Navigation – Plan du site

Ferghana : les étapes d'une matérialisation frontalière entre intention et réalité

Fergana: the Border Materialisation Between Intention and Reality
Isabella Damiani

Résumés

La vallée du Ferghana partagée entre l'Ouzbékistan, le Tadjikistan et le Kirghizstan, est l'une des régions les plus peuplées et disputées d'Asie centrale. Dans cette région transfrontalière, les frontières ont fait l’objet d'une lente matérialisation au cours de l'ère post-soviétique. Cet article vise à dresser un bilan actualisé de leur évolution, entre matérialisation effective et simples démonstrations de force de la part d'acteurs nationaux en quête de stabilité et de légitimité, dans un territoire dont l'unité historique a longtemps reposé sur la multi-ethnicité et le multilinguisme.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Soit par ordre alphabétique : Kazakhstan, Kirghizstan, Ouzbékistan, Tadjikistan et Turkménistan. Ce (...)

1Après la série d'anniversaires des vingt ans d'indépendance des cinq républiques centrasiatiques post-soviétiques à la fin de l'année 20111, quel bilan dresser pour ces nouveaux États et plus particulièrement en ce qui concerne l'un de leurs enjeux constitutifs : leurs frontières ? Depuis plus de dix ans, la république de l’Ouzbékistan manifeste sa volonté de matérialiser (par la construction d'une barrière) ses frontières désormais internationales. Cette volonté n'est pas apparue soudainement dès l’indépendance, mais elle s'est renforcée progressivement, par étapes, notamment en 2010 suite aux heurts « ethniques » entre Kirghizes et Ouzbeks dans le Ferghana kirghize.

2De cette lente matérialisation, nous verrons qu’elle ne procède pas forcément d’une absence de délimitations frontalières entre États voisins. Par ailleurs, certaines de ces barrières se déploient dans des contextes marqués par de forts liens ethniques, familiaux, commerciaux transnationaux ou encore dans des contextes peu propices à la création d'une barrière, ainsi celles-ci ne manifestent pas tant une volonté de division territoriale que de division symbolique.

3Dans ce contexte, seront analysées les évolutions et les représentations de la matérialisation frontalière dans la vallée du Ferghana, région transfrontalière partagée entre Ouzbékistan, Kirghizstan et Tadjikistan (cf. figure 1), et incarnation par excellence de la complexité frontalière centrasiatique.

Figure 1. La matérialisation des frontières dans le Ferghana

Figure 1. La matérialisation des frontières dans le Ferghana

Évolutions de la géographie politique de l'Asie centrale

4Vingt ans après la chute de l'Union soviétique (URSS), les frontières de l'Asie centrale restent une thématique très sensible, encore source de conflits et notamment dans le bassin du Ferghana, une fertile région d'environ 27 000 km², entourée par les chaînes de montagnes parmi les plus hautes du monde comme le Tian Shan ou le Pamir et politiquement partagée entre l’Ouzbékistan, le Tadjikistan et le Kirghizstan.

5Jusqu'à la fin du XIXe siècle, l'Asie centrale était un territoire structuré selon deux types de paysages sociopolitiques : la civilisation nomade de langue et culture turco-mongole dans les steppes, les montagnes et les déserts et la civilisation sédentaire de culture principalement persane installée dans les oasis et les villes méridionales de la région, comme Samarcande et Boukhara. Quelques pôles structurés au plan territorial, politique et économique principalement autour des zones les plus fertiles, les Khanats de Khiva, Boukhara et Kokand représentaient des entités dont l'indépendance est peu à peu remise en question par l'impérialisme russe (Fourniau, 1994).

  • 2 Turkestan est un toponyme d’origine persane qui littéralement veut dire le pays des turcs. Ce topon (...)

6L'intégration à l'empire russe, qui s’achève à la fin du XXème siècle, transforme le territoire politique de l'Asie centrale en créant un nouveau pavage administratif formé par le Territoire des Steppes, au nord de la région et le Gouvernorat du Turkestan2, structure regroupant la majeure partie des régions productives de l'Asie centrale, dont la vallée du Ferghana. Au Gouvernorat était aussi rattaché le territoire désertique de la Province Transcaspienne, l'actuel Turkménistan et enfin deux des trois anciens Khanats pré-russes, Khiva et Boukhara, ont gardé leur unité en tant que protectorats de l'empire russe.

7Dans les années 1920, les révolutions russes et l'avènement de l'Union Soviétique amorcent la redéfinition du territoire avec l'importation du modèle de l’État-nation. Pendant la première décennie de l’époque soviétique l'Asie centrale sera structurée à travers des politiques de nationalisation des populations et de leur territoire, par les principes de la korenizatsiya, la politique d'indigénisation du pouvoir, qui permettait une intégration des élites locales dans le nouveau système administratif soviétique, et la rasmegevanie, la volonté de créer une délimitation territoriale sur une base nationale, concept tout à fait nouveau dans l'espace centrasiatique (Hirsch, 2005).

8Nonobstant la soviétisation des années 1930 caractérisée par le passage d’une valorisation des diversités et des cultures nationales à une volonté d'unification culturelle à travers la création de l' « homo sovieticus », l'identité nationale créée et exaltée pendant les années 1920 avait été interprétée par les élites centrasiatiques comme la jonction entre le sang et la culture, dans une acception très proche de l’école « herderienne ». L’idée de nation, désormais enracinée dans la culture centrasiatique, allait être appelée à jouer un rôle croissant non seulement dans le quotidien socio-politique de l'Asie centrale, mais aussi dans ses découpages territoriaux successifs. Si l'appartenance nationale fut l’un des principaux critères du découpage du territoire centrasiatique suivant le principe de la rasmegevanie, à l’inverse les raisons présidant au partage des régions les plus riches et fertiles, comme le Ferghana, obéissent principalement à une logique de répartition des ressources en vue d'assurer la viabilité des nouvelles structures politico-administratives (Haugen, 2003).

Le partage du Ferghana

  • 3 Devenue république socialiste soviétique kirghize en 1936.

9Dans le cas de l'ex-Khanat de Kokand, situé dans sa majeure partie dans la région du Ferghana, sa transformation en province de l'Empire russe devait également affaiblir les germes de révolte populaire, pacifique ou armée, contre le pouvoir colonial. Dès les premières années soviétiques, en 1924, le Ferghana est donc divisé entre la nouvelle république socialiste soviétique ouzbèke et la région autonome des Kara-Kirghizes3, sous administration directe de Moscou.

10Une seconde répartition a lieu en 1929 avec la promotion de la région autonome tadjike, jusque-là intégrée à la RSS Ouzbèke, avec rang de république socialiste soviétique; en contrepartie la RSS Ouzbèke récupéra le RA de Karakalpakie en 1936 (cf. Foucher, 1991, p.466).

11Tracer les frontières dans le bassin du Ferghana, région multiethnique et multilinguistique était d'autant plus difficile que ce territoire comptait parmi les zones les plus fertiles et les plus adaptées à la production agricole de l'Asie centrale. La région était composée d’un enchevêtrement de nombreux groupes ethno-linguistiques : Sartes, Tadjiks, Ouzbeks, Kirghizes, Kipchaks, Türks, etc. Les lignes de démarcation culturelles entre les groupes étaient elles-mêmes brouillées, puisque les pratiques culturelles variaient au sein d’un même groupe : ainsi, on trouvait aussi bien des nomades que des sédentaires chez les Ouzbeks comme les Tadjiks (Kojciev, 2001). Surtout, l’unité du Ferghana reposait sur une telle diversité ethno-linguistique que, non seulement la vallée ne correspondait pas au modèle national homogène préfiguré pour l'Asie centrale, à l’image du reste de l'Union soviétique, mais elle en incarnait même le contraire exact.

12En même temps, le Ferghana représentait une ressource économique précieuse à répartir entre la république ouzbèke, géopolitiquement centrale, la plus peuplée et avec la classe politique la plus puissante d’une part, et d’autre part les républiques plus montagneuses du Tadjikistan et du Kirghizstan et plus pauvres en territoires aménageables (Damiani, 2011).

13Les frontières tracées au début de l’ère soviétique sont longtemps restées des fictions cartographiques (Thorez, 2003). Depuis l'entre-deux guerres jusqu'à l'indépendance des républiques centrasiatiques, ces frontières (internes à l'Union soviétique) n’existaient ni sur le territoire, ni dans la vie quotidienne des populations, ni même définitivement sur les cartes. L'utilisation indifférenciée de territoires agricoles transfrontaliers, de la part notamment des structures agricoles comme les sovkhozes, était ainsi une pratique récurrente (Megoran, 2002), et les grandes infrastructures construites par les ingénieurs soviétiques, comme les voies ferrées, ne tenaient pas compte des frontières qui avaient été tracées.

14Dans l’espace centrasiatique sous domination soviétique, la réalité de la frontière a eu, pour un temps, raison de son destin idéologique : elle n'avait de consistance ni en tant que ligne de démarcation (car elle ne séparait pas des États réellement indépendants) ni en tant que frontière entre des cultures et des sociétés (alors que celles-ci étaient profondément imbriquées).

15L'effondrement inattendu du pouvoir central de Moscou en 1991 précipite l'espace centrasiatique, devenu nouveau « Sud eurasiatique », dans un processus d’autodéfinition culturelle, économique et politique. Pour les nouveaux États, il s’agit simultanément d’affermir leur pouvoir intérieur, de trouver un équilibre suite au choc politico-économique provoqué par le passage de l’échelle soviétique aux échelles nationales, de redéfinir les relations avec les voisins, et de se positionner sur la scène internationale – et dans la restructuration de l’immédiat post-1991, l'aménagement frontalier n’apparaît pas comme une des priorités des républiques.

Une matérialisation par étapes

16L'apparition de premiers symboles d’un dispositif frontalier dans le Ferghana remonte à la fin des années 1990, sous l'impulsion de l'Ouzbékistan, pays le plus peuplé de la région (28 millions est. 2013, CIA World Factbook).

Les causes d'un processus

17Ce processus de "frontiérisation" (surlignage de la frontière), duquel on exclura les champs de mines déjà présents à la frontière ouzbékistano-tadjikistanaise dès le début de la guerre civile au Tadjikistan en 1992, concerne tout d'abord le Kirghizstan avec la mise en place progressive des premiers contrôles aux frontières entre les villes d'Andijan et d'Och en 1999, puis le Tadjikistan à partir de 2001 (Megoran, 2002). Plusieurs raisons ont officiellement motivé ces choix ouzbékistanais, tout d'abord la menace d'incursion d'islamistes radicaux, déjà présents au Kirghizstan et au Tadjikistan (lui-même limitrophe de l'Afghanistan).

18La question sécuritaire avait été déjà au centre des préoccupations ouzbékistanaises avec la crainte d'une éventuelle contagion de la guerre civile tadjike qui a opposé de 1992 à 1997 les forces communistes conservatrices soutenues par les armées russe et ouzbékistanaise et les forces islamo-démocrates désireuses d'un changement au sein de la structure politique au Tadjikistan. Cette peur du débordement de la crise tadjikistanaise avait déjà amené l’Ouzbékistan à construire des champs de mines le long de la dyade avec le Tadjikistan, avant même la matérialisation des dispositifs frontaliers.

19L’élément sécuritaire a été à la base du processus ouzbékistanais de fortification frontalière également par rapport à la crainte d'une immigration massive des populations des États voisins, plus faibles économiquement que l'Ouzbékistan (le PIB de l'Ouzbékistan en 1999 était 17 000 milliards de dollars contre le 1 200 du Kirghizstan et le 1 000 du Tadjikistan, FMI).

20Mais au-delà des discours officiels, l'urgence ouzbékistanaise de la fin des années 1990 jusqu'à la fin des années 2000 s'est concentrée principalement sur la matérialisation symbolique de la barrière frontalière, fort éloignée de la représentation de « forteresse centrasiatique » que l’Ouzbékistan voulait donner.

21Jusqu’en 2010, la politique frontalière de l'Ouzbékistan a été le résultat d’un rééquilibrage permanent entre la volonté politique croissante de matérialiser la frontière et le coût d’opportunité représenté par cette matérialisation et ses différents dispositifs – tenant compte des coûts directs et indirects liés à celle-ci, à replacer dans un contexte plus large d’arbitrages financiers et de légitimité politique. Signe de cette volonté politique, au fil des années 2000, l’État ouzbékistanais a accentué ses efforts de légitimation interne et externe du renforcement frontalier, en s’appuyant notamment sur les heurts survenus dans la zone ferghanienne.

La dyade ouzbéko-kirghizstanaise

  • 4 Répression exercée par la police ouzbékistanaise sur des manifestants civils dans la ville de Andij (...)

22Dans le Ferghana, la frontière entre Ouzbékistan et Kirghizstan est au cœur des échanges et des conflits de la région. L’importance des relations entre les villes d'Andijan, Och, Ferghana, les dramatiques événements d'Andijan en 20054 et d'Och en 2010, et la difficile question des enclaves ont fait de la dyade ouzbéko-kirghize à la fois la zone la plus ouverte de la frontière ferghanienne à une continuité transfrontalière, mais aussi la dyade la plus sensible aux conséquences de la matérialisation.

23L'importance de cette dyade pour les échanges transfrontaliers et pour les bonnes relations entre Ouzbékistan et Kirghizstan (en contraste avec les mauvaises relations entre Ouzbékistan et Tadjikistan) ont amené, pendant les années 2000, à une matérialisation sinon symbolique de cette dyade de la part de l’Ouzbékistan, du moins moins définitive et drastique qu’envers le voisin tadjikistanais.

24En ce qui concerne la matérialisation de cette dyade, le va-et-vient des normes de transit mises en place par l’Ouzbékistan avec le Kirghizstan est resté caractérisé par une certaine souplesse jusqu’en 2010. Un régime de visa a certes été imposé au Kirghizstan en 2000 suite à trois ans de lutte armée entre le gouvernement ouzbékistanais et les mouvements islamistes politisés comme le Mouvement islamique d’Ouzbékistan (MIO), qui avait comme but le renversement d'Islam Karimov, président de la république ouzbékistanaise et véritable guide de la nation.

25L’Ouzbékistan reprochait en effet au Kirghizstan, comme au Tadjikistan, sa tolérance envers la présence du MIO et d’autres mouvements islamistes sur leur territoire, en ce qu’elle exposait aussi le territoire ouzbékistanais en raison des frontières non matérialisées.

26Cependant, le dynamisme des relations transfrontalières était assuré par le fait que, dans les accords ouzbéko-kirghizstanais, le visa n’était obligatoire qu’à partir du troisième jour de séjour pour le ressortissant étranger, si bien que le maintien des relations frontalières quotidiennes commerciales comme familiales étaient garanties.

27En 2007, avec l’éloignement de la menace islamiste du début de la décennie, un accord bilatéral est conclu entre Ouzbékistan et Kirghizstan qui prévoit un régime d’exemption de visa pour les séjours jusqu’à 60 jours, en écho à l'accord de libre circulation signé en 1992 entre tous les membres de la Communauté des États Indépendants (CEI) (Mfa.uz, 2010).

28S’agissant de la matérialisation de la frontière physique, on peut distinguer deux types d’installations sur cette dyade : d’une part des installations très visibles constituées notamment par les postes frontières sur les grands axes de communications, notamment entre Andijan, Djalal-Abad et Och, et d’autre part des installations beaucoup moins perceptibles, peu contraignantes et discontinues en dehors des villes principales.

Photo 1 : L’imposant poste frontière de Kara-Suu, une ville transfrontalière entre Ouzbékistan et Kirghizstan, se dresse au milieu de l'axe routier principal.

Photo 1 : L’imposant poste frontière de Kara-Suu, une ville transfrontalière entre Ouzbékistan et Kirghizstan, se dresse au milieu de l'axe routier principal.

Isabella Damiani, 2009

Photo 2 : Frontières à peine matérialisée entre Ouzbékistan et Kirghizstan, au nord d’Andijan.

Photo 2 : Frontières à peine matérialisée entre Ouzbékistan et Kirghizstan, au nord d’Andijan.

Isabella Damiani, 2009

29Dans une même ville transfrontalière, Kara-Suu (la partie kirghizstanaise) et Qorasuv (la partie ouzbékistanaise), on observe l’existence d’un important poste de contrôle, situé sur la route principale, tandis que de nombreux autres points de passage demeurent non surveillés.

30Ce qui ressort de cette délicate parcelle de frontière ferghanienne avant 2010 est une volonté de séparation symbolique des espaces nationaux plutôt que une volonté de séparation effective, en Ouzbékistan comme au Kirghizstan. La matérialisation se manifeste là où les échanges et les trafics frontaliers sont les plus intenses, sans pour autant créer des conditions empêchant les passages frontaliers.

Les dyades occidentales du Ferghana

31La partie occidentale de la région ferghanienne est traversée par les dyades tadjiko-ouzbékistanaise et tadjiko-kirghizstanaise qui connaissent des évolutions assez différentes.

32L'indépendance du Tadjikistan et du Kirghizstan n'a pas amené ces deux États à se fermer l'un à l'autre, comme l'Ouzbékistan l'a fait vis-à-vis d'eux. Ainsi, aucun régime de visa n'a été mis en place entre Tadjikistan et Kirghizstan. Cela ne signifie pas pour autant que le contrôle de la dyade tadjiko-kirghizstanaise ne soit pas un enjeu, comme en témoigne l’émergence du thème de la creeping migration, un phénomène de ventes foncières par des émigrants kirghizstanais à des frontaliers tadjikistanais.

33Cette pratique est devenue un sujet de préoccupation au sein de l’administration kirghizstanaise. Elle est présentée comme un glissement de la frontière dû au grignotage progressif des terres frontalières kirghizes par une « invasion tadjike », elle a donné lieu entre autres à la mise en place de mesures incitatives de la part du gouvernement de Bichkek pour que les citoyens frontaliers se mobilisent activement dans la « défense civile » du territoire national (Reeves, 2009).

  • 5 Selon les données des gardes frontalières tadjikistanaises, les flux transfrontaliers sur la dyade (...)

34S'agissant de la dyade tadjiko-ouzbékistanaise, malgré les faibles flux transfrontaliers tant humains que matériels5 dans cette zone, et dans le contexte de mise hors service presque totale depuis plusieurs années de la ligne ferroviaire qui reliait jadis Khodjent (Tadjikistan) à Kokand (Ouzbékistan), la matérialisation frontalière était présente avant 2010. Moins visible mais plus radicale et surtout beaucoup plus dangereuse, elle s’incarnait non dans des dispositifs frontaliers, mais dans des champs de mines ouzbékistanais devant prévenir d’éventuelles incursions liées à la guerre civile au Tadjikistan.

35Si la souplesse du régime frontalier tadjiko-kirghizstanais et la faiblesse des flux transfrontaliers sur la dyade tadjiko-ouzbékistanaise ont donné à la frontière occidentale du Ferghana une image de frontière moins contrôlée que la dyade orientale ouzbéko-kirghizstanaise, on voit pourtant qu’elle est loin d’être exempte de contrôle étatique.

Éléments de matérialisation

36Différentes teichopolitiques, ou "politiques de cloisonnement de l'espace" (Ballif et Rosière, 2009) fondées sur des registres administratifs (contrôles, visas), militaires (mines), physiques (fossés, clôtures et check points) à forte dimension symbolique, spécifient les démarcations frontalières du Ferghana centrasiatique.

Les postes frontière

37L'élément de matérialisation le plus visible et le plus répandu pendant les années 2000 est sans aucun doute le poste frontière ou check point (objet de contrôle étudié notamment par Evelyne Ritaine, 2009) dont la silhouette imposante parsème la région depuis une dizaine d'années.

38Pierres angulaires de la défense frontalière du Ferghana ouzbékistanais et symboles par excellence de cette matérialisation, les check points sont éparpillés le long de la frontière, concentrés principalement sur les grandes voies de communication qui relient les différentes sections nationales du Ferghana. Structures classiquement composées de deux postes de douane de part et d'autre de la frontière entre lesquels s'étend un no man's land, dont la largeur moyenne est d'environ 200 mètres. Qu'il existe ou non un régime de visa entre les deux États concernés, le passage de ces check points requiert la présentation d'une déclaration douanière nécessaire à toute entrée et sortie des territoires ouzbékistanais et tadjikistanais.

Photo 3 : No man’s land du poste frontière de Dostlik entre Andijan et Och. Cet espace de transit d'environ 200 mètres est un des principaux lieux d’échanges transfrontaliers officiels entre Ouzbékistan et Kirghizstan.

Photo 3 : No man’s land du poste frontière de Dostlik entre Andijan et Och. Cet espace de transit d'environ 200 mètres est un des principaux lieux d’échanges transfrontaliers officiels entre Ouzbékistan et Kirghizstan.

Isabella Damiani, 2009

Photo 4 : Symbole de frontière entre Ouzbékistan et Tadjikistan très visible mais sans fonction de contrôle, situé à une distance de 500 mètres du poste frontière de Patar.

Photo 4 : Symbole de frontière entre Ouzbékistan et Tadjikistan très visible mais sans fonction de contrôle, situé à une distance de 500 mètres du poste frontière de Patar.

Isabella Damiani, 2010

39Les postes frontière de Dostlik, Khanabad, Kara-Suu ou encore Patar ont été parmi les premiers symboles de la frontiérisation du Ferghana, et ces lieux artificiels font désormais partie du paysage ferghanien. Ils sont de véritables manifestations de la présence de l’État sur le territoire, mais aussi dans le quotidien des pratiques familiales, sociales et commerciales des ferghaniens qui désormais intègrent le poste frontière dans leurs stratégies de mobilité ordinaire, que ce soit pour le traverser ou pour le contourner.

40Parmi les facteurs ayant mené à la concrétisation de ces premiers éléments dans le Ferghana, notamment sur les dyades ouzbékistanaises, le soutien international et européen a été décisif, aussi bien en termes de financement et d’assistance technique, que de légitimation politique au niveau interne et dans les relations de voisinage inter-étatique.

41Parmi les partenaires internationaux qui ont aidé à la construction de ces nouveaux postes de contrôle frontalier, on retrouve l'Union Européenne et les Nations Unies (UNDP) au travers des programmes BOMCA (Border Management in Central Asia) et BOMCA-CADAP (Central Asia Drug Action Programme) qui en sont à leur dixième année d'existence.

42La teichopolitique des dirigeants de l'Asie centrale correspondaient exactement à l'agenda politique de l'Union européenne en matière de lutte contre le trafic de drogue et autres flux transfrontaliers clandestins, ainsi ont-elles bénéficié des financements de l'UE dans le cadre d'un border management (gestion des frontières). Dans cette perspective d'échelle eurasiatique, le Ferghana est considéré depuis l'UE comme une plaque tournante reliant l'Afghanistan aux marchés russes et européens via la « route du Nord ».

43Sur les environ 1000 kilomètres de la dyade entre Ouzbékistan et Kirghizstan, 18 postes frontières ont été matérialisés, en particulier sur les principales artères transfrontalières, et avec eux une matérialisation symbolique de l’État, une régulation des échanges légaux, et un contrôle des échanges clandestins dans les points de passages les plus utilisés.

44D’emblée s’est posée la question de l’impact possible de ces installations sur les trafics transfrontaliers clandestins, notamment le narcotrafic, priorité du projet BOMCA-CADAP à travers les poste frontières sur la dyade ouzbéko-kirghizstanaise. En effet, l'une des principales routes transfrontalières de la région, la M41, surnommée l' « Autoroute du Pamir », qui relie deux centres névralgiques du passage des stupéfiants afghans dans la région, les villes d'Och (Kirghizstan) et Khorugh (capitale de la province autonome du Haut-Badakhshan au Tadjikistan), reste quant à elle incontrôlée. Au-delà de l’impact se pose également la question de la contre-productivité des dispositifs frontaliers, posée notamment par Bahodirzhon Radzhapov, économiste du Central Asian Free Market Institute (CAFMI) : « la fermeture de la frontière contribue à la croissance de la contrebande et du marché noir […] cette situation aide seulement la diffusion de la corruption et le déclin de la sécurité en Asie Centrale […] » (Central Asia Online, 2012).

45En Ouzbékistan également, dans les zones de frontière montagneuses, notamment celles qui sont traversées par le cours de la Syr-Darya, par des canaux, celles qui sont éloignées des principaux axes de circulation ou encore celles qui sont situées dans les quartiers secondaires de petites villes traversées par la frontière sont loin d’être cloisonnées par des barrières frontalières.

46La contrebande de drogue et de cigarettes, mais aussi la petite contrebande quotidienne de biens de première nécessité comme le carburant, la nourriture et les vêtements, demeure à l'ordre du jour le long des dyades ouzbékistanaises « secondaires » avec le Tadjikistan et le Kirghizstan, finalement assez peu surveillées (Photo 3).

Des fossés aux barrières frontalières

47Un autre élément qui a commencé à caractériser la matérialisation de la frontière dans le Ferghana est l'utilisation de fossés. Cette particularité ouzbékistanaise, se rencontre uniquement sur ses dyades dans le Ferghana. Ce pays a commencé à développer ce type d'ouvrage dans la deuxième moitié des années 2000 et exclusivement sur la dyade avec le Kirghizstan.

48De longueurs variables mais souvent d’environ une centaine de mètres, ces fossés sont creusés sur la frontière afin de couper les routes, et notamment celles qui mènent à l’Ouzbékistan, comme dans la ville de Kara-Suu/Qorasuv.

  • 6 L’Ouzbékistan au contraire du Kirghizstan, ne fait pas partie de l'Organisation Mondiale du Commerc (...)

49La matérialisation frontalière voulue par l’Ouzbékistan pendant les années 2000 était surtout le résultat de la volonté d'une limitation des échanges commerciaux, car l’ouverture internationale croissante du marché kirghizstanais post-soviétique, notamment envers la production chinoise, avait alarmé l’Ouzbékistan qui, après l’indépendance a maintenu une politique économique très protectionniste envers sa production nationale6. Les fossés d'une profondeur de quelques mètres seulement, empêchent le passage de véhicules de transport - mais pas des personnes.

Photo 5 : Kara-Suu, frontière entre Ouzbékistan (à gauche) et Kirghizstan (à droite). Photo satellite d’un exemple de fossé qui limite les entrées et sorties de la ville.

Photo 5 : Kara-Suu, frontière entre Ouzbékistan (à gauche) et Kirghizstan (à droite). Photo satellite d’un exemple de fossé qui limite les entrées et sorties de la ville.

Source: Google Earth 2012

Photo 6 : Les fossés entre Ouzbékistan et Kirghizstan, profonds de quelques mètres, empêchent surtout le passage des véhicules.

Photo 6 : Les fossés entre Ouzbékistan et Kirghizstan, profonds de quelques mètres, empêchent surtout le passage des véhicules.

Dalton Bennett, Eurasianet.org 2010

Le problème des champs de mines

50Si les postes frontières et les fossés ont représenté la matérialisation frontalière sur la dyade ouzbéko-kirghizstanaise pendant les années 2000, ce sont les champs de mines qui ont caractérisé la dyade tadjiko-ouzbekistanaise dès les années 1990. Si du côté kirghizstanais les premières menaces perçues étaient liées à une « invasion commerciale », du côté tadjikistanais il s’agissait plutôt de la guerre civile tadjikistanaise et de l'implication des mouvements islamistes dans ce conflit, et ce dès le début de l’indépendance.

  • 7 Le Tajikistan Mine Action Programe de l'UNDP parle d'environ 360 personnes tuées et 460 blessées pa (...)

51C’est dans ce contexte que sont disséminés des champs de mines par l’Ouzbékistan, notamment le long de la dyade avec le Tadjikistan. La question des mines a fait l'objet d'un important débat encore vivant aujourd'hui. Le Tadjikistan a d’emblée dénoncé cette pratique pour ses conséquences dramatiques7, ce à quoi l’Ouzbékistan répondait que les mines étaient systématiquement signalées par des panneaux bien visibles. Entre 2008 et 2010, le Tadjikistan a entrepris un « nettoyage du territoire de frontière des mines» avec le soutien non seulement des organisations internationales, mais aussi du gouvernement ouzbékistanais.

  • 8 Le régime de visa entre les deux pays, établi au début des années 2000, n’a jamais été reconsidéré.
  • 9 Les informations sont le résultat d’un travail de terrain sur la frontière ouzbéko-tadjikistanaise (...)

52Au-delà de la signalisation des champs de mines sur le territoire, la dissuasion ne prend pas sur la population qui est parvenue à surmonter l'obstacle des champs de mines en les intégrant dans leur connaissance du paysage et en les contournant dans leurs pratiques du territoire ferghanien entre Ouzbékistan et Tadjikistan. Les habitants sont en effet en mesure de traverser « illégalement » des portions de frontière dont ils savent, soit que les mines y ont déjà explosé, soit qu'elles n'y ont jamais été, soit encore qu'elles y ont effectivement été nettoyées. A la frontière « minée » entre ces deux pays, on peut aujourd’hui voir des gens sans passeport ni visa8, traverser à l'écart des postes frontière. Interrogés sur la dangerosité de cette opération, ils répondent qu’aujourd'hui tout le monde connaît la localisation des mines qui restent9.

53La disposition de champs de mines sur la frontière est une pratique que l’Ouzbékistan a répliquée sur la dyade avec le Kirghizstan, mais seulement dans le cas particulier des frontières des enclaves (cf. figure 1). Des quatre enclaves ouzbékistanaises au Kirghizstan, Sokh et Chakhimardan les plus grandes, ont été théâtres d'affrontement majeurs avec le mouvement islamique d’Ouzbékistan. De ce fait, ces territoires ont fait dès la fin des années 1990 l’objet d'une surveillance et de mesures spéciales, dont des champs de mines posés le long de segments de frontière non surveillés de la part de l’Ouzbékistan et dernièrement le début d'une fortification de la frontière de la part du Kirghizstan par des barrières de fil barbelé dans l'enclave de Sokh (UNHCR, 2013).

Barrières et déclarations d'intention

54Le dernier élément de la matérialisation frontalière dans le Ferghana, non moins important des autres, est la « déclaration d'intention », qui désigne ici le cas où les acteurs étatiques se limitent à déclarer la prochaine construction d’une barrière frontalière sans forcément réaliser réellement le projet. Cette manifestation de pouvoir de l’État vis-à-vis de l’État voisin et de sa propre population contribue à attirer l’attention sur la frontière, à prolonger les discours sur la nécessité de sa matérialisation, à générer la même l’incertitude chez les habitants lorsqu’ils se dirigent au poste frontière sans savoir s’il sera ouvert ou non. Ici le pouvoir de l’État n’est pas tant incarné dans une construction concrète que dans la proclamation de sa capacité à la construire.

55Un exemple de ces déclarations d'intention a été la déclaration de construction de murs frontaliers. Il est en effet possible de trouver des informations au sujet de murs d'environ 7 mètres de hauteur voulus par l’Ouzbékistan sur sa dyade avec le Kirghizstan, dans sa partie méridionale, au niveau de la ville de Rishstan, non loin de la ville de Ferghana et à la frontière de l'enclave de Sokh (Cacianalyst 2009; Trend.az 2013), mais la construction de ces dispositifs n'a jamais été confirmée.

56En résumant l’évolution de la matérialisation frontalière dans le Ferghana à partir de l’indépendance, il se dégage une différence d'attitude claire entre l’Ouzbékistan, plus volontariste quant au cloisonnement de son territoire, et le Kirghizstan et le Tadjikistan qui sont plus en retrait en matière de "teichopolitiques". A cette différence d’attitude, s’ajoute une différence de méthodologie cette fois de l’Ouzbékistan par rapport à ses deux voisins du Ferghana.

57Du côté kirghizstanais, si l’objectif affiché est de contrôler des échanges commerciaux déclarés et clandestins, une analyse fine du dispositif et surtout de ses espaces de jeu permet de mettre en lumière des logiques d’exaltation nationaliste via la séparation visible des territoires nationaux. Du côté tadjikistanais, la menace de propagation d’un conflit armé explique non seulement l’établissement soudain du régime de visa, mais surtout une matérialisation moins visible mais plus « radicale » incarnée dans les champs de mines. On reste cependant bien loin de la « forteresse ouzbékistanaise » : globalement, la frontière reste assez perméable. C’est au niveau local, au niveau du quotidien des habitants, que les dispositifs frontaliers ont le plus d’impact. Les matérialisations des premières années imposaient soit le passage par un majestueux poste frontière, sans garantie quant aux délais, aux conditions et à la possibilité effective de la traversée, soit par des zones secondaires plus difficilement praticables. En tout état de cause, l’intégration par les habitants du facteur « traversée » dans leurs stratégies de mobilité modifie les pratiques territoriales traditionnelles. Le bazar situé de l’autre côté de la frontière a beau être le plus proche, le temps supplémentaire et la variabilité des conditions de passage dus à la mise en place d’un poste frontière peuvent inciter les habitants à préférer un bazar moins proche, mais situé sur le territoire national. C'est ainsi que les dispositifs frontaliers agissent sur les pratiques de mobilité traditionnelles, sur le caractère transfrontalier des réseaux commerciaux mais aussi familiaux et sociaux, et, partant, sur la culture régionale transfrontalière qui en procède.

58Dès lors, on comprend le rôle clé de la matérialisation frontalière telle qu’elle est pratiquée dans le Ferghana, unité culturelle régionale multiethnique et multilinguistique, dans la transformation des identités à l’aune de l’État-nation. Ce concept relativement neuf en Asie centrale y existe en effet sous une forme « vieux jeu » : dans la conception monolithique des jeunes États-nations centrasiatiques, l’exception est une menace existentielle.

2010, année tournant ?

59En juin 2010 se produit dans le Ferghana kirghizstanais l’un des heurts les plus violents de tout l'espace post-soviétique depuis son indépendance. Officiellement définis comme des heurts « ethniques » opposant Kirghizes et Ouzbeks, ils se sont conclus avec des centaines de victimes et des milliers de réfugiés en Ouzbékistan. Le caractère « ethnique » de ces heurts a été fortement critiqué (Reeves 2010 ; Pétric 2010) : des problématiques sociales et économiques auraient été à la base des mécontentements dans lesquels le facteur ethnique aurait été instrumentalisé en tant qu'explication simplifiée de la situation.

60Au-delà des heurts eux-mêmes, leur instrumentalisation par l’Ouzbékistan pour accélérer la matérialisation frontalière avec le voisin oriental est indubitable. Le chaos interne du Kirghizstan et les milliers de réfugiés sur le territoire ouzbékistanais ont été utilisés par l’Ouzbékistan pour légitimer un durcissement de la dyade kirghizstanaise et y mettre en place une véritable teichopolitique. A partir de juin 2010, plus de la moitié des postes frontière sont brusquement fermés.

61Seuls 8 postes sur 18 restent ouverts et encore ne fonctionnent-ils pas à plein régime. Ainsi, le poste frontière de Dostlik, entre Andijan et Och, principal point de passage entre les deux pays, reste fermé pendant plus d'un an suite aux heurts de juin 2010. Dans ce cas, l’objectif de limitation des flux non pas seulement des marchandises, mais aussi des personnes, est clair.

62Le durcissement se produit également au niveau juridique avec la réintroduction du régime de visa entre Ouzbékistan et Kirghizstan déjà en août 2010 (Mfa.uz).

63Si par le passé on avait vu une matérialisation croissant lentement selon des phases d’accélération suivies de phases de décélérations, notamment avec le régime de visa entre Ouzbékistan et Kirghizstan, avec juin 2010 un cap semble avoir été franchi. Le durcissement des contrôles concerne la dyade ouzbéko-kirghizstanaise et aussi les territoires des enclaves et aux exclaves. Les quelques centaines d'habitants du village kirghizstanais de Barak, doté d'une superficie d'environ 1 km² (Gonon, Lasserre 2003), situé dans un appendice territorial kirghizstanaise quasi complètement entouré par le territoire ouzbékistanais, ont quasiment interdit d'entrer en territoire ouzbékistanais, même pour des urgences sanitaires.

Conclusion

64L’élément de « déclaration d'intention » sera décisif pour confirmer ou infirmer l’entrée dans une nouvelle phase de politique frontalière de la part de l’Ouzbékistan. Si le pays affiche sa volonté de contrôler la totalité de ses frontières, celle-ci se heurte aux quelques 300 des 1000 kilomètres de dyade encore disputés avec le Kirghizstan.

65En 2012, deux principales « déclarations d'intentions » se dégagent: d'une part celles incarnées dans le modèle de l’annonce par l’Ouzbékistan d’un projet de construction de 600 km de barrières sur sa frontière avec le Kirghizstan et dont on retrouve des émules au Kazakhstan et au Turkménistan ; d’autre part la volonté par le Kirghizstan d’abord de résoudre les disputes frontalières qui concernent encore presque un tiers de la dyade entre les deux pays, et seulement dans un second temps, de renforcer les dispositifs frontaliers (Ferghana.ru).

66Selon une déclaration en 2012 du Département pour la démarcation des frontières du Premier Ministre kirghizstanais, l’Ouzbékistan projetterait d'ériger ces barrières unilatéralement en dépit des zones d’ombre qui reste sur le tracé de la frontière. Reste toutefois que les négociations pour la délimitation frontalière entre les deux pays ont repris en mars 2013 (Rferl.org). Or on sait qu’en la matière, Ouzbékistan et Kirghizstan partent de deux références cartographiques très différentes : l'Ouzbékistan considère comme officiels les premiers tracés frontaliers des années 1920, et le Kirghizstan celles des résultats de la commission inter-républicaine des années 1950 (Khamraeva-Aubert, 2006; Thorez 2011).

67L’ambiguïté des dynamiques frontalières, entre déclarations officielles, matérialisations symboliques, tentatives réelles de cloisonnement du territoire et obstacles juridiques à celles-ci, est certes une source de souplesse qui permet d’envisager une porte de sortie sur les disputes frontalières dans une perspective de rapport de forces inter-étatique, mais elle est également une source d’intensification des conflits à l’échelle régionale ferghanienne, le long d’une frontière toujours plus présente, sinon dans la matérialité, du moins dans les esprits. Sur les trois types de conflits qui s’y développent, pour le partage des ressources frontalières, pour la délimitation des biens fonciers frontaliers, pour l’accès au bien-être socio-économique, tous naissent de la préoccupation de diviser nettement les territoires, d’afficher, de contrôler et de durcir les frontières.

Haut de page

Bibliographie

ABASHIN, S. N., BUSKOV, V. I., 2004, Ferganskaja dolina – etnicnost’, etniceskie prozessi, etniceskie konflikti, [La vallée du Ferghana – ethnicité, processus ethniques, conflits ethniques], Mosca, Nauka.

BALLAND D., 1997, Diviser l’indivisible: les frontières introuvables des États centrasiatiques, Hérodote n.84, p. 77-123.

BALLIF F., ROSIERE S., 2009, Le défi des ‘teichopolitiques’. Analyser la fermeture contemporaine des territoires, L’Espace géographique, vol. 38, No.3, p. 193-206.

BICHSEL C., 2009, Conflict transformation in Central Asia, irrigation disputes in the Ferghana Valley, Routledge.

BRUNET-JAILLY E., 2007, Borderlands: Comparing Border Security in North America and Europe, University of Ottawa Press.

DAMIANI I., 2011, Geopolitica di una regione transfrontaliera: il Regionalismo culturale della valle del Fergana, Thèse de doctorat en Géographie politique, Université de Trieste, 2011.

DAMIANI I., 2011, Ferghana: la création de frontières, source de conflits, Les conflits dans le monde. Approche géopolitique, dir. GIBLIN B., Collection U, Armand Colin, Paris, p. 89-98.

DJALILI M-R., Kellner T., 2006, Géopolitique de la nouvelle Asie Centrale, PUF, Paris.

FALAH G-W., 2005, The geopolitics of « enclavisation » and the demise of a two-state solution to the Israeli-Palestinian conflict, in Third Worlds Quarterly, vol. 26, p.1341-1372.

FOUCHER M., 1991, Fronts et frontières, Fayard, Paris.

FOUCHER M., 2007, L’obsession des frontières, Perrin, Paris.

FOURNIAU V., 1994, Histoire de l’Asie centrale, PUF, Paris.

FUMAGALLI M., 2002, Un califfato di Fergana ? L’islamismo centrasiatico continua a sognare, I quaderni di Limes, n.3.

GONON E., LASSERRE F., 2003, Une critique de la notion de frontières artificielles à travers le cas de l’Asie centrale, Cahiers de géographie du Québec, vol. 47, n° 132.

GORSHENINA S., 2012, Asie centrale. l'invention des frontières et l'héritage russo-soviétique, CNRS Éditions, Paris.

GUICHONNET P., RAFFESTIN C., 1974, Géographie des frontières, PUF, Paris.

HAUGEN, A., 2003, The Establishment of National Republics in Soviet Central Asia, New York, Palgrave Macmillan.

HIRSCH F., 2005, Empire of Nations, Cornell University Press.

KHAMRAEVA-AUBERT A., 2006, La construction des frontières en Asie centrale soviétique : limitations nationales et logiques économiques, mémoire de DEA en Histoire, EHESS.

KHOLMATOV G., 1989, Istorico-Geograficeskie Faktori Territorial'noj Organisazii Harodnogo Khosjajstva Ferganskoj Dolini [Facteurs historico-géographiques de l'organisation territoriale de l'économie de la vallée du Ferghana], Ferganskaja Dolina : Priroda, Naselenie, Khosjajstvo (Vallée du Ferghana: nature, population, économie), Akademija Nauk CCCP Geograficeskoe Obscectvo CCCP.

KOJCIEV A., 2001, Nazional’no-territorial’noe rasmegievanie v ferganskoj doline (1924-27) [La division nationale et territoriale dans la vallée du Ferghana 1924-7], Bichkek.

KOJCIEV A., 2003, Ethno-territorial claims in the Ferghana Valley during the process of national delimitation 1924-7, in Everett-Hearth T., Central Asia Aspects of transition, London, RoutledgeCurzon, p. 45-56.

KRAMSCH O., 2005, Ironic detachments: revisiting the modernist topos of the U.S.-Mexico borderlands. in Broekhuis A., Nijenhuis G. et van Westen A., Space and place in development geography: geographical perspectives on development in the 21st century, p. 213-230.

LACOSTE Y., 1995, Dictionnaire de Géopolitique, Paris, Flammarion.

MARTIN-MAZE M., 2008, Frontières européennes, frontières centre-asiatiques : un modèle unique de gestion?, Regards sur l’Est.

MEGORAN N., 2002, The borders of eternal friendship? The politics and pain of nationalism and identity along the Uzbekistan-Kyrgyzstan Ferghana Valley boundary, 1999-2000, Thèse en Géographie, Cambridge, Sidney Sussex College.

MEGORAN N., 2004, The Critical Geopolitics of the Uzbekistan-Kyrgyzstan Ferghana Valley Boundaries Dispute, in Political Geography, vol. 23, No.6, p. 731-764.

MEGORAN N., 2006, For ethnography in political geography: Experiencing and re-imagining Ferghana Valley boundary closures, in Political Geography, vol. 25, No.6, p. 622-640.

PAASI A., 2009, Bounded spaces in a 'borderless world': border studies, power and the anatomy of territory, in Journal of Power, Vol 2, p. 213 – 234.

PETRIC B., 2010, Pogroms contre les Ouzbeks à Och, in Hérodote, n°138, p.58-65.

PETRIC B., 2010, Kyrghyz and Uzbeks in Osh: Just another local interethnic conflict?, Ferghana.ru. URL : http://enews.fergananews.com/article.php?id=2642, date de mise en ligne : juin 2010, date de consultation : juin 2010.

PLANHOL X. de, 1993, Les nations du prophète, Paris, Fayard.

REEVES M., 2007, Travels in the Margins of the State: Everyday Geography in the Ferghana Valley Borderlands, in Sahadeo J., Zanca R. (eds.), Everyday Life in Central Asia – Past and Present, Bloomington, Indiana University Press, p. 281-300.

REEVES M., 2009, Materialising state space: « Creeping migration » and territorial integrity in southern Kyrgyzstan, in Europe-Asia Studies, volume 61, n.7, p.1277-1313.

REEVES M., 2010, The ethnicisation of violence in Southern Kyrgyzstan, Opendemocracy.net. URL : http://www.opendemocracy.net/od-russia/madeleine-reeves/ethnicisation-of-violence-in-southern-kyrgyzstan-0, date de mise en ligne : juin 2010, date de consultation : juin 2010.

RITAINE E., 2009, La barrière et le check point. Mise en politique de l'asymétrie, Cultures et conflits, n°73, p.13-33.

ROSIÈRE S., 2006, Le nettoyage ethnique. Terreur et peuplement, Paris, Ellipses, coll. « Carrefours Géographie / Les dossiers ».

ROY O., 1997, La Nouvelle Asie Centrale, Seuil, Paris.

SCHOEBERLEIN J., 2001, Islam in the Ferghana Valley: Challenges for new states, in Dudoignon S., Komatsu H., Islam in politics in Russia and Central Asia, London, Kegan Paul.

STALINE J., 1950, Le Maxisme et la question nationale et coloniale, Editions Sociales, Paris.

STARR S.F., 2011, Ferghana Valley, The heart of Central Asia, New York, M.E.Sharpe.

THOREZ J, 2003, Enclaves et enclavement dans le Ferghana post-sovietique, CEMOTI nº35.

THOREZ J, 2005, Flux et dynamiques spatiales en Asie centrale-Géographie de la transformation post-soviétique, Thèse de doctorat en géographie, Université de Paris X-Nanterre.

THOREZ J., 2011, Les nouvelles frontières de l’Asie centrale : États, nations et régions en recomposition, Cybergeo : European Journal of Geography, document 534.

Haut de page

Notes

1 Soit par ordre alphabétique : Kazakhstan, Kirghizstan, Ouzbékistan, Tadjikistan et Turkménistan. Ces commémorations se sont étalées du 31 août pour le Kirghizstan au 16 décembre pour le Kazakhstan.

2 Turkestan est un toponyme d’origine persane qui littéralement veut dire le pays des turcs. Ce toponyme de l'Asie centrale était utilisé notamment à l’époque tsariste.

3 Devenue république socialiste soviétique kirghize en 1936.

4 Répression exercée par la police ouzbékistanaise sur des manifestants civils dans la ville de Andijan, qui a porté à nombreuses victimes et un mouvements de réfugiés de l’autre coté de la frontière.

5 Selon les données des gardes frontalières tadjikistanaises, les flux transfrontaliers sur la dyade tadjiko-ouzbékistanaise de la région Ferghana ont réduits de 80% depuis les années 1990.

6 L’Ouzbékistan au contraire du Kirghizstan, ne fait pas partie de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC).

7 Le Tajikistan Mine Action Programe de l'UNDP parle d'environ 360 personnes tuées et 460 blessées par les explosions des mines depuis 1992.

8 Le régime de visa entre les deux pays, établi au début des années 2000, n’a jamais été reconsidéré.

9 Les informations sont le résultat d’un travail de terrain sur la frontière ouzbéko-tadjikistanaise en 2010.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. La matérialisation des frontières dans le Ferghana
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2651/img-1.png
Fichier image/png, 252k
Titre Photo 1 : L’imposant poste frontière de Kara-Suu, une ville transfrontalière entre Ouzbékistan et Kirghizstan, se dresse au milieu de l'axe routier principal.
Crédits Isabella Damiani, 2009
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2651/img-2.png
Fichier image/png, 301k
Titre Photo 2 : Frontières à peine matérialisée entre Ouzbékistan et Kirghizstan, au nord d’Andijan.
Crédits Isabella Damiani, 2009
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2651/img-3.png
Fichier image/png, 239k
Titre Photo 3 : No man’s land du poste frontière de Dostlik entre Andijan et Och. Cet espace de transit d'environ 200 mètres est un des principaux lieux d’échanges transfrontaliers officiels entre Ouzbékistan et Kirghizstan.
Crédits Isabella Damiani, 2009
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2651/img-4.png
Fichier image/png, 298k
Titre Photo 4 : Symbole de frontière entre Ouzbékistan et Tadjikistan très visible mais sans fonction de contrôle, situé à une distance de 500 mètres du poste frontière de Patar.
Crédits Isabella Damiani, 2010
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2651/img-5.png
Fichier image/png, 210k
Titre Photo 5 : Kara-Suu, frontière entre Ouzbékistan (à gauche) et Kirghizstan (à droite). Photo satellite d’un exemple de fossé qui limite les entrées et sorties de la ville.
Crédits Source: Google Earth 2012
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2651/img-6.png
Fichier image/png, 268k
Titre Photo 6 : Les fossés entre Ouzbékistan et Kirghizstan, profonds de quelques mètres, empêchent surtout le passage des véhicules.
Crédits Dalton Bennett, Eurasianet.org 2010
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2651/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabella Damiani, « Ferghana : les étapes d'une matérialisation frontalière entre intention et réalité », L’Espace Politique [En ligne], 20 | 2013-2, mis en ligne le 18 juillet 2013, consulté le 30 avril 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/2651 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.2651

Haut de page

Auteur

Isabella Damiani

ATER en Géographie
Université du Littoral – Côte d'Opale
isabelladamiani@hotmail.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org