Navigation – Plan du site

Les journalistes français face au « mur » de Cisjordanie: Quelles représentations dans les journaux télévisés de 20h ? (TF1 et France 2, 2002-2007) 

Journalists Facing the “West Bank wall”: Which Representation in 8’oclock TV News (TF1 and France 2, 2002-2007)?
Amandine KERVELLA

Résumés

Ce texte s’intéresse aux représentations du « mur » de Cisjordanie dans journaux télévisés de 20h des deux premières chaînes de télévision françaises : TF1 et France 2. Postulant que le travail journalistique s’apparente à une mise en forme sociale du réel, il cherche à mettre au jour certains des cadres (Goffman, 1991) mobilisés pour représenter une construction particulièrement polémique. Quelle nature les discours médiatiques traitant du « mur » lui prêtent-ils ? S’agit-il d’un « mur » ? D’une « barrière » ? Ses objectifs, ou conséquences, relèvent-ils de la « séparation » ? De la « protection » ? De l’ « annexion » ? Etc. Le travail présenté repose sur l’étude d’un corpus regroupant l’ensemble des reportages et brèves abordant la question du « mur », diffusés du 1er janvier 2002 au 31 décembre 2007, dans les journaux télévisés de 20h, de TF1 et France 2. Il propose tout d’abord une analyse de la mise en mot du « mur », à travers une analyse terminologique et énonciative de l’ensemble des termes proposés pour dénommer cette construction. Il présente ensuite une analyse de sa mise en image par l’étude de la composition des reportages sélectionnés en identifiant les différents « domaines scéniques » (Charaudeau, Lochard, Soulages, 2001) leurs donnant corps.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous pensons, par exemple, à l’ensemble des ouvrages cités par Alexandra Novosseloff et Frank Neiss (...)

1Alors que la chute du mur de Berlin et la fin de la guerre froide pouvaient laisser penser à l'avènement d'un monde sans frontière, (Allen, Hamnett, 1995 ; Badie, 1995), le nombre de clôtures, barrières ou murs faisant office de frontières n'a jamais cessé de progresser. Depuis les attentats du 11 septembre 2001, 24 projets de ce type ont ainsi été lancés ou réactivés (Vallet, 2009). Plus 20 000 km de barrières frontalières se dressent actuellement entre les états (Rosière, Jones, 2012). Un phénomène d’une telle ampleur n’a pas échappé à la recherche. De plus en plus nombreux sont ainsi les travaux consacrés à ce retour des murs en relations internationales1. Pourtant, si les approches disciplinaires mobilisées et les problématiques proposées pour analyser ce phénomène sont variées, la question des représentations médiatiques dans ces ouvrages demeure encore largement inexplorée. Ces dernières constituent pourtant le mode d’appréhension principal, voire unique, que le grand public possède de ces murs et barrières érigés dans des pays plus ou moins lointains. A l’échelle du monde, ou de la France, rares sont en effet les individus dont le rapport à ces édifices relève de l’expérience. Il apparaît d’ailleurs d’autant plus intéressant d’interroger la manière dont les médias représentent ces constructions qu’on ne les considère plus comme les miroirs d’une réalité préexistante (Jost, 2008) ou comme une fenêtre ouverte sur le monde, mais bien comme des agents de mise en forme du réel, comme des producteurs sociaux du sens (Charaudeau, 2005).

  • 2 Durant l’ensemble de cet article nous nommerons « mur », l’ouvrage construit en Cisjordanie par Isr (...)

2Afin de contribuer à enrichir cet objet d’étude le présent article s’intéresse aux représentations du « mur »2 qu’Israël a construit, en Cisjordanie, à partir de l’été 2002, dans les principaux journaux télévisés des deux premières chaînes de télévision françaises : les journaux de 20h, de TF1 et France 2. Plus précisément, il cherche à mettre au jour certains des cadres interprétatifs mobilisés pour rendre compte de cet ouvrage.

3Nous postulons en effet que lorsque les journalistes informent, ils réalisent en fait des opérations de cadrages et de recadrages, d’expériences ou de faits. Nous nous inscrivons donc dans l’application que Jean-Pierre Esquenazi propose de la théorie des cadres de Goffman, à l’écriture de l’actualité. Les journalistes, comme tout individu, saisissent en effet les réalités brutes auxquelles ils sont confrontés en les cadrant, en leur donnant un environnement spécifique et en déterminant le jeu de langage avec lequel il convient d’en rendre compte. Face à une même expérience, les individus qui l’expérimentent peuvent ainsi mobiliser différents cadres et donc proposer plusieurs interprétations factuelles. Cette opération de cadrage de la réalité permet de transformer l’expérience en fait. Les cadres ainsi créés sont définis comme primaires (Esquenazi, 2002). Le plus souvent, le travail des journalistes consiste cependant à rendre compte de faits qui ne découlent pas de leur propre expérience. Ils sont donc conduits à transformer des faits cadrés, par d’autres acteurs sociaux, en nouvelles, c'est-à-dire à appliquer des cadres secondaires à des cadres primaires, pour traduire médiatiquement l’expérience singulière (Goffman, 1994). Or, les nouvelles ainsi créées pourront être très différentes, suivant les recadrages journalistiques effectués. En appliquant cette conception du travail journalistique à la médiatisation du « mur » de Cisjordanie, il s’agira donc de se demander quels sont les cadres mobilisés par les journalistes pour représenter cet ouvrage. S’agit-il d’un mur, d’une barrière ? Ses objectifs, ou conséquences, relèvent-ils de la séparation ? De la protection ? De l’annexion ? Etc. Il faut en outre rappeler que ce travail de recadrage médiatique est sans doute complexifié par le contexte de critiques récurrentes que subissent les médias, à propos de leur couverture du conflit israélo-palestinien ; les journalistes étant régulièrement accusés de proposer une vision des choses biaisée par leurs partis pris (Bourdon, 2009).

  • 3 Le corpus a été construit grâce à une recherche par mots clefs effectuée dans la base de données (...)
  • 4 Nous retenons également les lancements de ces reportages, effectués en plateau, par le présentateur (...)
  • 5 Il est important de noter que France 2 aborde plus souvent la question du « mur » et plus longuemen (...)
  • 6 Chaque reportage est composé de différents domaines scéniques, identifiables suivant un critère d'a (...)

4Le travail présenté dans cet article ne prétend pas à l’exhaustivité, mais repose sur l’étude d’un corpus délimité, menée à travers des axes d’analyses précis, choisis pour leur capacité à faire émerger certains des cadres utilisés pour représenter le « mur ». Le corpus3 étudié regroupe l’ensemble des reportages4 et brèves (imagées ou non) abordant la question du « mur », diffusés du 1er janvier 2002 au 31 décembre 2007, dans les journaux télévisés de 20h, de TF1 et France 25. Dans un premier temps, nous nous sommes intéressés à la mise en mot du « mur », soit à la dimension langagière des cadres, à travers une analyse terminologique et énonciative de l’ensemble des termes proposés pour dénommer cette construction. Nous avons ensuite questionné sa mise en images par l’analyse de la composition des reportages en identifiant les différents « domaines scéniques6 » (Charaudeau, Lochard, Soulages, 2001) leur donnant corps.

Dire le « mur »

5Les discours proposés par le journal télévisé se caractérisent par leur hétérogénéité sur le plan de l’énonciation puisque différentes voix s’y donnent à entendre. D’un côté s’expriment des locuteurs appartenant à l’instance médiatique (Charaudeau, 2005) qu’est la chaîne, ici TF1 ou France 2 : présentateurs du journal, journalistes qui commentent les reportages, journalistes spécialisés qui interviennent en plateau, etc. Mais si c’est bien la voix d’un individu que le téléspectateur entend, la responsabilité énonciative des paroles que celui-ci prononce ne peut pas lui être entièrement attribuée :

« L’identité discursive de l’énonciateur-journaliste n’est pratiquement jamais individuée […], mais […] s’intègre […] dans une parole collective liée à la fois à une cohésion rédactionnelle (celle du journal) et à un discours institutionnel (celui de la chaîne de télévision). » (Soulages, 1999, p.53, cité par Von Münchow, 2004)

6Ainsi, lorsque nous faisons référence, dans cet article, aux journalistes (ou à leurs paroles), en général, nous ne les envisageons pas en tant qu’individus singuliers, mais bien comme l’incarnation d’un collectif. Il en va de même pour le présentateur du journal, véritable ventriloque (Jost, 2007), donnant lui aussi à entendre plusieurs voix à travers la sienne.

  • 7 Patricia Von Münchow propose de définir cinq types de discours rapportés de base : discours direct, (...)
  • 8 Les différents types de discours rapportés utilisés supposent cependant une dissociation plus ou mo (...)

7D’un autre côté, interviennent des locuteurs, extérieurs à l’instance médiatique : témoins, experts, représentants officiels, hommes politiques, etc. Leurs propos apparaissent dans les reportages à travers différentes formes de discours rapportés7. Ils se donnent donc à entendre, mais sont clairement dissociés8 du discours du journaliste ou du présentateur, qui n’en assument pas la responsabilité (Charaudeau, 2005). L’analyse des termes employés pour dénommer le « mur » a donc été menée selon un critère énonciatif, en distinguant les discours rapportés et ce que nous nommons discours de la chaîne, c'est-à-dire l’ensemble des paroles attribuables au présentateur ou au journaliste commentant le reportage.

« Mur » ? « Barrière » ? « Clôture » ? : Quand les journaux cherchent leurs mots…

  • 9 Ont été relevées l’ensemble des dénominations faisant référence au « mur », même lorsqu’elles n’évo (...)
  • 10 C’est en tout cas l’explication que le médiateur du journal Le Monde, Robert Solé, proposait aux le (...)
  • 11 La variabilité des termes employés pour désigner le mur est d’ailleurs aussi remarquable au niveau (...)

8Les deux chaînes privilégient largement, dans leur discours9, l'usage du terme « mur », aucune d’entre elles n'adopte une dénomination unique (graphique 1 et 2). L'ouvrage est aussi présenté comme une « barrière » ou une « clôture ». Cette variabilité est peut être le reflet d'une habitude assez française qui consiste à user d'un vocabulaire varié, afin d'éviter des répétitions jugées peu élégantes10. Mais elle reflète surtout l'impossibilité d'employer un terme unique pour désigner le « mur »11.

Graphique 1 : Dénominations données au « mur » dans les JT de 20h de France 2 (2002-2007)

Graphique 1 : Dénominations données au « mur » dans les JT de 20h de France 2 (2002-2007)

Graphique 2 : Dénominations données au « mur » dans les JT de 20h de TF1 (2002-2007)

Graphique 2 : Dénominations données au « mur » dans les JT de 20h de TF1 (2002-2007)
  • 12 Cette estimation de la longueur du « mur », est celle de Shaul Areli, colonel israélien à la retrai (...)

9Il faut en effet rappeler l'hétérogénéité matérielle du « mur », qui fait qu'aucun terme unique n'est adéquat pour décrire pleinement un ouvrage qui change de nature au cours des quelques 70812 Kms qui le composent. En zone urbaine, il prend la forme de hauts murs de béton, pouvant atteindre 12 m de haut, par exemple à Jérusalem (Bourdon, 2009). En zone rurale, où est construite la grande majorité de l'ouvrage, ces murs sont remplacés par une barrière électronique. Mais mur ou barrière sont presque toujours enserrés dans des zones tampons, parfois de 100 m de large, dans lesquelles il est interdit de pénétrer. Ces zones tampons sont composées le plus souvent de pistes de patrouilles, d’un espace de dépistage pour détecter les empreintes, de rouleaux de barbelés empilés (Backman, 2006 ; Novosseloff, 2007).

10Le caractère composite de l'ouvrage constitue donc le premier élément rendant impossible l'usage d'une unique dénomination qui pourrait résumer sa nature. Mais, ce qui pose sans doute le plus de questions aux journalistes quant au vocabulaire à employer est la bataille sémantique prenant appuis sur cette hétérogénéité. Le gouvernement israélien emploie ainsi principalement les termes « clôture » et « barrière » pour nommer l'ouvrage alors que l'autorité palestinienne parle plutôt de « mur « (Geslin, 2010). La dispute lexicale est d’ailleurs si épineuse, que même l’ONU, qui constitue souvent un recours pour des journalistes en quête de consensus, ne l’a pas tranchée. Ses rapports mobilisent le plus souvent le mot « mur », mais les termes « barrière » ou « clôture » y apparaissent également ; Ban Ki-moon, son secrétaire général, emploie quant à lui surtout le terme « barrière » (Newman, 2009).

11Ce qui est principalement en jeu n'est pas de savoir laquelle des dénominations est le plus en adéquation avec une réalité matérielle, mais bien de saisir les enjeux symboliques, et donc politiques, de l'usage de ces dénominations. Les sens dénotatifs des termes « mur », « barrière » et « clôture » convergent vers l'idée de faire obstacle au passage. Mais leurs sens connotatifs peuvent cependant être assez éloignés (Geslin, 2010). En plus du sens premier, dénotatif, chaque unité lexicale possède en effet plusieurs sens seconds, connotatifs, c'est-à-dire indirects, subjectifs, implicites ou culturels. Il est ainsi probable que les termes « clôture » et « barrière » tendent à évoquer, pour le lecteur, des constructions légères donc réversibles, ce qui constitue justement une question largement débattue à propos de l'ouvrage en question. Le mot « mur » signifiera au contraire certainement une séparation beaucoup plus durable et forte. Le gouvernement israélien affirmait d'ailleurs dans son exposé écrit devant la Cour Internationale de Justice, à l'occasion de l'examen de la légalité de l'ouvrage au regard du droit international13 :

  • 14 Exposé écrit du gouvernement de l’Etat d’Israël, § 2.7, p.12 (cité par Geslin, 2010, p.56)

« Ce n'est pas par hasard ni par inadvertance que le terme « "mur" est employé dans la résolution contenant la demande d'avis. L'emploi de ce terme correspond à une campagne médiatique calculée pour évoquer dans l'esprit de la Cour les connotations péjoratives liées aux grands ouvrages de séparation construits en béton, comme le mur de Berlin, visant à empêcher les personnes de fuir la tyrannie.»14

12C'est bien la dimension argumentative du langage qui se donne ici à voir, son impossible neutralité. Mettre des mots sur les choses n'est jamais un simple travail de description de la réalité. En choisissant un nom, le locuteur en exclut d'autres. Il se positionne de fait au sein d'un débat social et/ou, dans le cas qui nous intéresse, politique (Kören, 1996). Décider de parler d'un mur plutôt que d'une barrière (ou d'une barrière plutôt que d'un mur) oriente l'interprétation de la réalité dans un sens précis, cadre les faits de manière spécifique. Le langage peut ainsi constituer une arme politique forte, en étant utilisé dans une visée performative, pour formater le réel en voulant le rendre conforme à la parole (Geslin, 2010).

Objectifs et effets du « mur » : la bataille des qualificatifs

  • 15 Sur 115 occurrences relevées pour désigner le « mur » dans les discours de France 2, 63 sont un nom (...)

13Les clivages sémantiques entourant la dénomination du « mur » sont encore plus nets lorsqu'il s'agit d'associer des qualificatifs aux termes utilisés pour dénommer le « mur ». En permettant de préciser sa nature, mais également ses objectifs et conséquences, ces derniers peuvent orienter encore plus fortement la perception de cet ouvrage. La dimension argumentative des expressions ainsi créées se donne sans doute plus évidemment à voir. Il est d’ailleurs frappant de constater que les journalistes et présentateurs des journaux télévisés étudiés emploient un nom simple pour faire référence au « mur », dans plus de la moitié des cas15. Ce choix lexical leur permet d’adopter un cadrage sémantique minimal et donc une position de retrait par rapport aux polémiques liées à la mise en mot du « mur ».

  • 16 Les expressions proposant un double cadrage ont été décomptées dans deux catégories. Quelques expre (...)

14Les expressions relevées au sein des discours étudiés peuvent être regroupées en cinq catégories, suivant les finalités ou conséquences qu’elles assignent au « mur ». En cela, elles dessinent cinq cadres différents16.

    • 17 Discours de la chaîne : « barrière de sécurité créée par Ariel Sharon », « barrière de sécurité », (...)

    Le cadre de la sécurité repéré à travers des expressions telles que « barrière de sécurité » ou « mur de défense » qui indiquent clairement que l’objectif de la construction est avant tout défensif17. Il s’agit de protéger la population israélienne d’une menace parfois explicitée : le terrorisme.

    • 18 Discours de la chaîne : « barrière de séparation », « clôture de séparation », « fameuse barrière d (...)

    Le cadre de la séparation qui se donne à entendre lorsqu’est évoqué, par exemple, un « mur de séparation ». Il assigne très explicitement un autre objectif ou conséquence au « mur » : scinder deux entités18.

    • 19 Discours de la chaîne : « barrière high-tech », « mur de 11 km de long », « mur de 8 mètres de haut (...)

    Le cadre de la technique, sensible lorsqu'il est fait référence à un « mur en béton » ou à une « clôture électronique »19.

    • 20 Discours de la chaîne : « mur construit par les Israéliens », « mur de Jérusalem », « mur israélien (...)

    Le cadre de la politique20, correspond quant à lui à des expressions telles que « mur israélien ».

    • 21 Discours rapportés : « mur de la honte », « mur de racisme », « mur de séparation raciste », « mur (...)

    Le cadre de la condamnation21, enfin, principalement observable par le biais de comparaisons historiques particulièrement négatives, lorsque le « mur » est nommé « mur de l’Apartheid », « nouveau mur de Berlin », ou à travers le prisme du racisme, lorsqu’est évoqué un « mur » « de racisme » ou « du racisme ».

Graphique 3 : Cadrages induits par les qualificatifs donnés au "mur ", JT de 20h, TF1 et France 2, 2002-2007

Graphique 3 : Cadrages induits par les qualificatifs donnés au "mur ", JT de 20h, TF1 et France 2, 2002-2007

15Sur TF1, les dénominations données au « mur » le définissent avant tout à travers le cadre de la sécurisation, et, dans une moindre mesure, à travers celui de la séparation (graphique 4). Sur France 2, la primauté accordée au cadre de la sécurité est moins nette, mais les qualificatifs associés à l’ouvrage en font tout de même principalement une construction de sécurisation et, à un second niveau seulement, de séparation (graphique 4).

Graphique 4 : cadrages induits par les qualificatifs donnés au « mur «, discours rapportés, JT de 20h, TF1 et France 2, 2002-2007

Graphique 4 : cadrages induits par les qualificatifs donnés au « mur «, discours rapportés, JT de 20h, TF1 et France 2, 2002-2007
  • 22 Le 23 février 2004 l’un des reportages consacré au « mur » débute en effet de la manière suivante : (...)
  • 23 A l’inverse, les correspondants des journaux ont plutôt tendance à souligner la désorganisation ou (...)

16Les discours des deux chaînes se différencient cependant beaucoup plus nettement au niveau des discours rapportés (graphiques 5). Sur France 2, ils permettent de donner à entendre le cadre de la condamnation, que dessinent des dénominations très critiques. Le « mur » apparaît alors sous un jour beaucoup plus négatif. Ce cadre n’est par contre jamais mobilisé par la chaîne, dans son discours propre. Cette répartition précise au sein des différentes voix du discours permet donc à France 2 de se trouver dans une position de retrait par rapport à ces expressions particulièrement propices à susciter la polémique, tout en permettant tout de même au téléspectateur de les entendre. TF1, par contre, ne fait figurer qu’à une seule reprise ce type d'expression dans ses reportages22, sans la reprendre à son compte. Les discours rapportés entendus sur TF1 ne proposent en fait presque que des qualificatifs relevant du cadre de la sécurisation. Or, il est possible d’envisager à ce niveau le poids des stratégies de communication déployées par le gouvernement israélien pour peser sur les discours médiatiques traitant du « mur ». Rappelons, tout d’abord, que les discours produits par les médias étrangers constituent un enjeu symbolique important, en raison du lien constitutif qui unit médias et opinion publique (Habermas, 1997), plus spécialement médias internationaux et opinion publique internationale, dans ce cas précis. Si le concept d’opinion publique internationale n’est pas nouveau, les manifestations de l’essor de cette opinion publique et son poids sur différents processus de décision politique semblent se multiplier ces dernières années, sous l’impact de l’approfondissement de mouvements complexes de mondialisation (Debos, Goheneix, 2005; Badie 2005). Nous pensons par exemple aux manifestations de très grande ampleur qui se sont déroulées aux quatre coins du globe contre la seconde guerre d’Irak, en 2003, et à leur impact politique. Il devient, dès lors, de plus en plus nécessaire, pour les parties impliquées dans un conflit pouvant se jouer au niveau international, d’essayer de rallier cette opinion publique à leur cause afin de légitimer leurs positions et de gagner en poids politique. Or, cela passe largement par différentes actions visant une influence sur les discours médiatiques, puisque les médias constituent à la fois le lieu d’in-formation et d’expression de l’opinion publique, y compris internationale. Nombreux sont les journalistes ayant couvert le conflit israélo-palestinien à avoir été impressionnés par la puissance et la structuration des moyens déployés par l'état israélien en matière de communication23 (Bourdon, 2009). Bien que les autorités israéliennes puissent aussi agir suivant une logique plus coercitive envers les journalistes (Bourdon, 2009), ce qui se joue ici relève avant tout du domaine symbolique. Il s’agit de réussir à faire passer un message, et plus profondément, à imprégner les discours médiatiques de la vision du conflit défendue par les autorités israéliennes. Ces dernières, politiques comme militaires, multiplient les points presse, les déclarations. Elles proposent régulièrement des briefings aux journalistes, dans lesquels les mêmes éléments de langage, les mêmes messages, les mêmes mots sont répétés (Kervella, 2008). Les journalistes se retrouvent donc face à des discours officiels accessibles et structurés à leur attention dont il sera facile de disposer pour alimenter un reportage.

17La mise en mots du « mur » dans les journaux télévisés de 20h, des chaînes TF1 et France 2, abordée à travers l’étude du lexique proposé pour dénommer le « mur » dessine donc un ouvrage mal aisé à nommer, de nature difficilement saisissable, sujet d’opposition quant à ses objectifs et conséquences, mais, tout de même, avant tout, destiné à garantir la sécurité de la population israélienne.

Montrer le « mur »

18L’analyse de la mise en image du « mur » dans les reportages étudiés a été menée à travers le repérage des différents domaines scéniques les composant, selon la méthode mise en œuvre par Patrick Charaudeau, Guy Lochard et Jean-Claude Soulages dans leur étude de la médiatisation du conflit en Bosnie (1990-1994). Cette approche permet d’éviter une analyse trop impressionniste des reportages, puisqu’elle se fonde sur la construction d’une grille d’analyse fixe applicable à la totalité d’un reportage. Elle place en outre l’action, y compris langagière, au cœur de l’analyse, ce qui est particulièrement adapté à l’analyse télévisuelle :

« Le critère pour définir le domaine scénique est […] un critère d'actancialisation (qui fait quoi sur qui?), qui décrit les " actants", les "processus" dans lesquels ils sont impliqués et les finalités qu'ils sont censés poursuivre, et de déclaration (qui parle à qui à propos de quoi?), qui décrit les sujets de parole, la valeur discursive de celle-ci et la finalité qu'ils visent.» (Charaudeau, Lochard, Soulages, 1996, p.91)

19Suivant ce principe, il n’est pas possible de définir a priori des domaines scéniques généraux que l’on chercherait à identifier dans les reportages. Chaque reportage sera composé de différents domaines scéniques. Comme l’expliquent Patrick Charaudeau, Guy Lochard et Jean-Claude Soulages, le domaine scénique, qu’il corresponde à des actions ou des paroles, est déterminé par la « qualité des acteurs », leur « rôle » actionnel ou en tant que sujet parlant, la « nature » de l'action ou de la déclaration et sa « finalité ».

  • 24 Certaines scènes n’ont pas pu être intégrées dans un domaine scénique spécifique, du fait de leur t (...)

20Au sein des reportages étudiés, dix domaines scéniques24 ont été distingués :

  • domaine scénique « vie quotidienne » : scènes de vie des populations civiles, israélienne ou palestinienne.

  • domaine scénique « politique » : scènes donnant à voir des responsables politiques des deux camps, agissant ou discourant.

  • domaine scénique « diplomatique » : scènes de discussions diplomatiques entre un responsable étranger et au moins l'un des représentants politiques des deux camps.

  • domaine scénique « institutions internationales » : scènes montrant des institutions internationales en action (ONU, Cour Internationale de Justice).

  • domaine scénique « opinion publique » : scènes de manifestations, quel que soit leur lieu.

  • domaine scénique « militaire » : scènes où agissent ou parlent des militaires ou des policiers.

  • domaine scénique « religieux » : scènes où agissent ou parlent des religieux.

  • domaine scénique « attentat » : scènes d'images d'individus impliqués dans un attentat, qu'il s'agisse des auteurs, des victimes, des secouristes, etc.

  • domaine scénique « journalistique » : scènes où les commentaires du reportage sont accompagnés non plus d’images les illustrant mais de celles du journaliste, sur le terrain.

  • domaine scénique « mur » : scènes dans lesquelles le « mur » occupe un rôle d’actant.

Graphique 5 : Répartition des différents domaines scéniques, JT de 20h, TF1 et France 2, 2002-2007

Graphique 5 : Répartition des différents domaines scéniques, JT de 20h, TF1 et France 2, 2002-2007

De la place importante accordée aux conséquences du « mur » sur le quotidien des Palestiniens.

  • 25 Sur TF1, le domaine scénique « vie quotidienne » ne concerne la société israélienne que dans le rep (...)
  • 26 Il faut en outre préciser qu'ils apparaissent souvent uniquement dans ces journaux télévisés sous l (...)

21Les deux chaînes, TF1 plus largement, accordent une place importante à un traitement du « mur » centré sur ses effets sur la vie quotidienne des populations civiles, comme l’indique la part occupée par le domaine scénique « vie quotidienne ». Pour être plus précis, le quotidien dont il est question est, très largement25, celui des Palestiniens. Les reportages multiplient les récits de vie de civils palestiniens dont l'activité économique est détruite, la vie fortement compliquée par la construction du « mur ». Parallèlement, les chaînes délaissent des domaines scéniques qui étaient traditionnellement associés au traitement de l'actualité internationale (Aubert, 2006) : les domaines scéniques politiques, qu'ils concernent la politique nationale, locale, ou même la diplomatie et les institutions internationales26. Non seulement ils apparaissent peu, mais ne sont le plus souvent observables que dans des brèves illustrées, accompagnées du commentaire du présentateur du journal.

22L'angle adopté est donc principalement humain et plus spécialement focalisé sur les souffrances palestiniennes engendrées par le « mur ». Or, comme le rappelle Patrick Charaudeau, Jean Claude Soulages et Guy Lochard:

« En montrant le visage de l'Autre comme visage "souffrant", celui-ci peut devenir support d'identification et se convertir en visage du Même, car il appelle, par image interposée, au partage d'une "compassion". » (Charaudeau, Soulage, Lochard, 2001, p.44)

23Ce positionnement peut aussi être envisagé comme relevant plutôt de la visée de captation propre à tout discours médiatique, que de la visée d'information. Parallèlement à leur rôle de diffusion de l'information, les médias cherchent toujours à attirer un public suffisamment large pour assurer leur existence, voire leur prospérité, en tant qu'entreprise (Charaudeau, 2005). Ce cadrage semble en effet plus propice à attirer l'attention d'une part la plus large possible des téléspectateurs. Il permet de s'adresser à eux principalement à travers leurs émotions, sur un plan individuel, plus apte à fédérer. Il limite l’appréhension politique du « mur », plus complexe, mais aussi plus clivante. Cette répartition des domaines scéniques, induit, en outre, une représentation des problèmes posés par l'existence du « mur » sans solution politique. Très peu de scènes politiques venant répondre à la souffrance palestinienne montrée.

De l'impossibilité d'apparaître comme un ouvrage de sécurisation ?

24Lorsque le gouvernement israélien décide, à l’été 2002, d'édifier une « barrière de protection », entre Israël et les territoires palestiniens de Cisjordanie, il présente cette construction comme un moyen de mettre un terme à l'état d'insécurité intense régnant alors dans le pays, nous l'avons rappelé. Depuis le déclenchement de la seconde Intifada, en septembre 2000, Israël connait en effet une vague d'attentats, plus spécialement d’ailleurs d’attentats-suicides, sans précédent dans l'histoire du conflit israélo-palestinien27. Pas moins de neuf attaques kamikazes sont ainsi été perpétrées jusqu'à la fin de l'année 2001. En 2002, les violences de ce type se multiplient même jusqu'à atteindre leur paroxysme puisque quatorze attentats de grande ampleur, très meurtriers, sont commis entre janvier et fin juin. Le 27 mars, 29 personnes sont ainsi tuées par un attentat-suicide dans un hôtel de Netanya au soir de la Pâque juive. Le 31 mars et le 10 avril, deux autres attentats-suicides causent respectivement la mort de 16 et 8 israéliens. Le contexte est donc d’autant plus favorable pour que la population israélienne adhère largement au projet d’édification d’une « barrière de sécurité » qu’elle ne croit plus au processus de paix (Parizot, 2009). La baisse sensible du nombre d'attentats et de victimes israéliennes, surtout à partir de l'année 2004-2005 renforce ce positionnement (Parizot, 2009).

  • 28 Il montre des Israéliens en train de se promener le long d’une plage ou de boire un verre en terras (...)

25Pourtant, la répartition des domaines scéniques composant les reportages étudiés ne fait que très peu apparaître explicitement le « mur » en tant qu'ouvrage de sécurisation. Le domaine scénique « vie quotidienne », est principalement focalisé sur la société palestinienne et sa souffrance. Le quotidien des Israéliens est peu montré, comme nous l’avons déjà indiqué. Dès lors, presque aucun élément visuel n’illustre la protection qui serait apportée par le « mur ». En fait, un seul reportage, diffusé le 10 juillet 2004, sur France 2, montre ce que l’on peut interpréter comme la tranquillité apportée par le « mur »28. Ce qui se donne en fait à voir ici est sans doute le poids de la « tyrannie du visible » (Jost, 2009, p.75), sur la fabrique de l’information. Les actualités présentes dans les journaux télévisés sont principalement celles qui viennent rompre un continuum, le plus souvent négativement (Jost, 2007). Le principe même de la « barrière de sécurité » est, selon le gouvernement israélien, d'empêcher la survenue d'attentats. Si elle est efficace, elle ne doit donc pas pouvoir générer de nouvelles, au sens médiatique du terme, suivant ce principe.

  • 29 Les images d’un attentat venant de se produire se retrouvent ainsi dans des reportages évoquant le (...)
  • 30 Le domaine scénique « attentat » a ainsi été identifié, sans que des images d’un attentat récent ne (...)
  • 31 C’est par exemple le cas de l’exercice bien spécifique que constituent les commémorations.

26Parallèlement, le domaine scénique « attentat », qui fait écho au principal argument présenté par le gouvernement israélien pour justifier de l'existence du « mur », n'est présent dans les reportages que lorsqu'un attentat vient d'être perpétré, ce qui arrive peu au cours de la période étudiée29, où à l’occasion de l’examen de la légalité du « mur » au regard du droit international par la Cour Internationale de Justice30. Cette observation invite, une nouvelle fois, à penser le poids de différentes logiques guidant la construction de l'actualité, à ce niveau. L'information télévisuelle est aussi largement prisonnière d'une « tyrannie du temps réel » (Jost, 2009, p.74), exacerbée par l'essor constant des technologies de l’information permettant la diffusion quasiment instantanée de nouvelles toujours plus « fraîches ». Ce positionnement spécifique quant à la temporalité influence la construction même des reportages, qui sont le plus souvent ancrés dans le présent. Pour qu’un fait passé y trouve sa place il semble en fait nécessaire qu’il soit lié à l’instant présent31. C’est ce qui se produit à l’occasion de l’examen de la légalité du « mur » au regard du droit international, par la Cour Internationale de Justice. Afin de défendre sa « barrière de sécurité », le gouvernement israélien avait convié à La Haye des Israéliens victimes d'un attentat, ainsi que la carcasse d'un bus calciné dans lequel un kamikaze palestinien s'était fait exploser (Backmann, 2007). Le passé se rappelait ainsi au présent. Les images nées de cette opération de communication se retrouvent sur TF1, comme sur France 2.

Du « mur », actant à part entière

27Dans l'étude de la composition des reportages, nous avons identifié un domaine scénique « mur » que nous définissons comme structuré autour de l’action « faire mur », effectuée par un acteur, ou plutôt un actant singulier : le « mur ». Ce choix découle du lien qu’il est possible de tisser entre la dimension actancielle des domaines scéniques et la méthode greimassienne d’analyse de récit. Pour A.J. Greimas, tout discours, pensé en tant que récit, est structuré par des schémas narratifs mettant en relation des actants pouvant avoir des visées opposées à propos d’un même objet. Ces schémas ne mettent cependant pas en relation des personnes, des acteurs, mais bien des actants, c'est-à-dire des figures occupant un rôle actanciel. Dès lors, il est tout à fait possible que ce rôle soit assumé par un objet, une valeur, un ensemble de personnes (Greimas, 1983). Or, nombreuses sont les scènes des reportages étudiés qui placent bien le « mur » dans le rôle actanciel du sujet. Les scènes de construction du « mur » montrent surtout des engins de construction. Les ouvriers ne sont que très rarement identifiés de manière personnelle. On ne les nomme pas, on ne leur donne pas la parole. Ils sont souvent filmés en plan large. Ils ne peuvent dès lors pas réellement prétendre assumer un rôle de sujet, dans ces scènes. Tout cela concoure en fait à l'impression que le « mur » « se » construit, et place ouvriers, comme engins de construction uniquement dans un rôle d'adjuvant, défini comme celui qui peut aider le sujet dans sa quête, dans le schéma actanciel. Les reportages multiplient par ailleurs les scènes où figurent principalement le « mur », sans qu'aucun acteur humain ne soit spécialement remarquable. Les images d'un haut mur de béton au milieu d'une ville, d'une route accolée à une barrière de fer serpentant dans un paysage vallonné, constituent en effet des moments récurrents, voir incontournables, dans les reportages étudiés. Or, ces images sont bien celles d’une action, puisque le « mur » par son existence même est action. Il « fait mur ». Il grandit, protège, sépare, sécurise, isole... Seule la lecture que les téléspectateurs feront de ces images fixera le sens à donner à cette action si particulière de « faire mur», même si la composition des reportages et le pouvoir d'évocation inhérent aux images orientent cette réception. Il est ainsi possible que les plans du « mur » serpentant au cœur de Jérusalem soient interprétés comme une action de séparation, voire de destruction, s’ils se trouvent dans un reportage dominé par le domaine scénique « société civile », centré sur les souffrances engendrées par le « mur » chez la population palestinienne. A l’inverse, la présence du domaine scénique « attentat » pourrait, qui plus est dans le contexte de l’après 11 Septembre, jouer dans le sens d'une lecture plus sécuritaire de « faire » produit par le « mur ». Il est aussi fortement possible que les images de hauts murs de béton érigés au milieu d'une ville fassent écho à la mémoire collective, voire personnelle, d'une partie des téléspectateurs qui interprétera l'action montrée comme une séparation, en écho aux images déjà vues du mur de Berlin.

28Le fait que le « mur » puisse être considéré comme un actant à part entière doit être mis en lien avec l'angle humain tel qu'il structure les reportages étudiés. Ce statut permet en effet de lui faire endosser la responsabilité des souffrances de la population palestinienne liées à son existence. Par effet de miroir, il limite donc celle des dirigeants politiques responsables de sa construction et de l'opinion publique soutenant ce projet. Ce ne sont donc pas le gouvernement ou le peuple israélien, ou même Israël à qui est directement imputée la responsabilité de la souffrance induite par le « mur » et qui touche principalement les Palestiniens. C'est au « mur », en tant qu'actant à part entière, ce qui ne suppose cependant pas que le téléspectateur l’interprètera forcément de cette manière…

29Au terme de cette recherche, le « mur » apparait, à l’évidence, comme un objet médiatique difficile à traiter pour les journalistes, leur travail de cadrage du réel faisant écho au cœur même du conflit entourant l’existence du « mur ». Les mots entendus évoquent le plus souvent un « mur », disent une séparation, mais l’objectif sécuritaire de cet ouvrage s’entend encore plus clairement. Les stratégies déployées par les journalistes pour limiter leur implication dans la querelle lexicale entourant les dénominations à donner au « mur » constituent un élément de discours particulièrement remarquable. Elles révèlent une difficulté fondamentale : cadrer la réalité suppose des choix, donc un minimum d’engagement. Les images vues, appréhendées à travers le concept de domaines scéniques, livrent quant à elle une représentation complexe du « mur ». Largement présenté comme un ouvrage compliquant considérablement la vie des Palestiniens, il semble également agir de manière autonome. Parallèlement, la dimension sécuritaire de l’ouvrage, bien présente au niveau lexical, ne trouve, à ce niveau, que difficilement sa place. Les cadrages mobilisés semblent en fait très largement résulter des normes symboliques et contraintes matérielles qui régissent l’exercice du journalisme, ce qui invite à prolonger l’analyse proposée dans cet article par un déplacement du regard, vers une étude des conditions matérielles de production des discours médiatiques liés au « mur ».

Haut de page

Bibliographie

AUBERT, A., 2006, Quand le téléspectateur réagit à l’actualité internationale, thèse de doctorat en Sciences de l’information et de la communication, Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle.

BACKMAN, R., 2006, Un mur en Palestine, Paris, Fayard.

BADIE, B., 2005, « L’opinion à la conquête de l’international », Raisons politiques, n° 19 (p. 9-24.).

BOURDON, J., 2009, Le récit impossible : le conflit israélo-palestinien et les médias, Bruxelles, De Boeck.

CHARAUDEAU, P., 2005, Les médias et l’information, Bruxelles, De Boeck.

CHARAUDEAU, P., LOCHARD, G., SOULAGES, J-C., 1996, « La construction thématique du conflit en ex-Yougoslavie par les journaux télévisés français (1990-1994) », Mots, n°47 (p. 89-108.).

CHARAUDEAU, P., LOCHARD, G., SOULAGES, J-C., 2001, La télévision et la guerre, Bruxelles, De Boeck.

DEBOS, M., GOHENEIX, A., 2005, « Les ONG et la fabrique de l’"opinion publique internationale " », Raisons politiques, n° 19 (p. 63-80).

ESQUENAZI, J-P., 2002, L’écriture de l’actualité, Grenoble, PUG.

GESLIN, A., 2010, Sémantique, sémiotique et matérialité des murs, in Sorel, J-M., Les murs et le droit international, Paris, Editions Pedone, 200 p. (p. 47-76.).

GOFFMAN, E., 1991, Les cadres de l’expérience, Paris, Les éditions de minuit.

GREIMAS, AJ., 1983, Du sens II : Essais sémiotiques, Paris, Seuil.

HABERMAS, J, 1997, L’espace public, Paris, Payot.

JOST, F., 2007, Introduction à l’analyse de la télévision, Paris, Ellipses.

JOST, F., 2009, Comprendre la télévision et ses programmes, Paris, Armand Colin.

KERVELLA, A., 2008, Les discours de la presse écrite française sur le terrorisme perpétré dans le cadre du conflit israélo-palestinien et du conflit tchétchène, face à la « guerre contre le terrorisme », thèse de doctorat en sciences de l’information et de la communication, Université de Lyon.

KÖREN, R., 1996, Les enjeux éthiques de l’écriture de presse et la mise en mot du terrorisme, Paris, l’Harmattan.

PARIZOT, C., 2009, « Après le mur : les représentations israéliennes de la séparation avec les Palestiniens », Cultures et conflit, n°73 (p. 53-72), mis en ligne le 30 mars 2010. URL : http://conflits.revues.org/index17532.html.

SIMMONEAU, D., janvier 2012, « Deux "murs" de séparation contemporains : caractéristiques des dispositifs de contrôle américains et israéliens », fiche de l’Irsem n°14, 16 pages, http://www.irsem.defense.gouv.fr

SOLE, R., « Mots en guerre », Le Monde, 25 janvier 2004.

VON MÜNCHOW, P., 2004, Les journaux télévisés en France et en Allemagne, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle.

Haut de page

Notes

1 Nous pensons, par exemple, à l’ensemble des ouvrages cités par Alexandra Novosseloff et Frank Neisse, dans leur ouvrage : Des murs entre les hommes, 2007, Paris, la documentation française. Nous avons également à l’esprit le numéro spécial de la revue Etudes internationales, volume XLIII, n°1, mars 2012, consacré au « retour du mur dans les relations internationales, dirigé par Charles-Philippe David et Elisabeth Vallet, le numéro 24 des Cahiers Internationaux, « Les murs et le droit international », sous la direction de Jean-Marc Sorel, paru en 2010 ou bien encore l’ouvrage A l’ombre du Mur : Israéliens et palestiniens entre séparation et occupation, publié en 2011, sous la direction de Stéphanie Latte Abdallah et Cédric Parizot, 2011, aux éditions Actes sud.

2 Durant l’ensemble de cet article nous nommerons « mur », l’ouvrage construit en Cisjordanie par Israël. Ce choix lexical n’induit pas une prise de position quant à sa nature, ses objectifs ou conséquences. Il vise simplement à disposer d’un terme unique afin de faciliter l’analyse.

3 Le corpus a été construit grâce à une recherche par mots clefs effectuée dans la base de données médiacorpus mise à la disposition des chercheurs par l'INA, établissement public chargé d'archiver et de faire partager l'ensemble des productions radiophoniques et télévisuelles françaises. Nous avons cherché à collecter l'ensemble des reportages abordant la question du « mur », sur une période de cinq ans, à partir du 1er janvier 2002, année des premiers travaux de construction du « mur ». Le choix de cette période nous permet de nous situer à la fois au cœur des débats entourant l’existence du « mur », mais également dans des périodes d’actualité moins brûlante. La recherche a été effectuée via la combinaison des critères suivants : chaîne de diffusion (TF1 et France 2), date de diffusion (du 01/01/2002 jusqu'au 31/12/2007), genre (JT 20h), index général : Israël & mur ou barrière ou clôture. Les sujets qui ne concernaient pas le « mur» de Cisjordanie ont ensuite été éliminés (ex : sujets sur le mur des lamentations), tout comme ceux où la question du « mur » n'étaient traitée que de manière particulièrement rapide (ex : interview de la reine Rania de Jordanie dans laquelle elle évoque le « mur »). Au final, notre corpus regroupe 65 reportages (avec leurs lancements) ou brèves (imagées ou non).

4 Nous retenons également les lancements de ces reportages, effectués en plateau, par le présentateur du journal.

5 Il est important de noter que France 2 aborde plus souvent la question du « mur » et plus longuement que TF1, sur la période étudiée. En nous basant sur les informations délivrées par la base Médiacorpus, 23 reportages ou brèves traitants de ce sujet ont ainsi été repérés sur TF1, contre 40, pour France 2. Les deux chaînes proposent, parfois en même temps des sujets consacrés au « mur » à l'occasion d'événements venant jalonner l'histoire propre de la construction, comme le lancement officiel des travaux par Benjamin Ben Eliser le ministre de la défense, en juin 2002 ou l’examen de la légalité du « mur » au regard du droit international, par la cour internationale de justice de La Haye, en février 2004. Mais, on constate également que les deux chaînes, particulièrement France 2, profitent d’autres actualités pour faire régulièrement le point sur sa construction et l'impact du « mur » sur le plan local. L'élément déclencheur est le plus souvent la survenue d'un attentat ou l'évolution dans la situation politique locale.

6 Chaque reportage est composé de différents domaines scéniques, identifiables suivant un critère d'actancialisation. Il n’existe cependant pas de domaines scéniques identifiables à priori. Afin de définir les différents domaines scéniques construisant un reportage il est nécessaire d’identifier le rôle que jouent les acteurs présentés dans le reportage. Ce rôle peut être soit un rôle d'action, soit un rôle de parole. C’est leur qualité, leur « rôle actionnel », la « nature » de leur action et leur « finalité » qui déterminent le domaine scénique correspondant à des actions. De même, c'est leur qualité, le « rôle » assumé par leur prise de paroles, la nature de ces dernières, qui déterminent le domaine scénique correspondant à des paroles (Charaudeau, Lochard, Soulages, 2001).

7 Patricia Von Münchow propose de définir cinq types de discours rapportés de base : discours direct, discours indirect, modalisation d’emprunt, modalisation autonymique d’emprunt, discours bivocal (Von Münchow, 2004)

8 Les différents types de discours rapportés utilisés supposent cependant une dissociation plus ou moins forte du discours du journaliste. (Charaudeau 2005, Von Münchow 2004)

9 Ont été relevées l’ensemble des dénominations faisant référence au « mur », même lorsqu’elles n’évoquent qu’une partie de celui-ci.

10 C’est en tout cas l’explication que le médiateur du journal Le Monde, Robert Solé, proposait aux lecteurs du quotidien, en décembre 2003, après avoir été alerté sur cette variabilité dans les colonnes du journal.

11 La variabilité des termes employés pour désigner le mur est d’ailleurs aussi remarquable au niveau des discours rapportés.

12 Cette estimation de la longueur du « mur », est celle de Shaul Areli, colonel israélien à la retraite qui « a accès aux logiciels de l’armée et est considéré en Israël comme l’expert le plus confirmé de la barrière » (Simonneau, 2012), effectuée en juin 2011. Selon ses estimations, la longueur totale du mur serait de 708 km, dont 415 complétés, 73 en construction, 149 planifiés, 71 planifiés mais en attente de validation officielle, 19 à démanteler, 5 retracés et 48 déjà démantelés. Pour une carte détaillée voir : http://www.shaularieli.com/image/users/77951/ftp/my_files/maps/status_2011_eng.gif?id=

13 Avis consultatif rendu le 9 juillet 2004 : http://www.icj-cij.org/docket/files/131/1670.pdf

14 Exposé écrit du gouvernement de l’Etat d’Israël, § 2.7, p.12 (cité par Geslin, 2010, p.56)

15 Sur 115 occurrences relevées pour désigner le « mur » dans les discours de France 2, 63 sont un nom simple, sans qualificatif. Ce rapport est de 40 pour 75, dans le discours de TF1.

16 Les expressions proposant un double cadrage ont été décomptées dans deux catégories. Quelques expressions ont aussi été classées dans une catégorie « autre », ne pouvant quantitativement justifier la création d’un nouveau cadre : « nouvelle muraille », « fameuse barrière de séparation », « fameuse clôture de séparation », « mur de la discorde » (discours de la chaîne).

17 Discours de la chaîne : « barrière de sécurité créée par Ariel Sharon », « barrière de sécurité », « clôture de sécurité qu’Israël construit tout autour de la Cisjordanie », « clôture de sécurité », « clôture de sécurité, haute par endroit de 8 mètres », « enceinte de sécurité », « ligne de défense », « ligne de sécurité », « mur de défense », « mur de sécurité », « mur de sécurité censé protéger Israël des terroristes », « mur de sécurité israélien », « mur érigé par Israël pour se protéger des attentats palestiniens », « opération de protection ». Discours rapportés : « barrière de sécurité », « barrière de sécurité », « clôture de prévention du terrorisme », « enceinte de sécurité », « mur de séparation », « protection », « barrière dite de sécurité », « enceinte dite de sécurité ».

18 Discours de la chaîne : « barrière de séparation », « clôture de séparation », « fameuse barrière de séparation », « fameuse clôture de séparation », « ligne de démarcation », « ligne de séparation construit par l’état hébreux », « ligne de séparation », « mur de séparation construit par Israël », « mur de séparation érigé par Israël en Cisjordanie », « mur de séparation », « mur d'encerclement », « séparation », « séparation physique ». Discours rapportés : « mur de séparation raciste », « frontière imprenable », « ligne de séparation ».

19 Discours de la chaîne : « barrière high-tech », « mur de 11 km de long », « mur de 8 mètres de haut », « mur de béton », « clôture de sécurité haute par endroit de 8 mètres », « immense clôture », « ouvrage impressionnant », « barrière électrique », « double clôture électronique », « mur de béton de plus de 4 mètres de haut », « immense mur de béton ».

20 Discours de la chaîne : « mur construit par les Israéliens », « mur de Jérusalem », « mur israélien », « mur de sécurité israélien », « ouvrage », « construit par Israël », « clôture de sécurité qu’Israël construit tout autour de la Cisjordanie », « mur construit par les autorités israéliennes », « mur érigé par Israël pour se protéger des attentats palestiniens », « mur massivement rejeté par les Palestiniens », « ligne de séparation construit par l’état hébreux », « mur de séparation construit par Israël », « mur de séparation érigé par Israël en Cisjordanie », « barrière de sécurité créée par Ariel Sharon », « fameuse enceinte de sécurité israélienne ». Discours rapportés : « mur de Sharon ».

21 Discours rapportés : « mur de la honte », « mur de racisme », « mur de séparation raciste », « mur du racisme », « mur de Berlin », « nouveau mur de Berlin », « mur de l'Apartheid ».

22 Le 23 février 2004 l’un des reportages consacré au « mur » débute en effet de la manière suivante : « Appelée "clôture de prévention du terrorisme" par Israël et "mur de l'Apartheid" par les Palestiniens cette ligne destinée à séparer Israéliens et Palestiniens s'enfonce parfois en Cisjordanie afin de protéger des colonies israéliennes… »

23 A l’inverse, les correspondants des journaux ont plutôt tendance à souligner la désorganisation ou l’absence de politique de communication palestinienne (Bourdon, 2009). Des associations ou ONG peuvent par contre aussi proposer des actions de communication pour dénoncer ce qu'elles appelleront alors le « mur ».

24 Certaines scènes n’ont pas pu être intégrées dans un domaine scénique spécifique, du fait de leur trop faible importance quantitative.

25 Sur TF1, le domaine scénique « vie quotidienne » ne concerne la société israélienne que dans le reportage du 5 mars 2004. Le problème évoqué dans ce reportage est d’ailleurs celui d’employés palestiniens qui ne pourront plus travailler pour des Israéliens, suite à la construction du « mur ». La vie quotidienne évoquée est donc aussi celle de Palestiniens. Sur France 2, le domaine scénique « vie quotidienne » ne concerne la société israélienne que dans les reportages du 30 juin 2004 et du 10 juillet 2004. Dans le premier cas, il est question des relations quotidiennes entretenues entre les deux communautés, dans un petit village. Une fois encore, ce reportage concerne aussi le quotidien des Palestiniens. Dans le second, les images montrées sont celles d’Israéliens se promenant le long de la mer, buvant un verre à la terrasse de café. Un passant explique que la « barrière de sécurité » est nécessaire pour protéger les Israéliens.

26 Il faut en outre préciser qu'ils apparaissent souvent uniquement dans ces journaux télévisés sous la forme de brèves illustrées.

27 Pour une chronologie détaillée voir : http://www.lefigaro.fr/international/2006/04/17/01003-20060417ARTWWW90301-chronologie_les_principaux_attentats_palestiniens_depuis_le_debut_de_l_intifada.php

28 Il montre des Israéliens en train de se promener le long d’une plage ou de boire un verre en terrasse. L’un d’eux affirme la nécessité de la « barrière de sécurité », à des fins de protection. Or, cette séquence apparait juste après le rappel de la condamnation du « mur » par la Cour International de Justice, l’extrait d’un discours de Yasser Arafat faisant allusion à « un mur de séparation raciste » et les paroles d’un Palestinien marquant son incrédulité de voir cette condamnation du « mur » avoir des effets réels. Le contraste peut être assez saisissant.

29 Les images d’un attentat venant de se produire se retrouvent ainsi dans des reportages évoquant le « mur » le 11 juillet 2004, sur les deux chaînes, le 12 novembre 2002 , 11 juillet 2004 et 22 septembre 2009, sur France 2, le 22 février 2004, sur TF1 (ce jour-là France 2 utilise des images d’archive). La place accordée à ces domaines scéniques dans les reportages est cependant toujours limitée.

30 Le domaine scénique « attentat » a ainsi été identifié, sans que des images d’un attentat récent ne soient proposées les 22, 23 février 2004, sur les deux chaînes.

31 C’est par exemple le cas de l’exercice bien spécifique que constituent les commémorations.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Graphique 1 : Dénominations données au « mur » dans les JT de 20h de France 2 (2002-2007)
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2663/img-1.png
Fichier image/png, 312k
Titre Graphique 2 : Dénominations données au « mur » dans les JT de 20h de TF1 (2002-2007)
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2663/img-2.png
Fichier image/png, 354k
Titre Graphique 3 : Cadrages induits par les qualificatifs donnés au "mur ", JT de 20h, TF1 et France 2, 2002-2007
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2663/img-3.png
Fichier image/png, 24k
Titre Graphique 4 : cadrages induits par les qualificatifs donnés au « mur «, discours rapportés, JT de 20h, TF1 et France 2, 2002-2007
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2663/img-4.png
Fichier image/png, 21k
Titre Graphique 5 : Répartition des différents domaines scéniques, JT de 20h, TF1 et France 2, 2002-2007
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2663/img-5.png
Fichier image/png, 32k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amandine KERVELLA, « Les journalistes français face au « mur » de Cisjordanie: Quelles représentations dans les journaux télévisés de 20h ? (TF1 et France 2, 2002-2007)  », L’Espace Politique [En ligne], 20 | 2013-2, mis en ligne le 18 juillet 2013, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://espacepolitique.revues.org/2663 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.2663

Haut de page

Auteur

Amandine KERVELLA

Maître de conférences
Université de Haute-Alsace
Amandine.kervella@uha.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Compte twitter de la revue
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org