Navigation – Plan du site

Regards sur les migrants de longue distance en Grèce

Analyse de procédures et d'acteurs à partir de trois points d'observation privilégiés: la région de l'Evros, Athènes et Patras
Long-distance migration in Greece. Making sense of administrative procedures and actor strategies within three locations: the Evros border region, Athens and Patras
Cristina DEL BIAGGIO et Alberto CAMPI

Résumés

La décision de la Grèce de construire une clôture à sa frontière orientale a fait la une sur Internet et dans les journaux, mais la matérialisation de la frontière par la construction d'une clôture n'est, en Grèce comme ailleurs, qu'un élément d'un système et d'un dispositif frontalier (Bigo et al., 2009). Cet article est le fruit de sept semaines d'enquêtes passées le long de la frontière gréco-turque, afin de comprendre les dynamiques frontalières là où, selon les statistiques, l’on compte le plus grand afflux de migrants dits illégaux vers l'Europe. Les observations sur le terrain nous permettent de dire que la clôture, qui a été achevée en décembre 2012, ne peut être considérée que dans la totalité du dispositif frontalier, non linéaire, mis en place par la Grèce et par l'Union Européenne pour empêcher les migrants de pénétrer dans la forteresse européenne. Ce sont également ces autres barrières, indirectement visibles car souvent non-matérielles, que nous essayons d'analyser.

Haut de page

Notes de l’auteur

Remerciements: Nous remercions les migrants rencontrés sur le terrain et, en particulier, les Afghans vivant dans "la jungle" de Patras et ceux vivant dans la "maison occupée". Les Pakistanais vivant dans la "maison jaune". Jijí, la première migrante que nous avons rencontrée dans notre voyage et qui nous a ouvert les portes de sa maison. Les scientifiques qui travaillent sur le sujet et qui ont bien voulu partager avec nous les résultats de leurs recherches: merci à Laurence Pillant, Theodore Baird et Fabio Salomoni. Ευχαριστίες à Panos du collectif Stop Evros Wall à Orestiada pour ses témoignages et pour nous avoir fait connaître deux personnes exceptionnelles, deux avocates du Greek Council for Refugees. Merci à toutes les autres personnes qui ont accepté d'être interviewées. In fine, aux trois relecteurs anonymes pour les précieux commentaires sur la première version du manuscrit, ainsi qu'à Pedro Nari pour la correction de mon français.

Texte intégral

Introduction

  • 1  C'est en effet en décembre 2012 qu'une clôture a été construite à la frontière terrestre entre la (...)

1Dans cet article, nous proposons une analyse de trois lieux, en montrant à chaque fois comment les problèmes migratoires étaient gérés, jusqu'en décembre 20121, par les autorités grecques: la région de l'Evros, Athènes et Patras. Dans ces lieux, des frontières entre migrants et non-migrants se dessinent, non pas uniquement des frontières politiques divisant deux Etats, mais également celles de la ségrégation ethnique qui morcèlent les villes d'Athènes et de Patras. Le lieu, isolé, où les migrants s'alignent pour suivre la procédure du dépôt des demandes d'asile est aussi délimité par une frontière, rendue étanche par sa fermeture par la police. A l'aide des observations récoltées nous soutenons l'idée, forgée par P. Cuttitta, qu'il existe un "monde-frontière". Un monde, globalisé, dans lequel les frontières n'ont pas disparu, mais se reproduisent et se diversifient en devenant omniprésentes (Cuttitta, 2007). Dans ces lieux-frontière, la gestion de la migration passe par la violence et le "jeu emmêlé des pouvoirs" (Bigo et al., 2009, p.10).

2Une analyse des observations récoltées durant l'été 2012 sur place est proposée dans cet article, après une introduction générale sur la situation des migrants en Grèce.

3Sans rentrer dans les détails, il est important pour les propos de cet article de rappeler que la Grèce, notoirement connue pour être un pays d'émigration, est devenu un pays "à forte immigration" à partir des années 1980 avec un afflux important de personnes de la région des Balkans et de l'Europe centrale et orientale et, dès les années 1990, avec des migrants arrivant d'Asie du sud-est (Bangladesh et Pakistan) et d'Afrique sub-saharienne (Kasimis & Kassimi, 2004; Sintès, 2008, p.263; Triandafyllidou, 2009; Triandafyllidou & Maroufof, 2009; Triandafyllidou & Ambrosini, 2011, p.255 et suiv.).

  • 2  V. à ce sujet l'article de Triandafyllidou et Ambrosini, 2011, p.255 et suiv.

4C'est dans ces années-là que les autorités grecques ont commencé à prendre différentes mesures, notamment législatives (Triandafyllidou, 2009), concernant les migrants présents sur le territoire (entre autres par des promulgations de lois pour faciliter la régularisation et l'expulsion d'étrangers en situation irrégulière, par la création de corps de gardes-frontières)2.

5Plus récemment, les autorités helléniques ont réagi à deux chiffres publiés dans le rapport 2010 de l'Agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures des Etats membres de l'Union Européenne (Frontex) montrant que "90% of all detections of illegal border crossing to the European Union" " ont eu lieu à la frontière gréco-turque terrestre ou maritime (Frontex, 2010, p.3) et que 60% de ces arrestations ont été effectués dans le district d'Orestiada (Frontex, 2010, p.9). Ainsi, avec ces statistiques à l'appui, les autorités grecques ont, d'une part, demandé un contingent de gardes frontières européens à l'Union européenne (UE). Celui-ci a été déployé dès 2010 dans le cadre du règlement des équipes d'intervention rapide aux frontières (RABIT), un mécanisme "visant à fournir une assistance technique et opérationnelle renforcée pour une période limitée sous la forme d'équipes d'intervention rapide aux frontières comprenant des gardes-frontières d'autres États membres"3. D’autre part, la Grèce a justifié au monde entier la nécessité de construire une clôture4pour bloquer les migrants, là où l’on a comptabilisé le plus grand afflux à partir de 2009, soit dans le district d'Orestiada, dans la préfecture de l'Evros (fig. 1).

6Pourtant, une brève contextualisation de ces chiffres s'avère nécessaire afin de comprendre sur quelle base les autorités grecques et européennes se sont fondées pour légitimer ces mesures. Si, en effet, il est incontestable "[qu']entre 1991 et 2001, le nombre d'étrangers [a] augment[é] considérablement pour passer de 176'276 à 797'093" (Sintès 2008, p.263), il ne faut pas oublier que "ceux-ci sont essentiellement originaires des autres pays balkaniques, au premier rang desquels figure l’Albanie", comme P. Sintès le souligne (Sintès 2008, p.263; v. aussi Sintès, 2003). De plus, comme on peut le lire dans le rapport de Frontex: "Half of [the persons arrested in the Orestiada district] were Albanian workers who routinely cross the border back and forth each year to exploit seasonal employment opportunities in Greece" (Frontex, 2010; v. aussi Carrera & Guild, 2010; Ritaine, 2012; Sintès, 2011). Or, ces chiffres ne sont que rarement ajoutés pour relativiser ceux, relayés dans les médias et dans l'opinion publique, de l'"invasion" (Triandafyllidou, 2000, v. aussi Bernardot, 2011, p.48 et suiv.; Ritaine, 2012, p.22; Sintès, 2011, p.387 et suiv.).

7Cela dit, même en relativisant les chiffres déployés par les autorités grecques et les médias nationaux et internationaux, il s’avère que le nombre de migrants de longue distance ayant traversé la frontière terrestre entre la Grèce et la Turquie a augmenté depuis 2009 (Triandafyllidou & Maroufof, 2009, p.40). C'est à cette migration que nous allons nous intéresser ici.

Méthodologie

  • 5  Grâce à ce reportage, Alberto Campi a remporté le premier prix dans la catégorie "reportage" au Sw (...)

8Le terrain a duré deux mois, pendant l'été 2012. Accompagnée par un photographe, Alberto Campi5, nous sommes partis afin de mener à bien des enquêtes approfondies dans quelques lieux emblématiques de la migration en Grèce, où nous avons récolté des récits du parcours migratoire et du vécu en Grèce des migrants et observé les pratiques des autorités (notamment à Petrou Ralli, à Athènes). Nous voulions apporter un regard scientifique sur la/les frontière(s) en lien avec le phénomène migratoire récent et jugé comme étant "alarmant" dans les médias. Cerner les phénomènes frontaliers aux abords du pays, ainsi qu'à l'intérieur de celui-ci, pour en faire ressortir une sorte de typologie était l'objectif premier de ce terrain.

9Notre terrain s'est déroulé en quatre étapes, en suivant l'itinéraire potentiel amenant les migrants depuis leur pays d'origine à un pays d'Europe occidentale: Istanbul, la région de l'Evros, Athènes et Patras. Sur place, nous avons habité proche des migrants, afin de pouvoir les rencontrer régulièrement et pour récolter leurs témoignages sur leur expérience migratoire et frontalière. Les entretiens réalisés ont été enregistrés et des notes écrites et audio ont été prises.

10Alberto Campi a récolté en tout 7'500 clichés. J'ai effectué 44 entretiens enregistrés. A cela s'ajoutent une dizaine d'entretiens moins formels pour lesquels j'ai pris uniquement des notes écrites. Les entretiens, de durée variable (quelques minutes à plusieurs heures) n'étaient pas structurés, car ils dépendaient du lieu de l'entretien, des capacités linguistiques des interviewés, des conditions de migration, du pays d'origine du migrant et des informations que le migrant pouvait nous fournir.

Premier point d'observation: La région de l'Evros

Evolution de la route migratoire grecque à partir de 2009

11Les statistiques de Frontex (2012) montrent une nette augmentation, dès 2009, des migrants en situation irrégulière interceptés sur ce qu'ils dénomment la route de la "Méditerranée orientale". Celle-ci se divise en deux secteurs, le secteur terrestre, dans la région de l'Evros, et le secteur maritime traversant la Mer Egée (tab. 1).

Tab. 1: Migrants en situation irrégulière interceptés sur la route de la "Méditerranée orientale"

Tab. 1: Migrants en situation irrégulière interceptés sur la route de la "Méditerranée orientale"

Source: Frontex, 2012

12Pour ce qui concerne le secteur terrestre, c'est à partir de 2010 que la région de l'Evros (fig. 1) est devenue une "cible pour les trafiquants" (entretien avec le chef de la police d'Orestiada, G. Salamangas, du 26.06.2012).

Fig. 1: Préfecture de l'Evros en Grèce

Fig. 1: Préfecture de l'Evros en Grèce

© Wikimedia Commons

13La "route de l'Evros" se divise elle-même en deux secteurs (fig. 2), septentrional (Didimoticho et Orestiada) et méridional (Alexandroupoli et Soufli). Dans le secteur nord, alors qu'en 2009 3'500 migrants ont été arrêtés, ce chiffre a augmenté à 36'000 en 2010, pour baisser à 28'201 en 2011 (entretien du 26.06.2012 avec Salamangas). Cette diminution contrebalance l'augmentation des afflux dans la région méridionale, de Soufli à Alexandroupoli (entretien avec le porte-parole des forces de police d'Alexandroupoli du 24.06.2012).

Fig. 2: Les municipalités de la préfecture de l'Evros

Fig. 2: Les municipalités de la préfecture de l'Evros

1 – Alexandroupoli; 2 – Didimoticho; 3 – Orestiada; 4 – Samothrakis; 5 – Soufli

© Wikimedia Commons

  • 6  Pour un bref historique, se référer à Rodier 2012, pp.155-156.

14Des raisons liées au durcissement des contrôles migratoires dans la Méditerranée peuvent expliquer cette évolution des axes migratoires6 de la Méditerranée centrale à la Méditerranée orientale (Bialasiewicz, 2011; Dany, 2011; McDonough & Tsourdi, 2012; Nordhausen, 2011; Rodier, 2012).

15Mais une autre raison, primordiale, aide à comprendre l'augmentation des passages dans la région de l'Evros. En 2009, la Grèce et la Turquie ont complété le déminage de leur zone frontalière terrestre7. Ainsi, avec la diminution des dangers dus aux mines anti-personnel8, les passages ont considérablement augmenté.

16Si l'on ajoute à cela des éléments liés à la configuration frontalière de la région de l'Evros (fig. 3), on comprend pourquoi les passages ont surtout augmenté dans sa partie septentrionale. Le fleuve Evros matérialise, sur environ 200 km, la frontière politique divisant la Grèce de la Turquie, à l’exception du "triangle de Karaagac". Cette portion de territoire de quelques dizaines de kilomètres carrés, obtenue par la Turquie lors du Traité de Lausanne de 1923, est exploitée par les migrants, depuis le déminage, pour entrer plus facilement en Grèce.

Fig. 3: La géographie de la région de l'Evros et de la clôture

Fig. 3: La géographie de la région de l'Evros et de la clôture

Stopper les flux migratoires par la construction d'une clôture

  • 9  Voir l'article "Grèce: immigration illégale" dans le journal Nea Say, n°101, publié par l'ONG Eu-l (...)

17En janvier 2011, le ministre grec Papoutsis déclare à l'agence de presse Ana: "La société grecque a dépassé ses limites en matière de capacité d'accueil des migrants clandestins. Aux frontières terrestres, nous planifions la création d'une clôture pour bloquer l'immigration irrégulière"9 (v. aussi Rodier, 2012, p.62). En septembre 2011, la Grèce fait un appel d'offre pour la construction d'une clôture de 12.5 km de long et 3 mètres de haut (figg. 4 et 5). Une entreprise locale a remporté le marché en proposant le prix de 3 millions d'euros, financés par le gouvernement grec, suite à la décision de non-participation de la part de l'UE. La commissaire européenne chargée de la sécurité a justifié ainsi la décision: "Les murs ou les grillages sont des mesures à court terme qui ne permettent pas de s'attaquer de manière structurelle à la question de l'immigration clandestine" (Salles, 2012). Pourtant, l'UE a cofinancé le système de caméras de vidéosurveillance (entretien avec Salamangas du 26.06.2012), ce qui, en fait, revient à financer sinon la clôture lui-même, en tout cas le durcissement de la barrière frontalière. Les travaux ont été terminés en décembre 2012, la dernière étape d'un processus qui, depuis 20 ans, a amené la Grèce à augmenter considérablement ses efforts dans le contrôle des ces frontières (Triandafyllidou & Ambrosini, 2011, p.259).

Fig. 4: Le module "couché" pour la construction de la clôture

Fig. 4: Le module "couché" pour la construction de la clôture

© Alberto Campi 2012

Fig. 5: La section de la clôture

Fig. 5: La section de la clôture

Dessin de Cristina Del Biaggio et Alberto Campi d'après ProAsyl, 2012, p.10

La clôture, un instrument psychologique

18Vallet et David écrivaient en 2012 qu'aucune analyse d'ensemble n'existe sur les impacts de la construction des murs sur les zones frontalières (Vallet & David, 2012, p.6). Si le matériel récolté sur place ne nous permet pas de répondre à une telle ambition, nous pouvons néanmoins donner des réponses concernant les fonctions que la clôture grecque remplit au niveau local, soit là où les situations d'urgence en matière de migration doivent être gérées (Ritaine, 2012).

19Sauf rares exceptions, le consensus semble unanime sur le fait que la clôture ne fera que déplacer le problème. Pourtant, certains croient à l'efficacité de la clôture. Le chef de la police d'Orestiada admet que "seulement avec le fait d'avoir annoncé vouloir construire cet obstacle technique, les immigrés ont été guidés vers la frontière fluviale et le nombre de passages ici a diminué" (entretien du 26.06.2012). En conséquence, la traversée du fleuve étant plus dangereuse que celle de la partie terrestre, avec la construction de la clôture, les victimes seront plus nombreuses, alors qu'avant même la finition de la clôture, et pour la seule année 2010, 70 corps ont été retrouvés du côté grec (Bui, 2012). Aucune statistique n'est connue du côté turc, mais on peut s'imaginer que les chiffres turcs reflètent ceux de la Grèce.

20Si les clôtures ne servent pas à la gestion du problème migratoire, pourquoi en ériger de nouvelles?

  • 10  Traduction de l'allemand de l’auteur.

21Rodier consacre un chapitre de son livre à la "fonction psychologique" des murs et clôtures (Rodier 2012). Sa théorie colle parfaitement aux mots prononcés par l'adjoint au maire d'Orestiada: "Le mur est avant tout un instrument psychologique pour les citoyens, une barrière visuelle qui fait en sorte que quand quelqu'un va dans un champ il est rassuré qu'il ne rencontrera pas de migrants" (entretien du 29.06.2012, mise en évidence par l'auteur). L'adjoint comme le maire nous ont dit que le problème le plus grand pour eux est la gestion de la peur de la population de cette petite ville de 40'000 habitants. Un habitant de la région nous a confirmé que "ce n'est pas bien qu'il y ait autant de migrants. Ils arrivent de partout, peut-être 200 par jour. Il y a des gens qui ont peur, les migrants n'ont pas d'argent, ils ont faim. Les gens, ici, dorment avec des armes". Pourtant, plus loin dans la discussion, il admet qu'"ici il n'y a pas de problèmes. Nous n'avons pas peur, les problèmes sont à Athènes" (entretien du 30.06.2012)10.

Fig. 6: Gare d'Orestiada, des migrants attendent le train de 5h13 pour Alexandroupoli

Fig. 6: Gare d'Orestiada, des migrants attendent le train de 5h13 pour Alexandroupoli

© Alberto Campi 2012

La clôture, un instrument politique

22La clôture remplit également une fonction politique d'affichage du pouvoir, en "fonctionn[ant] de façon théâtrale, en projetant un pouvoir et une efficacité qu'ils n'exercent pas réellement" (Brown, 2009). En effet, à chaque barrière érigée, il y a "mille manières" de pouvoir la contourner, notamment par la modification des trajets migratoires (Ritaine, 2009, p.27). Ainsi, les clôturesservent au niveau local afin de "donner l'impression, ou l'illusion, de 'faire quelque chose'" (Neisse & Novosseloff, 2010, p.737, v. aussi Vallet et David, 2012, p.18). Les clôtures rassurent, en enfermant dehors les "indésirables" (Ritaine, 2009, p.19).

  • 11  Chiffres publiés par le Ministère de l'Intérieur et consultables ici: http://ekloges.ypes.gr/v2012 (...)
  • 12  Lire notamment cet article publié par Rue89: "En Grèce, la police vous conseille plutôt d’appeler (...)

23Les pouvoirs en place utilisent la clôture pour montrer qu'ils s'emparent des thèmes qui préoccupent la population et essaient ainsi de contrecarrer le pouvoir des nouvelles forces politiques d'extrême droite. Ces dernières ont été les grands vainqueurs des dernières élections. Presque inconnu en 2009 avec 0.29% des préférences au niveau national, le parti Chrysi Avgi (Aube dorée) a obtenu le score de 6.97% en juin 201211. Le succès du parti a été construit sur la peur des immigrés. A cela s'ajoute la situation socio-économique critique de la Grèce (Donadio & Bounias, 2012; Donadio & Kitsantonis, 2012; Genoux, 2012; Molard, 2012). Un jeune chômeur vivant dans un quartier d'Athènes avoue que "les habitants ont été oubliés par le gouvernement, qui n'a rien fait concernant l'immigration" (Howden, 2012). Or, Chrysi Avgi a obtenu du succès surtout grâce à leur présence sur le terrain, en agissant là où les forces de l'ordre ne le font pas: en intervenant publiquement et physiquement contre les immigrés12.

24Dans un climat social fortement marqué par la xénophobie (HRW, 2012) et où les partis traditionnels sont accusés de ne rien faire pour stopper la vague migratoire, l'argument de la clôture a été utilisé par les politiciens représentant ces mêmes partis pour montrer qu'ils entreprenaient des mesures pour prendre au sérieux les peurs des citoyens.

  • 13  Le ministre de l'intérieur français a notamment soutenu la construction de la clôture (v. Salles, (...)

25Parallèlement, la clôture est aussi utilisé epar la Grèce comme une réponse aux pressions internationales qu'elle subit de la part de certains pays européens13 et de l'UE elle-même pour qu'elle "rationalise ses contrôles à la frontière" (Ritaine, 2012) en la rendant plus étanche.

  • 14  Des chiffres également repris tels quels par des chercheurs, comme dans l'article de McDonough et (...)

26Cette pression et cette nécessité de trouver des solutions se fonde également sur ce que l'on pourrait appeler la "guerre des chiffres de l'urgence" (v. aussi Sintès, 2011). L'intervention en Grèce de Frontex a été justifiée sur la base du fait qu'en 2010 "90% des clandestins appréhendés en 2010 lors de passages clandestins des frontières extérieures de l'UE l'ont été aux frontières terrestres grecques" (Ritaine, 2012, v. aussi Rodier, 2012, p.10). Ces chiffres ont été fournis à Frontex par l'administration grecque, utilisés tels quels par l'agence européenne et repris par les médias et associations/agences (v. le rapport de la European Union Agency for Fundamental Rights, 2011, p.12). Ils doivent être en réalité fortement relativisés car une grande partie des passages recensés se révèlent être ceux de migrants saisonniers albanais (Ritaine, 2012)14. C'est pourtant sur la base de chiffres alarmistes que les discussions ont eu lieu entre la Grèce et ses partenaires européens.

Stopper les migrants en allant à leur chasse

  • 15  Information obtenue avec l'annonce en août 2012 de la volonté de la Grèce de vouloir augmenter le (...)
  • 16  V. l'annonce du déploiement des agents de Frontex dans ce communiqué de presse: www.frontex.europa (...)

27La construction de la clôture a été accompagnée par une autre mesure: l'augmentation des forces de l'ordre présentes dans la région de l'Evros, qui étaient composées à l'été 2012 de 600 policiers15, un nombre inconnu de militaires auxquels s'ajoutent, depuis 2010, 175 gardes frontière de 26 pays européens déployés dans le cadre des premier Rapid Border Intervention Team (RABIT)16(Carrera et al., 2010). Ces derniers ont été déployés par l'UE suite à une demande d'aide de la Grèce, fondée sur des chiffres pour le moins discutables (Ritaine, 2012), comme on l'a vu, mais qui contribuent à alimenter le discours de la menace et à légitimer des mesures politiques (Kasparek, 2010, p.115).

28Alors que le déploiement d'importantes forces n'a pas atteint le résultat espéré (Triandafyllidou & Ambrosini, 2011, p.259), les pratiques des migrants dans la région questionnent cette mesure en faisant surgir un évident paradoxe. Comme nous l'avons constaté sur le terrain, la première question que les migrants posent dès qu'ils rencontrent un résident est de savoir où se trouve le poste de police le plus proche. Les migrants savent que la police les transfèrera dans des centres d'enregistrement. Dans ceux-ci, ils sont identifiés et leurs empreintes digitales enregistrées et envoyées, selon la procédure instaurée par le règlement de Dublin II, vers la base de donnée Eurodac17. Ce système permet de disposer d'une base de données commune afin de déterminer les autorités nationales compétentes du dossier d'asile18. L'article 13 du règlement de Dublin II stipule en effet que "le premier État membre auprès duquel la demande a été présentée est responsable de l'examen"19.

29Il est important de noter qu'à la fin de cette procédure les migrants obtiennent le white paper, un papier qui, à leurs yeux, leur laisse la liberté de circuler sur le territoire grec pendant 30 jours, alors qu'en réalité c'est un document qui les oblige à quitter le pays dans ce délai. Les migrants, pourtant, ne semblent pas se rendre compte de la subtile différence dans l'interprétation, comme les mots de ce Bangladais le confirment: "Maintenant nous n'avons plus peur, car la police nous a donné ce papier qui nous permet de rester ici pendant un mois. Nous sommes libres dans ce pays" (entretien du 28.06.2012). C'est la certitude d'obtenir ce papier qui pousse les migrants à rechercher la police, comme nous l'a confirmé le chef de la police Salamangas: "Nous arrêtons toutes les personnes que nous trouvons sur le bord de la rivière et nous les transférons dans les centres de rétention. Les personnes que nous ne détectons pas viennent seules se faire arrêter. Si nous n'allons pas les chercher, elles vont arriver toutes seules" (entretien du 26.06.2012).

30La question surgit spontanément: pourquoi dépenser autant d'argent et employer tant d'hommes pour aller chercher des personnes qui viendraient de leur plein gré? Le déploiement des forces de l'ordre comme la construction de la clôture semblent deux stratégies mises en place pour répondre à un seul objectif: la mise en scène du pouvoir.

Les centres de rétention dans la région de l'Évros

31Le "blindage" d'une frontière se fait non seulement par la construction de barrières, mais aussi à travers des procédures de rétention (Ritaine, 2009, p.158). La région de l'Evros n'échappe pas à cette "règle". Avec la rétention de migrants dans ces centres fermés, les lignes frontalières à l'intérieur du périmètre étatique se déplacent (Cuttitta, 2007; Mezzadra 2007, p.40; v. aussi Bernardot, 2011).

32Dans la région de l'Évros, il y a deux centres de rétention principaux: Fylakio, où sont enregistrés les migrants traversant la frontière dans la partie Nord (fig. 7), et Poros, responsable pour le Sud. Les nouveaux migrants sont aussi détenus dans d'autres endroits tels des postes de police qui se trouvent le long de la frontière (MSF, 2010, p.7).

33Une caractéristique rapproche ces lieux: les conditions de rétention. MSF rapporte que les centres sont surpeuplés et que les mauvaises conditions d'hygiène contribuent à la propagation de maladies (MSF, 2010, p.2). Aux mauvaises conditions sanitaires s'ajoutent des comportements irrespectueux de la part des agents de police en charge pour l'enregistrement et la garde des migrants (MSF, 2010). La nouvelle loi (loi n°3907/2011), entrée en vigueur en 2012, apporte des améliorations au cadre légal antérieur. Elle est vue d’un bon œil par les deux représentantes de MSF que nous avons rencontrées, qui en dénoncent tout de même la mauvaise implémentation. Il y a, selon elles, une amélioration dans l'infrastructure mais pas dans les procédures (entretien du 30.06.2012).

Fig. 7: Centre de rétention de Fylakio

Fig. 7: Centre de rétention de Fylakio

© Alberto Campi 2012

34L'incarcération est vécue comme un acte injuste par les migrants (MSF, 2010, p.21), car leur représentation de l'Europe avant le départ se heurte à la réalité de la rétention. L'incarcération est presque toujours le premier lieu dans lequel les migrants passent leur(s) première(s) nuit(s) en Europe. Ainsi, les centres de rétention deviennent, pour les migrants, la frontière elle-même, qu'ils incorp(s)orent à travers cette expérience (v. van Houtum, 2010, p.970). Les barbelés entourant les centres de rétention sont des barrières, tout autant que le fleuve que les migrants ont dû traverser quelques heures avant leur rétention.

35A l'intérieur des centres il y a également des frontières qui se dessinent. Comme le souligne HRW, l'écart entre les gardes et les détenus n'est pas uniquement à imputer à un problème de communication, mais aussi à des comportements de la part des gardes. Le récit d'un migrant est parlant: "Whenever the guards came into the room, they would wear a mask and plastic gloves to protect them from germs" (HRW, 2008, p.73, sur le discours de la contamination, v. Bernardot, 2011, p.57 et segg.).

36Les centres de rétention sont également utilisés, selon le rapport de MSF (2010), comme moyen de dissuasion, ou, comme l'écrit Migreurop, comme une "pratique punitive et dissuasive parce que la mesure d'éloignement ne peut en pratique être mise en œuvre" (Migreurop 2009, pp. 25–26). A travers la pratique d'une incarcération longue, les autorités helléniques espèrent atteindre les potentiels migrants restés au pays au travers des récits de ceux qui ont réussi à traverser la frontière (entretiens avec des représentants du GCR du 13 et 19.07.2012). Cette pratique est, en référence à la Convention de Genève relative au statut des réfugiés, illégale. Cette dernière stipule que "les États contractants n'appliqueront pas de sanctions pénales, du fait de leur entrée ou de leur séjour irréguliers, aux réfugiés qui, arrivant directement du territoire où leur vie ou leur liberté était menacée […], entrent ou se trouvent sur leur territoire sans autorisation". Dans l'alinéa 2, il est ajouté: "Les États contractants n'appliqueront aux déplacements de ces réfugiés d'autres restrictions que celles qui sont nécessaires"20.

Deuxième point d'observation: Athènes

37Dans cette partie nous nous focaliserons sur la violence présente à Athènes en soulignant le climat de terreur présent dans la ville, mais également en mettant en exergue un point particulier de la ville, soit le lieu où sont déposées les demandes d'asile.

Athènes: (sur)vivre dans la terreur

38Le titre du rapport de HRW est emblématique: Hate on the street (2012). On y découvre la violence qui règne dans la capitale hellénique: "Les migrants et les demandeurs d'asile nous ont raconté l'existence de véritables 'no-go areas', de zones dans lesquelles on ne va pas la nuit, par peur d'être attaqués par des groupes de Grecs violents" (HRW, 2012, p.4). D'autres chercheurs, journalistes et cinéastes témoignent régulièrement de ce climat de terreur présent à Athènes (Amnesty International, 2012; ECRI, 2009; Triandafyllidou & Ambrosini, 2011, p.261 et suiv.; Bird, 2013; le rapport 2012 du Racist Violence Recording Network21; les trois billets du blog de Keddie22; les films: "L'Escale" de Bakhtiari, 2013; "Fuir Athènes à tout prix" de Meier et Rühle, 201323).

Fig. 8: Groupe de migrants qui "somnolent" autour de la gare d'Athènes

Fig. 8: Groupe de migrants qui "somnolent" autour de la gare d'Athènes

© Alberto Campi 2012

39On y découvre aussi que le président de l'association des Afghans à Athènes a réagi aux dangers auxquels ses compatriotes étaient confrontés par la conception et la distribution d'une carte afin d'illustrer des zones à éviter. Une méthode qu'il avait apprise quand il travaillait pour la Croix Rouge en Afghanistan (HRW, 2012, p.6). Quand nous lui avons demandé une copie de cette carte, il a refusé de nous la donner: "Je l'ai montrée à quelqu'un une fois. Après cela, j'ai reçu beaucoup d'appels d'Aube Dorée et ils m'ont menacé. Je ne l'ai plus montrée. C'était normal de le faire, mais je ne sais pas pourquoi c'était si intéressant pour eux. Ils m'ont appelé et ils m'ont dit 'Tu as une carte, pourquoi fais-tu cela? Ce n'est pas bon pour la Grèce'. Je leur ai répondu: 'C'est la réalité de ce qui se passe à Athènes'" (entretien du 22.07.2012).

40Sur la base des témoignages récoltés et des rapports lus, nous avons dessiné une carte montrant une claire démarcation entre la zone sûre d'Athènes pour les migrants, en vert, et la zone dangereuse, en rouge (fig. 10). Dans les zones dangereuses, les migrants sans abris restent vigilants et se permettent de somnoler uniquement pendant la journée (fig. 8). Les chiffres concernant les attaques contre des migrants, tirés du rapport de HRW (2012), ne sont pas exhaustifs, mais néanmoins plus fiables que les statistiques officielles du gouvernement grec. Ce dernier a enregistré seulement deux crimes racistes dans toute la Grèce en 2009, un en 2008 (Cosse, 2012) et neuf depuis 2011 (HRW, 2012, p.11). Ainsi, au climat de tension et violence présent dans les villes grecques, s'ajoute la non-intervention et la non-persécution de ces actes par les autorités (ECRI, 2009; HRW, 2013).

Fig. 9: La place de l'église de St. Panteleimon à Athènes: seuls les Grecs sont autorisés à marcher sur la place

Fig. 9: La place de l'église de St. Panteleimon à Athènes: seuls les Grecs sont autorisés à marcher sur la place

© Alberto Campi 2012

  • 24  Pour des informations plus approfondies sur la ségrégation à Athènes, v. Noussia & Lyons, 2009.
  • 25  Le travail sur la violence raciste contre les migrants par le photographe Giorgios Moutafis (www.g (...)

41Le résultat est une extrême ségrégation de la ville, avec l'existence de zones non fréquentées ni habitées par des migrants (fig. 9)24. Dans ces zones, la violence physique25 et symbolique, notamment par la présence de graffitis nazis (fig. 11), sont monnaie courante.

Fig. 10: Carte d'Athènes

Fig. 10: Carte d'Athènes

Fig. 11: Graffiti dans Athènes

Fig. 11: Graffiti dans Athènes

© Alberto Campi 2012

Le dépôt des demandes d'asile à Petrou Ralli

  • 26  Pour plus d'informations à ce sujet, v. l'article "The 'other' Greek crisis: asylum and EU solidar (...)

42C'est dans ce contexte que doit être placée la procédure que les demandeurs d'asile doivent suivre afin de déposer leur candidature pour obtenir le statut de réfugié. Sans rentrer dans les détails du système législatif grec concernant l'asile26 et sur ses réformes intégrées dans le "Greek action plan on asylum and migration movement", nous focalisons notre attention sur les modalités et la localisation du dépôt des demandes d'asile à Athènes, afin d'en faire ressortir ce que nous appelons une "géographie de l'impunité".

La procédure telle que pensée par les autorités grecques

  • 27  V. le communiqué de presse de la Cour européenne des droits de l'homme du 21 janvier 2012: www.eur (...)

43La situation des demandeurs d'asile en Grèce est dramatique, comme le démontre l'arrêt M.S.S./Grèce et Belgique de la Cour européenne des droits de l'homme du 21 janvier 201127. Celui-ci a eu comme conséquence qu'"aucun demandeur d'asile ne peut être transféré en Grèce sous peine d'enfreindre l'article 3 de la Convention de Dublin" (Maiani & Néraudau, 2011, p.18). Grâce à la carte publiée par le European Council on Refugees and Exiles sur le taux d'octroi de l'asile (v. fig. 12), on comprend vite que dans la "loterie de l'asile" il vaut mieux ne pas chercher à le demander en Grèce, son taux de reconnaissance étant le plus bas de toute l'Europe. En effet, de 2006 à 2011, les autorités grecques ont accepté en première instance, chaque année, moins de 2% des demandes d'asile (HRW, 2012, p.32; Karamanidou & Schuster, 2011; UNHCR, 2009, p.9).

Fig. 12: Taux d'octroi de l'asile par pays européen et en pourcentage des demandes déposées en 2010

Fig. 12: Taux d'octroi de l'asile par pays européen et en pourcentage des demandes déposées en 2010

Source: ECRE28

44A cela s'ajoute un autre problème: le fait que la police est simultanément responsable de l'arrêt et la déportation des migrants en situation irrégulière et de l'examen et l'octroi des demandes d'asile (NHC et al., 2009; UNHCR, 2009, p.9). Cette confusion du rôle de la police grecque qui s'habille simultanément en persécuteur et protecteur devrait néanmoins se résoudre avec l'application de la nouvelle loi.

45Ce qui, jusqu'en juillet 2012, n'avait pas encore changé, c'était la manière de gérer les potentiels réfugiés. Les demandes d'asile, à hauteur d'une vingtaine, sont reçues une fois par semaine à Athènes, qui gère 95% des demandes d'asile déposées en Grèce (Karamanidou & Schuster, 2011, p.9; UNHCR, 2011a, p.2). La procédure d'asile pensée par les autorités donne le plein pouvoir à la police.

46Petrou Ralli est le nom d'une avenue dans une zone industrielle d'Athènes. Trois kilomètres séparent le centre ville et le numéro 24 de Petrou Ralli, où se situe le Département de police des étrangers. C'est là que les migrants sont détenus avant d'être expulsés; c'est aussi là qu'ils se rendent pour déposer leur demande d'asile. Des rapports (Amnesty International, 2010; UNHCR, 2012) et des articles scientifiques (Karamanidou & Schuster, 2011; McDonough & Tsourdi, 2012; Ritaine, 2012) ont pointé du doigt les problèmes ayant lieu à Petrou Ralli.

47La distance séparant le centre ville de Petrou Ralli n'est pas importante, mais sa localisation l'isole complètement du reste de la ville. Ce fait est fondamental, compte tenu de comment les procédures d'asile sont organisées, procédures qualifiées par une coalition d'ONGde "bureaucratic traps" (NHC et al., 2009, p.17). Ce qui est plus problématique, c'est que la géographie du lieu semble être pensée pour que le jeu des pouvoirs ne soit ni dévoilé ni dénoncé, et fait de Petrou Ralli non seulement un piège bureaucratique, mais également un piège géographique.

  • 29  Pour plus d'informations, voir l'article de Papapostolou (2012) et la vidéo réalisée par le Group (...)
  • 30  V. le rapport co-signé par un groupe hétérogène d'associations, groupes et ONG sur les procédures (...)

48Karamanidou et Schuster imputent au manque d'organisation et de personnel la raison des longues queues à Petrou Ralli pour le dépôt des demandes d'asile (Karamanidou & Schuster, 2011, p.10)29. Si, en 2009, on comptait encore 2 à 3'000 personnes faisant la queue pour demander l'asile (NHC et al., 2009, p.16), en été 2012, selon nos observations, le nombre a drastiquement diminué. Nous avons vu entre 200 et 300 migrants prenant place dans la file dans l'espoir d'obtenir le papier rose de l'asile (fig. 13). Parmi ceux-ci, uniquement les 20 premiers ont le droit de déposer leur demande30.

Fig. 13: Un migrant regarde la "file" pour la demande d'asile

Fig. 13: Un migrant regarde la "file" pour la demande d'asile

© Alberto Campi 2012

  • 31  Cette personne nous a décrit le fonctionnement de la distribution des places. Afin de ne pas dévoi (...)
  • 32  Ces sources souhaitent rester anonymes.

49Il est intéressant de noter comment cette "file" s'organise. Les migrants font la queue dans la rue Salaminias, une ruelle parallèle à Petrou Ralli, entourée par des édifices industriels et abritant un parking pour camions. L'entrée de l'édifice pour les demandes d'asile se trouve à 300 mètres de là. Un migrant d'origine ivoirienne nous a expliqué comment Petrou Ralli est sous le contrôle de groupes de migrants qui font un business autour des premières places31 (entretien du 28.07.2012). Selon des témoignages récoltés, ce jeu de pouvoirs entre groupes de migrants serait impossible sans la complicité de la police32.

50Les 20 migrants qui peuvent déposer leur demande d'asile sont sélectionnés à 2 heures les nuits entre le samedi et le dimanche. Cette procédure soulève plus de questions sans réponse: pourquoi la police ferme-t-elle la rue Orfeos au public à minuit, quelques heures avant la sélection? Pourquoi la sélection se fait-elle en pleine nuit? Pourquoi ces procédures administratives se font-elles la nuit du vendredi au samedi, jour où les bureaux sont généralement fermés?

51Une série de points problématiques qui peuvent, selon une analyse de la géographie du lieu et des procédures mises en place, s'expliquer uniquement par la volonté de faire de Petrou Ralli un lieu où règne l'impunité.

Petrou Ralli 24: la géographie de l'impunité

52Le 21 juillet 2012 nous avons voulu observer les procédures à Petrou Ralli. Un cordon et deux policiers bloquent l'entrée entre la rue Salaminias et la rue Agias Annis vendredi à minuit. Après cela, personne ne peut entrer. Ce fait est au moins curieux vu qu'il s'agit d'une rue, donc d'un espace public où toute personne devrait avoir le droit de marcher. Pendant le temps que la police nous a octroyé pour parler avec les migrants, ceux-ci nous ont questionnés sur le fonctionnement de l'octroi de l'asile. Des questions notamment sur les 20 premières places (toujours occupées par des ressortissants d'Afrique sub-saharienne), mais également sur les procédures mises en place par les autorités grecques. Des questions auxquelles nous n'avons pas (voulu ou) su répondre, mais qui montrent le désarroi des migrants face à des procédures opaques.

53La nuit du 27 au 28 juillet nous sommes retournés deux fois à Petrou Ralli. De notre propre gré nous avons quitté la rue Salaminias vers 20 heures, afin d'y retourner vers minuit, lors de la sélection. Ce qui s'est passé vers 20 heures montre de façon irréfutable ce que nous qualifions de "géographie de l'impunité" (v. fig. 10, partie zoomée). Juste après que nous ayons quitté les lieux, alors que nous attendions le bus sur l'avenue Petrou Ralli, un groupe de motards habillés avec des tee-shirts du parti Chrysi Avgi se sont arrêtés aux feux au croisement entre Petrou Ralli et Agias Annis en menaçant le groupe de migrants qui étaient avec nous. Au feu vert, les motards ont continué leur route en direction de l'autoroute.

54Ce n'est qu'à notre retour dans "la file", vers 1 heure du matin, que nous avons compris la stratégie des néo-nazis. Connaissant certainement le fonctionnement des procédures d'asile, après le croisement ils ont tourné à droite et rejoint la rue Salaminias. Sous les yeux de la police, qui n'est pas intervenue, ils se sont arrêtés devant la "file", craché sur les migrants, lancé leurs casques contre eux et sont aussitôt repartis quelques minutes après. Nous avons obtenu cette information lors de notre deuxième visite cette nuit-là.

55Le récit ci-dessus donne, si ce n'est des réponses à nos précédentes questions, au moins des éléments confortant la thèse qu'à Petrou Ralli, comme dans les centres de rétention, c'est le jeu des pouvoirs qui règne. Ceux qui détiennent le pouvoir sont la police, certains groupes nationaux de migrants et les membres d'Aube dorée. La question reste toutefois ouverte sur la volonté des autorités grecques de faire de Petrou Ralli un lieu où règne l'impunité. Ceci est-il le fruit d'une stratégie?

56Malgré cette question ouverte, il est au moins possible de soutenir les idées de W. Brown qui affirme que "les murs forment une continuité par rapport aux pratiques extra-juridiques apparaissant partout" (Brown, 2009), sur la frontière comme à l'intérieur du territoire.

Troisième point d'observation: Patras

57A Patras, les migrants se concentrent surtout autour du nouveau port (fig. 14), inauguré en 2011 et, au vu de la nouvelle structure, ne permettant presque plus aux migrants de fuir vers l'Italie. Les récits récoltés sur place font part de violences assimilables à de la torture pour tout migrant attrapé en train de monter sur un camion qui s'embarque pour l'Italie. Les autorités portuaires, appelées emblématiquement "commando" par les migrants, utilisent régulièrement des tasers et des chiens sans muselière contre les migrants. Un Afghan nous a raconté comment un Soudanais avait été tué par le "commando": " J'ai vu un Soudanais courir. Après cela, le commando a accéléré et heurté le Soudanais. Nous avons parlé avec le commando et nous avons dit: 'Pourquoi l'avez-vous tué?'. Ils ont répondu: 'Nous ne l'avons pas tué, il est tombé'". Pourtant, le jeune Afghan est sûr qu'il ne s'agissait pas d'un accident: "I saw that the commando hit him, with his car" (entretien du 4.08.2012). S'échapper, partir. Et la sanction est la mort. La vie est placée à la merci de ceux qui s'accaparent le pouvoir de tuer ou de laisser vivre.

Fig. 14: Le nouveau port de Patras vu depuis un bateau

Fig. 14: Le nouveau port de Patras vu depuis un bateau

© Alberto Campi 2012

  • 33  Pour information, plus de la moitié des policiers grecs ont voté pour Aube dorée: www.slate.fr/lie (...)

58C'est aux alentours du nouveau port que les nouveaux arrivés s'installent (fig. 15), afin  d'être proche de l'infrastructure permettant de quitter le pays. Ainsi, inlassablement, les migrants essaient tous les jours de se faufiler dans ou sous un camion, qui s'embarquera dans un ferry. Alors que géographiquement, le fait de s'installer à quelques dizaines de mètres du port fait du sens, ce choix est périlleux. Comme pour les personnes sans abri à Athènes, il est très dangereux pour les migrants de s'installer dans ce lieu, connu par les militants d'extrême droite et par les policiers33. Les règles sont les mêmes qu'à Athènes: éviter de dormir pendant la nuit afin d'éviter d'être attaqués.

Fig. 15: La forêt d'eucalyptus à côté du port de Patras

Fig. 15: La forêt d'eucalyptus à côté du port de Patras

© Alberto Campi 2012

59Pour cette raison, les migrants de plus longue date trouvent d'autres abris, plus cachés et excentrés par rapport au port. Il s'agit notamment d'une oliveraie et d'une maison occupée après qu'elle ait été abandonnée suite aux travaux liés à la construction d'un pont (figg. 16 et 17).

Fig. 16: Deux Afghans préparent le repas dans leur campement sous les oliviers à Patras

Fig. 16: Deux Afghans préparent le repas dans leur campement sous les oliviers à Patras

© Alberto Campi 2012

Fig. 17: La maison occupée de Patras

Fig. 17: La maison occupée de Patras

© Alberto Campi 2012

60L'inconvénient réside dans le fait que pour atteindre le port, le trajet est plus long (une dizaine de kilomètres), mais cette distance est garante d'une certaine sécurité. Ainsi, de vraies communautés se sont formées. Des communautés dans lesquelles chacun remplit un rôle: certains ont trouvé un travail dans les usines de Patras ou comme nettoie-vitres, d'autres cuisinent tandis que d'autres encore s'occupent des achats communs. Tous essaient encore de s'embarquer sur un ferry pour l'Italie, mais les tentatives sont plus éparses. Elles ont lieu, selon les témoignages que nous avons récoltés, une à deux fois par semaine.

61L'exemple de Patras, qui se trouve loin du point d'entrée des migrants en Grèce, montre bien que les "non-désirables" ne sont pas uniquement "triés" et bloqués aux frontières extérieures de l'UE (Rodier, 2012, p.9; van Houtum, 2010), mais ils sont également entravés dans leurs mouvements à l'intérieur même d'un espace qui avait été pensé comme un espace de "libre circulation des personnes", mais uniquement pour les citoyens de l'Union. Cette restriction s'est concrétisée avec l'obligation de visa d'entrée dans les Etats d'Europe du Sud pour les ressortissants de pays extérieurs à l'Union européenne. Une évolution récente, car, auparavant, comme le souligne E. Ritaine, ces Etats méridionaux laissaient les ressortissants des pays voisins aller et venir, au gré des besoins des activités saisonnières et/ou de l'économie souterraine, ou bien parce qu'il ne s'agissait que de migrations de transit (Ritaine, 2012, pp.19-20).

Conclusion

62Le projet de construction d'une clôture est symptomatique d'une gestion de la frontière pensée comme une ligne pouvant être fermée hermétiquement. Or, la gestion de la migration n'est ni un problème pouvant être résolu localement, là où la clôture s'érige, ni même au niveau national. Mais l'inexistence d'une politique européenne commune de l'immigration fait en sorte que la gestion des frontières ne puisse se faire qu'en réponse aux urgences successives (Ritaine 2012). Des urgences qui éclatent à la fois sur la frontière elle-même et à l'intérieur du pays, car la frontière, et la gestion de ceux qui la traversent, est internalisée dans d'autres lieux, qui se trouvent parfois très loin du territoire frontalier. Comme le rappelle P. Sintès, en effet, "l’été 2009, en Grèce, correspond aussi à un durcissement indubitable du traitement de la migration irrégulière au sein du pays, élargissant classiquement les activités du contrôle frontalier à l’ensemble du pays" (Sintès 2011, p.387).

63Les centres de rétention et l'édifice de Petrou Ralli sont des lieux circonscrits, des lieux qu'il est possible d'identifier sur une carte. Ce sont les lieux pensés par les autorités pour enregistrer, sanctionner, contrôler et éventuellement expulser les migrants (v. Bernardot, 2011 sur les camps d'internement). En sus de ces espaces pour le contrôle de la migration, il existe des espaces, urbains, aux frontières floues et changeantes, de confinement des migrants. Des espaces de non-droit où règne la ségrégation ethnique et la violence permanente perpétrée par deux acteurs principaux: les autorités policières et les "groupes citoyens", organisés en unités de surveillance pour patrouiller dans les rues, afin de protéger les résidents, en éliminant les migrants (HRW, 2012, p.7).

64Dans le cas des "quartiers migrants" d'Athènes et de Patras, comme dans le cas des centres de rétention et de Petrou Ralli, les observations montrent que ce n'est pas la norme et la loi qui règnent, mais plutôt le jeu des pouvoirs. Un jeu des pouvoirs à la faveur des autorités de police et des groupes néo-nazis et au détriment des migrants. Les rondes de fascistes en moto dans les rues, les descentes des policiers dans les appartements des migrants, les abus de pouvoir exercés par les autorités rendent la vie (presque) impossible aux migrants. Ainsi, "rendre la vie impossible" semble être la devise utilisée par les Grecs pour les pousser à partir.

65La construction de la clôture s'accompagne d'opérations répressives, telle l'opération "Xenios Zeus", une intervention policière lancée en août 2012 par les autorités grecques et ayant comme objectif de "reconduire les sans-papiers dans leur pays d'origine pour ensuite fermer les frontières" (Potet, 2012). Une opération qui a réuni plus de 2'000 policiers à Athènes et quelques 2'500 dans la région de l'Evros, selon M. Potet. Bilan: 7000 arrestations et 2000 personnes détenues dans des centres de rétention (Potet, 2012).

66Ces deux initiatives sont issues d'une réaction face à des situations qualifiées comme urgentes et menaçantes par les autorités grecques. Ces (ré)actions face aux menaces perçues sont "bricolées" (Bigo et al., 2009), pensées de façon ponctuelle et locale: les migrants passent-ils via la frontière terrestre? On bloque le passage par une clôture. Y a-t-il trop de migrants à Athènes? On les enferme dans des centres de rétention. Cela démontre le manque d'une vision d'ensemble, du à la "difficile gestation d'une politique commune de l'immigration et de la frontière [ce qui] condamne les différents acteurs politiques (nationaux et européens) à une gestion par urgences qui a passé, en Grèce, par la construction d'une clôture, le long d'une frontière politique.

67Pourtant, la frontière n'est pas uniquement cette ligne qui sépare deux États: l'Évros et la clôture font partie d'un "dispositif frontalier" (Bigo et al., 2009) plus vaste. Les migrants sont stoppés et arrêtés à la frontière, mais leur identification se fait dans les centres de rétention, à l'intérieur du pays. Une frontière qu'ils continuent à vivre plus tard pour toute procédure administrative, telle la demande d'asile, mais également dans le déroulement de leur quotidien à cause de la ségrégation ethnique existante dans les villes grecques.

68La décision de construire une clôture dans la région de l'Evros renforce la politique de cloisonnement de l'espace de la part des autorités grecques et consolide la "forteresse européenne" dans ses points frontaliers jugés faibles. Mais, en réalité, la Grèce toute entière est pensée et vécue par les migrants comme étant une barrière frontalière à franchir. Les migrants ne veulent pas rester en Grèce, car, comme ce jeu de mots qui nous a été dévoilé par un migrant d'origine marocaine le montre emblématiquement: "Grèce = Euro-pas". L'Europe, pour eux, c'est une fois traversée la frontière occidentale grecque. Ainsi, les migrants s'entassent à Patras, ville portuaire d'où partent les ferry pour l'Italie. Et la Grèce se transforme en une vaste zone-tampon, une frontière progressive où surfaces, points et lignes se (con)fondent (Cuttitta, 2007).

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Amnesty International, 2012, "Greece must bring an end to racist and xenophobic attacks", 15 août, URL: www.amnesty.org/en/news/greece-must-bring-end-unacceptable-racist-attacks-2012-08-15

Amnesty International, 2010, Greece: The Dublin II trap: Transfers of asylum-seekers to Greece, Rapport EUR 25/001/2010, URL: http://www.amnesty.org/en/library/info/EUR25/001/2010

ANAGNOSTOULIS, S., et al.,2006, "Landmine injuries in the northernmost border of Greece", Military Medicine,171 (p.603-605).

BALDIN-EDWARDS, M., 2006, "Migration between Greece and Turkey: From the ‘Exchange of Populations’ to the Non Recognition of Borders", SEER SouthEast Europe Review for Labour and Social Affairs, 3 (p.115-122).

BALLIF, F. & ROSIERE, S., 2009, "Le défi des 'teichopolitiques'. Analyser la fermeture contemporaine des territoires", L'Espace géographique, vol.38, n.3 (p.193-206).

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

BERNARDOT, M., 2011, "Invasions, subversions, contaminations", Cultures & Conflits, n.4, (p.45-62).
DOI : 10.4000/conflits.18237

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

BIALASIEWICZ, L., 2011, "Borders above all?", 30, Political Geography (p.299-300).
DOI : 10.1016/j.polgeo.2011.06.003

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

BIGO, D. & BOCCO, R. & Piermay, J.-L., 2009, "Logiques de marquage : murs et disputes frontalières", Cultures & Conflits, 73, 30 (p.7-13).
DOI : 10.4000/conflits.17484

BIRD, L., 2013, "Fleeing Syria, Refugees Arrive to a Different Kind of Hell in Greece", The Atlantic, 3 mai, URL: www.theatlantic.com/international/archive/2013/05/fleeing-syria-refugees-arrive-to-a-different-kind-of-hell-in-greece/275531

BROWN, W., 2009, " Souveraineté poreuse, démocratie murée", La Revue des Livres, 12, 02.07.2009, URL: www.revuedeslivres.fr/souverainete-poreuse-democratie-muree-wendy-brown/

BUI, D., 2012, "Les naufragés du rêve européen", Le Nouvel Observateur, 9 mai, URL: http://tempsreel.nouvelobs.com/l-enquete-de-l-obs/20120509.OBS5226/les-naufrages-du-reve-europeen.html

CARRERA, S. & GUILD, E., 2010, Joint Operation RABIT 2010” – FRONTEX Assistance to Greece’s Border with Turkey: Revealing the Deficiencies of Europe’s Dublin Asylum System, Brussels, Centre for European policy studies.

COSSE, E., 2012, "Greece's epidemic of racist attacks", The New York Times, 26 janvier 2012, URL: www.nytimes.com/2012/01/27/opinion/greeces-epidemic-of-racist-attacks.html

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

CUTTITTA, P. 2007, "Le monde-frontière. Le contrôle de l’immigration dans l’espace globalisé", Cultures & Conflits, n.68, (p.61-84), URL: http://conflits.revues.org/5593?&id=5593
DOI : 10.4000/conflits.5593

DANY, F., 2011, "Un mur aux confins de l’Union Européenne", Carto, 6 (p. 27).

DERENS, J.-A. & GESLIN, L., 2012, "À Lojane, au centre des trafics", Le Courrier des Balkans, 27.11.2012.

DONADIO, R. & BOUNIAS, D., 2012, " Far-right Golden Dawn sees opening in Greece’s woes", The New York Times, 12 avril 2012, URL: www.nytimes.com/2012/04/13/world/europe/far-right-golden-dawn-sees-opening-in-greeces-woes.html

DONADIO, R. & KITSANTONIS, N., 2012, "Greek voters punish 2 main parties for economic collapse", The New York Times, 6 mai, URL: www.nytimes.com/2012/05/07/world/europe/greeks-vote-in-parliamentary-elections.html

ECRI, 2009, Report on Greece (fourth monitoring cycle), CRI(2009)31, URL: www.coe.int/t/dghl/monitoring/ecri/country-by-country/greece/GRC-CbC-IV-2009-031-ENG.pdf.

European Union Agency for Fundamental Rights, 2011, Coping with a fundamental rights emergency. The situation of persons crossing the Greek land border in an irregular manner, URL: http://fra.europa.eu/sites/default/files/fra_uploads/1500-Greek-border-situation-report2011_EN.pdf

FAKIOLAS, R., 2000, "Migration and Unregistered labour in the Greek Economy", in King, R., et al. (éds.), Eldorado or Fortress? Migration in Southern Europe, London: Macmillan (p.57-79).

Frontex, 2012, Annual Risk Analysis, URL: http://migrantsatsea.wordpress.com/2012/05/10/2012-frontex-annual-risk-analysis/

Frontex, 2010, FRAN Quarterly, Issue 2, April-June, URL: www.frontex.europa.eu/assets/Attachments_News/fran_q02_2010_public.pdf

GENOUX, F., 2012, "Grèce : Qui sont les néonazis du Parti 'Aube Dorée' ?", Le Monde, 5 mai 2012, URL: www.lemonde.fr/europe/article/2012/05/05/grece-pourquoi-un-parti-neonazi-pourrait-entrer-au-parlement_1695987_3214.html

HOWDEN, D., 2012, " Fascism rises from the depths of Greece’s despair", The Independent, 5 avril 2012, URL: www.independent.co.uk/news/world/europe/fascism-rises-from-the-depths-of-greeces-despair-7712276.html

HRW, 2008, Stuck in a Revolving Door. Iraqis and Other Asylum Seekers and Migrants at the Greece/Turkey Entrance to the European Union, URL: www.unhcr.org/refworld/docid/492e6c622.html

HRW, 2012, Hate on the Streets. Xenophobic Violence in Greece, URL: www.hrw.org/reports/2012/07/10/hate-streets-0

HRW, 2013, Unwelcome guests. Greek police abuses of migrant in Athens, URL: www.hrw.org/sites/default/files/reports/greece0613_ForUpload.pdf

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

KARAMANIDOU, L. & SCHUSTER, L., 2011, "Realizing one’s rights under the 1951 Convention 60 years on: A review of practical constraints on accessing protection in Europe", Journal of Refugee Studies (p.1-24).
DOI : 10.1093/jrs/fer053

KASIMIS, C. & KASSIMI, C., 2004, "Greece: A History of Migration", Migration Information Source, June 2004, URL:www.migrationinformation.org/Profiles/display.cfm?ID=228

KASPAREK, B., 2010, "Laboratorium, Think Thank, Doing Border: Die Grenzshcutzagentur Frontex", in Hess, S. & Kasparek, B., Grenzregime: Diskurse, Praktiken, Insitutionen in Europa, Berlin: Assoziation A (p.111-126).

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

MCDONOUGH, P. & TSOURDI, E., 2012, "The 'Other' Greek Crisis: Asylum and Eu Solidarity", Refugee Survey Quarterly, 31, 4 (p.67-100).
DOI : 10.1093/rsq/hds019

MEZZADRA, S., 2007, "Confini, migrazioni, cittadinanza", PAPERS: revista de sociologia, n.85, (p.31-41), URL: www.raco.cat/index.php/Papers/article/view/74159

MSF, 2010, Migrants in Detention. Lives on Hold, URL: www.doctorswithoutborders.org/publications/article.cfm?id=4515&cat=special-report

MIGREUROP, 2009, Les frontières assassines de l’Europe, URL: www.migreurop.org/article1489.html

MOLARD, M., 2012, "Grèce: Qui sont les néonazis qui entrent au Parlement ?", Le Nouvel Observateur, 5 juillet 2012, URL: http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20120507.OBS5113/grece-qui-sont-les-neo-nazis-qui-entrent-au-parlement.html

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

NEISSE, F. & NOVOSSELOFF, A., 2010, "L'expansion des murs: Le reflet d'un monde fragmenté?", Politique Étrangère, 4 (p. 731-742).
DOI : 10.3917/pe.104.0731

NORDHAUSEN, F., 2011, "Der Graben am Evros", Berliner Zeitung, 31 août 2011, URL: www.berliner-zeitung.de/newsticker/der-graben-am-evros,10917074,10928986.html

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

NOUSSIA, A., Lyons, M., 2009, "Inhabiting Spaces of Liminality: Migrants in Omonia, Athens", Journal of Ethnic and Migration Studies, vol.35, n.4, (p.601-624).
DOI : 10.1080/13691830902765186

NHC & NOAS & AITIMA, 2009, Out the Back Door: The Dublin II. Regulation and Illegal Deportations from Greece, URL: www.statewatch.org/news/2009/oct/greece-illegal-deportations-report.pdf

PAPAPOSTOLOU, A., 2012, " Dozens line up every week in Athens to apply for asylum", Greekreporter, http://greece.greekreporter.com/2012/03/24/dozens-line-up-every-week-in-athens-to-apply-for-asylum/

POTET, M., 2012, "Grèce : la chasse aux sans-papiers se poursuit", France Info, URL: http://www.franceinfo.fr/monde/grece-la-chasse-aux-sans-papiers-se-poursuit-714911-2012-08-23

PROASYL, 2012, Walls of shame. Accounts from the inside: the detention centres of Evros, URL: infomobile.w2eu.net/files/2012/04/Evros-Bericht_12_04_10_BHP.pdf

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

RITAINE, E., 2009, "La barrière et le checkpoint : mise en politique de l’asymétrie", Cultures & Conflits, 73, (p.15-33).
DOI : 10.4000/conflits.17500

RITAINE, E., 2012, "La fabrique politique d’une frontière européenne en  Méditerranée. Le « jeu du mistigri » entre les Etats et l’Union", Etudes du CERI, 186.

RODIER, C., 2012, Xénophobie business: A quoi servent les contrôles migratoires, Paris, La Découverte, 194 p.

SINTÈS, P., 2003, " Les albanais en Grèce", Balkanologie, vol.7, n.1, (p.111-133).

SINTES, P., 2008, "Lire les résultats du recensement grec de 2001. Tendances du peuplement et pratiques sociales de l’espace", L'Espace géographique, 3, (p.253-269).

SINTES, P., 2011, "Manoeuvres politiques et discours de l'urgence. La frontière égéenne de la Grèce au coeur d’enjeux nationaux et européens", in Ribas, N., El rio Bravo mediterraneo: las regiones fronterizas en la epoca de laglobalizacion, Barcelona: Bellaterra (p.375-390).

TRIANDAFYLLIDOU, A., 2000, "The political discourse on immigration in southern Europe: a critical analysis", Journal of Community & Applied Social Psychology, vol.10, n.5, (p.373–389).

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

TRIANDAFYLLIDOU, A., 2009, "Greek Immigration Policy at the Turn of the 21st Century. Lack of Political Will or Purposeful Mismanagement?", European Journal of Migration and Law, vol.11, n.2, (p.159-177).
DOI : 10.1163/157181609X440013

TRIANDAFYLLIDOU, A. & MAROUFOF, M., 2009, Immigration towards Greece at the Eve of the 21st Century. A Critical Assessment, rapport n.4, IDEA, URL: www.idea6fp.uw.edu.pl/pliki/WP4_Greece.pdf

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

TRIANDAFYLLIDOU, A. & AMBROSINI, M., 2011, "Irregular Immigration Control in Italy and Greece: Strong Fencing and Weak Gate-keeping serving the Labour Market", European Journal of Migration and Law, vol.13, n.3, (p.251-273).
DOI : 10.1163/157181611X587847

SALLES, A., 2012, "Brice Hortefeux soutient le projet de mur entre la Grèce et la Turquie", Le Monde, 14 mars 2012, URL: www.lemonde.fr/europe/article/2011/01/27/brice-hortefeux-soutient-le-projet-de-mur-entre-la-grece-et-la-turquie_1471514_3214.html

UNHCR, 2009, Observations on Greece as a country of asylum, URL: www.unhcr.org/refworld/docid/4b4b3fc82.html

UNHCR, 2011a, Asylum levels and trends in industrialized countries. Statistical overview of asylum applications lodged in Europe and selected non-European countries, URL: www.unhcr.org/4e9beaa19.html

UNHCR, 2011b, The Situation of Refugees in Greece, URL: http://www.unhcr.gr/fileadmin/Greece/WorldRefugeeDay2010/WRD2011/2011_PROTECTION_POSITIONS_EN.doc

UNHCR, 2012, Contribution to the dialogue on migration and asylum, URL: http://www.unhcr.gr/fileadmin/Greece/News/2012/positions/2012_Migration___Asylum_EN.pdf

VALLET, E. & DAVID, C.-Ph., 2012, "Du retour des murs frontaliers en relations internationales", Etudes Internationales, 43, 1 (p.5-25).

VAN HOUTUM, H., 2010, "Human blacklisting: the global apartheid of the EU’s external border regime", Environment and Planning D: Society and Space, vol.28, n.6, (p.957–976).

WALTERS, W., 2002, "Mapping Schengenland: denaturalizing the border", Environment and Planning D: Society and Space, vol.20, n.5, (p.561–580).Image19

Haut de page

Notes

1  C'est en effet en décembre 2012 qu'une clôture a été construite à la frontière terrestre entre la Grèce et la Turquie. Ceci a eu comme conséquence la modification des routes migratoires à partir de janvier 2013.

2  V. à ce sujet l'article de Triandafyllidou et Ambrosini, 2011, p.255 et suiv.

3  http://europa.eu/legislation_summaries/justice_freedom_security/free_movement_of_persons_asylum_immigration/l14124_fr.htm, consulté le 03.05.2013.

4  Nous préférons parler de "clôture" et non pas de mur, malgré que ce dernier concept est généralement utilisé, dans la presse et dans les articles scientifiques, pour désigner cette construction frontalière. En effet, la barrière frontalière construite entre la Grèce et la Turquie est une clôture et non pas un mur, qui, lui est construit en béton (cf. Ballif & Rosière, 2009, p.196).

5  Grâce à ce reportage, Alberto Campi a remporté le premier prix dans la catégorie "reportage" au Swiss Photo Award 2012: www.lacite.info/swiss-photo-award/, consulté le 03.05.2013.

6  Pour un bref historique, se référer à Rodier 2012, pp.155-156.

7  www.the-monitor.org/index.php/cp/display/region_profiles/theme/1822#_ftnref12, consulté le 18.04.2013.

8  Le ministère de la défense grec estime qu'il y a eu, de 1987 à 2004, 66 personnes tuées et 149 blessées par des mines anti-personnels dans la région de l'Evros (see le Landmine Monitor Report: http://www.the-monitor.org). Selon les calculs de Baldin-Edwards (2006), à ces 66 personnes décédées doivent probablement en être ajoutées 19, comptabilisés par l'Hôpital d'Alexandroupoli (v. aussi Anagnostoulis et al., 2006).

9  Voir l'article "Grèce: immigration illégale" dans le journal Nea Say, n°101, publié par l'ONG Eu-logos Athéna: www.eu-logos.org/eu-logos_nea-say.php?idr=4&idnl=1905&nea=132&lang=fra&lst=0, consulté le 22.04.2013.

10  Traduction de l'allemand de l’auteur.

11  Chiffres publiés par le Ministère de l'Intérieur et consultables ici: http://ekloges.ypes.gr/v2012b/public/index.html?lang=en, consulté le 10.08.2012.

12  Lire notamment cet article publié par Rue89: "En Grèce, la police vous conseille plutôt d’appeler les néonazis", Rue89, URL: www.rue89.com/2012/09/17/en-grece-la-police-vous-conseille-plutot-dappeler-les-neonazis-235409, consulté le 17 juin 2013.

13  Le ministre de l'intérieur français a notamment soutenu la construction de la clôture (v. Salles, 2012) et des pressions ont été faites par l'Allemagne et l'Autriche pour que la Grèce contrôle mieux ses frontières (v. Ritaine, 2012). Les "insuffisances des contrôles aux frontières" en Grèce avaient déjà été mises sur la table lors des discussions sur l'adhésion de la République héllénique à la convention de Schengen: www.senat.fr/rap/l96-431/l96-431_mono.html#toc2, consulté le 24.04.2013.

14  Des chiffres également repris tels quels par des chercheurs, comme dans l'article de McDonough et Tsourdi (2012, p.67).

15  Information obtenue avec l'annonce en août 2012 de la volonté de la Grèce de vouloir augmenter le nombre de gardes frontières présentes dans la région: www.lemonde.fr/proche-orient/article/2012/08/01/syrie-la-grece-renforce-ses-frontieres-contre-un-eventuel-afflux-de-refugies_1741074_3218.html, consulté le 09.08.2012.

16  V. l'annonce du déploiement des agents de Frontex dans ce communiqué de presse: www.frontex.europa.eu/news/frontex-deploys-rapid-border-intervention-teams-to-greece-PWDQKZ, consulté le 24.04.2013.

17  Beaucoup de défaillances, parfois même violant les droits de l'homme, ont été constatés par diverses organisations actives sur place, comme cela nous a été expliqué par un avocat qui souhaite rester anonyme.

18  Un dossier "spécial Dublin" publié par l'association Vivre Ensemble explique les majeurs enjeux de ce traité: www.asile.ch/vivre-ensemble/wp-content/uploads/2012/02/VE136_full.pdf, consulté le 24.04.2013.

19  http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=CELEX:32003R0343:FR:HTML, consulté le 10.08.2012.

20  http://www2.ohchr.org/french/law/refugies.htm, consulté le 20.08.2012.

21  www.unhcr.gr/1againstracism/2012-annual-report-of-the-racist-violence-recording-network/, consulté le 14.06.2013.

22  Migrants in Greece, part 1: http://patrickkeddie.wordpress.com/2012/05/10/migrants-in-greece-part-13-an-impossible-situation; part 2: http://patrickkeddie.wordpress.com/2012/05/15/migrants-in-greece-part-23-a-rapidly-deteriorating-health-and-social-crisis; part 3: http://patrickkeddie.wordpress.com/2012/05/25/migrants-in-greece-part-33-an-epidemic-of-racist-attacks, consulté le 14 juin 2013.

23  www.arte.tv/fr/fuir-athenes-a-tout-prix/7307996,CmC=7308002.html, consulté le 14.06.2013.

24  Pour des informations plus approfondies sur la ségrégation à Athènes, v. Noussia & Lyons, 2009.

25  Le travail sur la violence raciste contre les migrants par le photographe Giorgios Moutafis (www.giorgos-moutafis.com) montre l'acuité du problème. Voir l'une de ses images sur le site Infomobile: http://infomobile.w2eu.net/2012/11/24/racist-attacks-in-greece-a-fotoreportage-in-progress-by-giorgos-moutafis, consulté le 24.04.2013.

26  Pour plus d'informations à ce sujet, v. l'article "The 'other' Greek crisis: asylum and EU solidarity" (McDonough & Tsourdi, 2012) et le document "Contribution to the dialogue on migration and asylum" (UNHCR, 2012, URL: http://www.unhcr.gr/fileadmin/Greece/News/2012/positions/2012_Migration___Asylum_EN.pdf, consulté le 30.04.2013.

27  V. le communiqué de presse de la Cour européenne des droits de l'homme du 21 janvier 2012: www.europaforum.public.lu/fr/actualites/2011/02/qp-err-dublin2/Arret_de_Grande_Chambre_M_S_S_c_Belgique_et_Grece_21_01_11.pdf, consulté le 29.04.2013.

28  Source: ECRE, "The asylum lottery" (2013), www.ecre.org/component/content/article/56-ecre-actions/294-asylum-lottery-in-the-eu-in-2011.html, consulté le 29.04.2013.

29  Pour plus d'informations, voir l'article de Papapostolou (2012) et la vidéo réalisée par le Group of Lawyers for the Rights of Refugees: http://greece.greekreporter.com/2012/03/24/dozens-line-up-every-week-in-athens-to-apply-for-asylum, consulté le 26.08.2012.

30  V. le rapport co-signé par un groupe hétérogène d'associations, groupes et ONG sur les procédures mises en place à Petrou Ralli: http://asylum-campaign.blogspot.ch/2012/06/campaign-for-access-to-asylum-in-attica.html, consulté le 15.09.2012.

31  Cette personne nous a décrit le fonctionnement de la distribution des places. Afin de ne pas dévoiler des éléments, qui pourraient intéresser notamment les forces de l'ordre grecques, nous préférons ne pas donner plus de détails.

32  Ces sources souhaitent rester anonymes.

33  Pour information, plus de la moitié des policiers grecs ont voté pour Aube dorée: www.slate.fr/lien/54933/policiers-grecs-vote-neonazi, consulté le 30.04.2013.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tab. 1: Migrants en situation irrégulière interceptés sur la route de la "Méditerranée orientale"
Crédits Source: Frontex, 2012
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2675/img-1.png
Fichier image/png, 13k
Titre Fig. 1: Préfecture de l'Evros en Grèce
Crédits © Wikimedia Commons
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2675/img-2.png
Fichier image/png, 102k
Titre Fig. 2: Les municipalités de la préfecture de l'Evros
Légende 1 – Alexandroupoli; 2 – Didimoticho; 3 – Orestiada; 4 – Samothrakis; 5 – Soufli
Crédits © Wikimedia Commons
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2675/img-3.png
Fichier image/png, 46k
Titre Fig. 3: La géographie de la région de l'Evros et de la clôture
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2675/img-4.png
Fichier image/png, 893k
Titre Fig. 4: Le module "couché" pour la construction de la clôture
Crédits © Alberto Campi 2012
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2675/img-5.png
Fichier image/png, 318k
Titre Fig. 5: La section de la clôture
Crédits Dessin de Cristina Del Biaggio et Alberto Campi d'après ProAsyl, 2012, p.10
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2675/img-6.png
Fichier image/png, 272k
Titre Fig. 6: Gare d'Orestiada, des migrants attendent le train de 5h13 pour Alexandroupoli
Crédits © Alberto Campi 2012
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2675/img-7.png
Fichier image/png, 220k
Titre Fig. 7: Centre de rétention de Fylakio
Crédits © Alberto Campi 2012
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2675/img-8.png
Fichier image/png, 289k
Titre Fig. 8: Groupe de migrants qui "somnolent" autour de la gare d'Athènes
Crédits © Alberto Campi 2012
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2675/img-9.png
Fichier image/png, 342k
Titre Fig. 9: La place de l'église de St. Panteleimon à Athènes: seuls les Grecs sont autorisés à marcher sur la place
Crédits © Alberto Campi 2012
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2675/img-10.png
Fichier image/png, 321k
Titre Fig. 10: Carte d'Athènes
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2675/img-11.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Fig. 11: Graffiti dans Athènes
Crédits © Alberto Campi 2012
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2675/img-12.png
Fichier image/png, 222k
Titre Fig. 12: Taux d'octroi de l'asile par pays européen et en pourcentage des demandes déposées en 2010
Crédits Source: ECRE28
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2675/img-13.png
Fichier image/png, 410k
Titre Fig. 13: Un migrant regarde la "file" pour la demande d'asile
Crédits © Alberto Campi 2012
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2675/img-14.png
Fichier image/png, 327k
Titre Fig. 14: Le nouveau port de Patras vu depuis un bateau
Crédits © Alberto Campi 2012
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2675/img-15.png
Fichier image/png, 193k
Titre Fig. 15: La forêt d'eucalyptus à côté du port de Patras
Crédits © Alberto Campi 2012
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2675/img-16.png
Fichier image/png, 373k
Titre Fig. 16: Deux Afghans préparent le repas dans leur campement sous les oliviers à Patras
Crédits © Alberto Campi 2012
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2675/img-17.png
Fichier image/png, 392k
Titre Fig. 17: La maison occupée de Patras
Crédits © Alberto Campi 2012
URL http://espacepolitique.revues.org/docannexe/image/2675/img-18.png
Fichier image/png, 315k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cristina DEL BIAGGIO et Alberto CAMPI, « Regards sur les migrants de longue distance en Grèce », L’Espace Politique [En ligne], 20 | 2013-2, mis en ligne le 18 juillet 2013, consulté le 28 juin 2016. URL : http://espacepolitique.revues.org/2675 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.2675

Haut de page

Auteurs

Cristina DEL BIAGGIO

Département de géographie et environnement, Université de Genève
Cristina.DelBiaggio@unige.ch

Alberto CAMPI

Photojournaliste freelance
info@albertocampiphoto.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Les contenus de L’Espace politique sont mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 France.

Haut de page
  • Logo Université de Reims Champagne-Ardenne
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org