeux sahariens, Paris, éditions du CNRS, table-ronde du CRESM (nov. 1981). Voir les contributions de P. Pascon, O. Vergniot, M. Benchikh, F. De Chassey.

BÄSCHLIN E., and SIDATI M., 2010, « Territoriality, Border Conceptions and Border Realities », in D. WASTL-WALTER (ed.), The Ashgate Research Companion to Border Studies, Ashgate Ltd Publishing, UK/USA, p. 549-568.

BENNAFLA K., 2011, « Enjeux et gestion de la protestation dans une marge territoriale. Le mouvement local de Sidi Ifni », Maghreb et sciences sociales, Tunis, Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain.

BENNAFLA K., EMPERADOR BADIMON M., 2011, « Le 'Maroc inutile' redécouvert par l'action publique : exemples de Sidi Ifni et Bouarfa », Politique africaine, n°120, p. 67-86.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

BONNEMAISON J.-N., 1981, « Voyage autour du territoire », L’espace géographique, n° 4, 1981, p. 249-262.
DOI : 10.3406/spgeo.1981.3673

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

BRACHET J., CHOPLIN A. et PLIEZ O., 2011, « Le Sahara entre espace de circulation et frontière migratoire de l’Europe », Hérodote, n°142, p. 163-182.
DOI : 10.3917/her.142.0163

BURNOT J., 2012, Le tourisme dans le Sahara Occidental : une arme politique aux confins du désert, mémoire de Master 1 en géographie, Université Lyon 2.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

CARATINI S., 2007, « La prison du temps. Les mutations sociales à l’œuvre dans les camps de réfugiés sahraouis », Afrique contemporaine, n° 221, p. 153-172 et n° 222, p. 181-197.
DOI : 10.3917/afco.222.0181

CARATINI S., 2003, La République des sables. Anthropologie d’une révolution, Paris, L’Harmattan.

CHERKAOUI M., 2007, Le Sahara, liens sociaux et enjeux géostratégiques, Oxford Bradwell Press.

DEDENIS J., 2006, « La territorialité de l’espace des camps de réfugiés sahraouis en Algérie », Bulletin de l’Association des Géographes Français, p. 22-34.

DE FROBERVILLE M., 1996, Sahara occidental, la confiance perdue. L’impartialité de l’ONU à l’épreuve, Paris, L’Harmattan.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

DESRUES T. et HERNANDO DE LARRAMENDI M., 2011, « Initiatives souveraines, attentisme partisan et protestation au Sahara : une année politique transitoire au Maroc », L’Année du Maghreb, VII, p. 305-332.
DOI : 10.4000/anneemaghreb.1267

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

FIDDIAN-QASMIYEH E., 2011, « The Pragmatics of Performance: Putting ‘Faith’ in Aid in the Sahrawi Refugee Camps », Journal of Refugee Studies, Vol. 24, n° 3, p. 533-547.
DOI : 10.1093/jrs/fer027

GAUDIO A., 1993, Les populations du Sahara occidental. Histoire, vie et culture, Paris, Karthala.

JULIEN, S., 2011, « Le Sahel, comme espace de transit des stupéfiants », Hérodote, 3, n° 142, p. 125-142.

MARTINEZ L., 2010, « Frontières et nationalisme autour du Sahara occidental » http://ceriscope.sciences-po.fr/ consulté le 10 septembre 2011.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

MITATRE C.-C., 2011a, « Le couloir ouest-saharien : un espace gradué », L’année du Maghreb, VII, p. 211-228.
DOI : 10.4000/anneemaghreb.1219

MITATRE C.-C., 2011b, Au nord du Sud. Une ethnographie nomade en lisière du Sahara, Paris, EHESS (à paraître).

MITATRE C.-C. 2009, Au nord du Sud : L'orientation du territoire, de la culture et de la parenté dans les oasis de l'Oued Noun (Sahara atlantique), thèse d’ethnologie sous la direction de R. Jamous, Université Paris Ouest Nanterre.

MOHSEN-FINAN K., 1997, Sahara occidental. Les enjeux d'un conflit régional, Paris, Presses du CNRS.

MOHSEN-FINAN K., 2004, « Au pied des murs », Etudes, 1, tome 400, p. 94-97.

MOHSEN-FINAN K., 2008, « Trente ans de conflit au Sahara occidental », in GANDOLFI P. (dir.), Le Maroc aujourd’hui, Casa editrice il Ponte (Italie), p. 62-74.

MUNDY J., 2012, « Moroccan Settlers in Western Sahara: Colonists or Fifth Column? », The Arab World Geographer, vol.15, n°2, Summer, p. 95-126.

MUNDY J. and ZUNES S., 2010, Western Sahara: War, Nationalism, and Conflict Irresolution, Syracuse, Syracuse University Press.

NACIRI M., 1999, «Contrôler ou développer, le dilemme du pouvoir depuis un siècle », Monde arabe Maghreb Machrek, nº 164, avril-juin, p. 9-35.

NAIMI M., 2013, L’Ouest saharien. La perception de l’espace dans la pensée politique tribale, Paris, Karthala.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

NEISSE F. et NOVOSSELOFF A., 2010, « L’expansion des murs, le reflet d’un monde fragmenté ? », Politique étrangère, 4, p. 731-472.
DOI : 10.3917/pe.104.0731

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

PLANEL S., 2009, « Transformations de l’Etat et politiques territoriales dans le Maroc contemporain », L’Espace politique, 1, 14p, [En ligne], mis en ligne le 30 juin 2009, Consulté le 21 mai 2012. URL : http://espacepolitique.revues.org/index1234.html.
DOI : 10.4000/espacepolitique.1234

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

RETAILLE D., 1993, «  Afrique : le besoin de parler autrement qu’en surface », Espaces-Temps, n°51-52.
DOI : 10.3406/espat.1993.3853

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

RETAILLE D., 2011, « Du paradigme sahélien du lieu à l’espace (mondial) mobile », L’information géograhique, 1, vol. 75, p. 71-85.
DOI : 10.3917/lig.751.0071

SIMENEL R., 2010, L'origine est aux frontières. Les Aït Ba'amran, un exil en terre d'arganiers (Sud Maroc), Paris, éditions du CNRS.

SOUALI M., 2001, A la rencontre des vagues du Sahara. Enjeux géopolitiques autour de Sidi Ifni et Tarfaya (Maroc), Mémoire de DEA, Université Paris VIII, Centre de recherche et d’analyse en géopolitique.

TROIN J.-F., 2002, Maroc. Régions, pays, territoires, Paris, Maisonneuve et Larose.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

VEGUILLA V., 2009, « Conflits et actions collectives autour de l’exploitation du poulpe au Maroc », Politique Africaine, n° 116, p. 43-51.
DOI : 10.3917/polaf.116.0043

VEGUILLA V., 2011, « La gestion localisée de ‘conflits invisibles’. Les mobilisations socio-économiques de jeunes Sahraouis à Dakhla », Maghreb et sciences sociales 2011, Paris, L’Harmattan, p. 105-115.

ZOUBIR Y., 2010, « Le conflit du Sahara occidental. Enjeux régionaux et internationaux », Dossier du CERI. [En ligne], Consulté le 21 mai 2012. URL : http://www.ceri-sciences-po.org/archive/2010/fevrier/dossier/art_yz.pdf.

Haut de page

Notes

1 L’urbanisation de ces régions est un processus opéré lors la deuxième moitié du XXè siècle : selon les statistiques du Haut Commissariat au Plan (HCP) marocain, les régions administratives de Oued Ed Dahab-Lagouira, de Laayoune-Boujdour-Sakia el Hamra et de Guelmim-Smara abritaient respectivement une population urbaine estimée en 2007 à 62%, 94% et 64% pour un taux d’urbanisation national de 55% en 2004. (Le Maroc des régions, 2008, Rabat, juin 2009) http://www.hcp.ma/downloads/ (consulté le 23 août 2011).

2 Le hassaniya se distingue aussi par ses emprunts au berbère znaga et à l’espagnol.

3 Le retrait espagnol a eu lieu entre novembre 1975 et février 1976.

4 A la fin des années 1970, des affrontements opposèrent également le FP à l’armée mauritanienne. En 1979, le gouvernement mauritanien abandonne ses prétentions territoriales sur la partie sud de l’ex-colonie espagnole en signant un accord de paix avec le FP à Alger.

5 On notera que des Sahraouis avaient fui à l’étranger d’éventuelles représailles espagnoles, après les attaques opérées par l’Armée nationale de libération.

6 Le HCR annonce 90 000 personnes à Tindouf selon un recensement de 2008 et l’Algérie annonce 165 000 personnes.

7 La région Laayoune-Boujdour-Sakia el Hamra compte 256 000 résidents ; Guelmim-Es Smara, 462 000  et Oued ed Dahab-Lagouira 100 000. Le nombre de 500 000 est obtenu en soustrayant les provinces de Assa-Zag, Guelmim et Tata, une manœuvre discutable. Source : Haut Commissariat au Plan, RGPH 2004, Rabat.

8 B. Debarbieux, « Prendre position : réflexions sur les ressources et les limites de la notion d’identité en géographie », L’Espace Géographique, 2006, n°4, t. 35, p. 351-342.

9 Parmi quelques exemples, citons les Ouled Dlim (Saguia el-hamra), les Rguibat, les Ouled Errachid, les Tajakant (Tindouf), Tekna (Nord), les Oulad Bou Sbaa, les Torkoz, les Aroussiyine etc. (Gaudio, 1993).

10 La réalité est plus complexe que cette division Nord/Sud (Chleuh/arabe) décrite : dans la partie méridionale saharienne, il existe en effet des tribus berbérophones znaga (cf. les Aït Bouhou) qui se déclarent « Sahraouis » (source : entretien avec R. Simenel).

11 M. Naïmi (2013) rappelle néanmoins que l’ancien Sahara espagnol ne saurait se réduire au seul mode d’exploitation Rguibat du milieu et que les premières descriptions des explorateurs ou des militaires réduisaient la réalité politique à sa dimension côtière ignorant les étendues migratoires de l’Est.

12 Par exemple, lors des décolonisations, le processus d’identification a été cristallisé, certains préférant une citoyenneté mauritanienne ou algérienne quand d’autres optaient pour un statut de Sahraoui colonisé (Caratini, 2003).

13 Source : François Soudan, « Les ralliés de Sa Majesté », Jeune Afrique, 9 juin 2010.

14 Citons les émeutes qui ont éclaté en février 2011 lors du festival Mer et désert à Dakhla (annulé) et les affrontements après un match de football entre Marocains et Sahraouis.

15 Cf. les défaites d’Isly (1840) et de Tétouan (1860). Cette dernière fut suivie d’un lourd impôt de guerre.

16 Le 13 novembre 1975, l’Espagne cède par les accords de Madrid ses possessions du Saguia el-Hamra au Maroc et du Rio de Oro à la Mauritanie. Cette cession est dépourvue de validité juridique selon les Nations Unies.

17 Parmi les cas de censure de presse sous Mohammed 6, rappelons en 2000, celui de l’hebdomadaire Le Journal, en raison d’une interview donnée à Mohamed Abdelaziz, chef du Polisario ou la condamnation en 2005 du journaliste Ali Mrabet à 10 ans d'interdiction d'exercer sa profession pour avoir déclaré dans Al-Moustaqil que les réfugiés sahraouis de Tindouf n'avaient « aucune envie de rentrer au Maroc ».

18 La troisième et dernière province constitutive des Provinces du Sud du royaume est Oued ed Dahab-Lagouira.

19 En 2004, le roi réitère son refus d’un référendum d’autodétermination incluant l’indépendance du Sahara en option et plaide pour un plan d’autonomie pour le Sahara occidental sous souveraineté marocaine à travers une politique de régionalisation. Le discours royal du 25 mars 2006, prononcé à Laayoune, crée le Conseil Royal Consultatif des Affaires Sahariennes (CORCAS) chargé de veiller à la mise en œuvre de ce plan.

20 [En ligne], http://www.regionalisationavancee.ma/PDF/Rapport/Fr/regionFr.pdf, consulté le 10 septembre 2011.

21 Cf. La couverture de l’hebdomadaire Tel Quel, n° 368, 11-19 avril 2008, « Tabou. Ce que le Sahara nous coûte ».

22 Beaucoup de Sahraouis sont députés au Parlement ou à la tête de hauts postes comme le président du CORCAS (rallié au roi en 1975) ou l’ancien responsable de la sécurité militaire du Polisario (Omar Hadrami), nommé wali de Settat, après son ralliement au roi à la fin des années 1980.

23 Au terme de cette opération, 170 personnes ont été arrêtées.

24 Ces événements ont été marqués par l’incendie de bâtiments publics et des exactions contre les Sahraouis commises par des bandes de jeunes originaires des villes du Nord du Maroc. Voir le rapport de la FIDH sur les affrontements du 8 novembre 2010 disponible en ligne http://www.fidh.org/IMG/pdf/MarocLaayoune557f.pdf (consulté le 15 juin 2013).

25 G. Mutin avance le nombre de 150 000 soldats (In : Du Maghreb au Moyen-Orient, un arc de crises, Paris, La Documentation Française, juin 2002, p. 54) ; L. Martinez (2010) parle d’une armée marocaine forte de 130 000 à 160 000 hommes, « en grande partie déployés au Sahara ».

26 Leur nombre a été porté à 245 à l’occasion du renouvellement du mandat de la Minurso en avril 2013.

27 Source : Rapport sur le Sahara présenté le 22 avril 2013 par Christopher Ross au Conseil de sécurité de l’ONU. Chiffres cités par Le Monde, 13 avril 2013.

28 Certains auteurs avancent le nombre de 8 000 Sahraouis revenus au Maroc depuis 1991 (Desrues et Hernando de Larramendi, 2011).

29 Tel Quel, n° 329, 21-28 juin 2008 « Au cœur du Polisario ».

30 En janvier 2012, un sit-in à Rabat des « cadre supérieurs sahraouis expatriés » dénoncent l’approche sécuritaire du dossier et la « politique d’expatriation programmée » des cadres supérieurs recrutés par le ministère de l’intérieur et affectés loin du Sahara.

31 Plus de deux ans après leur arrestation lors des événements de Gdeim Izik, 25 Sahraouis ont été condamnés, le 17 février 2013, par le tribunal militaire de Salé à de très lourdes peines (dont neuf à perpétuité, 14 autres à des peines de réclusion oscillant entre 20 et 30 ans), et ce, au terme d’un procès entaché d’irrégularités selon Human Rights Watch.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1. Le Sahara occidental et la présence de la MINURSO
Crédits Source : Minurso. http://minurso.unmissions.org/​LinkClick.aspx?fileticket=raSpR1ewAOk%3d&tabid=9541&language=en-US (consulté le 10 septembre 2011)
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2644/img-1.png
Fichier image/png, 282k
Titre Fig. 2. Le royaume divisé par des possessions européennes, d’après un manuel scolaire marocain
Crédits Source : R. Dumas Dirèche (dir.), Le Maroc de 1912 à nos jours, Centre d’études arabes, Rabat, 2006.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2644/img-2.png
Fichier image/png, 655k
Titre Fig. 3. Le découpage administratif du Maroc (1997)
Crédits Source : Rachida Dumas-Dirèche (dir.), Géographie du Maroc, 4è-3è, Rabat, Centre d’études arabes, 2003.
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2644/img-3.png
Fichier image/png, 572k
Titre Fig. 4. Vue aérienne du Berm, cicatrice dans le sable
Crédits Source : [En ligne], http://en.wikipedia.org/​wiki/​Moroccan_Wall#Satellite_views, consulté le 10 septembre 2011)
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2644/img-4.png
Fichier image/png, 238k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Karine BENNAFLA, « Illusion cartographique au Nord, barrière de sable à l’Est : les frontières mouvantes du Sahara occidental », L’Espace Politique [En ligne], 20 | 2013-2, mis en ligne le 18 juillet 2013, consulté le 30 août 2016. URL : http://espacepolitique.revues.org/2644 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.2644

Haut de page

Auteur

Karine BENNAFLA

MCF en géographie
GREMMO (UMR 5291), membre de l’Institut Universitaire de France, Visiting Scholar au Centre of African Studies (Univ. d’Edinburgh)
Karine.bennafla@mom.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org